Version classiqueVersion mobile

Vincenzo Cuoco

 | 
Maïté Bouyssy

Entre narration et philosophie politique

À quelles conditions une révolution peut-elle réussir ?

Histoire, liberté et éducation chez Vincenzo Cuoco et ses contemporains allemands

Jean-François Goubet

Texte intégral

Introduction générale

  • 1 Sur l’absence de système mais le « solide organisme d’idées » de l’auteur, cf. Fulvio Tessitore, ci (...)
  • 2 Nous ne mentionnerons ici que les parallèles entre le Napolitain et le directeur allemand qui le tr (...)

1Dans l’exposé qui va suivre, nous tenterons de mettre en lumière les points de contact existant entre l’Essai historique sur la révolution de Naples de Cuoco et la pensée allemande de son époque. Notre optique consistera d’abord à dresser une comparaison entre deux univers distincts, non à étudier des influences. Après la révolution américaine, la Révolution française a fourni tant à l’Allemagne qu’à l’Italie matière à penser et à discourir. Plutôt que la relation des événements singuliers qui ont fait la révolution napolitaine, c’est justement le discours de Cuoco, sa réflexion générale sur ce qui fait les révolutions qui retiendront notre attention. Nous parlons de discours plutôt que de système, puisqu’il apparaît que c’est au détour des analyses concrètes qu’il faut saisir la pensée de l’auteur ou, lâchons le mot, sa philosophie1. Nous aborderons ensuite rapidement quelques considérations sur la connaissance qu’avait Cuoco de la philosophie allemande et la fortune qu’il connut en Allemagne. Il sera intéressant de préciser le cadre de la première réception du Saggio en Allemagne, que ce soit eu égard aux circonstances motivant sa traduction ou eu égard à la conscience historique impliquée à chaque fois chez les différents acteurs nationaux2.

  • 3 Sur l’importance de la question du droit à faire la révolution dans la réception allemande des évén (...)
  • 4 Cf. trad. Barère, op. cit., p. 50 55.
  • 5 Ce lieu commun, déjà attesté chez les philosophes idéalistes, se retrouve également, de manière iro (...)
  • 6 Cf. trad. Barère, op. cit., p. 172 et suiv.

2Quels points de contact peut-il donc exister entre Vincenzo Cuoco et ses contemporains allemands ? À première vue, ce sont surtout les divergences qui apparaissent. La philosophie politique allemande a surtout été traversée par une lutte entre les idéalistes, partisans d’une normativité rationnelle et anhistorique de la révolution, et les conservateurs, partisans de faire ressortir les révolutions au tribunal de l’histoire. C’est ainsi qu’Erhard ou Fichte, d’un côté, favorables au jacobinisme, ont fondé le droit de faire la révolution sur l’essence libre de l’homme, sa majorité comprise en tant que pouvoir spontané de disposer de soi, tandis que Rehberg ou Gentz, d’un autre côté, mettaient en avant la tradition historique pour nier un tel droit de résistance, d’insurrection3. Si les partisans allemands de la révolution furent surtout des jacobins, des idéalistes pensant que la Raison et ses préceptes sont déterminants dans les révolutions, Cuoco affiche des réticences devant une telle abstraction et un tel universalisme, une pensée si peu enracinée dans les faits et dans la spécificité nationale4. L’Allemagne a reproduit la Révolution française dans l’élément de la pensée, elle s’est flattée d’avoir été, idéalement, ce que l’autre avait été réellement5. L’Italie, avec Cuoco, a dénoncé l’abstraction de la Révolution française, qui a pu valoir en son lieu et en son temps, de 1789 à 1792, mais qui a cessé de valoir, une fois sa pertinence politique dépassée6.

  • 7 Nous n’avançons ici que des arguments tirés de son ouvrage pour attester cette interprétation. Pour (...)

3Pour le dire en quelques mots, l’opposition entre pensée politique allemande et pensée cuochienne apparaît comme l’opposition d’une approche juridique et d’une approche politique de la révolution. Nous ne parlons pas de l’instauration d’un état juridique par la révolution, ce qui est attesté des deux côtés, mais de l’aspect légitime de la révolution en tant qu’événement d’insurrection, de bouleversement des normes valables jusque-là. Outre-Rhin, c’est surtout la question de la légitimité de la révolution qui a été posée. De quel droit bouleverser le corps politique ? Du droit imprescriptible qui nous fait disposer librement de nous-mêmes et abattre ce qui nous entrave, déclarèrent unanimement Fichte et Erhard. La question de Cuoco nous semble bien plutôt celle de savoir à quelles conditions une révolution peut réussir, celle de connaître les lois de l’histoire afin de déterminer le moment opportun de l’action enclenchant un processus révolutionnaire réussi7. Non le droit, la norme idéale, mais le moyen d’user des lois de l’histoire pour produire un fait stable ; non la Raison pure, l’autonomie, mais la prudence, la réflexion sur les moyens à employer dans une situation donnée, l’hétéronomie.

