Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’identification des personnes dans les mondes grecs

 | 
Romain Guicharrousse
, 
Paulin Ismard
, 
Matthieu Vallet
, 
et al.

Deuxième partie. Exprimer l’identité

Athéniens dans la mort ?

Proclamer ses identifications dans les cimetières attiques : le cas des étrangers au Céramique

Romain Guicharrousse

Volltext

  • 1 Sur les oraisons funèbres, voir Nicole Loraux, L’invention d’Athènes. Histoire de oraison funèbre d (...)
  • 2 Lysias, Oraison funèbre, 17.

1Par une rhétorique patriotique dont certains mythes ou les oraisons funèbres sont un des avatars1, les Athéniens proclament dès le début du ve siècle leur autochtonie, c’est-à-dire la croyance selon laquelle les citoyens et citoyennes sont nés du sol de l’Attique. Un des buts d’une telle construction idéologique est clair : affirmer, dans une période de domination athénienne autour de la mer Égée, la supériorité des Athéniens, seul peuple grec autochtone, sur les autres cités2. L’espace attique est utilisé, symboliquement, pour fonder une domination sociale et politique sur les autres Grecs. Au sein de la cité athénienne, l’autochtonie justifie également a priori la domination politique et sociale des polites sur les autres. Eux seuls détiennent le droit de posséder et, au-delà, d’organiser l’espace. Sur ce dernier se déploient cependant aussi les vies de ceux qui ont le droit d’habiter sans toutefois posséder la terre : les femmes, les enfants, les étrangers (métèques ou de passage).

2Malgré cette interdiction, les étrangers ont-ils pu laisser leurs marques sur le territoire de la cité athénienne ? Cet article réinterrogera à nouveaux frais les traces archéologiques et épigraphiques laissées par les étrangers dans la cité – et dans le faubourg du Céramique en particulier –, en vue d’analyser la manière dont ils se représentent, se distinguent ou au contraire s’identifient aux autres habitants de l’Attique, à commencer par les citoyens.

Habiter la cité athénienne

  • 3 Lysias, 23.6.
  • 4 Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974, p. 465.

3Si les étrangers ne possèdent pas la terre, ils vivent bien sur le territoire et leurs déplacements et actions mènent parfois à faire évoluer la signification du territoire : selon le Contre Pancléon, à la fin du ve siècle, les Platéens vivant à Athènes se réunissent au « marché aux fromages frais »3. Il est alors notoire pour les Athéniens que ce marché n’est pas qu’un lieu commercial, mais aussi un lieu de vie et de réunion. Un espace n’est en effet jamais politiquement ou socialement neutre, dès lors qu’il est habité : un territoire est le reflet des pratiques de ceux qui y vivent. Les espaces sont les témoins des pratiques individuelles et collectives de tou(te)s les habitant(e)s. Comme l’expliquait en 1974 le sociologue français Henri Lefebvre, les « rapports sociaux […] n’ont d’existence réelle que dans et par l’espace4 ».

  • 5 Armand Frémont, La région, espace vécu, Paris, Puf, 1976.

4Analyser l’espace d’une cité est une manière de comprendre les interactions qui existent, au quotidien, entre tous les habitants de l’Attique. Comprendre les agencements spatiaux dans les différents lieux de la polis est un point d’entrée possible pour comprendre les rapports sociaux au sein de la cité : les espaces sont des « espaces vécus5 » pour reprendre le mot d’Armand Frémont.

  • 6 Le sanctuaire d’Asklépios, fondé par Télémachos à la fin du ve siècle (selon l’inscription SEG XXV. (...)
  • 7 Par exemple, l’inscription du ive siècle IG II2 8593 proclame : « Beltistê, fille de Nomênios d’Hér (...)

5Les manières de laisser une trace dans un paysage sont aussi nombreuses que les acteurs. Dans le cas d’un programme de construction décidé par les citoyens à l’Assemblée, l’espace est parfois fortement modifié : le remodelage de l’Acropole sous Périclès en est un bel exemple. Pour un simple individu, il peut s’agir de la construction d’une maison, d’un monument au bord d’une route, d’un sanctuaire6 ou d’un monument funéraire. Quel que soit le type de bâtiment, chaque construction exprime les volontés de son commanditaire et cherche à montrer quelque chose au piéton. Ainsi, les stèles funéraires pourvues d’une épigramme interpellent fréquemment les passants pour rappeler que le défunt était une pieuse fille7, un bon commerçant… Chacune est l’occasion de souligner des traits de la vie des défunts, et parfois d’exprimer son inclusion dans un groupe économique, ethnique, social.

  • 8 Il est préférable d’utiliser le terme « identification », qui renvoie à l’appartenance, plutôt que (...)

6Les espaces funéraires sont des moyens d’exprimer matériellement son appartenance, son adhésion ou son identification à un groupe, notamment par une construction. L’identification – plutôt que l’identité8 – n’est pas une donnée figée : elle met en jeu différentes facettes qui sont diversement mobilisées selon les contextes temporels mais aussi spatiaux. S’insérer dans un espace particulier peut être une manière très concrète de proclamer son inscription dans un groupe – formel ou informel.

7Parmi les individus enterrés dans les cimetières attiques, nombreux sont les étrangers. Ces individus sont souvent considérés de manière marginale par l’historiographie : il paraît alors intéressant, dans la perspective de ce dossier, d’analyser la place des étrangers dans les cimetières attiques, pour voir ce que leurs stèles funéraires, rares discours transmis par des étrangers dans la cité, expriment de leur inscription dans l’espace social qu’est la polis.

