Version classiqueVersion mobile

Des communistes en France

 | 
Jacques Girault

Communisme et municipalités

Un maire passé par le communisme : André Morizet

Pascal Guillot

Texte intégral

  • 1 Seitz (f.), « L’époque du style international », in Urbanisme, n° 309, nov.-déc. 1999, p. 52- 55.

1Évoquer le passage par le communisme d’André Morizet, maire de Boulogne-sur-Seine, entre 1919 et 1942, constitue un réel paradoxe, car Morizet est classé exclusivement comme maire socialiste. Dans un récent article de la revue Urbanisme, présentant Morizet comme le promoteur par excellence du Mouvement moderne, le passage par le communisme est totalement occulté1. De surcroît, cette période très éphémère se termina par une dissidence. Dès janvier 1923, Morizet est exclu de la SFIC, et il retourne à la « vieille maison » seulement en 1927, après avoir rejoint l’Union socialiste communiste, qu’il fonde avec Frossard à Boulogne même.

2Le cadre chronologique se limite donc aux appartenances de Morizet au Parti communiste et à l’Union socialiste communiste (USC). Ainsi, une partie des deux premiers mandats municipaux de Morizet est marquée par le communisme et ses « déviations ».

3Autre paradoxe, la responsabilité de maire n’est pas essentielle pour le Parti communiste, contrairement à la présence dans les organes de décisions, notamment le Comité directeur. Le contexte communal, pour le Parti communiste, ne se détache pas.

4Dans le cadre de la construction de l’itinéraire de Morizet, fonctionnaire, intellectuel, militant, journaliste, se focaliser sur la figure du maire fait problème car la confusion peut être établie entre le premier magistrat d’une ville, la municipalité et son conseil municipal. Comment faire la part entre ce qui relève de la municipalité tout entière et ce qui relève des prérogatives du maire proprement dit ? Nous nous trouvons face à des temporalités différentes : le temps de l’élu, celui du discours, et le temps de l’administration municipale.

  • 2 Sadoul (j.), « Le royaume du moteur », in Regards, n° 75, 20 juin 1935.
  • 3 Tourly (R.), « Boulogne-Billancourt. Une cité définitivement conquise au Socialisme », in L’Égalité(...)

5Surtout, on se situe à une époque où les figures individuelles sont plutôt effacées par rapport au collectif et aux organisations, et ici, le maire tend à s’effacer au profit de la municipalité. Ainsi, dans le portrait que Jacques Sadoul établit de la municipalité de Boulogne, qualifiée d’ailleurs de « socialiste », la personnalité de Morizet est totalement occultée2 ; de même, dans des articles de journaux consacrés à Boulogne, on évoque de préférence « la gestion ouvrière à Boulogne-Billancourt » ou encore « une ville définitivement conquise au socialisme »3. En fait, la figure du maire apparaît clairement quand sa personne est mise en cause, soit par ses détracteurs et adversaires politiques, soit par le gouvernement de la République, ainsi quand Morizet est révoqué de sa fonction de maire en juillet 1922.

6Comment s’articule le mandat d’élu avec l’appartenance successive à deux partis, le Parti communiste et l’USC ? En quoi l’enjeu municipal est-il déterminant pour un parti qui se veut révolutionnaire, d’autant qu’à cause même de la dissidence la question municipale devient une question forte ? Existe-t-il une gestion édilitaire spécifique du fait de l’appartenance de Morizet – comme de la majorité de ses conseillers – à ces partis ? Dans quelle mesure peut-on différencier cette politique de celle menée par la SFIO ? N’est-ce pas exclusivement de l’ordre du symbolique ? En d’autres termes, y a-t-il héritage ou rupture ? Un maire communiste peut-il lutter contre la tendance à la gestion ou entre-t-il nécessairement dans une logique électoraliste ? Et comment s’articule la gestion d’une commune et la politique nationale ?

De la gestion communale au grand Paris

Les élections

7Morizet échoue aux élections législatives à Boulogne – 6e circonscription de l’arrondissement de Saint-Denis – en avril 1914 ; et en 1919, dans le 4e secteur de la Seine. Deux semaines plus tard, lors des élections municipales, les socialistes élargissent la représentation municipale qu’ils détiennent depuis 1912. En Seine-banlieue, ils détiennent alors vingt-quatre municipalités au lendemain du second tour. Morizet, candidat à Billancourt, comme seize de ses colistiers, est élu dès le premier tour ; dans le scrutin de ballottage, seize socialistes sur dix-sept sont élus à Boulogne.

  • 4 Archives municipales de Boulogne-Billancourt (AMBB), D20e, tract « Élections municipales. Concentra (...)
  • 5 Idem, Parti socialiste SFIO, section de Boulogne, « Achevez le nettoyage ! Balayez Boulogne ! ».

8Face à la liste de droite dite de « Concentration républicaine », qui met en exergue la peur des rouges (« Boulogne est en danger de tomber aux mains bolchevistes ») et qui dénonce « la tyrannie des démagogues irresponsables de l’Église unifiée contre les gens d’ordre et de progrès » […], « les grèves à outrance » et « la licence dans tous les services »4, la liste socialiste tire le bilan de la municipalité sortante, conduite par Lagneau, en insistant sur l’hygiène et la propreté dans la ville. « Boulogne est devenue la ville la plus sale de France » lit-on dans le tract de la section socialiste avant le premier tour qui résume la politique menée : « incapacité, inertie, mépris des travailleurs »5.

  • 6 Idem, 3K37, tract « Groupe de Défense des Intérêts de Boulogne ».

9En 1925, la liste conduite par Morizet à Billancourt est créditée de 3 298 voix et la liste Henripré de 2 668 voix à Boulogne. Cette fois, Morizet n’est pas élu au premier tour, car la liste communiste rassemble 1 896 voix, tandis que la liste de droite du « Groupe des intérêts de Boulogne » du docteur Caujole réunit 1 848 voix. Une grande partie des voix communistes se reporte finalement sur Morizet, même si aucune place n’est réservée au Parti communiste sur la liste. La droite, qui ne nie pas totalement l’efficacité de la politique municipale, se place essentiellement sur le terrain de l’anticommunisme. Alors que la « ceinture rouge » marque de plus en plus l’imaginaire, cette dernière dénonce « les théories monstrueuses de Karl Marx » et « le programme révoltant de spoliation et de guerre civile »6.

  • 7 Idem, Ville de Boulogne-Billancourt, compte rendu de mandat de la municipalité, conclusion.

10En contrepoint, avec une grande assurance et fièrement, Morizet défend son bilan dans un opuscule de vingt-cinq pages intitulé Compte rendu de mandat. « Qu’on nous montre, écrit-il, quelque part dans le pays, des mandataires qui apportent à leurs mandants une pareille somme de réalisations et d’une qualité égale ». « Nous avons été de bons ouvriers » et il trace les lignes du « programme à poursuivre demain : la guerre au taudis, pour la lumière, pour l’aération, la guerre pour la santé, l’hygiène, le mieux-être de la classe ouvrière »7.

L’œuvre édilitaire

11On a le sentiment d’une grande continuité dans la gestion municipale entre 1919 et 1927, en dépit du changement d’étiquette politique. En fait, ces années précèdent les années 1930, où se manifestent des choix d’urbanisme clairement définis, privilégiant le Mouvement moderne en matière architecturale et rationalisant le fonctionnement de la ville (notamment à travers l’élaboration du centre-ville, avec l’hôtel de ville de Tony Garnier et les projets de Le Corbusier).

  • 8 L’Égalité, 8 août 1923, article cité.

12Les années 1920 sont caractérisées d’abord par le fait de combler le retard dans l’équipement de la ville ou de s’attaquer aux dysfonctionnements de la machine municipale. Ainsi est privilégiée la réorganisation de la mairie du bureau de bienfaisance – jusque-là dans un couloir – et du service téléphonique, ce que Robert Tourly appelle « le décrassage de l’Hôtel de ville »8.

  • 9 Cf. note 5.
  • 10 L’Humanité, 27 mars 1919.

13En second lieu, l’effort est porté sur la réfection de la voirie et le nettoyage de la ville. Lors des élections municipales de 1919, la campagne socialiste est centrée sur la saleté et l’absence d’hygiène, aboutissant avant le second tour à des métaphores du type « Balayez Boulogne ! », « Achevez le nettoyage ! »9, et la presse nationale évoque Boulogne comme un « cloaque »10. Ainsi, sans attendre les autorisations administratives, la municipalité achète dix-sept camions à benne basculante dans les camps américains, des machines automatiques pour le nettoyage, l’une pour le balayage, l’autre pour l’arrosage des rues, et une machine à pomper l’eau pendant les inondations de la Seine. Parallèlement, le nombre de chaussées empierrées et pavées ainsi que le réseau d’égouts se développent.

