Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marqueurs archéologiques du pouvoir

 | 
Olivier Brunet
, 
Charles-Édouard Sauvin

III. Pouvoir et structuration des espaces

Les marqueurs du pouvoir dans l’espace urbain Syro-mésopotamien au iiie millénaire av. J.-C.

Suzanne Dibo

Résumé

The organization of urban space in the Syro-Mesopotamian world during the third millennium BC clearly reflects the intervention of a central power in the conception, foundation and growth of cities. This topic will be illustrated through four examples: Titris Höyük (south eastern Turkey), Tell Taya (northern Iraq), Tell Al-Rawda (central Syria) and Tell Beydar (northern Syria).
These four cases, differing in details of form, share the same planning practices which are strong indicators of power investing massively in development of cities and territory.

Texte intégral

1La présence d’un pouvoir centralisé dans l’espace urbain peut se manifester de diverses façons, mais l’urbanisme est généralement un champ privilégié de son action. Il montre clairement l’intervention d’un pouvoir dans la planification des villes, et se traduit par l’existence d’une norme architecturale qui débouche sur une régularité frappante du tissu urbain. Il n’y a pas de doute qu’un seul pouvoir politique, disposant de mains d’œuvre, peut être capable d’imposer un urbanisme systématique et comparable à toute une région (à en juger par la fondation des villes circulaire « Kranzhügeln » en Haute Djézireh syrienne). Les autorités locales maîtrisent parfaitement l’organisation des territoires et peuvent, d’un côté, mettre en place les mêmes principes de planification déjà expérimentés dans le sud mésopotamien. D’un autre côté, combiner deux modèles urbains différents dans le plan d’urbanisme.

2Le Proche-Orient antique n’échappe pas à la règle : les marqueurs du pouvoir s’observent nettement dans son urbanisme. Nous voudrions montrer ici quatre exemples, en Turquie, en Iraq et en Syrie, qui en témoignent avec éloquence : Titris Höyük, Tell Taya, Tell Beydar et Tell Al-Rawda (fig. 1). Tous différents dans le détail, le plan de ces divers sites indique la présence d’un modèle urbain propre de chaque région. Ces villes ont fait l’objet d’aménagements de grande ampleur qui attestent de l’emprise acquise au iiie millénaire par le pouvoir politique sur leurs administrés.

Titris Höyük (Turquie)

3Titris Höyük se trouve en Turquie du sud-est (fig. 1), à 45 km au nord d’Urfa, le long du Tavuk Çay, petit affluent sur la rive gauche de l’Euphrate (Algaze et Misir, 1993). Il a été exploré dans les années 1990 par une équipe américaine dirigée par G. Algaze (UCLA San Diego) et A. Misir (musée d’Urfa). C’est un centre urbain florissant dans la seconde moitié du iiie millénaire av. J.-C. (phases Mid et Late EBA, selon la terminologie des fouilleurs, c. 2600-2100 av. J.-C.). Vers 2600 av. J.-C., le site s’étend sur 43 ha. puis se réduit à la fin du iiie millénaire à un peu moins de 33 hectares (Algaze et al., 2001, p. 23-106). La ville se compose d’une petite « acropole » de 3,3 ha. établie sur un tell de 20 m de haut (Matney et Algaze, 1995, p. 35, fig. 2), d’une ville basse (Lower Town) à l’est et à l’ouest de celle-ci. Au nord, se trouve un grand secteur « périphérique » (Outer Town), de 16 hectares, séparé du reste de la ville par une petite dépression, surtout à l’ouest. S’y ajoutent divers « faubourgs », couvrant 10 ha. au total, éparpillés autour du site, au nord, au sud et à l’est (cf. Algaze et Misir, 1993 ; Algaze et al., 1992). La nécropole de la ville enfin, 400 m plus à l’ouest (Matney et Algaze, 1995), date du milieu du iiie millénaire av. J.-C. et contient des tombes à ciste.

Fig.1. L’emplacement géographique des sites

Fig.1. L’emplacement géographique des sites

D’après Gondet et Castel 2004, p. 95, fig. 1.

  • 1 Trois îlots sont perceptibles sur le plan géomagnétique dans le secteur ouest de l’Outer Town. D’ou (...)

4D’après les données disponibles (plan géomagnétique et fouilles), le tissu urbain de l’Outer Town, au nord, a été conçu à l’intérieur d’une enveloppe de forme géométrique, quasiment rectangulaire (fig. 2). Ce tissu est structuré par les grands axes de la voirie, qui délimitent des bandes de bâti, bandes segmentées par les axes secondaires. On a donc manifestement affaire à une opération de lotissement dans le cadre d’un plan orthogonal. L’espace bâti s’organise ainsi en îlots parallèles, constitués de bandes de parcelles nord-est/sud-ouest plus ou moins rectangulaires. À l’ouest de la ville, le tissu est plus régulier encore qu’à l’est, et semble constitué de parcelles d’un module un peu plus allongé1 (fig. 2. B). Si l’aménagement de l’Outer Town selon un plan d’urbanisme préconçu ne fait aucun doute, la question de la date de la création de ce plan reste cependant indéterminée. Il existe sous les niveaux anciens (Mid Early Bronze Age), antérieures à un court hiatus dans la stratigraphie, des couches plus anciennes reposant sur le sol vierge et sur lesquels nous sommes encore mal renseignés. Il semble qu’après une phase d’extension initiale anarchique, le pouvoir ait décidé de tout reconstruire selon un plan rationnel, déjà expérimenté dans la Lower Town.

