Version classiqueVersion mobile

La République et ses symboles

 | 
Évelyne Cohen
, 
Gérard Monnier

Enjeux politiques

La France libre et les symboles républicains

Jean-Louis Crémieux-Brilhac

Texte intégral

1Les quatre années de la France libre – 1940-1944 – sont singulières dans l’histoire de la symbolique républicaine. Car le mouvement militaire que de Gaulle crée à Londres commence par rejeter tout ce qui relève du politique au point d’occulter le terme même de République et d’effacer tout symbole républicain. Son chef manifeste toutefois bientôt par ses actes la volonté d’instituer une amorce de gouvernement ; pas à pas, il reconstitue les structures d’un Etat qui s’imposera face au gouvernement de Vichy et rassemblera la Résistance intérieure en renouant progressivement avec la tradition républicaine et en remettant en honneur des symboles républicains. Évolution où des démocrates sourcilleux verront une ambiguïté d’autant plus redoutable que de Gaulle exerce une autorité quasi exclusive sur la France libre initiale, que celle-ci crée son propre emblème, la croix de Lorraine et promeut la date du 18 juin comme un symbole patriotique puissamment personnalisé.

  • 1 Cf. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre, Paris, Gallimard, 1996.

2Ainsi l’usage d’emblèmes et de symboles par la France libre est inséparable d’une évolution idéologique et politique où s’enchaînent trois phases : la phase essentiellement militaire du mouvement (juin 1940-septembre 1941), celle du « virage démocratique » aboutissant à l’affirmation d’une France combattante républicaine (1941-1943), et celle de la « République française d’Alger » (1943-1944)1.

3La progression se manifeste sur deux registres : le registre oratoire, celui des discours du général de Gaulle qui préludent souvent aux inflexions de la ligne politique à venir, et le registre des institutions et de la propagande, où la reconstruction de l’État ira de pair avec la résurgence de la République.

La symbolique des mots : un mouvement militaire non dépourvu d’ambiguïté

4C’est en tant que seul ministre en liberté de la IIIe République que de Gaulle se présente à Churchill le 17 juin 1940. Ce titre est, au regard de l’allié britannique, le fondement premier de ce qu’il appellera plus tard sa légitimité, lui qui au regard de la loi française est à compter du 18 juin un déserteur et un rebelle. Ce n’est pourtant pas en tant que continuatrice de la IIIe République que se définit la France libre initiale, au contraire. Le mouvement s’affirme exclusivement patriotique et militaire. N’ayant pu constituer un Comité national, de Gaulle doit se contenter d’être « le Chef des Français libres qui poursuivent la lutte aux côtés des Britanniques » et l’accord qu’il conclut avec Churchill le 7 août se borne à définir le statut d’une « force française », même s’il prétend parler au nom de la France (fig. 1).

5Dès ces premières semaines, la devise républicaine la plus symbolique, « Liberté, Égalité, Fraternité », se trouve au cœur de débats qui divisent les Français réfugiés en Grande-Bretagne. Le 14 juillet 1940 est l’objet à Londres d’une célébration patriotique sans manifestation républicaine particulière, alors pourtant que quatre jours plus tôt un vote à Vichy a supprimé en France la République. Trois cents volontaires en uniforme défilent sous les acclamations. Pour la circonstance, un journal intitulé Quatorze Juillet a été imprimé et mis en vente. Ce 14 Juillet londonien ne veut être que « le symbole de la nation unie qui voit défiler ses régiments et défiler ses drapeaux », y précise de Gaulle. La publication s’inscrit néanmoins dans la continuité républicaine : sous le titre s’étale la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » et en milieu de page figure une photographie de la colonne de la Bastille avec pour légende : « Le Génie de la Bastille ».

6Mais dès les semaines suivantes, la devise républicaine est mise au rang. Le 19 juillet débute à 20 h 25 sur les ondes de la BBC l’émission quotidienne de cinq minutes de « temps libre » que Churchill a fait attribuer à de Gaulle. Celui-ci en a confié la responsabilité à son porte-parole Maurice Schumann, qui en fait précéder l’annonce de la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ». De Gaulle lui prescrit de remplacer « la devise de nos mairies par la devise de nos drapeaux, Honneur et Patrie ». L’émission sera jusqu’à la Libération « l’émission Honneur et Patrie ».

