Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marqueurs archéologiques du pouvoir

 | 
Olivier Brunet
, 
Charles-Édouard Sauvin

I. Les pratiques funéraires : indices du statut des défunts

Les miroirs sankakubuchi shinjū : témoins de l’émergence d’un pouvoir centralisé dans le Japon protohistorique (iiie-ive siècle)

Linda Gilaizeau

Résumé

The Chinese bronze mirrors played an important role for the japanese elites of the Yayoi period (3rd c. BC – AD 1 st c.) in the north of Kyushu island: they were attributed by the Chinese power with other diplomatic gifts as a recognition of their vassalage. Sign of power, these precious mirrors were buried with their owner in rich tombs until the area and its chiefs collapsed during the AD 1st century. But in the 2nd half of the 3rd century, big tumulus tombs called kofun, appear in the Yamato plain (Nara prefecture) and they contain a new type of mirror, the sankakubuchi shinjū-kyō. Far more numerous than the mirrors known during the Yayoi period, the sankakubuchi shinjū-kyō of the Kofun period have a special feature: concentrated in a few big kofun of the Yamato, some of them belonging to the same mould have been found in more little kofun through the whole Japanese archipelago. Scholars think that these mirrors were used as diplomatic gifts for the rising power of Yamato to local chiefs of less importance owing them “alleagence”, as Chinese did during the Yayoi period towards their Japanese “barbarian” neighbours. Symbols of a support to the rising power that would become the first Japanese empire, the distribution of the sankakubuchi shinjū mirrors shows the existing political and cultural links between some areas of the Japanese archipelago and shows the progression of the Yamato’s centralizing domination of which some areas seems still excluded at this time.

Texte intégral

1Les miroirs de bronze originaires du continent asiatique ont joué un rôle important pour les élites de l’archipel japonais durant la protohistoire, à partir du Yayoi moyen jusqu’au Kofun ancien (ive siècle avant notre ère – ive siècle de notre ère). D’abord de fabrication coréenne, à décor géométrique, puis d’origine chinoise avec des motifs plus élaborés et plus variés, ces miroirs ont permis d’établir une chronologie absolue pour les tombes de l’archipel japonais. Produits de très grande qualité obtenus dans le cadre de relations diplomatiques avec l’empire Han chinois (202 avant notre ère – 220 de notre ère), ces miroirs étaient les plus prisés parmi les biens de prestige et étaient inhumés en grande quantité dans les tombes de certains personnages très importants du Yayoi moyen et récent au nord de l’île de Kyūshū, région géographiquement la plus proche du continent. Plus à l’est, dans la région centrale du Kinai (région entre Osaka, Kyōto et Nara, fig. 1), les élites locales n’ont pas encore accès à ce type de bien et ce sont de grandes cloches et hallebardes en bronze qui servent d’objets de prestige. Cependant, à partir de la moitié du iiie siècle de notre ère, un nouveau type de sépulture imposante apparaît dans la plaine de Nara, le kofun 古墳. Parmi le mobilier funéraire associé à ces tumulus, une nouvelle sorte de miroir, le sankakubuchi shinjū-kyō 三角縁神獣鏡 (littéralement « miroir à bordure à motif de triangles et à motifs de divinités et de bêtes ») fait son apparition et témoigne des nouvelles hiérarchies qui se mettent en place dans l’archipel japonais de cette époque.

Fig.1. La situation politique en Chine

Fig.1. La situation politique en Chine

Période des Trois Royaumes, 220-265 de notre ère) et dans l’archipel japonais au début de la période des kofun.

Dessin : L. Gilaizeau.

1. Les miroirs sankakubuchi shinjū : des origines à la fois claires et controversées

2Les miroirs sankakubuchi shinjū (fig. 2) se définissent par un certain nombre de critères assez précis : un diamètre d’une vingtaine de centimètres, une ou plusieurs frises de motifs en forme de triangles sur le rebord, et un motif principal composé le plus souvent de figures de divinités et de bêtes (animaux sauvages ou fantastiques) réparties autour du bouton de préhension central, ces motifs pouvant varier d’un miroir à l’autre. Certains miroirs portent des inscriptions datées, dont les plus anciennes de 239 de notre ère, qui les désignent comme appartenant à la période de la dynastie chinoise des Wei (220-265 de notre ère). Les études techniques et stylistiques désignent ces miroirs comme des productions de très haute qualité ne pouvant avoir été fabriquées que par des bronziers chinois, les seuls à détenir un tel savoir faire. Tous les miroirs de ce type connus dans l’archipel japonais (environ 500 pièces) semblent être issus d’un nombre très restreint d’ateliers, de nombreux miroirs ayant été produits à partir du même moule.

