Version classiqueVersion mobile

Le commissaire de police au xixe siècle

 | 
Dominique Kalifa
, 
Pierre Karila-Cohen

Profils

Les commissaires de police à Lyon : des passeurs de normes (1800-1880)

Alexandre Nugues-Bourchat

Texte intégral

  • 1 Par commissaire de police, nous entendons ici – certes abusivement – commissaire de quartier.
  • 2 Jean-Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et société au xixe siècle, Paris, Publications de la Sorbon (...)
  • 3 Clive Emsley, « Policing the streets of early nineteenth century Paris », French History, n° 2, 198 (...)

1Les commissaires de police1 du xixe siècle sont encore, dans une large mesure, la terra incognita d’une histoire des forces de l’ordre par ailleurs en plein essor depuis quelques années. Autant la gendarmerie est récemment devenue un objet de recherche fort bien balisé2, autant les commissaires de police n’ont toujours pas été soumis à l’examen attentif des historiens – et ce malgré les stimulantes pistes lancées par Clive Emsley il y a déjà beau temps3. Pire encore, ces fonctionnaires n’évoquent à peu près rien et n’éveillent aucune représentation mémorable. Ce sont leurs successeurs, ceux qui ont marqué le siècle suivant, auxquels tout un chacun pense immédiatement : Jules Maigret, figure tutélaire, paraît dominer un imposant groupe où se rencontrent, pêle-mêle, San Antonio, le Bougret de Marcel Gotlib et tant de protagonistes de séries télévisées.

  • 4 Pour une présentation plus approfondie des commissaires de police lyonnais, nous nous permettons de (...)
  • 5 Il s’agit d’une technique de surveillance fondée sur la segmentation de l’espace urbain : chaque se (...)

2Si les commissaires du xixe siècle sont aussi difficiles à cerner, la question à poser à leur sujet est alors fort simple : qui étaient ces fonctionnaires nés en l’an VIII ? Quels étaient, au sein de leur quartier, leur rôle et leurs pratiques quotidiennes ? L’exemple lyonnais permet de fournir quelques éléments de réponse4. De 18oo à 1870, ce ne furent pas moins de 175 commissaires qui passèrent par au moins un des quartiers de la ville. Sous tous les régimes concernés, ils furent considérés par les autorités comme les piliers de l’organisation policière. Dans la première moitié du siècle, ils étaient quasiment les seuls représentants de l’ordre en ville, uniquement épaulés par quelques agents et un service de surveillance de nuit aux compétences alors discutées. Avec le Second Empire, les agents présents sur le terrain furent plus nombreux grâce à la création du corps des sergents de ville et la mise en place de l’îlotage5. Toutefois, l’importance des commissaires de police ne se démentit pas. Seul leur nombre augmenta, suivant la croissance urbaine, à mesure que la ville attirait à elle toute une nouvelle population, s’industrialisait et finissait par engloutir ses faubourgs au mitan du siècle. Dans le bouillonnement urbain d’alors, les commissaires étaient des repères fixes – leurs façons d’appréhender leur mission évoluant peu –, toujours présents dans la ville pour établir un lien entre les normes du pouvoir et la population.

Bref profil des commissaires lyonnais

  • 6 AD Rhône (ADR), 4M 27-28-29-39-40-41 ; AM Lyon (AML), 11 1-2-3-4 et 517 WP 21.

3Grâce aux dossiers retrouvés dans les fonds d’archives lyonnais, il est possible de dresser un portrait type des commissaires de police6. À leur première nomination à Lyon, ils étaient, pour la plupart d’entre eux, d’un âge certain : près des trois quarts avaient dépassé les quarante ans. La surreprésentation des quadragénaires indique clairement que Lyon était le poste de la maturité. De 1800 à 1870, l’immense majorité des commissariats lyonnais se composaient d’hommes héritiers du xviiie siècle et façonnés par la Révolution et l’Empire. S’ils travaillaient entre Rhône et Saône, peu étaient originaires de la ville ou même du département : de 20 % au début du siècle, leur nombre chuta rapidement, laissant place à des fonctionnaires originaires de l’ensemble des départements français. Deux raisons majeures expliquent cela. D’une part les autorités locales souhaitaient éviter que l’esprit de coterie ne dominât la police lyonnaise ; d’autre part, à l’échelle nationale, la carrière des commissaires dépendait des mutations.

  • 7 Dans la première moitié du siècle, un commissaire touchait annuellement entre 800 et 1 200 francs s (...)

4Nul ne devenait commissaire sans avoir connu un parcours professionnel antérieur. De manière générale, ils étaient tous passés par l’armée, la justice et/ou l’administration civile (ministères, préfecture, mairie). Le pouvoir, dans sa politique de recrutement, privilégiait les parcours éclatés à la confluence de ces trois expériences correspondant aux trois compétences recherchées chez un commissaire de police : la rigueur et l’amour de l’ordre (l’armée), l’habitude du droit (la justice) et la connaissance des rouages administratifs (l’administration civile). Leurs expériences similaires leur conféraient une homogénéité professionnelle que leurs origines sociales leur refusaient. Des fils de famille subissant un déclassement brutal et des petits-bourgeois besogneux aux ouvriers et artisans modestes, chacun avait eu une bonne raison d’embrasser la carrière de commissaire : il s’agissait d’un moyen comme un autre de travailler quand on se retrouvait désargenté ou d’une promesse d’ascension sociale. Quelle que fût leur raison, une fois devenus fonctionnaires de police, ils se situaient au-dessus de la masse laborieuse par leur éducation pour certains, par leur traitement7 pour tous.

