Version classiqueVersion mobile

La discontinuité critique

 | 
Jean-Paul Hubert

Première partie. La représentation de l’organisation géographique

Chapitre premier. Espace et objectivité géographiques

Texte intégral

  • 1 Gracq (Julien), Liberté grande, Paris, Librairie José Corti, 1946, Œuvres complètes, Paris, Bibliot (...)

« Gêné que je suis toujours, sur les lisières d’une ville où cependant il serait pour nous d’une telle séduction de voir par exemple les beaux chiendents des steppes friser au pied même de l’extravagante priapée des gratte-ciel, déçu par le dégradé avilissant, la visqueuse matière interstitielle des banlieues, et, sur les plans, leurs cancéreuses auréoles, je rêve depuis peu d’une Ville qui s’ouvrît, tranchée net comme par l’outil, et pour ainsi dire saignante d’un vif sang noir d’asphalte à toutes ses artères coupées, sur la plus grasse, la plus abandonnée, la plus secrète des campagnes bocagères. »1
(Julien Gracq, Pour galvaniser l’urbanisme.)

Le sujet face à l’organisation géographique du monde

  • 1 Sauf indication contraire, le mot « expérience » est toujours pris dans son sens le plus général d’ (...)

1Commençons par une évidence : le monde qui nous entoure est divers. Il n’y a probablement pas d’expérience1 plus commune que d’observer, au cours d’un voyage par exemple, des différences qualitatives (indépendamment de tout jugement de valeur) dans l’environnement tel qu’il a été perçu à différents moments de ce déplacement. Cette expérience humaine est tellement banale qu’elle en paraît universelle et trans-historique. Il s’agit d’en faire une base de départ pour la réflexion. L’homme n’évolue pas à la surface de la Terre comme s’il s’agissait d’une pure étendue. Au cours de ses mouvements, sa perception de l’espace change. Néanmoins, le changement n’est pas aléatoire et fréquemment les qualités d’espace peuvent être associées à des lieux déterminés, c’est-à-dire à des positions sur la Terre. L’espace d’évolution de l’homme est organisé de façon à ce qu’il puisse y trouver les moyens de réaliser des projets, seul ou collectivement. L’individu s’y repère grâce à des représentations par lesquelles les éléments de cette diversité empirique du monde sont mis en rapport et prennent du sens.

2A contrario, pour que cet espace d’évolution puisse être considéré comme pure étendue, il faudrait que la diversité des paysages n’ait aucune stabilité : que personne ne puisse construire à partir des différences qualitatives qu’il perçoit une représentation structurée de leur disposition dans l’espace. Or ce n’est pas le cas. Chacun peut constater une relative stabilité de ses trajectoires sur la terre malgré certaines modifications du paysage au cours du temps, ce qui est la preuve d’une organisation de l’espace englobant l’activité des individus.

3La diversité du monde est aussi à la base d’une activité scientifique : celle de la géographie. Elle en est à la fois la motivation, en éveillant la curiosité des géographes, et la matière de leur connaissance. La géographie cherche à comprendre les différences qualitatives observables en différents lieux de la Terre, ainsi que les solidarités qui les unissent et permettent leur articulation dans l’espace. A cette fin, elle doit rassembler ces observations et reconstituer leur disposition relative dans un espace non subjectif.

4Le projet de connaissance de la géographie témoigne ainsi d’une volonté de penser la diversité du monde habité par l’homme d’une façon cohérente. Pour réaliser ce projet, le géographe quitte une représentation en série des différences qualitatives dans l’espace (telles qu’on peut en construire au cours d’un voyage où ces différences apparaissent successivement). Il construit des représentations spatiales qui lui permettent de penser ces différences simultanément et de les mettre en rapport (ce qui présuppose la stabilité de leur disposition relative).

5Le but est de trouver dans les représentations spatiales des objets géographiques opposables au sujet qui perçoit cette diversité où il évolue. Par définition, l’objet est supposé exister indépendamment de sa représentation, mais sa connaissance est toujours conditionnée par les moyens de description. En ce qui concerne les objets de la géographie, on constate que les descriptions doivent à la fois détailler le mécanisme concret du fonctionnement de l’organisation spatiale, et faire apparaître la forme qui est le cadre spatial des mécanismes et la manifestation de leur solidarité.

6Deux modes de représentation peuvent ainsi être séparés pour l’analyse : l’un privilégie le mécanisme interne de l’organisation spatiale, l’autre sa morphologie. Nous appellerons le premier « représentation en système », le second « représentation en structure ». Nous proposons de comparer la façon dont ces modes peuvent exprimer la réalité et l’objectivité des organisations géographiques, en d’autres termes : comment ils conditionnent la réflexion et l’élaboration d’une connaissance scientifique sur ces objets.

Les organisations géographiques en tant que systèmes

7Les objets de la géographie humaine occupent une partie de la surface terrestre et rassemblent les diverses manifestations de la présence des êtres humains qui s’y trouvent. Par les proximités spatiales, les liaisons techniques et les solidarités sociales, il se forme des systèmes dynamiques. Les interactions entre les parties dépendent de leurs positions relatives empiriques définies par les conditions de circulation et l’existence de pôles. Ce type de représentation contient certains présupposés.

8La stabilité des organisations géographiques est une condition de leur étude. Une observation approfondie doit permettre de s’en assurer et d’en comprendre la cause. La masse des réalisations humaines sur une portion donnée de la Terre, le nombre d’individus ayant sur cette portion des droits de propriété (par exemple dans le découpage des parcelles) confèrent une plus ou moins grande inertie à ces organisations. Mais elles sont des systèmes dynamiques. De nombreuses circulations de biens, de personnes, d’informations, etc., s’y produisent et modifient la composition de leur substrat naturel et humain. L’inertie n’explique pas seule leur perpétuation. En posant la stabilité dans le temps des organisations géographiques comme condition de possibilité d’une démarche scientifique, on est aussi conduit à envisager une certaine finalité associée à la pérennité des systèmes. C’est en référence à un système stable posé comme un tout qu’on peut considérer théoriquement que certaines parties ont une fonction (par exemple : une fonction de marché ou de centre de production). C’est aussi en référence à un tel système que des matières naturelles situées en certains lieux sont désignées comme des ressources utiles à son fonctionnement. Fonctions et ressources n’ont de sens que relativement au mode d’existence de l’organisation géographique et en vue de sa préservation.

