Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les marqueurs archéologiques du pouvoir

 | 
Olivier Brunet
, 
Charles-Édouard Sauvin

II. L’architecture : mise en scène et innovations

La différenciation sociale dans les cités-états du Levant Sud au IIIe millénaire avant notre ère

Le cas de l’architecture

Deborah Sebag

Zusammenfassung

This article will study the architectural data in order to search indications concerning the existence of markers of power and the existence of social hierarchies during the 3rd millennium B.C. in Southern Levant. Indeed if the materials, their availability and the evolution of technical knowledge are clearly a major influence on architecture, economic and social conditions are also decisive. In addition, ethnographic studies of domestic architecture tend to show a positive correlation between the size of a house and the status and wealth of the population.
The situation is seen even better during Early Bronze age because the period marks the first urbanization of the region, including the construction of powerful ramparts. Thus, it is to understand through the study of architectural remains and forms-building techniques which are social phenomena that produced them.

Volltext

1Le propos de cette quatrième journée doctorale est d’étudier différents types de données archéologiques, afin d’y chercher des indications sur l’existence de marqueurs du pouvoir et par ce biais tenter de qualifier l’organisation sociale d’une société donnée. En ce sens, l’étude de l’architecture à travers ses composantes domestique et monumentale permet d’appréhender directement le fonctionnement de la société qui l’a produite, car les conditions sociales ont une influence aussi déterminante dans l’histoire de l’architecture que les aspects plus techniques, tels que la disponibilité des matériaux de construction et l’évolution des connaissances techniques.

2Au Levant Sud, cette situation s’observe d’autant mieux au IIIe millénaire avant notre ère à l’époque du Bronze ancien, car qui marque la première urbanisation de la région. Cette urbanisation est caractérisée par l’apparition de nouvelles formes architecturales et de nouvelles techniques de construction. Quelles sont les nouvelles formes architecturales qui apparaissent au Bronze ancien ? Qu’ont-elles de différents par rapport aux constructions du Chalcolithique, la période précédente ? Qui les construit ? Dans quel but et quels sont les phénomènes sociaux qui les ont engendrés ? Sont-elles des témoins de la présence d’une société très hiérarchisée ? D’une élite ?

3Il faut donc se baser sur l’analyse architecturale de bâtiments qui se démarquent nettement du reste des constructions des sites où ils sont implantés. En effet, les constructions de grandes dimensions et de plan complexe sont généralement des indicateurs importants du degré de hiérarchisation d’une société et de réels marqueurs du pouvoir.

Les cas architecturaux

Fig.1.Carte des sites évoqués dans le texte ; le Levant Sud

Fig.1.Carte des sites évoqués dans le texte ; le Levant Sud

Dessin : D. Sebag.

4À la fin du Chalcolithique et au début du Bronze ancien I (3500-3100 avant notre ère), les populations abandonnent les villages et les camps saisonniers des zones semi-désertiques, pour venir s’installer dans les régions côtières et les plaines de climat méditerranéen du Levant Sud (fig. 1). Les sociétés sont peu hiérarchisées et vivent dans des villages. C’est le début d’une économie méditerranéenne, basée sur la culture des céréales, de l’olivier et de la vigne. L’architecture des sites est composée de maisons dispersées, de plan ovale ou barlong (fig. 2, a et b). Mais sur quelques-uns, les premiers bâtiments complexes apparaissent, comme à Palmahim Quarry, Tel Erani et Beth Shean (fig. 3, a, b, c).

Fig.2.Les habitats monocellulaire du Bronze ancien

Fig.2.Les habitats monocellulaire du Bronze ancien

a. Yiftahel ; b. Qiryat Ata ; c. Tell el-Farah.

Dessins : D. Sebag, d’après Braun, 1997b, Golani, 2003 et Vaux, 1961.

Fig.3.

Fig.3.

a. Le bâtiment M. de Beth Shean ; b. Palmahim Quarry ;
c. le bâtiment 7102 de Tel Erani.

Dessins : D. Sebag, d’après Mazar, 1997, Braun, 1997a et Ciasca,1962.

