Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’identification des personnes dans les mondes grecs

 | 
Romain Guicharrousse
, 
Paulin Ismard
, 
Matthieu Vallet
, 
et al.

Deuxième partie. Exprimer l’identité

L’énonciation de l’identité des nauclères en Égypte (époques hellénistique et romaine)

Lucia Rossi

Volltext

  • 1 Les documents nommés symbola sont des déclarations émises par les nauclères ayant pris en charge le (...)

1Les pratiques d’enregistrement des activités fiscales liées à la collecte et au transport des céréales ont laissé une trace significative dans la documentation papyrologique des époques hellénistique et romaine ; elles illustrent la variété des formes de contrôle mises en œuvre par l’État dans l’encadrement de ces activités et des hommes qui les exécutaient, en tant que fonctionnaires ou transporteurs. Cent soixante-dix textes environ, tous en langue grecque, permettent d’étudier la manière dont les autorités publiques s’assuraient le contrôle des professionnels du transport fluvial et maritime. Par un angle d’approche centré sur les modes d’énonciation de l’identité officielle, je concentrerai mon étude principalement sur les symbola d’époque lagide (62 documents)1 et sur les déclarations de transporteurs (apochai) d’époque romaine (25 documents), parce qu’il s’agit des documents que les responsables du transport étaient tenus de rédiger à l’attention des fonctionnaires au moment où ils prenaient en charge des céréales pour le compte de l’État. Je comparerai ces documents à d’autres types de textes se rapportant aux transports « publics », à savoir les pétitions, les reçus de salaire, les ordres de chargement, les registres et quelques pièces de correspondance officielle. L’intérêt de cette approche réside essentiellement dans le fait qu’elle permet de comparer les pratiques et leur évolution autant au sein des milieux professionnels concernés que dans le contexte de l’administration publique.

  • 2 Apollonia J. M. Meyer-Termeer, Die Haftung der Schiffer im griechischen und römischen Recht, Zutphe (...)
  • 3 Willy Clarysse, Hans Hauben, « The Ptolemaic Granary Receipts from Pyrreia », Zeitschrift fur Papyr (...)

2La littérature scientifique parue sur le sujet est abondante et relève des domaines disciplinaires papyrologique, juridique et historique. Ces trois approches ont permis d’éclairer l’organisation du transport fluvial du blé et de ses acteurs, publics comme privés, les mesures du contrôle public, les conditions juridiques de l’engagement des nauclères dans les transports d’État2. La question de l’identité officielle et des pratiques de son énonciation, pourtant fondamentale dans ce contexte, a été assez peu traitée. On signalera néanmoins les apports des travaux de Willy Peremans et Edmond Van’t Dack, Hans Hauben et Willy Clarysse pour la documentation d’époque lagide3. Pour ma part, je tenterai de reconstituer les pratiques de l’énonciation de l’identité des transporteurs aux époques hellénistique et romaine, dans le cadre d’une réflexion plus large relative aux formes du contrôle public des professionnels de la navigation commerciale. Je commencerai par l’étude des symbola des nauclères de l’époque hellénistique ; je tenterai ensuite d’en isoler les spécificités par rapport à d’autres types de documents se rapportant au transport fluvial du blé. J’analyserai enfin les déclarations de transporteurs d’époque romaine, en m’attardant sur les transformations survenues dans l’énonciation de l’identité des nauclêroi (nauclères-armateurs) et kybernêtai (capitaines de navire).

  • 4 Pierre Chantraine, s. v. « Symbolon », Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klinc (...)
  • 5 P. Erasm. II 35, milieu iie siècle av. J.-C., Arsinoïte ; BGU XVIII.1 2736, 87-86 av. J.-C., Hérakl (...)
  • 6 Par ces termes, on désignait probablement des reçus émis par les fonctionnaires ayant surveillé le (...)
  • 7 P. Strasb. VI 562, 12 novembre 215 av. J.-C., Hérakléopolite.
  • 8 BGU XIV 2400, iiie siècle av. J.-C., Oxyrhynchite : « [ ̣ ̣ ̣ ̣] ̣ ναύκληρος [ ̣ ̣ ̣ ̣]ε̣ιο̣ς τοῦ Ἡ (...)
  • 9 Ces questions, tout comme les clauses relatives à la responsabilité juridique du nauclère sur l’éta (...)

3Formé sur le thème bolê du verbe ballô, le mot to symbolon couvre des champs sémantiques très vastes dans le grec littéraire et dans le grec d’Égypte, où il est attesté avec une fréquence extraordinaire4. Le mot apparaît dans 13 ordres de chargement de blé fiscal, tantôt seul, tantôt associé au composé antisymbolon dans une formule que nous retrouvons aussi dans d’autres documents, le plus souvent des ordres de paiement et de livraison de céréales5. Elle se présente ainsi : « καὶ σύµβολον καὶ ἀντισύµβολον ποίησαι πρὸς αὐτοὺς ὡς καθήκει » (« Rédige un symbolon et un antisymbolon pour eux comme il convient »). Cette formule se trouve en clôture des textes et marque l’injonction du fonctionnaire ayant émis l’ordre à produire des documents nommés symbolon et antisymbolon6 « πρὸς τὸν ναύκληρον7 » ou « πρὸς αὐτοὺς », désignant probablement par là les acteurs du transport. De ces documents, on n’a cependant gardé aucune trace dans la documentation papyrologique. Le terme symbolon (au pluriel symbola) a été employé dans la littérature scientifique pour désigner un autre type de document8, à savoir les déclarations des nauclères ayant pris en charge le transport de denrées céréalières de nature fiscale. Rédigés par les responsables du transport à l’attention des sitologues et des fonctionnaires du nome supervisant le transport des céréales – c’est notamment dans les villages du Fayoum où avait lieu le chargement qu’on les a retrouvés –, ils attestaient la prise en charge des marchandises, et de ce fait, étaient susceptibles d’être réclamés par les autorités alexandrines lors de la réception du blé. Selon certains auteurs, ils constitueraient la preuve de l’existence d’un contrat réglementant les obligations des transporteurs vis-à-vis de l’État9.

  • 10 Les documents provenant de l’Arsinoïte sont les suivants : P. Macquarie inv. 406, 30 janvier 233 av (...)
  • 11 Verdult, P. Erasmianae II, op. cit., p. 123-133.
  • 12 Voir P. Heid. VI 369 : « ὁµο̣λ̣ο̣γεῖ Ἀ̣πολλώνιος ναύκληρος τοῦ Ε̣ὐβούλ̣ου κερ(κούρου) ἀγ(ωγῆς) µ(υρ (...)
  • 13 Pour les idionymes il faut se référer aux contributions de Hans Hauben. Voir Hauben, « Les nauclère (...)
  • 14 Pour les typologies de navires et les tonnages relevés voir Lionel Casson, Ships and Seamanship in (...)
  • 15 Voir infra.

4Nous avons conservé 62 symbola de nauclères, dont 54 provenant des villages du nome Arsinoïte. La représentativité de ces textes est donc limitée en raison de leur provenance géographique et de leur chronologie, puisqu’ils sont tous datés des iiie et iie siècles av. J.-C.10. Présentant un formulaire assez standardisé, la structure de ces documents est aisément intelligible11 ; elle se compose d’une première partie relative au transporteur, d’un corps central explicitant les procédures du chargement et d’une dernière partie relative aux procédures de mensuration et contrôle des denrées. En clôture du document figure la clause « καὶ οὐθέν ἐνκαλῶ » (« et je ne réclamerai rien »), parfois complétée par un « σοι », par laquelle le nauclère s’engageait à ne rien réclamer. Malgré des sensibles variations de formulaires, notamment au début de la période, les formules d’énonciation se stabilisent dès le dernier quart du iiie siècle av. J.-C. et persistent jusqu’à la fin de l’époque lagide. Régie par le verbe ὁµολογεῖν, à la troisième personne du singulier de l’indicatif présent, la formule s’ouvre par un groupe d’identifiants primaires, à savoir l’idionyme du transporteur et le nom de fonction au nominatif12. Les idionymes suggèrent que la fonction de nauclère était dans la plupart des cas assurée par des gens appartenant aux milieux grecs d’Égypte, même si on doit également tenir compte de la possibilité qu’un Égyptien ait adopté un nom grec. On relève également de nombreux cas d’homonymie, qu’en l’absence de patronymes, on pourrait peut-être surmonter en ayant recours à l’identité du navire exploité. Le nom de fonction est dans les documents d’époque lagide toujours celui de nauclère, c’est-à-dire le responsable du navire et de la cargaison transportée, qui est accompagné parfois par d’autres acteurs, dont le rapport de subordination au nauclère est souvent explicité dans le texte. L’idionyme et le nom de fonction constituent donc les éléments primaires dans les formules d’énonciation de l’identité officielle13. Ils sont systématiquement complétés par d’autres éléments, que je définis identifiants professionnels secondaires, comprenant l’idionyme du propriétaire du navire, le nom spécifique du navire exploité (skaphê, prosagôgis, kerkouros, ploion, paktôn, kybaia) ainsi que son tonnage (tês agôgês + nombre d’artabes)14. Les dénominations spécifiques des navires, de même que les pratiques d’énonciation de leurs tonnages sont une spécificité des documents d’époque ptolémaïque15.

