Version classiqueVersion mobile

La République et ses symboles

 | 
Évelyne Cohen
, 
Gérard Monnier

Temps et territoires

La mémoire héraultaise de la résistance au 2 décembre 1851 (1880-1940)

Fabien Nicolas

Texte intégral

  • 1 Déclaration d’Auguste Albertini au Congrès fédéral du Parti radical et radical-socialiste de janvie (...)

Si nous n’étions pas le noyau de la démocratie héraultaise, noyau solide et consistant, autour de quelle fraction de partis brisés et subdivisés pourrait se faire la réunion indispensable de tous les éléments républicains1 ?

  • 2 Serge Berstein, « Nature et fonction des cultures politiques », dans Serge Berstein (dir.), Les cul (...)

1Cette déclaration d’Auguste Albertini au Congrès fédéral du Parti républicain radical et radical-socialiste de 1934 met en évidence, pour le cas héraultais, la persistance de l’équation structurante : républicain égale radical-socialiste. La proximité des deux cultures politiques est certaine en termes d’adhésion et de défense de valeurs2, mais l’une se caractérise par sa culture de régime et l’autre par sa culture partisane.

  • 3 Frédéric Sawicki, « Les partis politiques comme entreprises culturelles », dans Daniel Cefaï (dir.) (...)
  • 4 Fabien Nicolas, Ressources privées et mobilisation politique : la construction du Parti républicain (...)
  • 5 Jean Sagnes, « L’idée républicaine en Languedoc de la Révolution au début du xxe siècle : l’exemple (...)

2Dans l’Hérault, les commémorations faites en l’honneur des républicains martyrs sont autant des célébrations du régime qu’une entreprise culturelle partisane3 en faveur de la Fédération républicaine, radicale, radicale-socialiste et socialiste. Ce parti revendique l’intégralité de l’héritage républicain et prend la posture d’un « parti du souvenir4 ». Il récupère alors le bénéficie de l’entreprise sociale et mémorielle en faveur des victimes du coup d’État du 2 Décembre qui est le référentiel de cette culture5.

  • 6 Fabien Nicolas (dir.), La grappe au poing. Les socialistes languedociens et la question viticole, N (...)
  • 7 Olivier Dedieu, « Bouffons du curé, camarades !!! La laïcité une matrice fondamentale de l’identité (...)

3C’est sans doute l’utilisation de ce souvenir qui permet aux radicaux-socialistes d’incarner le « Parti républicain » au détriment de leurs concurrents. De fait, le « culte républicain », à la différence d’autres valeurs importantes dans la société méridionale, comme la défense de la viticulture6 ou la ferveur laïque7, ne paraît pas être un enjeu dans la compétition qui oppose radicaux-socialistes et socialistes héraultais.

  • 8 Jean-Claude Richard, « Les monuments érigés dans l’Hérault en l’honneur des victimes du coup d’État (...)

4Le culte républicain structure l’espace public (dénomination de voies, édification de monuments)8. La célébration des héros, tout comme la diffusion d’allégories républicaines, répond bien à l’objectif d’enraciner la République et d’honorer ses martyrs afin de construire un espace public républicain. Pour autant, cette culture n’est pas forcément diffusée par les représentants du régime mais bien par ceux d’une organisation politique naissante, le Parti républicain radical et radical-socialiste. L’aspect partisan de la culture républicaine est mis en évidence tant par sa diffusion – axée autour de deux entrées, l’événement traumatique du 2 Décembre et de la mise en place de référents – que par ses diffuseurs (associations mémorielles, partis politiques, structures institutionnelles) et l’utilisation qui en est faite durant l’entre-deux-guerres.

Célébrer les républicains, défendre la République

  • 9 Serge Berstein, « La culture républicaine dans la première moitié du xxe siècle », dans Serge Berst (...)

5La culture républicaine est faite de « références au passé, d’exaltation de périodes historiques privilégiées, de fidélités aux textes sacrés, de grandes dates, de grands hommes, des pratiques politiques, juridiques, sociales et internationales. Cette culture fonde l’identité de la famille politique républicaine, constitue pour ses membres un élément de reconnaissance, possède un discours spécifique avec ses mots codés, joue comme un élément de communion pour ceux qui s’en réclament9 ».

  • 10 Jacques Kayser, « Le radicalisme des radicaux », dans Tendances politiques dans la vie française de (...)

6La culture politique radicale-socialiste admet pour référent principal les acquis de la Révolution et des régimes républicains. Cette culture politique se positionne par rapport au passé : « Le radical, héritier de la Révolution, a eu pour objectif principal d’abattre la contre-Révolution souvent camouflée mais toujours et activement menaçante, la contre-Révolution qui, dans un vocabulaire courant, est incarnée par les descendants des émigrés, les fils de chouans, la Congrégation, enfin par Rome. Lorsque le parti se constitue en 1901, les initiateurs du Comité d’action, dans leur circulaire aux futurs adhérents, se gardent bien d’offrir du “nouveau”10. »

  • 11 Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, postface de Gérard Namer, Paris, Albin Michel, (...)
  • 12 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, édition critique établie par Gérard Namer, Paris, Albin M (...)

