Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L’identification des personnes dans les mondes grecs

 | 
Romain Guicharrousse
, 
Paulin Ismard
, 
Matthieu Vallet
, 
et al.

Introduction

Romain Guicharrousse, Paulin Ismard, Matthieu Vallet y Anne-Emmanuelle Veïsse

Texto completo

  • 1 L’expression est de Moses Finley, qui l’appliquait au terme « statut » (Moses I. Finley, L’économie (...)
  • 2 Ilsen About, Vincent Denis, Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, 2010, (...)
  • 3 Rogers Brubaker, « Au-delà de l’“identité” », Actes de la recherche en sciences sociales, 139, 2001 (...)
  • 4 Ibid.

1Cet ouvrage se propose d’aborder la difficile notion d’identité, notion « admirablement vague1 », par le biais des processus d’identification, processus qui conduisent conjointement à singulariser un individu et à le différencier d’un autre pour le reconnaître quels que soient le lieu et le moment2. Quoique large lui aussi, le terme d’identification a l’avantage de renvoyer à un acte à la fois « situationnel et contextuel3 ». Le fait de s’identifier soi-même ou d’identifier quelqu’un est, comme l’a souligné Rogers Brubaker, « intrinsèque à la vie sociale4 ». S’identifier, décliner son identité dans un contexte précis, c’est une manière de se catégoriser, d’affirmer son appartenance à un groupe ou au contraire de s’en distinguer.

  • 5 Jane Caplan, John Torpey (dir.), Documenting Individual Identity: The Development of State Practice (...)
  • 6 Claudia Moatti (dir.), La mobilité des personnes en Méditerranée, de l’Antiquité à l’époque moderne (...)
  • 7 Mark Depauw, Sandra Coussement (dir.), Identifiers and Identification Methods in the Ancient World: (...)

2La question de l’identification a émergé depuis une quinzaine d’années au sein des sciences humaines, en histoire moderne et contemporaine, en sociologie et en science politique principalement. Citons, parmi les jalons essentiels de la réflexion, les ouvrages collectifs dirigés par Jane Caplan et John Torpey, Xavier Crettez et Pierre Piazza, Gérard Noiriel, Keith Breckenridge et Simon Szreter, ou la monographie de Vincent Denis5. L’Antiquité n’est pas restée en marge d’un tel mouvement : trois volumes publiés entre 2004 et 2009, sous la direction de Claudia Moatti, Wolfgang Kaiser et Christophe Pébarthe, ont éclairé les procédures de contrôle et d’identification régissant la mobilité des individus dans la Méditerranée antique, médiévale et moderne6. Sous la direction de Mark Depauw et Sandra Coussement, un ouvrage collectif a été consacré aux identifiants et aux méthodes d’identification en usage dans diverses sociétés antiques7.

  • 8 En 1971, à l’initiative de Hans Julius Wolff, Joseph Mélèze Modrzejewski et Arnoldo Biscardi, était (...)
  • 9 Arnoldo Biscardi, Diritto greco antico, Milan, Giuffrè, 1982, p. 9.
  • 10 Finley écrivait ainsi avec force : « Toute discussion sur l’unité du droit grec, que celle-ci soit (...)

3Ce volume se propose donc de questionner la diversité des régimes d’identification au sein du monde grec, dans toute sa diversité. L’entreprise n’a toute­fois rien d’évident, singulièrement dans le domaine de l’histoire du droit8. L’expérience juridique des cités et des royaumes atteste-t-elle l’existence d’un droit grec unifié ? La controverse oppose deux traditions intellectuelles qui s’inscrivent dans des géographies culturelles et disciplinaires spécifiques. La première d’entre elles, influente dans les pays continentaux largement inspirés par le droit romain, fut longtemps incarnée par des juristes-historiens familiers de la papyrologie juridique grecque. Elle postule une unité fondamentale de l’expérience juridique grecque, en dépit de la diversité des cadres politiques et institutionnels qui furent les siens. Arnoldo Biscardi considérait ainsi que l’étude du droit athénien permettait de reconstruire le substrat commun (sostrato commune) de l’ensemble des droits à l’œuvre dans le monde grec, en dépit d’une documentation lacunaire9. Une telle position n’a pas manqué de susciter les critiques, au nom de son imprudence méthodologique, de la part de nombreux historiens-juristes spécialistes du monde de la cité archaïque et classique, en particulier dans le monde anglo-saxon10. À leur suite, l’habitude s’est imposée de considérer que l’étude du droit athénien, du droit gortynien ou du droit lagide relève de logiques disciplinaires différentes, et que le franchissement de la frontière qui les sépare entretient davantage de confusion qu’il ne génère de profits théoriques.

