Version classiqueVersion mobile

Associations et champ politique

 | 
Claire Andrieu
, 
Gilles Le Béguec
, 
Danielle Tartakowsky

Vu des partis

La municipalité ouvrière et le milieu sportif : tutelle ou complémentarité

Nicolas Kssis

Texte intégral

  • 1 M. Winock, « Arcueil la rouge », L’Histoire, n° 195, janvier 1996.
  • 2 L’expression de sport travailliste, dont l’usage se généralise en France après la Première Guerre m (...)

1La politique sportive des municipalités communistes est généralement présentée comme une application locale de l’instrumentalisation des organisations de masse1, une des multiples implications du concept bolchevique des « courroies de transmission », au service des « couronnes extérieures » (Annie Kriegel) ou des « cercles préalables » (Jean-Paul Molinari) du Parti. La relation entre le monde associatif et le pouvoir municipal s’inscrit dès lors dans une configuration singulière puisque les deux acteurs se réclament en principe des mêmes valeurs et des mêmes ambitions quant à la gestion de la Cité. Cette intimité redéfinit en apparence la dialectique de la demande sociale et de la réponse institutionnelle, principalement dans le domaine culturel, dont celui qui va s’affirmer un des plus populaire, le sport. Pourtant, à bien y regarder, la rupture traditionnelle du congrès de Tours ne suffit pas pour expliquer les fondements d’un sport travailliste2 solidement campé dans sa forteresse rouge de la région parisienne. Les relations du mouvement sportif ouvrier avec le communisme municipal ne se reflètent pas entièrement dans les discours lénifiants ou roboratifs des instances dirigeantes du Parti communiste.

Prodromes du sport travailliste

  • 3 P. Arnaud, « La sociabilité sportive. Jalons pour une histoire du mouvement sportif associatif », i (...)
  • 4 M. Crubellier, « Les citadins et leur culture », in. G. Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, (...)
  • 5 Sports en ville, n° spécial des Annales de la recherche urbaine, n° 79, juin 1998.

2L’expansion du sport associatif, qui précède l’adoption de la loi de 1901, participe d’un phénomène plus large de reconstruction des sociabilités3 dans une France en voie d’urbanisation et d’industrialisation, notamment parmi les migrants, provinciaux, puis par la suite étrangers, qui s’installèrent dans les banlieues des centres industriels. « Le sport est né à la ville et de la ville »4 et il demeure toujours une pratique culturelle essentiellement urbaine accompagnant les mutations de l’environnement citadin5. De ce fait, la société sportive s’avère rapidement, parmi d’autres types d’association, comme le règne de l’entre-soi, comme un creuset d’identité qu’elle soit locale, communautaire ou professionnelle, un moyen de créer, de solidifier et de prolonger pendant leurs loisirs l’affinité élective tissée entre les membres.

  • 6 La mission du nouveau groupement tendait à :
    « 1) Développer la force musculaire et purifier les po (...)
  • 7 L’Humanité, 26 septembre 1909.
  • 8 L’USI a 60 ans, Ivry, USI, 1979, p. 4.

3Le sport ouvrier n’échappe pas, dès ses premiers pas, à cette règle. La création en novembre 1907 de l’Union sportive du Parti socialiste (USPS)6, club « initiateur de l’idée sportive dans les milieux socialistes »7, visait à s’assurer que les militants s’adonneraient désormais dans un contexte partisan à leurs goûts athlétiques – penchant en train de se diffuser au-delà du socle bourgeois initial, à défaut à ce moment d’une réelle démocratisation –, qu’ils y conduiraient leurs enfants plutôt que dans les groupements bourgeois, fussent-ils d’obédience républicaine, ou pire dans les patronages catholiques. Cette préoccupation demeura un trait saillant du sport ouvrier. Lucienne Clerville se souvenait ainsi que lors du lancement en 1919 de l’Union sportive du travail d’Ivry (l’USTI), le « club [fut] créé par les socialistes pour les socialistes et leurs familles »8.

  • 9 USPS, Le Club Athlétique Socialiste (CAS) de Levallois, le CAS de Courbevoie Puteaux, La Jeunesse S (...)
  • 10 F. Lagardera Otero, « Les origines du sport en Catalogne. Nationalisme et développement capitaliste (...)

4La croissance des effectifs imposa en 1909 la constitution d’une fédération, la Fédération sportive athlétique socialiste (FSAS), originellement autour de huit clubs9. La vie sportive, d’informelle – de simples contacts en vue de rencontres amicales – se dotait ainsi d’une administration et des organes permanents d’une structure fédérative (doublée de comités régionaux), autrement dit la « véritable épine dorsale du sport contemporain »10. Les clubs socialistes se dressaient face aux organisations ouvrières et surtout face au sport bourgeois et catholique. Tout un formalisme sportif s’installa lentement et avec lui les prémisses d’une spécialisation militante.

5Dès le départ, l’intention des promoteurs de la FSAS était clairement signifiée :

  • 11 Le Socialiste, n° 208, 9-16 mai 1909.

« créer à la portée de la classe ouvrière des centres de distraction qui se développeront à côté du Parti et qui seront cependant pour le Parti des centres de propagande et de recrutement. »11

6La double vocation du sport ouvrier se trouve annoncée. L’articulation efficace des deux démarches constitua par la suite le principal souci des dirigeants travaillistes.

7L’implantation locale s’immisce désormais dans l’identité politique. Dans cet esprit, l’USPS se transforme en Club athlétique socialiste de Paris, dont la section Rive gauche acquit son autonomie en mars 1911. Apparemment secondaire, cette évolution des sigles indiquait clairement la métamorphose de la chrysalide travailliste.