  • 9 Sur cette notion, voir Cerutti, Étrangers, op. cit.

8Que disent les étrangers quand ils enterrent leurs morts dans les cimetières attiques ? Sont-ils encore étrangers dans l’espace attique ? Importent-ils leurs pratiques funéraires ? Les périboles funéraires présentent-ils une cité des étrangers séparée de la cité des citoyens après la mort, comme ils peuvent être juridiquement séparés pendant la vie ? Des individus nés hors d’Attique, dont on connaît l’extranéité9 par une inscription portée sur la stèle, n’ont-ils que leur origine à montrer au passant ? Autant de questions qu’il convient de poser aux monuments funéraires. Pour ce faire, je concentrerais mon propos sur le seul cimetière du Céramique à Athènes au ve siècle, car nombreuses ont été les stèles retrouvées in situ, permettant une analyse fine de la topographie d’une nécropole attique.

Se faire enterrer au Céramique

  • 10 Thucydide, II, 34, 5 : « to kalliston proasteion »

9Le quartier dit du Céramique est situé au nord-est de la ville (astu) d’Athènes. Une partie de ce quartier, nommé ainsi en raison de la présence d’ateliers de potiers, se trouve à l’extérieur des murs d’enceinte de Thémistocle : il s’agit du « plus beau faubourg » de la cité comme le décrit Thucydide10.

  • 11 Ursula Knigge, The Athenian Kerameikos: History, Monuments, Excavations, Athènes, Krene, 1991, p. 1 (...)

10Comme la plupart des espaces situés aux portes de l’astu, le Céramique est un lieu d’ensevelissement ancien pour la cité. Une nécropole est implantée dès avant la période archaïque, sur la rive sud de l’Eridanos, cours d’eau qui sépare en deux cet espace11. Au nord se trouve la porte du Dipylon et la route menant à l’Académie, au long duquel se déploient les tombes du demosiôn sêma où reposent les morts à la guerre. Sur la rive sud, le long de deux chemins très fréquentés, la hiera odos qui mène à Eleusis et au-delà au Péloponnèse, et la Voie des tombes (appelée aussi Gräberstrasse, du nom que lui ont donné les archéologues allemands qui la fouillèrent au début du xxe siècle) qui mène au Pirée, s’élèvent des enclos funéraires familiaux.

11Ces enclos – appelés aussi périboles – sont des portions de territoire, souvent rectangulaires, dotées d’une façade en pierre, au sein desquelles s’élèvent plusieurs stèles funéraires gravées, parfois décorées. Sur ces pierres s’égrainent les noms des individus enterrés : souvent citoyens et citoyennes, parfois étrangers et étrangères, c’est-à-dire, à la fin du ve siècle, des individus qui ne sont pas nés en Attique de deux parents citoyens.

Face à face au Céramique

  • 12 Il existe sept ou huit Héraclée dans le monde grec, et il est impossible, par la seule mention de l (...)

12Parmi ces étrangers, une famille d’Héraclée12 s’installe au milieu du ive siècle, au commencement de la Gräberstrasse. Près de ce péribole est installé, depuis près de cinquante ans, l’enclos de la famille de Koroibos, citoyen du dème de Mélité. Une comparaison des deux périboles [figure 1], qui se font presque face, offre une première approche de la manière dont les habitantes et les habitants de l’Attique modifient le paysage de la cité.

Figure 1. Reconstitution des périboles de Koroibos (gauche, état ante-338) et des Héracléotes (droite, état post-338), d’après Ohly (1965)

Figure 1. Reconstitution des périboles de Koroibos (gauche, état ante-338) et des Héracléotes (droite, état post-338), d’après Ohly (1965)
  • 13 Martha Weber, « Koroibos, ein Architekt des Perikles, und der Grabbezirk XVIII seiner Familie im Ke (...)

13La construction du péribole de la famille de Koroibos date de la fin du ve siècle13. Celui des Héracléotes a été bâti en deux temps : la première phase date du milieu du ive siècle, la seconde se situe entre les années 338 et 317, date à laquelle Démétrios de Phalère impose une loi somptuaire qui interdit les grands bas-reliefs funéraires qui composent ces enclos. Après la première période de la construction, les façades des enclos se présentent ainsi :

Tableau 1. Comparaison des façades de deux périboles du Céramique

Koroibos

Héracléotes

Matériau de la façade

conglomérat de brèches

conglomérat de brèches

Matériau de l’assise de réglage

calcaire

calcaire

Hauteur par rapport à la rue

3,50 m

3,10 m

dont corniche

0,35 m

0,30 m

Longueur

7,6 m

6,89 m

  • 14 Dieter Ohly, « Kerameikos-Grabung. Tätigkeitsbericht 1956-1961 », AA, 1965, p. 342-343 et 349.

14Ce tableau comparatif signale clairement que les façades des deux périboles sont tout à fait similaires : si la façade du péribole des Héracléotes est légèrement plus courte, la hauteur par rapport à la rue est tout à fait similaire14. Avant 338, un passant attentif notera éventuellement cette ressemblance, d’autant plus que la couleur des deux périboles, par l’usage de matériaux communs, est identique. Les similitudes ne se limitent pas à la façade cependant, et se poursuivent dans les stèles.

