Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Témoigner et convaincre

 | 
Nicolas Siron

Avant-propos et arrière-pays

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2017, ce livre est le fruit d’une lente maturation ou, pour reprendre une expression que j’ai découverte à l’occasion d’un documentaire sur Jean-Pierre Vernant diffusé au Collège de France au début de mon master 1, d’un riche « arrière-pays personnel », notion développée par Yves Bonnefoy pour désigner tout ce qui préside à nos choix, de manière consciente ou non. Le film montrait notamment comment l’expérience résistante de « Jipé » au cours de la Seconde Guerre mondiale avait influencé sa théorie de la « belle mort » tirée de l’Iliade. Sans être comparable à un tel vécu, mon arrière-pays personnel a lui aussi joué un rôle dans l’orientation de mes recherches, ce dont je me suis rendu compte lorsque je préparais le curriculum vitae de mon projet de thèse pour obtenir une allocation auprès de l’École doctorale de Paris 1. Alors que je venais de soutenir un mémoire de master 2 sur les messagers des tragédies athéniennes au ve siècle et que je projetais d’analyser les modes de validation d’une information dans l’Athènes classique, s’affichèrent dans la rubrique des expériences professionnelles : standardiste, facteur et correspondant pour un journal régional. Si je me suis éloigné du projet initial autour de la communication en général, mes recherches restent l’aboutissement d’une réflexion de fond.

2À ce premier arrière-pays, il faut en ajouter d’autres, qui regroupent toutes les personnes sans lesquelles ce livre n’aurait vu le jour ou n’aurait eu la même valeur. Violaine Sebillotte, ma directrice de recherche en master et en doctorat, mérite en premier lieu mes remerciements sincères et chaleureux, pour avoir consacré autant de son temps à reprendre mes erreurs et à me guider dans mes réflexions. Chacune des pages qui suivent a été marquée par sa patience et sa vigilance. Les remarques des membres du jury de soutenance, Vincent Azoulay, Patrice Brun, Cléo Carastro et Lene Rubinstein, ont largement contribué à améliorer mes propositions initiales et m’ont forcé à repenser en profondeur certaines questions. De nombreux chercheurs ont aussi fait progresser ma pensée tout au long de mon doctorat, parmi lesquels il convient de citer Paulin Ismard, François Lissarrague, Christian Jacob, Philippe Moreau, Aurélie Damet et Pascal Payen. Avant ceux-ci, je me dois de faire une mention particulière à Pauline Schmitt Pantel, qui m’a fait rejoindre Paris et qui a transformé ma façon de faire de l’histoire.

3Le groupe des doctorants du laboratoire Anhima, qui sont progressivement devenus docteurs, a également fortement compté pour que cette aventure intellectuelle qu’est la thèse reste toujours un plaisir. Tous ne peuvent être mentionnés, mais je veux distinguer Élise, Romain, Alexis, Hélène, Vincent, Anne-Lise, Alessandro, Matthieu, Adeline et Benoit. Le laboratoire Anhima lui-même et la bibliothèque Gernet-Glotz ne doivent pas être oubliés. Ce centre de recherche, qui regroupe tant d’institutions parisiennes, m’a donné l’occasion d’écouter et de rencontrer des chercheurs exceptionnels. Cette première référence institutionnelle en amène d’autres, parmi lesquelles l’École doctorale de Paris 1 qui a rendu ma thèse possible en me donnant un contrat doctoral et le programme Paris Nouveaux-Mondes qui m’a offert le luxe d’une quatrième année sans enseignement grâce à la bourse Alexander von Humboldt. L’École française d’Athènes, enfin, a participé au développement de mes réflexions grâce à la bourse d’un mois pour séjourner à Athènes.

4Une pensée va aux amis qui ont participé aux multiples relectures, travail astreignant et sans intérêt mais ô combien nécessaire. D’un point de vue plus personnel, l’ensemble de ceux qui m’ont supporté alors que je passais le plus possible de mon temps en bibliothèque peuvent être amplement remerciés. Eliot et Marion méritent d’avoir leurs noms mentionnés dans ces pages. Je n’oublie pas ma famille au sens large, Bernadette, Jean, Guillaume, Anne et Philippe, qui ont participé à me construire. En outre, un arrière-pays s’est ajouté depuis quatre ans à tous les autres, celui du collège Christine-de-Pisan à Aulnay-sous-Bois. Être enseignant en histoire a été ma vocation depuis la classe de sixième mais je n’imaginais pas à ce moment-là commencer à donner des cours à des collégiens en région parisienne. Un établissement réputé « difficile » présente évidemment son lot de situations à gérer au quotidien, mais le plaisir de pouvoir transmettre des savoirs est tel que je me l’étais représenté depuis le début. Surtout, l’équipe pédagogique m’a accueilli alors que j’avais peu de temps à consacrer aux réunions et discussions en tout genre. Certains professeurs ont pourtant joué le rôle officieux de tuteurs et m’ont donné les clés essentielles pour la gestion d’une classe. Qu’ils en soient remerciés.

5Enfin, je n’ai pas de mots assez forts pour dire tout ce que je pense de celle qui partage ma vie depuis plus de cinq ans. Cette thèse lui est dédiée mais elle mérite bien plus que cela.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540