  • 16 P. Hib. I 98 (= W. Chrest. 441) : « [ὁ]µολογεῖ Διονύσ[ιος] ναύκληρος ἐµβεβλῆσθα[ι εἰς] κ̣έ̣ρ̣(κουρο (...)
  • 17 P. Hib. I 98, 13 octobre 252 av. J.-C., provenance inconnue ; SB XVI 12979, 30 janvier 237 av. J.-C (...)

5Par une autre formule, introduite par la préposition epi, on précisait l’identité personnelle et professionnelle du personnel technique du navire, notamment le capitaine de navire, ho kybernêtês. Les éléments d’identification de ce dernier se limitent au même groupe nominal que pour les nauclères, se composant du nom de fonction kybernêtês et de l’idionyme16. Quatre textes, parmi les plus anciens du corpus, font état d’autres pratiques comportant la mention du patronyme et de l’origine géographique et/ou de la résidence du capitaine17.

  • 18 Vélissaropoulos, Les nauclères grecs, op. cit., p. 292-294 ; Verdult, P. Erasmianae II, op. cit., p (...)
  • 19 BGU X 1933, environ 230 av. J.-C., Arsinoïte.
  • 20 Voir P. Erasm. II 36 : « ὁµολογεῖ Διονύσιος ναύκληρος τοῦ Ἀρχεδήµου καὶ Ἀνδροµ̣άχου̣ κερκούρου ἀγωγ (...)
  • 21 Vélissaropoulos, Les nauclères grecs, op. cit., p. 294-296 ; Verdult, P. Erasmianae II, op. cit., p (...)
  • 22 P. Petr. II, 25, 225 av. J.-C., Arsinoïte ; P. Petr. 3 61, 227-226 av. J.-C., Arsinoïte ; P. Iand Z (...)

6Il convient d’évoquer rapidement les fonctions des groupes verbaux qui précèdent et suivent l’énonciation de l’identité du nauclère. Le premier se constitue du verbe homologeô, qui appartient au champ sémantique de l’obligation dans les contrats grecs et se trouve employé dans des contextes très diversifiés, très souvent explicités dans les documents par un substantif au génitif qui qualifie la nature de l’acte d’homologia18. Dans les symbola des nauclères, le verbe homologeô confère validité légale au document en question ; se présentant toujours à la troisième personne du singulier du présent indicatif il permet de qualifier ces actes d’« homologie objective » ; dans un seul cas il est employé à la première personne du pluriel du présent indicatif, dans une déclaration conjointe de quatre nauclères datant de 230 environ av. J.-C.19. Le verbe emballô apparaît en revanche dans une infinitive complétive et certifie que le chargement du blé à destination d’Alexandrie a bien eu lieu20. L’usage de ce verbe est systématique tant à l’époque lagide qu’à l’époque romaine et se retrouve également dans les documents notifiant les ordres officiels de chargement de blé. Le troisième groupe verbal significatif se trouve en clôture du document et explicite l’engagement du transporteur à ne rien réclamer à la suite du transport, par l’expression « οὐθέν ἐνκαλῶ », parfois enrichie par le pronom « σοι », se référant très probablement au fonctionnaire destinataire du symbolon21. Les parallèles dans le cadre des transports terriens sont peu nombreux ; ils font état de pratiques similaires dans l’énonciation de l’identité, par l’usage de l’idionyme et du nom de fonction22.

7Les apports de cette analyse peuvent être résumés en trois points : premièrement, la prépondérance des éléments d’identification professionnelle du nauclère au détriment des identifiants personnels, notamment du patronyme et la provenance/résidence ; deuxièmement, l’importance des identifiants du navire dans la définition professionnelle du nauclère ; troisièmement, le rôle exclusif des nauclères dans la rédaction des documents appelés symbola et, en amont, de la souscription de contrats de transport avec l’État. Ces constats soulèvent deux questions majeures : s’agit-il de pratiques d’identification généralisées à tous les documents officiels concernant les nauclères, et surtout sont-elles induites par l’autorité publique ?

  • 23 W. Chrest. 442 (= P. Enteux 27), 28 janvier 222 av. J.-C., Arsinoïte ; CPR 28 11, 21 janvier 191 av (...)
  • 24 W. Chrest. 442 (= P. Enteux 27), 28 janvier 222 av. J.-C., Arsinoïte : « βασιλεῖ Πτολεµαίωι χαίρειν (...)
  • 25 P. Heid. IX 428, 12 juin 158 av. J.-C., Hérakléopolite : « Ἀσφεῖ ποταµοφύ̣(λακι)· Λεωνίδου ναυκλήρο (...)
  • 26 CPR XXVIII 11, 21 janvier 191 av. J.-C., Hérakléopolite : « [ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣] ̣ρ̣ι̣ωι τῶι παρὰ Ἀ̣θη̣νο (...)
  • 27 Lucia Rossi, « Le transport interne et méditerranéen du blé égyptien : les structures institutionne (...)
  • 28 Hauben, « Les nauclères “Phéniciens” de Memphis (63 av. J.-C.) », art. cité, p. 321-331.
  • 29 BGU VIII 1741-1743, 63 av. J.-C., Hérakléopolite.
  • 30 Sur l’apostolos, voir Giovanni Geraci, « Uscire dall’Egitto in età romana », Iuris Antiqui Historia(...)
  • 31 BGU VIII 1741, 63 av. J.-C., Hérakléopolite : « Ἀπολλοφάνης προστάτης καὶ Εὔ̣δηµος γραµµατεὺς τῶν ἀ (...)

8Les autres documents émanant des nauclères, trois pétitions et un apostolos, montrent que les usages attestés dans les symbola sont assez consolidés23. Ainsi l’idionyme, le nom de fonction et les identifiants du navire (noms des propriétaires, nom spécifique du navire et tonnage), apparaissent dans une enteuxis de 222 av. J.-C. et dans un hypomnêma de 158 av. J.-C. Dans l’enteuxis, le nauclère Lysas, chargé du transport de blé de la Thébaïde à Alexandrie, y déclarait l’avarie survenue à cause d’une tempête et demandait l’autorisation de charger le blé dans le port le plus proche du lieu de l’accident, Ptolemais Hormou. Sur le verso du papyrus le nauclère s’identifie par l’idionyme et le nom de fonction : « Libys, nauclère24 ». Dans l’hypomnêma, Léonidas, nauclère du navire de Kastor, demandait l’intervention d’un potamophylax à la suite des malversations qu’il avait subies alors qu’il stationnait dans le port d’Ankyron Polis. Il était accompagné sur le navire par deux autres hommes, peut-être tous deux désignés par leurs noms de fonction, un subrécargue sans doute, l’epiplos Maron, et peut-être un capitaine25. La troisième pétition émane d’un groupe de nauclères du nome Hérakléopolite dénonçant les exactions abusives de telônai, des fermiers, et est adressée à un subordonné du diœcète. Les nauclères s’y identifiaient par le simple nom de fonction et indiquaient le lieu d’exercice de leurs fonctions (ou leur provenance ?) par la préposition apo suivie du génitif de Hormos, sans préciser le toponyme26. On peut penser que le port en question se situait dans le nome Hérakéopolite, et plus encore qu’il s’agissait du port d’Héra­kléopolis. Les fermiers en revanche, sont désignés par leur nom de fonction et par le nom de la taxe affermée, tetartê naulou, qui était probablement une taxe sur les cargaisons transportées. Si dans le cas des telônai, le nom de la taxe affermée pouvait aider à préciser la localisation et l’identité de ces derniers, les éléments d’identification des nauclères tels qu’ils sont explicités dans la requête paraissent peu suffisants, à moins de supposer l’existence à cette époque d’un groupe organisé de nauclères dans ce hormos de l’Hérakléopolite. Il s’agit d’une hypothèse séduisante, en particulier à la lumière de la documentation contemporaine de Délos27. Toutefois, les données sur les associations de nauclères en Égypte sont peu nombreuses et bien plus tardives ; elles datent du ier siècle av. J.-C. et se limitent à un seul dossier, celui des nauclères Hippodromitai de Memphis28. Le dossier se constitue de trois ordres de chargement29, dont l’un, adressé par le stratège au sitologue Hérakléides, contient la copie d’un ordre, appelé apostolos30 émis par le président et le secrétaire de cette association de nauclères. Le président et le secrétaire s’identifiaient avant tout par leurs idionymes et par leurs noms de fonction, tandis que les nauclères étaient évoqués en tant que groupe professionnel, dont on avait précisé l’appellation, par la mention du nom « Hippodromitai », et la provenance, « Memphis », où l’on doit probablement situer le siège officiel de l’association. Le lieu d’exercice de leurs fonctions était en revanche le nome Hérakléopolite31.

