Version classiqueVersion mobile

La République en représentations

 | 
Maurice Agulhon
, 
Annette Becker
, 
Évelyne Cohen

La représentation en politique

Des vingtièmistes stimulés et enhardis

Jean-François Sirinelli

Texte intégral

1La proposition des organisatrices de participer à cette rencontre autour de Maurice Agulhon me donne, et je les en remercie, l’occasion d’exprimer une gratitude de nature intellectuelle. N’étant pas l’un de ses élèves, ma relation avec ce maître historien s’est opérée, en effet, par la lecture progressive de son œuvre et il est pour moi très précieux d’être conduit à réfléchir sur l’apport de cette lecture. Précisons qu’il s’agit moins ici de personnaliser à l’excès en signalant ma propre dette que de tenter d’entrevoir comment les historiens de ma génération, y compris ceux spécialistes du xxe siècle, ont pu être éventuellement marqués par cette œuvre.

  • 1 « Étudions donc les faits, sans trop nous soucier de leurs étiquettes et sans trop spéculer sur les (...)

2Dans cette perspective, je partirai d’un constat historiographique. L’un des domaines d’innovation de l’école historique française est actuellement l’histoire culturelle du politique. Or, si la modestie dont a toujours fait preuve Maurice Agulhon et sa méfiance envers les étiquettes1 ne l’ont jamais conduit à revendiquer une place particulière dans ces processus d’innovation, en fait non seulement il s’est inscrit de plain-pied dans ce domaine mais, de surcroît, son influence y a été décisive.

  • 2 Marianne au pouvoir. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Paris, Flammarion, 1 (...)

3 À bien y regarder, du reste, le dossier n’est plus à plaider. Si l’on prend, par exemple, Marianne au pouvoir2, publié en 1989, c’est-à-dire à un moment où les surgeons de cette jeune histoire culturelle du politique n’étaient pas encore déployés, il y a bien déjà là, même si elle n’est pas revendiquée comme telle, une démarche de cette nature. Ainsi, étudier, dans la première partie du livre, la « banalisation » du buste de mairie comme reflet de l’installation de la République dans les esprits, c’est analyser la gestation d’un « fait coutumier » dérivé d’un « effet de majorité consolidé par le temps ». De même, dans la deuxième partie, éclairer cette popularisation croissante de la République, c’est en suivre les traces dans la vie quotidienne et dans la « culture de simples gens ». Et c’est bel est bien analyser l’incorporation progressive « à une sorte de nouveau folklore national », qui conserve d’ailleurs des « diversités provinciales », mises en lumière dans une troisième partie.

4Étudier ainsi comment la République, conquérante sur le terrain politique, devient également conquérante dans les esprits et dans les cœurs conduit à prêter attention à différentes formes d’appropriation culturelle pouvant influer sur des comportements politiques, et donc à mener une approche culturelle des phénomènes politiques.

5Cette approche s’inscrit bien dans une sorte de révolution intellectuelle qui toucha alors, sous différents aspects, l’école historique française et qui peut se résumer ainsi : le retour du sujet et, de surcroît, l’élargissement à un sujet non seulement agissant mais pensant.

Le xixe siècle saisi par l’anthropologie historique

6Cette révolution a revêtu notamment deux aspects essentiels et, sur ses terrains de recherches, Maurice Agulhon y a été chaque fois partie prenante.

7D’une part, l’histoire politique, à la suite du retour au sujet, s’est trouvée progressivement désenclavée des corrélations lourdes socio-économiques dont elle était censée être le produit : le sujet, acteur de l’histoire, avait désormais sa part d’autonomie. Une génération initialement profondément marquée par le marxisme a été l’actrice de cette évolution, qu’elle a vécue en temps réel, au long de son propre cheminement scientifique. Ce sera, par exemple, Emmanuel Le Roy Ladurie passant, au fil de son évolution politique et de sa recherche sur les paysans du Languedoc, de Marx à Malthus. Dira-t-on de même, que Maurice Agulhon est passé de Marx à Marianne ? Toujours est-il que les historiens de cette génération, dans leur mue, ont joué aussi un rôle de contrepoids, empêchant le balancier de l’histoire politique de trop repartir en sens inverse en oubliant le social en chemin. Car, assurément, cette autonomie acquise par l’histoire politique vis-à-vis du socio-économique ne signifie pas la revendication de son indépendance. Tout au contraire, car une histoire politique qui se réfugierait dans le « tout politique », avec notamment des amarres larguées vis-à-vis du social, rendrait compte d’une réalité amputée d’une part de sa complexité.

