Version classiqueVersion mobile

Transiger

 | 
Julie Claustre

Introduction

Julie Claustre

Texte intégral

  • 1 L’actualité du phénomène contractuel est montrée dans S. Chassagnard-Pinet, D. Hiez (dir.), Approch (...)
  • 2 Notamment F. Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire entre le xiie et le xiiie siècle (...)

1Le contrat est aujourd’hui paré des vertus de la régulation contre les rigidités d’un gouvernement autoritaire1. Cet ouvrage collectif se veut une contribution à l’histoire du phénomène contractuel et plus exactement à l’étude de l’affirmation du phénomène contractuel qui se produisit au cours du Moyen Âge. Une telle montée en puissance de la contractualisation se présente aux historiens comme une évidence documentaire qui n’est pas pour rien dans la perception qu’ils ont d’un changement qui se serait produit au cours du millénaire médiéval : la documentation écrite conservée explose à partir du xiie siècle et, en particulier, celle qui transcrit des transactions entre des personnes2.

Sur le phénomène contractuel au Moyen Âge

  • 3 J. Le Goff, Le Moyen Âge et l’argent. Essai d’anthropologie historique, Paris, Perrin, 2010, p. 109 (...)
  • 4 K. Bruce McFarlane, England in the Fifteenth Century. Collected Essays, Londres, Hambledon Press, 1(...)
  • 5 Les travaux de Raymond De Roover ont été essentiels dans la large diffusion de cette idée, notammen (...)
  • 6 S. R. Epstein, Freedom and Growth. The Rise of States and Markets in Europe, 1300-1750, Londres/New (...)
  • 7 Sur cette notion de grand partage, voir Fl. Weber, « Transactions marchandes, échanges rituels, rel (...)

2Pendant longtemps, les historiens ont fait du notaire et du marchand les seules figures de proue de ce changement. Deux explications principales, souvent perçues comme complémentaires, s’imposaient : d’une part, le renouveau commercial se traduisait par la démultiplication et la complexification de transactions qui, dès lors, nécessitaient la création de supports de la mémoire ; d’autre part, le recours croissant à des procédures inspirées du droit romain exigeait l’usage d’écrits probatoires pour un nombre toujours plus grand d’arrangements entre les personnes. Ce changement était souvent interprété comme une rationalisation, juridique et commerciale, une entrée dans la modernité, un repli progressif des échanges non marchands, un passage des sociétés médiévales à des fonctionnements plus abstraits et dépersonnalisés, voire un processus de sortie hors de la société féodale et de désenchantement du monde européen3. La montée en puissance du phénomène contractuel avait ainsi partie liée dans l’historiographie avec une double téléologie : celle du marché et celle de l’État. Les traductions en ont été diverses dans plusieurs domaines des études médiévales et se sont révélées tenaces dans la diffusion du savoir médiéviste : la théorie d’une « féodalité bâtarde » (bastard feudalism) succédant à la féodalité pure et se manifestant par la rédaction de contrats de retenue à l’époque de l’affirmation de l’État4, celle – plus ancienne – d’une révolution commerciale reposant sur des instruments écrits rationnels (comptabilités, contrats d’association et lettres de change)5, celle – plus récente – d’un développement des marchés encadrés par des institutions donnant force aux contrats6… C’était ancrer au cœur du Moyen Âge un « grand partage » entre primitifs et modernes, entre sociétés chaudes et sociétés froides7.

  • 8 E. Durkheim, De la division du travail social, Paris, Puf (Quadrige), 2007 [7e éd. ; 1re éd. 1893, (...)
  • 9 G. Davy, La foi jurée. Étude sociologie du problème du contrat. La formation du lien contractuel, P (...)
  • 10 M. Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, L’Année soci (...)
  • 11 M. Weber, Sociologie du droit, trad. fr. Paris, Puf, 1986.
  • 12 J.-G. Belley, « Max Weber et la théorie du droit des contrats », Droit et société, 9, 1988, p. 301- (...)
  • 13 Cl. Didry, « Durkheim et le droit, ouvertures et limites d’une découverte sociologique », halshs-00(...)

3Mais au-delà de ces hypothèses évolutionnistes, il n’est pas abusif de considérer que, pendant longtemps, les médiévistes ont négligé l’aspect contractuel des rapports sociaux, qui constituent pourtant un objet très ancien des sciences sociales, traité à la racine même de ces disciplines : en témoignent des pages d’Émile Durkheim8, l’ouvrage de Georges Davy sur la foi jurée9 et le célèbre opus sur le don de Marcel Mauss qui se présentait comme « un fragment d’études plus vastes » liant « régime du droit contractuel » et « systèmes des prestations économiques » dans les sociétés traditionnelles et anciennes10. Max Weber s’est également intéressé à l’histoire des formes contractuelles en rapport avec celle des institutions juridiques et avec la genèse du capitalisme11. On a pu en retenir l’idée d’une évolution du « contrat-statut » qui incorpore ou inféode l’individu à une communauté au « contrat-fonction » adapté au marché12. La tradition sociologique ultérieure s’est quelque peu éloignée de cet objet, parce que les contrats se fondent, dans leur définition classique, sur la volonté individuelle – le contrat étant un « accord de volonté entre deux ou plusieurs personnes et faisant naître des obligations entre elles ». Seule la sociologie du travail continue à considérer comme son objet une notion qui semble présupposer le spontanéisme des accords interindividuels et une égalité formelle des cocontractants, sans rapport avec les inégalités réelles. Les travaux sociologiques considèrent souvent le contrat comme un instrument juridique, un simple support ponctuel pour des rapports sociaux complexes qui requièrent toute l’attention de l’observateur. Le contrat n’est pas leur objet en ce que, depuis Durkheim13, il n’est considéré comme existant que du fait de son exécution et surtout parce qu’il s’insère dans des conventions morales, des notions de justice et des normes de comportements économiques.

  • 14 O. E. Williamson, « Credible Commitments : Using Hostages to Support Exchange », American Economic (...)
  • 15 M. Granovetter, « Economic Action and Social Structure : The Problem of Embeddedness », American Jo (...)
  • 16 F. Eymard-Duvernay (dir.), L’économie des conventions, Paris, La Découverte, 2006, 2 t.

4Le contrat n’a pas été moins décisif au point de départ de la théorie économique standard, à savoir la théorie néoclassique élaborée dans la seconde moitié du xixe siècle. Au fondement de celle-ci, dans les travaux de Léon Walras et de Vilfredo Pareto, on trouve l’idée d’un ensemble de contrats marchands particuliers qui s’ajustent grâce à un mécanisme de fixation des prix, idée appelée théorie de l’équilibre général. Après une éclipse, le contrat est revenu au cœur des travaux néoclassiques avec le développement de la théorie des contrats, puis de ceux de l’école néo-institutionnelle à partir des années 1980. Cette dernière école (en particulier avec l’économie des coûts de transaction proposée par Oliver Williamson14) fait du contrat un mode hybride de gouvernance des transactions industrielles, entre la firme et le marché. L’économie des conventions part du constat d’insuffisance du modèle néoclassique, qui propose une conception de l’action humaine sous-socialisée15, et de l’idée que, pour qu’il y ait contrat, il faut qu’au-delà des deux contractants, existent des règles sociales, des normes, des institutions communes. Elle privilégie l’examen des conventions en tant que repères éthico-politiques communs qui tissent la toile de fond des accords des cocontractants16.

  • 17 A. Guerreau, Le féodalisme. Un horizon théorique, Paris, Le Sycomore, 1980, p. 79 : « On ne peut pa (...)
  • 18 S. D. White, « Pactum… legem vincit et amor judicium : the settlement of disputes by compromise in (...)
  • 19 M. T. Ferrer Mallol, J-M. Moeglin, S. Péquignot, M. Sanchez Martniez (dir.), Negociar en la Edad Me (...)
  • 20 N. Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge, Paris, Odile Jacob, 2007 ; G. Naegle (dir.), Frieden sch (...)
  • 21 Bernard Guenée avait relevé que le contrat marquait profondément la vie politique de l’Occident des (...)
  • 22 J. Morsel, « Communautés d’habitants médiévales. Position des problèmes et perspectives », dans J.  (...)
  • 23 D. Barthelémy, « Autour d’un récit de pactes (Conventum Hugonis) : la seigneurie châtelaine et le f (...)
  • 24 Comme le serment : I. Rosier-Catach, La parole efficace. Signe, rituel, sacré, Paris, Seuil, 2004 ; (...)
  • 25 Pour un exemple régional, voir É. Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux xiiie e (...)
  • 26 L. Feller, Chr. Wickham (dir.), Le marché de la terre au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, (...)

5À côté de ces traditions d’étude des contrats dans les sciences sociales, les études médiévistes ont ainsi longtemps été en retrait, en dépit du consensus sur le phénomène contractuel médiéval. En 1980, discutant l’analyse de la féodalité menée par François-Louis Ganshof, Alain Guerreau attirait déjà l’attention sur la nécessité d’étudier avec soin l’ensemble des formes prises par les rapports sociaux, en l’occurrence féodaux17. Aujourd’hui, des travaux récents autorisent à esquisser de nouvelles perspectives d’analyse. Prolifique en Europe et aux États-Unis dans les années 1980-2000, le courant de recherche sur le règlement des conflits a amplement démontré la force du « pactisme » des élites18. D’autres études s’attachent aux actions et aux procédures concrètes de négociation19 et de pacification20, aux pratiques contractuelles (alliances, ligues, factions, clientèles…) nouées au sein des élites tardomédiévales, autour des princes21 ou dans les communautés d’habitants22. Au cœur des sociétés médiévales, le contrat féodal est désormais analysé, tant sous l’angle de son formalisme – un formalisme particulier mobilisant des gestes, des paroles, des objets, des écrits –, que sous l’angle de ses enjeux réels et de ses usages pragmatiques23. Ces courants de recherche permettent ainsi de mieux connaître certaines pratiques, celles qui se nouent entre communautés politiques, celles qui traversent les élites et celles qui finissent par devenir des formes largement partagées24. Mais on voit aussi ce qu’elles laissent trop souvent de côté : les pratiques contractuelles du commun, pourtant abondamment documentées à partir des xiie-xiiie siècles, et auxquelles ce commun était attaché, si l’on en croit la fréquence des dispositions relatives aux possibilités et aux manières de contracter dans les chartes de franchises25. Elles ont pourtant moins retenu l’attention des médiévistes en tant que pratiques, même si elles ont été étudiées comme pourvoyeuses de données factuelles (prix, volumes de production, fortunes et niveaux de vie, culture matérielle, techniques, listes d’objets…). Or elles ne sont pas a priori moins formalisées ou moins complexes que les précédentes, comme le montrent les travaux sur le phénomène de l’expertise dans la sphère de la production et des échanges26.

