Version classiqueVersion mobile

Le commissaire de police au xixe siècle

 | 
Dominique Kalifa
, 
Pierre Karila-Cohen

Professions

Les commissaires de police de la Restauration : révocation et professionnalisation

John R. Merriman

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Martine Andréoli

Texte intégral

  • 1 Cet article s’inspire de l’introduction et du chapitre 3 de John R. Merriman, Police Stories : Buil (...)
  • 2 Gabriel Delessert, qui fut préfet de police entre 1836 et la révolution de 1848, a normalisé les dr (...)

1L’État moderne a grandi et évolué en même temps que la police. Pendant la première moitié du xixe siècle, la police a étendu la portée de l’État centralisé dans le paysage urbain français alors en pleine croissance. Pour la plupart des gens, la « police » signifiait les « commissaires de police », dont la professionnalisation au cours du xixe siècle fit l’objet d’une attention considérable. La professionnalisation de la police française devrait, bien sûr, être replacée dans le contexte de l’entrée du statut de commissaire parmi quelques professions de notables, par exemple les médecins, notaires, ingénieurs, préfets et magistrats, appelés à devenir partie intégrante de la vie moderne1. Comme dans ces autres professions, la professionnalisation des commissaires de police a apporté une formation répondant à des normes et a mis en place une évaluation des compétences professionnelles dans le cadre d’une structure d’autorité hiérarchisée et d’un sentiment d’identité collective2. Dans cette évolution, l’expérience de la police pendant la Restauration, la monarchie de Juillet et la Seconde République fut cruciale.

2Dès 1850, l’évaluation des compétences « professionnelles » des policiers donna lieu à une production de plus en plus volumineuse de notes administratives qui prirent la forme de rapports réguliers mentionnant si le commissaire de police en question méritait ou cherchait de l’avancement. Par exemple, le rapport en faveur de la nomination de François Caubet, commissaire à Tulle (Corrèze), au rang de commissaire principal à Toulouse mentionnait « son attachement aux devoirs de sa profession (c’est moi qui le souligne), sa probité et ses aptitudes pouvant être très utiles au gouvernement ».

  • 3 AD Haute-Garonne, 13 M 57 ter, lettre du maire de Tulle le 30 novembre 1849.

3Par ailleurs, les commissaires avaient moins de chances d’être originaires de la même commune ou ville que celle dans laquelle ils étaient en poste. On peut considérer comme un signe de professionnalisation le fait qu’ils étaient de plus en plus nombreux à être mutés loin de leur région d’origine. Il en va de même pour les nouvelles catégories de rubriques requises dans les rapports produits dans les préfectures, les sous-préfectures et les mairies sur les commissaires de police, rapports qui comportaient des renseignements sur leur niveau d’éducation et sur les langues étrangères parlées. Début 1851, l’évaluation de Claude Michel, commissaire à Villefranche (Haute-Garonne), notait ainsi que cet ex-soldat et ex-gendarme avait « une éducation et des capacités suffisantes pour le poste qu’il occupe » et qu’il parlait l’allemand, bien qu’il ne souhaitât pas – ni ne méritât – de l’avancement. Le flux régulier de rapports, souvent extrêmement détaillés, évaluant les performances des commissaires de police pour le ministère de l’Intérieur reflète bien la bureaucratisation d’une institution cruciale3. Dès la fin de la Seconde République, le serment prêté par les commissaires de police devant le maire était appelé « serment professionnel ». Les références concernant leur « carrière » devinrent bien plus fréquentes chez les commissaires de police.

  • 4 Clive Emsley, Policing and its Context, op. cit., p. 91-97 ; Patricia O’Brien, op. cit., p. 309-324 (...)
  • 5 La Police et M. Decazes, pamphlet qui suivit l’assassinat, par « Bellemare », un ancien commissaire (...)
  • 6 Isser Woloch, The New Regime : Transformations of the French Civic Order, 1789-1820’s, New York, 19 (...)

4Dans cette perspective, il s’agit de montrer ici que le développement d’une identité professionnelle des commissaires de police s’observe dès la Restauration et la monarchie de Juillet, avant les réformes de 1854, qui établissent le principe d’une autorité de police civile, avant l’apparition, en 1855, du Journal des commissaires de police et de policiers à Paris qui portent leur numéro sur le col, et avant la Troisième République quand les critères de recrutement et même de concours furent institués4. Je propose de considérer un seul aspect de cette épineuse question de la professionnalisation, celui de la « révocation », cauchemar des commissaires de police, gravé dans les registres historiques des Archives nationales et des Archives départementales. Certaines révocations firent bien sûr partie des purges à la suite de changements de régime. Elles accompagnèrent également des glissements de tendance au sein des régimes, notamment le mouvement contre les ultras au début de la Restauration et la purge qui suivit l’assassinat du duc de Berry en 18205. Mais, somme toute, les schémas de révocation révèlent aussi la professionnalisation grandissante de la police dans le contexte du renforcement de la centralisation de l’État. Car c’est bien l’État, et non les municipalités, qui prenait les décisions et établissait dès lors un code de responsabilités et d’allégeances révélateur d’une bureaucratie émergente. En outre, bien que la loyauté politique envers chaque régime successif – en particulier la Restauration, la monarchie de Juillet et la Seconde République – demeurât sans nul doute primordiale pour tout commissaire de police, l’importance de la Restauration à cet égard réside dans le fait que dès 1822 – et dans de nombreux cas avant cette date – le régime s’était débarrassé de nombre de commissaires qui n’avaient pas fait preuve d’assez de compétences. Leurs protestations frénétiques, rappelant avec quels désintéressement et héroïsme ils avaient servi la cause royale pendant les mauvais jours de la Révolution et de l’Empire, ne leur servirent à rien dans la plupart des cas. Même si la Révolution de 1830 remit les antécédents politiques à l’ordre du jour et provoqua la disgrâce de nombreux commissaires de police, et même si l’allégeance au pouvoir en place continua à compter pour beaucoup, la compétence et le comportement professionnels prévalaient désormais6.

  • 7 AN, F7 9851, lettre du préfet du Gers en janvier 1816.
  • 8 Clive Emsley, Policing and its Context, op. cit., p. 54. AD Allier, 3 M 433, circulaire du ministèr (...)
  • 9 Copie dans AD Haute-Garonne, 13 M 57 bis. Durant la monarchie de Juillet, une circulaire du 7 décem (...)

5Comme dans toute première période de chaque régime, l’administration des Bourbons commença à purger la police, en l’occurrence de tous ceux qui étaient suspectés de sympathies bonapartistes, amorçant le processus pendant la première Restauration, et le continuant après les Cent-Jours, quand elle eut plus de temps pour se pencher sur la révocation des commissaires ayant servi sous l’Empire. Il n’est ainsi pas surprenant que Manas d’Auch, décrit comme « actif zélé pour le service de Bonaparte, mais absolument nul pour celui du Roi », ait été suspendu de ses fonctions, puis révoqué en décembre 18157. À Paris, sept des dix-sept commissaires révoqués durant la première Restauration avaient été réintégrés dans leurs fonctions pendant les Cent-Jours ; une purge s’ensuivit inévitablement8. Une circulaire ultérieure du ministre de l’Intérieur, datée du 19 novembre 1817, stipulait que les préfets devaient fournir des renseignements sur la police tous les six mois9.

