Version classiqueVersion mobile

Maurice Agulhon

 | 
Christophe Charle
, 
Jacqueline Lalouette

Maurice Agulhon en son temps

Maurice Agulhon et la Société d’études jaurésiennes

Jean-François Chanet

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce texte a été publiée, sous le titre « Maurice Agulhon (1926-2014) » et le (...)
  • 2 Maurice Agulhon, « Vu des coulisses », dans Pierre Nora (dir.), Essais d’ego-histoire, Paris, Galli (...)
  • 3 Id., « Madeleine Rebérioux, 1920-2005 », Cahiers Jaurès, 174, octobre-décembre 2004, p. 3-7, ici p. (...)

1Président d’honneur de la Société d’études jaurésiennes après en avoir été l’un des vice-présidents de 1976 à 2011, Maurice Agulhon était très attaché au rendez-vous annuel de l’assemblée générale au café du Croissant1. Quoi d’étonnant à ce que l’historien de la sociabilité et de la politisation ait eu un goût particulier pour une forme de convivialité savante qui n’excluait certes pas la conviction militante. Il y avait à cet attachement deux grandes raisons. Disciple d’Ernest Labrousse, fondateur et président de la Société d’études jaurésiennes de 1959 à 1981, comme Madeleine Rebérioux, elle-même présidente de 1982 à 2005, Maurice Agulhon partageait avec elle, outre les expériences historiques et civiques d’une génération arrivée à l’âge adulte sous l’Occupation, une parenté de formation – elle était de la promotion 1941 à Sèvres, cinq ans avant l’entrée d’Agulhon rue d’Ulm – et une passion pour la politique. Celle-ci nourrissait l’intérêt scientifique qui leur était commun pour l’histoire de la République française, la Troisième pour elle avant tout, de la Deuxième à la Cinquième pour lui, selon les étapes de sa carrière. De Marianne à de Gaulle et même à Mitterrand, il avait, disait-il avec la malice qu’il mettait à suggérer que bien des choix, au fil des ans, s’étaient imposés à lui plutôt qu’il ne les avait voulus, suivi la chronologie, lui qui avait étudié d’abord les conditions initiales de l’apprentissage de la politique moderne plutôt que le temps présent, comme il l’aurait souhaité2. Quelques mois avant d’être frappé par l’accident de santé qui a limité ses déplacements, il était venu rendre à Madeleine Rebérioux, au musée d’Orsay, le 15 février 2005, l’hommage qu’on peut lire dans les Cahiers Jaurès, où il souligne ses « dons exceptionnels […] pour la discussion animée et l’autorité sereine3 ». Ces dons leur étaient en partage. De leur maître, qui n’avait certes pas découragé une telle conception de la discipline, ils avaient retenu tous deux une leçon essentielle pour le devenir de la Société d’études jaurésiennes : la pluralité, tant géographique que politique, lui était indispensable. Cette pluralité vitale était due d’abord à Jaurès lui-même, artisan de l’unité socialiste, assurément, mais aussi acteur du débat toujours recommencé entre socialistes et inspirateur dont se réclament, depuis 1920, toutes les familles de la gauche.

  • 4 Maurice Agulhon, « France (idée de la) », dans Claire Andrieu, Philippe Braud, Guillaume Piketty (d (...)

2Sur un plan plus personnel – c’est la deuxième raison –, sa familiarité avec les croisées de chemins politiques le portait à respecter la diversité des façons de changer, voire de rompre, et même à s’y intéresser, à en faire un objet de recherche historique, à voir en elle une source toujours féconde pour la vie intellectuelle. Membre du Parti communiste français, auquel il a donné le seul engagement partisan de sa vie, de 1946 à 1960, il est resté fidèle à l’idée socialiste et à sa contribution au républicanisme français. Ce cheminement, où l’intelligence et la sensibilité s’enrichissaient l’une l’autre, a favorisé à la fois son goût du dialogue ininterrompu avec ceux de ses élèves et amis restés communistes et son effort pour convaincre, à gauche, que la droite qui se disait républicaine l’était devenue réellement. La place qu’a prise de Gaulle dans ses derniers travaux s’est imposée à lui comme le chapitre nécessaire d’une histoire continuée, et non le signe d’un éloignement. Il savait gré à Claire Andrieu d’avoir fait appel à lui pour écrire quelques-unes des entrées les plus importantes du Dictionnaire de Gaulle et de lui avoir ainsi donné l’occasion de rappeler qu’il était arrivé à l’homme du 18 juin « d’accepter le parti communiste dans ses attachements, quoiqu’il fût révolutionnaire mais parce qu’il avait été patriote aux années décisives4 ». On imagine avec quelle acuité il aurait observé les nouvelles métamorphoses du gaullisme et ce qu’on pourrait appeler les surenchères républicanistes à droite. N’est-il pas, au demeurant, un peu paradoxal de voir dans cet intérêt tardif pour de Gaulle un signe de l’affaiblissement idéologique, intellectuel et social de la gauche dans notre pays, et presque une part de responsabilité dans cet affaiblissement ? En vérité, de Charles Péguy à Marc Bloch, Maurice Agulhon a porté une attention aiguë aux évolutions vers le conservatisme qui ne pouvaient être mises sur le compte du seul vieillissement que par facilité.