14En troisième lieu, la priorité est donnée à l’enfance : écoles remises en état, développement d’une école professionnelle, colonies de vacances dans la Nièvre et le Calvados, cinéma scolaire, service d’assistantes scolaires, service de consultation dentaire. Surtout, la ville s’enorgueillit de l’unique préventorium de France ouvert toute l’année dans une propriété acquise à Sèvres. Enfin, la municipalité souscrit un emprunt d’un million de francs pour construire, en concertation avec l’Assistance publique, le premier hôpital de banlieue.

  • 11 « Des cités-jardins, enfin ! », Idem., 11 juin 1922.
  • 12 « Le toit des hommes », entretien avec Paul Lenglois, Ce Soir, 17 février 1927.
  • 13 AMBB, 2D6, 12 mars 1920 et arrêté municipal du 18 mars 1920, affiche.
  • 14 Ce Soir, 17 février 1927, art. cité.
  • 15 L’Humanité, 11 juin 1922, art. cité.
  • 16 Ce Soir, 17 février 1927, art. cité.

15Néanmoins, la question du logement domine. Dans l’Humanité, Morizet le qualifie du « plus ardu des problèmes pratiques, celui qui domine tous les autres […] pour la santé de la classe ouvrière, pour l’avenir du pays, pour la beauté et la propreté morale de l’humanité »11. Dans Ce soir, il écrit qu’« en tant que maire d’une ville ouvrière, il est obligé de se préoccuper des logements »12. Ainsi, dès mars 1920, il promulgue à Boulogne un arrêté pour la déclaration des logements vacants, « considérant que le surpeuplement de la ville est extrême »13, arrêté, cassé par la préfecture de la Seine. Il faut alors attendre 1926 pour qu’une telle disposition puisse être légalement mise en œuvre. Dans une enquête effectuée par Morizet sur sa commune, grâce aux statistiques fournies par les sept principales usines de la ville, sur 35 809 ouvriers travaillant à Boulogne, 22 935 résident hors de cette ville. Le maire se plaint des mouvements pendulaires qui signifient « temps perdu, forces gaspillées », des moyens juridiques et financiers qui font défaut, rendant « le problème insoluble, présentement »14. Comme de nombreux élus de gauche de la Seine, il estime que seule une intervention publique d’envergure est en mesure d’atténuer ou de remédier à cette crise du logement, la cité-jardin étant la forme paradigmatique de l’urbanité nouvelle. Grâce aux efforts du Conseil général de la Seine, l’Office départemental d’HBM du département est créé en 1915, neuf cités-jardins sont construites dans l’après-guerre, et en 1923, 637 logements sont achevés. Morizet loue la « ténacité ingénieuse »15 de Sellier, qui dirige l’office, et « le labeur assidu, les efforts consciencieux des conseillers municipaux du département de la Seine […], accomplis sans bruit, au nom du Parti, pour la classe ouvrière ». Mais les retards sont flagrants, et Morizet, citant les exemples de Bourneville et de Well-Hall, invite les législateurs à « transplanter dans notre France retardataire ce que l’étranger fait depuis longtemps »16.

  • 17 « Le Congrès international des villes », in La Nouvelle Revue Socialiste, n° 1, 5 décembre 1925, n. (...)

16Ce que révèle la gestion municipale de Morizet, c’est indéniablement l’incontournable professionnalisation des fonctions municipales. Et dans cette logique, Morizet évacue ce qui relève de l’engagement politique, donc du communisme, au profit du « municipalisme » ou de « l’Internationale municipale ». Morizet le reconnaît lui-même, notamment dans un article publié en décembre 1925 dans La Nouvelle Revue socialiste. « Les fonctions municipales, écrit-il, ont cessé d’être ce qu’elles étaient avant tout : des fonctions honorifiques, qu’on pouvait confier en toute sagesse, à n’importe quel personnage reluisant. Elles tendent de plus en plus à devenir professionnelles ». Il envisage même l’avenir proche en ces termes, loin de toute visée révolutionnaire : « Nous ne sommes peut-être pas éloignés du jour où les maires français seront, comme les bourgmestres allemands, des fonctionnaires de carrière, choisis par le conseil municipal élus pour exercer dans la ville le métier auquel un apprentissage les a préparés ». Il pense cette professionnalisation comme indispensable, parce que « l’administration des villes devient de plus en plus technique, leur urbanisation relevant de plus en plus de la science et de l’art »17 .

  • 18 AMBB. DI 6a et D20b. Discours prononcé par Lioubimoff, président-adjoint des Soviets de Moscou. 9 n (...)
  • 19 La Nouvelle Revue socialiste, art. cité.
  • 20 AMBB, C7q, « A mes concitoyens de Boulogne-Billancourt », Le Progrès, 5 mai 1924, p. 1.
  • 21 Idem, D20f, « Cher concitoyen, … », tract du Comité d’Union Socialiste (USC) (Listes Morizet-Henrip (...)

17Cette préoccupation est loin d’être isolée au pian national et international, et même paradoxalement dans la patrie de la révolution. Lors de sa visite à Boulogne en 1925, le président-adjoint du soviet de Moscou constate : « Ce qui nous frappe, c’est le développement énorme de la technicité dans le domaine communal. C’est ce qui est la cause des progrès réalisés »18. Comme la technique l’emporte, Morizet estime que pour conduire l’action municipale, il faut « le génie d’une longue patience », c’est-à-dire qu’« il y suffit de travail et de méthode »19. De même, l’année précédente, dans le journal local Le Progrès, il évoque « l’effort méthodique, soutenu, laborieux et honnête » des administrateurs « pour le bien-être de la classe ouvrière »20 ; dans un tract de l’USC pour le scrutin de mai 1925, il met en avant aussi son administration « honnête et sérieuse »21 . Ainsi, lorsque l’on évoque dans la presse l’action de Morizet à la tête de la municipalité, on loue « la compétence » et « l’efficacité », « l’application », ou encore « l’administrateur judicieux ».

  • 22 « Les Conseillers socialistes belges à Paris. Parmi les Municipalités communistes », Peuple (Bruxel (...)

18Par conséquent, non seulement on peut constater la continuité de la politique municipale entre 1919 et 1927, mais surtout une orientation strictement réformiste. Les conseillers socialistes belges en visite à Boulogne et Suresnes en 1922 s’en émeuvent. « Ces communistes, qui se donnent si volontiers un air farouche et qui nous appellent, nous de la IIe [Internationale], des embourgeoisés, des vils réformistes, ne sont guère ces révolutionnaires dans le sens qu’ils veulent bien nous le faire croire »22. Non seulement ils s’amusent du fait que Morizet et ses adjoints soient ceints de l’écharpe tricolore, mais surtout, ils constatent que « ces administrateurs communaux, lorsqu’ils se trouvent devant une tâche à réaliser, ne diffèrent guère de ceux qu’ils appellent les réformistes ». Ainsi, ils s’étonnent de voir les pompiers de Boulogne, portant l’étoile soviétique à la boutonnière, qui font admirer à leurs visiteurs leur lance à eau très puissante.

Les moyens de cette politique

  • 23 Cf. note 7.

19Dans le compte rendu de mandat de la municipalité daté de 1925, on présente l’état des finances comme « excellent […], sans dettes »23. Certes, la ville n’a en effet contracté à cette date qu’un seul emprunt d’un million de francs pour construire l’hôpital, mais la situation est plus complexe. En consultant les procès-verbaux des conseils municipaux, on constate – au-delà de la pratique fréquente de l’augmentation des centimes additionnels – que la municipalité multiplie les taxes ou les augmente. Le 30 juin 1920, une taxe de balayage est prélevée, car « le balayage est mal exécuté par les propriétaires riverains » ; suivent en février 1921 une taxe sur les chiens, en mars 1922 une nette augmentation de la taxe sur les spectacles et en juillet 1923 l’introduction d’une taxe sur le cinématographe. La municipalité doit même remettre en cause certaines mesures face aux difficultés financières : le 2 août 1920, la distribution des prix de livres est supprimée « en raison du coût des livres », au profit d’une œuvre scolaire.

  • 24 AMBB, 2D6, conseil municipal du 12 mars 1920.

20Toutefois, le maire intervient à plusieurs reprises sur la question des finances locales. Alors que le conseil municipal décide le relèvement du tarif de l’octroi en mars 1920, il reconnaît qu’il s’agit de la « principale ressource d’une commune », mais se prononce pour « une taxe de remplacement frappant les riches et les possédants » en avouant l’impuissance des maires : « cela relève, de la compétence du Parlement »24.