Fig.2.

Fig.2.

A-Plan géophysique de l’Outer Town de Titris Höyük (http://www3.uakron.edu/​titris/​index.htm); B – L’organisation du parcellaire

Dessin : S. Dibo.

5Dans cette Lower Town (fig. 3), en effet, on peut observer le même principe d’organisation urbaine à l’œuvre : la trame viaire découpe le bâti en grands îlots rassemblant des bandes de parcelles rectangulaires. Mais le plan est globalement beaucoup plus irrégulier. Cette irrégularité, que l’on doit vraisemblablement attribuer à une occupation plus longue que dans l’Outer Town, induisant de nombreuses déformations, lors des reconstructions successives du bâti. Les deux secteurs principaux du site pourraient donc avoir connu une évolution exactement contraire, d’abord rationnel puis de plus en plus chaotique pour l’un, l’inverse pour l’autre, selon que l’intervention des autorités ait été différée, ou non.

Fig.3. La Lower Town de Titris Höyük

Fig.3. La Lower Town de Titris Höyük

Matney, 2000, p. 23.

6Il faut observer également que divers grands édifices, probablement publics, sont disposés en périphérie du site, en plusieurs endroits (certains sont bien visibles sur le plan géomagnétique, au SE, NO et au SO notamment, fig. 2. A). Cette dispersion atténue selon nous considérablement l’idée d’une « zone de pouvoir », les grands édifices n’étant pas tous rassemblés sur le tell de la ville haute.

7Titris présente un plan d’urbanisme orthogonal connu, dès le début du iiie millénaire av. J.-C., dans les villes de la plaine alluviale mésopotamienne (Abu Salabikh, Khafadjé et Tell Asmar, cf. Vallet, 1999, 2001). Toute la question est de savoir s’agit-il là d’une récréation locale, les principes géométriques mis en œuvre étant assez élémentaires, ou d’un exemple importé. Il n’est nul besoin de faire intervenir une hypothétique domination culturelle, voire politique, du Sud, pour rendre compte de l’apparition de la pratique à Titris. Question ouverte, mais dans tous les cas, et pour en revenir au thème qui nous occupe, cette pratique montre selon nous que les pouvoirs établis dans le Nord ont désormais acquis une maîtrise dans l’organisation du territoire tout à fait comparable à celui des cités-États (puis des royaumes) du Sud.

Tell Taya (Iraq)

8Tell Taya se trouve au nord-ouest de l’Iraq actuel, au sud-est de Tell Afar (fig. 1). Le site a été exploré par J. E. Reade de 1968 à 1972, G. Farrant complétant les relevés de surface au début des années 80 (Reade, 1982 p. 75).

9La ville, s’étendant sur plus de 160 ha. environ, se compose d’une petite citadelle ronde, de 50 m de diamètre, entourée par une ville haute fortifiée de 5 ha. approximativement ovale, qui s’étend de part et d’autre du wadi Taya (fig. 4). Au sud-ouest, un secteur distinct, également ceint d’un rempart, de 2 ha. est accolé à la ville haute. La ville basse, au-delà des remparts, s’étale sur 65 ha. environ, entourés par 90 ha. de bâti moins dense (Reade, 1997, p. 159). La stratigraphie du site révèle 9 phases d’occupation (ix-i, du plus ancien au plus récent). Chacune se termine vraisemblablement par une destruction, comme celle, partielle, de la ville à la fin du niveau ix. Les niveaux du iiie millénaire av. J.-C. (ix à vi) sont datés de 2400 à 2000 av. J.-C. (Reade, 1967, p. 260). Le niveau ix est contemporain de la fin du DA iii (vers 2400 av. J.-C.). Les niveaux viii et vii couvrent probablement l’époque d’Akkad (vers 2300 av. J.-C.) et le niveau vi celle d’Ur (vers 2000 av. J.-C.) (Reade, 1968, p. 260). La plupart des structures visibles sur le plan général (fig. 4) datent du niveau ix. Seule la citadelle a été occupée en permanence de 2400 jusqu’au ier s. avant notre ère (Van de Mieroop, 1999, p. 69).

Fig.4. Plan de Tell Taya indiquant la distribution des bâtiments publics

Fig.4. Plan de Tell Taya indiquant la distribution des bâtiments publics

D’après Reade, 1973, pl. LVIII, LIX, LX, LXI et LXII ; 1982, fig. 58, p. 76 et 1968, pl. XXIV.