  • 11 À cet égard, l’ouvrage de Julie Vélissaropoulos-Karakostas, Droit grec d’Alexandre à Auguste (323 a (...)

4Mais il faut souvent peu de choses pour qu’un débat aux termes trop tranchés ne se fige en cloisonnements disciplinaires infondés suscitant de nouveaux points aveugles. Beaucoup considèrent que le droit lagide et le droit athénien de l’époque classique relèvent de structures profondément différentes, de telle sorte que leur éclairage réciproque ne saurait produire d’effets heuristiques11. Il convient pourtant de rappeler, à la lumière de quelques évidences, ce que cette distinction a d’artificiel : les sociétés civiques du monde grec n’ont pas cessé de pratiquer leur droit après la bataille de Chéronée, et, dans cette mesure au moins, le droit propre aux cités de l’époque hellénistique s’inscrit dans l’histoire longue des pratiques juridiques grecques. Inversement, le droit d’époque lagide n’est pas sorti tout armé de la tête de Ptolémée Ier ; il a de toute évidence emprunté des catégories et des procédures au monde des cités de l’époque classique, de même sans doute qu’au royaume de Macédoine.

  • 12 P. Eleph. 1. Voir à ce propos Joseph Mélèze Modrzejewski, Loi et coutume dans l’Égypte grecque et r (...)

5L’effet de rupture tient, de fait, en grande partie à la nature des sources à la disposition de l’historien. Si la documentation épigraphique couvre le temps long de l’histoire grecque, les plaidoyers des orateurs se cantonnent à l’Athènes de l’époque classique, tandis que les papyrus grecs restent en pratique associés à l’Égypte grecque, puis romaine – même si, comme on le sait, ils furent tôt employés dans tout le Bassin oriental de la Méditerranée. Cette exception documentaire a, de fait, largement contribué à forger l’idée d’une « exception égyptienne » dont il reste à interroger le bien-fondé. Il est ainsi manifeste que les immigrants de la première génération ont amené en Égypte non seulement des pratiques juridiques et sociales héritées de la Grèce et de la Macédoine, mais aussi des formulaires, dont le célèbre contrat de mariage d’Éléphantine, daté de 310, peut apparaître comme un exemple emblématique12. Tout en se gardant de l’idée d’un pur et simple transfert qui conduirait uniquement d’Athènes à Alexandrie, il nous a donc semblé qu’une réflexion commune méritait d’être menée, pour aider à faire émerger ce qui subsiste des pratiques des cités classiques dans les royaumes hellénistiques, tout comme les pratiques des royaumes peuvent nous amener à éclairer autrement les pratiques civiques de l’époque classique. En centrant la réflexion sur les formes d’énonciation de l’identité et les procédés d’identification des personnes à l’intérieur des États de l’époque classique et hellénistique, le présent ouvrage souhaite donc dépasser l’ignorance mutuelle qui prévaut ordinairement entre les deux domaines d’études du droit grec.

  • 13 Sur ce point, voir Alain Duplouy, « L’individu et la cité. Quelques stratégies identitaires et leur (...)
  • 14 Geoffrey Ernest Maurice De Sainte Croix, The Class Struggle in the Ancient Greek World from the Arc (...)
  • 15 Voir Carmel Camilleri et al. (dir.), Stratégies identitaires, Paris, Puf, 1990, en particulier p. 4 (...)

6Ce volume entend de surcroît interroger les pratiques identificatoires au-delà de la sphère juridique. De fait, les tenants d’une histoire sociale des identités ne cessent de contester la prédominance « absolue » du cadre juridique pour la définition de soi et d’autrui, en particulier au sein de la cité13. Dans les années 1970-1980, les historiens marxistes avaient déjà mis en exergue la nécessité d’interroger le primat de l’identité légale et de ses dérivés dans des contextes spatiaux et temporels aussi variés que possibles. Geoffrey Ernest Maurice De Sainte Croix postulait ainsi en 1981 : « En réalité, la condition financière d’un affranchi avait bien plus d’importance que son statut légal14. » De leur côté, les sciences humaines ont, depuis les années 1990, développé une riche réflexion sur les « stratégies identitaires » et les « dynamiques identitaires », deux notions qui postulent la capacité des acteurs à faire des choix et à agir sur leur propre définition de soi15. L’idée d’une prédominance du « civique » peut ainsi masquer une réalité sociale plus souple, dans laquelle chacun affirme ses identités en fonction du contexte, et où la cité n’est pas nécessairement le référent principal d’autodéfinition. Cette perspective, horizontale, accorde une place principale à l’individu et à la multiplicité des relations sociales dans lesquelles chacun est impliqué. Ainsi, en s’intéressant à la profession, aux liens familiaux ou aux pratiques religieuses à la fois comme élément d’identification individuelle et comme objet de revendication personnelle et collective, il devient envisageable de dépasser l’approche exclusivement civique de l’identité. Un des buts de cet ouvrage collectif est donc de confronter la perspective sociale et la perspective juridique, en vue de cerner ce qui unit et sépare les tenants d’une histoire sociale à proprement parler, et ceux qui centrent leurs objets sur les normes juridiques et les pratiques en contexte judiciaire.