21L’un des instruments de la politique menée est la mise en place systématique de la régie directe dès 1920, que Morizet présente comme la moins chère et la plus efficace. Il déclare lors d’une réunion du conseil municipal consacrée à la mise en régie directe de l’exploitation des marchés qu’on ne pourrait admettre qu’une commune laisse à un particulier la possibilité de faire des bénéfices au détriment de la collectivité. En cela aussi, la politique menée à Boulogne, sinon plus précocement, ne diffère guère de celles d’autres municipalités socialistes.

Vers le grand Paris

  • 25 « Quelques as qui sortiront des urnes le 9 janvier 1927. M.A. Morizet », in Les Services publics, 5 (...)

22André Morizet, qui ne se contente pas de se cantonner au local, pose les premiers jalons de l’intercommunalité et se présente comme l’un des principaux apôtres du « grand Paris ». On le juge comme « le grand propagandiste et infatigable du grand Paris »25.

  • 26 AMBB, conseil municipal du 30 juillet 1924.

23La première préoccupation de Morizet consiste d’abord à supprimer le sectionnement électoral de Boulogne et Billancourt, à réunifier les deux parties de la ville et à changer sa dénomination en juillet 192426. Elle répond certes à des considérations toponymiques afin de ne pas confondre les villes de Billancourt dans la Somme et de Boulogne dans le Pas-de-Calais, mais elle correspond surtout à une volonté politique, réconciliant la bourgeoise Boulogne et le Billancourt ouvrier et visant à implanter plus durablement le socialisme. Cette réunification s’inscrit par ailleurs dans le cadre d’un changement d’échelle. Alors que la césure Paris/ban lieue et la différenciation sociale n’ont cessé de se renforcer, Morizet tente de raisonner dès l’après-guerre sur une agglomération de sept millions d’habitants, dont cinq millions pour la Seine, ce qu’il appelle « le Paris réel ». Il ne fait que constater la croissance démographique de la périphérie au détriment de la capitale, la disharmonie et l’omnipotence de l’intérêt privé.

  • 27 L’Œuvre, 13 mai 1920.

24Sa seconde préoccupation concerne l’intercommunalité, largement défendue dans le cadre de l’Office des Municipalités socialistes de la Seine. Dès le début de son premier mandat, il réclame d’« élaborer en commun des solutions […]. Toutes nos décisions procèdent du principe : supprimer les cloisons étanches entre les communes. La politique municipale socialiste tend vers la départementalisation. Si ce barbarisme vous déplaît, dites que nous voulons créer le grand Paris »27. Ainsi, dans la pratique, la municipalité de Boulogne adhère progressivement aux syndicats intercommunaux nouvellement constitués, celui des eaux en 1922, celui des ordures ménagères en 1924.

  • 28 « Nous donnerons à Paris un Conseil municipal », lettre à M. Naudin, préfet de la Seine, publiée da (...)
  • 29 Du vieux Paris au Paris moderne. Haussmann et ses prédécesseurs, Hachette, Paris. 1932, 399 p.

25En fait, Morizet raisonne en termes de grand Paris dès le début de son premier mandat en montrant l’inadéquation des politiques suivies jusqu’alors. Dans une lettre ouverte au nouveau préfet de la Seine en 1924, il écrit : « L’usine que vous êtes appelé à diriger est embouteillée comme vos rues ; c’est une antique maison dont la machinerie démodée exige un rajeunissement rapide […]. Les Boulevards et les Champs Elysées, avec quelques annexes, ne forment plus l’essentiel d’une ville dont Mantes, Senlis, Meaux, Fontainebleau constitueront d’ici peu des faubourgs […]. Une vaste agglomération, une sorte de comté de Londres, se crée. Il faut l’organiser, la doter de tous ses services »28. Dans cette logique, il réhabilite Haussmann : « On dit trop de mal de lui. Il savait son métier », et consacre d’ailleurs à ses travaux un ouvrage ample, quelques années plus tard29.

  • 30 AMBB, Conseil municipal, séance du 30 juin 1920.

26Le premier souci de Morizet consiste à se focaliser sur la banlieue, étouffée et niée par Paris. À plusieurs reprises, le maire et son conseil municipal protestent contre l’éventuel rattachement de Boulogne et de Billancourt à Paris. En juin 1920, ils s’opposent à l’annexion à la ville de Paris de terrains que cette dernière revendique en vertu de la loi du 2 mai 1855, annexion qualifiée d’« inutile et vexatoire à l’adresse de Boulogne »30 ; en juillet 1922, Morizet, à l’Union amicale des maires, se prononce clairement contre le rattachement de sa commune à Paris. Il n’est pas anodin que la liste présentée par le Cartel des Gauches aux élections municipales de 1925 s’intitule « Liste des intérêts de la banlieue », alors que la liste de droite se revendique comme « Groupe de défense des intérêts de Boulogne ».

  • 31 Archives de Paris, carton Morizet DE 1/1, lettre à M. Robert de Jouvenel, directeur en chef de L’Œu (...)

27Morizet exige que l’on ne néglige plus l’intérêt des banlieusards. « Le banlieusard, autre Parisien, souffre, écrit-il, d’une organisation anachronique où les quatre-vingt représentants des quartiers centraux décident pour l’ensemble […]. Que pèsent par exemple sur les discussions sur les transports, les vingt-deux conseillers généraux qu’on daigne nous accorder à nous qui représentons le tiers de la population totale, près de leurs collègues, quatre fois plus nombreux ? »31

  • 32 « Monsieur Guizot vit encore... 11 siège à l’Hôtel de Ville", in Le Quotidien, 20 janvier 1925.
  • 33 Ibid.
  • 34 Cf. note 31.
  • 35 « À propos d’une manifestation », L’Égalité, n° 23, 20 juin 1923.

28En effet, le constat est édifiant : la banlieue élit un conseiller général pour 68 000 habitants tandis que Paris en désigne un pour 36 000. Morizet s’insurge contre ce qu’il qualifie de « principe censitaire qui dit plus clairement au cochon de payant : ton électeur sera fixé selon ta feuille d’impôt. Silence aux pauvres ! » s’exclame-t-il32. Le conseil municipal de Boulogne s’aligne sur ses positions et formule plusieurs vœux sur la question. Ainsi, en novembre 1923, il se prononce en faveur de nouvelles circonscriptions électorales de banlieue pour la désignation du Conseil général, « en assurant l’équivalence de la représentation entre la banlieue et Paris ». Plus globalement, Morizet tance les autorités de modifier très clairement le régime électoral de Paris par la péréquation des circonscriptions électorales. Durant toute l’année 1924, il se lance dans une campagne de presse en écrivant des articles caustiques, notamment dans L’Œuvre. « On croit en général que Monsieur Guizot est mort en 1874. C’est une erreur. L’homme au faux-col vit toujours parmi nous. Il est au conseil municipal de Paris. Mais il a pris on ne sait pourquoi le pseudonyme de Fortuné d’Andigné »33. Dans une lettre qu’il adresse à Robert de Jouvenel, directeur en chef de L’Œuvre, il tient à souligner qu’il ne faut « pas s’en prendre aux hommes qui administrent Paris. Ce qu’il faut, c’est changer de régime, cet invraisemblable régime qui fait que la Ville Lumière, seule en France, n’a point d’Assemblée municipale ». S’insurgeant contre « le régime d’exception de Paris », relevant que Paris possède quatre-vingt conseillers, mais point de Conseil, il considère que chaque conseiller est « élu par un petit bourg-pourri, s’usant au service des indigents, des bistrots et des propriétaires de ses quartiers »34. Selon Morizet, le système en place révèle à la fois la suprématie des intérêts particuliers et la dépendance à l’égard du préfet. « Quelles sont, dans ce système, les garanties de la collectivité ? Elle n’a point de prise sur l’élu, s’il satisfait les quelques douzaines d’électeurs dont sa réélection dépend ». Il qualifie même l’Hôtel de ville de « pauvre caricature d’assemblée dont le préfet tire les ficelles »35.

  • 36 Dans ses articles, de L’Œuvre déjà cités.

29En fait, le problème soulevé n’est pas neuf ; avant guerre, déjà, le groupe socialiste de l’Hôtel de ville dépose un projet de réorganisation administrative rédigé par Henri Sellier. Morizet en reprend les grandes lignes : la suppression du Conseil municipal de Paris, l’élection du Conseil général au scrutin de liste avec représentation proportionnelle pour des attributions d’ordre général : finances, grands travaux et assistance ; enfin, l’élection des municipalités dans les vingt arrondissements et les villes de banlieue pour les affaires locales : état civil, écoles, bureau de bienfaisance et petite voirie. Morizet assure qu’avec une organisation de ce genre, « où chacun sera responsable dans sa sphère et où l’électeur aura prise sur ses élus, les Parisiens seront bien servis », permettant ainsi « l’intérêt général [de] vaincre les intérêts locaux ». Et Morizet ne cherche pas à nier l’intérêt éminemment politique de telles réformes, évoquant à diverses reprises ces « approximatives assemblées parisiennes, majorées par une minorité, présidées par des bonapartistes ou des royalistes, […] plaisanterie [qui] a assez duré »36.

