Version classiqueVersion mobile

Le pouvoir des listes au Moyen Âge - I

 | 
Claire Angotti
, 
Pierre Chastang
, 
Vincent Debiais
, 
et al.

Ordres et pragmatique

Comment naît et vit une liste ?

Élaborations, développements et usages des listes chez les théologiens : l’exemple des « propositions non tenues » du Livre des Sentences de Pierre Lombard

Claire Angotti

Texte intégral

  • 1 Nous avons pour l’instant repéré plus de 57 volumes contenant une liste de propositions non tenues (...)
  • 2 Friedrich Stegmüller se contente de les mentionner rapidement sans les recenser dans son Repertoriu (...)
  • 3 Les éditions anciennes du Livre des Sentences comportent ces listes. C’est le cas en particulier de (...)

1Les listes des « propositions non tenues » de Pierre Lombard – autrement dit, des thèses, des affirmations considérées comme critiquables, comme difficiles à tenir – figurent en abondance dans les manuscrits des xiiie, xive et xve siècles1. Si elles ont été signalées et publiées par de nombreux érudits2, elles ont en revanche rarement fait l’objet d’explications et de commentaires de la part de leurs éditeurs, qui se contentent surtout de les définir en disant ce qu’elles ne sont pas, à savoir des listes de censure3.

  • 4 Voir C. Angotti, « Les listes des “Opiniones magistri Sententiarum quae communiter non tenentur” : (...)

2L’objet de ce chapitre n’est pas de pallier cette lacune, dans le cadre limité d’une publication collective. Il s’agit avant tout de caractériser ces listes et d’analyser les techniques intellectuelles ayant présidé à leur développement. Nous en avons déjà présenté une première étude, circonscrite aux listes de propositions non tenues que l’on trouve dans les exemplaires du Livre des Sentences prêtés aux membres du collège de Sorbonne4. Il s’agira ici, en s’appuyant sur les résultats de ce premier travail et en étendant le champ d’analyse à des manuscrits contenant ces listes et n’ayant pas appartenu à la Sorbonne, de réfléchir à la question de la naissance de ces dernières et à la manière dont elles sont désignées dans les manuscrits qui les contiennent. Nous analyserons ensuite le dynamisme intrinsèque de listes qui s’amplifient, se développent, éclatent au sein des manuscrits. Enfin, il conviendra de réfléchir au rôle herméneutique des listes de propositions non tenues qui éclairent les liens qu’elles établissent avec l’œuvre à laquelle elles renvoient, à savoir le Livre des Sentences, en insistant sur le principe d’engendrement qui préside à leur constitution puis à leur succès. Ces listes, en tant qu’instrument forgé au service de la lectio, renvoient en effet leur lecteur au texte même des Sentences, conduisent certains maîtres à appliquer la mise en liste sur des textes d’autres disciplines et amènent leurs utilisateurs à consulter d’autres œuvres, voire à produire des œuvres nouvelles.

Genèse des listes de propositions non tenues

Que sont ces listes ? Peut-on repérer la « première liste » ?

  • 5 Voir par exemple : Reims, Bibliothèque municipale [BM], ms. 462, fol. 1v : « Quod caritas qua dilig (...)
  • 6 Voir Paris, BNF, ms. lat. 15702, fol. 186v ou Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v. D’autres listes, (...)
  • 7 I. Brady, « The Rubric’s of Peter Lombard’s Sentences », Pier Lombardo, 6, 1962, p. 5-25.
  • 8 Les distinctions du Livre des Sentences ont pour objectif de regrouper des chapitres et de rendre p (...)
  • 9 I. Brady, « The distinctions of Lombard’s Book of Sentences and Alexander of Halès », Franciscan St (...)

3Les listes de propositions non tenues sont constituées de phrases atttribuées à Pierre Lombard († 1160) et figurant dans le Livre des Sentences. Elles sont en général structurées de la manière suivante : elles comportent un titre, que nous analyserons plus loin, puis elles mentionnent en une formule brève, la plupart du temps sous forme de relative, les propositions non tenues pour chacun des quatre livres des Sentences (sous la forme ubi dicit quod…, quod…, quod…) et sans aucun autre commentaire5. Certaines mises en page emploient la forme de l’arborescence : du numéro du livre (I, II, III ou IV) partent de multiples branches qui aboutissent à la distinction suivie de l’incipit du chapitre incriminé (parfois de son numéro d’ordre à l’intérieur de la distinction)6. Autrement dit, ces listes se fondent à la fois sur la structure initiale du Livre des Sentences, en livres et en chapitres, telle qu’elle avait été pensée par le Lombard7, et sur le découpage du Livre des Sentences en distinctions8, découpage attribué à Alexandre de Halès († 1245) et lié au changement de statut des Sentences devenues, au cours du xiiie siècle, l’un des manuels de la faculté de théologie9. Dans son commentaire, Alexandre de Halès regroupe systématiquement plusieurs chapitres en une distinction ; cette nouvelle structure se superpose au découpage initial et est adoptée par l’ensemble des maîtres ayant mis par écrit l’exercice oral de la lectio des Sentences à laquelle ils s’étaient livrés en tant que bacheliers.

  • 10 Nous avons dégagé dans l’article cité supra n. 4, un corpus de neuf manuscrits ayant appartenu au c (...)
  • 11 L’un est un manuscrit tardif : il s’agit du Paris, BNF, ms. lat. 14551 (copié en 1424) constitué de (...)
  • 12 Par exemple : Paris, BNF, ms. lat. 3018, Livre des Sentences copié à la fin du xiiie siècle, liste (...)

4Il n’est donc pas étonnant de trouver ces listes dans des ouvrages contenant des œuvres théologiques et, au premier chef, dans des manuscrits contenant soit le Livre des Sentences de Pierre Lombard soit un commentaire magistral sur ces mêmes Sentences. La plupart du temps, ces listes figurent dans les feuillets qui précèdent ou suivent l’œuvre ou son commentaire. Quand il est possible d’établir la provenance d’un manuscrit, on constate que nombreux sont les ouvrages qui ont été possédés par une bibliothèque ou un personnage liés à un système d’enseignement universitaire ou para-universitaire10. L’écriture d’une liste de propositions non tenues est rarement contemporaine de la copie et nous n’avons trouvé, pour les manuscrits examinés, que deux listes qui ont été rédigées par le copiste principal11. La « mise en liste » des opinions non tenues du Lombard n’est en général pas le fait de copistes professionnels mais bien plutôt des usagers et des lecteurs des manuscrits12.

  • 13 Paris, BNF, ms. lat. 15702, fol. 186v.
  • 14 Troyes, BM, ms. 899, fol. Ar. Cette liste est visible en ligne sur le site de la bibliothèque virtu (...)

5Le plus frappant dans les listes est le nombre variable de propositions qu’elles comportent, sans que celui-ci ne puisse être corrélé avec la date de copie de la liste : on trouve ainsi une liste comportant 18 propositions copiée par une main de la deuxième moitié du xiiie siècle13, ou une liste de 9 propositions copiée par une main du xve siècle14.

  • 15 Voir annexe 1. Opera omnia Bonaventurae Commentaria in quatuor libros Sententiarum Magistri Petri L (...)
  • 16 C. Angotti, « Étienne Langton, commentateur des Sentences de Pierre Lombard », dans L.-J. Bataillon (...)
  • 17 Le procédé consistant à critiquer le texte de Pierre Lombard se poursuit d’ailleurs après Bonaventu (...)
  • 18 Nombreuses sont les listes qui comportent huit propositions, conformément à ce qui était indiqué da (...)
  • 19 Bonaventure, Opera omnia…, op. cit., t. 2, p. 1016 : « et hoc dicit distinctione quinta et etiam di (...)

6Le franciscain Bonaventure († 1274) semble avoir été le premier à « mettre en liste » les propositions non tenues du Lombard. L’édition de ses Opera omnia fournit, pour son commentaire des Sentences, non pas une mais deux listes des « opinions de Pierre Lombard qui ne sont plus tenues15 ». Bonaventure n’est toutefois pas le premier des maîtres à avoir considéré que certains passages de l’œuvre du Lombard étaient critiquables : il est l’héritier d’une pratique plus ancienne attestée au moins à partir du commentaire d’Étienne Langton16, et qui est aussi présente chez Alexandre de Halès comme chez Hugues de Saint-Cher17. Bonaventure est par contre le premier à en avoir proposé une liste, vraisemblablement pour des raisons mnémotechniques. C’est pour les mêmes raisons qu’il ne mentionne que deux propositions pour chacun des quatre livres : la première liste de propositions non tenues serait donc constituée de huit items18. En réalité, il cite dix passages problématiques. Dans deux cas en effet, le recours aux « paires » de propositions non tenues n’est pas tout à fait exact ; ainsi, pour un passage du livre II, Bonaventure en signale la répétition dans une seconde proposition, toujours au livre II, mais dans une autre distinction19. Pour un autre passage, il mentionne comme non tenue l’affirmation par Pierre Lombard que « Dieu a pu conférer à la créature le pouvoir de baptiser et de remettre les péchés », mais le renvoi qu’effectue Bonaventure au passage des Sentences ne concerne que le pouvoir de baptiser et il manque donc un autre renvoi concernant le pouvoir de remettre les péchés.

  • 20 Voir supra n. 4. C’est le cas en particulier pour les listes des Paris, BNF, ms. lat. 15705, ms. la (...)
  • 21 Ainsi Paris, BNF, ms. lat. 15702 : la liste comporte 18 propositions qui comprennent 8 propositions (...)
  • 22 Voir l’annexe 2 : transcription de la liste de propositions non tenues figurant dans le Reims, BM, (...)

7Il est clair que la liste de Bonaventure a connu un certain succès. Comme nous l’avons expliqué dans un article précédent à propos des exemplaires des Sentences de la Sorbonne20, elle demeure le cœur21, que ce soit des listes brèves – comportant une dizaine de propositions – ou des listes longues – qui en comportent une vingtaine voire près d’une trentaine. C’est aussi le cas pour des volumes n’ayant pas appartenu à la bibliothèque de Sorbonne ; ainsi, dans le manuscrit 462 de la bibliothèque municipale de Reims, la liste comporte 26 propositions mais on en retrouve neuf signalées par Bonaventure22.

La liste comme modèle, comme « œuvre ouverte23 », comme « œuvre en mouvement24 »

  • 23 Voir U. Eco, L’œuvre ouverte, Paris, Seuil, 1965, p. 25 : « [À propos du théâtre de Brecht] L’œuvre (...)
  • 24 Ibid., p. 34 : « L’œuvre en mouvement rend possible une multiplicité d’interventions personnelles, (...)
  • 25 Outre les exemplaires des Sentences du collège de Sorbonne, mentionnons Paris, Arsenal, ms. 509 ; P (...)
  • 26 Voir par exemple le Yale University, Beinecke Library, ms. 668 décrit ainsi : Iohannes Slitpacher, (...)

8Il convient cependant de formuler deux remarques qui valent même pour les listes les plus fidèles à celle de Bonaventure : premièrement, jamais le nom de ce dernier n’est mentionné comme auteur de la liste – hormis, bien sûr, celles qui figurent dans les exemplaires de son commentaire des Sentences, exclues de notre propos – ; deuxièmement, pour la majorité des manuscrits recensés ici, ces listes ne figurent pas dans des commentaires rédigés des Sentences mais accompagnent le Livre des Sentences25, c’est-à-dire l’ouvrage sur lequel se fonde la lectio (exercice oral du commentaire). C’est probablement pourquoi on trouve aussi ces listes dans de nombreux volumes qui regroupent des instruments de travail utiles aux étudiants en théologie préparant leur lectio, comme des tabula, des conclusiones, des indices ou des vers mnémotechniques26.

  • 27 Ces propositions sont autant de règles permettant aux théologiens de formuler de manière orthodoxe (...)
  • 28 Il s’agit du Paris, BNF, ms. lat. 15701, fol. 2va-3rb.