  • 32 En provenance de l’Arsinoite : P. Macquarie inv. 407, 20 novembre 234 av. J.-C. ; SB XIV 11887, 6 s (...)
  • 33 P. Tebt. III 1035, 182-181/158-157 av. J.-C., Tebtynis ; P. Tebt. III 856, environ 171 av. J.-C., A (...)
  • 34 Verdult, P. Erasmianae II, op. cit., p. 86-120.
  • 35 Parmi les documents les mieux conservés, à titre d’exemple, on évoquera les textes suivants : P. St (...)
  • 36 BGU VIII 1741 : « ἐµβαλοῦ συνεπιστέλλοντος Πανίσκου τοῦ βασιλικοῦ γραµµατέως εἰς σκάφην Ζαβδίωνος τ (...)

9On pourrait dès lors se demander si les autorités publiques disposaient d’autres documents, tels des registres officiels, consignant les identifiants personnels des nauclères, qui auraient pu être d’une certaine utilité dans les cas de contravention aux obligations contractées. L’hypothèse est indirectement suggérée par les documents émanant des fonctionnaires préposés au transport du blé, notamment les ordres de chargement (35 documents)32 et les registres (3 documents)33. On nomme ordres de chargement les documents contenant un ordre de charger une quantité donnée de céréales, exprimé par l’impératif aoriste singulier ou pluriel du verbe emballô ; leur formulaire est moins standardisé que celui des symbola, mais les formules d’énonciation de l’identité des nauclères ne sont pas très concernées34. Elles se situent dans la partie centrale du texte, après que le fonctionnaire a explicité l’ordre de charger, en présence d’un superviseur, conformément à l’ordre émis par un supérieur hiérarchique, dans un lieu convenu, une quantité donnée de blé provenant d’un grenier précis, à destination d’Alexandrie. Le fonctionnaire précise ensuite le type de navire, l’idionyme du propriétaire, ainsi que le tonnage exprimé en artabes ; le nauclère est ici simplement mentionné par son idionyme, précédé par la préposition epi, précisant le rôle occupé par ce dernier sur le bateau35. On retrouve donc une pratique similaire à celle documentée dans les symbola relative aux kybernêtai. Pour cette raison l’identification de ces hommes avec des nauclères n’est pas si évidente ; elle est en effet suggérée par les clauses qui se trouvent en clôture de document dans lesquelles le fonctionnaire donne l’ordre à ses subordonnés d’émettre un symbolon, et dans certains cas un antisymbolon, à l’attention du nauclère, pros nauclêron ; dans d’autres il se limite simplement à un pronom démonstratif, autous. L’identification du nauclère occupe donc ici une place secondaire par rapport au navire et au tonnage. Cela pourrait s’expliquer par la fonction même du document, mais aussi par le fait que le fonctionnaire réceptionnant l’ordre pouvait effectuer par lui-même les vérifications nécessaires, peut-être à l’aide de registres. La seule exception à ce tableau est constituée par le dossier des nauclères Hippodromitai de Memphis ; puisque l’un des membres de cette association Zabdion, qui était probablement propriétaire, capitaine et nauclère du navire exploité, était identifié aussi par son patronyme dans un ordre de chargement36.

  • 37 Rédigés par les fonctionnaires responsables de la gestion des greniers, les sitologues et leur pers (...)
  • 38 P. Tebt. III 1035 : « εἰς κερ(κουρο)σκά(φην) ἀχά(ρακτον) βασιλίσση[ς ἐφʼ οὗ -ca. ?- ],/ναύ(κληρος) (...)
  • 39 P. Tebt. III 856 : « εἰς κέρ(κουρον) Ἡρακλείτου ἀγ(ωγῆς) µ(υριάδος) α Α, ἐ[φʼ οὗ] Ἡράκλειτ[ο]ς ».
  • 40 P. Tebt. III 1034 : « εἰς κέρ(κουρον) ἀχά(ρακτον) βασιλίσσης ἐφʼ οὗ Ἀπολλώνιος, ναύ(κληρος) Ἁρθώ̣τ̣ (...)

10Les registres conservés37 sont au nombre de trois et datent tous du iie siècle av. J.-C. ; les pratiques d’identification des transporteurs y sont assez variées. On y trouve une formule introduite par la préposition epi qui régit le génitif du pronom relatif, tantôt complétée par le seul idionyme (comme dans les ordres de chargement), tantôt complétée par l’idionyme et le nom de fonction. Il en est ainsi dans le plus ancien registre, datant de 182-181 av. J.-C., pour lequel on relèvera que les mêmes pratiques d’identification sont employées pour le nauclère, les subrécargues et les policiers38. Le papyrus P. Tebt. III 856, datant de 171 av. J.-C., enregistre trente chargements de blé à destination d’Alexandrie. On y retrouve une formule d’identification similaire, ne comportant pas l’emploi du nom de fonction39. Enfin, en 139 av. J.-C., un fonctionnaire, que l’on pourrait peut-être identifier avec le scribe royal, enregistrait les chargements de blé effectués par l’intermédiaire du sitologue et identifiait les nauclères en précisant leur fonction sur le navire par la préposition epi, suivie par le génitif du pronom relatif se référant au bateau, en notifiant également l’idionyme et le nom de fonction du transporteur40.

  • 41 Sur ces nouveaux fonctionnaires, voir Rossi, « Le problème des “laissez-passer” », art. cité, p. 81 (...)

11Nous retrouvons ici des éléments déjà relevés précédemment, à savoir le rapport étroit entre nauclère et navire exploité et la priorité de ces informations aux yeux des autorités publiques, par rapport aux identifiants personnels, tels le patronyme et l’ethnique ou bien encore la provenance géographique. Plus généralement, cette documentation illustre l’importance accordée par les autorités publiques aux gens engagés dans le transport de blé pour le fisc, ce qui est également suggéré par l’institution au iie siècle av. J.-C. des pros têi naulôsêi, fonctionnaires responsables de l’envoi des navires depuis Alexandrie, chargés d’autoriser leurs exploitants (nauclères et capitaines) à les armer pour un transport de blé fiscal. Si l’hypothèse de listes de nauclères est admissible, alors les pros têi naulôsêi étaient peut-être les plus à même pour la rédaction de registres des navires de leurs tonnages, puis du/des propriétaires, du nauclère et du capitaine41.

12Les pratiques d’énonciation de l’identité des nauclères et, plus généralement, les pratiques documentaires liées à l’enregistrement des transports de blé pour le compte de l’État subirent des transformations remarquables sous la domination romaine.

  • 42 Vélissaropoulos, Les nauclères grecs, op. cit., p. 280-282 ; sur ces documents, voir également Schw (...)
  • 43 P. Lond. II 256 a (p. 98) (= W. Chrest. 443), 29 octobre 15 apr. J.-C., Ptolémaïs Euergetis ou Lysi (...)
  • 44 P. Lond. II 301 (M. Chrest 340), 138-161 apr. J.-C., provenance inconnue ; P. Köln V 229, 29 novemb (...)
  • 45 SB XVIII 13333 (= P. Oxy. IX 1197), 4 ou 12 août 208 apr. J.-C., Phakousai (Arabie) ; P. Sakaon 29 (...)

13La diplomatique des apochai, déclarations émises par les responsables du transport fluvial du blé à l’attention des fonctionnaires compétents dans les nomes42, est beaucoup moins figée que celle d’époque lagide, qu’il s’agisse du vocabulaire, du formulaire ou de la structure même du document. Plus particulièrement, parmi les verbes déclaratifs on retrouve homologô43, omnuô44, parechô, apechô45. Comme les symbola, les textes se composent de trois parties : la première contient l’énonciation de l’identité du transporteur ; la deuxième comprend l’acte de déclaration et comporte la mention du lieu de chargement, de l’ordre émis par le fonctionnaire, de la quantité et de la qualité des denrées chargées et contrôlées, de la destination du transport ; enfin la troisième explicite les clauses de garantie et de responsabilité sur la validité de l’acte et sur l’état de conservation des marchandises transportées.

  • 46 Voir Mark Depauw, « Do Mothers Matter? The Emergence of Metronymics in Early Roman Egypt », dans Tr (...)

14L’identité des transporteurs se trouve en incipit de document. Les identifiants primaires du nauclère s’enrichissent de nouveaux éléments d’identification personnelle, tels le patronyme, le papponyme, le matronyme et la provenance géographique du transporteur, indiquée par la préposition apo suivie du génitif du toponyme46. Ces éléments se combinent selon des articulations variables au cours de la période étudiée, avec le nom de fonction, nauclère et avec une fréquence remarquable le capitaine de navire (hô kybernêtês). Sont mentionnés ensuite les identifiants professionnels secondaires, à savoir le nom du navire, l’idionyme du propriétaire et le tonnage. Les variations les plus substantielles sont d’ordre lexical, puisqu’on constate la prépondérance d’un nom générique pour définir le navire, to ploion. Ce substantif est qualifié parfois d’hellenikos ou akoritikos, adjectifs qui révèlent probablement des traditions nautiques différentes. Plus souvent apparaissent les qualificatifs dêmosios/idios dont la traduction serait littéralement « public » ou « privée » mais dont le sens administratif et juridique demeure difficile à préciser. Les tonnages sont toujours exprimés par l’expression agôgê suivie par le nombre d’artabes, mais des nouvelles pratiques apparaissent dans son énonciation. En effet, lorsque plusieurs bateaux sont concernés dans le transport effectué par le même nauclère et/ou capitaine on indique simplement le total du tonnage disponible pour le chargement sans préciser le nombre de bateaux effectivement chargés, et cela tant dans les déclarations que dans les registres et la correspondance officielle. Enfin, on introduit de manière systématique la mention de l’emblème, le parasêmon, qui s’inspire du panthéon grec et égyptien.