  • 27 Fr. Bougard, L. Feller, R. Le Jan (dir.), Dots et douaires dans le haut Moyen Âge, Rome, École fran (...)
  • 28 A contrario, sur les documents notariés, voir les travaux récents de E. Huertas, I. Bretthauer et K (...)

6Cette lacune sociologique se double d’une seconde lacune repérable dans les travaux attentifs aux pratiques transactionnelles, et qui est à la fois documentaire et chronologique : si les chartes et cartulaires ont fait l’objet d’un questionnement historique et anthropologique27, les documents notariés et comptables qui se diffusent à partir du xiie siècle sont encore trop souvent exploités comme des réservoirs de données et comme des sources transparentes28.

7Par rapport à ces travaux, le propos de cet ouvrage est à la fois plus large et plus précis. Plus large : l’observation doit intégrer les transactions de la population commune et doit être menée sur la longue durée du haut au bas Moyen Âge, pour tenter de mieux comprendre ce qui relève des appartenances sociales et ce qui n’en relève pas, ce qui change et ce qui ne change pas au cours du Moyen Âge. Plus précis : l’observation est réduite aux transactions, c’est-à-dire aux pratiques contractuelles en tant que telles.

Quelques hypothèses lexicales

8Sous le terme « transactions », employé de façon habituelle en sociologie du marché et en anthropologie économique, nous entendons les échanges humains médiatisés par des biens. L’usage de ce terme permet d’éviter l’ambiguïté, déjà repérée, de la notion de contrat comme « accord de volonté entre deux ou plusieurs personnes et faisant naître des obligations entre elles ». Mais il n’est pas lui-même indemne de certaines connotations qui tiennent à son histoire, en particulier à son histoire médiévale et à son entrée en régime lexical chrétien, et qu’il importe de préciser d’emblée.

9Le mot « transaction » désigne en français contemporain trois choses : un accord ou arrangement, un compromis permettant de mettre fin à un litige, une opération commerciale ou financière. Il dérive du latin antique transactio qui avait peu ou prou les deux mêmes premiers emplois. En revanche, le sens du mot transactio paraît avoir été amplement transformé dans le passage du latin classique au latin chrétien médiéval, qui repose sur une autre conception de la société et des échanges.

  • 29 Raphaël Eckert a participé le 6 février 2015 à un atelier du groupe de travail « Transiger » consac (...)

10Un premier ensemble de sens qui prédomine au Moyen Âge est dérivé de l’emploi antique et il est fondamentalement juridique : il renvoie aux accords qui permettaient de mettre fin à un litige, pénal ou civil, au moyen de concessions réciproques et qui entraînaient le plus souvent un échange onéreux, une partie renonçant aux poursuites contre une compensation29. Aux xiie et xiiie siècles, les gloses du droit romain, du droit canonique, les coutumiers, statuts territoriaux et chartes locales s’expriment abondamment sur les transactions pénales, à une période où se construit le modèle d’une justice hiérarchique qui tente de confisquer le règlement des litiges pénaux au nom de l’intérêt public et d’enlever aux parties la possibilité de passer ces transactions pénales. Les juristes médiévaux abordent donc ces transactions en les voilant : la transaction onéreuse est le plus souvent cachée et présentée comme gratuite, condition de sa licéité. La terminologie en la matière a été tôt fixée : le mot transactio vient du corpus justinien (C.2, 4, 38 et D.2, 15, 1) ; la glose du xiie siècle a rapproché transactio de pactum et de compositio, le pactum étant toutefois gratuit, contrairement à la transactio et à la compositio. Le Livres de jostice et de plet composé au xiiie siècle a transposé en français pactum en « convenance » et transactio en « pez ». Du côté du droit canonique, Gratien emploie le terme pax pour désigner la pratique des transactions pénales et interdit les transactions pénales onéreuses désignées sous le terme colludio et les canonistes s’emploient ensuite à tracer la limite entre transactions pénales licites et illicites. Les formulaires notariés italiens du xiiie siècle contiennent des formules de carta pacis, concordie sive treuge, qui se présentent comme des formules de transactions pénales gratuites. Les mots principaux de ces formules sont finem, refutationem, concordiam, parfois remissionem, pacem. Coutumiers, chartes et statuts urbains désignent les transactions pénales, largement laissées à la discrétion des personnes, comme « pais »/« pès », compositio, transactio, reconciliatio, pax, concordia. Transactio a, dans ce premier ensemble d’emplois, à voir avec la paix et avec la gratuité, même s’il consiste aussi en un transfert de biens entre des personnes.

  • 30 Ambroise, De officiis, lib. III, cap. 10 : In omnibus igitur decora est fides, iustitia grata, mens (...)
  • 31 CCSL 148 (C. Munier, 1963), p. 195. Ce texte est repris dans le Décret de Gratien : Decretum magist (...)
  • 32 Summae theologiae secunda secundae, q. 100, qui porte sur la simonie : il n’y a que dans cette quae (...)
  • 33 Consulté en 2015 grâce à Bruno Bon dans les locaux du Comité Du Cange (http://www.irht.cnrs.fr/fr/r (...)
  • 34 http://ducange.enc.sorbonne.fr/TRANSACTARE. R. Cessi (éd.), Gli Statuti veneziani di Jacopo Tiepolo (...)
  • 35 L’interrogation de la base de l’ARTEM recueillant les chartes originales antérieures à 1121 conserv (...)
  • 36 Il s’agit des cartulaires des Trencavel, des Guilhem de Montpellier, des chapitres d’Agde et de Béz (...)
  • 37 L’acte figure dans le cartulaire de Silvanès (no 147) et date de 1168.
  • 38 Projet CBMA – Corpus Burgundiae Medii Aevi. Site du projet Corpus de la Bourgogne du Moyen Âge, htt (...)

11Un deuxième ensemble de sens fait de transactio un échange, un transfert de biens. On relève qu’une des premières occurrences dans le vocabulaire chrétien du terme transactio apparaît dans le De Officiis d’Ambroise, qui récrit au ive siècle le De officiis de Cicéron. Cette occurrence est unique chez Ambroise30. Il énumère ensemble transactio, contractus, coemptio, pactus, et évoque ensuite des ventes et achats de biens (venditor/emptor). On retrouve transactio dans le même domaine sémantique que venditio dans les actes d’un concile de l’année 506 au sujet des aliénations de biens ecclésiastiques auxquelles un évêque est autorisé à se livrer31. C’est bien en ce sens que le terme sera utilisé par Thomas d’Aquin, qui ajoute le terme générique de voluntariae commutationes pour décrire ce « domaine » de transactions, et aussi contractus non gratuitus32. Le fichier du Nouveau Du Cange (Novum Glossarium Mediae Latinitatis) pour la langue latine de 800 à 120033 témoigne de l’existence de ce « domaine » de transactions : en particulier, sur trente-quatre occurrences relevées dans ce fichier, trois occurrences, des ixe-xie siècles, localisées en Italie et en Roussillon, font de transactio une catégorie englobant un vaste ensemble d’échanges (ex. : possessionem aut donationem aut divisionem aut aliqua transactione). L’ancien dictionnaire Du Cange signale aussi l’emploi du substantif transactare au sens de « transférer une possession ou une chose » en 1242 dans les statuts du doge de Venise Jacopo Tiepolo34. Le fichier du Nouveau Du Cange confirme cet emploi du substantif sur le versant adriatique du nord de la péninsule Italienne : il recense six occurrences entre 1046 et 1158, dont quatre dans le cartulaire de S. Cassien d’Imola en Émilie, une dans les documents commerciaux vénitiens, une dans les chartes de l’abbaye Santa Maria Val di Ponte dans les Marches. Au-delà de ces glossaires, une rapide recherche dans les corpus de chartes permet de repérer d’autres occurrences35. Didier Panfili a ainsi extrait pour nous de treize cartulaires aquitains et languedociens les mots transactio/transactatio et transactare36. Si le verbe transactare y est rare (deux occurrences pour désigner des règlements de litiges), le substantif transactio ou transactatio avec le sens de transfert de biens y est bien présent, dans quinze actes entre 1138 et 1198 : son emploi semble générique, puisque soit le terme renvoie à un transfert passé (cas le plus fréquent), soit il figure là encore dans une énumération de types de transactions (ex. : quas a patruis nostris vel a matre nostra venditionis, donationis, transactionis, permutationis vel in solutum dationis sive per emphiteosin contractum predictum monasterium fuerat consecutum aut quolibet alio alienationis modo37). Cet emploi, bien balisé, reste toutefois minoritaire par rapport aux emplois du terme renvoyant au règlement d’un litige (55 actes entre 1050 et 1253). Si l’on se déplace du Languedoc vers la Bourgogne, une consultation rapide du Corpus de la Bourgogne du Moyen Âge38 révèle seulement quatre occurrences correspondant à l’idée de transfert de biens ou de droits, dont trois dans des énumérations (deux en latin dans les années 1180, une en français en 1307). Ces quelques précisions lexicales indiquent ainsi que c’est dès le haut Moyen Âge que les mots transactio/transactatio/transactare/transaction ont revêtu le sens de transfert de biens.

  • 39 I. Rosé, « Ananie et Saphire ou la construction d’un contre-modèle cénobitique (iie-xie siècle) », (...)
  • 40 B. Jussen, « Religious Discourses of the Gift in the Middle Ages : Semantic Evidences (Second to Tw (...)
  • 41 Ibid.
  • 42 A. Guerreau-Jalabert, « Formes et conceptions du don : problèmes historiques, problèmes méthodologi (...)
  • 43 E. Magnani, Monastères et aristocratie en Provence. Milieu xe-début xiie siècle, Münster, Lit Verla (...)

