Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires et économies

 | 
Théophane Nicolas
, 
Aurélie Salavert

Dossier : Territoires et économies

Acámbaro (Guanajuato, Mexique) : stratégies territoriales au Postclassique récent et au début de la colonisation espagnole (XVe – XVIe siècles)

Un exemple de l’exploitation économique d’une région

Karine Lefebvre

Résumé

In the early 15th century, the cazonci (sovereign) Tariacuri initiated expansion of the Tarascan kingdom by starting wars of conquest. This expansion was continued by his successors. The Acámbaro region (Guanajuato, Mexico) was thus conquered in the middle of 15th century by the Tarascan kingdom. Due to the obsidian quarries of Ucareo-Zinapécuaro and salt-working on the shores of the Cuitzeo lagoon, the region became a strategic zone. These raw materials attracted the envy of the neighbouring Mexica, a people living just east of the Tarascan kingdom. As a result of this continuous threat from the Mexica, Acámbaro became a border post. Approximately a century later, Mexico fell under Spanish domination. The province of Acámbaro, a fertile valley, was very quickly exploited, in particular to supply the food necessary for the silver mines in the north and the great urban centres. Different economic principles emerge in this context, redefining settlement and territorial strategies. The preliminary results of this research suggest much exploitation of the various resources of the area in the Early Postclassic and the beginning of colonial times, resources which were vital for the development of the Tarascan kingdom and then the Spanish empire.

Texte intégral

La vallée d’Acámbaro : une région sans cesse convoitée

  • 1 Le terme « chichimèque » possède un double sens durant le Postclassique récent et le début de l’épo (...)

1Vers 1450, la région d’Acámbaro, située au sud-est de l’état actuel du Guanajuato (fig. 1), fut conquise par les Purépechas (également connus sous le nom de Tarasques) et devint une zone de frontière du royaume tarasque, faisant face à l’empire mexica (ou aztèque) à l’est et aux territoires chichimèques au nord1. L’origine du peuple purépecha reste énigmatique. Leur migration légendaire, comparable à celle de leurs ennemis aztèques, s’acheva dans la vallée de Pátzcuaro (au centre de l’état actuel du Michoacán), dans les premières décennies du xive siècle (vers 1330-1340). Cette région devint alors le cœur du futur royaume expansionniste (fig. 2). L’activité militaire tenait une place importante dans cette société et était justifiée tant d’un point de vue politico-économique que religieux. Leur dieu tutélaire, Curicaueri, ordonnait au cazonci, son représentant terrestre, d’entreprendre des guerres de conquêtes en son nom. La religion devenait ainsi un outil de pouvoir renforçant la domination de l’élite. La région d’Acámbaro se transforma alors en une zone sensible, sous la menace perpétuelle des Aztèques et de leurs nombreux alliés voisins. En effet, les sources ethnohistoriques nous apprennent qu’à trois reprises les troupes mexicas réussirent à pénétrer le territoire mais furent rapidement mises en déroute par l’armée purépecha. Ainsi aux environs de 1470, les soldats du souverain mexica Axayacatl furent stoppés près de Matlatcingo (Gorenstein, 1985, p. 106), au sud-ouest de la zone étudiée (fig. 2). Au début du xvie siècle, une seconde expédition est menée par le tlaxcaltèque, Tlahuicole, lui-même mandaté par Moctezuma II, nouveau souverain mexica. Elle ne dépassa pas la ville de Zinapécuaro. Une troisième campagne est organisée, toujours sous l’autorité de Moctezuma II. Là encore, elle se conclut par un échec face à l’armée tarasque entre Maravatio et Zitacuaro (Beaumont, 1932, p. 70). De plus, à ces conflits, il faut ajouter les raids permanents menés par les chasseurs-cueilleurs chichimèques, indépendants des Aztèques, sur les villages tarasques frontaliers. Par conséquent, une présence militaire tarasque était indispensable dans la région d’Acámbaro afin de pouvoir assurer l’exploitation de nombreuses ressources naturelles et de contrer les incursions répétées aztèques et chichimèques.

2En 1521, une grande partie du Mexique tomba sous le contrôle de la couronne espagnole par la chute de Tenochtitlán, capitale aztèque. Puis les Espagnols se tournèrent très vite vers l’Ouest et notamment vers le royaume tarasque, réputé riche en or et en argent. La région d’Acámbaro, située près de Tenochtitlán-Mexico, capitale de la Nouvelle Espagne (fig. 1), fut colonisée et exploitée dans les années suivantes, dès le deuxième quart du xvie siècle. Cependant la logique économique de ces deux entités politiques, purépecha et espagnole, était radicalement différente. De ce fait, à chacune d’entre elles correspond un schéma différent d’organisation de la population de ce territoire.

Fig.1. Localisation de la région d’étude

Fig.1. Localisation de la région d’étude

DAO : K. Lefebvre.

3Nous décrirons donc, dans cet article, les enjeux et les modalités de l’exploitation de la région d’Acámbaro au cours des xve et xvie siècles. Nous verrons comment la mise en valeur de ce territoire participe à la politique économique de ces deux royaumes successivement, mais aussi comment les productions furent orientées politiquement par le pouvoir central pour répondre à des nécessités spécifiques, permettant de mener à bien leurs stratégies de subsistance et d’expansion.

Fig.2. Limite du royaume tarasque au moment de la Conquête espagnole et localisation des zones d’extraction d’obsidienne et d’exploitation du sel

Fig.2. Limite du royaume tarasque au moment de la Conquête espagnole et localisation des zones d’extraction d’obsidienne et d’exploitation du sel

DAO : K. Lefebvre.

Schéma d’implantation au Postclassique récent

  • 2 Shirley Gorenstein – 1971-1973 (Gorenstein, 1985), Enrique Nalda – 1978 (Nalda, 1981), Dan Healan e (...)

4Les projets archéologiques2 menés dans la région ont mis en évidence la présence de nombreux sites du Postclassique récent. Ces implantations sont identifiées grâce au mobilier céramique, qui se caractérise par une production locale et une production dite « polychrome tarasque », importée du cœur même du royaume.

  • 3 La Relación de Michoacán est un document rédigé en 1540 par un frère franciscain, généralement iden (...)