5Que leur passé fût différent importait peu car, une fois nommés, ils devaient se couler dans le moule de leurs fonctions, ce qui signifiait en premier lieu se soumettre aux aléas des mutations. En théorie, seuls les plus brillants connaissaient un avancement rapide mais, pour eux comme pour ceux jugés médiocres, des logiques se repèrent. En effet, une nomination à Lyon précédait toujours une éventuelle nomination à Paris (l’inverse n’est pas attesté). Avant d’arriver à Lyon, les commissaires avaient connu une ou plusieurs autres grandes villes et/ou étaient passés par un des faubourgs lyonnais ; d’autres enfin avaient pu être chargés d’une fonction particulière (commissaire central par exemple). Une fois en poste, leurs carrières évoluaient différemment. Pour une majorité, Lyon ne représentait qu’une étape, plus ou moins longue : 61 % y restèrent moins de six ans et 54 % moins de cinq ans. Inversement, près de quatre fonctionnaires sur dix connurent un enracinement réel. Toutefois, ce n’est pas une impression de stabilité qui domine une lecture d’ensemble, loin de là. Certes, nous pourrions insister sur le fait que 80 % des commissaires de police n’occupèrent au maximum que deux postes successifs dans la commune, voire qu’un seul pour plus de la moitié. Mais ces données doivent être immédiatement tempérées par le fait que 61 % des commissaires restèrent moins de trois ans en poste dans un même commissariat et 43 % un an ou moins. Ainsi la plupart ne connurent qu’un ou deux postes à Lyon et n’y restèrent que peu de temps. Les nuances à apporter à ce cadre général concernent la géographie des commissariats. La durée moyenne en poste était la plus importante dans l’hypercentre (soit la presqu’île et, après 1860, la rive gauche du Rhône, depuis le pont de La Guillotière jusqu’au parc de la Tête d’Or). Le centre-ville, vitrine du pouvoir (mairie, préfecture, Bourse), avait toujours monopolisé l’attention des autorités, au contraire des quartiers périphériques, plus sensibles, où les commissaires se succédaient rapidement.

  • 8 Un examen fut mis en place en 1879 puis un concours de recrutement en 1892.
  • 9 ADR, 4 M 39, brouillon de la lettre du préfet du Rhône au directeur général de la Police, 12 juille (...)
  • 10 ADR, 4 M 3, projet de réorganisation de la police judiciaire du procureur général adressé au préfet (...)

6Reste un dernier point à aborder, non plus l’origine des commissaires ou le déroulement de leurs carrières lyonnaises, mais le lien les unissant à leur hiérarchie. Car, à première vue, ils pourraient bien apparaître comme des hommes du pouvoir en place. Ils étaient effectivement nommés par le ministre de l’Intérieur sur proposition préfectorale et devaient prêter un serment professionnel (auquel le Second Empire ajouta un serment politique). Et, au xixe siècle, il n’y avait plus de charge – depuis la Révolution – et pas encore de concours8. On devine dès lors aisément que leur niveau n’était pas toujours excellent. Opinions politiques progouvernementales et moralité au-dessus de tout soupçon étaient les critères indispensables pour être recruté. Du reste, durant leurs carrières, les commissaires étaient régulièrement surveillés dans leurs comportements comme dans leurs résultats. Tous ces éléments expliquent qu’ils sont généralement perçus comme des hommes à la solde du pouvoir – ce que viendraient confirmer les révocations de personnel qui interviennent à chaque changement de régime. La période très troublée des années 1814-1815 fut l’occasion d’un grand ménage parmi, entre autres, les commissaires de la ville : quasiment tous perdirent leur poste en 1815 et le quartier de Pierre-Seize connut même cinq commissaires différents cette même année. Mais déjà certaines voix s’élevaient contre cet arbitraire et reconnaissaient aux fonctionnaires de police une compétence indépendante des accidents politiques : en 1814, les commissaires n’auraient fait qu’obéir aux ordres de leurs supérieurs les enjoignant à quitter la ville en compagnie des autorités civiles et militaires9. Cette vision des choses fit son chemin et finit par s’imposer en 1870. Car, de fait, pour assurer la transition d’un régime à un autre, où trouver rapidement des candidats capables... si ce n’était parmi le personnel déjà en place ? Peu de temps après la chute de Napoléon III, le procureur de Lyon estimait ainsi que « le vice de tous ces fonctionnaires [les commissaires de quartier] est d’avoir appartenu à l’Empire. Je reconnais que c’est une objection, mais cependant, lorsqu’il est constant qu’ils ont agi avec mesure, sans passion et surtout sans abus, lorsqu’ils sont nécessaires, les préventions ne doivent-elles pas disparaître10 ? » Quant aux commissaires dont il semblait absolument nécessaire de se débarrasser, l’administration les mutait vers d’obscurs postes davantage qu’elle ne les révoquait.

  • 11 Deux pétitions communes ont été retrouvées dans les archives, l’une datant des années 1810, l’autre (...)