7Selon Maurice Halbwachs, « il n’y a pas de mémoire possible en dehors des cadres dont les hommes vivant en société se servent pour fixer et retrouver leurs souvenirs11 », et la mémoire, loin d’être une expérience vécue des images du passé, enfouies dans l’individu, est une reconstruction rationnelle du passé faite à partir des éléments et des mécanismes actuellement présents dans la conscience du groupe. L’appropriation de cette « mémoire collective » est pour un parti politique sans aucun doute le gage d’une certaine pérennité électorale qui se construit à partir d’un « fondement commun12 ».

L’événement traumatique : la résistance au coup d’État du 2 Décembre

  • 13 Émile Appolis, « La résistance au coup d’État du 2 Décembre dans l’Hérault », Actes du 77e congrès (...)
  • 14 Gérard Cholvy, L’Hérault de la préhistoire à nos jours, Saint-Jean d’Angély, J.-M. Bordessoules, 19 (...)
  • 15 Édith Rozier-Robin, « Le souvenir du 2 Décembre dans la mémoire républicaine, 1868-1901 », Revue d’ (...)

8Au sujet des événements de décembre 185113, Gérard Cholvy note qu’« il a déjà été beaucoup écrit sur la résistance au coup d’État du 2 décembre 1851. Il s’agit d’une révolte du sentiment républicain et d’une action concertée reposant sur un tissu organisé de militants. L’économie, cette fois, ne joue qu’un rôle marginal14 ». Moins que l’événement lui-même, c’est sa réappropriation dans les luttes politiques de la deuxième moitié du xixe siècle et au cours du xxe siècle qui retient l’attention. « Une mémoire seulement faite de nostalgie immobilisée par le poids du passé est un feu vite consumé, sans lendemain. Actifs et entreprenants en cette fin de Second Empire, les républicains ont su éviter cet écueil ; ils utiliseront le souvenir du 2 Décembre, le mettront au service de leur projet politique. La République au combat va le prendre, le façonner, lui donner ses représentations et symboles, choisissant dans la masse d’images qui composent le souvenir global du coup d’État. Elle privilégiera presque exclusivement le thème de la défense du droit, de la loi, aux dépens de celui plus dynamique, plus créateur mais conflictuel, des luttes et des résistances populaires à l’entreprise bonapartiste. Mémoire institutionnalisée, officielle, et mémoires individuelles, militantes et contestataires, ne seront pas pour autant systématiquement opposées l’une à l’autre15. »

  • 16 Robert Ferras, « Les suites du coup d’État du 2 décembre 1851 dans un village du Biterrois : Capest (...)
  • 17 Gérard Cholvy, L’Hérault…, op. cit.
  • 18 Renaud Dorandeu, Faire de la politique. Contribution à l’étude des processus de politisation : l’ex (...)

9Cette résistance, loin d’être marginale dans le Biterrois16, est fondatrice d’identité : « En 1925, être fils ou petit-fils de déportés constituait un vrai titre de noblesse17. » Il s’agit de l’événement fondateur de la mémoire républicaine, perçu comme un véritable « traumatisme collectif18 ». Celui-ci n’est pas vécu et célébré uniformément sur le territoire.

  • 19 Édith Rozier-Robin, « Le souvenir du 2 Décembre… », art. cité, p. 12.

Pas plus que lors du vote de la loi de Réparation nationale de 1881, où les pouvoirs publics ne venaient en aide aux soldats de la République ou aux résistants mais aux victimes de l’arbitraire, exprimant ainsi leur « dette de reconnaissance », la Troisième République n’a eu le courage ou la générosité d’accepter que les hommages collectifs soient rendus à l’ensemble des victimes parisiennes, c’est-à-dire aussi bien aux « obscurs héros du droit », qu’aux combattants, militants et conscients, portés par un idéal politique et social19.

  • 20 Daniel Cordier, Jean Moulin, l’inconnu du Panthéon, t. 1, Une ambition pour la République, juin 189 (...)
  • 21 AD de l’Hérault, 3 M 1248, Rapport du commissaire spécial à Monsieur le préfet de l’Hérault, 17 avr (...)

10Cette résistance est honorée de façon monumentale ou par l’existence de sociétés regroupant les anciennes victimes, les « vétérans » comme la Société des victimes du 2 Décembre. Cette association se comporte dans la région de Béziers comme une coopérative d’entraide avant de devenir une structure creuset de la diffusion des idées et de la mémoire républicaines, notamment par l’organisation de conférences20. Cet événement est un marqueur politique fort. Lors des élections législatives de 1932, la Fédération radicale-socialiste de l’Hérault adopte une résolution venue du passé : « Tous les militants radicaux-socialistes sans distinction affirment leur volonté de faire triompher contre les forces unies de droites, le candidat républicain, prennent l’engagement de mener la bataille au seul cri de Rouges contre Blancs21. »

Le référent républicain dans l’espace public

  • 22 Maurice Agulhon, « Imagerie civique et décor urbain », dans Histoire vagabonde, t. 1, Ethnologie et (...)
  • 23 Patrick Laurens, « La figure de la République en place publique : emblème politique ou œuvre d’art  (...)
  • 24 Bernard Derrieu (dir.), Vingt monuments à la République en Languedoc-Roussillon, Paris, RMN, 1999.

