Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marqueurs archéologiques du pouvoir

 | 
Olivier Brunet
, 
Charles-Édouard Sauvin

III. Pouvoir et structuration des espaces

Les capitales impériales en Occident dans l’Antiquité tardive : éléments de définition et étude de cas

Jean-Pierre Reboul

Résumé

Beginning in the third century A. D., and throughout the whole of late antiquity, Rome gradually lost political importance as a capital even as new imperial residences – Trier, Vienna, Arles, Milan, Ravenna and Aquileia – gained. Exploring the traits that define an imperial capital, this study focuses on whether certain of these cities might not be considered capitals of the late Roman Empire. A two-part definition is laid out: on the one hand, repeated and lasting imperial stays, and on the other, imperial palaces that include structures to facilitate government as well as assure prestige. The study first reviews what is currently known about the palaces of Trier, Arles, Milan, Ravenna and Aquileia; it then examines Vienna, often thought to be imperial, in greater detail; and it concludes by assessing the usefulness of the traits selected to define a capital.

Texte intégral

1Dans l’Antiquité tardive (ici de 235 à 476), Rome perd de sa centralité politique. Les empereurs, mobilisés par les nombreuses usurpations et guerres aux frontières, y résident plus rarement, le Sénat est progressivement marginalisé. Cette situation profite à plusieurs villes, où les empereurs résident souvent, ce qui se traduit par une hausse de leur importance politique et, dans certains cas, par de fortes modifications de leur urbanisme. L’exemple le plus connu est celui de Constantinople, mais nous ne parlerons ici que des villes d’Occident, à l’exclusion de celles d’Illyrie. Ces villes, Trèves, Vienne, Arles, Milan, Ravenne et Aquilée sont habituellement qualifiées de résidences impériales. Le terme apparaît plus prudent que celui de « capitale » et plus proche de l’expression latine « sedes imperii ». Mais cette expression était beaucoup plus forte que celle de « résidence impériale » et ses équivalents dans les grandes langues étrangères de recherche. La « sedes » est, entre autres, le siège de justice, symbole du pouvoir impérial. Une traduction plus correcte de l’expression est donc « capitale impériale ». Les Romains n’ignoraient pas le concept de capitale, même si ses emplois sont peu nombreux dans les sources.

2C’est pourquoi nous nous demandons dans notre thèse si Trèves, Vienne, Arles, Milan, Ravenne et Aquilée n’ont pas constitué des capitales impériales dans l’Antiquité tardive et nous y étudions les traductions architecturales de la présence impériale. Notre préoccupation centrale est d’identifier les marqueurs historiques et archéologiques d’une capitale impériale. La question est rendue plus complexe, du point de vue des sources littéraires, par le maintien de l’idée de Rome durant les iiie et ive siècles. Il y a un déni dans la plupart de ces sources, sénatoriales et romaines, des évolutions politiques de l’époque. La définition que nous proposons et tentons d’appliquer aux villes de notre corpus ne saurait donc être qu’opératoire. Nous avons retenu deux marqueurs d’une capitale impériale, l’un historique, l’autre archéologique. Ce sont respectivement la mention de séjours impériaux durables et la présence archéologique d’un palais impérial, comportant des bâtiments administratifs et de prestige, qui témoignent d’une volonté d’implantation durable. L’ajout des bâtiments administratifs nous permet de bien distinguer les « palais de capitale » des palais de loisir (villae impériales) ou des palais de retraite des tétrarques.

3Nous explorerons ces deux axes, d’abord en commentant les cartes tirées d’une étude des déplacements impériaux, puis en effectuant un bilan de la recherche sur les palais de Trèves, Arles, Milan, Ravenne et Aquilée, et enfin en détaillant le cas du supposé palais de Vienne. Cette étude de cas constitue la partie réellement inédite de cet article.

1. Les déplacements impériaux

  • 1 Les cartes présentées ici sont une version actualisée d’une étude antérieure. Nous nous permettons (...)

4Ces cartes (fig. 1 et 2) sont l’illustration d’une liste des déplacements impériaux entre 235 et 476. Des décomptes des passages des empereurs dans telle ou telle ville de l’empire avaient déjà été effectués, mais il n’existait pas de comparaison systématique d’ensemble1. Nous avons réparti les règnes décomptés en quatre grandes périodes, l’époque des crises de l’empire, de 235 à 284 ; les tétrarchies et le règne de Constantin ; le ive siècle jusqu’aux morts de Théodose Ier et Valentinien II ; le vsiècle jusqu’en 476. Nos résultats comportent un certain nombre d’approximations et les pourcentages de temps de présence des empereurs dans une ville n’ont donc aucune valeur absolue. Ce qui importe, ce sont les comparaisons qu’ils permettent entre villes, pour une même période ou bien entre périodes.

Fig.1. Séjours des empereurs dans les villes majeures de l’empire de 235 à 284 et de 284 à 337

Fig.1. Séjours des empereurs dans les villes majeures de l’empire de 235 à 284 et de 284 à 337

Dessin : A. Chevalier, J.-P. Reboul et Ch.-E. Sauvin.

Fig.2. Séjours des empereurs dans les villes majeures de l’empire de 337 à 395 et de 395 à 476

Fig.2. Séjours des empereurs dans les villes majeures de l’empire de 337 à 395 et de 395 à 476

Dessin : A. Chevalier, J.-P. Reboul et Ch.-E. Sauvin.

5Ces réserves effectuées, que nous apprennent les déplacements impériaux entre 235 et 476 ? Comme le montre la première carte, dès le iiie siècle, Rome perd de son importance politique, puisqu’elle n’accueille que 14 % des séjours impériaux, soit le même pourcentage que Cologne. Quand on regarde ce qui se passe à la période suivante, un point surprenant est la brutale baisse de fréquentation de Cologne au profit de Trèves. Qu’on l’explique par des raisons militaires ou politiques, Trèves gagne en importance, en accueillant les séjours de Constance Chlore et de ses descendants. Le second point remarquable est que, durant tout le ive siècle, la présence impériale est plus forte à Trèves qu’à Milan, pourtant plus souvent qualifiée de « capitale impériale ». Trèves connaît son apogée dans la seconde moitié du ive siècle, sous les règnes de Valentinien et de Gratien. C’est l’époque où Ausone célèbre l’importance de la ville dans son Ordo urbium nobilium. Comme Cologne à la fin du iiie siècle, Trèves est brutalement abandonnée au début du ve siècle. Plus aucun empereur ne s’y rend après l’usurpateur Eugène en 393 ; la préfecture du prétoire des Gaules est transférée en 407 à Vienne. Là aussi les causes de cet abandon sont plus complexes qu’il n’y paraît : l’explication est sans doute militaire, mais il y a anticipation de difficultés à venir, car Trèves, à cette date, n’a encore fait l’objet d’aucun pillage. Elle fut au contraire une des seules villes à résister efficacement lors de l’invasion barbare du 1er janvier 407.