8Il faut, du reste, observer que cette tentation a existé au sein de la génération de Maurice Agulhon, précisément au moment où se sont dessinés des parcours au-delà du marxisme et où s’est donc enclenché l’apurement des comptes idéologiques : la dernière phase du parcours intellectuel et scientifique de François Furet, par exemple, aussi bien sur la Révolution française que, ensuite, sur le communisme, a ainsi privilégié la piste des cultures et des idéologies, avec une indéniable fécondité mais aussi un débat subséquent sur les limites ou les apories d’une telle piste. Maurice Agulhon, pour sa part, est au contraire toujours resté greffé sur le social, mais de plus en plus, me semble-t-il, par la médiation du culturel. C’est là, du reste, un autre effet induit par la récente révolution historiographique : loin de se trouver évacué du champ d’analyse de l’historien, le social y reste très présent, mais à travers des modes d’élaboration où le culturel est central. En d’autres termes, la culture apparaît à bien des égards comme une des modalités de structuration du social. Certes, Maurice Agulhon n’a jamais formulé explicitement ses analyses en ce sens, et il y aurait détournement intellectuel à trop solliciter ses textes dans cette direction. Pour autant, ses travaux ont bien établi la place essentielle des formes d’expression culturelle et de leurs vecteurs dans le métabolisme des sociétés. La notion même de sociabilité, si présente dans une partie de son œuvre, confirme, s’il en était besoin, ce lien entre le culturel et le social.

9Ainsi, bien sûr, que le politique. Car, pour revenir ici aux aspects concernant plus précisément l’histoire politique de la révolution historiographique évoquée, son autre aspect essentiel est, on l’a dit, l’extension du champ d’appréhension du sujet, dans la mesure où celui-ci est perçu désormais à la fois comme agissant et pensant : ses structures mentales doivent être étudiées, à la fois en elles-mêmes et comme facteur d’analyse des comportements collectifs. Or, dans ce domaine également, l’œuvre de Maurice Agulhon a été déterminante. Alors que l’approche, si riche, par les sociabilités aurait pu le conduire, dans son œuvre, à laisser de côté, ou au moins à la marge, les opérations mentales de saisie du réel, les Mariannes prennent, on l’a vu, pour objet des processus d’appropriation, qui relèvent d’un tel champ d’analyse. Bien plus, dans sa leçon inaugurale au Collège de France, Maurice Agulhon s’interrogeait sur les rapports entre les différents registres d’appréhension et de mise en forme du réel, depuis les formes les plus élaborées jusqu’aux expressions les plus frustes. La conclusion induite par une telle démarche était claire : l’historien – et notamment, bien sûr, celui du politique – se devait de scruter les modalités de circulation entre ces registres.

10Par-delà l’apport direct de l’œuvre de Maurice Agulhon à la connaissance du passé, on doit donc aussi la créditer d’un gain épistémologique important. Parfois, et c’est le cas ici, il arrive qu’une œuvre, par-delà même ses qualités intrinsèques et la densité de son apport, rencontre un écho parce qu’elle entre en résonance avec les interrogations historiographiques du moment. À cet égard, l’histoire du XIXe siècle s’est trouvée doublement enrichie par les travaux de Maurice Agulhon, en termes de connaissances historiques comme en valeur ajoutée épistémologique. Mais, et le point doit être également souligné, il y eut aussi réverbération de cette œuvre sur, sinon les travaux, en tout cas la réflexion d’historiens vingtièmistes. Je puis, en effet, attester que tel fut mon cas, au fil du premier versant des années 1990, après la publication en 1989 du deuxième tome de la trilogie des Mariannes. Il est difficile, assurément, de généraliser à ce stade et d’affirmer qu’il y eut alors un moment Agulhon pour l’ensemble des vingtièmistes. Je me contenterai, ici, d’évoquer ma propre perception de cette publication et des analyses qui y étaient formulées, mais il est probable que d’autres collègues, peu ou prou, ont vu alors également leur réflexion enrichie.

  • 3 Janvier-mars 1991, n° 29. Comme M. Agulhon utilisait à plusieurs reprises le mot « mentalité », le (...)

11Une dizaine d’années plus tôt, la parution du premier tome de la trilogie, Marianne au combat (1789-1880), avait bien moins attiré mon attention. L’éloignement chronologique plus important par rapport au vingtième siècle, la distance thématique rendue plus grande encore du fait de la nature de ce qui mobilisait à cette date mon attention – les khâgneux et les normaliens des années 1920 –, autant de filtres qui tamisaient l’apport que ce livre aurait pu constituer pour moi. En revanche, je puis reconstituer, sans les déformer rétrospectivement, les réflexions que m’inspira le tome II. Je rédigeai, en effet, un compte rendu assez étoffé pour Vingtième siècle. Revue d’histoire3.