11La démarche d’anthropologie historique conduite par Maurice Agulhon a mis en évidence l’importance de la statuaire urbaine dans cette culture22. Ces allégories sont autant des œuvres d’art que des emblèmes politiques23. La commune de Béziers possède plusieurs allégories républicaines, dont le monument dédié à Casimir Péret et aux victimes du 2 Décembre24 (fig. 1).

  • 25 Georges Fournier, « Diffusion des symboles républicains en Languedoc sous la Première République (1 (...)
  • 26 Rémy Pech, « Le culte de Marianne dans l’Aude », dans Maurice Agulhon (dir.), La Révolution vécue p (...)
  • 27 Jean-Pierre Vanderspelden, Injalbert, statuaire, 1845-1933, Béziers, édité par la municipalité, 199 (...)
  • 28 Andrée et Jean Piacère, « Les Marianne atypiques de l’Hérault », dans Maurice Agulhon, Annette Beck (...)
  • 29 Bernard Derrieu (dir.), Vingt monuments..., op. cit., p. 5.
  • 30 Luce Barlague, « Le monument Ferroul à Narbonne », dans Geneviève Gavignaud-Fontaine (dir.), Vignob (...)

12Ainsi, à côté du Panthéon national, se constitue peu à peu un Panthéon local attestant de l’identité républicaine revendiquée en Languedoc. Celle-ci s’enracine dès 178925et se diffuse tout au long du xixe siècle. La figure de Marianne y occupe une place prépondérante. Aude et Hérault sont parmi les départements les plus attachés à ce culte26. Le sculpteur biterrois Jean-Antoine Injalbert (1845-1933) est d’ailleurs l’auteur du « buste officiel » de la République qui est diffusé de 1890 à 193327. D’après l’étude d’Andrée et Jean Piacère, 50 des 341 communes de la vallée de l’Hérault et du Biterrois possèdent en 1914 une Marianne exposée au public28. Ce territoire a les mêmes caractéristiques que l’Aude. De même que celles d’Injalbert, les œuvres des sculpteurs Louis Paul (1854-1922) et Jacques Villeneuve29 (1865-1933) témoignent d’une adhésion « idéologique » à la République et d’une éducation républicaine, autant que d’un débouché commercial dû à l’initiative publique (communale) ou privée (associative). Dans le domaine politique, la statuaire honore également souvent les anciens maires30, faisant ainsi le lien entre défense du régime et légitimation des élus, majoritairement radicaux-socialistes.

Fig. 1. Béziers, Monument à Casimir Péret, aux morts et aux blessés du 4 décembre 1851, aux 3200 proscrits de l’Hérault, état originel et après 1878.
Photos Jean Piacère.

  • 31 Fabien Nicolas, « La place Jean-Jaurès à Béziers : une récupération radical-socialiste au temps du (...)

13La loi de Séparation offre aux municipalités républicaines et radicales-socialistes une nouvelle occasion d’affirmation, en leur permettant de déchristianiser le nom des rues. Ainsi la commission municipale de Béziers, dirigée par Paul Paget, qui entreprend en 1904 de laïciser les noms de celles qui ont un caractère religieux (catholique) trop marqué. Il y a bien cette volonté « d’expulser Dieu » (Etienne Dolet). Il faut également retenir la décision du conseil municipal de Béziers, qui, en 1938, honore la mémoire de Jean-Baptiste Perdraut, actif militant radical-socialiste et propagateur de la culture républicaine, et qui baptise une rue du nom d’André-Cadelard, victime du 2 Décembre. La municipalité d’Auguste Albertini récupère à son compte les deux héritages, celui de la résistance à Louis-Napoléon Bonaparte et celui des porteurs de sa mémoire. La politique de dénominations conduite par les différentes municipalités radicales-socialistes ne suscite aucune polémique. Elle s’inscrit dans un contexte national, comme l’illustre la désignation d’une place Jean-Jaurès, dans une logique cartelliste31.