5Le grand bâtiment de Palmahim Quarry est daté de la fin du Bronze ancien I (niveau 2). Partiellement dégagé, il semble être de plan circulaire, avec un diamètre d’environ 15 m. À l’intérieur, cinq pièces ont été repérées (Braun, 1997a, p. 87-88). La structure complète devait mesurer au minimum 150 m2. Elle se distingue du reste des constructions, des petites maisons rectangulaires et monocellulaires, par ses dimensions importantes et son plan original.

6La maison M. de Beth Shean, est datée de la fin du Bronze ancien I, elle comporte une salle hypostyle avec quatorze bases de piliers. Les dimensions exactes du bâtiment ne sont pas connues, mais il a été dégagé sur une surface d’environ 54 m2. Le bâtiment est tout en briques, à l’exception de deux murs qui ont des soubassements en pierre. Les bases de piliers ont été retrouvées réparties sur quatre rangées, trois de quatre bases et une dernière près du mur sud-ouest, de deux bases. Les pierres des bases étaient calées sous le niveau du sol chaulé de la pièce. La couche de destruction contenait de nombreuses jarres de stockage (jarres sans col, pithoi), du grain carbonisé et des lentilles (Mazar, 1997, p. 65).

7Plus au sud, à la limite de la zone semi-désertique, se trouve le site de Tel Erani. À la fin du Bronze ancien I, le site était en contacts étroits avec l’Égypte. Il devait être important, peut-être plus qu’un simple village d’agriculteurs. À l’intérieur, le grand bâtiment 7102 est composé d’une grande pièce hypostyle, associée à des petites pièces allongées et à une grande cour. La salle hypostyle est dégagée sur une extension approximative de 117 m2, trois séries de bases occupent toute la salle. Le bâtiment 7102 est occupé durant une longue période, au cours de laquelle, il a subi de nombreuses modifications. Les limites exactes du bâtiment ne sont connues que dans son angle nord-ouest puisqu’il est limité, des deux côtés, par deux rues : l’une de direction ouest-est et l’autre de direction nord-est-sud-ouest. Les bases de piliers de la salle hypostyle sont en briques crues, de forme à peu près carrée (1 à 1,20 m de côté) et sont préservées sur près d’un mètre de hauteur. C’est certainement leur hauteur originelle, car un des piliers possède encore au sommet une pierre ronde et plate qui était une base soutenant un pilier en bois. La distance entre les piliers d’une même rangée est de 1,70 à 1,90 m et celle entre les trois rangées est d’à peu près 2 à 2,70 m (Ciasca, 1962, p. 27-35).

8Ces trois bâtiments se différencient très clairement du reste des maisons environnantes qui sont en général monocellulaires. Deux de ces maisons comportent même des salles hypostyles et toutes semblent avoir été en partie destinées au stockage de céréales. Les fouilleurs ont souvent interprété ces bâtiments comme des bâtiments communautaires et pas comme de simples habitations luxueuses. En effet, la couche de destruction du bâtiment M. de Beth Shean contenait de nombreuses jarres de stockage. Sa capacité de stockage est estimée à 5477 litres. Il devait être utilisé comme bâtiment administratif, dans lequel étaient stockés les produits agricoles récoltés dans la vallée de Beth Shean, avant d’être redistribués. Cependant, la capacité de stockage paraît insuffisante pour satisfaire les besoins de tout un site. A. Mazar (1997, p. 64-65) pense qu’il avait un rôle public dans le stockage et la redistribution des productions agricoles par une autorité centrale.

9La transition avec le Bronze ancien II (3100 – 2700 avant notre ère) est marquée par un développement de l’urbanisation et une concentration de la population dans quelques sites fortifiés. Dès leur apparition, les fortifications sont puissantes et complexes. Elles sont souvent composées d’un assemblage de plusieurs murailles associées à des tours, des bastions, des glacis et parfois même à des fossés. Sur certains sites comme Megiddo, elles ne seront jamais aussi épaisses qu’au Bronze ancien. À Bab edh-Dhra, comme à Tel Erani, Megiddo, Beth Yerah et Jéricho, les murs sont composés d’une série de massifs liés entre eux. Le mur A de Bab edh-Dhra a été construit par segments, avec une jonction entre les segments tous les 15-20 m : huit ont été repérés (Rast et Shaub, 2003, p. 269-270). La méthode permet à plusieurs équipes de travailler simultanément. Elle reflète un certain degré de coordination de la construction et l’existence d’une autorité qui a la capacité de planifier et d’organiser le travail.