15Les stèles funéraires des deux enclos présentent des similitudes marquées [tableau 2] : autour d’un pilier central, présentant une même décoration et des dimensions proches, sont placées d’autres stèles. À gauche de ce pilier à anthémion floral se trouve un bas-relief sculpté coiffé d’un fronton portant le nom de la défunte. Les piliers et les naiskoi sont sculptés dans le même marbre pentélique, plus blanc (et plus cher) que le marbre de l’Hymette. Si cela peut relever de la coïncidence, c’est un fait tout de même à noter : ces marbres ayant la même teinte, la ressemblance est frappante pour le passant. La stèle présente à la droite du pilier est différente, tant dans l’iconographie que dans la teinte de marbre. Cependant, au regard de ces quelques caractéristiques, tant pour la façade que pour les stèles, il est certain que les deux périboles, installés en quasi-vis-à-vis l’un de l’autre, se répondent. Un passant venant du Pirée par la route extérieure aux Longs Murs et observant le paysage peut noter que le péribole de Koroibos, qu’il aborde sur sa gauche est similaire à celui des Héracléotes sur sa droite, quelques mètres plus loin.

Tableau 2. Comparaison des stèles de deux périboles du Céramique

Tableau 2. Comparaison des stèles de deux périboles du Céramique

La mort, moment pour proclamer son aisance sociale ?

  • 15 Un Koroibos est cité comme premier architecte du Télestérion par Plutarque (Vie de Périclès, 13), q (...)

16Par l’usage d’une longue façade, de multiples stèles en marbre pentélique, d’éléments de décoration supplémentaire comme la corniche, ces deux familles mettent en avant leur aisance socio-économique : ce sont des « bourgeois » pour reprendre le terme de Daniela Marchiandi. En effet, si Koroibos est bien l’architecte du Télestérion d’Eleusis15, il est membre d’une famille capable d’avoir financé une formation intellectuelle poussée pour qu’il devienne bâtisseur de grandes structures. Cette famille est, sinon aristocratique, du moins riche. Pour les Héracléotes, le coût d’un tel monument les inclut dans une famille de même niveau socio-économique. À certains égards, la construction de ce péribole au milieu du ive siècle est une manière pour les Héracléotes de montrer, par un aménagement paysager, leur identification à un groupe socio-économique restreint au sein de la cité athénienne et leur inclusion dans celui-ci.

  • 16 Lycurgue, Contre Léocrate, 43 (trad. par F. Durbach).

17Cette identification est encore davantage perceptible après 338. Aux lendemains du désastre de Chéronée, les Athéniens craignent la venue des troupes macédoniennes de Philippe II. L’Assemblée décide alors de doter l’astu d’une muraille avancée, devant les murs de Thémistocle. En raison de l’urgence, tous les moyens sont mis à profit pour la construction comme le rapporte l’orateur Lycurgue quelques années plus tard : « [Pour la sauvegarde de la cité et du démos], la terre elle-même donnait ses arbres, les morts leurs tombeaux [oi de teteleukêkotes tas thêkas], les temples leurs trophées d’armes16. »

  • 17 IG II2 6217 : « Déxileos fils de Lysanias du dème de Thorikos, né sous l’archontat de Teisandros [4 (...)

18Si Philippe II ne se présente finalement pas aux portes de la cité, les abords des murailles, notamment au Céramique, ressemblent vraisemblablement à des champs de ruines. Au Céramique, les fouilles archéologiques allemandes ont bien montré que les deux périboles, comme d’autres – ainsi l’enclos voisin de Dionysos de Kollytos – sont partiellement détruits. Dans la zone, seul celui de Déxiléos, pour une raison qui nous échappe – peut-être parce que ce citoyen est mort à la guerre17 –, n’est pas affecté.

  • 18 Jan Breder, Attische Grabbezirke klassicher Zeit, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2013, p. 172.
  • 19 Ohly, « Kerameikos-Grabung », art. cité, p. 342 et 344.
  • 20 Breder, Attische Grabbezirke, op. cit., p. 172. La couverture visible actuellement ne semble pas de (...)
  • 21 Richard Ernest Wycherley, The Stones of Athens, Princeton, Princeton University Press, 1978, p. 279

19Peu après cet épisode, les Héracléotes reconstruisent leur péribole [figure 2] : entre 338 et 317, une nouvelle stèle à naiskos est ajoutée pour Agathôn, personnage central de la famille qui meurt peut-être dans ces années – son nom apparaissait déjà sur le pilier central construit dans les années 350 et comme mari de Korallion, construit à la même période. À cette nouvelle stèle, il faut ajouter la reconstruction de la façade, dont les blocs en conglomérat de brèche avaient été sans doute utilisés pour la muraille. Le coût de la nouvelle façade a dû être important : réparée et agrandie – elle passe de 6,89 m à 8,02 m et voit l’apparition de blocs en calcaire clair18 –, la façade se voit agrémentée d’une couverture en stuc19. Cette dernière est complexe à mettre en place : elle nécessite la pose d’un mortier sur le mur, puis de couches de plus en plus fines, jusqu’au stuc. La mise en place d’un stuc nécessite un travail d’artisanat long et, sans doute, coûteux. Le stuc possède cependant un avantage indéniable : constitué pour partie d’une poudre de marbre, il offre à la façade un cachet dont ne disposait pas la première façade en simples brèches. De plus, la façade, si elle se voit réduite de 30 cm en hauteur, gagne en couleur par l’ajout de tuiles plates en haut du mur20. Le coût du nouvel ensemble a dû être important et pourrait expliquer que, pour la nouvelle stèle, Agathôn et sa famille aient privilégié, pour la première fois, du marbre de l’Hymette, moins coûteux21 – même s’il pourrait s’agir d’un simple effet de mode.