Paul Paget : À Casimir Péret
Déjà la République/Sous le couteau de l’assassin,
Sur la barricade, héroïque, /Était tombé Baudin,
Ton cœur frémit devant le crime, /Tu jettes le suprême appel,
La révolte est l’acte sublime / Quand se courber est criminel.
Refrain
Gloire à ceux qui sont morts dans les fers, dans les larmes,
Dans la nuit d’un ciel étranger, /Dans la nuit d’un ciel étranger,
Gloire à ceux qui sont morts debout, en armes,
Pour la République en danger, /Pour la République en danger
Pour se venger la loi violée /À la voix bondit la Cité
Que peut une ville isolée/Quand Paris est déjà dompté ?
Offrir des poitrines aux balles /Et pour la gloire des bourreaux
Faire surgir des rouges dalles/L’éclair fauve des échafauds.
Refrain
Pour toi ce fut l’affreux martyre, /L’arrachement dans les sanglots
À ceux qu’on aime et qu’on déchire, /Puis les tortures des cachots,
Puis le voyage à fond de cale /Vers le pays des désespoirs,
Et puis l’évasion fatale, /La mort sombre au sein des flots noirs.
Refrain
Mais où sont les bourreaux sinistres/Et leurs infámes pourvoyeurs
Et l’empereur et ses ministres ?/Tous en páture aux fossoyeurs…
Toi, martyr de la sainte cause, /Sors vivant du gouffre fatal
Et prête pour l’apothéose/Ton front noble à ce piédestal.
Refrain
Pour celui qui passe et contemple/La fierté calme de tes traits
Sois la leçon et sois l’exemple ; / Grandis la haine des forfaits
De Bonaparte et de sa clique ; /Exalte en nos cœurs gros d’espoir
Notre amour pour la République /Et le sentiment du devoir.

14Les hommages aux anciens maires permettent d’assurer la continuité du pouvoir municipal et d’affirmer l’identité communale. Casimir Péret est le premier édile biterrois à être honoré. Au regard de son histoire particulière, il fait figure à Béziers d’« oikiste » républicain, d’exemple pour tous ses successeurs. Paul Paget écrit une chanson le comparant au député Baudin. Les nouvelles dénominations de voies peuvent alors être considérées comme une manifestation du culte républicain. Celui-ci a besoin d’être renforcé par une symbolique extérieure, éphémère ou pérenne, caractérisant une véritable liturgie politique :

  • 32 Marc Abélès, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, Odile (...)

La représentation politique est un phénomène qui prend tout son sens dans la durée. « Parler politique », c’est d’une façon ou d’une autre se situer par rapport à certains clivages qui remontent à une époque déjà éloignée et dont les traces ne sont pas toujours effacées (la Révolution, la séparation de l’Église et de l’État, la Résistance)32.

La célébration républicaine au prisme de la culture partisane

  • 33 Serge Berstein, « Symbolique et politique : nature et fonction des symboles partisans », dans Mauri (...)
  • 34 Raymond Huard, Le mouvement républicain en Bas-Languedoc, 1848-1881, Paris, Presses de la FNSP, 198 (...)

15Les symboles républicains intègrent l’espace public grâce aux différents instruments de propagande. L’affirmation de cette symbolique n’est pas seulement la mise en place d’une culture politique de régime. Dans l’Hérault, elle incarne la primauté du Parti républicain radical et radical-socialiste, comme l’atteste l’affiliation partisane de ses promoteurs. Ce phénomène repose sur une double cause : l’absence de symbolique partisane avant 191433 et l’image du Parti républicain, portée en Languedoc par les radicaux-socialistes34. Celle-ci peut être comprise comme un syncrétisme ou une instrumentalisation.

Les promoteurs des célébrations

  • 35 Antoine Moulin, Un républicain martyr, Casimir Péret, Montpellier, Imprimerie Causse, 1937, p. 5.
  • 36 Bernard Derrieu (dir.), Vingt monuments..., op. cit., p. 23.
  • 37 « Casimir Péret », L’Union républicaine, organe de la démocratie de l’Hérault, 23 mars 1907.
  • 38 Archives du musée des Beaux-Arts de Béziers, dossier « Monument Péret » : « L’Insurgée », poésie de (...)

16En 1901, le président de la section de la Ligue des droits de l’homme de Béziers, Antoine Moulin, entreprend une démarche pour la réhabilitation de la mémoire d’Abel Cadelard et Joseph Laurent35. La souscription lancée en 1905 pour la création du monument dédié à Casimir Péret et aux victimes du 2 décembre 1851 est consécutive à cette action36. L’initiative associative privée est relayée par les pouvoirs publics locaux. Les élus s’investissent individuellement. Le maire de Béziers, Émile Suchon, est le président du Comité du monument à Casimir Péret37, tandis que le conseiller général, Paul Paget est l’auteur d’œuvres commémoratives38. L’inauguration du monument magnifie le souvenir républicain :

  • 39 « Les fêtes républicaines pour l’inauguration du Monument érigé en l’honneur de Casimir Péret et de (...)

[…] les journées des 23 et 24 mars [1907] resteront inoubliables dans les annales de la démocratie biterroise, car elles ont été comme une résurrection des jours de luttes et de danger où nos ancêtres avaient à combattre toutes les forces réactionnaires coalisées39.

  • 40 Fabien Nicolas, « Le boulangisme viticole en 1907 : un unanimisme de crise ? Une arme au service de (...)

17Antoine Moulin, Paul Paget, mais également Jean-Antoine Injalbert, agissent de pair pour la défense du régime républicain et la promotion du radicalisme, symbiose qui n’est pas remise en cause lors de la révolte des viticulteurs en 190740. D’autres réseaux moins circonscrits au Biterrois sont actifs. La Marianne d’Injalbert est présente dans de nombreuses mairies grâce à l’action du secrétaire d’État aux Beaux-Arts, Henri-Charles Dujardin-Beaumetz, qui a permis sa diffusion nationale en en faisant don aux communes qu’il visitait.