  • 47 Voir Mark Depauw, Do Mothers Matter? The Emergence of Metronymics in Early Roman Egypt”, dans Trevo (...)

15Les déclarations des transporteurs d’époque romaine sont ainsi révélatrices de phénomènes que Mark Depauw avait déjà définis comme marqueurs de la présence romaine en Égypte47, telle l’apparition du matronyme, qui s’ajoute ici à l’apparition systématique du patronyme, de la provenance, puis, élément plus structurel, la présence des capitaines. Ces transformations sont généralisées à l’ensemble des documents produits par les transporteurs, notamment les pétitions, les déclarations de réception de salaires et de propriété des navires.

  • 48 PSI IX 1048, Oxyrhynchos : « [παρὰ Αὐ]ρ̣ηλίων Πτολε[µ ̣ ̣]ου Διογέ[νους µητρὸ]ς Φιλωτέ̣ρ̣α̣ς̣ [κυ]β (...)
  • 49 P. Col. II 1 R 4, col. 10, 27 février 155 apr. J.-C., Ptolémaïs Évergétis (Arsinoïte) : « Ἡρακλείδη (...)
  • 50 P. Col. II 1 R 4, col. 10, 27 février 155 apr. J.-C., Ptolémaïs Évergétis (Arsinoïte) : « παρασ̣ταθ (...)
  • 51 P. Grenf. I 49 (= Sel. Pap. II 323 W. Chrest. 248), 220-221 apr. J.-C., Antinoopolis : « Αὐρηλίωι Σ (...)

16Ainsi, dans une pétition de 222-223 apr. J.-C, trois capitaines de navire ayant reçu la citoyennetéé romaine suite à la Constitutio Antoniniana, s’identifient par leurs idionymes, patronymes, matronymes et par leur nom de fonction. Ils explicitent également les identifiants professionnels secondaires, à savoir le type et le nom du navire, le nom du propriétaire du navire et le tonnage48. Les éléments d’identification évoqués ci-dessus se retrouvent dans un reçu pour la réception d’un salaire qu’un capitaine de navire délivra à trois banquiers publics de Ptolemaïs Euergetis49. Il est intéressant de relever que le capitaine en question agissait sous la tutelle de deux nauclères du nome Arsinoïte, identifiés suivant des pratiques similaires, comportant leurs idionymes, patronymes et papponymes, ainsi que leurs seconds noms50. Selon ces mêmes pratiques deux capitaines de navires déclaraient aux autorités la propriété du navire qu’ils exploitaient auprès des autorités publiques, d’une part en recourant au double nom, au patronyme et à la résidence, de l’autre à l’idionyme, au patronyme ainsi qu’à l’expression « kai ôs chrêmatizei51 ».

  • 52 P. Oxy. III 522, iie siècle apr. J.-C., Oxyrhynchos ; P. Tebt. 2 486 R, iie-iiie siècle apr. J.-C., (...)
  • 53 P. Oxy. III 522 : « λόγος ἀόγος Teb Τριαδέλφου (πυροδ) (ἀ (οδέλ) Γυ ἐυ (δραχµέλ) κα (δραχµαλ) ψιβ ( (...)
  • 54 P. Bingen 77, iie siècle apr. J.-C., Karanis : « Αἰγέων̣ἰκ Διοδώρου τ̣οῦ Ἀθηνοδότου̣θἄκατο(ς) Σάρ̣α (...)
  • 55 P. Oxy. XXIV 2415, iiie-ive siècle apr. J.-C., Oxyrhynchite.
  • 56 P. Oxy. XXIV 2415, iiie-ive siècle apr. J.-C., Oxyrhynchite : « [ἄλλο ὑπ]ὸ̣ Θεοκλῆν καὶ Ἡρᾶν ἀπὸ το (...)

17Ces nouveaux usages dans l’énonciation officielle de l’identité des nauclères et des capitaines de navires résultent probablement d’une exigence accrue de la part de l’État de contrôler les professionnels transportant du blé pour l’annone. Cela paraît également suggéré par les nouvelles formules d’énonciation de l’identité que certains registres ont conservées. Les plus anciens d’entre eux sont assez fragmentaires et leur nature, officielle ou privée, n’est pas aisément intelligible52. On relève l’usage du mot apostolos pour désigner, selon les éditeurs, des navires, associé au génitif des idionymes et des patronymes des transporteurs, dont la fonction était celle de nauclères ou de capitaines de navires53. Plus significatives en revanche sont les données livrées par deux autres registres dont la nature officielle est évidente. Le premier, le P. Bingen 77, datant du iie siècle et provenant de Karanis, inventorie les navires entrés dans un port non précisé d’Égypte et fait état de la précision des pratiques d’identification des nauclères, des navires et de leurs caractéristiques. Si l’on suit Paul Heilporn, le scribe aurait explicité le nom et le patronyme du nauclère (sans préciser le nom de fonction), ensuite le type de navire et son parasemon, puis le tonnage, la nature des biens transportés et les personnes pour qui le transport était effectué54. On devrait donc admettre que ces nauclères étaient aussi propriétaires du navire exploité. Cela paraît vraisemblable, au vu des données dont nous disposons pour cette époque. Les pratiques mises en œuvre par les fonctionnaires qui avaient enregistré les transports de blé effectués à la fin du iiie siècle apr. J.-C. entre l’Oxyrnhynchite et Alexandrie étaient très similaires55. Les noms de fonction font défaut, comme dans les autres registres conservés, mais la nature du rapport entre le navire et les transporteurs semble être suggérée par la préposition hypo, suivie du génitif de l’idionyme, puis du patronyme ; on peut exclure la fonction de propriétaire, mais vraisemblablement envisager celle de nauclère ou capitaine de navire56.

18En conclusion, l’étude des symbola et des déclarations de transporteurs illustre l’existence de pratiques de l’énonciation de l’identité officielle centrée sur les statuts professionnels et intimement liées à la définition de l’identité du navire exploité. Notables sont les transformations d’époque romaine, où les identifiants primaires, étroitement liés à l’exercice du métier, s’enrichissent désormais d’informations liées à l’identité personnelle (ou censitaire). Ces pratiques semblent traduire ainsi les nouvelles exigences fiscales et de contrôle mises en œuvre par les Romains, en même temps que l’on instituait les pratiques du recensement provincial et le tributum en blé pour Rome. Elles s’accompagnent d’une transformation documentaire majeure, à savoir la disparition des ordres de chargement d’époque ptolémaïque et l’accumulation des informations qu’elles contenaient dans les déclarations des transporteurs ; elles sont concomitantes de l’accroissement de la responsabilité des nauclères sur l’état de conservation des marchandises transportées, révélant en même temps des transformations dans les normes régissant la navigation commerciale nilotique et méditerranéenne.

Anmerkungen

1 Les documents nommés symbola sont des déclarations émises par les nauclères ayant pris en charge le transport de denrées céréalières perçues par l’État à titre de contribution fiscale. Le document, rédigé sous la surveillance du scribe royal et des sitologues, était produit en plusieurs exemplaires et était destiné à plusieurs fonctionnaires, notamment le scribe royal et le sitologue. La fonction de cette déclaration était de certifier que le chargement de blé avait eu lieu conformément aux réglementations en vigueur et que le nauclère s’engageait à transporter les denrées sous sa responsabilité jusqu’au lieu convenu. Les apochai d’époque romaine avaient cette même fonction ; on relèvera tout de même des changements de formulaires importants, témoignant, entre autres, de la responsabilité accrue des transporteurs sur l’état de conservation des denrées prises en charge.

