Version classiqueVersion mobile

La République et ses symboles

 | 
Évelyne Cohen
, 
Gérard Monnier

Temps et territoires

Une histoire par procuration : les symboles républicains sur les monuments aux morts en Alsace-Moselle

Jean-Noël Grandhomme

Texte intégral

1Au cours des deux conflits mondiaux, les Alsaciens et une partie des Lorrains (les actuels Mosellans) ont dans leur majorité été enrôlés dans l’armée allemande du fait de l’histoire tourmentée de leur région. Seules ont servi dans l’armée française les classes mobilisées en 1939-1940, auxquels s’ajoutent plusieurs milliers de jeunes gens qui ont porté l’uniforme français par engagement volontaire en 1914-1918, et bien davantage encore entre juin 1940 et 1945. En 1918, les Alsaciens-Lorrains ont terminé la guerre dans le camp des vaincus, où ils avaient été incorporés légalement puisque livrés à l’Allemagne par le traité de Francfort du 10 mai 1871 comme rançon de la défaite, mais ils se sont retrouvés dans celui des vainqueurs en 1919 en vertu du traité de Versailles qui les rendait à la France. En 1940, ils ont subi la débâcle comme les autres soldats de l’armée française, puis un grand nombre d’entre eux ont été incorporés de force dans l’armée allemande (à partir de 1942), cette fois en violation du droit international, avant d’être libérés par les armées alliées en 1944-1945. Un humoriste alsacien a pu dire que le seul uniforme qui semble leur avoir toujours convenu est finalement celui de prisonnier de guerre. Comment s’est construite la mémoire d’une telle population ? Quelle place tient une République française quasi absente du processus historique dans la pierre des monuments aux morts qui, au cœur des villes et des villages du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, témoignent aujourd’hui encore de la dualité du passé de ces deux provinces ?

2Les spécificités mémorielles sont nombreuses en Alsace-Lorraine : empreinte religieuse (rendue possible par le maintien du Concordat de Bonaparte dans les trois départements recouvrés par la France en 1919), caractère souvent « neutre » des monuments au point de vue patriotique, bilinguisme parfois de l’épigraphie. Pourtant le « modèle national » a tout de même étendu son influence jusqu’à cette région de « l’entre-deux ».

L’âge d’or des monuments aux morts

3Au lendemain de la Grande Guerre on élève partout en France des mémoriaux destinés à commémorer le sacrifice des centaines de milliers de jeunes gens tombés sur les champs de bataille. Chaque commune – ou presque – veut le sien, encouragée par l’État, qui accorde des subventions aux plus impécunieuses, mais entend aussi en contrôler l’édification à travers une commission départementale spéciale d’examen technique des projets.

  • 1 Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française, 1914-1939, 3, Mentalités et idéolog (...)
  • 2 Annette Becker, Les monuments aux morts : patrimoine et mémoire de la Grande Guerre, Paris, 1988.
  • 3 Philippe Rive, Monuments de mémoire. Les monuments aux morts de la Première Guerre mondiale, Paris, (...)
  • 4 Jacques Bouillon, Michel Petzold, Mémoire figée, mémoire vivante. Les monuments aux morts, Charento (...)
  • 5 Ulrich Päβler, Denkmalskult im Elsass. Formen Kollektiven Erinnerns nach dem Ersten Weltkrieg, Magi (...)
  • 6 Marie-Noële Denis, « Monuments aux morts en Alsace. Entre mémoire et histoire », Revue des sciences (...)
  • 7 William Kidd, Les monuments aux morts mosellans, Metz, 1999.
  • 8 Ne sont cités que les auteurs des monographies utilisées pour cet article : Abreschviller (François (...)

4Antoine Prost, dans une thèse pionnière1, puis d’autres chercheurs comme Annette Becker2, Philippe Rive3 ou Jacques Bouillon et Michel Petzold4, entre autres, ont entrepris des études approfondies sur ce sujet. De nombreuses enquêtes locales sont menées depuis plusieurs années (qui ont notamment abouti, pour l’Alsace, au mémoire d’Ulrich Päβler5 et aux travaux de Marie-Noële Denis6, et pour la Moselle à l’ouvrage de William Kidd7). Notre travail s’inscrit donc dans cette tradition historiographique. Il s’appuie essentiellement sur le fonds documentaire constitué par les dossiers réalisés sous notre direction par les étudiants de l’université de Strasbourg au cours des années 2000 à 20098.

Dieu et la République

5Contrairement à la plupart des monuments aux morts de France, areligieux, ceux d’Alsace et de Moselle sont très souvent christianisés. Il faut y voir les effets conjugués d’une législation particulière. Le maintien du Concordat rend possible la christianisation des monuments aux morts là où, dans le reste de la France (même s’il existe de nombreuses exceptions), une absolue laïcité, c’est-à-dire l’absence de tout symbole religieux, est en principe de rigueur. Il faut aussi y voir le résultat d’une importante pression populaire dans une région de forte pratique religieuse. La christianisation des monuments aux morts a cependant encore une autre cause. La plupart des victimes sont tombées sous l’uniforme allemand. Or, l’iconographie religieuse est, sinon neutre, tout au moins apatride. Ces monuments sont souvent situés près de l’église, parfois à l’intérieur. Autre lieu consacré, le cimetière, lieu choisi pour l’édification du monument par les habitants de nombreuses communes. Il est à noter que même des monuments construits tardivement dans le Bas-Rhin, comme ceux de Gunstett en 1974, de Gundershoffen en 1977, de Batzendorf en 1981 ou d’Artolsheim en 1998, comportent une référence religieuse (en l’occurrence une croix), sans aucun symbole républicain (même si d’autres sont exempts de tout signe et d’une sobriété totale, celui de Gottenhouse, inauguré en 1991, par exemple ; comme c’était d’ailleurs déjà le cas de monuments plus anciens : à Drulingen, à Hoerdt et à Bouxwiller).