9Ces deux remarques me paraissent révélatrices du changement de statut de la liste de Bonaventure : cette dernière n’est pas considérée comme le fruit d’un travail achevé, rédigé, partie prenante d’un commentaire magistral, mais plutôt comme un instrument, destiné à former les étudiants à la discipline théologique et, en particulier, à guider la lectio de tous ceux qui ont la charge, au cours de leur cursus au sein de la faculté de théologie, d’expliquer oralement les Sentences. On retrouve ce même phénomène concernant un passage du traité introductif d’Hugues de Saint-Cher à son commentaire des Sentences à propos des notions divines et des propriétés des personnes27 : ce passage a été transformé en une sorte de petit memento, constitué de huit règles mises en liste et figurant dans l’index des capitula d’un Livre des Sentences28. Cette liste tirée du traité d’Hugues de Saint-Cher n’offrait toutefois pas autant de possibilités que celle de Bonaventure. Ce dernier a en effet fourni un modèle de liste, modèle dont les apprentis théologiens se sont emparés pour en faire un instrument qu’ils pouvaient modifier, réduire, amplifier, enrichir à leur gré.

  • 29 Voir supra n. 24.

10La liste de Bonaventure est conçue comme une « liste ouverte », telle que définie par Umberto Eco29. Le maître franciscain souligne d’abord qu’elle n’est pas exhaustive :

  • 30 « Magis enim suo labore meruit legentium orationes et gratiarum actiones quam reprehensiones, licet (...)

En effet [dit-il en parlant de Pierre Lombard], son travail mérite plus de louanges et d’actions de grâce de ceux qui le commentent que de critiques, bien que dans certains passages il se soit écarté des opinions communes pour adhérer au parti le moins probable, principalement en huit passages30.

  • 31 Voir les introductions et conclusions qui encadrent les deux versions de la liste que l’on trouve d (...)

11Cette dernière formule (praecipue in octo locis) peut être comprise comme une invitation à compléter la liste, comme un encouragement à parfaire le travail que Bonaventure n’a fait qu’amorcer. En outre, dans l’introduction et la conclusion qui encadrent la liste au sein du commentaire, Bonaventure explique qu’il n’est pas vraiment l’auteur de la liste mais qu’il se contente de rapporter l’opinion commune des docteurs parisiens à ce propos31. C’est une façon de faire de la liste proposée une « liste en mouvement » conduisant ses utilisateurs à intégrer les avancées de la réflexion des docteurs sur tel ou tel point théologique, tout en respectant le cadre formel – la mise en liste – conçu par Bonaventure. Cette invitation a porté ses fruits comme en témoignent non seulement le contenu des listes – qui accumulent les propositions – mais aussi certains des titres dont la plupart sont dotées.

Les titres des listes

  • 32 Il s’agit de la liste contenue dans le BNF, ms. lat. 15728, dont nous avons donné une transcription (...)

12À l’inverse des deux listes figurant dans le Commentaire des Sentences de Bonaventure, celles que nous avons repérées dans les manuscrits – et auxquelles nous avons eu accès – ne bénéficient ni d’introduction ni de conclusion, à une exception près, sur laquelle nous reviendrons plus loin32. Elles comportent en revanche des titres.

  • 33 Par exemple Paris, BNF, ms. lat. 15707, fol. 169vb : « Nota quod in VIII locis non tenetur oppinio (...)
  • 34 Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v : « Secundum magistros Parisienses magister Sententiarum declin (...)
  • 35 Le vocabulaire employé dans les titres de listes pour mentionner les propositions non tenues est as (...)
  • 36 Par exemple, Paris, BNF, ms. lat. 15716, fol. 1 et BNF, ms. lat. 16375, fol. 290v : « Iste sunt opi (...)
  • 37 Paris, BNF, ms. lat. 15702, fol. 186v : « Hee sunt positiones magistri Sententiarum que hodie non t (...)
  • 38 Mentionnons la formule soulignant bien l’unanimité des maîtres trouvée dans le Tours, BM, ms. 356, (...)
  • 39 On peut toutefois signaler un cas d’attibution dans l’intitulé suivant : « Quamvis communiter a doc (...)

13Ces derniers signalent qu’il existe des « passages » (loci ou, plus rarement, passus) du Livre des Sentences où l’opinion de Pierre Lombard n’est plus tenue33. La liste n’est jamais désignée en tant que telle, c’est le plus souvent un simple adjectif démonstratif qui sert de formule liminaire (haec sunt…, iste sunt…). Seul un intitulé reprend les termes de Bonaventure en indiquant qu’il s’agit de l’opinion des maîtres parisiens34, opposant leur consensus aux propos du Lombard. Les formulations insistent particulièrement sur l’obsolescence de certaines positions ou « opinions » (opiniones) de ce dernier35, en employant le terme de « modernes » pour désigner les docteurs parisiens36 ou en recourrant aux adverbes « aujourd’hui » (hodie), « désormais » (modo), « actuellement » (nunc)37. Par contre-coup, les listes sont donc présentées comme l’actualité de la discipline théologique. C’est la communauté magistrale, les magistri en corps qui émettent un avis unanime sur tel et tel point de l’enseignement de Pierre Lombard38. C’est pourquoi il est vain d’attribuer à un maître en particulier (Étienne Langton, Alexandre de Halès, Bonaventure, etc.) la paternité de l’identification de telle ou telle proposition non tenue dans les Sentences39. C’est l’accord de maîtres différents, en des temps différents mais dont les propos demeurent d’actualité, qui assure la diffusion des listes des opinions non tenues de Pierre Lombard.

  • 40 Voir par exemple Paris, BNF, ms. lat. 3018, fol. I-IIv : « Nota quod tria sunt loca in quibus magis (...)
  • 41 Paris, BNF, ms. lat. 3051, fol. 222v : « Iste sunt opiniones magistri in Sentenciis que modo non te (...)

14Il reste à réfléchir sur la notion d’opinio communis souvent employée dans les listes et opposée à l’opinio de Pierre Lombard40. Les titres des listes prennent soin de souligner qu’elles rapportent le consensus des autres maîtres : la liste est conçue comme l’accumulation de positions qui reflètent l’opinion commune et incarne les avis de l’ensemble des maîtres – avis donnés « par tous les maîtres », disent certaines listes41. Il me semble que l’accumulation des propositions est la manifestation concrète, sous forme de liste, de l’opinio communis et qu’elle renforce son unanimité. Cet avis unanime n’est pourtant pas considéré comme vraiment autoritatif et la liste demeure ouverte : elle peut varier, comme le suggère l’emploi des adverbes temporels ou de l’adjectif moderni, et demeure donc sujette à la critique.

15La liste contribue aussi à mettre sur le même plan la pensée magistrale du Lombard – elle aussi qualifiée d’opinio – et celle de ses successeurs, comme autant de magistri dont les opiniones peuvent être discutées. Cela a une conséquence sur le statut du Livre des Sentences : il ne paraît pas, au travers des intitulés des listes, être conçu seulement comme un texte autoritatif mais plutôt comme un texte contenant des auctoritates (celles des Pères) et des opiniones (celle du Lombard et d’autres maîtres). Seules ces dernières, quand elles sont objet de discussion, peuvent être mises en listes.

  • 42 Lyon, BM, ms. 639, fol. 144 : « Iste sunt opiniones Magistri in Sententiis que non sustitinentur mo (...)

16Le rôle des listes de propositions non tenues est bien différent de celui des listes de censure que l’on trouve aussi fréquemment dans les manuscrits de théologie. Les premières sont nécessairement anonymes et non datées, les secondes en sont l’inverse exact : elles comportent presque toujours une date et leur auteur est désigné. Il existe toutefois un « tropisme » du phénomène de la liste. Nombreux sont en effet les manuscrits qui associent listes de censure et listes de propositions non tenues42, tout comme le font plus tard certains des premiers éditeurs des listes de propositions non tenues.

  • 43 Voir la mention que comporte le Yale University, Beinecke Library, ms. 668, fol. 50v-52v et qui sem (...)

17La « mise en liste » initiée par Bonaventure est un moyen pratique – mais pas le seul – de faire circuler la critique de certains points des Sentences. Ces listes sont alimentées par la réflexion des maîtres et des étudiants se livrant à la lectio qui signalent, en marge de leurs manuels ou au fil de leur commentaire, certains points supplémentaires susceptibles d’être critiqués43.

Développements et éclatements de la liste : de la liste aux listes

Le rôle des marges

  • 44 Cette pratique n’est pas propre au collège de la Sorbonne : nombreux sont les exemplaires des Sente (...)

18Les listes de propositions non tenues figurent en général dans les pages liminaires des manuscrits que nous avons pu recenser. Les propositions sont, quant à elles, signalées dans les marges ou dans les interlignes du texte des Sentences. Les listes éclatent, pour ainsi dire, et se reportent au sein du texte même de Pierre Lombard. De nombreux exemplaires des Sentences – pas toujours dotés d’une liste – comportent la mention non tenetur en marge ou en interligne. C’est le cas pour ceux qui étaient mis à la disposition des maîtres du collège de Sorbonne : sur les 27 exemplaires conservés, seuls deux manuscrits ne comportent aucune mention non tenetur marginale ou interlinéaire. Les passages mentionnés par Bonaventure sont systématiquement signalés mais de nombreuses propositions supplémentaires apparaissent aussi dans les marges ou entre les lignes44.

  • 45 Voir l’annexe 3.

19Par exemple, dans le cas des manuscrits conservés au sein du collège de Sorbonne, si l’on confronte les listes trouvées dans les exemplaires des Sentences et les marges de ces mêmes exemplaires45, on trouve 12 propositions supplémentaires mentionnées dans les marges ou entre les lignes et qui ne figurent pas dans les listes.

  • 46 Ibid.

20Autrement dit, les listes équipant les manuscrits sont incomplètes : même les plus longues, puisque l’on peut repérer (marges et listes confondues) près de 50 passages considérés comme non tenus ! Les liens entre marges et listes sont vraissemblablement circulaires : sans doute les marges sont-elles à l’origine des listes mais elles ont parfois aussi été alimentées par ces dernières. Dans le cas des listes du collège de Sorbonne, toutes confondues, ce sont 38 propositions qui sont signalées comme non tenues46.

  • 47 Il s’agit du Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v.
  • 48 Voir l’annexe 2 : Reims, BM, ms. 462, fol. 1v ; Charles du Plessis d’Argentré dans sa Collectio…, o (...)
  • 49 Voir E. Marmursztejn, L’autorité des maîtres. Scolastique, normes et société au xiiie siècle, Paris (...)

21La disproportion entre propositions déclarées comme non tenues dans les marges – 34 au maximum, mais nous n’avons jamais trouvé de manuscrit comportant autant de passages signalés comme non tenetur – et déclarées comme non tenues dans les listes – la liste la plus longue, dans le cas du collège de Sorbonne, comporte 20 items47, certaines listes atteignent 26 voire 27 items48 – est révélatrice de l’attention prêtée au texte des Sentences par ses lecteurs, révélatrice aussi de la labilité des positions, de la diversité des réflexions des théologiens – par là même de la complexité à saisir ce qu’est finalement l’opinio communis49 – et du rôle de la liste comme élément de fixation des propositions qu’elle mentionne.

De la liste aux listes : canonisation des propositions et typologie des listes

  • 50 Il y a parfois des annotations difficiles à lire. En outre, certaines, écrites à la mine de plomb ( (...)
  • 51 Il s’agit des Paris, BNF, ms. lat. 15323, ms. lat. 15325, ms. lat. 15702, ms. lat. 15706, ms. lat. (...)
  • 52 Il s’agit des listes contenues dans les Paris, BNF, ms. lat. 15719 (une proposition originale), ms. (...)

22Comme permet de le constater le tableau fourni en annexe 3 concernant les manuscrits du collège de Sorbonne, il y a un ensemble de 22 propositions communes aux listes et aux marges, 13 propositions uniquement dans les marges et 12 uniquement dans les listes. Au vu de ces chiffres, on serait tenté de conclure que listes et marges ont la même efficacité dans le repérage de propositions non tenues. Il nous semble pourtant que ce n’est pas le cas : ces résultats doivent d’abord être pondérés par la difficulté à repérer toutes les propositions qualifiées de non tenues dans les marges ou entre les lignes50 ; ensuite il faut souligner que les propositions non tenues originales sont plus fréquentes dans les marges que dans les listes si l’on considère l’unité intellectuelle que constitue le codex. Neuf exemplaires des Sentences comportent au moins une proposition signalée comme non tenue dans leurs marges51 ; à l’inverse, seuls trois manuscrits comportent des listes contenant des propositions non tenues originales52. La liste transmet donc les propositions les plus consensuelles. Elle a ainsi un effet de fixation et même plus, de « canonisation » du travail de repérage mené par les théologiens dans les marges.

