Version classiqueVersion mobile

L’insurrection entre histoire et littérature (1789-1914)

 | 
Quentin Deluermoz
, 
Anthony Glinoer

Le « sténographe de l’univers ». Le Mois d’Alexandre Dumas (1848-1850)

Sarah Mombert

Texte intégral

  • 1 Je précise que j’entends ici « posture » au sens de Jérôme Meizoz (Postures littéraires. Mises en s (...)

1Le Mois, premier des journaux périodiques fondés et rédigés par Alexandre Dumas pendant la révolution de 1848, marque dans la carrière de l’écrivain une étape importante de la constitution d’une posture auctoriale1 originale, qui le campe en témoin engagé des événements insurrectionnels, en publiciste de l’actualité et en prophète moderne. Contrairement à plusieurs des entreprises de presse ultérieures de Dumas, Le Mois se présente comme un journal politique, dans lequel l’écrivain retrace les événements révolutionnaires de Février et de Juin, le printemps des peuples qui soulève l’Europe entière, puis la menace, qui rapidement se précise, du coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte.

  • 2 En particulier par Sébastien Hallade, dans Le Sacre de l’écrivain-journaliste. Dumas sous la Second (...)
  • 3 Tous les numéros du Mois cités dans cette étude peuvent être consultés sur le site d’édition des jo (...)

2Les aspects factuels de la parution de ce journal, ainsi que les positions politiques de Dumas en 1848 ont déjà été étudiés2, mais il est important d’en rappeler les grandes lignes. Le journal est publié avec une périodicité variable, généralement mensuelle : ses 26 livraisons, datées de mars 1848 à février 1850, paraissent la plupart du temps avec un retard notable. Le format, de 32 pages in-quarto organisées selon un rubricage minimal, se rapproche de celui de la revue ; Le Mois se vend exclusivement par abonnement et la collection est destinée à être reliée, comme l’indique la présence de tables annuelles3.

  • 4 Corinne Saminadayar-Perrin, « Alexandre Dumas rédacteur du Mois (1848) : les paradoxes d’une histoi (...)

3Dumas est l’unique rédacteur de cette publication qui, dans sa conception et son mode de diffusion, se rapproche plus du précis que du journal collectif. Comme les nombreuses feuilles éphémères créées entre février et juin 1848, Le Mois témoigne de l’extraordinaire vitalité de l’expression libérée par la chute de la monarchie de Juillet, ainsi que du besoin ressenti par les écrivains de s’impliquer dans la chose publique. Il n’est pas anodin de noter que, pour Dumas, qui écrit continûment pour la presse depuis le milieu des années 1830, 1848 est le moment déclencheur d’un nouveau rapport à la presse : sans cesser de publier articles et romans dans les journaux des autres, il crée sa propre feuille dans laquelle il expérimente une écriture de l’événement fondée sur ce que Corinne Saminadayar-Perrin appelle les « paradoxes d’une histoire immédiate4 ». Du point de vue qui m’intéresse ici, l’enjeu de ce journal est double : écrire l’insurrection pour le présent comme pour la postérité et s’y inventer une nouvelle persona, jouer dans et par l’écriture un rôle à la fois symbolique et concret dans la construction de la République.

  • 5 « 19 février », Le Mois, 1, 1er mars 1848, p. 13.
  • 6 Sur le Théâtre-Historique, voir « Le Théâtre-Historique d’A. Dumas. I. Le répertoire et la troupe » (...)
  • 7 Le Chant des Girondins, paroles d’Alexandre Dumas et Auguste Maquet sur une musique de Varney, a ét (...)

4Années climatériques pour la nation, les années 1848, 1849 et 1850 représentent aussi un moment critique pour l’écrivain Dumas, puisqu’il s’agit pour lui du temps de la métamorphose – désirée, mais non totalement accomplie – du poète en homme politique, du feuilletoniste en publiciste, de l’écrivain populaire en guide du peuple. Cette nouvelle vocation naît tout entière de la conjoncture révolutionnaire. L’exemple de Lamartine, ministre du Gouvernement provisoire, donne à Dumas l’illusion qu’il parviendra à surmonter, par l’implication dans la vie publique, l’impasse professionnelle dans laquelle la pression des événements insurrectionnels a placé les écrivains qui, comme lui, ont besoin des revenus que leur assurent en période de calme politique la vente régulière de livres, de feuilletons publiés dans les journaux et les représentations dramatiques. Le Mois, pourtant avare d’échos de la vie culturelle parisienne, note les indices du tarissement de l’activité culturelle pendant les jours d’émeute : « Depuis trois ou quatre jours, les recettes des théâtres, ce thermomètre de la tranquillité publique, sont presque nulles5. » Pour Dumas, qui a misé une grande partie de son crédit personnel et professionnel sur la construction du Théâtre-Historique en 18476, la concurrence faite au théâtre par les barricades représente une menace particulièrement grave. Il tente bien de tisser un lien entre son métier de dramaturge au chômage et l’actualité insurrectionnelle, par exemple en rappelant qu’il est l’auteur du Chant des Girondins7 qui, après avoir résonné sur les barricades, deviendra l’hymne national de la Deuxième République, mais les faits d’armes du romantisme appartiennent au passé et la révolution qui fait rage dans Paris est d’une autre nature que les batailles théâtrales de sa jeunesse.