Figure 2. Le péribole des Héracléotes dans son état post-338

Figure 2. Le péribole des Héracléotes dans son état post-338

Crédit : Εφoρεία Αρχαιοτήτων Πόλης Αθηνών – Μουσείο Κεραµεικού. Φωτ. : Φ. Κατέβας / Ephorate of Antiquities of the city of Athens – Kerameikos Museum. Phot. : F. Katevas. Copyright © Hellenic Ministry of Culture and Sports, 2002

20Les Héracléotes, par la reconstruction, font étalage d’une aisance sociale et économique conséquente, davantage sensible pour l’historien ou l’archéologue après 338. En effet, à partir de 338, le parallélisme entre les deux enclos n’est plus clair : contrairement à celui des Héracléotes, le péribole de Koroibos n’est pas reconstruit. Si les stèles sont relevées, la façade n’est pas reconstituée. À l’inverse de leurs voisins, après 338, les Héracléotes présentent une image d’eux-mêmes qui répond, de la meilleure des façons, aux codes et normes des sculptures funéraires de l’Attique du ive siècle. La différence dans le paysage de l’enclos des Héracléotes et des enclos mitoyens devait être sensible pour le passant : par l’érection puis la reconstruction, cette famille étrangère suggère qu’elle appartient aux familles les plus aisées de la cité athénienne.

Attikoi dans la mort ?

Des normes de construction similaires

21Au-delà de l’identification à un groupe socio-économique supérieur, le péribole des Héracléotes révèle autre chose : il laisse apparaître qu’il n’y a pas de différence dans les normes de construction des enclos érigés par les citoyens et citoyennes et ceux érigés par les étrangers et étrangères.

  • 22 Dieter Ohly (« Kerameikos-Grabung », art. cité, p. 344), Frank Hildebrandt (Die attischen Namenstel (...)
  • 23 Weber, « Koroibos, ein Architekt des Perikles », art. cité, p. 77-96.

22Le parallélisme apparent des deux façades est intéressant quand on observe les dates des deux périboles. Agathôn et sa famille s’installent dans les années 350-33022, plus de cinquante ans après Koroibos23. Si d’autres enclos possèdent une forme générale similaire à celle de Koroibos, avec un naiskos et une façade, celui des Héracléotes est le seul à porter le mimétisme avec autant de force. Les autres enclos qui entourent les Héracléotes sont différents, tant dans le détail que dans l’arrangement des stèles. Il est certes impossible d’évaluer dans quelle mesure ce parallélisme est intentionnel de la part des étrangers, mais les troublantes ressemblances, tant dans l’agencement que dans les matériaux utilisés et les détails iconographiques, appuient l’hypothèse d’un parallélisme intentionnel.

  • 24 L’existence de stèles funéraires écrites en langue phénicienne laisse supposer que des variantes ét (...)

23Quelle que soit l’intention derrière ce troublant mimétisme, les choix de certains étrangers lors de la construction d’un monument funéraire au Céramique ne reposent pas sur une différenciation et dans l’importation de motifs propres à leur région. Ces choix tiennent de l’adaptation à une réalité matérielle et spatiale attique. Aucun règlement connu ne permet non plus d’avancer l’idée d’une assimilation imposée, nécessitant l’abandon des appartenances originelles : l’existence au Pirée de stèles funéraires bilingues montre en creux que certains étrangers – rares en nombre – inscrivaient des stèles dans leur langue d’origine24. Il s’agit ici d’un choix individuel qui a des implications topographiques et symboliques importantes : il met en lumière une intégration spatiale de certains étrangers dans le paysage athénien. Certes les inscriptions sur les stèles signalent leur origine étrangère, mais elles sont gravées, au mieux, à 4,50 m de hauteur par rapport à la rue avec des lettres de 2 cm de hauteur. La vision d’ensemble s’attarde ainsi davantage sur l’ensemble architectural qui ne permet en aucune façon de différencier ces étrangers des citoyens. Davantage que l’identification civique, évanescente, ces périboles soulignent l’identification de ces hommes et ces femmes à un groupe socio-économique local particulier.

Une iconographie indifférenciée ?

24Au-delà de l’agencement général, les stèles des deux enclos présentent des traits communs dans l’iconographie. Les deux périboles comportent chacun un naiskos avec un relief. Le relief des Héracléotes comprend une jeune femme assise, deux hommes adultes debout et la tête d’un jeune homme au fond à gauche. En Attique, les reliefs funéraires de la fin du ve siècle et du ive siècle présentent une iconographie très convenue. Trois caractéristiques principales peuvent être relevées.

  • 25 Anne Geddes, « Rags and Riches: The Costume of Athenian Men in the Fifth Century », CQ, 37/2, 1987, (...)
  • 26 Aristophane, Les Oiseaux, v. 1567-1571, trad. de Hilaire Van Daele.