2 Apollonia J. M. Meyer-Termeer, Die Haftung der Schiffer im griechischen und römischen Recht, Zutphen, Terra, 1978 ; Stefan Pfeiffer, « Vier Nauklerosquittungen (PUB Trier S 84-1 bis 84-3b und 108-4) », Archiv für Papyrusforschung und verwandte Gebiete, 49/1, 2003, p. 25-42 ; Tony Reekmans, Edmond Van’t Dack, « A Bodleian Archive on Corn Transport », Chronique d’Égypte, 27, 1952, p. 149-195 ; Jacques Schwartz, « Le Nil et le ravitaillement de Rome », Bulletin de l’Institut français d’Archéologie orientale, 47, 1948, p. 179-200 ; Anna Świderek, « The Responsibility in Corn Transport to Alexandria: “Sitologoi, Epiplooi, Deigmatokatagogeus” (P. Berol. inv. 1419 and 7441) », Eos, 58, 1969-1970, p. 63-66 ; Raphael Taubenschlag, The Law of Greco-Roman Egypt in the Light of the Papyri, 332 BC-640 AD, New York, Herald Square Press, 1944 ; Dorothy J. Thompson, « Nile Grain Transport under the Ptolemies », dans Peter Garnsey, Keith Hopkins, Charles R. Whittaker (dir.), Trade in the Ancient Economy, Berkeley, University of California Press 1983, p. 64-75 ; Dorothy J. Thompson, « P. Enteux. 27 and the Nile transport of grain under the Ptolemies », dans Paul Schubert (dir.), Actes du 26e congrès international de papyrologie (Genève, 16-21 août 2010), Genève, Droz, 2012, p. 751-754 ; Julie Vélissaropoulos, Les nauclères grecs. Recherches sur les institutions maritimes en Grèce et dans l’Orient hellénisé, Genève, Droz, Paris, Minard, 1980 ; Philip A. Verdult, P. Erasmianae II: Parts of the Archive of an Arsinoite Sitologos from the Middle of the Second Century BC, Amsterdam, J. C. Gieben, 1991.

3 Willy Clarysse, Hans Hauben, « The Ptolemaic Granary Receipts from Pyrreia », Zeitschrift fur Papyrologie und Epigraphik, 89, 1991, p. 47-68 ; Hans Hauben, « An Annotated List of Ptolemaic Naukleroi with a Discussion of BGU X 1933 », Zeitschrift fur Papyrologie und Epigraphik, 8, 1971, p. 259-275 ; id., « Quelques considérations au sujet des papyrus Petrie III 107 », Ancient Society, 2, 1971, p. 21-32 ; id., « “ Nauclères classiques” et “Nauclères du Nil” », Chronique d’Égypte, 58, 1983, p. 237-247 ; id., « Les nauclères “Phéniciens” de Memphis (63 av. J.-C.) », Studia Phoenicia, 9, 1992, p. 321-331 ; id., « Liste des propriétaires de navires privés engagés dans le transport de blé d’état à l’époque ptolémaïque », Archiv für Papyrusforschung und verwandte Gebiete, 43/1, 1997, p. 31-68 ; id., « Les propriétaires de navires privés engagés dans le transport de blé d’état à l’époque ptolémaïque », dans Bärbel Kramer, Wolfgang Luppe, Herwig Maehler (dir.), Akten des 21. internationalen Papyrologenkongresses (Berlin, 13.-19.8.1995), Stuttgart/Leipzig, B. G. Teubner, 1997, p. 430-448 ; Willy Peremans, Edmond Van’t Dack, Prosopographia Ptolemaica, t. 5, Le commerce et l’industrie, le transport sur terre et la flotte, la domesticité, Louvain, Peeters (Studia Hellenistica, 12460-14478), 1963.

4 Pierre Chantraine, s. v. « Symbolon », Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1970-1980 ; Duke Data Base of Documentary Papyri : 697 occurrences (dont 224 à l’accusatif et au nominatif singulier, 330 au pluriel).

5 P. Erasm. II 35, milieu iie siècle av. J.-C., Arsinoïte ; BGU XVIII.1 2736, 87-86 av. J.-C., Hérakléopolite ; BGU XVIII.1 2738, 1er août 86 av. J.-C., Hérakléopolite ; BGU XVIII.1 2740, 28 février 86 av. J.-C., Hérakléopolite ; BGU XVIII.1 2741, 28 février 86 av. J.-C., Hérakléopolite ; BGU XVIII.1 2755, environ 78-77 av. J.-C., Hérakléopolite ; P. Berl. Salm. 17, 28 janvier 77 av. J.-C., Hérakléopolite ; BGU XVIII.1 2759, milieu ier siècle av. J.-C., Hérakléopolite ; BGU VIII 1742 (= SB IV 7406), 18 juillet 63 av. J.-C., Hérakléopolite ; BGU VIII 1743 (= SB IV 7407), 63 av. J.-C., Hérakléopolite.

6 Par ces termes, on désignait probablement des reçus émis par les fonctionnaires ayant surveillé le chargement de blé et destinés aux responsables du transport. Ces derniers devaient pouvoir produire le symbolon et l’antisymbolon reçus en cas de contrôles durant le transport à destination d’Alexandrie.

7 P. Strasb. VI 562, 12 novembre 215 av. J.-C., Hérakléopolite.

8 BGU XIV 2400, iiie siècle av. J.-C., Oxyrhynchite : « [ ̣ ̣ ̣ ̣] ̣ ναύκληρος [ ̣ ̣ ̣ ̣]ε̣ιο̣ς τοῦ Ἡλιοδώρου κ̣ερ(κούρου) (…) κατ[ὰ σύ]µβολον τοῦτο ».

9 Ces questions, tout comme les clauses relatives à la responsabilité juridique du nauclère sur l’état de conservation des marchandises transportées, ont donné lieu à débat. Sur ces points, voir en particulier les travaux de Verdult, P. Erasmianae II, op. cit., p. 137-143 et 143-151 et Vélissaropoulos, Les nauclères grecs, op. cit., p. 291-298.

10 Les documents provenant de l’Arsinoïte sont les suivants : P. Macquarie inv. 406, 30 janvier 233 av. J.-C. ; BGU X 1933, environ 230 av. J.-C. ; P. Genova III 115, 27 janvier 226 av. J.-C. ; P. Lille I 24, 22 mars 223 av. J.-C. ; P. Köln VI, 273, 8 août 222 av. J.-C. ; SB XXII 15281, 26 décembre 219 av. J.-C. ; P. Heid. VI 369, 29 juillet 197 av. J.-C. ; P. Petr. II 48a-c, 21 février 187 av. J.-C. ; P. Tebt. III.1 823, 8 décembre 185 av. J.-C. ; P. Austin inv. 37 e 41, 184 av. J.-C. ; SB 20 14991, 3 septembre-2 octobre 184 av. J.-C. ; SB 20 14989, 5 juillet-3 août 183 av. J.-C. ; SB 20 14988, 16 décembre 183 av. J.-C. ; SB 20 14990, 17 décembre 183-4 janvier 182 av. J.-C. ; P. Tebt. III.1, 825, 17 décembre 176 av. J.-C. ; P. Tebt. III.1 824, 19 août 171 av. J.-C. ; P. Erasm. II 47, milieu iie siècle av. J.-C. ; SB 28 16869, milieu iie siècle av. J.-C. ; P. Erasm. II 58, milieu iie siècle av. J.-C. ; SB 14 11867, 156-155/145-144 av. J.-C. ; SB XIV 11868, 156-155/145-144 av. J.-C. ; SB 28 16868, 1er septembre 155 av. J.-C. ; SB 28 16867, 29 mai 154 av. J.-C. ; SB 28 16870, 153 av. J.-C. ; P. Erasm. II 36, 22 juillet 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 37, 15 août 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 38, 1er septembre 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 39, 7 septembre 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 40, 7 septembre 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 40a, 27 juillet-25 août 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 41, 22 septembre 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 42, 25 octobre 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 43, 16 juillet 151 av. J.-C. ; P. Erasm. II 44, 17 juillet 151 av. J.-C. ; P. Erasm. II 45, 25 juillet 151 av. J.-C. ; P. Erasm. II 46, 7 août 151 av. J.-C. ; P. Erasm. II 48, 22 octobre 150/12 octobre 150 av. J.-C. ; P. Erasm. II 56, 150-149 av. J.-C. ; P. Erasm. II 57, 150-149 av. J.-C. ; P. Erasm. II 49, 30 mai 149 av. J.-C. ; P. Erasm. II 50, 6 juin 149 av. J.-C. ; P. Erasm. II 51, 18 juin 149 av. J.-C. ; P. Erasm. II 52, 16 juillet 149 av. J.-C. ; P. Erasm. II 53, 9 août 149 av. J.-C. ; P. Erasm. II 54, 149-148 av. J.-C. ; P. Erasm. II 55, 149-148 av. J.-C. ; SB XX 15151, 24 mars 155/21 mars 144 av. J.-C. ; SB XX 15152, 4 avril 155/1er avril 144 av. J.-C. ; SB XX 15153, 4 avril 155/1er avril 144 av. J.-C. ; SB XX 15154, 4 avril 155/1er avril 144 av. J.-C. ; SB XIV 11866, 8 janvier 147/5 janvier 136 av. J.-C. ; P. Lille I 21 et P. Sorb. inv. 112, 24 mars 155/21 mars 144 av. J.-C. ; P. Lille I 22, 2 avril 155/30 mars 144 av. J.-C. Autres provenances : BGU XIV 2400, iiie siècle av. J.-C., Oxyrhynchite ; P. Hib. I 98 (= W. Chrest. 441), 13 octobre 252 av. J.-C., provenance inconnue ; SB XVI 12979, 30 janvier 237 av. J.-C., Hérakléopolite ; P. Ryl. IV 576, 223-222 av. J.-C., Simaristou kepos (Alexandrie) ; P. Strasb. II, 113, 9 décembre 215 av. J.-C., Hérakléopolite ; P. Strasb. VI 563, 15 novembre 215 av. J.-C., Hérakléopolite ; SB XIV 11962, 21 juin 149 av. J.-C., provenance inconnue ; P. Rainer Cent. 44, iie siècle av. J.-C., Hérakléopolite.