  • 10 AD Vienne 4 M 310, lettre de Ginot le 10 juillet 1815.
  • 11 AN, F7 9850, dossier d’André Cailhasson.

6Par exemple, la ville de Poitiers perdit ses deux commissaires au cours de la purge inspirée par la tendance ultra au début de la Restauration. Le commissaire Ginot avait servi loyalement sous l’Empire. La seconde Restauration le vit subir immédiatement la colère des ultras, dans une ville dominée par des nobles et des prêtres. La protestation de Ginot arguant qu’il avait tout perdu pendant la Révolution fut sans effet. Voyant venir la révocation, il préféra démissionner pour éviter la disgrâce qu’avait connue son collègue, nommé en l’an X à Poitiers10. De même, Louis Toustain perdit sa position à Saint-Amand (Cher) en 1816 sous la pression des ultras, parce qu’il avait travaillé dans la police impériale quelques années auparavant. Cela en dépit du fait que le procureur avait admis son efficacité. Les députés de la Vienne lui avaient apporté leur soutien, et vers 1819 il fut pratiquement reconnu qu’il avait été limogé aux temps des ultras, dans un département où ceux-ci étaient dominants au début de la seconde Restauration. De la même façon, l’influence des ultras conduisit à la révocation d’André Cailhasson, en 1816, à Revel (Haute-Garonne) parce qu’il avait servi comme commissaire de police sous l’Empire et bien que son travail n’eût fait l’objet d’aucune plainte11.

  • 12 AN, F7 9842, lettre de l’évêque de Carcassonne le 10 septembre 1823 et lettre de Cadas le 9 septemb (...)

7Malgré tout, un certain nombre de commissaires ayant servi sous l’Empire furent épargnés au tout début de la Restauration, car ils pouvaient prouver – parfois au moyen de preuves habilement présentées – qu’ils avaient servi sous les Bourbons précédemment. À Narbonne, Dominique Cadas était commissaire depuis l’an IX. Bien qu’il eût continué son service pendant les Cent-Jours, Cadas conserva son poste pendant la seconde Restauration car il avait atteint une certaine notoriété pour avoir sauvé en 1 792 un groupe de suspects royalistes emprisonnés. Quand des soldats arrivant de l’Hérault avaient menacé les royalistes avec des « cris horribles » et semblaient sur le point de les massacrer, Cadas s’était interposé. C’est ainsi qu’il survécut à la purge de 1815 et, quand sa position fut menacée en 1822, une lettre signée de l’ancien évêque de Carcassonne et de sept des royalistes le sauva12. Les autorités de la Restauration pardonnèrent donc à certains de leurs anciens ennemis, à condition qu’ils soient compétents et qu’ils ne se soient pas comportés de trop mauvaise façon envers les royalistes durant l’Empire. Ainsi, certains commissaires conservèrent ou même retrouvèrent des postes dans la police.

8Les ultras eux-mêmes tombèrent sous la vague de purges suivantes pendant la Restauration. Nombre d’entre eux avaient refusé tout arrangement, même avec une monarchie légitimiste qui avait accepté la charte et refusé de rendre les biens nationaux aux familles qui les possédaient à l’origine. Le gouvernement essaya donc de se débarrasser des ultras dans les rangs de la police, particulièrement de ceux dont la présence provocatrice menaçait de compromettre l’acceptation de la monarchie restaurée et donc de l’ordre public.

  • 13 AN, F7 9843, dossier Lamiscarre.
  • 14 AN, F7 9848, dossier Pétiton, et notamment la lettre du préfet du Finistère le 1er mars 1822.

9Au début de la Restauration, les rangs de la police comptaient de nombreux vétérans de la cause royaliste. Lamiscarre, ancien officier d’artillerie, eut l’honneur douteux d’être l’un des premiers à être remplacés, à Marseille, en mars 1816 ; il s’était répandu en promesses de révéler des complots, mais n’était parvenu qu’à rapporter une série de faits insignifiants13. Quand Raymond Pétiton fut révoqué en 1816 de son poste de commissaire à Brest, il se mit à bombarder le ministère de lettres indignées. De « viles calomnies » avaient, bien sûr, causé sa disgrâce. Il se targuait d’avoir fait faire à la monarchie une économie de vingt mille francs en ayant découvert des vols dans les hangars maritimes de la ville portuaire. De plus, selon lui, il n’existait aucune véritable police à Brest à son arrivée puisque « les lois et règlements [étaient] sans force et les droits et garanties dus au peuple méconnus ou méprisés ». Il avait rétabli l’ordre sur le marché, fait respecter un embargo sur la vente de céréales et de pain dans d’autres endroits, mis fin à la spéculation afin que les marchés fussent suffisamment approvisionnés, et imposé l’application du système métrique. Il ne pouvait que blâmer « des manœuvres sourdes et ténébreuses combinées à l’époque par l’ambition et la malveillance ». Des lettres de soutien en sa faveur parvinrent au bureau du directeur de la police. Cependant, une note attachée à la fiche de Pétiton indiquait qu’il « s’acquittait mal de ses fonctions », se refusant à rendre compte à ses supérieurs. De plus, il avait vécu en « concubinage », un péché impardonnable sous la Restauration. Un préfet nota plus tard qu’il avait en fait perdu son poste parce qu’il était ultra. Malgré la campagne vigoureuse qu’il avait engagée pour lui-même, il ne fut pas réintégré14.

  • 15 AN, F7 9872, lettre de Bellier le 28 avril 1818.

10Mais c’était bien un signe des temps qu’un personnage haut placé qui aurait pratiquement pu assurer à qui que ce soit un poste en 1815 et 1816 ne pouvait désormais plus rien pour un commissaire de police convaincu d’incompétence. Le triste cas de Justin Bellier, commissaire à Abbeville, en atteste. À l’époque où il fut nommé commissaire en mai 1816, les états de service de Bellier semblaient irréprochables. Émigré capturé par les troupes républicaines en 1792, il avait échappé à l’exécution grâce à un échange de prisonniers. Quand il revint en France, Bellier avait perdu toute la fortune qu’il avait pu avoir naguère. Le soutien de Cornet d’Incourt, député de la Somme, rendit sa nomination possible. Mais Bellier conserva son poste moins d’un an et fut révoqué le 3 février 1817. Il prétendit que son remplacement était dû au fait qu’il avait été identifié comme ultra. En réalité, c’est une perquisition qu’il avait entreprise sans autorisation et menée de façon autoritaire qui causa sa perte. Bellier protesta amèrement, décrivant sa situation à la troisième personne : « Sans son poste, il se retrouve, lui et sa famille, réduit à un état proche de la misère. » L’abondant courrier qu’il fit parvenir au préfet resta sans réponse. Son dernier espoir était que son patron acceptât d’intercéder en sa faveur. Bellier se rendit à Paris en avril 1821, dans l’espoir de convaincre le député. Le voyage ne dut pas bien se passer, car les gendarmes le trouvèrent pendu à un arbre dans le village d’Esquennoy, près de Breteuil dans l’Oise, au nord-est de Beauvais. Il n’était pas loin de la Somme, où il devait retourner, une fois de plus en disgrâce. On trouva dans la poche de son manteau une lettre rédigée avec soin à l’attention de son « patron »15.

