Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’identification des personnes dans les mondes grecs

 | 
Romain Guicharrousse
, 
Paulin Ismard
, 
Matthieu Vallet
, 
et al.

Première partie. Administrer l’identité

Au nom d’une femme (CIL, XIII, 169 et 343) : l’idionyme Andere(sse)

Onomastique et identité familiale chez les Convènes au ier siècle apr. J.-C.1

Marianne Béraud

Texte intégral

  • 1 Je remercie le professeur Joaquín Gorrochategui pour la transmission de la monographie issue de sa (...)
  • 2 On distingue ici entre « noms de famille », transmis d’une génération à l’autre (cas des citoyens r (...)
  • 3 Sur cette pratique indigène, voir l’article de Uri Yiftach, dans ce même volume, qui étudie la papo (...)

1Dans le monde romain, l’administration de l’identité personnelle via les pratiques anthroponymiques trouve son expression la plus aboutie dans la contrainte juridique. L’onomastique est le réceptacle d’un status, condition statutaire exprimée par les tria nomina pour les citoyens romains et, à l’inverse, par un idionyme suivi d’une filiation patronymique pour les indigènes pérégrins. En outre, chez les pérégrins, la latinisation des noms est un indice d’adhésion à une identité supra-régionale plus vaste, la romanitas. Le choix d’un idionyme latin exprime alors une intégration intime du modèle culturel romain. Aussi, dans la documentation épigraphique, le choix du nom est-il un indice de « romanisation » identitaire. À l’encontre de ce modèle, la prégnance, parmi les noms des pérégrins, de noms indigènes contribue à s’interroger sur les « stratégies identitaires » par le truchement de l’anthroponymie. Loin d’exprimer une résistance à la « romanité », il traduit la volonté de pérenniser une mémoire familiale par le recours à des noms familiaux2, plusieurs fois attribués dans une lignée de sang. À l’inverse de la nomenclature trianominale des citoyens romains qui sédimente, via le nomen, une « mémoire gentilice », les pérégrins ne se transmettent en effet pas de « noms de famille ». Ces derniers ont donc souvent recours à la paponymie3, pratique onomastique qui consiste à donner à son fils le nom de son grand père. De la sorte, les familles de pérégrins transmettent parfois un nom sur plusieurs générations, à une sur deux, voire sur trois. Dans des milieux pérégrins, où la latinisation de l’onomastique est croissante, la transmission d’un nom familial indigène permet de mesurer l’écart identitaire à la norme.

Carte de localisation du corpus épigraphique

Carte de localisation du corpus épigraphique
  • 4 Raymond Lizop, Histoire de deux cités gallo-romaines. Les Convenae et les Consoranni (Comminges et (...)

2En 1931, Raymond Lizop, dans sa fameuse Histoire de deux cités gallo-romaines. Les Convenae et les Consoranni (Comminges et Couserans), donnait une vision livresque – quasi dix-neuviémiste – de la langue aquitanique4. Deux remarques étayaient son propos : l’aquitain aurait été la langue des masses rurales, des montagnards. Au contraire, la langue latine serait la langue des plaines, celles des classes élevées et de la bourgeoisie des chefs-lieux et des grands uici. Deuxième constat, la langue aquitanique, aux sons gutturaux et sifflants, beaucoup plus éloignée du latin que le celtique, ne se serait pas laissée absorber aussi facilement que ce dernier.

  • 5 Joaquín Gorrochategui, « Onomástica vascona y aquitana. Elementos para el conocimiento de la Histor (...)
  • 6 Patrick Le Roux, « La romanisation en question », AHSS, 59/2, 2004, p. 287-311.
  • 7 Jürgen Untermann, « Lengua ibérica y lengua gala en la Galia Narbonensis », Archivo de prehistoria (...)

3Par-delà la vision surannée – aujourd’hui remise en cause par Joaquín Gorrochategui5 –, c’est aussi le débat controversé sur la « romanisation6 » que soulève Lizop. La survivance en Aquitaine d’une langue prélatine, antérieure à la conquête romaine, est un cas unique dans la partie occidentale de l’Empire romain, à l’exception du breton, langue celtique de Britannia. Cette langue, qualifiée d’« aquitanique » – aussi dite euskarienne –, n’est à proprement parler ni ibérique ni indo-européenne (ou celte)7.