L’élu, la République et le Parti

Le maire et le communisme

30Dans les deux partis se revendiquant du communisme, la dépendance de l’élu par rapport au parti est évidente d’autant plus que Morizet occupe des responsabilités, membre du Comité directeur du Parti communiste, membre du Comité central de l’USC.

  • 37 « Le Maire philosophe », Midi-Toulouse, 30 juillet 1922 et l’Humanité, 4 août 1922.

31Révoqué en tant que maire, Morizet déclare au quotidien Midi-Toulouse : « Je ne suis plus maire. Je suis toujours conseiller municipal. Et comme j’appartiens au Parti communiste, la décision sera celle de ma section »37. Le lendemain, dans l’Humanité, le « légitimisme » de Morizet s’exprime encore plus clairement : « On est rien sans son parti. Lorsqu’on marche avec lui, on marche la tête haute et la conscience tranquille... Mes camarades savent que je leur appartiens cuir et peau... ».

  • 38 AMBB, D20b, « Au peuple ouvrier notre juge », section du PC/SFIC de Boulogne-Billancourt. août 1922

32Le Parti communiste manifeste sa totale solidarité avec Morizet. Sur une affiche de la section intitulée « Au peuple ouvrier notre juge », est publiée la lettre qui a motivé la révocation du maire : « Usant des prérogatives monarchiques que leur confère la loi municipale, ils [nos maîtres] destituent un élu du suffrage universel qui ne devrait relever que du suffrage universel lui-même. Morizet ne reconnaît comme juge que son parti, qui l’a désigné à vos suffrages et vous qui l’avez élu […]. Nous, Parti communiste, nous nous solidarisons entièrement avec lui »38 . Mais l’affiche évacue totalement l’administration de la cité au profit d’un discours centré sur les enjeux politiques nationaux : « Entre Millerand, l’avocat d’affaires, pour qui fut inventé l’épithète “requin” et Poincaré, que le prolétariat flétrit pourtant du nom de “Poincaré-la-guerre”, vous jugerez […]. Vous direz si vous êtes avec le militarisme agressif, avec l’impérialisme conquérant, avec le capitalisme créateur de l’impôt sur les salaires, avec les geôliers de Marty, avec les généraux assassins. Vous direz si vous êtes au contraire avec le communisme libérateur ».

  • 39 AMBB. D20a, lettre de L.O. Frossard à A.M.. comité directeur du Parti communiste, 8 février 1922.

33Avec le Parti se nouent des relations et des solidarités. Lorsqu’un membre influent, ami de Morizet, sollicite son intervention, ce dernier se sent dans l’obligation de ne pas refuser. Ainsi, Frossard, en tant que membre du Comité directeur du PCF, en février 1922, recommande par lettre à « [son] cher Morizet » un certain Bunet, qualifié d’« excellent camarade, fort intelligent […], actuellement sans emploi », auquel « [il] rendrait service, s’il pouvait l’employer pendant quelques semaines »39. Morizet répond positivement à Frossard.

  • 40 Morizet est même élu membre titulaire du comité directeur du PCU dès le 17 janvier 1923.

34Toutefois, Morizet est exclu du Parti communiste en janvier 1923, et son adhésion immédiate au Parti communiste unitaire (PCU)40 suscite des réactions hostiles, malgré le souci de l’unité ouvrière qui anime Morizet. Il évite de faire référence à l’existence du PC-SFIC, hormis dans L’Égalité, organe officiel de l’USC, dans lequel il mène une campagne de dénigrement.

  • 41 Au cours de ce congrès, l’Union fédérative et le PCU fusionnent et forment l’USC.
  • 42 AMBB, D20a, lettre de Victor Bizet au maire, 7 février 1923.

35A la veille de la formation de l’USC au Congrès de Boulogne en avril 192341, le PCF fait apposer sur les murs de Boulogne une affiche, sur laquelle déniant à la municipalité et à Morizet le titre de « communiste », qualifiant le PCU de « parti bourgeois ». Sur les trente-six conseillers municipaux de Boulogne, trente-et-un se solidarisent avec Morizet, pas nécessairement en adhérant au nouveau parti, mais en validant les choix du maire. Le PCF revendique sept conseillers qui seraient restés fidèles au parti, mais deux d’entre eux démentent et tiennent à affirmer, par des missives adressées au maire, leur fidélité et leur volonté de poursuivre l’œuvre accomplie avec lui. Ainsi Bizet, deuxième adjoint, déclare « prendre toute la responsabilité que comporte la gestion de l’administration municipale à laquelle [il a] été désigné comme adjoint »42.

  • 43 Idem, D20b, « À nos camarades ouvriers », Parti communiste unitaire, section de Boulogne-Billancour (...)

36La section du PCU réagit très vivement à l’affiche du PCF, en s’adressant à ses « camarades ouvriers ». Elle dénonce un « PC ivre de passion divisionniste, qui a exclu quelques-uns des leurs [dont Morizet, précise-t-on], parce que ces derniers n’admettaient pas les consignes imposées par des comités occultes et refusaient d’abdiquer leur droit de discuter dans le Parti »43.

37Les adhérents du PCU, puis de l’USC, tiennent à affirmer clairement leur identité communiste : « Communistes nous étions, communistes nous resterons. Notre programme demeure le même : celui de Tours. Le monopole du communisme n’appartient à personne. Nous sommes le nombre et la force, et le communisme, à Boulogne, c’est nous ». Ils mettent en avant leur volonté de « conserver au prolétariat » des mairies qu’ils ont conquises.

  • 44 A.M., « Procédure unitaire », L’Égalité. n° 20. 30 mai 1923.
  • 45 AMBB, tract du Comité d’Union socialiste (USC), « Nos adversaires », élections municipales du 3 mai (...)

38En fait, l’USC – avec ses cinq mairies – veut s’imposer comme une composante déterminante de l’échiquier politique de l’époque, et surtout comme une force incontournable dans la gestion municipale en banlieue. En mai 1923, dans un article de L’Égalité, Morizet, dénonçant ce qu’il nomme les « bluffs systématiques de l’Humanité », affirme : « Dans la banlieue, c’est nous les résistants qui possédons la force dominante »44. Cette quête de légitimité vis-à-vis de la classe ouvrière se conquiert dans la bonne gestion des municipalités passées à l’USC. En contrepoint, même si l’USC ne met jamais en cause la gestion des municipalités communistes (SFIC), elle attaque quelques conseillers généraux dans leur action concrète, en particulier s’ils se manifestent sur le terrain conquis par Morizet. Ainsi, dès 1923, une campagne menée par Morizet, au nom de l’USC à Boulogne, vise à discréditer l’action du conseiller communiste Couergou, « protecteur officiel des Pandores », qui « n’a jamais rien fait, rien et rien »45.

  • 46 Cf. note 7, « Cher concitoyen », introduction.

39L’étiquette « communiste », encore revendiquée dans le cadre interne du Parti, disparaît totalement en direction de la population, au profit de l’épithète « socialiste ». On évoque certes « la gestion ouvrière de l’Hôtel de ville », « une cité définitivement conquise au socialisme », « la République sociale », mais les candidats, avant les élections, se définissent comme « politiquement socialistes, comme ils l’ont toujours été […]. Fidèles au vieil idéal de Jaurès, de Guesde et de Vaillant, ils restent indépendants des consignes mystérieuses de Moscou comme des liens gouvernementaux »46. Lors des élections municipales de mai 1925, Morizet, non seulement ne se revendique pas comme communiste, mais aussi la liste sur laquelle il se présente s’intitule « Liste d’Unité Ouvrière et Socialiste », et non pas « liste de l’USC ». Cette logique répond à la base sociale électorale de Boulogne puisque la municipalité vise à conquérir les voix des classes moyennes et des artisans. Le conseil municipal se caractérise par une sous-représentation des ouvriers les moins qualifiés. En 1919 et en 1925, en plus de la présence de l’intellectuel Morizet, docteur en droit, et de Verfeuil en 1925, directeur de La Vague, tous les autres conseillers municipaux sont, soit ouvriers d’ateliers ou à la Manufacture nationale de Sèvres, soit issus de milieux aisés (un directeur de clinique, un comptable...).

