Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir des listes au Moyen Âge - I

 | 
Claire Angotti
, 
Pierre Chastang
, 
Vincent Debiais
, 
et al.

La liste médiévale : une technique matérielle et cognitive

Pierre Chastang, Claire Angotti, Vincent Debiais et Laura Kendrick

Texte intégral

  • 1 L’équipe du projet est formée de : Éléonore Andrieu, Claire Angotti, Étienne Anheim, Nicolas Boilea (...)
  • 2 Sur la notion de boundary object, voir S. L. Star et J. R. Griesemer « Institutional Ecology, “Tran (...)
  • 3 Sur la notion, voir B. Street, « Literacy Events and Literacy Practices. Theory and Practice in the (...)
  • 4 Atelier 1 : Listes et culture de l’écrit (c.750-c.1550) ; atelier 2 : Listes et administration du p (...)

1Le présent volume regroupe certaines contributions présentées lors des deux premiers ateliers du programme de recherche interdisciplinaire « Le pouvoir des listes au Moyen Âge » (Polima), soutenu par l’Agence nationale de la recherche (ANR)1. Ce projet trouve son origine dans un double constat : la forte présence des listes et formes énumératives dans les textes médiévaux et la quasi-absence d’études analysant ce fait de manière globale, en combinant les outils issus des différentes traditions disciplinaires qui portent un intérêt à cet « objet-frontière2 ». La liste suscite l’intérêt des disciplines des Humanités, mais également d’autres sciences qui considèrent cette forme graphique et syntaxique singulière, du point de vue de la structure de la langue, des formes de cognition, ou comme une figure forte de l’anthropologie de l’écriture3. Dans un premier temps, les listes médiévales ont été l’objet de discussions informelles entre collègues « listophiles » avant de donner lieu, au cours de l’année 2013, à l’organisation de quatre ateliers thématiques qui nous ont convaincus de poursuivre le travail ébauché4.

  • 5 Parallèlement aux rencontres, un corpus de textes contenant des listes a été rassemblé sous la form (...)

2Le financement attribué par l’ANR depuis 2015 nous a permis de programmer sept workshops, au rythme de deux par an5. Ils privilégient, dans leur découpage thématique et leur progression scientifique, une approche topique de la liste qui vise à favoriser le travail interdisciplinaire en éprouvant en particulier les frontières du poétique, du didactique et du pragmatique. Les six premières rencontres ont été regroupées en trois binômes, chacun d’eux abordant une question commune : celle tout d’abord de la liste comme artéfact matériel et dispositif de pensée ; celle ensuite de la topique des listes, en privilégiant listes d’objets et de personnes qui constituent des formes d’écrit communes au Moyen Âge ; celle enfin du temps et de l’espace envisagés comme cadres de perception, de représentation et de domination du monde, construits par la mise en liste d’items.

3Une partie des études de cas présentées dans les workshops fait l’objet d’une publication échelonnée en trois livres, et le présent volume retrace le travail réalisé lors des premier et deuxième ateliers de 2015, respectivement intitulés : « Supports, syntaxes, mises en page » et « De l’item au paradigme : nommer, associer, hiérarchiser ».

  • 6 Voir Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Min (...)

4Commencer par une approche matérielle de la liste répondait à deux motifs complémentaires. Saisir d’emblée la liste dans le rapport que son écriture construit avec le support, avec les lieux démultipliés de son installation (pages, livres, murs, monuments, reliquaires, objets du quotidien, etc.), afin d’envisager la liste-objet comme engagée dans des pratiques culturelles et sociales liées à des procédures ou à des jeux de dénombrement, qui fondent en retour son efficience en tant que mise par écrit. Dans la perspective des travaux des New literacy studies, il paraissait important, tout en se fondant sur les propositions formulées par Jack Goody6 au sujet de la dimension visuelle, discontinue et spatiale de la liste, de réintroduire, par la matérialité même des objets inscrits, la pluralité des contextes singuliers de son usage, et de réserver aux effets cognitifs ou sociaux généraux engendrés par la liste et ses avatars le statut de visée ultime du travail d’investigation. Il s’agissait, pour le dire autrement, de tenter d’éprouver et d’expliquer, par la variété des singularités documentaires, l’abondance de la liste dans les productions écrites du Moyen Âge.