7Quels éléments concourent au processus d’identification des personnes, selon les documents, les moments et les contextes d’énonciation ? L’épigraphie des cités d’époque classique et hellénistique laisse entrevoir des modes d’identification concurrents (référence au patronyme et/ou au démotique ou phylétique, marques de domiciliation ou référence au métier pour certaines franges de la population), dont les usages demandent à être étudiés en fonction des différents contextes. Il n’en va pas autrement dans le domaine de la papyrologie ptolémaïque, où des types de documents différents suscitent des modes d’identification variés. Si le stock des identifiants disponibles n’est pas extensible à l’infini (nom, éléments de filiation, ethnique, lieu de résidence, caractéristiques physiques, etc.), ceux-ci se distribuent inégalement selon les types de documents et parfois aussi au sein d’un même type documentaire, selon la période en considération, le groupe social auquel appartiennent les individus amenés à s’identifier, ou les individus eux-mêmes. L’enjeu consiste dès lors à comprendre comment ces modes d’identification concurrents coexistent et dans quelle mesure, non seulement sur la scène judiciaire mais aussi dans d’autres contextes spatiaux (sanctuaires, cimetières, etc.) et politiques (scènes théâtrales, etc.), prévaut entre eux une hiérarchie.

8Une première question concerne dès lors le rôle joué par les instances civiques ou l’État en matière d’identification, autrement dit le rapport entre normes et pratiques. Sur un plan méthodologique, la difficulté néanmoins tient au fait que la norme ne peut le plus souvent être saisie que par les documents de la pratique. Dans le cas de l’Athènes classique, la situation est à première vue assez claire : à en croire l’Athenaiôn Politeia, Clisthène aurait imposé l’usage du démotique en lieu et place de celui du patronyme. Reste pourtant à déterminer dans quel contexte spécifique et au sujet de quels documents cette norme avait une dimension contraignante. Dans le cas de l’Égypte, on sait que les Ptolémées ont légiféré en matière d’identification personnelle pour ce qui concerne la comparution devant les tribunaux alexandrins et la rédaction des contrats grecs, mais la question reste ouverte pour les autres catégories de documents et les autres circonstances de la vie sociale. Rien ne dit, par exemple, si les rois avaient édicté des règles sur la manière dont les habitants du pays devaient décliner leur identité personnelle dans les pétitions, qui représentent un genre documentaire particulièrement fourni ; il est même plutôt probable qu’ils ne l’ont pas fait compte tenu de la grande diversité qu’on observe dans la manière qu’ont les pétitionnaires de se présenter.

  • 16 François de Polignac, Pauline Schmitt-Pantel, « Introduction », Revue des études anciennes, 108/1, (...)
  • 17 Daniela Marchiandi, I periboli funerari nell’Attica classica. Lo specchio di una « borghesia », Ath (...)
  • 18 Brubaker, « Au-delà de l’“identité” », art. cité, p. 75.

9Une autre interrogation concerne la liberté qu’ont les acteurs de jouer avec les différents régimes d’identification, dans le cadre d’une démarche consciente, ou simplement en raison de la perception qu’ils avaient de leur identité sociale. Quels étaient, parmi les éléments d’identification requis officiellement dans certains contextes, ceux qui comptaient à leurs yeux ? Quels autres critères étaient jugés utiles dans l’interaction sociale quotidienne ? Le contexte d’énonciation apparaît ainsi primordial pour analyser la manière dont les identités se trouvent exprimées, tout particulièrement lorsqu’elles sont proclamées ou lorsqu’elles doivent être prouvées dans des lieux précis qui peuvent être chargés symboliquement. La formation de l’identité relève donc, comme l’ont déjà affirmé voilà dix ans déjà François de Polignac et Pauline Schmitt-Pantel, d’une « dynamique relationnelle » et n’est jamais acquise définitivement16. Proclamer son/ses identité(s) par une épitaphe ou par une performance orale, c’est se construire soi-même, mais également construire sa place en société, en somme réaliser son anthropopoiêsis pour emprunter un concept de l’anthropologie. Au-delà, c’est participer à la construction d’un groupe, quelle que soit son échelle. Aussi formels – une association, par exemple – qu’informels – telle la « bourgeoisie » dont parlait Daniella Marchiandi pour l’Athènes classique17 –, ces collectifs sont autant d’occasions d’exprimer ses affinités personnelles. Fruit des groupes dans lequel l’individu évolue, l’identité de ce dernier est ainsi empreinte de normes juridiques, sociales, culturelles ou sexuées qu’elle reflète. Comme l’ont souligné les travaux des historiens anthropologues, le contexte social dans lequel un individu intervient joue un rôle déterminant dans la manière que cet individu aura d’affirmer ses identités, d’en privilégier une par rapport à d’autres. Le processus d’identification est en l’occurrence une manière pour des personnes ou des groupes de revendiquer une situation précise dans le jeu des relations sociales et les bienfaits qui lui sont associés18.