  • 12 Toutefois ces sections sportives se révélèrent souvent éphémères. Une exception est fournie par le (...)
  • 13 Y. Cohen, Les jeunes, le socialisme et la guerre. Histoire des mouvements de jeunesse en France, Pa (...)
  • 14 N. Kssis, « La bellevilloise et le sport », in J.-J. Meusy (dir.), La bellevilloise, une coopérativ (...)

8Le développement des clubs concorde pourtant, dans un premier temps, avec la diversification des activités des structures militantes ouvrières. Les sections SFIO en montent par arrondissement parisien, par commune, par quartier (la JAS des Épinettes), et faute de combattants, parfois par canton (par exemple le Club sportif socialiste du canton de Charenton, en décembre 1912). Les clubs forment aussi couramment une des branches récréatives des Jeunesses socialistes (JS)12. Le sport ouvrier s’inscrit en effet pleinement dans la polémique sur les avantages ou les inconvénients des groupes spécialisés de jeunesses au sein du socialisme français13. Enfin, l’association sportive s’appuyait où émanaient fréquemment de coopératives ouvrières14, plus rarement d’universités populaires survivantes.

  • 15 N. Kssis, « Diversité et unité... Le sport socialiste de 1907 à 1914 », Dire en APS, n° 61, décembr (...)
  • 16 L’Humanité, 17 juillet 1913. Les militants libertaires et anarchistes disparaîtront du sport ouvrie (...)
  • 17 N. Kssis « Le sport : un enjeu entre patrons et ouvriers dans la métallurgie parisienne entre les d (...)

9L’animation routinière du club se trouvait donc calquée sur celle de la section adulte ou des JS. La remise des cartes ou les réunions de bureau, voire les entraînements, étaient à la merci des aléas du calendrier militant. Les dirigeants devaient de toute façon – statutairement – cotiser à la SFIO (y compris les arbitres de football), ce qui n’alla pas sans susciter de nombreuses objections15, notamment de la part des représentants des coopératives ouvrières désireux de ne pas rebuter les « jeunes gens épris d’idées anarchistes ou libertaires »16. Signalons au passage que le syndicalisme apparaît comme le grand absent des débuts du sport ouvrier17 :

  • 18 J.-L. Robert, Ouvriers et mouvement ouvrier parisiens pendant la Grande Guerre et l’immédiat après- (...)

« le sport ouvrier ressort du citoyen plus que du travailleur, (...) l’implantation est liée à l’habitat ouvrier. »18

  • 19 La ville de Caudry (Nord) accueille le congrès national de la FSAS en septembre 1913. Son maire Ern (...)
  • 20 Un peu comparable au problème des services dans le syndicalisme. M. Pigenet, « Prestations et servi (...)

10Les relations avec les rares municipalités socialistes existantes se posèrent donc rapidement dans les termes qui parcourent quasiment toute l’histoire du sport ouvrier, du moins en région parisienne. Déçus par l’indifférence, notamment pécuniaire, du Parti socialiste, les responsables de la FSAS et de ses clubs se tournèrent vers les édiles socialistes, afin d’obtenir ce qui leur manquait le plus cruellement pour assurer la pérennité de leur organisation : des finances et des infrastructures19. Une association sportive ne peut se contenter de proclamation de foi, elle doit constamment procurer un minimum d’aliment sportif, de compétition, à ses adhérents. Cet impératif pointe prosaïquement la distance, rarement assumée, entre direction politique du sport ouvrier et gestion de proximité20.

11Les élus se montrent déjà plus sensibles que la Commission administrative permanente (CAP), pressentant la place qu’était appelé à prendre le réseau associatif dans la vie locale. Comme le remarque la commission sportive de la FSAS en août 1913 :

  • 21 L’Humanité, 2 août 1913.

« De toute évidence les municipalités de la banlieue parisienne commencent à s’apercevoir de l’existence de notre [FSAS] et à lui attribuer suffisamment de force et de confiance pour lui livrer l’organisation de réunions athlétiques »21

  • 22 Les subventions octroyées pour l’organisation de fêtes sportives représentèrent souvent la première (...)
  • 23 A. Faure, « Lecture d’un espace urbain : banlieue noire, banlieue verte. », in A. Faure (dir.), Les (...)

12Les municipalités socialistes apportent donc ponctuellement leur aide matérielle aux clubs résidents, pour des fêtes sportives notamment22. La mairie de Pavillons-sous-Bois mit même à la disposition de la FSAS sa toute première aire de terrains (de foot en l’occurrence). L’action des municipalités ouvrières naviguait déjà entre une « banlieue noire » des taudis et des usines – la banlieue des combats revendicatifs – et une « (...) banlieue verte, lieu et moyen d’un nouvel équilibre entre le corps, le travail et le logis, entre l’individu et la famille, bref une conquête, ou, pour le moins une aspiration populaire »23. Le sport ouvrier servait aussi à combler l’écart entre ces deux facettes.

Municipalité ouvrière et sport ouvrier entre les deux guerres

  • 24 A. Gounot, « Sport réformiste ou sport révolutionnaire ? Les débuts des Internationales sportives o (...)
  • 25 Fondée en septembre 1920, elle succédait à l’Association socialiste internationale d’éducation phys (...)

13L’environnement du sport ouvrier fut radicalement transformé après la Grande Guerre. La fédération travailliste, rebaptisée Fédération sportive du travail (FST) lors du congrès de Paris en septembre 1919, connaît d’abord une croissance limitée mais réelle. La division du mouvement ouvrier s’y répercute néanmoins en juillet 1923, avec la scission des minoritaires socialistes, refusant l’adhésion à l’Internationale rouge des sports24. Ils partirent construire l’Union des sociétés sportives et gymniques du travail (USSGT), affiliée à l’Union internationale d’éducation physique et sportive du travail (ou ISL, Internationale sportive de Lucerne)25.

