Version classiqueVersion mobile

L’identification des personnes dans les mondes grecs

 | 
Romain Guicharrousse
, 
Paulin Ismard
, 
Matthieu Vallet
, 
et al.

Deuxième partie. Exprimer l’identité

Proclamation et preuves d’identité dans les sanctuaires grecs à l’époque archaïque et au début de l’époque classique

Ludovic Sot

Texte intégral

L’identité, un mode de reconnaissance sociale

  • 1 Léon Bizard, « Inscriptions du Ptoïon (1903) », BCH, 44, 1920, p. 227-241 ; Friedrich Hiller de G (...)

[φοί]βο µέν εἰµ᾽ ἄγαλ[µα Λ]α[τοί]δα καλό]ν
[hο δ᾽Ἀ]λκµέονος hῦις Ἀλκµεονίδες,
[h]ίποισι νικ[έας ἔ]θεκεν [ὀκέαις],
hὰς Κνοπι[άδα]ς ἔλαυν᾽hο [- x -]
hότ᾽ ἐν Ἀθάναις Παλάδος πανἐ[γυρις]1.

Je suis le bel agalma de Phoibos, fils de Létô. Le fils d’Alcméon, Alcméonidès, m’a dédiée après la victoire remportée par ses cavales rapides, que conduisait Knopiades de [ou fils de…], quand eut lieu à Athènes la fête solennelle de Pallas.

  • 2 Jesper Svenbro, Phrasikleia. Anthropologie de la lecture en Grèce ancienne, Paris, La Découverte, 1 (...)

1Cette inscription, du milieu du vie siècle av. J.-C. (vers 554-539), retrouvée au Ptoion en Béotie, portée sur le chapiteau d’une colonne votive soutenant probablement une statue de bronze, nous permet de nous poser la question de l’identité proclamée par ce texte. Cette inscription « parle à la première personne2 », mais surtout Alcméonidès proclame son identité en mentionnant son père, et en insistant sur leur lien de parenté par l’emploi de υἱός – ce qui signifie « fils » – et non du génitif comme cela est fait habituellement. Le contexte de la dédicace est également mentionné, ce qui renforce le prestige de celui qui offre. Enfin, il s’agit d’une offrande importante par un Athénien dans un sanctuaire béotien.

  • 3 Géza Alföldy, Silvio Panciera (dir.), Inschriftliche Denkmäler als Medien der Selbstdarstellung in (...)
  • 4 Jean-Marc Luce (dir.), « Identités ethniques dans le monde grec », Pallas, 73, 2007, intr., p. 11-2 (...)

2Inscrire son nom et éventuellement d’autres composantes de son identité sur une offrande, c’est se faire connaître et rendre visible ce que l’on souhaite présenter de soi à la communauté des hommes comme aux divinités. L’objet inscrit apparaît alors comme un point de connexion entre l’individu et la collectivité. L’inscription dédicatoire permet souvent une « auto-représentation », une Selbstdarstellung telle que Géza Alföldy et Silvio Panciera l’ont mise en valeur pour les stèles funéraires de particuliers dans le monde romain3. Il s’agit donc de la construction d’une identité singulière4 : l’inscription d’un nom, d’une parenté, d’un métier, d’un ethnique, d’un contexte d’offrande, voire le choix de la langue ou du support d’une dédicace peuvent révéler quelque chose de l’identité du dédicant. Enfin, le sanctuaire est un lieu particulier de relations entre les hommes et les dieux et entre les hommes entre eux, cette double dimension agit sur la manière de proclamer l’identité que l’on souhaite. En outre, une inscription dans un sanctuaire n’est sans doute pas muette et a dû être proclamée, lue à haute voix au moment de la consécration.

  • 5 Gérard Lenclud, « Identité et identités », L’Homme, 3/187-188, 2008, p. 447-462.

3Ainsi, comment les offrandes des sanctuaires grecs de l’époque archaïque et du début de l’époque classique permettent la proclamation d’une identité personnelle qui s’inscrit à la fois dans un choix d’auto-identification et d’inscription dans un groupe plus large5 ?

S’agréger à une communauté

  • 6 Anton Raubitschek, Dedications from the Athenian Akropolis, A Catalogue of the Inscriptions of the (...)

4Identitas en latin signifie « le même », insistant ainsi sur la similitude. Or, proclamer son identité, apporter des preuves de celle-ci relève plutôt de la volonté d’affirmer sa singularité, tout en démontrant, éventuellement, son sentiment d’appartenance à un groupe. Ainsi, à Athènes, Timocratès fils d’Arististaichmos inscrit son nom et sa parenté sur une colonne conservée au musée de l’Acropole6 :

À toi souveraine Athéna, Timocratès a consacré
lui le fils d’Aristaichmos, fille de Zeus qui tient l’égide.

  • 7 T. Leslie Shear, « The Campaign of 1936 », Hesperia, 6, 1937, p. 333-381, ici p. 344-345.

5Timocratès est le père de Kydrokles, menacé d’ostracisme vers 480 av. J.-C., et appartient donc à une famille de l’élite athénienne7. Il inscrit son identité ici sur son offrande et sa parenté est insérée, dans la construction de l’inscription, au milieu de la parenté de la divinité honorée : Athéna est présentée comme le dédicant « fille » de Zeus.