10À l’intérieur de ces sites fortifiés, datés du Bronze ancien II et III, le tissu urbain est dense. En l’observant, des différences de superficie entre les constructions peuvent être repérées. Ainsi, à Tell el-Farah près de Naplouse, de très nombreux habitats datés du Bronze ancien II ont été dégagés. Parmi eux, il y a une distinction claire entre les habitats monocellulaires et ceux plus rares qui sont pluricellulaires. Les habitats monocellulaires ne comportent qu’une pièce ou une pièce et une cour (fig. 2. c). Les pièces sont rectangulaires et mesurent en général : 3-4 m de large sur 5-6 m de long. Elles ouvrent sur une rue ou sur une cour commune. Le tissu urbain est si dense que selon le Père de Vaux (1961, p. 576), « c’est l’absence de communications intérieures qui permet de distinguer deux logements différents ». Les maisons pluricellulaires sont elles composées de trois à cinq pièces et leur superficie varie de 40 à 140 m2. Cependant, il faut noter que les modes de construction ne varient pas entre les maisons à une pièce et les maisons pluricellulaires.

11L’interprétation de ces grandes maisons reste problématique car peu de matériel a été retrouvé à l’intérieur. Les matériaux et les techniques de construction sont les mêmes que pour les maisons monocellulaires. Il est difficile de distinguer si leurs grandes dimensions reflètent la présence d’une famille élargie ou d’une famille au statut social plus élevé.

12À ce niveau, les études ethnoarchéologiques peuvent nous donner des pistes. Selon une étude menée par Kramer (Kramer, 1979, p. 139-163), dans des villages iraniens, la taille des habitats – surface couverte et surface non couverte – est directement en relation avec la richesse de la famille qui est elle-même liée à la possession de terres.

13Le Bronze ancien III (2700-2300 avant notre ère) voit une concentration de l’urbanisation dans quelques sites fortifiés, où apparaissent de nouvelles formes architecturales complexes, comme le bâtiment aux cercles de Beth Yerah et les palais.

14Le bâtiment aux cercles de Beth Yerah est un cas unique. L’ensemble mesure près de 1 200 m2 et se compose de structures circulaires comprises entre d’épais murs (fig. 4). Comme seules les fondations du bâtiment sont préservées, il y a eu de nombreuses propositions pour reconstituer l’élévation ainsi que son usage supposé, notamment en se basant sur des représentations égyptiennes. La majorité des interprétations s’accordent pour dire que le bâtiment a servi de grenier collectif et que les structures circulaires sont des silos à grain. Dans cette hypothèse, la capacité de stockage estimée du grenier dépassait sans doute les capacités de production de la ville de Beth Yerah. Selon A. Mazar (Mazar, 2001, p. 452-459), le grenier a ainsi pu servir de zone de stockage pour les villages des alentours.

Fig.4. Le bâtiment aux cercles de Beth Yerah

Fig.4. Le bâtiment aux cercles de Beth Yerah

Dessin : D. Sebag, d’après Mazar, 2001.

15Le palais est un édifice monumental, siège d’une institution publique où se déroule l’exercice du pouvoir. Mais, en raison des spécificités de la Palestine au IIIe millénaire (absence d’écriture, petite échelle géographique, nature de son urbanisation), les identifications absolues des palais sont rares. Seuls deux palais ont été identifiés au Bronze ancien : à Megiddo et Tel Yarmouth et un proto-palais à Khirbet ez-Zeraqun.

Le bâtiment de Khirbet ez-Zeraqun se situe à proximité immédiate de la zone des temples.

Fig.5.

Fig.5.

a. Le palais de Khirbet ez-Zeraqun ; b. le bâtiment 3177 de Megiddo ; c. le palais B-1 de Tel Yarmouth.