  • 47 AMBB, 3K.37, tract non-daté.
  • 48 Ibid., « Réponse au démagogue Morizet », non daté.
  • 49 Ibid., tract du Bloc Ouvrier-Paysan, non daté.

40Le PCF, qui manifeste une hostilité permanente à Morizet et à ses adjoints, avant le premier tour des élections municipales de 1925, estime : « On s’est enrichi ferme depuis cinq ans dans la phalange municipale. En vérité, ce n’est pas une mauvaise affaire que de cultiver sur les terres du prolétariat »47. Morizet est perçu comme un intellectuel, extérieur aux préoccupations de la classe ouvrière, et comme un traître et un arriviste. Dans une réponse à Morizet, les communistes s’adressent « aux travailleurs exploités de Boulogne-Billancourt, électeurs trompés par la démagogie de Morizet, renégat de la classe ouvrière »48. De même, un tract du Bloc Ouvrier et Paysan avertit en ces termes les ouvriers : « On ne compte plus les trahisons. Après le PC, l’USC, après l’USC, le Bloc des gauches, et après ? N’importe, pourvu qu’il arrive ! »49. Entre les deux tours, en dépit de l’appel à voter pour la liste Morizet, la section communiste de Boulogne – alors que ce dernier fait afficher entre les deux tours un texte intitulé « Achevons la victoire »– tance ses électeurs de « voter avec des pincettes […] pour barrer la route au Bloc national ».

Le maire et ses administrés

  • 50 Cf. note 20.
  • 51 « Premiers-Mai d’autrefois et d’aujourd’hui", L’Égalité, n° 14, 1er mai 1923 et « Avant les électio (...)

41Morizet, lors des élections municipales de 1919, promet à ses électeurs qu’une réunion par an aura lieu pour un compte rendu de mandat. L’année suivante, une telle réunion se déroule dans un préau d’école. Cent cinquante personnes seulement y assistent, ce dont Morizet se plaint. Il ne renouvelle plus l’expérience, qualifiée de « vanité ». Dans un journal local, Le Progrès, en mai 1924, il se désespère de l’inertie du peuple. « Presque personne n’a répondu à l’appel », se lamente-t-il. « Le peuple, si souvent sévère pour ses mandataires lorsqu’ils affrontent de nouveau son verdict se désintéresse complètement de leur gestion tant qu’elle est en cours […] ». Très condescendant, il poursuit : « le peuple se montre incapable de faire l’effort minime qui serait pourtant indispensable pour surveiller ses propres intérêts »50. Ses articles rédigés dans L’Égalité de Frossard – journal qui n’a pas la prétention de s’adresser aux masses – véhiculent cette même charge moralisatrice envers le peuple, révélatrice de la position sociale de Morizet, un maire-intellectuel. En mai 1923, il exhorte la classe ouvrière à « retrouver le bon sens et la santé mentale » ; en février 1924, il évoque « l’indifférence de la classe ouvrière, le jemenfoutisme des travailleurs », comparant la France à « un malade qui a perdu trop de sang et qui ne réagit plus […] Poincaré peut occuper la Ruhr, ruiner le pays, entraver le rétablissement de la paix, on vit tout de même, tant bien que mal. Ne nous faisons pas de bile, et courons au cinéma. Telle est la morale de la classe ouvrière »51.

  • 52 Cf. note 20.
  • 53 Cf. note 18.

42Amer, désabusé, Morizet, comme il l’écrit dans un journal électoral, s’installe « tranquillement à l’Hôtel de ville », sans se soucier d’associer la population aux prises de décision. « Nous avons considéré que nos électeurs nous faisaient confiance »52. Désormais, avant chaque élection, est imprimé un compte rendu de mandat. Cette manière d’agir émeut la délégation du soviet de Moscou, en visite à Boulogne en 1925. Le président-adjoint du soviet, dans un discours prononcé à la mairie, déclare : « Ce qui nous diffère, ce sont nos méthodes d’administration, tandis qu’ici tout repose sur l’initiative personnelle de ceux qui administrent, nous nous attachons, nous, à faire appel à la masse des travailleurs pour les intéresser dans toutes les questions d’hygiène et de bien-être général ». Il cite même des chiffres spectaculaires, qui participent de la propagande officielle du régime soviétique : « En tout, Moscou compte comme membres des commissions municipales ou comme personnel communal, trente-deux mille personnes »53.

43S’il ne mobilise pas les masses à l’instar des communistes moscovites, Morizet manifeste une attention personnelle et soutenue au courrier de ses administrés. Il tient à répondre, souvent de sa propre main, à des lettres, même anodines, portant aussi bien sur l’irrégularité de l’horloge de la mairie que sur la fermeture d’un portail de jardin. Aussi prend-il la parole dans de nombreuses réunions publiques ou lors de la distribution des prix aux écoliers. Lorsque le maire est mis en cause, par exemple lors de sa révocation, les meetings de protestation voient affluer jusqu’à mille personnes, et la communion de la population avec son maire semble bien réelle.

  • 54 « Médiocres corridas », L’Égalité, n° 14, 18 avril 1923.

44L’originalité de Morizet prend corps dans son rapport aux administrés, dans sa confiance irréductible dans l’éducation du peuple. Dans L’Égalité d’avril 1923, il qualifie les réunions publiques de « comédies ridicules », « les discours prononcés devant des auditoires de hasard [étant] inutiles » ; il y oppose la conférence et « la controverse dans un groupement sélectionné »54. Il n’hésite pas à prononcer alors nombre de conférences à la salle des fêtes de Boulogne, notamment sur la Russie, toujours non sans condescendance : « Le peuple lit si peu en France... Si on ne servait pas une pâtée toute mâchée [aux militants], ils ignoreraient les choses les plus élémentaires […], apportant si peu d’empressement à s’instruire par leurs moyens propres ». Dans cette logique, il n’hésite pas non plus à instituer en 1924 un service en mairie de consultation sur la législation ouvrière, en particulier les questions relatives aux accidents du travail et des conseils sur l’orientation professionnelle.

Le maire et le personnel communal55

  • 55 Sur cette question, se reporter au mémoire de maîtrise de Puijalon (T.), Histoire et sociologie du (...)

45Les ambiguïtés sont encore nombreuses sur ce terrain. Comment concilier les attirances qu’éprouvent Morizet et ses collègues pour les revendications du personnel de la ville et les nécessaires responsabilités que confère le statut d’élus à ces hommes ? Le maire n’est-il pas tiraillé entre ses obligations et ses convictions ?

  • 56 AMBB, 10K.88, lettre du 13 août 1920.
  • 57 Idem, 10K.14, lettre du 19 mars 1921.

46Grâce à l’institution de commissions mixtes, le dialogue est privilégié, même si certaines revendications passent des syndicats aux élus directement. Dans une lettre à son collègue de Saint-Ouen, Morizet expose comment le statut du personnel de la ville a été adopté après négociation56. Le préfet de la Seine annule en mars 1921 le contrat collectif qui lie la ville avec le personnel, et Morizet lui rétorque qu’il est « libre de continuer dans ses rapports avec les ouvriers et employés municipaux à suivre les règles qu’[il] s’est tracé, d’accord avec [ses] collègues »57. Il faut attendre décembre 1924 pour qu’un statut unique du personnel des communes de la Seine soit adopté, dans le cadre de la départementalisation, si chère au maire de Boulogne.

  • 58 AMBB, D11, réunion officieuse du conseil municipal, 24 mai 1924.

47La municipalité reçoit plusieurs lettres de revendications pécuniaires de la part du personnel communal ; des réunions officieuses du conseil municipal se tiennent pour débloquer la situation. Lorsque les terrassiers réclament une indemnité en octobre 1923, une augmentation est concédée avec difficulté, mais l’on précise paradoxalement pour une municipalité de gauche : « les travaux en régie ne seront maintenus que si ces travaux donnent des résultats aussi bons que ceux faits par l’entreprise privée, tant au point de vue du prix de revient que de l’exécution »58.

  • 59 AMBB, D20a, réponse à une lettre de M. Thierat, 20 octobre 1924.

48Morizet n’a aucun scrupule à traduire des employés en conseil de discipline. Répondant à un courrier d’un habitant de la commune, le maire reconnaît la saleté d’une rue : « Le cantonnier qui est chargé de ce canton est un ouvrier détestable qui nous a été légué par nos prédécesseurs, presque toujours en état d’ébriété »59. Il invite même à adresser une pétition à la commission ; l’ouvrier est traduit en conseil de discipline pour qu’il soit rétrogradé de la première à la sixième classe.

