Version classiqueVersion mobile

Transiger

 | 
Julie Claustre

Première partie. Les mots des transactions

Des terres et des liens

Transactions foncières du haut Moyen Âge

Laurent Feller

Résumé

À travers l’étude de deux dossiers d’actes du ixe siècle concernant deux membres de la petite aristocratie foncière italienne portant l’un et l’autre le titre de sculdasius, l’article s’interroge sur les politiques foncières qu’ont menées ces personnages, acheteurs et vendeurs de parcelles de terres et d’exploitations : leur action amène à reposer la question de l’existence, durant le haut Moyen Âge, d’un marché de la terre où les transactions sont encadrées par des normes et à s’interroger sur la formation des prix fonciers ainsi que sur les modes de paiement choisis.

Texte intégral

  • 1 Sur la question des transactions foncières et de leur signification durant le haut Moyen Âge, L. Fe (...)

1Je propose dans les pages qui suivent de mettre en parallèle les transactions effectuées par deux notables italiens de l’époque carolingienne, deux personnages vivant dans les années 850 à 900, le premier près de Plaisance, Pierre de Niviano, et le second dans les Abruzzes, Garibald de Langobardia. Exerçant la même fonction et portant le même titre (sculdassius pour Pierre et sculdahis pour Garibald), ce sont des égaux statutaires. Le but de ce texte est de comparer leur attitude à l’égard de leur richesse foncière et de l’argent qu’ils manipulent, à travers les dossiers d’actes qui nous sont parvenus et qui documentent presque exclusivement des transactions foncières1. On s’intéressera aux buts qu’ils poursuivent en achetant, vendant et échangeant des terres et aux finalités économiques, sociales et symboliques de leur action.

  • 2 F. Bougard, « Pierre de Niviano, dit le Spolétin, sculdassius, et le gouvernement du comté de Plais (...)

2Ils ne sont pas connus par le même type de sources. Le chartrier de Pierre de Niviano nous a été en grande partie conservé et transmis en original. Il a fait l’objet d’études soignées, ainsi que d’une publication en fac-simile parmi les chartes de Plaisance dans la collection des Chartae Latinae Antiquiores2. Riche de 28 pièces concentrées sur une période de vingt ans (897-898), ce dossier est un monument paléographique et diplomatique autant qu’un ensemble documentaire instruisant le comportement d’un individu au sein de sa société. La gamme typologique des actes contenus dans le dossier est étendue et les négoces accomplis par le personnage apparaissent comme complexes.

  • 3 Il n’existe pas d’édition scientifique de ce cartulaire important à tous points de vue et il faut e (...)
  • 4 La datation de la plupart des actes du dossier est problématique et ne peut souvent être donnée qu’ (...)

3Le second dossier est transmis par un cartulaire du xiie siècle, celui de San Clemente a Casauria, et les actes qui le composent ont subi de ce fait de nombreuses altérations : la plupart des textes ne nous sont parvenus que sous la forme de notices ne contenant qu’un nombre minimal d’informations concernant les noms des auteurs et la localisation du bien. Elles sont accompagnées d’éléments de description sommaires donnant des indications de surface et mentionnant souvent, mais pas toujours, le prix auquel le bien s’est échangé. L’ensemble comprend 19 documents centrés sur Garibald, son épouse et leurs activités économiques. Il forme une véritable chaîne documentaire permettant de suivre quelques-unes des terres et leurs possesseurs sur un demi-siècle environ3. Le dossier a une consistance chronologique certaine : les actes s’étalent sur une période de temps allant de 850 à 8794. Nous possédons enfin, avec la transcription de l’acte par lequel Garibald a vendu tous ses biens au monastère de Casauria en 879, une liste sans doute exhaustive de ses biens immeubles et le terminus ad quem du dossier, Garibald n’ayant plus été en relations avec Casauria après 879.

  • 5 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 292, avec renvoi à F. Bougard, La justice dans le (...)
  • 6 L. Feller, « Introduction. Enrichissement, accumulation », art. cité et C. Wickham, « Conclusions » (...)

4Garibald et Pierre de Niviano portent le même titre et exercent la même fonction, qui n’a d’ailleurs plus grande utilité dans la seconde moitié du ixe siècle5. Leur niveau de fortune est sensiblement différent, mais leur attitude à l’égard de la richesse et les politiques qu’ils mettent en œuvre pour accroître leur patrimoine est comparable, même si le dossier de Pierre de Niviano couvre une gamme typologique bien plus ample que celui de Garibald de Langobardia. L’intérêt de rapprocher leurs dossiers est de permettre de poser la question de savoir ce que font ces petits notables lorsqu’ils procèdent à des transactions foncières : s’ils cherchent certainement à accroître leur patrimoine et à le gérer de façon à augmenter leurs revenus, ils ne font pas que cela. Les transactions effectuées autour de la terre, comme on a souvent pu le montrer, vont bien au-delà de leur signification économique. À travers elles se dessinent et s’organisent des stratégies de construction ou de consolidation de la domination de ces notables sur des sociétés locales. Il est loisible aussi d’y lire les stratégies matrimoniales qui sont une facette de la domination et de sa perpétuation6.

Transactions, construction de patrimoines et consolidation de pouvoirs locaux

5Achats, donations, ventes et échanges constituent pour nous les seuls points d’entrée possibles à la compréhension des logiques économiques ou sociales motivant l’action d’individus n’ayant pas autrement recours à l’écriture et ne laissant par conséquent aucune autre trace. Ils ne s’insèrent dans aucune autre trame narrative que celle que leur action pragmatique de vendeur, d’acheteur et éventuellement de prêteur permet de reconstituer.

  • 7 N. Mancassola, Uomini senza storia, op. cit., p. 100. V. Fumagalli, « Un territorio piacentino nel (...)

6Pierre de Niviano a laissé une trace documentaire étendue sur les vingt années qu’a duré la vie active du personnage. C’est un gros notable dont il a été démontré que la famille était installée depuis un certain temps dans la région de Plaisance. Il gravite autour du pouvoir comtal et de rameaux secondaires de l’aristocratie franque : ansi son gendre, un certain Eto, appartenait à la famille des Supponides7.

  • 8 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 312-313, doc. no 6 (a. 882).
  • 9 Ibid., p. 324-325, doc. no 19 (a. 892).
  • 10 Ibid., p. 335, doc. no 27 (a. 913).

7Le dossier est massivement dominé par des achats-ventes entre laïcs et documente essentiellement des acquisitions de terre et leur gestion (4 contrats agraires). Vendre ne signifie pas nécessairement aliéner des éléments patrimoniaux : dans un cas, la vente est en fait un emprunt sur gage foncier8, dans un autre, il s’agit de restructurer le patrimoine en se débarrassant de parcelles non jointives pour acquérir une véritable exploitation9. Dans le troisième et dernier en revanche, la vente, effectuée par une descendante de Pierre de Niviano, est le prélude à un désengagement de la famille du territoire10.

Tableau 1 — Le dossier documentaire de Pierre de Niviano (878-919)

Constitution de dots

2

Achats (par Pierre ou sa femme)

14

Ventes (par Pierre ou sa femme)

3

Contrats agraires

4

Prêts

2

Échanges

2

Actes de procédure

2

Acte testamentaire

1

  • 11 Ibid., p. 307, doc. no 1 (a. 878). Sur les échanges de biens au moment du mariage et l’analyse des (...)
  • 12 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 317, doc. no 10 (a. 884) et p. 318, doc. no 11 (a. (...)
  • 13 V. Fumagalli, « Un territorio piacentino », art. cité, p. 30.
  • 14 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 317, doc. no 10 et p. 318, no 11. Sur le crédit au (...)

8Ce petit ensemble documentaire présente un faciès d’autant plus intéressant qu’il fait une place à la femme de Pierre de Niviano : ce n’est pas le chartrier du seul Pierre mais bien celui du couple, à l’intérieur duquel l’épouse, Ragimperga, joue un rôle important. Il s’ouvre en effet par la constitution de dot de son épouse à laquelle il cède, selon la loi romaine, dit-il, un quart de ses biens11. Celle-ci procède ensuite, entre 880 et 883, à quatre achats ce qui, sur un ensemble de 14, est plus que significatif et engage des sommes pouvant aller jusqu’à 40 sous. Elle concède d’autre part deux prêts12. Ragimperga est une femme déjà riche et dotée d’un réseau familial non négligeable, dont l’étude a été menée par V. Fumagalli13. Alors que l’on ne connaît pas les attaches familiales de Pierre, celles de sa femme peuvent être suivies depuis les années 830. La famille a du bien dans le territoire des « Fines Castellana ». Raimperga bénéficie, en plus de la dot que lui constitue son mari, d’apports paternels. Elle a, par elle-même, une certaine surface sociale, un réseau d’amis et de protégés et des moyens financiers sans doute suffisants pour le faire valoir. En tout cas, par deux fois, elle prête de petites sommes d’argent. La première fois, c’est à des gens qui nous demeurent inconnus et la seconde, en revanche, elle le fait à l’intérieur de sa parenté (à son frère et à sa belle-sœur)14. Elle ne demande pas d’intérêt (elle aurait dû sinon camoufler ce prêt sous une vente fictive) mais obtient une garantie sous la forme d’un droit de préemption sur les biens fonciers en jeu, au cas où leurs propriétaires viendraient à vouloir s’en dessaisir.