  • 7 Voir la mise au point synthétique de D. Charpin, Lire et écrire à Babylone, Paris, PUF, 2008.

5Dès lors, le questionnement pouvait s’ouvrir de deux manières. La ré-historicisation de la liste comme « technologie [spécifique] de l’intellect » a conduit à se demander, à nouveaux frais, ce que les différentes « scènes sociales » du Moyen Âge font de la liste7, en tant qu’opérateur matériel et cognitif qui produit savoir et agency. Il s’est agi également de chercher à décrire la manière dont les listes se transforment sous l’effet de l’apparition de nouvelles pratiques favorisant dénombrement et catégorisation. À l’arrière-plan des cas étudiés en contexte perce ainsi la transformation grégorienne de l’Occident, la formation du savoir scolastique, mais également le tournant pragmatique du Moyen Âge central.

  • 8 Voir J.-C. Passeron, J. Revel, « Penser par cas. Raisonner à partir des singularités », dans Id. (d (...)

6Commencer par la matérialité de la liste, c’est aussi permettre d’éclairer, en raisonnant par cas8, les enjeux liés à la définition même de la liste. Si Goody considère que la liste peut être caractérisée et distinguée par sa verticalité graphique, la présence, dans la tradition manuscrite de certains textes médiévaux, de parties énumératives qui sont tantôt traitées de manière linéaire tantôt de manière verticale conduisait à douter qu’il soit pertinent de fonder une définition sur un critère exclusivement graphique. C’est, là encore, l’observation des cas dans la matérialité de leur mise par écrit qui a conduit, lors de la préparation de la première rencontre, à privilégier une définition syntaxique de la liste, les formes graphiques et sémantiques engendrées par les usages en contexte n’étant pas l’objet d’une détermination a priori.

  • 9 Sur la question des rythmes au Moyen Âge, voir J.-C. Schmitt, Les rythmes au Moyen Âge, Paris, Gall (...)
  • 10 Sur cette question, voir en dernier lieu V. Debiais, La croisée des signes. L’écriture et les image (...)

7La liste, telle que nous l’avions envisagée au départ, se caractérisait donc par sa forme paratactique, mais la présentation des premiers corpus – épigraphiques notamment – a montré la richesse interprétative offerte par une approche qui la situait à l’interface des cultures écrite, rhétorique et visuelle du Moyen Âge. La liste crée un rythme qui est indissociablement prosodie et graphisme9. La proposition formulée par Julie Lemarié, à la suite de Jacques Virbel, et publiée dans ce volume, permettait de disposer d’une définition de travail efficiente qui avait l’avantage, d’une part, de se fonder sur un continuum entre textuel et visuel, adapté à l’hétérogénéité sémiotique de la culture du manuscrit médiéval10, et, d’autre part, d’insister par la notion de co-énumérabilité sur le pouvoir indissociablement singularisant et agrégeant de la liste qui apparaît, dans bien des cas présentés dans ce volume (listes de reliques, transmission des propositions non tenues du Lombard, Tabula cum concordantiis de Pierre de Bergame et d’Ambroise d’Alemania, etc.), comme irréductible à la discontinuité goodienne.

  • 11 Sur la notion de « texte tabulaire », voir par exemple M.-L. Florea, « Tabularité : des textes aux (...)

8Cette dualité semble être au cœur de la vie et des formes d’efficience de la liste : elle contribue en effet à la transmission d’un savoir articulé, figé dans la synchronie des rapports particuliers que l’accumulation énumérative construit entre les éléments agrégés ; mais, par sa tabularité potentielle11, elle offre, plus que d’autres formes de textes, la perspective de l’intégration d’une connaissance incrémentale, voire de la recomposition pure et simple des items qui peuvent être dissociés et réassociés selon des visées heuristiques ou pragmatiques renouvelées. La liste mène à la liste, dans un foisonnement que la littérature du Moyen Âge central a régulièrement mis en scène, interrogeant le rapport entre savoir et écriture de l’âge scolastique.

