Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Témoigner et convaincre

 | 
Nicolas Siron

Troisième partie. La transparence des tribunaux

Chapitre 6. L’évidence des faits

Volltext

  • 1 Pseudo-Plutarque, Vie des dix orateurs (Œuvres morales, 55) : Hypéride, 849e. Sur les trois chefs d (...)
  • 2 Voir Florence Gherchanoc, « La beauté dévoilée de Phryné. De l’art d’exhiber ses seins », Mètis, n.(...)
  • 3 Une seule phrase a survécu, grâce à Harpocration et Hésychius, mais ne concerne pas l’opération de (...)
  • 4 Voir Bernard Vouilloux, Le tableau vivant. Phryné, l’orateur et le peintre, Paris, Flammarion, 2002 (...)

1Selon le Pseudo-Plutarque, Hypéride défend Phryné, accusée d’impiété dans les années 340-330, avec une stratégie radicale : « Comme elle allait être condamnée, il la fit avancer au milieu de la salle (εἰς µέσον) et, ayant déchiré sa robe, il exhiba (ἐπέδειξε) sa poitrine. Quand les juges virent (ἀπιδόντων) sa beauté, ils l’acquittèrent1. » La présentation du corps de l’hétaïre apparaît comme une arme rhétorique redoutable2. Si le discours d’Hypéride est aujourd’hui perdu et si l’authenticité de ce passage a été contestée, le geste n’en a pas moins été largement évoqué dans l’Antiquité3 et exploité à partir de l’époque moderne4, ainsi dans le célèbre tableau de Jean-Léon Gérôme qui met en avant le mouvement de l’orateur (figure 6).

Figure 6 : Jean-Léon Gérôme, Phryné devant l’Aréopage, Hamburg Kunsthalle, 1861.

Figure 6 : Jean-Léon Gérôme, Phryné devant l’Aréopage, Hamburg Kunsthalle, 1861.
  • 5 Carlos Lévy, Laurent Pernot, « Phryné dévoilée », dans Carlos Lévy, Laurent Pernot (dir.), Dire l’é (...)
  • 6 Barbara Cassin, « Procédures sophistiques pour construire l’évidence », dans Carlos Lévy, Laurent P (...)
  • 7 François Hartog, Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, Paris, Gallimard, 2007 [2005 (...)
  • 8 Gorgias, Défense de Palamède (Fragments, XI a), 35, édités en français par Jean-Louis Poirier dans (...)

2Pour autant, le rapport entre le geste et la plaidoirie est ambigu. En effet, Hypéride – ou Phryné selon les versions – dénude partiellement sa cliente précisément au moment où il se rend compte qu’il ne convainc pas les juges. L’exhibition supplée par conséquent l’argumentation rhétorique qui s’avère ici inefficace, comme le signalent Carlos Lévy et Laurent Pernot dans l’introduction de l’ouvrage Dire l’évidence : « Faute de pouvoir démontrer, il montra. Et ce que l’argumentation n’avait pas obtenu, le geste l’emporta5. » Le corps de Phryné exposé aux yeux des juges est considéré comme montrant l’évidence. Or, comme le rappelle Barbara Cassin, le mot grec que l’on traduit par « évidence » (ἐνάργεια) n’est pas directement lié à la vision, au contraire du latin euidencia, d’où est issu le terme français6. L’évidence chez Homère est ce qui rend visible l’invisible. La dimension visuelle importe moins que la présentification de l’absent. Comme le résume François Hartog, si l’évidence des philosophes comme Aristote ou Cicéron est liée à la vue, « il en va bien autrement de l’évidence des orateurs. Celle-là n’est jamais donnée, il faut la faire surgir, la produire tout entière par le logos. On n’est pas dans la vision, au premier sens, mais dans le comme si de la vision, puisque tout le travail consiste, comme le précise Plutarque, à transformer l’auditeur en spectateur7 ». Palamède, dans la défense que lui prête Gorgias, regrette qu’il soit impossible de faire en sorte que, « par le moyen des paroles, la vérité des faits (τὴν ἀλήθειαν τῶν ἔργων), pure et claire, apparaisse aux auditeurs8 ». Le dévoilement de Phryné, qui matérialise de façon concrète la présentification langagière que tente d’opérer la rhétorique, n’est donc pas la règle mais l’exception. L’anecdote apparaît ainsi comme une métaphore de l’art oratoire : elle incarne l’objectif inaccessible de tout plaignant.

  • 9 Cette question a déjà été abordée, en termes très proches, par Paulo Butti de Lima qui a étudié la (...)

3Dès lors, comment procèdent les orateurs lorsqu’il n’y a pas de courtisane à faire monter à la tribune ? Le rôle de l’expérience directe et de la responsabilisation des témoins dans l’arène judiciaire peut-il aider à étudier la manière dont les plaignants tentent de présenter leurs discours comme véridiques ? Il conviendra de chercher à comprendre comment les orateurs décrivent leur propre manière de communiquer des informations et comment ils se dépeignent eux-mêmes en tant qu’individus s’exprimant à la tribune. Comment cette autoprésentation est-elle déployée dans le dispositif de vérité ? Quelles sont les caractéristiques qui permettent aux plaignants d’affirmer que leurs paroles sont véridiques9 ? Ces questionnements signalent la dimension réflexive des paroles des orateurs : les plaignants, à travers les plaidoiries qui nous sont parvenues, parlent d’eux-mêmes.

  • 10 Esch. 1.161. Dans le Contre Ctésiphon, il emmène en imagination les juges à Thèbes (§ 157) et dans (...)
  • 11 Johnstone, Disputes, p. 89 : « A schizophrenic theory […] Litigants strained to make the veil of th (...)

4De ce point de vue, plusieurs stratégies oratoires peuvent être dégagées qui, comme dans le cas idéal de l’exposition de Phryné, visent à exposer les faits visuellement plutôt que par le langage, ainsi que le formule Eschine dans le Contre Timarque : « Ici, que ce ne soit pas, je vous le demande, un simple récit (λόγος) que je vous fais, figurez-vous plutôt que le débat se passe sous vos yeux10. » L’orateur doit rendre transparent son discours afin de mettre en scène les faits à la tribune. Le premier des procédés est d’insister sur la brièveté du récit, quand bien même il s’étend sur de longs paragraphes. Il s’agit, pour les plaignants, de laisser penser aux spectateurs qu’ils ne cachent rien dans les détours d’une argumentation longue et compliquée. Cette caractérisation du discours repose sur une certaine dévalorisation de la fonction d’orateur, les logographes et sycophantes représentant des figures repoussoirs. Les plaignants se lancent alors dans la tentative paradoxale de nier leur propre capacité à persuader, pour faire croire que ce sont les faits et non leur habileté oratoire qui emporteront l’adhésion des spectateurs. Le discours de l’orateur est déprécié, alors même que l’orateur s’exprime à travers un discours, ce que Steven Johnstone perçoit comme une « théorie schizophrène » et qu’il exprime en termes de transparence : « Les plaignants s’efforçaient de faire paraître le voile de leur propre langage aussi transparent que possible11. »

5Ces deux marques de réflexivité ont souvent été déconsidérées par les spécialistes du droit. Il n’est effectivement pas difficile de percevoir la mauvaise foi qui prévaut, par exemple, dans l’argument des orateurs selon lequel ils n’ont aucune aptitude à parler. Jugées frauduleuses, ces différentes manœuvres rhétoriques ont surtout été analysées d’un point de vue formel, ainsi l’interdiction des digressions. Au-delà des questions du vrai ou du faux, il convient d’assumer le fait que ces stratégies sont des constructions qui, en tant que telles, s’intègrent dans le dispositif de vérité.

La transparence des paroles

La vérité des faits

  • 12 Sur la distinction entre ἔργον et πρᾶγµα, voir plus loin dans ce chapitre, p. 275.
  • 13 Din. 3.20. Michel Nouhaud défend l’authenticité de ce passage (Michel Nouhaud (éd.), Dinarque. Disc (...)
  • 14 C’est le cas, par exemple, de Michael Gagarin (éd.), Antiphon. The Speeches, Cambridge, Cambridge U (...)
  • 15 Voir Johnstone, Disputes, p. 109-125 ; David Konstan, « Pity and the Law in Greek Theory and Practi (...)

6Dans les discours judiciaires conservés, la plupart des orateurs cherchent à faire oublier leur compétence oratoire voire à effacer leur rôle dans l’argumentation. Ils mettent en avant les faits, afin de construire l’illusion de leur évidence. Ce sont ainsi les faits « eux-mêmes », et non pas les orateurs, qui doivent convaincre les juges. Cette tournure est très largement répandue, au point de figurer dans plus de soixante passages (tableau 42)12, notamment dans le discours Contre Philoclès de Dinarque. Dans ce réquisitoire qui concerne l’affaire d’Harpale – l’ancien trésorier d’Alexandre qui a fui en 324 quand le roi revient d’Occident –, l’orateur attaque Philoclès, alors stratège du Pirée, qui a d’abord refusé puis autorisé Harpale à entrer à Athènes. Il dénonce la malhonnêteté de l’accusé et demande aux juges, pour rester insensibles à la pitié, de donner « leur véritable importance aux charges dont les faits eux-mêmes et la vérité (ἐξ αὐτῶν τῶν ἔργων καὶ τῆς ἀληθείας) accablent les inculpés13 ». Dinarque efface ainsi son rôle d’accusateur pour reporter l’attention des juges sur les faits « eux-mêmes » (ἐξ αὐτῶν τῶν ἔργων), comme si ces derniers n’avaient pas été exposés dans son argumentation mais étaient entrés tout seuls dans l’enceinte judiciaire. Dans la plupart des cas, les commentateurs ont cherché à identifier les « faits » en question14. Or ces déclarations doivent également être replacées dans la stratégie argumentative des plaignants. Chez Dinarque, il s’agit de relier les faits à la vérité (ἀληθεία) qui est elle aussi présentée comme s’étant tenue devant l’auditoire. Ce développement permet de s’opposer à l’appel, fréquent dans les discours judiciaires, à la pitié des juges15.

Tableau 42 : Occurrences des « faits eux-mêmes » dans les discours judiciaires

Tableau 42 : Occurrences des « faits eux-mêmes » dans les discours judiciaires
  • 16 Voir Ant. [2.Δ.1], [3.Γ.3] ; 5.3, 72 ; Dém. 29.5 ; Is. 1.41 ; 8.12, 27 ; Isocr. [2.46] ; [5.4] ; [9 (...)
  • 17 Gagarin (éd.), Antiphon, op. cit., p. 140 : « This expression and variations of it commonly designa (...)

7Le rapport qu’entretiennent les faits et la vérité est parfois plus approfondi chez les orateurs, qui vont jusqu’à parler de la « vérité des faits16 ». Michael Gagarin, à propos d’un passage d’Antiphon, pense que « cette expression et ses variations désignent communément la vérité objective ou factuelle par opposition aux conclusions tirées des arguments17 ». Employer la formule « la vérité des faits » permet au plaignant de nier la fonction argumentative de sa démonstration, pour faire comme si les faits étaient présents devant les juges. En effaçant l’intermédiaire qu’il représente, il peut prétendre à la présentation de la vérité.

  • 18 Pour comprendre ces passages, voir l’étude du témoignage de l’adversaire dans le chapitre « L’ère d (...)
  • 19 Sur l’importance de la clarté, voir la partie intitulée « La trasparenza del discorso » dans Diego (...)

8Les orateurs cherchent ainsi à faire passer l’idée que ce ne sont pas eux qui s’expriment mais les faits qui « montrent » directement les éléments évoqués : l’idée que les faits montrent ou qu’il a été montré un point à partir des faits revient ainsi régulièrement (tableau 43), que ce soit avec les verbes δηλῶ (rendre visible, montrer, révéler), δείκνυµι et ses composés comme ἐπιδείκνυµι (faire voir, montrer, prouver) ou σηµαίνω (faire savoir, signifier, marquer d’un signe). Les faits en viennent même à « témoigner » (µαρτυρεῖν)18, voire à « réfuter » (ἐξελέγχειν) eux-mêmes l’adversaire. Ils peuvent aussi rendre « clair » un élément, que ce soit avec les adjectifs δῆλον, φανερόν ou λαµπρόν. La démonstration devient limpide et les points abordés, évidents19. Par exemple, dans le discours Sur l’ambassade, Démosthène prévoit l’attaque d’Eschine – lequel parle en second puisqu’il se défend – qui lui demandera quels sont les témoins attestant les cadeaux qu’il aurait reçus de Philippe. Si Démosthène anticipe cette question, c’est qu’il n’a pas de témoignage à fournir pour soutenir son allégation et doit donc l’appuyer par son discours. Il apparaît en mauvaise posture, ce qui confirme une nouvelle fois l’importance de la preuve testimoniale. Sa réponse est néanmoins toute prête :

  • 20 Dém. 19.120. Voir aussi Ant. 6.41.

Mais c’est là le plus clair (λαµπρόν). Les faits (τὰ πράγµατα), Eschine, sont les [témoins les] plus sûrs de tous (πιστότατ’ ἐστὶν ἁπάντων), dont on ne peut dire ni prétendre qu’ils sont tels par docilité ou faveur envers qui que ce soit ; ce sont eux qui, à l’enquête, apparaissent (φαίνεται) comme tu les as faits toi-même par ta trahison et ta corruption20.

  • 21 Dém. 19.279. Il affirme que ce sont les faits qui ont permis de percevoir le faux rapport que certa (...)
  • 22 Dém. 19.81.

9Démosthène n’a pas besoin de témoins pour appuyer ses dires, il se fonde sur la conduite d’Eschine – qu’il expose ensuite (§ 121-128) – lors de la troisième ambassade, époque à laquelle Philippe a écrasé la Phocide. Les actes d’Eschine sont évidents, comme il le répétera par la suite : « les faits eux-mêmes » (αὐτῶν τῶν πραγµάτων) sont ce qui rend une affirmation « éclatante » (λαµπρόν)21. Les faits sont placés de manière insistante dans une position d’évidence. Démosthène a dit plus tôt dans le discours qu’il n’avait pas besoin de témoins au sujet des Phocidiens « car la vérité et les faits crient eux-mêmes (ἡ γὰρ ἀλήθεια καὶ τὰ πεπραγµέν’ αὐτὰ βοᾷ)22 ». La vérité s’exprime elle-même, et elle ne fait pas que parler : elle crie, ce qui dénote la violence de son surgissement, laquelle fait écho à la vigueur du dévoilement de Phryné. Aux faits est laissée la fonction d’énonciateur. L’orateur s’est effacé.

Tableau 43 : Occurrences où les faits sont dits « montrer » dans les discours judiciaires

Tableau 43 : Occurrences où les faits sont dits « montrer » dans les discours judiciaires
  • 23 Ils viennent effectivement à la tribune : voir Esch. 2.143. Si Todd (Evidence, p. 39) y voit des té (...)

10Démosthène en profite pour mettre en cause, par contraste, la sincérité des témoins produits par Eschine, ici les Phocidiens qui doivent évoquer leurs malheurs23. Ces individus sont accusés à la fois de docilité et de faire une faveur à l’orateur (§ 120). Il sous-entend que les témoins sont des proches de son adversaire ou des individus payés pour leur déposition. Précédemment, Démosthène a déjà souligné le fait qu’il n’a quant à lui versé d’argent à personne, dénonçant implicitement la corruption des témoins d’Eschine (§ 81). Se passer du secours des témoins permet, selon lui, de donner une information plus directe aux juges. Les orateurs, pleinement conscients du paradoxe du témoin, à la fois premier observateur et premier intermédiaire, n’hésitent pas à jouer de cette ambiguïté pour valoriser leurs arguments. Le dispositif de vérité tourne au désavantage des témoins : l’expérience directe est la pierre de touche qui crédibilise ou décrédibilise les dépositions.

  • 24 Dém. 19.177.
  • 25 L’opposition entre faits et discours (ἔργον/λόγος), très fréquente chez les orateurs, est un trait (...)
  • 26 Si, comme il en a été question dans le chapitre « L’ère des témoins » (p. 73-78), témoignages et fa (...)
  • 27 Respectivement Ant. [3.Δ.9] et Lys. 27.8.

11Démosthène va encore plus loin dans son réquisitoire contre Eschine. Après avoir exposé les mensonges de son adversaire dans son rapport d’ambassade, il ajoute : « J’ai eu pour témoins les faits mêmes (µάρτυσι τοῖς γεγενηµένοις αὐτοῖς), non pas des paroles (οὐ λόγοις)24. » L’amalgame entre faits et témoins confirme à la fois la prépondérance des dépositions comme moyens de persuasion – c’est à leur mesure que se juge la valeur d’une preuve – et la nécessité d’éviter les discours, œuvres par excellence des orateurs, qui trompent les juges par leur lien indirect voire ténu avec la vérité25. Démosthène fait comme si les faits étaient venus à la tribune et s’étaient dévoilés d’eux-mêmes aux juges, comme s’il n’était intervenu en rien dans leur exposition26. Cet effacement de l’orateur apparaît plusieurs fois dans les discours : les événements parleraient ou seraient eux-mêmes les accusateurs27. Le rapport est alors complètement inversé : ce n’est plus le plaignant qui est à l’origine de l’action en justice, mais les faits, et l’accusateur est relégué au rôle de simple témoin, une sorte d’instrument sans volonté propre. N’étant plus celui qui mène l’accusation, l’orateur ne peut plus chercher à abuser les juges.

Le laconisme des Athéniens

  • 28 Voir, par exemple, l’expression αὐτοῖς τοῖς ἔργοις καὶ τῇ ἀληθείᾳ τῶν πραγµάτων dans Ant. 5.3 : la (...)
  • 29 Le terme πρᾶγµα n’est néanmoins pas univoque et peut également marquer l’idée de « faits » en génér (...)
  • 30 Voir le résumé historiographique dans Nicolas Siron, « Le laconisme des Athéniens. Construction de (...)
  • 31 Voir, par exemple, Dém. 58.23, 25 ; [Exordes, XXXVI (XXXVII), 1].

12Deux mots désignent alternativement les « faits » : ἔργον et πρᾶγµα, tous les deux à la fois au singulier et au pluriel. Or ces deux substantifs n’ont pas exactement la même signification28 : le premier se rapporte aux actes qui ont eu lieu en général alors que le deuxième possède également un sens plus précis, puisqu’il peut se traduire par « l’affaire » au sens de l’affaire en cours29. Parler « du fait lui-même » (αὐτοῦ τοῦ πράγµατος) s’oppose à l’évocation des points « hors de l’affaire » (ἔξω τοῦ πράγµατος). Cette opposition n’est pas anodine, car aborder des éléments qui ne concernent pas le procès est une manœuvre à laquelle se refusent souvent les plaignants, dans la mesure où elle est interdite à l’Aréopage* et peut-être dans tous les tribunaux selon certains chercheurs30. Il n’est pas question, ici, d’ajouter une nouvelle prise de position au débat, mais plutôt de comprendre pourquoi cette obligation juridique a été mise en place dans l’Athènes classique. Pour cela, le thème de l’évidence des faits est un précieux secours : la digression est critiquée comme ce qui permet de cacher la vérité et les développements du discours sont perçus comme ce qui éloigne les juges des événements réels31.