5Les événements insurrectionnels vont donc le forcer à se réinventer : en renversant la position professionnelle de l’industriel des lettres qu’est Dumas, ils l’obligent aussi à modifier la façon dont il se représente et dont il prend la parole dans ses écrits de 1848. On peut observer, dans l’écriture des événements insurrectionnels pour les pages du Mois, la construction d’une posture d’écrivain paradoxale et labile, qui témoigne de la crise réelle d’une profession, subie par Dumas comme par ses confères, mais bien plus encore d’une conscience aiguë que se joue, entre Février et Juin, dans ce qu’on a appelé la « révolution lyrique » de 1848, un moment critique de l’évolution de la figure publique de l’écrivain.

L’impersonnalité du sténographe

  • 8 Le Mois, 12, 30 novembre 1848, p. 384.

6« Nous serons les sténographes de l’univers », écrit Dumas dans une adresse « Aux abonnés du journal Le Mois8 ». Arrêtons-nous un instant sur cette fonction de sténographe, dont Dumas emprunte ici l’humble masque pour en faire le modèle de son écriture journalistique. Le sténographe – métier encore exclusivement masculin, à l’époque où écrit Dumas – a pour fonction de transcrire avec exactitude les débats parlementaires, dont le compte rendu est publié dans Le Moniteur puis repris dans les divers organes de la presse politique. Le compte rendu sténographique constitue donc un double officiel, un enregistrement, théoriquement impartial et exhaustif, des débats oraux qui se sont tenus à la Chambre.

  • 9 Marie-Ève Thérenty, Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Champion (Romantism (...)
  • 10 Éloïse Pontbriand consacre sa thèse de doctorat à ce sujet : Éloïse Pontbriand, Les Périodiques à u (...)

7Le sous-titre du Mois, « Résumé mensuel, historique et politique de tous les événements, jour par jour, heure par heure, entièrement rédigé par Alexandre Dumas », propose une formulation alternative de cette ambition sténographique de dire la totalité de l’événement révolutionnaire, en ajoutant le détail intéressant d’un rédacteur unique. En effet, contre le principe d’écriture collective du journal moderne, qui rend compte de la complexité de l’actualité par une « mosaïque » de discours, selon la formule de Marie-Ève Thérenty9, Dumas choisit d’être seul rédacteur de sa feuille. Ce choix n’est pas sans exemple, avant et après lui10, mais la plupart des publicistes qui font le choix d’une voix unique se placent sur le terrain de la satire ou de la polémique. Pour eux, l’univocité est une arme dans un combat contre l’opinion commune, la garantie d’un point de vue strictement personnel rendant compte d’opinions singulières. Au contraire, Dumas ne s’affirme pas seul contre tous ; rédiger seul est pour lui une façon de disparaître derrière les événements et les discours, d’adopter la discrétion du sténographe qui efface sa personnalité devant les mots et les actions du moment insurrectionnel.

8C’est pourquoi, lorsqu’il raconte ses propres actes accomplis pendant les journées de Février, Dumas parle de lui-même à la troisième personne, en se figurant, sous son costume de garde national, parmi les acteurs et les témoins de l’événement. De façon significative, il ne se montre jamais en armes, mais s’attribue un rôle de porte-parole de la vérité et de héraut de la concorde. C’est ainsi que, le 24 février, alors que de faux mots d’ordre ont été donnés aux postes pour créer du désordre, il note :

  • 11 « 24 février », Le Mois, 1, 1er mars 1848, p. 37.

Le commandant de la garde nationale de Saint – Germain, qui se trouve à l’Hotel-de-Ville, est alors chargé de se rendre aux différents postes et de donner, au nom du gouvernement provisoire, le seul, le véritable mot d’ordre. Ce mot d’ordre est : Liberté, égalité, fraternité ; maintenez les barricades11.

9En gommant la personnalité de son unique rédacteur, le journal se fait le truchement de la parole révolutionnaire. Il ambitionne d’agir en transcrivant la parole véridique qui semble émaner naturellement du peuple et qu’il lui suffirait de reproduire pour prendre sa part dans l’avènement de la République. L’effacement du rédacteur laisse entendre les voix plurielles de l’émeute, la cacophonie des avis divergents, des opinions de tous bords, des informations de toutes origines. Le Mois retranscrit tout cela en un vaste compendium des discours contemporains dans lequel la voix du rédacteur se tait à dessein. Il laisse parler les documents, recopiant les proclamations du gouvernement provisoire, les circulaires ministérielles, les affiches et les résultats des élections.

  • 12 Le type du « coupeur » de journaux est décrit par Edmond Texier dans Paris-Journaliste, 1854 : « Le (...)

10Les rubriques du Mois, qui donnent au lecteur l’impression que le journal, malgré sa parution mensuelle, est rédigé jour par jour, sont en réalité des cases dans lesquelles le publiciste, adoptant l’emploi subalterne de « coupeur12 », range les coupures de presse dont il compose sa revue. Lorsqu’elles sont remplies par un « coupeur » compétent, ces fonctions de documentaliste impliquent une véritable dimension éditoriale puisque, comme un journaliste d’information qui prête attention à la qualité de ses sources, le « coupeur » consciencieux indique au lecteur à quels journaux il emprunte ses extraits, lui permettant d’en questionner la fiabilité et les partis-pris. En effet, Le Mois cite fréquemment ses sources, par exemple pour les journaux étrangers dont les extraits sont généralement référencés, tout comme est indiquée leur absence, possible indice d’une censure politique :

  • 13 « 10 mars », Le Mois, 3, 16 mai 1848, p. 86.