  • 5 Id., « Vu des coulisses », art. cité, p. 40.
  • 6 Ernest Labrousse, « Maurice Dommanget », Bulletin de la Société d’études jaurésiennes, 62, juillet- (...)

3Ajoutons une troisième raison, sans doute pas la moins importante, bien qu’elle soit indiquée comme en creux dans sa contribution aux Essais d’ego-histoire, lorsqu’il se demande : « Pourquoi n’ai-je pas été attiré par le monde des spécialistes de l’histoire ouvrière, j’entends pourquoi ce petit monde (très réel, très social, presque institutionnel) ne m’a-t-il pas coopté et m’a-t-il laissé glisser vers d’autres cooptations ? J’avoue ne pas me l’expliquer entièrement5. » Cet aveu aide à comprendre pourquoi il était si attaché à la Société d’études jaurésiennes, si actif en son sein, si attentif à ce qui s’y faisait. Entré au conseil d’administration en 1973, un an après son élection comme professeur à l’université Paris 1, il a été désigné trois ans plus tard pour l’une des vice-présidences, en remplacement de Maurice Dommanget, mort le 2 avril 1976. Cet ancien instituteur, pionnier du syndicalisme dans son département de l’Oise, membre du PCF de 1920 à 1930 et de la Fédération unitaire de l’enseignement, était devenu un historien respecté de la Révolution et du drapeau rouge, biographe de Babeuf et de Blanqui. Ernest Labrousse a conclu l’hommage qu’il lui a rendu dans le Bulletin de la Société en soulignant qu’« un même éclairage enveloppe parfois l’histoire et l’historien, un long souvenir commun parfois les associe6 » : celles et ceux qui l’ont connu savent à quel point ces mots s’appliquent aussi à Maurice Agulhon.

  • 7 Maurice Agulhon, « Une contribution au souvenir de Jean Jaurès : les monuments en places publiques  (...)

4En cette même année 1976, il a participé au colloque « Jaurès et la classe ouvrière » tenu du 26 au 28 novembre à l’initiative de la Société, du Centre d’histoire du syndicalisme de l’université Paris 1 et de l’École des hautes études en sciences sociales. Madeleine Rebérioux en a publié les actes, avec l’aide de Jean-Pierre Rioux, alors secrétaire général de la Société. On ne peut que recommander la lecture de la deuxième partie, « La mémoire collective et Jean Jaurès », à celles et ceux pour qui l’histoire de la mémoire s’apparente à une lecture culturaliste du social plutôt qu’à une histoire sociale de la culture et particulièrement de la culture politique. Histoire sociale de la mémoire, histoire des représentations politiques : Maurice Agulhon fait le lien entre les deux à sa manière, claire, subtile, profonde, sans trop de prolégomènes théoriques, dans sa communication au titre qui porte la marque d’une époque déjà lointaine et qui pourrait en faire sous-estimer la portée : « Une contribution au souvenir de Jean Jaurès : les monuments en places publiques », reprise en 1988 dans le premier volume de son Histoire vagabonde7. Six ans après la première édition de La République au village chez Plon, ce texte fait transition avec le nouvel objet d’étude qui occupait déjà son esprit : l’évolution des représentations allégoriques de la République. Il est un point de passage particulièrement éclairant entre sa contribution à l’histoire de la politisation, appuyée sur l’étude des formes d’appropriation populaire des instruments de la politique moderne, et son enquête sur ce que la symbolique et le folklore qui en accompagne le déploiement dans l’espace public apportent à la compréhension de l’histoire du républicanisme – en l’occurrence, plus précisément, de la complémentarité entre républicanisme et socialisme – dans la France contemporaine.