12L’usage que fait Ambroise du vocable permet de préciser les caractéristiques sémantiques du vocable transactio et la raison de son intégration dans la série contractus, emptiones, venditiones… Il développe pour décrire ces « contrats, pactes et transactions, ventes et achats » une articulation sémantique qu’on retrouve ailleurs dans le vocabulaire chrétien et qui est théorisée en particulier dans les épîtres de saint Paul : celle-ci noue une dimension intérieure, cachée, relevant du cor, et une dimension extérieure, apparente, visible, manifeste, corporaliter. Ambroise définit d’emblée le bon comportement transactionnel dans le domaine de la transactio/emptio/contractus, de la manière suivante : « Il faut que les dispositions de l’âme soient pures et sincères afin que chacun énonce une parole sans détours, maintienne son corps dans la sainteté, qu’il ne séduise pas son frère par la duperie des mots, qu’il ne promette rien qui ne soit pas beau, et s’il a promis, il serait plus supportable de ne pas accomplir la promesse, que d’accomplir ce qui serait laid » (De officiis, lib. III, cap. X). Le thème développé par Ambroise est celui de la fraus, qui doit être éradiquée in omni contractu, transactionibus et pactibus : le vocable fraus est aussi utilisé dans la Vulgate au verset 2 du récit sur Ananie et Saphire, à propos du prix du champ vendu par Ananie. Rappelons que cet épisode des Actes des apôtres (5, 1-11) raconte la punition par Pierre d’Ananie et de Saphire, des époux qui voulaient rejoindre l’Église, mais qui avaient gardé secrètement une partie du prix qu’ils avaient reçu pour la vente d’un champ, au lieu de mettre tous leurs biens en commun. Ambroise le commente au livre III (chap. X), mais aussi au livre I et, comme l’a noté I. Rosé39, il insiste surtout sur la tromperie (fraus) d’Ananie dans la transaction (« il périt en coupable d’une fraus »). En l’occurrence, la fraus oppose le comportement transactionnel apparent du couple et son comportement transactionnel véritable, caché, qui vient d’un cor impur. C’est aussi selon l’opposition entre dispositions intérieures et dispositions extérieures dans la transaction que sera commentée au Moyen Âge la préférence accordée par Dieu aux dons (munera) d’Abel par rapport à ceux de Caïn (Genèse 4, 3-5)40 : le mauvais cor de Caïn est en cause. Chez Ambroise, l’articulation intérieur/extérieur est donc utilisée non seulement à propos des « dons », mais aussi à propos de la transactio, qui relève comme l’achat et la vente du domaine des contrats. Même en ce domaine, le cor doit être « pur ». On peut en déduire que ce domaine des « transactions » n’est pas exclu des comportements de haute valeur spirituelle, à condition que le cor, par ses bonnes intentions volontaires, guide la transaction – on retrouvera la notion de voluntas chez Thomas d’Aquin. Avec Ambroise, se mettent de la sorte en place deux domaines d’échanges : transactio, vocable lié à pactus, contractus, venditio, emptio, d’une part et d’autre part, donum (donare, largare), qui procède du devoir de misericordia et qui consiste à donner aux pauvres et à aider ses proches, sans rien attendre d’eux, mais en attendant la remuneratio divine, puisque dans l’acte de don, « le Seigneur est débiteur de la miséricorde » (De off., lib. I, cap. 11). Se distinguent donc la transactio définie comme un échange réciproque de choses à valeur équivalente entre deux partenaires et le donum de misericordia, qui consiste à donner à l’un et à recevoir de Dieu seulement. Mais cette distinction n’est pas une opposition : elle est plutôt dialectique, comme le montrent les analyses lexicales des deux registres de munus/remuneratio par B. Jussen41. Les deux types d’échanges peuvent être pourvus de valeur spirituelle et engager Dieu comme partenaire. Ils peuvent être articulés ensemble ou pas : un échange peut être à la fois donum et transactio. Deux règles du jeu peuvent intervenir dans le même événement transactionnel chrétien. Une bonne transactio vient elle aussi du cor et elle « subordonne toute circulation de biens matériels à celle de l’amour spirituel42 », puisqu’un troisième acteur, Dieu, entre en jeu. D’où le constat fait par E. Magnani que, dans les chartes, « l’association assez fréquente du verbe “donner” à un ou plusieurs autres verbes pour décrire l’action du sujet qui donne (ego dono, cedo, reddo, transfundo, vendo, etc.) atteste de la volonté de ramener toute autre transaction au don43 ».

13Une autre évolution fondamentale bien marquée entre Cicéron et Ambroise concerne aussi l’espace social et les acteurs de la transaction. Cicéron rappelle en De off., lib. I, cap. 50-55 :

Il existe une société en effet – quoiqu’on l’ait souvent dit, il faut cependant le dire plus souvent encore – qui, de sa nature, s’étend certes le plus largement, celle de tous les hommes entre eux ; une société plus restreinte, de ceux qui appartiennent à la même nation [ejusdem gentis] ; une plus étroite, de ceux qui sont de la même cité.

14Déjà au livre I (17, 53), Cicéron distinguait « plusieurs niveaux de la société humaine », avec le premier niveau, la « société du genre humain tout entier », puis la société des gens de même gens, natio, lingua, le lien groupant les hommes d’une même cité, enfin, la plus haute, la société des gens de bonnes mœurs. Pour Ambroise, le modèle social provient de Dieu et consiste d’abord, comme l’incarne l’Église, en un partage de la foi, fidei consortio. Il récrit donc Cicéron de la manière suivante :

  • 44 Ambroise, De off., lib. I, cap. XXVII, 126-127, p. 156.

De la justice relève la piété, due en premier lieu à Dieu, en second lieu à la patrie, en troisième lieu aux parents et pareillement à tous, piété qui est elle-même conforme à l’enseignement de la nature, puisque, dès le tout jeune âge, aussitôt que le sentiment a commencé de se répandre en nous, nous aimons la vie comme un don de Dieu, nous chérissons la patrie et nos parents, puis les enfants de même âge auxquels nous désirons nous joindre. De là naît la charité qui donne la préférence aux autres sur soi, au lieu de rechercher ce qui revient à soi (1 Co 13, 5), en quoi réside le principe de la justice44.

15Dans l’espace social chrétien, Dieu est en fait le premier acteur de toute transaction, à la fois destinataire et destinateur, par exemple de la remuneratio des hommes (De off., lib. I, cap. 12, 45) qui est une transactio non gratuite, un contrat. Dieu apparaît bien comme partenaire de transactio chez Ambroise dans le chapitre déjà cité sur les contrats, pactes et autres transactiones (lib. III, cap. 10, 68), au sujet d’Ananie :

Le Seigneur aussi, dans l’Évangile, repoussait ceux qui s’approchaient de lui avec des dispositions de fraude, en leur disant : « Les renards ont des tanières ».

  • 45 Voir désormais l’édition et le commentaire introductif de G. Hasenohr : Le Jeu d’Adam, Paris, Droz, (...)

16Dieu est aussi le partenaire de transactio de Caïn, comme l’indique bien plus tard un texte roman du xiie siècle, le Jeu d’Adam, dans lequel la question de la dîme prend une place non négligeable45. Abel intervient auprès de Caïn pour le persuader de faire des dons à Dieu :

Si servum Deu que li vienge a plaisir,
Rendom ses droiz, nen soit riens del tenir.
Se de bon cuer le voloms obeïr,
N’averont nos almes poür de perir.
Donum sa disme e tute sa justise,
Primices, offrendes, dons, sacrifice.
Si del tenir nos prent a coveitise,
Perdu serrons en emfer sen devise [v. 599-606].

  • 46 Database of Latin Dictionaries, Turnhout, Brepols, 2013, « transactio » ; Tertullien, De resurrecti (...)
  • 47 http://www.atilf.fr/dmf/definition/transaction.
  • 48 Ferrand de Carthage, Vie de saint Fulgence de Ruspe, éd. par G.-G. Lapeyre, Paris, Lethielleux, 192 (...)

17Un troisième et dernier ensemble de sens doit être signalé, à la suite de Tertullien : transigere vient de trans-agere, « pousser en avant » et transactio en a gardé le sens de voyage, passage, notamment passage dans la vie terrestre (transactio mundi) ou accomplissement dans l’au-delà : un passage qui comporte une connotation de transformation46. Ce sens fut ensuite transféré au moyen français « transaction47 », même s’il n’en reste rien dans le français contemporain. Remarquons que chez Tertullien et dans toute la conception médiévale du don, la transactio mundi suppose une remuneratio Dei liée à l’opus homini. Si l’on fait l’hypothèse d’une cohérence sémantique des trois types d’emploi du mot transactio, il apparaît que l’on peut transiger soit directement avec Dieu soit plutôt avec les homines Dei, moines ou évêques, au cours d’une transactio terrestre que l’on espère suivie d’une « transaction » vers l’au-delà et d’une rémunération. La Vie de saint Fulgence, datée du vie siècle, paraît utiliser la richesse sémantique du mot transactio – à la fois transfert de biens et transformation personnelle – en faisant contraster de bruyantes « transactions séculières » et la vie monacale48.

  • 49 Transactio ne serait donc qu’un autre des mots du lexique éthico-économique étudié pour le haut Moy (...)

18Au total, au terme de cette première exploration lexicale, transactio relève du registre du « contrat non gratuit » et s’articule au don plutôt défini comme « acte transactionnel gratuit ». Les mots de la transaction (transactio et/ou donum) peuvent concerner indifféremment le rapport de l’homme à Dieu et de Dieu à l’homme. Une transactio est, comme le don, évaluée en fonction du « bon cuer » qui y préside. Le mot présente finalement un sens assez générique, valable pour tout accord réciproque impliquant un transfert de biens. Il peut s’appliquer à des types d’acteurs variés et dans beaucoup de situations, litigieuses ou non : d’où le sens, juridique, de pacification d’un litige. Il désigne aussi le passage entre vie terrestre et vie céleste. Pacifier des litiges, effectuer des échanges économiques et anticiper sa vie dans l’au-delà entretenaient d’étroits rapports dans la société médiévale49 : derrière le mot « transaction », c’est donc de toutes ces dimensions qu’il importe de tenir compte.