  • 19 François Hartog, Le Miroir d’Hérodote, Paris, Gallimard, 1980. Ainsi, « le rapport à l’autre […] a (...)
  • 20 Simona Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Pa (...)

10Ces historiens ont souligné ainsi que les pratiques des hommes et des femmes des mondes anciens pouvaient devenir des marqueurs identitaires. Faire œuvre d’identification et revendiquer un statut juridique ou social est un acte performatif. Choisir d’exprimer voire de proclamer telle ou telle caractéristique est un choix qui peut relever d’une stratégie identitaire : on peut affirmer son appartenance à un groupe sans en faire partie pour autant ; on peut affirmer son appartenance à un groupe en réaction à la création d’un groupe concurrent ; on peut affirmer son appartenance lorsque celle-ci est contestée par autrui. Cette stratégie peut être consciente ou, au contraire, subie : dire qui est l’autre, c’est fabriquer un miroir dans lequel peut se refléter notre propre image, comme François Hartog l’a bien montré pour les Scythes19. Prouver son identité est encore un autre problème. Prouver, c’est montrer, de manière irréfutable, la réalité de son appartenance à un groupe. La nécessité de la preuve implique que l’identification des individus a été remise en question, menacée. L’identification sociale comme juridique peut être frappée d’« incertitude20 » pour reprendre le terme de Simona Cerutti, et nécessite une affirmation et une réaffirmation régulières.

  • 21 Noiriel (dir.), L’identification, op. cit., p. 14.
  • 22 Claudia Moatti, « Reconnaissance et identification des personnes dans la Rome antique », dans Noiri (...)

11Ce point conduit naturellement à la question de la hiérarchisation entre les différentes pratiques d’identification et leur valeur probatoire respective, notamment en contexte judiciaire. Dans les premiers travaux sur l’identification menés par les contemporanéistes, la progressive monopolisation des pratiques d’identification par l’État moderne demeurait l’horizon de la recherche. La naissance des « identités de papier » y était pensée comme inséparable de la construction d’États centralisés à la fin de l’âge moderne ; le « processus bureaucratique de “saisie par l’écriture” de la société française » aurait même constitué un jalon déterminant dans l’élaboration, au tournant des xviiie et xixe siècles, des savoirs d’État21. L’apparition des papiers d’identité est souvent assimilée, de manière parfois très schématique, au passage d’une société de face-à-face, reposant sur l’oralité, à une société complexe, dans laquelle prévaudrait une « identification à distance » reposant sur l’écrit. Aucune de ces deux perspectives, énoncées ici dans toute leur généralité, n’est très féconde pour penser les régimes d’identification à l’œuvre dans le monde des cités grecques, qui se caractérisent par leur pluralisme. Il n’existe pas à l’époque classique, pas plus qu’à l’époque hellénistique, de système unifié et centralisé permettant l’identification de l’ensemble des individus du corps social, raison pour laquelle il est sans doute préférable d’évoquer des pratiques d’identification hétérogènes, aussi bien par leur contenu que par leur visée. Les listes d’individus émanant des subdivisions civiques ou des instances centrales de la cité, les témoignages des cercles de l’interconnaissance, la détention d’objets singuliers (tels les symbola dans le monde marchand), les marques corporelles sont autant d’éléments susceptibles de faire valoir juridiquement l’identité d’un individu. Claudia Moatti a proposé de distinguer ce qui ne serait que « signe-indice » d’une identité, l’ensemble des comportements et pratiques associées à la détention d’un statut ou d’une position sociale, et ce qui serait susceptible de fournir la preuve d’identité en soi-même22. Mais cette distinction est loin d’être évidente, du moins dans la cité classique : parmi les différentes preuves mobilisées au cours d’un procès pour établir l’identité d’un individu, l’une d’entre elles avait-elle force de loi par elle-même ou bien faut-il abandonner l’hypothèse d’une hiérarchie, les juges ayant le pouvoir de statuer sur l’identité de tel ou tel, sans qu’aucun document ou témoignage ne fasse par lui-même autorité ?