  • 26 Archives du Musée d’histoire vivante de Montreuil. Nous remercions M. Éric Lafon de nous avoir sign (...)

14Le congrès décisif se déroula à Montreuil, ville récemment retournée dans le giron SFIO. Son Club athlétique avait rejoint la « bourgeoise » 3FA (Fédération française de football association), prétextant l’absence dans les rangs travaillistes « d’équipe capable de donner la réplique » aux siennes26. Jules Morant, secrétaire régional de la FST, avait écrit le 4 décembre 1922 au « camarade Poncet », maire en titre, pour l’inciter à soutenir désormais le patronage laïque resté fidèle. La section sportive de ce dernier avait été lancée en 1921 par le communiste René Doriant, futur dirigeant du Red star club ouvrier (RSCO), fer de lance du sport rouge dans l’est parisien, et premier vice-président en 1945 de l’office municipal des sports Montreuillois. À travers cet exemple, fourni par le lieu même de la rupture, se trouvent condensés les principales caractéristiques et enjeux du sport ouvrier à l’orée des années vingt : la reconnaissance exclusive de club travailliste par la mairie ouvrière, la pression de l’hégémonisme attractif du sport bourgeois, le rôle prépondérant des communistes dans le dynamisme du sport ouvrier en région parisienne...

15Le PC rompt effectivement avec l’ancienne froideur de la SFIO, qui s’était toutefois légèrement infléchie avant la guerre. Dans sa stratégie politique, il accorde désormais une place à part entière à la question du sport ouvrier, étroitement lié à ses yeux à la conquête de la jeunesse et au combat antimilitariste. La FST fut intronisée comme la seule composante sportive légitime du front prolétarien en France. Au congrès de Lyon (1924), il fut précisé ainsi :

  • 27 IIIe congrès national, tenu à Lyon les 20, 21, 22, 23 janvier 1924. Adresses et résolutions, Paris, (...)

« il est interdit aux membres du Parti et à leurs enfants de pratiquer les sports dans une fédération autre que la FST, dans les endroits ou cette organisation possède un club. »27

  • 28 N. Kssis, « L’Union des Sociétés Sportives et Gymniques du Travail (USSGT). Échec d’une implantatio (...)
  • 29 Robert Bobin, « Le sport ouvrier et le socialisme », La vie socialiste, 12 novembre 1932
  • 30 La ville de Bordeaux comptait un club légendaire du rugby et du sport français, le Stade Bordelais (...)
  • 31 Les programmes municipaux de la SFIO demeurèrent plus qu’allusifs sur le sujet. Par ailleurs « dès (...)

16La SFIO se révéla beaucoup plus distante. En dépit des gestes réitérés d’allégeance de l’USSGT à son égard, le Parti socialiste ne s’investît jamais véritablement en sa faveur ni ne l’adouba politiquement28. La nécessité d’une organisation sportive ouvrière n’y provoquait de toute façon pas l’unanimité. Certains élus mettaient en doute son efficacité pour le socialisme et, évidemment, pour leur municipalité. Lors de la discussion par le Conseil national d’un rapport consacré à ce sujet (rédigé par Pierre Marie, journaliste sportif du Populaire), André Marquet, maire de Bordeaux, soutenu à cette occasion par Jules Uhry, maire de Creil, jugea inopportun de s’acharner à construire une USSGT « squelettique »29. Il suggéra au contraire de créer des clubs ouvriers en les affiliant aux 2F (« Fédérations françaises », considérées comme bourgeoises ou officielles) afin de « conquérir ces fédérations »30. Cette opinion théorisait en fait le pragmatisme de la plupart des municipalités socialistes en le recouvrant de l’honorable adjectif « ouvrier »31. Pragmatisme face auquel le Parti socialiste ne disposait ni de la volonté politique ni de la culture coercitive pour imposer les mesures pourtant décidées par ses instances.

  • 32 Procès-verbal de la Commission exécutive de la FSGT du 22 juin 1939. Archives FSGT.

17Le fossé avec le sport ouvrier continua de se creuser sous le Front populaire. Au point que la Commission exécutive de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), pourtant l’organisation unitaire des travaillistes français, chargea en 1939 un de ses membres apparenté SFIO, Louis Gorget, de contacter Antonin Poggiolli, secrétaire national de la Fédération des municipalités socialistes, co-président originel de la FSGT en décembre 1934, « car diverses municipalités socialistes ne facilitent pas la tâche de nos clubs »32.

  • 33 Comptes rendus du Bureau politique du 9 septembre 1924. BMP, 7/64.
  • 34 V. Cat, Le Bloc ouvrier et paysan aux élections municipales 1925 et Bloc ouvrier et paysan 1925. Pr (...)

18En revanche, la principale particularité du PC fut de systématiser son orientation, et ceci dès les élections municipales de 1925. Le programme du Bloc ouvrier et paysan, en partie redevable à Victor Cat, réservait pour la première fois, sur décision du Bureau politique, une place conséquente au domaine sportif. Il insistait surtout sur « le soutien des organisations sportives ouvrières et la lutte contre les sociétés sportives bourgeoises »33. De la sorte le club FST se voyait remettre la vie sportive de la localité, ou du moins tout était agencé pour en garantir les conditions : réductions des subventions et des locaux aux autres clubs, interdictions des manifestations des « groupements patriotiques, catholiques ou bourgeois »34, etc.