12Pour un vingtièmiste, donc, la zone de contact était cette fois-ci directement établie : le sous-titre de Marianne au pouvoir était, en effet, L’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914. Bien plus, pour la République dans cette zone de contact, « le temps du combat [avait] bien fait place à celui de la puissance établie ». Assurément, ce statut acquis de régime officiel ajoutait encore à l’intérêt de l’apport de Maurice Agulhon à la connaissance de l’histoire du modèle républicain. Car, en partant du principe que la République n’est pas seulement images ou traductions plastiques mais aussi « représentations mentales », structurées en doctrines ou davantage « diffuses » ou « affectives », il devenait possible de réfléchir sur la notion d’écosystème politique : comment un régime s’enracine dans un terreau socioculturel et dans quelle mesure se constitue un écosystème. Ici, en l’occurrence, la démarche de Maurice Agulhon permettait d’analyser les modalités de constitution d’un écosystème républicain – pour reprendre l’expression forgée par Serge Berstein et Odile Rudelle –, en d’autres termes pourquoi et comment un régime et une culture politiques qui étaient d’abord alors ceux de vainqueurs, dans une bataille politique gagnée après un combat multidécennal, dépassaient ce seul statut et devenaient non plus seulement victorieux mais conquérants. Il ne s’agissait plus seulement, en effet, d’un rapport de forces politique établi au prix d’une longue lutte mais d’un processus d’acculturation dans les esprits et les cœurs. La République, au terme de ce processus de quelques décennies étudié dans Marianne au pouvoir, n’est plus seulement d’imposition des vainqueurs aux vaincus mais d’assentiment du plus grand nombre. Et les cultures politiques concurrentes, face à ce modèle conquérant, ne seront bientôt que marginales, voire résiduelles.

13On mesure les gains heuristiques d’une telle démarche. Tout d’abord, pour l’étude de la représentation de l’État, elle permet de dépasser l’analyse – nécessaire – des principes de légalité d’un régime politique pour prêter également attention aux processus de légitimité : comment un régime est-il perçu par une conscience individuelle et par un agrégat d’individus et les mécanismes, au demeurant complexes, d’approbation ou de déni, de ralliement ou d’opposition, qui en découlent. Et si de telles observations sont, bien sûr, valables pour toutes les époques, elles prennent une importance plus grande encore et revêtent une nécessité plus impérieuse pour les périodes où triomphent les régimes représentatifs et où ceux-ci, par essence, ne peuvent perdurer que si des mécanismes d’approbation implicite ou explicite fonctionnent et si des ralliements, de ce fait, s’opèrent.

Des vingtièmistes enhardis ?

14En même temps, surgit une contradiction. Certes, une telle approche culturelle du politique, relevant largement d’une prise en considération des représentations collectives, est encore plus nécessaire pour les régimes représentatifs – et la juxtaposition, ici, des deux sens d’un même mot en fournit une preuve indirecte –, mais l’histoire des représentations était, il est vrai, en ce début des années 1990, sinon terra incognita pour les tenants de ce que notre terminologie universitaire estampille comme « l’histoire contemporaine » – entendons l’histoire des xixe et xxe siècles –, en tout cas territoire périphérique. Indéniablement, ce sont surtout l’histoire médiévale et l’histoire moderne qui ont été d’abord les sites privilégiés de ce type d’histoire, et ce sont des spécialistes issus de ces périodes d’étude qui furent pionniers en la matière. Et l’on mesure bien, ainsi remis en perspective, à quel point les travaux de Maurice Agulhon ont contribué à une sorte de levée d’écrou, pour désenclaver de ces périodes d’avant 1789 l’histoire des représentations. Car ce n’était pas seulement l’appartenance à cet avant-1789 des premiers pionniers de cette histoire qui l’a ainsi confinée en amont de « l’histoire contemporaine ». Il existait aussi – et ceci explique en partie cela – une impossibilité quasi ontologique, doublée d’un blocage épistémologique, pour celle-ci à s’aventurer sur de pareilles terres : l’histoire des représentations relève du champ de l’anthropologie historique qui, par essence, ne peut porter que sur des sociétés chronologiquement éloignées de la nôtre. Le pacte anthropologique, en effet, est fondé sur l’éloignement, et le protocole scientifique qui en découle est clair : cet éloignement peut être engendré par deux facteurs. D’une part, la géographie : ce sont, dans ce cas, les kilomètres qui créent l’étrangeté – au sens d’une société qui nous est, de ce fait, intrinsèquement étrangère –, elle aussi au cœur du pacte anthropologique. D’autre part, la chronologie : ce sont alors les siècles qui constituent la distance et justifient, à la croisée de cette distance et de l’étrangeté qui en découle, une démarche d’anthropologie historique. Celle-ci porte donc, pour paraphraser le titre d’un ouvrage de Peter Laslett sur l’Angleterre préindustrielle, sur « un monde que nous avons perdu ».