7C’est qu’elle était peu encline à briser le lien particulier qu’elle entretenait avec ses hommes. D’ordre affectif et personnel, ce lien s’accompagnait d’un discours mélangeant culpabilité et encouragement. Infantiliser ainsi les commissaires revenait à stimuler leur zèle, à leur faire comprendre les avantages ou les inconvénients que leur conduite pourrait leur apporter et à faire rentrer dans le rang tous ceux qui auraient eu une personnalité trop affirmée. Les autorités policières ne cherchaient pas à éveiller un esprit de corps chez des commissaires qui s’exprimaient rarement d’une seule voix11 – ce qui, nous le verrons, n’était pas sans incidence sur leur travail. Tout cela entraînait chez les commissaires la tentation permanente de se justifier dans des courriers où ils se mettaient eux-mêmes en scène en arguant de leur bonne volonté, à défaut de leurs bons résultats, et en cherchant sans cesse à se valoriser, y compris dans les situations qui s’y prêtaient le moins. En cas d’échec, les commissaires insistaient sur leur vaillance et leur courage dans l’adversité, mais aussi sur le nombre et la solidité de leurs assaillants. Celui de La Guillotière se fit malmener un jour de 1822, alors qu’il tentait de disperser un rassemblement. Face aux reproches du maire, il se justifia en insistant sur la terrible agression dont il avait été la victime :

  • 12 ADR, 4 M 2, lettre du commissaire de police de La Guillotière au maire du faubourg, 19 août 1822. V (...)

« Je me trouvai entouré de manière à ne pouvoir ni avancer ni reculer. Je me sentis donner sur les dents un coup de poing qui me fit saigner de la bouche, la lèvre supérieure devint enflée et la douleur que je ressentis fut telle qu’il me fut impossible de remarquer personne12. »

Le travail des commissaires de police

8La liste des tâches qui incombent aux commissaires paraît être sans fin :

  • 13 ADR, 4 M 2, copie du mémoire adressé par les commissaires de police de la ville de Lyon au préfet d (...)

« Formaliser toutes les plaintes qu’ils reçoivent, dresser des procès-verbaux de chacune de leurs opérations administratives, constater les contraventions, les délits et les crimes, se trouver dans les spectacles et autres lieux publics, surveiller personnellement les étrangers et les auberges, parcourir la portion de la ville comprise dans leur arrondissement pour inspecter l’état de la voirie, comme le nettoyement [sic], les étalages de toute espèce, les anticipations et les saillies sur la voie publique, etc., se rendre partout où il arrive un accident, accompagner les employés des régies royales, déposer en justice sur presque toutes les affaires qu’ils ont traitées en leur qualité, obtempérer à toutes les demandes des autorités dont ils relèvent et qui les mandent si souvent auprès d’elles, etc., etc.13. »

9La journée type des commissaires se séparait, généralement, en deux temps : une présence au bureau le matin pour recevoir la population et expédier les affaires courantes ; une tournée dans les rues du quartier l’après-midi et/ou en soirée. Leur travail reposait donc sur deux aspects essentiels : le regard (sur le terrain) et l’écrit (au commissariat).

  • 14 L’ouïe était également un sens sollicité, notamment la nuit, pour entendre les encouragements coqui (...)
  • 15 Ce sont nos actuelles entrées d’immeubles.
  • 16 ADR, 4 M 447, dossier sur le « scandale » des arrestations aux portes de l’asile de nuit.

10Si les commissaires lyonnais comptaient tant sur leur sens visuel14, c’est qu’ils ne s’attachaient quasiment qu ’à la visibilité des crimes et délits, qu’ils en fussent les victimes, qu’ils fussent requis pour les constater ou, le plus souvent, qu’ils les rencontrassent au gré de leurs tournées. Faut-il préciser que, la plupart du temps, crimes et délits étaient déjà perpétrés lorsqu’ils en prenaient connaissance ? Mais qu’on ne s’y trompe pas : des cadavres ne se rencontraient pas à chaque coin de rue ; l’ordinaire des commissaires de police se résumait à une délinquance banale en matière de sûreté et même de police judiciaire. Concernant la police municipale, ils dépensaient beaucoup de leur temps à dresser des contraventions à des Lyonnais peu respectueux de la propreté et de l’ordre de leur ville. Les tournées de quartier revêtaient alors un aspect routinier, tant le travail des commissaires consistait à toujours verbaliser les mêmes délits. Parmi les procès-verbaux les plus fréquemment dressés, il faut citer ceux concernant les portes d’allées15 que les habitants devaient tenir closes, mais qui l’étaient rarement. Les procès-verbaux pour vagabondage accaparaient également une grande partie du travail des commissaires et illustrent parfaitement leurs façons de faire fondées sur le regard. En effet, quoi de plus visible que l’inoccupé à l’heure où vaquent tous les autres, que celui qui bat encore le pavé quand les habitants sont tous rentrés chez eux ? Mais quand l’habituel ne suffisait plus, quand les supérieurs réclamaient des résultats, les commissaires n’hésitaient pas à envoyer leurs hommes puiser dans des viviers de délinquants. Un scandale n’a-t-il pas éclaté dans les années 1880 au sujet d’une police qui, pour faire du chiffre, cueillait dès potron-minet les vagabonds à leur sortie de l’asile de nuit municipal où elle les avait elle-même envoyés la veille au soir16 ?

  • 17 Voir François Bédarida et al. (dir.). Pour une histoire de la statistique, Paris, INSEE, 1976, t. 1
  • 18 AML, 11 84-99.
  • 19 À titre d’exemple, un rapide sondage portant sur 972 rapports judiciaires montre que ceux-ci étaien (...)
  • 20 Clive Emsley, art. cité, p. 268.