  • 8 « [Θρά]συλλος ⁝ καὶ Γνάθιος ⁝ Μνέσονος ⁝ ℎυι [ἐγ Λ]ευκονοίο ⁝ ἀνεθέτεν ⁝ τἀθεναίαι » : Anton Raubi (...)

6À la même époque, Thrasyllos et Gnathios fils de Mneson du dème de Leukonoion offrent une statue, sans doute d’Athéna Promachos, placée à la porte ouest du Parthénon (« Thrasyllos et Gnathios fils de Mnesonos du dème de Leukonion ont consacré à Athéna »)8.

7Les deux dédicants s’inscrivent dans leur parenté biologique et, comme Alcméonidès, insistent sur le lien de parenté en employant υἰός. Ils mentionnent également leur dème qui est la seconde preuve d’identité pour un citoyen dont le nom est porté sur les registres de son dème. Cette mention apparaît immédiatement après les réformes de Clisthène.

  • 9 François de Polignac, « Espaces de communication et dynamiques d’appartenance en Grèce archaïque », (...)

8Ainsi, comme l’écrit François de Polignac9 :

Le processus identitaire comporte deux dimensions : une dimension que l’on peut qualifier de verticale, qui est celle de l’agrégation dans un groupe et une dimension horizontale, celle de la séparation qui définit ce groupe par rapport aux autres groupes de même niveau.

  • 10 Plutarque, Aristide, 1.1-6.
  • 11 IG I suppl. 373 ; Anton Raubitschek, op. cit., no 56 ; Margrit Jacob-Felsch, Die Entwicklung griech (...)

9La parenté demeure un élément clef d’établissement de l’identité. Ainsi, Plutarque utilise a contrario l’absence d’indication de parenté pour montrer qu’Aristide fils de Lysimaque n’est pas celui qui a offert des trépieds dans le sanctuaire de Dionysos en mémoire d’une victoire chorégique contrairement à ce que pense Démétrios de Phalère10. La parenté peut s’inscrire dans un sanctuaire, mais encore faut-il qu’elle soit visible. Si le visiteur regarde, par exemple, la dédicace d’Euthydikos fils de Thaliarchos portée sur l’abaque d’une colonne portant une korè en marbre de Paros11, il ne voit que : « Εὐθύδικος ἀνέθεκεν » (« Euthydikos a consacré »), bien visibles, repassées en rouge, sous la statue. Sa parenté – ℎο Θαλιάρχο – se trouve sur le côté droit, seuls ceux qui la cherchent la verront en faisant le tour de l’offrande.

  • 12 G. Lenclud, « Identité et identités », art. cité.

10L’identité est le fruit d’une construction, même si les marges de manœuvre sont faibles. En effet, dans les inscriptions que nous connaissons dans les temples de Béotie, d’Attique ou d’Eubée, les éléments qui peuvent témoigner de l’identité du dédicant sont peu nombreux : parenté, ethnique, démotique, métier. En outre, nous pouvons nous demander s’il s’agit d’une auto-identification et si, comme l’écrit Gérard Lenclud, « assumer l’identité qu’autrui vous assigne, est-ce la choisir12 ? ». En effet, nous n’avons pas, dans notre corpus, de dédicant qui affirme une identité « originale ».

  • 13 Alain Duplouy, Le prestige des élites. Recherches sur les modes de reconnaissance sociale en Grèce (...)
  • 14 P. Friedländer et H. B. Hoffleit, op. cit., no 48 ; Anton Raubitschek, op. cit., no 6 ; M. L. Lazza (...)

11Construire son identité permet à l’individu de choisir les facettes de lui-même qu’il souhaite mettre en valeur pour que les visiteurs du sanctuaire se souviennent de lui et que la divinité agrée son offrande. En effet, inscrire son nom dans un sanctuaire et le rendre manifeste – le cas des graffitis pose d’autres questions –, c’est rechercher une reconnaissance sociale, l’estime de la communauté étant une préoccupation constante chez les Grecs comme l’a mis en évidence Alain Duplouy dans Le prestige des élites. Ce « mode de reconnaissance sociale », d’après l’auteur, « intègre une double dimension passive et active, tantôt de démonstration, tantôt de construction de la position sociale »13. Ainsi, vers 520 av. J.-C., Alkimachos agrège à son identité celle de son père, afin de bénéficier à son tour du prestige de celui-ci. Il consacre une statue de « scribe » qui rappelle la magistrature de ταµίας qu’avait exercée son « noble » père14 :

Alkimachos m’a consacré, pour la fille de Zeus, cet agalma, comme un vœu ; et il affiche qu’il est le fils d’un noble père, Chairiôn.

  • 15 P. Friedländer et H. B. Hoffleit, op. cit., no 158 ; A. Raubitschek, op. cit., no 330 ; LSAG, no 77 (...)

12La construction de l’identité est subjective, le dédicant inscrit ce qu’il souhaite que la communauté sache de lui, ce qui le met à l’honneur. Alkimachos se rattache ainsi au prestige de son père plus connu que lui par l’office de tamias qu’il a rempli. Il a lui-même offert dans le premier quart du vie siècle av. J.-C. un autel à Athéna mentionnant sa magistrature15. Ils appartiennent aux Eupatrides. Leurs dédicaces se font écho sur l’acropole.

  • 16 IG I2 642-491 ; A. Raubitschek, op. cit., no 49, 1949 ; IG I3 616-790 ; K. Kissas, op. cit., B160. (...)
  • 17 IG I2 485 ; A. Raubitschek, op. cit., no 197, 1949 ; P. A. Hansen, op. cit., 1 193, 1983 ; IG I3 62 (...)
  • 18 Aristote, Politique, III, 5.6.