Dessin : D. Sebag, d’après Genz, 1997, Kempinski, 1992 et Miroschedji, 2000.

16On peut parler de proto-palais parce que son plan d’ensemble n’a pas été planifié, il est composite (fig. 5. a), et résulte de l’agglutination de plusieurs unités construites à des moments différents (Ibrahim et Mittmann, 1987, p. 6). La superficie totale dégagée est supérieure à 500 m2. L’extension maximale nord-sud du bâtiment est de trente-cinq mètres (Ibrahim et Mittmann, 1994, p. 14). Quatre secteurs ont été identifiés : B0.7/8/10/11. Ils se différencient par leur architecture. Le secteur B0.10 a une architecture plus monumentale et plus planifiée que les autres secteurs. Les murs mesurent plus d’un mètre de large et leur maçonnerie est soignée. La plus grande des pièces : R.3 mesure 41,25 m2. Le secteur B0.8 est plus densément construit, il comporte treize pièces, desservies par deux couloirs. Les murs mesurent environ 0,60 m de large, leur tracé est beaucoup moins rectiligne que dans les autres secteurs. Il semblerait que les secteurs B0.8 et B0.10 ne communiquent pas entre eux. À l’intérieur, un grand nombre de céramiques et d’installations liées au stockage et à la préparation des aliments ont été retrouvées, ainsi que de très nombreuses jarres de stockage. Dans le secteur B.07, les pièces sont de même type que dans le secteur B0.10, avec des murs de 1,25 m de large et des grandes pièces. Les secteurs construits avec soin B0.7 et B0.10 servaient de zone de réception et les pièces plus petites du secteur B0.8 servaient d’espace de stockage et de zone réservée aux activités économiques (Genz, 2002, p. 139-140).

17À Megiddo, le palais se situe également à proximité de la zone des temples. Il n’a pas été complètement fouillé. Son étendue totale n’est donc pas connue, mais la superficie totale fouillée avoisine les 600 m2. Le palais possède deux ailes qui ont de nombreuses caractéristiques communes, notamment dans le nombre, la superficie et l’agencement des pièces (fig. 5. b). Chaque aile possède une grande cour (6 et 10), pratiquement de la même taille, ainsi qu’une pièce servant de puit de lumière (1 et 9). Sous le sol de la cour 6 se trouve un système d’évacuation des eaux (Kempinski, 1992). Il semble difficile de passer d’une aile du bâtiment à l’autre et chacune possède son propre système de circulation entre les pièces. Il est possible que chaque aile ait eu un usage différent. Les murs du palais 3177 présentent différents modules de taille, les murs externes mesurent 2 m de large, les murs internes mesurent entre 0,65 et 1 m de large.

18Le palais B-1 de Tel Yarmouth se situe sur une vaste terrasse artificielle. Il s’étend sur une superficie d’environ 6 000 m2. Il se distingue du reste des bâtiments par son plan élaboré, l’effort de planification, la qualité de sa construction et l’abondance du matériel archéologique retrouvé dans les pièces. À l’intérieur de la construction, l’espace se partage entre des grandes cours et des pièces couvertes (fig. 5. c). L’espace construit se divise entre les pièces servant à la réception, à l’habitat et au stockage. Les pièces de réception comprennent la porte d’entrée principale, la salle hypostyle, l’avant-cour, le hall de réception et les chambres attenantes (Miroschedji, 2000, p. 690, 694). La circulation entre les pièces est contrôlée. La complexité du plan du palais B-1 implique l’intervention d’un architecte qui a utilisé des techniques spécifiques qui ne se retrouvent pas dans l’architecture domestique, comme l’usage d’un système métrique, identifié par Miroschedji (Miroschedji, 2001), basé sur la coudée royale égyptienne qui mesure 0,52 m. Les murs ont des épaisseurs standards, ainsi les murs ordinaires mesurent 2 coudées, soit 1,04 m et les murs de cloison mesurent 1 coudée, soit 0,52 m.