9C’est un point particulièrement important, bien connu mais dont les conséquences ne sont pas suffisamment approfondies : les épouses sont des propriétaires fonciers. Leurs responsabilités et leurs pouvoirs sont cependant limités, leurs acquisitions et surtout leurs ventes étant soumises à un étroit contrôle de la part de leur mundoald, qu’il s’agisse des maris ou des frères. En contrepartie, elles détiennent des liquidités qui leur permettent d’être actives dans la politique patrimoniale de leur couple et, par conséquent, d’avoir une position de force, à l’égard de leurs maris certainement mais aussi de leurs fils, dans la mesure où l’établissement de ces derniers peut dépendre de la disponibilité des biens maternels et de la bonne volonté de celle-ci. Les liquidités de l’épouse lui viennent surtout de la dot que son père a constituée, en règle générale des biens meubles, des objets précieux et des bijoux, qui lui permettent d’intervenir effectivement sur le marché foncier comme acheteur sans avoir à se préoccuper de constituer au préalable une épargne monétaire. Pour ces investissements, elle ne dépend pas totalement des revenus de ses biens parapherniques, ceux qui lui proviennent de sa famille paternelle, et elle peut disposer de ce que rapporte au couple la gestion de sa dot maritale.

  • 15 L. Feller, « ‘Morgengabe’, dot, tertia : rapport introductif », dans Dots et douaires, op. cit., p. (...)
  • 16 Voir L. Feller, A. Gramain, Fl. Weber, La fortune de Karol, op. cit., p. 96-109. Plus généralement, (...)

10Pierre de Niviano et Raimberga vivent sous la loi romaine et non sous le régime matrimonial lombard. Il n’en demeure pas moins que, dans ce cas, le mari a donné un quart de ses biens à son épouse au moment de leur mariage, s’alignant ainsi sur la coutume lombarde et sans d’ailleurs s’en cacher, puisqu’il agit secundum edicti tenore et secundum lege mea romana. Cette hybridation du droit a comme conséquence d’aligner le statut de cette assignation maritale sur la Morgengabe lombarde et donc de donner à Raimberga la même latitude d’action que celle dont pourrait jouir une épouse mariée sous le régime de la loi lombarde. La fille de Pierre et de Raimperga, Adelperga, épousant Eto, un Franc appartenant à un rameau des Supponides, reçoit pour sa part un tiers des biens de son mari : il s’agit ici du dotalicium franc qui joue en Italie le même rôle structural dans les biens du couple et dans ses rapports matrimoniaux que la quarta lombarde (ou Morgengabe)15. Dans leur économie générale par conséquent, les régimes matrimoniaux, à ce niveau de la société, donnent aux épouses une latitude d’action certaine et du poids dans les rapports de force régissant la vie matérielle du couple. De telles observations avaient déjà pu être faites lors de l’étude du dossier de Karol fils de Liutprand, un membre de la notabilité rurale abruzzaise du ixe siècle, située un cran plus bas que les sculdasii dans la hiérarchie des statuts, mais dont la vie économique, de même que l’agenda, c’est-à-dire les finalités de son action, présentent des traits analogues16.

  • 17 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 295 et document no 6, p. 312-313.
  • 18 C. Violante, « Les prêts sur gage foncier dans la vie économique et sociale de Milan au xie siècle  (...)
  • 19 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 296 et 319, doc. no 13 (a. 887).

11Homme d’un certain relief au niveau local, Pierre de Niviano peut, dès son entrée en charge, emprunter une forte somme (200 sous) afin de l’investir17. Il le fait selon la technique bien connue de la vente fictive masquant en réalité un emprunt sur gage foncier, s’engageant de la sorte dans une transaction particulièrement complexe et dont la documentation disponible ne dévoile qu’un aspect18. Dans ce cas particulier, il semble que le prêt ait été contracté dans la parenté, la suite du dossier montrant que c’est le propre beau-frère de Pierre, Rainald, qui lui aurait avancé l’argent, moyennant la vente de tous ses biens fonciers19. Rainald, ayant à ce qu’il semble connu des revers de fortune, vend ce bien que l’acquéreur, un certain Ornucclo, confie ensuite en livello à Pierre de Niviano contre le paiement d’un cens annuel en argent de deux sous. Les transactions foncières doivent être ici interprétées non pas comme des mutations portant sur la propriété mais comme des transferts de créance.

12Dans ce cadre, le contrat agraire sert moins à mettre en valeur la terre qu’à affecter une partie ou la totalité du revenu que l’exploitant en tire au remboursement du capital et au paiement d’un intérêt qui ne peut pas être porté par écrit. Il faut alors admettre que, sans formaliser la division entre propriété du sol et revenu de l’exploitation, des solutions pragmatiques sont empiriquement trouvées qui permettent de garantir le prêt et d’affecter les revenus des intérêts qu’il doit porter.

  • 20 Sur la position complexe des membres de l’élite rurale en situation d’ascension sociale et le lien (...)
  • 21 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 324-325, doc. no 19 (a. 892, 12 juillet) et no 20, (...)

13Les achats de Pierre de Niviano montrent une double logique, celle de l’accumulation patrimoniale dans des secteurs de profit comme la vigne et celle de la constitution de liens de clientèles institués principalement avec ses administrés. Le couple qu’il constitue avec Raimperga est également en mesure de prêter de l’argent, ce qui, là aussi, le place dans une situation ambiguë de protecteur et de profiteur exploitant le mieux possible les potentialités d’une position politique20. Sa réussite économique semble indéniable. Son épouse et lui parviennent à accumuler des parcelles en quantité suffisante pour, en les revendant, acquérir, par un achat payé avec le produit de leur vente, une exploitation complète21. Leurs acquisitions leur ont permis de rassembler des parcelles et, vraisemblablement, de restructurer leur exploitation afin de la valoriser.

14Deux actes passés à deux semaines d’intervalle en juillet 892 montrent la réalité de ce qui est une opération de remembrement élaborée en plusieurs étapes et au terme de laquelle une exploitation parcellaire est cédée contre une autre vraisemblablement d’un seul tenant, un massaricium, moyennant un supplément d’investissement. Les sommes demeurent relativement modestes : la vente rapporte 60 sous (3 livres) et le massaricium coûte 76 sous (3 livres 16 sous), ce qu’il faudra comparer avec les investissements réalisés un peu plus tôt par Garibald dans les Abruzzes.

  • 22 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 314-315, doc. no 7 ; L. Feller, « Précaires et liv (...)
  • 23 Sur la question du transfert du prestige social par la médiation de parcelles de terres ou d’exploi (...)
  • 24 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 335-338, doc. no 28.

15Cette exploitation, ce massaricium, semble constituer, selon F. Bougard, l’embryon d’une curtis. À la lumière des actes postérieurs, et notamment de la vente effectuée en 919 par les petites-filles de Pierre, il me semble qu’il faille considérer cette hypothèse comme trop optimiste : c’est au mieux d’une grosse exploitation indépendante qu’il s’agit. Le bien comporte en tout cas, une maison à couverture de bardeaux, des terres en assez grande quantité et des bois, mais apparemment pas de vignes, alors que celles-ci étaient le principal secteur dans lequel Pierre et son épouse avaient investi. La mise en valeur de ce bien est confiée à un homme libre, sans que l’on sache à quel titre ni à quelles conditions : on ne peut que penser, non prouver, qu’il s’agit d’un tenancier livellaire22. Il ne s’agit là que d’une partie de l’exploitation. Deux actes de 919 nous donnent des informations exploitables sur le résultat de l’action foncière de Pierre et de son épouse. Ceux-ci ont cinq petites-filles qui ont toutes cédé au même moment des biens de propriété tenus au titre de l’héritage de leur grand-père à un même personnage, un archidiacre de Plaisance appelé Domninus, qui a agi comme prête-nom ou comme intermédiaire d’un vassus impérial appelé Rainierius. Il rachète au prix de 15 livres un ensemble foncier qui a été divisé entre les petites-filles dont il est bien difficile de dire ce qu’il représente dans le patrimoine de Pierre. La faiblesse des surfaces considérées (16,7 hectares au total, dont la moitié en bois de châtaigniers et en forêt claire) indique qu’il s’agit là d’une seule exploitation, d’une assez belle valeur économique et peut-être symboliquement suffisamment importante pour qu’un membre de l’aristocratie désire l’acquérir23. Cela semble bien faible pour assurer la totalité du revenu d’un notable lombard près d’une ville comme Plaisance et à un niveau social assez élevé24. Cela dit, ce bien entre dans la catégorie des biens complexes sur lesquels on assoit une exploitation composée de plusieurs parcelles mises en valeur avec des modalités culturales différentes. La possibilité de multiplier les unités foncières de cette nature constitue sans doute l’un des buts des transactions foncières de Pierre de Niviano, l’accroissement du prestige social étant une autre de ses visées. Il ne faut pas exclure qu’il ait réalisé d’autres opérations de cette nature desquelles, en l’absence de documentation conservée, nous ne saurions rien. Il faut aussi considérer que les acquisitions complètent le patrimoine et en accroissent la valeur marchande et symbolique mais qu’elles ne renseignent pas sur l’intégralité des actions de Pierre.