5Le schéma d’établissement (fig. 3) montre une concentration importante de sites du Postclassique récent dans la vallée reliant Chamacuaro à Salvatierra, traversée par le fleuve Lerma, ainsi que dans la partie méridionale de la zone étudiée. La situation est différente pour la partie orientale, avec une faible densité de sites, qui est à mettre en relation avec l’insuffisance de recherches archéologiques dans ce secteur. Selon les sources ethnohistoriques, et notamment la Relación de Michoacán3 (Anónimo, 2002), la frontière du royaume, au moment de la Conquête espagnole, suivait le cours du fleuve Lerma. Si une frontière est aujourd’hui définie comme une ligne séparant deux entités, il ne faut pas appliquer cet anachronisme à notre cas d’étude. En effet, la frontière tarasco-mexica consistait en deux alignements de postes frontières se faisant face, pour défendre leur territoire respectif, créant de la sorte une zone tampon. Celle-ci aurait toutefois fluctué dans l’espace et le temps au gré des conflits impliquant Tarasques, Aztèques et chasseurs-cueilleurs chichimèques. Par conséquent, la forte densité de sites tarasques de part et d’autre des rives du fleuve Lerma, entre Salvatierra et Chamacuaro, associée à une zone vide de population se développant à l’est, mise en évidence par les prospections menées dans le cadre du projet Chup’cuaro (Darras & Faugère, 2003), permet de supposer la présence d’une zone frontalière. Ces données confirment donc la situation décrite dans les sources écrites. Les recherches doivent toutefois être poursuivies pour le secteur sud-est de la région ici étudiée, car les informations pour cette zone sont encore trop minces pour permettre une confrontation des données. Cependant, la réalisation du barrage de Solis en 1940, nous interdit toute prospection dans le fond de la vallée du Lerma, près d’Acámbaro. Ainsi les seules informations concernant cet espace proviennent de documents écrits de l’époque coloniale et d’une recherche archéologique ancienne (Porter, 1956), empêchant ainsi toute analyse critique.

Fig.3. Occupation du sol de la région d’Acámbaro (Guanajuato, Mexique) durant le Postclassique récent

Fig.3. Occupation du sol de la région d’Acámbaro (Guanajuato, Mexique) durant le Postclassique récent

DAO : K. Lefebvre.

6Le schéma d’implantation des sites présente donc une organisation contrastée selon les secteurs étudiés. Les sites repérés sont essentiellement de petite superficie (moins d’un hectare). Leur situation topographique est variée : fond de vallées, flanc de relief et site de hauteur. Les centres cérémoniels, quant à eux, ne sont que peu représentés dans le corpus de données archéologiques. Les sites découverts à ce jour sont identifiés comme étant : de petites implantations agricoles ; des sites à vocation défensive, dont l’exemple le plus caractéristique est le site de hauteur de Cerro el Chivo (Acámbaro) ; ou encore des sites de contrôle, comme El Pedrillo (fig. 3). Ces derniers correspondent à des implantations ayant une position topographique particulière leur permettant un contrôle des axes de communication et des réseaux économiques.

7Cependant deux ensembles de sites attirent notre attention par leur localisation et les activités qui y étaient pratiquées. Il s’agit de sites repérés près de la lagune de Cuitzeo (près de la ville actuelle d’Araró), dont la fonction principale semble être liée à l’exploitation du sel, et de ceux situés autour des villes actuelles de Zinapécuaro et Ucareo, en relation avec des carrières ou des ateliers de taille d’obsidienne.

Les ressources exploitées par les Tarasques

8Pour mieux comprendre le rôle économique de la région d’Acámbaro et l’importance de l’exploitation du sel et de l’obsidienne dans le développement du royaume tarasque, il est intéressant de replacer cette région dans le contexte économique de l’expansion purépecha.

9Une étude menée par Helen Pollard et Shirley Gorenstein (Pollard & Gorenstein, 1983) sur la production agricole et artisanale de la vallée de Pátzcuaro, cœur du royaume tarasque, révèle l’enjeu économique de l’expansion. Les calculs effectués sur le rapport entre les besoins alimentaires couplés aux matières premières et la productivité de la zone démontrent l’absence de certaines ressources ainsi que l’insuffisance de la production de nombreux aliments essentiels dans la diète préhispanique. Les besoins de la population de la vallée de Pátzcuaro étaient nettement supérieurs à la capacité de production, ce qui implique une autre source d’approvisionnement non locale pour les aliments tels que le maïs, les haricots, la viande et le sel, mais aussi pour d’autres produits comme l’obsidienne, la turquoise ou encore les métaux.

10Selon Phil Weigand (Williams, 2003, p. 211), il est important de distinguer deux types de ressources : les ressources stratégiques, parmi lesquelles figurent le maïs, les haricots, et les ressources rares, car indispensables mais peu disponibles dans le royaume, dont font partie le sel et l’obsidienne.

11Ainsi, l’un des objectifs principaux des annexions tarasques était l’acquisition par la force de marchés économiques mais aussi de tributs pour subvenir aux besoins en ressources stratégiques et rares.

Le tribut

  • 4 « [Dicen] que eran, al tiempo q[ue e]l Marqués del Valle vino a esta tierra, de un s[eño]r llamado (...)

12Les informations archéologiques concernant le tribut restent rares du fait même de son caractère intrinsèque, car nombre de contributions ne laissent aucune trace matérielle (services, aliments, productions artisanales telles que les tissus ou la vannerie). Les données proviennent essentiellement des sources ethnohistoriques datant du début de l’époque coloniale. L’une des sources principales concernant le tribut de notre région d’étude est la Relación Geográfica de Acámbaro (1587), extrait de la description des nouvelles possessions du roi d’Espagne Philippe II. Cette source (Acuña, 1987, p. 63) indique que « Lorsque le Marquis de la Vallée [Hernán Cortés] arriva sur cette terre, ils [les habitants] appartenaient au seigneur appelé le Cazonci, qui dominait toute la province de Michoacán, et auquel la population tarasque de ce village, en reconnaissance de sa vassalité, donnait du maïs et d’autres graines pour les offrandes et le service de la maison royale, et de la même façon, de temps en temps, ils lui donnaient des couvertures en petite quantité […]4. »Cette partie du tribut n’était fournie que par les Tarasques implantés localement, et probablement par les populations autochtones. Les Otomis et des Chichimèques, vivant dans la région en tant qu’alliés du Cazonci, ne payaient pas de tribut en biens mais en services, par la défense de la frontière contre les ennemis aztèques et les Chichimèques non soumis (Acuña, 1987, p. 63). Les informations fournies par ce document, bien qu’importantes, restent donc assez minces et probablement partielles. La Relación Geográfica de Acámbaro nous indique tout de même que, comme tous les centres administratifs, la région d’Acámbaro fournissait un tribut au pouvoir central.

Le sel

  • 5 « […] cada veinte dias […] treinta tamemes de sal […] »
  • 6 « […] cinco cargas de sal cada treinta dias [...] ».
  • 7 « Habia una otra [mujer al servicio del rey] que tenia cargo de guardar toda la sal que tra’an a su (...)