19La question reste la définition à donner à gratuitus, qui semble finalement être la seule opposition sémantique fondamentale entre le domaine de la transactio/contractus et le domaine du « don » : Dieu peut rétribuer/rémunérer directement ou indirectement en échange de quelque chose et/ou par pur amour ; l’homme peut attendre directement ou indirectement de Dieu et/ou de son partenaire quelque chose en échange de ce qu’il offre à Dieu et/ou à ce partenaire. Dans ce volume, plusieurs contributions montrent que les deux intentions sont bien présentes dans la transaction décrite, ce qui en fait un gage de paix sociale et de concorde aussi bien qu’une garantie de gain : une intention amoureuse et gratuite et une espérance de rétribution, terrestre ou céleste. Le vocabulaire de la fides ou de l’amor est ainsi mobilisé dans les descriptions de transactions pourtant « non gratuites » (M. Dejoux, M. Charageat, Ph. Bernardi, M. Dubois…), et ce, même si le rétablissement de la tresse des transactions révèle l’existence de relations de force et de pouvoir et l’attente d’un gain. Le terme gratuitus ne veut donc pas dire sans attente de retour, mais sans attente de retour dans le temps de l’échange et vis-à-vis du partenaire immédiat de l’échange : c’est pourquoi une même transaction peut être à la fois gratuite et non gratuite, puisque les deux intentions peuvent être mises en scène de manière articulée. La plupart des études qui suivent invitent à poursuivre cette analyse lexicale, notamment en soulignant pour le lecteur, dans les documents édités, les substantifs et les verbes se rapportant aux transactions.

Vers une ethnographie des transactions médiévales

  • 50 C. Dufy, Fl. Weber, L’ethnographie économique, Paris, La Découverte, 2007 ; Dossier « Comment décri (...)
  • 51 L. Feller, A. Gramain, Fl. Weber, La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans (...)
  • 52 C. Dufy, Fl. Weber, L’ethnographie économique, op. cit., p. 22.

20D’un point de vue épistémologique, nous adoptons sciemment une démarche d’ethnographie des transactions qui, reprenant celle de Florence Weber, commence avec une description précise des composantes de celles-ci et se poursuit avec la tentative de restituer les différentes interprétations indigènes des événements observés50. Cette démarche a déjà été testée avec profit sur un ensemble de transactions d’un petit propriétaire lombard du ixe siècle, avec toutefois une finalité différente : il s’agissait d’étudier la formation du prix de la terre au haut Moyen Âge51. Le protocole de recherche suggéré par ces travaux conduit à identifier et à décrire trois dimensions des transactions qui les rendent socialement efficaces : les cadres cognitifs dans lesquels elles prennent sens pour les partenaires ; les rituels et dispositifs matériels des transactions (gestes, objets, lieux et temps) ; les outils et procédures d’inscription des transactions et les professionnels de l’encadrement des transactions52.

  • 53 Pour des développements spécifiques sur certains types de transactions, voir J. Claustre, Dans les (...)
  • 54 C. Dufy, Fl. Weber, L’ethnographie économique, op. cit., p. 22.
  • 55 Marquée par les travaux de O. Langholm, J. Baldwin, G. Todeschini, J. Le Goff, A. Boureau, J. Kaye, (...)
  • 56 V. Toneatto, Les banquiers du Seigneur, op. cit.
  • 57 P. Bertrand, Commerce avec dame Pauvreté. Structures et fonctions des couvents mendiants à Liège (x (...)

21Détaillons un peu. Un premier ensemble de questionnements (première partie) porte donc sur la langue et les procédures de qualification des transactions, sur la manière dont s’exprimait au Moyen Âge le fait de transiger, de passer convention53 : quelles étaient les conditions linguistiques de réussite ou d’existence d’une transaction ? Quelles étaient la forme et la structure du discours transactionnel médiéval ? Comment le lexique des transactions se structurait-il ? S’il ne saurait s’agir d’entamer un recensement exhaustif des mots des conventions médiévales, pas même un recensement exhaustif dans un contexte chronologique et spatial précisément situé, même si les auteurs de ce volume ont pris soin de souligner pour le lecteur les termes désignant les transactions dans les documents qu’ils éditent, il convient de dissiper les impressions d’indistinction et de dispersion du vocabulaire médiéval : parmi les éléments de base d’une ethnographie des transactions médiévales se trouve assurément le vocabulaire qui désigne l’action de transiger, de lier des personnes par l’intermédiaire de biens. Bien entendu, l’enquête lexicale ne sert qu’à approcher le sens revêtu par les mots pour les transactions considérées. La réflexion sur le lexique des transactions engage donc celle sur le cadre cognitif des transactions, à savoir « le cadre dans lequel les transactions prennent leur signification pour leurs partenaires54 ». Dans la société médiévale considérée, ce cadre est fortement dominé par la conception chrétienne des transactions. De fait, l’historiographie sur la pensée éthico-économique55 accorde une grande attention au lexique : usura, pecunia, pretium, credere, fides, possessio sont scrutés… Dans ces travaux, le langage de la foi et celui du marché apparaissent dans leurs similitudes, les théologiens et pasteurs médiévaux utilisant à foison les métaphores financières pour expliciter les dogmes de la foi chrétienne. Ils ont notamment montré que le lexique des transactions humaines a été, à la fin de l’Antiquité et aux premiers siècles du Moyen Âge, réemployé pour concevoir et exprimer les échanges entre les hommes et Dieu56, afin de mettre en exergue, par le recours aux mêmes mots, la différence essentielle et les similitudes avec les rapports humains et de concevoir la place des élites chrétiennes dans ces deux types de rapports. La similitude des lexiques des transactions humaines et des transactions entre les hommes et Dieu n’a donc rien de fortuit ou de tactique, elle n’est pas non plus une invention datable du décollage commercial de l’Occident aux xiie-xiiie siècles, elle correspond à une manière particulière d’articuler ces deux types de transactions dans leurs écarts et leurs similitudes et de concevoir à travers elles la communauté chrétienne comme communauté politique. Par rapport à cet ensemble de travaux, l’enquête que nous entamons sur le lexique et la syntaxe des transactions médiévales déplace le regard sur d’autres corpus documentaires : si ce que l’on désignera par commodité comme « l’école éthico-économique » a porté ses efforts sur la théologie, la scolastique, les sermons et plus récemment les archives et comptabilités de couvents mendiants57, les études qui suivent ne s’arrêtent pas à la documentation normative ou théorique. Chartes, cartulaires, registres notariés, formulaires de notaires, réglementation, comptabilités marchandes et artisanales, procès, textes « littéraires » sont ici scrutés, afin d’une part d’éprouver la validité des découvertes faites par cette école historique et d’autre part, d’être attentifs à ce qui pourrait être, dans ces transactions, hétérogène à un cadre idéologique qui peut apparaître comme d’une étonnante fixité sur le millénaire médiéval. C’est dans cette perspective que Laurent Feller scrute les attitudes et les comportements à l’égard de la richesse de deux notables italiens de la seconde moitié du ixe siècle, Pierre de Niviano et Garibald de Langobardia, dont les transactions foncières ont été conservées par un chartrier et un cartulaire. Exploitant un ample dossier textuel de chansons de geste, romans et lais en langue d’oïl du xiie siècle et posant les éléments de base d’une ethnographie des transactions médiévales fictionnelles, Éléonore Andrieu montre la complexité des logiques transactionnelles des personnages chevaleresques : logique coercitive, logique commerciale et productive et motivations spirituelles s’y entremêlent, dans ce qui représente un discours émergent et spécifiquement laïc sur les transactions. Isabelle Bretthauer focalise son attention sur le lexique pragmatique des professionnels de l’écriture des transactions à la fin du Moyen Âge, sur leur manière de qualifier les documents transactionnels qu’ils rédigent, copient, enregistrent ou conservent : elle constate que, malgré la juridicisation des rapports sociaux, deux types de désignations coexistent, celles qui renvoient aux catégories juridiques contractuelles et celles qui renvoient aux objets graphiques matériels porteurs des transactions, signe de la matérialité du lien transactionnel. À partir d’un corpus de chartes notariées de Pistoia des xie-xiie siècles, Emmanuel Huertas enquête sur une étape essentielle de bien des transactions médiévales, l’investiture, mettant en lumière certaines spécificités du rapport médiéval aux biens fonciers. Sa substance juridique s’avère très malléable puisque recouvrant des promesses, des engagements, des renonciations, des concessions foncières, des droits sur des choses et parfois des aliénations en pleine propriété. Elle consiste à revêtir une personne d’un droit quelconque, se prêtant ainsi à de multiples usages et superpositions : les investitures peuvent se multiplier sur un même bien, être réciproques, le propriétaire d’une terre étant par exemple investi par son exploitant.

  • 58 Cette attention des historiens du droit au « formalisme » des transactions n’était pas exempte d’un (...)

22Un deuxième groupe de questions (deuxième partie) porte sur les rituels et dispositifs matériels des transactions, comprenant les gestes, les objets, les acteurs (partenaires, témoins et autres), les lieux et temps de ces transactions, autant de variables décisives pour que celles-ci soient reconnues comme socialement efficaces. À la riche tradition de l’anthropologie historique s’ajoute en effet celle d’une histoire du droit ancien attentive aux « formes » de l’investiture seigneuriale, à la force du « formalisme » et du symbolisme au haut Moyen Âge et à la place du serment dans les contrats58. Les études qui suivent ont pour particularité d’intégrer d’une part les transactions féodales sans y borner leur regard, d’autre part les élaborations juridiques médiévales sans postuler a priori la toute-puissance du droit dans cette société. Toutes se sont employées à restituer, dans la mesure du possible, l’enchaînement des paroles (notamment les serments) et des gestes, la mobilisation des objets (notamment les reliques, les livres saints et les sceaux) et des personnes, les circonstances spatiales et temporelles, afin de décrire et d’interpréter en même temps les scènes transactionnelles. Il faut un incroyable bric-à-brac pour cette investiture toscane du xie siècle, découverte par Emmanuel Huertas : une charte, un encrier, un gantelet, un brin de paille, un couteau, une motte de terre et une branche de vigne ! Le dossier documentaire lié à l’acquisition par le roi de France auprès des Célestins d’Ambert d’une rente en grains en 1379 permet à Marie Dejoux de retrouver les gestes inversés de la dessaisine, de la saisine, du serment et de la démission de foi qui sont indispensables aux transferts successifs de ce bien. Pas moins de quatre-vingts personnes se réunissent en juin 849 non loin des terres qui font l’objet de la transaction entre l’évêque de Freising et Erchanfrid étudiée par Laurent Jégou, avant que, deux jours plus tard, les partenaires se rencontrent sur les terres en jeu. Les transactions conjugales repérées en Aragon par Martine Charageat nécessitent des époux une succession de paroles solennelles prononcées devant notaire : si les époux ont décidé de se réconcilier, le mari (et lui seul) doit donner le pardon à la femme, chacun doit ensuite s’engager à vivre en paix avec l’autre, avant que les conditions matérielles de la reprise de la vie commune ne soient fixées.

