Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marqueurs archéologiques du pouvoir

 | 
Olivier Brunet
, 
Charles-Édouard Sauvin

II. L’architecture : mise en scène et innovations

Implantation musulmane et révolution technologique dans l’architecture militaire en Inde méridionale du xive siècle à l’annexion mongole

Nicolas Simon

Résumé

The purpose of this article is to produce a brief overview of the history and the multicultural environment which saw the emergence of new features in the fortified architecture of muslim powers in south India from the end of the xiiith century to the rise of the Moguls.
In this overview we will consider and compare the different historical sources, epigraphy, construction techniques and gun-artillery to give a comprehensive view of the problematics the scholar has to deal with, before any archaeological approach can be undertaken.

Texte intégral

1Si l’implantation d’un pouvoir musulman en Inde méridionale remonte à la charnière des xiiie et xive siècles, lors des premières incursions lancées par les sultans de Delhi (les Khalji) à partir de 1296, l’Islam n’y était pas pour autant inconnu.

2En effet, les contacts marchands avec la région du Golfe Persique et de l’est de l’Afrique, avaient favorisé l’installation dès le viiie siècle, de communautés musulmanes le long de la côte du Konkan, au sud de Bombay, ainsi qu’au Kerala à la pointe sud de la péninsule indienne.

3L’Inde était un carrefour à l’origine du commerce des épices et des bois de construction (le teck notamment pour la batellerie) par les navigateurs arabes, bien avant l’Hégire. Les contacts avec la Chine sont également attestés depuis au moins le viie siècle, sous la dynastie des Tang (Behera, 1999, p. 227). C’est dans ce contexte d’influences étrangères anciennes et continues que l’on doit envisager toute étude du Dekkan, et en particulier de sa conquête politique par les musulmans, époque à laquelle les échanges n’auront de cesse de s’intensifier, constituant une trame historique dont l’étude est très complexe.

4Au début du xive siècle, les villes du nord de l’Inde sous le gouvernement des sultans turcs de Delhi sont, de manière récurrente, pillées et mises à sac par les Mongols, déferlant depuis l’Afghanistan à l’ouest. C’est dans ce contexte de guerre que le sultanat de Delhi lance les premières razzias sur les royaumes du sud de l’Inde : celui des Yadava qui occupait à peu près le Maharashtra actuel à l’ouest, des Kakatya à l’est, dans ce qui est à peu près l’Andhra Pradesh (fig. 1). Devenus vassaux de leurs voisins musulmans du nord, ils seront finalement annexés à partir de 1318 environ, date à laquelle la capitale Yadava de Devagiri sera définitivement conquise et les souverains Yadava destitués. On rebaptisera Devagiri en Daulatabad. Cette ville regorgeant de richesses et grand centre de pèlerinage, deviendra une capitale jumelle de Delhi à partir de 1327 et le restera une dizaine d’années jusqu’à ce que la pénurie d’eau oblige un retour à Delhi. Les raisons qui ont décidé de ce transfert sont toujours débattues par les spécialistes, qui mettent en cause plusieurs facteurs (menace des Mongols au nord, volonté expansionniste, convoitise des richesses du sud).

Fig.1. L’Inde après 1296

Fig.1. L’Inde après 1296

Dessin : N. Simon.

Fig.2. Carte du royaume Bahmani

Fig.2. Carte du royaume Bahmani

Dessin : N. Simon.

5À partir de 1347, Zafar Khan Hasan Gangu, se rend autonome et fonde le royaume des Bahmani, dont la capitale sera Gulbarga à 300 km au sud de Daulatabad et le restera jusque dans les années 1420-30, époque à laquelle on transfère le pouvoir à Bidar, proche d’une ancienne capitale des Rashtrakuta (fig. 2). De manière presque contemporaine, l’empire hindou de Vijayanagar est fondé en 1336 et constituera jusqu’au milieu du xvie siècle le principal opposant à l’expansionnisme musulman vers le sud, avec le Telingana à l’est dans l’actuel Andhra Pradesh. À la charnière des xve-xvie siècles le royaume bahmani se scindera en cinq sultanats autonomes : les Nizam Shah gouverneront au nord avec Ahmadnagar pour capitale, les ‘Adil Shah au sud-ouest depuis Bijapur, les ‘Imad Shah au nord-est depuis Elichpur, les Qutb Shah depuis Golconde à l’est, et les Barid Shah au centre depuis Bidar (fig. 3).

Fig.3. Frontières et capitales des Sultanats du Dekkan en 1525

Fig.3. Frontières et capitales des Sultanats du Dekkan en 1525

Dessin : N. Simon.

6Les musulmans apporteront plusieurs nouveautés dans la défense en regard des pratiques de leurs prédécesseurs hindous. On en évoquera ici les grands traits et l’évolution, principalement sous un angle intéressant en propre le bâti, et sa relation à l’artillerie à feu à partir du xve siècle, mais aussi la dimension symbolique, au-delà de la poliorcétique.

