Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Administrer par l’écrit au Moyen Âge

 | 
Harmony Dewez
, 
Lucie Tryoen

Conclusion

Lucie Tryoen

Texte intégral

1Un premier bilan s’impose pour conclure ce volume. Il sera nécessairement partiel, l’entreprise « Administrer par l’écrit » ayant déjà fait l’objet depuis ces premières journées de recherche en 2015 de prolongements, notamment sous forme d’un séminaire organisé de manière mutualisée par les deux laboratoires à l’initiative de ce projet – le Lamop de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Dypac de l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – et par les Archives nationales, l’École nationale des chartes et l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT)1. J’insisterai donc ici sur quelques aspects qui traversent les contributions de ce volume et qui me semblent mériter une mise en lumière particulière.

Les pratiques de l’écrit au service de l’histoire

  • 2 Par exemple Hans-Werner Goetz, Moderne Mediävistik. Stand und Perspektiven der Mittelalterforschung(...)
  • 3 Sur cette notion de scripturalité, traduction des termes anglo-saxon de literacy et allemand de Sch (...)

2L’ensemble des articles rassemblés ici apportent une nouvelle preuve, s’il en est encore besoin, de l’intérêt de l’étude matérielle des sources écrites pour l’histoire. L’étude de la matérialité des sources – qui s’appuie souvent sur ces sciences que l’on disait « auxiliaires » de l’histoire et que certains ont autrefois proposé de rebaptiser sciences fondamentales2 – est essentielle pour amener à une nouvelle compréhension des pratiques de l’écrit, du rapport à l’écrit et de la scripturalité3, à l’échelle d’un document comme c’est le cas dans ce volume pour le registre de l’abbaye Saint-Martin de Pontoise, pour le registre des chanoines de la chapelle Saint-Piat de Chartres ou pour les cartulaires du chapitre de Notre-Dame de Paris, comme à l’échelle d’un ensemble archivistique aujourd’hui figé ou oublié – celui des copies figurées du chartrier de la cathédrale parisienne ou des actes et registres de Jean Teisseire, par exemple.

3Sans retomber dans les travers d’une totalisation méthodologique en faisant de l’étude matérielle des sources un préalable indispensable à toute démarche historique, les contributions de ce volume témoignent toutes de l’intérêt de cette approche pour différents champs thématiques de recherche. L’histoire institutionnelle traditionnelle est renouvelée par la compréhension des sources qui nourrit et se nourrit du contexte dans lequel elles sont produites. En effet, si la production écrite d’une institution est incompréhensible hors du contexte qui l’a vu naître, son étude précise apporte bien souvent un éclairage inédit sur les enjeux qui ont déterminé la rédaction des documents – des enjeux peu perceptibles par une simple lecture de textes rares et épars. Les archives naissantes du chapitre de Paris éclairent la construction d’une identité institutionnelle qui s’affranchit au xiie siècle de la figure concurrente de l’évêque puis s’inscrit, dans la première moitié du xiiie siècle, dans une histoire des autorités royales et ecclésiastiques. La gestion archivistique autonome de leur fonds par les chanoines de la chapelle Saint-Piat de Chartres est emblématique de leur affirmation institutionnelle face au grand chapitre dont ils dépendent. Le rôle de la Trinité de Caen dans l’administration des territoires, y compris lointains, et donc son caractère unitaire et globalisant, est saillant lorsque l’on étudie la centralisation des archives anglaises à l’abbaye caennaise. L’écrit probatoire et diplomatique pallie enfin l’absence de documents de gestion pour saisir l’administration et l’encadrement d’un territoire. L’administration raimondine s’appréhende dans la contribution de Gaël Chenard et Gabriel Poisson au prisme de l’écriture des actes et cartulaires mais aussi du contrôle et de la transmission des archives après la mort du comte Raimond VII.

  • 4 Je renvoie aux contributions sur ces documents pour trouver la bibliographie consacrée à ces typolo (...)