  • 8 Cf. Critique de la raison pure, B 372.
  • 9 Sur l’interprétation cuochienne de Kant et de Platon, cf. Fulvio Tessitore, Da Cuoco a De Sanctis. (...)
  • 10 André Tosel, Kant révolutionnaire. Droit et politique, Paris, PUF, 1988, p. 18.

4Si la philosophie allemande de mouvance kantienne s’est avant tout souciée des normes rationnelles, de la légitimité prise dans sa généralité et se soumettant tout fait, indépendamment de sa singularité, il n’en est pas moins vrai qu’elle a su à l’occasion se montrer plus pragmatique, plus proche d’une réflexion sur les moyens de faire advenir la liberté. Dans la Critique de la raison pure, Kant avait tourné le dos à la tradition moderne faisant de Platon un fabuliste et non un peintre du réel, un rêveur qui traitait des hommes tels qu’ils devraient être et non tels qu’ils sont8. L’Idée serait désormais le critère d’évaluation du pratique, de ce qui advient par l’action. Fichte s’était promis, dès ses premières années d’exercice, de reprendre la pensée politique sous le patronage de l’idée. Cuoco ne s’est pas trompé quand il a vu les liens unissant la philosophie kantienne et Platon, sous ce rapport9. Seulement, en promouvant la raison pure, la pensée transcendantale n’en a pas moins engagé une réflexion sur les moyens historiques de faire advenir la révolution. Comme A. Tosel l’a bien rappelé, chez Kant, bien qu’elle soit « condamnée comme suspension du droit, la violence révolutionnaire est acceptée comme base non juridique d’un ordre du droit contre lequel toute résistance future sera absolument injustifiable10 ». Le kantisme se déploie de manière dualiste mais concilie la contradiction historico-juridique en promouvant le fait révolutionnaire comme condition d’avènement du droit. Le concept de révolution réussie, d’événement opportun acquiert ainsi déjà un sens dans la pensée critique.

  • 11 Sur ces points de doctrine cuochiens, cf. par exemple Walter Cariddi, p. 282 et 10-11 (citations de (...)

5Toutefois, la référence faite à une révolution réussie ne pose pas encore explicitement la question de l’efficacité de l’action révolutionnaire, la question des moyens à mobiliser. Kant se place davantage en tant qu’observateur de l’histoire, se demandant si celle-ci ne suit pas une marche progressive vers la liberté, que comme un agent de l’histoire, un savant en prise avec la réalité donnée de son époque et désirant agir concrètement. Si l’on veut chercher outre-Rhin un philosophe idéaliste qui, sous le rapport de la pensée politique de la révolution, de l’exécution concrète du progrès de la liberté, se rapproche bien plus de Cuoco, c’est, à notre sens, du côté de Fichte qu’il faut le faire. Le Saxon et le Napolitain ont tous deux engagé une réflexion politique sur les moyens de faire réussir une révolution nationale. Dans cette réflexion, les mêmes éléments apparaissent, à savoir l’histoire, la liberté et l’éducation. Dans le propos qui va suivre, nous nous efforcerons de tracer les grandes lignes d’accord entre ces deux penseurs politiques, de même que nous nous emploierons à noter leurs divergences locales de conception. Il ne s’agira pas de dresser une liste complète des points de contact entre Fichte et Cuoco, comme sur l’éphorat ou la singularité nationale11, mais de demeurer dans le cadre strict de la question posée, à savoir « à quelles conditions une révolution peut-elle réussir ? »

Histoire, liberté, éducation

  • 12 Trad. Barère, op. cit., p XXIII.
  • 13 Trad. Barère, op. cit., p. 2.

6À de nombreux endroits, Cuoco promeut une conception fortement déter ministe de l’histoire. « Tout est enchaîné dans le monde, disait Pangloss : puisse tout être enchaîné pour le mieux !12 », écrit-il ainsi dans la préface de la seconde édition. L’histoire présente un cours réglé, qui fait que les choses s’engendrent l’une l’autre de manière mécanique, sans que l’action humaine puisse sembler faire rien d’autre qu’affecter les apparences. À un autre endroit, Cuoco compare les révolutions avec les catastrophes naturelles13. Les révolutions font apparaître des lois dont on ne s’avisait pas auparavant. Pour autant, c’est le concours des lois qui produit la singularité catastrophique ; la singularité est moins un contingent radical qu’un nécessaire des plus déterminé. Nature et humanité ont pareillement une histoire, un cours réglé et immuable, et il paraît possible de rendre raison autant des productions inanimées que des actions émanant d’êtres intelligents. Ce déterminisme possède une teinture providentielle marquée, comme si les lois avaient été disposées depuis la fondation du monde en vue de produire le bien, ou le meilleur. Comme la référence à Pangloss, qui ne nous paraît pas outre mesure ironique, le laissait pressentir, la conception cuochienne de l’histoire fait écho à la philosophie leibniziano-wolffienne, qui a dominé l’Allemagne universitaire avant l’avènement du criticisme. Pour autant, cette inscription n’empêche pas de continuer à dresser un parallèle entre l’Essai critique et la pensée idéaliste.