13Proclamer son identité peut également passer par la mention de son métier. Plusieurs dédicaces comportent une profession, le plus souvent artisanale. Ainsi, Simon le cardeur, Polyclès le foulon, Peikon le potier, Phrygia la boulangère, Smikythè la blanchisseuse ou Ophsios le cithariste16. Les offrandes de ces dédicants datent toutes de la fin du vie et du début du ve siècle av. J.-C. et sont portées sur des objets différents, colonne, chapiteau ou base pour Simon, Peikon et Ophsios, un bassin pour Polyklès et un bouclier pour Phrygia. Cette offrande de bouclier ne semble pas avoir de rapport avec le métier de Phrygia ni avec le fait qu’elle soit une femme : il s’agit d’une pièce appartenant vraisemblablement à une statue plus grande. Hormis peut-être le cithariste, il est étonnant que ces artisans indiquent leur profession qui n’a rien de particulièrement valorisante. Il s’agit d’un choix délibéré qui les identifie assurément et qui peut témoigner peut-être d’une certaine forme de réussite qu’ils souhaitent mettre en scène. Mais il s’agit, de plus, d’un élément clair d’identification. Proclamer son identité par son inscription sur une dédicace entre dans les modes de reconnaissance sociale et n’est pas réservé à une élite. De fait, Néarchos qui se qualifie lui-même de κεραµε]ὺς – « potier » – offre une korè signée par Anténor sur l’acropole d’Athènes. Il faut posséder une certaine richesse pour se permettre de faire ce type d’offrande à Athéna en aparchè17 – en « prémices ». Mais comme le rappelle Aristote « les artisans sont, pour la plupart, des gens riches18 ».

  • 19 Pausanias, Périégèse, X.7, 3 : « Ἐχέµβροτος Ἀρχὰς θῆκε τῶ Ἠρακλεῖ νικἠσας τόδ᾽ἄγαλµ´Ἀµφικτυόνων ἐν (...)

14La reconnaissance sociale peut également passer par la mention de l’occasion de la dédicace. Alcméonidès consacre au Ptoion à l’occasion de la victoire de ses « cavales rapides ». À Thèbes d’après Pausanias, c’est un « étranger » qui consacre dans le premier quart du vie siècle av. J.-C. un trépied après une victoire également19 :

Echembrotos l’Arcadien a dédié à Héraclès ce monument, après avoir remporté la victoire aux Jeux des Amphictyons en chantant pour les Grecs des mélodies et des élégies.

  • 20 Schachter, « The Politics of Dedications », art. cité, p. 299.

15Le contexte d’identification est particulier puisqu’il s’agit d’une offrande faite à l’issue de jeux qui étaient ouverts à tous les Grecs. Les vainqueurs consacraient souvent une offrande dans le sanctuaire de la cité où se déroulaient les jeux et dans celui de leur cité d’origine, ce qui n’est pas le cas d’Alcméonidès. Selon Jean Ducat, il s’agirait pour lui de contrer l’influence de Thèbes qui soutient Pisistrate exilé à Erétrie. Lilian Hamilton Jeffery pense pour sa part que peu de temps après sa victoire, l’ensemble de son genos a été exilé et donc qu’il n’a pu consacrer son offrande à Athènes. Pourtant Albert Schachter pense qu’il faut abandonner toute lecture politique de cette dédicace et tout simplement considérer le Ptoion comme un sanctuaire oraculaire important du centre de la Grèce, à un moment où celui de Delphes ne fonctionne plus ce qui conduirait les Alcméonides à y consacrer pour montrer à tous leur puissance20.

  • 21 Didier Viviers, « Signer une œuvre en Grèce ancienne : pourquoi ? Pour qui ? », dans coll., Les cah (...)
  • 22 « Φίλον ⁝ Ἀριστίον ⁝ Ναυ[— — ca 12 — —] Πυρίον ⁝ ἀνέθεσαν [τε̑ι Ἀθεναίαι]. Χσεναῖος ἁρθµονί̣[δο ἐπο (...)

16Enfin, nous pouvons nous demander si la signature des artistes est une manière de proclamer leur identité. Il faut alors considérer que le nom porté sur le vase est bien celui du fabricant et non pas simplement une « marque commerciale21 ». Il s’agit d’une action préméditée « avec la complicité du client » comme l’indique Didier Viviers. Toutefois, le choix d’un artiste dont le nom est connu augmente d’abord le prestige de celui qui offre. Il ne s’agit pas d’établir l’identité de celui qui a créé l’offrande ou gravé l’inscription, même si aujourd’hui ces signatures nous permettent de reconstituer le parcours de certains artistes comme les Ioniens Endoios et Philergos qui ont réalisé l’offrande d’Ops[ios ?] entre autres. Mais il s’agit d’offrir un objet spécifique, une offrande aux formes intrusives, qui se remarque par sa facture dans le sanctuaire, qui attire le regard et attise la curiosité renforçant alors le prestige du dédicant. L’offrande de Philon sur l’acropole d’Athènes au début du ve siècle av. J.-C. mentionne la parenté de l’artiste (« Philon, Aristion, Nau- et Pyrion ont dédié [à Athéna]. Xenaios fils d’Arthmonides [a réalisé] »)22. La présence du nom du père dans la signature du potier, Xenaios fils d’Arthmonides, semble signifier qu’il était lui-même artiste et donc indiquer une filiation revendiquée et peut-être prestigieuse parmi les potiers. Ce prestige peut rejaillir sur le dédicant lui-même qui a choisi un bon atelier pour son offrande.