19D’autre part, la construction de ces structures monumentales, que ce soit le palais de Yarmouth ou les différents remparts a entraîné la destruction des habitats qui s’y trouvaient auparavant. Dans le cas du palais B-1 de Yarmouth, il est construit peu après la destruction du palais B-2 qui lui-même est construit sur les vestiges d’un quartier domestique plus ancien. Cela illustre bien la préséance de l’architecture monumentale sur l’architecture domestique. De plus, il faut ajouter que les deux palais, B-1 et B-2, possèdent de nombreux points architecturaux en commun (courettes à galets, dimensions de pièces, largeur des murs, etc.). P. de Miroschedji (2000) estime que seule une petite cinquantaine d’années séparent les deux constructions. Cela pourrait démontrer le caractère inscrit du pouvoir à Tel Yarmouth qui se transmettrait, de génération en génération, dans la même famille.

20Ainsi, l’architecture des palais est très spécifique. Elle se distingue de l’architecture domestique non seulement par ses dimensions, mais aussi par l’organisation de l’espace et le contrôle des circulations. Les palais comportent des secteurs d’activités distincts contrairement aux maisons. Ce sont des bâtiments très particuliers qui ne sont pas construits sur un plan de type « maison agrandie ». Du point de vue de la superficie, même la plus grande des maisons de plan pluricellulaire complexe – la maison 7102 de Tel Erani – ne mesure « que » 239 m2, alors que le plus petit des palais, celui de Khirbet ez-Zeraqun qui n’a été que partiellement dégagé, mesure au minimum 500 m2, soit presque le double.

21Les plans de ces constructions se distinguent aussi par leur complexité et la présence d’éléments architecturaux qui ne se trouvent pas dans les maisons, comme les corridors. Le palais de Megiddo possède même un système de deux couloirs en symétrie inversée, adjacents, chacun débouchant sur un petit hall précédant l’entrée dans les ailes. Les palais possèdent aussi des cours intérieures et des puits de lumière. Si la construction de cours devant les maisons est très courante, en revanche, la construction de cour à l’intérieur du bâti demande la possession d’un certain savoir technique. En effet, le Levant Sud est une zone qui connaît de fortes pluies saisonnières et même de la neige durant certaines années. Une cour construite au milieu de pièces doit donc posséder un système efficace d’évacuation des eaux pour empêcher celles-ci d’inonder les pièces couvertes (Foucault-Forest, 1997). C’est pourquoi, les palais se distinguent aussi par la présence de systèmes d’évacuation des eaux, construits sous le niveau des sols, comme dans le palais B-1 et dans le palais 3177 de Megiddo. Les cours, courettes et puits de lumière pouvaient représenter des points de faiblesse dans l’architecture, mais ils avaient un rôle essentiel dans l’apport de lumière à l’intérieur des pièces. Les palais, tout comme les maisons, ont un système de contrôle des circulations. Mais les grandes dimensions des palais rendent le phénomène encore plus frappant. Ainsi, une aussi vaste construction que le palais B-1 ne semble posséder qu’une seule entrée, tout comme le palais de Zeraqun.

22Les palais possèdent aussi des particularités architecturales comme la salle hypostyle. Celle du palais B-1 de Tel Yarmouth mesure 17 x 13,90 m, elle comporte quinze bases de poteaux réparties en trois rangées de quatre bases. D. Alm (Alm, 1996, p. 175) précise que la salle hypostyle apparaît dans cette région au IIIe millénaire à Tel Erani et à Byblos, dans des espaces mesurant respectivement : 13 × 9 m et 16 × 16 m. Elle répond au besoin d’abandonner le plan en longueur, dans les espaces de grande taille. Très peu de salles hypostyles ont été retrouvées au Bronze ancien, trois au Bronze ancien I, une au Bronze ancien II et une au Bronze ancien III. Le nombre de support de toit n’est connu avec exactitude dans aucune de ces pièces, mais il a été reconstitué en fonction des superficies à couvrir et du nombre de poteaux par rangées. Il s’échelonne théoriquement entre sept et quinze bases. Deux salles se démarquent particulièrement du reste des constructions, la salle du bâtiment M. de Beth Shean et celle du palais B-1 de Tel Yarmouth. Elles comptent respectivement quatorze et quinze bases de poteau. La salle hypostyle du palais est plus exceptionnelle en raison de sa grande superficie et du soin particulier apporté à la taille des bases en pierre. En divisant la superficie des pièces par le nombre reconstitué de bases, des différences de savoir technique apparaissent. Ainsi, dans la salle de Beth Shean, une base sert à couvrir théoriquement un peu plus de 3 m2, alors qu’à Tel Erani, une base couvre 13 m2 et à Tel Yarmouth, une base couvre 15,7 m2. Les constructeurs du bâtiment de Tel Erani possédaient un savoir architectural que ne possédaient pas les autres constructeurs du Bronze ancien, c’est peut-être dû à l’influence du monde égyptien tout proche. L’architecte du palais de Yarmouth possède un savoir technique encore plus avancé car il arrive à couvrir une pièce immense – 236,3 m2 – avec seulement quinze bases. C’est un savoir-faire très spécialisé qui n’a été retrouvé nulle part dans les vestiges architecturaux connus à ce jour, pour cette époque.