6Enfin, Vienne, Arles et Aquilée voient rarement passer les empereurs et ne peuvent être qualifiées de capitales impériales. Ravenne ne le devient qu’au ve siècle (fig. 2), au détriment de Milan, alors que la fréquentation de Rome connaît un léger renouveau. Ce sera aussi la pratique des premiers souverains barbares. On voit aussi, en comparant les cartes 2 et 3, que le « démarrage » de Constantinople comme capitale ne s’effectue pas sous Constantin ier, mais dans la seconde moitié du ive siècle. Le point avait déjà été souligné par Gilbert Dagron. Au total, le marqueur historique nous apprend que Trèves, et secondairement Milan, furent de nouvelles capitales impériales au ive siècle, Ravenne au ve siècle.

2. État de la recherche sur les palais de Trèves, Arles, Milan, Ravenne et Aquilée

  • 2 Duval, 1987, est l’article qui donne la bibliographie la plus détaillée ; Duval, 1992, la synthèse (...)

7Dans la bibliographie de langue française, la question des palais impériaux a été largement étudiée par Noël Duval, qui y est fréquemment revenu2. Son approche a été essentiellement critique. Il a discuté systématiquement la théorie du « complexe de représentation » des palais tardifs, popularisée par Edgar Dyggve, à partir du plan du palais supposé de Théodoric à Ravenne (postérieur, d’ailleurs, à l’époque impériale proprement dite) et de différents parallèles plus ou moins fantaisistes. Il a critiqué l’idée d’une association systématique du palais et du cirque dans les capitales impériales. La proximité du Palatin et du circus maximus à Rome est pour lui fortuite, et celle du cirque et du grand palais à Constantinople relative. Pour lui, en l’absence d’autres arguments, le cirque ne doit pas constituer un élément de localisation du palais impérial, car le raisonnement devient alors circulaire. On verra que c’est partiellement le cas pour les supposés palais de Milan, Ravenne et Aquilée. Au total, N. Duval a démontré la fragilité de l’identification archéologique de palais impériaux dans différentes résidences impériales tardives.

8Ajoutons une autre difficulté. Palatium, comme basileia en grec, est employé dans l’Antiquité tardive pour tout arrêt officiel de l’empereur. On trouve des palatia en des endroits reculés de l’Égypte, où les empereurs venaient rarement, à Arsinoé au iiie siècle, à Hermopolis au ive siècle. Il convient donc d’être prudent dans l’interprétation des mentions de palatium dans les sources tardives. Dans le cas où l’on souhaite prouver l’existence d’un palais dans une cité, la mention d’un palatium en l’absence de l’empereur est plus fiable qu’en sa présence. Dans ce second cas, en effet, le palatium peut être un bâtiment réaménagé pour l’occasion, « palais » du gouverneur de province, domus d’un notable, temple.

Trèves

9Trèves est la mieux connue des capitales impériales tardives d’Occident, grâce à la préparation par le Landesmuseum d’une nouvelle carte archéologique de la ville (Merten, 2005) et à une série d’expositions récentes (König, 2003 ; Demandt et Engemann, 2007). C’est la seule ville d’Occident où l’on localise de manière certaine un élément de palais impérial, la basilique ou « aula palatina », datée du début du ive siècle, qui constituait la grande salle de réception des empereurs.

Fig.3. La basilique impériale (ive siècle) de Trèves

Fig.3. La basilique impériale (ive siècle) de Trèves

Dessin : Ch.-E. Sauvin, d’après König, 2003, p. 125.

10L’aula était très haute et de grandes dimensions (environ 28 m sur 68 m). Elle possédait un système perfectionné de chauffage, une décoration soignée en marbre (dallage et placage muraux) (Reusch, 1955 ; fig. 3). Elle s’insérait dans un ensemble architectural monumental. Elle était précédée au sud par un transept, doté d’une abside à l’ouest, et encadrée par une cour rectangulaire sur chacun de ses longs côtés (Reusch, 1958). C’est sans doute à ce bâtiment impressionnant, salle de réception et salle de justice de l’empereur, que songeait le panégyriste anonyme de Constantin qui s’écria en 310 :

11« Ainsi je vois ici la plus fortunée des cités, cité dont ta piété célèbre aujourd’hui le jour anniversaire, se relever dans ses murailles, si bien qu’elle se réjouit presque qu’elles soient autrefois tombées, puisque tes largesses les agrandissent. Je vois un cirque, l’égal, je crois, de celui de Rome, je vois des basiliques et un forum, des bâtiments royaux [opera regia] et un siège de justice [sedem iustitiae], qui s’élèvent si haut qu’ils semblent égaler et toucher les étoiles et le ciel. » (Panégyriques latins, 7 (6), 22, 4-5).

12Mais même dans ce cas, les informations sur le palais impérial sont décevantes : seule la salle de réception du palais est bien connue et publiée, pas les autres pièces du palais. Et les autres interprétations des archéologues trévires convainquent moins. Nous pensons en particulier à l’idée d’un quartier impérial très étendu. Cette idée a été défendue dans divers catalogues d’exposition (Trier et Kaiserresidenz, 1984 ; Kuhnen, 2004). Elle est acceptable : le parallèle avec Constantinople, en dépit des lacunes de nos connaissances, prouve que le palais impérial n’était pas un bâtiment unique, mais plutôt un ensemble d’édifices aux fonctions diverses, établis au voisinage les uns des autres. Ceci expliquerait les difficultés des archéologues à localiser « le » palais impérial dans les différentes capitales tardives. Mais le « quartier impérial » défini à Trèves est particulièrement vaste et les bases archéologiques de cette restitution sont faibles. Les archéologues trévires étirent en effet ce quartier de l’actuelle cathédrale (Dom) de Trèves, au nord de la basilique constantinienne, aux thermes impériaux de la ville, au sud de cette même basilique (fig. 4).

Fig.4. Trèves dans l’Antiquité tardive

Fig.4. Trèves dans l’Antiquité tardive

Dessin : Ch.-E. Sauvin ; d’après Cüppers, 1992, p. 228.

  • 3 Plan de l’église double de Trèves et localisation des fragments de la fresque à caisson dans Wightm (...)