  • 16 AN, F7 9865.
  • 17 AN, F7 9858, rapport du 5 février 1828.
  • 18 AN, F7 9841, dossier Augier.

111818 connut une nouvelle vague de révocations de commissaires dont le travail semblait compromis par des allégeances à des ultras16. À Verdun, François Collin, nommé en 1816 en récompense de sa dévotion à un notable contre-révolutionnaire, ne resta ainsi en poste que deux ans parce qu’il n’assurait pas correctement ses responsabilités et fut remplacé par François Pierrard, « sûr, intelligent, connaissant parfaitement les hommes et les localités17 ». De cette façon, le relais fut passé à une nouvelle génération. Le même revers de fortune affecte Jean-Louis Augier. Sa nomination à Laon en décembre 1815 semblait un choix naturel. Son père avait été secrétaire du comte d’Angevilliers, qui s’était occupé des propriétés de Louis XVI et était le parrain de Jean-Louis Augier. Sa mère avait servi la duchesse d’Angoulême. Quand Louis XVI et Marie-Antoinette avaient été incarcérés en 1792, le père d’Augier avait été envoyé aux Tuileries pour y récupérer leurs effets personnels. On ne pouvait guère approcher la royauté de plus près. Il avait assuré plusieurs missions « secrètes et difficiles » en 1815 et 1816. Pourtant, Augier aussi perdit son poste à Laon en 1818, après avoir été accusé de détention arbitraire par un notable local qui l’avait insulté. Les lettres indignées d’Augier mettaient son infortune sur le compte d’une dénonciation politiquement motivée et du manque de soutien du préfet : « Depuis 1818, je suis malheureux. » Il eut une piètre consolation : il fut acquitté des charges légales et reçut deux cents francs pour le dédommager, mais on ignore de quoi18. De nombreux professionnels de la conspiration imaginaire, dont la mentalité avait été façonnée par les derniers jours de l’Empire et la première période de la Restauration, quittèrent ainsi la police.

  • 19 AN, F7 9852, lettre du préfet de l’Hérault le 10 octobre 1826.

12Cependant, des commissaires dont la nomination avait été obtenue principalement grâce à un attachement non dissimulé à la dynastie des Bourbons, survécurent à la purge des ultras en raison de leur compétence. Augustin Lefeuvre, un Breton de Fougères, avait été inspecteur des imprimeries et des librairies de Rennes avant d’ être nommé à Montpellier en 1817. Il apprit et mit en œuvre les réglementations municipales dans une ville considérée comme un poste difficile, du fait de sa position à l’intersection de grands axes, sans compter l’amertume et les dissensions laissées par les Cent-Jours. Lefeuvre fut si bon que le préfet dut admettre qu’il avait fait obstacle à sa demande de mutation à un meilleur poste, notant que ses nombreux amis à Montpellier ne souhaitaient pas non plus le voir partir. Quand son épouse décéda, il pensa mourir de chagrin et la suivre dans la tombe, et son travail s’en ressentit, puis il se reprit. Il reçut une augmentation spéciale en compensation, mais la révolution de 1830 mit fin à sa carrière19.

  • 20 AN, F7 9851, lettre de la préfecture de la Gironde le 12 août 1822.

13Pourtant, ni un dossier de royaliste convaincu, ni une avalanche de lettres de soutien ne parvinrent à sauver le poste de la canaille François Roustaing à Bordeaux en 1822. Il avait été nommé car il avait l’air d’un « homme bon qui faisait de bonnes choses au nom de la religion et de la monarchie ». Mais Roustaing négligeait ses devoirs de policier. Le préfet de Gironde prétendit que « nulle part ailleurs on ne trouve de police si mal faite qu’à Bordeaux ; j’aurais eu de bonnes raisons de me séparer de six commissaires quand je suis arrivé ici, plutôt que de trois ». On ne pouvait pas compter sur Roustaing. Bien sûr, il avait rendu quelques services à la monarchie pendant les Cent-Jours, « mais combien ont fait autant, et sont aujourd’hui aussi mauvais ? » Roustaing avait reçu un pot-de-vin d’un Bordelais soucieux d’éviter un procès-verbal et soutiré une petite somme à un marchand de tricot pour assurer un acte relevant pourtant de ses fonctions. Alors que son caractère acerbe suscitait l’hostilité des gens venus le voir, il se montrait plus accommodant avec certains détenus de la prison, autorisant l’un d’entre eux, un homme assez fortuné, à se divertir avec une prostituée. Il avait également insulté une nonne. On ne pouvait plus ignorer qu’en 1813 un père l’avait accusé d’avoir enlevé sa fille âgée de treize ans. À ce point de compromission, même les lettres de personnes influentes ne purent le sauver20.

  • 21 AN, F7 9858, lettre de Retis le 9 février 1822 et lettres de la préfecture de Meurthe-et-Moselle le (...)

14De même, la loyauté indiscutable de Pierre-François Retis au trône des Bourbons ne put empêcher sa révocation de Nancy après un peu plus de deux mois de service en 1822. Il avait servi dans l’armée vendéenne et était resté fidèle au trône pendant les Cent-Jours, ce qui lui avait valu sa nomination. Il prétendait avoir été chirurgien, une position peu prestigieuse à l’époque. À Nancy, Retis s’attira l’ire des habitants en les traitant, en état d’ébriété avancé, de « conspirateurs et factieux », se vantant que « son chien était plus royaliste qu’eux, et que plusieurs Vendéens comme lui et son chien leur feraient bientôt voir de quel bois ils se chauffaient ». On dut le sortir d’une bagarre qui avait débuté dans un café après qu’il eut insulté un homme portant la Légion d’honneur en disant que seuls des « brigands » portaient une telle décoration. Retis tenta de contrer la désapprobation grandissante, dont celles du préfet et du maire, en déclarant qu’il avait joui de la protection du duc de Berry par le passé et que des membres haut placés des autorités policières à Paris lui avaient confié des missions politiques de la plus grande importance en Lorraine. Quand le bruit se répandit qu’il avait escroqué une veuve de deux mille francs et avait laissé des dettes à Blois et au Mans, ce fut la fin de sa carrière dans la police21.