Architecture et organisation sociale

23Que peuvent nous apprendre ces informations sur l’organisation de la société à cette époque ?

24Tout d’abord, à la période précédente du Chalcolithique, les sites étaient de natures très diverses avec des villages troglodytiques, des villages construits en matériaux non périssables, des campements saisonniers. Il y avait peu de différences de taille entre les habitats. C’est à partir de la fin du Bronze ancien I et seulement dans quelques sites, que des bâtiments au plan plus complexe font leur apparition, dans des villages. Il y a des habitations pluricellulaires, à la fois dans les sites villageois et dans les sites fortifiés où ces habitats sont intégrés dans un tissu urbain dense. Le plus couramment, ces bâtiments sont interprétés comme des maisons occupées par des élites. Cependant, dans les cas des bâtiments de Palmahim Quarry, Tel Erani et Beth Shean, il faut remarquer qu’ils datent tous du Bronze ancien IB. De plus, leur plan se différencie très clairement du reste des constructions du point de vue des dimensions, mais aussi de la complexité de ce plan et de l’usage de formes architecturales très spécifiques, comme les salles hypostyles. Ce ne sont pas des constructions à usage domestique, elles ont un rôle lié au stockage et à la redistribution des productions agricoles par une autorité centrale (Mazar, 1997, p. 65). À l’inverse, à Tell el-Fâr‘ah au Bronze ancien II, la présence de plusieurs grandes maisons semble démontrer la présence d’habitants au statut social plus élevé.

25Mais les changements architecturaux les plus importants du Bronze ancien apparaissent avec la construction des fortifications et des palais. La construction de murailles est le symbole de l’existence d’une classe dirigeante pouvant rassembler les énergies collectives. Ses effets se ressentent au niveau militaire, mais aussi au niveau de l’économie, car le contrôle de l’entrée des portes entraîne la centralisation des activités socioéconomiques à l’intérieur du site. Dans les lieux où ils sont présents, palais et greniers collectifs sont des zones de stockage et de contrôle de l’activité économique. En effet, comme cela a été évoqué en introduction l’économie méditerranéenne qui se met en place au Bronze ancien, repose sur la pratique de l’agriculture, de l’horticulture et sur l’élevage. Cette économie va permettre de meilleurs rendements et la constitution de stocks. La capacité à extraire et à investir ces réserves était une des principales fonctions des villes et de leur administration officielle. En se basant sur les modèles connus à l’époque dans les cités-états syriennes et mésopotamiennes, il est établi que les taxes étaient payées en nature par les agriculteurs, ce qui nécessitait la construction d’infrastructures de stockage par l’administration dirigeante.

26Ainsi, il y a des différences entre tous ces bâtiments exceptionnels : des différences d’époques et des différences dans la complexité des plans. Pour certains, les techniques de construction sont les mêmes que dans l’architecture domestique et pour d’autres ce n’est pas le cas. Il y a deux types d’architecture monumentale, l’une inspirée directement de la maison mais construite sur une plus grande échelle et une autre plus complexe. L’architecture monumentale est conçue dans un but précis lié soit à la protection du site, soit à la gestion des surplus agricoles (base du fonctionnement des sociétés urbaines anciennes), soit au prestige des constructeurs. Il y a donc une architecture que l’on pourrait qualifier de « pseudo-monumentale », car elle ne se distingue pas de l’architecture domestique, et une véritable architecture monumentale complètement différente de l’architecture domestique et qui apparaît au Bronze ancien II, dans les cités-états fortifiées.