Nous n’avons reçu aujourd’hui de Madrid que les journaux ministériels, le Faro et le Heraldo. Ceux de l’opposition, l’Eco del Commercio, le Clamor publico, l’Espectador et le Siglo, nous manquent. Il n’est pas probable cependant qu’ils aient été tous saisis13.

11Lorsque les sources mentent trop effrontément, le rédacteur les cite tout de même, mais en soulignant le travestissement des faits, par exemple le compte rendu publié par la presse polonaise des journées de Février :

  • 14 « Étranger », Le Mois, 4, 31 mai 1848, p. 121-122.

À Varsovie, la nécessité de prévenir une explosion a paru telle, que voici comment, le 10 mars, un journal exposait les événements qui ont si miraculeusement éclaté en France :
« S. M. Louis-Philippe est gravement indisposée. Par le conseil de ses médecins le roi a résolu de s’abstenir pendant quelque temps des affaires du gouvernement, et d’aller prendre les bains de mer à Brighton. Au départ du roi il y a eu une émeute insignifiante qui a été comprimée, et qui a eu pour résultat la retraite de M. Guizot. Pendant son absence, le roi a confié la direction des affaires à M. le comte Molé14. »

  • 15 Les traces d’une filiation entre les gazettes d’Ancien Régime et Le Mois sont nettes. Voir par exem (...)

12Comme dans les gazettes d’Ancien Régime15, les correspondances particulières viennent compléter les informations parues dans la presse étrangère et suppléent au défaut d’informations avérées, comme c’est le cas pour les événements du Risorgimento milanais :

  • 16 « Étranger », Le Mois, 16 mai 1848, p. 83.

On manque de détails ; mais, s’il faut en croire des correspondances particulières, le commissaire qui a adressé sur les événements de cette dernière localité [la Valenmonicaj un rapport au gouvernement central de Milan, terminait ainsi la dépêche : « Je suis forcé de porter la cocarde tricolore, tandis que je vous écris. » Cette circonstance est de nature à faire supposer le succès de l’insurrection16.

  • 17 La correspondance générale de Dumas n’ayant pas encore paru pour 1848, nous en sommes réduits aux c (...)

13Le scripteur se figure en collecteur d’informations, compilant journaux et lettres produits par tout un réseau d’acteurs et de témoins qui, de toute l’Europe, adressent leurs récits à des correspondants parisiens, qui les partagent à leur tour avec lui17.

14Loin d’être un journal reproducteur dénué de scrupules, Le Mois pratique donc la compilation documentaire de manière réfléchie et consciente des enjeux politiques engagés par le recueil de l’information en période insurrectionnelle. Mais, malgré ses ambitions à atteindre la précision de l’historien, le compilateur d’une revue « à chaud » manque parfois d’une méthode systématique dans l’usage des informations et des documents. Le montage des textes dans les pages du Mois est si serré que le lecteur peine souvent à identifier le locuteur dans le tourbillon des paroles rapportées. Ainsi, faute de guillemets qui signaleraient la délégation du discours, ce passage consacré à l’héroïsme des femmes dans l’insurrection italienne n’indique pas clairement au lecteur qui dit « je » :

  • 18 « 21 mars », Le Mois, 4, 31 mai 1848, p. 110.

Gênes. Les nouvelles arrivées de Milan enflamment tous les esprits […] ; beaucoup de mères sont devenues des Spartiates. J’en ai vu une place du Dôme, qui, en remettant une carabine espagnole aux mains de son fils, lui disait18

15En outre, le collage documentaire témoigne d’une foi quelque peu naïve dans la véracité de l’imprimé. Ainsi, Le Mois reprend, sans en questionner l’authenticité, une anecdote plaisante :

  • 19 « 9 mars », Le Mois, 3, 16 mai 1848, p. 79.

Nous avons dit que l’archevêque de Paris avait ordonné les prières publiques pour la France. Tous les diocèses ont imité l’exemple donné par l’église métropolitaine de la capitale.
Seulement, les évêques ont oublié d’envoyer aux curés et aux desservants la formule républicaine.
Aussi, dimanche dernier, dans une petite commune du canton de Condé, le vicaire officiant et le curé chantant au lutrin, arrivé au Domine salvum, le bon curé entonna à pleine voix ce passage de l’office, modifié ainsi qu’il suit :
Domine salvum fac… le gouvernement provisoire19.

  • 20 Par exemple A. Imbert, Histoire de la révolution de quatre-vingt-seize heures, Guyonnet, 1830, p. 1 (...)
  • 21 Par exemple dans un journal lyonnais, Le Réveil du peuple, 1, s. d. [1848], qui cite lui-même le Pi (...)

16Cette anecdote, reproduite depuis 1830 dans toutes les histoires anecdotiques de la révolution de Juillet20, circule à nouveau en mars 1848, donnée comme authentique, dans les journaux de province21. Bien qu’apocryphe, elle constitue donc un document authentique de Février, non parce qu’elle décrit un événement réel de l’insurrection de 1848, mais parce qu’elle a effectivement circulé dans le discours social de l’époque, et c’est à ce titre que Dumas, endossant jusqu’à l’oubli de tout esprit critique son sacerdoce sténographique, la consigne dans son journal.

17L’effacement énonciatif garantit donc sinon la pertinence, du moins l’impartialité de la sélection opérée dans la matière événementielle et assure son utilité en tant que documentation pour l’histoire :

  • 22 Le Mois, 9, 31 août 1848, p. 257.