4Enfin, il semble qu’une analyse matérielle précise des documents soit aujourd’hui nécessaire pour dépasser les dénominations qui leur ont été accolées par l’historiographie et qui camouflent souvent une réalité diversifiée rangée sous des étiquettes parfois bien inadaptées. Que l’on pense au « cartulaire-censier » de la Trinité de Caen, aux « livres de raison » de Jean Teisseire ou de l’abbaye Saint-Martin de Pontoise ou au « cartulaire » de Jean Mortis à la Sainte-Chapelle de Paris4, il est clair que les catégories diplomatiques dans lesquelles ces documents ont été intégrés et parfois figés dissimulent la nature hybride de codices au contenu parfois aussi varié que leur nombre. La réalité du document, ses caractéristiques en matière d’écriture et d’organisation, sa dénomination à l’époque de sa rédaction et sa transmission par la suite sont d’autant plus différentes que sa conception est souvent le résultat d’une initiative individuelle.

  • 5 Le 140e congrès du CTHS, qui s’est tenu à Reims en 2015, s’est intéressé à cette question des résea (...)

5Le rôle des acteurs individuels dans la rédaction et la continuation de ces livres administratifs est donc souvent essentielle, d’où l’intérêt d’une socio-histoire des acteurs de l’écrit, parfois difficile à mener faute de sources sur ces scribes qui, lorsqu’ils ne sont pas anonymes, restent discrets. Certains auteurs de ce volume se sont néanmoins prêtés à l’exercice. Le milieu social d’origine des abbesses de la Trinité de Caen, et notamment de l’abbesse Jeanne à l’initiative de la rédaction du petit cartulaire étudié par Catherine Letouzey-Réty, explique leur grande familiarité avec l’écrit et éclaire le rôle fondamental qu’elles ont probablement eu dans l’impulsion de la rédaction de livres de gestion. Les figures des abbés du Mont-Cassin à la fin du xiiie siècle ou de Jehan de Brécourt à Saint-Martin de Pontoise au xive siècle se devinent également en creux derrière les registres qu’ils font rédiger. Ce poids des individus est tout aussi prégnant dans le monde laïc. Le parcours de Jean Teisseire dans l’administration de la ville d’Avignon et de l’hôpital Saint-Bénezet explique son niveau d’expertise dans l’écrit gestionnaire qu’il met en œuvre pour ses propres affaires. Quant à l’administration toulousaine de Raimond VII des années 1230-1250, elle est bâtie sur un réseau de notaires puissants, dont les carrières contribuent à façonner les formes que prennent les écrits comtaux5.

Administrer par l’écrit, administration de l’écrit

6Les différentes contributions de ce volume soulignent également l’importance de l’administration de l’écrit pour l’administration par l’écrit. Cette administration par l’écrit que tous les auteurs se sont attachés à étudier s’accompagne en effet d’une administration de l’écrit sans laquelle elle serait inefficace. C’est le rôle des mentions dorsales des chartes de la Sainte-Chapelle ou de celles des chanoines de Saint-Piat. C’est aussi celui des annotations de Jean Teisseire, qui font le lien entre les notices du livre de raison et les actes notariés conservés dans les coffrets. L’organisation que l’on peut déjà dire archivistique des écrits est à la fois l’outil et le reflet des logiques administratives. De ce point de vue, l’exemple, déjà mentionné, qu’a étudié Catherine Letouzey-Réty apparaît emblématique : la manière dont les archives sont centralisées à la Trinité de Caen est révélatrice d’une forme d’encadrement du territoire marqué par l’absence de prieurés locaux et par le rôle central de l’abbesse qui se déplace pour administrer ses terres – l’incapacité de l’abbesse à se déplacer suspendant même les procédures. Plus outil de prise en main des archives qu’outil de gestion proprement dit, le livre des chanoines de Saint-Piat de Chartres étudié par Charlotte Fain structure néanmoins l’information en suivant une répartition territoriale en cercles concentriques, probablement à l’image de l’organisation du chartrier lui-même, comme une analyse plus pointue des premières cotations apposées sur le chartrier de la Sainte-Chapelle à la fin du xive siècle le montrerait sans doute.