  • 35 On ne recense par exemple en 1929 que 9 installations permettant de pratiquer le football dans Pari (...)
  • 36 La Ligue de Paris de la 3FA rassemble à elle seule 347 clubs en 1932.
  • 37 J.-P Callède, Les politiques sportives en France. Éléments de sociologie historiques, Paris, Économ (...)
  • 38 P. Arnaud, « L’éducation physique à Lyon : réussite et ambiguïtés d’une politique municipale (1919- (...)

19Mais la principale dimension de la politique sportive communiste résidait dans l’équipement sportif, très insuffisant en France à l’époque35, en tout cas loin de répondre au besoin sans cesse croissant généré par la multiplication des associations sportives36. Le PC s’inscrit en l’occurrence dans un mouvement général de prise de conscience du retard hexagonal. En effet, durant l’entre-deux-guerres, la municipalité s’impose comme le principal acteur en faveur de « l’organisation locale de la pratique du sport »37, en palliatif à un État défaillant38. Comme l’indiquait Georges Marrane lors d’une réunion du Bureau politique en février 1926, il s’agissait pour le sport ouvrier de se hisser au niveau de l’adversaire grâce aux ressources municipales :

  • 39 BMP, 22/149.

« Il faudrait intervenir auprès des municipalités communistes pour arriver à obtenir des terrains de sport dans la banlieue parisienne. Si les jeunes ouvriers vont de préférence aux clubs bourgeois, c’est parce que ceux-ci disposent de beaux terrains. »39

  • 40 A.-M. Thiesse, « Organisation des loisirs des travailleurs et temps dérobés (1880-1930) », in A. Co (...)

20L’installation sportive devint dès lors un véritable argument électoral, un signe que les communistes s’attaquaient à leur manière, la meilleure naturellement, à la lancinante question des loisirs des travailleurs40.

  • 41 Les associations bourgeoises peuvent posséder des installations sur le territoire d’une commune « r (...)
  • 42 De ce fait, près des deux tiers des membres de la FST sont rassemblés en région parisienne, soit 7  (...)
  • 43 G. Hoibian, Le patronage Saint-Pierre-Saint-Paul d’Ivry et l’Œuvre de la Jeunesse de Charenton (191 (...)
  • 44 « Vers une fédération unique des travailleurs sportifs : l’exemple d’Ivry », Avant-garde, 21 juille (...)

21Les installations sportives municipales permettaient ainsi d’offrir aux clubs locaux de la FST, et à ceux avoisinants soumis à l’ostracisme politique des mairies « réactionnaires » ou socialistes, les moyens d’affronter la concurrence des clubs bourgeois41 voire USSGT42, de confiner les catholiques dans leur enclave43. A contrario, en signe de bonne volonté unitaire, la puissante ESTI (anciennement USTI), présidée par Georges Marrane, offrit au cyclo-cross de l’USSGT de partager « tous les avantages moraux et matériels consentis par la mairie »44, dont son monopole d’accès aux terrains municipaux.

  • 45 Il fut un des rares sportifs renommés qui n’hésita pas à s’afficher lors de certaines campagnes de (...)
  • 46 Sport du 31 octobre 1934

22Le stade marquait l’appropriation d’un territoire. Son nom signalait la conquête de l’espace public, au même titre que celui des rues. Il affichait la fierté d’être chez soi, et d’avoir entendu l’appel venu d’URSS (le stade Lénine à Malakoff). L’inauguration du moindre terrain de sport devait mobiliser la population. Ainsi à Villejuif, le baptême du stade Karl Marx s’effectua devant près de 6 000 « travailleurs » et en présence de l’athlète-caution Jules Ladoumègues45. « Malgré le temps maussade, la foule s’était déplacée pour admirer les efforts faits pour la jeunesse laborieuse dans cette banlieue de Paris ». Paul Vaillant-Couturier présenta cette réalisation comme l’illustration de « ce que peut amener un régime ouvrier pour les besoins de la classe ouvrière ». Après quoi « il remit le stade aux travailleurs »46. Après le concours du club FST du cru, se déroulèrent le championnat de la Seine de Gymnastique et un défilé des sportifs ouvriers au son des harmonies. Le tout fut conclu en beauté par un tournoi de football opposant les équipes de Neunkirchen, Arnouville et Vitry : internationalisme prolétarien et fraternité de la banlieue rouge se conjuguaient idéalement sur la pelouse.

La municipalisation du sport ouvrier

  • 47 S. Rab, « Les municipalités ouvrières et le sport dans les années trente : l’exemple de trois munic (...)
  • 48 M. Zejgman, P. C.F, C.G.T.U., M.O.I., un exemple, les juifs communistes de la région parisienne ent (...)
  • 49 A. Gounot, « Jacques Doriot, l’impact sportif d’un homme politique », in R. Delaplace (dir.), L’His (...)
  • 50 Procès-verbaux du Comité central des 4, 5 et 6 juin 1932, BMP, bobine 517.
  • 51 N. Kssis, « Le football corporatif à la FSGT sous le Front Populaire dans le département de la Sein (...)

