Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Objets et symboles

 | 
Laurent Dhennequin
, 
Guillaume Gernez
, 
Jessica Giraud

II. Objet, style et technique

Styles céramiques et limites culturelles dans la culture Rhin-Suisse-France orientale

Théophane Nicolas

Résumé

There are sufficient data available in France for the Late Bronze Age IIb-IIIa (c.1150-950 BC) to examine questions of identity, in particular with the decorated pottery grouped under the label “Rhin-Suisse-France orientale” (RSFO). A structural analysis of the variability of ceramic assemblages was undertaken in order to define regional identities in the RSFO culture. The assemblages either show a strong RSFO identity or simply include one of this culture’s components. It is therefore possible not only to delimit and characterize the culture area, but also to discuss the validity of stylistic zones within which ceramic assemblages share technical traditions and to a lesser extent decoration motifs. Using different scales of study (zones and regions), the aim here is thus to use RSFO ceramics to address the issue of cultural “boundaries”.

Texte intégral

1La documentation archéologique permet de repérer des aires d’homogénéité stylistique de différentes tailles et qui varient avec le temps. Ces zones ont longtemps été vues comme correspondant à des entités ethniques. Il est convenu, aujourd’hui, de se montrer plus circonspect devant ces formations appelées d’ordinaire cultures, groupes, ou complexes culturels, etc. Il s’agit, sans aucun doute, de manifestations identitaires qui ont plus à voir avec les échanges de biens et d’idées qu’avec une parenté biologique stricte, même si les intermariages étaient, eux aussi, plus fréquents à l’intérieur de ces zones d’échanges préférentielles.

2Ces messages d’appartenance sont ainsi porteurs d’informations capitales sur les sociétés. Ils sont susceptibles de révéler les réseaux sociaux emboîtés d’intermariage, d’alliance et d’échange élargi. La variabilité dans l’espace et le temps de leur degré d’homogénéité stylistique exprime l’évolution du rapport dialectique entre l’imitation et la distinction, fondamental pour la construction identitaire de tout individu comme de toute société. Enregistrer l’alternance des périodes qui privilégient l’une ou l’autre de ces dynamiques culturelles fournit des indices précieux sur les principales voies d’échanges économiques, ou les principales entités politiques. Plus finement encore, ce travail peut mettre en évidence les lieux d’émergence et les modalités de la diffusion de certaines innovations techniques, en partant du principe que la plupart des nouveautés conceptuelles circulaient par les mêmes canaux.

Cadre de l’étude

3Les corpus archéologiques assez riches pour autoriser l’analyse de ce principe identitaire demeurent rares. Les données disponibles sur le Bronze Final IIb-IIIa (1150 à 950 av. J.-C. environ) sont de ceux-là ; en particulier la céramique décorée, réunie sous l’étiquette « Rhin-Suisse-France orientale ». Mon travail de doctorat a pour objectif la réévaluation des données associées à la notion de culture Rhin-Suisse-France orientale, laquelle a eu tendance à devenir floue en raison d’une utilisation impropre pour désigner, dans toute la France, tout ensemble attribué au Bronze Final IIb-IIIa. Cette réévaluation porte sur l’extension territoriale et la définition de groupes culturels régionaux de la culture Rhin-Suisse-France orientale qui s’étendait du sillon rhénan, à la Suisse, au Bassin parisien, à la vallée du Rhône et aux marges sud-occidentales du Massif central.

Méthodes et outils

4Afin d’étudier la variabilité des assemblages céramiques dans une perspective de définition d’identités régionales, nous avons procédé à un échantillonnage de sites (sites en contextes d’habitats et funéraires) dans la zone géographique considérée. Un protocole a été élaboré pour l’étude de la céramique : il s’agit d’établir une typologie fine des formes et de l’ornementation par le biais des décors et des techniques de décorations (outils, gestes employés) permettant d’étudier de manière qualitative et quantitative les assemblages céramiques, notamment d’un point de vue spatial, après avoir précisé la chronologie interne du Bronze Final IIb-IIIa. L’étude de la production céramique et de sa variabilité, visant à appréhender des stratégies identitaires, ne peut en effet s’affranchir des problèmes de chronologie : il est donc indispensable d’examiner des éléments issus d’une séquence temporelle courte, assimilable à une image « synchronique » (toute relative) du domaine étudié. Les sites et leur assemblage céramique sont ainsi considérés et traités comme des objets « géographiques ».