13Il s’agit là d’une ressource rare puisqu’il n’existait que trois zones de production dans le royaume tarasque : le lac de Cuitzeo, le lac de Sayula, et la côte du Michoacán (fig. 2). Les quelques informations que nous possédons proviennent des listes d’impôts payés au début de la période coloniale. Ces derniers se calquaient en général sur ceux de l’époque préhispanique. Or d’après le Libro de las tasaciones de pueblos de la Nueva España (Gonzalez de Cossio, 1952, p. 49), les villes d‘Araró et de Zinapécuaro donnaient à elles deux « […] tous les vingt jours […] trente porteurs de sel […] »5 en 1535 et « cinq charges de sel tout les trente jours »6 en 1538. Il est donc probable qu’il en ait été sensiblement de même sous le règne tarasque. De plus, la Relación de Michoacán (Anónimo, 2002, p. 198) précise qu’« Il y en avait une autre [femme au service du roi], qui avait la charge de garder tout le sel qu’on apportait à sa maison, et qu’on mettait dans les greniers »7. Nous pouvons en conclure que l’élite tarasque contrôlait très probablement la production de sel, détenant ainsi l’une des ressources rares. Pollard et Gorenstein (1983, p. 101-102) suggèrent que le sel arrivait également dans la vallée de Pátzcuaro par le biais des marchés afin de satisfaire les besoins de toute la population. Si cette hypothèse reste probable, ni l’archéologie, ni l’ethnohistoire ne nous en apportent de preuves à ce jour.

L’obsidienne

14Les données concernant le processus d’acquisition et de diffusion de l’obsidienne sont encore moins abondantes. Il semble tout d’abord essentiel de souligner l’importance de l’obsidienne à l’époque préhispanique. En effet, cette ressource était utilisée en grande quantité par l’élite comme par la population (armement, outillage, ornement) et est aujourd’hui considérée par les archéologues comme un vestige majeur de ces peuples. En plus de son omniprésence dans la culture matérielle préhispanique, l’obsidienne est intrinsèquement liée au monde du divin (liée au dieu tutélaire tarasque Curicaueri) et au pouvoir royal (Darras, 1998, p. 76, 84). Dans le royaume tarasque, deux grandes régions productrices d’obsidienne de haute qualité sont connues (fig. 2), celle de Zinapécuaro-Ucareo près d’Acámbaro et celle de Zinaparo, située plus à l’ouest, également dans l’état du Michoacán. Pour cette dernière, on peut citer les gîtes de Cerro Zinaparo, Cerro la Cruz, et surtout El Varal, gîte principal pour le Postclassique récent. La spécificité de ces régions est mise en évidence par l’étymologie. En effet, Zinapécuaro et Zinaparo ont un radical commun : « tzinapo » signifiant « obsidienne », ainsi que le suffixe locatif « -ro », désignant de fait le « lieu de l’obsidienne ». Une étude portant sur l’obsidienne provenant de la capitale Tzintzuntzan et des garnisons de la frontière est du royaume – Cerro el Chivo (Acámbaro), Zirizicuaro, Taximaroa, Zitacuaro et Tuzantla – a démontré qu’environ 85 % de l’obsidienne taillée provenait de la zone Zinapécuaro-Ucareo (Pollard & Vogel, 1994). Si le gisement de Zinapécuaro-Ucareo alimentait le marché local dans un rayon de moins de 20 km (Acámbaro, Zirizicuaro), il approvisionnait aussi un marché plus lointain avec non seulement des sites de garnison mais aussi la capitale située à plus de 80 km au sud-ouest. De par le mode de transport des marchandises (à dos d’homme), nous pouvons parler de marché à longue distance. L’arrivée massive d’obsidienne de cette région est peut-être aussi, pour le cas de Tzintzuntzan, la marque d’un tribut versé par les peuples soumis aux Tarasques. En revanche, le site de Urichu, voisin de Tzintzuntzan (fig. 2), dans la vallée de Pátzcuaro, ainsi que la zone de Zacapu (Darras, 1998), située dans le nord du royaume, étaient, quant à eux, approvisionnés majoritairement par les gîtes de la région de Zinaparo. Ainsi le gîte de Zinaparo fournissait les marchés locaux et régionaux dans un espace d’au moins 50 km. La prépondérance de l’obsidienne de Zinapécuaro-Ucareo dans la capitale tarasque et la quasi-absence de celle provenant de Zinaparo, gisement alors plus proche et de qualité équivalente, est à souligner et pourrait refléter un contrôle de ce gisement. Il en va de même pour la ville d’Urichu, dont les réseaux d’approvisionnement semblent concentrés sur la zone de Zinaparo. De plus, au Postclassique récent, l’obsidienne provenant de Zinapécuaro-Ucareo est absente des sites de la vallée de México, c’est-à-dire du territoire dominé par les Aztèques, ce qui peut être une preuve a silentio d’un contrôle tarasque de la production. Par conséquent, la diffusion de l’obsidienne de la zone de Zinapécuaro-Ucareo se fait à plusieurs niveaux : un marché local, régional et à longue distance avec l’approvisionnement de la capitale tarasque. Cette mainmise de la capitale sur l’obsidienne de Zinapécuaro-Ucareo reste encore difficile à expliquer. Il s’agit là des premières hypothèses de travail qui restent à confirmer ou à infirmer.

15Si l’archéologie semble suggérer un contrôle de l’exploitation de l’obsidienne de la région de Zinapécuaro-Ucareo par les Tarasques, les sources ethnohistoriques restent muettes sur le sujet. En effet, il n’y a pas de mention directe de l’obsidienne dans la Relación de Michoacán (Anónimo, 2002). Dans ce récit, l’auteur fait référence à des outils, type couteau (exemple : « navajas », p. 186) ou à des armes comme les pointes de flèches (exemple : « flechas », p. 202), sans faire mention de la matière utilisée pour leur fabrication. Or, l’archéologie nous montre que ces objets sont en majorité en obsidienne, mais aussi, en plus faible proportion, en basalte et calcédoine (Darras, 1998, p. 64).

16Un autre document écrit important pour notre sujet est la liste des tributs et des biens de l’État tarasque établie par Antonio de Caravajal en 1524 sur une demande de Hernán Cortés (Warren, 1963). Dans ce texte, là encore aucune mention de l’obsidienne, ni même des carrières, n’est à relever. Il est très probable que les carrières d’obsidienne n’intéressaient pas les Espagnols, qui du coup n’ont même pas pris la peine d’en faire mention. Rappelons que ces derniers utilisaient des outils et des armes en métal, culture matérielle nettement différente de celle des peuples préhispaniques. Ainsi, l’ethnohistoire ne nous apporte pas d’information sur la diffusion et le contrôle de la production d’obsidienne par les Tarasques.

Organisation de l’exploitation de ces ressources rares

  • 8 Prospections personnelles 2007, travaux de D. Healan et C. Hernandez (Healan & Hernandez, 1999, Her (...)

17À l’époque préhispanique, les ressources économiques de la région, stratégiques et rares, étaient donc sous le contrôle des Tarasques. Les données archéologiques recensées dans la région d’Acámbaro8 montrent que la conquête militaire ne cherchait pas le contrôle absolu de tout le territoire, mais l’exploitation de ces richesses. En effet, cette présence tarasque sur ce nouveau territoire aurait dû laisser des traces archéologiques avec comme artefact classique la céramique purépecha. Les recherches archéologiques ont mis en évidence la présence de deux productions céramiques :

  • l’une locale en relation avec les populations autochtones soumises,

  • l’autre typiquement tarasque, la « polychrome tarasque », importée depuis le cœur du royaume, c’est-à-dire de la région du lac Pátzcuaro.

