Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Administrer par l’écrit au Moyen Âge

 | 
Harmony Dewez
, 
Lucie Tryoen

Troisième partie. L'administration de l'écrit

La force de l’écrit

Méthodes et objectifs de l’administration par l’écrit à la Sainte-Chapelle de Paris à la fin du Moyen Âge

Christophe Boucheron, Vianney Petit et Alisée Rosa

Texte intégral

  • 1  François Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire entre les xiie et xiiie siècles », (...)

« Le tournant majeur qui se place dans la documentation entre la fin du xie et le début du xive siècle, et surtout dans les décennies qui entourent 1200, n’est pas seulement quantitatif : il consiste aussi […] en l’élaboration de types documentaires nouveaux, orientés vers des buts pratiques. »
François Menant1

1Héritière du tournant documentaire évoqué par François Menant, la production écrite à caractère pratique de la fin du Moyen Âge répond à des « buts », des objectifs méthodiquement mis en forme. Ces objectifs et ces méthodes doivent être étudiés dans des contextes historiques délimités afin de remettre en perspective la variété des typologies documentaires au regard de leur point commun : leurs buts pratiques.

  • 2  Paris, Archives nationales (désormais AN), L618 no 2.
  • 3  Paris, AN, L618 no 2 et 3. Alexandre Vidier, « Notes et documents sur le personnel, les biens et l (...)
  • 4  L’analogie entre la couronne du Christ et la couronne royale a fait l’objet d’une étude de Chiari (...)
  • 5  Jean-Michel Leniaud, Françoise Perrot, La Sainte Chapelle, Paris, Nathan, 1991, p. 65.

2La Sainte-Chapelle, terrain d’enquête de cet article, a été établie par Louis IX. Dans l’acte de fondation de 1246, ce dernier lui octroie un personnel composé de deux marguilliers diacres ou sous-diacres et de cinq chapelains principaux, chacun assisté d’un sous-chapelain prêtre et d’un clerc-diacre ou sous-diacre2. Dans un second acte de 1248, le nombre de marguilliers passe à trois, et la chapelle est placée sous l’autorité d’un « maître chapelain3 ». Ce personnel est mis au service de la Couronne – à la fois couronne du Christ et couronne royale4 – et doit veiller en premier lieu sur les saintes reliques achetées par Louis IX à l’empereur latin de Constantinople, Baudouin II de Courtenay, en 1239, mais aussi sur l’âme royale. Le collège n’est placé ni sous l’autorité de l’évêque de Paris, ni sous celle de l’archevêque de Sens, mais directement sous celle du roi5.

  • 6  Étienne Anheim, « La chapelle du roi de France du milieu du xiiie à la fin du xive siècle », dans (...)

3Avec le temps, le prestige de la chapelle royale du Palais s’accroît et l’institution se voit octroyer par le roi et par d’autres bienfaiteurs des moyens plus importants pour gérer les différents aspects de son activité. À titre d’exemple, la chapellenie fondée par Philippe III le Hardi à la mémoire de son père en 1271, celles de saint Clément martyr (1289), de saint Blaise (1291) ou de saint Nicolas et saint Louis (1301) ont permis au collège de grandir en nombre et en revenus6.

4Gardienne de l’un des trésors les plus précieux de l’Occident médiéval chrétien, elle a attiré des œuvres pieuses et a dû s’adapter à des pratiques dévotionnelles toujours plus nombreuses et plus variées. Afin de gérer le collège et de mettre en ordre l’accumulation de biens temporels, la Sainte-Chapelle s’est ainsi dotée d’outils à caractère administratif.

  • 7  Vidier, « Notes et documents sur le personnel… », art. cité ; Id., « Le trésor de la Sainte Chapel (...)
  • 8  Citons par exemple les travaux de Claudine Billot, Les saintes chapelles royales et princières, Pa (...)
  • 9  Voir les travaux coordonnés par David Fiala, Vasco Zara et Étienne Anheim dans le cadre du projet (...)
  • 10  Séries H, KK, L, LL, S.