  • 14 Christian Wolff avait déjà dit de la psychologie empirique qu’elle était une histoire de l’âme. Sur (...)
  • 15 Cf. Historisches Wörterbuch der Philosophie, vol. III, J. Ritter (éd.), Bâle-Stuttgart, Schwabe, p. (...)
  • 16 Trad. Barère, op. cit., p. 51-53.

7Kant et Fichte ont continué d’agréer la définition de l’histoire comme cours réglé d’événements phénoménaux. S’ils se sont inscrits en faux contre une connaissance du progrès de la Raison, contre un savoir objectif de la Providence, il n’en est pas moins vrai qu’ils ont continué à apprécier les actions historiques des hommes du point de vue du mécanisme. Aussi peut-on à aussi bon droit renvoyer la pensée cuochienne du « cours des choses » à Leibniz qu’à Kant, nous semble-t-il. Dès que l’on ne parle plus des actions concrètes collectives mais de la naissance des représentations, les points de contact ne doivent plus être cherchés du côté de Kant, cependant. Ce dernier, prenant prétexte de l’aspect non mathématisable de la psychologie, lui déniait le statut de science. Fichte non seulement reconnaissait la légalité régissant l’association des idées, mais encore n’hésitait pas à parler en l’occurrence d’histoire de l’esprit14. Le déterminisme historique incluait ainsi le domaine psychologique ; l’histoire de l’esprit n’était pas simple relation factuelle mais aussi recherche de causes et d’effets, ce que la seconde moitié du xviiie siècle allemand appellera une « histoire pragmatique15 ». Lorsque Cuoco inclut dans l’histoire et son déterminisme les représentations des hommes, lorsqu’il dit par exemple que l’histoire de la Révolution française devrait relater, à la manière de Polybe, le « cours éternel des choses mêmes16 », non les actions singulières des hommes, il ne dit rien qui répugne à la philosophie de son contemporain allemand.

  • 17 Op. cit., p. 190.
  • 18 Cf. E. Kant, Critique de la raison pure, B 473, et J.G. Fichte, Le système de l’éthique, trad. P. N (...)
  • 19 La libertà nel pensiero di Vincenzo Cuoco, Florence, La Nuova Italia, 1957, p. 166-7.
  • 20 Trad. Barère, op. cit., p. 190.

8Si, maintenant, l’on en demeurait à cette affirmation du déterminisme historique, comprenant aussi les lois psychologiques, on serait forcé de conclure que la liberté, entendue en son sens métaphysique, est un leurre. Si tout a une raison, la liberté n’est-elle pas une douce illusion ? Ne sommes-nous pas comparables à une montre déréglée, qui, à indiquer une heure fausse, est tout de même entièrement déterminée à le faire ? Nous croyons qu’il ne faut pas exclure complètement, chez Cuoco, le rôle de l’action libre, des « idées » émises par celui qui veut changer le cours des événements. Le monde entier est soumis à des lois, et ce jusqu’à notre façon de penser ordinaire ; fort bien. Néanmoins, il est en le pouvoir d’un meneur, d’un chef de donner l’impulsion à une série, d’être un commencement rompant avec la série antérieure. « L’im pulsion une fois donnée, on passe d’un événement à un autre, et l’homme devient un être purement passif », nous dit Cuoco17 : la liberté ne s’inscrit pas contre le déterminisme légal des phénomènes mais elle est, pour reprendre la célèbre formule de Kant, que Fichte systématisera après lui, le commencement absolu d’un état par soi, l’irruption radicale de l’événement dans le réseau causal du monde18. La liberté est un pouvoir de donner le premier terme d’une série, de fournir à la légalité sa direction. Comme l’avait déjà remarqué R. Laporta, l’affirmation déterministe de Cuoco n’est pas si totale qu’elle empêche de prendre en considération le problème moderne du libre arbitre19. « Tout le secret consiste à savoir d’où l’on doit partir20 », ajoutait en effet à la citation donnée précédemment l’auteur de l’Essai historique.

  • 21 Trad. Barère, op. cit., p. 142.
  • 22 La liste des bienfaits de la liberté en son sens politique se trouve dans la trad. Barère à la p. 1 (...)
  • 23 Saggio, I, p. 16-7, cité par R. Laporta, p. 162.
  • 24 Cf. trad. Barère, op. cit., p. 186-187, 189 et suiv.
  • 25 Cf. trad. Barère, op. cit., p. 177, 182 et suiv.