L’élu et le symbole : l’image et la ville

49Au niveau du symbolique et de l’image, Morizet manifeste une indéniable originalité, en prenant des décisions qui entrent en contradiction avec les institutions de la République, parfois dans le cadre plus large de l’internationalisme prolétarien. Nombre de ces décisions sont antérieures au Congrès de Tours, mais c’est en tant que « bolchevik » qu’agit ou qu’est perçu Morizet.

Le drapeau rouge

  • 60 « L’injure au drapeau », L’Écho de Paris. 23 juillet 1920.
  • 61 Idem, dossier « drapeau rouge » (inventaire en cours), 30 juillet 1920.
  • 62 Cf. « Histoire fantastique d’un drapeau à Boulogne », Le Populaire, 26 juillet 1920.

50Le drapeau rouge est le premier des emblèmes, éminemment politique. En juillet 1920, lors de manifestations organisées par la ville, notamment le Congrès des municipalités socialistes, l’étoffe du drapeau tricolore est arrachée de la hampe au niveau de la fenêtre de la mairie. La droite exploite nécessairement l’incident. L’Écho de Paris titre « L’injure au drapeau » et évoque Boulogne comme « un foyer d’anarchie » livré aux « excentricités des camarades bolchevistes »60. L’emblème est en effet en partie rendu invisible – ne laissant apparaître que la couleur rouge – à la demande du photographe qui estime que le drapeau le gêne pour photographier les représentants des municipalités socialistes. Le préfet de la Seine écrit alors aux maires, leur enjoignant de « ne pas tolérer les exhibitions de drapeau rouge, ornement au sens nettement séditieux, blessantes pour le patriotisme et les convictions de la majorité des citoyens »61. À la suite de cette injonction, Morizet déclare qu’il s’agit d’une « farce » et donne sa version des faits : « Un camarade qui se trouvait à la fenêtre, masqué par l’étoffe du drapeau, l’a repoussé et par un geste un peu brusque, l’a déchiré »62.

  • 63 Cf. note 72, affiche du « Groupe des intérêts de Boulogne ». non datée.

51Cette substitution du drapeau rouge au drapeau tricolore est présentée par la presse de gauche, notamment Le Populaire comme un fantasme, un de ces « racontars les plus idiots », tandis que l’opposition municipale exploite la situation. Le « Groupe des intérêts de Boulogne » appose une affiche destinée à la population sur les murs, dénonçant la municipalité sortante comme « disciple de Moscou ». « Allez-vous abaisser le drapeau tricolore devant le drapeau rouge ? Ou renier la Marseillaise pour suivre les hordes hurlant l’Internationale ? Vous êtes de bons Français, vous qui rougiriez d’être vu lisant l’Humanité dans le métro »63. Un courrier abondant afflue alors à la mairie pour dénoncer de telles pratiques que Morizet ne dément jamais catégoriquement.

Le soutien aux grèves et à la population laborieuse

  • 64 Musée des Années Trente, dossier Morizet (carton 1), affiche « Aux grévistes des usines Renault », (...)
  • 65 Ibid., le directeur de cabinet de la préfecture de Police au conseil municipal de Boulogne, 13 juin (...)

52En mai 1920, sur une grande affiche, le maire et ses adjoints s’adressent aux grévistes des usines Renault : « Votre municipalité doit rester hors du conflit actuel par impartialité » ; mais face aux incidents qui se sont déroulés avec la police, les signataires se plaignent que la municipalité n’ait « aucun pouvoir de police et se trouve démunie par les lois d’exception qui régissent le département de la Seine de l’autorité qui partout en France appartient au maire en ce qui touche l’ordre dans la rue »64. Le préfet de police qualifie alors d’« odieuses attaques contre le gouvernement » le contenu de cette affiche et considère que la municipalité a commis une infraction à la loi65.

  • 66 AMBB, D11.

53Le conseil municipal émet des vœux ou proteste contre des décisions qui ont trait aux conditions de vie de la population, en particulier durant l’année 1922. Le 7 février, le conseil s’associe au conseil d’arrondissement de Saint-Denis qui s’élève contre la suppression de postes dans les écoles maternelles. Morizet lui-même, lors de cette séance, s’insurge contre « ces restrictions budgétaires inacceptables lorsqu’il s’agit d’éducation ». Le 30 mai 1922, le conseil vote un vœu contre le renchérissement des denrées, et le 4 décembre, contre les expulsions de locataires66.

La toponymie et les souscriptions

  • 67 Ibid., conseil municipal du 6 décembre 1920.
  • 68 Ibid., conseil municipal du 28 février 1922.

54Le conseil municipal vote des souscriptions pour honorer la mémoire de leaders du mouvement ouvrier dans tout le pays. En décembre 1920, cinq cents francs sont votés en vue d’élever un monument pour Jaurès à Carmaux67 ; en 1922 est votée trois cents francs vont à l’érection d’un monument à Jules Guesde à Roubaix68.

  • 69 Musée des Années Trente, dossier Morizet (carton 2), réponse de M. Morizet à la « protestation » du (...)

55Dès 1920 sont modifiés les noms des rues. En mars 1920 le nom de « Jean-Jaurès » est attribué au boulevard de Strasbourg, la plus longue artère nord-sud de la ville. Les noms de Vaillant et de Jean-Baptiste Clément sont donnés à la rue de Versailles et à la Grande Rue. À ces noms sont associés les qualificatifs de « membre de la Commune », ce qui entraîne la protestation du docteur Caujole, chef de l’opposition municipale. Morizet lui répond avec dérision : « Il me semble pas plus que moi vous attachiez beaucoup d’importance aux étiquettes », et de citer Saint-François d’Assise comme « un vieux bolchevik »69.

L’amnistie et l’antimilitarisme

  • 70 AMBB, D11, lettre du 31 juillet 1922.
  • 71 Ibid., lettre du préfet de la Seine au conseil municipal, 24 août 1922.

56À plusieurs reprises, le conseil municipal de Boulogne, notamment en juillet 1922, proteste contre le maintien en prison de soldats jugés en conseils de guerre et se prononce pour l’amnistie de André Marty. Morizet écrit au Président de la République Millerand : « Des milliers de soldats ont été frappés par les conseils de guerre pour des peccadilles ridicules, sans qu’il ait été tenu compte de leurs longues souffrances, de leurs blessures et de leurs cicatrices et qu’ils sont depuis longtemps dans des bagnes militaires, ce qui constitue un scandale d’autant plus éclatant qu’aucune sanction n’a été prise jusqu’ici contre les grands chefs responsables de l’invasion et de la prolongation de la guerre et des désastres qui en ont résulté »70. Si l’on ne trouve aucune réponse à cette lettre sulfureuse, le préfet de la Seine écrit néanmoins au conseil municipal, en considérant que ce dernier est « sorti de la sphère de ses attributions », et que sa délibération est « nulle et de plein droit ». Il justifie cette décision ainsi : « les assemblées communales ont pour objet de délibération que ceux concernant l’intérêt direct de la commune »71.

  • 72 Ibid., conseil municipal du 26 mars 1922.

57Morizet et son conseil continuent à « faire » de la politique en dépit des injonctions préfectorales. Le monument aux morts, sculpté par Landowski, donne lieu à une vive discussion du conseil municipal en mars 1922. Morizet l’inaugure le 9 novembre et non pas le 11 novembre, et sur « l’un des trop rares beaux monuments aux morts de France », selon Morizet, est gravée « PAX ». Il déclare : « Ils sont morts, Entendons-les ! Vive la République sociale ! »72.

  • 73 Musée des Années Trente, dossier Morizet (carton 1), lettre au ministre de la Guerre, 9 juillet 192 (...)
  • 74 Ibid., arrêté du 21 juillet 1922.

58Le Ministère de la Guerre, le 6 juillet 1922, adresse au maire un lot de cartes d’invitation pour la revue du Quatorze-Juillet à Longchamp. Morizet renvoie les cartes en motivant sa décision : « Boulogne a perdu l’effectif d’un régiment […]. De telles choses ne s’oublient pas et […] ne nous permettent pas de nous associer à la glorification du militarisme que nous avons toutes raisons de détester »73. Ainsi, alors que Morizet est en voyage d’études en Allemagne, considérant que « Monsieur Morizet a adressé au ministre de la Guerre une lettre injurieuse pour l’armée et le gouvernement »74, un décret signé par Millerand et par le ministre de l’Intérieur Maunoury le révoque de ses fonctions de maire, C’est la deuxième fois que Morizet subit une révocation ; le ministère Clemenceau l’avait déjà sanctionné en tant que fonctionnaire bibliothécaire-adjoint au ministère de la Justice en raison d’articles de l’Humanité.

  • 75 Ibid., carte postale anonyme.
  • 76 AMBB, DI 1. conseil municipal du 31 juillet 1922.