  • 8 Barnabas Lőrincz, Franciscus Redő, Onomasticon Provinciarum Europae Latinarum, Budapest/Vienne Arch (...)
  • 9 Joaquín Gorrochategui, « Contactos lingüísticos y epigráficos en la zona vasco-aquitana », dans Col (...)
  • 10 Fernando Fernández Palacios, « Actualización en onomástica vasco-aquitana », Palaeohispanica, 9, 20 (...)
  • 11 Xavier Llovera, Christian Rico, « Apunts per a l’estudi de la romanització i del poblament d’època (...)

4Le nom Andere(sse) – Anderesse ou Andere – est formé sur la souche linguistique Ande-8, sur laquelle se greffe le suffixe -esse, qui signifie « femme », « dame », dans l’idiome euskarien9. Ce radical ressortit à la langue aquitano-vasconne, langue prélatine sujette à de nombreux débats10, qui se déploie le long d’une ligne fictive Pampelune-Pau-Bazas. Le nom est exclusivement attesté en Gaule Aquitaine, la totalité des femmes porteuses de cet anthroponyme appartenant à la cité des Convènes. Ce souci sémantique répond aux codes de l’onomastique vasco-aquitaine, de nature descriptive et qualifiante : les noms veulent dire quelque chose dont le sens était immédiatement compris par les locuteurs. Cette racine se retrouve dans la toponymie du sud-ouest de la France, notamment dans l’étymologie basque de la principauté d’Andorre11.

  • 12 Anderes, Sapalonis filia (CIL, XIII, 187 = CAG-65, 197 = IAP, 416). La forme Anderes est, dans l’on (...)
  • 13 CIL, XIII, 46 (= CAG-31-2, 244 = IAP, 316).
  • 14 CIL, XIII, 324 = IAP, 364. Mais aussi sous la forme plus éloignée : Anderitia : Fonti[bus] ; / Ande (...)
  • 15 CIL, XIII, 138 = CAG-31-1, 236 : Annius / Dunohoxsis f(ilius) / Calva Cassilli f(ilia) / uxor Ander (...)

5Exclusivement recensé en Gaule Aquitaine, cet idionyme apparaît à Montsérié12, dans la vallée de la Neste (Nord-Ouest du territoire des Convènes), sur une inscription votive dédiée au dieu Erge, apparenté à Mars [no 3 sur la carte]. À Castéra-du-Cléry, bourg de Saint-Béat, au nord de la vallée de Luchon, Anderesse, fille de Baisothar, commandite l’épitaphe de Sembetten, son époux, et d’Hotar, son fils [no 4]13. Le radical apparaît sur ce même territoire à Caubous [no 5]14 et à Matres-Tolosane15.

L’épitaphe de Severus à Barcugnas

6L’inscription a été trouvée à Barcugnas, bourg situé dans la vallée de la Pique, au sud de la cité des Convènes, près de Bagnères-de-Luchon [no 1 sur la carte].

  • 16 Alexandre de Mège, Description du musée des antiques de Toulouse, Toulouse, Douladoure, 1835, p. 16 (...)
  • 17 Julien Sacaze, Inscriptions antiques des Pyrénées, Toulouse, s. n., 1892, n. 339.
  • 18 Julie Massendari, Carte archéologique de la Gaule 31/1. La Haute-Garonne, Paris, Librairie archéolo (...)

7Le monument est connu depuis 1815, date à laquelle Auguste Laurent, comte de Rémuzat, alors préfet de Haute-Garonne, l’extrait des murs de l’église de Barcugnas pour la transférer au musée de Toulouse. Il est recensé, dès 1828, par Alexandre du Mège, philologue toulousain, dans le catalogue du musée des Augustins (no 172), puis inséré dans sa Description du musée des antiques de Toulouse (1835)16. En 1892, Julien Sacaze la publie dans les Inscriptions antiques des Pyrénées, premier recueil épigraphique concernant la cité des Convènes (no 339)17. Cette origine est retenue par la référence CIL, XIII, 343 ainsi que par la Carte archéologique de la Gaule consacrée à la Haute-Garonne18.