23On note aussi des variations importantes dans le nombre de propositions non tenues en fonction des quatre livres qui sont le découpage primitif des Sentences. Les propositions signalées par la liste de Bonaventure ont le plus grand nombre d’occurrences, mais les quatre livres des Sentences voient chacun apparaître de nouvelles propositions non tenues.

24Ainsi, Bonaventure signalait, pour le livre I, deux propositions non tenues (aux distinctions 17 et 24) : on en trouve huit supplémentaires figurant dans les marges ou dans les listes (aux distinctions 1, 2, 3, 17, 31, 41 et 44). Pour le livre II, Bonaventure en indiquait deux (en réalité trois, aux distinctions 5, 11 et 30) : on en repère six supplémentaires dans les marges ou les listes (aux distinctions 17, 24, 27 et 30). Bonaventure en désignait deux pour le livre III (aux distinctions 5 et 22), on en relève deux supplémentaires (aux distinctions 21 et 23). Quant au livre IV, Bonaventure présentait deux (ou trois) propositions non tenues aux distinctions 2 et 5, ce sont 21 propositions supplémentaires (aux distinctions 1, 2, 5, 13, 18, 19, 20, 22, 25, 27, 34, 38 et 43) que l’on repère dans les listes et les marges. Ce qui saute bien évidemment aux yeux c’est l’accroissement des propositions non tenues figurant dans le livre IV. Nous essaierons de proposer une explication plus loin. Ce sur quoi nous souhaiterions insister est la véritable « chasse » aux propositions non tenues à laquelle se livrent les maîtres et étudiants de la faculté de théologie.

  • 53 Ainsi, Bonaventure signale que la proposition de la distinction 5 au livre II des Sentences est rép (...)
  • 54 Voir n. 51.
  • 55 Il s’agit de la liste du Paris, BNF, ms. lat. 15723, f. 1v. C’est à elle que l’on doit le plus gran (...)

25De la liste initiale de Bonaventure – qui reste employée dans les manuscrits et est parfois recopiée telle quelle – naissent deux sortes de listes : un premier type, le plus fréquent, est une liste comportant les propositions de Bonaventure à partir de laquelle les théologiens développent ce qui n’était que suggéré dans celle de Bonaventure et ajoutent de nouvelles propositions, créant des listes d’une envergure bien plus importante53. Il existe un deuxième type de liste, plus rare : les lecteurs de l’œuvre du Lombard s’efforcent de repérer, dans d’autres passages du Livre des Sentences, la répétition d’affirmations déjà signalées comme non tenues dans un précédent passage. D’une certaine manière, ils appliquent une technique suggérée par Bonaventure à propos du livre III, dans lequel il signalait qu’une même proposition se trouvait distinction 5 et distinction 1154. Une seule liste55, à notre connaissance, systématise cette technique : elle dresse non pas la liste de nouvelles propositions non tenues mais celle des passages des Sentences dans lesquels sont répétées les propositions non tenues signalées par Bonaventure, notamment l’identification de Dieu (ou de la personne du Saint-Esprit) à la charité.

  • 56 Par exemple, Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v : « [proposition 3] D..41. capitulo ultimo. Ubi di (...)

26Quel que soit le type de liste, on remarque une grande attention portée à la citation précise du passage considéré comme non tenu. Bonaventure se contentait d’indiquer le livre suivi du numéro de la distinction incriminée. La plupart des listes indiquent quant à elles l’ordre du chapitre à l’intérieur de la distinction et/ou indiquent son incipit56. Le renvoi aux chapitres témoigne du lien étroit qui demeure entre la liste et le texte des Sentences : il s’agit de renvoyer le lecteur à la littera, de l’obliger à la lire attentivement, de lui suggérer peut-être aussi de reporter dans les marges ce qui est en liste.

Dynamisme de la liste

27Quelques listes ne se contentent pas de renvoyer au texte des Sentences : elles font aussi parfois appel à d’autres œuvres. Elles amorcent ainsi un premier travail critique permettant à leur utilisateur de comprendre pourquoi telle ou telle proposition est considérée comme non tenue.

  • 57 Voir Paris, BNF, ms. lat. 3051, fol. 222v et Paris, BNF, ms. lat. 3019, fol. 175v : sont mentionnés (...)
  • 58 Liste des Paris, BNF, ms. lat. 3019, fol. 175v et Paris, BNF, ms. lat. 3051, fol. 222v se contenten (...)
  • 59 Liste du Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v ; voir aussi la note suivante.
  • 60 Voir Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v, ms. lat. 15719, fol. 204v et ms. lat. 15728, fol. 185v. L (...)
  • 61 Liste du Paris, BNF, ms. lat. 3027B, fol. 2. Le renvoi à Thomas est un ajout à la liste initiale pa (...)

28Ces listes renvoient d’une part aux œuvres qui ont constitué une source pour Pierre Lombard, d’autre part à des œuvres postérieures aux Sentences dont les développements, les solutions adoptées rendent caduques les positions adoptées par le Lombard. Parmi les œuvres sources, nous avons trouvé la mention de passages bibliques et de plusieurs auteurs patristiques57, celle d’Hugues de Saint-Victor dont l’œuvre est citée précisément dans un cas58 et, dans plusieurs autres listes, celle du Décret de Gratien59. Parmi les œuvres postérieures, nous avons repéré de nombreux renvois aux Décrétales de Grégoire IX60, et, dans le cas d’au moins deux listes, une mention du commentaire des Sentences de Thomas d’Aquin61.

  • 62 L’intérêt porté aux textes sources employés par Pierre Lombard se manifeste de diverses manières. N (...)

29Le but poursuivi par ces renvois me paraît répondre à une triple fonction : 1) il s’agit d’abord de mettre en lumière certaines des sources sur lesquelles s’est appuyé Pierre Lombard puis de souligner les éventuelles contradictions entre les Sentences et ces sources62, en particulier dans le cas du manuel de référence de la discipline juridique, le Décret de Gratien. 2) Cela permet aussi d’actualiser le texte de Pierre Lombard en renvoyant le lecteur aux nouveautés juridiques ou théologiques contenues dans les Décrétales de Grégoire IX ou le Commentaire des Sentences de Thomas d’Aquin. Ainsi, les listes, comme les mentions non tenetur en marge des manuscrits, jouent le rôle de « mise à jour » du texte du Lombard. 3) Enfin ces divers renvois conduisent leur lecteur à consulter de plus près non seulement la littera des Sentences mais aussi les textes qui la contredisent, notamment les textes juridiques, qu’il s’agisse du Décret ou des Décrétales.

Rôle didactique de la liste

30Les listes déploient un réseau de références autour des Sentences, poussent leur utilisateur à passer des unes aux autres : leur dimension didactique est capitale.

Les propositions, objet d’enseignement

  • 63 Voir par exemple, dans l’annexe 2, la proposition [4] du Reims, BM, ms. 462, fol 1v. Il s’agit du L (...)
  • 64 S. Ebbessen, « Doing Theology with Sophismata », dans C. Marmo (dir.), Vestigia, Imagines, Verba. S (...)

31Loin de constituer des « passages qu’il faut sauter » lors de la lectio, comme aurait pu le laisser supposer la mention non tenetur en marge du texte, les propositions non tenues sont étudiées. Si l’on prend l’exemple du livre I des Sentences, on a la preuve que deux propositions ont été l’objet d’un enseignement. La première dans le cadre de la faculté des arts : Sten Ebbesen signale au moins douze manuscrits des xiiie et xive siècles, tous au contenu en rapport avec l’enseignement des arts, qui soulèvent la question Deus scit quicquid scivit, traitée sous forme de sophismata et qui correspond à une proposition signalée par plusieurs listes63. Il signale cependant que cette proposition n’est pas un simple prétexte, pour les artiens, à traiter de problèmes terre à terre mais qu’ils abordent à travers elle le problème de la description de l’omniscience divine64.

  • 65 Voir par exemple, dans l’annexe 2, la proposition [1] du Reims, BM, ms. 462, fol. 1v. On remarquera (...)

32Une autre proposition a été l’objet d’un commentaire de Martin Luther, lors de la lectio des Sentences qu’il effectue en 1509-1510, chez les Ermites de Saint-Augustin à Erfurt. Luther n’ignore pas que l’un des passages de la distinction 17 du livre I qu’il commente est considéré comme une proposition non tenue. Elle traite de la mission invisible du Saint-Esprit : comment celui-ci nous est-il envoyé ? Comment devient-il notre charité ? Un des chapitres de la distinction 17 est déjà signalé comme non tenu dans le commentaire d’Étienne Langton et mis en liste par Bonaventure65. Toutes les listes mentionnent cette proposition de manière plus ou moins explicite. Luther s’oppose à l’analyse qu’en livrent les théologiens antérieurs et manifeste son accord avec l’affirmation du Lombard : il identifie lui aussi la vertu de charité avec l’Esprit Saint.

33Les propositions considérées comme non tenues ne sont donc pas seulement signalées mais demeurent objets de débats, de discussions : leur mise en liste, loin de les figer, témoigne de la vie intellectuelle qui les entoure.

La liste comme classement et le commentaire des listes

  • 66 Si les commentaires rédigés suivent toujours l’ordre des livres (de I à IV), la lectio – le comment (...)

34Le classement initial de la liste composée par Bonaventure qui se fonde sur l’ordre textuel des Sentences a des limites : il est commode lorsqu’on se livre à la lectio qui suit, elle aussi, l’ordre du texte66 ; en revanche, il ne permet pas de connaître les débats qui se déploient autour de telle ou telle proposition. L’opinio communis des maîtres demeure discutée et certains théologiens pensent que toutes les propositions considérées comme non tenues le sont pour des raisons différentes et peuvent, pour certaines d’entre elles, être tenues, si l’on a soin de préciser le sens des termes employés par Pierre Lombard.

35La question du statut de « proposition non tenue » demeure controversé ; certaines listes dépassent alors le simple ordre textuel pour essayer d’en rendre compte. Ainsi, une sorte de paragraphie introductive accompagne une des listes figurant dans un volume ayant appartenu au collège de Sorbonne et explique combien il est parfois difficile de comprendre les raisons pour lesquelles une proposition est considérée comme non tenue :

  • 67 Voir Paris, BNF, ms. lat. 15728, fol. 185 : « Nota opiniones minus probabiles quas ponit magister S (...)

Note : les opinions les moins probables qu’expose le maître des Sentences, opinions que désormais les docteurs ne suivent plus, mais de diverses manières : dans certains cas, presque tous le contredisent, dans d’autres ils les résolvent avec force explication et grande difficulté, si bien qu’ils en allèguent la fausseté ; [ces derniers sont signalés] en face de ce signe : ☼ ; à propos de ceux pour lequels ils sont d’un avis contraire, par ce signe : 9a [i.e. contra]67 .

36La liste fondée sur l’ordre textuel atténue la complexité des débats, c’est pourquoi est offert un autre classement, qui n’aboutit pas véritablement – seules quelques-unes des propositions comprennent l’un des deux signes annoncés.

  • 68 Ce maître est aussi l’auteur d’un commentaire sur les Sentences qui est lui-même abrégé de la lectu (...)
  • 69 Yale University, Beinecke Library, ms. 668 : le résumé versifié des Sentences se trouve aux fol. 52 (...)
  • 70 Yale University, Beinecke Library, ms. 668, fol. 50v : « Quamvis communiter a doctoribus Magister n (...)