13L’inclusion du Dom dans le quartier impérial repose sur la découverte en fouilles, en 1945-1946 et 1968-1969, d’une fresque à caissons (elle décorait un plafond), datée du tout début du ive siècle. Elle appartenait à une salle de 7 m sur 10. Cette salle faisait partie d’une probable domus, qui n’a pu être observée que très partiellement. Les personnages nimbés de la fresque, reconstituée et présentée actuellement au musée diocésain de Trèves, ont été interprétés comme des membres de la famille impériale constantinienne (Alföldi, 1960 ; Kempf, 1978). La demeure aurait été offerte par Hélène, mère de Constantin, à l’Église de Trèves, pour la construction de la première cathédrale de la cité. Mais les donations d’Hélène à l’église de Trèves sont des inventions médiévales, que ne mentionne aucune source antique, et l’identification de membres de la famille impériale sur la fresque du Dom a été remise en question (Brandenburg, 1978). On ne voit pas d’ailleurs comment un programme iconographique de cette importance politique, si l’on suit la lecture de T. K. Kempf, aurait pu être développé au plafond d’une pièce de dimensions modestes3.

  • 4 On trouvera un bon plan, phasé et en couleurs, de l’édifice dans Merten, 2005, p. 81.

14De même, la tentative d’inclusion des thermes impériaux dans le quartier impérial est très discutable. Les thermes impériaux de Trèves avaient d’abord été considérés comme le palais impérial de la ville. Puis les fouilles de D. Krencker et E. Krüger prouvèrent qu’il s’agissait de thermes impériaux de la première moitié du ive siècle (Krencker et al., 1929 ; Cüppers et Hussong, 1972). Leur construction, cependant, ne fut jamais achevée et ils furent transformés, à l’époque de Valentinien ier et de Gratien, en caserne, pour accueillir les gardes du corps (scholes palatines) de l’empereur4. Le catalogue d’exposition de 1984 (Trier et Kaiserresidenz, 1984) est revenu sur cette interprétation, en se demandant si le deuxième état de l’édifice n’avait pas constitué un « ensemble de représentation » des empereurs de la seconde moitié du ive siècle. Pourquoi les empereurs, qui disposaient déjà de la basilique constantinienne, auraient-ils eu besoin de nouvelles salles de réception à Trèves ? Le logement en ville des membres des scholes palatines est par ailleurs bien attesté à Milan : ces soldats, souvent ariens, y disposaient même de leur propre église, à la grande colère de l’évêque catholique Ambroise.

  • 5 Plan d’ensemble des découvertes archéologiques récentes dans le secteur de l’aula palatina dans Mer (...)

15C’est plutôt à proximité immédiate de l’aula palatina qu’il faut, à notre sens, chercher le palais impérial. Les fouilles de 1982 à 1986 à l’est de la basilique, encore inédites, ont fait l’objet d’une première mise en ordre dans le catalogue d’exposition Palatia (Fontaine, 2003)5 (fig. 5). Elles ont mis au jour plusieurs pièces d’habitat, particulièrement luxueuses. C’est sans doute là qu’il faut rechercher les salles de banquet, appartements du palais impérial, même si l’interprétation des données est compliquée par le fort remaniement du secteur (celui du palais des évêques de Trèves) au fil des siècles. Mais, dans l’attente de la publication de ces fouilles, cela demeure une hypothèse de ­travail.

Fig.5. Secteur oriental de la basilique impériale de Trèves

Fig.5. Secteur oriental de la basilique impériale de Trèves

Merten, 2005, p. 76.

Arles

  • 6 Voir p. 24 pour un plan d’ensemble de la ville ; p. 160-194 pour l’édifice de plan basilical.

16À Arles, les travaux de M. Heijmans ont renouvelé nos connaissances (Heijmans, 2004)6. Il a prouvé l’existence, à côté des thermes dits du « palais de la Trouille », d’un édifice de plan basilical qu’il a rapproché de l’aula palatina de Trèves. La tradition locale, qui plaçait dans ce secteur de la ville le palais impérial tardif, s’en trouve revalorisée. M. Heijmans date cet édifice du ve siècle, date à laquelle Arles devient effectivement pour quelques années la capitale de l’usurpateur Constance III. C’est plausible, et le parallèle archéologique est effectivement assez parlant, mais on voit mal comment cet empereur aurait eu le temps de se faire construire un palais véritable en quatre ans de présence à Arles. M. Heijmans a également tenté, plus récemment, de revaloriser le rôle de résidence impériale d’Arles à l’époque de Constantin Ier (Heijmans, 2007), revenant ainsi partiellement sur la démonstration de P.-A. Février (Février, 1978), qui refusait la dénomination de « capitale impériale » pour Arles dans l’Antiquité tardive. Mais ses arguments ne sont pas tous convaincants et si Constantin finança la réfection du forum d’Arles, il n’y fit en revanche que des séjours ponctuels. Rien ne prouve à l’heure actuelle l’existence d’un palais impérial à Arles.

Milan

  • 7 Discussion de l’ensemble des sources littéraires dans Calderini, 1953, p. 548-557 et David, 1999.

17La présence d’un palais impérial à Milan dans l’Antiquité tardive est assurée par de nombreux auteurs antiques, Ammien Marcellin, Julien, etc.7. Le passage le plus intéressant est une lettre d’Ambroise (Epistula 21), où il dit passer devant le palais impérial (regia) chaque jour, dans le trajet de sa maison (localisée au niveau de l’actuelle cathédrale de la ville) au cimetière ad martyres (actuelle église Sant’Ambrogio). L’existence d’un palais impérial est confirmée par la présence de diverses épitaphes de fonctionnaires palatiaux, datées de la fin du iiie siècle (Milano capitale, 1990, p. 40). Les chercheurs milanais ont, en revanche, prêté trop d’attention à la description des palais de Milan (impériaux ou postérieurs) donnée par l’historien médiéval Landolf Senior, près de sept siècles après la fin de l’empire romain d’Occident (Landolf Senior, Histoire de Milan, II, 16).

18Le passage d’Ambroise invite, dans l’hypothèse la plus prudente, à localiser le palais impérial dans un secteur très large, comprenant tout l’ouest de la ville tardive à l’intérieur des murailles (fig. 6). Mais les chercheurs milanais ont restreint la localisation, sur des bases toponymiques. La toponymie médiévale localise en effet le palais dans la partie sud-ouest de la ville (toponymes de San Giorgio al Palazzo, d’Olmo al Palazzo, etc.), de part et d’autre de l’actuelle via Torino. La proximité du cirque de la ville semble également un argument décisif à la plupart des archéologues milanais. Cela explique l’opposition de N. Duval aux propositions de localisation actuelles (Duval, 1992) : pour lui, en effet, le cirque ne doit pas constituer un élément de localisation des palais tardifs. La toponymie doit être maniée avec prudence, mais elle a donné à Milan de bons résultats, permettant par exemple de localiser l’amphithéâtre de la cité antique. Dans le cas du palais impérial, cependant, la question est compliquée par l’existence de palais postérieurs, comme ceux des rois lombards. Même si le premier emploi du toponyme « al palazzo » est précoce (988), il n’est pas possible de savoir s’il désignait un palais tardif ou alto-médiéval.