6Christ, Vierge Marie (souvent sous la forme de la Pietà), anges et saints sont couramment sollicités, et d’abord les saints militaires. Héroïne française s’il en est, Jeanne d’Arc est adoptée par des communes désireuses de mêler le plus étroitement possible leurs sentiments patriotiques et leur foi religieuse, surtout dans cette Lorraine dont elle est originaire, mais non pas seulement. Les représentations de Jeanne d’Arc peuvent apparaître comme une référence implicite à la France – et donc de facto à la République – car elle est aussi une héroïne revendiquée par les laïcs, tout en rendant possible dans le même temps une lecture religieuse. En général, les artistes lui ont donné un visage de douceur et de recueillement plutôt qu’une allure martiale, comme pour symboliser la « puissance apaisée » de la mère patrie victorieuse, enfin de retour ; ainsi à Bischoffsheim où elle découvre son armure, laissant pendre son bras sur le dos de sa monture en conférant une fonction purement décorative au bouclier qu’elle tient ; à Marlenheim (Bas-Rhin), où elle semble chevaucher paisiblement, l’étendard à la main. D’autres Jeanne d’Arc debout portent aussi l’étendard à la main, à Altorf, à Benfeld, à Krautergersheim, à Niederhaslach, à Reichshoffen, à Thal-Marmoutier, à Uttenheim (Bas-Rhin) ou encore à Hesse (Moselle). Un autre saint incarne à la fois la religion et le patriotisme, Martin, dont la fête tombe justement le 11 novembre : Martin est en effet le patron de la France. À Eschbach (Bas-Rhin) il partage son manteau avec le pauvre (mais l’église du village lui est dédiée, il ne faut donc pas forcément y voir le désir de choisir un saint « français »).

7Dans cet ensemble, un certain nombre de communes détonnent pourtant car leurs monuments aux morts ne comportent aucune référence religieuse, preuve de la présence de citoyens de confessions et d’opinions politiques différentes, signe aussi d’une volonté de francisation et donc d’alignement sur le modèle laïque de « l’intérieur », sans que cela puisse forcément être interprété comme une marque d’anticléricalisme. Cette iconographie non religieuse revêt diverses formes, souvent inspirées de l’antique (comme c’est le cas aussi dans les cimetières tout au long du xixe siècle) : urne à Riedisheim (Haut-Rhin), blason de la commune à Mutzig, à Avolsheim (Bas-Rhin), à Rixheim (Haut-Rhin) et à Sarrebourg (Moselle) ; flambeau à Munster (Haut-Rhin), épée à Hayange (Moselle), couronne de laurier à Lingolsheim (Bas-Rhin), colombe de la paix à Amnéville (Moselle), torchère à Merlebach (Moselle), vasque enflammée à Wintzenheim (Haut-Rhin). Elle met en scène de nombreux personnages : femme en larmes à Strasbourg-Cronenbourg, femme affligée également à Schirmeck (Bas-Rhin), à Saint-Louis (Haut-Rhin) – accompagnée d’un enfant –, à Erstein (Bas-Rhin) et à Maizières-lès-Metz (Moselle) – couverte d’une coiffe lorraine ; femme tenant deux torches allumées à Vendenheim (Bas-Rhin) ; allégories de la Douleur et de l’Espérance à Benfeld (Bas-Rhin), de la Paix et de l’Espérance consolant la Tristesse à Haguenau (Bas-Rhin). À Altkirch (Haut-Rhin), un soldat sans uniforme agonise entre quatre pylônes de pierre. À Huningue (Haut-Rhin), un homme est représenté, torse nu, émergeant de ce qui pourrait être un drapeau.

8La cohabitation harmonieuse entre les symboles républicains et l’iconographie catholique constitue l’un des aspects les plus originaux des monuments d’Alsace-Moselle, mélange des genres qui susciterait ailleurs en France des polémiques sans fin. À Adamswiller (Bas-Rhin), le monument figure un Christ en majesté accompagné d’un personnage qui pourrait être saint Pierre. Encastré dans le mur de l’église, il est surmonté d’un blason de la République orné des drapeaux alsacien, européen et français. À Geispolsheim (Bas-Rhin), de petits drapeaux tricolores sont gravés en haut des plaques qui donnent la liste des morts. Très souvent d’ailleurs, dans la plupart des communes, soit en permanence, soit à l’occasion des fêtes du 8 Mai, du 14 Juillet et du 11 Novembre, le monument – quel que soit son type – est pavoisé. C’est ainsi que le drapeau tricolore flotte à côté de sainte Bernadette, au-dessus d’une réplique de la grotte de Lourdes, qui constitue le mémorial des morts de Dieffenbach-lès-Woerth (Bas-Rhin).