18Cette dernière production est toutefois minoritaire dans la culture matérielle de cette région. Cette faible représentation de la céramique et l’absence d’autres traits culturels tarasques, notamment dans l’architecture, nous montre bien une faible acculturation au modèle tarasque, trahissant ainsi une présence de représentants tarasques somme toute assez discrète. Les sources ethnohistoriques confortent ce fait, car la Relación Geográfica de Acámbaro précise que le cazonci n’envoya que quatre familles tarasques dans la région (Acuña, 1987, p. 61). Seul un site, aujourd’hui nommé El Pedrillo, situé au sommet d’une colline près de la ville actuelle de Zinapécuaro (fig. 3), semble avoir une importance particulière. Il possède des structures cérémonielles, formant un site de plus grande complexité (Hernandez, 2000). Or, la Relación de Michoacán (Anónimo, 2002) mentionne l’importance toute particulière de Zinapécuaro, en se référant à la présence d’un temple dédié à la déesse tarasque Cueravaperi, mère de tous les dieux. Il est aussi précisé le déroulement des cérémonies dédiées à cette déesse. Elles comprennent notamment une procession entre Araró et Zinapécuaro et l’offrande aux sources thermales de sang et de cœurs de victimes sacrificielles. Par conséquent, le site de El Pedrillo peut être identifié comme étant le « Zinapécuaro » préhispanique évoqué dans la Relación de Michoacán. Une occupation tarasque dans ces deux derniers sites, Zinapécuaro et Araró, est donc indéniable entre la présence de ce culte et la céramique typiquement purépecha. Leur implantation géographique est remarquable car au cœur de la région de production d’obsidienne (à l’est) et de sel (à l’ouest). Par conséquent, nous pouvons supposer que ces sites en contrôlaient la production et la diffusion. L’ensemble de ces données atteste vraisemblablement la présence d’une élite tarasque dans ces deux villes, telle que des administrateurs et des prêtres purépechas (Hernandez, 2000, p. 296).

19L’élite tarasque réussit donc à établir un système hégémonique qui lui permit d’exploiter les ressources naturelles des régions colonisées. Le développement économique local était orienté selon les besoins du royaume et plus particulièrement selon ceux de la vallée de Patzcuaro. Ainsi, bien que fournissant un tribut en partie en ressources stratégiques (maïs et autres graines), la région d’Acámbaro ne semble pas avoir été colonisée dans ce but, mais plutôt dans celui d’exploiter les ressources rares que sont le sel et l’obsidienne. L’étude du schéma d’occupation montre, en effet, l’importance de ces deux ressources. Ceci est mis en évidence par la concentration de sites autour des zones d’extraction d’obsidienne et d’exploitation du sel. Ces regroupements rompent avec le « cordon frontalier » destiné à défendre le royaume des agressions extérieures (fig. 2). Si nous ne connaissons pas les modalités de diffusion de l’obsidienne, tribut ou marché, son contrôle par les Tarasques est indiscutable tant par sa distribution dans le royaume que par son absence en dehors. Ainsi, le sel et l’obsidienne apparaissent comme des produits de première nécessité pour le développement social et le maintien de l’élite. De ce fait, l’expansion territoriale, et par conséquent l’apport de tributs et de nouveaux marchés économiques, permettaient de subvenir aux besoins de l’élite et de la population de la vallée de Patzcuaro. Cependant, cette stratégie ne doit pas uniquement être associée à une économie de subsistance pour le cœur du royaume. L’obsidienne de Zinapécuaro était également utilisée dans l’armement des garnisons de la frontière orientale, participant ainsi à l’effort de guerre et donc à la défense et à l’expansion du royaume. Cette matière première est donc étroitement liée à la politique expansionniste enrichissant l’élite purépecha (la famille royale) et répondant aux demandes divines.

L’arrivée des Espagnols : une exploitation différente de la région d’Acámbaro

20Au début du xvie siècle, avec l’arrivée des Espagnols et donc d’une nouvelle domination politique, une forme d’exploitation de la région très différente est mise en place.

21Le royaume tarasque tomba très vite aux mains des Espagnols, peu après la chute de la capitale aztèque, Tenochtitlán, en 1521. La première expédition espagnole dans le Michoacán fut menée en 1522, sous le commandement du capitaine Cristobal de Olid, qui en ramena l’équivalent de 159 pesos d’or (Warren, 1985, p. 76). Dès lors, Hernán Cortés saisit l’intérêt qu’offrait la découverte de mines de métaux et décida de développer la colonisation de ces terres. Durant l’été 1524, en se basant sur les descriptions des principales villes tarasques et de leurs sujets, fournies par Antonio de Caravajal, il distribua les terres conquises à ses soldats, grâce à un système de donation dénommé « encomienda » dans les sources écrites. Placée à l’est du royaume, la région d’Acámbaro fut très vite colonisée, dès les années 1530-1540. La domination civile et économique espagnole se mit en place autour de trois activités liées entre elles : l’encomienda, l’introduction de l’économie agro-pastorale européenne et l’exploitation des mines. Devant la rareté des informations archéologiques concernant cette période, les données proviennent essentiellement des documents écrits.

L’encomienda : une nouvelle gestion de la population

22L’encomienda est une concession, faite par la Couronne, du tribut indien lié à un territoire, en faveur de certains soldats méritants, prenant alors le titre d’encomendero. Ce tribut indien anciennement versé aux Tarasques est alors adapté aux besoins des nouveaux dirigeants. Il ne s’agit pas d’une donation de terre. De plus, en contrepartie de ce tribut, ces derniers étaient obligés de prendre en charge la protection, l’éducation et la christianisation des populations indigènes.

23Ainsi, la région d’Acámbaro fut divisée en plusieurs encomiendas. Celle d’Acámbaro fut dans un premier temps concédée à Pedro de Sotomayor, puis, associée à celle d’Apaseo, située au nord de la région ici étudiée, à Hernán Pérez de Bocanegra. Les encomiendas d’Araró et de Zinapécuaro furent remises à Gonzalo Riobó de Sotomayor. Celle de Ucareo fut assignée à Garcia de Holguin et enfin celle de Maravatio à un certain Ocaño.

24Les encomenderos bénéficiaient aussi de donations massives de terre en bien propre, à la base de véritables empires agricoles. L’exemple le plus frappant pour notre région est le cas du second encomendero d’Acámbaro (Warren, 1985), Hernán Pérez de Bocanegra qui reçut 5 moulins, 12 estancias (terres destinées à l’élevage) et 20 caballerias (terres pour l’agriculture).

25Notons aussi que les encomenderos n’étaient pas les seuls à bénéficier de ces donations foncières. En effet, le roi cédait aussi, sur demande, des terres à des colons européens, les familles les plus importantes socialement étant les mieux dotées.

26Bien que les encomiendas ne concernent pas directement l’exploitation des territoires, leur mise en place a une influence importante sur le développement économique de cette époque.