Fig.6. Milan dans l’Antiquité tardive

Fig.6. Milan dans l’Antiquité tardive

Dessin : Ch.-E. Sauvin ; d’après Milano capitale, 1990, p. 454-455.

19Trois secteurs de localisation du palais tardif demeurent en lice à l’heure actuelle. Ce sont, du nord au sud, le secteur de la via Brisa, celui de la piazza Mentana, celui de la via Santa Maria Valle, voisine de l’église San Giorgio al Palazzo (fig. 7).

Fig.7. Structures antiques attribuées au palais impérial de Milan

Fig.7. Structures antiques attribuées au palais impérial de Milan

De haut en bas : thermes de la via Brisa, bâtiment de la Piazza Mentana, thermes de la via Santa Maria Valle.

Dessin : Ch.-E. Sauvin ; d’après M. Roberti, 1958, p. 31 ; Calderini et Gerra, 1951, p. 3-7 ; Plan de la surintendance archéologique de Lombardie.

20Les thermes de la via Brisa, fouillés en 1952, demeurent la principale aire archéologique à ciel ouvert à Milan. Ils dateraient de l’époque constantinienne. E. A. Arslan se fonda sur ces thermes, interprétés comme ceux du palais impérial, pour proposer l’idée d’un quartier impérial, composé de plusieurs édifices distincts, sur le flanc est du cirque (Arslan, 1979). Plus récemment, Silvia Lusardi Siena (Lusardi Siena, 1990) a repris l’hypothèse en faisant du bâtiment de la via Brisa le secteur de représentation du palais impérial. Le parallèle avec l’historiographie récente de Trèves est frappant, mais l’hypothèse n’est en rien convaincante : ce sont assurément à des thermes que l’on a affaire, vraisemblablement tardifs. Un retour à la bibliographie d’origine (Mirabella Roberti, 1959, en particulier) montre la faiblesse des fouilles et des datations de cet ensemble. La thèse, plus récente, d’A. G. Heger, qui a tenté de faire le point sur les thermes de la via Brisa, ne donne comme élément de datation que deux fragments de sigillée luisante, dont l’emplacement exact de découverte n’est pas précisé (Heger, 1985, p. 27-29).

21La grande structure quadrangulaire découverte en 1949 dans le secteur de la piazza Mentana a également fait l’objet de débats importants : la commission pour la forma Urbis Mediolani, dirigée par A. Calderini, considéra qu’il s’agissait des fameux thermae Sancti Georgii, voisins du palais, mentionnés par Landolf Senior, alors que N. Degrassi, directeur de la Surintendance des Antiquités, pensa qu’il pouvait s’agir du palais impérial proprement dit. Là aussi les éléments de datation, dans les articles que nous avons dépouillés (en particulier Calderini et Gerra, 1951), sont très flous. L’hypothèse thermale n’est en tout cas étayée par aucun élément archéologique (pas d’élément de suspensurae, de praefurnia, etc.), et rien dans le plan très partiel de l’édifice, sinon la largeur des murs, ne va dans le sens d’un édifice public.

22Une deuxième hypothèse de S. Lusardi Siena fait des petits thermes qu’elle a partiellement fouillés via Santa Maria Valle en 1963 les thermes du palatium. Cette hypothèse repose, elle aussi, sur la mention par Landolf Senior de thermes et d’un palais impérial à côté de l’église San Giorgio. L’édifice se situe cette fois-ci au sud de la via Torino, un secteur moins fréquemment attribué au quartier impérial dans la bibliographie milanaise récente. Les éléments de chronologie du site donnés par l’auteur dans ses différentes contributions (Lusuardi Siena, 1986a, 1986b, 1990) sont particulièrement vagues. Ils reposent non pas sur le matériel archéologique, mais sur les techniques de construction des murs mis au jour, sans qu’elle ne donne aucun parallèle archéologique pour justifier ses datations. Et les thermes de S. Lusuardi Siena sont bien modestes par rapport à l’édifice de la via Brisa. Il s’agit plus vraisemblablement de petits thermes privés, dont la datation tardive reste à ­confirmer.

23Au total, les thermes de la via Brisa nous semblent demeurer le seul élément possible du palais impérial de Milan, mais leur fouille n’employa pas la méthode stratigraphique et le matériel semble avoir été dispersé, ce qui rend une nouvelle publication peu probable. On ne peut donc pas dépasser à l’heure actuelle la définition d’un quartier impérial assez large, sur le flanc est du cirque de Milan. C’est pourquoi la synthèse de S. Lusardi Siena dans Milano capitale dell’impero romano (Lusardi Siena, 1990) a aussitôt été contredite, et par N. Duval (1992), et par M. David, dans un article très fouillé (David, 1999).

Ravenne

24Le palais impérial de Ravenne n’est pas connu. Il est placé au sud-est de la ville, près de la porta Vandalaria (d’où partait la route vers Classe, avant-port de Ravenne), d’après un passage d’Agnellus (Liber pontificalis ecclesiae Rauennatis, XXI, Uita Johannis). Mais Agnellus est un auteur du milieu du ixe siècle et les historiens italiens ont sans doute surestimé sa connaissance de la topographie de Ravenne près de cinq siècles auparavant. Ce palais aurait été voisin du cirque, « comme dans tous les centres impériaux tardifs » (Farioli-Campanati, 1993, p. 27). Le cirque de Ravenne est lui aussi inconnu archéologiquement, mais placé dans cette partie de la ville sur des arguments toponymiques (une via Cerchio).

  • 8 La carte archéologique la plus récente de Ravenne se trouve dans Manzelli, 2000. On trouvera de bon (...)

25Les discussions ont en fait principalement porté sur le supposé palais de Théodoric, au nord-est de la ville, assimilé par G. Ghirardini à une grande domus qu’il fouilla de 1908 à 1914. Cette domus est citée dans toutes les typologies de palais impériaux tardifs, alors que l’identification n’est pas certaine (contra Duval, 1960 et 1978 en particulier), que Ghirardini n’en a laissé qu’une publication partielle (Ghirardini, 1916) et loin des critères scientifiques actuels (toutes les datations, par exemple, reposent sur les mosaïques trouvées en fouilles et leurs altitudes respectives). En toute rigueur, le palais d’un roi barbare ne saurait constituer le modèle du palais impérial tardif8.