7Il me semble également important de s’intéresser, au-delà de la gestion matérielle des archives, à la manière dont elles sont réinvesties dans différentes temporalités. Cette approche des archives dans le temps long de leur transmission est essentielle pour comprendre le rôle qu’elles jouent dans la structuration d’un patrimoine institutionnel ou personnel. C’est ainsi qu’au Mont-Cassin, la réappropriation du territoire – à la fois des terres et des hommes – passe par une réappropriation des archives : procédures d’enquêtes mises par écrit, copiées et recopiées, copies dans le registre d’actes présentés par les habitants pour connaître montant et nature des redevances, travail sur les enquêtes des prédécesseurs en vue de la rédaction d’une réglementation. À Saint-Martin de Pontoise, le registre commencé par Jehan de Brécourt est repris en main par les abbés successifs en fonction du contexte abbatial mais aussi des spécialisations scripturales progressives : la création de nouveaux registres spécialisés entraîne la disparition de pans documentaires entiers du registre général.

8L’analyse des pratiques d’écriture et de l’agencement matériel et intellectuel des registres est centrale pour comprendre le rôle qui est assigné à ces écrits dans le processus de formation des pratiques administratives auquel ils participent.

9Enfin, je souhaiterais terminer par deux points plus méthodologiques. Cette journée d’étude a été l’occasion d’échanges intellectuels fructueux entre deux laboratoires qui travaillent ensemble de longue date, mais ont choisi de valoriser pour la première fois les travaux de leurs anciens étudiants de master, certains inscrits en thèse de doctorat ou docteurs, d’autres insérés dans d’autres sphères professionnelles, notamment dans le domaine des archives. Les discussions qui ont nourri les deux journées de recherche et alimenté les articles pour la publication ont permis de faire dialoguer les sujets et les intervenants et d’ouvrir de nouvelles perspectives que celles habituellement débattues au sein des séminaires de chacun des deux cursus. Si chaque institution est porteuse d’une histoire et donc d’une historiographie spécifique du fait des personnalités qui s’y sont succédé et ont coloré les recherches qui y sont menées, ce volume est, je l’espère, une preuve de l’intérêt du décloisonnement institutionnel pour l’enrichissement de la recherche.

10À la croisée des spécialités des laboratoires, entre histoire économique et histoire culturelle, ont ainsi émergé des questions comme celle de la mise en place de chaînes d’écriture gestionnaire ou celle des modalités de construction de l’authenticité des écrits. Certains documents comme les enquêtes – celles de la Trinité de Caen ou du Mont-Cassin pour ce volume – semblent particulièrement indiqués pour ce croisement des approches, puisqu’ils sont une clé d’accès privilégié à la fois aux pratiques administratives et aux pratiques d’écriture en action.

11Le décloisonnement des catégories documentaires est tout autant nécessaire. Considérer l’écrit administratif ou gestionnaire à l’exclusion des autres types de production écrite apparaît d’autant plus préjudiciable lorsque l’on tient compte, à l’époque médiévale, de l’entrelacement des logiques dont témoignent dans ce volume les relations entre écrits littéraires et écrits gestionnaires des abbesses de la Trinité de Caen ou l’intrication d’une documentation diplomatique à une dimension historique au chapitre de Notre-Dame de Paris.

12Dans le cadre du séminaire annuel qui poursuit et étend l’ambition des premières journées « Administrer par l’écrit », cet élargissement nécessaire des perspectives s’est attaqué aux bornes chronologiques, les organisateurs s’attachant pour chacune des séances à faire dialoguer histoire médiévale et histoire moderne pour construire une histoire de l’administration pensée sur le temps long.

  • 6 D’autres dossiers ont été travaillés par des générations de deux à trois étudiants, comme la docume (...)
  • 7 Même si la mise en ligne des meilleurs mémoires de recherche grâce à la plate-forme Dumas qui se dé (...)