  • 41 Jean-Marie Guillon, « Une histoire sans légende ? La résistance au coup d’État du 2 décembre 1851 » (...)
  • 42 « L’Hérault dressé contre le coup d’État », Bulletin du GREC, 111/113, 2e semestre 2002, p. 5-76.

18L’initiative de promoteurs associatifs ou militants est la plus commune. Un même modèle d’action préside à la création de trois monuments à la mémoire des victimes de 1851, à Barjols dans le Var (1906), à Cres dans la Drome (1910) et aux Mées dans les Basses-Alpes (1913)41. Toutefois, le cas de Barjols diffère quelque peu de celui de Béziers. L’association est fondée à l’instigation du conseiller général socialiste Octave Vigné, qui reçoit le soutien de l’ensemble des parlementaires radicaux et socialistes, dont le sénateur Victor Méric, lui-même fils d’un insurgé. Il s’agit bien là de promouvoir et d’honorer une histoire collective. La commune de Neffies réalise un monument en 1902 à l’initiative du maire Émilien Sauris et de son conseil municipal42. Entreprise partisane et action publique sont jointes. La double responsabilité des promoteurs de ces entreprises de commémoration rend difficile le but de ces initiatives. Sont-elles des hommages ? Sont-elles des marqueurs d’espace dans la compétition interne au parti républicain ? Dans le cas de l’Hérault, la majorité des promoteurs de ces entreprises sont des membres ou des proches du Parti radical qui est en phase d’institutionnalisation et de structuration. C’est sans doute la difficulté de lire de telles initiatives en raison principalement du statut de leurs promoteurs, généralement des élus, et dans l’Hérault des membres ou des proches du Parti radical en train de s’institutionnaliser. Appartenance et responsabilité multiples ne doivent pas masquer l’entreprise partisane de dénomination de l’espace public. Le cas d’Antoine Moulin, le père de Jean Moulin, est à ce titre exemplaire. Conseiller municipal puis conseiller général de Béziers, il est une des personnes ressources du réseau laïque biterrois, véritable proto-parti puis association radicale. En 1931, au moment où il perd son mandat de conseiller général au profit d’Émile Suchon, il publie une biographie de Casimir Péret. Les mandats se partagent entre les promoteurs de la célébration républicaine.

Syncrétisme ou instrumentalisation ?

19Ce fait signifie-t-il un certain syncrétisme dans ces actes de célébrations ? Ceux-ci obéissent-ils à un modèle d’action : création d’une association, lancement d’une souscription, adhésion des autorités municipales et réalisation d’un monument.

  • 43 In Memoriam, Alphonse Mas, s. l. s. d., non paginé.
  • 44 Denis Rouquette, « L’inauguration du monument à Alphonse Mas, ancien maire de Béziers. Une initiati (...)

20Le cas de la dernière démarche conduite en l’honneur de l’ancien maire Alphonse Mas est intéressant. Cet élu n’a pas été membre du Parti républicain radical et radical-socialiste. L’initiative du monument qui lui est dédié revient pourtant à Antoine Moulin, élu radical-socialiste43, lequel meurt quelques jours seulement avant l’inauguration. La cérémonie devient de fait un hommage à la mémoire des deux élus44, le temps de la célébration de Mas rejoignant celui du recueillement en faveur de Moulin. Il s’agit alors d’une manifestation du souvenir, interne à la ville de Béziers mais aussi à la famille radicale-socialiste biterroise.

  • 45 Anonyme, « Discours de Maître Jean Roque, notaire, au nom de la famille », dans In Mémoriam, Alphon (...)
  • 46 Delphine Dulong, « Mourir en politique : le discours politique des éloges funèbres », Revue françai (...)
  • 47 « Casimir Péret », art. cité.
  • 48 « Les obsèques de Monsieur Castelbon de Beauxhostes », Le Petit Méridional, 11 novembre 1934.
  • 49 Archives municipales (AM) de Béziers, 1 J 14, Obsèques officielles de personnalités (1890-1933) : H (...)
  • 50 AM de Béziers, Q 28, Fêtes de Charité (1924-1925 ; 1935), Année 1935 : A.É. Suchon [?], Hommage de (...)
  • 51 « Les fêtes républicaines... », art. cité.
  • 52 Fabien Nicolas, « Le patronage laïque municipal de Béziers, une œuvre de jeunesse de la IIIe Républ (...)
  • 53 Delphine Dulong, « Mourir en politique... », art. cité, p. 645.
  • 54 Raymond Huard, « Le centenaire de 1789 et les origines du parti radical : la fédération de 1 889 », (...)