59La presse nationale et régionale s’empare du problème. La révocation donne l’occasion aux détracteurs de Morizet – souvent anonymes – de se déchaîner contre « une sale crapule dont la famille doit crever », l’enjoignant de « foutre le camp chez les Moujiks »75. De nombreuses lettres et cartes postales le louent pour son « attitude énergique ». Des personnalités telles Charles Pivert ou Ernest Lafont, se réjouissent de ses positions et saluent sa « lutte courageuse ». Cette révocation soulève le problème du rapport de l’autorité municipale avec le pouvoir central. Le conseil municipal, le 31 juillet 1922, exprime son « entière confiance au premier magistrat municipal et lui manifeste [sa] cordiale sympathie », considère que la lettre incriminée « ne dépasse pas les droits légitimes de la critique politique », et que c’est « un droit des représentants de la population que d’affirmer en toutes circonstances les sentiments des électeurs qui les ont nommés » ; il juge la législation de 1884 « anti-démocratique », puisqu’elle « permet au seul caprice [du gouvernement] de destituer un élu du suffrage universel »76. La décision prise manifeste « l’hostilité du pouvoir central contre les principes de l’autonomie municipale dont le Président de la République, signataire de ladite révocation, a été autrefois l’un des champions les plus déterminés ».

  • 77 Ibid., conseil municipal du 9 août 1922.
  • 78 Musée des Années Trente, lettre du préfet de la Seine, 31 octobre 1922.
  • 79 Ibid., le maire de Boulogne à monsieur le préfet de la Seine, 14 novembre 1922.

60Morizet et ses collègues ne cessent de provoquer. Le maire destitué propose de nommer maire le citoyen Henripré, premier adjoint et doyen d’âge, « que son passé de militant recommande tout particulièrement pour la direction des affaires communales »77 ; dès le 10 août, Henripré charge Morizet de la signature de la correspondance, en cas d’absence ou d’empêchement du maire et des adjoints. Le préfet réagit très vivement, considérant que Henripré « a restitué à monsieur Morizet tout ou partie des fonctions de maire », et jugeant l’arrêté « illégal »78. Dans sa réponse, le maire banalise la portée de la mesure « aussi simple et aussi peu importante », estime que les injonctions de la préfecture « sont motivées par des raisons politiques » et que nul autre collègue « ne peut distraire de son travail des heures que la loi de 1884 ne permet pas de rétribuer »79.

L’internationalisme

  • 80 « L’Athènes des Béotiens », l’Humanité, 23 septembre 1910.
  • 81 AMBB, D11, conseil municipal du 26 mai 1921.

61La pratique de Morizet, fondée sur un internationalisme concret et militant, s’illustre par des voyages d’études et des échanges constants avec des municipalités étrangères, notamment soviétiques. Il institue sa pratique sur l’observation. Grâce à des voyages, Morizet acquiert une capacité à appréhender les questions d’urbanisme. En 1910, dans l’Humanité, il se dit frappé par « la propreté des villes allemandes et Scandinaves, et la facilité avec laquelle on y circule rapidement, confortablement, économiquement »80. En mai 1921, le conseil municipal de Boulogne souhaite que deux membres soient désignés pour se rendre à un voyage d’études en Belgique organisé par l’Union des municipalités socialistes. L’adjoint au maire Bizet propose d’allouer une indemnité aux membres désignés. On établit le principe de l’allocation en contrepartie d’un rapport écrit au retour, car il ne s’agit pas d’une « excursion d’agrément », mais d’un « voyage documentaire ». Morizet est désigné comme l’un des membres de cette délégation81.

  • 82 « Des cités-jardins, enfin ! », l’Humanité, 11 juin 1922.
  • 83 5 décembre 1925.

62Morizet prend toujours exemple sur ce qui se fait à l’étranger, et il attribue à chaque type de réalisation exemplaire une patrie, le préventorium inspiré de la Suisse, l’école et le bureau d’hygiène par la Belgique. En juillet 1922, il visite avec Henri Sellier, les HBM des municipalités d’outre-Rhin, et il en rend compte, admiratif, dans l’Humanité. Il y déplore que les hommes politiques trouvent plus de temps pour se rendre à une réunion ou une assemblée du Parti plutôt que faire un voyage d’études, qui « permet d’examiner les réalisations tentées par le voisin, de s’instruire de ses expériences »82. Ces voyages d’études lui permettent de penser la ville à venir ; il reconnaît que chacune des municipalités « a quelque chose de plus réussi à montrer », d’autant que chacune a « développé son activité plus particulièrement dans telle ou telle voie ». En 1925, dans La Nouvelle Revue Socialiste, évoquant le rôle du Congrès international des villes, il réitère une position semblable : « Les fonctions municipales exigent que ceux qui les exercent […] aillent enquêter dans des agglomérations différentes, visitant, examinant de leurs yeux ce que d’autres ont pu créer »83. Morizet se sert aussi des exemples étrangers comme des incitations à l’action sur le plan de l’organisation administrative : il souhaite « créer à Paris ce que le local government Act de 1889 a créé à Londres, en superposant le County Council aux assemblées communales ».

63En ce sens, des organisations spécifiques doivent naître, par exemple le Congrès international des villes, recréé dès 1924, et auquel Morizet consacre une partie de son temps. Il affirme précisément que les socialistes sont acquis d’avance à l’idée que ceux qui gèrent collaborent à l’échelle mondiale, car c’est à la fois « œuvrer pour le bien-être général », et promouvoir « un idéal de concorde internationale ».

  • 84 Peuple (Bruxelles), 15 juin 1922, art. cité.

64L’internationalisme se manifeste aussi dans l’accueil des municipalités étrangères. En juin 1922, les conseillers communaux et provinciaux belges sont reçus officiellement dans les communes de banlieue de la Seine. La réception à Boulogne est qualifiée de « chaleureuse » et pleine de « la plus cordiale fraternité ». À leur retour, les conseillers de Bruxelles louent l’œuvre de Morizet « sous l’impulsion duquel de belles choses ont été réalisées ». Ils évoquent notamment l’hôpital, l’école professionnelle, et « la transformation de fond en comble des divers services publics ». En définitive, ils mettent sur le même plan Boulogne et Suresnes, où « se manifeste la plus belle émulation vers un mieux faire »84.

  • 85 Paris, La Renaissance du Livre, 1922, 300 p.
  • 86 AMBB, D16a, compte rendu sténographique.

65En novembre 1925 a lieu une visite encore plus marquante, celle des Soviets de Moscou. Pour leur accueil, rien n’est laissé au hasard. Morizet souhaite la bienvenue à la délégation en offrant au vice-président du soviet son livre Chez Lénine et Trotski, préfacé d’ailleurs par Trotski85. Il montre à ses visiteurs les portraits de Lénine et Trotski suspendus dans son cabinet, en ajoutant que cela ferait certainement plaisir aux camarades russes de « trouver ici les portraits des chefs vénérés du prolétariat russe. »86 La visite des services municipaux, notamment des ateliers centraux, s’effectue sans la présence de la population, même si celle-ci est amplement prévenue de cette visite par affiches. Morizet, dans son discours de bienvenue, après avoir dressé la liste sommaire des usines installées à Boulogne, prétend que la plupart des « camarades » du conseil municipal travaillent « dans l’une ou l’autre de ces usines », et il revendique l’appellation de « municipalité ouvrière […] conquise sur la bourgeoisie conservatrice pour en faire une cité commode et agréable à vivre pour les travailleurs de tous pays qui l’habitent ». Il tient avant tout à mettre en avant la similitude de fonctionnement des deux communes, constatant à l’issue de son séjour à Moscou : « J’avais constaté que votre assemblée municipale et la nôtre ont la même composition et qu’elles travaillent selon les mêmes méthodes ». Il évoque alors « la ceinture rouge de la capitale », expliquant qu’à mesure que s’accomplit « l’émigration des prolétaires des quartiers centraux de Paris », les hôtels de ville de banlieue sont « conquis par le Parti ». Concluant par un vibrant éloge des révolutionnaires russes, il qualifie la Révolution russe comme de « plus grand fait de l’histoire ouvrière depuis la Commune de Paris et le plus grand fait de l’histoire universelle depuis la Révolution française » ; et sans même évoquer la République française, l’exclamation « Vive la République des Soviets de Russie ! » clôt le discours.

66André Morizet, à travers sa gestion municipale, en dépit de sa forte dépendance à l’égard du Parti communiste de 1921 à 1923, ne se démarque guère des orientations et des pratiques socialistes. Au contraire, Morizet, prenant acte de la professionnalisation progressive des fonctions municipales, s’oriente vers un municipalisme gommant l’appartenance partisane, en lien d’ailleurs avec son engagement en faveur du grand Paris.

