Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L’identification des personnes dans les mondes grecs

 | 
Romain Guicharrousse
, 
Paulin Ismard
, 
Matthieu Vallet
, 
et al.

Deuxième partie. Exprimer l’identité

Les pauvres au travail dans l’Athènes d’époque classique : des êtres sans identité ?

Construction et enjeux de leur nomination à travers l’analyse d’un corpus épigraphique

Marie-Laure Sronek

Full text

  • 1 Pour un exposé de la conception des philosophes sur les artisans et les commerçants, voir Saber (...)

1Souvent considérés à tort comme des individus silencieux, les travailleurs et les pauvres des cités antiques ont également laissé des traces. La présente étude se propose de questionner cette parole donnée aux travailleurs, et d’étudier la façon dont le métier entre dans la composition de leur nomination. Cette piste de lecture permettra de cerner le rapport entretenu entre ces individus et leur profession, et donc d’apporter un point de vue différent sur le travail manuel que celui véhiculé par les élites. En effet, le mépris de l’activité artisanale qui ruinerait le corps exprimé dans l’Économique de Xénophon ou encore la volonté explicitement affirmée d’Aristote d’exclure de sa cité idéale commerçants et artisans en raison de leur activité, témoignent d’une opinion clairement négative du travail manuel1. On peut être ainsi amené à se demander si les travailleurs eux-mêmes partagent cette conception dévalorisante en tentant de dissimuler leur activité ou, au contraire, affichent une tout autre attitude en faisant preuve d’une volonté de proclamation de leur profession.

  • 2 Aristophane, Ploutos, v. 532-534.
  • 3 « [La vie] du pauvre [consiste] à vivre en épargnant et en s’appliquant à ses travaux [ἔργοις] ; à (...)
  • 4 Le lien entre pauvreté et travail n’est cependant pas exclusif. Certains individus considérés comme (...)

2Si l’on reprend la définition de la pauvreté qu’Aristophane donne dans son Ploutos en 388, un lien étroit semble se dessiner entre pauvreté et travail : selon lui, Pénia, la Pauvreté « contraint le travailleur [χειροτέχνης], par le besoin de l’indigence, à chercher le moyen de gagner sa vie2 ». Plus explicitement, elle confirme, dans les vers suivants3, que le travailleur, tirant pourtant quelques subsides de son activité, ne se situe pas moins du côté de la pauvreté. Se pencher sur l’étude des travailleurs dans l’Athènes classique constituerait, à ce titre, un angle d’observation privilégié d’une partie de la catégorie des pauvres4, permettant ainsi d’interroger la frange de la population présentée le plus souvent comme inaccessible et totalement muette.

3Dans notre démarche, le critère de définition de pauvreté élaboré par Aristophane, à savoir celui du χειροτέχνης impliqué et dépendant de son activité, nous permettra de sélectionner une série de sources épigraphiques dans lesquelles les travailleurs se posent eux-mêmes comme acteurs, présentant ainsi l’incomparable avantage de s’affranchir de sources littéraires produites par les élites. Le terme χειροτέχνης, littéralement « celui qui travaille de ses mains », conduit à exclure de l’analyse tous les individus étant liés à la sphère professionnelle exclusivement par le biais de l’investissement de capitaux, à l’image des propriétaires d’ateliers, des prêteurs à la grosse aventure ou encore des grands propriétaires terriens qui se contentent de déléguer la gestion de leurs domaines à un intendant servile. Au contraire, l’accent mis sur l’usage des mains comme instrument de travail inclut dans le groupe des travailleurs non seulement les artisans et les commerçants, mais également les paysans s’adonnant aux travaux des champs, parfois secondés d’un ou plusieurs esclaves.

4Trois types de sources épigraphiques, courant sur l’ensemble de la période classique, font intervenir des travailleurs : les dédicaces, les stèles funéraires ainsi que les tablettes de défixion. Outre sa richesse, l’originalité de ce matériel reste en partie liée à la présence, en nombre exceptionnel, de femmes dans chacune de ces sources.

    • 5 Nous faisons le choix d’exclure de l’analyse la dédicace de Smikros le corroyeur (DAA 58) et celle (...)

    Les métiers exercés par les travailleurs offrant des ex-voto aux divinités présentent un important caractère hétérogène, puisqu’ils se rattachent tant au domaine des soins du corps et vêtements (une dédicace mettant en scène de façon collective des blanchisseurs) qu’à des sphères radicalement étrangères (une boulangère)5. La moitié de ces dédicaces, soit deux sur quatre, présente un formulaire très semblable consistant en la mention du nom du dédicant, suivi de celle de sa profession ainsi que celle de la divinité honorée.

  • Le corpus des stèles funéraires comptabilise un nombre supérieur de documents. Dix-neuf inscriptions émanant de femmes et douze provenant d’hommes, tout en investissant des horizons professionnels tout aussi divers : outre les métiers en rapport avec les soins du corps (fabricant de persiques, blanchisseur) et l’alimentation (marchande de sel ou boulanger), apparaissent des activités relevant de la sphère agricole (meunier) ou encore des métiers que la terminologie moderne apparenterait à des services destinés à un tiers (notamment les nourrices ou les pédagogues). Alors que pour les hommes, l’usage d’un formulaire extrêmement simple (nom suivi du métier, voire d’un autre élément tel un patronyme) s’avère récurrent, on aperçoit sur les stèles funéraires de nourrices une épitaphe qui peut, dans certains cas, s’enrichir de l’ajout d’adjectifs vantant les vertus de la défunte.