21La symbiose entre les deux corps est affirmée. L’intervention de Jean Roque illustre cette imbrication : « Moulin, que ses amis ont toujours trouvé près d’eux dans les bonnes et surtout dans les mauvaises heures, ne s’est jamais éloigné d’Alphonse Mas lorsque le sort lui était contraire. Homme de devoir et de désintéressement, son amitié était d’autant plus vive et d’autant plus manifeste qu’il n’avait rien à attendre de ceux à qui il la donnait45. » L’aspect laudatif est consubstantiel à ce type d’événement46. Ainsi, en d’autres temps, Casimir Péret était qualifié de « commerçant irréprochable et de républicain irréductible47 », et Ferdinand de Castelbon de Beauxhostes, de « bienfaiteur de la cité48 ». Ce culte du souvenir républicain à travers les personnalités locales est plus ou moins intense. Henri Pech a droit à des obsèques officielles car il est décédé durant son mandat, de même qu’Émile Suchon49, auquel on rend à nouveau hommage au moment de la pose de son buste face à la sous-préfecture50. L’emplacement souligne la cohésion entre l’élu local et le régime politique qu’il a servi. Il y a un cérémonial municipal très rythmé, dont l’apothéose a lieu lors des manifestations d’inauguration. Après le lancement d’une souscription publique vient le jour de l’inauguration à laquelle assistent, au côté des « corps constitués », les délégations des associations républicaines. En 1907, ce sont celles « du Sou des écoles laïques, du Comité de l’association de l’amicale des anciens élèves des écoles laïques, de la section des Jeunesses laïques de France, du groupe ni Dieu ni Maître » qui sont représentées51. Ces associations républicaines servent ainsi de forces supplétives à la démonstration municipale. En votant chaque fois une « somme de 100 francs » pour les souscriptions en faveur respectivement d’Émile Suchon et d’Alphonse Mas, les Patronages communaux laïques mettent en évidence l’institutionnalisation de la nébuleuse laïque au profit du parti52. Ce dernier tente de récupérer la pérennité du mandat au moment de l’éloge posthume en ne faisant aucune distinction entre la fonction et la personne53. Il instrumentalise la cérémonie en la transformant en une fête politique de régime, en une manifestation partisane. Ce phénomène de récupération, s’il n’est pas nouveau54, renforce le processus d’implantation sociétal de l’organisation partisane.

  • 55 AD de l’Hérault, 3 M 1808 : Élections au Conseil d’Arrondissement de Béziers II, 1913, bulletins nu (...)

22Célébrer la République, c’est enraciner le radicalisme ! La récupération de la culture républicaine par la culture partisane radicale témoigne d’un engagement de Marianne. Pour autant, la célébration des héros, tout comme la diffusion d’allégories républicaines, répond à l’objectif d’enraciner la République en honorant ses martyrs. Cette culture n’est pas diffusée uniquement par les représentants du régime républicain mais surtout par ceux d’une organisation politique naissante, le Parti républicain radical et radical-socialiste. La symbiose est totale, comme l’atteste ce bulletin d’un électeur biterrois en 1913 : « Je vien a complir mon devoir de citoyen comme républicain, mon vote va à un Radical mais non a un autre partit55. »

Notes

1 Déclaration d’Auguste Albertini au Congrès fédéral du Parti radical et radical-socialiste de janvier 1934, citée dans le Petit Méridional, 8 janvier 1934.

2 Serge Berstein, « Nature et fonction des cultures politiques », dans Serge Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, Seuil, 1999, p. 7-31.

3 Frédéric Sawicki, « Les partis politiques comme entreprises culturelles », dans Daniel Cefaï (dir.), Cultures politiques, Paris, Puf, 2001, p. 191-211.

4 Fabien Nicolas, Ressources privées et mobilisation politique : la construction du Parti républicain radical et radical-socialiste à Béziers (1901-1939), thèse en science politique, sous la direction de Paul Alliés, université Montpellier I, 2004, p. 474-490.

5 Jean Sagnes, « L’idée républicaine en Languedoc de la Révolution au début du xxe siècle : l’exemple de Béziers », dans Roger Bourderon (dir.), Saint-Denis ou le jugement des Rois, Saint-Denis, PSD, 1993, p. 425-435.

6 Fabien Nicolas (dir.), La grappe au poing. Les socialistes languedociens et la question viticole, Nîmes, Éditions Champ Social, 2007.

7 Olivier Dedieu, « Bouffons du curé, camarades !!! La laïcité une matrice fondamentale de l’identité du socialisme méridional », dans Cyril Gisper, Fabien Nicolas (dir.), Partis et cultures politiques en Languedoc. Sociologie historique du phénomène partisan méridional au xxe siècle, Nîmes, Lacour éditeur, 2008, p. 157-190.

8 Jean-Claude Richard, « Les monuments érigés dans l’Hérault en l’honneur des victimes du coup d’État de 1851 », dans Roland Andréani, Marianne Leuillez (dir.), De la Révolution au coup d’État (1848-1851). Les répercussions des événements parisiens entre Alpes et Pyrénées, Montpellier, Presses de l’université Paul-Valéry, 2000, p. 237-259.