Fig.2 Miroir de type sankakubuchi shinjū, site de Koshinohara (préfecture de Shiga), période des kofun

Fig.2 Miroir de type sankakubuchi shinjū, site de Koshinohara (préfecture de Shiga), période des kofun

Conservé au Musée National de Tokyo, bronze, diamètre 25,7 cm.

© Tokyo National Museum, Image Archives Source : http://TnmArchives.jp

3Le problème principal qui s’est posé aux chercheurs japonais est de savoir où ces miroirs furent produits et par qui. En effet, on ne connaît absolument aucun miroir de ce type en Chine ou en tout autre endroit du continent asiatique : ils sont spécifiques à l’archipel japonais. Cependant, aucun moule et aucun atelier de bronzier ayant pu produire de tels objets n’ont été retrouvés au Japon, même où des artisans chinois auraient pu s’installer. Les dernières recherches inciteraient à penser que ces miroirs étaient donc une production chinoise mais destinée spécialement aux échanges avec les élites de l’archipel japonais au iiie siècle (Fukunaga, 2002 ; Nespoulous, 2007).

4En effet, même s’ils présentent une combinaison iconographique originale, ces miroirs reprennent en fait des motifs déjà connus dans des miroirs chinois antérieurs, de la dynastie précédente des Han Postérieurs (à savoir les gamontai shinjū-kyō 画文帯神獣鏡, « miroirs à motifs de divinités et de bêtes ») et suivent, pour ceux qui portent des inscriptions datées, les changements complexes d’ères de règnes des souverains Wei.

2. Les miroirs sankakubuchi shinjū en contexte funéraire : apparition des zenpōkōenfun

5Les sankakubuchi shinjū-kyō ne se retrouvent que dans un seul type de tombe : le zenpōkōenfun 前方後円墳 (tumulus à avant carré et arrière circulaire, dits « en forme de trou de serrure » d’après la forme qu’ils prennent en vue aérienne). Issus d’une longue tradition de construction de tumulus au cours du Yayoi récent (ier-iiie siècle de notre ère) témoignant de l’apparition d’élites dans différentes régions de l’archipel japonais, ces grands tumulus sont pour la première fois construits dans la plaine de Nara, sur le site de Makimuku, et présentent une sorte de synthèse des traditions funéraires des diverses régions du Japon possédant des tumulus à la période précédente. Les premiers zenpōkōenfun ne contiennent pas de miroirs sankakubuchi shinjū de la dynastie Wei mais des gamontai shinjū de la période précédente des Han postérieurs. De taille assez modeste, ces premières tombes sont bientôt remplacées par des tumulus gigantesques atteignant les 200 m de long, symboles de la puissance d’une classe dirigeante localisée dans la plaine de Nara et associés cette fois-ci à des miroirs sankakubuchi shinjū.

6Très vite, des tombes semblables sont construites un peu partout dans l’archipel japonais : elles présentent la même architecture, le même type d’inhumation et de mobilier funéraire (fig. 3). Les archéologues japonais s’accordent pour dire que ces tombes standardisées témoignent de l’appartenance des chefs défunts qui y sont inhumés à une sorte d’alliance ou de ligue dominée par les chefs du Kinai, dont l’appareil funéraire servirait (certainement avec d’autres éléments qui nous échappent) de symbole identitaire.

Fig.3. Répartition des premiers kofun dans l’ouest de l’archipel japonais (période I du Kofun Ancien, iiie siècle de notre ère)

Fig.3. Répartition des premiers kofun dans l’ouest de l’archipel japonais (période I du Kofun Ancien, iiie siècle de notre ère)

Dessin : L. Gilaizeau.

3. La distribution des sankakubuchi shinjū-kyō : reflet d’une hiérarchie entre les élites de l’archipel japonais

7Ces zenpōkōenfun de grande taille répartis principalement autour de la Mer Intérieure, tout comme ceux du Kinai à partir de la moitié du iiie, contiennent un certain nombre de miroirs sankakubuchi shinjū mais en moindre quantité. L’exemple du kofun de Tsubai Otsukayama (préfecture de Kyōto) illustre bien les relations politiques entre les différents chefs liés dans cette « alliance » à travers la composition des miroirs qu’ils renferment. Dans ce grand kofun ont été retrouvés 36 miroirs en bronze dont 33 sankakubuchi shinjū-kyō. Or, ces miroirs proviennent des mêmes moules que quarante-deux autres miroirs répartis dans des kofun de l’archipel japonais. Dans le kofun de Kurozuka, de la même période (préfecture de Nara), 33 sankakubuchi shinjū-kyō étaient déposés autour du corps du défunt. Dix-huit de ces miroirs sont issus du même moule que d’autres kofun de l’archipel dont neuf avec Tsubai Otsukayama. à eux deux, Kurozuka et Tsubai Otsukayama possèdent 15 % de tous les sankakubuchi shinjū-kyō connus : les chercheurs japonais en déduisent donc que les dirigeants inhumés dans ces deux tombes se procuraient sans doute les miroirs auprès des autorités chinoises et les redistribuaient à leurs « vassaux » de l’archipel en signe de leur allégeance. Il est clair qu’une hiérarchie s’établit : les grands kofun du Kinai contiennent beaucoup de miroirs, les plus petits de la même région un peu moins, les grands kofun hors Kinai encore un peu moins et les petits kofun hors Kinai rarement (Fukunaga, 2002).