Ce journal ne peut ni ne doit être une compilation banale des autres journaux, mais bien un résumé intelligent, destiné à servir à l’histoire de notre époque […] C’est surtout à nos lecteurs de province que nous nous adressons ; à ceux qui, éloignés du spectacle auquel nous assistons, ne sont informés de ce qui se passe que par les journaux quotidiens, lesquels, mus par un esprit de parti, ne présentent souvent les choses que du côté qui tend à prouver que leurs convictions sont les bonnes. Notre journal ne peut être fait ainsi. Il n’est que la reproduction des faits sur lesquels il ne veut avoir aucune influence, il est destiné à répéter tous les bruits, toutes les nouvelles, tous les événements qui circulent et se croisent dans Paris, et qui sont, du moins à notre avis, d’un grand intérêt pour celui qui, plus tard, veut fouiller une époque et se rendre compte de la physionomie qu’elle avait22.

  • 23 « Aux abonnés du journal Le Mois », Le Mois, 12, 30 novembre 1848, p. 384.
  • 24 Voir mon article « Action politique et fiction romanesque : l’impossible révolution d’Alexandre Dum (...)
  • 25 Par exemple le journal La Liberté de Lepoitevin de Saint-Alme. Les principales contributions de Dum (...)
  • 26 Affiche de l’imprimerie Napoléon Chaix, mars 1848.
  • 27 Ibid.

18L’insistance remarquable du rédacteur sur le public auquel il destine sa feuille se comprend aisément, au moment de la proclamation du suffrage universel masculin. Les lecteurs des « ateliers » et des « chaumières23 » sont de nouveaux électeurs potentiels, dont Dumas, qui prépare sa candidature aux élections à la Constituante du mois d’avril, brigue les suffrages24. Mais il n’instaure pas Le Mois en vecteur privilégié de sa campagne électorale, menée surtout par des proclamations et des articles dans les autres journaux auxquels il collabore25. Le Mois se fixe le but plus général de contribuer à la culture politique de ses lecteurs, quel que soit l’arrondissement dans lequel ils votent. Or, comme le dit Dumas, la révolution ayant créé de nouvelles attentes, « la politique est le besoin universel26 » et le publiciste répond à cette demande d’éducation politique en s’assurant que « chaque électeur puisse recevoir un journal qui le renseigne sur ses droits et ses devoirs27 ».

19L’effacement énonciatif du scripteur vise donc un objectif d’universalité complémentaire de celui de l’établissement du suffrage universel : c’est pour s’élever au-dessus des opinions individuelles et de la politique d’influence propre au régime censitaire qui vient de tomber que Dumas endosse le rôle de « sténographe de l’univers ». Disparaître en tant qu’individu représente pour lui la première étape nécessaire d’une sublimation de l’écriture journalistique.

Écrire sous la dictée de Dieu

  • 28 Affiche citée.
  • 29 En particulier l’éphémère journal satirique de juin 1848, Les Saltimbanques, pochades politiques (m (...)
  • 30 Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain, 1750-1830. Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïq (...)

20Lorsque, dans l’affiche de lancement du journal, Dumas explique l’intérêt nouveau que prend la politique aux yeux d’une nation de citoyens ayant accès au vote, il utilise une image sur laquelle il importe de revenir. Dans l’orage révolutionnaire, « ces dix millions de lecteurs […] attendent chaque matin la pâture sociale comme les Hébreux du désert attendaient chaque soir la pâture matérielle28 ». La presse satirique contemporaine et, à sa suite, les premiers historiens de la presse, se sont beaucoup moqués de cette image biblique29, arguant que, si Dieu avait nourri les Hébreux une fois par mois, rythme auquel paraît le journal de Dumas, ils n’auraient pas été nombreux à sortir du désert. Au-delà du persiflage, il faut comprendre le point de vue, surplombant et messianique, choisi par Dumas et le replacer précisément dans ce que Paul Bénichou a appelé le « sacre de l’écrivain30 » au xixesiècle.

21L’effacement du rédacteur du Mois devant les faits découle en effet de l’ambition universaliste de son écriture journalistique. Parler de lui-même à la troisième personne pour placer les documents au premier plan de la scène médiatique ne constitue pas une preuve de modestie, mais bien plutôt une façon de se placer au principe même de la République sociale, au-dessus de la mêlée confuse du républicanisme révolutionnaire. Le seul moyen, selon Dumas, de faire œuvre de poète dans l’orage de l’émeute, c’est d’adopter le point de vue surplombant de Dieu, qui voit simultanément tous les combats sur toutes les barricades et peut en brosser un tableau à la fois exact et exhaustif. Voici comment l’affiche de lancement du journal retrace cette ambition universaliste :

  • 31 Affiche citée.

Comment le mouvement de l’univers tout entier s’engrène à cette roue de flamme qu’on appelle Paris, c’est ce que nous essayerons de faire comprendre en le faisant voir. […] Non seulement Paris, non seulement l’Europe, mais le monde tout entier posera devant nous. […] Au reste notre tâche est facile : la Providence nous la trace. Dieu dicte et nous écrivons31.

  • 32 « 23 février », Le Mois, 1, 1er mars 1848, p. 20.
  • 33 Sous-titre du Mois.
  • 34 « 24 février », Le Mois, 1, 1er mars 1848, p. 29.