  • 22 AN, F7 9854, dossier Lescala. Lettre de l’intéressé du 14 décembre 1817.
  • 23 AN, F7 9843, dossier Dutertre-Desaignement (particulièrement sa lettre au préfet de la Sarthe le 20 (...)
  • 24 AN, F7 9873, dossier Féraud.
  • 25 AN, F7 9845, lettre de Galloni, le 27 janvier 1822

15Ceux que l’on avait mis à la porte contestèrent leur révocation en arguant qu’ils s’étaient simplement refusés à compromettre leurs principes royalistes purs. Ils invoquèrent infailliblement les services éminents qu’ils avaient rendus à la monarchie avant la Restauration. Lescala, de Dax, envoya en 1817 une lettre de vingt-cinq pages, accompagnée de quinze textes séparés, défendant ses états de service. Le langage même de tels rappels justifiant des états de service témoigne d’un sens grandissant de professionnalisation quant aux droits et devoirs. Lescala se décrit comme victime de sa loyauté à l’auguste dynastie des Bourbons, et rappelle au préfet de police qu’il avait connu la prison sous la Terreur22. J.-B. Dutertre-Desaignement, qui avait été révoqué à Marseille en 1818, bombarda le ministère de l’intérieur de missives réclamant sa réintégration. Naturellement, sa « notice sur M. Desaignement » passait pudiquement sous silence les raisons de son renvoi, c’est-à-dire sa tendance à l’indécision et à bavarder au détriment de son service. Son dossier est épais de plus de quarante lettres23. À la suite de sa révocation comme commissaire à Toulon la même année, Jules Feraud rappela que, deux ans auparavant, il avait arrêté un conspirateur qui avait été exécuté ensuite. Afin de parfaire la défense de son cas – sans succès –, ce veuf père de cinq enfants envoya au ministère de l’intérieur des lettres en sa faveur attestant de sa loyauté envers les Bourbons pendant les Cent-Jours. Il envoya également plusieurs couplets qu’il avait commis pour célébrer la naissance du duc de Bordeaux (il serait trop cruel de les citer ici, même si leur auteur est mort depuis plus d’un siècle et demi)24. Six ans après avoir été démis de ses fonctions à Ajaccio, Joseph Galloni s’indignait toujours de ce que « le royalisme et le dévouement à la bonne cause ont été un crime aux yeux de ceux qui ne servaient le roi que pour le trahir ». Ce langage, bien qu’il lui ait été utile pour obtenir un poste à l’origine, ne pouvait plus protéger Galloni25.

  • 26 AN, F7 9844, dossier Esnault. Il fut révoqué le 23 juillet 1823.

16Jacques-Jean Esnault avait été nommé en 1816 dans la ville normande de Falaise. Né en 1767, Esnault prétendit qu’il étudiait en préparation de son entrée au séminaire quand la « perfide Révolution » survint. Pour s’éviter la « hache révolutionnaire », il avait rejoint l’armée. La chance le ramena chez lui, à Falaise, en 1797, où il trouva un emploi au bureau des hypothèques. Mais ses convictions royalistes l’envoyèrent en prison, jusqu’à sa libération le 18 brumaire. Il se maria le premier jour du nouveau siècle. Qu’allait-il faire alors pour gagner sa vie ? Il était désespéré et l’exprime de cette façon : « N’ayant point d’état, je me fis humaniste ! » En effet, il embrassa une carrière de professeur de latin. Cela dura jusqu’à ce qu’il ait à payer une amende de trois mille francs (selon ses dires) pour avoir enseigné sans autorisation. Ensuite, sa carrière dans la police prit fin à cause de ce qu’il appelle « quelques inconséquences » qu’il met sur la « bonté de mon âme ». Ayant six enfants à charge, il avait accepté des pots-de-vin de tous ceux qui désiraient éviter un procès-verbal ; il avait forcé l’entrepreneur d’éclairage municipal à le fournir gratuitement ; et il exigeait des boissons gratuites d’un cafetier qui avait fini par le dénoncer. Avec ses six enfants, son maigre salaire lui semblait insuffisant. Et, surtout, en trois ans, il n’avait dressé que trois procès-verbaux et procédé à une seule arrestation. C’en était fait de lui, en dépit d’une pétition en sa faveur signée par lui-même et de son abondant « mémoire justificatif », évidemment indulgent26.

  • 27 AN, F7 9858, lettre du préfet de la Moselle le 22 février 1822.
  • 28 John R. Merriman, Police Stories, op. cit., chapitre 2.

17Qui aurait pu présenter de meilleurs antécédents que Boudin, commissaire à Metz ? Il avait été blessé en défendant la famille royale aux Tuileries le 10 août 1792. Mais cet « honnête homme et même un homme aimable » était dans son travail « une vieille femme qui n’a d’autre ambition que de plaire à tout le monde et de ne contraindre personne ». Il fut, lui aussi, révoqué en 1822. Même la recommandation enthousiaste d’un député ne parvint pas à le faire nommer dans une ville plus petite où il aurait pu faire moins de dégâts27. Les commissaires qui étaient tombés sous le coup terrible de la « révocation » perdaient tout espoir de recevoir une pension éventuelle. Malgré tout, certains ont pu, assez miraculeusement, survivre vingt-cinq ans dans la même ville28.

  • 29 Clive Emsley, op. cit., p. 34.
  • 30 AN, F7 9867.

18Bien sûr, les révocations politiques existaient encore29. De toute évidence, tout commissaire qui exprimait des sympathies politiques libérales, ou qui ne parvenait pas à mener à bien des tâches de « haute police » en cherchant des conspirations et des signes d’opposition, ou qui était soupçonné de ne pas être assez dur avec les libéraux se retrouvait vite remercié. Décembre 1822 connut ainsi une purge de la police parisienne, à la suite d’un rapport sur tous les commissaires. Le résultat de cette enquête fut que quatre d’entre eux perdirent leur poste et que de nombreuses révocations survinrent en province également30. Toutefois, plus les communes et villes augmentèrent en surface et plus les tâches incombant aux commissaires gagnèrent en complexité, plus les riches dossiers de la police révélèrent la professionnalisation graduelle de la police municipale. Les capacités et les performances commencèrent à compter davantage pendant la Restauration. En même temps, les antécédents purement politiques devinrent moins importants. La compétence devint le critère primordial d’évaluation de la police.

  • 31 AN, F7 9866, dossier Alletz. Lettre du 19 octobre 1820.

19À mesure que la police devenait plus centralisée et plus professionnelle, la négligence et l’incompétence commencèrent à figurer en tête de liste des raisons pour lesquelles les commissaires perdaient leur poste. Personne ne fut plus humilié d’être révoqué que Julien Alletz, commissaire à Paris depuis l’an VIII jusqu’à ce jour funeste du 7 juin 1820. Alletz, typographe qui avait été nommé commissaire pendant le Consulat, avait publié, à compte d’auteur, un Dictionnaire de police moderne pour toute la France en quatre volumes. Ces tomes figuraient – les inventaires en témoignent – dans bon nombre de bureaux de police et offrent un témoignage précieux de la police contemporaine. Depuis sa nomination à l’issue du 9 thermidor, Alletz avait passé trente-cinq ans dans la police et autres postes administratifs, dont vingt dans le quartier de la place Vendôme à Paris ; « il avait traversé les orages révolutionnaires, non sans beaucoup de périls, qu’il a dû à ses opinions anti-révolutionnaires ». Cependant, en 1820, dictionnaire ou pas, Alletz fut immédiatement suspendu puis révoqué pour avoir relâché, même après qu’ils eurent refusé de décliner leur identité, trois hommes, dont un général décoré qui devait être arrêté. Quelques mois après l’assassinat du duc de Berry, cette énorme gaffe ne pouvait être pardonnée. En dépit de « témoignages multiples », Alletz perdit son travail et son salaire annuel de six mille francs. Étant débiteur de quinze mille francs auprès de son éditeur, il ne resta plus rien à Alletz que « son honneur »31.

