Version classiqueVersion mobile

Au voleur !

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Arnaud-Dominique Houte

Quatrième partie. Les voleurs saisis par la justice

Les « voleurs de poules » et rôdeurs des compagnes relégués après 1945

Jean-Claude Vimont

Texte intégral

1Après la Seconde Guerre mondiale, les relégués incarcérés en métropole le sont principalement pour des récidives de vols, des vols simples qui les mènent devant les tribunaux correctionnels. Plus rarement, ils commettent des vols qualifiés qui impliquent une comparution devant une cour d’assises. Depuis la fin du xixesiècle, des sobriquets dédaigneux les rangent tout en bas de l’échelle de gravité de la délinquance : « voleurs de poules » ou « pieds de biche ». Mais l’opinion publique et les gouvernements de la IIIe République ont estimé indispensable de se débarrasser définitivement de ces incorrigibles, de ces inamendables. La relégation perpétuelle outre-mer remplit cet office de 1885 jusqu’à l’ultime convoi vers la Guyane en 1938. À partir de cette date et jusqu’en 1970, la peine de la relégation fut exécutée en métropole, et la société française s’en accommoda dans une relative indifférence.

2En 1954, le Parlement répondit favorablement à une vieille revendication de la magistrature qui pointait le décalage entre la lourdeur de la sanction complémentaire (un exil perpétuel) et la faible gravité des délits qui l’avait provoquée (larcins et vagabondage). La peine complémentaire ne serait plus prononcée automatiquement en fonction du nombre de condamnations antérieures. Son prononcé serait laissé à la libre appréciation des juges, en fonction de la personnalité des prévenus, de la gravité des actes et au vu des circonstances du délit. Cet « adoucissement » de la pénalité réservait désormais la relégation à ceux qui ne montraient aucun effort pour se réinsérer et persévéraient dans la délinquance, au point d’accumuler les condamnations, certes bénignes mais fort nombreuses.

3Les effectifs de relégués diminuèrent mais les profils ne changèrent guère, car une forte proportion d’entre eux était fournie par tous ceux qui ne parvenaient pas à se maintenir en semi-liberté ou en libération conditionnelle. La réforme pénitentiaire de 1945 avait parié sur la réinsertion et le reclassement des condamnés pour mieux défendre la société en aménageant des dispositifs carcéraux spécifiques. Des régimes progressifs devaient, au fil des années, aider les prisonniers à cheminer vers la liberté. Ce fut le cas pour les relégués récidivistes, mais les obstacles mis tout au long du parcours aboutirent à de nombreux échecs, au point de constituer un stock de « relégués réintégrés » dont on ne savait que faire, si ce n’est de les maintenir dans le système carcéral spécifique de la relégation.

  • 1 Cette contribution s’inscrit dans le cadre des recherches menées au sein de l’ANR Sciencepeine et p (...)

4Au cœur des établissements affectés aux relégués existaient des dispositifs d’observation pluridisciplinaires de leur personnalité afin de les trier, de les classer en plusieurs catégories et de les orienter vers des établissements adaptés : centres d’épreuve, centres de semi-liberté, centre de triage et d’observation, prisons d’antisociaux1. Ces dispositifs présidés par des magistrats de l’application des peines décidaient également des octrois de semi-liberté et de libération conditionnelle. Ces nombreuses observations, pénitentiaires, psychologiques, psychotechniques, psychiatriques, sociales, sont consignées dans des dossiers qui suivent les relégués de camps en prisons et qui constituent de véritables « casiers pénitentiaires », offrant la possibilité de mieux cerner les principaux traits de ces voleurs, de tenter d’expliquer les facteurs de leur récidive mais aussi de comprendre les traits qui retiennent l’attention des observateurs au moment de prendre leur décision.

5Quels que soient les établissements qui hébergent les relégués, la proportion des voleurs est constante et prépondérante. Nous ne relevons pas de différences significatives entre les centres d’épreuve de Saint-Martin-de-Ré ou de Mauzac, par où transitent presque tous les relégués pendant une période de trois années, les centres de triage et d’observation de Rouen, Loos-lès-Lille, Besançon et Saint-Étienne, où ils effectuent des stages d’observation sur le modèle du CNO (Centre national d’observation de Fresnes, ouvert en 1950), les centres de semi-liberté de Clermont-Ferrand, de Saint-Sulpice-la-Pointe, de Bordeaux, où échouent les relégués étiquetés « asociaux », les relégués réintégrés après une fugue ou une évasion, mais aussi les relégués antisociaux, après leur séjour de deux à trois années dans les prisons de Lure et de Gannat. Ce sont principalement des motifs disciplinaires et comportementaux en détention qui leur ont valu ces séjours à dominante sécuritaire, beaucoup plus que des crimes ou délits plus graves.