4. Les sankakubuchi shinjū-kyō, reflet de l’intégration de l’archipel japonais dans les relations internationales du iiie siècle

8Après quasiment quatre siècles de domination sur l’Asie orientale, l’empire Han (202 avant notre ère - 220 de notre ère) s’effondre. Les commanderies chinoises installées dans la péninsule coréenne reprennent une certaine indépendance et l’influence et le contrôle chinois sur la région disparaissent presque entièrement. Or, c’est avec ces commanderies que les dirigeants de l’archipel japonais entretenaient des contacts diplomatiques depuis au moins le ier siècle de notre ère (attesté par les sources écrites chinoises). Mais en 238 de notre ère, la dynastie de Wei (installée au nord-est de la Chine) rétablit l’hégémonie chinoise sur la région et les relations diplomatiques avec l’archipel japonais reprennent dès 239, ce qui témoigne de l’intégration importante de certaines entités politiques de l’archipel (en l’occurrence celles du Kinai) dans les relations politiques et économiques de l’Asie orientale.

9Ainsi ces miroirs, symboles forts d’un pouvoir politique légitimé par une grande puissance étrangère, servent à la fois de signe de reconnaissance et d’appartenance à un même réseau mais également de signe probable d’allégeance de ceux qui les reçoivent envers ceux qui en ont le monopole et les distribuent, à savoir les dirigeants basés dans la région centrale du Kinai. La différence avec la période précédente, c’est qu’au Yayoi, plusieurs types de miroirs sont accumulés dans un petit nombre de tombes de différents styles. Il semble qu’aucun des chefs de cette époque n’ait eu le monopole de ces objets et de leur distribution, ce qui semble être le cas à la période des kofun (Gilaizeau, 2010 ; Nespoulous, 2007). Il en est de même pour d’autres éléments comme les ressources en fer ou en cinabre à la même époque : le Kinai devient un centre de puissance important, à tendance centralisatrice, et étend progressivement son influence à l’ensemble de l’archipel japonais. Les miroirs sankakubuchi shinjū, associés au kofun, sont les principaux témoins et symboles de ce phénomène.

Bibliographie

Fukunaga S. (2002) – 三角縁神獣鏡, sankakubuchi shinjū-kyō, miroir à bordure à motif de triangles et à motifs de divinités et de bêtes, Kikan Kōkogaku, t. 80, 2002, p. 87-90.

Gilaizeau L. (2010) – Le rôle et l’influence du continent asiatique sur les sociétés de l’archipel japonais durant la protohistoire à travers les pratiques funéraires. Du yayoi moyen au Kofun ancien (ve siècle avant notre ère – ive siècle de notre ère), Thèse de doctorat Université de Paris I – Panthéon Sorbonne, non publié.

Nespoulous L. (2007) – Une histoire de la protohistoire japonaise : de la genèse de l’agriculture à la formation des sociétés archaïques complexes du ve millénaire avant notre ère au vie siècle de notre ère, Thèse de doctorat Hautes Études Asie-Pacifique, non publié.

Table des illustrations

Titre Fig.1. La situation politique en Chine
Légende Période des Trois Royaumes, 220-265 de notre ère) et dans l’archipel japonais au début de la période des kofun.
Crédits Dessin : L. Gilaizeau.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5482/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig.2 Miroir de type sankakubuchi shinjū, site de Koshinohara (préfecture de Shiga), période des kofun
Crédits Conservé au Musée National de Tokyo, bronze, diamètre 25,7 cm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5482/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig.3. Répartition des premiers kofun dans l’ouest de l’archipel japonais (période I du Kofun Ancien, iiie siècle de notre ère)
Crédits Dessin : L. Gilaizeau.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5482/img-3.png
Fichier image/png, 570k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : Le rôle et l’influence du continent asiatique sur les sociétés de l’archipel japonais durant la protohistoire à travers les pratiques funéraires. Du yayoi moyen au Kofun ancien (ve siècle avant notre ère - ive siècle de notre ère).
Directeur : J.-P. Demoule.
Thèse soutenue le 24 mars 2010.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540