Version classiqueVersion mobile

Témoigner et convaincre

 | 
Nicolas Siron

Troisième partie. La transparence des tribunaux

Chapitre 6. L’évidence des faits

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon le Pseudo-Plutarque, Hypéride défend Phryné, accusée d’impiété dans les années 340-330, avec une stratégie radicale : « Comme elle allait être condamnée, il la fit avancer au milieu de la salle (εἰς µέσον) et, ayant déchiré sa robe, il exhiba (ἐπέδειξε) sa poitrine. Quand les juges virent (ἀπιδόντων) sa beauté, ils l’acquittèrent1. » La présentation du corps de l’hétaïre apparaît comme une arme rhétorique redoutable2. Si le discours d’Hypéride est aujourd’hui perdu et si l’authenticité de ce passage a été contestée, le geste n’en a pas moins été largement évoqué dans l’Antiquité3 et exploité à partir de l’époque moderne4, ainsi dans le célèbre tableau de Jean-Léon Gérôme qui met en avant le mouvement de l’orateur (figure 6).

Figure 6 : Jean-Léon Gérôme, Phryné devant l’Aréopage, Hamburg Kunsthalle, 1861.

Image 100000000000058C0000037380B06250513B8DFE.jpg

Pour autant, le rapport entre le geste et la plaidoirie est ambigu. En effet, Hypéride – ou Phryné selon les versions – dénude partiellement sa cliente précisément au moment où ...

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search