10Bien que les données stratigraphiques soient limitées, on peut avancer que la configuration générale de la ville reflète son histoire. Lors de sa fondation, vers 2400 av. J.-C., l’établissement se réduit à la citadelle et à la ville haute protégée par une enceinte. La ville basse date vraisemblablement d’une seconde phase d’urbanisation du site, bien que rapprochée dans le temps car elle est antérieure à la période d’Akkad (c. 2300-2200 av. J.-C.). C’est l’urbanisme de cette seconde phase qui nous est essentiellement connu. Le plan s’organise en îlots selon un schéma global radioconcentrique assez peu rigoureux. Celui-ci a dû s’adapter à la fois à la topographie locale et aux contraintes préexistantes (présence de la vieille ville, dont les portes en particulier ont probablement influé sur le tracé de la voirie) (fig. 5). On a, par conséquent, des îlots plus au moins réguliers, dont les bandes de parcelles sont clairement perceptibles, surtout vers la périphérie de la ville, ce qui permet d’ailleurs d’identifier les limites de cette phase. Mais le site a connu une croissance fulgurante, car le bâti le plus éloigné de la ville (périphérique), contemporain d’une troisième phase, est également antérieur à Akkad. C’est donc en un siècle environ que l’on passe de 5 à 160 ha. supposant un développement démographique. Et l’on peut se demander d’où vient-elle cette population. Dans tous les cas, pour rendre compte d’un phénomène d’une telle ampleur, il faut admettre qu’une forte croissance naturelle aurait incité le pouvoir à agrandir la ville. Il semble qu’il s’agisse d’un cas d’urbanisation massive politiquement organisé, soit par les autorités de la ville elle-même (qui ont dû dans tous les cas gérer l’opération, d’où les éléments de régularité du plan), soit plus probablement par un pouvoir supérieur dont dépendait la ville (peut-être Ninive ?). Après quoi la ville fut prise et rasée par les Akkadiens, qui réduisirent leur occupation à la citadelle, à la ville « haute » et au secteur rectangulaire associé au sud-ouest à celle-ci (Reade, 1967, 1969, 1973 et 1997).

Fig.5. La planification de Tell Taya

Fig.5. La planification de Tell Taya

Dessin : S. Dibo.

11Dans tous les cas, le plan de la phase 3 livre des informations particulièrement précieuses sur l’urbanisme de l’époque. Dans la mesure où l’éloignement par rapport au centre de la ville a réduit notablement les contraintes d’adaptation du nouveau bâti à l’ancien, on peut observer l’apparition de véritables lotissements orthogonaux réguliers, formés par la juxtaposition de quatre bandes de parcelles, selon une pratique exactement semblable à ce que l’on connaît dans l’urbanisme orthogonal sud-mésopotamien et sa postérité septentrionale (que l’on a vu à Titris). Ces lotissements entourent la ville et viennent se greffer sur la trame radioconcentrique (fig. 6).

Fig.6. La division du parcellaire du secteur ouest de Tell Taya

Fig.6. La division du parcellaire du secteur ouest de Tell Taya

Dessin : S. Dibo, d’après Reade, 1982, p. 76, fig. 58.

  • 2 Terme qui pour cette époque ne désigne jamais un édifice auquel le public avait accès, mais un bâti (...)

12En dehors de la citadelle, occupée par deux grandes constructions monumentales, on distingue un certain nombre d’édifices vraisemblablement publics2. Il s’agit de petits bâtiments rectangulaires isolés au sommet de certaines des éminences qui parcourent le site. Bien que de dimensions modestes et dispersés dans la ville, ceux-ci ne sont donc pas fondus dans l’habitat mais spécialement mis en valeur. Le plus remarquable est leur disposition à l’échelle de la ville tout entière : ils sont en effet disposés en arc de cercle autour du centre-ville (fig. 4), et l’on peut observer, dans certains cas au moins, que des voies primaires y conduisent directement depuis la périphérie du site. Il apparaît donc qu’ils ont certainement joué un rôle structurant dans le schéma d’urbanisme. Certains de ces bâtiments ont été interprétés comme des temples (Reade, 1973, p. 161), sans réelle argumentation. Il s’agit d’un problème récurrent pour l’architecture de cette époque et on peut tout aussi bien songer à des édifices communautaires, de chacun des groupes qui sont venus s’établir sur le site. Ceci n’exclut d’ailleurs pas une fonction religieuse à ces bâtiments, car tous les actes de la vie publique avaient une coloration religieuse en Mésopotamie. Tandis qu’un pouvoir central soit installé sur la citadelle, il semble que d’autres autorités (décisionnaires à l’échelle des quartiers) siégeaient dans ces constructions. Ainsi celles-ci impliquent la présence d’un pouvoir. Ce dernier a fortement imposé sa marque dans le plan et le paysage urbain à travers la disposition symétrique de ces bâtiments autour de la citadelle.

13La ville de Taya est un cas unique dans la documentation actuelle, le seul exemple de plan que l’on pourrait qualifier d’hybride, c’est-à-dire combinant des éléments orthogonaux et radioconcentriques (fig. 5). Conformément à sa situation géographique, Tell Taya se trouve à mi-chemin entre deux conceptions : la ville orthogonale proprement mésopotamienne et la ville ronde nord-syrienne, qu’illustrent les deux exemples suivants.

Tell Beydar (Syrie)

  • 3 Voir le plan topographique de Tell Beydar dans Lebeau, 1997, p. 15, fig. 5.
  • 4 Le tracé du rempart extérieur est représenté par une levée de terre circulaire de 4,5 m de large su (...)
  • 5 En effet, les fouilles du chantier F ont révélé que le site du iiie millénaire av. J.-C. ne contien (...)