5La richesse documentaire de la Sainte-Chapelle, et notamment les outils de gestion qu’elle a produits, ont été trop peu exploités – si l’on excepte le travail d’Alexandre Vidier au début du xxe siècle7. Bien que l’histoire des saintes chapelles ait connu depuis quelques années un certain renouveau historiographique8, sous l’angle de la musique par exemple9, les archives de l’institution restent le parent pauvre de ces nouveaux travaux. Elles sont pourtant riches, bien que dispersées aujourd’hui dans les fonds de plusieurs institutions : Archives nationales10, Bibliothèque nationale, Bibliothèque Mazarine.

6Or – et c’est l’objectif affirmé de cette étude à trois plumes que de le démontrer – l’histoire de l’écrit documentaire à la Sainte-Chapelle de Paris aux xive et xve siècles est intéressante à plus d’un titre. Le développement à la fois quantitatif et qualitatif des écrits qui accompagne en effet la croissance du collège donne naissance à des pratiques et à des documents variés, dont l’étude est essentielle pour la compréhension de la construction institutionnelle de l’établissement. Trois avatars de cet essor documentaire des xive et xve siècles seront étudiés ici : la mise en place d’outils de gestion des archives, l’élaboration d’une forme de cartulaire en 1457 et le renouvellement de la documentation nécrologique.

7Ce panorama éclectique de la production documentaire de la Sainte-Chapelle permettra de réfléchir aux « buts pratiques » de l’écrit à valeur administrative – pour reprendre les termes de François Menant – en s’interrogeant sur les méthodes auxquelles il répond et sur les objectifs qu’il entend remplir.

8La première partie, à travers une étude de cas sur les modalités de gestion des archives de la Sainte-Chapelle, s’intéressera au rapport entre classement de l’écrit administratif et gestion du patrimoine de l’institution. La deuxième partie sera consacrée à un « cartulaire » de la Sainte-Chapelle. Enfin, la dernière partie mettra en perspective la notion de « document administratif » à travers l’étude des obituaires.

Classer les archives, documenter le patrimoine

Alisée Rosa11

  • 11  Cette partie est issue de mon mémoire de recherche : Alisée Rosa, La gestion du temporel de la Sai (...)
  • 12  Léopold Delisle, « Notice sur les biens de la Sainte-Chapelle en Normandie », Mémoires de la socié (...)
  • 13  Vidier, « Notes et documents sur le personnel… », art. cité.
  • 14  Pour un bilan historiographique de ces renouvellements, voir par exemple Pierre Chastang, « L’arch (...)

9Le temporel de la Sainte-Chapelle de Paris, éparpillé sur une petite moitié de la France septentrionale, a été jusqu’à présent peu étudié. Les quelques travaux qui s’y sont intéressés sont anciens : Léopold Delisle s’est autrefois appuyé sur la série S pour étudier la sauvegarde du temporel de la Sainte-Chapelle sous l’occupation anglaise12 ; Alexandre Vidier a quant à lui peint en 1901 un panorama des biens de l’institution et édité les sources sur lesquelles il a appuyé son analyse de l’administration, du personnel, de l’histoire et des biens de l’institution13. Si une partie des archives a ainsi servi à l’élaboration d’une histoire institutionnelle de la chapelle palatiale, la grande majorité des fonds conservés sont restés à l’écart des renouvellements historiographiques de ces dernières années et notamment de l’histoire des pratiques de l’écrit telle qu’elle s’est développée depuis la fin des années 198014. À travers l’étude d’un corpus d’actes lié à une partie du temporel de la Sainte-Chapelle, il s’agira ici d’entamer une approche des pratiques documentaires et archivistiques de cette institution.

  • 15  Actuellement Féricy, comm. du cant. de Nangis, Seine-et-Marne. La série S des Archives nationales, (...)