20Gabriel Valère Baille fut commissaire à Épinal, Rouen et Saint-Denis, avant que son rêve d’être muté à Paris – avec un salaire honorable – ne se réalise, en janvier 1829. Baille avait été chef de bureau et vérificateur des poids et mesures dans la Nièvre en 1815. En 1825, une série d’imprudences – parmi lesquelles le fait d’avoir exigé et reçu des cadeaux de marchands se rendant à la grande foire de Rouen, et d’avoir emprunté de l’argent à des prostituées – conduisirent à son limogeage du poste de Rouen (il préféra dire qu’il avait été « mis à la retraite »). Malgré ses vigoureuses protestations, une brève enquête révéla qu’il avait fait bien pire encore que ce que l’on croyait. L’ex-policier écrivit à Franchet d’Esperey, directeur de la Police générale, au sujet de sa fille de quinze ans, qui était au couvent des Ursulines à Rouen, « maison célèbre par la pratique de toutes les vertus. Les plus heureuses dispositions dirigeaient son enfance, lorsque par un mot fatal [révocation] qu’on vous a fait prononcer, vous avez détruit toutes mes espérances et mis le comble à mes infortunes ». Son robuste fils, âgé de dix-sept ans, s’en tirerait mieux, « il lui reste au moins le métier des armes. Mais sa sœur ! » Baille n’en pouvait plus. « La Justice Divine vous crie ! Arrêtez ! Cet homme n’est pas ce que vous pensez ! » Il envoya un épais et fort ennuyeux « mémoire justificatif », citant, parmi ses quelques modestes triomphes, la fermeture d’une entreprise de jeu illégal et le fait d’avoir empêché que des chansons séditieuses soient chantées contre le duc d’Angoulême lors de sa visite à Épinal. Celui-ci, reconnaissant, lui avait, d’après Baille – et de façon peu probable – promis une promotion. Pourtant des rapports l’avaient rattrapé des Vosges, qui soulignaient qu’il était « criblé de dettes » ; Baille admit qu’il aurait préféré une expression moins cinglante, comme « il doit quatre cents francs » en raison de malchance et de revers de fortune familiaux. Ici, une protection de poids fut payante, et Baille fut nommé à Saint-Denis à la fin de 1828, aidé par le remplacement de Franchet au ministère. Dans son dossier, sa « révocation » de 1825 fut changée en « mise à la retraite ». Mais rien ne put le sauver dix mois plus tard, en novembre 1829, quand il fut de nouveau limogé, et que le « mot fatal » de révocation vint ternir son dossier et les archives historiques.

  • 32 AN, F7 9866, dossier Baille.

21Cependant, la révolution de 1830 fournit à Baille une opportunité inespérée. Le pouvoir avait changé de camp. Dès lors, Baille pouvait se décrire comme « victime du pouvoir absolu » et déclarer avoir soutenu Napoléon durant les Cent-Jours. Il se tourna vers le ministère de la Justice pour qu’il rende justice à « ce père de famille, sans fortune. […] Le sieur Baille pourrait s’écrier, Ah ! Si le roi savait ! » il se targuait que parmi « des dignitaires qui s’intéressent au Sr Baille » se trouvaient rien de moins que le chantre du libéralisme, Benjamin Constant, ainsi que trois députés. Baille reçut une lettre peu encourageante lui disant qu’un trop grand nombre de candidatures empêchait sa réintégration, tout en lui assurant « que plus tard justice lui serait rendue32 ».

  • 33 AN, F7 9841, dossier Sablon. Lettre du préfet de l’Ain le 27 février 1832.
  • 34 AN, F7 9854, dossier Théol.
  • 35 Clive Emsley, op. cit., p. 56.

22Avec le renforcement de la hiérarchie administrative, la désobéissance apparut de plus en plus dans les causes de révocation. François Sablon perdit son poste à Bourg-en-Bresse pour n’avoir pas pris en compte les instructions du préfet de l’Ain, Christophe Jussieu, qui lui avait ordonné de se rendre au théâtre pour prévenir d’éventuels comportements séditieux de la part des spectateurs. Le commissaire n’était pas là quand un couplet séditieux fut chanté à plusieurs reprises33. Au passage de frontière avec la Savoie, à Pont-de-Beauvoisin en Isère, Jacques-Antoine Théol avait rendu lucratif son travail, qui consistait à espionner les ouvriers venant du Piémont. Il faut reconnaître que son travail n’était pas facile : vérifier entre quatre-vingts et quatre-vingt-dix passeports chaque jour en plus des tâches habituelles de police municipale et de surveillance d’immigration illégale. Un butin considérable allégeait son fardeau. Il fut révoqué en avril 1826, juste au moment où sa « haute saison » commençait34. De même, au Havre, Deloynes et Manuel furent démis de leurs fonctions lorsqu’il fut découvert qu’ils extorquaient d’énormes sommes (jusqu’à vingt mille francs) aux innombrables prostituées de la cité portuaire, partageant leurs gains avec le médecin chargé d’examiner les femmes35.

  • 36 AN, F7 9854, dossier Girod.
  • 37 AN, F7 9668, préfecture de police, 22 août 1822.

23L’avancement en âge, qui réduisait inévitablement le « zèle » des commissaires de police, pouvait mener à la révocation. Pierre-Joseph Girod, un ancien gendarme, resta commissaire à Poligny de 1816 à 1829, quand il fut mis à la retraite forcée, à l’âge de soixante-seize ans36. À Paris, il semblait qu’Edmond O’Reilly, un chevalier de Saint-Louis qui avait servi dix ans dans l’armée de Coudé, perdait la raison. Il oubliait des ordres qu’il avait reçu deux heures plus tôt et perdit quatre jours à rechercher un singe qui, pensait-il, se promenait rue Saint-Florentin. Il prit des hommes jouant aux boules sur les Champs-Élysées pour des conspirateurs, et, armé de son sabre, tenta de se rendre à Saint-Cloud pour prévenir le roi d’une autre conspiration qu’il avait découverte. Il traînait les gens dans son bureau, les haranguait, bâton à la main, et à plusieurs occasions força ses victimes à supplier en public pour leur pardon. O’Reilly fut « autorisé » à démissionner37.

  • 38 AN, F7 9847, dossier Tristant.