11Le regard est une technique policière qui avait fait ses preuves. Déjà au xviiie siècle, les commissaires veillaient sur leur quartier au quotidien grâce à la connaissance qu’ils pouvaient avoir des espaces et des habitants placés sous leur surveillance. Au moment où le pouvoir entrait dans l’ère de la statistique17, le regard et la mémoire de ce regard étaient essentiels au travail policier. Les méthodes plus modernes adoptées par l’État n’étaient pas absentes des commissariats, mais furent assimilées très lentement. La principale préoccupation des autorités fut d’inculquer aux commissaires une utilisation précise et rationnelle de l’écrit. Le xixe fut effectivement un siècle où les registres se multiplièrent en fonction des objets de surveillance et des différentes branches de la police. L’exemple de la prostitution est à ce titre éloquent : registre des maisons closes, registre des effectifs des maisons par quinzaine, registres des filles soumises, insoumises, soignées à l’hôpital... Il y avait une véritable obligation d’écriture pour des commissaires qui devaient coucher sur le papier tout ce qui concernait leur quartier et qui avait été porté à leur connaissance. Non seulement ils écrivaient pour relater leurs activités, mais ils devaient encore rédiger de nombreuses lettres en réponse à celles envoyées par leurs autorités de tutelle. À titre indicatif, les lettres envoyées entre 1821 et 1841 au commissaire de la Halle aux Blés par le préfet et le procureur occupent deux gros cartons d’archives, et celles qui émanent de la municipalité en occupent cinq fois plus18. L’ennui était que les commissaires n’avaient reçu aucune formation pour ces travaux d’écriture. Leurs registres n’étaient, par conséquent, pas aussi bien tenus qu’ils auraient dû l’être. À chaque commissariat sa manière de faire : l’un tenait tel registre des garnis suivant le nom des logeurs, l’autre suivant le nom des rues – et nous n’évoquons pas tous ceux qui, mutés, emportèrent avec eux les archives du commissariat. Bien plus, les commissaires peinaient à être synthétiques, à utiliser des tableaux et à présenter des statistiques – au grand dam du préfet ou du procureur. Ils débordaient des modèles qui leur étaient fournis, racontaient et écrivaient beaucoup trop – bref, ils privilégiaient fortement le récit. Cette absence de respect des nouvelles normes d’écriture était compensée par une remarquable rapidité d’exécution19 : s’ils écrivaient mal et ne respectaient pas les consignes, du moins remplissaient-ils leurs travaux d’écriture avec promptitude. Mais, pour paraphraser Clive Emsley, si l’efficacité de la police se mesurait à la somme des envois adressés au préfet20...

  • 21 AML, 11 1, lettre du commissaire de police de l’Hôtel-Dieu au maire de Lyon, le 26 juin 1843.

12Si l’on considère les longues permanences au bureau et les tournées parfois harassantes, force est de constater qu’être commissaire n’était pas une profession de tout repos. En 1843, le commissaire de l’Hôtel-Dieu affirmait travailler dix-huit heures par jour ; en six mois, il se targuait d’avoir opéré 320 arrestations, dressé 550 procès-verbaux en tout genre, délivré 200 certificats, reçu 300 lettres et envoyé 45021. Soumis aux sollicitations incessantes de leurs supérieurs – préfet, maire, procureur – et de la population de leur quartier, les commissaires étaient effectivement surchargés. Durant la première moitié du siècle, ils n’avaient pas toujours le temps d’effectuer leurs tournées car les effectifs étaient alors très faibles et les quartiers bien trop vastes.

  • 22 D’après les réponses des commissaires à la grande enquête préfectorale de 1826 sur les quartiers de (...)

13Une enquête de 1826 nous permet de dresser un tableau du nombre d’habitants par quartier de police22 :

Nombre d’habitants par quartier de police en 1826

Quartiers Nombre d’habitants
Vaise
La Guillotière Nord
Le Guillotière Sud
Lu Croix-Rousse
Polais des Arts
Pierre Seize
Port du Temple
Hôtel de Ville
Louis le Grand
Métropole
Jardin des Plantes
Halle aux Blés
Hôtel-Dieu
4500/4600
 6000
 8000/9000
 9000
 9604
12 000
12 000/ 13 000
13 417
18 000
19 000/ 20 000
20 274
25 000
28 000
  • 23 La gestion de l’événement que cela suppose empêchait donc qu’une réelle politique commune soit tota (...)