5La démarche de l’étude entreprise suit donc le canevas suivant : une approche typo-chronologique qui permet de définir des ensembles céramiques les plus synchrones possible redéployée vers une approche quantitative et synthétique pour aboutir à des propositions modélisantes.

6À cette fin, l’utilisation d’un outil de type SIG est nécessaire : il permet en effet, la formalisation des résultats par ses performances de gestion des données, de modélisation et de visualisation. Ses traitements permettent de dépasser le cadre de la « simple cartographie » ou « carte-inventaire » davantage analytique que synthétique. La modélisation graphique sera ainsi utilisée comme un moyen de construction de raisonnement et de démonstration sur l’espace, afin de générer des propositions modélisantes. Il s’agit là d’un outil capable de dégager la dynamique structurale du Rhin-Suisse-France orientale ainsi que les différentes interactions (axes de diffusion, liens entre groupes). Dans cette perspective, la géographie offre des outils et un cadre théorique qui, adaptés à l’archéologie, peut permettre d’appréhender ou de caractériser l’empreinte des sociétés dans les domaines spatial et temporel. L’analyse spatiale et le traitement graphique doivent être envisagés comme de véritables outils heuristiques ; notamment la chorématique qui fournit des outils théoriques performants dans le cadre d’une démarche de formalisation des données. La modélisation est susceptible de rendre intelligible un phénomène complexe par une représentation schématique au travers de chorèmes : ceux-ci sont utilisés pour représenter de manière systématique la structure des objets spatiaux considérés et la dynamique des processus spatiaux sous forme de modèles (Grataloup C. 1996, Deffontaines et al. 1990). Il s’agit ainsi d’une construction intellectuelle qui doit être confrontée à d’autre pour être validée.

7Mais il faut aussi, au préalable, discuter des notions employées (culture, frontière, style…), notamment à partir des travaux issus des autres sciences humaines (sociologie, ethnologie, géographie culturelle), afin d’éviter les écueils ou contresens rhétoriques.

La question de la définition d’entité culturelle en archéologie

8L’anthropologue F. Barth a montré l’importance des différents processus dans la catégorisation eux/nous, et notamment le rôle joué par les boundaries comme vecteur d’identification de groupes « ethniques » (Barth 1969). Très tôt, les chercheurs travaillant sur la protohistoire ont tenté de repérer les différentes entités culturelles en présence, et de ce fait leurs frontières ou limites. Dans les études françaises sur la frontière occidentale du Complexe culturel nord-alpin au Bronze final, ces deux notions existent mais selon deux acceptions :

  • Celle développée par C. Mordant (Mordant 1989) où la frontière est assimilée à la notion « d’effet de lisière » : la situation de compétition culturelle de deux entités contiguës conduit à un renforcement des traits culturels sur les zones de frontières, ainsi, les zones de contacts entre cultures font l’objet d’un dynamisme spécifique (« dynamisme périphérique »).

  • Celle développée par P. Brun (Brun 1993, 1997, 1998), où la frontière est qualifiée de « zone tampon » : cette entité, située entre deux complexes culturels, possède des caractères structurels qui lui sont propres (mixité culturelle et dynamisme économique).

9La question du mode de représentation que peuvent prendre ces phénomènes dans l’espace se pose alors. Pour P. Brun, la culture archéologique se définit comme un « assemblage polythétique d’éléments plus fréquemment associés à l’intérieur d’une aire géographique qu’à l’extérieur de celle-ci » (Brun 1988). La « culture archéologique » s’avère donc être assimilable à un système spatial. Les sites et leur mobilier archéologique (métal, céramique, etc.) sont alors considérés et traités comme des objets « géographiques », que la géographie (avec ses concepts et ses outils déjà développés et éprouvés) peut contribuer à caractériser.

10Ainsi, les notions de « frontière » et de « limite » trouvent un écho en géographie spatiale : la « discontinuité ». Cette notion est utilisée pour la définition de systèmes spatiaux à partir de l’étude de ses limites. On entend par « discontinuité » la forme spatiale qui représente la transition entre deux ensembles spatiaux contigus. Elle est assimilable à la notion de frontière quand il y a une structuration de l’espace et une reconnaissance juridique de la limite. On distingue deux types de discontinuités : la discontinuité linéaire (seuil unique : ligne) et la discontinuité aréale (surface de transition comprise entre deux seuils : un seuil d’apparition et un autre d’extinction). En l’absence de barrière, les différences de voisinage auront tendance à s’autoréguler : ainsi au-delà d’une certaine intensité il devient plus avantageux de franchir la discontinuité (Brunet et al. 1997 et François 1998).

