Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marqueurs archéologiques du pouvoir

 | 
Olivier Brunet
, 
Charles-Édouard Sauvin

II. L’architecture : mise en scène et innovations

Lumière et autoreprésentation dans l’habitat rural des élites occidentales à la fin de l’Antiquité

Jean-Philippe Carrié

Résumé

The late antique villa appears like a matrix of the aristocratic power, mainly because of its shapes and decor. This paper aims to introduce three seldom discussed possibilities to suggest the aristocratic superiority through the use of light in the private sphere. The first part concerns the use of natural light, filtered or reflected by glass. The following lines deal with the role of the zenithal oculus in the aristocratic scenery. This part tries to show the similarities between both imperial and aristocratic architectures through an hypothetic restoration proposal. Lastly, the characteristics of the central hearth and his role in the symbolization of social power are clarified. As a conclusion, this article draw the attention to the importance of considering light in any tries to restore the space and functioning of the late antique villa.

Texte intégral

  • 1 Le chiffre qui suit le nom de chaque site permet de retrouver ce dernier dans le corpus dont il est (...)

1Plus qu’elle ne le fut pendant le Haut-Empire, la villa est, pendant l’Antiquité tardive en Occident, une matrice du pouvoir aristocratique. À ce titre, elle devient le terrain d’expression de techniques architecturales héritées d’une tradition séculaire. Le principal résultat de la mise en œuvre de ces techniques se traduit par un foisonnement de formes et de décors ambitieux, mis au service de la symbolisation du pouvoir, comme sur les sites de Piazza Armerina, Sicile (302)1 ou de la Basse-Wavre, Belgique (186).

2Le cas bien connu de Piazza Armerina (Carandini, Rici et Vos, 1982), dans son état du ive siècle apr. J.-C., permet de comprendre ce qui véritablement fonde la villa tardive, c’est-à-dire une juxtaposition de formes complexes, propices à l’autoreprésentation des propriétaires face aux divers publics qui fréquentaient le bâtiment. Cette villa tient lieu en effet d’archétype dès lors qu’il s’agit d’illustrer l’importance des structures thermales monumentales ou des pièces de réception dans l’habitat rural tardif. Le salon triconque 46, mais également la salle basilicale 30 ainsi que les péristyles 15 et 41 montrent que les constructeurs de l’Antiquité tardive aimaient manipuler les perspectives et juxtaposer des structures héritées d’une longue tradition architecturale, afin de signifier une position sociale dominante. Loin de l’exubérance des villae méditerranéennes, la villa belge de la Basse-Wavre constitue elle aussi un excellent exemple de bâtiment mis au service de l’autoreprésentation, notamment grâce à son décor très complet qui fait intervenir l’opus sectile, les mosaïques, les placages de marbre et les enduits peints (Dens et Poils, 1905).

3Ce que permettent de comprendre ces deux exemples, c’est l’importance de la dimension visuelle et de l’image dans la stratégie d’autoreprésentation des élites et plus généralement dans l’esthétique de l’Antiquité tardive. Selon Plotin d’ailleurs : « La sagesse des dieux et bienheureux ne s’exprime pas par des propositions, mais par de belles images » (Ennéade V, 8, 5-6). Le même Plotin (Ennéade II, 4, 5), permet de comprendre que l’esthétique antique accordait une importance tout à fait particulière à la forme dans le processus de perception et de jugement de l’être ou de la chose par l’intelligence. On comprend dès lors l’importance de la lumière, révélatrice de forme, dans le jeu de la symbolisation du pouvoir.

4Tout ceci invite à étudier les possibilités d’éclairage dans la résidence aristocratique, si l’on veut recréer le plus précisément possible l’espace et les techniques d’autocélébration des élites de l’Antiquité tardive. Cette nécessité s’impose lorsque l’on se penche sur le corpus iconographique et archéologique.

5L’illustration du psaume 133 du Psautier d’Utrecht (Duval, 1965, fig. 1) montre la place centrale que pouvaient avoir les luminaires, en l’occurrence un polycandelon, dans la stratégie de symbolisation du pouvoir. Le polycandelon, bien connu pour son usage liturgique (Bouras et Parani, 2008, p. 11), pouvait aussi constituer dans la résidence privée un symbole de pouvoir ostentatoire, non seulement grâce aux métaux, parfois précieux, qui le composaient, mais également grâce à son pouvoir éclairant. Sans doute, le polycandelon, qui semble courant à partir du début de l’époque byzantine (Bouras et Parani 2008, p. 12-13), ne représente-t-il pas le seul objet luminaire symbolisant le pouvoir. Le contexte pompéien permet en effet de saisir que les luminaires décoratifs, parfois réalisés en métaux précieux, pouvaient prendre la forme de lanternes, lampes, suspensions avec appliques, ou candélabres à l’aspect parfois fort élaboré (Mazzoleni et Pappalardo, 2005, p. 276 ; Iorio, 2005, fig. 3). Leur usage remonte aux débuts de l’époque romaine et se prolonge jusqu’à la fin de l’Antiquité (Bouras et Parani, 2008, p. 76-77).