  • En dernier lieu, les tablettes de malédiction ou tablettes de défixion, dont le nombre avoisine la quarantaine, se caractérisent par l’extrême diversité des malédictions prononcées. En effet, si le travailleur constitue, dans certains cas, la cible suprême, il apparaît parfois noyé au milieu d’autres individus. Il n’existe pas de logique impérieuse qui régirait chaque inscription : certaines impliquent de faire figurer un élément d’identification de l’ennemi visé, alors que d’autres se contentent de mentionner les seuls prénoms.

5Outre la réelle mixité du point de vue du genre, ces sources se caractérisent de même par une grande diversité des statuts représentés : ainsi, au-delà de la présence récurrente de citoyens, les travailleurs relèvent également du groupe des métèques et des esclaves. Dans de nombreux cas, en l’absence d’éléments complémentaires figurant dans l’inscription, le statut de l’individu se trouve impossible à déterminer, ce qui ne saurait être forcément entendu comme le signe d’une origine servile.

  • 6 Démosthène, Contre Évergos et Mnésibule, 55.
  • 7 Anne Bielman, Femmes en public dans le monde hellénistique, Paris, Sedes, 2002, p. 193-199.
  • 8 IG II² 7873. Voir annexe I.

6En guise de remarques préalables, il semble essentiel de s’interroger sur les auteurs de ces sources, et de nuancer l’idée selon laquelle elles seraient exclusivement produites par les travailleurs. Si les dédicaces sont sans conteste le fruit de ces individus, les épitaphes, quant à elles, font intervenir des acteurs, qui peuvent soit relever d’un cercle familial proche qui, au titre de familiers du défunt, lui rendent les derniers hommages, ce qui suppose une proximité sociale, soit provenir d’horizons sociaux différents. En effet, les plaidoyers décrivent fréquemment la pratique qui consiste, pour les plus riches, à financer la sépulture d’individus moins fortunés. Ainsi, dans le discours Sur les biens d’Aristophane de Lysias, l’orateur liste les gestes de son client à destination de ses concitoyens dans le but de démontrer son engagement sans faille à destination de la communauté, et comme gage de sa probité : à côté du financement de la dot de jeunes filles pauvres et du paiement de rançons pour des citoyens prisonniers incapables de les assumer, figure la mention de la prise en charge des funérailles d’individus étrangers à la famille dont le niveau économique ne leur permettait pas d’assumer un tel coût. Dans le même temps, la persistance des liens de solidarité entretenus entre l’individu et son ancienne nourrice alors même que ses services ne sont plus utilisés, est parfaitement attestée par Démosthène, lorsqu’il décrit dans son Contre Évergos et Mnésibule6 la façon dont son client a recueilli chez lui son ancienne nourrice devenue veuve et sans ressources. En ce sens, l’interprétation formulée par Anne Bielman7 selon laquelle les stèles des nourrices, ou du moins une partie d’entre elles, pouvaient avoir été réalisées par la famille dans laquelle elles ont passé de longues années semble convaincante, le témoignage d’affection d’Hippostrate8 sur la stèle de sa nourrice Mélitta constituant un argument supplémentaire allant en ce sens.

  • 9 Lecture traditionnelle faite des tablettes dites « économiques ». Sur ce point, voir Michaël Martin (...)

7Les auteurs des tablettes de malédiction semblent plus délicats à identifier en raison de l’absence totale d’éléments les concernant dans les textes en question. Si, selon la lecture traditionnelle de ces tablettes dites « économiques », certaines sont l’œuvre des travailleurs eux-mêmes motivés dans leur démarche par une volonté d’anéantissement de leurs concurrents9, d’autres impliquent davantage un entourage certes suffisamment proche pour susciter une telle haine, mais qui n’est pas forcément lié au monde professionnel.

8En d’autres termes, seules les épitaphes de nourrices, voire de pédagogues si l’on considère qu’un même lien unissait ces derniers à la famille à laquelle ils étaient rattachés, impliquent des individus étrangers à la sphère du travail et qui seraient de niveau social supérieur. Plutôt que d’utiliser cet argument pour exclure ces dernières de notre analyse, il serait davantage intéressant d’y voir un point de comparaison afin d’évaluer si les comportements des travailleurs, à savoir la façon dont ils élaborent les marques d’identification, sont acceptés, voire repris par un groupe considéré supérieur sur le plan social.

9Une autre remarque essentielle à formuler tient aux lieux d’expression de l’identité de ces travailleurs. En effet, caractérisés par leur handicap économique, il est pertinent de se demander si ce paramètre définit des espaces singuliers ou si, au contraire, l’accès aux lieux traditionnels investis par les élites est assuré. Le matériel épigraphique dans lequel les travailleurs apparaissent tend à soutenir cette seconde hypothèse, puisque les champs concernés, à savoir celui du religieux et de la magie via les dédicaces et les tablettes, ainsi que celui du funéraire par les épitaphes, constituent, somme toute, des endroits classiques dans lesquels les élites font valoir leur propre identité.

10Les matériaux utilisés comme moyen d’expression ne dénotent pas davantage d’une quelconque singularité :

    • 10 DAA 480.
    • 11 IG II² 2934. Voir annexe II.
    • 12 Si le choix de dédier un bas-relief aux nymphes est aisément compréhensible pour un métier en rappo (...)