7Cet effacement de la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » répond à l’opinion que l’on prête à Londres aux Français de France dont tout indique qu’ils rejettent un régime responsable du désastre. Il répond tout autant au sentiment majoritaire de la première génération des volontaires de la France libre, hostiles à tout ce qui rappelle le fonctionnement de la IIIe République, ses pompes, ses fautes et ses hommes, et dont certains exècrent la démocratie. Cette prédominance d’une mentalité parfois ouvertement réactionnaire n’empêche pas de Gaulle de vouloir son mouvement œcuménique à l’image de la France. Et il y a en effet parmi ses premiers compagnons une petite pléiade d’hommes profondément attachés aux valeurs de la République. Le plus représentatif est le professeur de droit René Cassin, grand blessé de la guerre de 1914, président de l’Association fédérale des Anciens Combattants, qui passera à juste titre pour un des pères de la France libre. Le commandant des Forces navales, l’amiral Muselier, le porte-parole Maurice Schumann, le seul parlementaire du mouvement, P.O. Lapie, le gouverneur du Tchad Eboué, bientôt promu au Gouvernement général de l’Afrique équatoriale, sont des démocrates avérés.

Fig. 1. Message du général de Gaulle aux nouveaux volontaires débarquant en Grande-Bretagne. Londres, 1941-1943, 21 x 31 cm.
Archives de la Fondation Charles de Gaulle, ref CB 09.

8La répudiation de la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » ne va pas sans remous. Elle confirme certains Français de Londres dans l’idée que de Gaulle est un nouveau général Boulanger. Le ministère de l’information britannique s’en inquiète. Dans ses instructions du 27 novembre et du 4 décembre 1940, il insiste sur la nécessité de « réintroduire Liberté, Égalité, Fraternité dans les programmes radiophoniques du général de Gaulle » ou d’y introduire comme un leitmotiv le troisième vers de La Marseillaise : « Liberté, liberté chérie, combats avec tes défenseurs. » De Gaulle fera la sourde oreille.

9La devise n’est toutefois pas oubliée des Français libres de par le monde. France Forever, l’association américaine de soutien à la France libre, et les comités de la France libre en Amérique latine la mettent couramment en exergue (fig- 2). À Londres même, les Français de Grande-Bretagne la retrouvent sous le titre du quotidien qu’ils lisent tous, France, créé en août 1940 sur financement britannique par une petite équipe socialiste non ralliée à la France libre, très réservée à son égard et bientôt radicalement hostile. De Gaulle a fourni l’article de tête du premier numéro de France et son Quartier général souscrit un nombre d’abonnements qui s’élèvera en 1942-1943 à 2 000 exemplaires.

10À partir de novembre 1940, « Liberté, Égalité, Fraternité » s’étale de même sur la couverture de la revue La France libre, créée également sur financement britannique par deux Français Libres qui prendront leurs distances à l’égard du mouvement, André Labarthe et Raymond Aron, ce qui n’empêche pas les services français libres de souscrire autour d’un millier d’exemplaires de chaque livraison.

11Faut-il pourtant que la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » passe pour explosive ? Le jour de la sortie du premier numéro de France, un officier du Quartier général téléphone au directeur du journal, Comert, pour lui demander d’abandonner ce sous-titre et en février 1941, le colonel de Larminat télégraphie de Brazzaville afin que la devise honnie disparaisse de la couverture de La France libre, ce à quoi de Gaulle lui répond qu’il s’agit d’une revue privée.

12Républicaine, antirépublicaine la direction du mouvement français libre ? Les ambiguïtés se renforcent au lendemain de la rencontre de Pétain et Hitler à Montoire, quand de Gaulle publie le 16 novembre 1940 à Brazzaville une Déclaration organique justifiant « le devoir sacré qu’il assume de diriger l’effort français dans la guerre ». La Déclaration mêle la phraséologie quasi monarchique d’un chef charismatique et une argumentation juridique fondée sur les textes constitutionnels de la IIIe République :