14Tell Beydar se trouve en Syrie du nord, dans la partie occidentale du « triangle du Khabour », à 35 km au Nord Ouest de la ville actuelle de Hassake, sur la rive droite du wadi ‘Awaidj, un affluent du Khabour (fig. 1). Le site est exploré depuis 1992 par une équipe syro-européenne dirigée par M. Lebeau et A. Suleiman. La ville elle-même est constituée d’une ville haute (Beydar i) et d’une ville basse (Beydar ii) de 40 ha.3, occupée pour cette dernière aux second et premier millénaires av. J.-C. seulement. Beydar i, ville du iiie millénaire av. J-C., qui seule nous intéressera ici, couvre 28 ha., est fondée dès le début du iiie millénaire (phase Early Jezireh i vers 2900 av. J.-C.) et occupée jusqu’à l’époque d’Akkad (phase Early Jezireh iv, vers 2300 av. J.-C.). Mais ce sont les niveaux du milieu du iiie millénaire qui ont été extensivement dégagés (phase Early Jezireh iii B, 2500-2350 av. J.-C.) et le plan disponible date de cette période. Sans rentrer dans le détail, Beydar est l’exemple le mieux connu, avec Tell Chuera (Meyer, 2006), de ces Kranzhügeln, c’est-à-dire site « en couronne », qui fleurissent en Djézireh Syrienne dans la première moitié du iiie millénaire av. J.-C. Parfaitement circulaire, d’un diamètre de 300 m, soit d’une superficie de 7 hectares, la ville est circonscrite par deux remparts successifs, le rempart externe4 (abandonné à la période EJ iii) délimitant un vaste espace refuge de 80 m de large, vide, autour de la cité proprement dite. Un fossé profond entourait la ville haute, il a été probablement construit à l’époque de l’Early Jezireh ii et a été réaménagé à la période suivante EJ iiia. Au centre du site s’élève l’acropole5, de 60 à 70 m de diamètre, qui domine la plaine environnante de 7,50 m. La pente de ses flancs est douce, mais devient raide en s’approchant du sommet (Lebeau, 1997). Sept dépressions topographiques sur la ligne du rempart interne correspondent à autant de portes (fig. 7), dont l’une a été fouillée (Lebeau, 2006, p. 102).

Fig.7. Les voies d’accès à la ville

Fig.7. Les voies d’accès à la ville

D’après Bluard et al., 1997, p. 185, fig. 1.

  • 6 Les édifices B, C, D et E, partiellement fouillés pour ces deux derniers, sont fondés sur des terra (...)

15À l’intérieur de l’enceinte interne, le bâti, très dense, s’organise en terrasses concentriques enserrant une acropole (fig. 8), surélevée elle aussi sur une terrasse au centre du tell, où sont rassemblés les bâtiments officiels. Le bâtiment principal de cette terrasse est le Palais (« Bloc officiel »), construit vers 2500 av. J.-C. et rebâti à deux reprises. Son état le plus récent a livré un lot de vingt tablettes, qui constituent les documents écrits les plus anciens de Syrie à l’heure actuelle (Lebeau et Van der Stède, 2003, p. 21-42). Il est juxtaposé à l’ouest à un bâtiment annexe de fonction inconnue. Au sud s’étend le bâtiment A, monumental mais de plan comparable à ceux d’autres édifices du centre-ville6. Un ensemble de magasins lui est associé au sud. Deux autres terrasses annulaires, autour de l’acropole, sont occupées par des bâtiments de nature différente. La première terrasse, environ 2 m plus bas, soutient un quartier d’habitat (Van der Stède, 2007), un « Bâtiment en U », les bâtiments B, B1, C et D. L’identification du Bâtiment en U comme un entrepôt ou une bergerie reste hypothétique (Sténuit et Van der Stède, 2003 p. 226-229). La fonction de l’édifice voisin B1 (Van der Stède, 2007 ; Van der Stède et al., 2008) est indéterminée. Les bâtiments B, C et D sont associés à un ensemble des magasins et d’ateliers dont l’un a été interprété comme une boulangerie (à l’ouest du bâtiment B) (Lebeau, 2006). La terrasse inférieure contient le « parvis sud » (Sténuit et al., 2008), une grande place, le grand bâtiment E (Suleiman, 2008) au sud et le palais P (Pruss et al., 2008, p. 16-19), à l’est, en cours de fouille. Un grand grenier se développe dans la partie sud-est du tell, en face de l’une des voies menant à la ville haute (Sténuit, 2003, p. 243-266). Les constructions monumentales A, B, C, D et E sont interprétées par le fouilleur comme des temples (Lebeau, 2006), mais cette hypothèse reste peu assurée et très discutable, et divers traits, qu’il n’y a pas lieu de commenter ici, font davantage penser à des édifices de réunion et de gestion communautaires, ce qui n’exclut d’ailleurs pas le champ religieux de leurs fonctions. Cet ensemble de bâtiment compose avec certitude le centre politique et administratif de la ville.

Fig.8. Plan général de Beydar

Fig.8. Plan général de Beydar

D’après Lebeau, 2008, p. 5.