Importation d’espèces animales et végétales du Vieux Continent et de nouvelles techniques agricoles

27Une des premières mesures prises par Hernán Cortés fut la mise en place d’une économie autosuffisante qui évitait la dépendance vis-à-vis de l’approvisionnement provenant des Antilles (Matesanz, 1964-65, p. 533). Cette économie se caractérise par l’importation européenne de produits agricoles et de bétail déjà habitué au climat des Antilles, dans lesquelles les colons étaient implantés depuis plus de trois décennies. Le bétail fit son apparition dès les premières années de la colonisation, car Hernán Cortés, qui avait été à Cuba un grand éleveur de cochon, était favorable à l’introduction d’animaux en Nouvelle Espagne. Les premiers animaux à vocation alimentaire qui furent importés sur ce nouveau territoire sont ceux dénommés dans les sources écrites « petit bétail », avec en premier lieu le cochon, facilement transportable et qui se reproduit rapidement. Puis très vite, les Espagnols implantèrent les ovi-capridés, et enfin, dès 1526, les bovins, dits « grand bétail » dont l’élevage était réservé aux Espagnols. La multiplication du bétail est mise en évidence par la concession d’estancias très nombreuses, avec une augmentation nette dès les années 1550.

28Du point de vue agricole, les Espagnols introduisirent : le blé, la vigne ou encore l’olivier, mais surtout des techniques permettant d’améliorer le rendement avec l’apparition entre autres de l’araire et le développement de l’irrigation, d’où l’exploitation de terres plus éloignées des points d’eau (Chevalier 1976, p. 51-52). Enfin, l’arrivée des colons européens impliqua également la généralisation des outils en fer et de l’engrais animal. Cette nouvelle agriculture différait beaucoup de celle des Tarasques, qui pratiquaient l’agriculture sur terrasses afin d’éviter l’érosion des sols et de maintenir une certaine humidité des terres pour pallier la faible pluviométrie. Néanmoins, les Tarasques possédaient également l’irrigation, mais dans une mesure bien moindre à celle des époques postérieures. Il est important de noter que la région d’Acámbaro était particulièrement adaptée à ces nouvelles cultures. En effet, les conditions topographiques et climatiques (pluviométrie conséquente, ensoleillement, température et réseau hydraulique importants) créaient un cadre propice à l’exploitation de ces nouvelles espèces végétales. Les mentions fréquentes du blé dans les récits de voyageurs, tel le frère Alonso Ponce en 1586 (Ciudad Real, 1976, p. 69) ou dans les actes de litiges conservés aux Archives générales de la Nation à Mexico (à l’exemple du document AGN, Tierras, vol. 2680, exp. 29, f. 376) confirment bien ce développement précoce des cultures européennes.

Réorganisation de l’occupation humaine

29Au xvie siècle, un changement s’opéra dans le schéma d’occupation du sol (fig. 4). Dans un premier temps, l’implantation espagnole se fit au niveau des centres administratifs du Postclassique récent. Les sources écrites du début du xvie siècle mentionnent presque exclusivement les villes d’Acámbaro et de Zinapécuaro. La ville coloniale d’Acámbaro fut fondée officiellement le 19 septembre 1526 sous le nom de San Francisco Acámbaro. Cette même année, on y édifia la première église de la région. Les frères franciscains, accompagnant les consquitadores (soldats espagnols), demandèrent également la création d’un couvent. Construit entre 1531 et 1532, il devint le premier établissement religieux important de la région et le point de départ de l’évangélisation de la province. La date de fondation de la ville hispanique de Zinapécuaro reste, quant à elle, inconnue, et seules quelques indications ethnohistoriques nous permettent de juger de sa fondation précoce. Le frère Pablo Beaumont, dans sa Crónica de Michoacán (1932), mentionne que peu de temps après la fondation du couvent franciscain de Tzintzuntzan, dans les années 1526-1527, fut créé celui de Valle de Guayangareo (aujourd’hui Morelia) et, dans les années suivantes, ceux de Pátzcuaro, Tzinapécuaro (Zinapécuaro), Uruapan, Tarecuaro. La mise en place de ces couvents démontre que l’objectif principal, dans les premiers temps de l’époque coloniale, était la christianisation et la pacification des populations indigènes, pour permettre une exploitation économique de la région. Il est certain que d’autres lieux ont été occupés par des Espagnols non religieux dans la première moitié du xvie siècle dans un but uniquement économique, tels qu’Araró (Gonzales de Cossio, 1952) ou Tocuaro (Beaumont, 1932), villes préhispaniques toujours occupées durant l’époque coloniale. Cependant les documents écrits, actes de fondation de villes ou donation de terres, sont rares pour cette période. Les villes connues, comme Acámbaro ou Zinapécuaro, nous indiquent toutefois que les Espagnols ne s’installaient pas directement dans les anciens sites préhispaniques, situés le plus souvent sur des points hauts ou les flancs de collines. Les villes sont déplacées dans les vallées où se trouvaient les terres les plus fertiles, près des sources et des rivières, emplacements plus adaptés aux nouvelles logiques économiques et à un apaisement de la situation politique (fig. 5). De nombreuses implantations préhispaniques sont ainsi abandonnées. Les populations autochtones sont regroupées de force auprès des nouvelles villes, mais reçoivent en contrepartie des terres devant leur permettre de subvenir à leurs besoins. La raison officielle de ces déplacements était de faciliter la christianisation de populations originellement dispersées. Mais les regroupements permettaient aussi un meilleur contrôle des « Indiens » et une mainmise directe sur la main-d’œuvre, puisqu’une partie du tribut qui était versé à l’encomendero se faisait sous la forme de service.

Fig.4. Occupation du sol de la région d’Acámbaro (Guanajuato, Mexique) vers 1570

Fig.4. Occupation du sol de la région d’Acámbaro (Guanajuato, Mexique) vers 1570

DAO : K. Lefebvre.

30La carte de l’occupation du sol vers 1570 (fig. 4), montre une accélération de l’implantation coloniale et une gestion rentable du territoire. Sur la rive droite du fleuve Lerma, faiblement occupée durant le Postclassique récent, se multiplient des structures agricoles, dédiées principalement à l’élevage et dans une moindre mesure à l’agriculture. Ces exploitations agricoles sont, pour nombre d’entre elles, à l’origine des haciendas de la fin du xvie siècle et du début du xviie. À la fin du xvie siècle, l’occupation de la zone est presque uniquement liée à l’exploitation agro-pastorale. La mise en place de ces structures destinées à l’agriculture et à l’élevage fut facilitée par la présence de grandes étendues inhabitées. Durant le Postclassique récent, l’occupation du territoire était en relation avec l’exploitation de ressources rares et non avec une quelconque production agricole. De plus, les regroupements de populations dans les villes hispaniques accrurent les disponibilités de terres, offrant ainsi un cadre propice à l’implantation de ces grandes propriétés foncières et à la multiplication des troupeaux. Les villes refondées par les Espagnols au début du xvie siècle, telles qu’Acámbaro et Zinapécuaro, retrouvent un rôle de centre administratif important et attractif, si on se réfère à l’abondance des actes notariés de donations de terres dans ces zones.