11 Verdult, P. Erasmianae II, op. cit., p. 123-133.

12 Voir P. Heid. VI 369 : « ὁµο̣λ̣ο̣γεῖ Ἀ̣πολλώνιος ναύκληρος τοῦ Ε̣ὐβούλ̣ου κερ(κούρου) ἀγ(ωγῆς) µ(υριάδος) αΑ » (« Apollonios, nauclère du [navire] kerkouros [dont est propriétaire] Euboulos [ayant un] tonnage de 10 000 artabes déclare ».

13 Pour les idionymes il faut se référer aux contributions de Hans Hauben. Voir Hauben, « Les nauclères “Phéniciens” de Memphis (63 av. J.-C.) », art. cité, p. 321-331 ; id., « Liste des propriétaires de navires privés », art. cité, p. 31-68 ; id., « Les propriétaires de navires privés », art. cité, p. 430-448.

14 Pour les typologies de navires et les tonnages relevés voir Lionel Casson, Ships and Seamanship in the Ancient World, Princeton, Princeton University Press, 1971, p. 159-167 et Ivo J. Poll, « Ladefähigkeit und Gröbe der Nilschiffe », Archiv für Papyrusforschung und verwandte Gebiete, 42/1, 1996, p. 127-138.

15 Voir infra.

16 P. Hib. I 98 (= W. Chrest. 441) : « [ὁ]µολογεῖ Διονύσ[ιος] ναύκληρος ἐµβεβλῆσθα[ι εἰς] κ̣έ̣ρ̣(κουρον) Ξενοδόκου καὶ Ἀλεξάνδρου ἐφ̣ʼ [οὗ]/κ̣[υ(βερνήτης)]/ ̣κ ̣ ̣υρις Πάσιτος Μεµφίτης » (« Dionysios, nauclère du [navire] kerkouros [dont sont propriétaires] Xenodokos et Alexandros, sur lequel est capitaine […] fils de Pasis, Memphite, déclare qu’ont été chargées […] ».

17 P. Hib. I 98, 13 octobre 252 av. J.-C., provenance inconnue ; SB XVI 12979, 30 janvier 237 av. J.-C., Hérakléopolite ; P. Genova III 115, 27 janvier 226 av. J.-C., Arsinoïte ; P. Lille I 24, 22 mars 223 av. J.-C., Arsinoïte.

18 Vélissaropoulos, Les nauclères grecs, op. cit., p. 292-294 ; Verdult, P. Erasmianae II, op. cit., p. 152.

19 BGU X 1933, environ 230 av. J.-C., Arsinoïte.

20 Voir P. Erasm. II 36 : « ὁµολογεῖ Διονύσιος ναύκληρος τοῦ Ἀρχεδήµου καὶ Ἀνδροµ̣άχου̣ κερκούρου ἀγωγῆς πεντακοσίων τετταράκοντα ἐµβεβλῆσθαι ἐπὶ̣ τοῦ κατὰ τὴν Καινὴν ὅρµου ὥστε εἰς Ἀλεξάνδρι̣α̣ν̣ εἰς τὸ βα/σιλικὸν ἀπὸ τῶν γενηµάτων τοῦ̣ (ἔτους) κθ παρεσταµένον δὲ διὰ Σαραπίωνος τοῦ παρὰ Θεοδώρου µ̣ι̣σ̣θω̣τοῦ τινῶν πλοίων τῆς βασιλίσσης παρὰ Διονυσίου τοῦ σιτολογοῦντος τὸ περὶ Ὀ̣ξ̣ύ̣ρ̣υ̣γ̣χα̣ ἐργαστή̣ριον πυρῶν ἀρτάβας πεντακο/σί̣α̣ς (γίνονται) πυρῶν ἀρτ(άβαι) φ µέτρω̣ι̣ δοχικῶι τῶι σ̣υ̣ν̣/βεβλ̣ηµένωι πρὸς τὸ χαλκοῦν καὶ σκυτάλῃ δικα̣ί̣ᾳ̣ καὶ οὐθ̣ὲ̣ν̣ ἐ̣γ̣κα̣λῶ̣ » (« Dionysios nauclère du [bateau] kerkouros d’Archedemos et d’Andromachos, d’un tonnage de 540 artabes, déclare qu’ont été chargées dans le port de Kainê pour Alexandrie pour le compte du trésor royal, des récoltes de l’an 27 [dans le bateau] qui a été mis à disposition par Sarapion, subordonné de Théodore, affréteur des bateaux de la reine, par Dionysios préposé à la sitologie de l’ergasterion d’Oxyrhyncha, 500 artabes de blé. Ce sont artabes de blé 500 [mesuré] avec la mesure dochikos, calibrée sur le standard de bronze et nivelée avec une racloire conforme. Je ne réclamerai rien »), Verdult, P. Erasmianae II, op. cit., p. 3-4.

21 Vélissaropoulos, Les nauclères grecs, op. cit., p. 294-296 ; Verdult, P. Erasmianae II, op. cit., p. 127-128 et 153.

22 P. Petr. II, 25, 225 av. J.-C., Arsinoïte ; P. Petr. 3 61, 227-226 av. J.-C., Arsinoïte ; P. Iand Zen 47, 263-229 av. J.-C., Philadelphie, Arsinoïte.

23 W. Chrest. 442 (= P. Enteux 27), 28 janvier 222 av. J.-C., Arsinoïte ; CPR 28 11, 21 janvier 191 av. J.-C., Hérakléopolite, P. Heid. 9 428, 12 juin 158 av. J.-C., Hérakléopolite ; BGU 8 1741, 64-63 av. J.-C., Hérakléopolite.

24 W. Chrest. 442 (= P. Enteux 27), 28 janvier 222 av. J.-C., Arsinoïte : « βασιλεῖ Πτολεµαίωι χαίρειν Λίβυς, ναύκληρος τοῦ Ἀρχιδάµου καὶ Μητροφάν[ους] [κ]ερκούρου ἀγω[γῆς] µ(υριὰς) α », voir verso : « […] [Λίβυς] ναύκληρος » (« Au roi Ptolémée salut. Libys, nauclère du [navire] kerkouros d’Archidamos et de Metrophanes [ayant un] tonnage de 10 000 artabes », voir verso : « Libys, nauclère »).

25 P. Heid. IX 428, 12 juin 158 av. J.-C., Hérakléopolite : « Ἀσφεῖ ποταµοφύ̣(λακι)· Λεωνίδου ναυκλήρου τοῦ Κά̣στο̣ρ̣ο̣ς̣ κερκούρου καὶ Μάρωνο̣ς̣ ̣ ̣[- ca.6 -] ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ἐπ’ αὐτῶι ἐπίπλου δόντων ἡµῖν ὑπ[όµνηµα] ».

26 CPR XXVIII 11, 21 janvier 191 av. J.-C., Hérakléopolite : « [ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣] ̣ρ̣ι̣ωι τῶι παρὰ Ἀ̣θη̣νο̣δ̣ώρου \τοῦ διοικητοῦ/ παρὰ τῶν ν̣αυκλήρων \τῶν ἀπὸ τοῦ ὅρµου/ τῶν µεταφ̣ερόντων τὸν βασιλικὸν σῖτον ἐνταῦθ̣α̣ ε̣ἰς τὰ µετρήµατα. ἐπειδὴ ο̣[ἱ] τελῶναι πράσσουσιν ἡµᾶς τὴν τετάρτην τῶν ναύλων (…) », voir verso : « (…) παρὰ τῶν ἀπὸ τοῦ ὅρµο̣[υ ναυκλήρων] /κατὰ τῶν τε(λωνῶν ».

27 Lucia Rossi, « Le transport interne et méditerranéen du blé égyptien : les structures institutionnelles et leurs intermédiaires commerciaux », dans Schubert (dir.), Actes du 26e congrès international de papyrologie (Genève, 16-21 août 2010), op. cit., p. 647-654.

28 Hauben, « Les nauclères “Phéniciens” de Memphis (63 av. J.-C.) », art. cité, p. 321-331.

29 BGU VIII 1741-1743, 63 av. J.-C., Hérakléopolite.

30 Sur l’apostolos, voir Giovanni Geraci, « Uscire dall’Egitto in età romana », Iuris Antiqui Historia, 7, 2015, p. 117-128 ; Lucia Rossi, « Le problème des “laissez-passer” dans le commerce égyptien (époque hellénistique et romaine) », dans Anne-Florence Baroni et al. (dir.), Échanger en Méditerranée. Acteurs, pratiques et normes dans les mondes anciens, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 77-92.