22Ce point de vue omniscient, qui permet au journaliste de suivre plusieurs bataillons de la Garde nationale à la fois32, d’accompagner au même instant les émeutiers sur les boulevards et le Gouvernement provisoire à l’Hôtel de Ville, ressemble fort à celui du narrateur des romans historiques de Dumas, capable de suivre plusieurs fils de l’action et de les nouer aux moments-clés de l’action romanesque. En effet, il arrive que les rubriques journalistiques du Mois, organisées selon le principe strictement chronologique du récit « heure par heure, jour par jour33 » laissent place à un montage typiquement feuilletonesque, manifesté par des formules telles que celle-ci : « Pendant que madame la duchesse d’Orléans entre à la Chambre, jetons un regard sur ce qui se passe au château-d’Eau et sur ce qui va se passer aux Tuileries34. »

  • 35 Sébastien Hallade analyse les techniques romanesques employées par Dumas dans Le Mois (Hallade, Le (...)

23Mais, bien plus qu’une simple technique narrative qui refléterait dans sa pratique journalistique le savoir-faire de romancier de l’auteur35, l’adoption du point de vue omniscient acquiert, dans le contexte du journalisme de révolution, une valeur symbolique et pragmatique supérieure. Elle donne au lecteur l’impression que les événements se racontent tout seuls et que leur agencement, voulu par une instance intelligente mais discrète, obéit à un plan providentiel. Certains passages, qui ressortissent objectivement aux techniques de coupe que le feuilletoniste Dumas maîtrise à la perfection, produisent un effet similaire. C’est le cas du récit de la prise du château d’eau, le 24 février 1848 :

  • 36 « 24 février », art. cité, p. 30.

La minute, la seconde, où le château a été pris, est constatée. – Un doigt presque aussi puissant que celui de Dieu a arrêté le temps. – Un homme du peuple est monté à l’horloge, il a brisé le balancier.
Et la pendule impassible et inexorable a marqué l’heure de la victoire du peuple, de la chute de la royauté :
Une heure et demie36.

24L’emploi de la comparaison (« un doigt presque aussi puissant que celui de Dieu ») confère un sens symbolique aux faits racontés par le narrateur, en articulant deux plans énonciatifs, le récit factuel de l’arrêt du balancier de l’horloge par un émeutier et son interprétation providentialiste, selon laquelle Dieu sanctionne « l’épuisement » de la monarchie de Juillet. L’analyse politique que fait Dumas de l’insurrection parisienne de Février repose entièrement sur une conception climatérique du temps historique : pour lui, l’insurrection représente un passage douloureux mais nécessaire de l’histoire, une crise de régime indispensable, voulue par la Providence, qui destine Paris à montrer à l’Europe le chemin du progrès nécessaire, de la monarchie constitutionnelle à la république. C’est pourquoi, en tenant la chronique quotidienne de l’insurrection, il remplit une mission sacrée d’annaliste du dessein providentiel. En documentant l’actualité de la révolution, il rassemble les matériaux d’une histoire prophétique.

  • 37 Le Mois, 20, 1er août 1849, p. 228.
  • 38 Ibid., p. 227.

25Écrire sous la dictée de Dieu consiste à métamorphoser l’humble sténographe de l’actualité politique en prophète de la parole révélée, c’est-à-dire s’égaler aux Évangélistes ou à Mahomet, faire émerger le sens des événements en leur donnant forme, prédire l’avenir nécessaire en racontant le présent. C’est pourquoi Dumas se cite lui-même abondamment : non seulement – comme le soutiendrait avec pertinence un raisonnement matérialiste – pour faire de la copie à bon marché, mais aussi, plus fondamentalement, pour démontrer comment, de ses écrits des années 1830 à ceux de 1848, il n’a eu de cesse de faire entendre « l’esprit sibyllin qui veillait en [lui]37 ». Romancier d’histoire, journaliste d’actualité et prophète sont à ses yeux les trois facettes d’une même posture38 qui justifie l’évolution, très sensible si l’on lit dans leur continuité les deux ans de livraisons du Mois, de l’impersonnalité du sténographe à la parole inspirée du prophète.

  • 39 « 23 mars », Le Mois, 4, 31 avril 1848, p. 118.
  • 40 Le Mois, 9, 31 août 1849, p. 257-258.
  • 41 Cette explication psychologique est avancée par Mariana Net dans « Dumas l’intraduisible, Dumas l’i (...)
  • 42 « À nos lecteurs », art. cité, p. 231.

26Si le prophète écrit en effet sous la dictée divine, si, comme l’affirme Dumas avec emphase, « les chants des grands poètes sont toujours des prophéties39 », ce chant émane d’un corps inspiré. Le publiciste doit transcender la simple transcription mécanique des faits pour assumer une parole forte, il doit dire « je » et s’adresser directement aux puissants pour tenter d’agir sur la marche du monde. Dumas adopte ce mode d’adresse dès le lendemain des élections présidentielles de décembre 1849. Alors qu’il a soutenu la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte, qui représentait pour lui le retour à l’ordre et à la concorde nationale, il se désolidarise très rapidement d’un président dont les ambitions impériales mettent en danger la république sociale dont rêve le poète. Ainsi, à la date du 1er juillet 184940, il compose un long article citant abondamment les « lignes prophétiques » de deux de ses propres ouvrages antérieurs, Gaule et France (1833) et Impressions de voyage en Suisse (1832-1834). Cette autocitation ne s’explique pas seulement par le narcissisme de l’unique rédacteur du Mois41, qui se préoccuperait plus d’assurer sa propre gloire que de rendre compte des événements, mais parce que la parole passée, justifiée par le cours de l’histoire, fonde un ethos prophétique qui rend légitime une adresse directe, d’égal à égal, du poète au prince-président : « Monseigneur, quant à l’épée de votre oncle, n’essayez pas d’en faire un sceptre, croyez-moi42. » Dans les derniers numéros du Mois, ces adresses récurrentes ne cessent de répéter la mise en garde contre le coup d’État.