Fig.5. Vue actuelle de la ville coloniale d’Acámbaro, au pied de la montagne du Chivo, site préhispanique

Fig.5. Vue actuelle de la ville coloniale d’Acámbaro, au pied de la montagne du Chivo, site préhispanique

Photo : K. Lefebvre.

Le développement de l’exploitation de l’or et de l’argent

31L’exploitation agricole et l’élevage ne sont pas les éléments primordiaux de l’économie du xvie siècle car, comme le souligne Gisela Von Wobeser, le principal moteur de la colonisation était l’exploitation des métaux précieux, principalement situés au nord du Mexique (Von Wobeser, 1989, p. 15). Certes, l’exploitation de l’or et de l’argent existait déjà à l’époque préhispanique, mais c’est avec l’arrivée des Espagnols que cette exploitation se développe et prend toute son ampleur. Les gisements les plus proches de la région d’Acámbaro sont les mines de cuivre de Maravatio et les gisements d’argent de Tlalpujahua. Mais d’autres mines plus importantes furent découvertes plus au nord : Guanajuato, San Luis de la Paz, San Luis Potosi, ce qui permit le développement d’une importante activité minière. Les activités agricoles et minières vont de pair car l’exploitation de ces centres miniers nécessitait la présence d’un marché important tant pour l’alimentation que pour les objets du quotidien (outils, habits…) ou encore pour les besoins en main-d’œuvre.

  • 9 La « fanega » ou « hanega » est une unité de mesure utilisée dans l’Empire espagnol. Une fanega équ (...)
  • 10 « Y que de la dicha sementera de ma’z y frijoles den cada veinte d’as cien tamemes de a media haneg (...)
  • 11 « […] atento a que la tasación que den (dijeron) ser muy excesiva, y por causa de esto los pueblos (...)

32Les listes de tributs associés aux encomenderos fournissent des informations sur cette relation. La Taxación de Ortega, indique qu’en 1528, les « Indiens » d’Acámbaro devaient fournir à Pedro de Sotomayor, premier encomendero de la même ville, 300 charges de maïs à livrer aux mines (Warren, 1985, appendice B). Un exemple similaire se retrouve dans le Libro de tasación de los pueblos de Nueva España (Gonzalez de Cossio, 1952, p. 49). Parmi les impôts payés par la communauté indienne, il est mentionné qu’en 1535, les « Indiens » d’Araró et de Zinapécuaro « donnaient cent porteurs de demi fanega9 de maïs et de haricot tous les vingt jours, quarante charges de haricot, vingt charges de piment, deux cents calebasses, deux cents paires de sandales, trente porteurs de sel et trente de poissons. Et tout cela, les dits indiens [sic] l’apportaient aux mines de la Trinité [Sultepec, état de México]. »10. Cependant en 1538, « Du fait que l’impôt qu’ils donnent est trop important, et qu’à cause de cela les villages se dépeuplent, et que s’ils le payaient les villages finiraient de se dépeupler, à partir du 10 octobre de cette année de 38, désormais et jusqu’à ce qu’il soit réformé, l’impôt est modéré et ils ne donnent plus que vingt Indiens pour le service des mines d’argent, ou d’une autre qui leur sera signalée, mille fanegas de maïs chaque année, cinq fardeaux de piments de deux fanegas chacun, cinq charges de sel tous les trente jours. Ils apporteront cela dans les mines d’argent11. » Nous voyons donc, avec ces deux exemples, l’importance et la lourdeur que prennent ces tributs pour la population autochtone.

  • 12 Au début de l’époque coloniale, des esclaves étaient employés dans les mines et probablement aussi (...)

33Parallèlement, l’approvisionnement des mines faisait également l’objet de transactions commerciales. Le 30 décembre 1527, Gonzalo Riobó de Sotomayor, encomendero d’Araró, vendit quelques esclaves12 pour travailler dans les mines du Michoacán (Warren, 1985, p. 181). Il ne s’agit pas de cas isolés, les exemples de listes d’impôts ou de transactions commerciales sont nombreux.

Fig.6. Représentation du terroir du village de Tarandacuao, datée de 1614, réalisée suite à un conflit entre Francisco de Villadiego Cendejas et les « Indiens » d’Acámbaro

Fig.6. Représentation du terroir du village de Tarandacuao, datée de 1614, réalisée suite à un conflit entre Francisco de Villadiego Cendejas et les « Indiens » d’Acámbaro

Archivo General de la Nación, México, 978/0232, Tierras, vol. 2680, exp. 29, mapa 1594, Anonyme, sans échelle, 31 x 42 cm.

34Ainsi, les encomiendas apparaissent comme de véritables lieux privilégiés pour l’obtention de vivres et de main-d’œuvre nécessaires à l’exploitation minière. Les propriétaires de mines dépendaient des encomiendas pour l’approvisionnement ; en parallèle, la vente de provisions et de main-d’œuvre était le moyen le plus facile pour les encomenderos de convertir leur production en argent.

Un autre marché économique

  • 13 1 real = 56,25 maravedis selon Matesanz (1964-65, p. 557).

35Les productions agricoles d’origines diverses (biens perçus par les encomenderos, productions des colons européens et surtout espagnols) ne sont pas réservées exclusivement au marché des sites miniers. En effet, la naissance de nombreuses villes nouvelles entraîne un nouveau débouché économique. Par exemple, le commerce de la viande bovine dans la capitale de la Nouvelle Espagne commença en 1526, à petite échelle, mais dès 1528, il s’accrut. Cette évolution est observable à travers les fluctuations du prix de la viande bovine à Mexico. Ainsi, si en 1528, 4 livres de viande de bœuf coûtaient 5 reales, elles ne valaient plus en 1532 que 70 maravedis, soit environ 1,24 reales13 (Matesanz, 1964-65, p. 559). L’intensification de ce commerce est étroitement liée à la conquête de vastes territoires dans le nord du Mexique, occupés au Postclassique récent par des populations nomades, ce qui favorisa l’implantation de grandes exploitations agricoles. Cette politique agraire, de déplacement des troupeaux vers les régions septentrionales, fut notamment encouragée par le premier vice-roi de Nouvelle Espagne, Antonio de Mendoza, qui possédait des intérêts personnels dans cette activité (Ruiz Medrano, 1991, p. 163-166).

36L’étude d’une carte du village de Tarandacuao datée de 1614 (fig. 6), illustrant une situation de conflit entre Francisco de Villadiego Cendejas, un colon espagnol, et les « Indiens » d’Acámbaro, met en évidence la topographique remarquable de cette région. En effet, ce village est situé près d’une source et du fleuve Lerma, permettant la mise en place d’un réseau d’irrigation important. Cette carte témoigne également de l’emplacement stratégique de ce village, situé au carrefour de la route minière menant à Querétaro et de la voie royale se dirigeant vers Mexico. Ainsi, ce document montre la position stratégique de la région pour écouler ses productions vers un double marché économique que sont les mines et les villes naissantes.