  • 8 Maurice Agulhon, « La pensée de Jean Jaurès et la défense nationale », Bulletin de la Société d’étu (...)
  • 9 Id., La République de Jules Ferry à François Mitterrand, de 1880 à nos jours, Paris, Hachette (Hist (...)

5Élu au Collège de France en 1986, Maurice Agulhon continue de cultiver les complémentarités entre son enseignement et sa participation aux activités de la Société. Une des meilleures illustrations est sa participation au colloque de 1991, « Jaurès et la défense nationale », à l’occasion du 80e anniversaire de la publication en volume de L’Armée nouvelle. Sa communication, « La pensée de Jean Jaurès et la défense nationale8 », fixe les lignes directrices du colloque. Elle prolonge et précise les idées qu’il avait exprimées l’année précédente dans le dernier tome de l’Histoire de France chez Hachette. Il y soulignait que si, pour Jaurès, les adversaires principaux étaient les nationalistes, il « était à peine moins éloigné des antipatriotes » : « Pour lui, en effet, la patrie restera longtemps une valeur ; la justice doit exister entre les nations, ce qui légitime la défense nationale et finalement l’armée elle-même9. » Cette position n’était pas en contradiction avec la critique d’une politique militaire trop conformiste ni avec celle d’une diplomatie trop encline à considérer la guerre comme inéluctable.

  • 10 Id., « Glanes », Bulletin de la Société d’études jaurésiennes, 54, juillet-septembre 1974, p. 13-14
  • 11 Id., « Introduction », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, 152, « Les “petites patries” dans la Fran (...)
  • 12 Id., « Conclusions », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, 150, « Jaurès et l’État. Colloque internat (...)

6Deux autres problèmes posés par Jaurès et le jauressisme, les deux plus importants peut-être, ont particulièrement retenu son attention : la relation entre l’idée que le député de Carmaux se faisait du socialisme et ce que devait être à ses yeux la République, et le devenir posthume de « l’apôtre de la paix ». Sur ces deux questions, la discrétion de ses remarques ne doit pas en faire oublier l’acuité. Exemplaires à cet égard, les « glanes » placées au détour du Bulletin de l’été 1974 : Maurice Agulhon y commente en quelques lignes deux textes qui appartiennent selon lui à « la série des enrôlements posthumes de Jaurès dans le camp de l’Union sacrée », la notice nécrologique que lui a consacrée, en février 1916, Georges Renard au nom de la Société d’histoire de la Révolution de 1848, dont Jaurès était membre depuis sa fondation en 1904, et un extrait des Mémoires de Louis Andrieux, député radical du Rhône puis des Basses-Alpes, qui reste surtout connu pour avoir été le préfet de police de Paris de 1879 à 1881 et le géniteur de Louis Aragon10. Sur le premier sujet, j’invite à relire deux autres de ses contributions aux Cahiers Jaurès, son introduction au numéro spécial, « Les “petites patries” dans la France républicaine » – qui illustre si bien son aptitude à susciter l’émulation amicale autour d’un objet d’étude scientifique renouvelé11 – et les conclusions qu’il a données le 10 octobre 1997 au colloque de Castres, « Jaurès et l’État12 ».

  • 13 Œuvres de Jean Jaurès, t. 8, Défense républicaine et participation ministérielle, éd. par Maurice A (...)