27Pour que la parole prophétique soit légitime, elle doit s’ancrer dans une personnalité et une carrière d’artiste pleinement assumées et engagées. C’est pourquoi l’écriture impersonnelle du documentaliste de l’histoire ne peut suffire à l’ambitieuse tâche d’écrire le passé et le présent pour l’avenir. La retenue de l’écrivain d’histoire ou du journaliste devant les faits n’est qu’une étape préalable à une palingénésie artistique, au cours de laquelle doit émerger une parole inspirée, nécessairement personnelle. Voici comment Dumas explique cette nécessaire émergence du « je » au service de la fraternité universelle dont il rêve l’avènement par l’art :

  • 43 « 14 juillet », Le Mois, 20, 1er août 1849, p. 240. Le texte cite un récit de Dumas, « Les gentilsh (...)

Quand j’écris un roman, ou quand je bâtis un drame, je subis tout naturellement les exigences du siècle dans lequel mon sujet s’accomplit […] Au milieu de toutes ces recherches, de toutes ces investigations, de toutes ces nécessités, le MOI disparaît […] ce que j’ai de talent se substitue à ce que j’ai d’individualité, ce que j’ai d’instruction à ce que j’ai de verve ; je cesse d’être acteur dans ce grand roman de ma propre vie, dans ce grand drame de mes propres sensations ; je deviens chroniqueur, annaliste, historien […] Eh bien ! il y a quelque chose de triste là-dedans, quelque chose d’injuste contre lequel je veux lutter. Je veux tâcher d’être pour le lecteur quelque chose de mieux qu’un narrateur dont chacun se fait une image au miroir de sa fantaisie. Je voudrais devenir un être vivant, palpable, mêlé à la vie dont je prends les heures, quelque chose comme un ami enfin, si familier à tout le monde que, lorsqu’il entre, quelle que part que ce soit, dans la cabane comme dans le château, il n’ait besoin d’être présenté à personne, parce qu’à la première vue il est reconnu de tous. Ainsi je mourrai moins, ce me semble43.

  • 44 Il se prétendait l’inventeur du genre de la causerie. Voir Sandrine Carvalhosa-Martins, La Causerie (...)
  • 45 « Ai-je tenu parole, dites, au milieu de ces voix qui s’élevaient pour mépriser ou pour maudire ce (...)

28On voit comment Dumas entend mettre sa popularité d’écrivain au service de la communauté : au-delà de la quête du succès – pourtant bien légitime en cette période de crise du marché des biens culturels –, c’est au milieu de concitoyens amis, égaux en politique et frères dans la lecture, qu’il entend prendre place. Cela explique largement un trait stylistique de l’écriture romanesque et journalistique de Dumas, écrivain « causeur » par excellence : s’il élit entre tous le genre de la « causerie familière44 », c’est parce que l’adresse de l’artiste à ses lecteurs lui semble accomplir son ethos d’écrivain d’histoire. Au-delà de la communication, dans le présent de l’actualité, avec les abonnés de son journal, il s’adresse à l’humanité de l’avenir, espérant que la fraternité survivra aux divisions politiques du moment45.

29Puisque Dumas nous invite, par les ambitions prophétiques de son discours journalistique en temps d’insurrection, à faire résonner ses mots de 1848 dans notre présent, interrogeons un instant la position qu’il a dessinée pour nous. Pourquoi, parmi les innombrables sources qui nous donnent accès aux insurrections du xixe siècle, relirions-nous tout particulièrement un journal qui, comme Le Mois ne semble à première vue contenir qu’une poussière de documents que les historiens ont analysés sans doute avec plus de pertinence que l’écrivain compilateur ? Dumas lui-même se pose cette question et répond, dix ans après les faits, alors que le couvercle de l’Empire autoritaire a depuis longtemps étouffé l’effervescence des journées de Février. Il écrit, en guise de commentaire à la reprise d’un article du Mois dans son journal le Monte-Cristo :

  • 46 « Causerie », Le Monte-Cristo, 11, jeudi 30 juin 1859.

Si j’en crois ce qui m’a été rapporté sur ma dernière causerie, elle ne serait point passée tout à fait inaperçue ; mais à l’époque où elle avait été écrite, au moment où elle avait été jetée à la rue au milieu de ces feuilles sans nombre qu’emportait le vent de l’émeute, à peine avait-elle été remarquée.
Il y a peu de publications de cette époque que l’on pourrait reprendre aujourd’hui et qui semblassent écrites pour aujourd’hui, car dans les temps fiévreux comme ceux où nous nous trouvions alors, chacun se hâte de mêler son éclair à l’orage du moment ; mais l’orage passe, et l’éclair n’a illuminé que le présent, en alarmant l’avenir.
Il n’en est point ainsi des moindres pensées que jette, même à la presse quotidienne, l’homme d’études historiques. Pour lui, ses recherches dans le passé ne sont qu’un moyen de se frayer un chemin vers l’avenir46.