37Certains maîtres ont donc essayé de fournir des explications plus étoffées et de rendre compte des débats en s’appuyant sur le cadre formel de la liste : c’est le cas de Johannes Slitpacher († 1482), moine bénédictin de l’abbaye de Melk68, auteur probable d’un résumé versifié du Livre des Sentences et de la liste des propositions non tenues qui figurent dans un manuscrit aujourd’hui conservé à Yale69. Sa liste suit l’ordre textuel mais associe à chacune des propositions non tenues de Pierre Lombard, citées de façon très brève, une explication de quelques lignes tirée des œuvres de Thomas d’Aquin : il récuse le chiffre de huit propositions au profit de 14, chiffre relevé dans les œuvres de Thomas, nous dit-il, par Antonin de Florence70.

  • 71 Il existe deux témoins de ce traité qui figure dans les Opera omnia du célèbre inquisiteur dominica (...)

38Nicolas Eymerich, dominicain, fournit en 1397 un petit traité qui a pour but d’expliquer les propositions non tenues du Lombard. Son texte est fondé sur sa propre liste de 22 propositions qu’il éclaire lui aussi par l’œuvre de Thomas d’Aquin71. Le traité est adressé à un abbé bénédictin, Marc de Vilalba, appartenant au monastère de Ripoll professeur en droit canon et en théologie à la Curie, c’est-à-dire auprès de Benoît XIII (1394-1423) encore à Avignon à la date de rédaction du traité. Eymerich est alors au crépuscule de sa carrière – il meurt en 1399 – tandis que Marc Vilalba connaît la gloire quelques années plus tard par son action politique en Catalogne.

  • 72 Les citations sont fondées sur le Sevilla, Biblioteca colombina, ms. 123-3-5 (olim 141-23-14), ici (...)
  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid.
  • 75 Sevilla, Biblioteca colombina, ms. 123-3-5 (olim 141-23-14), fol. CXXXIIIb : « Nam iste liber Sente (...)
  • 76 Ibid., fol. CXXXIIIb : « Eapropter ne assumant sibi falsa pro veris, et bona pro malis […] dictus l (...)
  • 77 Ibid., fol. CXXXIIIvb.
  • 78 Par exemple, ibid. : « Hic articulus continet partes novem. […] Prima pars est haec. Quod Deus dili (...)
  • 79 Signalons que l’article 1 comporte neuf parties, l’article 11 huit parties, l’article 16 cinq parti (...)
  • 80 Par exemple, Sevilla, Biblioteca colombina, ms. 123-3-5 (olim 141-23-14), fol. CXXXVIa : « Hec quar (...)

39L’épitre dédicatoire, qui prend la forme d’un sermon, s’achève en soulignant combien nombreux sont les maîtres (« plures famosi in theologia magistri antiqui Petrus de Tarentasia […], Bona Ventura cardinalis de ordine Minorum, Sanctus Thomas de Aquino, ejus magister Albertus Magnus […], Durandus de Sancto Porciano […], Petrus de Paluda doctor in utroque […] Herveus Brito, omnes de ordine Predicatorum, Scotus et Aureolus de ordine Minorum ut de aliis iunioribus taceamus de ordine Predicatorum… ») qui ont commenté les Sentences72. Puis Eymerich souligne, à la manière de Bonaventure, que si la plupart des propos de Pierre Lombard « continentur vera et catholica etiam per Ecclesiam approbata73 », certains passages contiennent aussi des choses qui ne sont communément plus tenues « a dictis magistris antiquis etiam modernis74 ». Cet ouvrage – à savoir, le Livre des Sentences – qui, dans son ensemble, peut sembler à certains délectable à lire, est en revanche périlleux à suivre dans certains articles75. Eymerich se propose alors d’aider les étudiants en théologie qui ne savent pas distinguer entre ce qui doit être tenu et ce qui doit être contredit, et demande à ce que son texte soit lu publiquement devant les religieux76. S’ouvre ensuite le traité proprement dit qui suit l’ordre des livres à l’intérieur des Sentences, puis, dans chaque livre, l’ordre des distinctions. Chaque proposition non tenue est qualifiée d’articulus et la structure de chaque article est toujours identique – comme si l’efficacité syntaxique de la liste qui sert de socle à ce traité contaminait la démonstration. Est d’abord indiqué le numéro d’ordre de l’article (de 1 à 22) et sa situation dans le Livre des Sentences (livre I à IV et numéro de la distinction) puis est énoncée la proposition, par exemple « Le premier article se trouve dans le premier livre des Sentences, à la distinction 17 et est le suivant : Quod Deus diligit se, et alia a se caritate que est Deus, et nos diligimus Deum, nos ipsos et proximum caritate etiam que Deus est, et non habitus aliquis infusus seu creatus77 ». Est ensuite indiqué le nombre de parties de l’article qui prennent systématiquement la forme d’une argumentation pro/contra fondée sur le découpage logique de la proposition78. La plupart des articles sont brefs et le découpage comporte en général deux, trois ou quatre parties79. Suit la conclusion – souvent annoncée par le verbe patet – toujours étayée d’une référence à Thomas avec parfois un renvoi précis à l’une de ses œuvres. Précisons que la conclusion ainsi établie n’est pas toujours hostile à Pierre Lombard et qu’Eymerich considère certains des articles comme « tenables80. »

40La declaracio s’achève par une liste reprenant les différents articles passés à l’analyse. Cette liste prend une autre forme. Elle ne donne plus que l’intitulé de l’article traité et ne le situe plus précisément dans l’œuvre du Lombard, se contentant d’indiquer le livre auquel rattacher les articles passés au crible : 6 articles dans le livre I des Sentences, 3 dans le livre II, 2 dans le livre III, 11 dans le livre IV. La liste finale proposée par Eymerich s’écarte donc des procédés en œuvre dans les listes antérieures : elle fonctionne en « circuit fermé », ne renvoyant qu’au traité qui la précède et jouant le rôle de table des matières.

41Qu’il s’agisse d’Eymerich ou Slitpacher, il convient de souligner que leurs traités ont été peu diffusés et produits dans un contexte à la fois non universitaire et non parisien. Ces deux ouvrages, qui naissent des listes de propositions non tenues, ne semblent finalement pas avoir tant pour but d’apporter des éclaircissements sur le texte des Sentences et la pensée de Pierre Lombard que d’assurer plutôt une présentation originale, thématique, de la pensée de Thomas d’Aquin fondée sur les sujets abordés par les propositions considérées comme non tenues.

Enjeux pratiques de l’accroissement des listes

  • 81 Voir l’annexe 3.
  • 82 Voir l’annexe 2 : Reims, BM, ms. 462, fol. 1v (main du xve siècle), quinze propositions pour le seu (...)

42Nous avons signalé précédemment l’ampleur atteinte par les propositions non tenues dans le livre IV des Sentences qui traite, pour l’essentiel, des signa, c’est-à-dire avant tout des sacrements : 26 propositions pour ce seul livre – contre 24 pour les trois autres réunis81. Les listes témoignent elles aussi du travail critique effectué sur le livre IV : aucune ne comporte 26 propositions mais elles en atteignent en général la dizaine82. Plusieurs propositions mises en cause concernent deux sacrements en particulier : l’ordre et le mariage, par le biais, dans le premier cas du pouvoir d’ordre, dans le second de la bigamie et de l’adultère.

  • 83 S. Heaney, The Development of the Sacramentality of the Marriage, Washington, Catholic University o (...)

43Pierre Lombard a joué un rôle important dans la définition de ces deux sacrements, en particulier le mariage. Pour ce dernier, il n’est cependant que le jalon d’une mutation qui s’achève à la fin du xiiie siècle (pour le droit savant) et au milieu du xive siècle (pour la théologie)83. Il n’est donc pas surprenant que certaines décisions législatives ou positions théologiques postérieures à la rédaction des Sentences soient en contradiction avec les propos du Lombard.

44Les listes ont une dimension pratique : elles permettent aux apprentis théologiens d’assimiler, d’une manière ou d’une autre, les transformations, les nouveautés théologiques mises au point après Pierre Lombard – parfois en les renvoyant au corpus juris canonici. Elles répondent donc à l’un des principaux enjeux de la formation des théologiens : le rôle pastoral qu’ils ont à jouer au sein de l’Occident médiéval.

45Les listes des propositions non tenues, dont une étude doctrinale approfondie doit être faite, permettent d’éclairer d’une manière originale l’usage scolaire du texte des Sentences : elles sont en effet étroitement liées au manuel que devaient obligatoirement lire les étudiants en théologie.

46Elles illustrent à la fois les méthodes auxquelles avaient recours les maîtres et les étudiants (mise en liste de positions communes à des maîtres, place des techniques de mémorisation, intérêt pour le texte même des Sentences, mise en réseau avec d’autres manuels touchant à d’autres disciplines, volonté d’actualisation d’une œuvre du xiie siècle) et éclairent les circonstances de leur usage. Elles répondent aussi à des finalités pratiques : ces étudiants en théologie sont de futurs pasteurs et doivent nécessairement connaître les progrès de la réflexion théologique comme canonique sur les sacrements.

47Elles offrent enfin une approche thématique, originale, de la discipline théologique en attirant l’attention des étudiants sur l’actualité des débats, sur la complexité des positions des théologiens. C’est pourquoi même si les listes de propositions non tenues telles qu’elles sont exploitées par Eymerich ou par Slitpacher perdent de leur efficacité en terme d’ouverture et sont rendues stériles par le fait même qu’elles constituent l’ossature d’un traité, elles proposent un éclairage spécifique sur la pensée d’un seul théologien, Thomas d’Aquin, dont l’œuvre – commentaire des Sentences et Somme théologique – offre alors la possibilité, en une sorte de retournement méthodologique et de paradoxe chronologique, de revenir à la littera des Sentences du Lombard.

Annexes

Annexe 1 : Publications de listes de propositions non tenues de Pierre de Lombard (classées par ordre chronologique)

xvie siècle

Petri Lombardi […] Sententiarum libri IIII, quibus author ille […] universae theologiae summam ex orthodoxorum Patrum decretis atque sententiis mirabili compendio et arte complexus est, […] per Joannem Aleaume, pristino suo nitori nunc primum veri restituti, et indicibus […] absoluti […]. Ad calcem operis subjiciuntur articuli erronei, Parisiis jam olim damnati, atque ab eorum assertoribus recantati adjectis non nullis ipsius Magistri in quibus communiter non approbatur, Paris (excudebat Nicolaus Buffet commorans e regione collegii Remansis), 1538 [la plupart des éditions du Livre des Sentences imprimées à Paris, environ une trentaine entre 1538 et 1574 – reprennent l’édition de Jean Aleaume].

R. P. F. Matthiae Aquarii…, Annotationes super quatuor libros Sententiarum Johannis Capreoli… Adjecto quoque pulcherrimo tractatu de controversiis inter D. Thomam et ceteros theologos… cum indice propositionum ac sententiarum notabilium copiosisimo, Venise (apud haeredem H. Scoti), 1589, p. 95-96.

xviie siècle

Summa conciliorum omnium, ordinata, aucta, illustrata ex Merlini, Joverii, Baronii, Binii, Coriolani, Sirmundi, aliorumque collectionibus ac Manuscriptis aliquot seu Collegium synodicum in sex classes distributum (…) cum annotationibus et controverssiis partim historicis partim dogmaticis ab authore denuo ante obitum emendata ac plurimum aucta, opera ac studio M. L. Bail, Paris (apud Fredericum Leonard), 1672, t. 1 : Tres priores partes continens, p. 411-412.

xviiie siècle

Institutionum ad Verbo Dei scripti intelligentiam fr. Joseph Mariae de Turre …, Tractatus tertius in quo disseritur de obscuritate verbi Dei scripti de sensibus ejusdem (…), Parme (apud Paulum Monti), 1711, p. 333-334.

du Plessis d’Argentré, Charles, Collectio judiciorum de novis erroribus, qui ab initio duodecim seculi post Incarnationem Verbi usque ad annum 1632 in Ecclesia proscripti sunt, t. 1, Paris, apud Lambertum Caffin, 1728, p. 118-119.

Petri Lombardi Novariensis, Episcopi Parisiensis, Sententiarum libri quatuor… per Joannem Aleaume, Parisiensem theologiae professorem restituti, Anvers, Sumptibus Marci-Mickael Bousquet et sociorum, 1757, p. 630-632 [réimpression de l’édition de Jean Aleaume de 1538].

xixe siècle

Petri Lombardi Sententiarum libri, dans Patrologia Latina, t. 192, Paris, apud Jean-Paul Migne, 1855, 519B-963, col. 961-964 [reprise de l’édition de 1757, qui est elle-même une réimpression de l’édition de 1538].

