Version classiqueVersion mobile

Transiger

 | 
Julie Claustre

Troisième partie. Enjeux de l’inscription des transactions

Artisan et marchand du xive siècle

Les archives privées de Jean Teisseire

Mélanie Dubois Morestin

Résumé

À partir du dossier documentaire archivistique rassemblé par Jean Teisseire, marchand cordier d’Avignon du xive siècle, il est possible d’analyser les techniques et choix d’inscription des transactions professionnelles et personnelles d’un particulier soucieux de sa documentation. Incarnant une petite élite urbaine assez représentative de la ville d’Avignon, et devant gérer une multitude d’activités, artisanales, politiques et marchandes, la production d’écrits variés et conservés par le cordier lui-même permet de comprendre les chaînes documentaires qui jalonnent son parcours. S’il n’est pas un professionnel de l’écriture, au sens notarial du terme, il détient cependant des compétences qui lui confèrent des capacités particulières, dans le domaine de l’écriture et de la gestion. Il met en place une palette de formes d’écritures qui traduisent des fonctions et des utilisations diverses de ces dernières. C’est par l’analyse de deux dossiers, concernant Durant Vias d’une part, Olivier Séguret d’autre part, qu’il est possible de mettre à jour les choix clairs et conscients que fait l’artisan quand il s’agit de porter à l’écrit des transactions qui sont pourtant en grande partie orales.

Texte intégral

  • 1 Voir l’analyse d’une pièce qui n’apparaît plus dans les Grandes Archives d’Avignon, mais qui est vi (...)

1Comprendre la manière dont un particulier choisit d’inscrire l’ensemble des transactions professionnelles et personnelles qu’il mène est ce que nous permet le dossier documentaire archivistique rassemblé par Jean Teisseire, un marchand et cordier d’Avignon du xive siècle. Cet artisan est un chanvrier : il fait commerce de chanvre, qu’il transforme en des productions variées, notamment des cordes, cordelettes et divers liens. Fils d’un chanvrier, Guillaume Teisseire, et frère d’un autre cordier, Bermond (ou Raymond) Teisseire, il s’inscrit dans un patrimoine familial. Ce dernier n’est pas fait de possessions immobilières ou foncières, mais de savoir-faire que Jean Teisseire développe et transmet à son tour dans son atelier. Après avoir été formé chez Pons de Marroco, son patron, dans les années 13401, lorsqu’il avait environ vingt ans, il s’installe à son compte entre 1345 et 1347 et commence à mettre en œuvre la gestion de son affaire, jusqu’en février 1384, date de sa mort. Son activité est cependant plus ample : s’il est artisan et marchand, il est également propriétaire foncier et immobilier, ce qui l’amène à gérer des transactions financières, notamment liées à des locations.

2Il incarne ainsi une petite élite urbaine assez représentative de la ville d’Avignon, par ces diverses facettes de son activité ainsi que par quelques activités publiques qu’il exerce : il est ainsi membre du conseil de la ville, entre 1367 et 1376 au moins, et est également administrateur de l’œuvre de l’hôpital du pont Saint-Bénezet entre 1372 et 1374. C’est l’ensemble de ces activités qui entraîne la production de documents variés, conservés dans les archives privées du cordier.

Figure 1 — Emplacement des possessions principales de Jean Teisseire

Figure 1 — Emplacement des possessions principales de Jean Teisseire
  • 2 Sur cette expression, voir M. Foisil, « L’écriture du for privé », dans Ph. Ariès (dir.), Histoire (...)
  • 3 Livre de raison conservé aux AD de Vaucluse, Dépôt Avignon, II330 (désormais ADV, II330). Le reste (...)

3Ce dossier documentaire, constitué d’écrits de la pratique, et notamment d’écrits du for privé2, complétés d’actes notariés et de comptabilités qu’il tient ou fait tenir, est exceptionnel par sa richesse et sa conservation en un tout cohérent. L’ensemble des archives du cordier a été transmis intégralement à la mort de l’artisan à la ville, héritière universelle de ses biens : si le dossier est encore très ample, il n’est cependant pas complet, la ville n’ayant conservé que les éléments les plus utiles à sa propre gestion des biens hérités du cordier – ainsi principalement les actes notariés, preuves des possessions immobilières et foncières. Datés de la fin du xive siècle, et plus précisément des années 1369 à 1377, ces documents se composent essentiellement d’un livre de raison, liber rationis, qui permet à l’artisan de se rendre compte à lui-même de l’ensemble de son activité et d’en garder mémoire3. Ce livre, de plus de 200 folios se compose ainsi de plusieurs éléments. On y trouve successivement :

  • une liste des créances non soldées, reprenant les transactions de livres plus anciens – non conservés, pour les années 1367-1369, sur les neuf premiers folios ;

  • des comptabilités liées à sa fonction d’administrateur de l’hôpital, pour les années 1372 à 1374, sur 31 folios ;

  • 189 folios correspondant à son livre de raison, composés de notices relativement courtes rappelant les transactions liées à l’affaire du cordier, ainsi qu’à certains événements de sa vie personnelle, des années 1370 à 1377.

  • 4 Sur le manuel et les écritures marchandes, voir notamment, dans la même perspective, Chr. Klapisch- (...)

4Il ne s’agit donc pas d’un livre de comptes uniquement, mais d’un ouvrage composite, qui tient la ratio, c’est-à-dire la gestion d’une activité aux facettes variées. Ces trois éléments se trouvent rassemblés dans un manuscrit qui réutilise un manuel d’un marchand italien, daté des années 1365 et 1367, ce qui permet d’expliquer la présence de cahiers entièrement recouverts de l’écriture de ce précédent marchand, et qui n’ont pas de rapport avec Jean Teisseire, sinon l’opportunité. Ce document est le manuel quotidiennement utilisé pour transcrire l’ensemble des transactions professionnelles et personnelles passées par le cordier : il est le point d’entrée central de l’ensemble des écritures qu’il effectue. Il tient ainsi à jour son registre, qu’il nomme « cartulaire » et entretient les relations sociales nécessaires à son travail4.

Tableau 1 — Chronologie du manuscrit II330 de Jean Teisseire

Année concernée

Année de rédaction

Liste de dettes

1367-1369

1370

Livre de raison

1370-1378

1370-1377

Comptabilités de l’hôpital

1372-1374

1372-1374

  • 5 Voir sur ces points Mélanie Morestin Dubois, Pratiques scripturales et pratiques économiques, les a (...)
  • 6 Comme on peut le lire dans son inventaire après décès, ADV, Grandes Archives, Boîte 96, actes no 32 (...)
  • 7 Elles sont conservées aux ADV, Grandes Archives, Boîte 96, Inventaire Pintat.
  • 8 Comptabilités tenues pour Peyret Ortolan ainsi que pour Douceline de Saze.
  • 9 ADV, Dépôt Avignon, DD9 et DD10 : livre censier de la ville et quittances, en tant qu’héritière des (...)