31 BGU VIII 1741, 63 av. J.-C., Hérakléopolite : « Ἀπολλοφάνης προστάτης καὶ Εὔ̣δηµος γραµµατεὺς τῶν ἀπὸ Μέµφεως ναυκλήρων Ἱπποδροµιτῶν Διονυσίωι συγγενῖ καὶ στρατηιγῶι καὶ ἐπὶ τῶν προσόδων χαίρειν καὶ ἐρρῶσθαι. παρεστακαµεν εἰς ἃ ἀναδεδέγµεθα τῶι διοικητῆι κατάξειν ἐκ τοῦ αὐτοῦ νοµοῦ ἀπὸ τῶν γενηµάτων », voir « Ἡρακλείδηι. τοῦ παρʼ Ἀπολλοφάνου προστάτου καὶ Εὐδήµου γραµµατέως̣ [τῶν] ἀπὸ Μέµφεως ναυκλήρων Ἱπποδροµιτῶν ἀποστόλου ἀντίγραφον ὑπόκειται ».

32 En provenance de l’Arsinoite : P. Macquarie inv. 407, 20 novembre 234 av. J.-C. ; SB XIV 11887, 6 septembre 184 av. J.-C., Anubias ; SB XIV 11888, 6 septembre184 av. J.-C., Anubias ; SB XIV 11889, 6 septembre184 av. J.-C., Anubias ; P. Austin inv. 39, mai 184-juillet 183 av. J.-C., Anubias ; P. Erasm. II 28, 153-152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 23, 18 juillet 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 24, 19 juillet 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 25, 13 août 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 26, 21 août 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 27, 24 septembre 152 av. J.-C. ; P. Erasm. II 29, 1er juillet 151 av. J.-C. ; P. Erasm. II 30, 20 juillet 151 av. J.-C. ; P. Erasm. II 31, 151-150 av. J.-C. ; P. Erasm. II 32, 150-149 av. J.-C. ; P. Erasm. II 33, milieu iie siècle av. J.-C. ; P. Erasm. II 34, milieu iie siècle av. J.-C. ; P. Erasm. II 35, milieu iie siècle av. J.-C. En provenance de l’Hérakléopolite : P. Strasb. VI 562, 12 novembre 215 ; BGU XVIII.1 2736, 87-86 av. J.-C. ; BGU XVIII.1 2737, 1er août 86 av. J.-C. ; BGU XVIII.1 2738, 1er août 86 av. J.-C. ; BGU XVIII.1 2739, environ 87-85 av. J.-C. ; BGU XVIII.1 2740, 28 février 86 av. J.-C. ; BGU XVIII.1 2741, 28 février 86 av. J.-C. ; P. Berl. Salm. 10, 86 av. J.-C. ; BGU XVIII.1 2755, environ 78-77 av. J.-C. ; BGU XVIII.1 2756, environ 78-77 av. J.-C. ; P. Berl. Salm. 17, 28 janvier 77 av. J.-C. ; SB V 8754, 77 av. J.-C. ; BGU XVIII.1 2759, milieu ier siècle av. J.-C. ; BGU VIII 1741, 5 ou 18 juillet 63 av. J.-C. ; BGU VIII 1742, 18 juillet 63 av. J.-C. ; BGU VIII 1743, 63 av. J.-C.

33 P. Tebt. III 1035, 182-181/158-157 av. J.-C., Tebtynis ; P. Tebt. III 856, environ 171 av. J.-C., Arsinoïte ; P. Tebt. III 1034, environ 139 av. J.-C., Tebtynis. Quelques pièces de correspondance officielle peuvent être mobilisées à titre de comparaison, voir P. Hels. I 7, 27 février et 9 mars 163 av. J.-C., Hérakléopolite ; BGU VIII 1792 ; P. Tebt. III 703.

34 Verdult, P. Erasmianae II, op. cit., p. 86-120.

35 Parmi les documents les mieux conservés, à titre d’exemple, on évoquera les textes suivants : P. Strasb. VI 562 : « ἐν ⟦ ̣ ̣⟧ Ἀγαθοκλείας ἀγ(ωγῆς) Β ἐφʼ οὗ Ἡρακλείδης ὥστε εἰς Ἀλεξάνδρεια εἰς τὸ βασιλικὸν ἀπὸ τῶν γεν[ηµά]των τοῦ κ (ἔτους) πυ̣ρ̣ο̣ῦ̣ εἰ̣ς (ἀρτάβας) Β » ; SB XIV 11888 : « ε[ἰ]ς τὰ ὑπογ̣ε̣γ̣ρα̣µ̣µ̣ένα πλοῖα (…) Ἀρατοµένους ἀγ(ωγῆς) Δ ἐφʼ οὗ Ἀχιλλεὺς σν τοῦ̣ α̣ὐ̣[τοῦ ἀγ(ωγῆς)] » ; BGU XVIII.1 2738 : « εἰς προσαγωγίδα /[βασιλέως, ἧς µισθωτὴς ὁ ναύκ]λ̣ηρος Δωρίων Ἄνδρωνος, [ἀγωγῆς Ε ».

36 BGU VIII 1741 : « ἐµβαλοῦ συνεπιστέλλοντος Πανίσκου τοῦ βασιλικοῦ γραµµατέως εἰς σκάφην Ζαβδίωνος τοῦ Ἀρτεµιδώρου, ἀγωγῆς χιλίων διακοσίων ».

37 Rédigés par les fonctionnaires responsables de la gestion des greniers, les sitologues et leur personnel subordonné, les registres inventoriaient toutes les dépenses et les recettes en nature, ayant eu lieu à un moment donné de l’année. Les transports de blé, et plus généralement de céréales, à destination d’Alexandrie y étaient également et précisément notifiés.

38 P. Tebt. III 1035 : « εἰς κερ(κουρο)σκά(φην) ἀχά(ρακτον) βασιλίσση[ς ἐφʼ οὗ -ca. ?- ],/ναύ(κληρος) Ἀπολλώνιος ».

39 P. Tebt. III 856 : « εἰς κέρ(κουρον) Ἡρακλείτου ἀγ(ωγῆς) µ(υριάδος) α Α, ἐ[φʼ οὗ] Ἡράκλειτ[ο]ς ».

40 P. Tebt. III 1034 : « εἰς κέρ(κουρον) ἀχά(ρακτον) βασιλίσσης ἐφʼ οὗ Ἀπολλώνιος, ναύ(κληρος) Ἁρθώ̣τ̣η̣ς ».

41 Sur ces nouveaux fonctionnaires, voir Rossi, « Le problème des “laissez-passer” », art. cité, p. 81 et 86.

42 Vélissaropoulos, Les nauclères grecs, op. cit., p. 280-282 ; sur ces documents, voir également Schwartz, « Le Nil et le ravitaillement de Rome », art. cité.

43 P. Lond. II 256 a (p. 98) (= W. Chrest. 443), 29 octobre 15 apr. J.-C., Ptolémaïs Euergetis ou Lysimachis (Arsinoïte) ; P. Oxy. II 276 (= C. Pap. Jud. II 422), 5 septembre 77 apr. J.-C., Oxyrhynchos ; P. Princ. II 26, 3 mars 155 apr. J.-C., Philadelphie (Arsinoïte) ; P. Mil. Vogl. III 189, 206-207 apr. J.-C., provenance inconnue ; P. Amh. II 138, 1er janvier 327 apr. J.-C., Arsinoïte.

44 P. Lond. II 301 (M. Chrest 340), 138-161 apr. J.-C., provenance inconnue ; P. Köln V 229, 29 novembre 178 apr. J.-C., Oxyrhynchos.

45 SB XVIII 13333 (= P. Oxy. IX 1197), 4 ou 12 août 208 apr. J.-C., Phakousai (Arabie) ; P. Sakaon 29 (P. Thead. 47), fin iiie-début ive siècle apr. J.-C., Théadelphie (Arsinoïte) ; cf. P. Lond. III 948 (= M. Chrest 341), 19 octobre 236 apr. J.-C., Théadelphie (Arsinoïte).

46 Voir Mark Depauw, « Do Mothers Matter? The Emergence of Metronymics in Early Roman Egypt », dans Trevor V. Evans, Dirk D. Obbink (dir.), The Language of the Papyri, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 120-139 ; Idem, « Elements of Identification in Egypt 800 BC–AD 300 », dans Mark Depauw, Sandra Coussement (dir.), Identifiers and Identification Methods in the Ancient World, Louvain, Peeters, 2014, p. 75-101.

47 Voir Mark Depauw, Do Mothers Matter? The Emergence of Metronymics in Early Roman Egypt”, dans Trevor V. Evans, Dirk D. Obbink (dir.), The Language of the Papyri, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 121-139 ; id., « Elements of Identification in Egypt », art. cité.