  • 2 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), 3735 W 76, dossiers du centre de triage et d’obs (...)

6Environ 15 % des relégués ont été condamnés pour des crimes par des cours d’assises. Cette proportion mérite analyse, car la frontière entre la comparution devant un tribunal correctionnel et la comparution devant une cour d’assises n’a pas des bords très francs. Les circonstances d’un vol, commis de nuit, en bande organisée, avec effraction mènent aux assises, mais les casiers judiciaires des condamnés montrent que les vols simples antérieurs ont pesé dans la balance tout en atténuant la « professionnalité » supposée de ces délinquants. Ils représentent 16,3 % d’un échantillon de 440 relégués observés au centre de Rouen. Parmi eux figurent quelques gangsters, des proxénètes et des membres du « milieu », auteurs d’attaques à main armée. La grande majorité est composée d’auteurs de cambriolages que les circonstances aggravantes (port d’arme apparente ou cachée, vol en réunion, aux côtés de complices, avec violence parfois) ont fait qualifier de crimes. Les casiers judiciaires montrent rarement des cambrioleurs chevronnés, à l’instar d’un Paul Delappina qui eut les honneurs de la presse à cette époque, mais plutôt de petits voleurs, des mendiants, des vagabonds qu’une occasion conduisit au crime. Léonce R. avait cambriolé plusieurs demeures avec sa concubine. Il fut condamné à cinq années de réclusion et à la relégation en 1950. Auparavant, il avait été condamné à six reprises, principalement pendant l’Occupation, pour des vols simples et des infractions à la législation sur le rationnement2.

7Si quatre cinquièmes des relégués comparaissent devant un tribunal correctionnel (ils sont 368 sur 440 dans l’échantillon rouennais), 85 % d’entre eux l’ont été pour vol simple. Les autres ont été condamnés pour des escroqueries, quelques recels, de rares attentats à la pudeur et du proxénétisme. Ce sont donc des vols répétés qui conduisent principalement à la relégation après 1945.

8Le stéréotype du « voleur de poules », vagabond marginal des campagnes, n’est-il pas quelque peu daté à l’heure des trente glorieuses ? Une délinquance rurale persiste, et la relégation frappe nombre de journaliers agricoles, de trimardeurs se louant lors des moissons et des vendanges, de pauvres hères alcooliques, parfois légèrement déficients mentaux et tenus à la lisière des communautés villageoises. Certains sont, pour ainsi dire, des voleurs monomaniaques : voleurs de lapins dans des clapiers, voleurs de bicyclettes pendant l’Occupation, quelques pilleurs de troncs.

9L’administration pénitentiaire tente de distinguer les relégués d’origine urbaine de ceux qui viennent des campagnes. Les seconds subissent le délai d’épreuve fixé par l’acte dit loi de 1942 dans les camps nord et sud de Mauzac, afin qu’ils puissent travailler dans les fermes environnantes. Il en va de même pour le centre de semi-liberté de Saint-Sulpice-la-Pointe, qui recevait des ruraux et les plaçait en semi-liberté puis en libération conditionnelle dans des exploitations agricoles. Mais l’extrême instabilité professionnelle des relégués, vagabonds, manoeuvres, journaliers agricoles, se déplaçant des campagnes vers les chantiers des villes, rend cette distinction assez superficielle. Les professions mentionnées dans les dossiers doivent être analysées avec d’infinies précautions, tant elles varient au fil des années chez un même individu. Elles ne sont souvent que la mention d’un apprentissage ou d’un état ancien, oublié après de nombreux séjours en prison et entravé par l’opprobre supplémentaire de l’interdiction de séjour. Certains sont avant tout des « tricards », tenus en marge des grandes agglomérations. La mention « journalier agricole, ouvrier agricole » représente 20 % des situations professionnelles signalées. Cette proportion doit être mise en regard avec un autre pourcentage : 20 % des dossiers mentionnent des condamnations pour vagabondage. On a donc affaire à des travailleurs peu ou non qualifiés, aux occupations professionnelles intermittentes, personnages instables, plus ou moins errants, perçus encore comme des parasites des campagnes, très souvent alcooliques et côtoyant de près la grande misère du salariat agricole.