10Le corpus se compose des actes médiévaux des cartons S 957B et S 958 des Archives nationales, cartons qui concernent la paroisse de Féricy-en-Brie, près de Fontainebleau15. Le carton S 951A, portant sur des maisons et des rentes à Paris, a également été dépouillé à titre comparatif. Au total, ce sont 60 actes, compris entre le xiiie et le xve siècle, qui ont été exploités.

11La Sainte-Chapelle a progressivement accru ses possessions dans la paroisse de Féricy-en-Brie, essentiellement entre 1318 et 1496. Parmi les actes étudiés se trouvent ainsi les acquisitions de deux bois achetés à l’abbaye de Saint-Denis, quatre domaines, un moulin, ainsi que des cens et des terres non identifiées.

Classement d’archives et gestion du patrimoine

  • 16  La remarque, formulée par exemple par Françoise Gasparri pour le xiie siècle, est toujours valable (...)
  • 17  Parmi les études qui se multiplient sur les chartriers ecclésiastiques, on peut citer : Emmanuel P (...)

12Pour justifier et jouir de ses droits sur un patrimoine, il faut être en mesure de produire et de retrouver les actes fondant ces droits16. Il était donc indispensable pour les chanoines de classer leurs archives. Les mentions dorsales et les cotes présentes sur les actes, comme les indices sur leur conditionnement matériel, sont rares mais riches d’enseignements. Cette attention nouvelle de l’historiographie à l’égard des pratiques de traitement des archives permet ainsi d’approcher les modalités de gestion de cet ensemble d’abord juridique qu’est le chartrier. Les chartriers ecclésiastiques, mieux conservés, ont fait l’objet des premières études17, et c’est dans la lignée de ces travaux que cette analyse sur les pratiques des chanoines de la Sainte-Chapelle entend s’inscrire.

  • 18  Paris, AN S958 no 162/7 : […] pour la vente perpetuelle de neuf arpens de terre assises ou terroir (...)

13La localisation exacte du chartrier de la Sainte-Chapelle de Paris n’est pas connue, mais il se pourrait qu’il ait été conservé dans la sacristie qui jouxte la Sainte-Chapelle, au premier étage : la pièce, appelée revestiaire, accueillait les reliques dites ordinaires, tandis que le rez-de-chaussée était consacré aux reliques les plus précieuses. Les chanoines disposaient également de dépôts secondaires de proximité, comme l’hôtel de Féricy reservé à leur logement18, où ils ont sans doute conservé les documents (copies ou originaux) nécessaires à la gestion locale de leurs biens.

  • 19  L’arrêt est édité par Sauveur-Jérôme Morand, Histoire de la Sainte-Chapelle royale du palais, Pari (...)

14Il n’y avait sans doute pas de charge d’archiviste proprement dit au Moyen Âge, même si des personnes avec d’autres charges, comme le chantre, pouvaient s’occuper de la gestion des archives, sans que les textes ne le mentionnent nécessairement. Le poste d’archiviste en tant que tel est créé par un arrêt du roi de janvier 1730 qui institue une surveillance des archives par un chanoine, nommé chaque année et tenu de rendre des comptes à l’assemblée du collège19. Néanmoins, l’organisation du chartrier n’a pas attendu la création d’un poste d’archiviste.

  • 20  Poulle, « Classement et cotation… », art. cité.
  • 21  Henri-François Delaborde, « Étude sur la constitution du Trésor des chartes et sur les origines de (...)

15La reconstitution du système de classement en usage à la Sainte-Chapelle à la fin du Moyen Âge s’appuie sur les mentions présentes au dos des actes. Un système de cotation a pu être identifié sur certains documents : il est alpha-numérique et se compose d’une lettre majuscule et d’un chiffre romain, encadrés et séparés l’un de l’autre par des points (figure 1). Cette forme, associant une lettre et un chiffre ou deux lettres ensemble, est relativement classique à la fin du Moyen Âge : Emmanuel Poulle la retrouve par exemple dans le chartrier normand de Savigny dès le xiiie siècle20 et Henri-François Delaborde sur la correspondance des Valois du Trésor des chartes dans le premier tiers du xive siècle21.