8Il s’agit d’une plaque moulurée rectangulaire (56 × 47 × 6 cm), en marbre de Saint-Béat – jaune de Bagiry – [figure 1], roche dolomitique, du sud de la cité (à 2 km de Barcugnas).

  • 19 Le formulaire initial au nominatif, la mention de survivance (uiuit), le thêta nigrum pour obitus. (...)

9Cassée à droite proprement pour un remploi, la mouluration du champ épigraphique est incomplète. Le texte (six lignes), qui repose dans un double bandeau, occupe la quasi-totalité de la partie dévolue à l’inscription. Centré et justifié – seule la l. 1 est précédée d’un uacat –, il se compose de lettres, en écriture quadrata, patées aux extrémités des hastes. Profondément creusé, le sillon du ductus et le style sont recherchés (haste horizontale bifide du E et du T, F rétroversé [l. 4], courbure du R, thêta nigrum [l. 1]). La hauteur des lettres, décroissante d’une ligne à l’autre, est identique sur chaque ligne, oscillant entre 6 cm (l. 1 et 2) et 2,5 cm (l. 5 et 6). Pour préserver l’ordinatio, le lapicide grave des ligatures entre les lettres N et D (l. 4 et 5), E et R (l. 1, 2 et 5), et des lettres incluses (O et U, l. 4). La lecture est facilitée par l’absence de coupures de mots et la présence d’interponctions triangulaires à toutes les lignes du titulus. Le mot uxor (l. 4) est gravé dans un surcreusement qui indique un martèlement par le lapidarius, probablement pour effacer une erreur. L’abrasement du côté droit du cadre n’obère pas fondamentalement la compréhension de l’inscription. Le formulaire plaide en faveur d’une datation antérieure à 50 apr. J.-C.19. On restitue et traduit :

(Obitus) Severus / Berhaxsis f(ilius) s(ibi) v(ivus) et / Exsorata Castia[ni(?)] / f(ilia) uxor et Secundo f(ilio) e[t] / Andereseni matri et / Silvino f(ilio) et Silvina[e f(iliae)].

Défunt, Severus, fils de Berhax, pour lui-même et, pour Exsorata, fille de Castianus, son épouse, vivante, et pour Secundus, son fils, et pour Anderesse, sa mère, et pour Silvinus, son fils, et pour Silvina, sa fille.

  • 20 Michel Lejeune, Recueil des inscriptions gauloises (RIG), I, 453 pour décrire la nomenclature pérég (...)
  • 21 Heikki Solin (« Silvius », SCO, 43, 1993, p. 365) identifie deux formes courantes du nom Silvius : (...)

10Dans cette épitaphe collective, Severus, le dédicant, est le fils de Berhax et Anderesse, deux noms vasco-aquitains [figure 2]. L’anthroponyme Berhax – « riche en troupeaux » – possède une tonalité pastorale. Par sa dénomination « bi-membre20 », Severus possède une identité mixte latino-aquitaine. Secundus, Silvinus et Silvina, ses progénitures, portent des idionymes latins21, complétés par une filiation patronymique latine. D’une génération à l’autre s’opère une latinisation progressive de l’anthroponymie de ces pérégrins. Ce déroulement onomastique, à l’échelle de plusieurs générations, s’inscrit dans le schéma communément admis, noms indigènes puis noms latins (noms de traduction ou noms latinisés).

L’inscription de Larcan

11Dans le quartier de la Carraou, à Larcan, bourg situé au nord de Saint-Gaudens, dans le Comminges, sur la rive gauche de la Garonne, a été découverte l’inscription CIL, XIII, 169 [no 2 sur la carte].