7La pierre sèche est la règle jusqu’au xiie-xiiie siècle. Dans l’architecture Yadava, les soubassements des murs sont souvent constitués d’assises à retraite, munies ou non d’une feuillure empêchant le glissement des pierres vers l’avant, et renforcés de tenons et mortaises sur les lits d’attente et également d’agrafes de fer ou de bois entre les pierres d’une même assise. Le blocage, lorsque l’épaisseur du mur en justifiait la présence, est composé de moellons grossiers noyés dans un mortier de terre. Dans ce cas, il ne semble jamais y avoir (à notre connaissance) de parpaings, c’est-à-dire de pierres à deux faces de parement et tenant toute l’épaisseur du mur, ce qui en aurait fortement renforcé la solidité, alors qu’on les trouve curieusement dans des murs sans blocage. En effet, le blocage du mur, par l’effet de son poids, exerce une pression contraignante sur les revêtements. En ce qui concerne les couvertures le linteau et le tas de charge sont utilisés. Le module des espaces intérieurs est donc limité à la portée maximale, et donc à la charge, que peut soutenir un linteau monolithe. Ici, la qualité du matériau est prépondérante (Rötzer, 1989).

8D’après l’Arthashastra de Kautilya, traité sur l’art de gouverner écrit vers le iiie siècle avant notre ère, les forts sont classés selon plusieurs types, par exemple : les Jala Durga ou forts d’eau qui comprennent deux sous-types, les Antardvipa Durga ou îles-forteresses entourées par la mer ou un fleuve et les Sthala Durga ou forts de plaine baignés par des fossés en eau alimentés par des sources ou un fleuve ; les Giri Durga ou forts de montagne, les Dhanu Durga ou forts du désert, les Vana Durga situés dans une forêt dense, les Mahi Durga ou forteresses de terre. Ceci constitue bien évidemment une base théorique, extrêmement précise comme le sont les traités sanscrits (la plupart des forts empruntent à plusieurs types) mais indique combien la défense était théorisée depuis bien longtemps.

  • 1 Ce terrain est compris entre le bassin de la Godavari au nord, la rivière Krishna au sud, limité à (...)

9Si l’on s’en réfère à la nature géologique du terrain, il est très vraisemblable que sur le plateau basaltique du Dekkan1, nombre d’enceintes hindoues n’aient été constituées que de terre. On peut en voir un spécimen très délabré, bien que probablement tardif, à Supa, ou Sonpeth (district de Parbhani, Maharashtra), détruit par les Mogols à la fin du xviie siècle (fig. 4). En outre, nombre d’enceintes musulmanes ne seront pas maçonnées avant le xvie siècle. De la période antérieure à celle-ci, on ne retrouve le plus souvent dans les murs des fortifications de cette partie du Dekkan, que des vestiges sculptés, réemploi des temples hindous, et pour appréhender les principes généraux de la fortification à cette époque, nous aurons recours à deux exemples frontaliers du plateau du Dekkan proprement dit, Badami (district de Bijapur, Karnataka) et Warangal (district du même nom, Andhra Pradesh).

Fig.4. Forteresse de Sonpeth, Maharashtra

Fig.4. Forteresse de Sonpeth, Maharashtra

Photo : N. Simon.

10Les défenses naturelles semblent avoir joué un rôle prépondérant dans la mise en place des défenses au cours des siècles précédents. À Badami, dans la zone de la première enceinte (vie-viiie siècle), les anfractuosités dans le rocher, de 10 à 30 m de profondeur, forment des chicanes menant au sommet de l’éperon nord, le sud étant protégé d’un lac de retenue. L’enceinte suit les courbures de la roche, surplombant des précipices. Au niveau de la plaine, où le relief ne crée pas d’obstacle naturel, des levées de terre sont réalisées plus tard, où se multiplient les décrochements (enceinte no 2, viiie-xie siècle). Les murs sont toujours épais et pleins (6 m de large à la base et 2 m au sommet, pour l’enceinte la plus ancienne). On notera l’absence de parpaings (Deloche, 2001). Warangal (district du même nom, Andhra Pradesh), l’ancienne capitale des Kakatyas est pour la période suivante un exemple frappant et unique. Elle est constituée de trois enceintes circulaires. L’enceinte la plus extérieure est un anneau de 12,5 km de diamètre de terre et de pierres rapportées. La seconde est un très haut talus d’un diamètre de 2,4 km, qui s’élève sur une hauteur de 14 à 17 m, bordée par un fossé très large et percée de quatre portes aux quatre points cardinaux, datant de l’époque musulmane dans leur état actuel mais attestées à la fin du xiiie siècle par les textes. La dernière enfin, probablement achevée à la fin du xiiie siècle, est un mur de granit de 6 à 8 m de haut muni de quarante-six tours carrées, et de quatre portes monumentales, d’une épaisseur de 6 à 7 m au sommet que l’on atteint depuis l’intérieur par une succession de gradins donnant à la place une forme de gigantesque amphithéâtre. Les parties hautes ainsi que les portes ont été modifiées plus tard par les musulmans, mais il subsiste encore des crénelages monolithes d’origine (Deloche, 2001). Cette manière de construire est encore largement tributaire de techniques de maçonnerie qui imposent de lourdes contraintes. La qualité des matériaux disponibles à proximité n’est pas toujours satisfaisante et requiert des sites d’exploitation parfois éloignés (particulièrement en terrain basaltique). La pierre sèche utilisée pour les parements, toujours précisément taillée, impose des appareillages de grande taille, et exige le plus souvent des ouvrages de plan polygonal. Ces éléments présupposent la mise en œuvre de programmes complexes nécessitant une main-d’œuvre nombreuse et qualifiée.