14La loi rendait obligatoire la présence d’un commissaire de police pour 10 000 habitants au maximum ; passé ce seuil, il fallait un commissaire supplémentaire par tranche de 10 000 habitants. Or, on constate ici qu’en 1826, huit des treize quartiers lyonnais ne satisfont pas à la loi. L’encadrement policier général s’améliora toutefois dans la seconde moitié du siècle, malgré l’augmentation du nombre d’habitants. En effet, alors qu’il n’y avait qu’un seul policier pour 3330 habitants environ en 1826, on en comptait un pour 905 dans les années 1850 et un pour 709 vingt ans plus tard. Un autre problème resta, lui, présent durant tout le xixe siècle : l’absence de gestion concertée entre les commissariats. Lorsqu’un commissaire luttait contre les vagabonds, son collègue d’un quartier voisin pouvait tout aussi bien centrer son effort sur les débits de boissons ; et les vagabonds du premier en profitaient pour se réfugier dans le quartier du second. L’institution d’un commissaire général sous l’Empire, d’un lieutenant de police sous la Restauration, puis d’un commissaire central à partir de la monarchie de Juillet avait certes pour objectif de centraliser l’action policière. Mais, outre le caractère mouvant des compétences du commissaire central et son existence épisodique, tous les titulaires de ces différents postes se sont heurtés à la volonté d’indépendance des commissaires de quartier. Même sous le Second Empire, alors que la police lyonnaise connaît un processus d’étatisation et donc, théoriquement, de centralisation plus fortes, les commissaires réussissent à préserver tout ou partie de leur indépendance, ce qui est dû au fait que le travail de commissaire reste essentiellement une gestion de l’impromptu23.

15Quoi qu’il en fût de ces difficultés, les commissaires passaient très souvent pour des incapables auprès de leurs supérieurs. Ils n’avaient effectivement pas le temps de répondre à toutes leurs sollicitations, mais ce pour une bonne raison : ils recevaient la population et écoutaient ses problèmes.

Des passeurs de normes

  • 24 ADR, 4 M 2, lettre du commissaire de police du Palais des Arts au préfet du Rhône, s. d. [1826].

16Avant de saisir le lien unissant les Lyonnais à leurs commissaires, il faut comprendre de quelle manière les premiers jugeaient leur police dans son ensemble. Un fait paraît acquis et intangible tout au long du siècle : les Lyonnais « […] n’aiment pas la police parce qu’elle est constamment en contact avec eux24 ». Il s’agit ici de distinguer les commissaires des simples agents de police. L’aversion des Lyonnais pour les seconds est un fait avéré tout au long du siècle. Ils avaient en effet un rôle bien précis qui les plaçait du côté de la répression. Présents sur le terrain, leur travail consistait à traquer les comportements anormaux, à disperser les attroupements, à interpeller des suspects possibles ; tout cela déplaisait fortement à la population, qui y voyait une ingérence intolérable dans ses propres affaires. Les classes laborieuses ne se conformaient alors en rien aux normes bourgeoises et suivaient leurs propres règles. Par exemple, un conflit entre deux personnes pouvait trouver son dénouement dans la violence, mais toujours devant une foule érigée en arbitre. La fréquence de ce genre de scène dans les différents quartiers de la ville donnait de nombreuses occasions d’intervention aux agents présents dans les rues ; cette immixtion brutale de l’État dans les affaires populaires – généralement sanctionnée par une ou plusieurs arrestations – était violemment rejetée par les Lyonnais. Les archives de police débordent de mésaventures policières dans lesquelles les forces de l’ordre apparaissent violemment prises à partie par une population déchaînée et unie pour faire déguerpir les intrus, en les molestant et en arrachant leurs signes distinctifs (couvre-chefs, épaulettes, sabres, etc.). La violence populaire était d’autant plus prompte à se manifester que le policier était honni pour d’autres raisons encore. Non seulement son travail l’obligeait à une application stricte de la loi, sans qu’il lui fût permis d’autre choix que d’opérer d’éventuelles arrestations, mais sa réputation était généralement calamiteuse. À tort ou à raison, les Lyonnais se méfiaient d’agents facilement accusés de prévarication et d’être plus voleurs encore que les escrocs qu’ils arrêtaient. Tous n’étaient évidemment pas corrompus, mais l’existence avérée de pratiques illégales suffisait à entretenir le désamour des habitants envers leur police. Pire encore, les policiers, hommes du peuple passés à l’ennemi, étaient considérés comme des traîtres, des sortes de mouchards embauchés pour déstabiliser la quiétude des quartiers. Pour reprendre une expression de l’époque, ils n’en imposaient pas à la population, au contraire des commissaires de police, instruits, plus riches que la moyenne et, surtout, hommes de dialogue.

  • 25 AML, 11 116, rapport du commissaire de police du Palais des Arts, 16 novembre 1848.

17L’habitude du dialogue entre commissaires et habitants n’est pas propre au xixe siècle. Déjà au siècle précédent, la population avait pris l’habitude de venir se raconter dans le bureau des commissaires. La parole ainsi libérée ne dévoilait pas des affaires horribles, mais des délits ordinaires – voire des incidents tout à fait insignifiants. Une querelle entre époux, un différend entre voisins, une plainte contre l’insalubrité d’un atelier constituaient bien souvent le quotidien d’un commissariat. L’épisode suivant est très révélateur de cette habitude populaire : vers le milieu du siècle, un Lyonnais, qui avait acquis une paire de souliers neufs qui ne le satisfaisait pas, s’adressa au commissaire de son quartier pour savoir s’il pouvait les échanger ou être remboursé... Mais le plus étonnant est que le commissaire prit le soin de lui répondre longuement, en lui expliquant ses droits25. Il était aisé aux Lyonnais de se rendre au commissariat. Ils savaient que les matinées étaient réservées à l’accueil du public et que les commissaires étaient moins présents sur le terrain que leurs agents ; le bureau lui-même était aménagé de manière à pouvoir recevoir les habitants (tables, chaises, patères) et il était fort bien indiqué : deux réverbères éclairaient une enseigne portant l’inscription « commissariat de police ». Notons enfin que, si nous évoquons là une habitude commune aux Lyonnais, c’est bien parce que les hommes comme les femmes se rendaient au commissariat. Certes, les hommes s’y présentaient plus fréquemment, sans doute parce qu’ils étaient plus souvent mêlés à des crimes ou des délits d’importance, donc consignés dans les archives. Mais les femmes aussi s’y rendaient et s’y exprimaient avec une grande liberté de ton. Leur parole était notamment indispensable pour porter à la connaissance de la police des affaires de mœurs. Beaucoup de femmes, apprenant qu’un voisin ou qu’un oncle abusait de leur enfant, en référèrent au commissaire avant d’avertir leur époux.