  • 25 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 314-315, doc. no 7 (a. 882).
  • 26 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 320-321, doc. no 15 (a. 891).

16Pierre est lui-même preneur d’une terre en livello, en tant qu’exploitant indirect évidemment, mais à des conditions tout de même assez lourdes (un quart du grain, la moitié du vin ainsi que des exenia)25. Il est également bailleur de terres et exige des conditions analogues. Dans le livello concédé à Jean fils d’Ours, la redevance se décompose ainsi : 1/3 du « gros grain », 1/4 « du menu grain », la moitié du vin, des exenia (une paire de poulets, 10 œufs et 4 deniers)26. Il n’y a pas de redevance en travail. Son revenu est donc tiré aussi bien des terres qu’il exploite lui-même directement que des cens obtenus grâce aux contrats agraires qu’il a stipulés comme bailleur, que du revenant bon des terres qu’il exploite ou plutôt fait exploiter après les avoir obtenues en livello.

Tableau 2 — L’acquisition faite par l’archidiacre Donninus en 919 (d’après l’acte no 28 de l’édition Bougard)

Dénomination

Surface

Conversiona

Sedimina cum casis

10 perches

0,67 ha

Vites cum terre

2 jugères et 8 perches

2,3 ha

Terra aratoria

8 jugères

6,4 ha

Castaneta et silva stallaria

8,5 jugères

6,8 ha

Prati

9 perches

0,6 ha

a) On a retenu les valeurs données par François Menant dans sa thèse : 1 table = 28 m2 ; 1 perche = 670 m2 ; 1 jugère = 8 000 m2. F. Menant, Campagnes lombardes du Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Bergame, de Crémone et de Brescia du Xe au XIIIe siècle, Rome, École française de Rome, 1993, p. 797-802.

17Nous avons donc affaire à un notable impliqué dans la mise en culture de terres qu’il détient soit au titre de sa propriété, soit parce qu’il les a acquises par un contrat agraire et dont l’activité sociale est en partie au moins orientée par la volonté de consolider son patrimoine. Il nous faut toutefois considérer aussi que nous avons affaire à un héritier qui a eu à valoriser sa position sociale et dont le savoir-faire principal a été d’organiser l’exploitation et le renforcement de ses réseaux familiaux et amicaux ou politiques. Les acquisitions de parcelles de petite dimension et les prêts de petites sommes servent davantage à consolider des clientèles qu’à accroître un patrimoine dont l’étendue nous demeure insaisissable mais dont on voit bien qu’il a été augmenté par l’activité des époux Pierre et Raimperga dans des proportions qu’il nous est impossible de saisir.

18Les prêts et la relation de crédit qu’ils instituent jouent ici un rôle pivot. D’un côté ses emprunts permettent à Pierre de se procurer les liquidités nécessaires à la réalisation de ses projets fonciers. De l’autre, ils favorisent la consolidation des chaînes de reconnaissance et d’obligations entre acteurs de même niveau social mais connaissant ou pouvant connaître des destins économiques différenciés. Les prêts dans la parenté ont un rôle important : ils expriment sans doute a minima la solidarité existant à l’intérieur d’un même groupe familial et qui passe ici par des prêts (pas des dons) d’argent, ce qui n’empêche pas les perdants de devoir céder la propriété de leurs biens dont l’exploitation revient in fine à Pierre.

  • 27 F. Bougard, R. Le Jan, « Quelle mobilité sociale dans l’Occident du haut Moyen Âge ? », dans S. Car (...)

19Le dossier de Pierre présente une succession d’achats, de ventes et d’actes de gestion par les contrats agraires correspondant à une phase ascendante de mobilité sociale. Son activité sur le marché foncier peut être considérée comme un élément important dans une stratégie visant à favoriser ou à rendre possible son ascension27. Celle-ci s’appuie sur l’acquisition d’un office public dont la détention a inclus le personnage dans la couche inférieure de l’aristocratie politique lombardo-franque et a rendu possible la multiplication des acquisitions de terres comme la consolidation de la position dominante du personnage. Les transactions présentes au dossier sont nécessairement polysémiques puisque, outre ce renforcement, elles ont aussi pour effet de permettre la constitution d’exploitations viables, ce que la vente de parcelles suivie de l’achat d’un massaricium semble établir. L’acquisition finale de la terre par un vassal impérial montre enfin que, peut-être, la possession de ces terres par Pierre leur a donné une forme de prestige qui les rendait désirables pour un proche de Bérenger Ier, les liant de manière indirecte à l’exercice du pouvoir. Cela donne aux transactions foncières envisagées ici un arrière-plan complexe que l’on retrouve également, mais d’une autre manière, dans le dossier de Garibald de Longobardia.

Garibald de Langobardia : gestion patrimoniale et marché de la terre

20Garibald de Langobardie, fils de Paul, un sculdahis qui apparaît comme le pendant abruzzais de Pierre de Niviano, ne nous est connu, on l’a dit, que par les actes du cartulaire de San Clemente a Casauria, compilé longtemps après les faits économiques et sociaux qu’il documente, c’est-à-dire entre 1179 et 1182. Nous sommes loin de Plaisance, dans les Abruzzes, à une centaine de kilomètres à l’est de Rome, dans la Marsica, c’est-à-dire dans le voisinage du lac Fucin.

Lire des actes abrégés

  • 28 L. Feller, « Le cartulaire-chronique de S. Clemente a Casauria », dans O. Guyotjeannin, L. Morelle, (...)

21Alors que le dossier de Pierre de Niviano est constitué exclusivement d’originaux portant toutes les marques de validation et se présentant sur un support matériel propre, les renseignements concernant Garibald proviennent d’un cartulaire, c’est-à-dire qu’ils ont fait l’objet d’une sélection et d’une réélaboration. Nous savons que les moines du xiie siècle ont recopié tout le matériel archivistique à leur disposition quelle qu’ait pu en être la forme, proto-cartulaires, Libri Traditionum, registres compilés au ixe siècle, ou originaux28.

  • 29 Voir infra, doc. no 19, Cartulaire de Casauria (= CC), fol. 112-112v : Insuper in ipsa venditione d (...)
  • 30 Voir ainsi infra, doc. no 9, CC fol. 66v, Pierre fils de Léon, Loup fils d’Adelpert et un fils d’Ad (...)
  • 31 Doc. no 19.

22Le dossier des actes concernant Garibald se présente pour sa part sous la forme de notices parfois très brèves ne contenant que l’essentiel du contenu des actes originaux. Le dossier est composé principalement d’anciens titres, documentant des transferts effectués entre laïcs, le monastère n’intervenant que dans un seul acte, celui par lequel il devient propriétaire en 879 de l’ensemble des biens de Garibald. Au moment de la transaction, en effet, l’acquéreur se fait remettre les anciens titres de propriété, c’est-à-dire les actes par lesquels le vendeur, ici Garibald, a acquis les terres qu’il cède29. L’acte, même s’il est très abrégé, fournit parfois l’origine de propriété, ce qui donne à certaines transactions une profondeur chronologique certaine puisque remontant parfois à deux générations avant la cession finale30. Le dossier se clôt par une charte de 879, laquelle documente la vente faite par Garibald de l’ensemble de ses biens fonciers à Casauria. Il s’agit là d’une copie in extenso de la transaction, la seule qui nous soit transmise sous cette forme31.

  • 32 L. Feller, « Le cartulaire-chronique », art. cité.

23Le nœud du problème de l’interprétation de ces actes réside dans la question de l’abréviation des actes. Une lecture rapide (et paresseuse) revient à en attribuer le mérite ou la responsabilité à l’auteur du cartulaire du xiie siècle, en renonçant à comprendre des critères destinés à demeure indéchiffrables et en abandonnant, par conséquent, le projet d’interpréter les actes abrégés dont le contenu doit alors être considéré comme perdu parce que manipulé selon des raisons inconnaissables. On ne peut les mettre en série parce que leur contenu n’est pas homogène et qu’aucune cohérence permettant d’établir une continuité ne peut être établie. Certains actes donnent en effet toutes les informations que l’on s’attend à voir dans une vente : nom des parties, localisation, limites des parcelles ou des exploitations, indications sur les surfaces, mention d’un prix et de moyens de paiement, nom des témoins, clauses pénales, etc. D’autres ne donnent que certains de ses éléments, ne s’intéressant finalement qu’aux éléments objectifs (nom des acteurs, localisation, surface, prix). Dans ce groupe, tous ne donnent pas l’ensemble de ces informations et, très souvent, les indications sur la surface font défaut, alors que celles sur les contreparties et les moyens de paiement sont toujours présentes. Or, il a été démontré que les auteurs ont retranscrit fidèlement les éléments en leur possession, c’est-à-dire les documents tels qu’ils leur sont parvenus, archivés et peut-être recopiés au moment de l’acquisition32.

  • 33 L. Feller, A. Gramain, Fl. Weber, La fortune de Karol, op. cit., p. 58-61, 120-121.