9Toute l’affaire du chef consiste à s’assurer du « concours des forces et des idées21 », de donner par ses idées, et au bon moment, l’impulsion afin que les forces du peuple prennent une direction qui couronne de succès la révolution. Le chef est celui qui doit avoir une connaissance philosophique de ce que sont les lois générales du monde ainsi que de la liberté et des bienfaits qu’elle entraîne pour la nation entière22. Le chef est en outre celui qui doit avoir une connaissance factuelle du niveau de développement atteint par la nation, un savoir circonstancié de ce que sont les besoins actuels du peuple. Le chef est enfin celui qui doit avoir la connaissance médiatrice, celle des moyens permettant de faire advenir une fin meilleure, à partir de la situation présente, c’est-à-dire celui qui doit accommoder les idées à la façon de sentir d’un peuple qui demeure encore en un état de minorité. Ce mode intermédiaire est au plus haut point important, en tant que tact, sagesse pratique, prudence permettant à l’idée du juste d’advenir dans et à partir d’une situation concrète déterminée. « La force sans la sagesse ne fait que se détruire elle-même23 » : sans guide savant, qui connaît l’ordre naturel des idées et qui sait aussi réagir dans l’instant aux difficultés rencontrées pour accommoder cet ordre des idées24, l’action populaire tourne à l’agitation, et la liberté, faute d’avoir été administrée avec suffisamment de prudence, se commue en licence25.

  • 26 Cf. la quatrième des Conférences sur la destination du savant, trad. J.L. Vieillard-Baron, Paris, V (...)
  • 27 Trad. Barère, op. cit., p. 161.
  • 28 Fondement du droit naturel, trad. A. Renaut, Paris, PUF, 1984, § 16, p. 196. Nous ne nous référons (...)

10Nous avons à dessein utilisé le vocabulaire que Fichte destinait au savant26, à l’homme instruit, pour parler de Cuoco. Il nous paraît en effet que la tripartition de connaissance que doit avoir le chef d’une action collective se retrouve dans les deux cas. Certes, Fichte insiste moins sur les besoins particuliers des classes populaires et sur les lois que suivent ces besoins ; son sens de l’intérêt économique particulier est assurément bien moins grand. Toutefois, il a la même opinion quant à ce que doit être le guide d’un mouvement collectif en vue de la liberté, à savoir : il est issu de la classe « destinée par la nature à [...] gouverner [le peuple]27 » ; depuis cette position, il a certains devoirs particuliers, dont le devoir de cultiver le tact et l’éloquence nécessaires pour diffuser les Lumières dans le peuple. Dans le cas de la révolution, si ceux qui exhortent le peuple à la rébellion ont senti que celui-ci était mûr pour l’action, ils ne peuvent être blâmés. « Ils sont, comme le dit Fichte, par leur courage et leur vertu les sauveurs de la nation28 », ceux qui ont senti le moment opportun et ont su le faire sentir à d’autres, ceux qui, forts de leur connaissance de ce qui doit être, ont su trouver les moyens adéquats à la situation réelle.

  • 29 Cf. par ex. trad. Barère, op. cit., p. 164, 191 et suiv.
  • 30 Droit naturel, op. cit., p. 196-197.
  • 31 Trad. Barère, op. cit., p. 186.
  • 32 De ruse, disions-nous, puisque c’est bien cela que nous croyons lire chez Cuoco lorsqu’il énonce pa (...)

11Au cas où le peuple ne suivrait pas l’appel à la rébellion, comme dans le cas de la « révolution passive29 » décrite par Cuoco, ce peut être parce que « le peuple ne s’est pas encore éveillé à la volonté de la liberté et à l’intelligence de ses droits, qu’il n’est [pas] encore assez développé [...], qu’on n’aurait donc pas dû lui lancer d’appel30 ». Celui qui prend l’initiative d’une insurrection, quand bien même la Raison parlerait pour lui, se doit de considérer la liberté non pas seulement sous le seul angle idéal, mais encore sous celui des faits et des moyens. Une révolution ne peut réussir, selon Fichte, que si l’oppression est telle que le peuple ressent le besoin de se soulever. De même que Cuoco, Fichte désavoue toute tentative révolutionnaire lorsqu’une nation connaît de trop grandes différences internes de culture, entre une position de savants connaissant ce qu’est la liberté politique et un peuple ne la sentant même pas. Fondamentalement, les meilleures révolutions doivent être actives, elles doivent reposer sur une plus grande communauté de savoir et de valeurs entre classe dirigeante et peuple. Sans une éducation du peuple à la liberté, sans un enseignement l’amenant à sentir et à considérer peu à peu les bienfaits de « la liberté des opinions et des cultes, la destruction des préjugés31 » et autres avancées politiques, une révolution ne peut demeurer que la volonté d’une poignée d’individus, qui devront toujours user de ruse pour se faire les libérateurs du peuple32.

  • 33 Cf. V. Cuoco, Il pensiero educativo e politico, Florence, La nuova Italia, 1948, p. 245 et suiv. Su (...)
  • 34 Cité par G. Scuderi, Cuoco : storicismo e pedagogia, Rome, Armando Editori, 1995, p. 50.