Tableau 44 : Les accusations du discours digressif de l’adversaire dans les discours judiciaires

Tableau 44 : Les accusations du discours digressif de l’adversaire dans les discours judiciaires
  • 32 C’est ce qu’avait déjà noté Bonner (Evidence, p. 15) au début du xxe siècle, qui ne citait cependan (...)
  • 33 Voir David Whitehead (éd.), Hypereides: The Forensic Speeches, Oxford, Oxford University Press, 200 (...)
  • 34 Outre cette citation du Contre Timarque, voir aussi, dans le Contre Ctésiphon, la critique faite pa (...)
  • 35 Esch. 1.166.

13Les orateurs dénoncent très régulièrement les propos de leurs adversaires comme des digressions, ce qui permet de les remettre en cause (tableau 44)32. Une telle récurrence a conduit certains commentateurs à n’y voir qu’un cliché33, mais cette interprétation ne peut épuiser les explications à donner au motif, ainsi qu’en témoigne Eschine, qui a le plus développé le thème34. Ainsi, quand Eschine s’oppose à Démosthène dans le procès contre Timarque, il prévoit d’abord les « nombreuses insertions dans les discours (πολλαὶ παρεµβολαὶ λόγων) » de la part de son ennemi qui introduira dans son exposé des faits « sans rapport (ἔξωθεν)35 ». Il reprend plusieurs fois cette idée (§ 170 et 173) et va jusqu’à créer de toutes pièces une situation hypothétique dans laquelle il envisage l’attitude de Démosthène si celui-ci l’emporte. Dans cette mise en scène imaginaire, les digressions tiennent le premier rôle :

  • 36 Esch. 1.175-176.

Figurez-vous Démosthène une fois rentré chez lui, faisant la roue au milieu de ses jeunes disciples et racontant avec quelle adresse il a dérobé (ὑφείλετο) la cause aux juges. « Détournant les juges, dira-t-il en effet, des charges qui pèsent sur Timarque, j’ai vivement fixé leur attention sur son accusateur, sur Philippe, sur les Phocidiens. […] Et les juges, oubliant (ἐπελάθοντο) la cause qu’ils avaient à juger, entendaient traiter de sujets sur lesquels ils n’avaient pas à se prononcer (ὧν δ’ οὐκ ἦσαν κριταί, περὶ τούτων ἤκουον). » Votre devoir est de vous opposer aux manœuvres de cet homme, de le suivre pas à pas, sans lui permettre jamais de s’écarter du sujet ni de s’appuyer sur des arguments étrangers au procès (πανταχῇ παρακολουθοῦντας µηδαµῇ παρεκκλίνειν αὐτὸν ἐᾶν, µηδὲ τοῖς ἐξαγωνίοις λόγοις διισχυρίζεσθαι) : à l’exemple de ce que l’on voit dans les courses de chars, contraignez-le à courir dans la carrière même du fait (εἰς τὸν τοῦ πράγµατος αὐτὸν δρόµον εἰσελαύνετε)36.

14L’opposition entre évidence des faits et digression paraît si bien établie qu’elle en nourrit une sorte de parabole : la description d’un tableau vivant est probablement beaucoup plus utile pour convaincre les juges que le simple fait de dire que Démosthène ne s’en tient pas aux points de l’affaire en cours. Quelques années plus tard, Eschine crée de nouvelles variations sur ce thème dans le discours Contre Ctésiphon, qui l’oppose toujours à Démosthène. Il y rapporte le comportement de son rival à l’Assemblée :

  • 37 Esch. 3.100-101.

Après avoir parlé, il fait donner lecture par le greffier d’un décret plus long (µακρότερον) que l’Iliade, plus creux que ses discours habituels et que la vie qu’il a menée, un discours plein d’espérances irréalisables, d’armées qui ne devaient jamais être réunies. Puis, après vous avoir entraînés loin de sa fraude (ἀπό) et vous avoir suspendus à ces espoirs, le voilà qui prend son élan et propose un décret aux fins de nommer des ambassadeurs qui iront à Erétrie… […] [Pour prouver] que je dis vrai (ὅτι δ’ ἀληθῆ λέγω), supprime le brouhaha et les trières et les fanfaronnades (τὸν κόµπον καὶ τὰς τριήρεις καὶ τὴν ἀλαζονείαν), et lis en insistant sur la perte que vous a subrepticement infligée cet homme infâme et impie37.

  • 38 Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksiek, 1999 [1968], (...)
  • 39 Voir Augustin Cartault, La trière athénienne. Étude d’archéologie navale, Paris, Claude Tchou pour (...)

15La dénonciation est la même : Démosthène lit un très long décret pour noyer les juges dans des considérations étrangères à la cause mais porteuses d’espoir. Au contraire, Eschine se présente comme celui qui supprime les parties inutiles. Pour ce faire, il use de la formule de véridicité. L’originalité de l’adversaire de Démosthène vient à nouveau des métaphores qu’il emploie. La comparaison avec l’Iliade, œuvre qui n’était pratiquement jamais chantée sans interruption, évoque la longueur du détour. La digression est ensuite exprimée avec les images du « brouhaha » (κόµπον) et des « trières » (τριήρεις). Le terme κόµπος exprime un bruit retentissant, comme l’explique Pierre Chantraine qui analyse l’ensemble des mots qui en sont issus : « Le sens de ces mots repose sur l’idée d’un bruit qui résonne, puis c’est la valeur de “fanfaronnade” […] qui a prévalu38. » Le vocabulaire tiré de cette racine désigne ainsi, à l’époque classique, les paroles vantardes et sans valeur. La double connotation d’inutilité et d’exagération permet à Eschine de qualifier cette image de digression. L’évocation des trières implique aussi le bruit, causé par les rames, et la longueur du bateau, caractérisé par sa dimension filiforme39. Ces deux aspects justifient le rapprochement avec les vastes tirades hors sujet, même si Eschine est le seul auteur antique à se livrer à une telle prodigalité imagière.

  • 40 Esch. 3.28.
  • 41 Victor Martin, Guy de Budé (éd.), Eschine. Discours, II, Paris, Les Belles Lettres, 1962 [1928], p. (...)
  • 42 Il est également possible que Démosthène ait effacé ce point dans son discours au cours de la rédac (...)

16Il ne convient pas de suivre les plaignants dans leurs dénonciations de la partie adverse. Si, en l’absence du discours antagoniste, rien ne peut contredire leurs déclarations, le cas du Contre Ctésiphon est intéressant car la chance a voulu que soient conservées les deux plaidoiries, ce qui donne l’occasion de vérifier l’exactitude des propos d’Eschine. Ce dernier prévoit que Démosthène et Ctésiphon « vont faire de longs discours (πολὺν ποιήσονται λόγον)40 » pour répondre à son attaque selon laquelle Démosthène n’a été ni élu ni tiré au sort pour la charge d’inspecteur des fortifications, rôle pour lequel la récompense d’une couronne est mise aux voix. Pourtant, contrairement à l’affirmation d’Eschine, les digressions annoncées n’apparaissent pas dans le discours Sur la couronne41. Il peut s’agir d’un procédé rhétorique : en ne se défendant pas sur ce sujet, Démosthène éviterait d’attirer l’attention des juges sur un élément qui pourrait lui être défavorable. Il n’en demeure pas moins que l’attaque d’Eschine paraît injustifiée42. Elle ne se comprend que comme une construction reposant sur la dévalorisation de la longueur du discours dans la transmission des informations.

  • 43 Sophie Gotteland, Mythe et rhétorique. Les exemples mythiques dans le discours politique de l’Athèn (...)
  • 44 Voir Siron, « Le laconisme des Athéniens », art. cité, tableaux p. 104-106.
  • 45 Le terme utilisé par Antiphon est παλλακή. Il s’agit probablement d’une esclave : voir Louis Gernet (...)

17À l’opposé des détours et circonlocutions qui cherchent à masquer la vérité, les orateurs insistent régulièrement sur la brièveté de leur parole, « comme si la brièveté garantissait une plus grande efficacité43 », suggère Sophie Gotteland. Le plus souvent, les orateurs présentent leur exposé comme « bref » et emploient le lexique de βραχύς. Les exemples sont nombreux et ont été donnés par ailleurs44, il suffira d’en commenter un seul. Dans le discours d’Accusation d’empoisonnement contre une belle-mère rédigé par Antiphon, le plaignant explique comment, selon lui, sa belle-mère a mis au point un plan pour empoisonner son père (§ 14-17) : celle-ci aurait mis à contribution la compagne45 d’un proche du défunt, les deux hommes participant à un sacrifice au Pirée et devant partager ensuite un repas. L’anonyme renchérit :

  • 46 Ant. 1.18.

Quant à ce qui se passa au repas, le récit en serait trop long (µακρότερος ἂν εἴη λόγος) pour moi à raconter et pour vous à entendre : mais je vais essayer de vous raconter ce qui suivit le plus brièvement possible (ἀλλὰ πειράσοµαι τὰ λοιπὰ ὡς ἐν βραχυτάτοις ὑµῖν διηγήσασθαι), comment le don du poison fut effectué46.

  • 47 Gagarin (éd.), Antiphon, op. cit., p. 116.

18Le repas est éludé, semble-t-il parce qu’il n’a pas beaucoup d’intérêt pour l’histoire – même si, évidemment, il ne s’agit que de la version du plaignant, et son adversaire a pu être plus loquace à ce propos. Michael Gagarin note qu’il s’agit d’une figure de paraleipsis, c’est-à-dire une omission visant à produire un effet rhétorique47. La justification donnée aux juges s’appuie sur l’argument de la brièveté du discours. Le plaignant ajoute qu’il va essayer d’exposer aussi rapidement que possible la suite des faits, alors qu’ils concernent le cœur de l’affaire : le poison est versé par la compagne dans les coupes bues après le repas. L’expression employée, ἐν βραχυτάτοις, qui sous-entend le terme λόγοις, signifie littéralement « par les propos les plus brefs ».

  • 48 Ant. 1.13.

19Il est à ce titre intéressant de signaler qu’une formule très similaire est utilisée un peu plus tôt par l’orateur. Après avoir rappelé la teneur de l’affaire et un point particulier concernant la torture de l’esclave, le plaignant anonyme a effectivement déclaré : « En voilà assez sur ce sujet. Quant aux faits, je vais essayer de vous raconter la vérité (περὶ δὲ τῶν γενοµένων πειράσοµαι ὑµῖν διηγήσασθαι τὴν ἀλήθειαν)48. » L’expression est identique, sauf son complément qui est cette fois « la vérité » (τὴν ἀλήθειαν). De plus, les « faits » (τῶν γενοµένων) sont directement évoqués, comme c’est déjà le cas plus tôt (§ 8) lorsque le plaignant dénonce l’attitude de son adversaire qui a cherché à « faire disparaître les faits (τὰ γενόµενα […] ἀφανισθῆναι) ». Au contraire, l’accusateur anonyme se place dans la position de celui qui va faire apparaître les événements au tribunal. Le fait de s’exprimer rapidement peut ainsi signifier faire naître la vérité, et concourt à l’idée l’évidence des faits.

  • 49 Pseudo-Aristote, Rhétorique à Alexandre, 30, 4, 1438a19-22.
  • 50 Voir Pierre Chiron (éd.), Pseudo-Aristote. Rhétorique à Alexandre, Paris, Les Belles Lettres, 2002, (...)

20D’ailleurs, la concision est évoquée dans les conseils donnés par l’auteur identifié comme Anaximène de Lampsaque dans la Rhétorique à Alexandre. Après avoir détaillé la façon de rapporter les faits survenus lors d’une ambassade, le traité explique comment exposer les événements dans un procès politique : « Quand, parlant au peuple pour notre propre compte, nous racontons quelque événement passé ou exposons la situation présente ou prédisons ce qui va arriver, il faut le faire, dans chaque cas, avec concision, clarté et sans rien d’incroyable (βραχέως καὶ σαφῶς καὶ µὴ ἀπίστως)49. » Le lien entre la brièveté de parole, la clarté et la crédibilité est essentiel : ces trois dimensions sont intrinsèquement liées les unes aux autres. S’il n’est ici question que des plaidoyers publics, une telle prescription ne saurait s’y limiter50.

  • 51 Il ne convient néanmoins pas d’exclure que ces développements peuvent répondre à des objectifs rhét (...)

21Les orateurs peuvent également affirmer qu’ils vont s’exprimer en « peu de mots » (µικρά et ὀλίγα), qu’ils vont parler « rapidement » (ταχέως) voire « le plus rapidement possible » (τάχιστα) ou que leurs propos ne seront « pas longs », en insérant dans une proposition négative πολύς, µακρός ou d’autres mots. Les plaignants peuvent aussi expliquer qu’ils ne vont pas détailler un point car ce serait trop long51 ou tout simplement qu’ils vont s’arrêter de parler, en employant dans une proposition négative les termes « parler longuement » (µακρός λέγειν ou µακρολογεῖν), « parler beaucoup » (πολλά ou πλείω λέγειν), voire « passer du temps » (διατρίβειν). Ils peuvent même proclamer vouloir synthétiser leur propos, principalement avec κεφάλαιον ou συντόµως. L’ensemble témoigne de l’ampleur du thème de la concision de parole. La recension en signale l’apparition chez tous les orateurs sans exception et sur toute la période couverte par la source judiciaire. Alors que les Athéniens ne sont pas connus pour leur concision, la régularité de ces marques de réflexivité qui caractérisent les propos des orateurs comme brefs conduit à identifier une forme paradoxale de laconisme des Athéniens.

  • 52 Isocr. [4.73].
  • 53 Vincent Azoulay, « Le texte et ses interprétations : la politique isocratique de la réception », da (...)

22Le seul orateur à remettre en cause le laconisme judiciaire est Isocrate. S’il ne se prive pas de recourir à la brièveté de parole, l’orateur vante fréquemment, aussi, les développements approfondis. Dans le Panégyrique, il déclare ainsi au sujet d’Athènes et de Sparte : « Je veux parler un peu plus longuement (βούλοµαι δ’ ὀλίγῳ µακρότερα […] εἰπεῖν) de ces deux cités au lieu de passer trop vite (µὴ ταχὺ λίαν παραδραµεῖν), afin de nous faire ressouvenir à la fois du courage de nos ancêtres et de leur haine contre les barbares52. » Isocrate s’élève directement contre la rapidité (ταχύ) pour faire valoir la longueur de son discours (µακρότερα). S’il prend néanmoins le soin de minimiser cette déclaration (ὀλίγῳ), il ne s’apprête pas moins à s’exprimer en détail, sans s’en cacher. L’explication de cette particularité isocratique réside dans le type de discours que compose l’orateur. Au contraire des plaidoiries judiciaires qui ont été examinées jusqu’à présent, Isocrate rédige de nombreux traités et discours d’apparat, qui ne relèvent pas du même genre oratoire. Les discours épidictiques sont préparés pour être lus à haute voix dans différentes situations telles que des cérémonies publiques, ils ne sont pas adressés à des juges mais à des ­auditeurs-spectateurs. L’administration de la preuve n’est donc pas aussi importante que dans les plaidoyers et réquisitoires déclamés au tribunal. De plus, comme Vincent Azoulay l’a montré, Isocrate est particulièrement conscient des déformations que peuvent subir ses discours publiés, ce qui l’amène à élaborer une « véritable politique de [leur] réception » : allonger les discours en insérant des morceaux choisis de ses œuvres ou des commentaires de disciples fictifs permet de guider les interprétations qui en seront faites53.

  • 54 Voir Isocr. [1.11] ; [6.24] ; [9.73] ; [15.117]. Il prône la juste mesure entre concision et précis (...)
  • 55 Isocr. [6.24]. Sur le problème que posent les récits des faits anciens, dits « mythes », voir le ch (...)

23C’est plutôt la précision (ἀκρίβεια) qui est valorisée par Isocrate54. Il ne s’agit pas tant de dévoiler rapidement un fait que d’en montrer tous les aspects. L’orateur déplore même les moments où il ne peut s’épancher minutieusement sur son sujet, ainsi dans l’Archidamos, discours destiné aux Lacédémoniens : « Sur ce qui dès l’origine a été vôtre, je ne me suis pas étendu en détail (ἀκριβῶς µὲν οὐ διῆλθον). Les circonstances présentes ne me permettent pas de faire appel à la mythologie ; il était donc nécessaire de traiter un tel sujet avec plus de brièveté que de précision (συντοµώτερον ἢ σαφέστερον)55. » Le fait de ne pouvoir parler précisément (ἀκριβῶς) est évoqué pour s’en excuser, ce qui en dénote l’importance. La suite oppose la brièveté (συντοµώτερον) à la clarté (σαφέστερον). Ce sont les longs développements qui apparaissent du côté de l’explication limpide. La précision reprend la finalité accordée à la concision chez les autres orateurs : elle assure l’évidence des faits, non pas en effaçant l’intermédiaire que constitue le discours, mais en les exposant le plus exactement possible. Si la stratégie diffère, les fondements du procédé demeurent identiques.

La concision de la parole socratique

  • 56 Outre la référence platonicienne, voir l’équivalent chez les dramaturges tragiques dans Siron, « Le (...)
  • 57 Platon, Gorgias, 449b8-9. Socrate a commencé par requérir une réponse courte (διὰ βραχέων ἀπεκρίνω  (...)
  • 58 Platon, Gorgias, 449c4-6.
  • 59 Platon, Gorgias, 449b10-12 et 449c7-8.
  • 60 Platon, Gorgias, 449d8-9. Le serment implique la divinité Héra, citée à plusieurs reprises chez Pla (...)

24Les renvois fréquents à l’évidence des faits participent d’un idéal de transparence, lequel semble répandu au-delà du corpus des orateurs attiques56. Chez Platon, Socrate met lui aussi en avant la concision du dialogue. Il conduit ce développement principalement dans deux discours, le Protagoras et le Gorgias : dans ces deux textes, il réclame à ses interlocuteurs que sont respectivement Protagoras et Gorgias, spécialistes de la rhétorique, de parler brièvement au cours de leur entretien. Il demande ainsi à Gorgias : « Mais sois fidèle à ta promesse et veuille répondre à mes questions avec brièveté (κατὰ βραχύ)57. » Il renouvelle cette prière, en célébrant la « brièveté » (τῆς βραχυλογίας) et en repoussant l’« ampleur » (µακρολογίας) du discours58. Gorgias accepte bien volontiers de parler « aussi brièvement que possible (ὡς διὰ βραχυτάτων) » – déclaration extrêmement semblable à celles qui apparaissent chez les orateurs –, puis, de manière également redoublée, promet que son interlocuteur n’aura jamais rencontré « langage plus concis » (βραχυλογωτέρου)59. Socrate le félicite un peu plus loin pour la brièveté de ses réponses (διὰ βραχυτάτων)60.