Les symboles civils français et républicains

9Au milieu de cette majorité de signes religieux ou neutres, les symboles patriotiques français ne sont donc pas totalement absents de l’iconographie d’une Alsace-Moselle qui cherche sa place dans la communauté nationale, même au prix de l’invention d’une histoire en grande partie fictive : faisceau du licteur et inscription RF à Riquewihr (Haut-Rhin) et à Muttersholtz (Bas-Rhin), faisceau du licteur aussi à Allenwiller (Bas-Rhin), écusson tricolore frappé du sigle RF, entouré de trois drapeaux français à Romanswiller (en haut de l’obélisque, fig. 1). Un animal revient à plusieurs reprises : le lion (qui rappelle le courage des combattants et fait sans doute aussi écho au fameux Lion de Bartholdi à Belfort) : à Stiring-Wendel (Moselle) par exemple (fig. 2).

Fig. 1. Monument aux morts de Romanswiller (Bas-Rhin), écusson « RF » et drapeaux tricolores.
Photo d’Audrey Chesnel.

Fig. 2. Monument aux morts de Stiring-Wendel (Moselle), combinaison de symboles antiques et de la croix latine. Un poilu en médaillon célèbre l’héroïsme des soldats de la République, qui ont rendu l’Alsace-Lorraine à la France.
Photo de Jérôme Becker.

10À Ingwiller, c’est un fier coq gaulois qui surmonte le monument aux morts, tout comme dans deux autres communes du Bas-Rhin : à Quatzenheim, où il est accompagné du sigle RF, et à Saales.

11L’Alsace présente aussi de curieux monuments syncrétiques, comme celui du cimetière de Sélestat (Bas-Rhin) – il en existe un autre en ville – qui date de l’entre-deux-guerres. Petit temple romain en grès rose des Vosges surmonté d’une imposante croix, il porte sculptés sur son fronton des drapeaux difficiles à identifier (à dessein ?). Le centre, qui porte la première phrase du célèbre poème de Péguy : « Heureux ceux qui sont morts... », est constellé de fleurs de lys ! En bas à gauche est sculptée en ronde bosse la Légion d’honneur, et à droite la croix de guerre (deux décorations obtenues par la ville). Les deux piliers centraux reposent l’un sur les armoiries de la ville (un lion), l’autre sur le faisceau du licteur surmonté du sigle RF. Sans vraiment faire allusion à l’antagonisme France/Allemagne, ce temple du souvenir entend donc plutôt réconcilier les « deux France », celle de Dieu et du roi – qui a donné l’Alsace à la France –, et celle de la République – qui l’a lui a rendue. À Thionville (Moselle), on observe la réunion de la croix latine et de la croix de guerre (fig. 3). À Ohnenheim (Bas-Rhin), aussi on assiste à un « mariage » typique de l’Alsace-Lorraine avec une grande croix de guerre à la base du monument et une croix avec le visage du Christ dans un médaillon au sommet. Les habitants semblent signifier par-là à la fois leur attachement à la France « de toujours » et la volonté de voir respecter leur particularisme, notamment dans sa dimension religieuse.

Fig. 3. Monument aux morts de Thionville (Moselle), obélisque à l’antique avec palme. Cohabitation entre la croix latine et la croix de guerre, instaurée par la République en 1915.
Photo de Sandrine Bentz.

Les références à l’armée française

12Certains monuments aux morts sont ornés de symboles militaires français : un trophée à Allenwiller (Bas-Rhin), formé d’une cuirasse, d’un casque (de cuirassier ou de dragon) et d’armes ; un casque antique à Marckolsheim ; un casque de poilu sur une palme et une croix de Lorraine à Barembach ; un casque Adrian (le modèle du casque en acier mis en service en septembre 1915 dans l’armée française) au milieu de feuilles de chêne, scellé à la base du monument de Goxwiller, sous la plaque de 1914-1918 de celui de Lauterbourg, sous la stèle de l’église de Niedernai. On trouve en beaucoup d’autres endroits des croix de Lorraine, comme à Blaesheim, à Ranrupt, mais elles n’ont évidemment aucune signification politique dans les années 1920. À Dettwiller (toujours dans le Bas-Rhin) le sculpteur a imaginé toute une allégorie, qui mêle là encore les iconographies religieuse et laïque : une mère éplorée conduit ses enfants vers le lieu du souvenir (le fils, qui symbolise le courage et l’espoir d’un monde meilleur, porte une gerbe de blé, tandis que sa petite sœur dépose une couronne de laurier sur un casque frappé du V de la victoire et de la croix de Lorraine) ; à l’arrière, un agneau agenouillé, figure christique, représente la paix retrouvée.