Figure 2. Anderesse et sa parenté à Barcugnas

Figure 2. Anderesse et sa parenté à Barcugnas
  • 22 CIL, XIII, 169 = CAG-31-2, 178 = IAP, 227, Gaule Aquitaine, Larcan (Lugdunum Convenarum).

12Découverte vers 1870 dans un pré dépendant de la métairie de Montpezat de Carbon, elle est enregistrée par Julien Sacaze sous le no 22722, puis par la CAG Haute-Garonne, no 178. Ce fragment de plaque rectangulaire en marbre – dessiné par Sacaze [figure 3] – (49 × 35 × 5 cm) est brisé à gauche. Une double mouluration du champ épigraphique encadre un texte de cinq lignes. Du point de vue paléographique, les lettres sont soignées (haste sinusoïdale du T, entrelacement du R et du A [l. 2]) et la composition justifiée à l’aide de ligatures du I et du B (l. 2), et du A et du E (l. 2), et d’une lettre incluse (E dans le D, l. 4). Comme la précédente inscription, le formulaire invite à une datation d’époque julio-claudienne.

Figure 3. Épitaphe d’Exorata et de ses enfants (Larcan). Dessin issu de Julien Sacaze (1892)

Figure 3. Épitaphe d’Exorata et de ses enfants (Larcan). Dessin issu de Julien Sacaze (1892)

13À la ligne 1, au nominatif, figure le nom du défunt, suivi de sa filiation patronymique. On développe :

---]rullus, Mau/[ri f(ilius), s]ibi et Exoratae / [uxor]i(?), Silvano f(ilio) / [---]o f(ilio) et / (obitae) Anderen/i filiae.

---]rullus, fils de Maurus, pour lui-même et pour Exorata son épouse, pour Silvanus, son fils, pour [---]us, son fils et pour Andere, sa fille défunte.

  • 23 Joaquín Gorrochategui, « Indígenas y romanos en Aquitania a través de la epigrafía », RIEV, 34/1, 1 (...)
  • 24 Untermann, « Lengua ibérica y lengua gala en la Galia Narbonensis », art. cité, p. 110.

14L’épitaphe a été mise au jour dans la partie du territoire des Convènes – vallées de la Garonne et du Salat – la plus perméable aux noms celtiques et gaulois23. À l’exception de Lugdunum Conuenarum/Saint-Bertrand-de-Comminges, où l’on constate une latinisation massive de l’onomastique24, la cité des Conuenae est traversée par un clivage anthroponymique Nord-Sud. Au nord du chef-lieu prédominent les noms celtiques, tandis qu’au sud, les idionymes vasco-aquitains sont majoritaires.

15L’incertitude sur le lien qui unit Exorata et [---]rullus – uxor, mater, soror [stemmata no 2 et 3, figure 4] –, fils de Maurus, tient au caractère fragmentaire de l’inscription dont le lien de parenté est lacunaire. Ex(sorata) est la mère (hypothèse no 1) ou la grand-mère (hypothèse no 2) d’une jeune fille nommée Andere.

Figure 4. Andere et sa parenté à Larcan

Figure 4. Andere et sa parenté à Larcan
  • 25 Robert Sablayrolles, Jean-Luc Schenck David, Les autels votifs, Saint-Bertrand-de-Comminges, Musée (...)
  • 26 Par exemple, Bonxorius, qui porte un surnom typiquement indigène mais latinisé, est fils d’un Faust (...)

16Andere, sa fille ou petite-fille, appartient à une génération qui arbore son intégration à la romanité. Son nom, imprégné d’un substrat onomastique aquitain, peut apparaître d’autant plus étonnant que sa mère porte un nom celtique et que son père porte un nom latinisé (s’il s’agit de [---]rullus avec diminutif hypocoristique) ou celtique (s’il s’agit de Maurus). À Saint-Bertrand-de-Comminges, l’examen du mode de transmission des noms25 montre toutefois que le schéma « père à surnom latin – enfant à surnom indigène » est presque aussi fréquent que le schéma, plus attendu, « père à surnom indigène – enfant à surnom latin »26. C’est précisément de cet attachement aux traditions indigènes qu’Andere est le nom.