9Pour étudier de tels objets, on doit chercher à comprendre dans quelle mesure les actions des êtres humains contribuent à la pérennité de ces systèmes. On est conduit à étudier les pratiques sociales comme si cette conservation représentait une finalité pour les populations qui vivent dans ces systèmes. On n’a pas à se restreindre aux corps sociaux explicitement désignés pour maintenir l’intégrité d’un territoire, comme les administrations civiles ou militaires. Les pratiques politiques ou administratives ne sont pas suffisantes pour expliquer les systèmes géographiques, il faut considérer l’ensemble des pratiques. En outre, les territoires institutionnels ne sont certainement pas les seuls exemples d’organisations géographiques.

  • 2 Kant, C.J., par exemple, p. 224. Cf. ci-après. Chapitre II.

10Comme le montre Kant dans la Critique de la faculté de juger2, supposer que la pérennité de l’organisation géographique est la cause idéale des pratiques des populations est un principe heuristique et non théorique. Ce principe concerne la façon d’observer les phénomènes sensibles pour reconstituer l’objet d’étude géographique, c’est-à-dire la méthode. Il n’explique pas l’objet. Il ne contient qu’une seule idée le concernant : celle de la possibilité de l’existence de cet objet. Ce principe n’explique pas non plus les phénomènes observés (en l’occurrence les pratiques sociales), car ceux-ci ont été abordés selon un angle particulier qui a très bien pu en masquer les autres aspects et les causes véritables. C’est un principe méthodologique qui permet de construire des représentations en système.

11L’organisation géographique peut être décrite comme un système dont les parties se déterminent réciproquement. C’est une description qui met, d’une part, l’accent sur les fonctions des lieux posés comme sous-systèmes et sur les stocks qu’ils contiennent et, d’autre part, sur les complémentarités et les flux entre ces lieux. Cette description permet une représentation sous forme de matrice dans un espace vectoriel. Elle met aussi l’accent sur les réseaux qui canalisent les flux. Les réseaux consolident les relations fonctionnelles et surtout ils définissent des relations empiriques de proximité ou d’éloignement en fonction des conditions des déplacements (par exemple : durée, fréquence, coût, etc.).

  • 3 Pinchemel, 1988, p. 185.

12La représentation en système détaille donc les significations fonctionnelles que reçoivent des parties de la surface terrestre rassemblées dans un tout discontinu et globalement investi d’une signification sociale. Elle met en valeur la propriété de dynamisme : l’organisation géographique est en mouvement et sa forme émerge dans le mouvement de son substrat. Il s’agit d’un mouvement dans le temps, ou dans l’histoire, et aussi, éventuellement, dans l’espace de la surface terrestre. La Pologne, par exemple, a glissé au cours de l’histoire vers l’Est, l’Ouest et même le Sud, sous la pression des empires germanique ou russe. Enfin, sous ce type de description, l’organisation géographique se montre comme un ensemble de relations empiriques de proximité ou d’éloignement. Ces relations de position conditionnent les interactions entre les individus à l’intérieur d’un espace qui n’est plus du tout euclidien ni même homogène. Pour cette raison, on doit qualifier les organisations géographiques d’espaces relatifs. Comme l’écrivent G. et Ph. Pinchemel, les systèmes « manifestent l’existence d’un espace humain crée et non d’un espace préexistant à son humanisation »3.

Une insuffisance de la représentation en système

13Dans une démarche pragmatique, la représentation en système a, indépendamment des difficultés techniques, de nombreux avantages pour imaginer voire modéliser les répercussions d’une politique dans l’espace. Elle permet de dégager une structure logique du mécanisme de l’organisation à partir de laquelle il est possible d’effectuer des calculs. Cependant, cet atout est aussi un sérieux inconvénient pour la géographie. En effet, cette structure logique est totalement étrangère à toute intuition spatiale du système géographique.

  • 4 Offner, 1990, p. 61.

14La représentation par un graphe mathématique constitue un appauvrissement des concepts de système ou de réseau géographiques. C’est ce que remarque par exemple J.-M. Offner en écrivant que, malgré une « quasi-symbiose conceptuelle », le graphe ne parvient pas « à rendre compte pleinement de la richesse de la notion de réseau, dans sa dimension heuristique comme dans ses traductions techniques »4. En effet, la dimension de l’espace géographique est absente des relations logiques entre des éléments non spatiaux.

15On trouve chez J. R. Boudeville une illustration très nette de la façon dont la réduction du système géographique à un graphe logico-mathématique évacue toute l’intuition spatiale des phénomènes. Utilisant la propriété de dualité des graphes planaires, l’auteur affirme que le graphe obtenu à partir des frontières nationales et régionales est équivalent à un graphe de pôles liant les capitales de régions limitrophes. Il en donne l’illustration graphique :

  • 5 Tiré de Boudeville, 1972, p. 26-27.

Fig. 1 : Passage d’une forme géographique à un graphe logico-mathématique5.

16On peut ensuite convertir ce graphe en une matrice 21 x 21. Cela n’a pas beaucoup d’intérêt, mais le propos de l’auteur était uniquement de montrer, sur un exemple simple, le passage d’une carte à un graphe, puis à une matrice linéaire. Il est clair cependant que cette transformation n’opère que dans un sens et qu’il est impossible de retrouver la forme de la France, à partir du graphe de pôles (encore moins à partir de la matrice), avec le même automatisme que pour déduire celui-ci de celle-là. La forme a été perdue dans cette opération où, comme l’écrit J. Petitot, « l’idéographie [s’est] converti[e] en système formel », il ajoute :

  • 6 Petitot, 1982, p. 42, souligné dans le texte.

« Dans cette conversion, ce que l’on gagne est évident. C’est la possibilité d’un calcul d’assemblages symboliques. Mais ce que l’on perd est à la mesure de ce que l’on gagne. En effet, depuis ses origines grecques et sur la base du sens nucléaire de tracé, de contour, de figure, le terme de « diagramme » est un mixte d’intuition spatiale et d’intuition littérale. La conversion de l’idéographie en système formel dissocie ce mixte, liquide l’intuition spatiale et développe exclusivement l’intuition littérale. »6

17Cette réduction inhérente à la représentation pose un problème, lorsqu’il s’agit de délimiter les organisations géographiques et de les identifier en tant qu’objets, car le contour du système ne peut être donné que par l’intuition spatiale et non par l’intuition littérale. En d’autres termes : la définition discursive du système ne peut pas remplacer totalement une définition géométrique.

  • 7 Cf. Pumain, St-Julien, Sanders, 1989, « La ville sous-système ouvert ? », p. 23-27.