Se montrer à ses pairs

  • 23 Svenbro, Phrasikleia, op. cit., p. 7.

17L’inscription de son identité dans un sanctuaire permet littéralement que celle-ci soit proclamée. En effet, lors de la consécration d’un objet, la dédicace était vraisemblablement lue à haute voix. Dans ces conditions, tous ceux qui étaient présents à ce moment-là identifiaient précisément le dédicant. Jesper Svenbro rappelle que les inscriptions des monuments étaient destinées à être lues à haute voix, c’est pourquoi « le monument parle à la première personne ». Quand je lis l’inscription, je lui prête ma voix, je deviens en quelque sorte le monument23 :

Le scripteur compte nécessairement sur la voix du lecteur. Au moment de la lecture, le lecteur cède sa voix à l’écrit, au scripteur absent. Ce qui veut dire que sa voix ne lui appartient pas pendant la lecture. Au moment où elle ranime les lettres mortes, elle appartient à l’écrit.

  • 24 Georges Daux, « Apollon ΠΛΑΤΥΤΟΞΟΣ », BCH, 85, 1961, p. 583-588 ; P. A. Hansen, op. cit., no 331 ; (...)

18Inscrire uniquement son prénom sur une silhouette en bronze de 12 cm de haut, comme Sôtima dans une inscription en béotien de la première moitié du ve siècle av. J.-C., peut donner matière à réflexion sur l’identité de la personne24 : « Σωτίµα ἀνέθηκε(ν) ᾽Απόλλωνι πλατυτόξωι τὰν τιµάν επιθε [- - -] ταῖς κατόπισθε κόραις » (« Sôtima a consacré à Apollon Platytoxos la marque d’honneur [- - -] aux korai qui se trouvent derrière »).

  • 25 Pausanias, I, 23.9 ; IG I² 531 ; A. Raubitschek, op. cit., no 120 ; IG I3 847 : « Ἐπιχαρῖνος ἀνέθεκ (...)

19Est-elle suffisamment connue de tous pour ne pas avoir besoin d’en dire plus ? Ou, plus vraisemblablement, son offrande se place dans une relation entre la personne et la divinité et n’a pas pour fonction première de proclamer une identité singulière. Mais inscrire un nom, suivi ou non d’autres éléments qui permettraient une identification plus précise, permet aussi de garder mémoire de l’identité du dédicant. Ainsi, l’inscription participe de l’oralité et de l’immédiateté lors de la consécration mais a aussi une vocation pérenne, par l’écrit, de la mémoire de l’identité. Une inscription de l’acropole d’Athènes, datée du premier quart du ve siècle av. J.-C., offerte par Epicharinos fils d’Opholonides, est mentionnée plusieurs siècles après par Pausanias25 : « Après le cheval se dressent des statues : le portrait d’Epicharinos qui pratiqua la course en armes, œuvre de Critias. » La mémoire de cette consécration et donc de l’identité du dédicant est conservée. Cette inscription porte en outre l’identité des artisans qui ont fait cette œuvre. Elle est placée sur une base, en boustrophédon, et lisible par les visiteurs.

  • 26 IG I suppl. 373 ; IG I2 650 ; P. Friedländer et H. B. Hoffleit, op. cit., no 39 (1948) ; A. Raubits (...)

20Or toutes les dédicaces ne le sont pas nécessairement soit de par leur place dans le sanctuaire, ce qui est très difficile à appréhender pour la plupart d’entre elles aujourd’hui, soit parce que la localisation de l’inscription elle-même sur l’objet en rend la lecture mal aisée. L’inscription de Tèlésinos sur l’acropole d’Athènes, près du grand autel de l’est à proximité du vieux temple, est bien documentée. Elle est portée sur une colonnette qui soutenait un petit cheval de bronze. Les lettres étaient repassées en rouge afin d’être plus lisibles et étaient gravées à hauteur des yeux en langue attique26 :

Vierge de l’Acropole, Tèlésinos de Kettos t’a dédié cette offrande. Puisses-tu t’en réjouir et lui donner ainsi d’en dédier une autre.

  • 27 LSAG no 88.23 et 94.5, 1961. MN 12673.

21Tèlésinos a lui aussi indiqué son dème. Si son inscription est gravée en attique archaïque, certaines peuvent aussi être dans une autre langue que celle habituellement utilisée dans le sanctuaire. Ainsi, le choix de la langue, qui permet de se démarquer par rapport aux autres, de témoigner d’une forme d’originalité peut être également vu comme le signe d’une identité singulière. Je grave mon inscription dans ma langue ce qui témoigne que je suis un étranger dans la cité qui abrite le sanctuaire et que je revendique cette identité particulière. Ainsi deux inscriptions en eubéen (625-600 av. J.-C.) ont été retrouvées à Thèbes sur des lébès de bronze portant le nom Δε̅µοθερε̅ς, la seconde ajoutant : « hιαρον Απολο̅νος Καρυκε̅ϝιο ». Il s’agirait d’une consécration faite après des jeux funéraires27.

  • 28 Bizard, « Inscriptions du Ptoïon (1903) », art. cité ; LSAG no 78.38, 1961 ; J. Ducat, op. cit., no(...)