  • 2 Pline, Histoire Naturelle, 34, 14 ; Suétone. César. 37.
  • 3 Virgile, Énéide. 1, 7, 26 ; Cicéron. Pro Caelio. 67.
  • 4 Sidoine Apollinaire, Epistula IX, 13, 46-53. Veniente nocte nec non numerosus erigatur laquearibus (...)
  • 5 Suétone, Caesar 37.

6Dans les sources, les luminaires, qu’il s’agisse de lampadaires, candélabres ou lustres sont souvent mentionnés sous les termes généralistes de lychnucus2 ou lychnus3, et il faut prendre en compte le contexte général pour saisir le type de luminaire dont il est question. Dans bien des cas, les lychni sont associés à un contexte de fête4 et ils furent précocement employés lors de triomphes5 sous la forme de candélabres. Un panneau d’ivoire du trésor de la Cathédrale de Trêves montre par ailleurs que ces derniers faisaient toujours partie de l’instrumentum de l’adventus à la fin de l’Antiquité (Bouras et Parani, 2008, p. 20).

7Même si les objets luminaires et leur fonctionnement sont désormais bien connus et que leur fonctionnement est dorénavant clair (Bouras et Parani, 2008, p. 3-4), il faut reconnaître que la mise en relation de ces objets avec les espaces domestiques de l’autoreprésentation demeure une entreprise délicate (Ellis, 1994, p. 70), à cause du niveau d’arasement des sites étudiés et de leur aridité stratigraphique. C’est toutefois avec l’ambition de recréer cette relation perdue, et néanmoins nécessaire à la bonne compréhension de l’habitat aristocratique de l’Antiquité tardive, que nous avons entrepris la recherche des traces archéologiques de l’usage de la lumière comme élément de mise en valeur du pouvoir dans la villa de la pars occidentalis pendant la période tardive. Les exemples archéologiques que nous allons utiliser sont tirés d’un corpus de 432 sites d’habitat aristocratique, dispersés dans une zone d’étude qui couvre les territoires connus au ive siècle apr. J.-C. sous les noms de Diocèse des Gaules, Diocèse des Espagnes et Diocèse des Bretagnes (Carrié, 2009, p. 67). Afin de demeurer le plus synthétique possible, nous concentrerons les lignes suivantes à la description de trois possibilités d’utilisation de la lumière pour symboliser le pouvoir.

1. Verre et manipulation de lumière

8La première possibilité de symbolisation du pouvoir par la lumière fait intervenir le verre. Celui-ci pouvait être employé en architecture de deux manières : soit pour filtrer la lumière, soit pour la réfléchir.

a) Utilisation de la lumière naturelle filtrée dans les espaces d’autoreprésentation

9Les découvertes de verre à vitre suggèrent que la lumière naturelle était assez couramment utilisée, dans les demeures de l’aristocratie, pour manipuler l’ambiance et symboliser la supériorité sociale. Les spécialistes s’accordent à penser que le verre, utilisé pour équiper les fenêtres, fit son apparition dans l’architecture romaine occidentale vers le milieu du ier siècle apr. J.-C. (Foy et Fontaine, 2008, p. 408). Les vitres avaient une fonction d’isolation, notamment en milieu thermal, mais également un rôle de mise en valeur et agissaient comme un élément de prestige (Foy et Fontaine, 2006a, p. 15-17).

  • 6 Histoire Naturelle, XXXVI, 160.

10Il faut toutefois garder à l’esprit que le verre ne constituait pas la seule solution technique au problème du filtrage de la lumière et de l’isolation des fenêtres. En effet, comme de nos jours au Yémen, les bâtiments romains, depuis le ier siècle apr. J.-C. jusqu’au viiie siècle apr. J.-C. en Orient, pouvaient posséder des fenêtres faites de mica, de gypse, de talc ou de sélénite (Foy et Fontaine, 2006b, p. 159). L’usage du lapis specularis est attesté par Pline l’Ancien6 et quelques découvertes archéologiques permettent de penser que le phénomène concernait tout le pourtour méditerranéen (Foy et Fontaine, 2006b, p. 161 ; Foy et Fontaine, 2008, p. 445).

  • 7 Epist. II, 17, 21 : Contra parietem medium zotheca perquam eleganter recedit, quae specularibus et (...)

11La fenêtre vitrée est un sujet rare en iconographie. Malgré tout, une illustration du Vergilius vaticanus permet de comprendre que le verre, entre le iiie et le ve siècle apr. J.-C., équipait toujours des fenêtres à croisillons (De Wit, 1959, pl. 15). D’autre part, la mosaïque du Palais de Théodoric de Saint-Apollinaire-le-Neuf à Ravenne permet de comprendre que les carreaux pouvaient parfois recouvrir des surfaces importantes et former de véritables baies (Sarnowski, 1978, fig. 42). Les données issues de la fouille ont fait comprendre que les châssis qui recevaient les carreaux de verre pouvaient être réalisés en bois, en bronze, en fer ou en plomb (Foy et Fontaine, 2006a, p. 21). C’est au ive siècle apr. J.-C., dans le contexte religieux, que les vitres prennent l’aspect de vitraux, aux formes géométriques d’abord très simples. Les premiers vitraux sont formés de fragments de verre taillé, aux couleurs assez peu variées, sertis dans un châssis métallique (Foy et Fontaine, 2006a). Ils prendront de la couleur au vie siècle et ce n’est qu’au viiie siècle que les vitraux peints apparaîtront (Foy et Fontaine, 2008, p. 405). Enfin, il faut signaler la mention chez Pline le Jeune7 de l’existence de cloisons internes en verre, utilisables pour séparer une pièce en plusieurs petits espaces indépendants.