25Tout d’abord, les hommes adultes, quand ils ne sont pas présentés dans un rôle particulier (soldat, athlète), sont le plus souvent vêtus d’un himation. À l’époque classique, revêtir cette vaste pièce de tissu longue, portée seule, impliquait de respecter un certain nombre de normes comme l’a montré Anne Geddes25 : les jeunes le portent serré, au contraire des adultes dont le manteau couvre le corps d’une manière plus ample. De même, la manière de porter le manteau est particulière. Un passage de la comédie Les Oiseaux d’Aristophane renseigne l’historien à ce propos : « Eh ! toi, que fais-tu ? C’est ainsi que tu te drapes à gauche ? Veux-tu bien ramener ton manteau ainsi, du côté droit ? Quoi, malheureux ? […] Ô démocratie, où nous conduiras-tu, si tel est celui qu’ont élu les dieux26 ! »

26Dans ce passage, Poséidon discute avec le Triballe, un barbare qui l’accompagne pour négocier avec Coucou-les-Nuées. Placer son manteau sur la gauche signifie se vêtir comme un barbare, sans respecter les coutumes vestimentaires grecques. Le port de l’himation doit laisser le bras droit libre et se plier sur l’épaule gauche. Cet agencement se retrouve sur la stèle funéraire à naiskos en l’honneur de Korallion et de son mari Agathôn.

  • 27 Dans cette pièce, les femmes des citoyens leur empruntent leur himation pour se rendre à l’Assemblé (...)
  • 28 Beth Cohen, « Ethnic Identity in Democratic Athens and the Visual Vocabulary of Male Costume », dan (...)
  • 29 Marchiandi, I periboli, op. cit., p. 63.
  • 30 Ibid. : « La barba è il minimo comun denominatore irrinunciabile della fisionomia, evidentemente co (...)

27Ce manteau est le seul que possède le citoyen selon l’âner de l’Assemblée des femmes d’Aristophane27. Il représente, selon les interprétations contemporaines, avec les chaussures et parfois le bâton, les attributs du citoyen. Pour l’iconographie funéraire, Beth Cohen dit de l’himation qu’il est le « véritable costume de l’homme athénien d’époque classique dans la vie athénienne28 », analyse que partage Daniella Marchiandi qui définit cette pièce comme le manteau du polites, c’est-à-dire du citoyen29. Pour la savante italienne, la barbe « est le dénominateur commun de leur physionomie, expression de l’âge adulte et du plein exercice des droits politiques, en termes d’éligibilité aux magistratures, à l’exercice de la justice, après leur trentième année30 ». Cette restriction de l’himation et de la barbe au seul citoyen n’est pas sans poser problème : outre qu’elle plaque la conception aristotélicienne de la citoyenneté sur de l’iconographie, elle échoue à rendre compte de l’usage de cette iconographie par des étrangers. Sur la stèle de Korallion, comme sur nombre d’autres stèles funéraires à relief, des étrangers portent le « manteau du polites » et la barbe « des droits politiques ». Peut-être conviendrait-il alors de réévaluer l’interprétation abusive que l’on donne de cet accoutrement, et de parler davantage du costume de l’homme libre, vivant en Attique, plutôt que de celui du seul citoyen.

  • 31 Linda Jones Roccos, « Back-Mantle and Peplos: The Special Costume of Greek maidens in the 4th-Centu (...)

28Une démonstration semblable peut être menée pour les femmes présentes sur ces stèles. Par une représentation codifiée, les femmes adultes portent à partir de la seconde moitié du ive siècle un himation et/ou un chiton, qui succèdent au péplos de style argien31. Dans les deux cas, Hégêso la citoyenne et Korallion l’étrangère portent toutes deux un himation et un chiton à manches longues, accompagnés d’un voile sur la tête. Elles sont assises sur un klismos, c’est-à-dire une sorte de trône. Cette scène est typique de la sculpture funéraire attique. Dans ce sens, l’étrangère et la citoyenne ne se départent pas de normes iconographiques courantes.

  • 32 Entre autres : Knud Friis Johansen, The Attic Grave-Reliefs of the Classical Period: An Essay in In (...)

29Enfin, sur les stèles funéraires attiques, fréquent est le motif de la dexiosis32 : on le retrouve sur la stèle des Héracléotes. Cette poignée de main a été analysée par les historiens comme un signe d’unité et de philia, vertu civique par excellence. Derrière l’unité de l’oikos, de la maisonnée se dévoile l’unité de la cité. Motif soulignant la pérennité des interactions au sein d’une famille malgré le décès, la dexiosis garantirait également la persistance des liens entre les générations, au sein d’une cité.

30Ces deux stèles sont ainsi des modèles d’art attique : les normes iconographiques utilisées par la famille de Koroibos et par la famille d’Agathôn sont très communes. Elles ont été analysées le plus souvent par les historiens comme des codes appartenant au citoyen. Un tel commentaire est cependant exagéré : ce que montre le relief de Korallion est l’usage par des étrangers de ces codes iconographiques. Peut-être est-il dès lors nécessaire de les considérer non comme des codes de citoyens et de citoyennes, mais comme ceux des habitants de l’Attique dans leur ensemble. À travers l’usage de cette iconographie, certains étrangers – ici les Héracléotes – proclament indirectement leur appartenance à une communauté plus large : les Attikoi. Ils expriment ainsi leur adhésion à une iconographie commune et aux valeurs que celle-ci perpétue.