  • 12 Voir en particulier F. A. Kittler, Gramophone, Film, Typewriter, Stanford, Stanford University Pres (...)
  • 13 Voir en particulier A.-M. Christin, L’image écrite ou la déraison graphique, Paris, Flammarion (Cha (...)

9Les deux premières rencontres ont ainsi permis de privilégier une approche médiatique de la liste12 qui prend en compte la manière dont la matérialité d’un système de communication conditionne les messages à transmettre. Il se déploie, pour les scripteurs, en une multitude de moyens mobilisables (supports, instruments, encres, écritures, etc.) qui se combinent dans un message et lui confèrent une efficience linguistique, rhétorique et visuelle singulière. De ce fait, le geste de la mise en liste s’insère dans un continuum fait de textes ou de modèles antérieurs ; il inscrit la liste dans un horizon sémiotique et conditionne sa performativité. Les études de cas présentées ici ont en commun de souligner les processus d’interactions médiatiques au cœur de la liste qui en font un dispositif participant des cultures visuelle et textuelle du Moyen Âge. Comme Vincent Debiais l’a souligné au cours de la première rencontre, en s’inspirant des travaux d’Anne-Marie Christin13, la liste est

un écran de projection mentale de la connaissance, l’espace fictionnel dans lequel s’organisent les relations logiques, l’environnement intérieur dans lequel le savoir est fait de l’accumulation des imagines de la mémoire et du phantasme.

  • 14 Sur cette notion pour le Moyen Âge, voir P. Rück, « Die Urkunde als Kunstwerk », dans A. van Euw, (...)

10L’écran forme une surface à inscrire qui circonscrit un champ d’appropriation du monde ; et la liste, comme forme particulière d’écran, manifeste de manière visuelle et rationnelle la tabularité de l’écriture et la puissance de la rhétorique visuelle qu’elle est en mesure de déployer14. L’information y apparaît traitée par une installation scripturale formatée logiquement, les données de la liste – ou items – se trouvant insérées dans un format logico-graphique.

11Dès lors l’interrogation sur l’écriture de la liste se diffracte en une série de questions liées que les communications lors des ateliers ont abordée à partir de cas particuliers. Quels sont les auteurs/acteurs de la production de la liste ? Comment celle-ci s’insère-t-elle dans une tradition faite de répétition et de variance ? Comment permet-elle de reconfigurer les savoirs, par la réorganisation des items, mais également par l’exportation de données ou d’objets particuliers d’un champ de la pratique vers un autre ? Quelle est la position de chaque liste particulière dans le processus de transformation continuée des dispositifs écrits et visuels du savoir et de la domination au cours du Moyen Âge ? Est-elle un simple instrument de travail intermédiaire, situé entre deux formes stables, ou bien l’écrit final d’un processus de description et/ou de catégorisation qui vise à une stabilité au moins temporaire ?

  • 15 Voir B. Bachimont, Patrimoine et numérique. Technique et politique de la mémoire, Paris, INA (Média (...)

12La performativité de la liste, son sens « s’incarne[nt] dans la matérialité d’un contenu15 » et la variété de ces incarnations documentaires semble se fonder sur un système complexe qui repose à la fois sur l’agencement des items par des connecteurs, sur le rapport spécifique que construit le document entre un contenu, un support et une forme graphique, et, enfin, sur le réseau sémantique au sein duquel le document singulier prend place. Ce réseau est à la fois produit par le contexte matériel de l’installation écrite – comme en témoignent de manière exemplaire les dossiers d’épigraphie – et par la valeur paradigmatique de la liste.

  • 16 Voir en particulier R. Britnell (dir.), Pragmatic Literacy. East and West, 1200-1330, Woodbridge, B (...)
  • 17 Sur cette question, voir les analyses proposées par É. Anheim, Clément VI au travail. Lire, écrire, (...)
  • 18 Voir par exemple, dès le début des années 1970, R. H. Rouse, « Cistercian Aids to Study in the Thir (...)
  • 19 H. de Saint-Victor, L’art de lire, Paris, Éditions du Cerf, 1991, p. 231. Sur l’image textuelle che (...)