  • 47 Ibid., 10, jeudi 23 juin 1859.

30Le Mois, « jeté à la rue au milieu de ces feuilles sans nombre qu’emportait le vent de l’émeute », a bien pu être « à peine remarqué » par ses contemporains, dont les abonnements n’ont pas suffi à couronner de succès l’entreprise éditoriale, il mérite tout de même d’être relu, car il témoigne de l’ambition de documenter les barricades au bénéfice de l’avenir. « Comme les chênes de Dodone [qui] jetaient leurs feuilles pendant les orages47 », il nous fait saisir les espoirs et entendre, dans le brouhaha des événements insurrectionnels, la voix des « ouvriers de la pensée » qui rêvaient de construire la république fraternelle à la seule force de la plume.

Notes

1 Je précise que j’entends ici « posture » au sens de Jérôme Meizoz (Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007), sous l’angle à la fois énonciatif (l’ethos) et actionnel (la production d’une figure d’auteur, visant à modifier sa situation professionnelle concrète).

2 En particulier par Sébastien Hallade, dans Le Sacre de l’écrivain-journaliste. Dumas sous la Seconde République : journalisme, politique et littérature dans le mensuel Le Mois (mars 1848-février 1850), mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris X-Nanterre, juin 2005.

3 Tous les numéros du Mois cités dans cette étude peuvent être consultés sur le site d’édition des journaux d’Alexandre Dumas : voir Sarah Mombert, « Édition des journaux d’Alexandre Dumas », 2013 (http://alexandredumas.org/). Voir en particulier la table des matières provisoire, dont l’annonce souligne que la revue peut être reliée : http://alexandredumas.org/eJ/journal/Le_Mois/1848-o2-o4.

4 Corinne Saminadayar-Perrin, « Alexandre Dumas rédacteur du Mois (1848) : les paradoxes d’une histoire immédiate », à paraître dans les actes du colloque international « Les journaux d’Alexandre Dumas », Lyon, ENS-LSH, 22-23 janvier 2009 ENS Éditions/Institut d’histoire du livre.

5 « 19 février », Le Mois, 1, 1er mars 1848, p. 13.

6 Sur le Théâtre-Historique, voir « Le Théâtre-Historique d’A. Dumas. I. Le répertoire et la troupe », Cahiers Alexandre Dumas, 35,2008 et « Le Théâtre-Historique d’A. Dumas. II Directeurs, décorateurs, musique, correspondances, censure », Cahiers Alexandre Dumas, 36, 2009.

7 Le Chant des Girondins, paroles d’Alexandre Dumas et Auguste Maquet sur une musique de Varney, a été joué pour la première fois à la création du Chevalier de Maison-Rouge sur la scène du Théâtre-Historique, le 3 août 1847. Le Mois rappelle, le 23 mars, que « le Théâtre-Historique avait eu sa barricade littéraire » (p. 114-115). Corinne Saminadayar-Perrin analyse ce passage dans l’article cité plus haut.

8 Le Mois, 12, 30 novembre 1848, p. 384.

9 Marie-Ève Thérenty, Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Champion (Romantisme et modernité), 2003.

10 Éloïse Pontbriand consacre sa thèse de doctorat à ce sujet : Éloïse Pontbriand, Les Périodiques à une voix en France des Guêpes au Pal (1839-1885) : des productions auctoriales singulières dans un univers médiatique collectif, thèse de doctorat, université de Sherbrooke, sous la direction d’Anthony Glinoer et Marie-Ève Thérenty, en cours.

11 « 24 février », Le Mois, 1, 1er mars 1848, p. 37.

12 Le type du « coupeur » de journaux est décrit par Edmond Texier dans Paris-Journaliste, 1854 : « Le coupeur du journal, comme l’indique son titre, est chargé de faucher dans le champ de l’actualité tout ce qui lui paraît neuf ou intéressant. Il est ce qu’on appelle une paire de ciseaux intelligente. / Il colle sous forme d’emplâtres sur des feuilles de papier les diverses nouvelles qu’il a moissonnées et qui sont destinées à former les nouvelles du jour, les faits-Paris. Le pain à cacheter, ce puissant collaborateur, joue nécessairement un grand rôle dans ses fonctions. D’autres écrivent, lui colle. / Qu’on ne croie pas pourtant que ce talent de couper proprement des nouvelles soit commun et à la portée de tout le monde. Un bon coupeur de journaux est aussi rare qu’un bon tailleur d’habits. » (p. 19-20). Un exemple d’article aux ciseaux se trouve dans l’article du Mois racontant l’attaque des bureaux de La Presse, reproduit sans mention de source d’après ce même journal (« 29 mars », Le Mois, 4, 31 mai 1848, p. 126).

13 « 10 mars », Le Mois, 3, 16 mai 1848, p. 86.

14 « Étranger », Le Mois, 4, 31 mai 1848, p. 121-122.

15 Les traces d’une filiation entre les gazettes d’Ancien Régime et Le Mois sont nettes. Voir par exemple Anne-Marie Mercier-Faivre, « La voix éditoriale, outil de cohésion dans le texte des gazettes du xviiie siècle », Orages, 7, mai 2008, Poétiques journalistiques (peut aussi être consulté en ligne à l’adresse http://orages.eu/wp-content/uploads/2o13/12/mercier37-52.pdf, consulté le 24 avril 2014).

16 « Étranger », Le Mois, 16 mai 1848, p. 83.