  • 61 Si la proximité des réactions de Gorgias et Protagoras a déjà été remarquée dans Paul ­Friedländer (...)
  • 62 Voir Platon, Protagoras, 342d4-343b8.
  • 63 Voir l’ensemble du dialogue, rapporté par Socrate : Platon, Protagoras, 334c8-335c8.
  • 64 Dodds (éd.), Plato. Gorgias, op. cit., p. 195.
  • 65 Platon, Protagoras, 329b2-6.

25L’échange est presque identique avec Protagoras61. Dans ce discours, au cours duquel Socrate valorise également les formules laconiques62, les demandes du maître de Platon sont très similaires à celles qu’il a formulées auprès de ­Gorgias et l’engagement de Protagoras égal à celui de son collègue de rhétorique63. Dodds précise d’ailleurs que, dans ces deux passages, la concision (συντοµία) de Protagoras et de Gorgias consiste en la manière de transmettre des informations et non pas dans le moyen de les acquérir par l’enquête philosophique64. Comme dans le Gorgias, Socrate, après avoir reconnu à Protagoras la capacité de parler longuement et brièvement65, lui enjoint de choisir la deuxième solution. Le philosophe ajoute alors, fait très intéressant, la raison pour laquelle il souhaite des réponses succinctes :

  • 66 Platon, Protagoras, 334d5-6.

Veuille resserrer tes réponses et les faire aussi courtes que possible, afin que je puisse te suivre (σύντεµνέ µοι τὰς ἀποκρίσεις καὶ βραχυτέρας ποίει, εἰ µέλλω σοι ἕπεσθαι)66.

  • 67 De même dans l’Euthyphron, Socrate reproche au personnage éponyme de ne pas avoir parlé aussi brièv (...)
  • 68 Platon, Protagoras, 336c5-d3.
  • 69 Nicholas Denyer (éd.), Plato. Protagoras, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 140.
  • 70 Platon, Protagoras, 334c9-d1. Socrate emploie, comme le fait par la suite Alcibiade, le verbe ἐπιλα (...)

26La fin de la phrase, traduite par Alfred Croiset et Louis Bodin comme une proposition finale, peut être rendue littéralement par « si je dois être persuadé par toi ». Il n’est donc pas ici question de compréhension mais de conviction : un énoncé bref est le mieux à même d’entraîner l’adhésion du destinataire67. De même, quand Alcibiade tente de retenir Socrate, lassé des longues répliques de son interlocuteur, il demande à Protagoras de parler « sans faire suivre chaque réponse d’un long développement pour esquiver l’argumentation (µακρὸν λόγον ἀποτείνων, ἐκκρούων τοὺς λόγους) et refuser de se justifier, et sans se répandre en discours jusqu’à ce que les auditeurs aient presque tous oublié (ἐπιλάθωνται) sur quoi portait la question posée68 ». Le verbe ἐκκρούω, qui témoigne selon Denyer d’une certaine violence de la part du sophiste69, désigne le fait de repousser et de détourner, ce qui amène les spectateurs à ne plus se rappeler de quoi il est question. En effet, Socrate déclarait oublier de quoi on lui parlait lors de discours prolongés70. Comme dans les sources judiciaires, la digression permet, dans les dialogues platoniciens, de masquer les points en jeu par de longs détours afin de ne pas avoir à s’expliquer sur l’affaire elle-même.

  • 71 Nicole Loraux, « L’équité sans équilibre du dialogue », dans Nicole Loraux, Carles Miralles (dir.), (...)
  • 72 Platon, Gorgias, 448c4-9.
  • 73 Platon, Protagoras, 335a3-8.

27Or Socrate distingue très clairement, dans le Gorgias et le Protagoras, le dialogue philosophique et l’éloquence judiciaire. Nicole Loraux y a vu une opposition irréductible : la forme dialogique est du côté de la brièveté des interventions à travers des questions-réponses qui confèrent une certaine intimité à l’entretien, tandis que la rhétorique développe de longs discours émaillés d’adresses au peuple, qui se comprennent par leur caractère public71. Comment comprendre que les orateurs soient ainsi placés du côté de la longueur des discours, alors que leurs déclarations prônent la brièveté ? En réalité, Socrate n’est pas si rapide qu’il l’affirme. En effet, dans le Gorgias, il considère que son interlocuteur Polos parle trop et l’interrompt quand celui-ci a énoncé quatre phrases, à savoir six lignes72. De même dans le Protagoras, il s’apprête à partir car il ne supporte pas la réponse prolixe de son interlocuteur, laquelle a tenu en une phrase et n’a pas dépassé cinq lignes73. Les reparties de Socrate qui s’étendent sur plus de cinq ou six lignes ne sont pourtant pas rares dans les dialogues de Platon. Le contraste dressé dans le Gorgias et le Protagoras ne repose donc sur aucune réalité. Il procède d’une représentation, par Socrate, de sa propre énonciation. En agissant ainsi, le philosophe reconduit exactement le schéma des orateurs, qui dénoncent la longueur du discours de leur adversaire afin de se présenter eux-mêmes comme ceux qui s’expriment rapidement et, par conséquent, peuvent être crus.

L’incompétence oratoire des orateurs

Des orateurs sans talent

28En caractérisant leur discours comme bref, les orateurs cherchent à faire oublier leur propre présence. Il s’agit de faire comme si les éléments mentionnés se tenaient seuls devant les juges et comme s’il n’y avait aucun intermédiaire entre les faits à l’extérieur de l’enceinte judiciaire et le récit produit à l’intérieur. Les marques de réflexivité ne concernent pas seulement l’énonciation des orateurs mais également leur personne. Ils nient posséder tout savoir dans l’art oratoire. C’est le cas, par exemple, dans le discours Sur les biens d’Aristophane de Lysias. Dans cette affaire, qui a lieu au début des années 380, le beau-frère d’Aristophane, homonyme n’ayant aucun rapport avec le poète comique, se défend de posséder l’argent qui devrait revenir à la cité athénienne. En effet, Aristophane et son père Nicophèmos ont précédemment été condamnés à mort et se sont fait confisquer leurs biens par la cité après une expédition militaire qui a échoué. La fortune étant moins élevée qu’espérée, les Athéniens soupçonnent le beau-père d’Aristophane d’avoir détourné une partie de la somme avant la confiscation civique. Une procédure est lancée contre lui mais il meurt et c’est son fils qui doit en répondre. Le discours commence ainsi :

  • 74 Lys. 19.1-2.

C’est un grand souci pour moi, juges, que le présent procès : je me dis que si, aujourd’hui, je ne soutiens pas ma cause avec succès, je serai regardé comme un criminel – et non pas seulement moi, mais mon père – et que je serai privé de toute ma fortune. Il faut donc bien, même si j’ai peu de dons pour la parole (εἰ καὶ µὴ δεινὸς πρὸς ταῦτα πέφυκα), faire tout ce que je peux pour défendre mon père et moi-même. Vous voyez les manœuvres et l’acharnement de mes ennemis – je n’ai pas besoin d’insister là-dessus – et tous savent, ceux qui me connaissent, mon inexpérience (τὴν δ’ ἐµὴν ἀπειρίαν). Je vous demanderai donc une grâce qu’il est juste et facile de m’accorder : nous écouter sans passion, comme vous avez écouté nos accusateurs74.

  • 75 Voir Stefano Ferrucci (éd.), Iseo. La succession di Kiron, Pise, Edizioni ETS, 1998, p. 146.
  • 76 En ce qui concerne l’inexpérience, l’ἀπειρία n’est pas seule considérée : les passages utilisant ἰδ (...)
  • 77 Dans un cas au contraire, l’orateur se vante d’être « habile » : Apollodore explique que ses advers (...)
  • 78 La jeunesse peut aussi être critiquée, ce qui est visible dans une occurrence : Épicharès, le plaig (...)
  • 79 Voir Ferrucci (éd.), Iseo. La succession di Kiron, op. cit., p. 145 ; Jon Hesk, Deception and Democ (...)
  • 80 Josiah Ober, Mass and Elite in Democratic Athens. Rhetoric, Ideology, and the Power of the People, (...)
  • 81 Butti de Lima, L’inchiesta et la prova, op. cit., chap. 2, « Come si ricostruisce il passato », en (...)
  • 82 Kremmydas, Powell, Rubinstein (dir.), Profession and Performance, op. cit., p. 2. Leur liste (n. 4) (...)
  • 83 Voir Victor Bers, Genos Dikanikon. Amateur and Professional Speech in the Courtrooms of Classical A (...)

29Le plaignant se défend d’être habile (δεινός), un terme qui possède des significations positives et négatives – de « terrible » à « extraordinaire » en passant par « étrange » –, mais qui, en parlant d’une personne, désigne quelqu’un de « doué » et d’« avisé ». L’orateur réfute également toute expérience – l’ἀπειρία étant la négation de l’ἐµπειρία, l’expérience –, c’est-à-dire de connaissances judiciaires75. L’orateur cherche à éviter de se placer du côté de l’habileté à s’exprimer et de la compétence dans le domaine judiciaire. Ces deux thèmes sont extrêmement répandus (tableau 45)76 : au total, un plaignant proclame son inexpérience à vingt-cinq reprises et son inhabileté à parler à dix-sept reprises77. Ces deux affirmations vont de pair avec une troisième concernant la jeunesse des orateurs : étant jeunes, les plaignants n’auraient aucun talent oratoire ni aucun passé dans le monde judiciaire78. L’idée se retrouve quatorze fois à travers le mot νέος ou le vocable de l’âge (ἡλικία). L’ensemble figure dans trente-huit cas. Une telle récurrence a amené les spécialistes, une fois encore, à voir dans ce motif un lieu commun, ou à la noter en passant79. Outre Josiah Ober, qui montre à quel point il s’agit d’une fiction80, c’est Paulo Butti de Lima qui a produit une des études les plus approfondies à ce sujet : il affirme que le moyen principal par lequel un orateur peut présenter son discours comme véridique concerne son savoir rhétorique, qu’il s’attache, paradoxalement, à nier81. Kremmydas, Powell et Rubinstein ont quant à eux souligné l’importance de la distinction entre discours privés et discours publics puisque les recours à un tel argument sont très rares dans les actions de nature politique82. Enfin, Victor Bers a lu ces affirmations comme les indices de la difficulté d’accès et de prise de parole des individus pauvres et inexpérimentés dans l’enceinte judiciaire, qui craignaient de s’y présenter et de s’y exprimer83.

  • 84 Voir Platon, Phèdre, 266d7-9 et Aristote, Rhétorique, III, 14 (et en particulier 1414b39-1415b28 po (...)
  • 85 Michel Menu, Jeunes et vieux chez Lysias. L’akolosia de la jeunesse au ive siècle av. J.-C., Rennes (...)

30L’idée d’un topos rhétorique est confortée par le fait que ces déclarations apparaissent fréquemment au début des discours, comme c’est le cas du passage de Lysias cité précédemment, qui correspond aux toutes premières phrases du plaidoyer. On se situe alors dans ce que les spécialistes depuis Platon et Aristote ont nommé l’exorde (προοίµιον)84, une adresse aux juges pour leur demander d’accueillir avec bienveillance (εὔνοια) leur discours et de ne pas se laisser convaincre par l’adversaire. Pourtant, l’interprétation de ces formules de captatio benevolentiae comme de simples clichés n’aide pas à comprendre pourquoi elles étaient si répandues. Michel Menu le regrettait déjà il y a plus de quinze ans : « Que l’on veuille voir en elles des topoi, soit ! Il serait sans doute inexact de ne voir en elles que des topoi85. »

Tableau 45 : Affirmation par l’orateur de sa propre inexpérience dans les discours judiciaires

Tableau 45 : Affirmation par l’orateur de sa propre inexpérience dans les discours judiciaires
  • 86 André Soubie, « Les preuves dans les plaidoyers des orateurs attiques », Revue internationale des d (...)

31S’agirait-il, pour l’orateur, de passer pour un « modeste et paisible citoyen » afin de « flatter l’orgueil populaire86 » ? L’argument de la modestie ne paraît pas plus pertinent ici qu’au sujet de l’appel à la connaissance des juges, analysée dans le chapitre précédent. Une longue tirade tirée du discours Sur le meurtre d’Hérode d’Antiphon est sans doute plus éclairante. Dans ce procès, un individu nommé Euxithéos est attaqué pour avoir tué et fait disparaître le corps d’Hérode, avec lequel il a voyagé vers la Thrace. Le plaidoyer d’Euxithéos commence ainsi :

  • 87 Ant. 5.1-2.

Je voudrais, juges, que l’habileté de parole et l’expérience des affaires (τὴν δύναµιν τοῦ λέγειν καὶ τὴν ἐµπειρίαν τῶν πραγµάτων) fussent égales en moi à l’infortune et aux maux qui m’accablent : mais si j’ai éprouvé ceux-ci plus que de raison, je suis dépourvu des autres plus qu’il ne le faudrait. Quand, sous le coup d’une accusation injuste, j’ai dû souffrir dans ma personne un traitement humiliant, je n’ai pu m’aider d’aucune expérience (ἐµπειρία) ; et quand il me faudrait obtenir mon salut avec l’aide de la vérité, en exposant ce qui s’est passé, je suis victime de mon incapacité dans l’art de la parole (τοῦ λέγειν ἀδυναµία)87.

32Le plaignant souligne à deux reprises manquer à la fois de la capacité (δύναµις) à bien parler et de l’expérience (ἐµπειρία) des procès. Il déplore ensuite, pour les gens inhabiles dans les discours, la difficulté à obtenir la confiance (πίστις) des juges (§ 3). Il en profite pour se placer du côté des « faits eux-mêmes » (αὐτοῖς τοῖς ἔργοις) et de la « vérité des faits » (τῇ ἀληθείᾳ τῶν πραγµάτων). L’absence de talent oratoire va ainsi de pair avec un discours reposant sur les faits seuls, dont la valeur méliorative a déjà été démontrée. Celle-ci est confirmée dans la requête qu’Euxithéos adresse aux juges :

  • 88 Ant. 5.5.

Ce que je vous demande, c’est d’abord, si je me trompe dans mon langage (τῇ γλώσσῃ ἁµάρτω), de me le pardonner et de l’imputer à mon inexpérience (ἀπειρίᾳ), non à une faute (ἀδικίᾳ) ; c’est ensuite, si je parle avec justesse, de voir là un effet de la vérité (ἀληθείᾳ), non de l’habileté (δεινότητι)88.

  • 89 Butti de Lima, L’inchiesta et la prova, op. cit., p. 38-39.

33La double opposition entre l’« inexpérience » et l’« injustice » – le terme ἀδικία indique ce qui est contraire au droit au sens de la faute commise – puis entre la « vérité » et l’« habileté » distingue nettement l’habileté et l’expérience d’une part, du côté du mensonge, de l’inexpérience et l’incompétence oratoire d’autre part, du côté de la vérité. Les plaignants qui ont du talent dans l’art d’écrire et de déclamer des discours sont ceux qui peuvent mentir, au contraire des plaignants qui ne connaissent pas le monde du tribunal et n’ont aucune capacité d’élocution particulière. Ces derniers, ne sachant pas comment bien composer leur plaidoirie, parlent le langage de la vérité : ils ne savent que transmettre les faits. Ainsi que l’a expliqué Paulo Butti de Lima, l’absence prétendue de compétence technique équivaut à présenter la narration comme l’expression immédiate, transparente, des faits89. Dissimuler, voire nier leur propre éloquence permet aux orateurs de diminuer leur importance en tant qu’énonciateur et d’augmenter le crédit de leur discours.

  • 90 Voir Lionel Pearson, « Historical Allusions in the Attic Orators », Classical Philology, 36, 1941, (...)
  • 91 Ober, Mass and Elite…, op. cit., p. 166, qui analyse ce motif à travers la grille d’opposition mass (...)
  • 92 Din. 1.113. Le discours s’achève au § 114. L’épilogue est, comme l’exorde, un moment où les plaigna (...)
  • 93 Patrice Brun, Démosthène. Rhétorique, pouvoir et corruption, Paris, Armand Colin, 2015, p. 269. Voi (...)
  • 94 Dém. 22.4. Androtion fait effectivement de la politique depuis une trentaine d’années (§ 66) après (...)
  • 95 Voir, par exemple, Dém. 18.276-277 ; 21.191 ; 32.31-32 ; Lyc. 1.31.

34À l’inverse, les plaignants accusent souvent leurs adversaires d’être de grands connaisseurs en matière de procès et de discours90. Josiah Ober note ainsi que les juges athéniens étaient souvent mis en garde par un orateur contre l’éloquence de la partie adverse91. Dinarque, l’un des accusateurs de Démosthène dans l’affaire d’Harpale, affirme à la toute fin du discours que son adversaire « compte sur sa grande capacité à parler » (ὃς µέγα φρονεῖ ἐπὶ τῷ δύνασθαι λέγειν) pour abuser les juges92. Démosthène détient la « capacité à parler », avec cette fois-ci le verbe δύναµαι plutôt que le substantif δύναµις. Le passage fait le lien entre cette habileté et la tromperie : celui qui a du talent pour concevoir des plaidoiries peut s’en servir pour égarer les juges et obtenir, malgré les faits, un verdict favorable. Il est certes facile de dénoncer Démosthène de la sorte, déjà perçu à l’époque comme un très grand orateur. Selon Patrice Brun, « l’autorité de Démosthène n’était pas niable93 ». Cependant, l’attaque n’est pas limitée à cet opposant particulier (tableau 46). Les plaignants peuvent même aller plus loin dans la critique, ainsi Diodore qui, après avoir évoqué les « inventions et digressions » (πλάττων καὶ παράγων) d’Androtion (§ 4), parle de son adversaire comme d’un « maître de la parole (τεχνίτης τοῦ λέγειν)94 ». L’attaque d’un adversaire en tant qu’orateur habile rejoint ainsi, assez logiquement, la critique de ses discours longs et manipulateurs : c’est parce qu’il a les capacités de faire de beaux discours qu’il peut perdre les juges dans ses circonlocutions. Cette attaque est tellement répandue que certains plaignants, pour réfuter une critique de la partie adverse, préviennent qu’ils vont être accusés par leurs adversaires d’être expérimentés ou signalent leur manque de professionnalisme95. Ces occurrences témoignent du fait que cette accusation devait se trouver dans les discours perdus. Le nombre d’évocations était par conséquent plus important que celui qui figure dans le tableau des références.

Tableau 46 : Dénonciation par l’orateur de l’expérience de son adversaire dans les discours judiciaires

Tableau 46 : Dénonciation par l’orateur de l’expérience de son adversaire dans les discours judiciaires
  • 96 Voir le chapitre précédent intitulé « L’appel au témoignage des juges », p. 234-235.
  • 97 Voir Esch. 1.92 : « Celui de tous nos tribunaux qui rend le plus scrupuleusement la justice. »

35Une telle caractéristique se retrouve, enfin, dans l’éloge de l’Aréopage* que fait Eschine dans le Contre Timarque. Eschine doit à ce moment de son discours prouver un point pour lequel il n’a aucun témoin, puisque la prostitution de Timarque est un sujet infâmant96. Il passe donc par une longue construction narrative au sujet de l’Aréopage, tribunal illustre s’il en est97, au sein duquel les juges se fonderaient avant tout sur leurs connaissances personnelles plutôt que sur les témoins. Il ajoute :

  • 98 Esch. 1.92.