  • 33 Voir IG II2 6217 pour l’inscription et Clairmont, Classical Attic Tombstones, op. cit., no 2.209 po (...)
  • 34 Voir IG II2 5462 pour l’inscription et Clairmont, Classical Attic Tombstones, op. cit., no 1.460 po (...)
  • 35 Breder, Attische Grabbezirke, op. cit., no L2. D’une manière générale, sur les stèles luxueuses d’é (...)

31On pourrait objecter que ces stèles sont produites en série. Cependant, pour les plus riches – un statut social que les Héracléotes revendiquent –, certaines stèles funéraires exceptionnelles, uniques, sont produites pour des citoyens (Déxiléos de Thorikos sur son cheval terrassant l’ennemi33, Aristonautes d’Halai sortant de son naiskos34) comme pour des étrangers (le tombeau monumental des Istriens et ses trois statues en pied découvert sur la route du Pirée à Kallithea35). Les Héracléotes avaient sans doute les capacités de financer une telle tombe : se conformer aux codes les plus communs de l’art funéraire attique relève alors sans doute d’un choix. Ces étrangers, peut-être installés en Attique depuis plusieurs générations, proclament de manière détournée leur identification à un groupe qu’on peut appeler les « habitants de l’Attique ».

  • 36 Pseudo-Xénophon, Constitution des Athéniens, I.10, trad. de Claudine Leduc.

32Ces stèles sont un moyen pour des outsiders d’affirmer, durant le temps court d’existence de ce type de stèles – des années 430 aux années 310 –, leur appartenance à la société athénienne. D’une certaine manière, le témoignage du Vieil Oligarque, opposant de la démocratie de la fin du ve siècle, doit être réévalué positivement en contexte funéraire. Dans sa Constitution des Athéniens, il expliquait que « par ses vêtements, le peuple [démos] ne se distingue pas des esclaves [douloi] et des métèques [metoikoi]36 ». Les vêtements, porteurs de sens et d’identification dans la vie quotidienne, le sont aussi sur les stèles funéraires : il n’est en effet pas toujours possible d’y différencier citoyens et étrangers, mais on y reconnaît des individus cohabitant ensemble, partageant des codes vestimentaires et des valeurs communes.

Conclusion

  • 37 Breder, Attische Grabbezirke, op. cit., no C2.
  • 38 Ibid., no A13.
  • 39 Ibid., no A22.
  • 40 Ibid., no L2.

33Au sein du « plus beau faubourg » de l’Athènes classique, les périboles constituent un moyen pour certains étrangers de proclamer leur appartenance à un groupe social particulier, leur identification à un groupe aux contours abstraits que les historiens contemporains ont appelé successivement « élites », « notables » ou « bourgeois ». Le long des routes quittant les portes d’Athènes, ces habitants étalent leur richesse dans la mort. Si cela est connu et reconnu depuis longtemps pour les citoyens, les étrangers ne font pas exception, qu’ils viennent d’Héraclée, de Sinope37, de Messène38, d’Éphèse39, qu’ils soient installés au Céramique ou sur la route du Pirée40.

  • 41 Brubaker, « Au-delà de l’“identité” », art. cité, p. 75.

34Ces édifices travaillés dans leur structure architectonique comme dans leur programme iconographique, au-delà d’inscriptions parfois sises à plusieurs mètres de hauteur, proclament une identification à un groupe socio-économique particulier. Ils offrent à certains étrangers un moyen, sur une période courte – un peu plus d’un siècle – et dans un contexte spatial particulier – les cimetières attiques –, de se distinguer socialement. Cette identification est ainsi un « acte situationnel et contextuel41 ».

  • 42 Sarah Wijma, Embracing the Immigrant: The Participation of Metics in Athenian Polis Religion (5th-4 (...)

35Sans doute la dimension économique est-elle prévalente dans le cas des périboles des étrangers et des citoyens. Mais cette construction identitaire est complexe. Les enclos funéraires sont également un moyen d’énoncer son adhésion à des valeurs communes aux habitants de l’Attique : enterrés avec faste, citoyens comme étrangers apparaissent avant tout comme des Attikoi, des Athéniens au sens large. Par une étonnante coïncidence topographique et paysagère, d’autant plus évidente quand le passant se dirige vers l’astu, passe d’abord devant le péribole de Koroibos puis devant celui des Héracléotes, ces étrangers proclament d’une certaine manière leur adhésion à la communauté. Sans un mot, l’érection d’un enclos est un acte performatif fort de leur part. Des études récentes42 ont souligné combien les étrangers étaient, dans les pratiques cultuelles, bien moins mis au ban de la société qu’on ne l’a longtemps affirmé : ce court article montre que, dans le cas d’une pratique sociale bien particulière, il en va de même.

Anmerkungen

1 Sur les oraisons funèbres, voir Nicole Loraux, L’invention d’Athènes. Histoire de oraison funèbre dans la cité classique, Paris, EHESS, 1981. Sur les mythes de l’autochtonie, voir notamment id., Né de la terre. Mythe et politique à Athènes, Paris, Seuil, 1996, p. 49-63.

2 Lysias, Oraison funèbre, 17.

3 Lysias, 23.6.

4 Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974, p. 465.

5 Armand Frémont, La région, espace vécu, Paris, Puf, 1976.

6 Le sanctuaire d’Asklépios, fondé par Télémachos à la fin du ve siècle (selon l’inscription SEG XXV.226), en est un exemple.