Figure 1 : Cote médiévale de l’acte S958 no 162/15 (1400)

Figure 1 : Cote médiévale de l’acte S958 no 162/15 (1400)
  • 22  À savoir les cartons S958 et S951A. Le carton S957B ne contenait pas de pièces cotées.
  • 23  Une exception cependant : le vidimus S958 162/15, dont l’original est perdu et qui copie un titre (...)

16L’échantillon documentaire22 a permis d’identifier douze cotes différentes réparties sur treize actes (tableaux 1 et 2) : seuls des originaux ont été cotés et aucun vidimus ne l’a été23.

Tableau 1 : Cotes du carton S958

.A.I.

.A.I.I.

.A.I.I.I.

.A.I.I.I.I.

Achat de l’hôtel d’Auxy à Féricy, 1380

Achat de bois, aux Bois Saint-Denis, 1388

Achat d’une rente à Féricy, 1383

Achats de terres et d’un pressoir à Féricy, 1396

.B.I.

.B.I.I.

.B.I.I.I.

.B.I.I.I.I.

Achat de tous les biens de Pierre d’Orgemont (terres, vignes, domaines) à Féricy, 1389

Échange d’une rente contre les revenus du domaine de La Salle, 1391

Achat de bois, aux Bois Saint-Denis, à côté de ceux que possède déjà la Sainte-Chapelle, 1395

- Bail du moulin de Chesnoy, 1390

- Renouvellement du bail, 1391

- Bail de l’hôtel du Monceau, 1400

Tableau 2 : Cotes du carton S951A

.C.I.I.I.I.

.D.I.

.E.I.

Confirmation d’une rente sur une maison rue aux Fers, 1360

Confirmation d’une rente sur une maison rue Saint-Jacques, 1343

Achat d’une rente rue Saint-Jacques, 1316

.O.I.I.

.Q.I.

.X.I.

Mise en rente de deux maisons à Notre-Dame-des-Champs, 1390

Donation d’une rente rue aux Fers pour la fondation d’un obit, 1356

Achat d’une rente rue aux Fers, 1354

17L’échantillon est donc réduit mais assez diversifié. Il comprend huit lettres différentes, qui portent sur des biens divers, tous regroupés en deux zones (Féricy d’une part et les rues aux Fers, Saint-Jacques et Notre-Dame-des-Champs à Paris d’autre part).

  • 24  Poulle, « Classement et cotation des chartriers au Moyen Âge », art. cité.

18Dans certains exemples connus, comme celui du chartrier de l’abbaye de Savigny, les lettres suivies du chiffre I ou II correspondaient probablement à un rangement dans des buffets, divisés en deux corps, inférieur et supérieur. L’affectation des buffets n’est, elle, pas connue24. Les cotes de la Sainte-Chapelle, construites sur le même modèle combinant lettres et chiffres romains, pourraient ainsi indiquer dans quelle armoire, coffre, étagère ou autre mode de rangement étaient rangés les actes. Il ne s’agirait donc pas de cotes au sens strict, puisque plusieurs documents pourraient alors partager la même identification, mais d’un système de classement permettant un certain degré de précision dans la localisation des chartes. En revanche, le fondement intellectuel du classement est plus difficile à identifier. Aucun lien systématique n’a pu être établi entre une lettre et un type de biens (bois, moulin …) ou un type documentaire (rente, bail …), ni entre une lettre et une localisation géographique. Néanmoins, sur l’échantillon étudié, la topographie semble tout de même jouer un rôle dans le classement : deux lettres semblent attribuées à Féricy (A et B), au moins six à Paris, où les possessions des chanoines devaient être plus importantes (C, D, E, O, Q et X).

  • 25  On estime pour l’instant cette cotation de la fin du xive siècle.

19Une étude plus approfondie, étendue à d’autres cartons, reste nécessaire pour récolter plus de données sur ces cotes, en même temps qu’elle permettrait d’identifier les mains, voire de dater la cotation25.