13La grande variété des études de cas présentées par les intervenants aux ateliers a montré la profondeur historique des usages de la liste dans le domaine de l’étude des textes et de la langue – canonisation de corpus, formalisation de protocoles de lecture, procédures de transmission de textes, travail de remploi/réécriture, etc. –, alors que l’émergence d’usages pragmatiques liés à l’administration et au contrôle des biens et des personnes semble suivre une chronologie plus tardive, conforme au pragmatic turn que connaît l’Occident au cours du Moyen Âge central16. Plusieurs communications présentées au cours des deux premiers ateliers ont également permis de mettre en évidence le rôle d’outil d’aide à l’écriture attribué à la liste dans les contextes scolastique et administratif de cette époque. La liste sert à produire de nouveaux textes et/ou ensembles textuels, par la sélection, l’extraction et la recombinaison d’unités sémantiques présentes dans un ou plusieurs hypotextes. Ces opérations passent par des procédures de désémantisation et de resémantisation partielle des éléments extraits. La liste constitue alors un témoignage scriptural de l’imbrication étroite des opérations de lecture et d’écriture à l’origine de la production de nouveaux textes17. Dans certains cas, elle n’occupe qu’une position intermédiaire qui peut la condamner à l’éphémère ou à n’apparaître que sur des espaces marginaux de mise par écrit. Elle est ainsi l’une des matrices logico-graphiques des outils d’aide à la lecture référencée – tables, index, concordances, etc.18 – qui emplissent les manuscrits du Moyen Âge central et qui accompagnent la constitution de corpus dans les divers domaines du savoir. À partir des xiie-xiiie siècles, le travail de divisio et d’ordinatio des textes s’incarne en effet dans des constructions encyclopédiques du savoir – sommes théologiques, grands livres juridiques, états du monde, miroirs au prince, etc. – qui conditionnent l’intelligibilité de la totalité à l’ordonnancement des parties et proposent conséquemment, comme l’écrit Hugues de Saint-Victor, une « manière de lire [qui] consiste à diviser, la division se [faisant] par la séparation et par la recherche19 ». Ces outils concourent conjointement au progrès du savoir scolastique et au développement, à partir des dernières décennies du xie siècle, de techniques administratives dans le monde monastique, avant qu’elles ne se disséminent dans d’autres espaces du monde social.

14Dans d’autres cas, la liste ne constitue pas un simple outil intermédiaire par lequel de nouveaux textes ou de nouveaux savoirs sont produits. Témoin de l’apparition de formes d’exploitation de corpus – au sens que la linguistique accorde à ce terme –, elle peut venir se substituer aux textes pour identifier et incarner un réseau sémantique qui immobilise la lecture en une forme autorisée. Du point de vue matériel et formel, la liste se trouve alors rapatriée des espaces marginaux de l’écriture vers les espaces centraux. Irréductible à un simple outil de la « culture du texte », elle produit des réseaux sémantiques qui relient des objets dont la nature, le statut et la valeur sociale divergent. Dans ses usages monumentaux, elle permet par exemple d’insérer un objet – la relique – dans un lieu – l’église –, lui-même intégré dans un espace social et institutionnel. En renvoyant aux référents que sont la relique, le reliquaire et l’église, les listes des saints exposées enchâssent ces derniers dans des lieux matériels, tout en notifiant la place qu’ils occupent dans le réseau sémantique global formé par l’ensemble des listes textuelles et iconographiques des saints dans l’Ecclesia. On perçoit donc, par cet exemple, la valeur de synecdoque de la liste, dont l’efficience repose sur le rapport établi entre paradigme et énumérabilité des items. Ici, et c’est toute la richesse des dossiers épigraphiques, la valeur synecdotique de la liste sert un jeu d’échelle spatial qui insère la cellule ecclésiastique locale dans le macrocosme de l’Ecclesia.