37L’implantation coloniale répond donc à de nouvelles logiques économiques. La région d’Acámbaro fut colonisée de manière précoce, dès le deuxième quart du xvie siècle. Dès lors se met en place un nouveau type d’exploitation économique basé sur la production agro-pastorale. De par sa situation stratégique, entre les deux principaux marchés – minier et urbain – la région d’Acámbaro devint un des principaux axes de l’expansion coloniale. La spécialisation de la zone s’est imposée de façon naturelle, d’une part, pour répondre à une demande des centres miniers et des grandes villes coloniales ; d’autre part, par l’appropriation de la région au-delà de la rive droite du fleuve Lerma, ancienne zone tampon entre les royaumes tarasque et aztèque, vide de population « indienne », et donc propice à l’implantation de grandes propriétés foncières. Cette nouvelle valorisation économique de la province était destinée à faciliter le développement de l’implantation et l’expansion coloniale, notamment vers les vastes territoires septentrionaux.

Conclusion

38Le cas de la région d’Acámbaro donne un exemple particulièrement intéressant de l’évolution de l’exploitation d’une province liée aux enjeux purépechas puis espagnols. L’étude des stratégies territoriales appliquées à la région d’Acámbaro durant le Postclassique récent et le xvie siècle permet de mettre en lumière deux types d’exploitation d’une même région. Dans le cas du royaume tarasque, la colonisation de la région se fit en partie dans le but d’obtenir des ressources rares et essentielles aux besoins quotidiens de l’élite et de la population du cœur du royaume. Puis, pour l’époque coloniale, l’agriculture n’est qu’un chaînon d’un vaste réseau économique, dont l’un des objectifs principaux est l’exploitation des mines.

39Si l’exploitation du sel continue, comme nous pouvons le voir dans les listes d’impôts du début du xvie siècle, celle de l’obsidienne disparaît à cause de la généralisation du métal. Ainsi, l’exploitation de la région d’Acámbaro devient foncièrement agricole pour approvisionner les centres miniers et les grandes villes naissantes. Cette activité agraire, bien qu’existante sous le règne tarasque mais reléguée au second plan, prend alors une importance toute particulière, à tel point que cette région est dénommée depuis le xvie siècle par la tradition populaire « le grenier du Mexique ». Ainsi, nous avons pu mettre en évidence le passage d’une économie de subsistance (sel) mais aussi liée à l’obsidienne (artisanat, armement, objet de prestige) au Postclassique récent à une économie associée à l’expansion territoriale espagnole au xvie siècle.

Bibliographie

Acuña R. (1987) – Relaciones geográficas del siglo XVI : Michoacán. México, IIA–UNAM, Etnohistoria, Seria antropolog’a, 74.

Anónimo (2002) – Relación de Michoacán, edición de Leoncio Cabrero Fernández, historia, Crónica de América 36, Madrid, Dastin.

Beaumont P. (1932) – Crónica de Michoacán, México. Publicaciones del Archivo General de la Nac’on (Talleres graficos de la nación), 3 vol. 

Chevalier F. (1976) – La formación de los grandes latifundios en México (tierra y sociedad en los siglos XVI y XVII), Fondo de Cultura Economica, Mexico.

Ciudad Real (de) A. (1976) – Tratado curioso y docto de las grandezas de la Nueva Espana, relación breve y verdadera de algunas cosas de las muchas que sucedieron al padre fray Alonso Ponce en las provincias de la Nueva Espana siendo comisario general de aquellas partes, Universidad Nacional Automnoma de Mexico, Instituto de Investigaciones Historicas, Mexico, 2 vol. 

Darras V. (1998) – La obsidiana en la Relación de Michoacán y en la realidad arqueológica : del s’mbolo al uso o del uso al simbolo, dans S. Darras (éd.), Génesis, culturas y espacios en Michoacán, Mexico, CEMCA, p. 61-88.

Darras V. et Faugère B. (2003) – Informe sobre los trabajos arqueológicos realizados durante el año 2003 en la región de la presa Solis, estado de Guanajuato, proyecto dinámicas culturales en el Baj’o, Estado de Guanajuato, tema 1 : la cultura Chup’cuaro, México, Informe cient’fico I.N.A.H.

Gonzalez de Cossio F. (1952) – El libro de las tasaciones de pueblos de la Nueva España, México, Archivo General de la Nac’on.

Gorenstein S. (1985) – Acámbaro : Frontier settlement on the Tarascan-Aztecan border, Nashville, Tennessee, Vanderbilt University, University Publication in Antropology, 32.

Healan D. et Hernandez C. (1999) – Asentamiento prehispanico y cronolog’a cerámica en el noreste de Michoacán, dans E. williams et P. C. Weigand (éds.), Arqueológia y etnohistoria : la reg’on del Lerma, México, el Colegio de Michoacán, Centro de Investigac’on en Matematicas, p. 133-155.

Hernandez C. (2000) – A history of prehispanic ceramics, interaction, and frontier development in the Ucareo-Zinapécuaro obsidian source area, Michoacán, México, Ph.D. dissertation, Tulan University, 1.

Kirchhoff P. (1943) – Mesoamérica : sus l’mites geográficos, composición étnica y carácteres culturales, Acta Americana, 1, 1, p. 92-107, Sociedad Interamericana de Antropolog’a y Geograf’a, Mexico.

Matesanz J. (1964-65) – Introducc’on de la ganaderia en Nueva España, 1521-1535, Historia Mexicana, XVI, 4, p. 533-566.

Nalda E. (1981) – Proyecto Lerma medio, ENAH, sección Salvatierra-Acámbaro. Reporte, 4, México, INAH (Mecanuscrito Archivo del Centro Regional Guanajuato-Queretaro).

Pollard H. et Gorenstein S. (1983) – Tarascan civilisation : a late prehispanic cultural system, Nashville, Tennesse, Vanderbilt University, Publication in Anthropology, 28.

Pollard H. et Vogel T. (1994) – Implicaciones politicas y economicas del intercambio de obsidiana dentro del estado tarasco, dans E. Williams et R. Novella (éds.), Arqueológia del Occidente de México, Mexico, El Colegio de Michoacán, p. 159-182.

Porter M. (1956) – Excavations at Chup’cuaro, Guanajuato, Mexico, Philadelphia, Transactions of the American Philosophical Society, New Serie, 46, 5, p. 515-637.

Pulido Mendez S., Araiza Gutierrez A. et Grave Tirado L. A. (1997) – Arqueolog’a en el norte de Michoacán : investigación de salvamento en una carretera, Dirección de Salvamento Arqueológico, Ingenieros Civiles Asociados, Autopista de Occidente.

Ruiz Medrano E. (1991) – Gobierno y sociedad en Nueva España : segunada audiencia y Antonio de Mendoza, Colegio de Michoacán, Gobierno del Estado de Michoacán, Mexico.