7 Par exemple, l’inscription du ive siècle IG II2 8593 proclame : « Beltistê, fille de Nomênios d’Héraclée. J’ai enseveli avec piété ma pieuse mère, comme il est permis à tous de le voir. En comparaison de cela, je suis digne d’une louange et d’éloges. » Sur cette pratique, voir Doris Meyer, Inszeniertes Lesevergnügen. Das inschriftliche Epigramm und seine Rezeption bei Kallimachos, Stuttgart, Franz Steiner, 2005, p. 89-95.

8 Il est préférable d’utiliser le terme « identification », qui renvoie à l’appartenance, plutôt que celui d’identité, qui est du côté des « processus psychologiques » (Simona Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard, 2012, p. 296), bien difficiles à cerner en histoire ancienne.

9 Sur cette notion, voir Cerutti, Étrangers, op. cit.

10 Thucydide, II, 34, 5 : « to kalliston proasteion »

11 Ursula Knigge, The Athenian Kerameikos: History, Monuments, Excavations, Athènes, Krene, 1991, p. 14-34 et Daniella Marchiandi, « Dal Dipylon verso l’Accademia e il Kolonos Hippios. Quadro generale storico-topografico », dans Emmanuel Greco (dir.), Topografia di Atene. Sviluppo urbano e monumenti dalle origini al III secolo d. C., t. 4, Ceramico, Dipylon e Accademia, Athènes/Paestum, Pandemos, 2014, p. 1183-1309, ici p. 1185-1196.

12 Il existe sept ou huit Héraclée dans le monde grec, et il est impossible, par la seule mention de l’ethnique « Héracléote », de préciser l’origine exacte de cette famille.

13 Martha Weber, « Koroibos, ein Architekt des Perikles, und der Grabbezirk XVIII seiner Familie im Kerameikos », Thetis, 8, 2001, p. 77-96.

14 Dieter Ohly, « Kerameikos-Grabung. Tätigkeitsbericht 1956-1961 », AA, 1965, p. 342-343 et 349.

15 Un Koroibos est cité comme premier architecte du Télestérion par Plutarque (Vie de Périclès, 13), qui précise qu’il décède avant d’avoir terminé l’édifice. L’identification a été proposée par Weber, « Koroibos, ein Architekt des Perikles », art. cité, p. 77-96.

16 Lycurgue, Contre Léocrate, 43 (trad. par F. Durbach).

17 IG II2 6217 : « Déxileos fils de Lysanias du dème de Thorikos, né sous l’archontat de Teisandros [414/3], mort sous l’archontat Euboulidès (394/3) à Corinthe, parmi les cinq hippeis. »

18 Jan Breder, Attische Grabbezirke klassicher Zeit, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2013, p. 172.

19 Ohly, « Kerameikos-Grabung », art. cité, p. 342 et 344.

20 Breder, Attische Grabbezirke, op. cit., p. 172. La couverture visible actuellement ne semble pas descendre jusqu’en bas : en réalité, le niveau actuel de la rue est celui du début du ive siècle : après 338, le niveau est relevé en raison de la terre déplacée pour creuser la nouvelle muraille et son fossé. La couverture en stuc atteignait donc bien le sol à l’époque.

21 Richard Ernest Wycherley, The Stones of Athens, Princeton, Princeton University Press, 1978, p. 279.

22 Dieter Ohly (« Kerameikos-Grabung », art. cité, p. 344), Frank Hildebrandt (Die attischen Namenstelen. Untersuchungen zu Stelen des 5. und 4. Jahrhunderts v. Chr., Berlin, Frank & Timme, 2006, no 170, p. 305-306), Daniela Marchiandi (I periboli funerari nell’Attica classica : lo specchio di una « borghesia », Athènes/Paestum, Pandemos, 2011, no W.Ker.vt.15, p. 325-326) et Jan Breder (Attische Grabbezirke, op. cit., no A2, monument 1, p. 172) s’accordent sur une datation mi-ive siècle. Avant eux, Alfred Bruckner (« Κεραµεικοῦ ἀνασκαφαί », AE, 1910, p. 64-65) estimait que 364 était le terminus post quem de l’arrivée de ces Héracléotes à Athènes, avec une tombe qui devait être construite peu après. La date correspond à la mise en place d’une tyrannie à Héraclée du Pont sous l’instigation de Cléarchos. Cela suppose d’admettre positivement et sans réserve que ces Héracléotes viennent du Pont. Or, rien n’est moins certain, au regard du nombre de cités nommées Héraclée dans le monde grec. Cette attribution est pourtant très fréquemment acceptée. Pour ma part, il me semble raisonnable de la rejeter, faute d’élément interne à la source permettant d’affirmer la provenance de ces individus, dont l’onomastique n’est en aucun cas remarquable.

23 Weber, « Koroibos, ein Architekt des Perikles », art. cité, p. 77-96.

24 L’existence de stèles funéraires écrites en langue phénicienne laisse supposer que des variantes étaient possibles : sur ces stèles, voir Corinne Bonnet, Les enfants de Cadmos. Le paysage religieux de la Phénicie hellénistique, Paris, De Boccard, 2015, p. 452-472.

25 Anne Geddes, « Rags and Riches: The Costume of Athenian Men in the Fifth Century », CQ, 37/2, 1987, p. 312.

26 Aristophane, Les Oiseaux, v. 1567-1571, trad. de Hilaire Van Daele.

27 Dans cette pièce, les femmes des citoyens leur empruntent leur himation pour se rendre à l’Assemblée incognito. Un mari s’exclame, quand il voit que son manteau a disparu : « θοἰµάτιον, ὅπερ ἦν µοι µόνον » (« [Mon] himation, le seul que j’ai ! ») (Aristophane, L’assemblée des femmes, v. 353).