  • 20 Voir en particulier, G. Simmel, Philosophie de l’argent, Paris, PUF (Quadrige), 1999, ici p. 411-44 (...)

15Davantage que les notions de visuel/textuel/syntaxique, les concepts de synchronie et diachronie sont utilisés, de manière explicite ou implicite, dans plusieurs contributions publiées dans ce volume, attirant l’attention sur la valeur temporelle de l’écriture de la liste. Celle-ci se caractérise en effet à la fois par la synchronie de la mise par écrit – grâce à l’agrégation d’items divers dans un document unique – et par l’achronie de la restitution de l’information qu’elle contient, aucune temporalité n’étant imposée par la structure d’un document qui permet la variation du sens de la lecture et la sélection des segments lus. En procédant par extraction et par (re-)combinaison des items à classer, l’écriture de la liste produit une décontextualisation ; elle détache les éléments qui la constituent des coordonnées spatiales et temporelles de leur production originelle. Ce caractère particulier confère à la liste un pouvoir généralisant qui constitue l’un des axes principaux de la réflexion développée par Goody dans La raison graphique à propos de la phase initiale de l’histoire du développement de l’écriture. Comme Simon Teuscher l’a proposé lors du deuxième atelier, ces analyses peuvent être enrichies par l’apport de la sociologie de Georg Simmel qui s’est intéressé aux processus de remplacement graduel d’objets concrets par des abstractions comme supports d’organisation des relations humaines20. La liste possède en effet ce double pouvoir d’abstraire d’une part, et de stabiliser d’autre part, les éléments qui la composent sous forme de connections fixes. Ainsi, les opérations de canonisation, de classement – au sens de ranking –, comme de mise en séries d’objets et d’énoncés, ont en commun de faire usage de la décontextualisation que permet toute mise en liste. L’opposition entre narratif et paratactique, évoquée dans les différentes contributions de ce volume, repose également sur un rapport au temps qui, dans ce cas précis, est celui du récit. Dans de nombreux textes littéraires, le degré de divergence entre temps du récit et temps de la liste détermine les formes d’assemblage des éléments co-énumérés et la manière dont, le cas échéant, la liste vient s’insérer dans un texte. On retrouve ici le thème de la bordure, de la couture, que l’étymologie du mot « liste » se charge de nous rappeler. La liste peut être envisagée comme une forme particulière de « texture », dans la mesure où elle est le résultat d’un processus de tramage – syntaxique et sémantique – de matières textuelles, à l’issue duquel naît un nouvel objet – le tissu textuel final – dont l’assemblage demeure perceptible. On conçoit donc que par l’écriture de la liste se construit un rapport spécifique à la tradition et au précédent qui invite à identifier, pour le Moyen Âge, des contextes culturels et sociaux favorables à l’extension de son domaine d’usage ou à la modification du rapport qu’elle entretient avec des systèmes graphiques proches, parmi lesquels le diagramme tient une place essentielle – comme le montre en particulier le texte d’Ayelet Even-Ezra dans ce volume consacré à son usage dans les manuscrits scolastiques. Le rapport entre ces deux formes graphiques peut également être pensé sous l’espèce du temps dans la mesure où ce que ce dernier ajoute entre les éléments qui le constituent est un rapport logique qui exprime spatialement, sur un support, une séquence de nature temporelle. Si l’iconicité de la liste permet une perception synchronique, le diagramme réintroduit une vectorisation de l’espace qui peut aussi être décrite temporellement.

  • 21 J.-C. Schmitt, « Les images classificatrices », Bibliothèque de l’École des chartes, 147, 1989, p.  (...)
  • 22 Sur cette question de la cardinalité et de l’ordinalité des dénombrements, voir les analyses propos (...)
  • 23 Voir en particulier M. J. Carruthers, Le livre de la mémoire. Une étude de la mémoire dans la cultu (...)