Opera omnia Bonaventurae Commentaria in quatuor libros Sententiarum Magistri Petri Lombardi, t. 1-4, Quaracchi, 1882-1889 : liste figurant au t. 2, p. 1-3 (liste I) et p. 1016 (liste II). Il s’agit en réalité de deux versions différentes d’une même liste : la liste I figure dans un unique manuscrit (Angers, BM, ms. 201, fol. 164vb-165ra) et elle est une première version de la liste II présente dans de très nombreux manuscrits. Elle fait alors suite à la d. 44 dans le commentaire du L. II des Sentences.

Denifle, Heinrich, Châtelain, Émile, Chartularium Universitatis Parisiensis, t. 1, Paris, ex typis fratrum Delalain, 1889, p. 220-221 [reprise de la liste II de Bonaventure].

Féret, Pierre, La faculté de théologie et ses docteurs les plus célèbres, t. 2, Paris, A. Picard et fils, 1895, p. 605-607.

xxe siècle

Petri Lombardi Libri IV Sententiarum, éd. PP. Collegii S. Bonaventurae, 2 vol., Quaracchi, éd. Collegii S. Bonaventurae ad Claras Aquas, 1916, p. lxxviii-lxxx [reprise de la liste II de Bonaventure].

S. Bonaventurae Collationes in Hexaëmeron et Bonaventuriana quaedam selecta, éd. par F. Delorme, Ad Claras Aquas, Florentiae (ex typ.  Collegii S. Bonaventurae), 1934, p. 357-362 [reprise de la liste I de Bonaventure].

De Ghellinck, Joseph, « Pierre Lombard », Dictionnaire de théologie catholique, 12, Letouzey et Ané, 1935, col. 2014-2015 [reprise de Du Plessis d’Argentré, 1728].

Synan, Edward A., « Nineteen Less Probable Opinions of Peter Lombard », Mediaeval Studies, 27, 1965, p. 340-344 [transcription d’une liste figurant dans un manuscrit].

Vernet, André, Bouhot Jean-Pierre, Genest Jean-François (dir.), La bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux du XIIe au XVIIIe siècle, t. 2, Paris, CNRS Éditions, 1997, p. 563-571 [transcriptions de listes figurant dans des manuscrits].

xxie siècle

Angotti, Claire, « Les listes des “Opiniones magistri Sententiarum quae communiter non tenentur” : forme et usage dans la lectio des Sentences », dans Philipp W. Rosemann (dir.), Mediaeval Commentaries on the Sentences of Peter Lombard, Leyde, Brill, 2015, p. 79-144 [transcriptions de listes figurant dans des manuscrits aux p. 135-144].

Annexe 2 : Transcription de la liste de propositions non tenues figurant dans le Reims, BM, ms. 462, fol. 1v (main du xve siècle).

Ce manuscrit a appartenu à la bibliothèque du chapitre de Reims. On ignore à quelle date il apparaît dans la collection. Le copiste de la liste est maître Simon Caynet († 1471) qui a dirigé les collèges de Reims et de Rethel. Il est mentionné dans les comptes du collège de Reims comme « maître ès arts, étudiant en l’Université de Paris84 ».

Les propositions comportant une astérisque sont celles signalées dans les listes de Bonaventure.

Isti sunt passus in quibus magister Sententiarum communiter non tenetur a doctoribus.

In primo libro
[1*] Quod caritas qua diligimus Deum et proximum est Spiritus sanctus di. XVII
a.
[2*] Quod nomina numeralia dicta Deo [sic] dicuntur solum privative di. XXIIII
a.
[3] Quod similis et similiter dicuntur de Deo privative di. XXXI
a.
[4] Quod Deus semper potest quicquid potuit aliquando et vult quicquid voluit et scit quicquid scivit di.XLIIII
a.

In 2° libro
[5*] Quod angeli beatitudinem quam receperunt in confirmacione per gratiam tunc appositam non meruerunt sed ipsam postea meruntur per obsequia fidelibus exhibita et ita premium precessit merita di. V
a.
[7] b. Quod caritas informans est spiritus sanctus di. XXVII
a.
[6*] a. Quod angeli in merito respectu premiis essentialis et in ipso proficiunt usque ad Judicium di XI
a.
[8*] Quod in veritate humane nature nichil transit intrasecum sed ab Adam descendit per propagacionem et multiplicatum resurget in judicio di. XXX
a.

In 3° libro
[9*] Quod anima a corpore separata sit persona di. V
a.
[10] Quod Christus convenienter dicitur mortuus et non mortuus, passus et non passus di. XXI
a.
[11*] Quod Christus in triduo mortis fuit homo dictinctione XXII
a

In 4° libro
[12] Quod opera legalia non justificabant etiam si in fide et caritate fierunt di. Prima
[13] Quod homo sine medio videbat Deum ante peccatum di. Prima
[14] Quod circoncisio non conferebat gratiam ad bene operandum nec virtutes vel augmentum sed solum ad pecata dimictenda valebat di. Prima
[15] Quod parvuli ante octavum diem morientes incircumcisi peribant et quod causa necessitatis poterant ante circumcidi di. Prima
[16] Quod quedam sacramenta Nove Legis instituta sunt in remedium tantum ut meri­torium di II
a.
[17*] Quod baptizati baptismo Johannis non ponentes spem in illo non erant baptizandi baptismo Christi di II
a.
[18*] Quod Deus potuit dare creature potenciam creandi et interius absolvendi et peccata dimittendi di V
a.
[19] Quod scismatici degradati precisi ab ecclesia heretici excommunicati non habent potestatem consecrandi corpus Christi di. XIII
a.
[20] Quod brutum non sumit verum corpus Christi etsi videatur di XIII
a.
[21] Quod sciencia discernendi non nominat habitum sciendi sicut clavis di XIX
a.
[22] Quod episcopi symoniaci degradati non possunt conferre ordines di. XXV
a.
[23] Quod secundus maritus alicujus mulieris incognite carnaliter a primo sit bigamus per cognicionem illius et prohibetur ab ordinibus di. XXVII
a.
[24] Quod cognoscens sororem uxoris sue non tenetur uxori petenti debitum reddere di. XXXIIII
a.
[25] Quod ille vir qui uxore vivente duxit aliam in aliena patria et rediens ad conscienciam vult eam dimittere et non potest si cogitur ab ecclesia remanere et debitum reddere incipit excusari per obedientiam et timorem et tenetur reddere debitum si petatur di. XXXVIII
a.
[26] Quod peccata deleta non patefient aliis in judicio di. XLIII
a.

Annexe 3 : Les propositions non tenues dans les marges et dans les listes des manuscrits du collège de Sorbonne

Les propositions comportant une astérisque sont celles signalées dans les listes de Bonaventure. Les manuscrits dépouillés sont les exemplaires des Sentences copiés et décorés à Paris et versés dans les fonds du collège de Sorbonne, avant 1290 ou avant 1338.

Notes

1 Nous avons pour l’instant repéré plus de 57 volumes contenant une liste de propositions non tenues du Lombard (39 manuscrits conservés en France et 18 conservés à l’étranger), mais ce chiffre est très certainement en deçà de la réalité. Ces listes ne sont en effet pas faciles à pister : beaucoup de catalogues anciens les négligent ou les identifient de manière erronée.

2 Friedrich Stegmüller se contente de les mentionner rapidement sans les recenser dans son Repertorium commentariorum in Sententias Petri Lombardi, Wurtzbourg, Herbipoli, 1947, t. 1, p. x.

3 Les éditions anciennes du Livre des Sentences comportent ces listes. C’est le cas en particulier de celle de 1538 revue par Jean Aleaume. Plusieurs auteurs des xvie, xviie ou xviiie siècles mentionnent une liste de propositions non tenues : c’est le cas par exemple de Matthias Aquarius, O. P. († 1591), de Louis Bail (1610-1669), de Josephus Maria de Turre († 1716). Ces premiers auteurs font figurer la liste des propositions non tenues en appendice de leur ouvrage. Le premier à l’intégrer véritablement à son propos est Charles du Plessis d’Argentré († 1749) qui la publie dans sa Collectio judiciorum de novis erroribus (3 vol., Paris, apud A. Cailleau, 1728-1736) tout en soulignant qu’il ne s’agit nullement de propositions condamnées du Lombard. Les auteurs postérieurs à Charles du Plessis d’Argentré, par exemple Heinrich Denifle, insistent eux aussi sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une liste de positions officiellement condamnées et qui auraient été promulguées par la faculté de théologie ou par la papauté : d’ailleurs, aucune des propositions christologiques de Pierre Lombard mises en cause par Alexandre III au xiie siècle n’y figure. Pierre Féret dans La faculté de théologie et ses docteurs les plus célèbres, ouvrage paru en 1895 (Paris, A. Picard et fils), les commente fort brièvement et en propose une traduction. Voir l’annexe 1 sur les différentes publications de listes mentionnées dans l’article.

4 Voir C. Angotti, « Les listes des “Opiniones magistri Sententiarum quae communiter non tenentur” : forme et usage dans la lectio des Sentences », dans P. Rosemann (dir.), Mediaeval Commentaries on the Sentences of Peter Lombard, Leyde/Boston, Brill, vol. 3, 2015, p. 79-144.

5 Voir par exemple : Reims, Bibliothèque municipale [BM], ms. 462, fol. 1v : « Quod caritas qua diligimus Deum et proximum est Spiritus sanctus, di[stinctione] XVIIa ou Paris, BNF, ms. lat. 15702, fol. 186v : Quod caritas qua diligimus Deum et proximum est Spiritus Sanctus. D[istinctione] 17a, ca[pitulo] 2» ou encore Paris, BNF, ms. lat. 15728, fol. 185 : « Quod karitas qua diligimus Deum et proximum est Spiritus Sanctus tantum non aliquis habitus creatus. D[istinctione] XVII c[apitulo] Hic autem ».

6 Voir Paris, BNF, ms. lat. 15702, fol. 186v ou Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v. D’autres listes, plus rares, prennent la forme d’un paragraphe massif, le rédacteur ne retournant pas à la ligne après avoir signalé chacune des propositions. C’est alors l’énumération des propositions fondée sur l’ordre textuel du Livre des Sentences en livres, distinctions et chapitres qui fait office de structure (voir par exemple Paris, BNF, ms. lat. 3037 B, fol. 2).

7 I. Brady, « The Rubric’s of Peter Lombard’s Sentences », Pier Lombardo, 6, 1962, p. 5-25.

8 Les distinctions du Livre des Sentences ont pour objectif de regrouper des chapitres et de rendre plus maniable l’œuvre du Lombard.

9 I. Brady, « The distinctions of Lombard’s Book of Sentences and Alexander of Halès », Franciscan Studies, 25, 1965, p. 90-116.

10 Nous avons dégagé dans l’article cité supra n. 4, un corpus de neuf manuscrits ayant appartenu au collège de Sorbonne ; on peut aussi mentionner Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 404 qui a appartenu au collège de Navarre d’après un ex-libris au fol. 4 et fol. 181v tout comme Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 844 ; ou Paris, BNF, ms. lat. 14551 qui a appartenu à Saint-Victor de Paris ; ou Troyes, BM, ms. 900 qui a appartenu probablement au collège Saint-Bernard avant de rejoindre la bibliothèque de Clairvaux. Certains des copistes de listes se qualifient de « maîtres », ce qui laisse supposer qu’ils ont reçu une formation universitaire : voir par exemple Reims, BM, ms. 462, fol. 1 : « C’est à maistre Simon Caynet… » (main du xve siècle, responsable de la liste au verso du même feuillet) ou Paris, BNF, ms. lat. 15719, fol. 204va (comportant un ex-libris de la main de Simon de Melta, sorboniste, donateur du volume au collège et rédacteur de la liste).