16Le tissu urbain est irrigué par un réseau viaire en toile d’araignée, avec des voies radiales menant du centre monumental aux portes de la ville, et interconnectant les divers secteurs bâtis entre eux. La ville a donc incontestablement été l’objet d’une planification selon un modèle radioconcentrique, et ce sans doute dès sa fondation (fig. 7 et 8), mais il est possible que l’acropole n’ait pas eu à l’origine l’ampleur qu’on lui connaît. Les textes nous apprennent qu’au milieu du iiie millénaire av. J.-C., Beydar était sous le contrôle de Nagar (Lebeau, 2006, p. 20), la grande métropole de Djézireh centrale (actuellement Tell Brak), et qu’un gouverneur résidait dans le palais de Beydar. De sorte que la création de l’acropole et d’un véritable centre-ville, concentrant des édifices exceptionnels, pourrait résulter de l’établissement d’un pouvoir politique extérieur, fortement centralisé, qui se serait pour ainsi dire surimposé au plan d’origine. Vers 2300 av. J.-C., Beydar est prise par les akkadiens. La ville se contracte alors considérablement, sur un hectare, et un seul édifice, de nature cultuelle, subsiste au sommet du site lors de son abandon vers 2100 av. J.-C (Lebeau, 2006, p. 20).

D’autres sites, de plan pourtant analogue, ne présentent pas la même configuration.

Tell Al-Rawda (Syrie)

  • 7 Pour plus de détails, Castel, 2005, p. 74-75.
  • 8 Voir le plan topographique du site dans Castel, 2007, p. 162, fig. 2.

17Rawda se trouve dans la Shamiyeh, steppe de Syrie centrale, 50 km à l’est de la ville moderne de Sélémiyé, non loin de Tell Mishrifé, l’ancienne Qatna (fig. 1)(Castel et al., 2005, p. 51). Le site a été découvert en 1996 lors d’une prospection des zones arides centrales et septentrionales de la Syrie (Gondet et Castel, 2004, p. 94). Il est fouillé depuis 2002 par une mission franco-syrienne dirigée par C. Castel et N. Awad. La ville a été fondée vers 2400 av. J.-C. (BA iv) et abandonnée peu avant la fin du iiie millénaire av. J.-C. (Castel, 2007, p. 159). Le tell, de 400 m de diamètre, s’élève de 1,90 m seulement au mieux au-dessus du niveau de la plaine environnante (Castel et al., 2004, p. 40). Il est circonscrit par un rempart circulaire délimitant une superficie de 15 hectares. À l’extérieur de l’enceinte, à l’est, un quartier de 4 hectares environ est venu s’agglomérer au site, portant sa surface totale à près de 20 hectares (Castel, 2004 ; Castel et Peltenburg, 2007). Plus à l’ouest, la nécropole, ou l’une des nécropoles de la ville7, a également été découverte8.

18La ville s’organise selon un schéma radioconcentrique rigoureux. Elle se compose d’un noyau central, ovale, et de deux bandes d’îlots, séparés par des voies concentriques, que recoupent les voies radiales (Gondet et Castel, 2004) (fig. 9). Toutes les voies radiales conduisent au centre, bien plus chaotique que la périphérie. Les perturbations de ce centre ne sont sans doute pas d’origine.

  • 9 Pierre sacrée symbolisant la divinité.

19Plusieurs grands édifices ont été découverts, et l’un d’entre eux est en cours de fouille, au nord est de la ville (secteur 1) (fig. 9). Il regroupe deux bâtiments mitoyens (nord et sud) entourés par une enceinte. Le bâtiment septentrional est interprété comme un temple (Castel et Awad, 2006, p. 8) pourtant qu’il ne correspond pas au plan à antes connu dans l’édifice juxtaposé au sud. Ce dernier comprend une salle in antis, au fond d’une grande cour, et diverses annexes, l’une d’entre elle contenant un bétyle9 in situ (Castel, 2006 ; Castel et al., 2004, 2005). La salle principale est donc tout naturellement interprétée comme un temple, mais là encore il est probable que cette interprétation traditionnelle soit trop restrictive et que la dimension religieuse des lieux se superpose à une fonction plus séculière (et l’on notera que le bétyle se trouve curieusement relégué dans une pièce annexe). Deux autres constructions similaires ont en effet été repérées par la prospection géophysique (Castel et Peltenburg, 2007), fondues de la même manière dans l’habitat, dans les quadrants Nord Ouest et Sud Est de la ville (fig. 9), disposition symétrique tout à fait frappante qui invite à restituer un quatrième complexe équivalent dans le quadrant Sud Ouest du site, scellé par des constructions modernes. Par ailleurs, le noyau central de la ville ne semble pas ici occupé par des constructions massives, où siégerait un pouvoir centralisé, comme à Beydar. Deux édifices en cours de fouilles dans le centre, toutefois, semblent sortir de l’ordinaire, mais ne marquent pas dans tous les cas le paysage urbain aussi fortement que les grands monuments de Beydar.

Fig.9. Plan géophysique de Rawda et emplacement des bâtiments publics

Fig.9. Plan géophysique de Rawda et emplacement des bâtiments publics

D’après Castel, 2006, p. 41. Prospection de Sébastien Gondet.