  • 26 Id., 4 janvier 1849. L’infrajudiciaire ne concernait pas seulement des plaintes d’une gravité toute (...)
  • 27 AML, 11 123, registre d’arrestations du commissaire de police du Collège, 1847-1854.
  • 28 Pour ces deux exemples, AML, 1121 WP 1, dossier de contraventions de simple police, 1860-1861.

18Il existe donc durant tout le siècle une réelle proximité entre les commissaires et la population, proximité que l’on peut estimer inhérente au travail même des commissaires. Il était impensable qu’ils n’eussent aucun rapport avec les habitants ; bien au contraire, il leur était expressément demandé de bien les connaître, de saisir les opinions, les caractères et les différents groupes sociaux peuplant leur quartier. Pour le dire autrement, leur activité consistait en une gestion de proximité fondée sur des rapports individuels. Elle donnait lieu en conséquence à une importante activité infrajudiciaire, à l’arbitrage par les commissaires de nombreux différends qui dès lors n’étaient pas portés devant les tribunaux. Le commissaire du quartier du Palais des Arts précise ainsi au préfet, dans le compte rendu annuel de ses procès-verbaux, qu’il n’inclut pas dans son rapport « […] une infinité de plaintes portées journellement devant [lui] pour querelles, discussions d’intérêts, etc., et par [lui] conciliées26 ». Un rapide sondage permet de constater que le cas de ce commissaire est loin d’être isolé : sur 1562 individus arrêtés dans le quartier du Collège (centre-ville) entre 1848 et 185427, 60,5 % furent remis en liberté définitive dans les deux jours suivant leurs arrestations et sur seul ordre du commissaire de police. La sévérité bornée des agents de terrain explique en grande partie ces décisions et l’obligation pour leurs supérieurs de les déjuger fréquemment. En 1860, lorsqu’un policier verbalisa le propriétaire d’un chien qui n’avait pas muselé sa bête, un commissaire décida d’annuler l’amende, en estimant que le maître donnait à manger à son chien et qu’il avait donc été contraint de lui ôter sa muselière. Quelque temps plus tard, sur la place de la Croix-Rousse, un soir d’hiver, des cochers abandonnèrent leurs véhicules, enfreignant ainsi la loi, pour se réchauffer à une buvette voisine ; l’agent de faction ne voulut rien entendre, mais le commissaire fut plus souple, arguant que le terrible froid de ce soir-là pouvait bien excuser les pauvres cochers28. Ces deux exemples prouvent que le dialogue, la souplesse et l’interprétation de la loi n’étaient envisageables qu’avec les commissaires de police.

  • 29 ADR, 4 M 454, lettre du commissaire spécial au préfet du Rhône, 13 juin 1853.

19Pour qu’il y eût possibilité de dialogue entre les commissaires et les Lyonnais, un minimum de confiance mutuelle était nécessaire. L’une des tâches les plus ardues des premiers était d’obtenir cette confiance des seconds, car ils devaient l’obtenir en tant que fonctionnaires de police, mais aussi en tant qu’hommes. En public comme en privé, ils se devaient donc d’être des modèles. Les Lyonnais étaient attentifs aux défauts et aux qualités de leurs commissaires, comme ils l’étaient de ceux de leurs voisins. Ils appréciaient les hommes pleins d’assurance, qui savaient prendre des décisions, possédaient un certain niveau d’instruction et étaient dotés d’un grand sens moral. Un commissaire de police de Villeurbanne, qui ne possédait aucune de ces qualités, fut ainsi rapidement discrédité auprès de la population qui le surnomma l’« homme aux cotillons », car il aimait trop lutiner les jeunes filles et s’égarer dans leurs corsages29. En revanche, celui du vieux quartier Saint-Jean s’était attiré le respect des habitants qui allèrent jusqu’à s’opposer à sa mutation au milieu des années 1830 :

  • 30 ADR, 4 M 40, pétitions d’habitants du quartier Saint-Jean adressée au préfet du Rhône, s. d. [1835  (...)

« Ils fondent leur demande sur la confiance qu’ils ont en lui et qu’il a si justement méritée par son zèle consciencieux et sa conduite privée. Ils ont également à cœur de conserver auprès d’eux un homme intègre dont les lumières et les sages conseils leur ont été d’un si grand secours dans toutes les occasions où ils ont eu besoin d’y recourir30. »

20La confiance en question n’avait pas forcément à voir avec la durée en poste. Le temps mis par un commissaire pour impressionner favorablement ou non la population dépendait des circonstances et de l’efficacité des réponses apportées aux événements du quotidien. Les hommes nommés à Lyon ayant une expérience certaine, ils savaient en général répondre à des situations déjà rencontrées dans des postes antérieurs, notamment en matière de maintien de l’ordre.