    En premier lieu, les objets dédiés témoignent d’une grande banalité à l’instar du bassin de marbre offert par Smikuthé, la lavandière10, qui s’insère dans un groupe de cinq autres offrandes similaires dont les auteurs ne relèvent pas du monde du travail. L’offrande collective des blanchisseurs11 aux nymphes et à tous les dieux consiste en un bas-relief reproduisant une scène figurée composée d’un homme en armes accompagné de deux figures féminines, qu’il serait possible d’identifier comme Déméter et Perséphone. L’ensemble est surmonté d’une frise mettant en scène les nymphes. Il est important de souligner que dans l’ensemble de la composition, les dédicants ne font figurer aucune référence à leur profession12. La qualité du marbre ainsi que de l’exécution du relief ne laissent en rien présager qu’il a été commandé et dédié par des individus considérés comme pauvres, ou du moins inférieurs sur le plan social.

    • 13 IG II² 12 387.
    • 14 Pour une représentation et une interprétation des scènes figurées présentes sur les stèles funérair (...)

    Aucune singularité ne semble s’appliquer aux stèles funéraires : le choix de faire figurer un nombre restreint d’éléments sur son épitaphe, ou sur une dédicace, ne saurait être corrélé au niveau économique des défunts, les formulaires composés uniquement du prénom, parfois accompagné seulement d’un démotique ou du nom du mari étant excessivement nombreux par ailleurs dans l’épigraphie funéraire, sans qu’il n’ait jamais été considéré que c’est le manque de ressources financières qui a présidé à une telle démarche. Seules les stèles de quelques nourrices sont ornées d’une représentation figurée : là encore, il serait excessif d’y voir un lien avec le fait que les auteurs sont les familles ayant employé ces nourrices, puisque les pédagogues jouissant d’une place similaire n’en possèdent jamais. Dans le même temps, force est de constater la récurrence des thèmes figurés. Le relief qui orne la stèle de Paideusis13 constitue un bon exemple des représentations qui peuvent être faites des nourrices : une femme, le plus souvent âgée, toujours assise une couverture sur les genoux et les pieds sur un tabouret, constitue le centre de la composition. Celle-ci peut être accompagnée d’une femme plus jeune, qu’il est possible d’interpréter comme son ancienne pupille, comme c’est le cas de la nourrice Mélitta et de la jeune Hippostrate dont elle a eu la charge. Dans ce cas également, l’iconographie ne fait figurer aucune spécificité qui tiendrait à l’exercice du métier, la femme n’étant pas représentée en train d’allaiter ou de s’occuper d’un enfant, et la pose adoptée reste en définitive très banale, puisque comme le remarque Angeliki Kosmopoulou14, elle ne s’éloigne guère de la représentation stéréotypée de la plupart des astai.

11En conséquence, il est important de constater que l’originalité de la construction de l’identité de ces travailleurs ne provient ni des lieux d’expression, ni de la structure de la source (nature, qualité de l’objet, iconographie). En d’autres termes, l’analyse externe de ce corpus souligne, au contraire, une certaine conformité avec les matériaux ordinairement produits par des individus de niveau social supérieur, citoyens comme métèques : faut-il alors y voir de la part de ces travailleurs une volonté de mimèsis ? Cette question s’avère fortement délicate à trancher en l’absence de témoignages directs des motivations éprouvées par ces individus, même si elle mérite d’être suggérée. Toutefois, si l’on se penche sur l’analyse des éléments internes (rhétorique à l’œuvre dans ces documents), on dénote une forte singularité des pratiques. En effet, dans chacune de ces sources, le métier apparaît comme un élément récurrent, et est utilisé comme central dans le processus d’identification du travailleur. On pourra ainsi questionner trois thèmes afin de tenter de déterminer s’il existe des pratiques communes aux travailleurs manuels, érigés comme objet d’études : le métier comme élément d’identification dans le sens où il sert à distinguer un individu par rapport à d’autres, le métier comme caractéristique individuelle, et enfin le métier comme élément permettant de se rattacher à un groupe.

Le travail, un élément classique d’identification

  • 15 IG I3 546.
  • 16 IG II² 2934.

12En premier lieu, la mention de la profession dans chacune de ces sources revêt un aspect purement pragmatique : celui de servir à l’identification de l’individu. En d’autres termes, préciser le métier sert à faire reconnaître un individu, à le distinguer de la masse aussi efficacement que l’usage d’un patronyme ou d’un démotique. Sur les stèles votives, le travailleur manifeste la volonté de se faire connaître à la divinité à laquelle il apporte une offrande en mentionnant sa profession : c’est ainsi le cas de Phrygia la boulangère15. Dans cette inscription, la mention du métier apparaît immédiatement après celle du prénom. De la sorte, il supplante tout autre critère retenu ordinairement afin de signaler un individu, que ce soit les éléments familiaux (patronymes, liens matrimoniaux), ethniques ou même les relations de propriété lorsqu’il s’agit d’esclaves. Cette remarque vaut pour l’ensemble des dédicaces recensées, à l’exception de celle des blanchisseurs16. Dans ce dernier cas, le métier apparaît comme un dénominateur commun qui explique le regroupement d’individus aux horizons divers, puisque se côtoient à la fois des hommes et des femmes, mais également des citoyens, métèques, voire des esclaves. Parmi ces individus mentionnés, certains se contentent d’indiquer leur prénom, tandis que d’autres, sans doute des citoyens, font usage d’un patronyme à l’image de Sokratès, fils de Polykratès. Alors, le métier cesse, pour ces derniers, d’être un élément d’identification exclusif, mais apparaît à égalité avec une identification beaucoup plus classique, celle rendue possible par la mention de la parenté.

  • 17 IG II² 11254.
  • 18 IG II² 12563.

