Version classiqueVersion mobile

Témoigner et convaincre

 | 
Nicolas Siron

Troisième partie. La transparence des tribunaux

La transparence des tribunaux

Texte intégral

  • 1 Irene J. F. De Jong, Narrative in Drama. The Art of the Euripidean Messenger-Speech, Leyde/New York (...)
  • 2 Voir Andreas Serafim, « Making the Audience: Ekphrasis and Rhetorical Strategy in Demosthenes 18 an (...)

1L’analyse du paradoxe du témoin a conduit à une aporie : le témoin, qui doit avoir assisté lui-même aux événements sur lesquels il dépose, est le premier intermédiaire entre les faits et les juges qui prononceront leur verdict. Devant faire état de son expérience directe, il est le premier médiateur et constitue de ce fait le maillon qui symbolise la connaissance indirecte de l’auditoire. Ce paradoxe semble a priori irréductible. Les déclarations des messagers tragiques (ἄγγελοι*), dont la proximité avec les témoins judiciaires a été montrée dans le chapitre précédent, offrent une piste pour sortir de cette impasse. En effet, Irene De Jong, lorsqu’elle analyse la différence entre la mise en scène directe des actions sur scène et les récits de messager, étudie en particulier les moyens utilisés par les ἄγγελοι, et donc par les dramaturges, pour combler l’absence d’immédiateté des messagers : les informateurs tragiques peuvent citer les paroles des personnages dont ils rapportent les faits et gestes, décrire voire mimer leurs comportements ou retransmettre leurs intonations de voix1. Le récit de messager au discours direct permet de faire « comme si » les spectateurs percevaient eux-mêmes ce qui est dit. Le messager tragique peut créer, par ses propos, une transparence fictive. Cette perspective ouvre sur les stratégies mises en place par les plaignants pour faire oublier l’intermédiaire qu’est le témoin et construire une forme d’expérience directe des juges. De tels procédés peuvent s’apparenter à une forme d’ἔκφρασις, au sens d’une description créditée de la capacité à créer l’illusion que l’interlocuteur « voit » ce qui est absent ou abstrait2.

2Cette thématique conduit à examiner deux pôles de la justice athénienne jusqu’à présent délaissés au profit du témoin : les juges et les orateurs. Il s’agit d’examiner comment le critère de l’expérience directe, mis au jour grâce à l’étude du témoin dans le canon des orateurs attiques, contribue à faire bouger les lignes du dispositif de vérité : lorsque le témoin ne peut être dit pertinent pour accréditer une démonstration, quelles sont les reconfigurations qui rendent crédibles les affirmations des plaignants ? Dans cette perspective, juges et orateurs jouent un rôle différent et complémentaire : les événements en jeu dans les procès sont transmis aux juges par les discours des orateurs. Ils sont ainsi les deux autres piliers de la connaissance des faits. Comment les orateurs peuvent-ils conférer aux juges un accès immédiat aux points abordés ? Comment les orateurs parviennent-ils à faire oublier leur fonction d’intermédiaire ?

  • 3 Une telle transparence a été évoquée au sujet de l’Athènes classique par Jean-Pierre Vernant (Les o (...)
  • 4 Diego Lanza, Lingua e discorso nell’Atene delle professioni, Naples, Liguori, 1979, p. 42-49.

3Le thème de la transparence est particulièrement prégnant dans l’imaginaire judiciaire. Encore aujourd’hui, le tribunal de Nantes, conçu par l’architecte Jean Nouvel dans les années 1990, a été dessiné comme un bâtiment possédant des lignes droites et de gigantesques baies vitrées, afin de représenter la droiture et la transparence de la justice (figure 5). Il s’agit d’illustrer la limpidité des décisions judiciaires, dont l’opacité pourrait, à l’inverse, cacher une forme de partialité voire d’irrégularité3. Dans les pages qui suivent, il sera plutôt question de la « transparence du discours », telle que la formule Diego Lanza4 : à partir de la Rhétorique d’Aristote, celui-ci insiste sur la place accordée à la clarté et à la pertinence pour écrire et prononcer de la prose, qu’elle soit poétique, juridique ou politique. C’est l’une des stratégies analysées au cours des chapitres qui suivent.

Figure 5 : Vue depuis l’intérieur du Palais de Justice de Nantes, salle des pas perdus (photographie Jean-Pierre Dalbéra).

Figure 5 : Vue depuis l’intérieur du Palais de Justice de Nantes, salle des pas perdus (photographie Jean-Pierre Dalbéra).

Notes

1 Irene J. F. De Jong, Narrative in Drama. The Art of the Euripidean Messenger-Speech, Leyde/New York, Brill, 1991, p. 174-175.

2 Voir Andreas Serafim, « Making the Audience: Ekphrasis and Rhetorical Strategy in Demosthenes 18 and 19 », Classical Quarterly, 65, 2015, p. 97-98. Il montre que les orateurs avaient plusieurs moyens de réaliser cet effet.

3 Une telle transparence a été évoquée au sujet de l’Athènes classique par Jean-Pierre Vernant (Les origines de la pensée grecque, Paris, PUF, 1988 [1962], p. 46), qui pointait l’importance de la publicité dans la vie politique athénienne. Nicole Loraux (« Aux origines de la démocratie. Sur la “transparence” démocratique », Raison présente, 49, 1978, p. 4) a critiqué cette interprétation, suivie récemment par Paulin Ismard (La démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grèce ancienne, Paris, Seuil, 2015, p. 203-205).

4 Diego Lanza, Lingua e discorso nell’Atene delle professioni, Naples, Liguori, 1979, p. 42-49.

Table des illustrations

Titre Figure 5 : Vue depuis l’intérieur du Palais de Justice de Nantes, salle des pas perdus (photographie Jean-Pierre Dalbéra).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/55128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 450k

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search