24L’hypothèse de travail à partir de laquelle nous réfléchissons est que les actes originaux ne contenaient que les informations nécessaires à la transaction et que, donc, les omissions sont faites volontairement par des acteurs compétents et non par des abréviateurs pressés qui sélectionneraient les informations sans aucune cohérence autre que celle née de leur hâte ou de leur paresse. Par conséquent, l’existence ou l’absence de certaines informations doit être considérée comme intentionnelle et il nous faut considérer que l’on est là en présence d’un renseignement sur la nature des actions en cours ainsi que sur le type de transaction en train de s’opérer par le transfert de propriété. On peut en effet être en présence d’un transfert préparant un mariage ou du règlement d’une dette ou encore de la liquidation d’une succession. Chacun de ces cas de figure requiert que certaines informations soient présentes, mais il n’est pas besoin que toutes le soient. Le but de la lecture que nous allons entreprendre est de parvenir à classer les actes en fonction de l’intention des parties transactantes à savoir procéder à une opération relevant de l’échange marchand, solder un emprunt, préparer une alliance de mariage, régler une succession. Autrement dit encore, si les informations données par le dossier de Garibald semblent incomplètes, c’est au scribe originel qu’il convient d’en attribuer la responsabilité. L’hypothèse est donc que le choix des informations de la part des scribes n’est ni casuel ni arbitraire, mais voulu et pensé par un auteur proche de la transaction et qui n’en retient que ce qui est nécessaire aux parties pour que le négoce qu’elles ont entrepris soit achevé. Le caractère lacunaire de l’acte peut alors être interprété en fonction des éléments manquants33 et une catégorisation sommaire peut être proposée. Les ventes sans mention de surface mais avec mention de prix, par exemple, sont susceptibles d’informer des dossiers sur les successions ou sur la circulation de biens préparant une alliance de mariage. Ceux mentionnant des prix et des surfaces peuvent être interprétés comme relevant d’un marché véritable où les prix sont déterminés par la capacité productive de la terre, sa localisation, sa position par rapport à des routes. C’est dans cette catégorie que l’on a le plus de chances de rencontrer des actes documentant un marché reposant sur la rencontre d’une offre et d’une demande. Les moyens de paiement utilisés, lorsqu’ils sont donnés, servent aussi de clefs, les contextes dans lesquels on échange des terres contre des animaux de trait (bœufs ou vaches), des animaux de guerre (chevaux) ou des armes étant substantiellement différents.

Les biens de Garibald

  • 34 L. Feller, « Paysages et cadres de vie dans les Abruzzes durant le haut Moyen Âge », dans R. Franco (...)

25Les possessions de Garibald sont toutes situées dans la Marsica, près du lac Fucin, autour de la Civitas Marsicana, siège de l’évêché de Sainte-Sabine, occupant une partie de l’enceinte de la ville de Marruvium. Les possessions du sculdahis sont centrées sur la ville, ou ce qu’il en reste au ixsiècle34.

26Garibald dépense des sommes importantes bien plus que celles mises en jeu dans le dossier de Pierre de Niviano. Il y a une différence de dimension des opérations foncières réalisées autour des deux patrimoines. Celui de Garibald, cédé intégralement en 879 à Casauria, s’est négocié à 600 sous, 30 livres, que l’on compare aux 15 livres payées en 919 par Donnino pour le bien des cinq petites-filles de Pierre. Entre 860 et 879, d’autre part, Garibald a procédé à des achats de terres pour un montant global de 400 sous. Son épouse, elle aussi acheteuse multiple, avait de son côté dépensé 53 sous en achats de terres. Enfin, leur intendant, Gunipertus avait acheté une terre de 30 muids valant 30 sous qui, parce que la documentation la concernant a été jointe au dossier, doit être considérée comme relevant du patrimoine de Garibald. Les montants sont donc très supérieurs à ce que l’on peut trouver dans le dossier de Pierre La vente finale faite à Casauria en 879 concerne l’intégralité du patrimoine de Garibald dans la Marsica et comporte des indications de localisation, de surface et de prix. Nous avons, grâce à la charte qui nous informe une vision de ce qu’est alors l’ensemble du patrimoine de ce notable.

  • 35 Voir infra, doc. no 9.
  • 36 Voir infra, no 3.
  • 37 Voir infra, doc. no 11. Sur la question des moyens de paiement en général : L. Feller, « Ideas of M (...)
  • 38 Voir infra, doc no 11, CC, fol. 66v, s. d., Petrus et Lupo fils de feu Aderisi vendent à Garibald o (...)
  • 39 L. Feller, A. Gramain et Fl. Weber, La fortune de Karol, op. cit., p. 85-92.

27L’acte le plus ancien le concernant date de 849. Garibald est donc actif sur le marché durant une trentaine d’années d’activité. Les acquisitions se sont poursuivies de façon continue sur une période assez longue et semblent avoir été ciblées et déterminées géographiquement. Le dossier concerne essentiellement une localité, Cersenga, vers laquelle sont dirigés beaucoup des achats de Garibald. Il cherche à y agrandir ses possessions et a manifestement en vue une exploitation très précise, celle d’un homme appelé Lupard fils d’Ursepert. On repère celui-ci dans les années 850, lorsqu’il vend 80 muids de terre et une vigne de 40 sous à un certain Leo35. Lupard a, dans les mêmes années, vendu une parcelle de terre à l’épouse de Garibald, Examperga36. Dans les années 870, les descendants de Leo, c’est-à-dire son fils Petrus et deux de ses petits-fils, Petrus et Adelpert, cèdent à Garibald cette terre au prix de 100 sous, payés en res valentes, c’est-à-dire en objets dont la valeur est estimée en sous ou en deniers37. Entre-temps, à une date qu’il est impossible de préciser, deux petits-fils de Leo, Petrus et Lupo fils d’Aderisi, avaient vendu au même Garibald tout ce qu’ils possédaient à Cersenga au titre de la vente de Leo effectuée vingt ans auparavant38. Bref, pour acquérir ce bien et reconstituer dans une proportion que l’on ne connaît pas, la propriété de Lupardus, Garibald a dépensé 160 sous et a employé une vingtaine d’années, son épouse ayant acquis la première parcelle du domaine avant 855. Sans que l’on puisse expliquer le détail des opérations, il est vraisemblable que cette partie du dossier est liée au règlement d’une succession ou à la préparation d’une alliance de mariage39.

Figure 1 — Les acquisitions foncières de Garibald et de son épouse Examperga à Cersenge entre 855 et 879

Figure 1 — Les acquisitions foncières de Garibald et de son épouse Examperga à Cersenge entre 855 et 879

28Les notices de ce sous-dossier présentent en effet toutes les caractéristiques rencontrées ailleurs d’actes ayant une telle fonction. Ils servent à évaluer, dans un contexte où les agents sont moins intéressés par la capacité productive de la terre que par la mesure de sa valeur monétaire et leur utilité est donc de permettre d’équilibrer les comptes entre alliés ou entre cohéritiers ou ayants droit dans une succession.

29La transaction finale effectuée au profit du monastère intervient au terme d’une série dont il est impossible de reconstituer la chronologie exacte. On sait simplement, que Garibald est sculdahis entre 850 et 870, qu’il l’est encore en 873 mais ne l’est plus en 879. La mention de son titre est omise dans la plupart des notices, mais celles-ci n’étant que rarement datées, il est impossible de tirer quoi que ce soit de la présence ou de l’absence de ces indications.

  • 40 Voir infra, no 8 et no 16.

30Les sommes payées par Garibald et celle que, à la fin, l’abbé lui verse, placent ses transactions parmi les plus importantes documentées par le cartulaire de Casauria pour le ixe siècle. Elles ne sont jamais acquittées en argent seulement mais toujours en équivalent, c’est-à-dire en objets (unde recepi a te pretium valente) : le prix donne lieu à l’établissement d’une équivalence monétaire mais le moyen de paiement effectivement utilisé est passé sous silence. Garibald, sans être totalement absent du marché des parcelles, concentre ses acquisitions sur des biens de très haute valeur : il effectue 3 achats supérieurs à 100 sous. Il se procure ainsi des exploitations déjà constituées mais achète aussi deux fois des biens de très faible valeur (3 sous et 2 tremissis)40.

  • 41 Voir infra, no 14, CC fol. 66v.

31Son épouse, en revanche, achète essentiellement des parcelles. Les ventes dans lesquelles elle intervient sont parmi les plus complètes du dossier, puisqu’elles fournissent le plus souvent des indications de surface et de prix et qu’elle paie souvent en monnaie. Elle solde par exemple le plus gros achat qu’elle ait été amenée à faire avec de l’argent (40 sous d’argent, ce qui semble indiquer le recours au denier, en l’occurrence 480 piécettes d’argent)41. Cet achat vaut d’ailleurs que l’on s’y arrête un moment. La somme payée en argent est très importante et pourrait laisser penser qu’Examperga a acheté une exploitation de belle taille. Il n’en est rien. L’achat consiste en l’acquisition d’un bien complexe, mesurant au total 7 muids (un peu plus de deux hectares) divisé en six parcelles. Le prix est anormalement élevé, si on le rapporte à ceux qui sont pratiqués à ce moment et dans cette région, et l’on pressent qu’il pourrait y avoir par-derrière une opération bien différente, par exemple un prêt d’argent. La terre sert ici de caution. L’échange de la terre contre de l’argent marque ici l’ouverture d’une relation de crédit qui peut à son tour préluder à l’établissement d’une relation de dépendance. Il n’est donc pas impossible, si cette hypothèse est valide, qu’Exemperga soit présente à la fois sur le marché des parcelles et sur celui du crédit, deux marchés au fonctionnement très différent. Elle n’intervient pas, cependant, sur le marché des exploitations, laissant ce secteur à son mari. Elle est un acteur de second ordre mais vraisemblablement important dans la consolidation des réseaux de clientèle du couple.