  • 8 11,8 % du total des sites étudiés.
  • 9 Il est en effet parfois délicat de ne pas confondre le verre à vitre avec certains fonds de récipie (...)
  • 10 Great-Witcombe (159) en Grande-Bretagne.
  • 11 L’Hosté Basse-Wavre (186).
  • 12 L’Hosté Basse-Wavre (186).
  • 13 Great-Witcombe (159), Mayen I (242) en Allemagne, Wasserbillig I (412) au Luxembourg.
  • 14 Winkel-Seeb (425) en Suisse.

12Parmi les sites évoqués dans le cadre de l’étude consacrée aux résidences rurales d’époque tardive, 53 ont livré du verre à vitre (Carrié, 2009, p. 393)8. Compte tenu des phénomènes de récupération (Foy, 2008), de la fragilité du matériau, du manque d’intérêt des fouilles anciennes pour ces vestiges et de la difficulté à les identifier correctement9, ce chiffre laisse penser que le verre à vitre n’était pas exceptionnel dans les villae tardives. En cas de découverte de verre à vitre, il est rarement fait mention d’une couleur, mais le verre coloré existait. Les sites qui en possèdent et que l’on a pu recenser proposent une palette assez large, composée de bleu10, bleu-gris11, rose12, vert13, violet et jaune14.

13Ce qui ressort également de cette analyse, c’est que le verre ne concerne pas uniquement les très grandes maisons comme on pourrait le penser. En effet, parmi les 53 sites retenus, il a été possible d’estimer la surface habitable de 42 cas. Or, 40 % de ces cas possèdent une surface habitable inférieure à 1 000 m2. Quand on sait que la surface habitable moyenne des 432 villae étudiées est de 2 255 m2, on comprend qu’un décor riche n’est pas forcément réservé à de très grandes villae, mais que certains ensembles de taille ou de prétention apparemment modestes pouvaient très bien bénéficier d’un décor relativement raffiné. On pense par exemple au site breton de Garden Hill (148), dont les thermes maçonnés ont livré des restes de verre à vitre.

14Ainsi, il est raisonnable de penser que les villae tardives devaient utiliser assez couramment le verre, non seulement comme moyen d’isolation thermique, mais aussi pour filtrer la lumière et éventuellement la colorer afin de créer une ambiance particulière. Sans doute, les comptes rendus de fouilles manquent-ils de précision lorsqu’il s’agit de localiser les éclats de verre à vitre. Mais, la simple indication de présence ou d’absence de verre à vitre est importante car elle influe grandement sur les tentatives de restitution de l’espace résidentiel.

b) Les reflets de lumière

  • 15 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXVI, 24 : Ima pars scaenae e marmore fuit, media e uitro, ina (...)
  • 16 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXVI, 64 : Pulsa deinde ex humo pauimenta in camaras transiere (...)

15Qu’elle soit naturelle ou artificielle, la lumière contribuait également à la mise en scène du pouvoir par les jeux de reflets. On se souvient en effet que Pline l’Ancien évoque la possibilité de décorer les murs avec du verre, lorsqu’il rapporte que Marcus Aemilius Scaurus, en 58 av. J.-C., utilisa le verre pour orner son théâtre15. On peut considérer que Pline parle ici de mosaïques à tesselles de verre, qu’il mentionne d’ailleurs un peu plus loin16. Mais, on peut également penser qu’il évoque des plaques de verre, directement appliquées sur les parois, comme celles décorées à la feuille d’or, issues des fouilles de la Place Adrien Rozier à Rodez ou du chantier de la Bourse à Marseille (Foy, 2008).

16Bien que les contextes de ces opérations ne correspondent pas à des villae, on peut toutefois penser que ce type de placage se retrouvait également en milieu résidentiel. Cette supposition est encouragée par les indications données sur un type de verre un peu particulier, issu de la fouille de trois villae, et qui n’était visiblement pas destiné à équiper des fenêtres, mais plutôt à décorer des murs. La villa de Maillen-Al Sauvenière, Belgique, (227) a ainsi livré au xixe siècle des restes de verre, dont certains fragments étaient recouverts d’enduit, comme si on avait voulu les coller sur un mur (Mahieu, 1891 p. 356). Les fouilles des villae de Chedworth, Grande-Bretagne, (90) et de l’Hosté-Basse-Wavre (186) ont pour leur part permis de découvrir d’autres fragments de verre, dont une face était soigneusement polie et l’autre totalement dépolie (Dens et Poils, 1905, p. 310). Il se peut que cette différence de traitement des deux surfaces ait eu pour but de faciliter la fixation des plaques de verre sur le mur grâce à l’enduit qui devait ainsi mieux adhérer sur la face dépolie. Cette possibilité semble confirmée par l’aspect du dos des fragments de Rodez qui montrent clairement des traces d’enduits. Au-delà d’un simple rôle décoratif, ce type de placage pouvait agir comme un moyen direct de symbolisation du pouvoir. En effet, l’inscription à la feuille d’or découverte à Arles, dans le cirque (Foy, 2008), très comparable aux éclats de Rodez, montre bien que ce type de décor pouvait être utilisé pour transmettre des messages précis.