11Ainsi ce concept nous paraît tout à fait intéressant et adapté à une utilisation en archéologie protohistorique, notamment en offrant une distinction catégorielle (le seuil unique et la zone de transition), ainsi qu’une hiérarchisation du concept qui permet de faire une distinction sur le statut de reconnaissance (juridique ou non) de ce type de structure.

Une application : l’exemple de la culture Rhin-Suisse-France orientale

12En préambule, il faut évoquer le fait que cette étude est possible en partant de l’idée ou du postulat qu’il existe une relation entre la variation des artefacts et la variation de la société. Ainsi, la culture matérielle est un des reflets de la société et au sein de celle-ci, le style peut être considéré comme un marqueur culturel et donc identitaire, que ce soit au niveau des discontinuités ou à l’intérieur de l’aire culturelle définie. On entendra par style tout ce qui ne recouvre pas la sphère de la fonction utilitaire ou celle de la technologie (matériaux).

13Dans un premier temps, l’approche typochronologique de la céramique permet ainsi de poser la question de l’existence d’une phase ancienne pour le Bronze Final IIb ainsi que l’individualisation d’une phase de transition entre le Bronze Final IIb et IIIa dans laquelle on assisterait à la naissance de ce dernier. La céramique Rhin-Suisse-France orientale, du Bronze Final IIb-IIIa, suivrait donc une évolution selon un continuum évolutif en quatre ou cinq étapes.

14Dans un second temps, l’approche quantitative est privilégiée, notamment sur ce qui concerne l’étude de la variabilité des assemblages céramiques. La définition d’assemblages céramiques à forte identité ou à simples composantes Rhin-Suisse-France orientale, corrélée à l’étude des modes techniques et des motifs de l’ornementation permet de circonscrire et de caractériser l’aire culturelle (fig. 1) (Nicolas 2003). Elle est interprétée comme un système spatial de type auréolaire au sein duquel on peut définir un pôle d’innovation centré sur la vallée du Rhin au Bronze Final IIb auquel se substituerait un autre pôle d’innovation, au Bronze Final IIIa, centré sur la Franche-Comté et la Suisse occidentale. L’étude de l’ornementation et de sa variabilité permet de poser le problème de la validité de zones stylistiques dans lesquelles les assemblages céramiques se partagent entre eux des traditions techniques et dans une moindre mesure des motifs (fig. 2). Au Bronze Final IIb nous pouvons opposer deux grandes aires : l’une septentrionale et l’autre méridionale, caractérisées par deux principaux modes techniques de décorations différents (peigne/incision au nord, cannelure au sud). Au sein de ces aires, nous pouvons isoler des sous-ensembles (groupes régionaux ?).

Fig.1. Aire d’extension de la culture Rhin-Suisse-France orientale au Bronze final IIb-IIIa

Fig.1. Aire d’extension de la culture Rhin-Suisse-France orientale au Bronze final IIb-IIIa

Fig.2. Carte de répartition des principales techniques d’ornementation de la céramique fine du Bronze Final IIb et IIIa.

Fig.2. Carte de répartition des principales techniques d’ornementation de la céramique fine du Bronze Final IIb et IIIa.

Fig.3. Sites du Bronze atlantique et Rhin-Suisse-France orientale dans le quart nord-ouest de la France

Fig.3. Sites du Bronze atlantique et Rhin-Suisse-France orientale dans le quart nord-ouest de la France

15Mais avant tout, les données archéologiques relativement riches du nord de la France offrent la possibilité de caractériser l’interface entre deux ensembles culturels : le complexe atlantique et le Rhin-Suisse-France orientale. Ainsi, du point de vue de la céramique Rhin-Suisse-France orientale, l’étude des ensembles céramiques permet de définir trois types d’assemblages différents (fig. 3) :

  • des ensembles R.-S.-F.O. « vrais ». La céramique de l’assemblage est exclusivement composée de type R.-S.-F.O. ;

  • des ensembles R.-S.-F.O. « mixtes ». L’assemblage contient de la céramique R.-S.-F.O. et de la céramique atlantique ;

  • des ensembles non R.-S.-F.O. (donc atlantique). Au sein de ces assemblages, les éléments à caractères R.-S.-F.O. sont absents ou faiblement représentés. Le corpus céramique se réduit à deux formes le plus souvent imitées (le gobelet à épaulement et la coupe tronconique).