24De telles révocations rencontraient peu d’opposition locale. Certains s’attirèrent même la condescendance satisfaite de certains, qui remarquaient que l’ancien commissaire sortait furtivement, sans l’écharpe, cet emblème d’autorité, qu’il arborait avec fierté, voire arrogance, peu de temps auparavant. Mais quand Maurice Tristant fut renvoyé de Verdun à la suite de plaintes pour manque d’énergie et pour avoir failli à son devoir d’arrêter quelques soldats poussant des cris séditieux, des protestations se firent entendre, car des gens de toutes classes semblaient bien l’aimer. Sa nomination à Chartres en 1819, où il resta en poste jusqu’à sa mort en 1824, fait de lui l’un des rares commissaires à avoir été réintégrés après avoir été limogés38.

  • 39 AN, F7 9870, dossier Sagot. Lettre de l’intéressé les 2 et 17 février 1818. Cette pétition est sign (...)

25De temps à autre, la révocation d’un commissaire suscitait non seulement des attestations rassemblées par le révoqué mais aussi des pétitions de soutien des habitants. Sagot, populaire à Saint-Germain-en-Laye depuis sa nomination en l’an VIII, avait combattu des insurgés révolutionnaires aux Tuileries en 1792, et proclamait avoir prêté de l’argent à des nobles pour leur permettre de s’enfuir de France. Il avait été limogé en 1815 par Napoléon et avait ensuite bravé l’opposition populaire en enlevant une affiche incendiaire, commune à l’époque, près d’une église, « maison à vendre, curé à pendre ». Il fut révoqué de nouveau en 1817 pour n’avoir pu empêcher des sifflets séditieux au théâtre. « Incapable et négligent », il devait partir. Une pétition fut lancée, disant que « les habitants de Saint-Germain veulent tous M. Sagot pour commissaire de police ». Le fait que son successeur perde sa position l’année d’après pour cause de corruption n’arrangea pas les choses39.

  • 40 AN, F7 9846, dossier Lurin. Il fut révoqué le 15 juillet 1824.
  • 41 AN, F7 9846. Nommé en l’an XI, Copin est révoqué le 30 mai 1821.

26 Quand il devenait évident qu’un commissaire avait perdu le respect des habitants – le cauchemar de la déconsidération –, il était fini. Malgré les références royalistes décrites plus haut, Jean-François Lurin avait perdu le respect de tout Saint-Brieuc, et bientôt son emploi, après avoir été vu se bagarrer en public avec l’un de ses agents. Sa « fort belle écriture » ne put le sauver40. Le mandat de Jean-Joseph Copin à Romans prit fin en 1821. Face à une agitation politique, il omit de noter les noms des témoins, rendant les poursuites impossibles. Pis encore, son fils avait fait partie d’un groupe chantant la Marseillaise. Quand Copin père ordonna au groupe de se disperser, « son fils fut le premier à lui résister, et […] le père n’eut pas assez d’autorité pour se faire obéir41 ». Les habitants de la ville perdirent tout respect pour le père, qui, désormais, ne pouvait plus guère espérer faire preuve d’autorité.

27La carrière de Jacques Gaspard Faroux en tant que commissaire dans le quartier d’Arcis à Paris connut une fin aussi humiliante que tragique en 1825, quand il perdit sa pension après vingt-six ans de service. Il subit l’infamie de la « révocation », une « tache pour un homme public ». Il se trouva que le commissaire du quartier du Luxembourg faisait sa ronde de nuit, « qu’il fait fréquemment, dans les rues presque inhabitées, qui longent la pépinière du jardin de la Chambre des pairs, pour en chasser les débauchés, les prostitués et plus encore les hommes livrés à des goûts infâmes, qui, malgré sa surveillance, se rendent habituellement dans ces rues ». Il tomba sur un homme et « une fille très rapprochés l’un de l’autre ».

  • 42 AN, F7 9867, dossier Faroux.

28L’homme se révéla être son collègue Faroux. La situation était certes embarrassante pour Faroux qui, avec le « pont de son pantalon abattu », essaya tant bien que mal de s’expliquer. Alors qu’il était en service dans son quartier, il était parti au-delà de la barrière de Montparnasse pour dîner au Moulin janséniste, dont il était reparti vers vingt heures. Il prit l’itinéraire le plus court pour retourner dans son quartier, à travers les jardins du Luxembourg. Il s’arrêta « pour satisfaire un besoin, que sa position contre le mur était ainsi naturellement expliquée ». À ce moment-là, il fut soudain abordé par une prostituée qui lui fit des « propositions indécentes qu’il n’avait point acceptées ». Mais, avant même qu’il eût pu procéder à l’arrestation de la femme indigne, son collègue était arrivé. Ceci entraîna, bien sûr, quelques « suppositions humiliantes » qui blessèrent ce brave royaliste qui avait déjà été ruiné par la Révolution, qui avait servi dans l’administration des transports militaires avant de devenir commissaire et qui avait servi loyalement pendant les élections de 1822 et 1824. Personne ne crut sa version et, à l’âge de cinquante-neuf ans, il se retrouva sans emploi42.

  • 43 AN, F7 9862, dossier Marcon.
  • 44 AD Var, 6/M 8/3, lettre du ministère de l’Intérieur du 9 mars 1830.

29À mesure que les débits de boissons et la consommation d’alcool dans la France urbaine augmentaient rapidement, le nombre de commissaires présentant des problèmes d’alcoolisme s’intensifia. Le démon du rhum laissa des traces. Simon Marcon perdit sa position à Tarbes en 1819, à cause de « son intempérance habituelle – il est souvent dans le vin – sa brutalité, ses mœurs scandaleux43 ». Marc Rapallo arrivait parfois à son travail à Toulon « dans un état complet d’ivresse », allant et venant dans les bars malfamés du port. Il fréquentait les bordels, non pas en tant que policier mais en tant que client, et établit même son bureau dans une maison où vivaient des prostituées. La brève carrière de Rapallo prit fin quelques mois avant la révolution de 183044.

  • 45 AN, F7 9858, dossier Bercq.
  • 46 AN, F7 9871, dossier Carbonneaux ; AD Deux-Sèvres, 4 M 5/53 (correspondance de mai 1824).

30Le sort de plusieurs commissaires offre au moins un bref aperçu du monde homosexuel en France sous la Restauration. Les prétendus « vices honteux » de J.-B. Bercq ont probablement contribué à la suppression du poste de commissaire dans la petite ville d’eau de Bourbonne-les-Bains, en Haute-Marne, en 181845. Adolphe Carbonneaux perdit sa position à Niort en 1824 parce qu’« on lui attribua un vice infâme, une répugnance prononcée pour les femmes et un penchant marqué à tenir des discours licencieux ». Un garçon dont le père travaillait à la préfecture l’accusa « d’avoir tenté d’exercer sur sa personne des actes annonçant un vice infâme et une passion brutale ». Le garçon raconta, en présence d’un gendarme, que Carbonneaux s’était rendu coupable de langage suggestif et même de certains « attouchements ». Ce n’était pas la première fois que Carbonneaux était confronté à de telles accusations. De plus, plusieurs autres personnes évoquèrent « son horreur pour les femmes et pour le mariage. On l’avait entendu parler d’une manière fort extraordinaire de son amitié pour un homme de son âge, aujourd’hui marié et négociant à Saumur ». La recherche de la vérité fut compliquée par les tensions entre le préfet des Deux-Sèvres et le maire de Niort, qui avait tout d’abord soutenu le commissaire. Carbonneaux fut accusé de passer trop de temps à Paris, ce qui sous-entendait que ces séjours dans la capitale servaient les « inclinations les plus perverses ». Carbonneaux se lança dans une défense écrite passionnée, mettant les accusations sur le compte de « vengeances particulières » dues au fait que le maire, son « patron », avait œuvré contre le candidat royaliste au moment des élections. Mais la carrière de Carbonneaux dans la police était terminée, et il retomba, sans doute pour de bon, dans l’anonymat de Paris46.