32Cela laisse supposer une certaine complexité dans les transactions patrimoniales de Garibald et d’Exemperga. L’épouse a des liquidités et les emploie sous une forme monétaire lorsqu’elle doit payer un gros montant ou concéder un prêt. Comme Raimperga, l’épouse de Pierre de Niviano, elle intervient surtout pour acheter des parcelles. La fortune des femmes est mobilisée pour renforcer, par la médiation de transactions foncières, le pouvoir social du couple à l’intérieur de la société locale.

La transaction finale

  • 42 Sur les modes d’évaluation de la vigne, voir L. Feller, Les Abruzzes médiévales, op. cit., p. 343-3 (...)

33La cession de tout son bien par Garibald agissant seul, nous donne des indications sur le résultat de l’action du couple. Tout d’abord, ses possessions sont bien plus amples que ce que le dossier des munimina indique. Elles sont de plus dispersées sur un nombre de lieux-dits bien plus importants, même si Cersenga est, à l’évidence, le pôle d’attraction des possessions de Garibald, le point central de son patrimoine, avec une terre de 200 muids (60 hectares) d’un seul tenant et une vigne de 100 sous en 4 pièces42.

Tableau 3 — Les biens cédés par Garibald

Item

Localisation

Nature

Mesure (sous/muids)

Description

1

Civitas Marsicana

Casa habitationis

cum curte et ortis

2

Fiscegie

vinea

12 s

vigne

3

Fiscegie

terra

20 m

1 pièce

4

ad Geni

vinea

36 s

2 pièces

5

ad Pactiano

terra

10 m

1 pièce

6

Solitre

vinea

20 s + 10 m

1 pièce

7

Cersenge

vinea

100 s

4 pièces

8

Cersenga

terre

200 m

1 pièce

9

Urbana

terra

100 m

3 pièces

10

Eglerini

terra

30 m

1 pièce

11

Campo de Ariano

terra

20 m

1 pièce

12

Asclum

terra

40 m

2 pièces

13

Inter Acurianu et Vicu

terra

80 m

per singulas petias

14

Ratinu

terra

40 m

per singulas petiolas

  • 43 Voir infra, doc. no 3 : Similiter vendidi tibi vineam solidos tres, cum ipsa terra ubi plantata est (...)
  • 44 L. Feller, A. Gramain, Fl. Weber, La fortune de Karol, op. cit., p. 106-114. Karol fils de Liutpran (...)
  • 45 Voir infra, doc. no 12.

34Selon toute vraisemblance, cette terre était proche de la Civitas Marsicana. La proximité des possessions de l’évêché de Sainte-Sabine est en tout cas une indication en ce sens43. Il ne nous est pas possible de dire quelles superficies ont été achetées par Garibald à Cersenga comme ailleurs. Au total, cependant, Garibald y a investi 360 sous (18 livres) en terres et en vignes. Il s’agit là de sommes qui sont dans les ordres de grandeur de ce que valent au début du xe siècle les possessions des petites-filles de Pierre. L’exploitation de Cersenga, dont nous ne savons rien de plus, semble être d’un seul bloc, continue, alors que ce n’est pas le cas des biens divisés en plusieurs parcelles, identifiées par leur mode de mise en valeur. D’autre part, la taille des exploitations des deux individus n’a rien à voir. Les terres abruzzaises cédées par le sculdahis Garibald à l’abbé Romain avoisinent les 180 hectares. L’ensemble des terres acquises par Donninus pour son commettant en 915 représente approximativement 16 hectares. Les valeurs sont comparables mais pas les surfaces, ce qui pose de difficiles problèmes relatifs à l’exploitation des terres, à la nature des facteurs déterminant les prix des unités de superficie et, finalement, aux revenus des deux personnages dont l’aisance est hors de doute, mais l’ampleur des possessions et des exploitations difficilement comparables. Penser que Pierre de Niviano serait au niveau d’une élite rurale encore proche de la paysannerie – et en faire l’équivalent d’un Karol fils de Liutprand qui aurait réussi son ascension sociale44 – serait sans doute fausser la perspective : il est relié par sa femme à une famille ancienne et le mariage de l’une de ses filles à l’intérieur de l’aristocratie franque montre une stratégie sociale gagnante, un mouvement d’ascension ininterrompu. Garibald de Langobardie, pour sa part, semble plus proche de l’idée que l’on peut se faire d’un membre du groupe inférieur de l’aristocratie carolingienne : il réside en ville, a des propriétés étendues et des liquidités non négligeables. Il est même suffisamment à son aise pour acheter au prix fort des esclaves, qu’il paie en numéraire45. On n’a pas d’informations suffisantes sur son épouse pour pouvoir en dire davantage. Surtout, la vente de 879 qui concerne les éléments présentés plus haut comprend également tous les biens non listés, ou qui pourraient avoir échappé à l’attention des rédacteurs de l’acte, situés dans le territoire de la Marsica. Les deux dossiers, et d’autres qui sont disponibles, montrent, au sommet de la société rurale italienne de l’époque carolingienne, une certaine fluidité qui laisse la place à des mobilités ascendantes ou descendantes sans doute limitées mais réelles que les transactions foncières permettent de décrire approximativement et auxquelles elles donnent un sens.

  • 46 On pense à la série des Chartae Latinae Antiquiores concernant le ixe siècle dont la publication se (...)

35L’accumulation des analyses de dossiers de transactions italiens de cette période permet de relever quelques constantes. La première est l’importance, encore mal mesurée du poids des femmes dans l’organisation des transferts fonciers. Disposant de liquidités, ayant manifestement une certaine latitude d’action, elles interviennent d’une façon qui n’est sans doute pas marginale. Leur rôle dans les prêts d’argent pourrait être important et, par conséquent, elles pourraient avoir une place considérable dans la constitution et la consolidation des clientèles. Deuxième point : les transactions foncières en elles-mêmes prennent, on le voit bien avec le dossier de Pierre de Niviano, plusieurs formes, la vente et la concession en livello étant les plus courantes. Autrement dit, les mutations foncières ont très prosaïquement pour objet de permettre d’abord l’accroissement du revenu des acquéreurs. Elles ont aussi pour fonction de réaliser un capital, soit que le vendeur désire le réinvestir ailleurs et autrement, soit que celui-ci prépare un départ. Le dossier de Garibald est, à cet égard, très intéressant parce que contenant plusieurs ventes qui ne peuvent concerner que des exploitations déjà structurées et d’une taille relativement grande, 100 sous (5 livres) ne pouvant être considéré comme une petite somme dans cette société. Garibald fait trois achats à ce niveau, et la moyenne de ses acquisitions est de 45 sous, ce qui est vraiment considérable. Il mène une politique d’investissements en intervenant presque exclusivement sur le marché des exploitations et valorise encore son bien en achetant des esclaves. Troisième point, les transactions servent aussi à organiser des clientèles ou à rendre effectives leur existence en donnant à un patron l’occasion de fournir à son obligé des biens que celui-ci désire ou dont il a besoin. Il les obtient en cédant une parcelle de terre : le lien unissant les deux parties ne passe pas par les dons mais par un échange qui prend une forme apparemment marchande et place les deux parties dans une situation d’égalité formelle. Quatrième point, les épouses semblent particulièrement actives sur le marché des parcelles, comme on l’a dit, avec toutes les conséquences sociales que cela peut avoir : il y a là une enquête à poursuivre dans la documentation italienne qui est particulièrement apte à fournir les informations nécessaires à sa réalisation et que les nouveaux outils actuellement mis à la disposition des chercheurs rendent possible46.

36Les deux dossiers examinés, enfin, ne permettent pas de se rendre compte avec exactitude des moyens de paiement utilisés, bien qu’il s’agisse là d’une donnée fondamentale. On sait que tous les achats de terres effectués par Garibald et la majeure partie de ceux effectués par Pierre ont été payés en nature, le recours au denier n’est pas systématique, bien que toutes les transactions donnent lieu à une évaluation, ce qui n’est pas nécessairement le cas dans les dossiers de cette nature. La fortune de ces deux notables est structurée de façon analogue, même si l’un, Garibald, a plus de moyens financiers que l’autre, Pierre, et est beaucoup plus actif sur le marché de la terre. Ils semblent l’un et l’autre suivre une trajectoire sociale ascendante. Cela se vérifie aisément pour Pierre de Niviano dont les héritières font de beaux mariages et dont les biens sont suffisamment importants et dotés de prestige pour intéresser au début du xe siècle des membres de la haute aristocratie de l’entourage de Bérenger ier. Pour ce qui concerne Garibald de Langobardie, nous ne pouvons conclure, ses biens n’étant pas passés à des héritiers. Toutefois l’accumulation de terres qu’il avait effectuée et l’ampleur des restructurations foncières auxquelles il s’était livré semblent indiquer que sa réussite avait attiré l’attention de l’abbé de Casauria dont l’achat fait à Garibald fut la seule acquisition dans la Marsica.