23Le grand atout des mairies communistes tenait à ce qu’elles pouvaient présenter leur action comme la systématisation d’une politique d’ensemble découlant du souci du Parti pour cette question, tout en présentant le bilan municipal comme le fruit du volontarisme spécifique de l’équipe locale. Les édiles d’autres tendances, tout en se révélant souvent aussi actifs et inventifs, par exemple avec le lancement d’un office des sports, ne pouvaient pas se prévaloir, sans d’ailleurs le désirer forcément, d’une ligne de conduite décidée au niveau national. Leurs efforts relèvent d’abord de l’initiative personnelle. En banlieue parisienne, l’enjeu était crucial puisqu’un certain nombre de municipalités socialistes – particulièrement dirigées par des responsables de l’USSGT (Charles Auray, Antonin Poggiolli, etc.) – pouvait suggérer un contre-modèle performant47. Elles n’adoptaient cependant pas une attitude univoque face au monde sportif associatif, s’accomodant de la diversité du tissu associatif, soutenant y compris des clubs bourgeois. Les mairies communistes jouaient par contre un rôle de plus en plus décisif dans l’organisation et le développement concret du sport ouvrier – avec dans une moindre mesure des structures du Parti telle que la Main d’œuvre étrangère (MOE) (par exemple avec le Yiddisher Arbeiter Sporting Club48) –, et paradoxalement, surtout au pire moment de la politique classe contre classe et du repli sectaire. En effet, l’étude de la vie associative de la FST conduit à relativiser l’impact effectif, sur ce chapitre, du discours idéologique de la direction communiste. Cette dernière ne cessait alors de proclamer l’impérieuse nécessité d’enraciner le sport ouvrier dans le terreau prolétarien des clubs d’usine. Les dirigeants de la Jeunesse communiste (JC), officiellement en charge de la tutelle politique de la FST – c’est Jacques Doriot en tant que responsable de la JC qui avait conduit la conquête de la FST en 192349 – Rirent pourtant mis en accusation devant l’échec flagrant, quantitatif, de cette ligne. À l’occasion d’un Comité central tenu en juin 1932, Alfred Costes, à la tête de la fédération CGTU des métaux en région parisienne, témoigna des difficultés qu’il rencontrait pour appliquer la stratégie préconisée par l’Internationale communiste de la Jeunesse (ICJ), « opposer des clubs d’usines aux clubs patronaux ». Selon lui, le principal obstacle provenait de l’absence de collaboration des JC et spécialement de la posture de la FST « qui s’[y] est opposée. »50 De tels propos démontrent en creux la force de l’enracinement local, municipal, du sport ouvrier. Il faudra attendre l’explosion sociale de juin 1936 pour qu’apparaisse, dans le sillage de la « ruée syndicale » (A. Prost) un sport corporatif travailliste significatif, qui se dégagera d’ailleurs un espace spécifique au sein de la FSGT51, devenant presque une fédération dans la fédération.

  • 52 La municipalité communiste incarnait en retour de plus en plus les limites du sport ouvrier puisqu’ (...)
  • 53 On peut contempler la reproduction de la licence FST de Paul Vaillant-Couturier délivrée par le Clu (...)
  • 54 F. Genevée, « Police, collaboration et anticommunisme. L’exemple du fichier de police d’Ivry (1939- (...)

24Le club sportif ouvrier constituait sans conteste un prolongement de l’action de la municipalité52. Il lui permettait d’étendre son influence et son audience auprès de la population. Il comblait un besoin grandissant, surtout parmi la jeunesse. Il constituait aussi un parfait support à l’émergence d’une forme de notabilité rouge, qui bien que théoriquement réprouvée, s’avérait nécessaire dans la conquête durable d’une circonscription électorale. Le maire restait généralement au minimum le président d’honneur du club53, et la logique militante du parti finissait par se confondre avec la reconnaissance du statut de premier édile. Les policiers français en charge de la lutte anticommuniste sous Vichy ne s’y trompèrent pas en s’attaquant par exemple aux membres des aiglons d’Ivry, association d’aviation populaire54 ou en tenant compte dans l’itinéraire d’un militant d’un déplacement aux spartakiades de Moscou comme preuve de son implication dans le PC.

  • 55 N. Kssis, « Football et société en région parisienne », Société et représentations, n° 7, décembre  (...)

25Toutefois, l’outil prosopographique conduit à nuancer cette impression d’osmose parfaite entre le politique et le sportif. Si l’encadrement de club revient souvent à l’équipe municipale et aux cercles des dirigeants locaux du PC, les animateurs des sections sportives – notamment les plus populaires comme le football – n’appartenaient pas forcément à la catégorie des militants chevronnés ou de l’élite communiste, même communale. Dans cette optique, la singularité du tissu sportif ouvrier fut de participer de concert à la constitution d’une identité locale, sociale et politique, en la raccordant simultanément à une culture populaire plus vaste, nationale, par exemple celle du football55. Naturellement le club participait aux grandes manifestations de propagande et en ce sens il véhiculait une forme de socialisation politique particulièrement efficace. La venue de sportifs ouvriers allemands puis soviétiques faisaient surgir le sens concret, charnel, de l’internationalisme. Les rencontres de solidarité (particulièrement intense en juin 1936) au profit des grévistes, surtout quand l’établissement est installé sur le territoire de la commune, apportaient une pierre supplémentaire à la cohésion d’une banlieue rouge édifiée sur l’« hyperpolitisation du quotidien » (S. Rab).

26Le sport travailliste traversa son heure de gloire sous le Front populaire quand le comité parisien de la FSGT, se hissant au premier rang (toutes fédérations confondues), groupa près de 40 000 sportifs. À l’aune de ses nouvelles ambitions et du virage unitaire, la fédération travailliste réclamait dorénavant dans son manifeste Pour une jeunesse saine, forte et joyeuse, publié pour les élections législatives de 1936, de garantir le libre accès de toutes les associations aux installations sportives, et de créer un office municipal des sports dans chaque commune de plus de 5 000 habitants. La guerre coupera net l’élan.