9 Serge Berstein, « La culture républicaine dans la première moitié du xxe siècle », dans Serge Berstein, Odile Rudelle (dir.), Le modèle républicain, Paris, Puf, 1992, p. 171-172.

10 Jacques Kayser, « Le radicalisme des radicaux », dans Tendances politiques dans la vie française depuis 1789, Paris, Hachette, 1960, p. 65-88, ici 74.

11 Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, postface de Gérard Namer, Paris, Albin Michel, 1994 [1925], p. 79.

12 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, édition critique établie par Gérard Namer, Paris, Albin Michel, 2002 [1950], p. 63 : « Il ne suffit pas de reconstituer pièce à pièce l’image d’un événement passé pour obtenir un souvenir. Il faut que cette reconstruction s’opère à partir de données ou de notions communes qui se trouvent dans notre esprit aussi bien que dans ceux des autres, parce qu’elles passent sans cesse de ceux-ci à celui-là et réciproquement, ce qui n’est possible que s’ils ont fait partie et continuent à faire partie d’une même société. Ainsi seulement, on peut comprendre qu’un souvenir puisse être à la fois reconnu et reconstruit. »

13 Émile Appolis, « La résistance au coup d’État du 2 Décembre dans l’Hérault », Actes du 77e congrès des sociétés savantes tenu à Grenoble, Paris, Fédération des sociétés savantes, 1952, p. 487-502 ; Léo Loubère, « The emergence of the extreme-left in lower Languedoc, 1848-1851 », American Historical Review, 4 avril 1968, p. 1019-1051 ; Maurice Agulhon, Jean Sagnes, Claire Toreilles, Raymond Huard, « Quarante-huitards et déportés. Les républicains de l’Hérault au milieu du xixe siècle », Études sur Pézenas et l’Hérault, vol. XII, 1981.

14 Gérard Cholvy, L’Hérault de la préhistoire à nos jours, Saint-Jean d’Angély, J.-M. Bordessoules, 1993, p. 353.

15 Édith Rozier-Robin, « Le souvenir du 2 Décembre dans la mémoire républicaine, 1868-1901 », Revue d’histoire du xixe siècle, 1, 1985, p. 2 (consultable sur : rh19.revues.org).

16 Robert Ferras, « Les suites du coup d’État du 2 décembre 1851 dans un village du Biterrois : Capestang », Béziers et le biterrois, XLIIIe congrès (Béziers, 30-31 mai 1970), Montpellier, Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, 1971, p. 370-374.

17 Gérard Cholvy, L’Hérault…, op. cit.

18 Renaud Dorandeu, Faire de la politique. Contribution à l’étude des processus de politisation : l’exemple de l’Hérault, de 1848 à 1914, thèse en science politique, sous la direction de Dominique Rousseau, université Montpellier I, 1992, p. 154-156.

19 Édith Rozier-Robin, « Le souvenir du 2 Décembre… », art. cité, p. 12.

20 Daniel Cordier, Jean Moulin, l’inconnu du Panthéon, t. 1, Une ambition pour la République, juin 1899- juin 1936, Paris, J.-C. Lattès, 1989, p. 316.

21 AD de l’Hérault, 3 M 1248, Rapport du commissaire spécial à Monsieur le préfet de l’Hérault, 17 avril 1932.

22 Maurice Agulhon, « Imagerie civique et décor urbain », dans Histoire vagabonde, t. 1, Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Paris, Gallimard, 1988 (tiré de la revue Ethnologie française, V/1, 1975), p. 101-136.

23 Patrick Laurens, « La figure de la République en place publique : emblème politique ou œuvre d’art ? », dans Maurice Agulhon, Annette Becker, Évelyne Cohen (dir.), La République en représentations. Autour de l’œuvre de Maurice Agulhon, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 97-110.

24 Bernard Derrieu (dir.), Vingt monuments à la République en Languedoc-Roussillon, Paris, RMN, 1999.

25 Georges Fournier, « Diffusion des symboles républicains en Languedoc sous la Première République (1792-1804) », dans Maurice Agulhon (dir.), Cultures et folklores républicains, actes du colloque Les marques républicaines dans la culture populaire en France, Paris, Éditions du CTHS, 1995, p. 19-32.

26 Rémy Pech, « Le culte de Marianne dans l’Aude », dans Maurice Agulhon (dir.), La Révolution vécue par la province. Mentalités et expressions populaires en Occitanie, Béziers, Centre international de documentation occitane, 1990, p. 27-43 ; Andrée et Jean Piacère, « Les Marianne de l’Hérault et leurs places dans l’histoire », Bulletin du groupe de recherches et d’études démontais, 74-75, juin 1995.

27 Jean-Pierre Vanderspelden, Injalbert, statuaire, 1845-1933, Béziers, édité par la municipalité, 1991, p. 38.

28 Andrée et Jean Piacère, « Les Marianne atypiques de l’Hérault », dans Maurice Agulhon, Annette Becker, Évelyne Cohen (dir.), La République en représentations…, op. cit., p. 89-95.