10Parmi les journaliers agricoles condamnés pour des vols, une proportion notable a connu, dès l’enfance, les placements chez des fermiers organisés par l’Assistance publique ou par les sociétés de patronage correctionnel. Lors des entretiens avec les éducateurs, ils affirment bien souvent que c’est à cette époque qu’ils ont commencé à voler et à fuguer pour échapper à de très dures conditions de travail et à des maltraitances. Les enquêtes sociales ont conduit des professionnels de l’observation des relégués à avancer la notion de « filière délinquantielle », avec ses étapes obligées : des dysfonctionnements dans la sphère familiale, le pla cement à l’Assistance publique, les séjours en maison de correction, la prison dès les premières années de la majorité pénale, les bataillons disciplinaires d’Afrique en guise de service militaire, la prison à nouveau, puis la relégation. Cela sous-entendrait une prédestination, des cheminements balisés vers les vols répétés et la relégation, une jeunesse de malchance et de malheurs ; ce que plaidaient volontiers les relégués pour tenter de justifier leurs récidives, et ce qu’écoutaient volontiers leurs interlocuteurs en quête d’explications plausibles.

  • 3 ADSM, 3735 W 76.
  • 4 ADSM, 3735 W 76.
  • 5 ADSM, 3735 W 62.

11Si nous repérons des moments chaotiques durant l’enfance et l’adolescence de près de 20 % des relégués, il est abusif de croire que tous les relégués ont emprunté cette « mauvaise voie ». Robert R., manœuvre dans l’agriculture, relégué en 1957 pour des vols répétés, prétextait que sa jeunesse à l’Assistance publique avait été très dure. Sa mère était décédée en 1938 et son père avait été mobilisé l’année suivante. Placé dans des fermes durant toute la période de l’Occupation, il n’y mangea pas à sa faim et dut travailler au-delà de ses forces, selon ses dires. Il fugua et commença de voler, sans interruption jusqu’à sa relégation, au point d’être condamné à dix reprises3. Un autre ouvrier agricole, René R., vagabondait et volait. Durant son enfance, sa mère était fréquemment ivre. Il était sous-alimenté, mal vêtu, livré à lui-même. À son décès, son père le plaça dans des établissements correctionnels de Gironde, dont l’établissement de Saint-Louis au Pont de la Maye, au règlement disciplinaire rigoureux. Il fugua et commit ses premiers vols4. Les dossiers associent donc fréquemment chapardages, vols alimentaires à l’occasion de fugues durant la jeunesse, puis vagabondage, mendicité et vols simples à l’âge adulte. Nous pourrions évoquer aussi les premiers pas dans la vie de Jacques M. Il est frappé de relégation en 1947 à la suite de vols et tentatives de vols dans des fermes. Les larcins n’ont que peu de valeur : des lapins, du linge, des poulets et du vin. Une fiche biographique rédigée à Rouen en 1955 décrit ainsi cet ouvrier agricole vagabond, tuberculeux et alcoolique, ayant fréquemment des crises épileptoïdes et des colères impulsives : « Ses grands-parents étaient des alcooliques notoires. Son père, ouvrier d’usine, buvait son salaire, morigénait sa femme et le jeune Jacques qu’il détestait, à la différence de ses dix autres enfants. Son père mourut d’un cancer et de la tuberculose. Sa mère éleva seule les onze enfants. De mœurs légères, tout comme ses filles, elle transforma la demeure en une maison de passes, un déplorable taudis où Jacques était toujours maltraité. À quatorze ans, il quitta la maison et fut placé chez des paysans. Il haïssait les paysans et précisait, "ce sont des buveurs de sang qui vous font travailler de quatre heures du matin à onze heures du soir”. Il fugua, vola et fut condamné dès la Libération pour abattage clandestin5. »

  • 6 ADSM, 3735 W 78.
  • 7 ADSM, 3735 W 53.
  • 8 ADSM, 3735 W 69.