Au nom du Peuple et de l’Empire français,
Vu la loi du 15 février 1872 relative au rôle éventuel des Conseils généraux dans des circonstances exceptionnelles ;
Vu les lois constitutionnelles des 25 janvier, 16 juillet et 2 août 1875 et 14 août 1884,
Vu notre prise de pouvoir dans les territoires libres de l’Empire français,
Nous Général de GAULLE CHEF DES FRANÇAIS LIBRES,
Déclarons…

13Le considérant central de la Déclaration ne vaut pas moins d’être mentionné :

Considérant que, malgré les attentats commis, la Constitution reste légalement en vigueur, que, dans ces conditions, tout Français, et notamment tout Français Libre, est dégagé de tout devoir envers le gouvernement de Vichy, issu d’une parodie d’Assemblée nationale, faisant fi des Droits de l’Homme et du Citoyen et du droit de libre disposition des peuples...

14Ces références juridiques, le rappel des Droits de l’homme et du citoyen et l’affirmation que la Constitution reste légalement en vigueur peuvent passer pour un acte de foi républicaine. Mais le mot « République » n’est pas mentionné et ce texte capital demeure quasiment clandestin car Churchill, soucieux de ménager Pétain, en interdit la diffusion, et il n’est reproduit malgré le veto churchillien que dans le premier numéro du Journal officiel de la France libre dont le tirage est confidentiel. De sorte que pendant plus d’un an le seul mot d’ordre de la France libre est celui de Clemenceau : « Nous faisons la guerre, rien que la guerre, toute la guerre. » Et jusqu’au milieu de 1941, des ordonnances du général de Gaulle sont introduites par le « Nous » de majesté, tandis que les circulaires internes écrivent le mot « chef » avec une majuscule.

15Le Général préfère l’équivoque à l’engagement politique. Quand son directeur des affaires politiques Dejean télégraphie en juillet 1941 un texte définissant à l’intention de la presse américaine les rapports entre la France libre et la démocratie, il met le holà :

Si nous proclamions simplement que nous nous battons pour la démocratie, nous obtiendrions peut-être des éloges du côté américain, mais nous perdrions beaucoup sur le tableau français qui est le principal. La masse française confond pour le moment le mot démocratie avec le régime parlementaire tel qu’il fonctionnait chez nous avant la guerre. Nos propres partisans, quelle que soit leur origine politique, et surtout nos combattants en sont convaincus dans leur immense majorité. Ce régime est condamné par les faits et dans l’opinion publique.

Le virage démocratique (automne 1941-été 1943)

16C’est seulement à l’automne 1941 que de Gaulle se sent assez fort pour amorcer ce qu’on a appelé son « virage démocratique ». Le 24 septembre 1941, il transforme la nature avant tout militaire du mouvement en constituant un Comité national apte à faire figure de contre-pouvoir face à Vichy. Ici encore, une incertitude demeure. L’ordonnance créant le Comité mentionne la République dont « la Constitution et les lois ont été violées », mais elle a pour seul objet de mettre les autorités de la France libre « en mesure d’exercer, en fait et à titre provisoire, les attributions normales des pouvoirs publics », étant spécifié que les ordonnances promulguées « par ces Autorités de fait seront obligatoirement et dès que possible soumises à la ratification de la représentation nationale ».

Fig. 2. Bulletin du service d’information à New York du Comité français de la Libération nationale. Publié en octobre 1943, alors que Giraud est encore coprésident du CFLN, il atteste par sa présentation l’inspiration française libre de l’équipe de rédaction.
Archives de la Fondation Charles de Gaulle, ref CB 11.

17Dans son discours du 15 novembre 1941, de Gaulle annonce clairement le virage démocratique du mouvement en remettant en honneur la devise républicaine jusqu’alors bannie. Il en fait, de pair avec « Honneur et Patrie », un des deux slogans de la France libre :

Nous disons Liberté-Égalité-Fraternité parce que notre volonté est de rester fidèles aux principes démocratiques que nos ancêtres ont tirés du génie de notre race et qui sont l’enjeu de cette guerre pour la vie et la mort.

18Il complétera progressivement sa pensée jusqu’à sa conférence de presse du 27 mai 1942 avec laquelle le mot « République » acquiert enfin droit de cité :

Moi-même et l’immense majorité des Français dont je connais l’opinion, sommes tout à fait résolus à recouvrer intégralement la souveraineté nationale et la forme républicaine de gouvernement. […] La démocratie se confond exactement, pour moi, avec la souveraineté nationale. La démocratie, c’est le gouvernement du peuple par le peuple, et la souveraineté nationale, c’est le peuple exerçant sa souveraineté sans entrave.