N’ai-je pas vu là récemment encore bien des gens être condamnés en dépit de leur grande éloquence (εὖ πάνυ εἰπόντας) et des témoins qu’ils avaient produits ? Par contre, j’en connais qui ont gagné leur cause bien que fort mauvais orateurs (κακῶς πάνυ διαλεχθέντας) et sans l’aide de témoins98.

  • 99 Voir aussi Esch. 1.31 : Eschine affirme qu’un homme de bien, même parlant simplement et de manière (...)

36En vertu de l’idéal de justice que symbolise l’Aréopage, c’est la vérité qui y triomphe, quel que soit le talent de celui qui expose son cas99. Est-ce à dire, alors, que l’Aréopage serait le seul tribunal où il en irait ainsi ? Il paraît tout aussi difficile de se prononcer à partir de cette seule citation que de statuer sur la spécificité de l’interdiction de digression dans ce même tribunal. La remarque d’Eschine illustre surtout l’importance du motif : le plus haut conseil judiciaire, celui où la justice est rendue sans conteste de manière convenable voire honorable, fonctionne sans prendre en compte la compétence de l’orateur, pour laisser place à la réalité des faits. Il convient néanmoins de mettre l’argument en perspective dans la stratégie rhétorique d’Eschine : n’ayant pas de témoin à présenter, il place, dans le dispositif de vérité, témoins et orateurs du même côté, à savoir comme des intermédiaires qui s’opposeraient de la réalité des faits.

Des orateurs peu habitués aux procès

  • 100 Un seul contre-exemple existe, chez Andocide, qui rappelle à deux reprises qu’il a été mis en procè (...)

37Dans de nombreux cas, les plaignants affirment qu’ils n’ont même jamais fréquenté le milieu judiciaire (tableau 47)100. C’est notamment la défense adoptée par Lycophron dans le plaidoyer rédigé par Hypéride :

  • 101 Hyp. 2, pap. A, 16 (col. XIII).

Pour moi, juges, j’ai passé parmi vous ma vie entière à Athènes ; pourtant jamais encore je n’ai encouru aucune accusation compromettante, ni porté de plainte contre aucun citoyen ; je n’ai eu à soutenir aucun procès, et je n’en ai intenté à personne101.

  • 102 Dém. 36.1 ; 44.4 ; 59.14 ; Hyp. 3.11 (col. XXV). Dans Lysias, Pour Phérénicos (Fragments, XXIV), fr (...)

38L’inexpérience des procès, de nouveau évoquée par la suite (§ 20), se voit ainsi précisée : l’orateur n’a pas l’habitude du tribunal car il n’a jamais eu à répondre d’une accusation – ce qui montre son innocence –, ni jamais porté de charge contre qui que ce soit – ce qui illustre son caractère conciliant. L’idée est d’insister sur le fait qu’il n’a jamais cherché à acquérir d’expérience dans l’art de la parole, au contraire de ses adversaires (§ 19). Le plaignant explique que son manque d’expérience l’a conduit à recourir à des synégores* (§ 20), et, plus précisément, à un certain Théophile, dont le nom est donné à la fin du discours (§ 20). Cet argument, qui revient à plusieurs reprises dans les discours conservés102, est paradoxal : le plaignant manifeste son manque de connaissance des joutes judiciaires, mais laisse la place à des individus reconnus comme des spécialistes dans l’art des discours. Le raisonnement peut paraître contreproductif, les juges en venant alors à penser que celui qui va s’exprimer est capable de les tromper.

Tableau 47 : Évocations par les orateurs de la fréquentation des tribunaux

Tableau 47 : Évocations par les orateurs de la fréquentation des tribunaux
  • 103 Voir Rubinstein, Litigation…, op. cit., chap. 4, « The Roles of Athenian Synêgoroi ».
  • 104 Voir respectivement Rubinstein, Litigation and Cooperation, op. cit., p. 129-130 et 138.
  • 105 Hyp. 2, pap. A, 19-20 (col. XV-XVI).
  • 106 Voir le chapitre « L’appel au témoignage des juges », p. 233. David Whitehead l’interprète comme un (...)
  • 107 Rubinstein, Litigation and Cooperation, op. cit., p. 152. Pour une déconstruction de l’argument, vo (...)
  • 108 Voir Leisi, Zeuge, p. 36-37 ; Rubinstein, Litigation and Cooperation, op. cit., p. 71. L’éventualit (...)

39Dans son étude sur la synégorie, Lene Rubinstein consacre un chapitre à la manière dont les synégores sont présentés dans les discours, que ce soit par le plaignant principal ou par les synégores eux-mêmes, et intègre dans son index une entrée consacrée à l’inexpérience de la partie principale103. Elle note ainsi que les synégores mettent en avant leur connexion avec le plaignant plutôt que tout talent oratoire dans les procès privés et qu’aucune synégorie en faveur d’un accusateur dans un procès public n’est fondée sur le manque de talent du plaignant principal104. Le passage d’Hypéride donne l’occasion d’approfondir une autre conclusion. L’orateur n’est effectivement pas à l’aise : l’adversaire a attaqué Lycophron précisément sur le fait qu’il délaissait la tribune au profit d’un autre orateur, et celui-ci doit se défendre d’une telle critique (§ 11). Au lieu de justifier sa démarche, il contre-attaque en dénonçant les synégores de l’opposant, expérimentés à la fois dans l’art de la parole (οὐκ ἀπείρως ἔχων τοῦ λέγειν) et dans la pratique des procès (εἰωθὼς δὲ πολλάκις ἀγωνίζεσθαι)105. Lycophron profite ainsi de l’attaque portée contre lui pour critiquer l’expérience de son adversaire et l’appel de ce dernier à des synégores. Il procède au moyen de l’expression οὐκ ἀπείρως analysée plus haut106. Il n’oublie pas de mentionner son manque de connaissance des procès (ἰδιώτης), sans pour autant évoquer l’expérience de Théophile. Au contraire, les qualités de discoureur de ses synégores sont éclipsées pour ne retenir que le fait qu’il s’agit de proches. Lene Rubinstein en doute107 : se dire parents de l’accusé ou de l’accusateur permet aux synégores de justifier qu’ils n’ont pas été payés pour leurs discours, un cas qui pouvait ouvrir la voie à une action publique108.

  • 109 Le fait qu’Hypéride n’était pas le seul synégore est déduit de la mention dans le discours d’un pré (...)
  • 110 Hyp. 3.12 (col. XXVI). Colin y voit un « éloge », pensant qu’Hypéride « évite avec soin d’attaquer (...)
  • 111 Il cherche alors à montrer la différence entre les procès privés, auxquels il convient de ne pas pa (...)
  • 112 Whitehead (éd.), Hypereides, op. cit., p. 231.

40L’argumentation est similaire dans le discours Pour Euxénippe, dans lequel le synégore, Hypéride lui-même, précise que l’adversaire, Polyeucte, a dénoncé l’appel effectué par Euxénippe à plusieurs synégores (§ 11)109. Il accuse alors à son tour Polyeucte d’avoir fait appel à des synégores, jusqu’à dix, lors d’affaires précédentes (§ 12). Il ajoute que, lors de l’affaire en cours, il est passé par Lycurgue « qui, par son éloquence déjà ne le cède à personne dans notre cité110 ». La parade vise donc essentiellement à mettre en avant les compétences oratoires de l’adversaire et de son ou ses synégore(s). Hypéride précise quant à lui qu’il n’a jamais traîné en justice un simple citoyen dans toute sa carrière (§ 28)111, ce qui lui permet, comme le remarque David Whitehead, de se lancer dans un long excursus destiné à opposer la carrière publique et judiciaire de Polyeucte à la sienne (§ 28-30)112. Hypéride joue sur les mots pour se caractériser comme n’étant pas un habitué des tribunaux et souligner le contraste avec l’expérience de son adversaire.

  • 113 Dém. 39.1. La portée de ce terme est éminemment négative, comme le note Victor ­Ehrenberg, « Polypr (...)
  • 114 Dém. 40.4.
  • 115 Voir Wyse (éd.), The Speeches of Isaeus, op. cit., p. 182 ; Georges Mathieu (éd.), Isocrate. Discou (...)
  • 116 Laurence B. Carter, The Quiet Athenian, Oxford, Clarendon Press, 1986, p. 110 : « To say that it is (...)
  • 117 Pierre Chiron (éd.), Lysias. Discours I, XII, XXIV, XXXII, Paris, Les Belles Lettres, 2015, p. 100.
  • 118 Demont, La cité grecque…, op. cit., p. 95-97. Adriaan Lanni (Law and Justice in the Courts of Class (...)

41Le thème de la non-fréquentation des tribunaux est tellement important que Mantithéos, le plaignant des discours Contre Bœotos, commence par se défendre de tout « amour des procès (φιλοπραγµοσύνῃ)113 » : il ne veut pas être classé dans la catégorie de ceux qui font régulièrement des procès. Il ajoute, dans un autre discours, qu’il expliquera l’affaire « de son mieux (ὅπως ἄν δύνωµαι)114 », sous-entendant que ses capacités en la matière sont limitées. La récurrence de ce thème a conduit les commentateurs à n’y voir, une fois encore, qu’un topos rhétorique115. Pourtant, comme l’écrit Laurence Carter, « dire que c’est une technique de logographe, un topos, fait manquer l’essentiel. Pourquoi les logographes l’employaient-ils116 ? ». Certains chercheurs ont tenté de dégager de ces mentions des pistes de réflexion sur la société athénienne. Pierre Chiron évoque, au sujet d’un autre passage de Lysias, « l’idéal de l’Athénien tranquille117 ». Il suit en cela Paul Demont qui élargit un tel idéal, connu pour avoir les faveurs des jurés – des citoyens qui passent une grande partie de leur temps au tribunal –, à la majorité des Athéniens, même ceux qui restent loin de la Pnyx et de l’Héliée*118.

  • 119 Vincent Azoulay, « Figures du politique en Grèce ancienne », séminaire du laboratoire ANHIMA 2018-2 (...)
  • 120 Is. 1.1. C’est la deuxième phrase du discours. Voir aussi Lys. 19.55, mais il affirme avoir trente (...)

42Vincent Azoulay a récemment précisé cette interprétation en distinguant à l’Assemblée, dans les tribunaux ou au Conseil* entre participation excessive et participation ordinaire, laquelle n’équivaut pas à un désengagement total119 : la tranquillité vantée par les sources ne signifie pas, dans le contexte judiciaire, le refus d’assister aux procès, notamment en tant que juge, mais de prendre la parole c’est-à-dire d’être l’une des parties qui s’opposent. Un cas nuance néanmoins cet approfondissement, uniquement en ce qui concerne l’Héliée* : le plaignant anonyme du discours La succession de Cléonymos d’Isée déclare qu’il n’est même jamais entré dans l’enceinte d’un tribunal120. Il s’agit pour lui de montrer qu’il a toujours fait en sorte d’éviter les affaires, jusqu’à ce que ses opposants l’aient contraint au procès. En outre, la non-fréquentation du monde judiciaire peut, sans être formulée explicitement, être mise en scène. Certains plaignants déclarent qu’ils ont dû faire appel à d’autres personnes pour leur expliquer le droit, qu’ils ne connaissaient pas auparavant. Dans le Contre Conon de Démosthène, le plaignant Ariston décrit les différents moyens d’action par lesquels un individu peut agir contre les gens malhonnêtes, tout en prenant ses distances avec ce savoir :

  • 121 Dém. 54.17-18.

Par exemple (car il m’a obligé à étudier la matière et à m’instruire [ἀνάγκη γάρ µοι ταῦτα καὶ ζητεῖν καὶ πυνθάνεσθαι διὰ τοῦτον γέγονεν]), il y a des actions pour injures verbales. On les a créées, paraît-il (φασί), pour que les insultes n’entraînent pas de rixes. Ensuite, il y a des actions pour voies de fait : leur raison d’être, m’a-t-on dit (ἀκούω), c’est d’empêcher le plus faible de riposter avec une pierre ou une arme quelconque : il doit attendre la punition légale. Ensuite, il y a des actions pour blessure : c’est pour éviter qu’à la suite des blessures, il y ait des meurtres121.

  • 122 Voir Carey, Reid (éd.), Demosthenes, op. cit., p. 89.
  • 123 Voir Ant. 5.67 (avec ἀκοῇ) et Lys. 19.5, 45, 46 (avec ὡς ἐγὼ ἀκούω et ἀκήκοα γὰρ ἔγωγε).

43Ariston prend soin de dire qu’il ne connaît pas ces procédures et s’est renseigné spécialement pour le cas : il n’est pas expérimenté. Outre la première phrase, qui explique que ces connaissances ne sont pas antérieures au procès en cours et qu’il doit à son adversaire de s’être informé, il renforce l’impression générale grâce aux marqueurs discursifs, φασί et ἀκούω, qui rappellent implicitement que le plaignant ne se pose pas comme un maître de la parole mais s’est récemment instruit des possibilités d’actions en justice122. Ces appositions apparaissent également dans d’autres corpus123.

  • 124 Voir Aristote, Constitution des Athéniens, 9, 1, repris dans Plutarque, Vie de Solon, 18, 6.
  • 125 Les sycophantes ont fait l’objet d’une étude approfondie : John O. Lofberg, Sycophancy in Athens, C (...)
  • 126 Voir, par exemple, les scènes où apparaissent des sycophantes dans Les Acharniens (v. 818-835), Les (...)
  • 127 L’idée de groupe ne s’entend qu’au sens d’ensemble d’individus. Comme l’a montré Robin Osborne (« V (...)
  • 128 Dans un dernier cas, Démosthène explique qu’il aide d’autres personnes qui n’osent pas faire de pro (...)
  • 129 Dém. 21.191.
  • 130 Jean Humbert, Louis Gernet (éd.), Démosthène. Plaidoyers politiques, II, Paris, Les Belles Lettres, (...)

44Assez logiquement, l’adversaire est, lui, accusé d’être un habitué des procès, qu’il initie facilement (tableau 47). C’est grâce à son habitude des procès qu’il est capable de dissimuler la vérité pour obtenir gain de cause. Dans le dispositif de vérité, le thème de la fréquentation des tribunaux s’oppose à l’évidence des faits. Dès lors, l’adversaire se rapproche de la figure du sycophante, l’accusateur professionnel. En effet, en l’absence d’un ministère public ou d’un procureur, ce sont les particuliers qui dénoncent les crimes envers la cité, la loi de Solon permettant à « quiconque le souhaite » (ὁ βουλόµενος) de se porter accusateur dans un procès public124. Ces individus perçoivent une partie de la somme payée par l’accusé s’il est condamné. Un certain nombre de personnes qui vivaient des accusations portées contre d’autres citoyens faisaient l’objet d’une large désapprobation dans les discours judiciaires125 comme dans les comédies ­d’Aristophane126. Le plaignant qui se porte accusateur sans être en lien avec la victime doit donc d’emblée se disculper d’appartenir au « groupe » des sycophantes127. La plupart du temps, les orateurs déclarent qu’ils se sont lancés dans cette entreprise du fait de l’attitude de leur adversaire (tableau 48)128. Le passage le plus significatif à ce propos se trouve dans le Contre Midias de Démosthène. L’orateur envisage le cas où Midias affirmerait que lui, Démosthène, a médité et composé son discours (§ 189-191), ce qui le présente comme un orateur habile. Démosthène s’en défend en expliquant que c’est Midias qui le pousse à parler. Il va même plus loin : « Pourtant, je vous le dis, l’auteur de mon discours, c’est Midias129. » Démosthène fait de Midias le logographe de son discours. Seul l’adversaire est ainsi associé à la rédaction d’un discours et à l’habileté oratoire. Au lieu d’un énième lieu commun130, une telle tactique rhétorique apparaît comme le moyen, pour l’orateur, d’effacer complètement sa position d’orateur pour la faire doublement endosser par son adversaire, auteur à la fois du discours de la défense et de l’accusation.

Tableau 48 : Raisons données par les orateurs pour justifier d’avoir intenté le procès en cours

Tableau 48 : Raisons données par les orateurs pour justifier d’avoir intenté le procès en cours
  • 131 Les deux alternatives sont déjà notées dans Nick R. E. Fisher (éd.), Aeschines: Against Timarchos, (...)
  • 132 Eschine défend également sa plainte en arguant de la défense de la cité (Esch. 1.1-2), passage qual (...)
  • 133 Il ne semble pas s’en formaliser pour autant, au contraire de ce qui a été développé concernant les (...)

45Il arrive, dans quelques cas, que les orateurs expliquent avoir pris la parole pour défendre la cité (tableau 48)131. Le cas le plus connu est celui de Lycurgue132, qui se justifie dans le Contre Léocrate de ne pas être un sycophante. Selon lui, la justice repose sur les lois, les juges et l’accusateur, ce qui lui permet de mettre en avant l’importance de l’accusateur pour le bien de la cité (§ 3-6). L’orateur laisse alors entrevoir sa connaissance des instances judiciaires133. Surtout, il explique que son adversaire se prévaudra probablement de son inexpérience pour souligner, au contraire, l’expérience des procès de Lycurgue :

  • 134 Lyc. 1.31.

Mais voici qu’en outre Léocrate va s’écrier tout à l’heure qu’il est un simple particulier (ἰδιώτης), en proie à un discoureur et à un sycophante retors (καὶ ὑπὸ τῆς τοῦ ῥήτορος καὶ συκοφάντου δεινότητος ἀναρπαζόµενος). Or vous le savez tous, je suppose, les gens habiles qui font métier de sycophantes (δεινῶν καὶ συκοφαντεῖν ἐπιχειρούντων ἔργον) s’ingénient à rechercher et à découvrir les points où ils trouveront matière contre les accusés aux arguties de la sophistique (τοὺς παραλογισµούς). Ceux qui au contraire s’appuient sur la justice pour le jugement (τῶν δὲ δικαίως τὰς κρίσεις ἐνισταµένων), et qui dénoncent sur preuves les misérables voués aux malédictions, ont une attitude toute contraire, qui est la mienne134.

  • 135 Il y a eu un débat sur la manière dont les orateurs connaissent les arguments des opposants : soit (...)
  • 136 L’accusation de sycophantie est répandue, à tel point qu’elle est elle aussi considérée comme un li (...)

46Léocrate sait à l’avance quelle attaque sera portée contre lui135, être un orateur (ῥήτωρ) et un sycophante (συκοφάντης)136. Il s’en disculpe en expliquant que les sycophantes ne se fondent que sur leurs discours, tandis que ceux qui parlent selon la justice (δικαίως) déploient des preuves, c’est-à-dire des moyens d’attestation qui ne dépendent pas de leur parole. Lycurgue évoque en effet la torture des esclaves de Léocrate qu’il a proposée et que son adversaire a refusée (§ 32). Il dessine une opposition entre d’un côté les discours des sycophantes, et même explicitement de son opposant (§ 33), qui donnent l’occasion, en détournant les juges des faits par une élaboration soignée, de pervertir la vérité, et de l’autre côté les moyens de persuasion sans technique oratoire que sont les témoignages et la torture entre autres. Ces derniers sont mentionnés comme procédant de l’évidence des faits.