Annexes

Documents

Les affaires du sculdahis Garibald de Langobardie fils de Paul et de son épouse Examperga

On a réuni ici les 19 actes intéressant directement ou indirectement les affaires de Garibald de Langobardia ainsi que celles de sa femme. Tous ces documents se trouvent au cartulaire de Casauria (BnF ms. lat. 5411). Les 18 premiers actes se trouvent dans la première partie qui renferme tous les munimina (les anciens titres) aux folios 66r et 66v. Parvenus à Casauria à la suite de l’acquisition des biens de Garibald, ils sont encore conservés dans les archives au xiie siècle, soit sous la forme d’originaux soit, plus probablement, sous celle de regestes contenus dans une sorte de Liber traditionum ou un proto-cartulaire. Le dernier acte, l’achat des biens de Garibald par l’abbé Romain, appartient à la seconde partie du document où les actes sont classés par ordre chronologique (fol. 112r-112v).

Les notices sont pour la plupart insuffisamment datées ou mal datées. Le dossier n’a pas une profondeur chronologique très impressionnante (une trentaine d’années) mais on ne sait pas à quel moment exact situer l’activité de Garibald.

1.

849
fol. 66r
De Cersenge

Item, imperante Lothario anno XXXI, indictione.I. Ego, Petrus filius quondam Crespuli, de Cersenge, vendidi et tradidi vobis, Lupardo et Acsarico, omnes res meas de casis, terris, vineis et ceteris rebus omnibus, in integro per singula loca vel vocabula. Unde recepi a te pretium, caballum unum. In tali tenore.

2.

s. d.
fol. 66r
De Piscina

Similiter. Ego, Liupulu filius quondam Lisprandi, de Cersenge, vendidi tibi Aldoni, cognato meo, portionem meam de omni re mea per singula loca seu vocabula, de casis, terris, vineis et ceteris rebus, omnibus in integro, in loco ubi Fossa vocatur ubi Pissina vocatur. Unde recepi a vobis pretium, valente solidos quinque. In tali autem tenore.

3.

850-875
fol. 66r
De Cersenge

Item, Ludovico Lotharii filio imperante. Ego Lupardus filius quondam Urseperti, de Cersenge, vendidi et tradidi tibi Escamperge, uxori Garibaldi esculdais, terram mensuratam ad virgam publicam modiorum trium ; petiolum unum in Cersenge ubi valle Romulana vocatur, infra terram ubi vinea est et ecclesia Sancti Alexandri. Similiter, vendidi tibi vineam solidos tres, cum ipsa terra ubi plantata est, petiola duo ibidem iusta terra de episcopio Sancte Savine cum omnibus que infra se vel super se habet in integro. Unde recepi a te pretium, valente solidos tres. In tali tenore.

4.

s. d.
fol. 66r
De Cerqueto

Similiter. Ego, Genualdus filius Mainecisi vendidi tibi Escamperge, uxori Garibaldi, terram et vineam, mensuratam ad virgam publicam, modiorum trium, cum omnibus que infra se habet in integrorum, ubi Cerquetu vocatur. Unde recepi a te pretium, valente solidos decem. In tali autem tenore.

5.

s. d.
fol. 66r
Venditio rerum cuiusdam Maiorani

Similiter. Ego, Maioranus filius quondam Luponi, vendidi tibi Garibaldo, esculdais, filio quondam Pauli, medietatem de omni re mea, de casis, terris, vineis et ceteris rebus omnibus in integro, per singula loca vel vocabula. Unde recepi a te pretium valente solidos decem. In tali tenore.

6.

s. d.
fol. 66r
Venditio rerum cuiusdam Gaulucii

Similiter. Ego, Gualucziu filius quondam Traconi, de Anio, vendidi tibi Garibaldo omnes res meas de casis, terris, vineis et ceteris rebus, omnibus in integro. Unde recepi a te pretium, valente solidos decem. In tali.

7.

s. d.
fol. 66r
De Cersenge

Similiter. Ego, Adesperto filius quondam Aideperti, de Cersenge, vendidi et tradidi tibi Caribaldo, esculdais, omnes res meas de casis, terris, vineis et ceteris rebus omnibus in integro in Cersenge, seu per singula loca vel vocabula. Unde recepi a te pretium valente solidos centum.

8.

s. d.
fol. 66r-66v
De Cersenge

Similiter, ego Liuderisi, filius quondam Urseperti de Acciano, vendidi tibi [fol. 66v] Garibaldo filio quondam Pauli de Langobardia vineam solidos tres cum ipsa terra ubi vinea plantata est petiola una cum omnibus que infra se vel super se habent in integro in Cersenge ubi valle vocatur. Unde recepi a te pretium valente solidos tres. In tali vero tenore.

9.

877-879
fol. 66v
De Marsi Cersenge

Item, Karolo imperante. Nos, Petrus filius quondam Leonis et Lupo filius Adelperti47 filii quondam Aderisi, vendidimus et tradidimus tibi Garibaldo terram nostram, mensuratam ad virgam publicam, modiorum otoginta, per singulas petias, cum omnibus que infra se habentur in integro et vineam, per numerum solidos quadraginta, cum terra ubi vinea plantata est, in Cersenge et per alia loca vel vocabula. Insuper, vendidimus tibi omnes res quas quondam Leoni genitori meo per cartulam venditionis obvenit a Lopardo de Cersenge, de casis, terris, vineis et ceteris rebus omnibus in integro. Et pretium recepimus a te, valente solidos centum. In tali tenore.

10.

s. d.
fol. 66v
De Cersenge

Similiter. Ego, Ascanso filius quondam Anseperti de Cersenge, vendidi et tradidi tibi Garibaldo terram, mensuratam ad virgam publicam, modiorum quinquaginta et vineam de solidis quindecim, infra vicinatum de Cersenge, per singula loca vel vocabula cum ipsa terra ubi vinea plantata est. Insuper vendidi tibi omnes res subtantię meę, quicquid habere vel possidere uisus sum in territorio Marsicano, de casis, terris, vineis et ceteris rebus omnibus in integro. Unde recepi a te pretium, valente solidos centum. In tali vero tenore.

11.

s. d. mais entre 877 et 879
fol. 66v
De Cersenge

Similiter. Nos, Petrus et Lupo filii quondam Aderisi, vendidimus et tradidimus tibi Garibaldo omnes res illas de Cersenge, quas Lopardus antea dedit Leoni avo nostro per cartulam venditionis, de casis, terris, vineis et ceteris rebus in integro. Unde pretium recepimus a te, valente solidos sexaginta. In tali tenore.

12.

fol. 66v
Inde

Similiter. Ego, Maio filius quondam Johannis, vendidi tibi Garibaldo servos meos nomine Ilorinu Petri, cum uxore et filiis et filiabus suis, et Lupo cum uxore et filiis suis, et Ermulo cum uxore et filiis suis. Unde recepi a te argentum48 pretium, valente solidos octoginta. In tali tenore.

13.

850-875
fol. 66v
De Marsi, Carpeneto et Bectorrita

Item, Ludovico Lotharii filio imperante. Ego, Johannes quondam Luponi de Anio, vendidi et tradidi tibi Garibaldo omnes res meas de casis, terris, vineis et ceteris rebus omnibus in integro ubi Carpenetum vocatur et ubi Betorrita vocatur. Unde recepi a te pretium valente solidos decem. In tali tenore.

14.

fol. 66v
De Sclaniano et Bectorrita

Similiter. Ego, Fuscari filius quondam Magerperti de Sclaniano, marsicano territorio, vendidi et tradidi tibi Scamperge, uxori Garibaldi, terram meam, mensuratam ad virgam publicam, modiorum septem et quartaria tria, in sex petiolas. Unum petium, ubi Aniu vocatur, circa terram Crispuli et via publica. Secundum petiolum, ubi Bectorrita vocatur, circa terra Adelberti. Tertium petiolum, ubi Unseluni vocatur. Tres petioli de terra ibidem in Sclaniano, cum omnibus que infra se habent in integro. Insuper, alias omnes res et substantias meas, quicquid habere visus sum, de casis, terris, vineis et ceteris rebus, omnibus in integro. Ude pretium recepi a te argentum, solidos quadraginta. In tali tenore.

15.

fol. 66v
De eodem

Similiter. Ego, Fusculo filius quondam Agiperti, vendidi tibi Gunupuli, castaldio Garibaldi, terram et vineam mensuratam ad virgam publicam, modiorum triginta, petioli quinque, ubi Esclanianu vocatur, cum omnibus que infra se habent in integro. Unde recepi a te pretium, valente solidos triginta. In tali tenore.