17Ces quelques éléments, au demeurant très minces, sont encourageants et peuvent signifier qu’il existait certaines pièces dont les murs étaient peut-être recouverts de plaques de verre, afin de procurer un effet visuel particulier. Cette solution technique s’inscrirait par ailleurs très bien dans le cadre d’une villa comme celle de l’Hosté-Basse-Wavre, qui semble avoir été construite par un commanditaire qui avait le goût des décors pariétaux raffinés et surtout diversifiés. On retiendra que les pièces ornées de plaques de verre murales devaient permettre de tirer un parti intéressant des lumières naturelles et artificielles, en créant des jeux de reflets, rares dans la nature, et certainement très impressionnants.

2. Utilisation de la lumière naturelle zénithale focalisée

  • 17 Dion Cassius (Histoire Romaine, LXIX, 1, 7) explique qu’Hadrien appréciait à l’occasion de rendre l (...)

18Parmi les sites étudiés (Carrié, 2009), un grand nombre satisfait aux canons de l’architecture romaine tardive grâce à un ou plusieurs espaces circulaires ou octogonaux, peut-être recouverts de coupoles. Or, dans certains cas, ce mode de couverture devait permettre, on le sait grâce au Panthéon de Rome (Coarelli, 2001, p. 203) et au témoignage de Dion Cassius17, un éclairage zénithal focalisé très efficace pour symboliser le pouvoir. À bien observer la sensation que procure la lumière focalisée par l’oculus du Panthéon, on comprend que ce type d’éclairage pouvait être utilisé afin de théâtraliser certains lieux de l’autoreprésentation.

  • 18 L’existence des oculi vitrés mérite d’être soulignée, car elle représente une nouveauté depuis que (...)
  • 19 Maison du secteur I, 8, 13, non publiée.

19Plusieurs sites répartis sur le pourtour méditerranéen ont également montré que les oculi pouvaient être fermés par des vitres bombées (Foy et Fontaine, 2008, p. 418)18, présentes jusqu’en contexte pompéien19. Outre une isolation certainement bienvenue, l’oculus vitré permettait peut-être de colorer la lumière et ainsi d’accroître l’effet de surprise produit auprès du visiteur (fig. 1). L’exemple du Panthéon montre aussi que cet effet de surprise, créé par la colonne de lumière, était renforcé par un contraste de formes entre la salle circulaire à l’oculus et le pronaos rectangulaire, qui peut être résumé par le schéma proposé ici (fig. 2). Or, ce type de disposition se retrouve à plusieurs reprises dans les villae étudiées (fig. 3). Cette similitude entre le pronaos du Panthéon et les antichambres des salles circulaires identifiées peut laisser supposer que ces dernières possédaient elles aussi des oculi zénithaux. Par ailleurs, la fonction présumée de ces salles indique qu’elles étaient des lieux de l’autoreprésentation (thermes, vestibules, salles de réception) (Carrié, 2009, p. 404). Ceci entraîne à croire qu’un éclairage zénithal y aurait été le bienvenu.

Fig.1. Salle à coupole avec oculus ouvert (à gauche) et oculus fermé (à droite)

Fig.1. Salle à coupole avec oculus ouvert (à gauche) et oculus fermé (à droite)

Dessin : J.-Ph. Carrié.)

Fig.2. Salle à coupole et vestibule

Fig.2. Salle à coupole et vestibule

Dessin : J.-Ph. Carrié.

  • 20 Voir la restitution proposée pour le site de Rio Maior (323), (Portugal), (Fernandes de Oliveira, 2 (...)

20Sans doute, la disposition d’un oculus zénithal ne constituait pas une règle. Le site de Centcelles (Espagne, 100), montre en effet qu’une salle à coupole pouvait ne pas profiter d’un éclairage zénithal focalisé. Une salle à coupole pouvait parfaitement être éclairée artificiellement, par un polycandelon, et demeurer propice à la symbolisation du pouvoir, comme sur l’illustration du psaume 133 du Psaultier d’Utrecht(Duval, 1965) ou dans le cas de l’église Sainte-Sophie (Bouras et Parani, 2008 p. 31-36). De même, les pièces à coupoles pouvaient recevoir une série de candélabres, ou bien encore bénéficier d’un éclairage naturel zénithal filtré, diffusé par une série de fenêtres disposées tout autour d’un tambour placé au faîte de la toiture20.

Fig.3. Sites peut-être équipés de coupoles à oculi

Fig.3. Sites peut-être équipés de coupoles à oculi

Dessin : J.-Ph. Carrié.