12Cet univers des petits voleurs des campagnes comporte de nombreux alcooliques. Les consommations sont élevées, parfois encouragées par le milieu professionnel. On croit y puiser de la force pour les travaux harassants. Pour assouvir leurs besoins, des relégués commettent larcins et petits vols d’opportunité. Un psychiatre rouennais décrivait l’un d’eux, un « alcoolique banal », en 1955 : « Sans beaucoup de volonté et prêt à tous les trafics pour tenter de satisfaire son penchant pour le vin, il a parcouru tout le cycle éthylique classique : désagrégation familiale, travail irrégulier et délinquance6. » Le psychiatre Huguet, en 1962 disait d’un autre : « Il trouve dans le pinard un recours et une justification7. » L’alcool consommé en trop grande quantité mène à des crises de colère, des violences et des rixes. Ces dérèglements du comportement lors des sorties-promenades ou lors des phases de semi-liberté incitent les éducateurs à souligner la dangerosité de ces colériques alcooliques et à les ranger parmi les antisociaux, comme Robert P., dont les surveillants rouennais, en 1957, craignaient les empor tements, les menaces « de tuer tout le monde ou de se suicider8 ».

  • 9 ADSM, 3735 W 57.
  • 10 ADSM, 3735 W 80.
  • 11 ADSM, 3735 W 63.
  • 12 ADSM, 3735 W 59.

13Instabilité professionnelle, allers-retours en prison, interdictions de séjour dans les grandes métropoles mènent tout droit à l’errance, de village en village. « Après la Légion, j’ai fait le trimard », raconte un relégué qui s’était engagé jeune pour abréger ses séjours dans les maisons de correction de Gaillon puis de Belle-Isle9. Ils sont donc condamnés pour vagabondage et mendicité, braconnage et délits de chasse, en même temps qu’ils sont sanctionnés pour des vols. Ils volent dans les musettes de leurs compagnons d’embauche, dans le portefeuille de l’agriculteur qui les emploie. À force de rencontrer ces trimardeurs, les observateurs des centres de triage en viennent à les classer dans la catégorie approximative des « vagabonds types ». C’est le sort subi par Jules S. dit La Fourmi en 1949. Il a été condamné à onze reprises pour des vols, pour vagabondage et mendicité. Les juges prononcent des peines de trois mois et un jour d’emprisonnement afin qu’elles soient comptabilisées en vue d’une relégation ultérieure. Dès 1931, il fut une première fois condamné à la relégation. Il en fut relevé, mais frappé une seconde fois en 1949. À l’âge de 14 ans, il avait été placé dans la maison de correction d’Auberive pour des vols à l’étalage. Enfant naturel, il avait subi les sévices d’une mère violente. À trois reprises, il s’évada de cette maison, commit de nouveaux vols et fut conduit dans l’établissement disciplinaire d’Eysses. Relégué, il ne parvint jamais à se maintenir en libération conditionnelle. Il profitait de la première occasion pour s’enfuir, pour boire et commettre de nouveaux vols. Le gardien-chef du camp de Mauzac notait à son propos en 1953 que « c’était un aboulique complet faisant figure d’épave humaine ». Il mentionnait son visage ridé, ratatiné, celui d’un vieillard alors qu’il n’avait que 57 ans. Il ajoutait : « C’est un rôdeur incorrigible, un vagabond qui commet des vols de victuailles. Instable, vivant au jour le jour, ce maraudeur sans volonté est un déchet humain10. » L’errance conduit aussi ces marginaux des campagnes vers les villes, vers les bas-fonds des cités, dans des taudis et à la rue. Certains y deviennent des clochards. Un relégué observé à Rouen en 1963 est présenté comme le « type parfait du vagabond », sénile avec un « habitus de clochard mal nourri11 ». Un autre est décrit en 1954 comme le « type parfait du clochard12 ». À Paris, ils cherchent à s’employer aux halles, s’entassent dans les baraquements des fortifs. Sur les chantiers, ils dérobent des métaux non ferreux, participent aux trafics de la période de guerre et de la Libération.

  • 13 On peut consulter mon article sur cet aspect de l’allure corporelle des relégués : « Des corps usés (...)
  • 14 ADSM, 3735 W 56.