  • 137 Voir Ober, Mass and Elite…, op. cit., p. 170-174. Sur l’attaque de l’adversaire comme sophiste, voi (...)
  • 138 Voir, par exemple, les conseils donnés dans Isocr. [1.41].

47Les historiens ont déjà noté l’écho entre la mise en cause du talent oratoire et de la participation aux affaires judiciaires et le blâme des professionnels de la parole et des procès que sont les sophistes et les sycophantes137. Le sophiste et le sycophante apparaissent comme des êtres nuisibles en vertu de leur expertise dans l’art des procès, qui leur permet de construire des développements qui s’écartent des faits et ainsi de tromper les juges. Toute personne honnête, ou plutôt toute personne qui veut arguer de son honnêteté, doit par conséquent éviter de fréquenter les tribunaux138.

  • 139 Johnstone, Disputes, p. 165, n. 107 : « The discourse of the courts was highly self-reflexive and c (...)
  • 140 Hesk, Deception and Democracy…, op. cit., p. 3-5 : « rhetoric of anti-rhetoric ». Voir en particuli (...)
  • 141 Ibid., p. 203-204 : « Athenian oratory is meta-discursive and self-conscious. »
  • 142 Voir néanmoins la critique de Mirko Canevaro déjà évoquée dans le chapitre précédent (p. 232, n. 35 (...)

48L’ensemble des références montre une double réflexivité, à la fois celle qu’exprime le plaignant vis-à-vis de lui-même pour se dire inexpérimenté, et celle qui est développée au sujet du genre oratoire en général afin de le dénigrer. Johnstone note ainsi que « le discours judiciaire était fortement réflexif et critique139 », quand Jon Hesk, qui a élaboré l’expression « rhétorique de ­l’anti-rhétorique » à partir des deux motifs de l’inexpérience et de l’attaque de l’adversaire comme orateur habile140, affirme que « l’éloquence athénienne est méta-discursive et consciente d’elle-même141 ». Hesk reprend et développe la perspective d’Ober sur le fait que le dénigrement de la rhétorique témoigne de l’idéologie démocratique, qui veut que l’élite ne prenne pas trop d’importance sur la masse. La réflexivité négative est un moyen de maintenir, en apparence en tout cas, la souveraineté du peuple. Cette thèse a été largement acceptée par la communauté scientifique142. Il est possible d’ajouter que les justifications avancées illustrent la mise en valeur de l’évidence dans la recherche de l’adhésion de l’auditeur, autrement dit la recherche d’un idéal de transparence. Une telle réflexivité donne ainsi l’occasion aux orateurs d’ajouter un nouvel élément pour enrichir le dispositif de vérité.

Qui sont les orateurs inexpérimentés ?

  • 143 Sur la façon dont ces plaignants occupaient l’espace du tribunal, voir Victor Bers, Genos Dikanikon (...)
  • 144 Voir Esch. 1.1 et Hyp. 3.28 (col. XXXVIII). L’auto-caractérisation d’Eschine en tant qu’ἰδιώτης a é (...)
  • 145 Dém. 27.2.
  • 146 Au contraire de Menu (Jeunes et vieux…, op. cit., p. 16) qui explique que Lysias se dit inexpérimen (...)

49La plupart du temps, les plaignants sont des individus qui ont un problème à un moment donné et doivent le régler en justice, en faisant s’ils le peuvent appel à un logographe. Les thèmes de l’inexpérience, du manque d’habileté et de la faible fréquentation des tribunaux sont alors pertinents, et ce même si c’est un grand orateur qui a composé le discours : les juges, qui ne voient pas le logographe, peuvent adhérer aux déclarations de celui qui leur parle143. Le thème n’est cependant pas limité aux plaignants inconnus. Même les très grands orateurs, inclus dans le canon des dix orateurs attiques, intègrent le motif de l’inexpérience. Outre Eschine et Hypéride, déjà évoqués144, c’est le cas de Démosthène dans les trois discours Contre Aphobos. Après la mort de son père, les biens familiaux ont été confiés à des tuteurs, dont Aphobos, qui ont selon Démosthène géré cette fortune à leur profit. Le jeune Athénien leur fait donc un procès, à sa majorité, en commençant par Aphobos. Il lui est alors facile de se dire inexpérimenté, et il n’y manque pas. Démosthène déclare d’abord qu’il aurait voulu s’en remettre à des proches employés comme arbitres privés (διαιτηταί*), mais qu’Aphobos a refusé, ce qui le pousse au procès (§ 1). Il se dédouane ainsi du rôle de sycophante en attaquant la conduite de l’adversaire. Puis il développe le contraste déjà observé entre des « adversaires habiles à la parole et à l’intrigue » (καὶ λέγειν ἱκανοὺς καὶ παρασκευάσασθαι δυναµένους) et le « jeune homme sans expérience » (ἄπειρον ὄντα παντάπασι πραγµάτων διὰ τὴν ἡλικίαν) qu’il est145. Démosthène déploie ces idées de façon pertinente, puisqu’il a tout juste l’âge requis pour porter l’affaire en justice. Le même précédé est identifiable chez Lysias dans le Contre Ératosthène, un de ses premiers discours, au début duquel il évoque à la fois son manque d’expérience et d’habileté et son absence de fréquentation des procès (§ 3). Il n’est certes plus tout jeune, puisqu’il a plus de quarante ans, mais il n’a pas – ou peu – pris place dans les tribunaux auparavant. Ce trait permet de souligner que jeunesse et inexpérience ne sont pas strictement équivalents146. Les orateurs savent très bien employer l’un ou l’autre des motifs selon leur situation.

  • 147 Voir aussi Dém. 29.28 : Démosthène aurait encore oublié des témoignages dans le troisième discours (...)

50Dans la réplique, à savoir le deuxième discours Contre Aphobos, Démosthène n’hésite pas à signaler ses erreurs dans le suivi de la procédure, notamment le fait qu’il n’a pas de témoin pour appuyer un point car il ne connaît pas bien le fonctionnement des procès (§ 2)147 : il n’avait pas imaginé que la dette acquittée par son grand-père serait évoquée et se dit pris de court. Il montre ostensiblement son manque d’expérience, de façon à transformer une lacune en argument positif.

  • 148 Adeline Grand-Clément, La fabrique des couleurs. Histoire du paysage sensible des Grecs anciens (vi (...)

51L’orateur se répète dans le troisième discours Contre Aphobos, alors que l’affaire a connu des rebondissements : Démosthène doit défendre un de ses témoins, Phanos, qu’Aphobos a accusé de faux témoignage (δίκη ψευδοµαρτυρίων*). Une nouvelle fois, il commence son discours en parlant de ses piètres qualités oratoires liées à son inexpérience et à sa jeunesse (§ 1). Il évoque l’habileté oratoire avec le terme ποικιλία, c’est-à-dire « variété », ou, au sens pictural, « bigarrure ». Or la ποικιλία est liée à la ruse, comme l’explique Adeline Grand-Clément : « Parce qu’il dénote les effets d’entrelacs et de chatoiement des couleurs, poikilos, tout comme daidalos, oriente en partie vers le domaine du piège et de la ruse, qui opèrent au niveau de l’apparence. Il est ainsi à même de qualifier la mètis, intelligence polymorphe et polyvalente, et plus généralement toutes les attitudes, tous les comportements qui recourent à l’illusion trompeuse. De l’“élaboré” à l’“artificiel”, de l’“artificieux” au mensonge, il n’y a qu’un pas148. » Démosthène nie tout artifice de sa part, et donc toute capacité à tromper. Il n’est pas pernicieux (πονηρός), sous-entendant que c’est le caractère de son adversaire. L’évidence des faits prend une dimension visuelle : les paroles franches et sans détour n’ont pas le chatoiement des discours élaborés pour abuser les juges. Elles sont, au sens propre, transparentes.

  • 149 Dém. 18.276. Voir Harvey Yunis (éd.), Demosthenes: On the Crown, op. cit., p. 263 : « Δεινὸν καὶ γό (...)

52Démosthène est bien obligé, dans les discours suivants, de reconnaître une certaine habileté oratoire. Dans le discours Sur la couronne, qui l’oppose à Eschine, il est accusé par son rival d’être « habile homme (δεινόν), sorcier (γόητα), sophiste (σοφιστήν)149 ». Sans nier son expérience, il tente de la minimiser :

  • 150 Dém. 18.276-277. Démosthène reconnaît par la suite son « expérience » (ἐµπειρία).

Moi je sais que vous le connaissez tous et que vous pensez que ces qualificatifs s’appliquent bien plus à lui qu’à moi. Je sais quelle est mon habileté (δεινότητα) – va pour ce mot ; et cependant, je vois que le plus souvent le pouvoir de l’orateur dépend des auditeurs ; car c’est selon l’accueil que vous faites à chacun et la sympathie que vous lui témoignez, que l’orateur passe pour intelligent150.

  • 151 Yunis (éd.), Demosthenes: On the Crown, op. cit., p. 263. Démosthène réaffirme plus loin qu’il n’es (...)
  • 152 Dernière technique utilisée par Démosthène, mais aussi par Apollodore et Isocrate : remettre en cau (...)

53Démosthène admet son talent oratoire mais commence par retourner l’accusation contre Eschine. Puis il nuance l’impact d’une telle compétence : ce sont les auditeurs qui assurent la force des orateurs. Harvey Yunis y voit une stratégie, développée ensuite (§ 276-284) : son talent ne serait employé que pour servir les Athéniens, contrairement à Eschine qui utilise le sien pour les tromper151. Ce contre-exemple, loin de diminuer l’hypothèse générale, montre que, lorsque l’habileté à tenir un discours est notoire, le plaignant doit recourir à une autre argumentation pour corriger ce trait négatif – c’est-à-dire, ironiquement, utiliser une certaine technicité rhétorique. Le savoir des orateurs doit être infirmé par tous les moyens, même les plus paradoxaux152.

  • 153  Isocr. [15.26].
  • 154 Le discours date de 354/353 alors qu’il est né en 436. Isocrate lui-même parle de quatre-vingt-deux (...)
  • 155 Menu, Jeunes et vieux…, op. cit., p. 64. Luciano Canfora (Histoire de la littérature grecque d’Homè (...)

54Le deuxième grand orateur sur lequel doit s’arrêter l’analyse est Isocrate. Alors qu’il est le maître incontesté de l’éloquence au ive siècle, lui aussi nie toute habileté, et plus précisément tout savoir de type judiciaire. Pourtant, son talent oratoire est tellement éminent qu’il est allé jusqu’à inventer une situation fictive de procès pour louer sa capacité à faire des discours, dans le Sur l’échange : après avoir eu à se défendre contre un certain Mégacleidès dans la procédure d’échange (ἀντίδοσις*), Isocrate se rend compte qu’il pourrait défendre sa vie et sa méthode et crée de toutes pièces la simulation selon laquelle Lysimachos, personnage fictif, l’accuse de corrompre la jeunesse et de s’enrichir grâce à la rhétorique. Au cours de ce discours, Isocrate se conforme au motif de « l’inexpérience des procès (τὴν ἀπειρίαν τῶν τοιούτων ἀγώνων)153 ». Il n’invoque pas la jeunesse pour l’étayer, c’est en effet impossible : il a plus de quatre-vingt ans à cette date154 et admet sa vieillesse (§ 26). Il peut cependant se dire inexpérimenté car il n’a jamais été poursuivi, ni sous l’oligarchie, ni sous la démocratie (§ 27) : il préfère, comme il l’explique, régler les différends par des arbitres privés (διαιτηταί*). Il en vient à nier toute activité auprès des tribunaux (§ 31), en affirmant notamment qu’il ne s’est jamais porté accusateur (§ 33) et qu’il a même évité de s’approcher des tribunaux (§ 38). Il emploie donc les thèmes bien connus du manque d’expérience et de la non-fréquentation des enceintes judiciaires, ce que Michel Menu dénonce comme « une trace d’ironique subtilité du vieux professeur, pirouettant avec une lucidité féroce155 ». Isocrate a en effet été un logographe au début de sa carrière. Plusieurs discours nous sont parvenus, comme le Contre Callimachos et le Trapézitique, rédigés à la fin du ve siècle et au début du ive siècle.

  • 156  Isocr. [15.42].
  • 157 Isocr. [5.81] où il se dit même « le moins doué de tous les citoyens » (πάντων ἀφυέστατος ἐγενόµην (...)
  • 158 Isocr. [6.2, 98]. Il s’oppose néanmoins à ceux qui n’ont pas d’expérience (ἀπειροτέρως) dans Isocr. (...)
  • 159 Isocr. [1.4] : τὴν δεινότητα τὴν ἐν τοῖς λόγοις.
  • 160 Suzanne Saïd, Monique Trédé, Alain Le Boulluec, Histoire de la littérature grecque, Paris, PUF, 199 (...)
  • 161 Dém. 35.15, 40, 42.
  • 162 Louis Gernet (éd.), Démosthène. Plaidoyers civils, I, Paris, Les Belles Lettres, 1954, p. 185-186.

55Isocrate dément ensuite toute « habileté pour les discours touchant des intérêts particuliers (δεινὸν τοὺς περὶ τῶν ἰδίων)156 ». Ce n’est d’ailleurs pas la seule fois qu’il insiste sur son incapacité rhétorique157. À l’opposé, ­Lysimachos, son adversaire fictif, se voit doté du savoir oratoire (§ 25 : δύναµις). De la même manière, Isocrate prend soin de se distinguer des individus habitués à parler en public158 et ayant ainsi acquis une habileté dans les discours159. Il emploie donc la plupart des thèmes repérés, alors même qu’il est fameux pour son école d’éloquence, qui « fut bientôt célèbre et attira nombre de bons esprits venus de la Grèce entière160 ». À l’époque, on parle de « suivre l’enseignement d’Isocrate » : Lacritos est pris à partie pour être un « élève d’Isocrate161 ». Louis Gernet déclare ainsi « que, longtemps après avoir renoncé pour son compte à l’éloquence judiciaire et en dépit du mépris qu’il affecte pour elle, Isocrate ne dédaignait pas de l’enseigner à bon prix162 ».

56Comment comprendre un tel paradoxe ? Isocrate distingue en fait deux types d’orateurs. Dans le discours Sur l’échange toujours, il décrit le premier, correspondant implicitement à Isocrate lui-même, en l’opposant au second, les individus spécialisés dans les procès. Les deux types de maîtres d’éloquence attirent des élèves :

  • 163 Isocr. [15.48]. Voir aussi § 46.

Ils [les disciples] se rendent compte en effet que ces derniers doivent leur expérience des conflits (τοὺς µέν […] ἐµπείρους τῶν ἀγώνων) à leur esprit d’intrigue (διὰ πολυπραγµοσύνην), tandis que c’est la philosophie qui a donné aux premiers leur talent (δύναµιν) dans les discours dont je viens de parler ; que ceux qu’on juge habiles plaignants (τοὺς µὲν δικανικούς) ne sont supportables qu’un seul jour, celui où ils discutent au tribunal, alors que les autres, dans toutes les rencontres et en tout temps, obtiennent de l’honneur et la réputation qu’ils méritent163.

  • 164 Ce n’est pas l’unique occurrence qui faire apparaître cette opposition entre discours judiciaires e (...)
  • 165 Pascale Giovannelli-Jouanna, « La question autobiographique dans l’œuvre d’Isocrate », dans Christi (...)
  • 166 Voir Hélène Olivier, « Isocrate, penseur engagé, intellectuel, nouveau Socrate ? », dans Bouchet, G (...)
  • 167 David C. Mirhady, Yun Lee Too (éd.), Isocrates I (The Oratory of Classical Greece, 4), Austin, Univ (...)
  • 168 Jean-Pierre Levet, « D’une rhétorique pédagogique à une “certaine philosophie” : les enseignements (...)
  • 169 Isocr. [15.50].

57Isocrate différencie l’expérience des orateurs judiciaires et celle des « philosophes164 ». D’ailleurs, aucun des élèves qui ont selon lui bénéficié de son enseignement – à savoir Eunomos, Lysitheidès, Callippos, Onétor, Anticlès, Philonidès, Philomélos, Charmantidès et Timothée (§ 93 et 101-139) – ne correspond à ceux connus de ses biographes, qui nomment les logographes Hypéride et Isée. Selon Pascale Giovannelli-Jouanna, qui a analysé l’image qu’Isocrate donne de lui-même dans ses discours, l’explication réside dans sa volonté de montrer qu’il forme des gouvernants et non des experts du genre judiciaire165. Si Isocrate se représente lui-même comme un maître de la « philosophie », voire comme un « nouveau Socrate166 », David Mirhady et Yun Lee Too soulignent le manque d’adéquation du mot : Isocrate cherche à se différencier des orateurs, qui voient dans les discours un moyen d’amasser une fortune personnelle, mais les époques ultérieures ont plus souvent interprété son art comme de la « rhétorique167 ». Jean-Pierre Levet parle d’une « certaine philosophie » ou d’une « rhétorique heuristique », au sens d’une rhétorique qui devient un outil philosophique pour la poursuite conjointe de la vérité et du bien168. La différence n’est probablement pas si nette dans l’esprit des ­Athéniens eux-mêmes, comme le montre la conclusion qu’Isocrate donne à l’ensemble de son développement où il concède : « Mon habileté, ma philosophie ou mon occupation (δυνάµεως εἴτε φιλοσοφίας εἴτε διατριβῆς), comme il vous plaira de l’appeler169. » Il est patent que tous ne partagent pas son avis. Il serait peut-être même le seul à qualifier sa compétence de « philosophie », les autres la considérant comme de l’« habileté ».

  • 170 Isocr. [12.229].
  • 171 Alberto Maffi, « Isocrate et le droit grec », dans Bouchet, Giovannelli-Jouanna, Isocrate, op. cit.(...)

58Isocrate ne fait d’ailleurs pas toujours la distinction : quand il évoque, dans le Panathénaïque, la discussion qu’il a eue avec un de ses disciples, il parle de son interlocuteur comme d’un « homme habile, expérimenté, entraîné à la parole (ἄνδρα δεινὸν καὶ πολλῶν ἔµπειρον καὶ περὶ τὸ λέγειν γεγυµνασµένον) tout autant que mes autres élèves170 ». Isocrate utilise les mêmes adjectifs que s’il s’était agi d’un adversaire alors qu’il s’oppose à l’un de ceux qui a profité de son enseignement. La distinction entre les orateurs éduqués pour les procès et les orateurs philosophes ne convainc pas. L’ambiguïté est construite par Isocrate lui-même, puisque six discours judiciaires sont conservés dans son corpus, alors qu’il renie son activité de logographe. Alberto Maffi a expliqué qu’Isocrate les a choisis car ils le dépeignent comme un intellectuel prestigieux : trois de ces discours concernent des affaires d’Égine, Argos et du Pont Euxin, qui exposent son réseau de relations internationales171. Les traités et discours d’Isocrate montrent ainsi un individu soucieux d’échapper à la catégorie de ceux qui sont habiles à parler, alors qu’il y a consacré sa vie. L’élaboration d’une frontière entre la rhétorique judiciaire employée dans les procès privés et l’éloquence d’apparat déployée dans des circonstances plus nobles apparaît comme le moyen trouvé par Isocrate pour éviter la critique d’un savoir oratoire.