19Et le 25 juin, il rend publique la Déclaration qu’il a remise le 28 avril précédent au chef du mouvement Libération-Nord, Christian Pineau, programme des buts de guerre et charte sur la base de laquelle les mouvements de résistance et le parti socialiste se rallieront à lui. « Nous voulons que l’idéal séculaire de “Liberté, Égalité, Fraternité” soit désormais mis en pratique chez nous », y affirme-t-il en renouvelant sa volonté de rendre la parole au peuple français, ce qui toutefois ne signifie nullement de sa part l’intention de restaurer à l’identique la IIIe République parlementaire qu’il condamne presque à l’égal de Vichy.

20Un autre terme est nouveau dans la Déclaration aux mouvements, c’est le mot « révolution » : « Le peuple français, tandis qu’il s’unit pour la victoire, s’assemble pour une révolution », qui devra être politique, économique et sociale. Le mot « révolution », employé par de Gaulle en l’année du cent cinquantième anniversaire de la proclamation de la Première République, est bien perçu comme un signal fort à l’adresse de la gauche résistante et aussi de l’Union soviétique dont il recherche l’appui. Il le répétera maintes fois en 1942 et 1943 pour le mettre en veilleuse en 1944 à Alger lorsqu’il découvrira la montée communiste en métropole. Ainsi le 15 novembre 1942, au lendemain du débarquement américain en Afrique du Nord et de l’investiture de l’amiral Darlan à Alger :

La nation ne connaît plus de cadres que ceux de sa libération, comme dans sa grande Révolution, elle n’acceptait plus de chefs que ceux du salut public.

21Après la publication de la Déclaration aux mouvements de résistance, le mois de juillet 1942 marque sans équivoque possible l’insertion républicaine de la France libre dans la filiation de 1789. Le numéro du 14 juillet 1942 de l’hebdomadaire français libre, tout nouvellement créé à Londres qui a pour titre La Marseillaise glorifie Bir Hakeim comme le nouveau Valmy, célèbre la fête de la Fédération, les cent cinquante ans du chant de La Marseillaise et la fidélité aux Droits de l’homme (fig. 3).

Fig. 3. Affichette gommée, Maurice Van Moppès, dessinateur, 18 x 21 cm. Imprimée à Londres par les services du commissariat national à l’Intérieur, cette affichette était parachutée en France à l’intention de la Délégation générale clandestine, 1942-1943.
Archives nationales, ref CB 15.

22Le 14 juillet 1942 associe par la volonté de la France libre le 14 Juillet dans le monde au souvenir de 1789 comme au cent cinquantenaire de 1792. Sur l’initiative de Jean Moulin et après huit jours d’appels de la BBC, la zone non occupée connaît les plus importantes manifestations de rue de la période de guerre. Les patriotes ont été invités à manifester à l’occasion de « la fête de la liberté » en pavoisant et en se rassemblant sur la plus grande place des dix plus grandes villes de France « et partout ailleurs, dans les artères qui portent le nom de la République ». La manifestation est massive, en particulier à Lyon et à Marseille.

23À New York, un discours de de Gaulle est retransmis de Londres au cours du meeting de masse organisé à l’occasion du « Bastille Day » et du cent cinquantième anniversaire de La Marseillaise.

Du Bulletin officiel des forces françaises libres au Journal officiel de la République française

24Un changement plus que symbolique accompagne ces innovations : Le Journal officiel de la France libre devient en août 1942 le Journal officiel de la France combattante et au-dessus du titre apparaissent les mots : « République française ».

25Déjà l’institution d’un Journal officiel de la France libre se substituant, en janvier 1941, au Bulletin officiel des forces françaises libres manifestait, a pu écrire le juriste Louis Favoreu, « la volonté politique autant que juridique de créer et de mettre en place un gouvernement légitime de la France ». Qui plus est, il avait repris la présentation et la typographie du Journal officiel de la IIIe République, avec sous le titre la mention Lois et décrets tandis que le dispositif des ordonnances et décrets nouveaux mentionnait les références aux textes législatifs ou réglementaires en vigueur avant 1939.