  • 47 AN, F7 9869 (B). Alexis Manuel fut révoqué le 14 août 1822, Siméon-Mongy nommé le même jour et remp (...)
  • 48 AN, F7 9845, dossier Haillot de Sellincourt, notamment un rapport du 10 mai 1816.

31Les lourdes dettes connues en ville entraînaient la « déconsidération ». Le jugement du tribunal de commerce du Havre contre Alexis Manuel, nommé dans la ville portuaire en 1818, le laissa dans un état de « déconsidération complète, qui rend ses services presque nuls dans la ville du Havre ». Son suc cesseur, Siméon-Mongy rencontra le même genre de problème, ne pouvant se défaire de dettes contractées pendant la Révolution47. Nicolas-Pierre Haillot de Sellincourt perdit le peu de respect dont il avait pu jouir à Auxonne parce que ses dettes l’avaient mis dans la situation embarrassante de devoir de l’argent à ceux-là mêmes qu’il était chargé de surveiller. En 1820, il fut muté dans une ville moins importante, loin des petits sourires condescendants de ses créanciers48.

32Les commissaires de police développèrent une identité professionnelle au fur et à mesure que les villes et cités augmentaient en taille et en complexité. Les procédures policières devinrent plus systématiques et les critères officiels de ce qui faisait un bon policier furent de plus en plus normalisés et bureaucratisés. Si tout se passait bien, les commissaires de police pouvaient monter dans la hiérarchie, qu’on peut mettre en parallèle avec la hiérarchie urbaine qui faisait que les villes étaient plus importantes que les bourgs, ou qu’un poste dans une préfecture était plus prestigieux et lucratif que dans une simple sous-préfecture. Un policier à Brive recevait avec joie la nouvelle d’une mutation à La Rochelle, avec la perspective d’Orléans, voire de Nantes, dans un avenir plus ou moins proche. Les minuscules bureaux des commissaires de police, envahis par des dictionnaires de police, des manuels d’instructions, des lois, règlements, décrets, registres des livrets et passeports des ouvriers, formulaires de rapports de crimes et délits, et autres « paperasses », reflétaient la bureaucratisation de la police. En même temps, les commissaires de police commencèrent à faire allusion à leur carrière dans leur correspondance. En tant que fonctionnaires, ils exigèrent le droit à une pension de retraite, ce qui ne leur fut accordé que bien plus tard.

33 On peut considérer la professionnalisation de la police dans le contexte de la continuité de la centralisation de l’autorité de l’État, qui perdura pendant la Restauration, la monarchie de Juillet et la Seconde République. L’État, à travers le ministère de l’intérieur et les préfets, rejetait l’exigence des municipalités selon laquelle le commissaire de police devrait donner la priorité à leurs devoirs envers les villes qui les payaient. Les policiers étaient de plus en plus étrangers dans les villes dans lesquelles ils étaient affectés, ce qui était profondément mal vécu par certains maires. Leurs responsabilités incluaient des tâches administratives ordonnées par le ministère de l’Intérieur à Paris, des obligations envers les magistrats en raison de leurs propres statut et fonctions, et des devoirs municipaux supervisés par les maires. De nombreux policiers souffraient d’être coincés entre des autorités concurrentes et agressives. Cependant, les commissaires de police étaient recrutés, jugés et révoqués par le ministère de l’Intérieur sur recommandation des préfets. Les maires pouvaient, à coup sûr, influer sur ces décisions, mais n’avaient pas le dernier mot. Nous avons consulté les doléances des maires de Lyon et d’autres villes, se plaignant que les commissaires de police n’avaient pas le temps de faire respecter les règlements municipaux, leur temps étant accaparé par les ordres de préfets ou sous-préfets.

34Durant les premières années de la Restauration, les hommes qui pouvaient raisonnablement prouver qu’ils avaient souffert de la Révolution en conservant leur loyauté aux Bourbons étaient recrutés comme commissaires de police, souvent grâce à l’appui de puissants protecteurs politiques. Les candidats à des postes fournirent des récits passionnants et même parfois crédibles de leurs drames personnels pendant la Révolution. Cependant, durant la Restauration, la compétence professionnelle devint prépondérante dans les évaluations systématiques des policiers. Nombre de ceux qui avaient obtenu leur poste grâce à des récits convaincants sur leur fidélité aux Bourbons se retrouvèrent rapidement révoqués pour cause d’incompétence.

35Le métier de policier offrait à des hommes de classe plutôt modeste, qui avaient en général une expérience militaire, l’opportunité d’atteindre un statut social de classe au moins moyenne (malgré des plaintes chroniques de commissaires qui trouvaient qu’ils n’étaient pas traités avec assez de respect) et un salaire respectable. Ils pouvaient porter avec fierté (voire avec arrogance pour certains) l’écharpe symbolisant leur autorité. La plupart d’entre eux avaient acquis les bases de l’écriture et de la lecture en travaillant comme clercs (notamment dans l’armée) ou comme employés des impôts. Ils maîtrisaient souvent plus d’une langue, dialecte ou patois, condition essentielle pour servir en Alsace, en Bretagne, dans une grande partie du Languedoc, en Provence, en Auvergne, en Flandre, ainsi que dans de nombreuses autres parties de la France. Les policiers venaient de toutes régions et de milieux sociaux très semblables. Les commissaires de police se retrouvaient ainsi parmi les élites, dont la protection des biens occupait une grande partie de leur attention, ainsi que parmi le peuple ordinaire qu’ils surveillaient. Dans la plupart des cas, leurs séjours en poste n’excédaient pas quatre ou cinq ans. Ils étaient mutés dans divers lieux, comme tout fonctionnaire. Ceci est un autre signe de professionnalisation. Mais pour tous ceux qui s’égarèrent, en raison d’une révocation, due soit aux purges infligées par les régimes successifs, soit à leur incompétence, manque de jugement ou malhonnêteté, des centaines d’autres firent de belles carrières dans le métier forgé par l’État et par leurs expériences personnelles.