18Les systèmes géographiques auto-organisés sont souvent comparés à des organismes vivants. Mais il y a une limite importante à cette analogie. Les organisations géographiques n’ont généralement pas une enveloppe claire comme l’écorce d’un arbre ou la peau d’un animal. Il n’en demeure pas moins qu’un objet géographique ne peut pas s’étendre concrètement à toute la surface terrestre. La représentation en système, qui s’appuie sur l’observation des interactions entre les éléments concrets du paysage, doit donc être bornée. Cette question est très délicate. Il suffit, pour s’en convaincre, de se reporter à de nombreux débats sur la question de savoir si la ville est un système fermé ou ouvert7. Comme le fait remarquer C. Vallaux, le problème concerne l’intuition des phénomènes et non la qualité de leur observation :

  • 8 Vallaux, 1925, p. 70.

« Il y a dans l’esprit et dans l’œil humain une géométrie et une structure particulières, qui ne nous permettent de rien percevoir qu’avec des lignes et des contours définis ; lorsque ces lignes et ces contours n’existent pas, nous les supposons. »8

19Si l’on admet que la représentation en système se construit selon un principe méthodologique, qui est : les flux dans l’espace sont réalisés de façon à maintenir la stabilité d’une organisation géographique, on conçoit que cette représentation se construit à partir et autour de positions singulières qui paraissent susceptibles de former le noyau du système. L’analyse des flux qui touchent ces points singuliers (de leur type, de leur volume, de leur origine et destination finale) permet d’élargir l’image. Cependant, ce processus d’élargissement a besoin d’un critère théorique d’arrêt pour écarter les flux qui ne concernent pas la stabilité du système, faute de quoi cette représentation peut être étendue à la Terre entière.

20Le problème est lié à une ambiguïté du concept de système, que R. Thom dénonce en donnant deux définitions opposées de ce concept :

  • 9 Thom, 1990, article intitulé : « La boîte de Pandore des concepts flous », p. 586, souligné dans le (...)

« a) Définition combinatoire, « cybernétique » : un système est constitué d’éléments en interaction. On peut prendre comme notion primitive l’action d’un système (A) sur un système (B), noté par la flèche A → B. La structure du système est alors définie par le graphe orienté constitué de toutes ces flèches.
b) Définition morphologique, « spatiale » : un système est la portion d’espace contenue à l’intérieur d’une boîte (B). Les parois de cette boîte peuvent être matérielles ou purement fictives, dans la mesure où l’on peut dresser un bilan précis des flux, énergétiques et matériels, décrits qualitativement, qui traversent ces parois. »9

21Les deux définitions du système proposées par R. Thom correspondent, pour les objets géographiques, à deux points de vue opposés. La première est liée à un point de vue interne au système. La seconde correspond à un point de vue externe défini implicitement par rapport à un espace contenant le système. Mais quel peut être cet espace ?

  • 10 Ibid., p. 592.

22Il est extrêmement difficile de passer d’une conception à l’autre et de sortir théoriquement de l’espace-système. Selon R. Thom, la distinction entre le « signal » et le « bruit », qui pourrait apporter le critère d’arrêt évoqué plus haut, ne peut résulter que « d’une appréciation locale commandée par des nécessités pragmatiques »10. On peut se demander s’il est possible d’objectiver l’organisation géographique en délimitant simplement son substrat et en y décrivant les interactions. En outre, il paraît difficile de vouloir conserver les deux définitions du système car elle peuvent conduire à émettre des jugements contradictoires.

23Par exemple, lorsqu’on parle des progrès du transport et de l’accroissement de la vitesse, on affirme volontiers que le monde se réduit, car les lieux deviennent plus accessibles, donc plus proches les uns des autres ; par suite, la surface qui les contient rétrécit. Pourtant, si l’on considère les possibilités de déplacement des personnes, on constate au contraire qu’avec l’amélioration des moyens de communications, la partie du monde que peut parcourir un individu donné s’étend, et qu’il ne lui a jamais été offert de pouvoir parcourir autant de régions différentes. La contradiction est flagrante.

24Elle vient de ce que, dans le premier cas, on imagine un point de vue extérieur au monde pour pouvoir le considérer dans son ensemble alors que, dans le second cas, on ne considère qu’un point de vue subjectif qui ne se rapporte à aucun objet véritable. Cependant, dans le premier cas, le monde est pris comme un objet physique immergé dans un espace métrique, ce qui ne correspond pas à l’expérience géographique vécue par un sujet en général. Mais, dans le second cas, on ne définit pas d’objet. Aucun des deux jugements n’est rigoureux.

25La représentation de l’organisation géographique comme système paraît donc déficiente en ce qui concerne la constitution théorique et l’identification empirique de l’objet. Le problème est d’autant plus complexe que la notion de système n’est intrinsèquement attachée à aucune échelle. Par conséquent, la délimitation des sous-systèmes, à tous les niveaux, est entachée des mêmes ambiguïtés. Elle demande une intervention de l’observateur, en contradiction avec l’idée que les organisations géographiques sont auto-organisées et doivent pouvoir, comme telles, se concevoir indépendamment de tout observateur.

L’espace relatif, référentiel pour des positions empiriques

26Le problème sur lequel nous butons avec la conception de l’espace comme système est lié à la notion spatiale d’extériorité. Il nous conduit à revenir sur l’idée que les organisations géographiques sont des espaces relatifs et qu’ils doivent être pensés en relation avec un espace absolu, mais lequel ?

27Il existe une autre façon de considérer les organisations géographiques distincte de la représentation en système. En tant que productrices de relations dans l’espace, celles-ci permettent de définir des positions relatives : elles sont donc aussi des référentiels relatifs. On remarque qu’elles ne sont plus alors définies comme des fins mais aussi comme des moyens pour ordonner la diversité terrestre, mission bien particulière.

28La connaissance du substrat des organisations géographiques permet à un individu de se représenter, avec plus ou moins de précision, les opérations nécessaires pour atteindre n’importe quel point de l’espace. Il ne s’agit pas forcément pour lui de s’y rendre en personne. Il peut se satisfaire d’y communiquer un objet et ainsi de réaliser une liaison dans l’espace avec le récipiendaire.

29Ces espaces relatifs sont aussi des espaces représentatifs au sens de H. Poincaré. Ils sont des espaces de modifications vécues dans des trajectoires bornées, entre des états initial et final, qui parfois laissent un sujet globalement invariant (cas d’un déplacement insignifiant) ou qui, au contraire, introduisent en lui des changements d’état. Les déplacements dans l’espace physique, par exemple, peuvent être rendus, selon H. Poincaré, comme une suite de sensations musculaires. On pourrait envisager des changements d’états psychologiques ou sociaux qui, associés à des déplacements physiques du sujet, définiraient un espace plus vaste de modifications possibles de l’individu. L’auteur formule le problème de la position relative de la manière suivante :

  • 11 Poincaré, 1902, p. 82, souligné dans le texte.