26René Cassin, secrétaire du Conseil de défense de l’Empire, puis commissaire à la Justice et responsable du nouveau Journal officiel, aura veillé durant toute la période londonienne de la France libre à ce que les formes, procédures juridiques et pratiques administratives de celle-ci soient aussi conformes que possible à celles de la République.

27Le triomphe de la République est assuré lorsque se constitue à Alger le 3 juin 1943, aux conditions fixées par la France combattante, un Comité français de la libération nationale (CFLN) sous la coprésidence des généraux de Gaulle et Giraud.

28L’union ainsi réalisée est l’aboutissement d’une longue crise. En novembre 1942, les Américains ayant débarqué en Afrique du Nord y ont intronisé l’amiral Darlan, dauphin du maréchal Pétain et ex-Premier ministre de Vichy. De Gaulle lui a opposé « les justes lois de la légitime République ». Après la disparition de Darlan, c’est de même le retour aux principes de la République qu’il a posé comme condition à l’union avec Giraud, à commencer par l’abolition de la législation de Vichy et le retour à la légalité républicaine en Afrique du Nord et en Afrique occidentale.

29À partir de ce 3 juin 1943 qui voit créer le CFLN, la républicanisation effective de la vie politique et administrative est un des enjeux de la lutte qui se poursuit à Alger jusqu’à l’éviction de Giraud et qui se prolongera jusqu’à la Libération. Des historiens pourront sans abus parler de la « République française d’Alger ». Quatre innovations éclatantes en témoignent, qui joignent le symbolique à l’institutionnel :

  • Le journal officiel qui publie l’ordonnance portant institution du Comité de la libération nationale s’intitule journal officiel de la République française, avec cette précision apparemment contradictoire : « Soixante-quinzième année, n° 1 ». Une note de bas de page explique que « l’union des forces et des terres françaises se fait sous le signe de la continuité républicaine. […] La numérotation nouvelle marque cependant le début d’une nouvelle époque ».

  • Une Assemblée consultative provisoire est instituée. Sa séance inaugurale
    a lieu le 3 novembre 1943. Le cérémonial, le fonctionnement et les procédures de l’Assemblée sont ceux des assemblées parlementaires de la IIIe République et un Supplément au journal officiel de la République française publie le compte rendu analytique de ses débats. Toutes les réformes imposées par de Gaulle et les siens vont dans le même sens, ainsi l’appellation de commissaires de la République attribuée aux préfets de région des zones libérées.

  • Le 3 juin 1944, suite à un vœu de l’Assemblée consultative, le CFLN s’érige d’autorité en Gouvernement provisoire de la République française.

  • Enfin, le 9 août 1944 est promulguée une ordonnance sur le rétablissement de la légalité républicaine en France libérée qu’a préparée René Cassin et dont l’Assemblée consultative amende l’article premier pour lui donner la rédaction suivante :

La forme du gouvernement de la France est et demeure la République. En droit, celle-ci n’a jamais cessé d’exister.

30Cette rédaction valide a posteriori le caractère républicain de la France libre depuis son origine. Elle permettra à de Gaulle, le soir de la libération de Paris, de répliquer aux résistants qui veulent proclamer la République : « Non. Elle n’a jamais cessé d’exister. »

Emblèmes, images et symboles figuratifs : la croix de Lorraine et la résurgence des emblèmes républicains

31La France libre s’est singularisée en usant conjointement de deux séries d’emblèmes : la croix de Lorraine (de laquelle on peut rapprocher le signe V) et la devise « Honneur et Patrie », puis, attestant le « virage démocratique », les emblèmes républicains que sont, outre la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » ou son condensé LEF, les figurations de la République et le monogramme RF.

32La croix de Lorraine est de loin l’emblème le plus répandu dans la vie, les cérémonies et les productions graphiques de la France libre. C’est sous le signe de la croix de Lorraine que les volontaires entrent en France libre (fig. 1).