Anderesse, Exorata et les Siluani

  • 27 CIL, XII, 777 (Arles, Narbonnaise) ; CIL, XIII, 169 (Larcan, Aquitaine) ; CIL, XIII, 343 (Barcugnas (...)

17Sur ces deux inscriptions, figurent trois noms identiques – ou quasi similaires dans l’orthographe – Ex(s)orata, Andere(sse), Silvinus/Silvanus. L’anthroponyme Exorata est un nom celtique bien attesté sur le pourtour méditerranéen, essentiellement en Gaule du Sud et dans les régions italiennes27. Il n’apparaît que deux fois – les épitaphes Barcugnas et de Larcan – en Gaule Aquitaine.

  • 28 Par exemple, « nom du grand père (A), nom du père (B), nom du fils (A) ».
  • 29 Nicolas Mathieu, L’Épitaphe et la mémoire. Parenté et identité sociale dans les Gaules et Germanies (...)

18La récurrence des associations onomastiques (Andere[sse], Exsorata, Silvanus, Silvinus, Silvana), le recours au nom aquitain Andere(sse), la proximité géographique épigraphique, l’arc temporel identique (1-50 apr. J.-C.) – constituent un faisceau de présomptions sur l’appartenance de ces individus à une même famille. Il s’agit d’une « paponymie aménagée » où les noms reviennent sur plusieurs générations d’un lignage, comme il est de coutume dans la parenté gauloise28. En contexte pérégrin, la transmission de la mémoire familiale s’opère par le truchement de l’onomastique. La perpétuation de l’identité familiale29, dépourvue ici de l’instrument mémoriel et identitaire que constituent les tria nomina – véritable archive civile lapidaire – pour les ciues romani, s’articule sur la récupération onomastique et la combinaison de noms déjà utilisés à des générations antérieures.

19Le nom Anderesse/Andere montre combien une identité familiale était susceptible d’être véhiculée par l’onomastique à l’intérieur d’une même parenté. Ces indigènes aquitains ont été soucieux de la transmission et de l’acclimatation de leur patrimoine onomastique. Le recoupement de ces deux inscriptions montre qu’un nom aquitain traditionnel, Andere(sse), se maintient, en s’articulant à un répertoire onomastique latin sélectif (les Silvini). Ce patrimoine est le creuset d’une fabrique identitaire familiale.

20La question que pose ce corpus épigraphique est celle de savoir si cette juxtaposition de noms vasco-aquitains et latins procède d’un processus de « romanisation » inachevé ou de la mise en œuvre délibérée d’une stratégie onomastique.

Conclusion : « Romanisation » inaboutie ou stratégie onomastique ?

21Penser ce corpus comme tributaire d’une « romanisation » inaboutie reviendrait à comprendre la famille d’Anderesse comme une famille de l’entre-deux, à mi-chemin entre les traditions indigènes et la romanitas. Pourtant apparaît le tableau d’une lignée bien intégrée à la romanité : l’habitus épigraphique d’une part, l’emploi de noms latins à foison, d’autre part. Dès lors, cette famille était en mesure de souscrire pleinement et sans concession à l’onomastique latine si l’envie lui en disait.

  • 30 Sur la pratique de la matronymie en Égypte romaine, voir, dans ce volume, les articles de Uri Yifta (...)

22Plus qu’une imitation pieuse, le choix de cet anthroponyme est ancré dans la volonté de perpétuer une mémoire familiale. Avec l’attribution du nom Andere(sse), la pratique de la matronymie30 – itération du nom d’une femme dans la parenté directe – confère une originalité onomastique à ce dossier épigraphique. Le recours à un stock limité – trois noms – et récurrent de noms latins et aquitains constitue une nuance au concept de « romanisation ». L’emprunt ne se réduit pas à une simple imitation, mais procède d’un choix sélectif et délibéré, dans le cadre d’une double appartenance culturelle. La mixité des nomina simplicia permet d’accréditer la thèse d’un patrimoine onomastique composite, propre à une famille de pérégrins. Ce patrimoine repose sur une double dynamique : d’un côté, il est garant d’une identité familiale traditionnelle et aquitaine ; d’un autre côté, d’une signature personnelle d’adhésion à la latinité.