« Quand on dit [...] que nous « localisons » tel objet en tel point de l’espace, qu’est-ce que cela veut dire ?
Cela signifie simplement que nous nous représentons les mouvements qu’il faut faire pour atteindre cet objet [...]. »11

30Ainsi peut-on considérer qu’une position apparaît dans l’espace géographique par la représentation des communications vers un lieu. Les organisations géographiques sont chacune des référentiels particuliers qui permettent de viser la totalité de l’écoumène (ce qui était auparavant le défaut de la représentation en système). Et, bien sûr, aucune organisation ne peut prétendre constituer un référentiel absolu. La notion de position ne désigne plus une mesure géométrique mais un véritable phénomène. Elle n’est pas déterminable a priori mais empiriquement, par l’observation des communications dans l’espace : direction, volume, concentration, etc. Une région peut se trouver entourée par d’autres, elle n’en occupe pas pour autant une position centrale par rapport à ces dernières. Elle peut au contraire occuper une sorte de vide interstitiel aux confins des régions qui l’entourent. Le Morvan ou la Thiérache paraissent illustrer de tels cas de figure.

31Une conception large de la notion de position est fortement présente dans la tradition géographique. Chez F. Ratzel en particulier, la position (Lage) n’est pas un simple attribut abstrait pour un lieu donné dans l’espace. La position est le résultat de phénomènes concrets et intervient dans l’existence de l’être géographique. L’extrait suivant illustre bien l’influence et l’efficacité que F. Ratzel prête à la position considérée comme un phénomène géographique à part entière. On y remarque également l’influence de la biologie :

  • 12 Ratzel, 1897, p. 232, souligné dans le texte. La comparaison de la surface terrestre à un organisme (...)

« Le fait de rapporter la vie d’un lieu ou d’un pays au cadre plus vaste dans lequel il s’inscrit, confère au concept de position un contenu qui déborde les réponses topographiques à la question : « où ? ». La position signifie, en ce sens, une relation vivante, faite d’influences réciproques, et ne doit donc pas non plus être comprise comme la juxtaposition mécanique de régions proches les unes des autres : une articulation organique. »12

  • 13 Vallaux, 1911, p. 172. En revanche, le géographe français n’éprouve pas du tout le même enthousiasm (...)

32Le concept de position élargi par F. Ratzel permet d’envisager différemment les propriétés locales et globales d’un lieu. Il apporte une nouvelle définition à l’identité même du lieu qui n’est plus déduite des seules conditions locales de la géographie physique. L’identité du lieu se conçoit désormais comme la résultante globale des multiples relations dans l’espace impliquant ce lieu. Cette conception de la position a été reprise par certains élèves de P. Vidal de la Blache, et en particulier C. Vallaux qui considère que la théorie de la position « ne cour[t] aucune chance de devenir une de ces théories mortes qui se fossilisent dans la contemplation d’analogies géographiques mal interprétées »13. Ce dernier considère même qu’il faut chercher à développer une conception encore plus dynamique des objets géographiques. Selon lui :

  • 14 Ibid., p. 172-173, souligné dans le texte.

« La théorie de la Lage est incomplète. Elle doit être élargie, assouplie et diversifiée, afin d’expliquer les adaptations actives comme les adaptations passives. La notion qui complète celle de la position est la notion de la différenciation. »14

33On retrouve enfin chez J. Gottmann un intérêt marqué envers la notion de position en tant qu’elle se manifeste dans les phénomènes de circulation :

  • 15 Gottmann, 1952, p. 119-120.

« De tous les caractères d’un territoire, il semble que le plus important soit la position. C’est aussi le plus difficile à définir, le plus complexe, parce qu’il exprime le rôle dudit territoire dans le système de relations qui détermine sa personnalité politique aussi bien que sa situation géographique. Ce qui permet de définir la position et aussi de suivre l’évolution de la définition, c’est la circulation. L’ensemble des mouvements, des transports, des échanges d’hommes, de choses, d’idées à travers le monde, c’est ce qui en détermine le compartimentement, la signification de chaque compartiment par rapport aux autres et donc, en grande partie, ce qu’un peuple peut faire de son territoire. »15

34Ou encore :

  • 16 Ibid., p. 215.

« La position géographique d’un lieu ou d’un territoire, caractère capital par ses conséquences politiques, résulte d’un certain état de la circulation. »16

35La position géographique est un phénomène à la fois naturel et humain. Naturel car la communication est contrainte par les conditions physiques de sa réalisation sur la surface terrestre. Mais c’est l’homme qui commande, par sa volonté pratique, les circulations qui réalisent la connexion entre des lieux géographiquement déterminés.

Une démarche structuraliste

36Se concentrer sur des relations de position et chercher à comprendre l’efficacité de la position n’est pas une démarche originale d’un point de vue épistémologique. Il s’agit d’un trait caractéristique de la démarche structuraliste. Et, comme l’affirme J. Petitot :

  • 17 Petitot, 1985, p. 35, souligné dans le texte.

« [...] c’est la compréhension d’une telle information positionnelle, d’une telle efficacité de la position, qui constitue le problème théorique central du structuralisme dynamique, non seulement en biologie, mais dans toutes les autres disciplines structurales. »17

37La démarche structuraliste se caractérise en effet par un déplacement de l’intérêt scientifique, porté non plus sur l’identité des termes (les atomes) mais plutôt sur leur différence, c’est-à-dire sur les rapports de connexion spatiale, ou de position, des parties dans un tout. Selon J. Petitot encore, dans le cas des sciences du langage par exemple :

  • 18 Ibid., p. 42, souligné dans le texte.

« L’apport essentiel du structuralisme saussurien est, comme on le sait, d’avoir substitué en matière de langage, des critères relationnels de l’identité aux critères substantiels classiques. L’identité d’une unité linguistique dans un système paradigmatique est une valeur, c’est-à-dire une identité purement positionnelle. »18

  • 19 Ibid., p. 24, souligné dans le texte.

38Par cette substitution, les structures ne sont pas en soi des phénomènes sensibles. Elles sont « la forme idéelle de l’organisation d’une substance »19.

39Selon J. Petitot :

  • 20 Ibid., p. 25, souligné dans le texte.

« [...] toute structure est un objet théorique (et non pas un fait) [...] à la fois idéal et réel. La difficulté est donc [...] de la constituer en objet d’expérience en tant que forme abstraite émergeant [...] de l’organisation du substrat où elle se réalise. »20

40Les organisations géographiques sont stables dans la mesure où la dynamique des circulations est orientée et canalisée pour faire fonctionner un système. Quant à eux, les rapports de position sont définis par un certain état de la circulation dans l’espace. Par suite, nous pouvons en déduire que les organisations géographiques sont, en tant qu’objets théoriques, des structures de positions.