11Les musulmans introduisirent deux techniques de construction qui bouleversèrent totalement l’art de construire : l’emploi généralisé de la chaux qui autorisa une simplification considérable de la taille de pierre et l’utilisation d’appareillages de dimensions réduites, et la voûte à claveaux qui, remplaçant le couvrement en tas de charge et les linteaux monolithes, rendit possible l’élargissement du module des espaces intérieurs (limités jusque-là par la résistance mécanique de la pierre, ces procédés trouvèrent une application particulièrement éclatante dans la réalisation des coupoles de l’architecture religieuse et palatiale). L’état des connaissances actuelles ne permet pas de définir tous les traits d’un premier niveau de construction dans les fortifications musulmanes du Dekkan, c’est-à-dire entre 1300 et 1400. En effet les sites présentent tous des modifications profondes dont la majorité semble remonter au xvie siècle. On peut néanmoins en déterminer certains contours, notamment quant au plan. Ainsi la forme circulaire semble s’imposer principalement dans les centres politiques, pour l’enceinte comme pour les tours. On ne peut pas prétendre que les hindous ignoraient le plan circulaire, et Warangal en est un bon exemple (bien qu’unique à notre connaissance dans cette partie de l’Inde), mais en ce qui concerne les tours, celles-ci sont de plan systématiquement rectangulaire ou carré, plus ou moins saillantes du mur. Les musulmans systématiseront quant à eux le plan semi-circulaire ou parfois polygonal.

12Daulatabad (district d’Aurangabad, Maharashtra) tout d’abord, l’ancienne Devagiri, pourrait en quelque sorte constituer le prototype de l’organe de défense musulman en Inde méridionale. Mais il est néanmoins difficile d’établir un parallèle avec l’ancienne Delhi, Tughluqabad (district de New-Delhi, Uttar Pradesh), construite par Ghiyath al-Din Tughluq quelques années plus tôt (vers 1323). Les deux plans montrent certaines similitudes dans le cheminement jusqu’à la citadelle et on retrouve dans les deux cas le système concentrique visant à protéger la citadelle. Mais le choix délibéré d’adopter un plan circulaire à Daulatabad, pour l’enceinte du Mahakot, ne peut être entièrement redevable de l’adaptation au terrain (éventuellement à la reprise d’une enceinte hindoue, dont il ne reste que très peu d’éléments). Elle est d’ailleurs construite sur le flanc d’une colline naturelle dont l’escarpement constitue la citadelle, et qu’elle n’entoure pas complètement, là où Tughluqabad borde un plateau, au sud duquel un lac artificiel en limite l’approche (Shokoohy, 2007). Les musulmans semblent avoir été également les auteurs du gigantesque fossé et de la paroi de 30 m de hauteur (Mate et Pathy, 1992). À Gulbarga (district du même nom, Karnataka), devenue la capitale du royaume Bahmani en 1347, il est frappant de constater là aussi le recours à un plan circulaire, constitué d’une double enceinte et d’un fossé de 10 à 20 m de largeur. Ici, le choix du plan est assurément un parti pris, puisque le relief en pente douce du nord au sud n’impose pas de contrainte. Plus tard, en 1429 lorsqu’on transféra la capitale à Bidar (district du même nom, Karnataka), on adopta également un plan de forme globalement circulaire pour remparer le fort et la ville, bordant un plateau. Un triple fossé sec construit dans la latérite, sépare l’enceinte du fort de celle de la ville. Au début du xvie siècle à Bijapur (district du même nom, Karnataka), et à Ahmadnagar (district du même nom, Maharashtra) en 1563, deux capitales des sultanats, les murs de terre furent remplacés par des structures de pierre, et c’est là encore un plan circulaire qui s’est imposé pour la défense. Ce choix peut surprendre, si on le compare à l’évolution contemporaine des fortifications européennes où les armes à feu étaient connues depuis deux cents ans et où l’on avait réalisé les nombreux inconvénients du plan circulaire, qui laisse subsister des angles morts au pied des tours, facilitant l’approche des ennemis. J. Deloche (2001, p. 97) pense que les décrochements rectangulaires ou carrés de l’époque précédente, offraient une trop grande vulnérabilité à la sape.

13Il ne faut pas pour autant en déduire une systématisation du plan circulaire car plusieurs forteresses « secondaires » conservées ont un plan polygonal. C’est le cas de Parenda (district d’Osmanabad, Maharashtra) dont de nombreux éléments ont été datés du xve siècle, qui est de plan rectangulaire et dont de nombreuses tours de la fausse-braie (l’enceinte extérieure) sont polygonales (fig. 5). Les angles morts sont compensés par un flanquement vertical impressionnant, composé de multiples bretèches qui permettent de battre le pied des murs depuis le sommet. Ces éléments de défense sont des parties fragiles en regard de la puissance croissante des armes à feu au cours du xvie siècle. Il eut été logique de développer un flanquement horizontal, comme cela fut le cas en occident à la même période, par l’ajout d’organes détachés en avant du mur (boulevards, barbacanes), seuls capables de supprimer efficacement les angles morts, mais dont l’expérimentation ne semble naître qu’à la charnière des xvie-xviie siècles dans le Dekkan. Ces éléments relient intimement l’architecture défensive aux armes qui l’équipent ou qui s’y opposent, et nous verrons que celles-ci posent alors en miroir de nombreuses interrogations quant à la chronologie de leur apparition, de leurs caractéristiques techniques, de leur maniement, de leur efficience, et de la fréquence de leur mise en œuvre, qui sont autant des éléments propres que contextuels.