11 L’un est un manuscrit tardif : il s’agit du Paris, BNF, ms. lat. 14551 (copié en 1424) constitué de diverses listes. Le copiste a indiqué son nom : « I. Perraudi » dans le colophon situé au fol. 102v. Voir C. Samaran, R. Marichal (dir.), Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, t. 3, Bibliothèque nationale, fonds latin nos 8001 à 18163, Paris, CNRS Éditions, 1974, p. 369. Quant au second (Paris, BNF, ms. lat. 3424 daté du xiiie siècle), il contient différents commentaires des Sentences et il s’agit de la copie littérale de la version de la liste habituellement citée du commentaire des Sentences de Bonaventure.

12 Par exemple : Paris, BNF, ms. lat. 3018, Livre des Sentences copié à la fin du xiiie siècle, liste de propositions non tenues datée du xive siècle ; Reims, BM, ms. 462, Livre des Sentences copié au début du xiiie siècle, liste de propositions non tenues datée du xve siècle ; London, Lambeth Palace, ms. 367, Livre des Sentences copié au xiiie siècle, liste de propositions non tenues datée du xve siècle.

13 Paris, BNF, ms. lat. 15702, fol. 186v.

14 Troyes, BM, ms. 899, fol. Ar. Cette liste est visible en ligne sur le site de la bibliothèque virtuelle de Clairvaux : https://www.bibliotheque-virtuelle-clairvaux.com/manuscrits/

15 Voir annexe 1. Opera omnia Bonaventurae Commentaria in quatuor libros Sententiarum Magistri Petri Lombardi, t. 1-4, Quaracchi, 1882-1889. La première des listes de Bonaventure éditées figure dans Opera omnia…, op. cit., t. 2, p. 2 et ibid., p. 1016.

16 C. Angotti, « Étienne Langton, commentateur des Sentences de Pierre Lombard », dans L.-J. Bataillon et al. (dir.), Étienne Langton prédicateur, bibliste et théologien, Turnhout, Brepols, 2010, p. 487-523 ; R. Quinto, « Stephen Langton », dans P. W. Rosemann (dir.), Mediaeval Commentaries on the Sentences of Peter Lombard, Leyde/Boston, Brill, 2010, vol. 2, p. 35-77.

17 Le procédé consistant à critiquer le texte de Pierre Lombard se poursuit d’ailleurs après Bonaventure : Thomas d’Aquin, Gilles de Rome, Pierre de Tarentaise signalent, au fil de leurs commentaires, que telle ou telle proposition n’est plus tenue, mais aucun n’en propose de liste, comme l’a fait Bonaventure. Plusieurs manuscrits comportant des commentaires des Sentences sont accompagnés de la liste de Bonaventure par exemple le Paris, BNF, ms. lat. 3051, Commentaire des Sentences de Pierre de Tarentaise ; Paris, BNF, ms. lat. 3424, Commentaire des Sentences de Guy de l’Aumône ; Paris, Mazarine, ms. 756, Commentaire des Sentences de Thomas d’Aquin ; Troyes, BM, ms. 564, Commentaire des Sentences d’Hannibaldus de Hannibaldis.

18 Nombreuses sont les listes qui comportent huit propositions, conformément à ce qui était indiqué dans le commentaire du maître franciscain par exemple dans les Paris, BNF, ms. lat. 15705, ms. lat. 15707, ms. lat. 15716, ms. lat. 16375 et le Troyes, BM, ms. 900.

19 Bonaventure, Opera omnia…, op. cit., t. 2, p. 1016 : « et hoc dicit distinctione quinta et etiam distinctione undecima ».

20 Voir supra n. 4. C’est le cas en particulier pour les listes des Paris, BNF, ms. lat. 15705, ms. lat. 15707 ; pour les Paris, BNF, ms. lat. 15716 et ms. lat. 16375, sauf pour la dernière proposition.

21 Ainsi Paris, BNF, ms. lat. 15702 : la liste comporte 18 propositions qui comprennent 8 propositions de Bonaventure (propositions 1, 2, 6, 7, 9, 10, 12, 13) ; C’est le cas aussi du Paris, BNF, ms. lat. 15717 : la liste comporte 20 propositions et 9 sont issues de la liste de Bonaventure (propositions 1, 2, 4, 5, 6, 7, 8, 10, 11).

22 Voir l’annexe 2 : transcription de la liste de propositions non tenues figurant dans le Reims, BM, ms. 462, fol. 1v. : il s’agit des propositions 1, 2, 5, 6, 8, 9, 11, 17, 18.

23 Voir U. Eco, L’œuvre ouverte, Paris, Seuil, 1965, p. 25 : « [À propos du théâtre de Brecht] L’œuvre est ouverte au sens où l’est un débat : on attend, on souhaite une solution, mais elle doît naître d’une prise de conscience du public. L’ouverture devient instrument de pédagogie révolutionnaire. » Il s’agit ici de s’appuyer sur deux des idées développées par Umberto Eco à propos de Brecht : d’abord le débat, inhérent à l’ouverture de la liste, ensuite l’objectif de cette dernière qui devient, par son ouverture, un instrument pédagogique.

24 Ibid., p. 34 : « L’œuvre en mouvement rend possible une multiplicité d’interventions personnelles, mais non pas de façon amorphe et vers n’importe quelle intervention. Elle est une invitation, non pas nécessitante ni univoque mais orientée, à une insertion relativement libre dans un monde qui reste celui voulu par l’auteur» L’œuvre en mouvement est une sous-catégorie au sein des « œuvres ouvertes », c’est une œuvre matériellement inachevée qui conduit son lecteur (dans le cas de la littérature) à tenter d’achever de multiples manières l’œuvre que lui propose l’auteur.

25 Outre les exemplaires des Sentences du collège de Sorbonne, mentionnons Paris, Arsenal, ms. 509 ; Paris, BNF, ms. lat. 3017 ; Paris, BNF, ms. lat. 3018 ; Paris, BNF, ms. lat. 3019 ; Paris, BNF, ms. lat. 3027B ; Paris, BNF, ms. lat. 3404 ; Paris, Mazarine, ms. 756 ; Reims, BM, ms. 462 ; Tours, BM, ms. 355 ; Tours, BM, ms. 356 ; Tours, BM, ms. 358 ; London, Lambeth Palace, ms. 376.

26 Voir par exemple le Yale University, Beinecke Library, ms. 668 décrit ainsi : Iohannes Slitpacher, Mnemotechnical-Didactical Works and Compendia. Le manuscrit est en ligne : voir http://brbl-zoom.library.yale.edu/viewer/1422725, consulté le 28 août 2017 ; ou le Stuttgart, Württembergischen Landesbibliothek, ms. HB III 6 contenant : Johannes de Fonte, Conclusiones quatuor librorum Sententiarum – Michaelis Aiguani de Bononia, Tabula in IV libros libros Sententiarum – Ps Augustinus, De diffinitione dogmatum ecclesiasticorum – Johannes Andree Tractatus de matrimonio – Johannes Kusin, ConfessionaleLiber Sibylle decime prophetisse de adventu Christi – Johannes Auerbach, DirectoriumTractatus de restitutionibus et qualiter sit restitutio faciendaTractatus de expeditione infirmorum qui sunt in articulo mortisTractatus de constitutionibus sacerdotum (voir H. Boese, Die Handschriften der Württembergischen landesbibliothek Stuttgart, 2. Reihe : Die Handschriften der ehemaligen Königlichen Hofbibliothek, vol. 2/1, Teil, Codices Biblici (HB II 1-60), Codices dogmatici et polemici (HB III 1-59), Codices hermeneutici (HB IV 1-36), Wiesbaden, O. Harrassowitz, 1975, p. 70-71 ; voir encore le Paris, BNF, ms. lat. 14551 contenant : Herveus de Cauda, Tabula super libros s. Thome – Conclusiones in quibus Thomas videtur contradicere sibi ipsi Expositores librorum biblie (voir G. Ouy, Les manuscrits de l’abbaye de Saint-Victor. Catalogue établi sur la base du répertoire de Claude Grandrue (1514), Turnhout, Brepols, 1999, vol. 1, p. 66). On peut soupçonner un contenu similaire pour le Colmar, BM, ms. 102 comprenant, d’après le catalogue en ligne, des « Traités de théologie et sermons » ; voir la description sur le site du Catalogue collectif de France : http://ccfr.BNF.fr/portailccfr/jsp/index_view_direct_anonymous.jsp?record=eadcgm:EADC:D52010974, consulté le 28 août 2017.

27 Ces propositions sont autant de règles permettant aux théologiens de formuler de manière orthodoxe les rapports entre l’essence divine et les personnes de la Trinité, puis entre les personnes elles-mêmes. Voir F. Stegmüller (dir.), « Commentarius in I et IV Sententiarum », Analecta Upsaliensia theologiam Medii Aevi illustrantia, Uppsala, Lundequist, 1953, t. 1, p. 35-38 et B. Faes de Mottoni, « Les manuscrits du Commentaire des Sentences d’Hugues de Saint-Cher », dans L. J. Bataillon, G. Dahan, P.-M. Gy (dir.), Hugues de Saint-Cher († 1263) : bibliste et théologien, Turnhout, Brepols, 2004, p. 273-298, ici p. 274 et p. 282-284.

28 Il s’agit du Paris, BNF, ms. lat. 15701, fol. 2va-3rb.

29 Voir supra n. 24.

30 « Magis enim suo labore meruit legentium orationes et gratiarum actiones quam reprehensiones, licet in aliquibus locis declinaverit ab opinionibus communibus et parti minus probabili adhaeserit, praecipue in octo locis. » Introduction accompagnant la seconde liste de propositions non tenues et figurant en fin du commentaire du livre II des Sentences, extr. Opera omnia…, op. cit., t. 2, p. 1016 (voir remarque n. 19). On notera que cette phrase n’apparaît pas dans la première des listes élaborée par Bonaventure mais celle-ci est vraissemblablement une version moins aboutie et moins rédigée que la seconde, comme nous l’avons démontré dans l’article cité supra n. 4, p. 87-90.

31 Voir les introductions et conclusions qui encadrent les deux versions de la liste que l’on trouve dans le commentaire des Sentences de Bonaventure dans Opera omnia…, op. cit., p. 1 : « [introduction] In his igitur et in aliis verbis Magistri adhaerens, debita servata reverentia […] et proposui et propono juxta tenuitatem ingenii et paupertatem scientiae in his, in quibus potero, sustinere, his dumtaxat exceptis, in quibus magis communiter non sustinetur, immo communis opinio tenet contrarium. Haec autem sunt octo, ita quod in quolibet libro sunt duae de illis positionibus » ; ibid., p. 1016 : « [introduction] […] verum tamen sicut aperte apparet, Magister allegat eas [i. e. auctoritates] aliquantulum minus recte. Non tamen est mirandum, si in tot et tam bonis dictis magister dixit aliquid minus complete ; nec ei est propter hoc insultandum. Magis enim suo labore meruit legentium orationes et gratiarum actiones quam reprehensiones, licet in aliquibus locis declinaverit ab opinionibus communibus et parti minus probabili adhaeserit, praecipue in octo locis » ; ibid., p. 3 : « [conclusion] In his positionibus Magister a communi via recessit, et sicut in suis locis tractabuntur ad minus probabilem partem declinavit, et ideo non sustinetur communiter a magistris […] » ; ibid., p. 1016 : « [conclusion] In his octo positionibus communiter doctores Parisienses non sequuntur Magistrum, nec credo in omnibus his eum sustinendum, ne amore hominis veritati fiat preiudicium ; et haec omnia suis locis manifesta sunt et manifestabuntur ».

32 Il s’agit de la liste contenue dans le BNF, ms. lat. 15728, dont nous avons donné une transcription dans l’article cité supra n. 4.

33 Par exemple Paris, BNF, ms. lat. 15707, fol. 169vb : « Nota quod in VIII locis non tenetur oppinio magistri in libro Sententiarum » ; Paris, BNF, ms. lat. 15705, fol. 2v : « Haec sunt que dicit magister que non tenentur » ; Paris, BNF, ms. lat. 3027 B, fol. 275v : « Nota loca in quibus magister Sententiarum non tenetur in Sententiis » ; Paris, BNF, ms. lat. 3404, fol. 324 : « Hec sunt questiones improbabiles magistri Sententiarum » ; Paris, BNF, ms. lat. 3407, fol. 160v-161 : « Magister non tenetur in hiis locis videlicet… » ; Troyes, BM, ms. 899, fol. A : « Hii sunt passus in quibus iste liber a modernis communiter non tenetur ».