5Il n’est cependant pas l’unique document conservé autour de Jean Teisseire, même s’il sera la source utilisée de manière privilégiée dans cette étude. Outre d’autres livres de raison dont Jean Teisseire fait mention mais qui ne sont pas conservés5, on trouve également un ensemble d’actes notariés, au nombre de 200 environ, traitant de ses transactions immobilières et foncières principalement. Ces grosses, établies pour Jean Teisseire à sa demande, et conservées par lui6, ont ainsi été transmises à la ville7. À ces deux sources principales s’ajoutent des comptabilités tenues pour des membres de sa famille dont il avait la tutelle, et qui complètent ainsi le portrait de l’homme8. En réalité, un certain nombre de documents annexes viennent encore étoffer la vision de la carrière de Jean Teisseire ainsi que ses compétences en matière de gestion et de mémorisation des transactions, telles que des notices présentes dans des registres de notaires, même si en nombre très restreint en raison des aléas de conservation de ces registres pour le xive siècle à Avignon ; ou bien encore des livres de quittances établis par la ville pour gérer les biens du cordier après sa mort et qui témoignent de son patrimoine, de manière indirecte9.

Tableau 2 — Tableau général des archives de Jean Teisseire

Livres de raison

Livres spécialisés

Polisias

Comptabilités particulières

Actes notariés conservés

1356

Livre des cordes

Diverses

Peyret Ortolan

Divers

1367

Livre de l’ouvroir

Douceline de Saze

1369

Livre vert

Succession de Peire d’Uzès

1370/1376

Petit cartulaire

6Ce corpus, parce que pensé et conçu par son auteur, permet d’établir de manière précise et suivie la façon dont Jean Teisseire choisit des outils et des procédures d’inscription, dans toute leur diversité. S’il n’est pas un professionnel de l’écriture, au sens notarial du terme, et donc de l’inscription des transactions, il détient cependant des compétences qui lui confèrent des capacités particulières, dans les domaines de l’écriture et de la gestion. Ainsi, la tenue de son entreprise et de sa maisonnée passe par la mise en place d’une palette de formes d’écriture qui traduisent des fonctions et des utilisations diverses de ces dernières. Dans un milieu de l’interconnaissance permanente, fait de relations et réseaux sociaux, au cœur de l’entreprise tout comme de la maisonnée, la compréhension de l’économie domestique et professionnelle de cet homme passe notamment par l’analyse précise des modalités par lesquelles il écrit. Dans une perspective micro-historique et quasiment ethnographique, scrutant les pratiques d’écriture de Jean Teisseire, nous nous demanderons comment il faisait varier ses techniques d’inscription afin non seulement de gérer ses biens mais aussi de construire ses relations.

  • 10 Sur cette activité de propriétaire, voir surtout A.-M. Hayez, « Le patrimoine immobilier urbain d’u (...)

7Nous verrons tout d’abord que Jean Teisseire avait une haute idée de la valeur de ses écrits, avant de s’appuyer sur deux dossiers de transactions, liés à deux personnages : Olivier Séguret et Durant Vias, interlocuteurs réguliers du cordier. Notons cependant qu’ils ne sont pas liés à l’activité de chanvrier de Jean Teisseire, mais à son profil de propriétaire immobilier et foncier10 : ils louent de lui un certain nombre de tables afin d’exercer leur métier de boucher. C’est à travers ces deux ensembles de transactions qu’il sera possible de mettre à jour les techniques d’inscriptions ainsi que les choix clairs et conscients que fait l’artisan dans ces écritures. Choisit-il des inscriptions sous la seule forme de notices ? Fait-il au contraire le choix de notices inscrites sous forme de quittances sous seing privé et archivées ? Passe-t-il devant notaire ? Ce sont les raisons liées à chacun de ces choix qui pourront être mises au jour.

Inscription et conservation des transactions

8L’écriture notariée, l’écriture privée, le livre de raison, les parchemins ou encore feuillets de papier, sont autant de modalités et de supports d’inscription que le personnage utilise et manie quotidiennement. La valeur probatoire de l’ensemble de ces écritures n’est pas négligeable.

  • 11 G. Bayle, « Un trésorier général de la ville d’Avignon au xive siècle. La messe de la Concorde », M (...)
  • 12 Voir le document 2 à la suite de cet article.
  • 13 Selon G. Bayle, Jean Teisseire indique ainsi que Raymond Arnaut se fait « de la table placée devant (...)

9En effet, Jean Teisseire évoque cette valeur de l’écrit dans une des requêtes adressées contre d’anciens associés, qui n’ont pas comblé ses attentes. Ce texte, perdu, mais transcrit et traduit par G. Bayle dans l’article consacré au personnage11, mentionne en effet les manquements des associés de Jean Teisseire au cours de l’année 1374 et les sommes que ce dernier estime avoir perdues. Cette mésaventure fait suite à un contrat d’association passé avec trois anciens facteurs, mentionnés dans le livre de raison, et qui est présent au folio 8612. Il transmet ainsi, en janvier 1374, la « raison » de son ouvroir à Guillaume Bonaut, Jaumet Davit et Raymond Arnaut, en leur confiant 1 300 florins afin de faire fonctionner l’atelier. Jean Teisseire doit récupérer les deux tiers des bénéfices, tandis que ses associés se partageront le tiers restant. L’association, qui devait durer deux ans, échoue rapidement : dès juin 1374, Jean Teisseire mentionne une mauvaise action de Guillaume Bonaut, qui commerce en son nom propre, au folio 93v. En août 1375, l’association est rompue, comme on peut le lire au folio 115, après des mois qui n’ont pas permis d’engranger un profit important (à peine 180 florins, ce qui semble très peu en comparaison des sommes habituellement mentionnées par Jean Teisseire, autour de 800 florins). La requête est adressée contre l’un des associés, Raymond Arnaut seulement : il semble être le seul à ne pas avoir remboursé Jean Teisseire. La requête détaille l’attitude de cet associé, mais surtout les dommages13 : lorsque Jean Teisseire évoque une somme de 800 florins, au moins, en guise de dommages et intérêts, le cordier précise qu’il en a des preuves écrites, qu’il peut produire au besoin. La perte est ainsi évaluée à 400 florins auxquels s’ajoutent des dommages et intérêts à hauteur de 800 florins, ce qui amène à un total de 1 200 florins de réparation demandés par le cordier. Or il est clair dans cette affaire que l’écrit tient un rôle primordial : le cordier indique clairement être capable de fournir les preuves de tout ce qu’il avance. Écrire est ainsi une manière de conserver les preuves des transactions passées, qui acquièrent une valeur probatoire si l’occasion le demande. Au-delà de la valeur juridique, c’est aussi la valeur de l’écrit dans la défense de la réputation d’un atelier qui est en jeu. L’ensemble des documents produits par Jean Teisseire ont ainsi non seulement une valeur pratique dont l’effectivité est immédiate, mais également une valeur qui s’inscrit dans le temps long. L’utilisation précise qu’il peut en faire reste néanmoins obscure, en raison de l’absence de sources sur ce sujet, en ce qui concerne l’artisan.