20Nous ne savons pas sous quelle impulsion le site a fait l’objet de l’urbanisation planifiée que l’on constate (processus purement local ou effectué sous la houlette de Qatna, voire d’Ebla, qui étendent alors leur domination territoriale) (Castel, 2007, p. 173-174). Les textes d’Ebla nous suggèrent que vers la fin du iiie millénaire, la moyenne vallée de l’Oronte était probablement associée à son royaume. Elle aurait pu être occupée par une confédération tribale (Ib’al) formée par des seigneurs dont les territoires concernés se trouvaient au sud d’Ebla, dans la région de l’Oronte et dans la steppe orientale (Fortin, 2007, p. 258). Dans ces circonstances, on pourrait penser que les autorités d’Ebla (ou Qatna) ont pris en main des groupes, quelle qu’en soit l’origine, pour construire Al-Rawda (et les autres villes circulaires). De sorte que la structure décentralisée et probablement quadripartite du plan pourrait refléter l’association de quatre groupes, sans doute apparentés, dans l’opération, et dont les complexes « cultuels » abriteraient les instances communautaires, aussi bien politique que religieuse. Mais quelle que soit la nature exacte des pouvoirs décisionnaires impliqués, il est clair que ceux-ci ont imposé leur marque dans l’espace urbain.

  • 10 Pour les prémisses, au ive millénaire av. J.-C., de la planification orthogonale, voir Vallet, 1997 (...)

21Pour conclure, on voit combien la ville est sans doute l’espace d’intervention par excellence du pouvoir. Dès le début du iiie millénaire av. J.-C., les entités politiques de Mésopotamie du nord et de Syrie s’investissent massivement dans l’aménagement des villes et de leur territoire. Elles sont désormais capables de fonder, ou de refonder, des villes entières selon des plans parfaitement rigoureux, dans leur conception sinon toujours leur réalisation concrète. Deux grandes conceptions de l’espace urbain émergent alors, la ville orthogonale, expérimentée dès le ive millénaire av. J.-C. par les sud-mésopotamiens10 et que les cultures voisines adoptent et adaptent selon leurs besoins, et la ville ronde radioconcentrique, proprement syrienne (Tell Beydar et Tell Al-Rawda), conceptions qui peuvent à l’occasion se combiner (Taya) et qui sont promises à une longue postérité. Mais la ville n’est pas qu’un objet entre les mains d’un pouvoir central. Du sommet de l’État au simple particulier, en passant par les corps et corporations intermédiaires, chacun s’efforce d’y apposer sa marque, de remodeler le tissu à l’occasion de campagne de reconstruction et de s’étendre au détriment du voisin. L’espace urbain devient l’enjeu de tous les pouvoirs et ne cessera plus de l’être.

Bibliographie

Algaze G., Misir A. et Wilkinson T. (éds.) (1992) – Şanliurfa museum/University of California excavations and surveys at Titris Höyük, 1991: A preliminary report, Anatolica, XVIII, p. 33-60.

Algaze G. et Misir A. (1993) – Excavations at Titris Hoyuk, a small mid-late third millennium urban center en south-eastern Anatolia, 1992, Kazi sonuclari toplantisi, XV (I), p. 153-160.

Algaze G., Goldberg P., Honça D., Matney T., Misşr A., Miller A., Schlee D. et Sommers L. (1995) – Titris Höyük, a small EBA urban center in SE Anatolia the 1994 season, Anatolica, XXI, p. 13-64.

Algaze G., Dinckan G. et Hartenberger B. (éds.) (2001) – Research at Titris Hoyuk in south-eastern Turkey: the 1999 season, Anatolica, XXVII, p. 23-106.

Castel C., (2004) – Deuxième mission archéologique franco-syrienne dans la micro-région d’al-Rawda (Syrie intérieure) : la campagne de 2003, Orient-Express, 2004/1, p. 4-8.

Castel C. (2006) – Urbanistes du Bronze ancien à la conquête de la steppe, Le monde de la Bible, 172, p. 40-42.

Castel C. (2007) – L’abandon d’Al-Rawda (Syrie) à la fin du troisième millénaire : première tentative d’explication, dans C. Kuzucuoglu et C. Marro (éds.), Sociétés humaines et changement climatique à la fin du troisième millénaire : une crise a-t-il eu lieu en Haute Mésopotamie ? Actes du colloque de Lyon 5-8 décembre 2005, Varia Anatolica XIX, p. 159-178.

Castel C., Awad N., Barge O., Boudier T., Cuny A., Delattre L., Joannes F., Moulin B. et Sanz S. (2004) – Rapport préliminaire sur les activités de la première mission archéologique franco-syrienne dans la micro-région d’Al-Rawda (Syrie intérieure), la campagne de 2002, Akkadica, 125, fasc. 1, p. 27-78.

Castel C., Archambault D., Barge O., Boudier T., Courbon P., Cuny A., Gondet S., Herveaux L., Isnard F., Martin L., Monchambert J.-E., Moulin B., Pousaz N. et Sanz S. (2005) – Rapport préliminaire sur les activités de la mission archéologique franco-syrienne dans la micro-région d’Al-Rawda (Shamiyeh) : deuxième et troisième campagnes (2003 et 2004), Akkadica, 126, fasc. 1, p. 51-95.