  • 59 C. Violante, La società milanese nell’età precomunale, Bari, Istituto italiano per gli studi storic (...)
  • 60 A. Pertile, Storia del diritto italiano della caduta dell’impero romano alla codificazione, IV : St (...)
  • 61 F. Bougard, La justice dans le royaume d’Italie de la fin du viiie siècle au début du xie siècle, R (...)
  • 62 La bibliographie a atteint une telle ampleur que nous n’en donnons que quelques jalons marquants : (...)
  • 63 Dans le même sens, J. Morsel, « Quand enregistrer, c’est créer. La transformation des registres féo (...)

23Un troisième et dernier ensemble d’observations scrute les outils et procédures d’inscription des transactions ainsi que les professionnels de l’encadrement des transactions (troisième partie). En la matière, les acquis de l’histoire du droit, de la diplomatique et de la codicologie sont importants. Les pièges techniques de la documentation notariée sont en effet nombreux et une lecture rapide, au premier degré, des actes est souvent risquée. Le cas des « prêts dissimulés59 » est un exemple célèbre depuis l’étude de C. Violante. Ce sont les historiens du droit du xixe siècle, souvent excellents diplomatistes, qui ont mis en lumière ce procédé technique consistant à détourner l’acte de vente de sa finalité première60. En effet, il arrive parfois qu’un acte de vente « cache » en réalité une opération de prêt sur gage foncier. Le « vendeur », qui est le débiteur, reçoit une somme d’argent de la part de l’« acheteur », c’est-à-dire du créancier. Le bien « vendu » sert de garantie foncière et il ne sera acquis en pleine propriété par le créancier que si le prêt n’est pas remboursé. Un deuxième acte, prenant souvent la forme d’une cartula promissionis, précise que la somme prêtée sera rendue dans un délai déterminé et que la « charte de vente » sera rendue au « vendeur » ou détruite. Les aléas de conservation étant multiples, on ne peut s’empêcher de songer à ces « simples » actes de vente conservés dans nos chartriers et qui étaient peut-être à l’époque adossés à des chartes de promesse aujourd’hui perdues. Le sens de la transaction, on s’en doute, en est alors complètement modifié. Cette « dissimulation » était mise en relation par la vieille école juridique avec les nombreux interdits sur l’usure. François Bougard a remarqué fort justement que parler d’opérations « dissimulées » est un contresens puisque ces transactions étaient publiques et parfaitement connues de tous61. Il s’agissait plutôt d’une astuce technique à mettre en relation avec la faiblesse typologique des actes notariés avant 1200. Il existe à ce propos une coupure chronologique importante dans la documentation entre un long haut Moyen Âge et la naissance de l’instrumentum sous influence du droit romain renaissant à partir du xiiie siècle. Pourtant, malgré la diversité et la richesse apparente des « contrats » des xiiie-xve siècles, les vieilles techniques d’écriture notariales ne disparaissent pas totalement. Il serait intéressant d’étudier la continuité de ces montages documentaires, de ces astuces d’écriture et du détournement des actes qui peuvent à première vue dérouter l’historien. La lecture des sources notariées est donc loin d’être simple et un travail de déconstruction critique est nécessaire à l’instar des autres sources du médiéviste. La réflexion est également favorisée par l’explosion récente des travaux sur la scripturalité médiévale62. Nous retenons de cette historiographie, foisonnante et traversée de débats, l’idée que l’inscription n’est au Moyen Âge réductible ni à un procédé technique de rationalisation et d’objectivation d’une opération économique, ni à un simple élément de ritualisation de la transaction63. Ces deux propositions alternatives, qui ont été avancées pour rendre compte de la scripturalisation croissante des transactions dans le deuxième Moyen Âge, semblent en effet insuffisantes et la réflexion des médiévistes est appelée à se poursuivre en la matière. Les outils et procédures d’inscription des transactions sont d’une grande diversité : minutiers, expéditions notariées, papiers marchands, registres et actes d’ensaisinement, comptabilités, actes judiciaires – certaines sentences étant en fait les premières inscriptions transactionnelles… La description exhaustive d’une transaction requiert une description minutieuse de son ou de ses supports écrit(s), ce qui implique de répondre à un certain nombre de questions : quelle unité d’inscription (charte, cahier autonome, partie de livre…) ? discours direct, indirect ? style objectif, style subjectif ? écriture collective ou individuelle ? emploi du vernaculaire/emploi du latin ? acte devant notaire, écrit privé ou autre ? quelle temporalité d’usage de l’acte (à travers ses remaniements et altérations : ajouts en marge ou en interligne, corrections, cassations ou cancellations, exponctuations…) ? Par ailleurs, l’inscription se présente comme un élément du dispositif matériel de la transaction : elle implique des gestes (ceux de l’écriture), des objets (notamment l’« objet graphique »), des lieux et des temps, qui peuvent différer des gestes, lieux et temps d’autres étapes de la transaction (premiers contacts, négociation…). Peut-on restituer la scène de l’inscription dans sa globalité : qui y assiste ? où a-t-elle lieu ? qui écrit ou appose des signes graphiques ? comment s’enchaînent paroles, gestes et inscription ? qui garde l’objet graphique ? Le questionnaire ainsi posé permet d’aborder d’une autre manière la discussion, classique, de la valeur probatoire des écritures transactionnelles tardomédiévales, que reprend ici Cédric Quertier sur le cas emblématique des écritures marchandes des Florentins de Pise. Transposé des livres, chartes et cartulaires aux registres de notaires et aux comptabilités artisanales, il révèle que les écritures transactionnelles les plus communes sont attentives à conserver soigneusement la mémoire des gestes et le souvenir des paroles et des voix, celles des partenaires du couturier parisien Colin de Lormoye (Julie Claustre) ou celles des témoins d’une vente de droits sur une maison orléanaise (Kouky Fianu). En plein xve siècle, un pouvoir indéniable est encore attribué à la profération performative. Cela ne contredit nullement la sophistication des pratiques scripturales qui se diffuse dans la société médiévale au second Moyen Âge. Mélanie Dubois Morestin montre ainsi comment un artisan chanvrier et cordier d’Avignon, Jean Teisseire, tenait en ordre ses écritures très diversifiées (registres, liasses d’actes notariés, correspondances…) autour de la tenue d’un livre de raison lui permettant de gérer son activité professionnelle et quelques affaires annexes comme d’entretenir des relations suivies avec quelques partenaires choisis. La dextérité de Jean Teisseire n’est toutefois rien à côté de la complexité du système comptable de l’agence Datini de la même ville, complexité qui semble avoir été entretenue par certains associés de l’agence quand ils ne s’y perdaient pas eux-mêmes. Jérôme Hayez nous y plonge sans céder à l’illusion de rationalité bureaucratique produite par la masse archivistique conservée et propose une étude ethnographique des transactions de l’agence commerciale comme groupe fondé sur les rapports laborieux quotidiens, la résidence commune et la fidélité personnelle.

  • 64 Ces transactions internes aux ménages ou aux lignées sont parfois désignées comme « l’économie dome (...)

24La démarche ethnographique et le protocole de recherche ainsi détaillés nous paraissent d’une remarquable efficacité pour aborder les sociétés médiévales. En termes d’échelle, ils privilégient le ménage, la maisonnée, en tant qu’unité économique et sociale élémentaire traversée de rapports transactionnels internes64, refusant toute généralisation hâtive à des groupes sociaux qui seraient caractérisés a priori par des attentes et des comportements communs. Par ménage et maisonnée, on entend aussi bien des personnes, des familles que des communautés religieuses et des agences commerciales, dans la mesure où elles forment des unités économiques et sociales menant des transactions avec leurs contemporains pour assurer leur entretien et leur reproduction. Dès lors, les transactions considérées sont nécessairement très diverses : il s’agit aussi bien d’arrangements matrimoniaux que de baux fonciers et immobiliers, de contrats de travail et d’achats ponctuels. Donc aussi bien d’opérations isolées que répétables, de transactions brèves que de longue durée.

25Cette temporalité des transactions est un aspect décisif que l’observation doit, quand la documentation le permet, déterminer avec soin. Une démarche ethnographique suppose en effet de privilégier les relations dans lesquelles les documents et les opérations économiques s’inscrivent. Or les transactions se présentent souvent dans les archives médiévales comme des actes isolés (chartes, minutes) ou comme des opérations ponctuelles (lignes, rubriques de registres), ce qui explique que les historiens n’envisagent le plus souvent que des usages fondamentalement nominaux de celles-ci : compter certains types d’opérations ou de contrats, rechercher le prix de telle denrée ou de tel type de bien en construisant des séries… La « chaîne d’écrits » mise au jour par Philippe Bernardi suggère bien la vanité de ces usages nominaux que les historiens peuvent faire des actes notariés. Rapprochant une vente, une dette, un prix-fait, deux quittances et un accord final impliquant un maçon aixois du xve siècle, Barthélemy Guerci, l’auteur montre que derrière une simple vente de vigne se cache l’aménagement de la cave d’un notable de la ville par un maçon désireux d’entretenir avec lui des relations privilégiées. Les préconisations ethnographiques rappellent utilement que ces actes et opérations prennent souvent leur sens dans des relations durables, multidimensionnelles et plus complexes. Ce qu’une lecture hâtive de documents souvent fortement normés, parfois remaniés après leur période d’utilisation, peut laisser échapper. Les transactions étudiées sont rarement des procédures marchandes ponctuelles, soldées aussitôt qu’ouvertes, mais se jouent bien souvent à l’intérieur de séries de transactions pour les cocontractants, la relation créée par toutes ces transactions commandant chacune d’elles. D’où l’intérêt de suivre des chaînes de documents et d’opérations qui matérialisent les liens tissés entre les partenaires. Une telle exigence implique de mener, à rebours de certains réflexes disciplinaires, une étude attentive des transactions, en un exercice de lecture serrée (close reading), pour repérer les formules qui, dans les actes, peuvent laisser penser qu’on est dans une situation de transaction beaucoup plus globale. C’est ainsi que procède Diane Chamboduc en suivant plusieurs tisserands de soie de la ville de Lucques dans leurs transactions engageant des métiers à tisser ou du tissu de soie au cours du dernier quart du xive siècle. Se concentrant sur dix-huit actes notariés, elle peut montrer que les transferts de métiers à tisser engageaient des relations complexes de vendeur à acheteur, de propriétaire à locataire, de prêteur à emprunteur et des rapports de travail et de domination entre marchand et artisan, tandis que l’acquisition de tissus leur ouvrait l’accès au cercle des vendeurs au détail et au monde du petit entrepreneuriat.