10Il semble d’ailleurs que le seing privé qu’il utilise, lorsqu’il rédige des quittances signées de son seing, parce qu’il cherche notamment à imiter l’écriture notariale, acquière également une valeur probatoire importante. Ainsi, l’artisan indique-t-il à de nombreuses reprises, en ce qui concerne ce type d’inscriptions, qu’elles sont faites « en testimoni de veritat », c’est-à-dire pour preuve de vérité. Ainsi, au folio 72 par exemple, on peut lire « e z en testimoni de veritat, li ai fag polisia en lo sieu petit cartolari », c’est-à-dire « En témoignage de vérité, je lui en ai fait une quittance dans son petit cartulaire ». Cette mention est intéressante à double titre : le cordier indique la valeur de la notice, qui est une garantie supplémentaire mais on voit également qu’elle peut prendre la forme d’une écriture réalisée directement dans le cartulaire d’un interlocuteur. Cette valeur est confirmée au folio 89v, lorsque Jean Teisseire écrit « e per maior fermeza, li ai fag polisia de la mieua man sagelada del mieu sagel », c’est-à-dire « pour plus grande fermeté, je lui en fait quittance de ma main, signée de mon sceau ». L’insistance sur la valeur de l’écriture est ainsi forte : l’écrit possède une valeur d’authentification essentielle dans certaines transactions, notamment lorsqu’elles courent sur un temps relativement long.

11Cette valeur de garantie est d’autant plus intéressante sur l’ensemble des écritures de Jean Teisseire qu’elle semble résider dans la possession même de la notice ou de l’écrit en question. C’est notamment visible dans le cas des « polisias » sous seing privé qui sont conservées le temps que l’affaire soit soldée et réglée. Elles peuvent ensuite être rendues à celui qui l’avait établie. On peut prendre l’exemple d’une transaction passée avec Peire Laplantade pour laquelle nous possédons également la quittance, à deux mains, divisée en deux parties : la première indique que Peire Laplantade atteste devoir à Jean Teisseire, le 16 novembre, un florin payé à Bertrand Armani. La deuxième partie de cette même notice est la notation par Bertrand Armani affirmant avoir reçu ce florin. Le tout est remis au cordier pour attester la dette et permettre le suivi de son paiement. Cette notice est glissée au folio 115, accompagnée d’une note inscrite dans le livre de raison dont le contenu est le suivant :

Mosen Peire Laplantada deu que ai paguat per el divenres a XVI de novembre que reseup Mosen Bertrand Armani : I florin.

  • 14 Voir le document 3 en annexe.

Avem aisi en esta carta 1 polisia de sa man14.

  • 15 Cela est cependant rare. On peut signaler seulement le folio 111v dans lequel Jaufre de Sanhon écri (...)
  • 16 Voir ainsi l’inventaire de 1480, ADV, Dépôt Avignon, AC II1, qui indique en fin de liste que sont p (...)

12La conservation de ces notices est aléatoire quant au lieu d’archivage : certaines sont restées dans le livre de raison de Jean Teisseire, soit à l’état de feuillets volants, soit sous la forme d’inscription d’interlocuteurs dans le livre du cordier15, qui apparaît bien comme le point central de l’administration domestique du scripteur ; d’autres ont été conservées dans des coffrets et sont alors perdues pour nous, sans doute jetées par la ville lorsqu’elle a hérité des biens et des archives du cordier, ne conservant que ce qui était nécessaire à sa pratique. En effet, les inventaires des archives du xve siècle mentionnent les actes de Jean Teisseire, en précisant cependant, en fin de liste, que d’autres documents existent, qui sont sans intérêt pour elle16.

Tableau 3 — Classement des archives de Jean Teisseire

Type de coffre

Lieu

Type de document

Petit coffret

Chambre

Polisias

Caisse

Ouvroir

Polisias

Coffres divers

Maison + ouvroir

Actes notariés

  • 17 Voir J. Cornette, Un révolutionnaire ordinaire. Benoît Lacombe, négociant, 1759-1819, Seyssel, 1986

13Ainsi, écriture et conservation des archives sont indissociablement liées : la facilité à manier les diversités documentaires s’accompagne d’une minutie de la conservation qui permet à Jean Teisseire de constituer des archives efficaces pour gérer son ouvroir et son ménage. Le livre de raison est devenu un véritable livre coffre à la manière de ce que décrivait Joël Cornette au sujet de Benoît Lacombe : « Le papier journal est un embryon vital de textes… qui féconde tous les autres17. »

14Cependant, bien qu’attaché à la valeur des écritures transactionnelles, Jean Teisseire n’était pas systématique dans ses efforts de conservation. Un nombre sans doute important de transactions ne passent que par des inscriptions temporaires, non archivées et non conservées, qui nous échappent et participent des chaînes de transactions et de l’épaisseur relationnelle pourtant fondamentale entre les personnages. De fait, et malgré l’usage raisonné que Jean Teisseire fait de l’écrit, des transactions ne nous sont pas connues et la place de l’oral et des négociations précédant une inscription notamment nous restent parfois mystérieuses.

  • 18 ADV II330, fol. 41.
  • 19 Sur cette notion de l’économie de la débrouille et des petits arrangements, voir M.-S. Mazzi, « L’a (...)

15L’exemple d’une transaction avec Esmengarda18, boulangère, nous en apporte la preuve. En effet, elle loue des tables auprès de Jean Teisseire, à l’instar de Olivier Séguret ou de Durant Vias que nous évoquerons. Cependant, elle paie une partie des loyers par du pain fourni au cordier, mais aussi par des travaux ponctuels qu’elle effectue pour ce dernier. Il n’en précise pas la nature mais parle pourtant de deux mois complets de travail qu’elle a effectués pour son compte. D’autre part, au folio 15v déjà, une précédente transaction passée avec cette même boulangère précisait que la location d’une table, pour 5 florins d’or, impliquait un accord sur la fourniture de farine : « tenir la farina ». Ainsi, si les inscriptions sont nécessaires aux transactions, elles sous-entendent cependant des arrangements oraux qui nous échappent et sont en partie insérés dans des relations suivies19.