Notes

1 Je remercie le professeur Joaquín Gorrochategui pour la transmission de la monographie issue de sa thèse de doctorat, pour la relecture de ce manuscrit, ainsi que pour ses précieux conseils dont j’espère avoir tiré judicieusement parti.

2 On distingue ici entre « noms de famille », transmis d’une génération à l’autre (cas des citoyens romains) et « noms familiaux », anthroponymes qui apparaissent de façon récurrente dans une branche de parenté (cas des pérégrins ou des ciues romani).

3 Sur cette pratique indigène, voir l’article de Uri Yiftach, dans ce même volume, qui étudie la paponymie en Égypte, dans les nomes Arsinoïte et Oxyrhinchite, tableau 5, p. 87.

4 Raymond Lizop, Histoire de deux cités gallo-romaines. Les Convenae et les Consoranni (Comminges et Couserans), Paris, Privat, 1931, p. 294.

5 Joaquín Gorrochategui, « Onomástica vascona y aquitana. Elementos para el conocimiento de la Historia Antigua de Navarra », dans Javier Andreu Pintado (dir.), Navarra en la Antigüedad. Propuesta de actualización, Pampelune, Institución Príncipe de Viana, 2006, p. 111-136.

6 Patrick Le Roux, « La romanisation en question », AHSS, 59/2, 2004, p. 287-311.

7 Jürgen Untermann, « Lengua ibérica y lengua gala en la Galia Narbonensis », Archivo de prehistoria levantina, 1963, p. 104.

8 Barnabas Lőrincz, Franciscus Redő, Onomasticon Provinciarum Europae Latinarum, Budapest/Vienne Archaeolingua Alapitvany, 1994-2002, t. 1, p. 110.

9 Joaquín Gorrochategui, « Contactos lingüísticos y epigráficos en la zona vasco-aquitana », dans Coline Ruiz Darasse, Eugenio Luján (dir.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique, Madrid, Casa de Velázquez, 2011, p. 83 souligne la prédilection des Pyrénéens pour les mots euskariens relatifs au genre : homme, femme, fille. Le nom Gison (homme) apparaît dans une inscription du Haut-Comminges sous la forme Gison, Coni filius (CIL, XIII, 278 = IAP, 101). Le nom Nescato (jeune fille) figure sur une inscription de Saléchan (Aspercius Nescato uxori) (CIL, XIII, 314 = CAG-65, 235 = IAP, 276).

10 Fernando Fernández Palacios, « Actualización en onomástica vasco-aquitana », Palaeohispanica, 9, 2010, p. 533-537, ici p. 534.

11 Xavier Llovera, Christian Rico, « Apunts per a l’estudi de la romanització i del poblament d’època romana a les Valls d’Andorra », BCACH, 3, 1990, p. 24.

12 Anderes, Sapalonis filia (CIL, XIII, 187 = CAG-65, 197 = IAP, 416). La forme Anderes est, dans l’onomastique aquitaine, la forme nominative du nom Anderesse dont les deux « s » s’expliquent par le redoublement aux cas obliques de la dernière consonne du radical. Par convention, on adoptera ici la forme « Anderesse » pour suivre la transcription des recueils d’inscriptions latines qui ont formé le nom au nominatif à partir de la forme génitive.

13 CIL, XIII, 46 (= CAG-31-2, 244 = IAP, 316).

14 CIL, XIII, 324 = IAP, 364. Mais aussi sous la forme plus éloignée : Anderitia : Fonti[bus] ; / Anderitia, / Hanaconis f(ilia), / v(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito), CIL, XIII, 344 = CAG-31-2, 139 = IAP, 350 (Castillon-Larboust).

15 CIL, XIII, 138 = CAG-31-1, 236 : Annius / Dunohoxsis f(ilius) / Calva Cassilli f(ilia) / uxor Andere filia / fili(i) ex test(amento).