33Adoptée par l’amiral Muselier pour distinguer ses bateaux de guerre de ceux de Vichy et choisie par opposition symbolique à la croix gammée, elle figure non pas sur le drapeau national, mais sur le pavillon de beaupré des navires FNFL, puis sur les carlingues des avions, sur les chars de Leclerc, sur les insignes d’une partie des personnels militaires et sur la croix de la Libération, la décoration créée par de Gaulle, et sur les publications des comités français libres à travers le monde. Elle est le symbole identitaire par excellence, patriotique et combattant. Elle est très vite connue et répandue en France et jusque dans les camps de prisonniers en Allemagne. Elle est là aussi un signe de reconnaissance et, à partir de 1942, le symbole de l’unification résistante sous l’égide de de Gaulle. Elle n’accédera toutefois pas à la dignité d’emblème vraiment national et restera la marque d’un mouvement patriotique lié à l’action et à la mémoire du général de Gaulle et des Français libres.

34Le V n’est français que par adoption. Systématiquement diffusé par la BBC, il a bénéficié d’un immense succès en France où il s’est propagé avec une ampleur qui en a fait le signe de la première manifestation de masse contre l’occupant. Marque d’espérance, il semble qu’il ait été perçu comme ayant une connotation démocratique. Il n’y aurait pas lieu de le mentionner s’il n’avait été adopté à partir de juin 1943 par de Gaulle pour saluer les foules en levant les bras en signe de V, s’il n’avait été associé aux cérémonies de la victoire et s’il n’avait figuré le 4 septembre 1958 place de la République, derrière de Gaulle, emblème victorieux et chiffre de la nouvelle République, lors du discours au cours duquel il en a présenté la Constitution (fig. 2).

35Pour ce qui est des emblèmes républicains, aussi remarquable que leur réapparition est le fait que la croix de Lorraine leur est presque constamment associée. Les publications des comités de la France libre dans le monde accompagnent leur retour en honneur s’ils ne l’ont pas précédé : la carte de France, timbrée des initiales RF, ancrée sur la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » et flanquée de la croix de Lorraine offre un jumelage maintenant fréquent.

36Des images féminines incarnant la République réapparaissent, généralement sous la forme guerrière de la Marseillaise de Rude. Dès le milieu de 1942, il n’est plus question pour la France libre londonienne de représenter la France autrement que comme Marianne coiffée du bonnet phrygien (fig. 3).

37La remise en place des bustes de la République, concomitante avec le rétablissement de la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » a lieu en premier lieu à Saint-Pierre-et-Miquelon, archipel de peuplement intégralement français, rallié au moment de Noël 1941. En Algérie, en décembre 1942, au lendemain de la disparition de l’amiral Darlan, le buste de la République est réinstallé dans la mairie de Blida ; le retour des bustes s’étendra lentement, au gré de municipalités souvent pétainistes, et c’est seulement après l’installation de de Gaulle à Alger qu’elle s’accélérera, en même temps que disparaîtront les portraits du Maréchal.

Les timbres-poste

38Il se pourrait bien que ce soit les timbres-poste émis par la France libre qui éclairent le plus sûrement son évolution du militaire au politique.

39Dans chaque territoire rallié, on a commencé par apposer une surcharge sur les timbres préexistants. La décision d’émettre des timbres nouveaux est prise par de Gaulle lui-même, au plus tard fin novembre 1940. Elle va de pair avec l’ordonnance organique dénonçant l’inconstitutionnalité de l’État de Vichy. Ils seront la marque d’un autre pouvoir régalien.

  • 2 Cf. Yvert et Tellier, Catalogue de timbres, 1, Colonies françaises, Amiens, 2006.

40Deux séries de timbres sont émises successivement pour chaque territoire, l’une pour la poste ordinaire avec 14 valeurs de couleurs différentes pour chaque modèle, l’autre pour la poste aérienne2. Ils sont l’œuvre du remarquable graveur toulousain naturalisé anglais Edmond Dulac. Outre la mention « France libre » et le nom du territoire, ces timbres associent la croix de Lorraine et les initiales RF, tantôt disposées symétriquement, tantôt accolées ou entremêlées.