Variations quantitatives des inscriptions et intensités des relations

16L’écriture dans le livre de raison permet à Jean Teisseire d’inscrire des transactions dans le temps et dans le cadre d’un réseau social développé au fur et à mesure de son activité.

  • 20 Pour ces transactions, voir ADV II330, fol. 14v, 56, 74, 89v, 107 et 141.

17L’ensemble des transactions liées à Olivier Séguret est à cet égard particulièrement intéressant : il regroupe des transactions produites entre 1370 et 1376 et qui concernent des locations d’étals de boucherie. Ainsi le cordier loue au boucher des tables permettant à son interlocuteur de faire commerce. C’est donc autour de son rôle de propriétaire immobilier que se développent des modalités d’inscription diverses20. Il n’est pas possible de déterminer si l’ensemble des transactions passées entre Olivier Séguret et Jean Teisseire sont présentes dans le livre de raison : il n’est pas exclu que des transactions orales soient passées entre eux. Cependant, le suivi des locations entre les deux hommes s’établit sur plusieurs années consécutives, ce qui semble indiquer une utilisation assez minutieuse du livre de raison.

Tableau 4 — Les transactions entre Jean Teisseire et Olivier Séguret

Tableau 4 — Les transactions entre Jean Teisseire et Olivier Séguret
  • 21 Ainsi, au folio 14v, la location s’effectue envers Olivier Séguret et à son frère, pour les deux ta (...)
  • 22 Sur le destin et sur l’administration de l’œuvre du Pont, voir P. Pansier, « L’histoire de l’ordre (...)
  • 23 Le livre de raison évoqué plus haut contient une partie des comptabilités tenues par Jean Teisseire (...)

18Les relations qui unissent Olivier Séguret et Jean Teisseire sont en réalité beaucoup plus larges que la seule transaction professionnelle liée à ces locations. Cette épaisseur relationnelle paraît essentielle pour comprendre les modalités d’inscription des transactions : le choix des informations retenues et la manière d’authentifier ou non l’écrit tiennent compte de cette confiance acquise par le cordier envers cet interlocuteur. Ainsi, Jean Teisseire fait parfois crédit au frère d’Olivier Séguret, à son oncle ainsi qu’à sa mère21. D’autre part, Olivier Séguret est fournisseur de l’hôpital Saint Bénezet22, hôpital dont Jean Teisseire est l’administrateur désigné par la ville entre 1372 et 1374 au moins23. Ces notices qui apparaissent comme des contrats de location résumés, sont établies à partir des grosses des notaires rédigées et conservées par ailleurs. Par le biais de l’inscription, le cordier réduit la part d’incertitude qui régit ses relations commerciales et établit une somme d’informations utiles et utilisables de manière pratique, par le biais du livre de raison.

19Ces transactions se présentent visuellement sous la forme de notices qui occupent une page entière dans le livre. Cela n’est pas anodin : le livre de raison est habituellement constitué de notices courtes, très allusives. Les contrats de location sont au contraire développés, et même s’ils ne reprennent que l’essentiel de l’acte notarié auquel ils renvoient sans faute, ces contrats sont mis en valeur dans le texte et attirent l’attention dans l’ordonnancement visuel du livre. D’autre part, alors que les contrats de location des premières années de la relation de Jean Teisseire et Olivier Séguret occupent une place importante, les contrats suivants, intervenant plusieurs années après les premières transactions, n’occupent qu’un espace bien plus restreint. C’est ainsi que sur l’espace de la page s’inscrit une temporalité, ainsi qu’une épaisseur relationnelle progressivement établie. Les mentions de paiement elles-mêmes se font plus rares et plus réduites, au fur et à mesure des années. L’épaisseur relationnelle de ces affaires entre les deux hommes, entraîne une réduction progressive de la nécessité de l’écriture précise des conditions de la transaction. Le dernier texte, pour l’année 1376 ne représente que quelques lignes dans le livre de raison :

  • 24 ADV II330, fol. 141. Voir le document 4 à la suite de cet article.

Olivier Séguret, boucher, m’a payé à moi Jean Teisseire le mardi 4 mars 8 florins de la reine pour le loyer de la table qu’il loue de moi, pour la sortie de l’année passée, qui se termine le jour de carême 1376. De ceci je lui ai fait quittance de mon sceau24.

  • 25 Voir à ce sujet A. Stella, « Ars lane ou ars rationandi », dans Actes du congrès de la SHMESP, 1988 (...)

20Le livre de raison s’apparente alors à un outil qui permet à Jean Teisseire de se rendre raison à lui-même de son activité, et d’en garder la mémoire immédiate. L’utilisation concurrentielle de l’acte notarié et du seing privé entraîne une complexité que le livre de raison réduit : il est le point d’entrée utilisé quotidiennement par le cordier et à partir duquel il peut retrouver les documents annexes produits en guise de preuves complémentaires. Il est le lieu pratique de gestion, dans une langue vernaculaire et dans un texte résumé des actes notariés. Il est également l’écrit qui rétablit la cohérence25 dans les activités de Jean Teisseire : il réunit les diverses temporalités et crée l’unité d’un ensemble documentaire, par le biais de renvois internes et externes notamment. La cohérence s’établit entre des temps passés et à venir : écrire est indispensable à la gestion quotidienne de son activité mais est en même temps la manière qui permet au cordier d’inscrire dans un temps présent, maîtrisable, l’ensemble de ses activités.

  • 26 On atteint ici la valeur éminemment sociale et performative de l’écriture. Voir à ce sujet Fl. Webe (...)

21Si des temporalités diverses sont à l’œuvre dans le livre de raison, il est également le lieu qui permet la gestion de relations sociales, comme on a pu ici le constater. La maîtrise des contrats locatifs participe de la posture de Jean Teisseire en tant qu’entrepreneur. Il gère ainsi par l’écrit une activité économique qui n’est pas annexe dans sa carrière d’artisan et de marchand, bien au contraire, son activité l’amenant à manier des sommes qui tournent autour de 300 à 400 florins par année. Gérer des contrats et des locations, écrire, c’est gérer également des relations d’affaires et assurer des réseaux sociaux qui passent ici notamment par des relations de dépendance26. Écrire, c’est donc faire et nouer des liens au-delà des échanges purement économiques qui sont à l’œuvre dans ces transactions : écrire exprime ainsi un lien social, et l’inscription des transactions entretient des liens, à l’intérieur d’un groupe.

Variations typologiques des inscriptions : l’exemple de Durant Vias

  • 27 On trouve ces transactions entre Jean Teisseire et Durant Vias aux fol. 70, 88v, 129v, 130v et 146v

22L’étude d’un ensemble de transactions comparable mais dont les modalités d’inscription sont à la fois plus diverses et précises, permet de mieux comprendre le rôle du livre de raison dans le corpus documentaire constitué par Jean Teisseire27. Il s’agit là encore d’un boucher, Durant Vias.