  • 31 Face à une vieille femme qui avait volé un pain de beurre et évoquait sa grande misère, un commissa (...)
  • 32 AML, 1160 WP 7, note de Bergeret, commissaire spécial, sur les commissaires de police, s. d. [1851]

21il ne faudrait pas toutefois se laisser piéger par un tableau idyllique des relations entre commissaires et Lyonnais ; si proximité il y a, elle est avant toute chose née de l’arrangement entre les deux parties. Trouver un terrain d’entente n’était a priori pas aisé : les commissaires possédaient une sensibilité proche de celle des bourgeois, ce qui entraînait parfois une certaine incompréhension31. Toutefois, d’après les archives consultées, la recherche du dialogue l’emportait la plupart du temps. Il était même au centre du travail des commissaires dont la tâche essentielle consistait à jeter des passerelles entre les normes édictées par l’État et les normes populaires. Ils étaient donc des passeurs de normes ou, si l’on préfère, des intermédiaires culturels. Selon les responsables de la police, leur rôle était d’éduquer le peuple – l’un d’entre eux n’avait-il pas proclamé qu’ils étaient les « instituteurs de la canaille32 » ? Mais ils devaient aussi trouver le bon équilibre et ne pas être trop rigides, sans quoi leur quartier aurait fini par exploser. Garantir l’ordre était leur premier souci – ils n’agissaient pas pour ou contre les classes populaires mais en faveur du maintien de l’ordre – et l’ordre s’obtenait à coups de compromis, en alliant répression et tolérance. Il en allait ainsi de la gestion des garnis qui s’opérait, à Lyon, suivant un compromis tacite entre logeurs, logés et commissaires. Ces derniers laissaient une marge de manœuvre appréciable aux deux premiers (le contrôle des entrées et sorties n’était pas toujours très strict), mais s’autorisaient à intervenir fermement si certaines limites étaient franchies, par exemple si un logeur se moquait ouvertement de la réglementation. Les chefs de la police laissaient une certaine liberté d’action aux commissaires, sachant pertinemment qu’ils connaissaient la population mieux que quiconque et avaient conscience de leur mission éducative. Les Lyonnais, de leur côté, n’étaient pas les agents passifs d’une acculturation subie, ce qui n’empêchait pas que cette acculturation fût réelle car les commissaires leur apportaient l’habitude des normes étatiques qui venaient se fondre ou se substituer à celles de l’autorégulation populaire. Ils savaient se servir du commissaire de police en l’intégrant dans leur propre gestion du conflit, soit en l’utilisant comme médiateur, soit en portant plainte pour embarrasser un adversaire.

  • 33 Clive Emsley, art. cité, p. 280.

22Les commissaires de police lyonnais apparaissent bel et bien comme des acteurs essentiels du maintien de l’ordre urbain au xixe siècle. Dans cette optique, l’un de leurs principaux rôles consistait à combler le fossé culturel entre gouvernants et gouvernés en faisant de l’infrajudiciaire, nécessaire laboratoire de conciliation, leur outil de prédilection. En définitive, comme l’a déjà remarqué Clive Emsley, ils finirent par reprendre dans une certaine mesure le rôle autrefois dévolu au prêtre : sermon, respect de la loi, confession et échange33. Ce travail difficile n’aurait pas pu être possible sans un début de professionnalisation, si l’on veut bien entendre ici par ce terme une compétence empirique acquise au quotidien : en ce sens, le concours institué en 1892 ne signifia pas les débuts de la professionnalisation mais couronna un siècle d’expériences policières. Les années 1880-1914 marquèrent cependant une rupture, les nouveaux commissaires de la Belle Époque tranchant sans doute avec leurs prédécesseurs. Ils firent évoluer leurs méthodes de travail en achevant les mutations engagées sous le Premier Empire : quiconque a fréquenté les archives des commissariats sait combien les commissaires abandonnèrent le récit au profit de formulations sèches et stéréotypées. Leur travail évolua aussi parce que la ville évoluait : Lyon, à l’aube du xxe siècle, devint une autre ville. Les activités traditionnelles disparurent au profit des nouveaux secteurs (électricité, chimie, etc.), la vie urbaine s’étendit désormais à l’agglomération, les habitants ne résidèrent plus forcément dans le quartier où ils travaillaient, les spécificités des comportements populaires s’effacèrent devant des normes sociales et juridiques partagées par le plus grand nombre. Ces changements paraissent peu compatibles avec une gestion de proximité des quartiers par les commissaires de police – mais ce n’est là qu’une hypothèse.

Notes

1 Par commissaire de police, nous entendons ici – certes abusivement – commissaire de quartier.

2 Jean-Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et société au xixe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, 510 p. ; « Figures de gendarmes », Sociétés et représentations, n° 16, septembre 2003.

3 Clive Emsley, « Policing the streets of early nineteenth century Paris », French History, n° 2, 1987, p. 257-282.

4 Pour une présentation plus approfondie des commissaires de police lyonnais, nous nous permettons de renvoyer à notre travail : Alexandre Nugues-Bourchat, Représentations et pratiques d’une société urbaine, Lyon (1800-1880), thèse d’histoire dirigée par Yves Lequin, université Lumière-Lyon II, 2004.

5 Il s’agit d’une technique de surveillance fondée sur la segmentation de l’espace urbain : chaque sergent de ville doit couvrir une portion de terrain réduite (rue, carrefour, place).