22Inscrire son identité sur une offrande, c’est manifester sa place dans la société. En effet, cette offrande inscrite est source de prestige, c’est-à-dire de reconnaissance par les autres. Mais cette identité est subjective, il n’y a pas de norme pour préciser les attendus d’une dédicace. Chacun est libre, en fonction de ses moyens, d’inscrire ou de faire inscrire l’identité qu’il souhaite. En cela, il y a une construction de l’identité par l’individu qui veut s’agréger dans un groupe particulier : ceux qui offrent d’abord – c’est-à-dire pour de grands objets, une élite – ceux qui savent écrire, mais aussi ceux qui ont une parenté à faire valoir. Si nous revenons à la première inscription proposée, celle d’Alcméonidès au Ptoion mais aussi celle d’Hipparque le Pisistratide sont toutes les deux portées sur des bases servant de support à des monuments importants28. Ce sont les deux seules de cette époque à être inscrites en attique dans un sanctuaire oraculaire béotien. Le choix de la langue est un marqueur d’identité.

  • 29 Maurice Holleaux, « Fouilles au temple d’Apollon Ptoos », BCH, 9/8, 1885, p. 474-481 ; LSAG no 95.1 (...)

23Une autre forme de prestige et de distinction est l’utilisation d’inscriptions versifiées comme dédicaces. Il s’agit alors de constructions intellectuelles prouvant la volonté de se distinguer de la part du dédicant. Alcméonidès utilise le trimètre ïambique. Pythias d’Akraiphia et Aischrion ont offert un kouros en marbre de Paros de style insulaire29. Cette offrande intrusive au Ptoion leur permet de se démarquer. L’inscription date des environs de 500 av. J.-C. et est gravée sur les faces externes des cuisses du grand kouros. Les noms des dédicants sont sur la cuisse gauche (« Πυθίας ὁκραιφ[ιεὺς] | καὶ Ἀσχρίων ἀν[ε]θ[έταν] ») et la cuisse droite porte deux hexamètres (« ΦΙ/ […] | Πτωϊ[εῖ ?] […] ἀργυ]ροτόξωι »).

  • 30 Maurice Holleaux, Mém. soc. linguistique, 8, p. 180-181 ; LSAG no 95.10, 1961 ; J. Ducat, op. cit., (...)

24De même, cette dédicace archaïque en hexamètres, gravée avant cuisson sur un morceau de tablette en terre cuite qui accompagnait vraisemblablement une offrande, dont nous ignorons la nature, pour Apollon Ptoios30 :

La belle offrande pour le tout-puissant qui lance ses flèches au loin, Echestretos fils d’Aktoridas m’a faite ; puis il m’a envoyé au Ptoios ainsi, toi, Seigneur, garde-la, et donne le désir des vertus.

  • 31 Alan W. Johnston, Angeliki Andriomenou, « A Geometric Graffito from Eretria », BSA, 84, 1989, p. 21 (...)

25Ou encore une inscription d’Erétrie sur un petit bol à oiseaux d’origine rhodienne daté de 635-625 av. J.-C. (« Θυµοκά[ρτης] | hὲ | ] | της] | hεδοναντο - - - -] µαλ »)31. La deuxième ligne est un début d’hexamètre qui rappelle la seconde ligne de la « coupe de Nestor » de Pithécusses (« hὸς δ᾽ἂν τôδε πίεσι ποτερίο - - - - »).

  • 32 Athina Kalogeropoulou, Ἀρχεῖον Εὐβοϊκῶν Μελετῶν, 32, 1996-1997, p. 271-272 (SEG 47-1369) ; EBGR no  (...)

26L’utilisation de formules métriques, comme dans l’offrande d’Alcméonidès, fait référence au vers de l’épopée qui est chargée de magnifier les exploits d’un héros. Celui qui est magnifié dans les inscriptions comme celle-ci est le dédicant qui cherche à se distinguer des autres offrandes en utilisant la versification. En outre, l’utilisation du vers favorise la mémorisation de la dédicace. Or l’inscription a également pour objet de garder la mémoire de celui qui a offert quelque chose au dieu. Elle est rarement anonyme. Elle fait autant honneur au dieu qu’à celui qui consacre l’objet inscrit : deux noms sont souvent gravés, celui qui consacre et le dieu à qui l’offrande est dédiée. L’écriture permet de faire l’économie de spécialistes de la mémoire présents dans le sanctuaire pour se souvenir de l’auteur d’une offrande. Elle permet donc à chaque visiteur de comprendre directement, par lui-même, quelle est l’identité du dédicant et à quelle occasion s’est faite la dédicace. Cette stratégie de distinction se retrouve dans l’offrande de grandes statues comme celle grandeur nature d’Héraklès combattant le lion de Némée (2,20 m) offerte par Kylion à Histiée, dans la première moitié du vie siècle av. J.-C., et qui porte sur le flanc gauche du lion la dédicace Ϙυλίον ἀνέθεκεν32. L’inscription du nom de Kylion est visible et est bien une marque d’identification de la relation du dédicant avec la divinité mais aussi avec les autres personnes qui entrent dans le sanctuaire : son nom est connu de tous et son offrande individuée.