Castel C. et Awad N. (2006) – Quatrième mission archéologique Franco-­syrienne dans la micro-région d’Al-Rawda (Syrie intérieure) : la campagne de 2005, Orient-Express, 2006/1, p. 7-14.

Castel C. et Peltenburg E. (2007) – Urbanism on the margins: third millennium BC Al-Rawda in the arid zone of Syria, Antiquity, 81 (313), p. 601-616.

Fortin M. (2007) – La vallée du Ghab: nouvelle prospection archéologique, dans D. Morandi-Bonacossi (éd.), Urban and Natural Landscapes of an Ancient Capital; Settlement and environment at Tell Mishrifeh/Qatna and in central-western Syria, Actes du colloque, Undine (Italie), 9-11 décembre 2004, Forum Editore, p. 253-268.

Gondet S. et Castel C. (2004) – Prospection géophysique à Al-Rawda et urbanisme en Syrie au Bronze Ancien, Paléorient, 30/2, p. 93-109.

Lebeau M. (1997) – La situation géographique, la topographie et les périodes d’occupation de Tell Beydar, Subartu, III, Brepols, p. 7-19.

Lebeau M. (2003) – Le bloc officiel de Tell Beydar, introduction aux fouilles du chantier F, Subartu, X, 21-42.

Lebeau M. (2006) – Les temples de Tell Beydar et leur environnement immédiat à l’époque Early Jezireh III, dans P. Butterlin, M. Lebeau, J.-Y. Monchambert, J.-L. Montero Fenollos et B. Muller (éds.), Les espaces Syro-Mésopotamien, Dimensions de l’expérience humaine au Proche Orient Ancien, Volume d’hommage offert à J.-C. Margueron. Subartu, XVII, p. 101-140.

Lebeau M. (2006) – Tell Beydar/Nabada : la résurrection d’une cité du Bronze ancien en Syrie orientale. Conférence présentée aux MRAH (17-12-2006), Bruxelles, http://www.beydar.com/pdf/nabada-conf-fr.pdf., p. 1-20.

Meyer J.-W. (2006) – Zur frage der Urbanisierung von Tell Chuera, dans P. Butterlin, M. Lebeau, J.-Y. Monchambert, J.-L. Montero Fenollos et B. Muller (éds.), Les espaces Syro-Mésopotamien, Dimensions de l’expérience humaine au Proche Orient Ancien, Volume d’hommage offert à J.-C. Margueron, Subartu, XVII, p. 179-189.

Pruss A. (2008) – Tell Beydar 2008, Field P, dans M. Lebeau et A. Suleiman (éds.), Euro-Syrian Excavations at Tell Beydar, Rapport sur la 15e campagne de fouilles et la 6e campagne de restauration architecturale à Tell Beydar (2008), http://beydar.com/pdf/Beydar_2008-fr.pdf., p. 16-19.

Reade J. (1968) – Tell Taya (1967): summary report, Iraq, XXX, p. 234-264.

Reade J. (1971) – Tell Taya (1968-1969): summary report, Iraq, XXXIII, p. 87-100.

Reade J. (1973) – Tell Taya (1972-1973): summary report, Iraq, XXXV, p. 155-188.

Reade J. (1982) – Tell Taya, dans J. Curtis (éd.), Fifty years of Mesopotamian discovery, The British School of archaeology in Iraq, London, p. 72-78.

Reade J. (1997) – Tell Tay, dans E. Meyers (éd.), The Oxford Encyclopaedia of Archaeology in the Near East, 5, The Oxford University Press, New York, p. 158-160.

Sténuit M.-E. (2003) – L’entrepôt d’époque EJ IIIb. Étude architecturale (chantier E-campagnes 1995-1996), Subartu, X, p. 243-268.

Sténuit M.-E., Bardeschi C.-D. et Ali C. (2008) – Tell Beydar 2008, Chantier S, dans M. Lebeau et A. Suleiman (éds.), Euro-Syrian excavations at Tell Beydar, Rapport sur la 15e campagne de fouilles et la 6e campagne de restauration architecturale à Tell Beydar (2008), http://beydar.com/pdf/Beydar_2008-fr.pdf., p. 20-22.

Sténuit M.-E. et Van Der Stède V. (2003) – Du palais au quartier de maisons privées (jonction entre le chantier F et le chantier B – campagnes 1997-1999), Subartu, X, p. 225-234.

Suleiman A. (2008) – Tell Beydar 2008, Chantier M, dans M. Lebeauet A. ­Suleiman (éds.), Euro-Syrian Excavations at Tell Beydar, Rapport sur la 15e campagne de fouilles et la 6e campagne de restauration architecturale à Tell Beydar (2008), http://beydar.com/pdf/Beydar_2008-fr.pdf., p. 13-15.

Van De Mieroop M. (1999) – The ancient Mesopotamian city, Oxford University Press, Oxford, p. 63-100.

Vallet R. (1997) – Habuba Kébira ou la naissance de l’urbanisme, Paléorient, 22/2, p. 45-76.