*

27Après la libération, la FSGT retrouva brièvement une situation faste, auréolée par la Résistance de « Sport libre ». Elle multiplia les ententes avec les fédérations officielles et bénéficia de la force de ses relais traditionnels (PCF-CGT). Le Stade de Reims s’affilia et c’est dans une enceinte dénommée Auguste Delaune qu’il réalisa son mythique parcours européen en 1956. L’instauration des comités d’entreprise laissait entrevoir la possibilité, en s’appuyant sur une CGT toute puissante, d’étendre enfin le prototype institutionnel des municipalités ouvrières au monde du travail. Les débuts de la guerre froide marquèrent un coup d’arrêt. Ostracisée comme fédération communiste au sein du mouvement sportif, diminuée par la scission socialiste de 1950, obligée de se replier sur les îlots municipaux communistes, la FSGT tomba à un étiage dramatique (80 000 adhérents durant les années cinquante).

  • 56 R. Besson, Rétroregards sur un demi-siècle de vie sportive vigneusienne, Vigneux, USV, 1982.

28De leur côté, les mairies communistes optèrent progressivement pour la municipalisation des clubs, ce qu’il n’alla pas sans déclencher des résistances chez certains d’entre eux, que leur histoire et leur culture associative ne préparaient pas à cette évolution, entraînant parfois une rupture conflictuelle, comme en 1965, à Vigneux56. Dans le même temps, petit à petit, se résignant à la faiblesse de la FSGT, les clubs abandonnent l’affiliation unique, même si, par choix politique, tous les adhérents étaient dotés également d’une licence FSGT.

  • 57 M. Borrel, Sociologie d’une métamorphose : la Fédération Sportive et Gymnique du Travail entre soci (...)
  • 58 J. Ion, La fin des militants, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997.

29La FSGT essaie depuis une trentaine d’années de recomposer l’identité d’un sport qu’elle préfère qualifier de populaire. Affectée par l’éloignement de ses anciens appuis, qu’elle a pour une part décidé d’officialiser au tournant des années quatre-vingt57, elle sent également s’étioler son modèle militant, fondé justement sur l’investissement associatif spécifique aux municipalités communistes58. Les bouleversements qui s’y font jour, et qui restent à étudier, éclairent cette double métamorphose du mouvement ouvrier et du monde associatif qui, désormais, inspire tant les sociologues.

Notes

1 M. Winock, « Arcueil la rouge », L’Histoire, n° 195, janvier 1996.

2 L’expression de sport travailliste, dont l’usage se généralise en France après la Première Guerre mondiale, définit les organisations (chronologiquement FSAS, FSSG, FST, USSGT, FSGT, FFST) qui se veulent les représentantes des intérêts sportifs du monde du travail et qui constituent, originellement du moins, la branche sportive du mouvement ouvrier. Au sein du sport français, elles appartiennent à la catégorie des fédérations affinitaires et multisports, qu’elles soient catholique, laïque ou/et scolaires, par opposition aux fédérations uni-sport et « apolitique ». cf. W. Gasparini, Sociologie de l’organisation sportive, Paris, La Découverte, 2000, p. 7-21, Coll. « Repères », n° 281.

3 P. Arnaud, « La sociabilité sportive. Jalons pour une histoire du mouvement sportif associatif », in P. Arnaud (dir.), Les athlètes de la république. Gymnastique, sport et idéologie républicaine 1870-1914, Toulouse, Privat, 1987, Coll. « Bibliothèque Historique ».

4 M. Crubellier, « Les citadins et leur culture », in. G. Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, t. 4 : La ville à l’âge industriel, Paris, Seuil, 1983, p. 441.

5 Sports en ville, n° spécial des Annales de la recherche urbaine, n° 79, juin 1998.

6 La mission du nouveau groupement tendait à :
« 1) Développer la force musculaire et purifier les poumons de la jeunesse prolétarienne 2) Donner aux jeunes gens des distractions saines et agréables, ce qui serait un palliatif à l’alcoolisme et aux mauvaises fréquentations 3) Amener au parti de jeunes camarades 4) Faire de la réclame si je peux m’exprimer ainsi pour le parti, en organisant des fêtes sportives et en participant aux diverses épreuves athlétiques qui se disputent entre les diverses sociétés athlétiques 5) Développer parmi les jeunes socialistes l’esprit d’association et d’organisation » (A. Barbaza, L’Humanité, 17 novembre 1907).

7 L’Humanité, 26 septembre 1909.

8 L’USI a 60 ans, Ivry, USI, 1979, p. 4.

9 USPS, Le Club Athlétique Socialiste (CAS) de Levallois, le CAS de Courbevoie Puteaux, La Jeunesse Sportive d’Épinette, le CAS Ménilmontant, la Sportive Amicale de la gare, l’International Sporting club de la Plaine-St-Denis et la Prolétarienne de Romilly. En Région parisienne, 7 clubs en janvier 1909, 25 représentés au congrès de Caudry en septembre 1913. Le « Comité régional de Paris et de ses environs » comptait 360 licenciés en mai 1910, 858 en septembre 1913.

10 F. Lagardera Otero, « Les origines du sport en Catalogne. Nationalisme et développement capitaliste », in Jeux et sports dans l’histoire, t. 1 : Associations et politiques, Paris, CTHS, 1992, p. 300.

11 Le Socialiste, n° 208, 9-16 mai 1909.

12 Toutefois ces sections sportives se révélèrent souvent éphémères. Une exception est fournie par le Club sportif de la JS du 12e arr. Cf. L. Dubreuilh, « 14 juillet socialiste », L’Humanité, 15 juillet 1912.