  • 33 Duplouy, Le prestige des élites, op. cit., p. 31.
  • 34 Jonathan M. Hall, Ethnic Identity in Greek Antiquity, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

27Proclamer son identité dans un sanctuaire est un élément clef pour comprendre le rôle qu’Alain Duplouy assigne à la « rumeur publique dans l’acquisition des statuts et la définition des rangs33 » dans la société. Graver son nom dans un sanctuaire c’est rendre visible son rang dans la cité, dans un espace de communication majeur entre les hommes et entre ceux-ci et les dieux. C’est un élément de prestige. Chaque individu a la possibilité de construire son identité en agrégeant la somme des identités qui agissent à différents niveaux : familial, professionnel, civique, etc. C’est ce que Jonathan M. Hall appelle une « identité agrégative » qui se développe particulièrement au vie siècle av. J.-C.34. L’individu n’a d’existence que par rapport aux autres individus qui l’entourent et son identité s’inscrit nécessairement en relation avec celle des autres. Les identités collectives font l’identité individuelle.

28Cette proclamation de l’identité par l’écriture peut également être visible dans le contexte funéraire, mais c’est un autre sujet.

Notes

1 Léon Bizard, « Inscriptions du Ptoïon (1903) », BCH, 44, 1920, p. 227-241 ; Friedrich Hiller de Gaertringen, « Hippias oder Hipparchos? », Hermes, 57, 1922, p. 475-478, ici p. 478 ; Paul Friedländer et Herbert B. Hoffleit, Epigrammata, no 167, 1948 ; Jean Ducat, Les Kouroi du Ptoion. Le sanctuaire d’Apollon Ptoieus à l’époque archaïque, no 141, 1971 ; Maria Letizia Lazzarini, « Le formule delle dediche votive nella Grecia arcaica », in Memorie dell’Accademia Nazionale dei Lincei, 19, 1976, no 856 ; Peter Allan Hansen, Carmina epigraphica graeca saeculorum VIII-V a. Chr. n. no 302 (1983) ; IG I3 1469 ; Mario Burzachechi, « Oggetti parlanti nelle epigrafi greche », Epigraphica, 24, 1962, p. 3-54 ; Antonio Aloni, « Anacreonte a Atene. Datazione e significato di alcune iscrizioni tiranniche », ZPE, 130, 2000, p. 81-94 ; Joseph W. Day, Archaic Greek Epigram and Dedication: Representation and Reperformance, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, p. 209 ; Albert Schachter, « The Politics of Dedication: Two Athenian Dedications at the Sanctuary of Apollo Ptoieus in Boeotia », dans id., Boiotia in Antiquity: Selected Papers, Cambridge, Cambridge University Press, 2016, p. 149-150.

2 Jesper Svenbro, Phrasikleia. Anthropologie de la lecture en Grèce ancienne, Paris, La Découverte, 1988. Id., « J’écris, donc je m’efface. L’énonciation dans les premières inscriptions grecques », dans Marcel Detienne (dir.), Les savoirs de l’écriture en Grèce ancienne, Lille, Presses universitaires de Lille, 1988, p. 459-479.

3 Géza Alföldy, Silvio Panciera (dir.), Inschriftliche Denkmäler als Medien der Selbstdarstellung in des römischen Welt, Stuttgart, Steiner, 2010.

4 Jean-Marc Luce (dir.), « Identités ethniques dans le monde grec », Pallas, 73, 2007, intr., p. 11-23. Irad Malkin, Christel Müller : « Vingt ans d’ethnicité : bilan historiographique et application du concept aux études anciennes », dans Laurent Capdetrey, Julien Zurbach (dir.), Mobilités grecques. Mouvements, réseaux,, contacts, en Méditerranée, de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, Bordeaux, Ausonius (Scripta Antiqua, 46), 2012, p. 23-35.

5 Gérard Lenclud, « Identité et identités », L’Homme, 3/187-188, 2008, p. 447-462.

6 Anton Raubitschek, Dedications from the Athenian Akropolis, A Catalogue of the Inscriptions of the sixth and fifth Centuries B. C., Cambridge, 1949, no 24 ; P. A. Hansen, op. cit., no 197 ; IG I3 619 ; Konstantin Kissas, Die attischen Statuen und Stelenbasen archaischer Zeit, Deutsches Archäologisches Institut Athen, Bonn, 2000, no B210. MAcr. 6969 : « [π]ότνι’ Ἀθεναία σοι Τιµοκράτες ἀνέθεκε[ν] | hυιὸς Ἀρισταίχµο παῖ Διὸς αἰγιόχο ».

7 T. Leslie Shear, « The Campaign of 1936 », Hesperia, 6, 1937, p. 333-381, ici p. 344-345.

8 « [Θρά]συλλος ⁝ καὶ Γνάθιος ⁝ Μνέσονος ⁝ ℎυι [ἐγ Λ]ευκονοίο ⁝ ἀνεθέτεν ⁝ τἀθεναίαι » : Anton Raubitschek, op. cit., no 112 ; IG I3 833, Christoph Löhr, Griechische Familienweihungen. Untersuchung einer Repräsentationsform von ihren Anfängen bis zum Ende des 4. Jhs. V. Chr., Rhaden/Westfalie, 2000, no 39. MAcr. 13171-13232.

9 François de Polignac, « Espaces de communication et dynamiques d’appartenance en Grèce archaïque », REA, 1/108, 2006, L’individu et la communauté. Regards sur les identités en Grèce ancienne, dir. par François de Polignac, Pauline Schmitt-Pantel, p. 9-24.