  • 4 « Politics, Images and Symbols in Postrevolutionary France », dans S. Wilentz (éd.), Rites of Power(...)

15Du coup, les xixe et xxe siècles, en raison d’une proximité chronologique plus grande et d’une position au-delà du point de basculement essentiel qu’est 1789, paraissaient exclus de l’aire de déploiement de l’anthropologie historique. Et l’on saisit bien, sur ce plan également, à cet égard, l’importance des travaux de Maurice Agulhon : par les axes choisis et les gains de connaissance engrangés, ils ont, de facto, permis de faire entrer de plain-pied le xixe siècle dans cette aire. Et, de surcroît, en connaissance de cause : l’auteur des Mariannes, en effet, a formulé explicitement sa conviction que l’histoire des représentations n’était pas seulement destinée à éclairer des sociétés de l’âge prérévolutionnaire4. Et, de fait, si ce type d’approche, dans la mesure où il permet de toucher à des sensibilités plus enfouies, et donc à l’infra-politique, constitue une contribution essentielle à l’histoire politique des groupes humains marqués par « la politique d’avant l’âge de la politique », pour reprendre l’expression d’Éric Hobsbawm, il serait parfaitement illogique, pour autant, d’en priver l’analyse des comportements politiques de sociétés plus récentes, dans leurs phases d’entrée dans l’ère des systèmes représentatifs. Ce n’est assurément pas une coïncidence si Maurice Agulhon a fondé une très large partie de sa recherche et de sa réflexion historique sur l’étude du premier xixe siècle, une période permettant, pour ce qui concerne la France, l’étude de l’acculturation progressive de « la République au village », à l’époque de « Marianne au combat ». Et, quelques années plus tard, avec Marianne au pouvoir, ce sont aussi les dernières décennies du xixe siècle qui se trouvèrent aussi intégrées dans l’aire d’une anthropologie historique du politique.

16Pour revenir à la question posée plus haut, on mesure donc le gain heuristique et même épistémologique qu’a représenté l’œuvre de Maurice Agulhon pour les tenants de « l’histoire contemporaine », auxquels lui-même appartenait : l’enrichissement pour la maison commune n’a pas consisté seulement en un apport de connaissances, ce qui est, somme toute, le lot commun, mais en une fenêtre supplémentaire éclairant ces connaissances d’une lumière nouvelle.

17Cela étant, vue depuis l’étude du vingtième siècle, quels pouvaient être les effets induits par une nouvelle fenêtre ainsi ouverte ? Car, si Maurice Agulhon a ainsi largement contribué à permettre une sorte d’exeat historiographique en favorisant une autorisation de sortie des démarches d’anthropologie historique en dehors de la période d’avant 1789 et leur utilisation pour l’étude d’un xixe siècle entendu, dans une acception large, jusqu’en 1914, qu’en est-il pour le vingtième siècle ? La réponse est complexe, car les processus historiographiques, qui sont le plus souvent à combustion lente, sont probablement déjà à l’œuvre, en ce qui concerne l’anthropologie historique, pour cette période mais de façon pour l’heure hésitante, compte tenu du protocole scientifique évoqué plus haut. Bien plus, même si elle comprend des ouvrages importants sur le XXe siècle, l’œuvre de Maurice Agulhon reste, par son centre de gravité, très largement calée sur le siècle précédent. L’effet, ici, ne peut donc être qu’indirect, ce qui ne veut pas dire négligeable : l’auteur des Mariannes peut ainsi favoriser, par le rayonnement de ses travaux, une sorte de processus d’enhardissement pour les vingtièmistes.