Tableau 5 — Les transactions entre Jean Teisseire et Durant Vias

Tableau 5 — Les transactions entre Jean Teisseire et Durant Vias
  • 28 Les termes de ces transactions sont en cela parfaitement habituels et reprennent ce qui pouvait êtr (...)

23Chaque notice est l’occasion d’énoncer les termes du contrat, bien mentionnés : la durée de la location apparaît, de même que le loyer et les dates prévues de ces paiements – échelonnés sur l’année. Le notaire qui a procédé à la rédaction d’un acte est précisé et clairement mentionné, de même que le lieu où la grosse est éventuellement classée, si Jean Teisseire l’a demandée28.

24La première location est effectuée le 20 juin 1373. On peut lire :

En 1373, le 20 juin, moi Jean Teisseire ai loué la place et la boutique que tenaient Raimon Loros pour faire table de boucherie et je la loue à Durant Vias, boucher de porc frais et salé, pour qu’il y tienne son étal de boucherie. Je la lui loue pour la durée d’un an, du jour dit au jour de carême qui arrive prochainement, pour prix de 10 florins valant 24 sous chacun. Il m’a payé immédiatement 5 florins et les 5 autres florins doivent être payés au mois de décembre prochain. À la fin de l’année, il doit me rendre ladite table avec la boutique sans empêchement.

De ceci j’ai l’acte notarié de maître Jean Daumas de Montpellier, notaire de cette ville. Dans cet acte, il est fait mention que Durant Vias a été fait et reçu citoyen de la ville.

  • 29 ADV II330, fol. 79. Le texte en provençal est donné en annexe à cet article (document 5).

Durant Vias paye le vendredi 3 février, 5 florins29.

  • 30 Cette précision est importante en raison des conditions favorables dont jouissaient les courtisans (...)

25La table de boucherie, tenue auparavant par Raimon Loros, comme Jean Teisseire le rappelle, est louée à Durant Vias pour un an, avec la date de Carême pour limite temporelle. Le loyer est de 10 florins, payé en deux versements de 5 florins. Le premier paiement est effectué immédiatement, l’autre remis à plus tard, au mois de décembre. Le cordier indique posséder l’acte notarié, rédigé par Jean Daumas de Montpellier. Le détail est poussé plus loin puisque le cordier indique la recherche documentaire effectuée par le notaire, impliquant une séquence temporelle supplémentaire : le notaire a dû vérifier la citoyenneté de Durant Vias, auprès d’un confrère, avant de l’inscrire dans son propre acte30. Ainsi, cette transaction, qui est la première entre Durant Vias et Jean Teisseire, pour ce que nous en savons, passe par le notaire, de manière officielle, et avec vérification des statuts des personnages. On notera un fort décalage entre la date prévue du paiement, au mois de décembre, et la date effective à laquelle ce paiement est intervenu, en février. Cela n’entraîne pas d’augmentation dans le prix du loyer, et il ne semble pas que des intérêts soient donc prélevés sur ce crédit.

26La seconde location intervient le 15 février 1374 pour une seconde table et une boutique qui y est liée, les deux étant proches de l’ouvroir de Jean Teisseire. On peut ainsi lire au folio 88v :

Durant Vias, boucher de porc, a loué de moi Jean Teisseire la table de boucherie, avec une boutique, pour vendre la viande. Ces table et boutique se trouvent devant la porte de mon petit ouvroir, dans la rue Saint Pierre. Je les lui loue pour un an entier, et non plus, qui commence le mercredi 15 février 1374. Il doit me donner de loyer 12 florins courant, de la valeur de 24 sous chacun, payables à la fête de Pâques 6 florins et en janvier 6 florins. En plus de ces 12 florins, Durant Vias doit me donner un porc […].

De ceci j’en ai l’acte par la main de maître Jean Daumas de Montpellier.

Durant Vias a payé le 30 mars 6 florins.

  • 31 Le texte en provençal est donné en annexe à cet article (document 6).

Durant Vias paie le mercredi 31 janvier pour le reste du loyer de la table de boucherie 6 florins […]. Ceci annule et casse l’ensemble des autres quittances faites par maître Jean Daumas de Montpellier31.

  • 32 Sur le rapport entre Jean Teisseire et les notaires, voir ma thèse, Pratiques scripturales…, chap. (...)
  • 33 Les polisias sont des quittances établies sur des feuillets, permettant d’attester d’’un paiement o (...)

27Le notaire utilisé est toujours le même entre les deux hommes. Il s’agit du notaire préférentiellement utilisé par Jean Teisseire de manière générale32 et exclusivement concerné par les transactions liant le cordier à Durant Vias, ce qui permet un suivi et une mémoire active plus efficaces. Le loyer est fixé à 12 florins, payables à la fête de Pâques pour les 6 premiers florins et en janvier pour les 6 florins restants. S’ajoute à ce loyer habituel un porc que doit fournir le boucher à Jean Teisseire, lorsque ce dernier le souhaitera et de la valeur qui conviendra au cordier, ce qui n’est pas sans conséquence sur le prix effectif du loyer. Là encore, les circonstances et les conditions du contrat sont développées et le renvoi à l’acte notarié gardé par Jean Teisseire est fait. Le premier paiement intervient le 30 mars pour les 6 premiers florins et le suivant le 31 janvier : ces derniers nous sont connus par des ajouts successifs rédigés par le cordier. Ces paiements viennent alors annuler les polisias de reconnaissance de dettes rédigées par Jean Daumas. Ce pluriel utilisé pour parler des polisias semble indiquer un certain nombre de transactions dont nous n’avons pas connaissance : la profondeur de la chaîne des transactions est ainsi plus large et nous échappe en partie – malgré les détails donnés par le cordier. Cette deuxième location permet de tirer quelques conclusions : si le contrat de location initial semble toujours faire l’objet d’un passage chez le notaire, il ne semble pas en revanche que ce soit le cas pour les paiements annuels, voire pluri-annuels. Ces paiements apparaissent bien dans le livre, mais sous la forme de simples notices, parfois redoublées d’une quittance sous seing privé, que le cordier nomme polisia33. Il les inscrit parfois à la suite du contrat de location, lorsque l’espace sur la page de son livre le permet, comme c’est le cas au folio 88v. Cependant, il arrive également que la place manque : dans ce cas, il reporte une notice de paiement plus loin dans le livre, comme c’est le cas au folio 130v. Ces différentes formes sont assurément liées à l’objectif de Jean Teisseire : le but peut être de garder mémoire des termes d’un contrat qui inclut des arrangements spécifiques entre les deux hommes (fol. 79) ; dans un autre cas, il s’agit simplement de mettre à jour une notice, afin de tenir le compte de ce qui reste à payer (fol. 130v).