16Un dernier point concerne le rapport qui est établi dans plusieurs contributions du présent ouvrage entre la liste et le corps. La liste, dans certaines de ses formes courantes, semble en effet entretenir des liens étroits, rapidement pointés par Jean-Claude Schmitt dans un article désormais classique21, avec le corps et le geste. Deux voies ont été ouvertes lors de nos rencontres dont les résultats sont perceptibles dans les pages qui suivent. La première est celle de la cardinalité de la liste22, des pratiques de digitalisation qui lui sont liées et du pouvoir de subitization qu’elle produit. Dans une société de restricted literacy, ces usages sont multiples et ils contribuent très largement à la diffusion de savoirs sous des formes incorporables et mémorisables. La seconde voie est celle de la memoria et des pratiques anciennes de la mnémotechnie qui entretiennent des liens étroits avec la mise en liste23. Dans un cas comme dans l’autre, à rebours d’une approche traditionnelle de la liste exclusivement inscrite dans la longue histoire de la scripturalité, nous sommes invités à considérer la place qu’elle tient ou peut tenir dans les processus culturels et sociaux d’incorporation des savoirs, et à chercher à décrire comment se joue, dans cette forme singulière, l’actualisation d’un potentiel cognitif qui engage le cerveau, l’œil et la main.

Notes

1 L’équipe du projet est formée de : Éléonore Andrieu, Claire Angotti, Étienne Anheim, Nicolas Boileau, Karin Becker, Vincent Debiais, Fabrice Delivré, Aurelia Desplain, Harmony Dewez, Laurent Feller, Davide Gherdevich, Madeleine Jeay, Laura Kendrick, Bruno Laurioux, Eliana Magnani, Giuliano Milani, Joseph Morsel, Anne Rochebouet, Valérie Theis et Hélène Veillard. Brigitte Bedos-Rezak (New York University) et Simon Teuscher (Universität Zürich) ont accepté de venir discuter les communications de ces deux premières rencontres et nous ont livré des indications méthodologiques et des pistes scientifiques fécondes qui ont enrichi le projet. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés.

2 Sur la notion de boundary object, voir S. L. Star et J. R. Griesemer « Institutional Ecology, “Translations”, and Boundary Objects: Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-39 », Social Studies of Science, 19/3, 1989, p. 387-420 et le dossier « Retour sur l’objet-frontière », Revue d’anthropologie des connaissances, 3/1, 2009, en particulier, l’article introductif de P. Trompette et D. Vinck, « Retour sur la notion d’objet-frontière », p. 5-27.

3 Sur la notion, voir B. Street, « Literacy Events and Literacy Practices. Theory and Practice in the New Literacy Studies », dans M. Martin-Jones, K. Jones (dir.), Multilingual Literacies, Amsterdam, Johns Benjamins, 2000, p. 17-29. La liste répond en effet aux qualités de polyvalence, de modularité et de standardisation qui caractérisent l’objet-frontière.

4 Atelier 1 : Listes et culture de l’écrit (c.750-c.1550) ; atelier 2 : Listes et administration du prélèvement ; atelier 3 : Listes et systèmes de gouvernement ; atelier 4 : Listes, rhétorique et champ du littéraire.

5 Parallèlement aux rencontres, un corpus de textes contenant des listes a été rassemblé sous la forme d’un wiki consultable en ligne : http://polima.huma-num.fr/. Il comprend également l’ensemble des archives écrites et vidéo du projet.

6 Voir Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, 1978 ; Béatrice Fraenkel, Aïssatou Mbodj, « Les New Literacy studies, jalons historiques et perspectives actuelles », Langage et société, 133, 2010, p. 7-24 ; Brian Street, « Introduction: The New Literacy Studies », dans Brian Street (dir.), Cross-Cultural Approaches to Literacy, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 1-22.

7 Voir la mise au point synthétique de D. Charpin, Lire et écrire à Babylone, Paris, PUF, 2008.

8 Voir J.-C. Passeron, J. Revel, « Penser par cas. Raisonner à partir des singularités », dans Id. (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, p. 10-44.