Warren J. B. (1963) – The Caravajal visitation : first Spanish survey of Michoacán, The Americas, 19, p. 404-412.

Warren J. B. (1985) – The conquest of Michoacán, the spanish domination of the tarascan kingdom in western México, 1521-1530, États-Unis d’Amérique, University of Oklahoma Press.

Willams E. – (2003) – La sal de la tierra, Zamora, Michoacán, El Colegio de Michoacán, Secretar’a de cultura del estado de Jalisco (Colección Centro-Occidente), 309 p.

Wobeser G. Von (1989) – La formación de la hacienda en la epoca colonial : el uso de la tierra y el agua, México, UNAM, Instituto de investigaciones históricas.

Notes

1 Le terme « chichimèque » possède un double sens durant le Postclassique récent et le début de l’époque coloniale. Il définit des populations de chasseurs-cueilleurs semi-nomades vivant dans le nord du Mexique, au-delà de la limite nord de l’aire mésoaméricaine (aire culturelle définie par Paul Kirchhoff (1943) englobant les deux tiers sud du Mexique, ainsi que le Belize, le Guatemala et une partie du Honduras). De façon plus générale, les Aztèques utilisaient ce mot comme terme générique pour désigner toute personne venant du nord, Mésoaméricain ou non.

2 Shirley Gorenstein – 1971-1973 (Gorenstein, 1985), Enrique Nalda – 1978 (Nalda, 1981), Dan Healan et Christine Hernandez – 1990 (Healan & Hernandez, 1999 ; Hernandez, 2000) Pulido Mendez Salvador, Araiza Gutierrez Alfonso et Grave Tirado Luis Alfonso – 1994 (Pulido Mendez, Araiza Gutierrez, Grave Tirado, 1997), et actuellement le Projet Chup’cuaro dirigé par Véronique Darras et Brigitte Faugère (Darras & Faugère, 2003).

3 La Relación de Michoacán est un document rédigé en 1540 par un frère franciscain, généralement identifié comme étant le frère Jeronimo de Alcala. Le récit présente l’origine mythologique du peuple purépecha et décrit de nombreux aspects de cette société à l’époque préhispanique. Bien qu’étant un écrit colonial, la Relación de Michoacán est la principale source concernant les Tarasques.

4 « [Dicen] que eran, al tiempo q[ue e]l Marqués del Valle vino a esta tierra, de un s[eño]r llamado EL CAZONCI, que señoreaba toda la provincia de Mechoacan, al cual la nación tarasca deste d[ic]ho pu[eb]lo, en reconocimiento de vasallaje, le hac’an algunas sementeras de ma’z y otras semillas, con las c[ua]les le acud’an para regalo y servicio de su casa, y ansimismo, de en cuando en cuando le daban algunas mantas, no en mucha cantidad […] »

5 « […] cada veinte dias […] treinta tamemes de sal […] »

6 « […] cinco cargas de sal cada treinta dias [...] ».

7 « Habia una otra [mujer al servicio del rey] que tenia cargo de guardar toda la sal que tra’an a su casa, que se pon’a en unos troxes. »

8 Prospections personnelles 2007, travaux de D. Healan et C. Hernandez (Healan & Hernandez, 1999, Hernandez, 2000).

9 La « fanega » ou « hanega » est une unité de mesure utilisée dans l’Empire espagnol. Une fanega équivalait à 90,815 litres.

10 « Y que de la dicha sementera de ma’z y frijoles den cada veinte d’as cien tamemes de a media hanega, y cuarenta cargas de frijoles, y veinte cargas de aji, y doscientas jicaras, y doscientos pares de cotaras y treinta tamemes de sal, y treinta de pescado. Y que todo lo susodicho lo lleven los dichos indios a las minas de la Trinidad. »

11 « […] atento a que la tasación que den (dijeron) ser muy excesiva, y por causa de esto los pueblos estan despoblados, y si lo hubieran de cumplir se acabar’an de despoblar, se moderó en que den desde diez de octubre de este presente año de 38 en adelante, hasta tanto que se tornen a reformar, veinte indios de servicio en las minas de plata, o en otra parte, donde les fuere señalado, y mil hanega de ma’z cada año, y cinco fardos de aj’ de a dos hanegas cada fardo, y cinco cargas de sal cada treinta d’as. Lo cual lo han de poner en las minas de la Plata. »

12 Au début de l’époque coloniale, des esclaves étaient employés dans les mines et probablement aussi pour les travaux agricoles. Bien que les « Indiens » aient été en théorie considérés comme des vassaux libres de la Couronne, les « Indiens » rebelles, capturés lors d’expéditions – telles que la guerre du Mixtón (dans les années 1540) – destinées à pacifier certaines régions, devinrent les premiers esclaves des colons. Cette servilité et la traite qui en découle étaient légales suite à une loi promulguée par Isabel la Catholique en 1500, permettant d’utiliser les « Indiens » qui ne se soumettaient pas ; et ce jusqu’en 1549, lorsque le roi Charles Quint ordonne de libérer les « Indiens-esclaves ». Cependant cette loi n’eut pas un effet immédiat, et n’interdisait en aucun cas l’emploi d’esclaves noirs.

13 1 real = 56,25 maravedis selon Matesanz (1964-65, p. 557).

Table des illustrations

Titre Fig.1. Localisation de la région d’étude
Crédits DAO : K. Lefebvre.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5962/img-1.jpg
Fichier image/, 268k
Titre Fig.2. Limite du royaume tarasque au moment de la Conquête espagnole et localisation des zones d’extraction d’obsidienne et d’exploitation du sel
Crédits DAO : K. Lefebvre.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5962/img-2.jpg
Fichier image/, 392k
Titre Fig.3. Occupation du sol de la région d’Acámbaro (Guanajuato, Mexique) durant le Postclassique récent
Crédits DAO : K. Lefebvre.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5962/img-3.jpg
Fichier image/, 644k
Titre Fig.4. Occupation du sol de la région d’Acámbaro (Guanajuato, Mexique) vers 1570
Crédits DAO : K. Lefebvre.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5962/img-4.jpg
Fichier image/, 696k
Titre Fig.5. Vue actuelle de la ville coloniale d’Acámbaro, au pied de la montagne du Chivo, site préhispanique
Crédits Photo : K. Lefebvre.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5962/img-5.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Fig.6. Représentation du terroir du village de Tarandacuao, datée de 1614, réalisée suite à un conflit entre Francisco de Villadiego Cendejas et les « Indiens » d’Acámbaro
Crédits Archivo General de la Nación, México, 978/0232, Tierras, vol. 2680, exp. 29, mapa 1594, Anonyme, sans échelle, 31 x 42 cm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5962/img-6.jpg
Fichier image/, 827k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 8096 : Archéologie des Amériques. Sujet de thèse : Occupation de l’espace dans la région d’Acámbaro (Guanajuato – Michoacán) entre le Postclassique récent et le xvie siècle.
Directeur : B. Faugère.
Date de soutenance prévue : fin 2010.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540