L’incompétence oratoire dans les autres sources athéniennes

  • 172 Sur l’ensemble des points traités ici, voir aussi l’exposé de Giulia Sissa (« L’aveu dans le dialog (...)

59Comme les orateurs, le Socrate de Platon se définit comme un homme qui évite les affaires judiciaires172. Quand, accusé d’impiété, il est forcé de comparaître au tribunal, il demande à s’exprimer comme il en a l’habitude dans sa vie quotidienne :

  • 173 Platon, Apologie de Socrate, 17d1-3.

Car, sachez-le bien, c’est la première fois aujourd’hui que je comparais devant un tribunal ; or j’ai soixante-dix ans. Je suis donc incompétent et étranger au langage d’ici (ἀτεχνῶς οὖν ξένως ἔχω τῆς ἐνθάδε λέξεως)173.

  • 174 Platon, Théétète, 172c2-173c5.
  • 175 Platon, Théétète, 174c5.
  • 176 Le même procédé semble d’ailleurs à l’œuvre avec Platon en tant qu’auteur des dialogues : voir Patr (...)

60Socrate souscrit donc aux thèmes de l’inexpérience et de l’incompétence. Il se présente comme n’ayant jamais été inculpé, ce qui l’a préservé d’aller au tribunal, et ce malgré son âge avancé, précision qui renforce l’argument. Il reprend une distinction déjà déployée dans d’autres discours, comme le ­Théétète174, qui oppose ceux qui se sont consacrés à la philosophie d’une part et ceux qui passent leur temps à écouter des plaidoiries d’autre part. Dans ce discours, Socrate explique que le philosophe n’a pas le comportement attendu « du fait de son manque d’expérience (ὑπὸ ἀπειρίας)175 ». Le mot est précisément celui qu’utilisent les plaignants pour se décrire. Socrate emploie la stratégie à laquelle ont recours les plaignants pour minimiser leur rôle dans la composition du discours176.

  • 177 Platon, République, VII, 517d5-e2. Voir aussi Platon, Théétète, 172c4-6 (γελοῖοι) ; 174c1-6 (γέλωτα (...)
  • 178 Platon, Gorgias, 486a8-b4.
  • 179 Paulin Ismard, L’événement Socrate, Paris, Flammarion, 2013, p. 71-74.

61Dans le passage cité de l’Apologie, Socrate insiste ensuite sur son manque de technique rhétorique, en employant ἀτεχνῶς, un terme qui est apparu très fréquemment dans les passages tirés des discours judiciaires. Il va jusqu’à dire, dans la République, que celui qui, comme lui, s’occupe de réflexions philosophiques « est disgracieux (ἀσχηµονεῖ) » et « paraît ridicule (φαίνεται γελοῖος) » dans un tribunal177. Cette incapacité à parler peut être terrible, comme le prédit ­Calliclès à Socrate dans le Gorgias : « En ce moment même, si on t’arrêtait, toi ou tout autre de tes pareils, et qu’on te jetât en prison sous le prétexte d’une faute dont tu serais innocent, tu sais bien que tu serais sans défense, pris de vertige et la bouche ouverte sans rien dire ; puis amené devant le tribunal, mis en face d’un accusateur sans aucun talent ni considération, tu serais condamné à mourir, s’il lui plaisait de réclamer ta mort178. » Socrate apparaîtrait sans défense. ­Paulin Ismard a justement montré comment le philosophe, lors de son procès, cherche précisément à subvertir les codes de l’éloquence judiciaire, en refusant de préparer le moindre discours et de prononcer une plaidoirie qui répondrait aux codes du genre judiciaire179.

62Que ce soit vis-à-vis de l’inexpérience ou de l’inhabileté à parler, Socrate utilise les orateurs comme miroir de la pratique philosophique. Or, ne voir dans cette posture qu’une critique du contexte judiciaire serait limiter l’analyse à la seule compréhension interne de l’œuvre platonicienne. Au contraire, n’importe pas tant ici la dépréciation de l’Autre – qu’il s’agisse de l’adversaire pour les plaignants ou des orateurs en général pour Socrate – que la mise en scène, de la part de l’énonciateur, de sa propre incapacité à faire des discours. Dans la mesure où les sources oratoires et platoniciennes sont contemporaines, il est impossible de savoir qui a influencé l’autre. Les textes conservés donnent surtout à voir les outils inclus dans le dispositif de vérité pour donner du crédit à une parole.

  • 180 Carey (éd.), Lysias, op. cit., p. 93. De même, Kenneth Dover (Greek Popular Morality…, op. cit., p. (...)
  • 181 Respectivement Aristophane, Les Nuées, v. 1007 et 1003.
  • 182 Aristophane, Les Oiseaux, v. 40-41.
  • 183 Aristophane, La Paix, v. 190-191.
  • 184 Aristophane, Les Guêpes, v. 1037-1042

63Les comédies d’Aristophane, quant à elles, constituent un corpus très proche des discours judiciaires en ce qui concerne la critique de l’activité oratoire. L’orateur du Contre Simon de Lysias se représente comme un ἀπράγµων, quelqu’un qui s’occupe de ses propres affaires et évite les troubles, en particulier les procès, un type qui, comme le note Christopher Carey, est valorisé par Aristophane180. Ainsi, dans Les Nuées, le raisonnement juste qui prend le premier la parole dans la polémique qui l’oppose au raisonnement injuste, vante poétiquement l’inactivité (ἀπραγµοσύνη) et reproche à ceux qui suivent le raisonnement injuste de passer leur temps à bavarder sur l’Agora181, le lieu où siégaient les tribunaux et se déroulaient les procès. Évelpidès reproche précisément aux Athéniens de chanter toute leur vie dans les procès182. Au contraire, quand il arrive auprès d’Hermès dans La Paix, Trygée se présente comme n’étant ni sycophante ni épris d’affaires (οὐ συκοφάντης οὐδ’ ἐραστὴς πραγµάτων)183. La tranquillité est mise en valeur dans Les Guêpes, dans la tirade du coryphée qui explique que le poète comique s’est battu contre un monstre qui forçait ceux qui aimaient rester sans tourments (τοῖσιν ἀπράγµοσιν) à prêter le serment contradictoire et à déposer des témoignages, c’est-à-dire à régler des poursuites judiciaires184. Chez Aristophane se trouvent donc associées à la fois la dévalorisation de l’adversaire, décrit comme attaché aux procédures judiciaires, et la représentation positive de celui qui se garde de fréquenter les tribunaux.

  • 185 Isocr. [7.48]. Eschine affirme quant à lui que de nombreux individus, jeunes comme vieux, se presse (...)
  • 186 Aristophane, Les Nuées, v. 961.
  • 187 Ehrenberg, « Polypragmosyne… », art. cité, p. 56.
  • 188 Les discours fictifs que représentent les Tétralogies sont reconnus par les spécialistes comme ayan (...)
  • 189 Carter, The Quiet Athenian, op. cit., p. 106-113.

64Les références à Aristophane peuvent être rapprochées d’une déclaration d’Isocrate qui se réfère, dans l’Aréopagitique, à un passé utopique où les jeunes ont une telle aversion pour l’Agora, « que, s’ils étaient jamais forcés de la traverser, c’est avec beaucoup de réserve et de sagesse qu’on les voyait le faire185 ». Il y aurait existé un temps où les gens ne cherchaient pas à se quereller avec les autres. Le raisonnement juste, dans Les Nuées, est d’ailleurs placé du côté de l’éducation à l’ancienne186. Ces affirmations reflètent les conceptions d’une époque où la critique de ceux qui s’affairent dans les tribunaux est telle qu’elle conduit à forger une image idyllique du passé. L’apparition de ces représentations pourrait témoigner d’un changement culturel à l’époque classique : c’est au moment où le problème commence à se poser que la mémoire des périodes antérieures se transformerait. Dans son article sur la πολυπραγµοσύνη, Victor Ehrenberg démontre que le fait d’être actif n’est pas méprisé au ve siècle et le devient au ive siècle, le tournant ayant lieu lors de la guerre du Péloponnèse : en vantant l’ἀπραγµοσύνη, les gens ne la considéraient plus comme une politique pacifique et une simple jouissance de la vie et de la prospérité, mais comme une opposition déterminée à la politique en tant que telle187. Laurence Carter rappelle cependant que le motif se manifeste dans les Tétralogies d’Antiphon, dont la datation haute remonte aux années 440188 : il en conclut qu’il ne peut s’agir uniquement d’un « phénomène d’après-guerre » mais qu’il doit être lié au fonctionnement du système démocratique189. Peut-être est-il possible de trouver un compromis : la valorisation de l’individu éloigné du tribunal est attestée dès le milieu du ve siècle, et peut par conséquent être élargie à l’ensemble de la période classique, tandis que la valorisation de l’activité disparaît avec la guerre du Péloponnèse. Seule demeure la perception très négative de l’occupation judiciaire.

*

65En définitive, les marques de réflexivité présentes dans le corpus des dix orateurs attiques donnent à voir un véritable dispositif de vérité, au sens d’un système cognitif complexe relatif à la communication employée par les orateurs. D’un côté, l’exposé succinct des faits eux-mêmes illustre la simplicité de leur appréhension et, en effaçant le rôle de l’orateur comme transmetteur de l’information, entend faire adhérer le public à son discours. De l’autre côté, les manipulateurs que sont les maîtres de la parole engendrent la méfiance des auditeurs car ils sont capables d’élaborer un discours long et compliqué qui, dans ses méandres, permet de dissimuler les faits. Ce résumé schématique correspond évidemment à un idéal-type, qui ne se retrouve jamais dans son ensemble à l’intérieur des discours, mais dont les segments ont été précédemment assemblés un à un.

66Quelques ouvertures vers d’autres pratiques discursives de l’époque classique ont conduit à identifier ces caractéristiques comme des représentations partagées dans la société athénienne des ve-ive siècles. Elles permettent de conclure à un idéal partagé de transparence. Ce résultat confirme l’idée avancée à propos des témoins, selon laquelle l’expérience des faits doit être la plus directe possible. Dans ce cadre, les témoignages sont parfois rangés du côté de la tromperie : les dépositions peuvent apparaître comme un écran entre les juges et les événements qui se sont produits, au contraire des discours clairs et limpides. En retour, ce système cognitif contraint les plaignants à tenter d’effacer les signes de leur propre énonciation, laissant croire à une évidence des faits, directement transmis aux juges, tels Phryné découverte par Hypéride. Le paradoxe du témoin débouche ainsi sur l’idée non moins paradoxale de plaidoiries sans plaideur. Les orateurs ne sont néanmoins pas les seuls à agir de la sorte. Socrate apparaît dans plusieurs dialogues platoniciens comme leur homologue.

67La seule exception notable à ce schéma bien réglé est Isocrate, dont les propos sont souvent venus contredire les différents motifs soumis à l’analyse. L’orateur-philosophe n’est pas toujours favorable aux paroles brèves ou simples et met régulièrement en valeur la précision. L’explication réside peut-être dans la position adoptée par Isocrate, centrée sur les discours d’apparat plutôt que sur les discours judiciaires. C’est ce qui lui permet de se dire inexpérimenté, comme tous les autres, malgré son habileté oratoire grâce à laquelle il a vécu une partie de sa vie. Cette exception confirme finalement le cadre général dégagé dans ce chapitre : le genre épidictique est moins soumis à la recherche de l’adhésion d’autrui que les genres judiciaire et délibératif, dans lesquels il s’agit du principal enjeu.

Anmerkungen

1 Pseudo-Plutarque, Vie des dix orateurs (Œuvres morales, 55) : Hypéride, 849e. Sur les trois chefs d’inculpation, voir Paul Foucart, « L’accusation contre Phryné », Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, 26, 1902, p. 216-218. Pour la date, voir la bibliographie donnée dans Gianfranco Bartolini, Iperide. Rassegna di problemi e di studi (1912-1972), Padoue, Editrice Antenore, 1977, p. 117-118.

2 Voir Florence Gherchanoc, « La beauté dévoilée de Phryné. De l’art d’exhiber ses seins », Mètis, n. s. 10, 2012, p. 207, qui analyse grâce à quoi ce dévoilement devient un moyen de persuasion.

3 Une seule phrase a survécu, grâce à Harpocration et Hésychius, mais ne concerne pas l’opération de dévoilement. Pour les passages s’y rapportant, voir Élise Lehoux, Nicolas Siron, « Montrer, démontrer : Phryné et le dévoilement de la vérité », Cahiers « Mondes Anciens », 8, 2016, https://mondesanciens.revues.org/1697, § 1, n. 4-6.

4 Voir Bernard Vouilloux, Le tableau vivant. Phryné, l’orateur et le peintre, Paris, Flammarion, 2002, p. 41-52 ; Andreas Wittenburg, « Nu classique et voyeurisme. Femmes et hommes, Antiquité et Orient dans la peinture du xixe siècle », dans Violaine Sebillotte, Nathalie Ernoult (dir.), Problèmes du genre en Grèce ancienne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 212, n. 73.

5 Carlos Lévy, Laurent Pernot, « Phryné dévoilée », dans Carlos Lévy, Laurent Pernot (dir.), Dire l’évidence. Philosophie et rhétorique antiques, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 6. Voir aussi Lehoux, Siron, « Montrer, démontrer… », art. cité, § 1-5.

6 Barbara Cassin, « Procédures sophistiques pour construire l’évidence », dans Carlos Lévy, Laurent Pernot (dir.), Dire l’évidence…, op. cit., p. 15-16. C’est Cicéron (Académiques, II, Lucullus, VI, 17) qui, en 45 av. J.-C., a créé par néologisme le mot euidencia pour traduire ἐνάργεια. Voir aussi Francesco Berardi, La dottrina dell’evidenza nella tradizione retorica greca e latina, Pérouse, Edizione Pliniana, 2012, p. 11-39.

7 François Hartog, Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, Paris, Gallimard, 2007 [2005], p. 12, qui synthétise le développement de Barbara Cassin. « Transformer l’auditeur en spectateur » est l’objectif que se fixe Thucydide (Plutarque, La gloire des Athéniens [Œuvres morales, 22], 3, 347a5-9). À propos des historiens, Carlo Ginzburg (« Montrer et citer. La vérité de l’histoire », Le Débat, 56, 1989, p. 47) affirme que « l’enargeia était un instrument propre à communiquer l’autopsia, autrement dit la vue directe, par la force du style ».

8 Gorgias, Défense de Palamède (Fragments, XI a), 35, édités en français par Jean-Louis Poirier dans Jean-Paul Dumont (dir.), Les Présocratiques, Paris, Gallimard, 1988, p. 1044. Voir aussi la traduction de Barbara Cassin (« Procédures sophistiques… », art. cité, p. 24), qui souligne le terme φανεράν, rendu par Poirier à travers l’expression de vérité « claire », en le traduisant par vérité « évidente ».

9 Cette question a déjà été abordée, en termes très proches, par Paulo Butti de Lima qui a étudié la représentation que les orateurs offrent d’eux-mêmes pour présenter leur discours comme véridique : Paulo Butti de Lima, L’inchiesta et la prova. Immagine storiografica, pratica giuridica e retorica nella Grecia classica, Turin, Einaudi, 1996, p. 37-45.

10 Esch. 1.161. Dans le Contre Ctésiphon, il emmène en imagination les juges à Thèbes (§ 157) et dans la Stoa Poikilè (§ 186). Voir Ruth Webb, « Eschine et le passé athénien : narration, imagination et construction de la mémoire », Cahiers des études anciennes, 46, 2009, p. 129-147, http://etudesanciennes.revues.org/173 ; Peter A. O’Connell, The Rhetoric of Seeing in Attic Forensic Oratory, Austin, University of Texas Press, 2017, partie 3, « Imaginary Sight ». Voir encore And. 1.148.

11 Johnstone, Disputes, p. 89 : « A schizophrenic theory […] Litigants strained to make the veil of their own language seem as sheer as possible. » Voir toute la démonstration p. 87-91.

12 Sur la distinction entre ἔργον et πρᾶγµα, voir plus loin dans ce chapitre, p. 275.

13 Din. 3.20. Michel Nouhaud défend l’authenticité de ce passage (Michel Nouhaud (éd.), Dinarque. Discours, Paris, Les Belles Lettres, 1990, p. 62, n. 126).

14 C’est le cas, par exemple, de Michael Gagarin (éd.), Antiphon. The Speeches, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 169, concernant le passage d’Ant. [4.Γ.3] : « Αὐτὸ τὸ ἔργον : i. e. the result of the fight. » Voir aussi Harvey Yunis (éd.), Demosthenes: On the Crown, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 238 concernant Dém. 18.233.

15 Voir Johnstone, Disputes, p. 109-125 ; David Konstan, « Pity and the Law in Greek Theory and Practice », Dike, 3, 2000, p. 125-145. Voir encore Adriaan Lanni, « Relevance in Athenian Courts », dans Michael Gagarin, David Cohen (dir.), The Cambridge Companion to Ancient Greek Law, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 118-121.

16 Voir Ant. [2.Δ.1], [3.Γ.3] ; 5.3, 72 ; Dém. 29.5 ; Is. 1.41 ; 8.12, 27 ; Isocr. [2.46] ; [5.4] ; [9.39] ; Lys. 7.37. Voir aussi des formulations proches : And. 1.55 ; [2.25] ; Ant. [3.B.3, Δ.2] ; Dém. 31.8 ; 45.2 ; Is. 8.20.

17 Gagarin (éd.), Antiphon, op. cit., p. 140 : « This expression and variations of it commonly designate objective or factual truth as opposed to conclusions drawn from arguments. » Voir aussi p. 149 et William Wyse (éd.), The Speeches of Isaeus, New York, Arno Press, 1979 [1904], p. 222, qui ajoute des références à Platon (Sophiste, 234c) et Thucydide (II, 41, 2 et 4), ce qui montre que la formule dépasse le cadre des discours judiciaires.

18 Pour comprendre ces passages, voir l’étude du témoignage de l’adversaire dans le chapitre « L’ère des témoins » (p. 56).

19 Sur l’importance de la clarté, voir la partie intitulée « La trasparenza del discorso » dans Diego Lanza, Lingua e discorso nell’Atene delle professioni, Naples, Liguori, 1979, p. 42-49. Diego Lanza y part des considérations d’Aristote dans la Rhétorique (III, 2, 1404b1-5) pour faire le lien avec la concision de parole chez les orateurs et en particulier chez Isocrate (p. 44-45).