Fig.5. Parenda, Maharashtra, angle sud-ouest

Fig.5. Parenda, Maharashtra, angle sud-ouest

Photo : N. Simon.

  • 2 Pour cette question, se reporter à Khan, 2004, p. 205-209 et note 14, chap. 2.

14On conçoit ainsi aisément que les nombreuses pièces d’artillerie qui se trouvent encore dans les forts et l’architecture qui les reçoit sont les deux faces d’une même problématique. Nous ne pourrons qu’évoquer brièvement le catalogue fourni des armes à feu toujours présentes dans les forts, tant il est difficile pour le moment d’en établir une chronologie précise. Les textes semblent en attester la présence à partir du xve, voire depuis la fin du xive siècle si l’on en croit le chroniqueur de la cour de Bijapur M.K. Ferishta au début du xviie siècle (Briggs, 1829), de même que le récit d’un pilote indien faisant remonter vers 1420, la livraison de bombardes par bateaux à Calicut2.

15Deux techniques principales, le fer forgé et le bronze fondu, semblent coexister, mais si l’on possède plusieurs canons de bronze datés, cela est beaucoup plus rare en ce qui concerne les exemplaires en fer forgé. Les auteurs divergent quant à l’ordre d’apparition de ces deux techniques dans la région. On notera que pour les canons européens, on semble avoir adopté dans un premier temps le fer forgé aux xive et xve siècles, puis l’avoir presque totalement abandonné au début du xvie siècle pour le bronze plus fiable, puis pour la fonte. Une évolution similaire nous semble probable au Dekkan, bien que le bronze ne semble pas s’être généralisé avant sa conquête par les Mogols (xviie siècle). Quant à la fonte, elle ne se développa qu’à partir du xviiie siècle. Certaines solutions originales verront également le jour au xviie siècle comme les canons composites, dont le fût sera constitué de barres de fer forgé coulé dans une masse de bronze (Balasubramaniam, 2008). Comme l’attestent plusieurs inscriptions laissées sur certaines pièces d’artillerie, de nombreux Turcs d’Asie Mineure experts dans l’art de la fonte de canons de bronze, mais aussi dans la réalisation de canons de fer forgé ont, au moins à partir du milieu du xvie siècle, été dans ce domaine employés à la réalisation de spécimens gigantesques pour les sultans du Dekkan (comme pour les Mogols de Delhi). Parmi les plus célèbres, on peut citer le Malik i-Maidan, en bronze et daté de 1549, toujours en place à Bijapur, qui est une pièce d’environ 55 tonnes. On notera que, malgré la difficulté à les dater, les canons de fer forgé sont de loin les mieux représentés dans les forteresses, et ont contrairement à l’Europe, été largement employés jusqu’au xviiie siècle.

  • 3 Des investigations minutieuses, en particulier sur l’étude du bâti et la définition de phases de co (...)

16L’apparition des armes à feu ne semble pas avoir eu de répercussions majeures, et surtout immédiates, sur l’ensemble des édifices fortifiés avant la fin du xve siècle3, car on sait par les textes que nombre de sites secondaires conserveront leur enceinte de terre jusqu’au début du xvie siècle, comme ce fut le cas pour Bijapur alors qu’elle n’était pas encore capitale de ce sultanat. À l’inverse, les centres politiques furent remparés de pierre dès le xive siècle. De nombreuses influences étrangères s’y firent très tôt sentir dans le domaine militaire, mais aussi dans l’architecture palatiale (dont Bidar est un des plus éclatants exemples d’influence timouride) et les réalisations civiles. Les Persans déployèrent dès les débuts du royaume bahmani tout leur savoir-faire technique, en particulier dans le domaine hydraulique (à Bijapur au xvie siècle mais aussi à Bidar dès le xve siècle), mais ce sont les Turcs d’Asie mineure (Rūmi) qui semblent avoir le plus collaboré dans le domaine des armes comme nous le montrent les sources écrites mais aussi l’épigraphie et quelques inscriptions laissées sur les canons (comme à Ausa, district de Latur, Maharashtra, où un certain Ustad Muhammad bin Husain Rūmi, est le fondeur d’un canon de bronze en 1543 et d’un spécimen similaire se trouvant à Udgir, district de Latur, fig. 6).

Fig.6. Canon de bronze, Udgir, Maharashtra, 1540-1550

Fig.6. Canon de bronze, Udgir, Maharashtra, 1540-1550

Photo : N. Simon.