12Au terme de ce bref aperçu, nous voudrions insister sur l’importance de cette idée d’éducation. Cuoco et Fichte se montrent en l’occurrence les héritiers des Lumières, et il n’est pas étonnant de voir en Italie et en Allemagne les mêmes idées sous des vêtements divers. Dans le détail, Fichte et Cuoco partagent cependant une affinité de plus, à savoir leur intérêt pour la pédagogie de Pestalozzi33. Dans ses célèbres Discours à la nation allemande, Fichte avait insisté sur la nécessité d’organiser, pour ceux qui deviendraient de futurs citoyens de la nation à forger, des instituts d’enseignement qui suivraient les préceptes du pédagogue suisse. Il faudrait donc commencer par sentir les notions, avant de s’élever graduellement à l’élément du savoir. Si l’on voulait secouer le joug français et s’organiser comme communauté nationale, l’éducation apparaissait comme un enjeu majeur. Un changement radical d’époque ne pourrait avoir lieu que dans le cas d’une participation active de toutes les positions sociales. Fichte, en outre, a toujours vu l’action comme la fin du savoir et de la spéculation. « À quoi bon les Lumières si elles ne sont pas pour la vie ? » demandait-il déjà dans son premier texte sur la Révolution française. « La fin du savoir est la vie34 », déclarera de même Cuoco. Le Napolitain aura de même compris l’importance de l’éducation pour que la nation soit une, que l’idée se lie à la force en lui donnant son impulsion bien orientée, puis que les arts et les sciences de cette nation prospèrent. Le désir impérieux de parvenir à s’organiser enfin en nation éclairée, capable d’être le véritable acteur de ses mouvements internes, n’est pas le moindre des points de contact entre l’Italie et l’Allemagne de l’époque.

Sur la première réception allemande de Cuoco

13Dans l’exposé qui a précédé, nous nous sommes exclusivement placé à un point de vue philosophique, c’est-à-dire que nous n’avons pas pris en compte l’intégration d’une pensée dans son époque et son cadre d’émergence propre. Ce travail structurel ne prétend cependant pas être exclusif ; une analyse plus conjoncturelle, prenant en compte les échanges entre l’Allemagne et l’Italie, peut prétendre à une égale légitimité. Il est ainsi intéressant de porter le regard sur les conditions précises qui ont motivé la traduction partielle du Saggio en allemand comme de le faire plus profondément, sur les conditions de possibilité de la réception du discours historique. En l’occurrence, ce ne seront plus tant les thèmes de la liberté et de l’éducation qui retiendront notre attention que ceux de l’appréhension du fait révolutionnaire et de la conscience historique que celle-ci engage.

  • 35 Sur la réception du kantisme en Italie, cf. « La première réception de Fichte et de Schelling en It (...)
  • 36 Voir le point précédent.

14Il paraît clair que le Cuoco de l’Essai historique ne savait rien de la nouvelle école kantienne qui dominait le paysage intellectuel allemand depuis une quinzaine d’années. La réception du kantisme semble s’être faite à partir de 1804, comme certains textes réunis dans les Scritti vari du Napolitain l’attestent35. Le reproche d’intellectualisme, de goût marqué pour l’abstraction, adressé à la philosophie critique allemande, ne nous paraît pas invalider les quelques linéaments d’analyse que nous avons dessinés. En effet, le criticisme, surtout dans la branche la plus radicale de ses adhérents, est une philosophie pratique, une pensée suivie d’effets, voulant influer sur le mode dans lequel le théoricien évolue. Et les considérations pragmatiques d’un Fichte, sur l’éducation du peuple notamment36, rejoignent à bien des égards les préoccupations cuochiennes : sans un travail sur le sensible, pour le rehausser au niveau de l’idée, tout travail de formation du peuple est vain. Malgré le jugement parfois critique porté par Cuoco sur la philosophie nouvelle en Allemagne, il nous a ainsi paru recevable de dessiner, d’un point de vue structurel, les accords entre les vues émises des deux côtés des Alpes.

  • 37 Cf. son article, « Cuoco in Germania », dans Vincenzo Cuoco nella cultura di due secoli, op. cit., (...)

15Une tout autre question est celle de la première réception de Cuoco en Allemagne. Il ne s’agit plus ici de considérer l’auteur de l’Essai historique comme un philosophe mais bien comme un témoin de son temps, rapportant les événements révolutionnaires impliquant Français, Anglais, Autrichiens, Espagnols et locaux. On doit à M. Meriggi d’avoir éclairci le cadre de la première réception allemande de Cuoco, qui prit place dans la revue Minerva de l’ancien capitaine de l’armée prussienne, Johann Wilhelm von Archenholtz37. En suivant les indications de ce dernier, nous pourrons retracer quels furent les enjeux qui déterminèrent la reprise d’extraits du Saggio en Allemagne. Nous finirons ce court exposé en considérant de plus près qui fut Archenholtz, et comment l’écho qu’il donna aux événements napolitains peut être mis en relation avec ce qui se détache par ailleurs du personnage. En l’occurrence, l’enjeu ne sera plus pour nous de peser le contenu philosophique de la pensée de Cuoco mais de dessiner un cadre historique de relations. S’interroger sur l’identité du passeur, de celui qui accommode l’étranger sur son sol personnel, c’est aussi renseigner sur le sens de l’œuvre-source. Ce détour par l’altérité conclura notre propos.