26Une lecture aussi minutieuse des documents permet par ailleurs de dégager certains des processus qui se situent autour du contrat et font de la transaction un ensemble polymorphe : par exemple, les négociations qui précèdent le contrat, les éléments volontairement non explicités dans le contrat et laissés à l’arrangement oral. Il s’agit alors de mettre au jour ce qui reste implicite ou tu dans bien des actes, l’inapparent de l’écriture qui affleure dans quelques autres pour peu qu’on y prête une attention soutenue. Mener l’approche en termes de « transactions » et non de « contrats » sur une matière documentaire largement similaire aboutit ainsi à des résultats très différents, mais complémentaires. Dans plusieurs études de ce volume, le contrat notarié met en scène l’accord des parties, leur harmonie et concorde, voire leur amour, là où les auteurs (M. Charageat, D. Chamboduc, M. Dejoux, Ph. Bernardi, etc.) mettent au jour des relations faites de force et d’autorité. Le contrat emprunte souvent le langage de la fides/foi, mais celui-ci se révèle à l’observateur attentif interprétable de manière diverse et complexe, comme manifestation de l’autorité d’un des partenaires, d’un lien hiérarchique et/ou d’un lien de confiance entre les partenaires de la transaction. Il semble bien souvent qu’il n’y ait pas à choisir telle ou telle interprétation exclusive des autres : la fides se présente comme un élément paradoxal de mise en scène de la transaction en tension avec le pouvoir qui s’exerce entre les partenaires. Insérée dans une temporalité et une succession d’écrits manipulables, elle est aussi elle-même le résultat – le but ? – de la mise par écrit des transactions, l’inscription qui conserve les signes de la profération orale étant gage d’autorité et pouvant faire figure de menace judiciaire à plus ou moins long terme.

27Concrètement, cette méthode ethnographique a été mise en œuvre au cours d’une douzaine d’ateliers réunissant une quinzaine de chercheurs entre 2012 et 2017, au rythme de deux réunions annuelles. Un groupe de travail stable, partageant et élaborant un langage et une méthode communs, s’est ainsi constitué, avec comme point d’ancrage le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris : Philippe Bernardi, Julie Claustre, Danielle Courtemanche, Marie Dejoux, Laurent Feller, Jérôme Hayez, Laurent Jégou, Mélanie Morestin Dubois, Cédric Quertier, tous du LaMOP, Isabelle Bretthauer (université Paris 7-Diderot), Diane Chamboduc de Saint Pulgent (université Paris 4-Sorbonne), Kouky Fianu (université d’Ottawa), Emmanuel Huertas (université Toulouse Jean-Jaurès). Martine Charageat (université Bordeaux-Montaigne) et Gabriela Signori (université de Constance) ont également été sollicitées pour contribuer à l’une des étapes portant sur les transactions domestiques, respectivement sur les transactions conjugales et sur les transactions immobilières. Didier Panfili (LaMOP) a généreusement offert au groupe le résultat de ses investigations lexicales dans les cartulaires languedociens. Ces historiens ont été rapidement rejoints par une spécialiste de littérature romane, Éléonore Andrieu (université Toulouse Jean-Jaurès), qui leur a proposé non seulement une étude de cas, mais des développements épistémologiques précieux sur l’usage des « documents littéraires ». Le groupe de travail est ainsi composé de chercheurs situés à différents stades de leur carrière, spécialistes de périodes et d’espaces variés de la société médiévale, du viiie au xve siècle : villes, campagnes, régions de notariat ou marquées par d’autres types d’institutions d’encadrement des transactions (péninsule Italienne, Aragon, Empire, Provence, royaume de France). Il a pu compter sur la coopération d’un historien du droit, Raphaël Eckert (université de Strasbourg), et finalement sur le regard d’un sociologue, Pierre François (CNRS).

Notes

1 L’actualité du phénomène contractuel est montrée dans S. Chassagnard-Pinet, D. Hiez (dir.), Approche critique de la contractualisation, Paris, LGDJ, 2007. Voir aussi A. Supiot, La gouvernance par les nombres. Cours au Collège de France (2012-2014), Paris, Fayard, 2015, p. 312-314.

2 Notamment F. Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire entre le xiie et le xiiie siècle », dans N. Coquery, Fr. Menant, Fl. Weber (dir.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Rue d’Ulm/Presses de l’ENS, 2006, p. 33-50.

3 J. Le Goff, Le Moyen Âge et l’argent. Essai d’anthropologie historique, Paris, Perrin, 2010, p. 109 évoque « une descente des valeurs du ciel sur la terre » au cours des xiiie-xve siècles.

4 K. Bruce McFarlane, England in the Fifteenth Century. Collected Essays, Londres, Hambledon Press, 1981, en particulier I, II et III ; sur l’articulation entre contractualisation du rapport seigneurial et genèse de l’État moderne, voir J.-Ph. Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Paris, Puf, 2003, en particulier p. 18-22.

5 Les travaux de Raymond De Roover ont été essentiels dans la large diffusion de cette idée, notamment R. De Roover, « Aux origines d’une technique intellectuelle : la formation et l’expansion de la comptabilité à partie double », Annales d’histoire économique et sociale, 9, 1937, p. 171-193, avant même l’ouvrage de R. S. Lopez, La Révolution commerciale dans l’Europe médiévale, trad. par J.-P. Delumeau, Paris, Aubier, 1974 [1re éd. 1971].

6 S. R. Epstein, Freedom and Growth. The Rise of States and Markets in Europe, 1300-1750, Londres/New York, Routledge, 2000.

7 Sur cette notion de grand partage, voir Fl. Weber, « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage », Genèses, 41/4, 2000, p. 85-107.

8 E. Durkheim, De la division du travail social, Paris, Puf (Quadrige), 2007 [7e éd. ; 1re éd. 1893, trad. 1930].

9 G. Davy, La foi jurée. Étude sociologie du problème du contrat. La formation du lien contractuel, Paris, F. Alcan, 1922.

10 M. Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, L’Année sociologique, 1923-1924.

11 M. Weber, Sociologie du droit, trad. fr. Paris, Puf, 1986.

12 J.-G. Belley, « Max Weber et la théorie du droit des contrats », Droit et société, 9, 1988, p. 301-324.

13 Cl. Didry, « Durkheim et le droit, ouvertures et limites d’une découverte sociologique », halshs-00178043.

14 O. E. Williamson, « Credible Commitments : Using Hostages to Support Exchange », American Economic Review, 73, septembre 1983, p. 519-540 repris dans The Mechanisms of Governance, New York/Oxford, Oxford University Press, 1996. chap. 5 et dans O. E. Williamson, S. E. Masten (dir.), The Economics of Transaction Costs, 1999, chap. 7 ; id., The Economic Institutions of Capitalism, New York, The Free Press, trad. fr. Les institutions de l’économie, Paris, InterEditions, 1994.

15 M. Granovetter, « Economic Action and Social Structure : The Problem of Embeddedness », American Journal of Sociology, 91/3, 1985, p. 481-510.

16 F. Eymard-Duvernay (dir.), L’économie des conventions, Paris, La Découverte, 2006, 2 t.

17 A. Guerreau, Le féodalisme. Un horizon théorique, Paris, Le Sycomore, 1980, p. 79 : « On ne peut pas sans risques graves ranger dans la même catégorie contrat deux opérations dont l’une consiste à cracher par terre, l’autre à aller chez le notaire, même si l’objet du contrat est le même. »

18 S. D. White, « Pactum… legem vincit et amor judicium : the settlement of disputes by compromise in eleventh century western France », The American Journal of Legal History, 22, 1978, p. 281-308 ; P. J. Geary, « Vivre en conflit dans une France sans État : typologie des mécanismes de règlement des conflits (1050-1200) », Annales ESC, 5, 1986, p. 1107-1133 ; G. Althoff, Amicitiae und Pacta. Bündnis, Einung, Politik und Gebetsgedenken im beginnenden 10. Jahrhundert, Hanovre, 1992 ; Le règlement des conflits au Moyen Âge. Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 31e congrès, Angers, 2000, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001 ; R. Le Jan, « Les transactions et compromis judiciaires autour de l’an mil », dans La justice en l’an mil, Paris, 2003, p. 67-79.

19 M. T. Ferrer Mallol, J-M. Moeglin, S. Péquignot, M. Sanchez Martniez (dir.), Negociar en la Edad Media. Négocier au Moyen Âge, Barcelone, CSIC, 2005.

20 N. Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge, Paris, Odile Jacob, 2007 ; G. Naegle (dir.), Frieden schaffen und sich verteidigen im Spätmittelalter, Munich, Oldenbourg Verlag, 2012.