17 La correspondance générale de Dumas n’ayant pas encore paru pour 1848, nous en sommes réduits aux conjectures sur l’identité de ses intermédiaires, mais certains de ses amis ont certainement partagé avec le directeur du Mois leur documentation, tels Henrich Heine pour l’Allemagne ou, pour l’Italie, le journaliste Pier-Angelo Fiorentino, qui est aussi l’un des collaborateurs littéraires du romancier,

18 « 21 mars », Le Mois, 4, 31 mai 1848, p. 110.

19 « 9 mars », Le Mois, 3, 16 mai 1848, p. 79.

20 Par exemple A. Imbert, Histoire de la révolution de quatre-vingt-seize heures, Guyonnet, 1830, p. 169 ; F. Rossignol, J. Pharaon, Histoire de la révolution de 1830 et des nouvelles barricades, Vimont, 1830, p. 349. Et surtout E. Hoyois, Précis des événements de Paris, Mons, Hoyois-Derely, 1830, qui ressemble beaucoup au Mois par sa forme et sa rhétorique.

21 Par exemple dans un journal lyonnais, Le Réveil du peuple, 1, s. d. [1848], qui cite lui-même le Pilote du Calvados.

22 Le Mois, 9, 31 août 1848, p. 257.

23 « Aux abonnés du journal Le Mois », Le Mois, 12, 30 novembre 1848, p. 384.

24 Voir mon article « Action politique et fiction romanesque : l’impossible révolution d’Alexandre Dumas », dans H. Millot, C. Saminadayar-Perrin (dir), 1848, une révolution du discours, Saint-Étienne, Les Cahiers intempestifs (Lieux littéraires), 2000, p. 171-190.

25 Par exemple le journal La Liberté de Lepoitevin de Saint-Alme. Les principales contributions de Dumas à la campagne électorale ont été recueillies dans « 1848. Alexandre Dumas dans la Révolution », Cahiers Alexandre Dumas, 25, 1998.

26 Affiche de l’imprimerie Napoléon Chaix, mars 1848.

27 Ibid.

28 Affiche citée.

29 En particulier l’éphémère journal satirique de juin 1848, Les Saltimbanques, pochades politiques (mentionné dans Hallade, Le Sacre de l’écrivain-journaliste…, op. cit., p. 163), cité dans Petit de Baroncourt, Physionomie de la presse, Paris, rue de Moscou-Amsterdam, 1848, p. 92, puis repris dans Hatin, Histoire du journal en France (1631-1853), Paris, Jannet, 1853, p. 261.

30 Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain, 1750-1830. Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, Paris, José Corti, 1985.

31 Affiche citée.

32 « 23 février », Le Mois, 1, 1er mars 1848, p. 20.

33 Sous-titre du Mois.

34 « 24 février », Le Mois, 1, 1er mars 1848, p. 29.

35 Sébastien Hallade analyse les techniques romanesques employées par Dumas dans Le Mois (Hallade, Le Sacre de l’écrivain-journaliste…, op. cit., p. 93 et suiv.).

36 « 24 février », art. cité, p. 30.

37 Le Mois, 20, 1er août 1849, p. 228.

38 Ibid., p. 227.

39 « 23 mars », Le Mois, 4, 31 avril 1848, p. 118.

40 Le Mois, 9, 31 août 1849, p. 257-258.

41 Cette explication psychologique est avancée par Mariana Net dans « Dumas l’intraduisible, Dumas l’incompris : Variations sur le thème du Moi(s) », Atelier de traduction 4, 2005, Cercul traducătorilor de la Facultatea de Litere de l’Universitate Ştefan cel Mare (Cercle des traducteurs de la faculté des lettres de l’université Stefan cel Maire), Suceava (Roumanie), p. 2 (en ligne), repris à l’identique dans Alexandre Dumas. Écrivain du XXe siècle – L’impatience du lendemain, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 128.

42 « À nos lecteurs », art. cité, p. 231.

43 « 14 juillet », Le Mois, 20, 1er août 1849, p. 240. Le texte cite un récit de Dumas, « Les gentilshommes de la Sierra Morena », paru dans les Mille et un Fantômes en 1849.

44 Il se prétendait l’inventeur du genre de la causerie. Voir Sandrine Carvalhosa-Martins, La Causerie dans la presse au début du Second Empire. Pathologie d’une écriture chronique, mémoire de master 2 de lettres, École normale supérieure de Lyon, 2008.

45 « Ai-je tenu parole, dites, au milieu de ces voix qui s’élevaient pour mépriser ou pour maudire ce qu’elles avaient glorifié ? » dans « À nos lecteurs », art. cité, p. 228.

46 « Causerie », Le Monte-Cristo, 11, jeudi 30 juin 1859.

47 Ibid., 10, jeudi 23 juin 1859.

Auteur

Est maître de conférences à l’École normale supérieure de Lyon et membre de l’UMR LIRE. Elle a coordonné l’édition numérique des journaux périodiques d’Alexandre Dumas (alexandredumas.org). Elle consacre ses travaux à la littérature française du xixe siècle, ses rapports à l’histoire et à la presse. Parmi ses publications récentes, la codiretion d’Entre presse et littérature. Le Mousquetaire, journal de M. Alexandre Dumas (avec Pascal Durand, Bibliothèque de la faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège, 2009) et la direction du dossier « Modernités d’Alexandre Dumas » (Cahiers Alexandre Dumas, 41, 2015).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search