18Je me permets de prendre ici un exemple personnel concernant l’un de mes champs de recherches, celui des intellectuels. Avec ces intellectuels engagés du xxe siècle, nous sommes apparemment très loin des représentations de Marianne au fil du siècle précédent ou des gros bourgs du Var à la même époque. Et pourtant, sur un tel sujet, l’influence de Maurice Agulhon a pu s’exercer par rebond. Pour l’étude de l’insémination puis de l’enracinement du sentiment républicain au sein de ces gros bourgs, en effet, Maurice Agulhon a mis en œuvre, on l’a vu, la notion de sociabilité. Or, quand a commencé à se développer l’histoire du milieu intellectuel, s’est vite posée la question de l’étude de la morphologie et de la structuration de ce milieu, et chacun d’entre nous a donc tenté de forger les outils adéquats. Les uns se sont logiquement tournés vers les différentes écoles sociologiques, et notamment celle inspirée par les travaux de Pierre Bourdieu. D’autres, également favorables au dialogue interdisciplinaire, mais moins enclins à chercher ailleurs ce que les gisements de la discipline historique pouvaient receler, en leur sein, ont puisé dans la boîte à outils que devenait progressivement à cette date l’œuvre de Maurice Agulhon. D’où cette notion de rebond, qui n’est pas sans rappeler celle de détour, chère à des anthropologues comme Georges Balandier. Ce détour par d’autres milieux en d’autres moments peut se révéler précieux comme force de rebond de certaines notions. C’est le cas ici, pour les intellectuels : assurément, le rebond chronologique et le détour épistémologique peuvent se révéler artificiels, voire induire en erreur, mais peuvent également servir de stimuli : j’ai, pour ma part, proposé dès 1986, dans un article, d’appeler « réseaux de sociabilité » les éléments qui contribuent à structurer un milieu intellectuel. Certes, le sens du mot était là bien différent, mais la source d’inspiration était bien Maurice Agulhon, même si, à cette date, je l’ai dit plus haut, mes thèmes de recherches ne m’avaient guère conduit à lire de façon approfondie ses ouvrages.

19Il y avait donc bien là une sorte d’exfiltration d’un thème forgé initialement par et pour l’étude du xixe siècle. Et d’autres types de transfert thématique pourraient être évoqués. Par exemple, pour en rester encore à l’histoire des intellectuels, celle-ci conduit logiquement à s’interroger sur les processus d’influence des idées – on choisit ici, à dessein, un terme recouvrant des formes d’expression de nature et de statut variables – mises en circulation par eux. Comment ces idées circulent-elles à travers lieux et milieux ? Sont-elles, au fil de ces processus, conservées en l’état ou altérées ? Apparemment, sur ces questions de vecteurs culturels et de modalités de réception, on est bien loin, à nouveau, des gros bourgs du Var du premier xixe siècle. Et pourtant, là encore, l’influence de l’œuvre de Maurice Agulhon a probablement été forte sur certains vingtièmistes. Car ces interrogations sur la circulation des « idées » des intellectuels conduit à s’interroger sur les formes acculturées de ces idées, et l’intérêt ainsi porté aux mécanismes d’appropriation élargit la perspective, dépassant le seul champ d’application de l’histoire des intellectuels. Et, pour une telle perspective, le rebond des notions forgées à l’occasion de l’étude du siècle précédent peut se révéler précieux.

20Mais l’image du rebond ou du détour conduit aussi, plus largement, à poser une question essentielle, en écho de ce qui a été analysé plus haut : par-delà le transfert vers le xxe siècle de certaines de ces notions venues d’avant 1914, et précisément parce que ce transfert a commencé à s’opérer, peut-on envisager de faire basculer ce xxe siècle dans l’aire d’application de l’anthropologie historique ? Ce sera probablement, en tout cas, l’un des enjeux historiographiques des années à venir que de répondre à une telle question, et le processus d’enhardissement enclenché par la lecture des livres de Maurice Agulhon stimulera sans doute ceux qui considèrent que l’ampleur de la métamorphose française au fil des Vingt Décisives qu’ont été les années 1965- 1985 a fait du pays d’avant cette métamorphose « un monde que nous avons perdu », relevant par là même d’une démarche d’anthropologie historique.

Notes

1 « Étudions donc les faits, sans trop nous soucier de leurs étiquettes et sans trop spéculer sur les mots », écrivait-il en 1997, « Marianne, objet de “culture” ? », dans J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Le Seuil, 1997, p. 129.

2 Marianne au pouvoir. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Paris, Flammarion, 1989.

3 Janvier-mars 1991, n° 29. Comme M. Agulhon utilisait à plusieurs reprises le mot « mentalité », le titre du compte rendu était le suivant : « Histoire des mentalités et histoire contemporaine : une greffe réussie ».

4 « Politics, Images and Symbols in Postrevolutionary France », dans S. Wilentz (éd.), Rites of Power (repris, en français, dans Histoires vagabondes, Paris, Gallimard, vol. 1, 1988, « Bibliothèque des histoires »).

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search