En guise de conclusion : une proposition modélisante

Pour conclure, nous produisons ici une tentative de modélisation des structures et des dynamiques des deux entités, Atlantique et Rhin-Suisse-France orientale, à partir des données issues de l’étude de la céramique de cette dernière (fig. 4).

Fig.4. Modélisation des structures et dynamiques de l’entité atlantique et de la culture Rhin-Suisse-France orientale

Fig.4. Modélisation des structures et dynamiques de l’entité atlantique et de la culture Rhin-Suisse-France orientale

16Elles sont définies comme des systèmes spatiaux de types auréolaires (gradient de distance) possédant pour chacune un pôle d’innovation et dont l’interface se caractérise par une discontinuité aréale au sein de laquelle on retrouve de manière exclusive un petit nombre de sites spécifiques (sites de hauteur, activités métallurgiques…) dit « mixtes ». Ces sites semblent faire office de « têtes de ponts » entre les deux ensembles culturels.

17L’extension de l’aire Rhin-Suisse-France orientale se matérialise par l’assimilation de la discontinuité aréale. Ce phénomène se singularise tout particulièrement par une modification de la composition des assemblages céramiques des « têtes de pont » qui évoluent en ensembles R.-S.-F.O. « vrais ».

Bibliographie

Barth F. (1969), Ethnic groups and boundaries. The social organization of culture difference, Universitetsforlaget, Bergen, Oslo.

Brun P. (1988), « L’entité “Rhin-Suisse-France orientale” : nature et évolution », in Brun P. et Mordant C., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, APRAIF, Nemours, p. 599-620.

Brun P. (1993), « East-West Relations in the Paris Basin during the Late Bronze Age », in Scarre C. et Healy F., Trade and Exchange in Prehistoric Europe, Oxbow book, Oxford, p. 171-182.

Brun P., Aubry F., Giraud F. et Lepage S. (1997), « Dépôts et frontières au Bronze Final en France », Boletin del Seminario de Estudios de Arte y Arqueologia, LXIII, p. 97-114.

Brun P. (1998), « Le complexe culturel atlantique : entre le cristal et la fumée », in Oliveira Jorgge S., Existe una Idade do Bronze Atlantico ?, Trabalhos de arqueologia, 10, p. 40-51.

Brunet R., François J.-C. et Grasland C. (1997), « La discontinuité en géographie : origine et problème de recherche », L’Espace géographique, 4, p. 297-308.

Deffontaines J.-P., Cheylan J.-P. et Lardon S. (1990), Gestion de l’espace des pratiques aux modèles, Mappemonde, 4, p. 1.

François J.-C. (1998), « Discontinuités territoriales et mise en évidence de systèmes spatiaux », L’Espace géographique, 4.

Grataloup C. (1996), Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, Reclus, Montpellier.

Mordant C. (1989), « Transgression culturelle et mouvements de populations aux xive-xiiie siècles avant notre ère dans le Bassin parisien. Compétition culturelle et phénomène de lisière », in Mordant C., Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale, CTHS, p. 283-304.

Nicolas T. (2003), Styles décoratifs et identités régionales dans la culture Rhin-Suisse-France orientale, mémoire de DEA de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Aire d’extension de la culture Rhin-Suisse-France orientale au Bronze final IIb-IIIa
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6051/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig.2. Carte de répartition des principales techniques d’ornementation de la céramique fine du Bronze Final IIb et IIIa.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6051/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig.3. Sites du Bronze atlantique et Rhin-Suisse-France orientale dans le quart nord-ouest de la France
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6051/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig.4. Modélisation des structures et dynamiques de l’entité atlantique et de la culture Rhin-Suisse-France orientale
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/6051/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

Auteur

Doctorant, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologies et Sciences de l’Antiquité. Sujet : Le message des potiers. Les manifestations identitaires à travers les styles céramiques de la culture Rhin-Suisse-France orientale, sous la direction de Patrice Brun.
Soutenance prévue en 2009.

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540