  • 38 Cf. Minerva, Ein Journal historischen und politischen Inhalts, mars 1804, p. 386 et suiv.
  • 39 Cf. id., p. 401 et suiv.
  • 40 Cf. Minerva. avril 1804, p. 22 et suiv.
  • 41 Cf. id., p. 29. Sur l’enthousiasme, cf. M. Bouyssy dans sa présentation de la traduction de Cuoco p (...)
  • 42 Id., p. 17.
  • 43 Cité dans F. Ruof, Johann Wilhelm von Archenholtz. Ein deutscher Schriftsteller zur Zeit der Franzö (...)

16Les deux livraisons du journal Minerva reprenant, sans le dire, le texte de Cuoco traitent de manière fort factuelle de la situation du royaume de Naples aux alentours de la Révolution française, puis du combat contre les troupes françaises dix ans plus tard. Sont à souligner, pour le premier point, l’insistance sur les préférences autrichiennes de la reine, contraires aux alliances naturelles38, ainsi que l’erreur de jugement de la cour, croyant que la Révolution française était le fruit des idées, non des circonstances locales39. Si l’élite avait fait davantage corps avec le peuple, au lieu de reprendre les mœurs venues de France ou d’Angleterre, l’administration du royaume aurait été meilleure. Le second point, bien que relatant des faits survenus une décennie plus tard, reprend en partie la même leçon : le roi se serait-il lui-même présenté à son peuple en armes, il lui aurait communiqué un enthousiasme inébranlable40. L’enthousiasme, notion importante de l’Essai historique, se voit ici attribuer une place importante, comme le souligne le dernier alinéa du texte, qui vante le courage placé sous de vrais talents militaires, et s’inscrit en faux contre le jeu délétère des intrigues et des partis41. Le piètre comportement du général autrichien Mack est également souligné42. Toutes ces références à l’Autriche, en plus de posséder une valeur d’information historique, ne sont pas anodines : Archenholtz pensait en 1804 que la Prusse devait rester neutre par rapport à la France, et que l’Autriche était bien trop faible pour faire partie d’une nouvelle coalition militaire. Le général Mack se verra par ailleurs directement accablé par lui, comme celui à qui échoit la « faute principale dans le malheur de l’Autriche » en 180543.

  • 44 Cf. note 37.
  • 45 C’est du reste ce que déclaraient déjà et F. Ruof, p. 129-130 (il y parle de la « grande importance (...)
  • 46 Sur la formation d’une conscience historique dans la seconde moitié du xviiie siècle, cf. deux des (...)

17La reprise du témoignage de Cuoco par la revue Minerva en 1804 peut ainsi se lire en partie comme une prise de parti dans l’actualité du temps, notamment à travers ses références aux grands acteurs que furent les Français, les Anglais et les Autrichiens. L’ancien capitaine prussien, quoique n’intervenant en rien en son nom propre dans le récit d’origine, lui donne sens par les coupes opérées et le moment de la parution. Toutefois, ne mettre en avant que ce seul angle serait trop limité. Comme M. Meriggi l’a signalé, la revue Minerva s’était déjà fait l’écho des événements napolitains depuis 180144. Elle représentait, en outre, un haut lieu de la réception de la Révolution française en Allemagne. Si le sujet principal de la revue peut être considéré comme la France post-révolutionnaire, le matériau qu’elle brasse englobe un domaine bien plus large de l’horizon qui lui était contemporain. La reprise de Cuoco dans ses colonnes se donne en conséquence également comme un apport documentaire à l’histoire de l’époque en général45. Qu’il y ait eu reprise montre encore que les cadres généraux de l’historicité étaient les mêmes chez le Napolitain et le Prussien, qu’une conscience historique au sens plein était à l’œuvre chez ces deux-là. Leur propos ne devait pas seulement narrer des anecdotes, ou instruire des curiosités issues des pays voisins. Il s’agissait au contraire de dégager, depuis des faits circonstanciés, des lois « pragmatiques » du devenir historique, qui aient part à la formation d’un jugement politique. Au-delà des rencontres fortuites sur tel ou tel point factuel précis, ces cadres généraux de la conscience historique scellent l’accord des acteurs46.

Notes

1 Sur l’absence de système mais le « solide organisme d’idées » de l’auteur, cf. Fulvio Tessitore, cité dans Walter Cariddi, Il pensiero politico e pedagogico di Vincenzo Cuoco, Lecce, Milella, 1981, p. 20.