28Pour autant, ces deux types d’inscription ne s’excluent pas l’un l’autre, bien au contraire : on constate un véritable redoublement de l’écriture des transactions.

  • 34 Il n’est cependant pas possible de déceler une organisation clairement explicable des différents do (...)

29En effet, si les actes notariés sont conservés par Jean Teisseire dans des caisses et coffres rangés dans sa maison, sa boutique et son ouvroir, le livre de raison – de même que tous les livres qui pouvaient exister par ailleurs et dont nous avons la trace dans les écrits de Jean Teisseire mais pas dans les archives – l’était également34.

Tableau 6 — Répartition des archives de Jean Teisseire

Type de pièce

Type
de documentaire

Nombre

Moyen
de conservation

Chambre

Cartulaires + actes notariés

8 cartulaires

1 livre de parchemin

Des instruments et papiers

X

X

Deux coffres

Cour voisine

Cartulaires

6 Cartulaires

2 Cartulaires

Coffre

Coffre

Chambre voisine de la cuisine

Cartulaires + actes notariés

5 Cartulaires

Actes nombreux

X

X

30Cela signifie que les transactions apparaissent ainsi sous de nombreuses formes d’écriture. Le livre de raison est alors la mémoire active de toutes ces formes et le lieu de conservation quotidienne de ces transactions. Alors que les actes notariés, une fois classés, ne sont pas utilisés quotidiennement, ni mis à jour par Jean Teisseire en tout cas, le manuel du marchand est au contraire maniable et utilisable de manière journalière. Il peut être mobilisé à tout moment. Les notices sont ainsi disponibles immédiatement, pratiques à mettre à jour, à annoter, corriger ou préciser. En effet, le livre de raison n’est pas un texte figé mais bien un texte et un écrit en constante évolution : les corrections, les annotations et les ajouts sont nombreux et sont indispensables à la compréhension du fonctionnement concret de l’écriture chez Jean Teisseire. S’il est le lieu de l’interconnaissance et du réseau social comme on l’a dit, il est aussi celui de la gestion concrète d’une activité professionnelle et personnelle.

  • 35 ADV, II330, fol. 130v.

31Mais le souci pragmatique de gestion n’explique pas toutes les pratiques d’inscription. L’épaisseur relationnelle et la confiance pratique établies progressivement viennent également expliquer ces choix : ainsi, le troisième extrait en 1375, concernant toujours Durant Vias, présente une transaction pour laquelle il n’y a plus d’intervention du notaire. L’ensemble passe sous seing privé uniquement. En effet, la profondeur de la relation permet que les échanges entre les deux hommes se fassent de manière plus informelle. La confiance établie, les paiements se font directement, sans passer devant notaire. Le texte établit ainsi35 :

  • 36 Nous soulignons.

Durant Vias boucher de porcs m’a payé à moi Jean Teisseire le samedi 12 janvier 8 florins, qu’il me devait pour le loyer de la table qu’il tient et loue de moi, au mazel Saint Pierre, c’est-à-dire pour la fin de l’année qui se terminera le 12 avril. Je lui en ai fait une quittance de ma main, signée de mon sceau36. Ledit Durant Vias a quitté la table le 12 avril, 1376, et paie 8 florins.

  • 37 Selon l’expression de Jean Teisseire, même si les signatures n’apparaissent pas dans le livre de ra (...)

32La dernière location dont on ait la trace est effectuée en 1376, pour une autre table. Le contrat de location passe encore devant notaire – comme il est d’usage – mais les quittances sont effectuées sous seing privé37 : ainsi, sur la même page, et dans la même temporalité, on voit apparaître les deux modalités d’inscription. En fonction du type de transactions, mais aussi en fonction de la profondeur temporelle de la relation qui unit les hommes, les choix sont ainsi différents et fort significatifs.

33Ce livre est ainsi le résultat de ces choix d’inscriptions, faits en fonction des commodités et nécessités d’utilisation, malgré la sécurité déjà apportée par l’authentification notariée. Il ne faut pas oublier que nombre de notices n’existent que sous la forme du livre, et ne sont pas passées devant notaire. Ce texte acquiert alors un véritable rôle juridique si besoin.

  • 38 Voir Chr. Klapisch-Zuber, « Les archives de famille italiennes : le cas florentin, xive-xve siècles (...)
  • 39 Sur l’administration domestique voir C. Dardy, « De la paperasserie à l’archive : l’administration (...)

34Ainsi, le livre de raison occupe une place centrale dans une production domestique d’écrits très large : registres, liasses, correspondances et autres, intégrés à une gestion domestique, puis organisés, pensés et classés. C’est ainsi une véritable « palette des rôles et éventail des formes » qui apparaît dans les pratiques scripturales de Jean Teisseire38. Cette dernière entraîne une paperasserie d’usage quotidien, qui doit être organisée39. Sans atteindre la technicité d’un notaire ou d’un expert en comptabilité, Jean Teisseire manifeste une grande dextérité dans le maniement de l’écrit : il sait faire varier la taille de ses inscriptions, leurs modalités, au fil des relations suivies qu’il entretient avec ses partenaires, comme Olivier Séguret et Durant Vias.

Annexes

Documents

Document 1. Contrat d’association

AD Vaucluse, dépôt d’Avignon, II330, fol. 86.

Document 2. Notice concernant Peire Laplantade

AD Vaucluse, Dépôt d’Avignon, II330, fol. 115.

Document 3. Notice concernant Olivier Seguret

AD Vaucluse, Dépôt d’Avignon, II330, fol. 141.

Document 4. Transcription d’un contrat concernant Durant Vias

AD Vaucluse, Dépôt d’Avignon, II330, fol. 79r.

L’an MCCCLXXIII diluns a XX jorns del mes de iuin loguiei yeu Johan Teiseire la plasa an la botigueta que tenie Raimon Loros par far taula de mazel e loguiei la a Durant Vias mazelier de porc frecs e salat per far taula de mazel ai la li loguada per lo terme del jorn sus dig entro al jorn fenit de carem amtran prochanament venent per lo pres de X florins corens de XXIIII sous cascun dels cals m’a pagua tantost V florins e los autres V florins mi deu paguar per tot lo mes de dezembre prochanament venent e z a la fin del terme el mi deu rendre la dicha taula an la botigueta ses dengun enpachament aisi con sieutadan que z el es.

E d’aiso esta carta per la man de maystre Johan Dalmas de Monpeilier notari desta sieutat en la cal nota de la sus dicha carta fa mension que z el es fag e reseuput sieutadan e maystre johan Dalmas de monpeilier aiusta la nota del sieutadanaie a l’ostal de mosen Alisandre de Florensa.