Vallet R. (1998) – L’urbanisme colonial urukien, l’exemple de Djébel Aruda, dans M. Lebeau (éd.), Subartu, IV.1, Brepols, Bruxelles, p. 53-87.

Vallet R. (1999) – La formation de l’habitat urbain en Mésopotamie : Abu Salabikh, une ville neuve sumérienne, dans F. Braemer, S. Cleuziou et A. Coudart (éds.), L’habitat, source d’interprétation de l’organisation et de la complexité sociale en archéologie, XIXe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Editions APDCA, Antibes, p. 151-165.

Vallet R. (2001) – Khafadjé ou les métamorphoses d’un quartier urbain au iiie millénaire, dans C. Breniquet et C. Kepinski-Lecomte (éds.), Études mésopotamiennes, ERC, Paris, p. 449-461.

Van der Stède V. (2003) – Le bloc officiel et résidentiel : phase 1, Subartu, X, p. 27-42.

Van der Stède V. (2007) – Le chantier B : résultats des campagnes 2000-2002, Subartu, XV, p. 7-39.

Van der Stède V., Devillers A., Poncin L. et Rey F, (2008) – Tell Beydar 2008, Chantier B, dans M. Lebeau et A. Suleiman (éds.), Euro-Syrian Excavations at Tell Beydar, Rapport sur la 15e campagne de fouilles et la 6e campagne de restauration architecturale à Tell Beydar (2008), http://beydar.com/pdf/Beydar_2008-fr.pdf., p. 6-9.

Notes

1 Trois îlots sont perceptibles sur le plan géomagnétique dans le secteur ouest de l’Outer Town. D’ouest en est, les dimensions relevées des deux premiers îlots sont 64 x 20-22 m et 115 x 22 m pour le troisième.

2 Terme qui pour cette époque ne désigne jamais un édifice auquel le public avait accès, mais un bâtiment dont la fonction avait un intérêt public.

3 Voir le plan topographique de Tell Beydar dans Lebeau, 1997, p. 15, fig. 5.

4 Le tracé du rempart extérieur est représenté par une levée de terre circulaire de 4,5 m de large sur 2 km de long, qui s’élève par endroit sur plus de 7 m. (cf. Lebeau, 1997).

5 En effet, les fouilles du chantier F ont révélé que le site du iiie millénaire av. J.-C. ne contient pas de véritable acropole. Il s’agit plutôt d’une butte constituée d’accumulation de débris et de vestiges du DA iii et de niveaux d’occupation akkadienne et séleuco-parthe (Lebeau, 2003, p. 21).

6 Les édifices B, C, D et E, partiellement fouillés pour ces deux derniers, sont fondés sur des terrasses plus basses. Pour les points communs avec le bâtiment A, Lebeau, 2006.

7 Pour plus de détails, Castel, 2005, p. 74-75.

8 Voir le plan topographique du site dans Castel, 2007, p. 162, fig. 2.

9 Pierre sacrée symbolisant la divinité.

10 Pour les prémisses, au ive millénaire av. J.-C., de la planification orthogonale, voir Vallet, 1997, 1998.

Table des illustrations

Titre Fig.1. L’emplacement géographique des sites
Crédits D’après Gondet et Castel 2004, p. 95, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5610/img-1.png
Fichier image/, 1,5M
Titre Fig.2.
Légende A-Plan géophysique de l’Outer Town de Titris Höyük (http://www3.uakron.edu/​titris/​index.htm); B – L’organisation du parcellaire
Crédits Dessin : S. Dibo.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5610/img-2.jpg
Fichier image/, 336k
Titre Fig.3. La Lower Town de Titris Höyük
Crédits Matney, 2000, p. 23.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5610/img-3.jpg
Fichier image/, 540k
Titre Fig.4. Plan de Tell Taya indiquant la distribution des bâtiments publics
Crédits D’après Reade, 1973, pl. LVIII, LIX, LX, LXI et LXII ; 1982, fig. 58, p. 76 et 1968, pl. XXIV.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5610/img-4.png
Fichier image/, 7,6M
Titre Fig.5. La planification de Tell Taya
Crédits Dessin : S. Dibo.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5610/img-5.png
Fichier image/, 3,0M
Titre Fig.6. La division du parcellaire du secteur ouest de Tell Taya
Crédits Dessin : S. Dibo, d’après Reade, 1982, p. 76, fig. 58.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5610/img-6.png
Fichier image/, 1,7M
Titre Fig.7. Les voies d’accès à la ville
Crédits D’après Bluard et al., 1997, p. 185, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5610/img-7.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Fig.8. Plan général de Beydar
Crédits D’après Lebeau, 2008, p. 5.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5610/img-8.png
Fichier image/, 2,5M
Titre Fig.9. Plan géophysique de Rawda et emplacement des bâtiments publics
Crédits D’après Castel, 2006, p. 41. Prospection de Sébastien Gondet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5610/img-9.jpg
Fichier image/, 244k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : L’urbanisme dans l’espace Syro-Mésopotamien au iiie millénaire av. J.-C.
Directeur : J.-D. Forest.
Thèse soutenue le 19 novembre 2010.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540