  • 21 Ibid., p. 77, souligné dans le texte.

41La fonction de référentiel, qui se conçoit dans l’idée d’une relation globale et abstraite entre l’organisation géographique et la totalité de l’écoumène, est beaucoup plus cohérente avec la notion de structure qu’avec celle de système. Dans le cas du système, elle contredisait la nécessité méthodologique de délimiter une étendue car l’organisation géographique ne peut s’étendre concrètement à toute la Terre. Dans le cas de la structure, cette fonction résulte de la capacité de cette dernière de déployer abstraitement ses discontinuités dans l’étendue - dans la mesure où une structure peut être réduite, comme le propose R. Thom, « à un système de discontinuités qualitatives sur un espace substrat »21.

42Une idée intuitive du déploiement d’une structure géographique est illustrée par la façon dont des relations de positions à l’échelle d’une ville peuvent rejaillir sur des relations à d’autres échelles. Puisque les positions sont la résultante d’un certain état de la circulation, on peut classer grossièrement des lieux selon le mode de transport en commun qui permet de les atteindre depuis une référence, par exemple un centre-ville. Par rapport à Paris, des communes peuvent être distinguées selon qu’on y accède par le métro, le RER, le train de banlieue, le train express ou l’avion. Cet ordre correspond en gros à un éloignement croissant. Cependant, il existe de nombreux cas où la distance (en kilomètres ou en temps de trajet) est équivalente pour deux modes, par exemple les trajets de vingt minutes en RER ou en train de banlieue, les trajets de quatre cents kilomètres en TGV ou en avion. C’est alors principalement l’accessibilité aux nœuds des différents réseaux dans le centre de Paris qui fait la différence, pour évaluer si une commune est plus proche ou plus éloignée dans l’espace relatif parisien. Il apparaît que le RER, qui offre plusieurs points d’accès à son réseau dans le centre de Paris, rapproche plus du centre les communes qu’il dessert que le train de banlieue. En effet, la distance moyenne au réseau depuis le centre est plus petite que s’il n’y avait qu’une seule gare. De même, à temps de parcours équivalent, les villes desservies par le TGV paraissent plus proches que celles desservies par l’avion, car les gares sont moins excentrées que les aéroports.

43Cet état de fait est banal et s’explique par des mécanismes économiques simples dans les systèmes géographiques. Plus un réseau sert à franchir de longues distances, moins il a besoin d’être situé à proximité des populations puisque le trajet d’accès a d’autant moins de poids (en temps ou en coût) relativement au déplacement global. Par conséquent, les infrastructures peuvent être construites loin du centre, là où le prix du foncier est bas. Mais, quand il s’agit de se repérer et d’évaluer qualitativement une relation de position sans avoir l’expérience préalable du trajet, nous raisonnons en sens inverse. Nous avons une connaissance intuitive de ce mécanisme qui permet d’extrapoler, à partir de la situation locale du réseau, une relation de position à une échelle plus vaste. Ainsi, cet exemple sommaire montre comment une structure locale peut se déployer dans toutes les directions de l’écoumène. Ce déploiement n’est donc pas une opération liée aux mécanismes de l’organisation géographique mais à la phénoménologie des représentations d’un monde organisé.

44La possibilité d’individuer une structure ne paraît pas a priori affectée par son déploiement, contrairement au système. Il suffit que la structure émergeant d’un substrat puisse être caractérisée par la morphologie de son centre organisateur, comme le propose la théorie des catastrophes. Le déploiement ne serait qu’asymptotique et déductible de cette morphologie locale qui se réalise dans un substrat borné. On entrevoit ainsi une autre façon de constituer l’objectivité de l’organisation géographique, à partir de sa forme et non pas de son substrat. Un tel changement de perspective, qui n’est pour l’instant qu’à l’état d’esquisse, paraît en outre introduire une autre façon de considérer l’échelle.

45Un référentiel est un point de vue sur le monde, une façon d’y trouver des objets dans la diversité des phénomènes. Un changement de référentiel peut donc correspondre à un changement du point d’origine ou de la façon de voir. On peut alors faire l’hypothèse qu’il existe des classes d’équivalence rassemblant des points de vue similaires (cette équivalence demandant à être précisée). Une classe d’équivalence définirait un type de structure, c’est-à-dire un type d’objet géographique. Par suite, un changement d’échelle peut s’entendre comme un changement de classe de référentiels ou changement de type d’objet. Dans ces conditions, l’échelle ne serait plus définie par rapport à des ordres de grandeur de superficie déterminés empiriquement, mais par rapport à des relations structurelles et théoriques.

46On peut ainsi envisager une « échelle théorique » dont les niveaux sont associés à des types de structure, chaque type se manifestant par les interactions spatiales de classes de phénomènes particuliers. Néanmoins, il est nécessaire de considérer parallèlement une « échelle empirique », qui relève de la méthodologie, car la manifestation d’un phénomène n’a pas toujours la même grandeur selon les lieux. La propriété foncière, par exemple, ne s’étudie pas à la même échelle dans le bocage normand ou dans le Middlewest américain.

Idée d’un espace géographique absolu

47L’idée d’un espace relatif en mouvement appelle celle d’un espace absolu, selon les définitions données par Kant dans les Premiers principes métaphysiques de la science de la nature :

  • 22 Kant, Premiers principes..., p. 25, souligné dans le texte.

« La matière est ce qui est mobile dans l’espace. L’espace qui lui même est mobile, s’appelle l’espace matériel ou bien aussi l’espace relatif ; celui dans lequel finalement doit se penser tout mouvement (qui est par suite lui-même absolument immobile) se nomme l’espace pur ou encore absolu. »22

48L’espace absolu selon la philosophie kantienne n’existe pas. Il se pense. Kant considère dans l’Esthétique transcendantale deux « expositions de l’espace », l’une « métaphysique », l’autre « mathématique ». L’espace est, sur le plan métaphysique, le mode d’apparition des phénomènes au sujet de connaissance et la condition de possibilité de toute expérience. Par ailleurs, la connaissance mathématique de l’espace est essentielle à l’activité scientifique, pour constituer une représentation objective des phénomènes et exprimer les lois qui les régissent.

  • 23 Petitot, 1985, p. 285-287.