67Toutefois, c’est sur le terrain symbolique, pacifisme, antimilitarisme, internationalisme, que Morizet manifeste en tant que maire son appartenance au Parti communiste avec la plus évidente clarté. En tout cas, l’implantation du Parti est d’abord fortement dépendante de la présence de Morizet, sur le nom duquel adhèrent les nouveaux venus. Cet enracinement local lui permet de jeter les bases pour d’autres succès électoraux (conseiller général en 1925, sénateur en 1927). Commencée par un militantisme communiste affirmé, puis dissident, l’implantation se rapproche de celle des autres maires socialistes de banlieue, sans toutefois s’identifier pleinement au socialisme municipal.

Notes

1 Seitz (f.), « L’époque du style international », in Urbanisme, n° 309, nov.-déc. 1999, p. 52- 55.

2 Sadoul (j.), « Le royaume du moteur », in Regards, n° 75, 20 juin 1935.

3 Tourly (R.), « Boulogne-Billancourt. Une cité définitivement conquise au Socialisme », in L’Égalité, 8 août 1923, p. 2. « Quatre années de gestion ouvrière à l’Hôtel-de-Ville », in Le Progrès (Édition de Boulogne), 5 mai 1924.

4 Archives municipales de Boulogne-Billancourt (AMBB), D20e, tract « Élections municipales. Concentration républicaine. Aux habitants de Boulogne ». Il y a deux sections de vote, Boulogne et Billancourt.

5 Idem, Parti socialiste SFIO, section de Boulogne, « Achevez le nettoyage ! Balayez Boulogne ! ».

6 Idem, 3K37, tract « Groupe de Défense des Intérêts de Boulogne ».

7 Idem, Ville de Boulogne-Billancourt, compte rendu de mandat de la municipalité, conclusion.

8 L’Égalité, 8 août 1923, article cité.

9 Cf. note 5.

10 L’Humanité, 27 mars 1919.

11 « Des cités-jardins, enfin ! », Idem., 11 juin 1922.

12 « Le toit des hommes », entretien avec Paul Lenglois, Ce Soir, 17 février 1927.

13 AMBB, 2D6, 12 mars 1920 et arrêté municipal du 18 mars 1920, affiche.

14 Ce Soir, 17 février 1927, art. cité.

15 L’Humanité, 11 juin 1922, art. cité.

16 Ce Soir, 17 février 1927, art. cité.

17 « Le Congrès international des villes », in La Nouvelle Revue Socialiste, n° 1, 5 décembre 1925, n.p.

18 AMBB. DI 6a et D20b. Discours prononcé par Lioubimoff, président-adjoint des Soviets de Moscou. 9 novembre 1925, mairie de Boulogne.

19 La Nouvelle Revue socialiste, art. cité.

20 AMBB, C7q, « A mes concitoyens de Boulogne-Billancourt », Le Progrès, 5 mai 1924, p. 1.

21 Idem, D20f, « Cher concitoyen, … », tract du Comité d’Union Socialiste (USC) (Listes Morizet-Henripré), scrutin de ballottage du 10 mai 1925.

22 « Les Conseillers socialistes belges à Paris. Parmi les Municipalités communistes », Peuple (Bruxelles), 15 juin 1922.

23 Cf. note 7.

24 AMBB, 2D6, conseil municipal du 12 mars 1920.

25 « Quelques as qui sortiront des urnes le 9 janvier 1927. M.A. Morizet », in Les Services publics, 5 janvier 1927. p. 1.

26 AMBB, conseil municipal du 30 juillet 1924.

27 L’Œuvre, 13 mai 1920.

28 « Nous donnerons à Paris un Conseil municipal », lettre à M. Naudin, préfet de la Seine, publiée dans L’Œuvre, édition du 24 octobre 1924.

29 Du vieux Paris au Paris moderne. Haussmann et ses prédécesseurs, Hachette, Paris. 1932, 399 p.

30 AMBB, Conseil municipal, séance du 30 juin 1920.

31 Archives de Paris, carton Morizet DE 1/1, lettre à M. Robert de Jouvenel, directeur en chef de L’Œuvre, 17 janvier 1924.

32 « Monsieur Guizot vit encore... 11 siège à l’Hôtel de Ville", in Le Quotidien, 20 janvier 1925.

33 Ibid.

34 Cf. note 31.

35 « À propos d’une manifestation », L’Égalité, n° 23, 20 juin 1923.

36 Dans ses articles, de L’Œuvre déjà cités.

37 « Le Maire philosophe », Midi-Toulouse, 30 juillet 1922 et l’Humanité, 4 août 1922.

38 AMBB, D20b, « Au peuple ouvrier notre juge », section du PC/SFIC de Boulogne-Billancourt. août 1922.

39 AMBB. D20a, lettre de L.O. Frossard à A.M.. comité directeur du Parti communiste, 8 février 1922.

40 Morizet est même élu membre titulaire du comité directeur du PCU dès le 17 janvier 1923.

41 Au cours de ce congrès, l’Union fédérative et le PCU fusionnent et forment l’USC.

42 AMBB, D20a, lettre de Victor Bizet au maire, 7 février 1923.

43 Idem, D20b, « À nos camarades ouvriers », Parti communiste unitaire, section de Boulogne-Billancourt, non daté.

44 A.M., « Procédure unitaire », L’Égalité. n° 20. 30 mai 1923.

45 AMBB, tract du Comité d’Union socialiste (USC), « Nos adversaires », élections municipales du 3 mai 1925.

46 Cf. note 7, « Cher concitoyen », introduction.

47 AMBB, 3K.37, tract non-daté.

48 Ibid., « Réponse au démagogue Morizet », non daté.

49 Ibid., tract du Bloc Ouvrier-Paysan, non daté.

50 Cf. note 20.

51 « Premiers-Mai d’autrefois et d’aujourd’hui", L’Égalité, n° 14, 1er mai 1923 et « Avant les élections, est-ce le réveil ? », n° 59, 13 février 1924.

52 Cf. note 20.

53 Cf. note 18.

54 « Médiocres corridas », L’Égalité, n° 14, 18 avril 1923.

55 Sur cette question, se reporter au mémoire de maîtrise de Puijalon (T.), Histoire et sociologie du personnel communal de Boulogne de 1919 à 1939 , Université Paris-I. 1998, 183 p.

56 AMBB, 10K.88, lettre du 13 août 1920.

57 Idem, 10K.14, lettre du 19 mars 1921.

58 AMBB, D11, réunion officieuse du conseil municipal, 24 mai 1924.

59 AMBB, D20a, réponse à une lettre de M. Thierat, 20 octobre 1924.

60 « L’injure au drapeau », L’Écho de Paris. 23 juillet 1920.

61 Idem, dossier « drapeau rouge » (inventaire en cours), 30 juillet 1920.

62 Cf. « Histoire fantastique d’un drapeau à Boulogne », Le Populaire, 26 juillet 1920.

63 Cf. note 72, affiche du « Groupe des intérêts de Boulogne ». non datée.

64 Musée des Années Trente, dossier Morizet (carton 1), affiche « Aux grévistes des usines Renault », non datée.

65 Ibid., le directeur de cabinet de la préfecture de Police au conseil municipal de Boulogne, 13 juin 1920.

66 AMBB, D11.

67 Ibid., conseil municipal du 6 décembre 1920.

68 Ibid., conseil municipal du 28 février 1922.

69 Musée des Années Trente, dossier Morizet (carton 2), réponse de M. Morizet à la « protestation » du docteur Caujole, non datée.

70 AMBB, D11, lettre du 31 juillet 1922.

71 Ibid., lettre du préfet de la Seine au conseil municipal, 24 août 1922.

72 Ibid., conseil municipal du 26 mars 1922.

73 Musée des Années Trente, dossier Morizet (carton 1), lettre au ministre de la Guerre, 9 juillet 1922.

74 Ibid., arrêté du 21 juillet 1922.

75 Ibid., carte postale anonyme.

76 AMBB, DI 1. conseil municipal du 31 juillet 1922.

77 Ibid., conseil municipal du 9 août 1922.

78 Musée des Années Trente, lettre du préfet de la Seine, 31 octobre 1922.

79 Ibid., le maire de Boulogne à monsieur le préfet de la Seine, 14 novembre 1922.

80 « L’Athènes des Béotiens », l’Humanité, 23 septembre 1910.

81 AMBB, D11, conseil municipal du 26 mai 1921.

82 « Des cités-jardins, enfin ! », l’Humanité, 11 juin 1922.

83 5 décembre 1925.

84 Peuple (Bruxelles), 15 juin 1922, art. cité.

85 Paris, La Renaissance du Livre, 1922, 300 p.

86 AMBB, D16a, compte rendu sténographique.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search