Aquilée

26Le palais impérial d’Aquilée, mentionné par le panégyriste anonyme latin de 307 (Panégyriques latins, VI (7), 6), n’est pas non plus connu archéologiquement. N. Duval n’est pas persuadé, malgré le témoignage du panégyriste, de son existence, vu la faiblesse des séjours impériaux à Aquilée (Duval, 1973, p. 155). Récemment, P. Lopreato a voulu identifier ce palais à la grande villa suburbaine de Marignane, au nord-ouest de la ville, sur le côté occidental du cirque (Lopreato, 1987). Cette villa n’a été fouillée que très partiellement et son plan est mal connu, mais P. Lopreato considère ses mosaïques, qu’elle date du ive siècle, trop remarquables pour pouvoir correspondre à une simple demeure privée. Elle emploie également comme argument la proximité du cirque.

27L. Bertacchi, l’auteur de la carte archéologique la plus récente d’Aquilée, a rejeté cette interprétation et place le palais sur le flanc oriental du cirque, un secteur de la ville antique qui n’a pas fait l’objet de fouilles importantes jusqu’à présent. Là aussi elle emploie la proximité du cirque comme argument, mais reconnaît tout de même en conclusion que la question du palais d’Aquilée demeure ouverte (Bertacchi, 2003, p. 51-52).

3. Le supposé palais impérial de Vienne

28Cet exemple illustre bien la nécessité de la démarche critique prônée par N. Duval. L’existence d’un palais impérial dans l’Antiquité tardive à Vienne est une hypothèse qui court depuis le xviie siècle parmi les antiquaires locaux (Chorier, 1659, p. 466 sqq). Elle a été reprise par des chercheurs récents (Pelletier, 1974b, p. 61 ssqq ; Pelletier, 2001, p. 149-150) (fig. 8). Mais elle repose sur des bases littéraires et archéologiques très faibles.

Fig.8. Vienne dans l’Antiquité tardive

Fig.8. Vienne dans l’Antiquité tardive

SRA Rhône Alpes/Groupe de recherche pour l’Atlas archéologique de Vienne.

29C’est l’incendie supposé du palais impérial sous l’épiscopat de Mamert (entre 450 et 475 environ) qui est à la base des discussions. L’épisode est rapporté par trois auteurs, Avit de Vienne, Grégoire de Tours, Sidoine Apollinaire (respectivement Homilia in rogationibus, IV ; Historiae, II, 34 ; Epistula ad Mamertum, Epistulae, VII, 1, 3). Avit, auteur viennois, est la source la plus fiable, mais il pose d’épineux problèmes de traduction, ce pourquoi il a été mal compris par beaucoup des érudits viennois :

  • 9 Traduction personnelle. Sublimitas, précisée par « fastigiata », « dotée d’un faîte » doit être com (...)

« Aedes namque publica, quam praecelso ciuitatis uertice sublimitas immensiter fastigiata praetulerat, flammis terribilibus conflagrare crepusculo coepit »
« Et de fait le bâtiment public, dont la hauteur de toit faisait, et de loin, le point culminant de la cité, commence à s’embraser au crépuscule, dans des flammes terribles »9.

30Les érudits viennois ont vu dans les mots « praecelso ciuitatis uertice » une précision topographique et ont donc cherché à placer le palais impérial de Vienne sur une des hauteurs de la cité, en général la colline de Pipet, à l’est de la ville. Mais le texte d’Avit ne mentionne pas de palais. Il parle d’« aedes publica », c’est-à-dire d’un temple ou d’une demeure publique.

La mention d’un palais vient de Grégoire de Tours :

  • 10 Traduction de l’auteur.

« subito palatium regale intramuraneum divino igne succenditur ».
« soudain le palais royal, placé entre les murs, est embrasé par un feu divin »10.

31Mais Grégoire parle de palais royal et non de palais impérial. Il peut s’agir d’une erreur pour « palatium imperiale » ; il peut s’agir aussi du palais des rois burgondes, qui contrôlaient alors la cité de Vienne. Grégoire de Tours situe le palais « intramuraneum », ce qui correspond mieux au centre de Vienne qu’à la colline de Pipet et explique la panique des Viennois (décrite par Avit) lors de l’incendie.

Sidoine Apollinaire enfin, quoique contemporain de l’incendie, n’apporte pas de précision topographique supplémentaire.

  • 11 L’ensemble des mentions de l’événement sera donné prochainement dans le recueil que prépare Gérard (...)

32A. Pelletier a négligé un certain nombre d’autres sources littéraires antiques sur le palais de Vienne. On ne connaît que trois séjours d’empereurs à Vienne dans l’Antiquité tardive, un passage de Constantin Ier (Code théodosien, II, 6, 1), deux hivernages de Julien, en 355-356 (Ammien Marcellin, XV, 8, 21-22 ; XVI, 1, 1) et en 360-361 (Ammien, XX, 10, 3, XXI, 1, 4 ; 2, 2-5), et enfin l’épisode le plus connu, la mort de Valentinien II à Vienne, le 15 mai 392. Ammien ne fait aucune mention d’un palais à Vienne ; en revanche les sources sur la mort de Valentinien II sont nombreuses et apportent, pour certaines d’entre elles, quelques détails topographiques11. Nous ne discuterons ici que les deux auteurs mentionnant le palais de Vienne, Philostorge et Grégoire de Tours (respectivement Histoire ecclésiastique, XI, 1-2 et Historiae, II, 9).

Grégoire de Tours indique simplement :

« Clauso apud Uiennam palatii aedibus principe Ualentiniano paene infra priuati modum redacto. »
« Renfermé à Vienne dans les bâtiments du palais, le prince Valentinien fut presque réduit à la condition de simple particulier. ».

33La tournure « apud Uiennam » ne doit pas induire en erreur. Apud suivi de l’accusatif a un sens locatif ( = « in Uienna ») dans les sources tardives. Si l’on prend au sérieux ce passage, sans doute quelque peu rhétorique, Valentinien ne disposait d’aucun contrôle sur sa propre administration. Le « palais » de Vienne constituait donc une simple domus, non un palais impérial au sens où nous l’avons défini.

L’auteur le plus intéressant pour notre propos est Philostorge :

« Arbogast ne chercha pas à en savoir davantage. Mais plus tard, à Vienne en Gaule, ayant remarqué que l’empereur après son déjeuner, à la mi-journée, allait et venait dans des coins retirés du palais au bord du fleuve où il se livrait à des futilités, Arbogast envoie quelques hommes de sa garde ».

34Si le palais est voisin du fleuve, c’est qu’il se situe pour Philostorge dans le centre urbain, et non sur la colline de Pipet. Mais il serait aventureux de fonder l’existence d’un palais impérial à Vienne sur cette seule mention due à un auteur grec bien postérieur à l’événement. Philostorge a pu romancer ce passage et inventer cette mention du palais impérial.