13Ces deux cas de figure, le métier apparaissant soit comme critère unique permettant d’identifier l’individu, soit comme critère se conjuguant avec d’autres plus traditionnels, se retrouvent amplement sur les stèles funéraires, la première alternative étant de loin la plus récurrente. En effet, quinze inscriptions sur dix-neuf pour les femmes et neuf sur douze pour les hommes sélectionnent le métier comme seul élément susceptible d’identifier le défunt. Le choix de faire figurer cet unique élément ne saurait correspondre à des motivations économiques en lien avec le coût de la gravure. En effet, soit le défunt prend le soin de détailler sa profession à l’image d’Elephantis, qui précise son état de vendeuse de manteaux17, soit d’autres éléments tels un qualificatif vantant les vertus du mort se trouvent adjoints à son prénom : six nourrices sont ainsi, à l’image de Purrichè18, qualifiées de χρηστή, terme qu’il est possible de traduire par « utile-bonne ». Le fait de retenir le seul métier comme élément susceptible de distinguer un individu correspond donc à une attitude délibérée et à un choix conscient. L’absence de critères plus classiques devrait-il être perçu comme le stigmate d’un statut servile ? Certains commentateurs de ces stèles, parmi lesquels Angeliki Kosmopoulou déjà mentionnée, ont vu dans l’usage du mot χρηστή le signe qu’il s’agissait là d’esclaves. Deux arguments viennent, toutefois, contredire cette interprétation :

    • 19 IG II² 12575.

    d’une part, le terme χρηστή se retrouve sur des épitaphes de femmes libres : c’est ainsi le cas d’une stèle funéraire du ive siècle qui mentionne une certaine Rusis, qualifiée de fille (θυγάτηρ) d’Archestratê19. L’allusion faite à sa mère contredit donc directement la possibilité que la défunte ait été esclave ;

    • 20 IG II² 7873.

    d’autre part, au sein même du corpus des épitaphes des nourrices, une femme est qualifiée de χρηστή20 : il s’agit de Mélitta, dite fille de l’isotèle Apollodore, ce qui implique que Mélitta n’était pas seulement la fille d’un homme libre, mais également la fille d’un étranger distingué et récompensé par la cité.

  • 21 IG II² 12177.

14De la même façon, on constate que le métier ne disparaît pas, lorsque l’épitaphe fait figurer des liens familiaux à l’image de Mélitta, dite fille de l’isotèle Apollodore et nourrice ou encore de Moschiôn, nourrice et fille de Stratokléios21. Or, si mentionner la profession constituait la marque d’un statut servile, sa présence aux côtés de liens familiaux deviendrait inexplicable.

15Cette nécessité d’identifier l’individu devient fondamentale, lorsqu’il s’agit de maudire une personne. Les tablettes de défixion suivent trois types de formulaires : le premier cas, le plus simple, consiste en une liste des individus concernés dont l’identification n’est rendue possible que par la mention unique du prénom, le second cas de figure se pose comme l’exact opposé du précédent puisqu’à chaque mention du prénom est accolé un élément distinctif, qu’il soit ethnique ou familial. Enfin, la dernière possibilité s’avère être un mixte entre les deux situations précédentes : aux côtés d’individus clairement reconnus par le schéma prénom + élément d’identification, se trouvent des individus dont seul le nom est connu.

16Lorsque dans la tablette, chaque individu est identifiable par un signe distinctif, le métier fonctionne alors comme un élément d’identification classique au même titre que d’autres plus traditionnels tels la filiation, comme en témoigne la tablette SGD 52 dans laquelle cinq individus se trouvent concernés : alors que les trois dernières cibles de la malédiction sont reconnues par leur patronyme, le premier se distingue à la fois par son statut (esclave marqué) et par sa profession (fabricant de filets) tandis qu’Euphrosunè est identifiable par sa seule activité (également productrice de filets). En ce sens, et tout comme il a été constaté pour les stèles et les dédicaces, la profession apparaît de façon banale pour désigner un individu.

17L’usage de nommer le métier sur les stèles des nourrices, en majorité financées par des individus suffisamment aisés pour faire appel à leurs services, confirme que cette pratique n’est pas spécifique aux travailleurs, mais est plus généralement intégrée et employée par des individus de strates sociales supérieures. Mais, davantage qu’un simple instrument destiné à identifier un individu, la profession est reconnue comme caractère personnel – c’est-à-dire comme un des traits caractéristiques et incontournables qui fondent la spécificité de la personne – revendiqué à la fois par cette dernière, mais également par son entourage.

Le travail, une caractéristique individuelle

  • 22 IG II² 12812.
  • 23 IG II² 12387.
  • 24 IG II² 12632.

18La pratique qui consiste à faire entrer le métier dans la composition du surnom du travailleur tend à illustrer la façon dont celui-ci est reconnu comme élément distinctif de la personne. En effet, sur les épitaphes des nourrices, on peut constater, dans quatre cas, l’unique mention du mot τίτθη22, « nourrice », remplaçant même le prénom de la défunte. Parfois, le surnom tient davantage à une composante de son activité : on peut ainsi citer le cas de Paideusis, qui veut dire « éducation »23, mais aussi de Sophia, « sagesse »24, vertus indispensables pour des femmes qui ne se contentent pas d’allaiter les enfants, mais accompagnent les jeunes filles souvent jusqu’à l’âge adulte. Ces cas précis dans lesquels le métier, ou un de ses dérivés, tient même lieu de prénom de la défunte, témoignent de la façon dont l’entourage du travailleur reconnaît son métier comme donnée primordiale de sa personne : la profession occupe une place tellement importante qu’elle prend le pas sur les autres composantes de l’individu pour le réduire, dans ce contexte précis, à cette seule dimension. Aux yeux de l’entourage qui a bénéficié des services de la défunte, celle-ci existe en tant que nourrice, et c’est à ce titre qu’elle peut prétendre à une place particulière : il y a alors adéquation entre la fonction de nourrice et son identité personnelle. En effet, lorsque la pupille Hippostrate témoigne de son affection sur l’épitaphe de Mélitta, elle l’apostrophe en tant que nourrice, et c’est par cette fonction que celle-ci a acquis considération auprès de sa jeune pupille.