29 Bernard Derrieu (dir.), Vingt monuments..., op. cit., p. 5.

30 Luce Barlague, « Le monument Ferroul à Narbonne », dans Geneviève Gavignaud-Fontaine (dir.), Vignobles du Sud, xvie-xxe siècle, actes du colloque du 21 mars 2001, Montpellier, Presses de l’université Paul-Valéry, 2003, p. 397-412.

31 Fabien Nicolas, « La place Jean-Jaurès à Béziers : une récupération radical-socialiste au temps du Cartel des Gauches », La grappe au poing..., op. cit., p. 103-118.

32 Marc Abélès, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, Odile Jacob, 1988, p. 351.

33 Serge Berstein, « Symbolique et politique : nature et fonction des symboles partisans », dans Maurice Agulhon, Annette Becker, Évelyne Cohen (dir.), La République en représentations..., op. cit., p. 43-47.

34 Raymond Huard, Le mouvement républicain en Bas-Languedoc, 1848-1881, Paris, Presses de la FNSP, 1982.

35 Antoine Moulin, Un républicain martyr, Casimir Péret, Montpellier, Imprimerie Causse, 1937, p. 5.

36 Bernard Derrieu (dir.), Vingt monuments..., op. cit., p. 23.

37 « Casimir Péret », L’Union républicaine, organe de la démocratie de l’Hérault, 23 mars 1907.

38 Archives du musée des Beaux-Arts de Béziers, dossier « Monument Péret » : « L’Insurgée », poésie de Paul Paget, dite par Camille Mars à l’inauguration du monument à Casimir Péret et aux Victimes du Deux-Décembre 1851, 24 mars 1907, Béziers, Imprimerie J.-B. Perdraut, s. d.

39 « Les fêtes républicaines pour l’inauguration du Monument érigé en l’honneur de Casimir Péret et des Victimes du Deux-Décembre 1851 », L’Union républicaine, organe de la démocratie de l’Hérault, 25 mars 1907.

40 Fabien Nicolas, « Le boulangisme viticole en 1907 : un unanimisme de crise ? Une arme au service des ennemis de la République ? », dans L’Aude et la vigne : cent ans de passion, Carcassonne, Archives départementales, conseil général de l’Aude, 2008, p. 171-185.

41 Jean-Marie Guillon, « Une histoire sans légende ? La résistance au coup d’État du 2 décembre 1851 », dans Patrick Cabanel, Anne-Marie Granet-Abisset, Jean Guibal (dir.), Montagnes, Méditerranée, mémoires. Mélanges offerts à Philippe Joutard, Aix-en-Provence/Grenoble, Presses de l’université de Provence/Musée dauphinois, 2002, p. 265-273. Le département est celui des Alpes de Haute-Provence aujourd’hui.

42 « L’Hérault dressé contre le coup d’État », Bulletin du GREC, 111/113, 2e semestre 2002, p. 5-76.

43 In Memoriam, Alphonse Mas, s. l. s. d., non paginé.

44 Denis Rouquette, « L’inauguration du monument à Alphonse Mas, ancien maire de Béziers. Une initiative d’Antonin Moulin », Études sur l’Hérault, supplément aux volumes 30 à 32,1999-2001, numéro spécial Jean Moulin, le plus illustre des Héraultais, 1899-1943, p. 81-86.

45 Anonyme, « Discours de Maître Jean Roque, notaire, au nom de la famille », dans In Mémoriam, Alphonse Mas, op. cit.

46 Delphine Dulong, « Mourir en politique : le discours politique des éloges funèbres », Revue française de science politique, 44/4, août-septembre 1994, p. 620.

47 « Casimir Péret », art. cité.

48 « Les obsèques de Monsieur Castelbon de Beauxhostes », Le Petit Méridional, 11 novembre 1934.

49 Archives municipales (AM) de Béziers, 1 J 14, Obsèques officielles de personnalités (1890-1933) : Henri Pech (1913), Émile Suchon (1932), Jean-Baptiste Injalbert (1933).

50 AM de Béziers, Q 28, Fêtes de Charité (1924-1925 ; 1935), Année 1935 : A.É. Suchon [?], Hommage de Béziers, signé par Marius Michamp.

51 « Les fêtes républicaines... », art. cité.

52 Fabien Nicolas, « Le patronage laïque municipal de Béziers, une œuvre de jeunesse de la IIIe République au service du radicalisme », Études sur l’Hérault, 35, 2004-2005, p. 125-138.

53 Delphine Dulong, « Mourir en politique... », art. cité, p. 645.

54 Raymond Huard, « Le centenaire de 1789 et les origines du parti radical : la fédération de 1 889 », dans Le xixe siècle et la Révolution française, Paris, Créaphis, 1992, p. 129-147.

55 AD de l’Hérault, 3 M 1808 : Élections au Conseil d’Arrondissement de Béziers II, 1913, bulletins nuis.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Béziers, Monument à Casimir Péret, aux morts et aux blessés du 4 décembre 1851, aux 3200 proscrits de l’Hérault, état originel et après 1878.Photos Jean Piacère.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/58492/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search