21L’identification d’un mode d’éclairage naturel zénithal focalisé direct ou filtré dans les villae est difficile, et il faut admettre que les éléments disponibles pour y répondre sont très rares, étant donné le degré d’arasement des sites. Toutefois, dans un certain nombre de cas, l’éclairage naturel zénithal focalisé paraît vraisemblable. On peut considérer que ces cas sont ceux où ce type d’éclairage aurait produit son meilleur effet. La répartition chronologique des sites pris en compte révèle une continuité du phénomène depuis les origines de la villa. La concentration du ive siècle indique peut-être un moment dans l’évolution sociologique des élites, où, pour des raisons de stratégie sociale, la mise en valeur par la lumière est apparue comme particulièrement efficace (fig. 4).

Fig.4. Chronologie des sites peut-être équipés de coupoles à oculi

Fig.4. Chronologie des sites peut-être équipés de coupoles à oculi

22La répartition géographique des sites est doublement intéressante. Elle suppose tout d’abord une certaine cohérence dans la manière de concevoir les formes de l’autoreprésentation entre les élites du Sud-ouest de la Gaule et celles de la Péninsule Ibérique. Elle montre aussi que les salles circulaires sont surtout réparties dans la partie méridionale de la zone d’étude et au sud-ouest de la Bretagne (fig. 5). Ceci étaye efficacement l’hypothèse de la restitution d’un éclairage zénithal pour ces structures, même si l’oculus est absent. En effet, le point commun à toutes les structures recensées, outre leur forme plus ou moins circulaire, est une implantation dans des régions de l’Empire d’Occident où le soleil est particulièrement vif. Quand on sait que la meseta ibérique est la zone d’Europe la plus longtemps ensoleillée chaque année, on comprend que la localisation de la majorité des structures en Péninsule ne relevait pas du hasard, mais devait plutôt résulter d’une utilisation plus ou moins rationnelle d’un phénomène naturel, mis à contribution dans la théâtralisation d’un cadre de vie. Pareillement, les sites bretons, tous localisés au Sud de Bristol, devaient eux aussi profiter de conditions d’ensoleillement favorables et d’une lumière vive étant donné le climat océanique auquel ils étaient soumis.

Fig.5. Géographie des sites probablement équipés de coupoles à oculi

Fig.5. Géographie des sites probablement équipés de coupoles à oculi

Dessin : J.-Ph. Carrié.

23L’absence de coupoles dans les villae du septentrion germain, beaucoup moins ensoleillé, semble témoigner également de la possibilité d’un système d’éclairage naturel zénithal focalisé. Outre la démonstration de l’existence probable d’un mode d’éclairage similaire à celui du Panthéon dans les villae, la répartition géographique des sites rappelle finalement que la construction de la villa, pendant l’Antiquité tardive, procédait toujours d’une prise en compte méticuleuse des phénomènes naturels.

3. Le feu et la dramatisation de l’espace

24Au-delà des techniques d’éclairage qui viennent d’être évoquées, il ressort que quelques maisons utilisaient la flamme du foyer, traditionnellement attribué aux tâches ancillaires, à des fins ornementales. Même si l’on sait que le foyer en position centrale relève d’une habitude domestique « indigène » antérieure aux modèles architecturaux romains, qui avait pour but de partitionner l’espace intérieur en imposant un obstacle entre le visiteur et son hôte (Smith, 2000, p. 29), le phénomène reste mal connu. La confrontation des données issues du corpus de sites permet d’établir une définition plus précise du phénomène et de sa diffusion. Elle a aussi fait comprendre l’importance sociale que pouvait avoir le foyer monumentaldans l’architecture des villae tardives.

25Nous avons isolé une série de 15 maisons qui semblent avoir bénéficié de l’installation d’un foyer monumental (Carrié, 2009, p. 410). Parmi ces dernières, quelques cas se sont imposés comme les plus éloquents (fig. 6).

Fig.6. Les sites de Lürken (d’après Piepers, 1981), de Mayen i (d’après Oelmann, 1928) et de Park Street (d’après O’Neill, 1945)

Fig.6. Les sites de Lürken (d’après Piepers, 1981), de Mayen i (d’après Oelmann, 1928) et de Park Street (d’après O’Neill, 1945)

26Le site de Lürken (Allemagne, 225) permet ainsi de comprendre que le foyer central possédait, outre un aspect ornemental, peut-être également une signification sociale assez profonde. En effet, lorsqu’au iie siècle apr. J.-C. l’ancienne maison de la période i est détruite dans sa totalité, pour permettre l’installation du nouveau bâtiment de la période ii, le foyer central 326 de la première maison est « déménagé » dans la pièce xiii de la nouvelle demeure, puisque celle-ci est équipée lors de sa construction du foyer 63, qui, finalement, semble n’être rien moins qu’une nouvelle version de l’ancien foyer 326. Le cas de Lürken suggère que le foyer est peut-être l’unique aspect de l’ancien habitat à être conservé dans la nouvelle maison, qui est pour sa part clairement construite selon la tradition architecturale romaine. La villa de Lürken permet donc de penser que le foyer central constituait peut-être un marqueur culturel et statutaire qui positionnait socialement l’habitat qui l’abritait. Lürken permet également de saisir que le foyer central possède la caractéristique de grandir en même temps que l’habitat. Le foyer 326 et le foyer 63 possèdent en effet des tailles différentes, à l’avantage du second, qui est également inclus dans un habitat de plus grande taille que la maison de la période i.