16.

fol. 67
De Villamaina

Similiter. Ego, Tedelpertus filius quondam Teudeperti, de Villa Maina, vendidi tibi Garibaldo terram, mensuratam ad virgam publicam, quartarium unum et sestarium unum, cum omnibus que infra se habet in integro, ubi Petelli vocatur. Unde recepi a te pretium, valente tremissi duo. In tali tenore. […]

17.

fol. 67
Venditio rerum cuiusdam Iorani

Similiter. Ego, Iorano filius quondam Luponi, de Apinie, vendidi tibi Excamperge, uxori Garibaldi exculdais, terram meam, mensuratam ad virgam publicam, quartarium unum et terciam de sestaria, petiolum unum, cum omnibus que infra se habet in integro. Et pretium recepi a te valente tremissem unum. In tali tenore.

18.

873, mai.
fol. 67
De rebus Garibaldi

Similiter, venit Fraupertus filius quondam Trasari de Poppleto. Tradidit atque investivit Garibaldum esculdais de omnibus rebus substantie sue, casis, terris, vineis, cultis, et incultis, mobilibus et immobilibus, omnia in omnibus quantum ipsi Frauperto a germanis suis in portionem obvenit in integro, tradidit atque investivit ad proprietatem per casam habitationis sue in Poppleto, in presentia Sindolfi et Ilderici et aliorum, in anno domni Ludovici Lotharii filii imperatoris augusti XXIII, mense maio, indictione V. Actum in Marsi.

19.

879, juin
fol. 112r-112v
Quomodo Romanus abbas tribuit sexcentos solidos de auro et argento cuidam Garibaldo pro omnibus rebus suis in Marsia.

In nomine Domni Dei et Salvatoris nostri Ihesu Xristi. Regnante domno nostro Karlomanno rege Longobardorum, anno eius in Italia in Dei nomine secondo et die IIIIo mensis Junii, per indictione XIIa. Ideo constat me, Garibaldus de Langorbadiam filius quondam Pauli, habitator in Marsi, intus ipsam Civitatem Marsicanam, bona et spontanea mea voluntate, vendidi et per presentem tradidi tibi domno Romano, venerabili abbas49 de monasterio Sancte Trinitatis quod situm est in finibus pinnensibus, in insula loco ubi dicitur Casa Aurea, super fluvium qui vocatur Piscaria, ubi nunc presenti tempore regimen tenere videris ; hoc est casa habitationis mee intus ipsa Civitate Marsicana, ipsa casa cum solo suo et cum introitu et exitu suo et curte et ortis et pomis et arboribus, cum ipsa casa in uno se tenente et cum omnibus que infra se habentur in integro. Quod est ipsa casa cum ipsa curte et ortis in uno se tenente, de uno latere currente via publica50, a tertio latere circa muros ipsius civitatis, a quarto latere circa casam et terram Grimaldi et quondam Ilderici. Insuper, vendidi tibi, iam dicto venerabili abbati, ad partem ipsius monasterii vestri, hoc est vineas per numerum palorum51 cum vitibus suis, de solidis duodecim ; et terram modiorum viginti, petia una, ubi Fiscegie vocatur ; et ubi ad Geni vocatur, in duabus petiis, vineas de solidos triginta et sex. Et ubi ad Pactiano vocatur, terra petia una per mensuram modiorum decem. Et ubi Solitre vocatur, vineas per numerum de solidis viginti et terra modiorum decem, uno tenente. Et ubi Cersenge vocatur, vineas per numerum de solidis centum in quattuor petias et terram modiorum ducentorum. Et ubi Urbana vocatur, in tres petias, terra, modiorum centum. Et ubi Eglereni vocatur, terra petia una modiorum triginta. Et in campo de Ariano, terra modiorum viginti, petia una. Et ubi Asclum vocatur, in duas petias, terra modiorum quadraginta. Et inter Acurianu et Vicu, per singulas [fol. 112 v] petiolas, terra modiorum octoginta. Et ubi Ratinu vocatur, per singulas petiolas, modiorum quadraginta. Ipsas suprascriptas terras et vineas in ipsa supranominata loca cum pomis et arboribus et cum omnibus que infra se vel super se habentur in integro. Insuper vendidi tibi iam dicto Romano venerabili abbati, ad partem ipsius monasterii vestri reliqua (!) omnes res et proprietatem et quicquid habere vel possidere visus sum hodierno die in territorio Marsicano, de casis, terris, vineis, pomis, pratis, pascuis, silvis, salectis, arboribus fructiferis vel infructiferis, cultum vel incultum, mobile vel immobile, omnia et in omnibus, ubicumque omne paratum vel conquisitum meum inventum fuerit tam in montibus quam et in planis, seu per alia vel vocabula in ipso territorio Marsicano, tibi cui supra Romano venerabili abbati ad partem iam dicti monasterii vestri, vendidi et sub integritate concedo possidendum. Unde ad manus meas nichil reservavi vel potestatem. Insuper in ipsa venditione dedi tibi in ipso sancto monasterio ipsas cartulas vel monimina per quem mihi iam dicto Garibaldo, ipsa suprascripta res obvenit a quondam Magelfredo et ab aliis hominibus. Ut tu iamdictus venerabilis abbas, vel tui successores, una cum advocato ipsius monasterii vestri, licentiam habeatis cum ipsis cartulis vel monimibus in placitum stare, causare et defendere ipsas suprascripta res, si vobis oportunum fuerit, sicut ego Geribaldus vel mei heredes facere debueramus. Unde pretium recepi, ego suprascriptus Geribaldus, a te Romano venerabili abbati de parte iam dicti monasterii vestri, pro ipsa suprascripta mea venditione, inter aurum et argentum, iusto valens solidos sexcentos quos apud me habere testabor. In tali autem tenore ut si ego, Geribaldus vel mei heredes, contra te, iam dictum Romanum abbatem, vel contra vestros successores, de ista omnia suprascripta mea venditione quamlibet causationem mittere quesierimus, vel si ab alio homine vobis ipsam meam venditionem minime antistare aut defendere non potuerimus, meliorata suprascripta mea venditione unde agitur, in consimili loco ad partem iam dicti monasterii vestri duplum restaurare promittimus. Unde, pro securitate ipsius iam dicti monasterii, me Danielem notarium scribere rogavit. Actum in Marsi, mense et indictione suprascripta, feliciter. + Ego Garibaldus in hac cartula a me facto manu mea subscripsi52. Ego Leo, rogatus a Garibaldo, manu mea subscripsi. + Ego Ildeprandus, rogatus a Garibaldo manu mea subscripsi. + Ego Lupo scabinus, rogatus a Garibaldo, manu mea subscripsi.

Notes

1 Sur la question des transactions foncières et de leur signification durant le haut Moyen Âge, L. Feller, « Introduction. Enrichissement, accumulation et circulation des biens. Quelques problèmes liés au marché de la terre », dans L. Feller, C. Wickham (dir.), Le marché de la terre au Moyen Âge, Rome, 2005, p. 3-28. L. Feller, A. Gramain, Fl. Weber, La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2005. À propos de l’attitude des élites sociales face à l’enrichissement et à la transmission : L. Feller, « Introduction. Formes et fonctions de la richesse des élites au haut Moyen Âge », dans J.-P. Devroey, L. Feller, R. Le Jan (dir.), Les élites et la richesse au haut Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2010, p. 5-30. 

2 F. Bougard, « Pierre de Niviano, dit le Spolétin, sculdassius, et le gouvernement du comté de Plaisance à l’époque carolingienne », Journal des savants, 1996, p. 291-337 en a livré une analyse fouillée et une excellente édition. La série des actes du ixe siècle concernant Plaisance a été donnée en fac simile : Chartae Latinae Antiquiores, 2nd series, ninth century, éd. par G. Cavallo et G. Nicolaj, Piacenza 1 à VIII, Italy XXXVII à XLIII. Voir en dernier lieu N. Mancassola, Uomini senza storia. La piccola proprietà rurale nel territorio di Piacenza dalla conquista carolingia alle invasione ungariche (774-900), Spolète, 2014, p. 91-104.

3 Il n’existe pas d’édition scientifique de ce cartulaire important à tous points de vue et il faut encore se référer à la très incomplète (mais très correcte) édition de Muratori. A. L. Muratori Rerum Italicarum Scriptores, II, 2, Milan, 1726, col. 767-1018. Il en existe un fac-simile aux justificatifs exacts de l’original, édité à L’Aquila en 1983, en ligne sur le site Gallica de la BnF : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84526553/, consulté le 26 décembre 2016. Voir, pour la présentation du dossier des munimina, L. Feller, A. Gramain, Fl. Weber, La fortune de Karol, op. cit., p. 19-24 et 149-155. Sur le cartulaire lui-même et le contexte de sa production, voir L. Feller, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au xiie siècle, Rome, École française de Rome, 1998, p. 80 et suiv.

4 La datation de la plupart des actes du dossier est problématique et ne peut souvent être donnée qu’à l’aide d’un intervalle, lorsque le nom du souverain est mentionné, il l’est sans indication de l’année de règne. Dans la plupart des cas, aucun élément de datation n’est donné.

5 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 292, avec renvoi à F. Bougard, La justice dans le royaume d’Italie, de la fin du viiie siècle au début du xie siècle, Rome, École française de Rome, 1995, p. 157-176.