Paguet Durant Vias divenres a III jorns de fevrier V florins.

Document 5. Transcription d’un contrat concernant Durant Vias

AD Vaucluse, Dépôt d’Avignon, II330, fol. 88v.

Durant Vias mazelier de porc a loguat de mi Johan Teiseire la taula del mazel an la botigueta per estremar la carn la cal taula e la botigueta es aranda la porta del petit obrador mieu en la cordaria de Sant Peire e z ai la li loguada per lo terme d’un an complit e non plus lo cal an a comensa dimercres a XV jorns del mes de febrier de l’an MCCCLXXIIII e deu mi donar de loguier XII florins corens de la valor de XXIIII sous per cascun florin paguados a la festa de pascas prochanament venent VI florins e per tot lo mes de ginoyer que venra aprop ensiguent autres sieis florins e mais aquestos doze florins el mi deu donar lo dig Durant Vias I bon porc vieu […]

E d’aiso esta carta per la man de maystre Johan Dalmas de Monpeilier.

A paguat Durant Vias a mi Johan Teiseire dijous sans a XXX del mes de mars VI florins.

Paguet Durant Vias a mi Johan Teiseire dimercres a XXXI de ginoyer per la resta del loguier de la taula del mazel per razon d’aquesta la cal sera complit e fenir lo jorn de carem antran de l’an prezent MCCCLXXV casant e anulhant totas autres polisias fachas per maystre Johan Delmas de Monpeilier : VI florins.

Notes

1 Voir l’analyse d’une pièce qui n’apparaît plus dans les Grandes Archives d’Avignon, mais qui est visible dans l’inventaire de la ville, ms. 2833, Bibliothèque Ceccano, fol. 101v : Item aliud instrumentum quictationis facte per Pontium de Marroco, olim canabasserium, Iohanni Textoris, eius factori, de gestis et administratis per eum, sumptum per Jacobum Chalon, MCCCXL septimo et die XXIV aprilis.

2 Sur cette expression, voir M. Foisil, « L’écriture du for privé », dans Ph. Ariès (dir.), Histoire de la vie privée, Paris, 1986, p. 331-364. La bibliographie sur cette thématique est désormais foisonnante et il n’est pas possible ici de prétendre à l’exhaustivité. Signalons seulement les études de Jean Tricard, et notamment « Qu’est-ce qu’un livre de raison limousin du xve siècle », dans J. Tricard, Renaissance d’un pauvre pays, études sur le Limousin du xive-xviie siècle, Tours, 1998, p. 171-184 et id., Livres de raison, chroniques, terriers, les passions d’un médiéviste, Limoges, 2007. Voir également le groupe réuni autour de J.-P. Bardet et F.-J. Ruggiu, sur les écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914 : le GDR no 2649 a été créé en 2003 et renouvelé en 2007. Les colloques et études sont établis dans une perspective européenne et trans-historique particulièrement intéressante et touchent aux thématiques les plus récentes concernant ces écrits du for privé : présence du je, question du genre, modalités d’inscription et de conservation, amitié et famille notamment. Signalons seulement, M. Cassin, J.-P. Bardet, F.-J. Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé, objets matériels, objets édités. Actes du colloque de Limoges, 17-18 novembre 2005, Limoges, 2007.

3 Livre de raison conservé aux AD de Vaucluse, Dépôt Avignon, II330 (désormais ADV, II330). Le reste des archives est conservé dans les Grandes Archives d’Avignon, Boîte no 96, Inventaire Pintat.

4 Sur le manuel et les écritures marchandes, voir notamment, dans la même perspective, Chr. Klapisch-Zuber, « Comptes et mémoire : l’écriture des livres de famille florentins », dans L’écrit dans la société médiévale, texte en hommage à Lucie Fossier, Paris, 1991, p. 251-258.

5 Voir sur ces points Mélanie Morestin Dubois, Pratiques scripturales et pratiques économiques, les archives privées de Jean Teisseire, marchand avignonnais du xive siècle, thèse sous la direction de Laurent Feller, université Paris 1, chap. v, p. 282 et suiv.

6 Comme on peut le lire dans son inventaire après décès, ADV, Grandes Archives, Boîte 96, actes no 3246.

7 Elles sont conservées aux ADV, Grandes Archives, Boîte 96, Inventaire Pintat.

8 Comptabilités tenues pour Peyret Ortolan ainsi que pour Douceline de Saze.

9 ADV, Dépôt Avignon, DD9 et DD10 : livre censier de la ville et quittances, en tant qu’héritière des biens de Jean Teisseire.

10 Sur cette activité de propriétaire, voir surtout A.-M. Hayez, « Le patrimoine immobilier urbain d’un marchand cordier avignonnais : Jean Teisseire », Bibliothèque de l’École des chartes, 154, 1996, p. 427-484.

11 G. Bayle, « Un trésorier général de la ville d’Avignon au xive siècle. La messe de la Concorde », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 1889, p. 137-163. Cette pièce semble donc avoir été perdue. G. Bayle n’en donne pas la référence précise, malheureusement.

12 Voir le document 2 à la suite de cet article.

13 Selon G. Bayle, Jean Teisseire indique ainsi que Raymond Arnaut se fait « de la table placée devant la porte de l’ouvroir un coussin », alors qu’il dilapide les sommes confiées par son patron en boisson et nourriture, ne faisant qu’un artisanat de mauvaise qualité.

14 Voir le document 3 en annexe.

15 Cela est cependant rare. On peut signaler seulement le folio 111v dans lequel Jaufre de Sanhon écrit dans le livre du cordier qu’il doit à Jean Teisseire 18 gros pour des articles de corderie. Jean Teisseire ajoute la mention du paiement de cette somme deux années plus tard, en 1377, à la suite de la première notice. Cela prouve encore une fois la mémoire que représente le livre de raison : Jean Teisseire est capable d’y revenir deux ans plus tard pour compléter une note.

16 Voir ainsi l’inventaire de 1480, ADV, Dépôt Avignon, AC II1, qui indique en fin de liste que sont présents un certain nombre d’autres actes, notamment liés à l’héritage de Jean Teisseire, et présentés en un fascicule, non portés à la connaissance parce qu’estimés comme peu utiles ou redondants. Ces documents ne sont pas présents au-delà du xvie siècle : Plura alia instrumenta sunt in eodem armario… ligata in uno fasciculo que non sint valde… non sunt singulariter notata.

17 Voir J. Cornette, Un révolutionnaire ordinaire. Benoît Lacombe, négociant, 1759-1819, Seyssel, 1986.

18 ADV II330, fol. 41.

19 Sur cette notion de l’économie de la débrouille et des petits arrangements, voir M.-S. Mazzi, « L’arte di arrangiarsi », dans La trasmissione dei saperi nel Medioevo (secoli XII-XV), Centro italiano di studi di storia e d’arte, Pistoia, 2005, p. 263-288.