48 PSI IX 1048, Oxyrhynchos : « [παρὰ Αὐ]ρ̣ηλίων Πτολε[µ ̣ ̣]ου Διογέ[νους µητρὸ]ς Φιλωτέ̣ρ̣α̣ς̣ [κυ]β̣[ερνήτ]ο̣υ̣ π̣λ̣ο̣ί̣[ου ἰδίου ἀ(?)]γωγῆς (ἀρταβῶν) φ̣ παρασή(µῳ) Ι / [ -ca. ?- ] ̣, καὶ Διογένους Σαραπίωνος /[µητρὸς Ἀ]ρσινόης κυβερνήτου πλοίου Καλ[ -ca. ?- ]/ου Ὀφελλίου ». On retrouve dans ce document la formule kai ôs chrêmatizei (« et ainsi il agit officiellement »), sur laquelle est revenu récemment Depauw, voir « Elements of Identification in Egypt », art. cité.

49 P. Col. II 1 R 4, col. 10, 27 février 155 apr. J.-C., Ptolémaïs Évergétis (Arsinoïte) : « Ἡρακλείδης Διδύµου µητ̣ρ̣ὸ̣ς̣ Δηµητ̣ρ̣οῦτος ἀπὸ Ὅρµο̣υ Ἡρακλε̣ο̣πολείτο̣υ̣ κυβ̣(ερνήτης) ἰδίου πλοίου ἀγω(γῆς) (ἀρταβῶν) ω ».

50 P. Col. II 1 R 4, col. 10, 27 février 155 apr. J.-C., Ptolémaïs Évergétis (Arsinoïte) : « παρασ̣ταθεὶς καὶ ἐνγυηθεὶς ὑπὸ Ἀµµωνίου̣ Μητροδώρου το(ῦ) Κεφάλωνο(ς) Σωσικοσµ(ίου) τοῦ κ(αὶ) Ζη(νείου) καὶ Διονυσίου Πτολεµαίου το(ῦ) Πο/τάµωνος Ἀρχεστρατείου τοῦ κ(αὶ) Ζη(νείου) τῶν β προεστώτων ναυκλ(ήρων) Ἀρσιν̣ο̣ί̣τ̣ο̣υ ». Sur les seconds noms, voir Yanne Broux, Sandra Coussement, « Double Names as Indicators of Social Stratification in Greco-Roman Egypt », dans Mark Depauw, Sandra Coussement (dir.), Identifiers and Identification Methods in the Ancient World : Legal Documents in Ancient Societies, Louvain/Paris/Walpole, Peeters (OLA, 229), 2014, t. 3, p. 119-139.

51 P. Grenf. I 49 (= Sel. Pap. II 323 W. Chrest. 248), 220-221 apr. J.-C., Antinoopolis : « Αὐρηλίωι Σαβεινιανῷ/[τῷ κρατί]στῳ ἐπιστρατηγῷ παρὰ Αὐρηλίου Πτολεµαίου τοῦ καὶ Σεµ/πρωνίου Ἀπολιναρίου Ἀντινοέως. ἀπογράφοµαι κατὰ τὰ κελευσθέντα » ; P. Laur. 3 67, 17 juillet 299, Oxyrhynchos : « [π(αρὰ) Αὐ]ρηλίου Θ̣ω̣ν̣ε̣ίου, καὶ ὡς [χρηµατίζει, κυβερνήτου ̣ ̣] ̣ικου σκαφοπλώρου ἀγω[γῆς ἀρταβῶν -ca. ?- ] [ ̣ ̣] ̣ κατὰ τὰ κελευ̣σ̣θέντα ὑπ[ὸ τοῦ διασηµοτάτου κ]α̣θ̣ολικοῦ Ποµπωνίου Δό̣[µνου πάντα ναύκληρον ἀπογρ]ά̣ψασθαι ἃ κέκτηται πλοῖα ».

52 P. Oxy. III 522, iie siècle apr. J.-C., Oxyrhynchos ; P. Tebt. 2 486 R, iie-iiie siècle apr. J.-C., Tebtynis.

53 P. Oxy. III 522 : « λόγος ἀόγος Teb Τριαδέλφου (πυροδ) (ἀ (οδέλ) Γυ ἐυ (δραχµέλ) κα (δραχµαλ) ψιβ (…) (γίνονται) ἀ νο(ώµατος) (δραχµαα) ψξβ (τριώβολον), /ὧ, τ, ἀποστόλ(ου) Ὡ στ(νος) Ἀ ςτ(νίου) (ἀ (υόλλ) Αφ κα(ἀα(υόλλ(ου) Παυσί(ριος) Ἀ ος(λωνίου) (ἀ (ίουλ) φ (γίνονται) (ἀ (οντα) Β, ἐ (δραχµτα) κα (δραχµαα) υκ. ναυτικ(οα) Ὡ υτικα κυβε(ρνήτου) α δοθ(εοθτο) ⟦(δραχµαα) η⟧ (δραχµαα) η » ; P. Tebt. 2 486 R : « Ἰ « 86 αι Διοσκό(ρου) καυ Διονυσίι Σαραπίωνος καρ τορ[ς σορ] α ραπί ναυκλ(ήροις) α τοο ἀοοιςίω(ου) (πυρος) Δ ε ρ ἀ ροςίωνος̣ν̣ πλοί(ων) β ».

54 P. Bingen 77, iie siècle apr. J.-C., Karanis : « Αἰγέων̣ἰκ Διοδώρου τ̣οῦ Ἀθηνοδότου̣θἄκατο(ς) Σάρ̣α̣πις Τύχη Ἁρπ̣οκ̣κρατ-) (ἀρτάβαι) Β ἄγε̣ι τῷ ναυκλήρ̣ῳ οἴ̣ν̣ἴου) ̣[ ̣()]α̣τ̣ι̣κ(οῦ) µέ̣λ̣α̣έ νος).] ψ /Αἰγέων̣ἰκ Δ̣η̣µητρίου [ -ca. ?- ] ̣ ̣[ -ca. ?- ]π̣λαυδα̣αΦιλο̣µήτωρ ὁµ(οίως) /[(ἀρτάβαι)] ̣ ἄ̣γ̣ε̣ι̣]τ̣ῷ̣]ν̣α̣υ̣κ̣λ̣ή̣ρ̣ῳ ο̣ἴ̣ν̣]ου) Αἰγε̣ἰαίου) µέλα[(νος) ̣ ̣] […] Ἀνεµο(υρίου) ιγ Νίνου τοῦ Τουνεους(*) ἄκατο(ς) Ζεὺς Ἀφροδείτη(*) Σελ̣ήν̣η ̣ ̣ ̣λ() /(ἀρτάβαι) ὅσων̣σἐὰν̣ὰννβαι ̣[…] ̣ ἄγει τῷ ναυκλήρῳ οἴν(ου) Σιδη(τικοῦ) Βφ », voir Paul Heilporn, « Registre de navires marchands », dans Henri Malaerts (dir.), Papyri in Honorem Johannis Bingen Octogenarii, Louvain, Peeters, 2000, p. 339-359.

55 P. Oxy. XXIV 2415, iiie-ive siècle apr. J.-C., Oxyrhynchite.

56 P. Oxy. XXIV 2415, iiie-ive siècle apr. J.-C., Oxyrhynchite : « [ἄλλο ὑπ]ὸ̣ Θεοκλῆν καὶ Ἡρᾶν ἀπὸ τοῦ Ὑψηλίτου ἀγ(ωγῆς) (ἀρτάβας) Γρ, παρ(άσηµον) Ἄµµων (ἀρτάβας) Γυϙ [ὑπὸ Σιλ]βανὸν Βησᾶ ἀπὸ τοῦ Λυκοπολ(ίτου) ἀγ(ωγῆς) (ἀρτάβας) Βχ, ᾧ παρ(άσηµον) Ἀπόλλων (ἀρτάβας) Βωξ ὑπὸ Ἀµµώνιον καὶ Ἡρακᾶν ἀπὸ τοῦ Μεγάλου Χω̣ρ̣ί̣ο̣υ ἀγ(ωγῆς) Βψ, παρ(άσηµον) Ἑρµῆς (ἀρτάβας) Γα /ὑ̣π̣ὸ̣ ̣ ̣ινον ἀπὸ τοῦ Ἄνω Κυ̣ν̣οπολ(ίτου) [ἀγ(ωγῆς)] (ἀρτάβας(?)) Γτ, ᾧ παρ(άσηµον) Διόνυσος (ἀρτάβας) Γχλ χ̣ο̣ρ̣τ̣η̣γ̣ὸν ὑπὸ Παρίονα Σερήνου ἀπὸ τοῦ Ὀξυρυγχίτου ἀγ(ωγῆς) (ἀρτάβας) Α (ἀρτάβας) Ακβ̣ /π̣[λοῖ(ον)] δ̣η̣µ̣ό̣σιον ὑπὸ̣ Σύρον ἀπὸ τοῦ Μετη/λείτου ἀγ(ωγῆς) (ἀρτάβας) Αω, παρ(άσηµον) Ἄµµων (ἀρτάβας) Αϡ ρη ».

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540