6 AD Rhône (ADR), 4M 27-28-29-39-40-41 ; AM Lyon (AML), 11 1-2-3-4 et 517 WP 21.

7 Dans la première moitié du siècle, un commissaire touchait annuellement entre 800 et 1 200 francs s’il exerçait dans les faubourgs. En poste à Lyon, il gagnait 1200, puis rapidement 2400 francs sans compter les frais de bureau, servant notamment au paiement des fournitures et du chauffage du commissariat (entre 200 et 800 francs), et les avantages divers (de 30 à 1800 francs : vacations aux impositions indirectes et à la garantie des matières d’or et d’argent, aux poids et mesures, gratifications pour coups de filet, etc.). Au total, il pouvait toucher entre 1000 et 2000 francs, et bien souvent plus de 3 000. Sous le Second Empire, un commissaire était rémunéré à hauteur de 4000 francs.

8 Un examen fut mis en place en 1879 puis un concours de recrutement en 1892.

9 ADR, 4 M 39, brouillon de la lettre du préfet du Rhône au directeur général de la Police, 12 juillet 1814.

10 ADR, 4 M 3, projet de réorganisation de la police judiciaire du procureur général adressé au préfet du Rhône, 2 novembre 1870. L’esprit de ce projet fut conservé dans la nouvelle réorganisation policière.

11 Deux pétitions communes ont été retrouvées dans les archives, l’une datant des années 1810, l’autre des années 1820, soit une époque de vives tensions entre la préfecture et la municipalité – et dont les principales victimes furent les commissaires de police. AML, 11 1, supplique des commissaires de police de Lyon au maire de Lyon, 6 mars 1812, et ADR, 4 M 2, copie du mémoire adressé par les commissaires de police de la ville de Lyon au préfet du Rhône, s. d. [transmis au ministre de l’Intérieur le 03/03/1828].

12 ADR, 4 M 2, lettre du commissaire de police de La Guillotière au maire du faubourg, 19 août 1822. Voir le texte entier en annexe, p. 253-254.

13 ADR, 4 M 2, copie du mémoire adressé par les commissaires de police de la ville de Lyon au préfet du Rhône, s. d. [transmis au ministre de l’Intérieur le 3 mars 1828].

14 L’ouïe était également un sens sollicité, notamment la nuit, pour entendre les encouragements coquins des filles raccrochant aux fenêtres, les cris nocturnes des victimes détroussées, le brouhaha s’échappant des arrière-salles des cafés après l’heure de fermeture.

15 Ce sont nos actuelles entrées d’immeubles.

16 ADR, 4 M 447, dossier sur le « scandale » des arrestations aux portes de l’asile de nuit.

17 Voir François Bédarida et al. (dir.). Pour une histoire de la statistique, Paris, INSEE, 1976, t. 1.

18 AML, 11 84-99.

19 À titre d’exemple, un rapide sondage portant sur 972 rapports judiciaires montre que ceux-ci étaient rédigés dans un délai de quatre jours au maximum – la plupart l’étant dans les vingt-quatre heures. Cf. AML, 13 10 (1831-1838), 11 (1835-1837), 14 (1840-1848), 17 (1840-1849), 20 (1843-1845), 23 (1849-1854), 27 (1853-1855), 28 (1854), Actes judiciaires des commissaires de police de l’Hôtel-Dieu, Pierre Seize, La Guillotière, Palais des Arts, Villeroy, Collège, Palais des Arts et Perrache.

20 Clive Emsley, art. cité, p. 268.

21 AML, 11 1, lettre du commissaire de police de l’Hôtel-Dieu au maire de Lyon, le 26 juin 1843.

22 D’après les réponses des commissaires à la grande enquête préfectorale de 1826 sur les quartiers de Lyon et des faubourgs, ADR, 4 M 2. Rappelons que chaque quartier de police était sous la responsabilité d’un seul commissaire.

23 La gestion de l’événement que cela suppose empêchait donc qu’une réelle politique commune soit totalement applicable.

24 ADR, 4 M 2, lettre du commissaire de police du Palais des Arts au préfet du Rhône, s. d. [1826].

25 AML, 11 116, rapport du commissaire de police du Palais des Arts, 16 novembre 1848.

26 Id., 4 janvier 1849. L’infrajudiciaire ne concernait pas seulement des plaintes d’une gravité toute relative – même si elles en constituaient l’essentiel ; des violences graves et des affaires de mœurs étaient parfois réglées au commissariat.

27 AML, 11 123, registre d’arrestations du commissaire de police du Collège, 1847-1854.

28 Pour ces deux exemples, AML, 1121 WP 1, dossier de contraventions de simple police, 1860-1861.

29 ADR, 4 M 454, lettre du commissaire spécial au préfet du Rhône, 13 juin 1853.

30 ADR, 4 M 40, pétitions d’habitants du quartier Saint-Jean adressée au préfet du Rhône, s. d. [1835 ?].

31 Face à une vieille femme qui avait volé un pain de beurre et évoquait sa grande misère, un commissaire ne retint que son manque de repentir. ADR, 4 M 39, Notices individuelles sur le personnel de la police lyonnaise, s. d. [Premier Empire].

32 AML, 1160 WP 7, note de Bergeret, commissaire spécial, sur les commissaires de police, s. d. [1851].

33 Clive Emsley, art. cité, p. 280.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search