  • 23 Jean-Marie Bertrand, « À propos de l’identification des personnes dans la cité athénienne classique (...)
  • 24 Willy Clarysse, Dorothy Thompson, Counting the People in Ptolemaic Egypt, Cambridge, Cambridge Univ (...)

12La question porte en particulier sur la façon dont s’articulent, pour prouver l’identité d’une personne, les pratiques civiques d’identification administrative et celles qui reposent sur l’interconnaissance personnelle. Un ensemble de pratiques d’enregistrement des citoyens, à finalité militaire ou fiscale, existait bel et bien dans les cités – songeons ainsi pour le cas le mieux documenté, celui de l’Athènes classique, au lêxiarchikon grammateion à l’échelon du dème ou au pinax ekklêsiastikos, qui recensait les individus pouvant se rendre à l’Assemblée. Jean-Marie Bertrand a posé en termes lumineux la question de l’usage de ces listes dans la définition du statut de citoyen au sein des procès athéniens23 : si leur vocation première n’était pas de fixer en droit l’identité des individus, pouvaient-elles à l’occasion (et dans ce cas à quelles conditions) être mobilisés pour fournir une preuve d’identité en contexte judiciaire ? Quelle était la valeur probatoire supérieure de ces documents par rapport à celle des témoignages ? Les mêmes types de questions peuvent être posés à propos du royaume lagide. Les listes de personnes qu’on connaît bien désormais pour la Moyenne-Égypte, grâce aux travaux de Willy Clarysse et Dorothy Thompson, témoignent de pratiques administratives avancées en matière d’enregistrement des contribuables24. En revanche, nous ignorons comment le personnel chargé de la rédaction de ces listes s’assurait de l’identité des individus, et si ces derniers pouvaient eux-mêmes recourir à la foi de tels documents pour prouver leur identité – et notamment, pour quelque 30 % d’entre eux, leur qualité d’« Hellènes » – dans d’autres contextes.

13Ces questions sont abordées, à partir de corpus documentaires différents, par les contributeurs de ce volume.

14Un premier groupe de quatre articles interroge le degré d’implication des instances civiques ou de l’État monarchique en matière d’identification des personnes. Deux d’entre eux s’intéressent aux pratiques d’identification dans la cité en portant leur attention sur les deux pôles des hiérarchies statutaires dans l’Athènes classique, le citoyen et l’esclave. Alberto Maffi étudie en particulier les deux moments essentiels dans la vie du citoyen que sont la reconnaissance de paternité et l’inscription dans les registres de dème. Au travers d’un détour comparatiste par le Code de Gortyne, la relecture des deux plaidoyers Contre Boeotos de Démosthène permet de réinterroger dans le détail les formes concrètes que prend la fabrication légale du statut de citoyen dans l’Athènes classique. Paulin Ismard entreprend d’étudier les procédures par lesquelles l’ensemble de la population servile était recensé et la façon dont ses membres étaient identifiés dans le contexte d’un litige judiciaire. Indispensables au fonctionnement ordinaire de la vie civique, des pratiques d’identification multiples existaient en effet pour reconnaître et dénombrer les esclaves. Mais ces pratiques « administratives » ne font pas preuve d’identité, la scène judiciaire demeurant souverainement indifférente aux identités de papier. Uri Yiftach et Yanne Broux étudient quant à eux l’effet des changements de domination politique sur les processus d’identification en comparant la situation de l’Égypte ptolémaïque et celle de l’Égypte romaine. À rebours d’une certaine idée d’un ordre romain succédant au désordre des monarchies hellénistiques, Uri Yiftach met en lumière le contraste entre la rigidité des normes ptolémaïques en matière d’identification des parties dans les documents officiels, et la flexibilité nouvelle introduite par les Romains. De son côté, Yanne Broux montre que la conquête romaine n’en a pas moins suscité des transformations durables dans les pratiques d’identification des personnes en Égypte : les réformes politiques et administratives ont amené le développement des doubles noms et des métronymes, et profondément transformé les types de désignations d’origine. En contrepoint de ces réflexions consacrées au monde hellénophone, l’étude conduite par Marianne Béraud au sujet de l’idionyme Anderesse chez les Convènes éclaire l’impact de la romanité sur les pratiques onomastiques à la même époque.