41Les timbres destinés à l’Afrique équatoriale et au Cameroun (fig. 4) sont émis les premiers, avant la fin de 1941, ce qui implique que la décision d’y faire figurer le monogramme RF a été prise au plus tard en septembre 1941, alors que le général de Gaulle ne s’est pour la première fois réclamé publiquement de la République que six mois plus tard, le 27 mai 1942. Il est vrai que l’en-tête République française n’avait pas cessé de figurer sur le Journal officiel de l’Afrique équatoriale française, ralliée dès le 28 août 1940. Le fait n’est pas moins remarquable : il conduit à compléter et à nuancer la chronologie du « virage démocratique ».

Fig. 4. Premier timbre-poste émis par la France libre, Londres, novembre ou décembre 1941 ; graveur Edmond Dulac.
Musée de la Poste, Paris, réf CB 21.

42En Algérie, qui se retrouve dans le camp allié en novembre 1942, les timbres reflètent l’évolution politique. Une première série de timbres, commandée en 1943 sous le proconsulat de Giraud, représente la Marseillaise de Rude avec les mentions « Postes Algérie » et la devise de Giraud : « Un seul but, la victoire » ; un autre modèle où figure un V sur des drapeaux porte les mentions : « Postes Algérie. Pour la victoire. » Tout change en 1944 après la prise de pouvoir par le seul de Gaulle : une nouvelle série de timbres imprimée à Londres représente un coq assorti du monogramme RF et de la croix de Lorraine.

43En France même, après l’installation du Gouvernement provisoire à Paris, les timbres à l’effigie de Pétain disparaissent, on surcharge un Mercure de 1942 des initiales RF, mais très vite deux séries nouvelles de timbres illustrent à la fois la restauration de la République et le triomphe de la croix de Lorraine : c’est d’abord un écusson tricolore où la croix de Lorraine est encadrée par les lettres R et F, et très vite la série dite des Marianne de Londres. Commandée avant même la Libération, elle présente un profil féminin au bonnet phrygien maintenant pacifique que surmontent le monogramme RF et la croix de Lorraine (fig. 5).

Fig. 5. Timbre-poste, Marianne, fin 1944-1945 ; graveur Edmond Dulac. Premier timbre à l’effigie de Marianne commandé à Londres et émis par le Gouvernement provisoire présidé par le général de Gaulle, fin 1944-1945.
Musée de la Poste, Paris, réf YT 693.

44Mais une Marianne chasse l’autre : après la démission du général de Gaulle, la Marianne de Dulac sera remplacée par une Marianne plus traditionnelle dépourvue de croix de Lorraine.

La sacralisation du 18 Juin

45Si toute une histoire politique se recompose de 1940 à 1944 à travers le jeu complexe de disparition et d’apparition de la devise « Liberté, Égalité, Fraternité », puis dans la réapparition du RF et dans son jumelage avec la croix de Lorraine, il est un autre apport plus durable du gaullisme à notre symbolique politique, à savoir l’adjonction à celle-ci de la date du 18 Juin.

46On s’est souvent étonné de l’assurance avec laquelle de Gaulle s’est targué en 1958 d’incarner depuis trente ans la légitimité française. Fa légitimité dont il s’est ainsi prévalu s’était substituée à celle qu’il avait revendiquée en 1940 comme représentant du dernier gouvernement de la IIIe République et c’est bien l’appel du 18 Juin qui en aura été la source. L’adhésion de la Résistance organisée, puis le sacre parisien du 26 août 1944 n’avaient fait que la lui confirmer.

47Par sa volonté, par son autorité grandissante, puis du fait de son retour au pouvoir en 1958, l’appel du 18 Juin aura été un acte doublement fondateur : à la fois fondateur de la Résistance au sens le plus large du terme, et acte fondateur d’un régime qui est aujourd’hui le nôtre. Telle a été en effet la force du mythe créé par lui que dans l’esprit de la majorité des Français d’aujourd’hui, la Ve République procède non pas du « 2 Décembre sans coup d’État » de mai 1958, mais du 18 juin 1940.

48L’historien des représentations mentales se doit de rappeler que la promotion du 18 Juin a été l’œuvre précocement et méthodiquement voulue du général de Gaulle.

49Du texte de l’appel, il a voulu faire un monument intangible, alors que l’on sait aujourd’hui que le texte prononcé à la radio différait sensiblement du texte officiellement reproduit et connu.