21 Bernard Guenée avait relevé que le contrat marquait profondément la vie politique de l’Occident des xive et xve siècles : B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles. Les États, Paris, Puf, 1971, 1993 [3e éd.], p. 244-245. La contractualisation des rapports politiques a été amplement étudiée depuis Fr. Foronda et A. I. Carrasco Manchado (dir.), Du contrat d’alliance au contrat politique. Cultures et sociétés politiques dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge, Toulouse, Méridiennes, 2007 ; Fr. Foronda, A. I. Carrasco Manchado (dir.), El contrato político en la corona de Castilla. Cultura y sociedad políticas entre los siglos x al xvi, Madrid, Dykinson, 2008 ; Fr. Foronda (dir.), Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval, xiiie-xve siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011. La question de la part prise par le contrat dans les rapports entre artiste et commanditaire a retenu l’attention des historiens et historiens d’art depuis le xixe siècle au moins. Elle occupe, depuis les travaux de Martin Warnke (Hofkünstler. Zur Vorgeschichte des modernen Künstler, Cologne, 1985, trad. fr. L’artiste et la cour, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1990), une place importante dans le débat sur la naissance de l’individualité artistique. Voir par exemple : A. Cole, La Renaissance dans les cours italiennes, paris, 1985 [éd. originale Virtue and Magnificence. Art of the Italian Renaissance Court, Londres, 1995] ; P. Boucheron, Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (xive-xve s.), Rome, Publications de l’École française de Rome, 1999 ; E. Anheim, « L’artiste et l’office. Financement et statut des producteurs culturels à la cour des papes au xive siècle », dans A. Jamme et O. Poncet (dir.), Offices, écrit et papauté (xiiie-xviiie s.), Rome, Publications de l’École française de Rome, 2007, p. 393-406 et id., La forge de Babylone. Pouvoir pontifical et culture de cour sous le règne de Clément VI (1342-1352), thèse sous la direction de Jacques Verger, Paris, École pratique des hautes études, 2004, p. 402-418.

22 J. Morsel, « Communautés d’habitants médiévales. Position des problèmes et perspectives », dans J. Morsel (dir.), Communautés d’habitants médiévales (xiie-xve siècle), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018. ,

23 D. Barthelémy, « Autour d’un récit de pactes (Conventum Hugonis) : la seigneurie châtelaine et le féodalisme en France au xie siècle », dans Il Feudalesimo nell’Alto Medioevo (Settimane di Studio del centro italiano di Studi sull’Alto Medioevo, XLVII, 1999), t. I, Spolète, 2000, p. 447-495 ; M. Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne (ixe-xiie siècle), Madrid, Bibliothèque de la Casa de Velázquez (23), t. 1 et 2, 2003 ; H. Debax, La féodalité languedocienne. Serments, hommages et fiefs dans le Languedoc des Trencavel (xie-xiie siècle), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2003 ; ead., La seigneurie collective. Pairs, pariers, paratge : les coseigneurs du xie au xiii e siècle, Rennes, PUR, 2012.

24 Comme le serment : I. Rosier-Catach, La parole efficace. Signe, rituel, sacré, Paris, Seuil, 2004 ; M.-Fr. Auzépy et G. Saint-Guillain (dir.), Oralité et lien social au Moyen Âge (Occident, Byzance, Islam). Parole donnée, foi jurée, serment, Paris, ACHCByz, 2008 ; Le serment dans les villes du bas Moyen Âge. Histoire urbaine, 39/1, 2014, p. 7-136.

25 Pour un exemple régional, voir É. Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux xiiie et xive siècles, Paris, Les Presses du Palais Royal, 1967, p. 91 (charte de Montbrison) et p. 105-106. Pour un aperçu sur les chartes du nord du royaume de France, voir J. Claustre, « Du crédit à la dette. Remarques sur l’apport de la documentation judiciaire à l’histoire économique du Moyen Âge », dans D. Barthélemy, J.-M. Martin (dir.), Richesse et croissance au Moyen Âge. Orient et Occident, Paris, ACHCByz, 2014, p. 241-244.

26 L. Feller, Chr. Wickham (dir.), Le marché de la terre au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2005 ; Experts et expertise au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012 ; L. Feller, Cl. Denjean (dir.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge, t. I : Le besoin d’expertise, Madrid, Casa de Velázquez, 2013 ; L. Feller, A. Rodriguez (dir.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge, t. II : Savoirs, écritures, pratiques, Madrid, Casa de Velázquez, 2016.

27 Fr. Bougard, L. Feller, R. Le Jan (dir.), Dots et douaires dans le haut Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2002 ; Fr. Bougard, Cr. La Rocca, R. Le Jan, Sauver son âme et se perpétuer. Transmission du patrimoine et mémoire au haut Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2005. Le questionnement anthropologique n’est toutefois pas totalement absent pour la période tardomédiévale. Par exemple : J. Morsel, « Sociogenèse d’un patriciat. La culture de l’écrit et la construction du social à Nuremberg vers 1500 », Histoire urbaine, 35/3, 2012, p. 83-106.

28 A contrario, sur les documents notariés, voir les travaux récents de E. Huertas, I. Bretthauer et K. Fianu ; et sur les documents comptables, les travaux coordonnés depuis 2010 par O. Mattéoni et P. Beck.

29 Raphaël Eckert a participé le 6 février 2015 à un atelier du groupe de travail « Transiger » consacré au lexique des transactions. Les lignes qui suivent proposent une synthèse d’une partie de sa contribution. Nous nous permettons de renvoyer à sa thèse pour le détail de la démonstration : R. Eckert, La transaction pénale du xiie au xive siècle. Étude de droit savant, de législation et de coutume, thèse sous la direction de Yves Jeanclos, Strasbourg, 2009.

30 Ambroise, De officiis, lib. III, cap. 10 : In omnibus igitur decora est fides, iustitia grata, mensura aequitatis iucunda. Quid autem loquar de contractibus ceteris ac maxime de coemptione praediorum uel transactionibus atque pactis ? Nonne formulae sunt dolum malum abesse eum que cuius dolus fuerit deprehensus, duplici poenae obnoxium fore ? Vbique igitur honestatis praeponderat consideratio quae dolum excludit, fraudem eicit. Ce texte correspond peu ou prou à Cicéron, De officiis, lib. III, 15. Dans ce livre III, Cicéron aborde la question du conflit entre beau et utile : ce qui est récrit par Ambroise au sujet des contrats concerne chez Cicéron le conflit entre la beauté de la connaissance du vrai et l’utile. Cicéron prend pour fil rouge l’achat/la vente, avec l’exemple du silence intéressé du vendeur, et de son mensonge intéressé ensuite. Il soutient que dans l’achat et la vente, il faut bannir feinte et dissimulation, dans lesquelles se cache le mensonge (lib. III, 15, 61) : « Il faut proscrire des contrats tout mensonge » (Tollendum est igitur ex rebus contrahendis omne mendacium).

31 CCSL 148 (C. Munier, 1963), p. 195. Ce texte est repris dans le Décret de Gratien : Decretum magistri Gratiani (Concordia discordantium canonum), éd. par E. Friedberg, 1879 (Corpus iuris canonici, pars prior), pars : 2, causa : 10, quaest. : 2, canon : 1, rubrica, pag. : 617, linea : 25 Library of Latin Texts – Series A, Brepols Publishers, Turnhout, 2016, http://www.brepolis.net, consulté le 16 juin 2017.

32 Summae theologiae secunda secundae, q. 100, qui porte sur la simonie : il n’y a que dans cette quaestio que le vocable transactio est utilisé, en rapport avec la voluntas et la gratuitas. Q. 100, a. 1, Ag. 5 : Praeterea, multae aliae sunt voluntariae commutationes praeter emptionem et venditionem, sicut permutatio, transactio. Ergo videtur quod insufficienter definiatur simonia (« Il y a bien des échanges volontaires autres que l’achat et la vente : l’échange, la transaction. La définition de la simonie est donc insuffisante »). Puis Resp. Arg. 5 : Ad quintum dicendum quod nomine emptionis et venditionis intelligitur omnis contractus non gratuitus. Unde nec permutatio praebendarum vel ecclesiasticorum beneficiorum fieri potest, auctoritate partium absque periculo simoniae, sicut nec transactio, ut iura determinant. Potest tamen praelatus, ex officio suo. Permutationes huiusmodi facere pro causa utili vel necessaria (« On entend par vente et achat tout contrat non gratuit. Aucun échange de prébende ou de bénéfices ecclésiastiques ne peut donc se faire, en vertu de la simple autorité des parties, sans danger de simonie ; ni les transactions, ainsi que le droit le détermine. Mais le prélat peut, en vertu de sa charge, faire ces sortes d’échanges quand il y a utilité ou nécessité »).

33 Consulté en 2015 grâce à Bruno Bon dans les locaux du Comité Du Cange (http://www.irht.cnrs.fr/fr/recherche/sections/lexicographie-latine).

34 http://ducange.enc.sorbonne.fr/TRANSACTARE. R. Cessi (éd.), Gli Statuti veneziani di Jacopo Tiepolo del 1242 e le loro glosse, Venise, 1938, livre III, chap. 39.

35 L’interrogation de la base de l’ARTEM recueillant les chartes originales antérieures à 1121 conservées en France ne donne guère de résultats : seulement un emploi de transactio au sens d’accord mettant fin à un litige dans une notice de 1119. Charte Artem/CMJS no 2194, http://www.cn-telma.fr/originaux/charte2194/, mis à jour le 29 mars 2012, consulté le 16 juin 2017.

36 Il s’agit des cartulaires des Trencavel, des Guilhem de Montpellier, des chapitres d’Agde et de Béziers, des bénédictins de Saint-Sernin de Toulouse, Moissac, Conques et Lagrasse, des Cisterciens de Valmagne, Gimont et Silvanès et des Templiers de Douzens et Vaour, rassemblant au total plus de 6 000 actes.

37 L’acte figure dans le cartulaire de Silvanès (no 147) et date de 1168.

38 Projet CBMA – Corpus Burgundiae Medii Aevi. Site du projet Corpus de la Bourgogne du Moyen Âge, http://www.cbma-project.eu, consulté le 16 juin 2017.

39 I. Rosé, « Ananie et Saphire ou la construction d’un contre-modèle cénobitique (iie-xie siècle) », dans M. Lauwers (dir.), Usages de la Bible. Interprétations et lectures sociales, Médiévales (55/2), 2008, p. 33-52, qui souligne la prédominance de la problématique de la fraus ou mensonge dans l’exégèse patristique.

40 B. Jussen, « Religious Discourses of the Gift in the Middle Ages : Semantic Evidences (Second to Twelfth Centuries) », dans G. Algazi, V. Groebner, B. Jussen (dir.), Negotiating the Gift. Pre-Modern Figurations of Exchange, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003, p. 173-193.