27Ces différences d’architecture impliquent l’action de constructeurs différents. Dans le cas des maisons du Bronze ancien, les différences de qualité de construction indiquent que les maisons devaient être réalisées par des particuliers, sans doute par le futur propriétaire et sa famille. Comme le montrent des observations ethnographiques menées au début du xxe siècle en Palestine : lors de la construction d’une maison, les villageois ne faisaient appel à des architectes qu’exceptionnellement, par exemple pour construire une grande maison et c’était alors un maçon simplement plus expérimenté (Canaan, 1932). À l’inverse, la construction des palais et des fortifications implique l’intervention de véritables architectes travaillant sur l’ordre de commanditaires ou d’élites comme les qualifie A. Joffe (Joffe, 1993, p. 84).

Conclusion

28En conclusion, l’étude de l’architecture du Bronze ancien permet d’appréhender la complexification de la hiérarchisation sociale au Bronze ancien. Avec des grandes maisons qui ont pu être habitées par des populations plus riches, notamment grâce à la possession de terres et une élite dirigeante capable de mobiliser les énergies collectives lors de grandes constructions, comme les murailles et qui centralise son pouvoir dans un palais. C’est une élite avec un statut inscrit et non pas obtenu. L’étendue de leur pouvoir étant symbolisée par l’apparition des villes fortifiées. Ainsi, l’urbanisation explique l’évolution des plans et ce phénomène commence à la fin du Bronze ancien I, mais prend tout son essor au Bronze ancien II et III, même s’il n’est pas uniforme à travers toute la région. En effet, certaines villes étaient déjà urbanisées à la fin du Bronze ancien I et d’autres n’atteignent leur stade urbain qu’au Bronze ancien II.

Literaturverzeichnis

Alm D. (1996) – Supports, piliers et colonnes dans l’architecture orientale du Néolithique à l’âge du Fer, deux volumes, Thèse de doctorat, EPHE ive section, Paris (non publiée).

Braun E. (1997a) – Palmahim Quarry, Excavations and surveys in Israel, 16, p. 87-88.

Braun E. (1997b) – Yiftahel: salvage and rescue excavation at a Prehistoric village in Lower Galilee, Israel Antiquities Reports, 2. Jerusalem.

Canaan T. (1932) – The Palestinian Arab its architecture and Folklore, Journal of the Palestine Oriental Society, 12, p. 223-247.

Ciasca A. (1962) – Tel Gat, Oriens Antiquus, I, p. 23-39.

Foucault-Forest C. (1997) – Modèles d’organisation de l’espace dans l’habitat du Bronze moyen et du Bronze récent en Palestine, dans C. Castel, M. al-Maqdissi, et F. Villeneuve (éds.), Les maisons dans la Syrie antique du iiie millénaire au début de l’Islam, Actes du colloque international, Damas 27-30 juin 1992, IFAPO, Beyrouth, p. 151-160.

Genz H. (2002) – Die frühbronzezeitliche Keramik von Hirbet ez-Zeraqôn, Nordjordanien. Mit Studien zur Chronologie une funktionalen Deutung Frühbronzezeitlicher Keramik in der südlichen Levante (Deutsch-jordanische Ausgrabungen in Hirbet ez-Zeraqon 1984-1994. Endberichte Band V). Abhandlungen des Deutschen Palästina-Vereins 27,2. Deutsch-jordanische Ausgrabungen in Hirbet ez-Zeraqon, 1984-1994 Endberichte, Herausgegeben von M. Ibrahim und S. Mittmann, Band V. Wiesbaden.

Golani A. (2003) – Salvage excavations at the site of Qiryat Ata, IAA Report, 18. Jerusalem.