9 Sur la question des rythmes au Moyen Âge, voir J.-C. Schmitt, Les rythmes au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 2016. Cette question de l’anthropologie du rythme s’insère dans une tradition des sciences sociales marquée en particulier par les travaux d’André Leroi-Gourhan : voir B. Karsenti, « Techniques du corps et normes sociales : de Mauss à Leroi-Gourhan », Intellectica, 26-27, 1998, p. 227-240 ; A. Bidet, « Le corps, le rythme et l’esthétique sociale chez André Leroi-Gourhan », Techniques & culture, 48-49, 2007, p. 15-38.

10 Sur cette question, voir en dernier lieu V. Debiais, La croisée des signes. L’écriture et les images médiévales (800-1200), Paris, Éditions du Cerf, 2017.

11 Sur la notion de « texte tabulaire », voir par exemple M.-L. Florea, « Tabularité : des textes aux corpus », Corpus, 8, 2009, p. 177-196, ici p. 178 : « [Le texte tabulaire est] un texte composé de plusieurs modules ayant chacun une autonomie relative, mais étant interdépendants les uns des autres, regroupés sur un espace matériel donné. »

12 Voir en particulier F. A. Kittler, Gramophone, Film, Typewriter, Stanford, Stanford University Press, 1999.

13 Voir en particulier A.-M. Christin, L’image écrite ou la déraison graphique, Paris, Flammarion (Champs), 2001.

14 Sur cette notion pour le Moyen Âge, voir P. Rück, « Die Urkunde als Kunstwerk », dans A. van Euw, P. Schreiner, G. Sporbeck (dir.), Kaiserin Theophanu. Begegnung des Ostens und Westens um die Wende des ersten Jahrtausends. Gedenkschrift des Kölner Schnütgen-Museums zum 1000. Todesjahr der Kaiserin, Cologne, Schnütgen-Museum, 1991, vol. 2, p. 311-333.

15 Voir B. Bachimont, Patrimoine et numérique. Technique et politique de la mémoire, Paris, INA (Médias et humanités), 2017, ici p. 21.

16 Voir en particulier R. Britnell (dir.), Pragmatic Literacy. East and West, 1200-1330, Woodbridge, Boydell Press, 1997.

17 Sur cette question, voir les analyses proposées par É. Anheim, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au xive siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, en particulier p. 112-130.

18 Voir par exemple, dès le début des années 1970, R. H. Rouse, « Cistercian Aids to Study in the Thirteenth Century », Studies in the Medieval Cistercian History, 2, 1976, p. 123-134 et plus récemment, la réédition des articles concernant ces questions : M. A. Rouse, R. H. Rouse, Authentic Witnesses. Approaches to Medieval Texts and Manuscripts, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 1991. Le travail de Richard et Mary Rouse prolonge les études pionnières de Martin Grabmann concernant les œuvres de Thomas d’Aquin : « Hilfsmittel des Thomasstudiums aus alter Zeit (Abbreviationes, Concordantiae, Tabulae). Auf Grund handschriftlicher Forschungen dargestellt », Divus Thomas, 1, 1923, p. 13-43, 97-122 et 373-385.

19 H. de Saint-Victor, L’art de lire, Paris, Éditions du Cerf, 1991, p. 231. Sur l’image textuelle chez Hugues de Saint-Victor, voir D. Poirel, « Machina universitatis : les mutations du texte aux xiie et xiiie siècles », dans C. Heck (dir.), Qu’est-ce que nommer ? L’image légendée entre monde monastique et pensée scolastique, Turnhout, Brepols, 2010, p. 41-53.

20 Voir en particulier, G. Simmel, Philosophie de l’argent, Paris, PUF (Quadrige), 1999, ici p. 411-444.

21 J.-C. Schmitt, « Les images classificatrices », Bibliothèque de l’École des chartes, 147, 1989, p. 311-341.

22 Sur cette question de la cardinalité et de l’ordinalité des dénombrements, voir les analyses proposées par C. Herrenschmidt, Les trois écritures. Langue, nombre, code, Paris, Gallimard, 2007, ici p. 307-364.

23 Voir en particulier M. J. Carruthers, Le livre de la mémoire. Une étude de la mémoire dans la culture médiévale, Paris, Macula, 2002.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540