19Cette pratique n’est pas le fait exclusif d’individus entretenant avec ces travailleurs une relation de type employeur-subordonné, puisqu’elle se repère également sur les tablettes de défixion. La tablette DTA 75, dont le texte est inscrit à la fois sur le verso et le recto de la plaque de bronze, vise principalement une esclave, une certaine Artémis. Outre cette personne, six autres individus se trouvent concernés par la malédiction : à l’exception de son maître à qui elle est directement rattachée, rien dans la formulation ne permet de présager que les cinq autres individus entretiennent de quelconques liens avec Artémis. Sur l’ensemble de ces personnes, force est de constater qu’un seul, Humnis, ne possède pas d’élément supplémentaire destiné à l’identifier : ce prénom n’étant attesté qu’une fois à Athènes au ive siècle, sa rareté fournit à elle seule une explication satisfaisante quant à cette absence. Pour les cinq autres, ils sont reconnaissables de façon indirecte soit par des liens de servitude (le cas d’Artémis et de son maître), soit par le fait qu’ils possèdent une boutique (Anacharsis et Théodotès), soit par des liens avec d’autres individus (même si l’inscription est amputée, on arrive à déchiffrer que Philôn pourrait être le frère ou l’ami d’un individu dont le nom est manquant). Seul Rhôdion se trouve clairement identifié comme Rhôdion le tavernier : pourtant, tout comme Humnis, son prénom constitue l’unique attestation à cette époque dans la cité athénienne, et tout comme Anacharsis et Théodotès, l’évocation de sa boutique est faite : il n’était donc sans doute pas difficile pour les contemporains d’identifier ce Rhôdion possesseur ou gérant d’une boutique. Ici, le métier n’atteint donc clairement pas une vocation d’identification. On pourrait ainsi formuler l’hypothèse qu’il s’agit là du surnom de l’individu, ce qui a le mérite d’expliquer pourquoi l’auteur de la malédiction aurait pour lui seul reproduit la profession, et non pour Anacharsis et Théodotès, qui seraient peut-être seulement propriétaires de leurs boutiques et non professionnellement engagés dans l’activité de la taverne.

20De la même façon, lorsque le métier arrive en complément d’un autre élément, on peut douter de son unique fonction d’identification : c’est le cas de la tablette DTA 12 où seules deux femmes constituent les cibles de la malédiction. Alors que le nom du mari est précisé pour les deux femmes, la première, Théa, voit également figurer en plus la mention de sa profession, cordonnière. Si la formulation qui mentionne en premier le mari ne plaide pas en faveur d’un surnom, le métier de cette femme constitue, aux yeux de l’auteur de la tablette, un caractère suffisamment majeur pour qu’il soit digne d’être signalé : Théa n’apparaît pas seulement comme femme d’Onomaklès, mais est également perçue comme cordonnière. C’est ainsi tant son caractère familial que professionnel qui sont mis en avant par la personne cherchant à lui nuire.

  • 25 Nicolas Tran, « Le statut de travail des bouchers dans l’Occident romain de la fin de la République (...)
  • 26 IG II² 11 689.

21Mais, l’entourage des travailleurs n’est pas le seul à reconnaître que le métier participe à la construction individuelle de ces personnes, eux-mêmes tendant à le mettre en avant. En effet, le fait de choisir de façon délibérée d’en faire mention au détriment d’autres éléments, que ce soit dans un rapport aux dieux ou en en laissant un témoignage éternel à la postérité par le biais des épitaphes, suggère que le métier constitue une caractéristique jugée digne d’être mise en avant. Une étude de Nicolas Tran réalisée sur les artisans et les commerçants du monde romain qui indiquaient sur leurs épitaphes la mention, voire la représentation iconographique de leur activité, mettait en valeur l’idée selon laquelle, au-delà des raisons qui poussent l’individu à une telle démarche – et sur lesquelles nous ne pouvons que formuler des hypothèses –, le seul fait de laisser sur la pierre le souvenir de sa profession serait le gage que celle-ci est conçue comme un signe distinctif25. Selon lui, loin d’être un tout homogène, la plèbe connaîtrait ses propres logiques de hiérarchisation sociale, et faire état d’un métier impliquant non seulement un savoir-faire mais aussi la possession d’une affaire relèverait d’une stratégie de différenciation dans la mesure où celui qui l’exerce marquerait ainsi une distance avec les métiers non qualifiés. L’idée est séduisante, et peut être confrontée à notre corpus, bien que celui-ci s’avère radicalement moins fourni que celui de la Rome républicaine et impériale. Si l’on observe, sur les épitaphes ou les dédicaces, l’indication de métiers requérant une technique particulière à l’image du fabricant de persiques26, la plupart restent peu spécialisés : en effet, que ce soient les vendeuses de détail, les pédagogues ou les nourrices, aucune de ces activités ne requiert de formation.

  • 27 Giuseppe Nensi, « Chômeurs et manœuvres dans la Grèce classique », Dialogues d’histoire ancienne, 7 (...)
  • 28 IG II² 4334. Voir annexe III.