13L’un des deux panneaux du monument de Kogenheim (Bas-Rhin) montre le retour d’un soldat en uniforme français, accueilli par sa femme qui lui présente son enfant, par un jeune tambour et par une femme plus âgée. Or, combien d’habitants du village ont-ils vraiment revêtu la capote bleu horizon ? Un autre soldat en uniforme français (c’est-à-dire américain) de la fin de la Seconde Guerre mondiale apparaît couché, figé dans la mort, sur le monument de Jetterswiller. La commune de Bourg-Bruche (Bas-Rhin également) a effectué une démarche originale : elle a « adopté » le corps d’un soldat inconnu et lui a accordé le repos dans son cimetière le 29 juin 1921 ; sa tombe est faite d’une colonne tronquée, qui symbolise sa jeune vie brisée, surmontée d’un casque Adrian et ornée d’une croix de guerre. Cette décoration est d’ailleurs présente dans d’autres communes, ainsi à Hayange et à Abreschviller (Moselle), tandis qu’ailleurs c’est la médaille militaire (Mutzig – Bas-Rhin) que l’on retrouve, ou le casque Adrian (à Sarreguemines-Neunkirch). Audun-le-Tiche et Stiring-Wendel (Moselle) arborent même sans complexe un authentique poilu ; la volonté de s’aligner sur le reste du pays est alors ici très nette. Autre initiative républicaine – mais qui rappelle la IIe République, bienveillante envers la religion, et non la IIIe, anticléricale – des arbres de la liberté sont plantés dans certaines communes du Bas-Rhin, un après chaque guerre à Griesheim-près-Molsheim (en 1919 et en 1945), d’autres à Saverne après la Grande Guerre (place du Château, face au château des Rohan), à Mittelbergheim au printemps de 1945 ; et enfin à Niederbronn-les-Bains en 1991 (« arbre de la paix et de l’amitié » en hommage de reconnaissance à la commune d’Eymoutiers (Haute-Vienne), qui a recueilli en 1939 la population évacuée).

14L’appartenance pleine et entière à la communauté française se manifeste parfois par le simple fait de représenter la Victoire car si l’Allemagne (et ses soldats alsaciens-lorrains) a perdu la guerre, c’est bien à la France victorieuse que s’identifient désormais les survivants. Cette déesse, ailée à Sarralbe, à Sarreguemines (Moselle) et à Riquewihr (Haut-Rhin), épouse la représentation gréco-romaine traditionnelle. Dépourvue d’ailes à Phalsbourg (Moselle) – la petite ville où débute Le Tour de la France par deux enfants – elle y tient en revanche un drapeau tricolore. La femme appuyée sur un bouclier à Sarreguemines figure sans doute quant à elle la France, qui n’a fait que se défendre après avoir été agressée par l’Allemagne.

15Comme dans le reste du pays, toutes sortes d’autres éléments font, en Alsace-Moselle, référence aux armées de la République. Si, aujourd’hui, la présence de canons à côté du monument est assez rare (beaucoup ont disparu pendant l’annexion de fait, en 1940), ceux de Fouchy (Bas-Rhin) sont à signaler : deux pièces françaises ostensiblement tournées vers l’est, en direction de l’Allemagne. Ailleurs on trouve des bornes (qui rappellent celles plantées au bord de la Voie sacrée en 1916 ou de la route de la Liberté en 1944-1945), comme à Bischwiller (Bas-Rhin). Le patriotisme français peut aussi être mis en scène de manière plus originale. À Guebwiller (Haut-Rhin), une mère embrasse son fils qui part à la guerre, le sac à la main, en lui disant : « Tu es Français, souviens t’en. » À Mulhouse, la statue de la Délivrance vient de se libérer de ses chaînes (fig. 4). À Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin), un bas-relief représente la « Mère France » retrouvant sa fille l’Alsace.

16La palme, symbole chrétien du martyre, mais aussi symbole laïc de la gloire qui auréole les combattants, orne les obélisques de Mutzig, de Wasselonne, de Dambach-la-Ville, de Barr (Bas-Rhin) et de Merlebach (Moselle). À Bischheim c’est un personnage féminin drapé à l’antique (sur le modèle des « vierges et martyres » des livres pieux) qui tient cette palme dans une main. À Schiltigheim (autre ville de la banlieue de Strasbourg), en revanche, ce même personnage découvre l’un de ses seins, ce qui lui donne un caractère nettement profane.

L’épigraphie

17L’histoire particulière de l’Alsace explique l’absence du traditionnel « Mort pour la France » sur les monuments (encore qu’il y ait des exceptions comme celle de Phalsbourg, vieille ville de garnison française dont sont originaires plusieurs généraux de la guerre de 1914-1918 ; ou encore Puberg, dans le Bas-Rhin). Les inscriptions y sont généralement plus neutres, et aussi plus variées :

« La commune de Spicheren/la ville de Riquewihr à ses enfants victimes des guerres de 1914-1918 et 1939-1945 » ;
« La ville de Merlebach à ses morts » ;
« Amnéville à ses victimes de guerre » ;
« À nos morts » (Andlau, Bischheim, Mutzig, Sarralbe).