13 Y. Cohen, Les jeunes, le socialisme et la guerre. Histoire des mouvements de jeunesse en France, Paris, L’Harmattan, 1989. Marcel Cachin résuma l’opinion dominante au terme d’une controverse erratique :
« (...) nul ne songe à apporter la moindre critique contre les clubs sportifs socialistes, mais quel est celui d’entre nous qui oserait dire que nous avons épuisé notre devoir vis-à-vis des jeunes prolétaires lorsque nous avons favorisé leurs jeux et leurs divertissements. » (L’Humanité, 27 juillet 1914).

14 N. Kssis, « La bellevilloise et le sport », in J.-J. Meusy (dir.), La bellevilloise, une coopérative ouvrière dans le vingtième arrondissement de Paris, Grâne, Créaphis, à paraître.

15 N. Kssis, « Diversité et unité... Le sport socialiste de 1907 à 1914 », Dire en APS, n° 61, décembre 1996, p. 17-25.

16 L’Humanité, 17 juillet 1913. Les militants libertaires et anarchistes disparaîtront du sport ouvrier après la Grande Guerre, condamnant désormais l’essence du sport qui « consiste en réalité à cultiver le championnat, c’est-à-dire à sélectionner les plus forts » (G. Luvenis, Le Libertaire du 11 janvier 1919).

17 N. Kssis « Le sport : un enjeu entre patrons et ouvriers dans la métallurgie parisienne entre les deux guerres », Mémoire d’usine, mémoire ouvrière, n° spécial 1999, p. 12-16.

18 J.-L. Robert, Ouvriers et mouvement ouvrier parisiens pendant la Grande Guerre et l’immédiat après-guerre. Histoire et anthropologie, Thèse d’état, Université de Paris I, 1989, t. 1, p. 224.

19 La ville de Caudry (Nord) accueille le congrès national de la FSAS en septembre 1913. Son maire Ernest Plet en présida une des séances. L’Humanité, 1er octobre 1913.

20 Un peu comparable au problème des services dans le syndicalisme. M. Pigenet, « Prestations et services dans le mouvement syndical français (1860- 1914) », Les cahiers d’histoire de l’IRM, n° 51, 1993, p. 7-28.

21 L’Humanité, 2 août 1913.

22 Les subventions octroyées pour l’organisation de fêtes sportives représentèrent souvent la première étape de l’intervention financière des municipalités en faveur du sport. Cf. P. Tichit, « Genèse des politiques sportives municipales. Subventions aux associations 1900-1945 », in : Sport, éducation et art xixe-xxe siècles, Paris, CTHS, 1996, p. 245-262.

23 A. Faure, « Lecture d’un espace urbain : banlieue noire, banlieue verte. », in A. Faure (dir.), Les premiers Banlieusards. Aux origines de la Banlieue 1860- 1940, Paris, Editions Créaphis, 1991, p. 10.

24 A. Gounot, « Sport réformiste ou sport révolutionnaire ? Les débuts des Internationales sportives ouvrières », in P. Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 219-246.

25 Fondée en septembre 1920, elle succédait à l’Association socialiste internationale d’éducation physique (ASIEP), créée en mai 1913 à Gand (Belgique). En août 1927, elle devint l’Internationale sportive ouvrière socialiste (ISOS). D.A. Steinberg, « The workers’ Sport Internationals 1920-1928 », Journal of contempory history, 1978, p. 235-251.

26 Archives du Musée d’histoire vivante de Montreuil. Nous remercions M. Éric Lafon de nous avoir signalé cette lettre.

27 IIIe congrès national, tenu à Lyon les 20, 21, 22, 23 janvier 1924. Adresses et résolutions, Paris, Librairie de L’Humanité, 1924, p. 76.

28 N. Kssis, « L’Union des Sociétés Sportives et Gymniques du Travail (USSGT). Échec d’une implantation socialiste dans le mouvement sportif (1924-1934) », in. J. Girault (dir.), L’implantation du socialisme en France, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001.

29 Robert Bobin, « Le sport ouvrier et le socialisme », La vie socialiste, 12 novembre 1932

30 La ville de Bordeaux comptait un club légendaire du rugby et du sport français, le Stade Bordelais (J.-P. Callède, Histoire du sport en France. Du Stade Bordelais au SBUC 1889-1939, Bordeaux, Éditions de la MSHA, 1993), et évidemment les footballeurs des Girondins de Bordeaux. Sans compter les notables locaux, comme Charles Cazalet, dirigeant national de l’USGF (Union des sociétés de gymnastique de France), cf. J.-P. Callède, « Une figure bordelaise : Charles Cazalet (1858-1933) », in. J.-M. Delaplace (dir.), L’Histoire du sport. L’Histoire des sportifs, Paris, L’Harmattan, 1999, Coll. « Espaces et temps du sport ».

31 Les programmes municipaux de la SFIO demeurèrent plus qu’allusifs sur le sujet. Par ailleurs « dès l’entre-deux-guerres la réflexion municipale devient très marginale au sein de la SFIO ». R. LEFEBVRE, « Le socialisme saisi par l’institution municipale. Jalons pour une histoire délaissée », Recherche socialiste, n° 6, mars 1999, p. 14.

32 Procès-verbal de la Commission exécutive de la FSGT du 22 juin 1939. Archives FSGT.

33 Comptes rendus du Bureau politique du 9 septembre 1924. BMP, 7/64.

34 V. Cat, Le Bloc ouvrier et paysan aux élections municipales 1925 et Bloc ouvrier et paysan 1925. Programme municipal.

35 On ne recense par exemple en 1929 que 9 installations permettant de pratiquer le football dans Paris intra muros et 89 en banlieue (à quoi s’ajoutaient naturellement les entraves politiques d’accès pour les clubs FST). « État des stades et des terrains de jeux existants dans le département de la Seine en mai 1929 » Département militaire de Paris. Commandement du département de la Seine. Service de l’éducation Physique et de la préparation militaire. AN, F17/14460.