14Les renseignements collectés sur les relégués dans leur milieu familial et lors des entretiens avec les éducateurs et les médecins signalent fréquemment, en sus de l’alcoolisme, des cas de tuberculose, des handicaps intellectuels ou psychologiques. Il convient de faire la part des préjugés des observateurs à l’égard d’individus souvent perçus comme « frustes » et diagnostiqués « débiles », après avoir subi des tests sur leur intelligence. Les mentions de séjours dans des hôpitaux, notamment des hôpitaux psychiatriques, indiquent cependant l’existence de troubles mentaux combinés avec un très fréquent illettrisme. La fréquentation de l’école ne fut pas toujours assidue, en particulier durant les périodes de conflit, et ils étaient placés tôt dans les fermes. Les mentions de certificat d’études sont quasiment absentes des dossiers de journaliers agricoles. Les observateurs sont désemparés face à certaines personnalités qui devraient relever d’asiles de sûreté, inexistants en France. Louis A. est décrit en 1963 comme « prématurément vieilli ». Cette mention revient fréquemment dans les dossiers. Les corps et les visages sont usés13. Il est affublé d’un bégaiement qui le rend incompréhensible. Ouvrier agricole vendéen, il a connu une enfance misérable, dans un milieu « fruste », aux côtés de onze frères et sœurs. Dès l’âge de 8 ans, il est employé dans des fermes puis devient commis. Ses difficultés avec la justice commencent pendant l’Occupation, à cause du marché noir. Il est condamné en 1942 à deux années d’emprisonnement pour le vol d’une feuille de tickets d’alimentation et pour des trafics d’œufs. Le psychiatre de Rouen écrit de lui que c’est un « débile mental instable14 ».

  • 15 ADSM, 3735 W 63.
  • 16 ADSM, 3735 W 65.

15Comme tous les relégués, les récidivistes du monde rural ont été durement éprouvés par les guerres, l’Occupation et les désordres de la libération. Le corpus de près de 1 600 dossiers de relégués étudiés montre que l’année de naissance la plus fréquente est 1921. Ce sont donc de jeunes adultes au moment de la Seconde Guerre mondiale. Les pénuries, le rationnement, les trafics du marché noir suscitent de nouvelles formes de délinquance. Les dossiers comportent fréquemment des allusions au « relâchement des mœurs » de ces temps troublés. Le psychiatre de Rouen notait : « À son retour du STO (service du travail obligatoire), entraîné par l’atmosphère de liesse et de relâchement des contraintes de la Libération, il a sombré dans le carambouillage, le vol et le trafic de métaux non ferreux15. » Les condamnations pour abattages clandestins viennent alourdir les casiers judiciaires, tout comme les mentions de vols de tickets de rationnement, de trafics de bons d’essence avec les troupes américaines, de contrebande avec la Belgique, de cambriolages de maisons ou logements vides ou bombardés. La bicyclette devient un bien de haute valeur, et les vols de vélos s’accroissent notablement. En 1948, Camille R. est sanctionné de relégation pour des vols de bicyclettes. C’est un ouvrier agricole alcoolique, ancien résistant ardéchois. Le psychiatre et l’éducateur de Rouen notent à son propos, en 1954, peu avant son admission dans le centre de l’Armée du salut à Radepont dans l’Eure : « Il a réellement fait partie d’un réseau de Résistance. La guerre, l’Occupation, deux ans de maquis finirent d’enlever le peu de goût qu’il avait pour le travail. La guerre terminée, il lui fut impossible de reprendre une existence normale16. »

  • 17 ADSM, 3735 W 52.

16Les condamnations en relation avec le conflit pèsent également dans les casiers judiciaires : désertions en temps de guerre et en temps de paix, actes de nature à nuire à la défense nationale, faits de collaboration. Maurice L., un ouvrier agricole élevé par un père alcoolique « rapineur » et chapardeur, fut très tôt qualifié de « voyou », de « crapule », dans sa commune. Dès l’âge de 16 ans, il consommait plusieurs litres de vin blanc par jour et de nombreux verres de genièvre. En 1940, il fut condamné pour désertion en temps de guerre. Il se livra au marché noir et à la contrebande avec la Belgique avant de contracter un engagement dans la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (LVF) en avril 1942. Peu désireux d’aller se battre sur le front russe mais appâté par la solde, il s’en fit réformer et fut hospitalisé au prétexte de blennorragie. Il aurait entretenu lui-même la maladie pendant plusieurs mois pour demeurer à l’hôpital parisien qui le soignait. En 1944, il s’engagea dans la brigade flamande de SS. Cela lui valut une peine de vingt années de travaux forcés. Il fut libéré de la maison centrale de Clairvaux en 1949. Délaissé par sa famille qui ne souhaitait plus le revoir, il commit des vols et des abus de biens sociaux jusqu’à sa relégation en 195217. Ceux qui furent emprisonnés pendant l’Occupation connurent la faim, la grande misère des prisons de cette époque, parfois même des déportations en Allemagne à l’issue de leur peine.