18À Sélestat la municipalité a fait graver : « À tous ceux qui sont morts pour nos libertés » sur le monument de 1914-1918, phrase pourtant moins ambiguë que l’une de celles des monuments de Schiltigheim, de Meistratzheim, et d’Obernai (Bas-Rhin) : « Aux morts pour la Patrie », devenue « À nos morts » après 1945 dans le cas de Roppenheim. À Bischwiller (Bas-Rhin), une phrase du poète officiel de la IIIe République, Victor Hugo, est gravée à l’arrière du monument : « Entre les plus beaux noms, leur nom est le plus beau. » Vic-sur-Seille (Moselle) a également choisi une citation d’où toute référence religieuse est absente : « Ceux que nous aimons et que nous avons perdus sont partout où nous sommes. » À Villé (Bas-Rhin) aucune inscription ne surmonte les noms des morts.

19Dans ce domaine aussi il existe pourtant des exceptions et donc des inscriptions : « Morts pour la France 1914-1918 », comme à Lampertheim (Bas-Rhin), alors qu’une très grande majorité des enfants de la commune sont tombés par la force des choses dans les rangs de l’armée allemande. Un autre village du département a lui choisi une formule qui rend hommage à la fois aux jeunes gens tués sous l’uniforme ennemi et aux armées de la République : « Herbsheim à ses morts et à ses vaillants libérateurs, la division Leclerc et la première division française libre. »

20La double culture des Alsaciens-Lorrains s’exprime aussi par des inscriptions en allemand, dans les communes rurales, où le dialecte alsacien demeure jusqu’aux années 1960-1970 la langue de communication ordinaire, sinon unique, des habitants. Enfin, le latin est parfois utilisé : le mot « Pax » en lettres énormes attire aussitôt l’œil lorsqu’on se trouve face à l’obélisque de Barr ; il est plus discret à Colmar (fig. 5). Ce thème se retrouve avec la statue de la Paix du monument de Mulhouse.

Un culte civico-religieux

21Après 1918 se met en place un véritable culte, qui emprunte à la tradition à la fois civique (honorer des citoyens valeureux) et religieuse, puisque le clergé y prend toute sa place. Dans les villes, les cérémonies des années vingt et trente ne sont pas sans rappeler celles des cités grecques ou romaines, ou encore les fêtes civiques des communes du Moyen Âge. L’inauguration d’un monument se déroule selon une liturgie presque immuable. Sa date n’est en général pas choisie au hasard : le 11 Novembre à Spicheren (Moselle), par exemple. Elle est précédée d’une messe, puis d’une procession semi-religieuse (bannières de la paroisse et des sociétés catholiques d’une part) semi-profane (drapeau tricolore, mais aussi armoiries de la commune, bannières des associations d’anciens combattants, des pompiers, fanfare municipale, clubs sportifs d’autre part) comme aussi aux premiers temps de la Révolution de 1789 ou pendant celle de 1848. Les acteurs de la cérémonie et les spectateurs appartiennent eux aussi aux deux sphères : sous-préfet, maire de la commune et des communes voisines, curé et/ou pasteur, vétérans, autorités militaires, familles des victimes, notables, population. L’inauguration constitue un moment de communion dans le culte de la patrie et des chers morts confiés à la miséricorde divine.

Fig. 4. Monument aux morts de Mulhouse (Haut-Rhin). L’Alsace délivrée de ses chaînes par la victoire des poilus en 1918.
Photo de Ségolène de Vimal.

22Mais le culte du souvenir a eu ses ambiguïtés, surtout au cours de l’entre-deux-guerres. Dans les villes plus spécialement, les Alsaciens héros de la cause française apparaissent systématiquement sur le devant de la scène. Les vétérans de 1870, les engagés volontaires dans l’armée française, les médaillés militaires, les membres du Souvenir français, les anciens légionnaires sont les principaux personnages de ce « théâtre de la mémoire » dont les représentations les plus émouvantes ont lieu le 11 Novembre, le jour de l’anniversaire de l’entrée des troupes libératrices (22 novembre dans le cas de Strasbourg) ou le 14 Juillet. Est ainsi oblitéré le passé de l’écrasante majorité et exalté le sacrifice du petit nombre, replacé dans le cadre de celui de la nation tout entière. Ce choix, que le contexte de l’époque peut expliquer, présente l’inconvénient de culpabiliser ceux qui n’ont eu d’autre alternative que de se conformer au droit international, sous peine de mort.

23Dans les petites villes et les villages catholiques c’est surtout la fête consensuelle de la Toussaint, où coïncident culte civique et religion, qui reste le temps fort de l’année commémorative. Lorsque l’on honore les morts en ce jour, on se souvient avant tout de disparus familiers et non de soldats qui ont porté l’uniforme français ou l’allemand.

Haine et indifférence vis-à-vis des monuments

24La première contestation, radicale, de la mémoire commémorative fut le fait des nazis. Au cours de l’annexion de fait de l’Alsace-Moselle, de l’été de 1940 à l’automne de 1944 (ou même au début de l’année 1945 dans certaines contrées), les Allemands s’en sont pris un peu partout aux monuments qui rappelaient la présence française (ainsi, dans le Haut-Rhin, le poilu de Rouffach a été retiré de son socle, le monument de Thann a disparu). Ils ont en général démonté les Jeanne d’Arc (à Merlebach les habitants ont eux-mêmes enlevé la figure de la Pucelle afin de la préserver de la destruction). Leur vandalisme, qui a pris très souvent un caractère nettement antichrétien et bien entendu antifrançais et antirépublicain, a indirectement là aussi contribué à confondre les « deux France ». D’autres monuments ont été détruits ou endommagés par les combats. Ils portent ainsi dans leur « chair » les stigmates de l’histoire tourmentée de la région.