15Six autres contributions explorent plus particulièrement les relations et les tensions entre identifications individuelles et identifications collectives. Les deux premiers éclairent – dans le cadre de l’Athènes classique – le rapport ambigu entre les normes d’identification promues par les élites civiques au travers des œuvres des auteurs classiques et les pratiques de groupes longtemps considérés en marge ou à l’écart de la citoyenneté athénienne. La plus ou moins grande conformité au modèle civique des pratiques identificatoires des étrangers à Athènes est analysée dans le cadre spécifique du cimetière du Céramique par Romain Guicharrousse. Dans cet article où l’analyse du contexte archéo-épigraphique tient une place importante, l’auteur montre que les étrangers ne se distinguent qu’à la marge des citoyens athéniens. Replacés dans leur contexte archéologique immédiat, les monuments funéraires qui servent de source à l’auteur sont l’occasion de réévaluer les rapports sociaux entre riches étrangers et citoyens athéniens dans la mort. Marie-Laure Sronek s’éloigne du cadre hérité des auteurs anciens selon lequel un lien s’impose entre travail manuel et indignité sociale. L’auteure examine le travail comme champ privilégié auquel s’identifient les membres de différents corps de profession. Elle peut ainsi observer le rapport que les individus entretiennent avec leur métier à Athènes. Ces observations sont menées grâce à l’examen de sources épigraphiques (dédicaces, inscriptions funéraires et tables de défixion) dans lesquelles les travailleurs participent eux-mêmes au processus de leur identification.

16Le cadre archéologique et épigraphique de Delphes aux périodes archaïque et romaine permet l’étude de pratiques d’identifications individuelles et collectives spécifiques au contexte oraculaire. Ludovic Sot examine les inscriptions dédicatoires archaïques du sanctuaire dans lesquelles des particuliers proclament leur identité. Émerge alors le portrait d’une élite fortunée dont les pratiques oscillent autour de normes collectives plus ou moins partagées et de choix personnels délibérés. Kévin Bouillot montre, lui aussi grâce à l’étude de sources épigraphiques, en quoi le sanctuaire oraculaire d’Apollon pythien constitue une référence dans le processus de construction identitaire de trois lieux d’Anatolie romaine. La cité de Magnésie du Méandre et les sanctuaires apolliniens de Didymes et Claros usent de leurs relations avec le modèle oraculaire delphique pour proclamer une identité propre.

17Deux dernières études s’intéressent à des groupes socioprofessionnels particuliers de l’Égypte hellénistique et romaine et à leurs pratiques d’identification dans la documentation papyrologique. L’évolution et les nuances de ces pratiques suggèrent des rapports subtils entre les individus, les groupes et l’administration chargée d’établir les normes d’identification officielle. Stéphanie Wackenier s’intéresse tout particulièrement à l’identification des clérouques de l’Égypte lagide des deux derniers siècles av. J.-C. dans un type spécifique de contrats notariés : les contrats de parachôresis. L’étude des formulaires normatifs utilisés dans ces documents permet d’évaluer l’appropriation des normes par les clérouques eux-mêmes, et leur identification à un groupe dont le renforcement rencontre l’intérêt de l’État lagide, en quête de consolidation après les troubles du début du iie siècle av. J.-C. L’article de Lucia Rossi traite de l’identification des nauclères dans l’Égypte hellénistique et romaine grâce à l’étude des papyrus produits dans le cadre de leur activité. Le contrôle de ces propriétaires de navires marchands chargés du transport de céréales était essentiel tant pour l’État lagide que pour l’administration romaine. L’auteure montre que les évolutions dans les normes d’identification utilisées – avec notamment le recours à des identifiants professionnels mais aussi personnels – tiennent au renforcement du contrôle de l’administration et à l’évolution de la fonction de nauclère.

18Les trois articles réunis dans la dernière section de cet ouvrage mobilisent des sources littéraires (Nicolas Siron, Évelyne Scheid) et papyrologiques (Gert Baetens) pour interroger les pratiques d’identification en contexte judiciaire et parajudiciaire. Dans l’Athènes classique, les plaideurs qui comparaissent devant une instance dotée d’un pouvoir judiciaire, qu’il s’agisse du Conseil ou du tribunal, fréquemment composée de plusieurs centaines de personnes, se trouvent confrontés à la nécessité de se présenter et de fournir dans un temps très limité une image d’eux-mêmes et de leurs témoins afin de légitimer leurs prétentions. Nicolas Siron étudie tout d’abord la façon dont était assurée l’identité des témoins, dont le rôle était fondamental dans le déroulement du procès. Leur présentation par les parties est le résultat d’une élaboration discursive, d’autant plus partiale qu’elle vise à emporter l’adhésion des juges. L’auteur examine en particulier les critères identitaires mis en avant afin de faire valoir la qualité et la fiabilité d’un témoignage. Évelyne Scheid concentre son étude sur la mise en scène de soi de la part des plaideurs, au sein du corpus des plaidoiries de Lysias. Dans un système qui, à côté de l’exposé des faits et de l’usage des éléments qu’Aristote qualifie de non techniques, fait une large place aux éléments de la technique oratoire susceptibles de générer la persuasion, le récit autobiographique déroulé par les plaideurs joue un rôle central. Leur manière d’être, leurs actions, leurs convictions sont exposées par eux de manière à répondre au code de valeurs en usage ainsi qu’aux attentes des juges qui détiennent le pouvoir de voter pour ou contre eux. La contribution de Gert Baetens révèle que de telles stratégies discursives peuvent se déployer également dans des textes documentaires. Les auteurs des pétitions ptolémaïques composées sur papyrus n’étaient pas des orateurs, mais ils savaient eux aussi mettre en scène des facettes particulières de leur identité sociale pour capter l’attention du roi et de ses agents, et donner à leurs requêtes les meilleures chances d’aboutir. L’étude met ainsi en lumière les éléments qui, à côté d’informations objectives relatives au traitement des affaires (comme le nom ou le lieu de résidence), relèvent du domaine des persuasive identities.