Notes

1 Cet article s’inspire de l’introduction et du chapitre 3 de John R. Merriman, Police Stories : Building the French State, 1815-1851, New York, Oxford University Press, 2006. L’auteur et les éditeurs remercient Oxford University Press de les avoir autorisés à reprendre ici ces passages. Sur la professionnalisation. dans d’autres métiers, cf. Guy Thuillier, Pensions de retraite des fonctionnaires au xixe siècle, Paris, 1994, et Retraites des fonctionnaires : débats et doctrines, 1750-1914, Paris, 1996 ; Theodore Zeldin, France 1848-1945 : Ambition and Love, Oxford, 1979 ; Daniel Ringrose, « Work and social presence : French public engineers in nineteenth-century provincial communities », History and Technology, n° 14, 1998, p. 293-312 ; Geoffrey Cocks et Konrad H. Jarausch (éd.), German Professions, 1800-1850, New York, 1990. David Troyansky est en train d’achever une étude sur les magistrats, « Entitlement and complaint : ending careers in Post-Revolutionary France », dans laquelle les demandes de pensions constituent une source précieuse.

2 Gabriel Delessert, qui fut préfet de police entre 1836 et la révolution de 1848, a normalisé les droits et devoirs de la police, améliorant ainsi le maintien de l’ordre. Patricia O’Brien, Urban Growth. and Public Order : The Development of a Modern Police in Paris, 1829-1854, thèse non publiée, Columbia University, 1973, p. 179. Clive Emsley soutient pour sa part que, pendant la première moitié du siècle, la professionnalisation progressive de la police pouvait être observée (Policing and its Context, p. 76, 87, 94). Cf. aussi Clive Emsley, « Policing the streets of early nineteenth-century Paris », French History, 1987, 1-2, p. 281. Les rondes – des patrouilles de police dans le secteur attribué à un commissaire s’il n’était pas seul dans une petite commune – ont largement précédé l’établissement en 1854 du « modèle anglais » qu’un historien a pris comme référence pour marquer la naissance de la police moderne (W. Scott Haine, The World of the Paris Café, Baltimore, 1999, p. 23).

3 AD Haute-Garonne, 13 M 57 ter, lettre du maire de Tulle le 30 novembre 1849.

4 Clive Emsley, Policing and its Context, op. cit., p. 91-97 ; Patricia O’Brien, op. cit., p. 309-324 ; Alexandre Nugues-Bourchat, Représentations et pratiques d’une société urbaine, Lyon (1800-1880), thèse d’histoire dirigée par Yves Lequin, université Lumière-Lyon II, 2004, p. 231 ; Howard C. Payne, The Police State of Louis Napoléon Bonaparte 1851-1860, Seattle, University of Washington Press, 1966, p. 210-211, 283. Le Guide pratique de police de G. Méténier est paru en 1855. Une autre vision de la « professionnalisation » de la police surgit pendant la Troisième République, apportant une amélioration du recrutement, de la formation et de la spécialisation des policiers. Les concours pour des postes commencèrent seulement en 1879. Cf. également Marcel Le Clère, « La police politique sous la IIIe République », dans Jacques Aubert et al., L’État et sa police en France (1789-1914), Genève, Droz, 1979, p. 103-113. Marie Vogel, Les Polices des villes entre local et national : l’administration des polices urbaines sous la IIIe République, 2 vol., université Grenoble 2, 1993, p. 390-498.

5 La Police et M. Decazes, pamphlet qui suivit l’assassinat, par « Bellemare », un ancien commissaire général (Archives de la préfecture de police de Paris [désormais abrégé : APP], D/b 353).

6 Isser Woloch, The New Regime : Transformations of the French Civic Order, 1789-1820’s, New York, 1994.

7 AN, F7 9851, lettre du préfet du Gers en janvier 1816.

8 Clive Emsley, Policing and its Context, op. cit., p. 54. AD Allier, 3 M 433, circulaire du ministère de la Police générale datée du 24 mai.

9 Copie dans AD Haute-Garonne, 13 M 57 bis. Durant la monarchie de Juillet, une circulaire du 7 décembre 1843 demandait aux préfets davantage d’exactitude dans l’envoi d’informations sur les commissaires de police (AD Marne, 1 M 39 ; AD Allier, 3 M 1032c).

10 AD Vienne 4 M 310, lettre de Ginot le 10 juillet 1815.

11 AN, F7 9850, dossier d’André Cailhasson.

12 AN, F7 9842, lettre de l’évêque de Carcassonne le 10 septembre 1823 et lettre de Cadas le 9 septembre 1823.

13 AN, F7 9843, dossier Lamiscarre.

14 AN, F7 9848, dossier Pétiton, et notamment la lettre du préfet du Finistère le 1er mars 1822.

15 AN, F7 9872, lettre de Bellier le 28 avril 1818.

16 AN, F7 9865.

17 AN, F7 9858, rapport du 5 février 1828.

18 AN, F7 9841, dossier Augier.

19 AN, F7 9852, lettre du préfet de l’Hérault le 10 octobre 1826.

20 AN, F7 9851, lettre de la préfecture de la Gironde le 12 août 1822.

21 AN, F7 9858, lettre de Retis le 9 février 1822 et lettres de la préfecture de Meurthe-et-Moselle les 21 avril, 6 et 15 mai 1822.

22 AN, F7 9854, dossier Lescala. Lettre de l’intéressé du 14 décembre 1817.

23 AN, F7 9843, dossier Dutertre-Desaignement (particulièrement sa lettre au préfet de la Sarthe le 20 octobre 1823).

24 AN, F7 9873, dossier Féraud.

25 AN, F7 9845, lettre de Galloni, le 27 janvier 1822

26 AN, F7 9844, dossier Esnault. Il fut révoqué le 23 juillet 1823.

27 AN, F7 9858, lettre du préfet de la Moselle le 22 février 1822.

28 John R. Merriman, Police Stories, op. cit., chapitre 2.

29 Clive Emsley, op. cit., p. 34.

30 AN, F7 9867.

31 AN, F7 9866, dossier Alletz. Lettre du 19 octobre 1820.

32 AN, F7 9866, dossier Baille.

33 AN, F7 9841, dossier Sablon. Lettre du préfet de l’Ain le 27 février 1832.

34 AN, F7 9854, dossier Théol.

35 Clive Emsley, op. cit., p. 56.

36 AN, F7 9854, dossier Girod.

37 AN, F7 9668, préfecture de police, 22 août 1822.

38 AN, F7 9847, dossier Tristant.

39 AN, F7 9870, dossier Sagot. Lettre de l’intéressé les 2 et 17 février 1818. Cette pétition est signée par cent deux personnes.

40 AN, F7 9846, dossier Lurin. Il fut révoqué le 15 juillet 1824.

41 AN, F7 9846. Nommé en l’an XI, Copin est révoqué le 30 mai 1821.

42 AN, F7 9867, dossier Faroux.

43 AN, F7 9862, dossier Marcon.

44 AD Var, 6/M 8/3, lettre du ministère de l’Intérieur du 9 mars 1830.

45 AN, F7 9858, dossier Bercq.

46 AN, F7 9871, dossier Carbonneaux ; AD Deux-Sèvres, 4 M 5/53 (correspondance de mai 1824).

47 AN, F7 9869 (B). Alexis Manuel fut révoqué le 14 août 1822, Siméon-Mongy nommé le même jour et remplacé le 20 août 1823.

48 AN, F7 9845, dossier Haillot de Sellincourt, notamment un rapport du 10 mai 1816.

Auteur

Professeur à Yale University

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search