Fig. 5. Monument aux morts de Colmar (Haut-Rhin). Monument très martial, à l’antique, avec des faisceaux de licteurs, très fréquents sous la IIIe République, le tout adouci par le mot « Pax ».
Photo de Laetitia Maus-Vogelweith.

25Après la Seconde Guerre mondiale la plupart des monuments détruits ou « escamotés » ont été reconstruits ou remontés. La fin des années 1940 est somme toute assez comparable à celle du lendemain de la Grande Guerre : exaltation patriotique (assortie cette fois d’une campagne contre le dialecte alsacien avec le slogan : « C’est chic de parler français »), renouveau religieux. Certaines différences sont toutefois à noter : d’abord l’importance des victimes civiles, qui se répartissent en deux grandes catégories (les habitants tués dans les bombardements et les combats de 1940 et de 1943-1945 d’une part, les déportés et internés d’autre part) ; ensuite le cas particulier des « Malgré-nous », Alsaciens et Mosellans incorporés de force, au mépris du droit cette fois, dans l’armée allemande à partir de 1942, morts ou disparus sur tous les champs de bataille de l’Europe. Ces soldats sont eux aussi considérés comme des victimes de guerre, broyées par les implacables machines de mort nazie, mais aussi soviétique, car beaucoup sont décédés dans les camps russes, notamment celui de Tambov.

26Malgré le caractère quelque peu « hétéroclite » des listes des morts de 1939- 1945, conséquence d’une histoire encore plus complexe qu’en 1914-1918, le rituel préexistant continue de fonctionner pendant une vingtaine, voire une trentaine d’années. La date de la libération de la ville en 1944 ou 1945 se substitue simplement à celle de l’entrée des troupes françaises en 1918. Au 11 Novembre s’ajoute désormais le 8 Mai. Ces cérémonies continuent aujourd’hui, mais n’y assistent plus guère que les corps constitués, quelques fidèles anciens combattants et de rares membres plus jeunes de leur famille, des enfants des écoles, des curieux en petit nombre parfois. Partie intégrante du paysage urbain depuis si longtemps, le monument aux morts s’est fondu dans le décor. Il ne suscite plus en général qu’indifférence : les enfants jouent autour, les jeunes (ou moins jeunes) désœuvrés le fixent comme lieu de rendez-vous pour se retrouver ; il gêne parfois pour construire un parking, pour restructurer un centre-ville.

Les nouveaux lieux de mémoire

27Si le monument aux morts demeure donc, de nos jours encore, le lieu le plus clairement identifié de la mémoire des conflits des xixe et xxe siècles dans les communes d’Alsace et de Moselle comme ailleurs, les quelques constructions récentes ont des caractéristiques souvent assez différentes de celles des années vingt, ou même quarante et cinquante, bien que cette première époque ait déjà connu quelques variantes remarquables, comme le bas-relief du monument de Rosheim (Bas-Rhin) qui appelait à la réconciliation franco-allemande en figurant un poilu et un Feldgrau qui se tendaient la main (mais le soldat allemand n’était autre qu’un Alsacien dévoilant la cocarde tricolore qu’il cachait sous sa vareuse). L’heure n’est plus à l’exaltation de la France et de la République, mais à la commémoration de la jeunesse sacrifiée, vainqueurs et vaincus étant de plus en plus considérés comme victimes d’un même phénomène implacable. Les enjeux et le sens du combat sont oubliés, seules demeurent les souffrances endurées (dans l’un et l’autre camps) et la thématique récurrente de « l’inutilité de leur sacrifice ». À Lutterbach (Haut-Rhin), après la disparition du premier monument aux morts dans les rénovations qui ont suivi le bombardement en 1944 de la basilique du Sacré-Cœur (à l’intérieur de laquelle il se trouvait), la municipalité décide en 1988 d’ériger un groupe illustrant la prophétie d’Isaïe : « De leurs épées ils forgeront des socs de charrue. » Un artisan de grès rose empoigne le canon d’un char, émergeant d’un fatras d’armes diverses, et le transforme à coups de marteau en fleurs qui s’envolent vers le ciel. Nous sommes loin, ici, des monuments patriotiques d’autrefois.

28Les débats qui agitent la société française actuelle, notamment ceux qui concernent l’immigration et l’intégration des immigrés de l’ancien Empire colonial, rejaillissent aussi sur la politique mémorielle. Le 1er novembre 2000 est inauguré devant l’entrée du cimetière militaire de Strasbourg-Cronenbourg, à l’initiative notamment d’un conseiller municipal d’origine algérienne, le colonel (de réserve) Meliani, un monument en hommage aux troupes d’Afrique et d’outre-mer qui ont largement contribué à la libération de l’Alsace pendant la Seconde Guerre mondiale. Les rapatriés d’Algérie ont quant à eux fait élever un monument au cimetière civil de ce même quartier de Cronenbourg dès 1972 « à la mémoire des pionniers et soldats morts et disparus en Afrique du Nord et outre-mer ». Une cérémonie s’y déroule le 26 mars, anniversaire de la fusillade de la rue d’Isly à Alger en 1962. À partir de 1992 une autre est aussi organisée le 5 juillet pour commémorer le massacre de plusieurs dizaines de civils français à Oran par l’ALN (en 1962 également). Les descendants des uns et des autres réclament donc chacun une juste place pour « leur » mémoire au sein de « la » mémoire de la République, même lorsque leurs héritages apparaissent parfois antagonistes.