16 Alexandre de Mège, Description du musée des antiques de Toulouse, Toulouse, Douladoure, 1835, p. 168, n. 405.

17 Julien Sacaze, Inscriptions antiques des Pyrénées, Toulouse, s. n., 1892, n. 339.

18 Julie Massendari, Carte archéologique de la Gaule 31/1. La Haute-Garonne, Paris, Librairie archéologique, 2006, p. 120.

19 Le formulaire initial au nominatif, la mention de survivance (uiuit), le thêta nigrum pour obitus. Iveta Mednikarova, « The use of Θ in Latin Funerary inscriptions », ZPE, 136, 2001, p. 271.

20 Michel Lejeune, Recueil des inscriptions gauloises (RIG), I, 453 pour décrire la nomenclature pérégrine composée d’un idionyme et d’une filiation patronymique.

21 Heikki Solin (« Silvius », SCO, 43, 1993, p. 365) identifie deux formes courantes du nom Silvius : une forme gentilice (née en Gaule), et une forme cognominale indépendante (nom légendaire lié aux origines de Rome). Les surnoms latins Silvester et Silvanus, sans liens à l’origine, ont pu être rattachés secondairement à Silvius. De même, les surnoms latins Silvinus et Silvina se retrouvent en nombre en Italie et ne dérivent pas de Silvius. En revanche, la forme Silvianus peut-être considérée comme un dérivé direct de Silvius.

22 CIL, XIII, 169 = CAG-31-2, 178 = IAP, 227, Gaule Aquitaine, Larcan (Lugdunum Convenarum).

23 Joaquín Gorrochategui, « Indígenas y romanos en Aquitania a través de la epigrafía », RIEV, 34/1, 1989, p. 25 et 93.

24 Untermann, « Lengua ibérica y lengua gala en la Galia Narbonensis », art. cité, p. 110.

25 Robert Sablayrolles, Jean-Luc Schenck David, Les autels votifs, Saint-Bertrand-de-Comminges, Musée archéologique départemental, 1990, p. 31, tableau 3 : trois cas de dédicants à surnom indigène ayant un ascendant à surnom latin, deux cas de dédicants à surnom indigène ayant un ascendant à surnom latin répandu en pays celtique, cinq cas de dédicants à surnom latin ayant un ascendant à surnom indigène.

26 Par exemple, Bonxorius, qui porte un surnom typiquement indigène mais latinisé, est fils d’un Faustinus au surnom latin (CIL, XIII, 241). Autre exemple, Bonnexis est fils d’un Amandus (CIL, XIII, 71).

27 CIL, XII, 777 (Arles, Narbonnaise) ; CIL, XIII, 169 (Larcan, Aquitaine) ; CIL, XIII, 343 (Barcugnas, Aquitaine) ; CIL, XIII, 462 (Savignac, Aquitaine) ; AE, 1980, 607 (Ardon, Alpes Pennines) ; AE, 1999, 782 (Suno, Transpadane) ; CIL, V, 1372 (Aquileia, Vénétie) ; CIL, VI, 3482, Rome ; CIL, XI, 6734 (Ravenne, Aemilia) ; CIL, III (Celje, Norique).

28 Par exemple, « nom du grand père (A), nom du père (B), nom du fils (A) ».

29 Nicolas Mathieu, L’Épitaphe et la mémoire. Parenté et identité sociale dans les Gaules et Germanies romaines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, chap. iv, p. 117-149.

30 Sur la pratique de la matronymie en Égypte romaine, voir, dans ce volume, les articles de Uri Yiftach, tableau 4, p. 86 et de Yanne Broux, p. 91.

Table des illustrations

Titre Carte de localisation du corpus épigraphique
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Figure 2. Anderesse et sa parenté à Barcugnas
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Figure 3. Épitaphe d’Exorata et de ses enfants (Larcan). Dessin issu de Julien Sacaze (1892)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54853/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Figure 4. Andere et sa parenté à Larcan
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54853/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k

Auteur

Université Grenoble II / LUHCIE (EA 7421)

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540