7Ce texte n’est pas le dernier état de sa réflexion sur la complexité des relations entre le socialisme et la République selon Jaurès. On le trouvera dans le tome 8 des Œuvres de Jean Jaurès, paru en 2013, et cela mérite, de ma part, quelques ultimes précisions13. Comme les fondateurs en 1959, Maurice Agulhon considérait cette édition comme le but principal de la Société. Il s’était résigné à l’idée qu’il ne pouvait s’agir d’une édition complète ; mais il la voulait aussi complète que possible, c’est-à-dire aussi représentative de l’ampleur et de la variété des talents d’un homme qui portait en lui une œuvre et l’avait, en somme, sacrifiée pour donner le meilleur de son intelligence et de son énergie à la lutte politique et sociale quotidienne. Que, dans la distribution des volumes, lui soit échu celui de la législature où Jaurès, battu aux élections de 1898, soutient Waldeck-Rousseau et Millerand au nom de la « défense républicaine », il y voyait avec humour la preuve qu’on l’avait jugé particulièrement apte à s’occuper d’un Jaurès un peu embarrassant, celui qui s’était exposé aux attaques de son propre camp pour avoir considéré la participation d’un socialiste à un gouvernement « bourgeois » comme le prolongement logique de l’engagement dreyfusiste. Au cours d’un travail de huit années se sont imposées à nous les raisons positives et la cohérence profonde de ce choix. À quelle autre époque de sa vie, en effet, voit-on à l’œuvre avec plus d’éclat la dialectique jaurésienne entre l’étude et le combat ? S’il se fait alors historien de la Révolution et critique de Marx, dans les Études socialistes comme dans les articles sur « le prolétariat et la patrie » qui leur font suite – je persiste et signe aujourd’hui, contre ceux qui s’obstinent à le nier –, c’est toujours en fonction d’urgences politiques : urgence de montrer que défendre la République menacée, c’est continuer la Révolution française, urgence de convaincre que la révolution socialiste sera le terme de l’évolution démocratique plutôt que le résultat d’une rupture violente. Voir paraître ce volume fut pour Maurice Agulhon une satisfaction à la mesure de la place qu’occupait ce Jaurès-là dans sa pensée et sa sensibilité d’historien. Il nous aura ainsi enseigné ce que peut la volonté de rester historien jusqu’à l’extrême limite de ses forces. Après tant de leçons, moins austères souvent, plus souriantes qu’on ne le dit, celle-là n’est pas la moins précieuse, ni la moins intimidante.

Notes

1 Une première version de ce texte a été publiée, sous le titre « Maurice Agulhon (1926-2014) » et les signatures de Jean-François Chanet et Gilles Candar, dans les Cahiers Jaurès, 212-213/2, 2014, p. 219-225.

2 Maurice Agulhon, « Vu des coulisses », dans Pierre Nora (dir.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987.

3 Id., « Madeleine Rebérioux, 1920-2005 », Cahiers Jaurès, 174, octobre-décembre 2004, p. 3-7, ici p. 6.

4 Maurice Agulhon, « France (idée de la) », dans Claire Andrieu, Philippe Braud, Guillaume Piketty (dir.), Dictionnaire de Gaulle, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 2006, p. 513.

5 Id., « Vu des coulisses », art. cité, p. 40.

6 Ernest Labrousse, « Maurice Dommanget », Bulletin de la Société d’études jaurésiennes, 62, juillet-septembre 1976, p. 19.

7 Maurice Agulhon, « Une contribution au souvenir de Jean Jaurès : les monuments en places publiques », dans Jaurès et la classe ouvrière, Paris, Les Éditions ouvrières (Mouvement social), 1981, p. 169-182, repris dans Id., Histoire vagabonde I. Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires), 1988, p. 186-204.

8 Maurice Agulhon, « La pensée de Jean Jaurès et la défense nationale », Bulletin de la Société d’études jaurésiennes, 130, « Jaurès et la défense nationale. Actes du colloque de Paris, 23 et 23 octobre 1991 », 1993, p. 49-59.

9 Id., La République de Jules Ferry à François Mitterrand, de 1880 à nos jours, Paris, Hachette (Histoire de France), 1990, p. 154.

10 Id., « Glanes », Bulletin de la Société d’études jaurésiennes, 54, juillet-septembre 1974, p. 13-14.

11 Id., « Introduction », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, 152, « Les “petites patries” dans la France républicaine », avril-juin 1999. Rappelons simplement la liste des contributeurs à ce numéro dont il fut l’inspirateur : Jean Balcou, Jordi Blanc, Patrick Cabanel, Jean-François Chanet, Vincent Duclert, Jacqueline Lalouette, Philippe Martel, Philippe Oulmont, Rémy Pech, Denis Saillard, Anne-Marie Thiesse.

12 Id., « Conclusions », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, 150, « Jaurès et l’État. Colloque international de Castres, 9-10 octobre 1997 », octobre-décembre 1998, p. 235-239.

13 Œuvres de Jean Jaurès, t. 8, Défense républicaine et participation ministérielle, éd. par Maurice Agulhon et Jean-François Chanet, Paris, Fayard, 2013.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’Institut d’études politiques, recteur de l’académie de Besançon, a notamment publié Vers l’armée nouvelle : république conservatrice et réforme militaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search