  • 9 Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 15 décembre 2006.

29Enfin, a été ouvert en juin 2005 dans la petite ville de Schirmeck le Mémorial d’Alsace-Moselle, consacré à l’histoire de la période qui court de 1870, date du début de la guerre franco-prussienne, à 1953, date du procès de Bordeaux des incorporés de force alsaciens dans la SS, contraints de participer au massacre d’Oradour-sur-Glane en 1944. Ce nouveau lieu de mémoire, largement subventionné par les acteurs locaux (communauté de communes de Schirmeck et environs, conseils généraux du Bas-Rhin, du Haut-Rhin, de la Moselle, conseil régional d’Alsace), entend faire connaître leur histoire aux Alsaciens-Mosellans (surtout à ceux des jeunes générations) et également la faire découvrir aux autres Français et aux étrangers de passage (notamment allemands). Un projet de construction, le long des allées qui conduisent au mémorial, de « mur de la mémoire », dans l’esprit de celui qui commémore à Washington les morts américains du Vietnam, est à l’étude. Il s’agirait de créer un lieu où les familles des plus de 40 000 incorporés de force alsaciens et mosellans de la Seconde Guerre mondiale morts ou disparus pourraient venir se recueillir9.

30En Alsace-Moselle comme dans le reste de la France la mémoire a connu de grandes mutations au cours des trente dernières années. Du fait de la désaffection croissante des jeunes générations pour les cérémonies civiques et de la déchristianisation qui a gagné aussi l’Alsace-Moselle bien que l’attachement au Concordat y demeure fort, le culte « national et chrétien » qui entourait les monuments aux morts des villes et villages a perdu une grande partie de sa force. Seule la Toussaint garde une certaine vigueur.

31Incontournables au cœur des communes, les monuments aux morts demeurent toutefois un symbole pour des Alsaciens et des Mosellans désireux de manifester leur enracinement à la fois local, national et, parfois, confessionnel. Ils expriment en effet la dualité et les particularités d’une histoire que beaucoup ne veulent pas oublier, même si elle a été depuis longtemps dépassée et même transcendée par la réconciliation franco-allemande et la construction de l’Europe, dont Strasbourg est l’une des capitales.

Notes

1 Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française, 1914-1939, 3, Mentalités et idéologies, Paris, 1977.

2 Annette Becker, Les monuments aux morts : patrimoine et mémoire de la Grande Guerre, Paris, 1988.

3 Philippe Rive, Monuments de mémoire. Les monuments aux morts de la Première Guerre mondiale, Paris, 1991.

4 Jacques Bouillon, Michel Petzold, Mémoire figée, mémoire vivante. Les monuments aux morts, Charenton-le-Pont, 1999.

5 Ulrich Päβler, Denkmalskult im Elsass. Formen Kollektiven Erinnerns nach dem Ersten Weltkrieg, Magisterarbeit, Albert-Ludwigs-Universität, Fribourg-en-Brisgau, 2001 et Id., « Les monuments aux morts et le culte du souvenir en Alsace après la Première Guerre mondiale », dans Jean-Luc Eichenlaub, Jean-Noël Grandhomme (dir.), Août 1942, l’incorporation de force des Alsaciens et des Mosellans dans les armées allemandes, Colmar, 2003, p. 35-42.

6 Marie-Noële Denis, « Monuments aux morts en Alsace. Entre mémoire et histoire », Revue des sciences sociales, 30, Les Cicatrices de la mémoire, 2003, p. 22-3 ; Id., « Les monuments aux morts de la Grande Guerre en Alsace. Un compromis avec l’histoire », dans Jean-Noël Grandhomme (dir.), Boches ou tricolores ? Les Alsaciens-Lorrains dans la Grande Guerre, Strasbourg, 2008, p. 363-382.