6 L. Feller, « Introduction. Enrichissement, accumulation », art. cité et C. Wickham, « Conclusions », dans Le marché de la terre, op. cit., p. 625-642.

7 N. Mancassola, Uomini senza storia, op. cit., p. 100. V. Fumagalli, « Un territorio piacentino nel secolo IX. I ‘Fines Castellana’ », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 48, 1968, p. 1-35, ici p. 28.

8 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 312-313, doc. no 6 (a. 882).

9 Ibid., p. 324-325, doc. no 19 (a. 892).

10 Ibid., p. 335, doc. no 27 (a. 913).

11 Ibid., p. 307, doc. no 1 (a. 878). Sur les échanges de biens au moment du mariage et l’analyse des lois barbares, voir la très claire présentation faite par J. Goody, L’évolution de la famille et du mariage en Europe, Paris, 1986, p. 243-257, ici p. 251. Sur la situation particulière des femmes lombardes, voir L. Feller, Les Abruzzes médiévales, op. cit., p. 459-494. Pour l’Italie septentrionale : F. Bougard, « Dot et douaire en Italie centro-septentrionale (viiie-xie siècle). Un parcours documentaire », dans F. Bougard, L. Feller, R. Le Jan (dir.), Dots et douaires dans le haut Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2002, p. 57-95.

12 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 317, doc. no 10 (a. 884) et p. 318, doc. no 11 (a. 884).

13 V. Fumagalli, « Un territorio piacentino », art. cité, p. 30.

14 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 317, doc. no 10 et p. 318, no 11. Sur le crédit au haut Moyen Âge, F. Bougard, « Le crédit dans l’Occident du haut Moyen Âge : documentation et pratique », dans Les élites et la richesse…, op. cit., p. 439-478. Voir le démontage du mécanisme du prêt dans F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 296.

15 L. Feller, « ‘Morgengabe’, dot, tertia : rapport introductif », dans Dots et douaires, op. cit., p. 1-25.

16 Voir L. Feller, A. Gramain, Fl. Weber, La fortune de Karol, op. cit., p. 96-109. Plus généralement, sur le rôle de la Morgengabe dans le système matrimonial lombard, voir L. Feller, Les Abruzzes, op. cit.

17 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 295 et document no 6, p. 312-313.

18 C. Violante, « Les prêts sur gage foncier dans la vie économique et sociale de Milan au xie siècle », Cahiers de civilisation médiévale, 5, 1962, p. 147-168 et 437-459 ; F. Bougard, La justice dans le royaume d’Italie, op. cit.

19 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 296 et 319, doc. no 13 (a. 887).

20 Sur la position complexe des membres de l’élite rurale en situation d’ascension sociale et le lien entre transactions foncières et liens personnels voir L. Feller, A. Gramain, Fl. Weber, La fortune de Karol, op. cit., p. 132-141.

21 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 324-325, doc. no 19 (a. 892, 12 juillet) et no 20, p. 325-327 (a. 892, 28 juillet).

22 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 314-315, doc. no 7 ; L. Feller, « Précaires et livelli : les transferts patrimoniaux ad tempus en Italie », dans R. Le Jan (dir.), Les transferts patrimoniaux en Europe occidentale, viiie-xe siècle (I), Rome, École française de Rome, 1999, p. 725-746.

23 Sur la question du transfert du prestige social par la médiation de parcelles de terres ou d’exploitations, L. Feller, A. Gramain, Fl. Weber, La fortune de Karol, op. cit., p. 96-106. Les insertions dans l’élite se font aussi par le moyen des échanges fonciers.

24 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 335-338, doc. no 28.

25 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 314-315, doc. no 7 (a. 882).

26 F. Bougard, « Pierre de Niviano », art. cité, p. 320-321, doc. no 15 (a. 891).

27 F. Bougard, R. Le Jan, « Quelle mobilité sociale dans l’Occident du haut Moyen Âge ? », dans S. Carocci (dir.), La mobilità sociale nel Medioevo, Rome, École française de Rome, 2010, p. 41-67.

28 L. Feller, « Le cartulaire-chronique de S. Clemente a Casauria », dans O. Guyotjeannin, L. Morelle, M. Parisse (dir.), Les cartulaires, Paris/Genève, Honoré Champion/Droz, 1993, p. 261-277 ; L. Feller, « Les Abruzzes médiévales… », art. cité, p. 74-82.

29 Voir infra, doc. no 19, Cartulaire de Casauria (= CC), fol. 112-112v : Insuper in ipsa venditione dedi tibi in ipso sancto monasterio ipas cartulas vel monimina per quem mihi iam dicto Geribaldo ipsas suprascriptas res obvieni a quondam Magelfredo et ab aliis hominibus. La charte de Magelfred n’est pas au cartulaire. Cette mention indique seulement, par conséquent, l’existence d’un dossier.

30 Voir ainsi infra, doc. no 9, CC fol. 66v, Pierre fils de Léon, Loup fils d’Adelpert et un fils d’Aderisi vendent solidairement une terre de 80 muids et une vigne de 40 sous à Cersenga ainsi que tout ce Léon, père de Pierre avait acquis par achat de Lopardus de Cersenga.

31 Doc. no 19.

32 L. Feller, « Le cartulaire-chronique », art. cité.

33 L. Feller, A. Gramain, Fl. Weber, La fortune de Karol, op. cit., p. 58-61, 120-121.

34 L. Feller, « Paysages et cadres de vie dans les Abruzzes durant le haut Moyen Âge », dans R. Francovich, G. Noyé (dir.), La storia dell’alto medioevo italiano. (vi-x sec.) alla luce dell’archeologia, Florence, All’Insegna del Giglio, 1994, p. 217-230. 

35 Voir infra, doc. no 9.

36 Voir infra, no 3.

37 Voir infra, doc. no 11. Sur la question des moyens de paiement en général : L. Feller, « Ideas of Money : Payment Methods in the Middle Ages », dans R. Naismith (dir.), Cultural History of Money in the Medieval Age, Londres, 2017. Sur la situation en Italie centrale, voir L. Feller, « Les conditions de la circulation monétaire dans les régions périphériques du royaume d’Italie (Sabine et Abruzzes, ixe-xiie s.) », dans L’argent au Moyen Âge. Idéologie, finances, fiscalité, monnaie, Paris, 1998, p. 61-75.

38 Voir infra, doc no 11, CC, fol. 66v, s. d., Petrus et Lupo fils de feu Aderisi vendent à Garibald omnes res de Cersenge quas Lopardus antea dedit Leoni avo nostro per cartulam venditionis. Le prix est de 60 sous.

39 L. Feller, A. Gramain et Fl. Weber, La fortune de Karol, op. cit., p. 85-92.

40 Voir infra, no 8 et no 16.

41 Voir infra, no 14, CC fol. 66v.

42 Sur les modes d’évaluation de la vigne, voir L. Feller, Les Abruzzes médiévales, op. cit., p. 343-344.

43 Voir infra, doc. no 3 : Similiter vendidi tibi vineam solidos tres, cum ipsa terra ubi plantata est, petiola duo ibidem iusta terra de episcopio Sancte Savine.

44 L. Feller, A. Gramain, Fl. Weber, La fortune de Karol, op. cit., p. 106-114. Karol fils de Liutprand est allié par mariage avec la famille d’un sculdasius, Adoin, fait affaire avec un gastald, Allo : sa politique patrimoniale devrait lui permettre de se hisser dans cette strate inférieure de l’aristocratie. Du point de vue de sa caractérisation sociale, il serait donc proche de Totone di Campione, homme riche mais dépourvu de toute charge et de tout accès aux offices publics : Carte di famiglia. Strategie, rappresentazione e memoria del gruppo familiare di Totone di Campione (721-877), éd. S. Gasparri et C. La Rocca, Rome, 2005.

45 Voir infra, doc. no 12.

46 On pense à la série des Chartae Latinae Antiquiores concernant le ixe siècle dont la publication semble s’accélérer.

47 Un nom oublié.

48 Argentum suscrit.

49 Sic pour abbati.

50 Sic. Manque le second côté.

51 Manque l’indication du nombre de pieds de vigne contenus dans un sou. Sur les techniques de mesure de la vigne, voir L. Feller, Les Abruzzes médiévales, op. cit., p. 343.

52 La mention de la souscription est suivie d’un O barré en bout de ligne.

Table des illustrations

Titre Figure 1 — Les acquisitions foncières de Garibald et de son épouse Examperga à Cersenge entre 855 et 879
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

Auteur

Laurent Feller est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Membre de l’UMR 8589/LaMOP, il y coordonne actuellement les travaux du champ Produire, écrire, échanger. Spécialiste de l’Italie rurale et du haut Moyen Âge, il s’intéresse depuis une dizaine d’années aux problèmes spécifiques de l’économie médiévale et a dirigé ou codirigé plusieurs programmes en ce sens. Il a notamment publié Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au xiie siècle, Rome, 1998 ; Paysans et seigneurs au moyen âge. viiie-xve siècles, Paris, 2007, 2e éd. 2017 ; L. Feller, A. Gramain et F. Weber, La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, 2005. 

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search