17La première moitié du xvie siècle fut, pour les fortifications, la plus fructueuse en innovations et adaptations de tous genres, en particulier à cause des guerres incessantes qui opposèrent les sultanats entre eux et contre l’Empire hindou de Vijayanagar au sud, et aussi en raison de la présence de plus en plus forte des Européens sur les côtes indiennes, où les Portugais débarquèrent à la fin du xve siècle. Assez curieusement, les murs ne cessèrent pas d’être surélevés et épaissis (fig. 7), suivant en ce sens une tendance inverse à celle de l’Europe qui était d’amener le plus près possible les parapets du niveau du sol, pour défiler le mur des coups de l’assaillant, et de surélever les alentours par des glacis, pour en limiter l’approche. Ainsi que nous l’avons évoqué plus haut, l’Inde du sud compensa ce manque au xvie siècle, en développant le flanquement vertical par la multiplication de bretèches de types extrêmement variés. On suppose de plus que les glacis n’y apparurent qu’au début du xviie siècle, mais leur étude en est bien souvent rendue impossible par l’urbanisme qui les recouvre (il reste envisageable néanmoins, à certains endroits où le mur a été préservé sur toute sa hauteur, d’étudier le fonctionnement des ouvertures de tir par un relevé systématique, étant admis que leur disposition soit, au moins pour partie, corrélée au relief environnant).

Fig.7. Surélévation de l’enceinte, Daulatabad côté ouest

Fig.7. Surélévation de l’enceinte, Daulatabad côté ouest

Photo : N. Simon.

18Il est également difficile pour le moment, de dater précisément l’adjonction d’organes de défense saillants, comme à Bidar (construite à partir de 1427, modifiée en 1461, reconstruite en partie vers 1542, puis au xviie siècle), permettant d’assurer le flanquement horizontal, où le front au côté est notamment, est tout simplement gigantesque (environ 1,5 km). Nommées localement Parkota, ces sortes de boulevards qui abritent aussi des entrées, parfois condamnées ultérieurement, permettent de corriger les défaillances du flanquement horizontal, par une suite de cours étagées sur le bord du plateau.

  • 4 On devrait également inclure la présence de « banquettes » de pierre semi-circulaires, présentes à (...)

19On peut penser que le retard pris à partir de la deuxième moitié du xvie siècle dans le flanquement, soit dû en partie à la faible utilisation du boulet métallique au profit du boulet de pierre, moins efficace à l’impact et moins puissant lors du tir (le boulet de pierre « éclate », là où le boulet métallique « disloque » le mur), et que l’on se soit plus reposé sur les résistances mécaniques des murs (les sources nous montrent d’ailleurs que la sape et la mine avaient plus souvent raison des murailles que les projectiles des armes à feu). À ce titre, on observe des améliorations dans la défense passive, comme à Sholapur, modifiée à plusieurs reprises au xvie siècle, ou à Daulatabad, avec les modifications du début du xviie siècle de Malik Ambar, qui présentent toutes deux des maçonneries en grand appareil plus ou moins cyclopéen, qui pourraient bien avoir été des réponses contre l’effondrement des murs lors de l’impact (des assises parallèles ne pouvant agir de manière plus ou moins autobloquante)4. Néanmoins dans la partie active de la défense, le développement des tourillons sur les canons de bronze et de fer au début du xvie siècle, les affranchira de leurs lourds chariots de bois, pour les fixer sur les tours d’artillerie. Cet ajout permit d’orienter et d’augmenter la précision des armes en les fixant sur des pivots métalliques rivés sur la plate-forme de tir.

20Rappelons également qu’en ce qui concerne le maniement des armes, les comparaisons avec l’Europe trouvent vite des limites, dans la mesure où les éléphants indiens étaient une aide considérable dans la manipulation des très grosses pièces d’artillerie et les canons de gros calibres étaient parfois utilisés, si l’on se réfère aux chroniques, comme armes de champ de bataille et non seulement comme armes de siège (ce qui était le cas des bombardes européennes de même dimensions). Elles pouvaient alors être chargées de mitraille, sous la forme de pièces de cuivre, et mises à feu à courte portée de l’ennemi (Briggs, 1829).

21Les modifications dans le plan des portes sont également difficiles à saisir chronologiquement, de même que le doublement des enceintes qui est quant à lui probablement contemporain de la montée en puissance des Bahmani au cours du xve siècle, mais il est pour le moment hasardeux d’en donner des contours nets. L’épigraphie, lorsqu’elle est présente, soulève elle-même parfois des problèmes de datation dans la mesure où certaines inscriptions ont été déplacées à des époques différentes de leur réalisation. On trouve ainsi à Gulbarga, surmontant la Porte Zanjirī (ou « Porte aux chaînes »), une inscription identifiée d’après son style comme étant d’époque bahmani (Haig, 1908), mais au-devant d’une porte projetée loin en avant de l’enceinte, quant à elle entièrement reconstruite au milieu du xvie siècle après avoir été très endommagée en 1520 par le Raja de Vijayanagar. Et de toute évidence, cette entrée dont le plan nous montre une suite de cours et de portes successives en chicane flanquées de corps de garde est plus vraisemblablement un exemple du xvie siècle si l’on se fie à des exemples comparables et mieux datés (Sholapur, Bidar, Parenda).