  • 18 ADSM, 3735 W 57.
  • 19 Voir mes articles : « Stigmatisation et souffrance sociale des relégués, 1947-1970 », dans F. Chauv (...)

17Ces « pauvres types » des campagnes sont rejetés par leur famille, par leur village après la condamnation à la relégation. On ne souhaite pas les revoir car ils font honte. Quelquefois, on a peur qu’ils ne recommencent leurs bêtises. Des frères et sœurs en viennent à haïr celui qui a fait peser l’opprobre sur la famille. Emmanuel M., manouvrier de Loire-Atlantique, est ainsi rejeté par sa famille, ainsi qu’en témoigne une enquête sociale de 1956 : « Aucun des membres qui restent de sa famille ne veut le reprendre. On a plutôt peur de lui, on craint sans cesse qu’il ne renouvelle ses méfaits. Une de ses tantes semble soulagée de ne pas revoir ce pervers au pays. Sa conduite est entièrement réprouvée par les siens et par tout l’entourage. Son retour n’est pas souhaitable dans son pays18. » Cette répulsion19 provoque le déracinement et augmente les difficultés de réinsertion de personnages réputés instables.

  • 20 On peut consulter sur cette œuvre mon article publié sur le site Criminocorpus : « Les récidivistes (...)

18Pour beaucoup de ces relégués d’origine rurale, toute réinsertion s’avéra impossible sans la tutelle d’œuvres caritatives, telles que l’Armée du salut. Habitués à une vie misérable, la prison, les centres de relégués ne les effrayaient plus guère. Ils vieillissaient ensemble à Mauzac ou à Saint-Sulpice-la-Pointe. Le château de Radepont20 dans l’Eure, administré par les salutistes, en accueillit un grand nombre. Mais les fugues, l’alcoolisme, les menus larcins scandaient la vie quotidienne de ce grand établissement. Il n’est pas aisé de distinguer le taux de réintégration des relégués urbains par rapport à celui des ruraux. Il semble toutefois que, marqués par l’alcoolisme, l’empreinte pénitentiaire accumulée après de si nombreux et si longs séjours aient prison, l’absence de toute qualification, les relégués des campagnes ont eu les pires difficultés pour ne pas sombrer dans la « cloche » et pour ne pas finir dans un « hospice de vieillards ».

Notes

1 Cette contribution s’inscrit dans le cadre des recherches menées au sein de l’ANR Sciencepeine et prolonge plusieurs articles sur les relégués dont la liste figure sur le site Criminocorpus à l’adresse numérique suivante : http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article331.html.

2 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), 3735 W 76, dossiers du centre de triage et d’observation de Rouen.

3 ADSM, 3735 W 76.

4 ADSM, 3735 W 76.

5 ADSM, 3735 W 62.

6 ADSM, 3735 W 78.

7 ADSM, 3735 W 53.

8 ADSM, 3735 W 69.

9 ADSM, 3735 W 57.

10 ADSM, 3735 W 80.

11 ADSM, 3735 W 63.

12 ADSM, 3735 W 59.

13 On peut consulter mon article sur cet aspect de l’allure corporelle des relégués : « Des corps usés et maltraités, les multirécidivistes relégués de 1938 à 1970 », dans Frédéric Chauvaud (dir.), Corps saccagés. Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 163-174.

14 ADSM, 3735 W 56.

15 ADSM, 3735 W 63.

16 ADSM, 3735 W 65.

17 ADSM, 3735 W 52.

18 ADSM, 3735 W 57.

19 Voir mes articles : « Stigmatisation et souffrance sociale des relégués, 1947-1970 », dans F. Chauvaud (dir.), Histoires de la souffrance sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, P- 63-73,et « La haine des récidivistes après 1945 », dans Frédéric Chauvaud et Ludovic Gaussot (dir.), La haine. Histoire et actualité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 255-264.

20 On peut consulter sur cette œuvre mon article publié sur le site Criminocorpus : « Les récidivistes et l’Armée du Salut (1952-1970) », GRHIS-Justice Université de Rouen, Assistance et discipline dans les mémoires de la protection sociale en Normandie, 2010.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Rouen. Il a publié La prison politique en France (Paris, Anthropos, 1993), La prison à l’ombre des hauts murs (Paris, Gallimard, 2004), Jeunes, déviances et identités (PURH, 2010). Membre du comité de rédaction de Crime-nocorpus, il coordonne le pôle rouennais de l’ANR « Sciencepeine », Sciences, savoirs et exécution des peines (1911-2011).

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search