20 Dém. 19.120. Voir aussi Ant. 6.41.

21 Dém. 19.279. Il affirme que ce sont les faits qui ont permis de percevoir le faux rapport que certains ambassadeurs ont fait au Conseil.

22 Dém. 19.81.

23 Ils viennent effectivement à la tribune : voir Esch. 2.143. Si Todd (Evidence, p. 39) y voit des témoins, Lene Rubinstein (Litigation and Cooperation. Supporting Speakers in the Court of Classical Athens, Historia Einzelschriften, 147, 2000, p. 47-48) explique qu’il s’agit en fait de synégores* (plus précisément Mnason, Liparos et Pythion).

24 Dém. 19.177.

25 L’opposition entre faits et discours (ἔργον/λόγος), très fréquente chez les orateurs, est un trait constitutif de la pensée athénienne depuis l’époque de Solon : voir « A Brief History of the logos/ergon Distinction » dans Adam M. Parry, Logos and Ergon in Thucydides, Salem, Ayer Company, 1988 [1981], p. 15-61, qui soutient pourtant que la distinction connaît un déclin après Thucydide. Voir aussi Nicole Loraux, L’invention d’Athènes. Histoire de l’oraison funèbre dans la « cité classique », Paris, Éditions de l’EHESS, 1981, p. 38 ; Johnstone, Disputes, p. 87-88.

26 Si, comme il en a été question dans le chapitre « L’ère des témoins » (p. 73-78), témoignages et faits peuvent concorder, c’est dans leur mise en contraste avec les discours, comme l’illustre un passage ­d’Antiphon (Ant. 5.84).

27 Respectivement Ant. [3.Δ.9] et Lys. 27.8.

28 Voir, par exemple, l’expression αὐτοῖς τοῖς ἔργοις καὶ τῇ ἀληθείᾳ τῶν πραγµάτων dans Ant. 5.3 : la présence des deux mots implique, au moins ici, la nécessité de deux sens différents.

29 Le terme πρᾶγµα n’est néanmoins pas univoque et peut également marquer l’idée de « faits » en général. Voir, par exemple, Esch. 3.141.

30 Voir le résumé historiographique dans Nicolas Siron, « Le laconisme des Athéniens. Construction de l’évidence des faits dans les discours judiciaires de l’Athènes classique », Hypothèses, 2017, p. 99-100.

31 Voir, par exemple, Dém. 58.23, 25 ; [Exordes, XXXVI (XXXVII), 1].

32 C’est ce qu’avait déjà noté Bonner (Evidence, p. 15) au début du xxe siècle, qui ne citait cependant que deux occurrences. Sur la digression dans le monde romain, voir Lucia Calboli Montefusco, Exordium Narratio Epilogus. Studi sulla teoria greca e romana delle parti del discorso, Bologne, Cooperativa Libraria Universitaria Editrice Bologna, 1988, p. 73-77.

33 Voir David Whitehead (éd.), Hypereides: The Forensic Speeches, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 238.

34 Outre cette citation du Contre Timarque, voir aussi, dans le Contre Ctésiphon, la critique faite par Eschine aux longs développements de Démosthène qui ne peuvent que nuire à ses clients (§ 200-201).

35 Esch. 1.166.

36 Esch. 1.175-176.

37 Esch. 3.100-101.

38 Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksiek, 1999 [1968], p. 561.

39 Voir Augustin Cartault, La trière athénienne. Étude d’archéologie navale, Paris, Claude Tchou pour la bibliothèque des introuvables, 2001 [repris de Paris, Ernest Thorin, 1881], qui parle d’« un navire dont la principale dimension était la longueur » (p. 56 [p. 9]) et pointe l’importance technique de l’aspect longiligne pour les vaisseaux de guerre, au contraire de la marine marchande (p. 70-73 [p. 23-25]). Une autre métaphore maritime au sujet des digressions se trouve néanmoins chez Platon et confirme l’idée : Hippias conseille à Protagoras de « ne pas aller, tous agrès tendus et toute voile au vent, fuir vers la haute mer des discours, hors de la vue de la terre ferme » (Platon, Protagoras, 338a5-7)

40 Esch. 3.28.

41 Victor Martin, Guy de Budé (éd.), Eschine. Discours, II, Paris, Les Belles Lettres, 1962 [1928], p. 36, n. 1.

42 Il est également possible que Démosthène ait effacé ce point dans son discours au cours de la rédaction pour la publication, mais cette probabilité est trop hypothétique pour servir de base à l’analyse. En remettant de la sorte en cause les textes issus de la tradition manuscrite, plus aucune démonstration n’est possible à partir de la source judiciaire.

43 Sophie Gotteland, Mythe et rhétorique. Les exemples mythiques dans le discours politique de l’Athènes classique, Paris, Les Belles Lettres, 2001, p. 48. Elle ne cite que deux occurrences : ce n’est véritablement qu’une hypothèse pour elle.

44 Voir Siron, « Le laconisme des Athéniens », art. cité, tableaux p. 104-106.

45 Le terme utilisé par Antiphon est παλλακή. Il s’agit probablement d’une esclave : voir Louis Gernet (éd.), Antiphon. Discours. Suivis des fragments d’Antiphon le sophiste, Paris, Les Belles Lettres, 1923, p. 42, n. 2 ; Gagarin (éd.), Antiphon, op. cit., p. 114.

46 Ant. 1.18.

47 Gagarin (éd.), Antiphon, op. cit., p. 116.

48 Ant. 1.13.

49 Pseudo-Aristote, Rhétorique à Alexandre, 30, 4, 1438a19-22.

50 Voir Pierre Chiron (éd.), Pseudo-Aristote. Rhétorique à Alexandre, Paris, Les Belles Lettres, 2002, p. 176, n. 524. Il en profite pour détailler les origines de ces principes (p. LXIX) et propose deux pistes : l’école isocratique à laquelle fait référence Quintilien (Institution oratoire, IV, 2, 31-32) ou même Corax selon Doxopatros (Hugo Rabe (éd.), Rhetores Graeci, XIV : Prolegomenon Sylloge, Stuttgart/Leipzig, Teubner, 1995, p. 125-126). Sur ces deux sources, voir Calboli Montefusco, Exordium Narratio Epilogus, op. cit., p. 65-67.

51 Il ne convient néanmoins pas d’exclure que ces développements peuvent répondre à des objectifs rhétoriques. Ainsi, l’orateur peut se plaindre de ne pouvoir tout dire sur les méfaits trop nombreux de son adversaire : par exemple, Dém. 21.129 ; Esch. 1.109 ; Lys. 13.67-68 (65-66).

52 Isocr. [4.73].

53 Vincent Azoulay, « Le texte et ses interprétations : la politique isocratique de la réception », dans Christian Bouchet, Pascale Giovannelli-Jouanna (dir.), Isocrate. Entre jeu rhétorique et enjeux politiques, Lyon, Centre d’étude et de recherche sur l’Occident romain, 2015, p. 107-122.

54 Voir Isocr. [1.11] ; [6.24] ; [9.73] ; [15.117]. Il prône la juste mesure entre concision et précision dans Isocr. [5.46].

55 Isocr. [6.24]. Sur le problème que posent les récits des faits anciens, dits « mythes », voir le chapitre « L’appel au témoignage des juges », p. 249-252.

56 Outre la référence platonicienne, voir l’équivalent chez les dramaturges tragiques dans Siron, « Le laconisme des Athéniens », art. cité, p. 101-102.

57 Platon, Gorgias, 449b8-9. Socrate a commencé par requérir une réponse courte (διὰ βραχέων ἀπεκρίνω : 449a1) de Polos avant de se raviser et de s’adresser à Gorgias.

58 Platon, Gorgias, 449c4-6.

59 Platon, Gorgias, 449b10-12 et 449c7-8.

60 Platon, Gorgias, 449d8-9. Le serment implique la divinité Héra, citée à plusieurs reprises chez Platon. Il fait toujours l’admiration de Socrate : voir Eric R. Dodds (éd.), Plato. Gorgias, Oxford, Clarendon Press, 1959, p. 195.

61 Si la proximité des réactions de Gorgias et Protagoras a déjà été remarquée dans Paul ­Friedländer (éd.), Platon, II, Die Platonischen Schriften. Erste Periode, Berlin, De Gruyter, 1964, p. 230, la ressemblance des propos de Socrate dans les deux dialogues est aussi notable.

62 Voir Platon, Protagoras, 342d4-343b8.

63 Voir l’ensemble du dialogue, rapporté par Socrate : Platon, Protagoras, 334c8-335c8.

64 Dodds (éd.), Plato. Gorgias, op. cit., p. 195.

65 Platon, Protagoras, 329b2-6.

66 Platon, Protagoras, 334d5-6.

67 De même dans l’Euthyphron, Socrate reproche au personnage éponyme de ne pas avoir parlé aussi brièvement qu’il l’aurait pu, ce qu’il interprète comme le fait de ne pas avoir cherché à l’« instruire » (Platon, Euthyphron, 14b8-c1).

68 Platon, Protagoras, 336c5-d3.

69 Nicholas Denyer (éd.), Plato. Protagoras, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 140.

70 Platon, Protagoras, 334c9-d1. Socrate emploie, comme le fait par la suite Alcibiade, le verbe ἐπιλανθάνοµαι, lequel signifie « faire oublier ». Alcibiade lui-même dénonce l’ironie de Socrate, qui possède en fait une excellente mémoire (336d3-5).

71 Nicole Loraux, « L’équité sans équilibre du dialogue », dans Nicole Loraux, Carles Miralles (dir.), Figures de l’intellectuel en Grèce ancienne, Paris, Belin, 1998, p. 261-294, p. 262-263. Devin Stauffer (The Unity of Plato’s Gorgias. Rhetoric, Justice and the Philosophic Life, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 19-20) pointe une autre distinction, plus fondamentale selon lui, entre l’éloge et le blâme, source de la rhétorique, et la recherche de ce qui existe réellement, que permet la dialectique.

72 Platon, Gorgias, 448c4-9.

73 Platon, Protagoras, 335a3-8.

74 Lys. 19.1-2.

75 Voir Stefano Ferrucci (éd.), Iseo. La succession di Kiron, Pise, Edizioni ETS, 1998, p. 146.

76 En ce qui concerne l’inexpérience, l’ἀπειρία n’est pas seule considérée : les passages utilisant ἰδιώτης ont aussi été pris en compte. Sur le terme ἰδιώτης, voir la bibliographie donnée par ­Whitehead (éd.), Hypereides, op. cit., p. 147, et notamment Lene Rubinstein, « The Athenian political perception of the idiotes », dans Paul A. Cartledge, Paul Millett, Sitta von Reden (dir.), Kosmos. Essays in Order, Conflict and Community in Classical Athens, Cambridge/New York/Melbourne, Cambridge University Press, 1998, p. 125-143. Elle montre que les ἰδιῶται, simples particuliers, prennent le sens de « personnes sans savoir oratoire » du fait de l’opposition avec les orateurs, qui sont quant à eux caractérisés comme compétents.

77 Dans un cas au contraire, l’orateur se vante d’être « habile » : Apollodore explique que ses adversaires ne pensaient pas qu’il serait assez avisé (δεινόν) pour examiner l’affaire de près (Dém. 46.17). Par conséquent, il ne fait que se mettre au niveau de son adversaire Pasion en termes de compétences juridiques.

78 La jeunesse peut aussi être critiquée, ce qui est visible dans une occurrence : Épicharès, le plaignant du Contre Théocrinès du corpus démosthénien, dit que ses adversaires ont remis en cause sa jeunesse (§ 58). Mais rien n’est dit de plus, et il est impossible de savoir, en particulier, ce qui était dénoncé au juste : est-il trop jeune pour bien s’y connaître ? Ou au contraire sa jeunesse témoigne-t-elle de son ardeur précoce à faire des procès, et donc d’une proximité avec le milieu judiciaire ?

79 Voir Ferrucci (éd.), Iseo. La succession di Kiron, op. cit., p. 145 ; Jon Hesk, Deception and Democracy in Classical Athens, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 208, n. 17 ; Christos Kremmydas, Jonathan Powell, Lene Rubinstein (dir.), Profession and Performance. Aspects of Oratory in the Greco-Roman World, Londres, Institute of Classical Studies of the University of London, 2013, p. 2. Sur la jeunesse, voir Gagarin (éd.), Antiphon, op. cit., p. 106. Voir encore la partie « La défense des gens tranquilles : “Je n’ai jamais plaidé” » dans Paul Demont, La cité grecque archaïque et classique et l’idéal de tranquillité, Paris, Les Belles Lettres, 1990, p. 95-97. Carey et Reid résument bien, en quelques lignes, la cohérence des motifs entre eux : voir Christopher Carey, Robert A. Reid (éd.), Demosthenes: Selected Private Speeches, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 168.

80 Josiah Ober, Mass and Elite in Democratic Athens. Rhetoric, Ideology, and the Power of the People, Princeton, Princeton University Press, 1989, p. 174-177. Sur la thèse d’Ober, voir plus loin.

81 Butti de Lima, L’inchiesta et la prova, op. cit., chap. 2, « Come si ricostruisce il passato », en particulier p. 37-39. Cet aspect paradoxal est aussi souligné par Kenneth J. Dover, Greek Popular Morality in the Time of Plato and Aristotle, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1974, p. 25.

82 Kremmydas, Powell, Rubinstein (dir.), Profession and Performance, op. cit., p. 2. Leur liste (n. 4) omet néanmoins plusieurs passages.

83 Voir Victor Bers, Genos Dikanikon. Amateur and Professional Speech in the Courtrooms of Classical Athens, Cambridge/Londres, Center for Hellenic Studies, 2009, en particulier chap. 4, « Terrors of the Courtroom ». L’ensemble de l’ouvrage reprend de nombreuses occurrences analysées dans ces pages.

84 Voir Platon, Phèdre, 266d7-9 et Aristote, Rhétorique, III, 14 (et en particulier 1414b39-1415b28 pour ce qui est des exordes dans les discours proprement judiciaires). Sur ces passages, voir Calboli Montefusco, Exordium Narratio Epilogus, op. cit., p. 1-32.

85 Michel Menu, Jeunes et vieux chez Lysias. L’akolosia de la jeunesse au ive siècle av. J.-C., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, p. 63. Voir toute la sous-partie « Le goût de la chicane » (p. 59-66).

86 André Soubie, « Les preuves dans les plaidoyers des orateurs attiques », Revue internationale des droits de l’Antiquité, 3e série, 20 [= RIDA, 28], 1973, p. 173. Voir aussi Robert Flacelière, La vie quotidienne en Grèce au siècle de Périclès, Paris, Hachette, 1959, p. 296-297.

87 Ant. 5.1-2.

88 Ant. 5.5.

89 Butti de Lima, L’inchiesta et la prova, op. cit., p. 38-39.

90 Voir Lionel Pearson, « Historical Allusions in the Attic Orators », Classical Philology, 36, 1941, p. 219. Cette récurrence a encore amené les spécialistes du droit à parler de lieu commun, ainsi Hesk (Deception and Democracy…, op. cit., p. 208, n. 17) qui évoque « the “my opponent is a skilled speaker” topos ». Voir aussi Dover, Greek Popular Morality…, op. cit., p. 25-26.

91 Ober, Mass and Elite…, op. cit., p. 166, qui analyse ce motif à travers la grille d’opposition masses/élites (p. 166-170). La récurrence de l’attaque a aussi été notée par Butti de Lima, L’inchiesta et la prova, op. cit., p. 38.

92 Din. 1.113. Le discours s’achève au § 114. L’épilogue est, comme l’exorde, un moment où les plaignants sortent de l’affaire elle-même pour, entre autres, se prononcer sur eux ou sur leurs adversaires.

93 Patrice Brun, Démosthène. Rhétorique, pouvoir et corruption, Paris, Armand Colin, 2015, p. 269. Voir aussi Yunis (éd.), Demosthenes: On the Crown, op. cit., p. 263.

94 Dém. 22.4. Androtion fait effectivement de la politique depuis une trentaine d’années (§ 66) après avoir été l’élève d’Isocrate (Vie anonyme d’Isocrate, l. 99-106). Voir Octave Navarre, Pierre Orsini (éd.), Démosthène. Plaidoyers politiques, I, Paris, Les Belles Lettres, 1954, p. XXXII.

95 Voir, par exemple, Dém. 18.276-277 ; 21.191 ; 32.31-32 ; Lyc. 1.31.

96 Voir le chapitre précédent intitulé « L’appel au témoignage des juges », p. 234-235.

97 Voir Esch. 1.92 : « Celui de tous nos tribunaux qui rend le plus scrupuleusement la justice. »

98 Esch. 1.92.

99 Voir aussi Esch. 1.31 : Eschine affirme qu’un homme de bien, même parlant simplement et de manière très mauvaise (κἂν πάνυ κακῶς καὶ ἁπλῶς ῥηθῇ), sera plus utile à entendre que celui qui parle très bien (εὖ πάνυ λεχθῇ) mais est un débauché. Voir encore Esch. 1.180-181 : à Sparte, une loi proposée par un homme habile au discours (λέγειν δ’ εἰς ὑπερβολὴν δυνατοῦ) n’aurait pas été acceptée après avoir été répétée par un orateur médiocre (ἄνδρα λέγειν µὲν οὐκ εὐφυᾶ).

100 Un seul contre-exemple existe, chez Andocide, qui rappelle à deux reprises qu’il a été mis en procès quatre fois (And. {4.8-9, 35-37}), dans l’optique de montrer qu’il a été à chaque fois innocenté.

101 Hyp. 2, pap. A, 16 (col. XIII).

102 Dém. 36.1 ; 44.4 ; 59.14 ; Hyp. 3.11 (col. XXV). Dans Lysias, Pour Phérénicos (Fragments, XXIV), fr. 1, 1 et 4, le synégore se dit lui-même peu habitué aux procès et même inexpérimenté : c’est l’amitié qui a conduit Phérénicos à lui demander de l’aide.

103 Voir Rubinstein, Litigation…, op. cit., chap. 4, « The Roles of Athenian Synêgoroi ».

104 Voir respectivement Rubinstein, Litigation and Cooperation, op. cit., p. 129-130 et 138.

105 Hyp. 2, pap. A, 19-20 (col. XV-XVI).

106 Voir le chapitre « L’appel au témoignage des juges », p. 233. David Whitehead l’interprète comme une litote (Whitehead (éd.), Hypereides, op. cit., p. 145). Pour une formule similaire, voir Dém. 58.24, au sujet de l’adversaire Théocrinès : « Les lois n’avaient pas de secret pour lui (τοὐναντίον οὐδενὸς τῶν ἐν τοῖς νόµοις ἄπειρον). »

107 Rubinstein, Litigation and Cooperation, op. cit., p. 152. Pour une déconstruction de l’argument, voir p. 163-172.

108 Voir Leisi, Zeuge, p. 36-37 ; Rubinstein, Litigation and Cooperation, op. cit., p. 71. L’éventualité d’un tel procès signale le rejet du recours à un orateur professionnel.

109 Le fait qu’Hypéride n’était pas le seul synégore est déduit de la mention dans le discours d’un précédent orateur (§ 15).