22Le point commun de ces professions reste qu’il s’agit là d’activités stables, soit que la tâche implique un engagement sur plusieurs années (pour les nourrices ou les pédagogues), soit qu’elle ait dû être exercée suffisamment longtemps pour être jugée digne de figurer sur une épitaphe ou une dédicace. Ainsi, s’il y a bien logique de différenciation à l’œuvre derrière cette attitude de revendiquer son métier, elle ne tient pas à une volonté de dresser une distance face à des travailleurs non spécialisés, mais plutôt à marquer un écart avec la foule de petits métiers qui sont autant d’activités temporaires. Au vu du nombre, impossible à estimer mais sans conteste important, de journaliers, de sans-emploi ou d’individus survivant grâce aux salaires civiques dont on perçoit la trace à travers les plaidoyers ou le corpus comique27, le fait d’exercer un métier fixe, voire de posséder une affaire, pouvait sans doute être perçu comme signe de position sociale supérieure. Faire figurer le métier afin de se positionner dans la hiérarchie sociale impliquerait donc une reconnaissance envers celui-ci, pouvant parfois confiner à un sentiment de fierté. La dédicace de Mélinna à Athéna Ergané constitue, à ce titre, un document exceptionnel susceptible de confirmer cette hypothèse28. En effet, elle formule explicitement la gratitude qu’elle peut éprouver face à une activité professionnelle, dont elle ne précise pas la nature, mais qui lui a permis de nourrir ses enfants. Outre cet aspect, on constate également que les bénéfices lui ont donné accès aux rites religieux, puisque ce sont ses gains qui financent l’offrande faite à la déesse. Ainsi, le travail lui a permis d’acquérir une place auquel son handicap économique ne la prédisposait pas. En ce sens, elle met en lumière une reconnaissance envers une activité qui forge une place spécifique dans la cité, et qui permet de se distinguer d’une masse qui ne pourra jamais prétendre à de tels gestes.

  • 29 Roger Brock, « The Labour of Women in Classical Athens », The Classical Quaterly, 2/44, 1994, p. 34 (...)

23Apparaît alors une conception du travail, et plus spécifiquement du travail manuel, radicalement divergente de celle contenue dans les sources littéraires, principalement celles philosophiques. Loin de représenter un opprobre ainsi qu’une tare morale et sociale, l’activité professionnelle devient, lorsque la parole passe aux travailleurs, un gage de fierté, voire de reconnaissance sociale. En ce sens, Roger Brock29 opposait deux idéologies : celle des classes supérieures basée sur la richesse et la culture du loisir qui correspondait au maximum à tous ceux étant soumis à l’eisphora et celle des classes inférieures qui, contraintes de composer avec les réalités et d’exercer un métier afin de survivre, a fini par trouver dans ce dernier une source de dignité. Toutefois, cette opposition se doit d’être nuancée dans la mesure où le fait de financer la tombe de leurs anciennes nourrices et de manifester sur le mode de l’éloge leur activité tend à faire penser que cette fierté des travailleurs serait, dans une certaine mesure, reprise et acceptée par des individus plus fortunés.

  • 30 John G. Gager, Curse Tablets and Binding Spells from the Ancient World, Oxford, Oxford University P (...)

24La valeur que peut prendre le travail pour ceux qui l’exercent se trouve attestée de façon indirecte par les tablettes de malédiction. En effet, outre le fait de lier la volonté de son ennemi, certaines parties du corps sont vouées aux divinités infernales. C’est ce que l’on peut remarquer à la lecture de la tablette SGD 3, datant de la fin du ve siècle. Cible unique de la malédiction, Lysanias, souffleur de travaux sur argent, c’est-à-dire responsable de réguler la température lors des opérations de fabrication dans un atelier travaillant l’argent30, est visé à la fois du point de vue de son travail (ses ouvrages, ses mains comme instruments de travail sont liés), mais également d’un point de vue corporel (pieds, esprit, tête, nez), voire social (tout ce qu’il possède étant maudit). À ce titre, le travail, ou une de ses composantes (instruments de travail), constitue une cible au même titre que des éléments constitutifs de la personne au sens corporel. En ce sens, l’anéantissement professionnel, qui est souhaité, semble un moyen tout aussi efficace d’atteindre son ennemi et de lui faire du mal que de s’attaquer à sa vie au sens biologique du terme. Cela s’avère aisément compréhensible dans la mesure où la disparition des revenus du travail menacerait non seulement la place sociale que celui-ci a contribué à forger, mais influencerait également l’équilibre biologique, en retirant à l’individu la capacité de se nourrir. Ôter à un travailleur sa profession le détruirait à la fois sur le plan biologique et sur le plan social.

25Si les travailleurs, ainsi que leur entourage plus ou moins proche, isolent et proclament le métier comme une des caractéristiques essentielles de l’individu, la profession contribue également à façonner des liens entre individus d’horizons très divers, permettant ainsi d’apparaître comme un marqueur d’appartenance à un groupe.

Le travail comme marqueur d’appartenance à un groupe

  • 31 Pour une lecture récente de ce plaidoyer, voir Noémie Villacèque, « Ta mère ! Insulte et généalogie (...)