10 Plutarque, Aristide, 1.1-6.

11 IG I suppl. 373 ; Anton Raubitschek, op. cit., no 56 ; Margrit Jacob-Felsch, Die Entwicklung griechischer Statuenbasen und die Aufstellung der Statuen, 1969, Kat. I 32 ; IG I3 758. K. Kissas, op. cit., no B163.

12 G. Lenclud, « Identité et identités », art. cité.

13 Alain Duplouy, Le prestige des élites. Recherches sur les modes de reconnaissance sociale en Grèce entre les xe et ve siècles av. J.-C., Paris, Belles Lettres, 2006, p. 30.

14 P. Friedländer et H. B. Hoffleit, op. cit., no 48 ; Anton Raubitschek, op. cit., no 6 ; M. L. Lazzarini, op. cit., no 732 ; P. A. Hansen, op. cit., no 195 ; IG I3 618 ; Konstantin Kissas, op. cit., B152. MAcr. 124. Anna Maria d’Onofrio, « Oikoi, généalogies et monuments : réflexions sur le système de dédicaces dans l’Attique archaïque », Ktema, 23, 1998, p. 103-123 : « Ἀλ|κίµαχος µ’ ἀνέ{σ}θεκε {ἀνέθεκε} Διὸς κόρει τόδ’ ἄγαλµα ε|ὐ|χολὲν ἐσθλõ δὲ πατρὸς hῦς Χαιρίονος ἐπεύχεται <ἐ̑>να̣[ι]. »

15 P. Friedländer et H. B. Hoffleit, op. cit., no 158 ; A. Raubitschek, op. cit., no 330 ; LSAG, no 77.12, 1961 ; IG I3 590 : « [τὸν βοµὸν ⁝ ἀνέθ]εκεν ⁝ Ἀθεναίαι ⁝ Χαιρίον ⁝ [τ]αµιεύον ⁝ Κλεδί̣κ̣[ο ⁝ υἱός]. »

16 IG I2 642-491 ; A. Raubitschek, op. cit., no 49, 1949 ; IG I3 616-790 ; K. Kissas, op. cit., B160. MAcr. 150-EM 6248 : « Σίµον ⁝ ἀν[έθεκεν — — —] ℎο κναφεὺς δεκάτεν. Ἐλεύθερος ⁝ ἐπ[οίεσεν]. » IG I2 436 ; M. L. Lazzarini, op. cit., no 45 ; IG I3 554 : « Πολυκλε̑ς ⁝ ἀνέθεκεν | ℎο κνα<φ>εὺς ⁝ τἀθεναίαι. » A. Raubitschek, op. cit., no 44, 1949 ; IG I3 633 ; CEG 1 217, K. Kissas, op. cit., B188. EM 12750 : « Πείκον εὐχσά- | µενος κερα- | µεὺς δεκάτεν | ἀνέθεκεν | τἀθεναίαι. » IG I2 444 ; IG I3 546. M. L. Lazzarini op. cit., no 46 ; Nikolaos Kaltsas, Aalan Shapiro (dir.), Worshiping Women: Ritual and Reality in Classical Athens, New York/Athènes, A. S. Onassis Public Benefit Foundation/Hellenic Ministry of Culture Athens, 2008, p. 65 : « Φρυγία ⁝ ἀνέθεκέ µε̣ετ̣ἀθεναίαι ℎε ἀρτόπολ[ις]. » U. Koehler, « Wäscher und Waschfrauen in Athen », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts: Athenische Abteilung, 10, 1885, p. 77 ; IG I suppl. 373 ; IG I2 473 ; Anton Raubitschek, op. cit., no 380, 1949 ; IG I3 794. Kaltsas, Shapiro (dir.), Worshiping Women, op. cit. : « Σµικύθε πλύντρια δεκάτεν ἀνέθεκεν. » IG I² 616, 501b-d ; A. Raubitschek, op. cit., no 85-86, 1949 ; IG I3 754 ; K. Kissas, op. cit., C52. EM 6346β-6257-6257 γ δ : « Κάλον ⁝ ἐποίεσεν ℎαι. Ὀφσι[άδες κιθ]αροιδὸς Ἀθ[εναίαι µ’ ἀ]νέθ[εκεν]. »

17 IG I2 485 ; A. Raubitschek, op. cit., no 197, 1949 ; P. A. Hansen, op. cit., 1 193, 1983 ; IG I3 628 ; K. Kissas, op. cit., B45. MAcr. 681 : « Νέαρχος ἀνέθεκε[ν ℎο κεραµε]-|ὺς ἔργον ἀπαρχὲν τἀθ[εναίαι]·| Ἀντένορ ἐπ[οίεσεν ℎ]-|ο Εὐµάρος τ[ὸ ἄγαλµα]. »

18 Aristote, Politique, III, 5.6.

19 Pausanias, Périégèse, X.7, 3 : « Ἐχέµβροτος Ἀρχὰς θῆκε τῶ Ἠρακλεῖ νικἠσας τόδ᾽ἄγαλµ´Ἀµφικτυόνων ἐν ἀέθλοις, Ἓλλησι δ´αείδων µέλεα καὶ ἐλέγους. »

20 Schachter, « The Politics of Dedications », art. cité, p. 299.

21 Didier Viviers, « Signer une œuvre en Grèce ancienne : pourquoi ? Pour qui ? », dans coll., Les cahiers du CVA, actes du colloque de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Paris, 30-31 janvier 2004), Paris, De Boccard, 2006, t. 1, p. 141-154.