34 Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v : « Secundum magistros Parisienses magister Sententiarum declinavit a communibus opinionibus magistrorum in istis locis ». Cette formule se retrouve partiellement dans le titre de la liste figurant dans le Oxford, Balliol College, ms. CXXX, fol. 167 : « Opiniones Magistri Sententiarum reprobato Parisius ».

35 Le vocabulaire employé dans les titres de listes pour mentionner les propositions non tenues est assez varié : le plus fréquent est opiniones (dans 23 cas), mais l’on trouve aussi articuli (dans sept cas), positiones (un cas), conclusiones (dans un cas), questiones (un cas), sententia (un cas). Notons aussi l’accumulation de substantifs dans le Stuttgart, Württembergischen Landesbibliothek, ms. HB III 6, fol. 73v-74 : […] nota quod sunt XVIII opiniones vel oraciones sive articuli minus probabiles quas magister ponit ».

36 Par exemple, Paris, BNF, ms. lat. 15716, fol. 1 et BNF, ms. lat. 16375, fol. 290v : « Iste sunt opiniones magistri Sententiarum que non tenentur a modernis » ; Paris, Arsenal ms. 509, fol. 179 v : « Hee opiniones Magistri non sustinentur a modernis » ; Paris, BNF, ms. lat. 14551, fol. 107 : « Opiniones magistri Sententiarum que a doctoribus modernis communiter non tenentur » ; Paris, Mazarine ms. 755, fol. 214 : « Opiniones minus probabiles quas ponit magister sententiarum, quas non sustinent nunc doctores » ; Paris, Mazarine ms. 756, fol. 267v : « Iste sunt opiniones seu positiones Magistri, quas doctores moderni non tenent, vel in quibus Magister a modernis communiter non tenetur » ; Troyes, BM, ms. 899, fol. A : « Hii sunt passus in quibus iste liber a modernis communiter non tenetur » ; Troyes, BM, ms. 2264, fol. 264v : « Opiniones in quibus Magister a modernis doctoribus non tenetur » ; Troyes, BM, ms. 900, fol. 226v : « Opiniones Magistri quae a modernis non tenentur » ; Troyes, BM, ms. 1713, fol. 173v : « Opiniones in quibus Magister a modernis non tenetur » ; Troyes, BM, ms. 899, fol. A : « Hii sunt passus in quibus iste liber a modernis communiter non tenetur ».

37 Paris, BNF, ms. lat. 15702, fol. 186v : « Hee sunt positiones magistri Sententiarum que hodie non tenentur » et BNF, ms. lat 15723, fol 1v : « Sententia magistri non tenetur hodie in his locis » ; BNF, ms. lat. 15719, fol 204va : « Iste sunt opiniones quas ponit Magister in libro Sententiarum que modo non tenentur a magistris » ; Lyon, BM, ms. 639, fol 144 : « Iste sunt opiniones Magistri in Sententiis que non sustitinentur modo » ; Paris, Arsenal ms. 406, fol. 322 : « Opiniones Magistri que modo ab aliquibus non tenentur » ; Paris, BNF, ms. lat. 3051, fol 222v : « Iste sunt opiniones magistri in Sentenciis que modo non tenentur ab omnibus » ; Paris, Mazarine ms. 844, fol. 274v : « Hee sunt opiniones Magistri Sententiarum, que hodie non tenentur » ; Stuttgart, Württembergischen Landesbibliothek, HB III 6, fol. 73v-74r : « Opiniones magistri que non sunt tenende : nota quod sunt XVIII opiniones vel oraciones sive articuli minus probabiles quas magister ponit, quas non tenent nec sustinent nunc communiter doctores ».

38 Mentionnons la formule soulignant bien l’unanimité des maîtres trouvée dans le Tours, BM, ms. 356, fol. 342-342v : « Isti sunt articuli in quibus magister [Sententiarum] communiter ab omnibus non tenetur ». On retrouve la même formule dans les Cité du Vatican, BAV, vat. lat. 691, fol. 177v et Cité du Vatican, BAV, vat. lat. 685, fol. II que nous n’avons toutefois pas pu consulter.

39 On peut toutefois signaler un cas d’attibution dans l’intitulé suivant : « Quamvis communiter a doctoribus Magister non teneatur in quolibet libro in duobus articulis, tamen S. T. ut refert Anthonius in IIIIa parte ipsum notat in XIIII articulis » (dans Yale University, Beinecke Library, ms. 668, fol. 50v-52v). La liste établit une comparaison entre la liste « canonique » des huit propositions par livre représentative de l’opinion commune des docteurs et la liste que l’on peut tirer du commentaire de S. T. (Thomas d’Aquin) qui en comporterait 13 pour le quatrième livre.

40 Voir par exemple Paris, BNF, ms. lat. 3018, fol. I-IIv : « Nota quod tria sunt loca in quibus magister Sententiarum non tenetur communiter in primo libro… » (chaque livre est, dans ce manuscrit, accompagné d’un titre) ; Paris, BNF, ms. lat. 3051, fol. 222v : « Iste sunt opiniones magistri in Sentenciis que modo non tenentur ab omnibus. Prima est quod hec nomina… » ; Paris, BNF, ms. lat. 14551, fol. 107 : « Opiniones magistri Sententiarum que a doctoribus modernis communiter non tenentur » ; Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v : « Secundum magistros Parisiensis magister Sententiarum declinavit a communibus opinionibus magistrorum in istis locis » ; Paris, BNF, ms. lat. 15728, fol. 185 : « Nota opiniones minus probabiles quas ponit magister Sententiarum quas non sustinent communiter nunc doctores » ; Paris, Mazarine, ms. 756, fol. 267v : « Iste sunt opiniones seu positiones Magistri, quas doctores moderni non tenent, vel in quibus Magister a modernis communiter non tenetur » ; Reims, BM, ms. 462, fol. 1v : « Isti sunt passus in quibus magister Sententiarum communiter non tenetur a doctoribus » ; Tours, BM, ms. 355, fol. 295v : « Isti sunt articuli in quibus magister comuniter [sic] non tenetur » ; Tours, BM, ms. 356, fol. 342-342v : « Isti sunt articuli in quibus magister [Sententiarum] communiter ab omnibus non tenetur » ; Città del Vaticano, BAV, ms. vat. lat. 685, fol. II : « Articuli, in quibus Magister Sententiarum non tenetur communiter ab omnibus » ; Città del Vaticano, BAV, ms. vat. lat. 691, fol. 177v : « Articuli, in quibus Magister Sententiarum non tenetur communiter ab omnibus » ; Stuttgart, Württembergischen Landesbibliothek, ms. HB III 6, fol. 73v-74r : « Opiniones magistri que non sunt tenende : nota quod sunt XVIII opiniones vel oraciones sive articuli minus probabiles quas magister ponit, quas non tenent nec sustinent nunc communiter doctores » ; Yale University, Beinecke Library, ms. 668, fol. 50v-52v : « Quamvis communiter a doctoribus Magister non teneatur in quolibet libro in duobus articulis… ».

41 Paris, BNF, ms. lat. 3051, fol. 222v : « Iste sunt opiniones magistri in Sentenciis que modo non tenentur ab omnibus… » ; Tours, BM, ms. 356, fol. 342-342v : « Isti sunt articuli in quibus magister [Sententiarum] communiter ab omnibus non tenetur… » ; Città del Vaticano, BAV, ms. vat. lat. 685, fol. II et ms. vat. lat. 691, fol. 177v : « Articuli, in quibus Magister Sententiarum non tenetur communiter ab omnibus ».

42 Lyon, BM, ms. 639, fol. 144 : « Iste sunt opiniones Magistri in Sententiis que non sustitinentur modo » et fol. 144v : « Isti sunt articuli detestabiles contra catholicam veritatem, reperti et damnati Parysius », ce qui correspond à la condamnation de 1241 par Guillaume d’Auvergne. Voir aussi Paris, BNF, ms. lat. 3027B, fol. 275v (même feuillet que la liste qui nous intéresse) : « Articuli reprobati Parisius sub magistro Odone de Castro Radulphi ». Ce qui correspond à la condamnation de 1244 ; Paris, BNF, ms. lat. 15702, fol. 186 : « Hii sunt errores dampnati Parisius ab episcopo Parisiense et congregatione magistrorum anno gracie 1240 in octavis Epiphanie [13 janvier 1241], la liste de propositions non tenues figure au verso du même feuillet (on remarquera toutefois que la main n’est pas la même que pour la liste de censure).

43 Voir la mention que comporte le Yale University, Beinecke Library, ms. 668, fol. 50v-52v et qui semble établir une comparaison entre deux listes différentes : celle élaborée par l’opinio communis et celle élaborée à partir du commentaire des Sentences de Thomas d’Aquin. Voir supra n. 38.

44 Cette pratique n’est pas propre au collège de la Sorbonne : nombreux sont les exemplaires des Sentences qui comportent de telles mentions. Voir par exemple Paris, BNF, ms. lat. 3018, Pierre Lombard, Sententiarum libri IV (fin du xiiie siècle) accompagné d’une liste de 18 propositions (fol. I) et pour lequel le catalogue signale en marges la mention « Non tenetur Magister » par une main du xive siècle (fol. 22v, 41v, 94v, 98, 118, 134v, 152, 155, 160, 167v et 168, 187), voir M. T. d’Alverny (dir.), Catalogue général des manuscrits latins, t. 4 : nos 3014 à 3277, Paris, Bibliothèque nationale, 1958, p. 8-9 ; Paris, BNF, ms. lat. 3019, Pierre Lombard, Sententiarum libri IV (xive siècle), accompagné d’une liste de 21 propositions (fol. 175v) et pour lequel le catalogue relève en marges diverses mentions du type « magister non tenetur » (fol. 58, 98v, 143, 156v, 161v, 164, 167v) ou « et reprobatur a modernis doctoris » (fol. 122v) ou encore « hoc non tenetur modo licet antiquitus tenetur » (fol. 166v), parfois les explications sont plus longues « Hic non tenetur magister simpliciter et absolute intelligendo ; si tamen bene intencio magistri inspiciatur bene poterit excusari » (fol. 129v, 138v) ou encore « Hic nota quod si magister dicat quod hereticus vel excommunicatus absolute non potest conficere non tenetur… sed si intendat quod non potest facere ordinate bene tenetur » (fol. 138v), ou enfin « Ista oppinio de conssecratione puelarum religiosarum modo non tenetur » (fol. 149), voir ibid., p. 10-11. Voir aussi Paris, BNF, ms. lat. 3025, Pierre Lombard, Sententiarum libri IV (xiie siècle), deux mentions signalées par le catalogue, aux fol. 6 et 63, voir ibid., p. 18-20 ; Paris, BNF, ms. lat. 3029, Pierre Lombard, Sententiarum libri I-II (xiie siècle), une mention signalée par le catalogue, au fol. 21 (voir ibid., p. 31-32) ; Chicago, Newberry Library, ms. 20, Pierre Lombard, Liber Sententiarum (xiiie siècle), plusieurs mentions, signalées par le catalogue (P. Saenger, A Catalogue of the Pre-1500 Western Manuscript Books at the Newberry Library, Chicago, University of Chicago Press, 1989, p. 36).

45 Voir l’annexe 3.

46 Ibid.

47 Il s’agit du Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v.

48 Voir l’annexe 2 : Reims, BM, ms. 462, fol. 1v ; Charles du Plessis d’Argentré dans sa Collectio…, op. cit., parue en 1728 en publie 27.

49 Voir E. Marmursztejn, L’autorité des maîtres. Scolastique, normes et société au xiiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2007.

50 Il y a parfois des annotations difficiles à lire. En outre, certaines, écrites à la mine de plomb (voire à la pointe sèche), sont devenues, avec le temps, moins visibles.

51 Il s’agit des Paris, BNF, ms. lat. 15323, ms. lat. 15325, ms. lat. 15702, ms. lat. 15706, ms. lat. 15714, ms. lat. 15715, ms. lat. 15717, ms. lat. 15720, ms. lat. 15727. Tous ces manuscrits comportent en marge, une proposition non tenue originale, sauf le BNF, ms. lat. 15714 qui en comporte deux.