  • 12 Nous remercions Monique Zannettacci, archéologue municipale de Vienne et Benoît Helly, archéologue (...)

35Au total aucune des mentions d’un « palais impérial » à Vienne dans les sources antiques n’emporte pleinement la conviction. Si les empereurs logèrent quelque part durant leurs séjours à Vienne, c’est probablement, suivant la pratique habituelle, dans le palais des gouverneurs (praetorium). Celui-ci n’a laissé aucune trace dans les sources historiques. Sa localisation la plus probable se situe au nord-ouest du forum, au niveau de l’actuel palais de justice (ex-palais des rois de Bourgogne). Il s’agit d’une localisation traditionnelle, déjà proposée par N. Chorier (Chorier, 1659, p. 88), qui en voulait pour preuve le nom de « prétoire » (praetorium) du temple voisin d’Auguste et de Livie dans d’anciens documents (que, malheureusement, il ne cite pas). L’hypothèse d’une continuité entre palais du gouverneur, palais royal et palais de justice est séduisante, mais ses fondements archéologiques sont faibles (Zannettacci, 1987, p. 25)12.

36En conclusion, les deux marqueurs d’une capitale impériale définis en début d’article ne sont pas également discriminants. Si le premier, les temps de séjour des empereurs, donne une réponse assez nette, ce n’est pas le cas du marqueur archéologique. Il est relativement facile d’éliminer le cas de villes comme Vienne, où la restitution d’un palais impérial est due à un certain campanilisme des érudits locaux. Mais les palais impériaux demeurent également mal connus dans des villes où leur présence est pourtant certaine, comme Trèves et Milan. Les palais impériaux tardifs nous échappent encore largement. Leur trace archéologique semble avoir largement disparu de l’urbanisme actuel de ces villes. Les capitales impériales de Milan, Trèves et Ravenne ne furent, après tout, que des capitales éphémères, si on les compare à Rome avant elles ou à Constantinople après elles. C’est en fait par d’autres réalisations architecturales (thermes, églises impériales, etc.) que l’on saisit la présence des empereurs dans les villes de notre corpus.

Bibliographie

Sources grecques

Philostorge, Histoire ecclésiastique/Ἐκκλησιαστικὴ ἱστορία, dans, P. R. Amidon (2007) – Philostorgius, Church history, Brill, Writings from the Greco-Roman world, Leyde.

Sources latines

Agnellus, Livres des évêques de l’Église de Ravenne/Liber pontificalis Ecclesiae Ravennatis, dans D. Mauskopf Deliyannis (2006) – Agnelli Ravennatis Liber pontificalis Ecclesiae Ravennatis, Brepols, Corpus christianorum. Continuatio mediaevalis, 199, Turnhout.

Ambroise de Milan, Lettre 21/Epistula XXI, dans O. Faller (1968) – Epistularum libri I-VI, Sancti Ambrosi Opera, 10, Holder/Pichler/Tempsky, Corpus scriptorum ecclesiasticorum Latinorum, 82/1.

Ammien Marcellin – Histoires/Res gestae, dans J. Fontaine (1968-1999), Les Belles Lettres, Paris [6 volumes].

Avit de Vienne, Homélie sur les rogations/Homilia in rogationibus, dans R. Peiper (1883) – Alcimi Ecdicii Auiti opera quae supersunt, Monumenta Germaniae historica, Auctores antiquissimi, VI, 2, Weidmann, Berlin, p. 108-112.

Grégoire de Tours – Histoire des Francs/Decem libri historiarum, dans R. Latouche (1963, 1965), Les Belles Lettres, Les Classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 27-28, Paris.

Landolf Senior, Histoire de Milan/Historia Mediolanensis, dans A. Cutolo (1942) – Landulphi Senioris Mediolanensis Historiae, libri quatuor, N. Zanichelli, Rerum italicarum scriptores, 4, 2, Bologne.

Panégyriques latins, Panégyriques latins/Panegyrici latini, dans É. Galletier (1949-1955), Panégyriques latins, Les Belles Lettres, Paris [3 volumes].

Ouvrages modernes

Alföldi M. R. (1960) – Helena nobilissima femina, Zur Deutung der Trierer Deckengemälde, Jahrbuch für Numismatik und Geldgeschichte, 10, p. 79-90 [reproduit dans M. R. Alföldi (2001) – Gloria romanorum, Schriften zur Spätantike, zum 75 Geburstag der Verfasserin am 6. juin 2001, Franz Steiner Verlag, Stuttgart, p. 111-125].

Arslan E. A. (1979) – Cenni sullo sviluppo urbanistico di Milano nell’antichità, dans Collectif, La civiche raccolte archeologice di Milano, Banca Popolare di Milano, Milan, p. 195-205.

Arslan E. A. et Sena-Chiesa G. (dir.) (1992) – Felix temporis reparatio. Actes du colloque archéologique international de Milan, 8-11 mars 1990, Éditions Et, Milan.

Augenti A. (2007) – The palace of Theodoric at Ravenna: a new analysis of the complex, dans L. Lavan, L. Özgenel et A. Sarantis (dir.), Housing in late antiquity: from palaces to shops, Brill, Late antique archaeology, 3, 2, Leyde/Boston, p. 425-453.

Bertacchi L. (2003) – Nuova pianta archeologica di Aquileia, Edizioni del Confine, Associazione nationale per Aquileia, Udine.

Brandenburg H. (1978) – Le pitture del soffito del palazzo di Treveri et la loro interpretazione, dans R. Campanati-Farioli (dir.), Corsi di cultura sull’arte ravennate e bizantina, XXV, Ravenne, 5-15 mars 1978, Edizioni del Girasole, Università degli studi di Bologna/Istituto di antichità ravennati e bizantine, Ravenne, p. 29-32.

Calderini A. (1953) – Milano durante il Basso impero, dans Collectif, Storia di Milano, I, Le origini e l’età romana, Fondazione Treccani degli Alfieri, Milan, p. 299-411.

Calderini A. et Gerra C. (1951) – Le probabili terme romane annesse al palazzo imperiale in piazza Mentana, dans Collectif, Ritrovamenti e scavi per la « Forma urbis Mediolani », III, Ceschina, Quaderni di studi romani, Milan, p. 3-7.

Chorier N. (1659) – Recherches sur les Antiquités de la ville de Vienne, métropole des Allobroges, capitale de l’empire romain dans les Gaules, Baudrand Cl., Lyon [2e édition avec notes de N. Cochard (1828), Les recherches du sieur Chorier sur les Antiquités de la ville de Vienne, métropole des Allobroges (…), Millon jeune, Lyon].