2 Nous ne mentionnerons ici que les parallèles entre le Napolitain et le directeur allemand qui le transposa. Pour ce qui est des points de contact avec un autre adaptateur, Bertrand Barère, qui, lui aussi, était attentif non seulement aux événements singuliers de Naples, mais aussi à l’évaluation de la révolution en général avec ses lois et ses effets, cf. Anna Maria Rao, introduction à la réédition de l’Histoire de la révolution de Naples, Naples, Vivarium, 2001, p. 29-30.

3 Sur l’importance de la question du droit à faire la révolution dans la réception allemande des événements venus de France, cf. par ex. l’introduction du recueil de sources édité par T. Stammen et F. Eberle, Deutschland und die französische Revolution, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1988, p. 20. Sur les personnages cités, cf. entre autres D. Henrich, Kant, Rehberg, Gentz. Über Theorie und Praxis, Francfort-sur-le-Main, Surkhamp, 1967 ; H.G. Haasis, « Johann Benjamin Erhard : un philosophe et jacobin allemand à l’époque de la Grande Révolution », dans J.B. Erhard, Du droit du peuple à faire la révolution et autres écrits de philosophie politique, Lausanne, L’Âge d’homme, 1993, trad. A. Perrinjaquet, p. 271-305 ; A.W. Rehberg, Recherches sur la Révolution française, trad. L. Sosoe, intro. L. Sosoe et A Renaut, Paris, Vrin, 1998.

4 Cf. trad. Barère, op. cit., p. 50 55.

5 Ce lieu commun, déjà attesté chez les philosophes idéalistes, se retrouve également, de manière ironique, chez H. Heine. L’idéalisme des Allemands serait une vengeance de l’esprit, après qu’il avait été blessé de l’autre côté du Rhin ! Cf. Die Romantische Schule, Stuttgart, Reclam, 1976, p. 87.

6 Cf. trad. Barère, op. cit., p. 172 et suiv.

7 Nous n’avançons ici que des arguments tirés de son ouvrage pour attester cette interprétation. Pour ce qui est de la vie politique de Cuoco et de son engagement dès la première rédaction du Saggio, cf. De Francesco, Vincenzo Cuoco. Una vita politica, Rome-Bari, Laterza, 1997.

8 Cf. Critique de la raison pure, B 372.

9 Sur l’interprétation cuochienne de Kant et de Platon, cf. Fulvio Tessitore, Da Cuoco a De Sanctis. Studi sulla filosofia napolitana nel primo ottocento, Naples-Rome, Edizioni Scientifiche Italiane, 1988, p. 117-120.

10 André Tosel, Kant révolutionnaire. Droit et politique, Paris, PUF, 1988, p. 18.

11 Sur ces points de doctrine cuochiens, cf. par exemple Walter Cariddi, p. 282 et 10-11 (citations de Croce et surtout de Gentile sur le rôle du Napolitain dans l’historiographie italienne et le réveil de la conscience nationale).

12 Trad. Barère, op. cit., p XXIII.

13 Trad. Barère, op. cit., p. 2.

14 Christian Wolff avait déjà dit de la psychologie empirique qu’elle était une histoire de l’âme. Sur Fichte et cette science, cf. les Considérations sur la Révolution française, trad. J. Barni, Paris, Payot, 1974, p. 96 et suiv., notamment p. 98 : « C’est d’après les règles de cette science de l’âme [...] qu’il faut examiner les moyens choisis dans une constitution pour atteindre le but final. »

15 Cf. Historisches Wörterbuch der Philosophie, vol. III, J. Ritter (éd.), Bâle-Stuttgart, Schwabe, p. 401, ainsi que N. Waszek, « Histoire pragmatique-histoire culturelle : de l’historiographie de l’Aufklärung à Hegel et son école », Revue germanique internationale, 10, 1998, p. 11-40, surtout p. 15-25.

16 Trad. Barère, op. cit., p. 51-53.

17 Op. cit., p. 190.

18 Cf. E. Kant, Critique de la raison pure, B 473, et J.G. Fichte, Le système de l’éthique, trad. P. Naulin, Paris, PUF, 1986, p. 41.

19 La libertà nel pensiero di Vincenzo Cuoco, Florence, La Nuova Italia, 1957, p. 166-7.

20 Trad. Barère, op. cit., p. 190.

21 Trad. Barère, op. cit., p. 142.

22 La liste des bienfaits de la liberté en son sens politique se trouve dans la trad. Barère à la p. 183. Il faut noter que cette liste a quelque chose de libéral, et que, sous ce rapport, le parallèle avec un Fichte n’est pas tenable.