20 Pour ces transactions, voir ADV II330, fol. 14v, 56, 74, 89v, 107 et 141.

21 Ainsi, au folio 14v, la location s’effectue envers Olivier Séguret et à son frère, pour les deux tables. De la même façon, au folio 56, la location se fait à Olivier Séguret et au frère de sa mère, son oncle, Benezechon Nicolau.

22 Sur le destin et sur l’administration de l’œuvre du Pont, voir P. Pansier, « L’histoire de l’ordre des frères du pont d’Avignon », dans Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1992, p. 19, n. 1.

23 Le livre de raison évoqué plus haut contient une partie des comptabilités tenues par Jean Teisseire pour l’hôpital Saint-Bénezet, pour les années 1372 à 1374, des fol. 10 à 42, selon la numérotation moderne reconstituée. Cela ne représente pas la totalité de son activité d’administrateur, mais cette tâche n’a pas été effectuée par le cordier durant de très nombreuses années. Dès 1376, il n’est plus mentionné comme administrateur, remplacé pour des raisons qui restent obscures.

24 ADV II330, fol. 141. Voir le document 4 à la suite de cet article.

25 Voir à ce sujet A. Stella, « Ars lane ou ars rationandi », dans Actes du congrès de la SHMESP, 1988, p. 113-119. Il montre bien comment l’unité et la cohérence d’une entreprise passe notamment par la constitution d’outils scripturaux. Ainsi, dans son cas, l’unité de l’entreprise lainière n’est pas physique mais scripturaire : ce sont les registres de compte qui rétablissent l’unité morale de l’entreprise. Il indique ainsi que la « centralisation de la manufacture florentine de draps était tout d’abord une invention mentale, pensée de façon abstraite, ou plus précisément, écrite », p. 119, dans sa conclusion à l’article cité. Quant à l’inscription qui rassemble dans un même ouvrage des temporalités qui se situent en amont et en aval de l’écriture, voir R. Mordenti, « Les livres de famille en Italie », Annales. Histoire, sciences sociales, 2004, p. 785-804.

26 On atteint ici la valeur éminemment sociale et performative de l’écriture. Voir à ce sujet Fl. Weber, « Le cahier, le gage et le symbole : l’efficacité de l’écriture pratique », dans D. Boisseuil, P. Chastang, L. Feller, J. Morsel (dir.), Écritures de l’espace social. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010. Elle montre bien comment l’écriture est un lieu d’expérimentation de systèmes graphiques et de techniques d’inscription de transactions, qui permet à Jean Teisseire dans notre cas de réaliser un outil de gestion. Par l’écriture, il met en séquences des éléments qui prennent ainsi un sens nouveau : son travail, régulier, lui permet d’accumuler une expérience, un habitus dans ses pratiques scripturales, on le verra plus loin.

27 On trouve ces transactions entre Jean Teisseire et Durant Vias aux fol. 70, 88v, 129v, 130v et 146v.

28 Les termes de ces transactions sont en cela parfaitement habituels et reprennent ce qui pouvait être repérable pour Olivier Séguret.

29 ADV II330, fol. 79. Le texte en provençal est donné en annexe à cet article (document 5).

30 Cette précision est importante en raison des conditions favorables dont jouissaient les courtisans dans les locations auprès des citoyens d’Avignon. Il était donc plus avantageux de louer à un citoyen qu’à un courtisan. Voir B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon. 1309-1376, étude d’une société, Paris, 1966.

31 Le texte en provençal est donné en annexe à cet article (document 6).

32 Sur le rapport entre Jean Teisseire et les notaires, voir ma thèse, Pratiques scripturales…, chap. iv, p. 232 et suiv.

33 Les polisias sont des quittances établies sur des feuillets, permettant d’attester d’’un paiement ou d’une transaction. Il s’agit d’une variation sur « apodixia », terme employé par les notaires d’Avignon à la fin du xive siècle, venu du grec apodeiknumi (montrer). Un synonyme latin employé par les mêmes notaires est cedula.

34 Il n’est cependant pas possible de déceler une organisation clairement explicable des différents documents en fonction des lieux d’habitation. Voir ainsi ma thèse, Pratiques scripturales…, op. cit., chap. v, p. 295 et suiv. Le principe qui semble dominer est celui du classement par type documentaire, et non pas par utilisation de ces documents. Ainsi, un coffret est spécifiquement destiné aux polisias, tandis que les actes notariés sont classés dans un coffre différent, appelé « caisa grosada », voir fol. 134 et 114v. Les cartulaires sont ainsi dispersés dans plusieurs pièces, stockés dans des coffres parmi des objets qui sont sans rapport ; les actes notariés et écrits de papier sont stockés dans des coffres plus spécifiques, dans des pièces moins nombreuses.

35 ADV, II330, fol. 130v.

36 Nous soulignons.

37 Selon l’expression de Jean Teisseire, même si les signatures n’apparaissent pas dans le livre de raison lui-même : elles n’apparaissent que dans les feuillets annexes, nommés polisias.

38 Voir Chr. Klapisch-Zuber, « Les archives de famille italiennes : le cas florentin, xive-xve siècles », dans L’autorité de l’écrit au Moyen Âge, XXXIXe congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, p. 361-376.

39 Sur l’administration domestique voir C. Dardy, « De la paperasserie à l’archive : l’administration domestique », dans D. Fabre (dir.), Par écrit, ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, 1997, p. 187-200.

Table des illustrations

Titre Figure 1 — Emplacement des possessions principales de Jean Teisseire
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 4 — Les transactions entre Jean Teisseire et Olivier Séguret
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Tableau 5 — Les transactions entre Jean Teisseire et Durant Vias
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54752/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54752/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54752/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 460k

Auteur

Mélanie Dubois Morestin, ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, agrégée d’histoire et docteur en histoire médiévale est actuellement professeur au lycée Wallon de Valenciennes, en section internationale britannique. Chercheuse associée au LaMOP (UMR 8589), au cours de son travail sur les pratiques scripturales et économiques des élites urbaines du xive siècle avignonnais, elle a notamment publié : « Transmission des savoirs : culture matérielle et pratique de l’écrit dans le livre de raison de Jean Teisseire, marchand cordier du xive siècle », dans Apprendre, se produire, se conduire : le modèle au Moyen Âge, XLVe Congrès de la SHMESP (mai 2014), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2015, p. 105-114 ; « Lire, écrire, compter : Jean Teisseire et les petites élites urbaines au xive siècle à Avignon », dans La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes. Les Moyen Ages de François Menant, Diane Chamboduc de Saint Pulgent et Marie Dejoux éd., Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search