7 William Kidd, Les monuments aux morts mosellans, Metz, 1999.

8 Ne sont cités que les auteurs des monographies utilisées pour cet article : Abreschviller (François Mangeol) ; Adamswiller (Florence Lesot) ; Allenwiller (Camille Labadie) ; Altorf (Gilles Karcher) ; Altkirch (Amanda Lhéritier) ; Amnéville (Rui Henriques) ; Andlau (Claire Keller) ; Artolsheim (Carole Weiss) ; Audun-le-Tiche (Simone Kieffer) ; Avolsheim (Thomas Kieffer) ; Barembach (Judith Braesch) ; Barr (Mathilde Wiatr) ; Batzendorf (Sophie Cavalli) ; Benfeld (Marie-Pierre Drula) ; Bergheim (Justine Sauvage) ; Bischoffsheim (Jérôme Pénin-Rémy) ; Bischheim (Foued Bellahcene) ; Bischwiller (Cathy Clog, Anthony Kieffer) ; Blaesheim (Agathe Speisser) ; Bourg-Bruche (Claire Vendrame) ; Bouxwiller (Vincent Creutz) ; Colmar (Laetitia Maus-Vogelweith) ; Dambach-la-Ville (Élodie Boulanger) ; Dettwiller (Virginie Lecomte) ; Dieffenbach-lès-Woerth (Lucie Feig) ; Drulingen (Raphaël Lux) ; Erstein (Aline Fève) ; Eschbach (Caroline Larrive) ; Fouchy (Thomas Deetjen) ; Geispolsheim (Jérôme Gaudet) ; Gottenhouse (Julia Wencker) ; Griesheim-près-Molsheim (Julien Seidel) ; Guebwiller (Gilles Krugler) ; Gunstett (Geoffrey Baal-Bi-lisky) ; Gundershoffen (Marie Bich) ; Haguenau (Blandine Collet) ; Hayange (Céline Angeli) ; Herbsheim (Fabien Baumann) ; Hoerdt (Olivier Doebel) ; Huningue (Fanny Masset) ; Ingwiller (Isabelle Kummer) ; Jetterswiller (Romain Chaudeur) ; Kogenheim (Philippe Stoesslé) ; Krautergersheim (Caroline Kolb) ; Lampertheim (Estelle Garnier) ; Lauterbourg (Jean-François Michel) ; Lingolsheim (Guillaume Lang, Jonathan Peters) ; Lutterbach (Nicolas Froussart) ; Maizières-lès-Metz (Noëmie Kormann) ; Marlenheim (Aurélie Plaza) ; Marckolsheim (Houyem Dridi) ; Meistratzheim (Antonio Dos Santos) ; Merlebach (Hélène Michel) ; Mittelbergheim (Benoît Grandjean) ; Mulhouse (Ségolène de Vimal, Axel de Valence) ; Muttersholtz (Pierre Lo Vecchio) ; Mutzig (Émilie Renoir) ; Niederbronn-les-Bains (Thibaut Lenfant) ; Niederhaslach (Mathieu Breyel) ; Niedernai (Jérôme Ernewein) ; Ohnenheim (Delphine Adrian) ; Phalsbourg (Donnel Giansili) ; Puberg (Caroline Meyer) ; Quatzenheim (Agnès Leroux) ; Ranrupt (Adeline Mougeot) ; Reichshoffen (Julien Saint-Araille) ; Riedisheim (Rebecca Ledy) ; Riquewihr (Anne-Sophie Saettel) ; Rixheim (Pauline Guidemann) ; Romanswiller (Audrey Chesnel) ; Roppenheim (Caroline Mary) ; Rosheim (Laurence Burger) ; Rouffach (Ayan Gaglayan) ; Saales (Jonathan Peters) ; Saint-Louis (Jeannette Mehtali) ; Sainte-Marie-aux-Mines (Samuel Bréra) ; Sarreguemines-Neunkirch (Carole Griesmayer) ; Sarralbe (Yann Bodot) ; Sarrebourg (Malika Benkada, François-Luc Doyez, Anne Mialon) ; Sarreguemines (Sophie Will) ; Sarreguemines-Neunkirch (Carole Griesmayer) ; Saverne (Judith Zeller) ; Schiltigheim (Yasmine Hernandez) ; Schirmeck (Stéphanie Kauffmann, Audrey Roos) ; Sélestat (Céline Trau) ; Souffelweyersheim (Valentine Michon) ; Spicheren (Frédéric Albert) ; Stiring-Wendel (Jérôme Becker) ; Strasbourg-Cronen-bourg-ville (Marie-Annick Fontaine) ; Strasbourg-Cronenbourg (Elena Giallombardo, Mélanie Mahr) ; Thal-Marmoutier (Delphine Kuntz) ; Thann (Sandra Farey) ; Uttenheim (Véronique Rohmer) ; Vendenheim (Marie Kuhne) ; Vic-sur-Seille (Leïla Amrani) ; Villé (Stéphane Mauvilain) ; Wasselonne (Frédéric Fendrich) ; Wintzenheim (Jean-Jacques Minutti).

9 Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 15 décembre 2006.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Monument aux morts de Romanswiller (Bas-Rhin), écusson « RF » et drapeaux tricolores.Photo d’Audrey Chesnel.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/58527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 2. Monument aux morts de Stiring-Wendel (Moselle), combinaison de symboles antiques et de la croix latine. Un poilu en médaillon célèbre l’héroïsme des soldats de la République, qui ont rendu l’Alsace-Lorraine à la France.Photo de Jérôme Becker.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/58527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 3. Monument aux morts de Thionville (Moselle), obélisque à l’antique avec palme. Cohabitation entre la croix latine et la croix de guerre, instaurée par la République en 1915.Photo de Sandrine Bentz.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/58527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 4. Monument aux morts de Mulhouse (Haut-Rhin). L’Alsace délivrée de ses chaînes par la victoire des poilus en 1918.Photo de Ségolène de Vimal.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/58527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Fig. 5. Monument aux morts de Colmar (Haut-Rhin). Monument très martial, à l’antique, avec des faisceaux de licteurs, très fréquents sous la IIIe République, le tout adouci par le mot « Pax ».Photo de Laetitia Maus-Vogelweith.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/58527/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search