23 Saggio, I, p. 16-7, cité par R. Laporta, p. 162.

24 Cf. trad. Barère, op. cit., p. 186-187, 189 et suiv.

25 Cf. trad. Barère, op. cit., p. 177, 182 et suiv.

26 Cf. la quatrième des Conférences sur la destination du savant, trad. J.L. Vieillard-Baron, Paris, Vrin, 1980.

27 Trad. Barère, op. cit., p. 161.

28 Fondement du droit naturel, trad. A. Renaut, Paris, PUF, 1984, § 16, p. 196. Nous ne nous référons pas aux textes de 1812-1813, bien plus hostiles à l’idée d’un bouleversement violent.

29 Cf. par ex. trad. Barère, op. cit., p. 164, 191 et suiv.

30 Droit naturel, op. cit., p. 196-197.

31 Trad. Barère, op. cit., p. 186.

32 De ruse, disions-nous, puisque c’est bien cela que nous croyons lire chez Cuoco lorsqu’il énonce par exemple que « tout le secret des révolutions consiste à connaître ce que le peuple veut, et à le faire » et qu’« alors il vous soutient », trad. Barère, p. 169. Cuoco semble en ces lignes avoir le sens machia vélien du politique, consistant à faire réussir une révolution indépendamment d’un bien-fondé rationnel, idéal. Fichte reconnaîtra une valeur historiquement datée à ce genre de raisonnement à la Machiavel puisque l’époque recommandait avant tout de conserver une forme stable d’État (cf. Sur Machiavel écrivain, trad. A. Renaut, Paris, Payot, 1981, p. 42).

33 Cf. V. Cuoco, Il pensiero educativo e politico, Florence, La nuova Italia, 1948, p. 245 et suiv. Sur l’éducation, cf. la trad. Barère, p. 161 et suiv.

34 Cité par G. Scuderi, Cuoco : storicismo e pedagogia, Rome, Armando Editori, 1995, p. 50.

35 Sur la réception du kantisme en Italie, cf. « La première réception de Fichte et de Schelling en Italie (1804-1862) », Revue de métaphysique et de morale, 1,1994, p. 9-17, de C. Cesa, que nous remercions de son aide ; voir aussi l’introduction de N. Cortese à Il pensiero éducative e politico, op. cit., p. XXV-XXV1.

36 Voir le point précédent.

37 Cf. son article, « Cuoco in Germania », dans Vincenzo Cuoco nella cultura di due secoli, op. cit., p. 75-83.

38 Cf. Minerva, Ein Journal historischen und politischen Inhalts, mars 1804, p. 386 et suiv.

39 Cf. id., p. 401 et suiv.

40 Cf. Minerva. avril 1804, p. 22 et suiv.

41 Cf. id., p. 29. Sur l’enthousiasme, cf. M. Bouyssy dans sa présentation de la traduction de Cuoco par Barère, op. cit., référence, p. 82.

42 Id., p. 17.

43 Cité dans F. Ruof, Johann Wilhelm von Archenholtz. Ein deutscher Schriftsteller zur Zeit der Französischen Revolution und Napoleons (1741-1812), reprise Voduz, Kraus reprint Ltd., 1965, p. 100-101. Sur la Prusse comme étalon de mesure et le choix des généraux comme ce qui décide du destin des royaumes pour Archenholtz, cf. U. Rieger, Johann Wilhelm von Archenholtz als « Zeitbürger ». Eine historisch-analytische Untersuchung zur Aufklärung in Deutschland, Berlin, Duncker & Humblot, 1994, p. 86 et 122. Il est important de préciser qu’Archenholtz, bien que partisan dans les années 1770 des « libertés anglaises » et bien que déçu par la Révolution française, avait adopté dans ces années une attitude positive envers Napoléon. Un point de rapprochement avec Cuoco pourrait se dessiner à cet endroit.

44 Cf. note 37.

45 C’est du reste ce que déclaraient déjà et F. Ruof, p. 129-130 (il y parle de la « grande importance de la revue en son ensemble pour l’historiographie de l’époque comprise entre 1791 et 1812 »), et U. Rieger, p. 38 (« Eu égard à son étendue, son riche contenu et sa large résonance, la Minerva repré sente l’un des plus importants projets d’Archenholtz, qui, au cours de sa parution, ne livre pas seulement une vue d’ensemble sur les positions politiques du jour de son éditeur, mais qui peut valoir absolument comme un document d’histoire européenne de l’époque du tournant du siècle »).

46 Sur la formation d’une conscience historique dans la seconde moitié du xviiie siècle, cf. deux des chercheurs du Max Planck Institut fur Geschichte de Göttingen, que nous remercions pour l’aide qu’ils nous ont apportée : H.-E. Bedeker, « Reisebeschreibungen im historischen Diskurs der Aufklärung », dans H.-E. Bödeker, C.G. Iggens et J.B. Knudsen (dir.), Aufklärung und Geschichte. Studien zur deutschen Geschichtswissenschaft im 18. jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1986, p. 276-278, et R. Vierhaus, « Historisches Interesse im 18. Jahrhundert », ibid., p. 264-275.

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search