27En dépit d’une chronologie plus floue, le cas de Mayen i (Allemagne, 242) est très comparable à celui de Lürken, car il permet d’observer la translation et la dilatation du foyer central à mesure que la maison prend en importance. Comme à Lürken, il apparaît qu’à Mayen i, le foyer de la seconde maison (période ii) soit conservé lors de la construction plus ambitieuse de la troisième maison (période iii). Mais, l’histoire de Mayen i a ceci d’unique qu’elle permet de préciser un autre aspect du foyer central monumental. En effet, comme la dégradation des conditions de vie à Mayen i fut relativement progressive, il est possible de lire un mouvement de rétractation du foyer central, comme si celui-ci suivait la régression de l’habitat qui l’abrite.

  • 21 Mayen i a peut-être perdu sa fonction résidentielle suite à son absorption dans une plus grande ent (...)

28La situation de Mayen i semble indiquer que le foyer central finalement possède peut-être un schéma d’évolution « à géométrie variable » et qu’il se dilate et se rétracte selon l’évolution de l’habitat qu’il équipe. Cette caractéristique tendrait à montrer que le foyer monumental possédait une réelle valeur symbolique et sociale. C’est peut-être pour respecter une codification sociale, fondée sur la présence, l’absence et la taille du foyer que les occupants de la villa de Mayen i ont choisi de réduire l’emprise au sol de l’âtre de la maison. On ne s’explique en effet pas autrement pourquoi ils auraient choisi de réduire leur foyer (période viii) juste après la fermeture de leurs thermes (période vii). Un abandon des thermes peut s’expliquer par des difficultés d’entretien, ou une stratégie d’occupation spatiale différente, mais la réduction du foyer ne peut être la conséquence d’un appauvrissement matériel de l’habitat. Il est donc possible qu’au-delà des difficultés d’entretien des bains, le foyer, considéré peut-être comme un symbole statutaire, fut réduit par suite d’une rétrogradation sociale du site, peut-être causée par un changement de propriétaire ou de fonction21.

29Le site de Park Street (Grande-Bretagne, 295) est également utile pour définir la fonction ornementale du foyer central. En effet, lors de la réunion des pièces i, ii, iii, iv, xi (période viii) qui occasionna la création du grand salon chauffé, grisé sur la figure 6, un foyer central fut installé dans la plus grande partie de la nouvelle pièce. Or, d’un point de vue strictement fonctionnel, ce foyer entre en « concurrence » avec le système par hypocauste à canaux qui équipe le renfoncement du salon. Comme on imagine que l’hypocauste possédait une capacité de chauffage suffisante pour toute la surface du salon, la présence du foyer s’explique difficilement sinon à lui reconnaître un rôle purement ornemental.

30La répartition géographique des sites (fig. 7) montre que la tradition de construction des foyers en position centrale intéresse tout particulièrement le septentrion de la zone de recherche, avec une bonne représentation dans la zone de l’axe Cologne-Trêves et quelques cas en Bretagne. Cette dernière observation permet de supposer que des rapports anciens existaient dans la manière de concevoir l’espace résidentiel entre les élites du Nord de la Gaule et celles de la Bretagne.

Fig.7. Géographie des villae munies d’un foyer monumental en position centrale

Fig.7. Géographie des villae munies d’un foyer monumental en position centrale

Dessin : J.-Ph. Carrié.

31Les éléments de datation du phénomène indiquent que ce dernier suit assez fidèlement l’évolution des implantations de villae. Cette tendance n’est pas surprenante et apparaît comme une conséquence du caractère solidaire et organique du foyer central et de l’habitat qui l’abrite. Ainsi, la période de large diffusion du phénomène doit s’étendre entre le ier et le iiie siècle apr. J.-C. La tendance à l’abandon (fig. 8) qui se profile au ive siècle apr. J.-C. correspond vraisemblablement, étant donné la répartition géographique des sites concernés, aux abandons de sites ruraux plus généralement constatée dans le Nord de la zone de recherche, que l’on peut interpréter comme une conséquence de remembrements fonciers.

Fig.8. Chronologie des sites munis d’un foyer monumental en position centrale

Fig.8. Chronologie des sites munis d’un foyer monumental en position centrale

32Après l’analyse des différents cas de figure, le foyer monumental, placé en position centrale, apparaît bien comme une structure ornementale originaire de la culture indigène provinciale, dont le but est de théâtraliser l’espace. Mais, ce qui ressort de cette nouvelle analyse, c’est que le foyer monumental, phénomène typiquement septentrional, semble se dilater et s’atrophier proportionnellement à la situation du site qu’il éclaire. De plus, la permanence du foyer central dans un habitat parfois profondément modifié montre que les élites occidentales savaient mêler les symboles de pouvoir anciens et ceux plus récents (thermes, portiques), afin de créer l’espace d’autoreprésentation le plus évocateur possible, compte tenu du contexte social environnant.