41 Ibid.

42 A. Guerreau-Jalabert, « Formes et conceptions du don : problèmes historiques, problèmes méthodologiques », dans E. Magnani (dir.), Don et sciences sociales. Théories et pratiques croisées, Dijon, EUD, 2007, p. 193-208, p. 199.

43 E. Magnani, Monastères et aristocratie en Provence. Milieu xe-début xiie siècle, Münster, Lit Verlag, 1999, p. 430.

44 Ambroise, De off., lib. I, cap. XXVII, 126-127, p. 156.

45 Voir désormais l’édition et le commentaire introductif de G. Hasenohr : Le Jeu d’Adam, Paris, Droz, 2017, en particulier p. 222.

46 Database of Latin Dictionaries, Turnhout, Brepols, 2013, « transactio » ; Tertullien, De resurrectione mortuorum, cap. 33, CCSL 2 (J.G.PH. Borleffs, 1954) : Si nomina absoluta sunt rerum, id est iudicii et regni dei et resurrectionis, ut nihil eorum in parabolam comprimi possit, nec [ea] in parabolas compellentur, quae ad dispositionem et transactionem et passionem regni iudaici et resurrectionem praedicantur, atque ita corporalia defendentur ut corporalibus destinata, id est non spiritalia, quia non figurata (Turnhout, Brepols Publishers, Library of Latin Texts – Series A, 2016, http://www.brepolis.net, consulté le 16 juin 2017).

47 http://www.atilf.fr/dmf/definition/transaction.

48 Ferrand de Carthage, Vie de saint Fulgence de Ruspe, éd. par G.-G. Lapeyre, Paris, Lethielleux, 1929, p. 59 : Offertur a quodam, nomine Silvestrio, bene christiano et provinciae Byzacenae primario, locus aptus monasterio fabricando, cujus gleba pinguis ac fertilis instituendis hortis optabili fecunditate congrueret, et quod plus eligendum videbatur longe adhuc a furore bellico constitutus, quietissimae pacis securitatem plenissimam daret, honestis plurimis per vicinas possessiones commanentibus, quorum frequens oblatio transactionem monachis facillimam promittebat, ut regnum Dei quaerentibus nulla cura saecularis transactionis obstreperet.

49 Transactio ne serait donc qu’un autre des mots du lexique éthico-économique étudié pour le haut Moyen Âge par V. Toneatto, Les banquiers du Seigneur. Évêques et moines face à la richesse (ive-début ixe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 47.

50 C. Dufy, Fl. Weber, L’ethnographie économique, Paris, La Découverte, 2007 ; Dossier « Comment décrire les transactions ? », Genèses, 41/4, 2004, p. 2-107.

51 L. Feller, A. Gramain, Fl. Weber, La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2005 ; utilement discuté par P. Cammarosano, « Marché de la terre et mobilité sociale dans les Abruzzes aux ixe-xie siècles. À propos d’un livre récent », Revue historique, 646, 2008/2 p. 369-382.

52 C. Dufy, Fl. Weber, L’ethnographie économique, op. cit., p. 22.

53 Pour des développements spécifiques sur certains types de transactions, voir J. Claustre, Dans les geôles du roi. L’emprisonnement pour dette à Paris à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007 (les obligations parisiennes) ; P. Beck, Ph. Bernardi, L. Feller (dir.), Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pour une histoire sociale du salariat, Paris, Picard, 2014, 2e partie, p. 149-241 (le salariat) ; K. Fianu, Promettre, confesser, s’obliger devant Pierre Christofle, notaire royal à Orléans (1437), Paris, École nationale des chartes, 2016 (les actes notariés).

54 C. Dufy, Fl. Weber, L’ethnographie économique, op. cit., p. 22.

55 Marquée par les travaux de O. Langholm, J. Baldwin, G. Todeschini, J. Le Goff, A. Boureau, J. Kaye, elle s’est illustrée récemment avec : E. Marmursztejn, L’autorité des maîtres. Scolastique, normes et société au xiiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2007, en particulier chap. 7, 8 et 9 ; N. Bériou, J. Chiffoleau (dir.), Économie et religion. L’expérience des ordres mendiants (xiiie-xve siècle), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2009 ; Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, éd., traduction, présentation et commentaires par S. Piron, Paris, Les Belles Lettres, 2012 ; E. Bain, Église, richesse et pauvreté dans l’Occident médiéval. L’exégèse des Évangiles aux xiie-xiiie siècles, Turnhout, Brepols, 2014 ; P. Brown, Le prix du salut. Les chrétiens, l’argent et l’au-delà en Occident (iiie-viie siècle), Paris, Belin, 2016.

56 V. Toneatto, Les banquiers du Seigneur, op. cit.

57 P. Bertrand, Commerce avec dame Pauvreté. Structures et fonctions des couvents mendiants à Liège (xiiie-xive s.), Liège (Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres de l’Université de Liège, 285), 2004. Pour Cl. Lenoble, L’exercice de la pauvreté. Économie et religion chez les franciscains d’Avignon (xiiie-xve siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, le lexique franciscain des transactions tel qu’il apparaît dans ces comptes est propre au monde du couvent ; par exemple, tous ses revenus sont appelés « aumônes » (elemosina), ce qui reflète sa règle de vie, mais pas nécessairement ce qui est aumône pour les fidèles et pour l’Église plus généralement.

58 Cette attention des historiens du droit au « formalisme » des transactions n’était pas exempte d’une forte ambiguïté. Voir, par exemple, les remarques de L. Stouff, « Étude sur la formation des contrats par l’écriture dans le droit des formules du ve au xiie siècle », dans Nouvelle revue historique de droit français et étranger, 11, 1887, p. 249-287 : p. 274 (« Les germains ont obéi à la loi instinctive des peuples primitifs. Le formalisme règne dans leur droit. »). Opinion similaire chez le diplomatiste A. de Boüard, Manuel de diplomatique française et pontificale, II : L’acte privé, Paris, A. Picard, 1948, p. 64 (« Les Germains, comme tous les peuples primitifs, inclinaient d’instinct au formalisme »).

59 C. Violante, La società milanese nell’età precomunale, Bari, Istituto italiano per gli studi storici, 1953, p. 259-288 (Appendice III : Prestiti simulati) ; id., « Per lo studio dei prestiti dissimulati in territorio milanese nel secolo XI », dans Studi in onore di Amintore Fanfani, Milan, Giuffrè, 1962, t. I, p. 641-735 (= id., « Les prêts sur gage foncier dans la vie économique et sociale de Milan au xie siècle », Cahiers de civilisation médiévale, 5, 1962, p. 147-168 et 437-459). Voir également G. Rossetti, « Motivi economico-sociali e religiosi in atti di cessione di beni a chiese del territorio milanese per i secoli xi e xii », dans Raccolta di studi in memoria di Giovanni Soranzo, Milan, Istituto di storia medioevale, t. I : Contributi dell’Istituto di Storia Medioevale dell’Università Cattolica del S. Cuore, I, 1968, p. 349-410.

60 A. Pertile, Storia del diritto italiano della caduta dell’impero romano alla codificazione, IV : Storia del diritto privato, Padoue, 1874, p. 555-556 (« ventes simulées »). Voir à ce propos l’étude exemplaire du juriste E. Besta, « Nuovi appunti di storia giuridica sui documenti lucchesi », Archivio giuridico, 75, 1905, p. 353-392 : p. 362-364 (l’A. évoque des « ventes fictives » ou des « ventes imaginaires »). Cet article est un riche commentaire, juridique et diplomatique, du premier tome de l’édition en regeste des actes du Diplomatico lucquois par G. Degli Azzi Vitelleschi, Regio Archivio di Stato in Lucca. Regesti, Pergamene del Diplomatico, t. 1/1, Lucques, 1903.

61 F. Bougard, La justice dans le royaume d’Italie de la fin du viiie siècle au début du xie siècle, Rome, 1995, École française de Rome, p. 328. Voir également O. Guyotjeannin, « Les actes de crédit chez les maîtres du notariat bolonais au xiiie siècle », dans F. Menant et O. Redon (dir.), Notaires et crédit dans l’Occident méditerranéen médiéval, Rome, École française de Rome, 2004, p. 8, qui propose de parler de ventes « simulées » et non de prêts « dissimulés ». Voir également, dans le même volume, les remarques de F. Menant, « Notaires et crédit à Bergame à l’époque communale », dans ibid., p. 37-39.

62 La bibliographie a atteint une telle ampleur que nous n’en donnons que quelques jalons marquants : J. Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents de la Société des études médiévales du Québec, 4, 2000, p. 3-43 ; Ét. Anheim et P. Chastang, « Les pratiques de l’écrit dans les sociétés médiévales (vie-xiiie siècle) », Médiévales, 56, 2009, mis en ligne le 21 septembre 2011, consulté le 21 juin 2017 ; Br. M. Bedos-Rezak, « Towards an Archaeology of the Medieval Charter : Textual Production and Reproduction in Northern French “Chartriers” », dans A. J. Kosto, A. Winroth (dir.), Charters, Cartularies, and Archives. The Preservation and Transmission of Documents in the Medieval West, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 2002 ; P. Bertrand, Les écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire (entre royaume de France et Empire, 1250-1350), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

63 Dans le même sens, J. Morsel, « Quand enregistrer, c’est créer. La transformation des registres féodaux des évêques de Wurtzbourg aux xive et xve siècles », dans O. Guyotjeannin (dir.), L’art médiéval du registre. Chancelleries royales et princières, Paris, École nationale des Chartes, 2018, p. 377-420.

64 Ces transactions internes aux ménages ou aux lignées sont parfois désignées comme « l’économie domestique », J. Ténédos, Fl. Weber, L’économie domestique. Entretien avec Florence Weber. Ethnographie du quotidien, t. 1, Paris, Aux Lieux d’être, 2006.

Auteur

Julie Claustre est maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où elle a soutenu son habilitation à diriger des recherches sur Les mémoires d’un artisan du xve siècle. Elle a publié récemment La France à la fin du Moyen Âge (1180-1515) (Paris, Carré Hachette, 2015) et codirigé le volume Enfermements, III : Le genre enfermé. Hommes et femmes en milieux clos (xiiie-xxe siècle) (Paris, Publications de la Sorbonne, 2017).

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search