26Les comptes du chantier de construction de l’Érechthéion attestent la proximité physique établie entre travailleurs de statuts divers, alliant des citoyens, des métèques et des esclaves qui, outre le partage d’une tâche commune, recevaient une rémunération équivalente. Mais cette source ne permet pas d’envisager s’il existait des relations nouées entre les individus associés sur le chantier, ou si une ignorance liée à la différence de statuts existait. Or, la dédicace groupée des blanchisseurs aux nymphes et à tous les dieux tend à prouver que l’hétérogénéité des conditions ne constitue pas un frein à la mise en place de pratiques communes. Dans cette perspective, c’est le métier qui joue le rôle de dénominateur commun et qui préside à la constitution de liens entre ces individus. La formulation de l’inscription appuie cette idée dans la mesure où c’est en tant que blanchisseurs qu’ils se présentent aux dieux. Si la suite de la dédicace est de nature plus personnelle par le détail des prénoms, voire des patronymes, le métier est présenté, de prime abord, comme le facteur cimentant ce groupe. Une telle attitude ne saurait surprendre dans la mesure où l’exercice d’une même profession impliquait le partage de préoccupations similaires, d’un même quotidien et de labeurs communs, tous ces éléments contribuant à développer une sorte de sociabilité et de solidarité entre les travailleurs. Le métier semble donc constituer à lui seul une catégorie, au-delà des statuts institutionnels. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre les doutes relatifs au statut de citoyen d’Euxithéos sur le simple fait que sa mère exerçait la tâche de nourrice31 : au-delà de la question somme toute peu importante de déterminer s’il s’agit là d’une calomnie à l’égard d’un ennemi, il serait possible de retenir de cette affirmation la preuve d’une réelle hésitation, les métiers étant de nature à brouiller les frontières traditionnelles entre les catégories juridiques en réunissant dans des pratiques communes et quotidiennes à la fois des citoyens, des métèques et des esclaves.

  • 32 La discorde n’en est pas moins créatrice de liens, comme l’a parfaitement démontré Nicole Loraux à (...)
  • 33 Esther Eidinow, Oracles, Curses, and Risk among the Ancient Greeks, Oxford, Oxford University Press (...)

27Mais, si le partage de préoccupations analogues peut conduire à renforcer des liens, il peut également provoquer des effets sur un mode clairement plus négatif : celui de la concurrence32. En effet, le métier conférant à la fois la capacité de se nourrir, et donc de survivre, ainsi qu’une place spécifique dans la société, la réussite dans ce domaine stimule sans conteste une compétition entre les membres d’une même profession, particulièrement lorsqu’il s’agit d’affaires indépendantes. À ce titre, les tablettes de défixion offrent un témoignage exceptionnel : longtemps, l’usage a été fait d’interpréter chaque tablette visant le travail, ou un de ses dérivés, d’un individu comme une malédiction ayant pour vocation première des motifs économiques de concurrence. Le caractère excessif de cette lecture systématique a été récemment mis en valeur par Esther Eidinow33, qui souligne l’impossibilité d’arriver à de telles conclusions lorsque les métiers visés n’appartiennent pas au même domaine ou lorsque le travailleur est dilué dans une liste d’autres individus étrangers à la sphère professionnelle. Il ne faudrait pas, toutefois, tomber dans l’excès inverse en niant totalement l’existence de motifs de concurrence. Les tablettes dans lesquelles un même métier constitue une cible récurrente, à l’image de l’inscription DTA 87 où l’anéantissement de plusieurs tavernes (sept sur onze individus visés) est souhaité, pourraient venir étayer l’hypothèse selon laquelle il est question de concurrence.

28En définitive, que ce soit sur un mode positif ou négatif, le partage d’un même métier s’avère, sans conteste, créateur de liens entre individus aux statuts politiques hétéroclites, et dessine, au-delà des frontières juridiques, un groupe spécifique auquel l’individu se rattache en proclamant sa profession.

29Une dernière remarque s’impose : le champ des métiers embrassé par les sources présentées s’avère très hétéroclite, allant de la sphère de l’artisanat au sens très large, au commerce (vente de détail, tavernes), en passant par les services et la sphère agricole. Or, force est de constater l’importance du métier qui non seulement est utilisé comme élément d’identification mais également érigé comme une des caractéristiques essentielles de l’individu. Ainsi, si en préambule de cette analyse, il avait été précisé que l’argument qui justifiait d’étudier ensemble des travailleurs investis dans des champs si variés tenait à l’usage des mains qui était fait dans l’exercice de leur métier, le rapport spécifique à leur profession, qui, loin d’être dissimulé, est explicitement proclamé, constituerait un second élément de définition qui donnerait de l’épaisseur à cette catégorie des travailleurs manuels de la cité athénienne classique.

Annexes

I : Épitaphe de la nourrice Mélitta (IG II2 7873, v. 340)34

La nourrice Mélitta, fille de l’isotèle Apollodore

Ici, la terre couvre la bonne nourrice d’Hippostrate. Maintenant encore vous lui faites défaut, et pendant que vous viviez, je vous aimais, nourrice, et maintenant encore pendant que vous êtes sous la terre, je vous vénère, et je vous honorerai tant que je vivrai, et je sais que vous écherra sous la terre le plus grand honneur chez Perséphone et Pluton, si du moins les bons sont récompensés.

II : Dédicace des blanchisseurs (IG II2 2934, postérieur à la seconde moitié du ive siècle)

Ceux qui lavent [le linge] ont consacré [ce monument] aux nymphes et à tous les dieux, à la suite d’un vœu : Zoagoras, fils de Zokypros, Zokypros, fils de Zoagoras, Thallos, Leukè, Sokratès fils de Polykratès, Apollophanès, Euporionos, Sosistratos, Manès, Myrrhinè, Sosias, Sosigénès, Midias.

III : Dédicace de Mélinna (IG II2 4334, postérieur à la seconde moitié du ive siècle)35

Les travaux de ses mains habiles et de justes actes d’audace ont permis à Mélinna de nourrir les enfants nés de sa descendance ; c’est pourquoi, elle t’a consacré ce monument, ô déesse Erganè, avec les économies réalisées sur les sommes gagnées par son labeur, pour honorer les faveurs reçues de toi.