33Ces lignes ne prétendent pas à l’exhaustivité et la présentation de trois techniques de symbolisation du pouvoir grâce à la lumière, n’avait d’autre objectif que de montrer que les élites de l’Antiquité tardive, outre leur facilité à se mettre en valeur grâce aux formes architecturales, savaient également utiliser la lumière pour suggérer leur rang et leur supériorité, sans avoir exclusivement recours à des objets luminaires. Qu’elle soit naturelle, filtrée ou réfléchie, mais aussi artificielle, la lumière avait un rôle de marqueur du pouvoir dans la villa. Même si l’identification des modes d’éclairage reste assez délicate, il demeure important de réfléchir sur leur usage, si l’on entend comprendre comment la villa pouvait remplir son rôle de matrice du pouvoir pendant l’Antiquité tardive.

Bibliographie

Sources primaires

Cassius Dio, – Roman History, vol. VIII, Loeb Classical Library, Londres, 1925.

Cicéron, – Discours, Tome XV, Pour Caelius, Les Belles Lettres, Paris, 1967.

Pline L’ancien, – Histoire Naturelle, Les Belles Lettres, Paris, 1965.

Pline le Jeune, – Correspondance, Livres I-III, Les Belles Lettres, Paris, 2003.

Plotin, – Ennéades, Tome IV, Les Belles Lettres, Paris, 1956.

Sidoine Apollinaire, – Lettres, Les Belles Lettres, Paris, 1970.

Suétone, – Vies des douze Césars, Tomes I et II, Les Belles Lettres, Paris, 1967.

Virgile, – Énéide, Tome I, livres I à IV, Les Belles Lettres, Paris, 1966.

Sources secondaires

Bouras L. et Parani M.-G. (2008) – Lighting in early Byzantium, Dumbarton Oaks, Byzantine Collection Publications, 11, Ann Arbor.

Carandini A., Rici A. et Vos M. de (1982) – Filosofiana, La villa di Piazza Armerina, Atlante, Palerme.

Carrié J.-Ph. (2009) – Élite et résidences rurales dans l’Occident tardif. Fonctions et évolutions architecturales de l’habitat d’une classe sociale entre le iiie et le viie s., Mémoire de doctorat de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Non publié.

Coarelli F. (2001) – Guide archéologique de Rome, Hachette Littérature, Paris.

Dens Ch. et Poils J. (1905) – L’Hosté, villa belgo-romaine, à Basse-Wavre, Annales de la Société d’archéologie de Bruxelles, 19, p. 310-344.

De Wit J. (1959) – Die Miniaturen des Vergilius Vaticanus, Amsterdam.

Duval N. (1965) – La représentation du palais dans l’art du Bas-Empire et du Haut Moyen Âge d’après le psautier d’Utrecht, Cahiers Archéologiques, 15, p. 207-254.

Ellis S. (1994) – Lighting in Late Roman Houses, TRAC 94: Proceedings of the fourth annual Theoretical Roman Archaeology Conference, held at the Department of Archaeology, University of Durham, 19th & 20th March, 1994, Oxford, p. 65-71.

Fernandes de Oliveira C. (2003) – À villa romana de Rio Maior : Estudo de mosaicos, Trabalhos de Arqueologia, 31, p. 9-25.

Foy D. (2008) – Les Revêtements muraux en verre à la fin de l’Antiquité : Quelques témoignages en Gaule méridionale, Journal of Glass studies, 50, p. 51-67.

Foy D. et Fontaine S.-D. (2006a) – La modernité, le confort, et les procédés de fabrication des vitrages antiques, De transparentes spéculations : vitres de l’Antiquité et du Haut Moyen âge (Occident-Orient). Catalogue de l’exposition temporaire en liaison avec les 20e rencontres de l’AFAV sur le thème du verre plat (1er octobre-31 décembre 2005, Bavay), Conseil général du département du Nord, p. 15-24.

Foy D. et Fontaine S.-D. (2006b) – Des fermetures de verre pour les oculi, De transparentes spéculations : vitres de l’Antiquité et du Haut Moyen âge (Occident-Orient). Catalogue de l’exposition temporaire en liaison avec les 20e rencontres de l’AFAV sur le thème du verre plat (1er octobre-31 décembre 2005, Bavay), Conseil général du département du Nord, p. 33-36.

Foy D. et Fontaine S.-D. (2008) – Diversité et évolution du vitrage de l’Antiquité et du Haut Moyen âge. Un état de la question, Gallia, 56, CNRS (éds.), p. 405-459.

Guardia-Pons M. (1992) – Los mosaicos de la Antigüedad tardía en Hispania. Estudios de iconografía, PPU, Barcelone.

Iorio V. (2005) – I candelabri in bronzo provenienti della Casa degli Scienziati a Pompei ed frammenti di lucerne fittili rinvenuti durante gli scavi della Katholieke Universiteit Nijmegen, Lychnological Acts 1. Actes du 1er Congrès International d’études sur le luminaire antique (Nyon-Genève, 29.IX-4.X.2003), Monographies instrumentum, 31, Montagnac, p. 320-333.

Mahieu A. (1891) – Les villas belgo-romaines de Maillen, Annales de la Société Archéologique de Namur, 19, p. 346-356.

Mazzoleni D. et Pappalardo U. (2005) – Pompejanische Wandmalerei. Hiermer Verlag, Munich.

O’neil H.-E. (1945), The roman villa at Park Street, near St Albans, Hertfordshire, Archaeological Journal, 102, p. 23-30.