22Le piège majeur consisterait à vouloir extraire de ces caractéristiques techniques un critère chronologique absolu. K. Rötzer (1989) l’a souligné pour la période hindoue, différents systèmes peuvent coexister selon l’utilisation d’un mur (mur de clôture ou simple cloison séparant deux espaces) et la qualité des matériaux utilisés. De plus, plusieurs équipes ont travaillé de manière parfois très différente sur une même enceinte, et ce à la même époque. On sait d’ailleurs qu’autour de 1320, la salle d’audience de Warangal datant des Tughluq sera couverte de voûtes d’ogives (à claveaux), jusqu’alors ignorée des hindous, quand on construit à Firuzabad (district de Gulbarga, Karnataka) en 1400, une résidence de plaisir pour le sultan bahmani Firuz Shah, où coexistent tas de charge (fig. 8), réalisés en basalte importé dans un but esthétique manifeste, et des voûtes à claveaux de schiste local. On peut transposer la même difficulté chronologique en ce qui concerne les évolutions techniques de l’artillerie à feu dont l’évolution ne semble pas avoir été linéaire. L’emploi d’un matériau plutôt qu’un autre, fer ou bronze pour les canons, métal ou pierre pour les boulets, ne peut avoir été dicté que par le coût ou l’accessibilité des matières premières, la nécessité ou non d’une artillerie plus efficace, ou bien la disponibilité en un temps précis des compétences pour leur réalisation.

Fig.8. Voûte en tas de charge, Firuzabad, 1400

Fig.8. Voûte en tas de charge, Firuzabad, 1400

Photo : N. Simon.

23La société qui composait le premier royaume musulman indépendant Bahmani, était de toute évidence une mosaïque de populations culturellement très différentes. Les hommes recrutés pour son administration et son armée, pouvaient être aussi bien d’origine persane, afghane, arabe, que des hindous convertis ou non, et où la naissance comptait moins que la compétence pour laquelle on les recrutait. À la différence de la société basée sur le système hindou des castes, où chacun possédait dès la naissance une fonction qu’il conservait jusqu’à la mort, selon la règle du dharma, l’organisation de la société mise en place dans les sultanats, reposait plus sur le mérite (Rötzer, 1984). De cette population composite, se reflètent plusieurs traits de son architecture qui ne sont pas tous fonctionnels ou proprement musulmans. C’est dans ce cadre que l’on doit envisager également une dimension symbolique de la fortification.

  • 5 Rappelons que ce nom signifie « colline des Dieux » et qu’elle abrite encore plusieurs grottes d’ép (...)
  • 6 Ellora est un ensemble cultuel situé à environ 15 km au nord de Daulatabad, qui regroupe des grotte (...)

24À Daulatabad, le caractère sacré de l’ancienne Devagiri5, et la proximité du complexe d’Ellora6 rendent le site tout à fait particulier. Les chroniques nous rappellent que Muhammad b. Tughluq le fondateur de Daulatabad, considérait celle-ci comme le talisman de son pouvoir, et attribuait à sa possession une dimension mystique en sus de sa fonction de défense. Dès le début du xive siècle, Khultabad, sur la route menant au grand temple d’Ellora, devint un grand centre soufi (Chishti), et le resta jusqu’à nos jours. La proximité de ce grand centre représentait pour le sultan, non seulement un outil de conversion de la population locale, encore majoritairement hindoue, grâce à l’élite lettrée qui composait l’ordre soufi, mais surtout un outil culturel visant à attacher la noblesse de Delhi à cette région nouvellement conquise, et qui restait majoritairement réticente à ce transfert. Il est notable de constater qu’un centre soufi s’était également développé à Gulbarga avant que celle-ci n’acquière son statut de capitale en 1347 (Ernst, 2004). On trouve autour de ces deux villes (et à Bidar également), de nombreux dargah ou tombes de saints musulmans, lieux de dévotion populaire formant une ceinture de protection religieuse autour des villes (un rôle qui reste encore à préciser). L’attachement que les souverains successifs ont pu accorder à Khultabad, est d’ailleurs reflété par la présence de plusieurs sépultures royales : on y trouve celles du premier et du deuxième sultan d’Ahmadnagar (1508 et 1553), du dernier roi Qutb Shah de Golconde (1699), et du dernier grand Empereur moghol Aurangzeb (1707).

  • 7 On retrouve également ce motif en Asie du sud-est et dans l’iconographie bouddhiste. Dans les templ (...)

25Dans les forteresses, plusieurs éléments contribuent à cette défense symbolique. Les seuils des portes sont systématiquement surélevés d’une pierre de seuil plate, reliant les deux embrasures. Ces pierres avaient pour vocation d’empêcher les esprits malveillants de pénétrer à l’intérieur de l’enceinte, et en assuraient également symboliquement la continuité. Cette pratique se retrouve aussi dans les temples hindous. On retrouve également de manière récurrente dans les forteresses du Dekkan, un bas-relief représentant deux lions affrontés se saisissant ou dévorant des éléphants, disposés en haut des murs de manière très visible autour des enceintes. Il est difficile de comprendre le symbolisme de cet emblème même s’il s’agit d’une représentation courante de la littérature sanscrite et de nombreux temples. On y a vu parfois l’affrontement du lion de l’Islam victorieux sur l’éléphant de l’Hindouisme, mais cette hypothèse est sans fondement dans la mesure où on la retrouve également dans des forts mahrattes du xviie et xviiie siècle. Ces gaja-simha, lion-éléphant en sanscrit, sont présents dans de nombreux temples hindous. Selon les auteurs, ils symbolisent la lutte humaine, l’éléphant, contre les passions (le lion), ou celle de la lumière divine contre les ténèbres des démons (ils semblent aussi jouer un rôle protecteur car on les retrouve parfois à proximité des entrées, comme au temple de Surya à Konarak, Orissa, qui date du milieu du xiiie siècle). Il est probable que la constante répétition de ce motif autour des murailles ait trait à la protection du lieu, mais sa signification précise nous échappe pour le moment7.