Christol M. (2006) – L’empire romain du iiie siècle, Histoire politique, 192-325 après J.-C., Errance, Paris [deuxième édition, revue].

Collectif (1984) – Trier, Kaiserresidenz und Bischofssitz, Die Stadt in spätantiker und früchristlicher Zeit, Catalogue d’exposition, Trèves, 4 mai-10 novembre 1984, P. von Zabern, Selbstverlag des Rheinischen Landesmuseum Trier, Mayence.

Cüppers H. et Hussong L. (1972) – Die Trierer Kaiserthermen, I, 2 Die spätrömische und frühmittelalterliche Keramik, P. von Zabern, Rheinische Landesmuseum Trier, Mayence.

Cüppers H. (1992) – Das spätantike Trier und sein Umland, dans Collectif, Milano capitale dell’impero romano, 286-402 d.c., Catalogue de l’exposition de Milan, Palazzo Reale, 24 janvier-22 avril 1990, Silvana, Milan, p. 227-239.

David M. (1999) – Palatinaeque arces, Temi di architettura palaziale a Milano tra iii e x secolo, dans M. David (dir.), « Ubi Palatio dicitur », Residenze di re e imperatori in Lombardia, Centra di Documentazione storica, Cinisello Balsamo, p. 9-46.

Demandt A. et Engemann J. (dir.) (2007) – Imperator Caesar Flavius Constantinus/Konstantin der Grosse, Catalogue d’exposition, Trèves, 2007, P. von Zabern, Mayence.

Duval N. (1987) – Existe-t-il une « structure palatiale » propre à l’Antiquité tardive ?, dans E. Lévy (éd.), Le système palatial en Orient, en Grèce et à Rome, Actes du colloque de Strasbourg, 19-22 juin 1985, Travaux du centre de recherche sur le Proche-Orient et la Grèce antiques de l’université de sciences humaines de Strasbourg, 9, Leyde, p. 463-490.

Duval N. (1992) – Le palais de Milan parmi les résidences impériales du Bas-Empire, dans E. A. Arslan et G. Sena-Chiesa (dir.), Felix temporis reparatio, Actes du colloque archéologique international de Milan, 8-11 mars 1990, Éditions Et, Milan, p. 137-146.

Farioli-Campanati R. (1993) – La città di Teodorico, dans E. Marraffa et E. V. Moroni (dir.), Ravenna, La Città che sale, Da teodorico al XX secolo, Città, cultura e spazio urbano, Anastasis, Ravenne, p. 25-32.

Fontaine T. H. M. (2003) – Ein letzter Abglanz vergangener kaiserliche Pracht, Zu ausgewählten archäologischen Befunden aus dem Areal der römischen Kaiserresidenz in Trier », dans M. König (éd.), Palatia, Kaiserpaläste in Konstantinopel, Ravenna und Trier, Rheinisches Landesmuseum Trier, Schriftenreihe, 27, Trèves, p. 130-161.

Ghirardini G. (1916) – Gli scavi del palazzo di Teodorico a Ravenna, Monumenti antiqui publicati per cura dell’Academia Nazionale dei Lincei, 24, cols 737-838.

Heger A.-G. (1985) – L’area archeologica di via Brisa, via Corani e via Santa Maria alla Porta, Universita degli studi di Milano, Facolta di lettere e filosofia, Tesi di Laurea, Milan.

Heijmans M. (2004) – Arles durant l’Antiquité tardive de la « duplex Arelas » à l’« urbs Genesii », Collection de l’École française de Rome, 324, Rome.

Heijmans M. (2007) – Constantina urbs, Arles durant le ive siècle : une autre résidence impériale ?, dans A. Demandt et J. Engemann (dir.), Imperator Caesar Flavius Constantinus/Konstantin der Grosse, Catalogue d’exposition, Trèves, 2007, P. von Zabern, Mayence, p. 209-219.

Kempf T. K. (1978) – Das Haus der heiligen Helena, Verein Trierisches, Neues Trierisches Jahrbuch, Beiheft, Trèves.

König M. (éd.) (2003) – Palatia, Kaiserpaläste in Konstantinopel, Ravenna und Trier, Rheinisches Landesmuseum Trier, Schriftenreihe, 27, Trèves.

Krencker D., Krüger E., Lehmann H. et Wachtler H. (1929) – Die Trierer Kaiserthermen, I, 1, Ausgrabungsbericht und Grundsätzliche Untersuchungen römischer Thermen, Benno Filser Verlag, Ausburg.

Kuhnen H.-P. (2004) – Trèves, Augusta Treverorum, dans Collectif, La marque de Rome, Samarobriva et les villes du nord de la Gaule, Catalogue d’exposition, Amiens, 14 février – 16 mai 2004, Musée de Picardie, Amiens.

Lopreato P. (1987) – La villa imperiale delle Marignane in Aquileia, dans Collectif, Aquileia e Roma, Atti della xvii Settimana di studi aquileiesi, Aquilée, 24-29 avril 1986, Antichità altoadriatiche, 30, Udine, p. 137-149.

Lusuardi Siena S. (1986a) – Topografia della zona di via Torino fra tarda antichità e medioevo, dans M.-L. Gatti Perer (dir.), Milano ritrovata. L’asse via Torino, Catalogue d’exposition, Milan, Palazzo Clerici, 12 avril-8 juin 1986, Il Vaglio cultura arte, Milan, p. 144-154.

Lusuardi Siena S. (1986b) – Via Santa Maria Valle a-2b, Rinvenimenti archeologici, dans M. L. Gatti Perer (dir.), Milano ritrovata. L’asse via Torino. Catalogue d’exposition, Milan, Palazzo Clerici, 12 avril-8 juin 1986, Il Vaglio cultura arte, Milan, p. 329-331.

Lusuardi Siena S. (1990) – Il palazzo imperiale, dans Collectif, Milano capitale dell’impero romano, 286-402 d.c., Catalogue de l’exposition de Milan, Palazzo Reale, 24 janvier-22 avril 1990, Silvana, Milan, p. 99.

Manzelli V. (2000) – Ravenna, L’Erma di Bretschneider, Atlante tematico di topografia antica, Supplemento, VIII, Città romana, 2, Rome.

Merten J. (dir.) (2005) – Rettet das archäologische Erbe in Trier, Zweite Denkschrift der archäologischen Trier-Kommission, Rheinisches Landesmuseum Trier, Schriftenreihe, 31, Trèves.

Milano capitale 1990 : Collectif (1990) – Milano capitale dell’impero romano, 286-402 d.c., Catalogue de l’exposition de Milan, Palazzo Reale, 24 janvier-22 avril 1990, Silvana, Milan.