Oelmann, F. (1928) – Ein Gallo-Römischer Bauernhauf bei Mayen, Bonner Jahrbücher, 133, p. 53-80.

Papadopoulou B. (2005) – Bronze Lamps and Polycandela: the Averof collection in the Baron Tositsas foundation museum, Lychnological Acts 1. Actes du 1er Congrès International d’études sur le luminaire antique (Nyon-Genève, 29.IX-4.X.2003), Monographies instrumentum, 31, Montagnac, p. 360-365.

Piepers W. (1981) – Ausgrabungen an der alten Burg Lürken, Rheinische Ausgrabungen, 21, p. 33-87.

Sarnowski T. (1978) – Les représentations de villas sur les mosaïques africaines tardives, Wroclaw.

Smith J.-T. (2000) – Roman Villa, A Study in Social Structure, Routledge, Londres, New York.

Stainier X. (1905) – Les marbres rencontrés dans la villa belgo-romaine de Basse-Wavre, Annales de la Société d’archéologie de Bruxelles, 19, p. 344-365.

Notes

1 Le chiffre qui suit le nom de chaque site permet de retrouver ce dernier dans le corpus dont il est issu (Carrié, 2009) et ainsi d’accéder à la bibliographie et à la synthèse des connaissances qui le concernent.

2 Pline, Histoire Naturelle, 34, 14 ; Suétone. César. 37.

3 Virgile, Énéide. 1, 7, 26 ; Cicéron. Pro Caelio. 67.

4 Sidoine Apollinaire, Epistula IX, 13, 46-53. Veniente nocte nec non numerosus erigatur laquearibus coruscis camerae in supera lychnus : oleumque nescientes adipesque glutinosos utero tumente fundant opobalsamum lucernae.

5 Suétone, Caesar 37.

6 Histoire Naturelle, XXXVI, 160.

7 Epist. II, 17, 21 : Contra parietem medium zotheca perquam eleganter recedit, quae specularibus et uelis obductis reductisue modo adicitur cubiculo, modo aufertur.

8 11,8 % du total des sites étudiés.

9 Il est en effet parfois délicat de ne pas confondre le verre à vitre avec certains fonds de récipients.

10 Great-Witcombe (159) en Grande-Bretagne.

11 L’Hosté Basse-Wavre (186).

12 L’Hosté Basse-Wavre (186).

13 Great-Witcombe (159), Mayen I (242) en Allemagne, Wasserbillig I (412) au Luxembourg.

14 Winkel-Seeb (425) en Suisse.

15 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXVI, 24 : Ima pars scaenae e marmore fuit, media e uitro, inaudito etiam postea genere luxuriae, summa e tabulis inauratis.

16 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXVI, 64 : Pulsa deinde ex humo pauimenta in camaras transiere uitro.

17 Dion Cassius (Histoire Romaine, LXIX, 1, 7) explique qu’Hadrien appréciait à l’occasion de rendre la justice dans le Panthéon.

18 L’existence des oculi vitrés mérite d’être soulignée, car elle représente une nouveauté depuis que l’étude de la cargaison de l’épave d’Embiez en a livré plusieurs exemplaires (Foy et Fontaine, 2006b). Les fouilles de Labitolosa (Espagne) montrent que l’oculus vitré peut se trouver en contexte thermal, mais également dans des bâtiments peut-être liés à l’exercice du pouvoir. En effet, un oculus fermé par une vitre bombée aurait équipé au moins un bâtiment du forum (information obtenue auprès de M. Navarro). Donc, il y a tout lieu de croire que des oculi vitrés pouvaient également équiper les pièces de certaines villae.

19 Maison du secteur I, 8, 13, non publiée.

20 Voir la restitution proposée pour le site de Rio Maior (323), (Portugal), (Fernandes de Oliveira, 2003).

21 Mayen i a peut-être perdu sa fonction résidentielle suite à son absorption dans une plus grande entité foncière dirigée depuis une villa plus importante.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Salle à coupole avec oculus ouvert (à gauche) et oculus fermé (à droite)
Crédits Dessin : J.-Ph. Carrié.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig.2. Salle à coupole et vestibule
Crédits Dessin : J.-Ph. Carrié.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig.3. Sites peut-être équipés de coupoles à oculi
Crédits Dessin : J.-Ph. Carrié.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Fig.4. Chronologie des sites peut-être équipés de coupoles à oculi
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig.5. Géographie des sites probablement équipés de coupoles à oculi
Crédits Dessin : J.-Ph. Carrié.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig.6. Les sites de Lürken (d’après Piepers, 1981), de Mayen i (d’après Oelmann, 1928) et de Park Street (d’après O’Neill, 1945)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5573/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig.7. Géographie des villae munies d’un foyer monumental en position centrale
Crédits Dessin : J.-Ph. Carrié.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5573/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig.8. Chronologie des sites munis d’un foyer monumental en position centrale
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5573/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : Élite et résidences rurales dans l’Occident tardif. Fonctions et évolutions architecturales de l’habitat d’une classe sociale entre le iiie et le viie siècle.
Directeur : F. Dumasy.
Thèse soutenue le 6 juillet 2009.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540