26Les canons eux aussi fournissent un grand répertoire de motifs animaux et de pratiques rituelles assez étranges. On retrouve d’ailleurs ce même motif de gaja-simha, à la gueule du gigantesque Malik-i-Maidan ou « Roi de la Place d’Armes » (actuellement à Bijapur, et fondu en 1549). Ce dernier est toujours l’objet d’une croyance prétendant que si l’on touche le canon en faisant un vœu, celui-ci sera exaucé. En 1623, l’italien Pietro della Valle nous indique que le sultan de Bijapur le couvrait de riches tissus d’or et venait une fois l’an lui faire sa révérence. Au début du xxe siècle les habitants venaient y déposer des fleurs et enduire la bouche du canon de vermillon (Cousens, 1916, p. 30). Ailleurs, à Ramagiri, district de Karimnagar Andhra Pradesh, un rituel pour les couples sans enfant, consiste à se glisser dans le fût d’un canon, le Pillala Firingi, afin d’obtenir la fertilité (Balasubramaniam, 2008, p. 135).

27Le bestiaire quant à lui montre des figures variées, souvent le bouton de culasse est remplacé par un animal sur les canons en bronze : crocodile (Azdaha Paikar, à Parenda) bélier (Qila Shikan, à Daulatabad), tigre (canons de Tipu sultan, au Chennai Government Museum). Ils possèdent en outre des noms évocateurs de leur fonction qui les personnalisent tout à fait : Qila Shikan, ou « briseur de forts », Fath Lashkar, ou « triomphe de l’armée ».

28Sur une toile historique, culturelle, et sociale extrêmement complexe, il est ainsi bien difficile de cerner les contours précis d’évolutions techniques, probablement non linéaires, mais également pas toujours fonctionnelles. Une société extrêmement cosmopolite a vu le jour dans le Dekkan à cette époque, dont K. Rötzer (1984) a évoqué toute la complexité : à la présence d’hommes d’origines ethniques multiples, et à l’abandon du système de caste pour l’organisation du pouvoir politique, a dû correspondre un certain malaise social dans le Dekkan pour que le pouvoir musulman s’implante de manière aussi rapide et durable. À l’époque des premières incursions musulmanes, plusieurs sectes étaient en plein essor dans cette région comme les Lingayats, qui remettaient complètement en question la hiérarchie sociale traditionnelle, et prônaient un shivaïsme quasi monothéiste. Les liens de commerce étroits qui s’établirent avec les musulmans en représentent un des aspects.

29De plus, ce territoire pauvre en eau ne reçut d’aménagements hydrauliques qu’à partir de l’arrivée des musulmans. En cela, la chaux était capitale pour effectuer des barrages viables sur cette terre de basalte poreux, et jusqu’à nos jours, l’accès à l’eau des castes les plus basses reste un problème important, là où les musulmans avaient multiplié les accès publics à celle-ci (bains, fontaines) sans distinction de naissance. À l’inverse, les pouvoirs occupant les régions de terrain granitico-schisteux au sud de la rivière Krishna et au Telingana à l’est, qui offraient quant à eux une plus grande imperméabilité, pratiquaient depuis longtemps l’irrigation, fruit d’efforts collectifs, à laquelle l’ensemble de la population avait accès, et ils furent ceux qui offrirent la plus grande résistance à ces nouveaux envahisseurs. À cette très grande complexité historique et sociale, s’ajoute la difficulté de lecture de l’archéologie du bâti fortifié qui, de ce point de vue, en est un reflet assez fidèle. Ainsi, là où l’étude archéologique du Dekkan musulman possède encore peu de repères chronologiques fiables en ce qui concerne la construction civile et militaire, la variété des éléments à confronter pour en préciser les contours, comme l’histoire des techniques, les sources écrites, l’épigraphie, les traditions locales, l’archéologie du bâti, constitue un volumineux mais incontournable préalable.

Bibliographie

Balasubramaniam R. (2008) – The Saga of Indian Cannons, Aryan Books International, New-Delhi.

Behera K. S. (éd.) (1999) – Maritime Heritage of India, New Delhi.

Briggs J. (1829, reéd. 1997) – History of the Rise of the Mahomedan Power in India, till the Year A. D. 1612, de M. K. Ferishta (trad. du persan), 4 vol. , Low Price Publications, New-Delhi.

Cousens H. (1916) – Bijapur and its architectural remains, Archaeological Survey of India, New Imperial Series, XXXVII, Bombay.

Deloche J. (2001) – Études sur les Fortifications de l’Inde, III. La fortification hindoue dans le Sud de l’Inde (vie-xviiie siècle), Bulletin de l’École Française d’Extrême Orient, 88, Paris, p. 77-134.

Deloche J. (2002) – Études sur les Fortifications de l’Inde, IV. La fortification musulmane dans le Dekkan méridional (xvexviiie siècle), Bulletin de l’École Française d’Extrême Orient, 89, Paris, p. 39-106.

Ernst C. W. (2004) – Eternal Garden: Mysticism, History, and Politics at a South Asian Sufi Center, Oxford University Press, New-Delhi.