110 Hyp. 3.12 (col. XXVI). Colin y voit un « éloge », pensant qu’Hypéride « évite avec soin d’attaquer Lycurgue », sans percevoir la critique implicite qui y réside : voir Gaston Colin (éd.), Hypéride. Discours, Paris, Les Belles Lettres, 1946, p. 161, suivi par Whitehead (éd.), Hypereides, op. cit., p. 196.

111 Il cherche alors à montrer la différence entre les procès privés, auxquels il convient de ne pas participer, et les procès publics, qui permettent de défendre la cité et auxquels il s’est donc largement adonné. Sur l’utilisation du thème de l’intérêt civique, voir plus loin.

112 Whitehead (éd.), Hypereides, op. cit., p. 231.

113 Dém. 39.1. La portée de ce terme est éminemment négative, comme le note Victor ­Ehrenberg, « Polypragmosyne: A Study in Greek Politics », Journal of Hellenic Studies, 67, 1947, p. 58.

114 Dém. 40.4.

115 Voir Wyse (éd.), The Speeches of Isaeus, op. cit., p. 182 ; Georges Mathieu (éd.), Isocrate. Discours, III, Paris, Les Belles Lettres, 1966 [1942], p. 112, n. 1 ; Navarre, Orsini (éd.), Démosthène. Plaidoyers politiques, I, op. cit., p. 132, n. 1 ; Christopher Carey (éd.), Lysias. Selected Speeches, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 119.

116 Laurence B. Carter, The Quiet Athenian, Oxford, Clarendon Press, 1986, p. 110 : « To say that it is a speech-writer’s tool, a topos, is to miss the point. Why do speech-writers employ it ? » Il essaie ensuite de montrer que ces affirmations correspondent à la situation réelle des plaignants.

117 Pierre Chiron (éd.), Lysias. Discours I, XII, XXIV, XXXII, Paris, Les Belles Lettres, 2015, p. 100.

118 Demont, La cité grecque…, op. cit., p. 95-97. Adriaan Lanni (Law and Justice in the Courts of Classical Athens, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 30) insiste quant à elle sur la tendance des Athéniens à chercher un compromis, ce qui va dans le sens de son hypothèse générale de la flexibilité des Athéniens.

119 Vincent Azoulay, « Figures du politique en Grèce ancienne », séminaire du laboratoire ANHIMA 2018-2019.

120 Is. 1.1. C’est la deuxième phrase du discours. Voir aussi Lys. 19.55, mais il affirme avoir trente ans et on ne peut être juge qu’à partir de cet âge. Un contre-exemple se trouve dans Lys. 10.11, où l’adversaire est critiqué pour n’être jamais allé à l’Aréopage* : le fait de ne pas suivre les procès qui s’y déroulent dessert Théomnestos.

121 Dém. 54.17-18.

122 Voir Carey, Reid (éd.), Demosthenes, op. cit., p. 89.

123 Voir Ant. 5.67 (avec ἀκοῇ) et Lys. 19.5, 45, 46 (avec ὡς ἐγὼ ἀκούω et ἀκήκοα γὰρ ἔγωγε).

124 Voir Aristote, Constitution des Athéniens, 9, 1, repris dans Plutarque, Vie de Solon, 18, 6.

125 Les sycophantes ont fait l’objet d’une étude approfondie : John O. Lofberg, Sycophancy in Athens, Chicago, Ares Publishers, 1976 [1917] ; Bonner, Smith, Justice, II, p. 39-74. Plus récemment, voir les deux études de Robin Osborne, « Vexatious Litigation in Classical Athens: Sycophancy and the Sycophant », dans Paul A. Cartledge, Paul Millett, Stephen C. Todd (dir.), Nomos: Essays in Athenian Law, Politics and Society, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 83-102 ; David Harvey, « The Sykophant and Sykophancy: Vexatious Redefinition? », dans Cartledge, Millett, Todd (dir.), Nomos, op. cit., p. 103-121. La contribution de Robin Osborne fait un bilan historiographique de la question, tout en montrant que la sycophantie, certes dépréciée, était aussi d’une importance vitale pour la démocratie athénienne. David Harvey offre un panorama de tous les passages où il est question des sycophantes (p. 119-121). Voir aussi Matthew R. Christ, The Litigious Athenian, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1998.

126 Voir, par exemple, les scènes où apparaissent des sycophantes dans Les Acharniens (v. 818-835), Les Oiseaux (v. 1410-1469) et Ploutos (v. 850-958). Le commentaire de Christ (The Litigious Athenian, op. cit., p. 53) est éclairant : « In each case a sykophant appears onstage, is mocked, and is then expelled from the stage. The process of intrusion and expulsion dramatizes the status of the sykophant as an outsider who must be shunned. While sykophants are by no means the only undesirable characters driven off the stage in Aristophanic comedy, Aristophanes appears to take particular pleasure in inventing bizarre punishments that suit these peculiar figures. » Voir l’analyse p. 53-56, ainsi que p. 104-116.

127 L’idée de groupe ne s’entend qu’au sens d’ensemble d’individus. Comme l’a montré Robin Osborne (« Vexatious Litigation… », art. cité, p. 84), « there was no class of people who could be called professional prosecutors motivated purely by pecuniary considerations ». Christ (The Litigious Athenian, op. cit., p. 63-67) va dans le même sens en cherchant à ne pas confondre « social types with real social groups » (p. 66). Il s’oppose en cela à la démonstration d’Harvey (« The Sykophant… », art. cité, p. 114-116).

128 Dans un dernier cas, Démosthène explique qu’il aide d’autres personnes qui n’osent pas faire de procès. Christ (The Litigious Athenian, op. cit., p. 167-190) passe en revue tous les arguments utilisés par les plaignants pour justifier leur participation au procès en cours.

129 Dém. 21.191.

130 Jean Humbert, Louis Gernet (éd.), Démosthène. Plaidoyers politiques, II, Paris, Les Belles Lettres, 1959, p. 82, n. 1. Ils passent par une citation de l’Électre de Sophocle (v. 624) qui va dans le même sens.

131 Les deux alternatives sont déjà notées dans Nick R. E. Fisher (éd.), Aeschines: Against Timarchos, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 119.

132 Eschine défend également sa plainte en arguant de la défense de la cité (Esch. 1.1-2), passage qualifié par Virginia J. Hunter (Policing Athens. Social Control in the Attic Lawsuits, Princeton, Princeton University Press, 1994, p. 127) de « superb example » car « the prosecutor, Aeschines himself, first disarms the jury by declaring himself a “quiet” man never guilty of plaguing others with litigation ».

133 Il ne semble pas s’en formaliser pour autant, au contraire de ce qui a été développé concernant les manières des plaignants pour se présenter comme ne maîtrisant aucun des codes législatifs avant d’avoir été mis en procès.

134 Lyc. 1.31.

135 Il y a eu un débat sur la manière dont les orateurs connaissent les arguments des opposants : soit le passage est ajouté lors de la publication, c’est-à-dire après le procès et donc le discours de l’adversaire, soit les plaignants ont le moyen de savoir, par différents canaux, les arguments qui les attendent au tribunal. Alfred P. Dorjahn (« Anticipation of Arguments in Athenian Courts », Transactions and Proceedings of the American Philological Association, 66, 1935, p. 274-295) s’est prononcé très tôt en faveur de la deuxième hypothèse. Il a été rejoint plus récemment par Lene Rubinstein (Litigation and Cooperation, op. cit., p. 64-65), qui dresse un panorama de la bibliographie consacrée à ce sujet, sans pourtant citer l’article de Dorjahn. Voir la synthèse de David-Artur Daix et Matthieu Fernandez (éd.), Démosthène: Contre Aphobos I et II. Suivi de Contre Midias, Paris, Les Belles Lettres, 2017, p. 296-302.

136 L’accusation de sycophantie est répandue, à tel point qu’elle est elle aussi considérée comme un lieu commun, par exemple dans Carey, Reid (éd.), Demosthenes, op. cit., p. 169, au sujet d’une occurrence dans Dém. 39.2.

137 Voir Ober, Mass and Elite…, op. cit., p. 170-174. Sur l’attaque de l’adversaire comme sophiste, voir Hesk, Deception and Democracy…, op. cit., p. 209-219.

138 Voir, par exemple, les conseils donnés dans Isocr. [1.41].

139 Johnstone, Disputes, p. 165, n. 107 : « The discourse of the courts was highly self-reflexive and critical. »

140 Hesk, Deception and Democracy…, op. cit., p. 3-5 : « rhetoric of anti-rhetoric ». Voir en particulier p. 202-241.

141 Ibid., p. 203-204 : « Athenian oratory is meta-discursive and self-conscious. »

142 Voir néanmoins la critique de Mirko Canevaro déjà évoquée dans le chapitre précédent (p. 232, n. 35).

143 Sur la façon dont ces plaignants occupaient l’espace du tribunal, voir Victor Bers, Genos Dikanikon. Amateur and Professional Speech in the Courtrooms of Classical Athens, Cambridge/Londres, Center for Hellenic Studies, 2009.

144 Voir Esch. 1.1 et Hyp. 3.28 (col. XXXVIII). L’auto-caractérisation d’Eschine en tant qu’ἰδιώτης a été étudiée par Christian A. Preus, The Art of Aeschines: Anti-Rhetorical Argumentation in the Speeches of Aeschines, thèse, University of Iowa, 2012, http://ir.uiowa.edu/etd/2964/. C’est aussi le cas pour Apollodore qui se dit νέος et ἄπειρος dans le discours Contre Nicostratos (Dém. 53.13), au sujet d’un procès qui a lieu autour de 365, deuxième affaire connue où Apollodore se porte partie, après le Contre Callippos (Dém. 52) au début des années 360.

145 Dém. 27.2.

146 Au contraire de Menu (Jeunes et vieux…, op. cit., p. 16) qui explique que Lysias se dit inexpérimenté « alors qu’il n’était plus tout à fait un jeune homme » pour y voir un « artifice rhétorique […] guère contestable ».

147 Voir aussi Dém. 29.28 : Démosthène aurait encore oublié des témoignages dans le troisième discours Contre Aphobos, plaidoyer dans le procès pour faux témoignage que lance son ancien tuteur après avoir perdu le procès principal.

148 Adeline Grand-Clément, La fabrique des couleurs. Histoire du paysage sensible des Grecs anciens (viiie-début du ve s. av. n. è.), Paris, De Boccard, 2011, p. 465. Voir la sous-partie « La couleur trompeuse et les artifices du poikilon » (p. 465-472). Elle y précise que la signification péjorative de la bigarrure s’impose à l’époque classique (p. 472).

149 Dém. 18.276. Voir Harvey Yunis (éd.), Demosthenes: On the Crown, op. cit., p. 263 : « Δεινὸν καὶ γόητα καὶ σοφιστήν means that D. has exceptional verbal skills and uses them to manipulate others for personal ends. » La réunion de ces trois insultes est déjà présente dans Dém. 29.32.

150 Dém. 18.276-277. Démosthène reconnaît par la suite son « expérience » (ἐµπειρία).

151 Yunis (éd.), Demosthenes: On the Crown, op. cit., p. 263. Démosthène réaffirme plus loin qu’il n’est bon orateur que pour le bien de la cité (§ 314-320). Voir aussi Brun, Démosthène…, op. cit., p. 93.

152 Dernière technique utilisée par Démosthène, mais aussi par Apollodore et Isocrate : remettre en cause son élocution (voir, par exemple, Dém. 19.216). Cette autodescription doit être déconstruite : voir Nicolas Siron, « Des galets dans la bouche. La construction de la figure de l’orateur dans les discours judiciaires de l’Athènes classique », Archimède, 6, 2019, p. 230-238. La démonstration a déjà été faite pour Isocrate : voir Yun Lee Too, The Rhetoric of Identity in Isocrates. Text, Power, Pedagogy, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, chap. 3, « The Politics of the Small Voice ».

153  Isocr. [15.26].

154 Le discours date de 354/353 alors qu’il est né en 436. Isocrate lui-même parle de quatre-vingt-deux ans (§ 9).

155 Menu, Jeunes et vieux…, op. cit., p. 64. Luciano Canfora (Histoire de la littérature grecque d’Homère à Aristote, trad. par Denise Fourgous, Paris, Desjonquères, 1994 [1986], p. 484) fait remarquer qu’Aphareus, fils adoptif d’Isocrate, soutient dans le discours Contre Mégacleidès que son père n’avait jamais composé de discours judiciaire et parle d’une doctrine familiale.

156  Isocr. [15.42].

157 Isocr. [5.81] où il se dit même « le moins doué de tous les citoyens » (πάντων ἀφυέστατος ἐγενόµην τῶν πολιτῶν) ; [6.15] ; [12.9-10].

158 Isocr. [6.2, 98]. Il s’oppose néanmoins à ceux qui n’ont pas d’expérience (ἀπειροτέρως) dans Isocr. [12.37], mais il s’agit de l’expérience dans les discours d’apparat. Voir aussi Isocr. [15.46] (οὐκ ἀπείρως).

159 Isocr. [1.4] : τὴν δεινότητα τὴν ἐν τοῖς λόγοις.

160 Suzanne Saïd, Monique Trédé, Alain Le Boulluec, Histoire de la littérature grecque, Paris, PUF, 1997, p. 252. Ils font la liste des individus qui ont suivi son enseignement, parmi lesquels les orateurs Lycurgue et Hypéride.

161 Dém. 35.15, 40, 42.

162 Louis Gernet (éd.), Démosthène. Plaidoyers civils, I, Paris, Les Belles Lettres, 1954, p. 185-186.

163 Isocr. [15.48]. Voir aussi § 46.

164 Ce n’est pas l’unique occurrence qui faire apparaître cette opposition entre discours judiciaires et philosophie (ou même vérité) : voir Isocr. [1.3-4] ; [12, 271]. Ce n’est pas non plus la seule fois que les orateurs des tribunaux sont mis en cause : voir Isocr. [12.11].

165 Pascale Giovannelli-Jouanna, « La question autobiographique dans l’œuvre d’Isocrate », dans Christian Bouchet, Pascale Giovannelli-Jouanna (dir.), Isocrate. Entre jeu rhétorique et enjeux politiques, Lyon, Centre d’étude et de recherche sur l’Occident romain, 2015, p. 89-90. Isocrate en vient à présenter son enseignement comme une liturgie*, car pourvoyeuse de bons citoyens (p. 101-102). Cicéron (De l’orateur, II, 94) s’est laissé piéger par cette autodescription : « De son école, comme du cheval de Troie, ne sortirent que des chefs. »

166 Voir Hélène Olivier, « Isocrate, penseur engagé, intellectuel, nouveau Socrate ? », dans Bouchet, Giovannelli-Jouanna, Isocrate, op. cit., p. 285-307, qui détaille la présentation qu’Isocrate fait de lui-même dans plusieurs discours.

167 David C. Mirhady, Yun Lee Too (éd.), Isocrates I (The Oratory of Classical Greece, 4), Austin, University of Texas Press, 2000, p. 2.

168 Jean-Pierre Levet, « D’une rhétorique pédagogique à une “certaine philosophie” : les enseignements d’Isocrate et la sagesse », dans Bouchet, Giovannelli-Jouanna, Isocrate, op. cit., p. 309-318, et notamment p. 315.

169 Isocr. [15.50].

170 Isocr. [12.229].

171 Alberto Maffi, « Isocrate et le droit grec », dans Bouchet, Giovannelli-Jouanna, Isocrate, op. cit., p. 185-187.

172 Sur l’ensemble des points traités ici, voir aussi l’exposé de Giulia Sissa (« L’aveu dans le dialogue », dans L’aveu. Antiquité et Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 1986, p. 54-55).

173 Platon, Apologie de Socrate, 17d1-3.

174 Platon, Théétète, 172c2-173c5.

175 Platon, Théétète, 174c5.

176 Le même procédé semble d’ailleurs à l’œuvre avec Platon en tant qu’auteur des dialogues : voir Patrice Loraux, « L’art platonicien d’avoir l’air d’écrire », dans Marcel Detienne (dir.), Les savoirs de l’écriture en Grèce ancienne, Lille, Presses universitaires de Lille, 1988, p. 432-433.

177 Platon, République, VII, 517d5-e2. Voir aussi Platon, Théétète, 172c4-6 (γελοῖοι) ; 174c1-6 (γέλωτα) ; Gorgias, 484d7-e3 (καταγέλαστοι) ; 485c1-2 (καταγέλαστον). Les similitudes dépassent le seul thème de l’incongruité du philosophe dans les tribunaux : voir Auguste Diès (éd.), Platon. Œuvres complètes, VIII-2 : Théétète, Paris, Les Belles Lettres, 1976 [1926], p. 136-137.

178 Platon, Gorgias, 486a8-b4.

179 Paulin Ismard, L’événement Socrate, Paris, Flammarion, 2013, p. 71-74.

180 Carey (éd.), Lysias, op. cit., p. 93. De même, Kenneth Dover (Greek Popular Morality…, op. cit., p. 23-33) place la méfiance envers les orateurs dans la partie « Elements common to oratory and comedy » (voir en particulier p. 25-28).

181 Respectivement Aristophane, Les Nuées, v. 1007 et 1003.

182 Aristophane, Les Oiseaux, v. 40-41.

183 Aristophane, La Paix, v. 190-191.

184 Aristophane, Les Guêpes, v. 1037-1042

185 Isocr. [7.48]. Eschine affirme quant à lui que de nombreux individus, jeunes comme vieux, se pressent au tribunal (Esch. 1.117).

186 Aristophane, Les Nuées, v. 961.

187 Ehrenberg, « Polypragmosyne… », art. cité, p. 56.

188 Les discours fictifs que représentent les Tétralogies sont reconnus par les spécialistes comme ayant été rédigés relativement tôt au cours du ve siècle. La datation ne peut cependant pas être précisée et oscille entre les années 440 et les années 420.

189 Carter, The Quiet Athenian, op. cit., p. 106-113.

Abbildungsverzeichnis

Titel Figure 6 : Jean-Léon Gérôme, Phryné devant l’Aréopage, Hamburg Kunsthalle, 1861.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/55148/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 613k
Titel Tableau 42 : Occurrences des « faits eux-mêmes » dans les discours judiciaires
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/55148/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 409k
Titel Tableau 43 : Occurrences où les faits sont dits « montrer » dans les discours judiciaires
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/55148/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 434k
Titel Tableau 44 : Les accusations du discours digressif de l’adversaire dans les discours judiciaires
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/55148/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 221k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/55148/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 135k
Titel Tableau 45 : Affirmation par l’orateur de sa propre inexpérience dans les discours judiciaires
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/55148/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 489k
Titel Tableau 46 : Dénonciation par l’orateur de l’expérience de son adversaire dans les discours judiciaires
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/55148/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 260k
Titel Tableau 47 : Évocations par les orateurs de la fréquentation des tribunaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/55148/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 392k
Titel Tableau 48 : Raisons données par les orateurs pour justifier d’avoir intenté le procès en cours
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/55148/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/55148/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 97k

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540