Ibrahim M. et Mittman S. (1987) – Tell el-Mughayyir and Khirbet ez-Zeiraquoun, News letter of the Institute of Archaeology and Anthropology, 4, p. 3-6.

Ibrahim M. et Mittman S. (1994) – Excavations at Khirbet ez-Zeiraquoun, 1993, News letter of the Institute of Archaeology and Anthropology, 16, p. 11-15.

Joffe A. H. (1993) – Settlement and society in the Early Bronze Age I and II, southern Levant: complementarity and contradiction in a small-scale complex society, Sheffield Academic Press, Monographs in Mediterranean Archaeology, 4, Sheffield.

Kempinski A. (1992) – Fortifications, Public Buildings, and Town Planning in the Early Bronze Age, dans A. Kempinski, et R. Reich (éds.), The Architecture of Ancient Israel from the Prehistoric to the Persian Periods, Israel Exploration Society, Jerusalem, p. 68-80.

Kramer C. (1979) – An archaeological view of contemporary Kurdish village: domestic architecture, household size, and wealth, dans C. Kramer (éd.), Ethnoarchaeology: implications of ethnography for archaeology, Columbia University Press, New York, p. 139-163.

Mazar A. (1997) – Four Thousand Years of History at Tel Beth-Shean, an account of the renewed excavations, Biblical Archaeologist, 60 (2), p. 62-76.

Mazar A. (2001) – On the significance of the EBIII granary building at Beith Yerah, dans S. R. Wolff (éd.), Studies in the archaeology of Israel and the neighbouring lands, in memory of Douglas L. Esse, ASOR, 5, p. 447-463.

Miroschedji P. de (2000) – Fouilles de Tel Yarmouth : résultats des 11e, 12e et 13e campagnes de fouilles (1996-1999), Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 679-710.

Miroschedji P. de (2001) – Notes on Early Bronze Age Metrology and the birth of architecture in Ancient Palestine, dans S. R. Wolff (éd.), Studies in the archaeology of Israel and the neighbouring lands, in memory of Douglas L. Esse, ASOR, 5, p. 465-491.

Rast W. E. et Schaub R. T. (2003) – Bab edh-Dhra, excavations at the Town site (1975-1981), Part 1: text, Report of the Expedition to the Dead Sea Plain, Jordan, Winona Lake, Indiana.

Vaux R. de (1961) – Les fouilles de Tell el-Far’ah, Revue Biblique, 68, p. 576-592.

Abbildungsverzeichnis

Titel Fig.1.Carte des sites évoqués dans le texte ; le Levant Sud
Impressum Dessin : D. Sebag.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5523/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 436k
Titel Fig.2.Les habitats monocellulaire du Bronze ancien
Bildunterschrift a. Yiftahel ; b. Qiryat Ata ; c. Tell el-Farah.
Impressum Dessins : D. Sebag, d’après Braun, 1997b, Golani, 2003 et Vaux, 1961.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5523/img-2.png
Datei image/png, 172k
Titel Fig.3.
Bildunterschrift a. Le bâtiment M. de Beth Shean ; b. Palmahim Quarry ; c. le bâtiment 7102 de Tel Erani.
Impressum Dessins : D. Sebag, d’après Mazar, 1997, Braun, 1997a et Ciasca,1962.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5523/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 128k
Titel Fig.4. Le bâtiment aux cercles de Beth Yerah
Impressum Dessin : D. Sebag, d’après Mazar, 2001.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5523/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 124k
Titel Fig.5.
Bildunterschrift a. Le palais de Khirbet ez-Zeraqun ; b. le bâtiment 3177 de Megiddo ; c. le palais B-1 de Tel Yarmouth.
Impressum Dessin : D. Sebag, d’après Genz, 1997, Kempinski, 1992 et Miroschedji, 2000.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5523/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 478k

Autor

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : Les modes de construction du Levant méridional au Bronze ancien : architecture monumentale et domestique.
Directeur : S. Cleuziou. Direction reprise par P. De Miroschedji en septembre 2010, à la suite du décès de S. Cleuziou un an plus tôt.
Thèse soutenue le 17 mars 2011.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540