28 Beth Cohen, « Ethnic Identity in Democratic Athens and the Visual Vocabulary of Male Costume », dans Irad Malkin (dir.), Ancient Perceptions of Greek Ethnicity, Washington, Harvard University Press, 2001, p. 258 : « [The] actual civic costume of Classical Athenian men in democratic life. »

29 Marchiandi, I periboli, op. cit., p. 63.

30 Ibid. : « La barba è il minimo comun denominatore irrinunciabile della fisionomia, evidentemente concepita come emblema dell’età adulta e quindi del pieno esercizio dei diritti politici, in termini di eleggibilità allé magistrature e alle cariche di legislatore e di giurato, subordinate la comimento del trentesimo anno. »

31 Linda Jones Roccos, « Back-Mantle and Peplos: The Special Costume of Greek maidens in the 4th-Century Funerary and Votive reliefs », Hesperia, 69, 2000, p. 245.

32 Entre autres : Knud Friis Johansen, The Attic Grave-Reliefs of the Classical Period: An Essay in Interpretation, Copenhague, E. Munksgaard, 1951, p. 151 contra Elizabeth Pemberton, « The Dexiosis on Attic Gravestones », Mediterranean Archaeology, 2, 1989, p. 45-50 ; Glenys Davies, « The Significance of the Handshake Motif in Classical Funerary Art », AJA, 89, 1985, p. 627-640 ; Christine Breuer, Reliefs und Epigramme griechischer Privatgrabmäler, Cologne, Böhlau Verlag, 1993 ; Christoph W. Clairmont, Classical Attic Tombstones, t. 1, Introduction, Kilchberg, Akanthus, 1993, p. 151 ; Geneviève Hoffmann, « Portrait de groupe avec dame. Étude sociologique des monuments », dans Clairmont, Classical Attic Tombstones, op. cit., p. 175-176 ; Johannes Bergemann, Demos und Thanatos. Untersuchungen zum Wertsystem der Polis im Spiegel der attischen Grabreliefs des 4. Jahrhunderts v. Chr. und zur Funktion der gleichzeitigen Grabbauten, Munich, Biering & Brinkmann, 1997, p. 35-67 ; Wendy Clostermann, The Self-Presentation of the Family: the Function of Classical Attic Peribolos Tombs, Ann Arbor, UMI, 1999, p. 198 ; John Younger, « Women in relief: ‘Double consciousness’ in Classical Attic Tombstones », dans Lisa Auanger, Nancy Sorkin Rabinowitz (dir.), Among Women: From the Homosocial to the Homoerotic in the Ancient World, Austin, University of Texas Press, 2002, p. 167-210 ; Christos Tsagalis, Inscribing Sorrow: Fourth-Century Attic Funerary Epigrams, Berlin, De Gruyter, 2008, p. 188-189 ; Marchandi, I periboli, op. cit., p. 68.

33 Voir IG II2 6217 pour l’inscription et Clairmont, Classical Attic Tombstones, op. cit., no 2.209 pour le relief.

34 Voir IG II2 5462 pour l’inscription et Clairmont, Classical Attic Tombstones, op. cit., no 1.460 pour le relief.

35 Breder, Attische Grabbezirke, op. cit., no L2. D’une manière générale, sur les stèles luxueuses d’époque classique, voir le développement de Johannes Engels, Funerum sepulcrorumque magnificentia. Begräbnis- und Grabluxusgesetze in der griechisch-römischen Welt mit einigen Ausblicken auf Einschränkungen des funeralen und sepulkralen Luxus im Mittelalter und in der Neuzeit, Stuttgart, Franz Steiner, 1998, p. 121-128

36 Pseudo-Xénophon, Constitution des Athéniens, I.10, trad. de Claudine Leduc.

37 Breder, Attische Grabbezirke, op. cit., no C2.

38 Ibid., no A13.

39 Ibid., no A22.

40 Ibid., no L2.

41 Brubaker, « Au-delà de l’“identité” », art. cité, p. 75.

42 Sarah Wijma, Embracing the Immigrant: The Participation of Metics in Athenian Polis Religion (5th-4th century BC), Stuttgart, Franz Steiner, 2014. Mes travaux de doctorat concluent par certains aspects aux mêmes résultats dans des domaines différents (To koinon tôn oikounton. Les étrangers au sein de la communauté athénienne [ve-iiie siècle avant notre ère], thèse de doctorat, Paris, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017). Le présent article n’en est qu’un exemple.

Abbildungsverzeichnis

Titel Figure 1. Reconstitution des périboles de Koroibos (gauche, état ante-338) et des Héracléotes (droite, état post-338), d’après Ohly (1965)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54862/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 300k
Titel Tableau 2. Comparaison des stèles de deux périboles du Céramique
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54862/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 520k
Titel Figure 2. Le péribole des Héracléotes dans son état post-338
Impressum Crédit : Εφoρεία Αρχαιοτήτων Πόλης Αθηνών – Μουσείο Κεραµεικού. Φωτ. : Φ. Κατέβας / Ephorate of Antiquities of the city of Athens – Kerameikos Museum. Phot. : F. Katevas. Copyright © Hellenic Ministry of Culture and Sports, 2002
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54862/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 576k

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540