22 « Φίλον ⁝ Ἀριστίον ⁝ Ναυ[— — ca 12 — —] Πυρίον ⁝ ἀνέθεσαν [τε̑ι Ἀθεναίαι]. Χσεναῖος ἁρθµονί̣[δο ἐποίεσεν] ». A. Raubitschek, op. cit., no 80, 1949 ; IG I3 802 ; K. Kissas, op. cit., C48. EM 6268.

23 Svenbro, Phrasikleia, op. cit., p. 7.

24 Georges Daux, « Apollon ΠΛΑΤΥΤΟΞΟΣ », BCH, 85, 1961, p. 583-588 ; P. A. Hansen, op. cit., no 331 ; LSAG suppl. 15a, 1990 ; Margherita Guarducci, « Apollo e le Ninfe », Rendic. dei Lincei 16, sér. 8, 1962, p. 69-74 ; Bull. Ep., 1963 p. 107-109 ; SEG 22 404.

25 Pausanias, I, 23.9 ; IG I² 531 ; A. Raubitschek, op. cit., no 120 ; IG I3 847 : « Ἐπιχαρῖνος ἀνέθεκεν ℎο Ὀφ̣[ολ]ο̣[νίδο]. Κρίτιος καὶ Νεσιότες ἐπο[ιε]σάτεν. »

26 IG I suppl. 373 ; IG I2 650 ; P. Friedländer et H. B. Hoffleit, op. cit., no 39 (1948) ; A. Raubitschek, op. cit., no 40 ; M.-L. Lazzarini, op. cit., no 805 ; P. A. Hansen, op. cit., 1 227, 1983 ; IG I3 728. K. Kissas, op. cit., no B186 ; Bernard Holtzmann, L’Acropole d’Athènes. Monuments, cultes et histoire du sanctuaire d’Athéna Polias, Paris, Picard, 2003, p. 56. Day, Archaic Greek Epigram and Dedication, op. cit., p. 1-24. : « Φαρθένε ἐν ἀκροπόλει Τελεσῖνος ἄγαλµ’ ἀνέθεκεν / Κέτ(τ)ιος, ℎο̑ι χαίροσα διδοίες ἄλ(λ)ο ἀναθε̑ναι » (trad. par Bernard Holtzmann).

27 LSAG no 88.23 et 94.5, 1961. MN 12673.

28 Bizard, « Inscriptions du Ptoïon (1903) », art. cité ; LSAG no 78.38, 1961 ; J. Ducat, op. cit., no 142 ; IG I3 1470. Henry R. Immerwahr, Attic Script: A Survey, Oxford, Clarendon Press, 1990 ; Aloni, « Anacreonte a Atene », art. cité ; Schachter, « The Politics of Dedications », art. cité, p. 149-150 : « hίππαρχος ἀνέθε[κεν hο Πεισις]τράτο. »

29 Maurice Holleaux, « Fouilles au temple d’Apollon Ptoos », BCH, 9/8, 1885, p. 474-481 ; LSAG no 95.15, 1961 ; J. Ducat, op. cit., no 202 ; M. L. Lazzarini, op. cit., no 122 ; CEG 1 337, 1983. MN 20.

30 Maurice Holleaux, Mém. soc. linguistique, 8, p. 180-181 ; LSAG no 95.10, 1961 ; J. Ducat, op. cit., no 262 ; Carlo Gallavotti, Metri e ritmi nelle iscrizioni greche, Rome, Academia Naz, 1979, p. 136-138 (P. A. Hansen, op. cit., 29 449) ; P. A. Hansen, op. cit., 1 334 (1983). P. Friedländer et H. B. Hoffleit, op. cit., no 37 ; Pierre Guillon, « Offrandes et dédicaces du Ptoïon II », BCH, 87 1963, p. 24-32 ; Day, Archaic Greek Epigram and Dedication, op. cit., p. 41 et 137-138 : « Καλϝὸν ἄγαλµα ϝάνακτι ϝ[εκαβόλοι Ἀπόλονι] [ - ]ρίδας ποίϝεσέ µ᾽Ἐχεστροτοσ · αὐταρ ἔπεµφσαν [- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ]ον Πτοι῀εϝι τὸς τύ, ϝάναχς, φεφύλαχσο, δίδοι δ᾽ἀρ(ε)τάν [τε καὶ ὄλβον]. »

31 Alan W. Johnston, Angeliki Andriomenou, « A Geometric Graffito from Eretria », BSA, 84, 1989, p. 217-220.

32 Athina Kalogeropoulou, Ἀρχεῖον Εὐβοϊκῶν Μελετῶν, 32, 1996-1997, p. 271-272 (SEG 47-1369) ; EBGR no 11, 1997 ; Efi Sapouna-Sakellaraki, Ἀρχαιολογικὸν Δελτίον. Μελέτες, 50 1995-2000, p. 316 (SEG 49-1203 et corr. SEG 53-930) ; Efi Sapouna-Sakellarakis, Σύµπλεγµα Ηρακλή µε λέοντα από τους Ωρεούς Ιστιαίας. Συµβολή στη µελέτη της αρχαϊκής πλαστικής της Εύβοιας, Athènes, Archaiologikī́ etaireía, 2009.

33 Duplouy, Le prestige des élites, op. cit., p. 31.

34 Jonathan M. Hall, Ethnic Identity in Greek Antiquity, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

Auteur

École pratique des hautes études / ANHIMA

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search