Notas

1 L’expression est de Moses Finley, qui l’appliquait au terme « statut » (Moses I. Finley, L’économie antique, Paris, Minuit, 1975, p. 62). Il nous semble qu’elle vaut aussi pour le terme « identité », lequel est assurément devenu un mot-valise dans les sciences sociales, aussi fréquemment employé que rarement défini : voir Claude Dubar, La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, Puf, 2000, p. 1. La notion d’identité ethnique en particulier, souvent interprétée comme équivalent de l’ethnicité, demeure d’une remarquable ambiguïté comme l’a souligné Christel Müller, « Introduction : la fin de l’ethnicité ? », dans Christel Müller, Anne-Emmanuelle Veïsse (dir.), Dialogues d’histoire ancienne, 10, 2014, supplément Identité ethnique et culture matérielle dans le monde grec, p. 15-33.

2 Ilsen About, Vincent Denis, Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, 2010, p. 4.

3 Rogers Brubaker, « Au-delà de l’“identité” », Actes de la recherche en sciences sociales, 139, 2001, p. 66-85, ici p. 75.

4 Ibid.

5 Jane Caplan, John Torpey (dir.), Documenting Individual Identity: The Development of State Practices in the Modern World, Princeton, Princeton University Press, 2001 ; Xavier Crettiez, Pierre Piazza (dir.), Du papier à la biométrie. Identifier les individus, Paris, Presses de Sciences-Po, 2006 ; Gérard Noiriel (dir.), L’identification. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin, 2007 ; Keith Breckenridge, Simon Szreter (dir.), Registration and Recognition: Documenting the Person in World History, Oxford University Press, Proceedings of the British Academy, 2012 ; Vincent Denis, Une histoire de l’identité. France (1715-1815), Seyssel, Champ Vallon, 2008. Voir également About, Denis, Histoire de l’identification des personnes, op. cit.

6 Claudia Moatti (dir.), La mobilité des personnes en Méditerranée, de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et documents d’identification, Rome, EFR, 2004 ; Claudia Moatti, Wolfgang Kayser (dir.), Gens de passage dans les villes méditerranéennes, de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, EFR, 2007 ; Claudia Moatti, Wolfgang Kayser, Christophe Pébarthe (dir.), Le monde de l’itinérance en Méditerranée, de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Bordeaux, Ausonius, 2009.

7 Mark Depauw, Sandra Coussement (dir.), Identifiers and Identification Methods in the Ancient World: Legal Documents in Ancient Societies, Louvain, Peeters, 2014, t. 3.

8 En 1971, à l’initiative de Hans Julius Wolff, Joseph Mélèze Modrzejewski et Arnoldo Biscardi, était fondée la Société internationale d’histoire du droit grec et hellénistique. Le succès scientifique de la société savante, à l’origine des rencontres régulières du Symposion n’est aujourd’hui plus à démontrer : c’est sous son égide que l’étude du droit des mondes grecs s’est imposée comme un des domaines d’études les plus actifs dans le champ des savoirs sur l’Antiquité. En même temps qu’elle entendait rendre à l’étude du droit des mondes grecs une place éminente en l’émancipant de la tutelle écrasante du droit romain, la société savante avalisait toutefois, par le choix même de son nom, le principe d’une distinction cardinale entre deux domaines d’étude : le droit grec, d’une part, qui aurait concerné le monde des cités depuis le haut-archaïsme jusqu’à la fin du ive siècle, et le droit hellénistique, d’autre part, à l’œuvre dans les royaumes issus de la conquête d’Alexandre, et que laisse entrevoir en particulier la documentation papyrologique de l’Égypte lagide. Certes, les figures tutélaires de la discipline considéraient qu’il existait bel et bien un ensemble de concepts juridiques, voire une orientation dogmatique, communs à l’ensemble du monde grec, depuis l’époque archaïque jusqu’à l’époque romaine (Hans Julius Wolff évoquait ainsi les concepts juridiques communs (gemeinsame Rechtsvorstellungen) à l’ensemble du monde grec : Hans Julius Wolff, « Juristische Gräzistik –Aufgaben, Probleme, Möglichkeiten », dans Symposion 1971. Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte, Vienne/Cologne, Böhlau Verlag, 1975, p. 1-22, ici p. 21). Pourtant, dans un contexte de spécialisation croissante des champs académiques, l’idée de l’hétérogénéité juridique des mondes grecs a gagné de nombreux partisans.