Deloche J. (2005) – Études sur les Fortifications de l’Inde, V. La forteresse de Daulatabad au Maharashtra, Bulletin de l’École Française d’Extrême Orient, 92, Paris, p. 181-239.

Haig T. W. (Major) 1908 – Inscriptions at Gulbarga, 1907-1908, Epigraphia Indo-Moslemica 1907-12, New-Delhi.

Hourani G. F. (1951, réimp. 1995) – Arab Seafaring in the Indian Ocean, Princeton University Press, Princeton.

Khan I. A. (2004) – Gunpowder and Firearms: Warfare in Medieval India, Oxford University Press, New-Delhi.

Mate M. S. et Pathy T. V. (éds.), (1992) – Daulatabad : a report, Pune, Aurangabad.

Michell G. (1999) – Architecture and Art of the Deccan Sultanates, The New Cambridge History of India I. 7, Cambridge University Press, Cambridge.

Rötzer K. (1984) – Bijapur : Alimentation en eau d’une ville musulmane du Dekkan aux xvie-xiie siècles, Bulletin de l’École Française d’Extrême Orient, 73, Paris, p. 125-196.

Rötzer K. (1989) – Architectures de pierre dans le Dekkan et le Malwa avant l’époque moghole, Techniques et Cultures, 14, E.M.S.H., Paris, p. 51-78.

Sherwani H. K. et Joshi P. M. (éds.) (1973) – History of Medieval Deccan (1295-1724), I Mainly Political Aspects, Hyderabad.

Sherwani H. K. et Joshi P. M. (éds.) (1974) – History of Medieval Deccan (1295-1724), II Mainly Cultural Aspects, Hyderabad.

Shokoohy M. et Shokoohy N. H. (2007) – Tughluqabad: a paradigm for Indo-Islamic urban planning and its architectural components, The Society for South Asian Studies, Araxus Books, London.

Notes

1 Ce terrain est compris entre le bassin de la Godavari au nord, la rivière Krishna au sud, limité à l’ouest par les Ghats occidentaux, et à l’est par une frontière nord-sud recouvrant à peu près l’actuelle frontière ouest de l’Andhra Pradesh. Il est composé en grande partie de basaltes amygdaloïdes, se prêtant difficilement à la taille, au contraire des basaltes compacts, plus rares, mais dont les propriétés plastiques ont permis la construction des temples et la réalisation des sculptures hindoues.

2 Pour cette question, se reporter à Khan, 2004, p. 205-209 et note 14, chap. 2.

3 Des investigations minutieuses, en particulier sur l’étude du bâti et la définition de phases de construction apporteraient quelques précisions en ce domaine.

4 On devrait également inclure la présence de « banquettes » de pierre semi-circulaires, présentes à l’arrière des canons de certaines tours d’artillerie, dans ces solutions de défense. J. Deloche (2002, p. 52), y voit un mur d’arrêt en cas de rupture du pivot soutenant le canon. Dans la mesure où les tours les plus élevées des sites que nous avons vus n’en possèdent pas, nous penchons plutôt pour un dispositif contre le ricochet des boulets (phénomène bien connu au xviie siècle en Europe). En effet les pièces d’artillerie montées sur ces points les plus élevés étaient soustraites à cette éventualité (cela est tout à fait éloquent à Parenda, par exemple).

5 Rappelons que ce nom signifie « colline des Dieux » et qu’elle abrite encore plusieurs grottes d’époque Yadava (xiie-xiiie siècle).

6 Ellora est un ensemble cultuel situé à environ 15 km au nord de Daulatabad, qui regroupe des grottes bouddhistes, hindoues, et jaïns, datant du vie au xiiie siècle, ainsi que le gigantesque temple hindou Kailashā (viiie siècle).

7 On retrouve également ce motif en Asie du sud-est et dans l’iconographie bouddhiste. Dans les temples hindous, il apparaît parfois sous la forme de vyala, ou yali en Inde du sud, un animal fantastique qui associe le corps d’un lion à une tête d’éléphant. Celui-ci mériterait un article à lui seul. Nous nous contenterons ici d’en relever la présence des gaja-simha comme un témoin de l’acculturation des musulmans du Dekkan vis-à-vis de ce très ancien motif.

Table des illustrations

Titre Fig.1. L’Inde après 1296
Crédits Dessin : N. Simon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5593/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig.2. Carte du royaume Bahmani
Crédits Dessin : N. Simon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5593/img-2.png
Fichier image/png, 912k
Titre Fig.3. Frontières et capitales des Sultanats du Dekkan en 1525
Crédits Dessin : N. Simon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5593/img-3.png
Fichier image/png, 831k
Titre Fig.4. Forteresse de Sonpeth, Maharashtra
Crédits Photo : N. Simon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5593/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig.5. Parenda, Maharashtra, angle sud-ouest
Crédits Photo : N. Simon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5593/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig.6. Canon de bronze, Udgir, Maharashtra, 1540-1550
Crédits Photo : N. Simon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5593/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Fig.7. Surélévation de l’enceinte, Daulatabad côté ouest
Crédits Photo : N. Simon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5593/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig.8. Voûte en tas de charge, Firuzabad, 1400
Crédits Photo : N. Simon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5593/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540