49A la suite des progrès des mathématiques et de la physique, la correspondance parfaite entre les deux expositions de l’espace est devenue illusoire. En effet, l’espace métaphysique a gardé son caractère absolu tandis que l’espace mathématique dépend du choix de la géométrie relativement à la nature des phénomènes. J. Petitot propose de continuer à utiliser l’idée d’esthétique transcendantale en la pluralisant. Il considère que le développement de la géométrie apporte de nouvelles expositions mathématiques toujours conformes à l’idée métaphysique de l’espace, mais pour des ordres de phénomènes matériels nécessitant un mode de description particulier, comme c’est le cas de la relativité générale ou de la mécanique quantique. Cette mathématisation constitue l’objectivité de ces ordres de phénomènes car elle permet l’expression des lois qui les régissent. L’objectivité n’a plus de signification absolue, elle n’est valable que relativement à une « ontologie régionale »23.

50C’est dans cet esprit de l’idéalisme transcendantal que nous pouvons essayer d’analyser l’idée d’un espace géographique absolu. Celui-ci est entendu comme l’espace où apparaissent les phénomènes de positions relatives à un sujet, et également l’espace de la description objective des organisations géographiques et de leur évolution. Cette démarche se veut d’inspiration kantienne. Elle est cependant opposée à la conception qu’avait le philosophe de la géographie et dont se sont réclamés les géographes du courant exceptionnaliste.

  • 24 Harvey, 1969, p. 207-210.

51Kant définit la géographie comme la science qui étudie l’organisation des phénomènes selon la dimension de l’espace. Critiquant cette définition, D. Harvey remarque que si l’espace euclidien, considéré comme espace absolu, est le seul cadre de description des organisations géographiques, la notion même d’organisation s’en trouve très appauvrie et restreint extrêmement la nature des recherches géographiques24. Comme le rappelle D. Harvey, l’espace euclidien n’est que le contenant du substrat matériel.

52Décrire le monde selon cette géométrie conduit à n’étudier que l’arrangement concret des étendues terrestres qui est forcément unique et ne peut faire l’objet d’aucune loi générale. D. Harvey en déduit que, si elle prétend expliquer l’organisation spatiale de la surface terrestre, la géographie doit abandonner cette conception de l’espace absolu. Il en tire également argument contre la philosophie kantienne en géographie et contre l’idée de toute géométrie a priori. Pour lui, l’espace géographique est empirique, relatif, et le choix d’une géométrie doit être déterminé par une méthodologie en fonction des phénomènes à étudier.

  • 25 Ibid. « Much of the philosophy of geography thus stems from a « container » view of space which is (...)
  • 26 Kant, C.R.P. Première édition (1781), p. 675 [Ak. 233].

53Il paraît abusif de déduire de la critique de l’espace euclidien que la géographie ne puisse se développer que dans l’empirisme. La conception de l’espace euclidien comme espace géographique absolu n’a qu’un rapport indirect avec l’idéalisme transcendantal. Contrairement à l’affirmation de D. Harvey25, l’espace pour Kant ne se définit pas comme un contenant. L’espace n’a aucune existence propre. Il n’a de sens que par l’apparition d’un phénomène au sujet. C’est la réalité de l’expérience qui est première aux yeux de Kant, selon sa doctrine du « réalisme empirique ». L’expérience ne produit un phénomène que parce que l’intuition du sujet peut y associer une représentation dans l’espace et dans le temps, selon un « idéalisme transcendantal ». Pour Kant : « L’idéaliste transcendantal est donc un réaliste empirique »26. Il écrit également :

  • 27 Ibid., p. 674 [Ak. 232], souligné dans le texte. Cf. également la Deuxième édition de la Critique d (...)

« A cet idéalisme est opposé un réalisme transcendantal, qui regarde l’espace et le temps comme quelque chose de donné en soi (indépendamment de notre sensibilité). Le réaliste transcendantal se représente donc les phénomènes extérieurs (si l’on admet la réalité) comme des choses en soi, qui existent indépendamment de nous et de notre sensibilité, et qui par conséquent existeraient en dehors de nous suivant des concepts purement intellectuels. C’est ce réaliste transcendantal qui joue ensuite, à vrai dire, le rôle d’un idéaliste empirique : après avoir faussement supposé que, pour être des objets extérieurs, les objets des sens doivent exister en eux-mêmes et indépendamment des sens, il trouve, à ce point de vue, toutes les représentations de nos sens insuffisantes à en rendre certaine la réalité. »27

54Supposer que l’espace existe en tant que contenant, participe de ce « réalisme transcendantal » stigmatisé dans la citation précédente. Si, en géographie, l’espace euclidien ne peut avoir qu’une fonction de contenant, c’est pour la simple raison que l’homme ne peut y utiliser que la matière présente sur la Terre pour en organiser l’étendue. Cette matière lui apparaît dans l’espace euclidien et, lorsqu’il l’utilise pour bâtir ou faire fonctionner des réseaux, l’espace euclidien est déjà donné. Cela signifie, précisément et tout simplement, que l’homme ne peut pas aménager l’étendue terrestre sans tenir compte des lois de la mécanique. L’espace euclidien n’a donc pour la géographie aucune valeur transcendantale. Et s’il en avait une, il ne pourrait pas être considéré comme un contenant. D’où l’importance cruciale, pour notre projet, des réflexions de J. Petitot qui montrent que le schématisme transcendantal peut être délivré de la structure mathématique euclidienne.

55L’opposition que dénonce D. Harvey, entre les notions d’espaces géographiques relatif et absolu, ne paraît donc pas trouver sa source dans un débat épistémologique. Elle semble plutôt liée au mode de représentation des organisations géographiques dont dépend le contenu empirique qui sera assigné aux concepts de mobilité et d’immobilité.

Le système et la structure par rapport à l’espace géographique absolu

56La représentation en système montre la dynamique des interactions entre les parties du substrat de l’objet géographique. Elle cherche à l’expliquer à partir des mécanismes de ces interactions qui sont la manifestation concrète de l’espace relatif. L’idée de mouvement est associée à ces mécanismes, celle d’immobilité l’est à l’espace contenant le substrat concret, c’est-à-dire à un espace homogène et isotrope.

57Or cet espace contenant n’est que l’espace de description du substrat, c’est-à-dire des parties du système. Et, par définition, le système forme un tout qui est davantage que la somme de ses parties. L’espace de description du système en tant que totalité devrait donc comporter une dimension supplémentaire par rapport à l’espace de description des parties. Cette dimension est celle de la stabilité du système en tant qu’organisation. C’est une dimension téléologique selon laquelle s’orientent les dynamiques humaines nécessaires à la conservation de l’organisation géographique. Seule cette dimension peut changer un espace contenant en un espace de pratiques ou encore, comme l’écrit R. Ruyer, un « espace de comportement » :

« L’espace de comportement ne peut jouer son rôle que si on lui reconnaît une « dimension » hyper géométrique et hyper physique.