52 Il s’agit des listes contenues dans les Paris, BNF, ms. lat. 15719 (une proposition originale), ms. lat. 15717 (deux propositions originales), ms. lat. 15723 (cinq propositions originales).

53 Ainsi, Bonaventure signale que la proposition de la distinction 5 au livre II des Sentences est répétée distinction 11 (« In secundo vero libro similiter duo dicit, quorum primum est, quod in angelis beatis praemium praecessit, et meritum respectu substantialis praemii habet subsequi ; et hoc dicit distinctione quinta et etiam distinctione undecima », extr. de la liste II figurant en fin du commentaire du L. II des Sentences, Opera omnia…, op. cit., t. 2, p. 1016 [voir remarques notes 19 et 30]). Les listes figurant dans les différents manuscrits tendent à en faire un item indépendant : voir par exemple Paris, BNF, ms. lat. 15702, fol. 186v : « Secundus [liber]. ¶ [6*] Quod in angelis premium precessit meritum. D..5., capitulo ultimo. ¶ [7*] Quod in merito respectu essentialis premii proficiunt angeli usque ad judicium. D..XI., capitulo preterea illud ». Voir aussi la transcription de la liste du Reims, ms. 462, fol 1v (voir l’annexe 2).

54 Voir n. 51.

55 Il s’agit de la liste du Paris, BNF, ms. lat. 15723, f. 1v. C’est à elle que l’on doit le plus grand nombre de propositions originales signalées dans l’annexe 3 pour les livres I et II des Sentences.

56 Par exemple, Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v : « [proposition 3] D..41. capitulo ultimo. Ubi dicit quod Deus scit omne enunciabile quod aliquando scivit ; […] [proposition 6] D..XXX. Ubi dicit quod nihil de extrinseco transsit in veritatem humane nature nec per generationem nec per nutritionem capitulo Quibus responderi ; […] [propositions 12 et 13] D..XIII. Ubi dicit quod heretici ab ecclesia precisi non habent potestatem conficiendi. In capitulo illi vero et quod symoniaci episcopi non habent potestatem ordinandi d..22. capitulo de symoniacis […] ». Voir aussi Troyes, BM, ms. 899, fol. A : « Primo libro, [proposition 1] d. 17 ubi dicit quod caritas qua diligimus Deum et proximum non sit habitus creatus, sed ipse Deus <en marge, capitulo 2o Hic autem> ; [proposition 2] Item eodem, distinctione 24, ubi dicit quod nomina numeralia, scilicet trinus, unus et similia, nichil ponunt in divinis, sed tantum privant. Capitulo 2o, si diligenter […] ». On remarquera que la liste fournie dans l’annexe 2 est, à ce titre, plus sommaire, se contentant de renvoyer au numéro de la distinction.

57 Voir Paris, BNF, ms. lat. 3051, fol. 222v et Paris, BNF, ms. lat. 3019, fol. 175v : sont mentionnés Hilaire et Augustin. Le ms. lat. 3051 invoque aussi une auctoritas biblique.

58 Liste des Paris, BNF, ms. lat. 3019, fol. 175v et Paris, BNF, ms. lat. 3051, fol. 222v se contentent de la mention Hugo. C’est le Paris, BNF, ms. lat. 15728, fol. 185 qui mentionne le De sacramentis d’Hugues de Saint-Victor.

59 Liste du Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v ; voir aussi la note suivante.

60 Voir Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v, ms. lat. 15719, fol. 204v et ms. lat. 15728, fol. 185v. La liste étudiée par E. A. Synan « Nineteen Less Probable Opinions of Peter Lombard », Mediaeval Studies, 27, 1965, p. 340-344 comporte aussi des renvois aux Décrétales. Le Stuttgart, Württembergischen Landesbibliothek, ms. HB III 6, fol. 73v-74 semble faire de même (voir H. Boese, Die Handschriften…, op. cit., p. 70-71).

61 Liste du Paris, BNF, ms. lat. 3027B, fol. 2. Le renvoi à Thomas est un ajout à la liste initiale par une main du xve siècle. Thomas est aussi invoqué, dans la liste figurant dans le Yale University, Beinecke Library, ms. 668, fol. 50v-52v.

62 L’intérêt porté aux textes sources employés par Pierre Lombard se manifeste de diverses manières. Nous mentionnerons deux exemples : premièrement, les lecteurs des Sentences s’attachent à identifier en marge de leur manuscrit les Pères que l’auteur n’a pas explicitement mentionnés. C’est le cas en particulier dans le prologue du Livre des Sentences : nombreux sont les exemplaires des Sentences qui comportent en marge ou en interligne l’identification précise du Père et du passage employés par Pierre Lombard dans son prologue. Deuxièmement, on trouve des listes signalant dans les Sentences les citations erronées des œuvres des Pères (voir par exemple Paris, BNF, ms. lat. 15717, fol. 4v et ms. lat. 3407, fol. 161 ou London, Lambeth Palace, ms. 367, fol. 7b).

63 Voir par exemple, dans l’annexe 2, la proposition [4] du Reims, BM, ms. 462, fol 1v. Il s’agit du L. I, dist. 41, c. 3 des Sentences, dont l’incipit est « An ea quae semel scit Deus vel praescit, semper sciat vel praesciat, et semper scierit vel praescierit » souvent associée à la dist. 44, c. 2, § 2 dont l’incipit est « Responsio : sicut semper scit quae aliquando scit, et semper vult, ita semper potest quod olim potuit » (voir Magistri Petri Lombardi. Sententiae in IV libris distinctae, éd. par I. Brady, t. I, pars II, Grottaferrata, Collegii S. Bonaventurae ad Claras Aquas, 1971, p. 292-293 et p. 305-306. On remarquera grâce à l’annexe 3 que ces deux propositions se retrouvent dans huit manuscrits, soit dans une liste soit dans les marges.

64 S. Ebbessen, « Doing Theology with Sophismata », dans C. Marmo (dir.), Vestigia, Imagines, Verba. Semiotics and Logic in Medieval Theological Texts (XIIth-XIVth century), Turnhout, Brepols, 1997, p. 151-169.

65 Voir par exemple, dans l’annexe 2, la proposition [1] du Reims, BM, ms. 462, fol. 1v. On remarquera grâce à l’annexe 3 que ces deux propositions se retrouvent dans 12 manuscrits, soit dans une liste soit dans les marges.

66 Si les commentaires rédigés suivent toujours l’ordre des livres (de I à IV), la lectio – le commentaire oral – pouvait être menée dans un autre ordre : ainsi, dès le xiiie siècle, on pouvait d’abord lire le livre I puis le livre IV enfin les livres II et III (ordre suivi par Remigio de’ Girolami) ou livre I, II, IV, III (ordre suivi par Bonaventure) ou même livre I (dist. 1 jusqu’à dist. 8 à 15), livre III (dist. 1 à 10/11), livre I (dist. 8 à 15 jusqu’à la fin), livre III (dist. 12 jusqu’à la fin), livre II, livre IV (pour Albert le Grand). Pour Thomas d’Aquin, d’autres exemples plus tardifs et une bibliographie détaillée, voir A. Oliva, Les débuts de l’enseignement de Thomas d’Aquin et sa conception de la sacra doctrina, Paris, J. Vrin, 2006, p. 241-252. Le classement des propositions indiquant le numéro d’ordre du livre rendait possible une lecture des livres dans le désordre.

67 Voir Paris, BNF, ms. lat. 15728, fol. 185 : « Nota opiniones minus probabiles quas ponit magister Sententiarum quas non sustinent communiter nunc doctores sed tamen diversi mode, in quibusdam contradicunt fere omnes, in quibusdam solvunt cum magna difficultate et expositione licet pretendent falsitatem, in facie hoc signo [☼] ; de quibusdam sunt contrariorum oppinionum tali signo [9a]»

68 Ce maître est aussi l’auteur d’un commentaire sur les Sentences qui est lui-même abrégé de la lectura mellicensis du maître Nicolas de Dinkelsbühl d’après F. Stegmüller, Repertorium commentariorum…, op. cit., p. 243. Sur le succès de ce dernier auteur et la diffusion de son commentaire, voir la très récente publication de M. Brînzei (dir.), Nicholas of Dinkelsbühl and the Sentences at Vienna in the Early Fifteenth Century, Turnhout, Brepols, 2015.

69 Yale University, Beinecke Library, ms. 668 : le résumé versifié des Sentences se trouve aux fol. 52v-55v, la liste aux fol. 50v-52v.

70 Yale University, Beinecke Library, ms. 668, fol. 50v : « Quamvis communiter a doctoribus Magister non teneatur in quolibet libro in duobus articulis, tamen s. T., ut refert Anthonius, in IIII parte ipsum notat in XIIII articulis. »

71 Il existe deux témoins de ce traité qui figure dans les Opera omnia du célèbre inquisiteur dominicain : le premier comporte des corrections de l’auteur, actuellement conservé à Sevilla, Biblioteca colombina, ms. 123-3-5 (olim 141-23-14), le traité est aux fol. CXXXIII-CXLII. Le second est conservé à Paris, BNF, ms. lat. 3172, le traité est aux fol. 121va-135b. Il est suivi d’une liste récapitulative des propositions (la declaratio articulorum magistrum Sententiarum in quibus a multis communiter non tenetur) aux fol. 135a-b. Pour une description de ces deux volumes, voir respectivement J. de Puig i Oliver, « Manuscrits eimericians de la biblioteca capitular y colombina de Sevilla provinents de Girona », Arxiu de textos catalans antics, 17, 1998, p. 295-380, ici p. 329-330 et M. d’Alverny (dir.), Catalogue général…, op. cit., p. 279-285.

72 Les citations sont fondées sur le Sevilla, Biblioteca colombina, ms. 123-3-5 (olim 141-23-14), ici fol. CXXXIIIb.

73 Ibid.

74 Ibid.

75 Sevilla, Biblioteca colombina, ms. 123-3-5 (olim 141-23-14), fol. CXXXIIIb : « Nam iste liber Sententiarum per totum videtur quibusdam delectabilis ad legendum, sed est periculosus in articulis aliquibus ad tenendum. Verum quia parvuli in theologia studentes nesciunt distinguere inter ista tenenda et non tenenda, assumenda et refellenda, in incertum eorum animus devagatur. »

76 Ibid., fol. CXXXIIIb : « Eapropter ne assumant sibi falsa pro veris, et bona pro malis […] dictus liber palam et publice legitur a religiosis. »

77 Ibid., fol. CXXXIIIvb.

78 Par exemple, ibid. : « Hic articulus continet partes novem. […] Prima pars est haec. Quod Deus diligit se. Veritas probatur primo sic […], contra probatur […]. »

79 Signalons que l’article 1 comporte neuf parties, l’article 11 huit parties, l’article 16 cinq parties.

80 Par exemple, Sevilla, Biblioteca colombina, ms. 123-3-5 (olim 141-23-14), fol. CXXXVIa : « Hec quarta pars non tenetur communiter ab omnibus, nam dicunt quod duo, tres, et quatuor et si non dicunt absolutam rem, dicunt tamen relacionem, relacio autem dicit posicionem et non privacionem, et si non tenetur communiter ab omnibus, tenetur tamen ab aliquibus, quia a Magistro et sancto Thoma, et ego ab eis non devio. »

81 Voir l’annexe 3.

82 Voir l’annexe 2 : Reims, BM, ms. 462, fol. 1v (main du xve siècle), quinze propositions pour le seul livre IV.

83 S. Heaney, The Development of the Sacramentality of the Marriage, Washington, Catholic University of America Press, 1963 ; G. Le Bras, « Mariage, III. La doctrine du mariage chez les théologiens et les canonistes depuis l’An Mille », dans A. Vacant (dir.), Dictionnaire de théologie catholique, t. 9, Paris, 1926, Letouzey et Ané, col. 2123-2318.

84 L. Demaison, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Marne, Archives ecclésiastiques, Série G, Clergé séculier, t. 1, Reims, H. Matot, 1900, p. 106, série G183.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search