Notes

1 Pour un exposé de la conception des philosophes sur les artisans et les commerçants, voir Saber Mansouri, La démocratie athénienne, une affaire d’oisifs ?, Bruxelles, André Versaille, 2010.

2 Aristophane, Ploutos, v. 532-534.

3 « [La vie] du pauvre [consiste] à vivre en épargnant et en s’appliquant à ses travaux [ἔργοις] ; à n’avoir aucun superflu, sans toutefois manquer de nécessaire », Aristophane, Ploutos, v. 553-555.

4 Le lien entre pauvreté et travail n’est cependant pas exclusif. Certains individus considérés comme pauvres au sein même du Ploutos d’Aristophane n’exercent pas une activité professionnelle à l’image du personnage du Juste ou encore du Jeune Homme.

5 Nous faisons le choix d’exclure de l’analyse la dédicace de Smikros le corroyeur (DAA 58) et celle de Simon le foulon (DAA 49) dans la mesure où il est impossible de déterminer s’ils étaient physiquement impliqués dans le processus de production, ou s’ils étaient de simples propriétaires. En effet, à l’image d’Athénogène évoqué par Hypéride dans son Contre Athénogène, celui-ci est qualifié de parfumeur, alors qu’il est simplement propriétaire de trois parfumeries dont il ne gère même pas les comptes. Les autres métiers rencontrés dans le corpus des dédicaces et des stèles funéraires ne permettent pas de nourrir de tels doutes, soit qu’il s’agisse de structures réduites impliquant la participation active du travailleur (boulangère, marchande de sel, etc.), soit que le métier nécessite l’usage du corps du travailleur (nourrice, pédagogue). Les tablettes de malédiction font figurer un nombre relativement important de taverniers. Dans ce cas de figure, il semble également impossible de trancher en faveur soit d’un travail actif, soit d’une simple propriété. Toutefois, le fait de détruire l’affaire du tavernier comme moyen d’anéantir son ennemi démontre la dépendance de ces travailleurs à leur commerce, et l’importance vitale représentée par ce dernier. À ce titre, ils rentrent dans la définition des travailleurs/pauvres donnée par Aristophane, selon laquelle le pauvre tire de ses travaux les moyens de survivre.

6 Démosthène, Contre Évergos et Mnésibule, 55.

7 Anne Bielman, Femmes en public dans le monde hellénistique, Paris, Sedes, 2002, p. 193-199.

8 IG II² 7873. Voir annexe I.

9 Lecture traditionnelle faite des tablettes dites « économiques ». Sur ce point, voir Michaël Martin, Sois maudit ! Malédictions et envoûtements dans l’Antiquité, Paris, Errance, 2010.

10 DAA 480.

11 IG II² 2934. Voir annexe II.

12 Si le choix de dédier un bas-relief aux nymphes est aisément compréhensible pour un métier en rapport avec l’eau, les blanchisseurs, tout comme les autres travailleurs, ne sont pas représentés dans l’exercice de leur métier, ce qui constitue une différence fondamentale en comparaison du monde romain. À ce titre, voir les divers travaux de Nicolas Tran.

13 IG II² 12 387.

14 Pour une représentation et une interprétation des scènes figurées présentes sur les stèles funéraires des nourrices, voir l’importante étude d’Angeliki Kosmopoulou, « Working Women, Female Professionals on Classical Attic Gravestones », The Annual of the British School at Athens, 96, 2001, p. 281-319.

15 IG I3 546.

16 IG II² 2934.

17 IG II² 11254.

18 IG II² 12563.

19 IG II² 12575.

20 IG II² 7873.

21 IG II² 12177.

22 IG II² 12812.

23 IG II² 12387.

24 IG II² 12632.

25 Nicolas Tran, « Le statut de travail des bouchers dans l’Occident romain de la fin de la République et du Haut-Empire », Food&Hist., 5/1, 2007, p. 151-167, ainsi que id., « La mention épigraphique des métiers artisanaux et commerciaux en Italie centro-méridionale », dans Jean Andreau, Véronique Chankowski (dir.), Vocabulaire et expressions de l’économie dans le monde antique, Bordeaux, Ausonius, 2007, p. 119-141.

26 IG II² 11 689.

27 Giuseppe Nensi, « Chômeurs et manœuvres dans la Grèce classique », Dialogues d’histoire ancienne, 7, 1981, p. 333-343.

28 IG II² 4334. Voir annexe III.

29 Roger Brock, « The Labour of Women in Classical Athens », The Classical Quaterly, 2/44, 1994, p. 346.

30 John G. Gager, Curse Tablets and Binding Spells from the Ancient World, Oxford, Oxford University Press, 1992, p. 164.

31 Pour une lecture récente de ce plaidoyer, voir Noémie Villacèque, « Ta mère ! Insulte et généalogie à la tribune démocratique », Cahiers « Mondes anciens », 5, février 2014 (http://mondesanciens.revues.org/1242).

32 La discorde n’en est pas moins créatrice de liens, comme l’a parfaitement démontré Nicole Loraux à propos de la guerre civile au sein de la cité. À ce titre, voir Nicole Loraux, La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris, Payot, 1997.

33 Esther Eidinow, Oracles, Curses, and Risk among the Ancient Greeks, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 191-205.

34 Traduction issue de Pieter Herfst, Le travail de la femme dans la Grèce ancienne, New York, Arno Press, 1979 [1922], p. 110.

35 Traduction issue d’Anne-Marie Verilhac, « L’image de la femme dans les épigrammes funéraires grecques », dans id., La femme dans le monde méditerranéen, t. 1, Antiquité, Lyon, MOM, 1985, p. 111.

Author

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / ANHIMA

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Terms of use: http://www.openedition.org/6540