9 Arnoldo Biscardi, Diritto greco antico, Milan, Giuffrè, 1982, p. 9.

10 Finley écrivait ainsi avec force : « Toute discussion sur l’unité du droit grec, que celle-ci soit complète ou partielle, devra descendre du niveau stratosphérique qui est celui des “modes de pensée juridiques” [Rechtsdenken] et des “sensibilités juridiques” [Rechtsgefühl] pour atteindre les questions plus banales et “opérationnelles” c’est-à-dire proprement historiques » (Moses I. Finley, « The Problem of Unity of Greek Law », dans The Use and Abuse of History, New York, Chatto and Windus, 1975, p. 134-152 [1966]).

11 À cet égard, l’ouvrage de Julie Vélissaropoulos-Karakostas, Droit grec d’Alexandre à Auguste (323 av. J.-C.-14 apr. J.-C.), Athènes/Paris, De Boccard, 2011, 2 vol., constitue un tournant puisqu’il entend dépasser cette division artificielle en abordant le droit grec à l’époque hellénistique, qu’il s’agisse aussi bien du monde des cités que celui des royaumes, dans une perspective clairement unitariste.

12 P. Eleph. 1. Voir à ce propos Joseph Mélèze Modrzejewski, Loi et coutume dans l’Égypte grecque et romaine, Varsovie, R. Taubenschlag Fondation, 2014, p. 129-130.

13 Sur ce point, voir Alain Duplouy, « L’individu et la cité. Quelques stratégies identitaires et leur contexte », REA, 108/1, 2006, p. 61-78.

14 Geoffrey Ernest Maurice De Sainte Croix, The Class Struggle in the Ancient Greek World from the Archaic Age to the Arab Conquests, Londres, Duckwoth, 1981, p. 179 : « The financial condition of the freedman really mattered more than his technical legal status. »

15 Voir Carmel Camilleri et al. (dir.), Stratégies identitaires, Paris, Puf, 1990, en particulier p. 49 (Isabelle Taboada-Léonetti). Les auteurs définissent les stratégies identitaires comme des « procédures mises en œuvre (de façon consciente ou inconsciente) par un acteur (individuel ou collectif) pour atteindre une, ou des, finalités (définies explicitement ou se situant au niveau de l’inconscient), procédures élaborées en fonction de la situation d’interaction, c’est-à-dire en fonction des différentes déterminations (socio-historiques, culturelles, psychologiques) de cette situation » (p. 24).

16 François de Polignac, Pauline Schmitt-Pantel, « Introduction », Revue des études anciennes, 108/1, 2006, p. 7.

17 Daniela Marchiandi, I periboli funerari nell’Attica classica. Lo specchio di una « borghesia », Athènes, Scuola archeologica di Atene, 2011.

18 Brubaker, « Au-delà de l’“identité” », art. cité, p. 75.

19 François Hartog, Le Miroir d’Hérodote, Paris, Gallimard, 1980. Ainsi, « le rapport à l’autre […] a une valeur constitutive » selon Edmond-Marc Lipiansky, Isabelle Taboada-Leonetti, Ana Vasquez, « Introduction à la problématique de l’identité », dans Camilleri et al. (dir.), Stratégies identitaires, op. cit., p. 20. Dans ce passage, les auteurs se réfèrent aux travaux de Claude Lévi-Strauss et à son séminaire au Collège de France : Claude Lévi-Strauss (dir.), L’Identité. Séminaire interdisciplinaire (1974-1975), Paris, Puf, 1977.

20 Simona Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard, 2012.

21 Noiriel (dir.), L’identification, op. cit., p. 14.

22 Claudia Moatti, « Reconnaissance et identification des personnes dans la Rome antique », dans Noiriel (dir.), L’identification, op. cit., p. 27-55.

23 Jean-Marie Bertrand, « À propos de l’identification des personnes dans la cité athénienne classique », dans Jean-Christophe Couvenhes, Sylvia Milanezi (dir.), Individus, groupes et politique à Athènes de Solon à Mithridate, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2007, p. 201-214.

24 Willy Clarysse, Dorothy Thompson, Counting the People in Ptolemaic Egypt, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540