Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Objets et symboles

 | 
Laurent Dhennequin
, 
Guillaume Gernez
, 
Jessica Giraud

Avant-propos

Françoise Dumasy

Texte intégral

1La même année – 2006 – et à quelques semaines d’intervalle, l’École doctorale Histoire de l’art et l’École doctorale Archéologie de l’UFR Histoire de l’art et Archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ont tenu leur première journée d’étude. L’une s’interrogeait sur « Les mésaventures de Vénus » et la notion de beauté dans l’art des xixe et xxe siècles, l’autre réfléchissait sur les liens entre culture matérielle et espace culturel. Trois ans plus tard, à nouveau à quelques semaines d’intervalle, les Actes de ces travaux voient le jour, inaugurant une série de publications qui refléteront l’activité scientifique de nos doctorants. C’est un réel plaisir pour moi de voir se réaliser l’un des projets mis en place dans le cadre du LMD : ces journées donnent désormais tout leur sens au dispositif d’encadrement de la recherche auquel répondent les Écoles doctorales.

2L’existence de deux Écoles doctorales à l’intérieur d’une même UFR a conduit au choix d’une maquette commune. Conçue par Adrienne Barroche, photographe à l’UFR, et déclinée sous les titres d’Archéo.doct et d’Histo.art, elle donne ainsi une meilleure visibilité aux travaux des uns et des autres et souligne, au-delà des spécificités de la démarche de l’archéologue et de l’historien de l’art, l’intérêt d’interrogations et d’analyses croisées. La présence, parmi les composantes de l’Équipe d’accueil Histoire culturelle et sociale de l’art (HiCSA), d’une équipe « Monde romain et post-romain », à l’interface entre l’archéologie et l’histoire de l’art, nous a déjà invités à lancer une première table ronde consacrée à « L’archéologie de la destruction », puis une autre portant sur « Les métamorphoses des lieux et des choses à la fin de l’Antiquité ». Récemment un colloque sur les « Fabriques de l’allégorie de l’Antiquité à nos jours » a permis d’approcher les conditions de permanence et de mutation de l’allégorie sous l’angle des pratiques et des discours. On pourrait donc envisager, à l’intérieur même de l’UFR, des journées communes comme c’est le cas avec d’autres Écoles doctorales.

3Dès maintenant, ces publications confirment la dynamique à l’œuvre dans les différentes équipes et illustrent à quel point la formation de nos doctorants – qui sont les chercheurs de demain – est essentielle dans notre démarche pédagogique.

Auteur

Directrice de l’UFR Histoire de l’art et Archéologie

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540