58Il ajoute :

  • 28 Ruyer, 1954, p. 92.

[...] on ne peut schématiser un feed back psychologique, où interviennent sens et valeur, sur un seul plan spatio-temporel, même si ce plan est censé représenter les quatre dimensions de l’espace-temps. Il faut y faire figurer l’hyper-dimension dont l’abouchement avec l’espace fournit à la fois le dynamisme de signification, commandant les dépenses d’énergie empruntées à la physiologie, et la régulation cinématique de l’action, par « information » au sens non métaphorique du mot. »28

59Et l’auteur envisage un relief axiologique traduisant « l’effet psychologique de la dimension hyper-géométrique », qu’il faudrait pouvoir étendre à une géographie axiologique conditionnant l’apparition des systèmes.

60On peut utiliser des espaces à plus de trois dimensions pour construire des descriptions plus complètes du substrat géographique, par exemple selon la dimension de la densité de population, celle des investissements économiques, etc. Mais ces espaces restent fondamentalement des contenants a priori vides et homogènes. Jamais ils ne peuvent être entendus comme l’espace où apparaît l’objet géographique. Quelle que soit la valeur épistémologique accordée à l’espace euclidien, l’idée d’espace absolu qu’inspire la représentation en système n’est pas pertinente. Ce n’est que l’idée d’un espace où sont disposés d’une manière contingente et unique des éléments concrets, dont les interactions sont elles-mêmes contingentes et uniques pour la géographie.

61Lorsqu’on adopte la représentation de l’organisation géographique comme système concret, les idées d’espace géographique relatif et d’espace géographique absolu s’excluent l’une l’autre. D. Harvey démontre avec raison que, dans ce cas, l’espace relatif a plus de valeur heuristique. Il en conclut peut-être abusivement à l’importance prépondérante de la méthodologie pour constituer la scientificité de la géographie. Il nous paraît plutôt que le mode de représentation en système montre ici une incapacité à constituer l’objectivité géographique. Car il n’est pas absurde que les idées d’espace géographique relatif et absolu puissent s’impliquer mutuellement dans le cadre d’une théorie scientifique des organisations géographiques.

62Avec la conception de l’organisation géographique comme structure abstraite (ou référentiel) informant un substrat terrestre, l’idée d’immobilité est maintenant liée à celle d’« invariant structurel ». Les invariants structurels se conservent dans le temps, mais surtout ils se retrouvent d’un espace relatif à un autre. Autrement dit, ils doivent se conserver par changement de référentiel, pour un même type de structure, ou pour une même échelle.

63Un changement de référentiel est un changement dans la façon de voir le monde, de s’y mouvoir, d’y trouver un sens à ses pratiques. Il y a de telles variations dans les organisations sociales, dans les formes de l’établissement humain, que ces changements peuvent être extrêmes. Pourtant, l’unité du genre humain impose l’idée que toutes les représentations du monde, construites à partir de n’importe quel référentiel, présentent une cohérence dans leurs fondements. Il s’agit là d’une condition de l’intersubjectivité : comment des individus pourraient-ils communiquer s’ils n’ont pas les moyens d’accorder leur perception du milieu ? Ces perceptions sont forcément, d’une certaine façon, équivalentes. Autrement dit, il existe un chemin continu allant de l’une vers l’autre.

64Si l’on suppose pouvoir modéliser les espaces individuels par des objets géométriques qui seraient des cartes, il doit être également possible de modéliser la transformation qui permet de passer d’une carte à une autre (le changement de référentiel). L’équivalence des cartes doit être évaluée par rapport à une certaine structure mathématique Σ. Il faut que cette structure soit conservée à travers les changements de référentiels, ce qui revient à dire, en termes mathématiques, que ces transformations sont des automorphismes de Σ.

65La recherche des invariants est donc corrélée à la recherche d’un espace E, doté d’une structure géométrique Σ, pour laquelle les cartes individuelles sont équivalentes. On peut d’ores et déjà prévoir que E n’est pas l’espace à trois dimensions, trop petit, et que Σ n’est pas la structure euclidienne, trop rigide.

  • 29 Greimas, Courtés, 1986, p. 194-196.

66Il faut imaginer un espace géographique absolu intégrant dans sa structure mathématique globale les invariants des structures de positions. C’est un espace beaucoup plus abstrait, qui ne correspond pas à une intuition banale telle que celle du contenant homogène, eût-il plus de trois dimensions. Pour comprendre cette intuition de l’espace géographique comme espace investi de sens social, deux programmes se profilent : l’un vise à conceptualiser théoriquement ces invariants par rapport aux dynamiques du système ; l’autre cherche à modéliser par des objets mathématiques ces concepts fondamentaux, ce que J. Petitot appelle la « schématisation »29. Bien que ces deux orientations de recherche doivent être liées à terme, nous ne pourrons entreprendre ici que des réflexions à l’intérieur du premier programme.

Bilan des deux modes de représentation

67Après avoir posé que les objets de la géographie étaient des organisations dynamiques de la surface terrestre, nous avons constaté que ces objets n’existent concrètement qu’au travers d’une mécanique de flux de personnes, de biens et d’informations, et qu’en même temps ils constituent des espaces relatifs conditionnant la réalisation de ces flux. Ces deux aspects, indissociables dans l’objet, peuvent néanmoins conduire à envisager deux modes de représentation différents : les systèmes concrets et les structures abstraites organisant un substrat.

68La représentation en système détaille les mécanismes empiriques à l’œuvre entre les parties. Elle s’avère indispensable lorsqu’on cherche à agir sur le fonctionnement réel de l’organisation, notamment en créant ou modifiant des réseaux. Il apparaît cependant que cette représentation souffre de graves inconvénients pour la géographie, car elle ne peut intégrer la forme du système que comme un élément exogène. L’identification de l’organisation géographique comme individu à étudier y repose essentiellement sur une délimitation spatiale du substrat terrestre. L’individuation ne peut pas être constituée à l’intérieur de ce mode de représentation, car celui-ci est toujours associé à un point de vue intérieur et relatif à l’objet.