50Quant à la célébration anniversaire, le rituel s’en instaure dès 1941 et sera repris et amplifié d’année en année jusqu’en 1945, lorsque le 18 juin tombe six semaines après la fin des hostilités en Europe. Il est l’occasion d’une immense célébration qui n’aura pu se comparer qu’au défilé de la victoire de 1919. Maurice Agulhon en a rappelé les fastes et la liesse :

Triomphe par les conditions mêmes de son ambiguïté et de l’attente populaire, […] célébration à la fois des Forces françaises libres et des Forces de l’intérieur, […] modèle nouveau de commémoration en un espace parisien, […], commémoration essentiellement gaulliste : la croix de Lorraine s’inscrit dans le ciel des Champs-Élysées pour couronner le défilé.

51Et sur la façade de l’Hôtel de Ville devant lequel se déroulera la cérémonie officielle est de même disposée une ornementation haute de deux étages où la croix de Lorraine est entourée des mots « Liberté, Égalité, Fraternité » (fig. 5).

52L’ambiguïté que voit Maurice Agulhon dans la mise en gloire de la croix de Lorraine ne sera vraiment perçue qu’a posteriori. Elle se révèlera dans la mesure où des résistants de l’intérieur et notamment les communistes refuseront ouvertement de se reconnaître dans la croix de Lorraine, dans la mesure aussi où il deviendra clair que la République à croix de Lorraine n’est pas la République que veulent les partis politiques. Mais en ce 18 Juin de victoire, l’ambiguïté semble n’avoir été guère ressentie, tant est vive la gratitude de la nation envers le libérateur.

53Même après sa démission, l’édification du mythe se poursuit. Le 18 juin 1946 et désormais chaque année, le général de Gaulle va ranimer la flamme au mont Valérien. Revenu au pouvoir, c’est le 18 juin 1960 qu’il inaugure au mont Valérien le Mémorial dédié tant aux morts de la France libre qu’à ceux de la Résistance. Et en l’an 2000, le 18 juin est choisi pour inaugurer aux Invalides le musée de la Seconde Guerre mondiale et du général de Gaulle.

54André Philip n’avait pas tort d’affirmer aux Français d’Algérie le 6 juin 1943, au lendemain de la constitution du CFLN : « Je pense que dans l’histoire de notre pays le 18 Juin va rester une date aussi mémorable que celle où fut proclamée la Déclaration des droits de l’homme. »

55Le 18 Juin fait en effet partie désormais de notre patrimoine. Symbole du patriotisme et de l’énergie nationale comme le 11 Novembre, il est implicitement devenu en tant qu’acte refondateur de la République une des dates symboliques du calendrier républicain.

Notes

1 Cf. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre, Paris, Gallimard, 1996.

2 Cf. Yvert et Tellier, Catalogue de timbres, 1, Colonies françaises, Amiens, 2006.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Message du général de Gaulle aux nouveaux volontaires débarquant en Grande-Bretagne. Londres, 1941-1943, 21 x 31 cm.Archives de la Fondation Charles de Gaulle, ref CB 09.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/58432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 2. Bulletin du service d’information à New York du Comité français de la Libération nationale. Publié en octobre 1943, alors que Giraud est encore coprésident du CFLN, il atteste par sa présentation l’inspiration française libre de l’équipe de rédaction.Archives de la Fondation Charles de Gaulle, ref CB 11.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/58432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 3. Affichette gommée, Maurice Van Moppès, dessinateur, 18 x 21 cm. Imprimée à Londres par les services du commissariat national à l’Intérieur, cette affichette était parachutée en France à l’intention de la Délégation générale clandestine, 1942-1943.Archives nationales, ref CB 15.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/58432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 4. Premier timbre-poste émis par la France libre, Londres, novembre ou décembre 1941 ; graveur Edmond Dulac.Musée de la Poste, Paris, réf CB 21.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/58432/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 5. Timbre-poste, Marianne, fin 1944-1945 ; graveur Edmond Dulac. Premier timbre à l’effigie de Marianne commandé à Londres et émis par le Gouvernement provisoire présidé par le général de Gaulle, fin 1944-1945.Musée de la Poste, Paris, réf YT 693.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/58432/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteur

Jean-Louis Crémieux-Brilhac, historien, directeur honoraire de La Documentation française

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search