13Mon ultime remarque concernera la dernière contribution de ce volume, consacrée aux pratiques documentaires de la Sainte-Chapelle de la fin du Moyen Âge. Communication à trois voix, elle est représentative d’une autre forme de dialogue, cette fois entre plusieurs générations d’étudiants. Cette approche méthodologique originale, répétée plusieurs fois à l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines mais dont un seul exemple figure dans ce volume6, consiste à faire travailler plusieurs masterants sur différents dossiers d’une même institution pour en construire une connaissance globale, en additionnant les travaux successifs. L’intérêt de ces chantiers de recherche ne se concrétise cependant qu’à condition que soient mis en place des espaces de dialogue et de diffusion de cette recherche souvent trop confidentielle menée au niveau du master7, à l’image de ce qu’ont été ces deux journées de recherche de janvier 2015. Je terminerai donc ici en leur souhaitant une postérité fertile et en espérant que le travail mené par les trois autres organisatrices et moi-même inspire d’autres mises en valeur des résultats de jeunes médiévistes.

Notes

1 Voir le carnet de recherche du séminaire : http://admecrit.hypotheses.org/ (consulté le 22 mars 2017).

2 Par exemple Hans-Werner Goetz, Moderne Mediävistik. Stand und Perspektiven der Mittelalterforschung, Darmstadt, Primus, 1999. Cette terminologie, empruntée aux Grundwissenschaften d’Outre-Rhin reste contestée par certains historiens, au motif que ces sciences demeurent au service de l’histoire et ne constituent pas des disciplines en elles-mêmes (Olivier Guyotjeannin, « Sciences auxiliaires de l’histoire médiévale », dans Michel Balard (dir.), L’histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 20e congrès, Paris, 1989, p. 471-499, ici p. 494).

3 Sur cette notion de scripturalité, traduction des termes anglo-saxon de literacy et allemand de Schriftlichkeit proposée par Joseph Morsel, voir d’abord Joseph Morsel, « Le cartulaire de Sigmund I von Thüngen (Franconie, 1448/49) », dans Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle, Michel Parisse (dir.), Les cartulaires, Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS, Paris, 5-7 décembre 1991, Paris, École des chartes (Mémoires et documents de l’École des chartes, 39), 1993, p. 411-422, puis ses développements dans Id., Joseph Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini, Travaux et documents de la Société des études médiévales du Québec, 4, 2000, p. 3-43. Sur la structuration de ce champ de recherche, lire la synthèse de Pierre Chastang, « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale. La structuration d’un nouveau champ de recherche », Cahiers de civilisation médiévale, 49, 2006, p. 21-31.

4 Je renvoie aux contributions sur ces documents pour trouver la bibliographie consacrée à ces typologies documentaires et aux questionnements qu’elles suscitent aujourd’hui.

5 Le 140e congrès du CTHS, qui s’est tenu à Reims en 2015, s’est intéressé à cette question des réseaux en prenant pour thème « Réseaux et Société ». Sur la question des réseaux de l’écrit dans l’administration laïque, voir notamment les communications de Gabriel Poisson, « Réseaux de l’écrit : les notaires de Toulouse (1190-1260) » et d’Emmanuelle Portugal, « De la constitution des réseaux des notaires-secrétaires royaux sous les premiers Valois (1328-1380). Famille, viviers et institutions ». Les actes sont en cours de parution. Le programme complet et les résumés des communications sont disponibles en ligne : http://cths.fr/co/communications.php?id=161&cl=jo.

6 D’autres dossiers ont été travaillés par des générations de deux à trois étudiants, comme la documentation d’Isabeau de Bavière ou le fonds d’archives de Mantes-la-Jolie.

7 Même si la mise en ligne des meilleurs mémoires de recherche grâce à la plate-forme Dumas qui se développe dans les universités permet d’en assurer une meilleure diffusion.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540