Milano capitale 1991 : Collectif (1991) – Milano capitale dell’impero romano, 286-402 d.c., Album storico archeologico, Éditions Et, Milan.

Mirabella Roberti M. (1958) – Notiziario di scavi e trovamenti, La veneranda anticaglia, 6, 2, p. 28-31.

Mirabella Roberti M. (1959) – Notiziario di scavi e trovamenti, La veneranda anticaglia, 7, 1, Quadrante occidentale, Via Brisa, Milan, p. 19.

Pelletier A. (1974) – Vienne gallo-romaine au Bas-Empire, 275-468 après J.-C., Bosc frères, Lyon [thèse].

Pelletier A. (2001) – Vienna, Vienne, Presses universitaires de Lyon, Lyon.

Reboul J.-P. (2007) – L’Ordo urbium nobilium d’Ausone au regard des évolutions de la centralité politique dans l’Antiquité tardive, Approches historique et archéologique, dans B. Goldlust et J.-B. Guillaumin (dir.), journées d’étude Héritages et traditions encyclopédiques dans l’Antiquité tardive, Caen, 2 février 2007, Presses universitaires de Caen, Caen, p. 107-139.

Reusch W. (1955) – Die Aula palatina in Trier, Ergebnisse der Untersuchungen in den Jahren 1951-1953 (Vorläufiger Bericht), Germania, 33, p. 180-199.

Reusch W. (1958) – Die konstantinische Palastaula in Trier, Bericht über die Forschungsarbeiten 1952-1956, dans Collectif, Neue Ausgrabungen im Nahen Osten, Mittelmeerraum und in Deutschland, Actes du 19e congrès de la Koldewey-Gesellschaft, Regensburg, 23-27 avril 1957, Paulinus Druckerei, Trèves, p. 39-43.

Seeck O. (1919) – Regesten der Kaiser und Päpste, J.-B. Metzlersche, Stuttgart.

Wightman E. M. (1970) – Roman Trier and the Treveri, Hart-Davis, Londres.

Zannetacci M. (1987) – 25-31 rue de Bourgogne, Rapport de fouilles, Vienne.

Notes

1 Les cartes présentées ici sont une version actualisée d’une étude antérieure. Nous nous permettons de renvoyer à Reboul, 2007 pour le détail de la méthode suivie. Les listes reposent essentiellement sur Christol, 2006 pour le iiie siècle ; sur Seeck, 1919 pour les ive et ve siècles.

2 Duval, 1987, est l’article qui donne la bibliographie la plus détaillée ; Duval, 1992, la synthèse la plus complète et la plus claire.

3 Plan de l’église double de Trèves et localisation des fragments de la fresque à caisson dans Wightman, 1970, p. 112, qu’ont repris les publications plus récentes.

4 On trouvera un bon plan, phasé et en couleurs, de l’édifice dans Merten, 2005, p. 81.

5 Plan d’ensemble des découvertes archéologiques récentes dans le secteur de l’aula palatina dans Merten, 2005, p. 70-71.

6 Voir p. 24 pour un plan d’ensemble de la ville ; p. 160-194 pour l’édifice de plan basilical.

7 Discussion de l’ensemble des sources littéraires dans Calderini, 1953, p. 548-557 et David, 1999.

8 La carte archéologique la plus récente de Ravenne se trouve dans Manzelli, 2000. On trouvera de bons plans du « palais de Théodoric » et une nouvelle hypothèse de restitution dans Augenti, 2007.

9 Traduction personnelle. Sublimitas, précisée par « fastigiata », « dotée d’un faîte » doit être compris dans son sens étymologique de « grandeur », « hauteur ». « praecelso ciuitatis uertice » peut se comprendre de deux manières, « sur le point culminant de la cité » ou « au point culminant de la cité ». Cette seconde lecture, métaphorique, nous semble plus cohérente avec le style d’Avit.

10 Traduction de l’auteur.

11 L’ensemble des mentions de l’événement sera donné prochainement dans le recueil que prépare Gérard Lucas, maître de conférences de langue et littérature grecques, à l’Université Lyon II, des sources littéraires sur Vienne antique. Ces mentions sont assez répétitives, leurs auteurs se sont recopiés successivement. Nous remercions G. Lucas, qui nous a signalé certaines de ces sources.

12 Nous remercions Monique Zannettacci, archéologue municipale de Vienne et Benoît Helly, archéologue au SRA de Rhône-Alpes, pour leurs renseignements.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Séjours des empereurs dans les villes majeures de l’empire de 235 à 284 et de 284 à 337
Crédits Dessin : A. Chevalier, J.-P. Reboul et Ch.-E. Sauvin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5661/img-1.png
Fichier image/, 4,5M
Titre Fig.2. Séjours des empereurs dans les villes majeures de l’empire de 337 à 395 et de 395 à 476
Crédits Dessin : A. Chevalier, J.-P. Reboul et Ch.-E. Sauvin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5661/img-2.png
Fichier image/, 4,9M
Titre Fig.3. La basilique impériale (ive siècle) de Trèves
Crédits Dessin : Ch.-E. Sauvin, d’après König, 2003, p. 125.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5661/img-3.jpg
Fichier image/, 160k
Titre Fig.4. Trèves dans l’Antiquité tardive
Crédits Dessin : Ch.-E. Sauvin ; d’après Cüppers, 1992, p. 228.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5661/img-4.jpg
Fichier image/, 876k
Titre Fig.5. Secteur oriental de la basilique impériale de Trèves
Crédits Merten, 2005, p. 76.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5661/img-5.jpg
Fichier image/, 1,3M
Titre Fig.6. Milan dans l’Antiquité tardive
Crédits Dessin : Ch.-E. Sauvin ; d’après Milano capitale, 1990, p. 454-455.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5661/img-6.jpg
Fichier image/, 1,4M
Titre Fig.7. Structures antiques attribuées au palais impérial de Milan
Légende De haut en bas : thermes de la via Brisa, bâtiment de la Piazza Mentana, thermes de la via Santa Maria Valle.
Crédits Dessin : Ch.-E. Sauvin ; d’après M. Roberti, 1958, p. 31 ; Calderini et Gerra, 1951, p. 3-7 ; Plan de la surintendance archéologique de Lombardie.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5661/img-7.png
Fichier image/, 481k
Titre Fig.8. Vienne dans l’Antiquité tardive
Crédits SRA Rhône Alpes/Groupe de recherche pour l’Atlas archéologique de Vienne.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5661/img-8.jpg
Fichier image/, 1,2M

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : Les capitales impériales dans l’Antiquité tardive en Occident (Trèves, Vienne, Arles, Milan, Ravenne, Aquilée).
Directeur : F. Dumasy.
Date de soutenance prévue : fin 2013.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540