69Le concept d’un espace géographique absolu, où apparaîtrait l’organisation géographique dans son extériorité et dans son objectivité, ne peut être extraite de celle du contenant homogène, de faible intérêt épistémologique. La délimitation du substrat, nécessaire à l’étude, ne peut donc résulter que d’une interprétation de l’observateur, exogène aux règles de ce mode de description. Cependant, un individu géographique, pour autant que ces termes aient une signification, est en perpétuelle évolution. Il change de contenu matériel, d’extension et de forme au cours de son histoire. Son existence ne peut pas être entièrement déterminée par les mécanismes du substrat. Encore faut-il prouver que l’existence d’un tel individu autonome est possible, et qu’elle n’est pas soumise à une intervention de l’observateur géographe.

70La représentation en système ne semble pas parvenir à extraire ce qui constitue l’objectivité spécifique de l’organisation géographique par rapport à l’objectivité matérielle de son substrat. Elle ne peut contredire l’opinion selon laquelle la géographie ne fait qu’étudier le fonctionnement des organisations empiriques et la spatialisation des mécanismes non géographiques. Pourtant, les mécanismes sociaux et économiques ne sont pas possibles sans une organisation géographique de la Terre.

71La représentation en structure, en revanche, paraît assurer les moyens d’individuer une organisation géographique grâce à sa morphologie. C’est un cadre apparemment bien adapté, autant pour envisager les organisations géographiques comme des espaces relatifs et des référentiels empiriques, que pour donner un sens au concept d’espace géographique absolu, en tant que forme de l’intuition des phénomènes de positions, sans contradiction avec la relativité des organisations géographiques. En suivant J. Petitot, on peut envisager de constituer, grâce à la notion de structure, l’objectivité des organisations géographiques dans une ontologie régionale des phénomènes de la structuration de la Terre par l’homme. Même si, selon toute vraisemblance, la géographie ne peut pas prétendre prendre en charge la totalité de cet ordre de phénomènes, cette vision des choses autorise l’idée d’une géographie scientifique autonome axée sur une phénoménologie de la localisation et des relations de position. Une rapide revue d’auteurs anciens montre qu’une notion élargie de la position est présente dans la tradition de la géographie, et qu’elle est souvent mise en avant pour définir la spécificité de la discipline.

72Toutefois, on ne peut pas cacher le fait que ce cadre présente, avant tout, des possibilités formelles. Il faut lui trouver un contenu explicitant les dynamiques fondamentales des structures. Ces dynamiques doivent être à la fois spatiales et spatialisantes. Comment analyser cette propriété ? Si nous reprenons la citation d’H. Poincaré donnée ci-avant, nous pouvons dire que, différencier deux positions, c’est aussi différencier deux représentations des déplacements nécessaires pour s’y rendre. Une discontinuité dans l’espace signifie aussi une différence qualitative entre plusieurs classes de mouvements : ceux qui l’atteignent, la franchissent ou ne la rencontrent pas. Ainsi, sous ce terme vague de dynamiques fondamentales, il faut entendre les dynamiques qui différencient et les flux et les positions sur la Terre, de telle manière que les discontinuités engendrent des types de flux et les dirigent de manière spécifique, afin que les flux se répartissent dans l’espace pour préserver l’arrangement de ces positions qualitativement différenciées.

73La notion de structure paraît autoriser certaines percées épistémologiques à condition de pouvoir expliquer le processus d’émergence des discontinuités, non pas à partir des mécanismes qui doivent seulement expliquer comment elles se maintiennent, mais comme processus de mise en ordre et d’investissement social dans le substrat. Il faut arriver à expliquer l’émergence de la structure comme celle d’une finalité a priori qui engendre des dynamiques spatiales, et ainsi parvenir à utiliser les propriétés des deux modes de représentation.

Notes

1 Sauf indication contraire, le mot « expérience » est toujours pris dans son sens le plus général d’expérience vécue et non pas dans le sens restrictif d’expérience de laboratoire.

2 Kant, C.J., par exemple, p. 224. Cf. ci-après. Chapitre II.

3 Pinchemel, 1988, p. 185.

4 Offner, 1990, p. 61.

5 Tiré de Boudeville, 1972, p. 26-27.

6 Petitot, 1982, p. 42, souligné dans le texte.

7 Cf. Pumain, St-Julien, Sanders, 1989, « La ville sous-système ouvert ? », p. 23-27.

8 Vallaux, 1925, p. 70.

9 Thom, 1990, article intitulé : « La boîte de Pandore des concepts flous », p. 586, souligné dans le texte.

10 Ibid., p. 592.

11 Poincaré, 1902, p. 82, souligné dans le texte.

12 Ratzel, 1897, p. 232, souligné dans le texte. La comparaison de la surface terrestre à un organisme vivant est aussi très présente chez P. Vidal de la Blache qui utilise la métaphore, assez naïve, de « l’organisme terrestre » (cf. 1922, p. 12-15). Mais cette métaphore est très violemment stigmatisée par C. Vallaux (cf. 1925, p. 48-49), et R. Hartshorne appuie cette condamnation (1939, p. 423-436). Dès lors, l’idée l’organisation régionale ou spatiale ne contient plus celle du dynamisme propre à un organisme vivant, elle ne signifie plus qu’un arrangement harmonieux ou rationnel des paysages.

13 Vallaux, 1911, p. 172. En revanche, le géographe français n’éprouve pas du tout le même enthousiasme pour la conception théorique de l’espace chez Ratzel, qui pour lui « n’est pas autre chose qu’un couplet en termes scientifiques en l’honneur de l’impérialisme allemand » (p. 163), et qui est en contradiction avec la conception théorique de la position.

14 Ibid., p. 172-173, souligné dans le texte.

15 Gottmann, 1952, p. 119-120.

16 Ibid., p. 215.

17 Petitot, 1985, p. 35, souligné dans le texte.

18 Ibid., p. 42, souligné dans le texte.

19 Ibid., p. 24, souligné dans le texte.

20 Ibid., p. 25, souligné dans le texte.

21 Ibid., p. 77, souligné dans le texte.

22 Kant, Premiers principes..., p. 25, souligné dans le texte.

23 Petitot, 1985, p. 285-287.

24 Harvey, 1969, p. 207-210.

25 Ibid. « Much of the philosophy of geography thus stems from a « container » view of space which is particularly associated with the concepts of Newton and Kant » (p. 208).

26 Kant, C.R.P. Première édition (1781), p. 675 [Ak. 233].

27 Ibid., p. 674 [Ak. 232], souligné dans le texte. Cf. également la Deuxième édition de la Critique de la raison pure, p. 414-415 [338-341].

28 Ruyer, 1954, p. 92.

29 Greimas, Courtés, 1986, p. 194-196.

Notes de fin

1 Gracq (Julien), Liberté grande, Paris, Librairie José Corti, 1946, Œuvres complètes, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 1989, p. 267.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Passage d’une forme géographique à un graphe logico-mathématique5.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search