36 La Ligue de Paris de la 3FA rassemble à elle seule 347 clubs en 1932.

37 J.-P Callède, Les politiques sportives en France. Éléments de sociologie historiques, Paris, Économica, 2000, p. 28.

38 P. Arnaud, « L’éducation physique à Lyon : réussite et ambiguïtés d’une politique municipale (1919-1939) », Staps, n° 26, octobre 1996.

39 BMP, 22/149.

40 A.-M. Thiesse, « Organisation des loisirs des travailleurs et temps dérobés (1880-1930) », in A. Corbin (dir.), L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Aubier, 1995.

41 Les associations bourgeoises peuvent posséder des installations sur le territoire d’une commune « rouge », d’où parfois d’interminables négociations pour leur utilisation. Toutefois, les clubs en question ne s’adressent guère à un public ouvrier, à l’instar du Stade français, emblématique d’un certain élitisme social avec son système de recrutement parrainé, dont une partie des terrains était située à Bobigny. B. Prêtet, Identité d’une société sportive. Le Stade Français des origines à 1939, Mémoire de maîtrise, Université de Paris X, 1996.

42 De ce fait, près des deux tiers des membres de la FST sont rassemblés en région parisienne, soit 7 468 licences placées en 1931. Cf. Vers la constitution d’un parti bolchevique, Paris, 1932, p. 46

43 G. Hoibian, Le patronage Saint-Pierre-Saint-Paul d’Ivry et l’Œuvre de la Jeunesse de Charenton (1918-1939). Étude comparative de deux organisations de jeunesse de la banlieue parisienne, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Paris I, 1995.

44 « Vers une fédération unique des travailleurs sportifs : l’exemple d’Ivry », Avant-garde, 21 juillet 1934.

45 Il fut un des rares sportifs renommés qui n’hésita pas à s’afficher lors de certaines campagnes de propagande du PCF. Cf. « Le champion Ladoumègue se félicite de l’accueil qui lui est fait en URSS », L’Humanité, 2 octobre 1934. Paul Vaillant-Couturier, dans le souci d’ouvrir la rubrique sportive de L’Humanité au-delà de la FSGT, proposait d’y faire collaborer l’ancienne gloire de la course à pied, « qui ne demande pas mieux ». Procès-verbal du Comité central du 18 octobre 1935, BMP 727 Sur la trajectoire singulière de ce sportif de haut niveau, cf. Marianne Lassus, L’affaire Ladoumègue. Le débat amateurisme/professionnalisme dans les années trente, Paris, L’Harmattan, 2000, Coll. « Espaces et temps du sport ».

46 Sport du 31 octobre 1934

47 S. Rab, « Les municipalités ouvrières et le sport dans les années trente : l’exemple de trois municipalités socialistes françaises », in. P. Arnaud (dir.), Les origines..., op. cit. D’où, par exemple, la virulence des communistes de Pantin à l’encontre de la politique sportive de Charles Auray « le relapse » : Ils lui reprochaient de réserver ses réalisations « de prestige » à l’élite et de reléguer les ouvriers footballeurs sur des terrains de fortune. La voix de l’Est, 25 novembre 1933.

48 M. Zejgman, P. C.F, C.G.T.U., M.O.I., un exemple, les juifs communistes de la région parisienne entre les deux guerres, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Paris I, 1978.

49 A. Gounot, « Jacques Doriot, l’impact sportif d’un homme politique », in R. Delaplace (dir.), L’Histoire du sport. L’Histoire des sportifs, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 64-66.

50 Procès-verbaux du Comité central des 4, 5 et 6 juin 1932, BMP, bobine 517.

51 N. Kssis, « Le football corporatif à la FSGT sous le Front Populaire dans le département de la Seine : causes et modalités d’une ruée sportive », in P. Arnaud et T. Terret (dir.), Le sport et ses espaces, xixe-xxe siècles, Paris, CTHS, 1998.

52 La municipalité communiste incarnait en retour de plus en plus les limites du sport ouvrier puisqu’en dehors, notamment en province, le parti constatait la force d’attraction du sport bourgeois auprès de ses propres militants, malgré les consignes politiques.
« Dans une série de régions, des camarades du parti sont même chefs de clubs bourgeois, à Marseille, à Royan et aussi dans le Nord et ils ne font aucune propagande, ils refusent systématiquement de venir renforcer la FST » (Intervention de Richoux, CC du 27-29 mai 1931 [BMP 427]).

53 On peut contempler la reproduction de la licence FST de Paul Vaillant-Couturier délivrée par le Club athlétique ouvrier de Villejuif dans le Bulletin de la Bibliothèque Marxiste de Paris, n° 1, janvier 1998.

54 F. Genevée, « Police, collaboration et anticommunisme. L’exemple du fichier de police d’Ivry (1939-1945) », Les cahiers d’histoire, revue d’histoire critique, n° 64, 1996, p. 93-108.

55 N. Kssis, « Football et société en région parisienne », Société et représentations, n° 7, décembre 1998, p. 77-88.

56 R. Besson, Rétroregards sur un demi-siècle de vie sportive vigneusienne, Vigneux, USV, 1982.

57 M. Borrel, Sociologie d’une métamorphose : la Fédération Sportive et Gymnique du Travail entre société communiste et mouvement sportif (1964-1992), Thèse de sociologie, IEP, 1999.

58 J. Ion, La fin des militants, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search