20Le classement du chartrier, dont les cotes alphanumériques apposées au dos des actes sont les témoins, est indispensable à une gestion documentaire qui reflète la structuration du patrimoine de la Sainte-Chapelle en même temps qu’elle y contribue. À cette pratique archivistique s’adjoignent d’autres modes d’appropriation du patrimoine institutionnel.

Administrer le temporel : l’appropriation du patrimoine à travers la pratique du vidimus

  • 26  Comme dans d’autres institutions, les chanoines récupèrent, en même temps que le bien, la document (...)
  • 27  Un vidimus est un « acte par lequel une autorité atteste sous son sceau avoir vu un acte antérieur (...)

21Précédant les opérations de classement, la constitution du chartrier en elle-même témoigne également de pratiques documentaires liées à l’administration du patrimoine foncier de la Sainte-Chapelle. Aucun cartulaire n’est conservé sur cette partie domaniale des archives. Néanmoins, la pratique du vidimus telle qu’elle est mise en œuvre atteste de procédures de gestion documentaire qui permettent l’appropriation de ces actes parfois arrivés tardivement dans le chartrier26 et la réactivation de leur valeur juridique27.

  • 28  Paris, AN, S958 no 162/8, no 162/15, no 164/15, no 164/25, no 164/30 et no 166/3.
  • 29  Il s’agit de prévôtés de la Brie, territoire dans lequel se situe Féricy.
  • 30  Le document S958 no 164/15 a été rédigé en 1477 et vidimé en 1496, le S958 no 164/30 en 1496 et vi (...)
  • 31  Vidimus en 1496 de la constitution de rente de 1477 (S958 no 164/15), puis vidimus en 1500 de l’ac (...)

22On distingue trois cas parmi les six documents vidimés qui nous sont parvenus28. Trois actes sont délivrés par des prévôtés locales29 et vidimés à Paris. Les chanoines s’assurent ainsi de la légitimité de leur transaction. Les dates des actes et des vidimus, très rapprochées, suggèrent effectivement qu’il s’agit de valider une seconde fois au siège de l’institution palatiale les transactions pour éviter toute contestation ultérieure. Cette stratégie est également utilisée en sens inverse, avec des actes délivrés à Paris et vidimés par d’autres prévôtés : le document S 958 166/3 vidime en juillet 1391 le bail d’un moulin par la Sainte-Chapelle, initialement instrumenté un an auparavant par le Châtelet de Paris. Ce vidimus est dressé par la prévôté de Morêt : les preneurs ont sans aucun doute voulu faire confirmer la décision par une autorité locale. Enfin, certains actes sont délivrés et vidimés à Paris. Dans ce dernier cas de figure, il y a souvent un décalage chronologique important entre les deux documents30. Le vidimus sert alors de rappel de l’acte. Cas particulièrement intéressant de ce point de vue, l’acte S 958 164/15 vidime, vingt ans après la première charte, une constitution de rente au profit de la Sainte-Chapelle, quelques mois avant que celle-ci ne l’échange contre un fief31. Cette rente bénéficie alors d’un intérêt particulier aux yeux des chanoines qui prévoient peut-être déjà de s’en dessaisir, si bien qu’ils renforcent leur droit sur elle, via la rédaction d’un vidimus de l’acte fondateur de ce droit, pour pouvoir l’utiliser sans contestation par la suite.

23Les pratiques documentaires à la Sainte-Chapelle de Paris telles qu’elles ont été brièvement explorées manifestent des stratégies d’appropriation d’un patrimoine que l’écrit contribue à la fois à construire et à protéger. La gestion des archives est de ce point de vue partie intégrante de la gestion des biens de l’institution.

Encadrer une institution par l’écrit : méthodes et objectifs

Christophe Boucheron32

  • 32  Christophe Boucheron, Pratiques de l’écrit à la fin du Moyen Âge, étude du cartulaire de la Saint (...)
  • 33  Le premier à en éditer des extraits, Jacques Du Breul, le présente comme l’« abrégé de tout l’état (...)

24Désigné dans l’inventaire des Archives nationales comme « cartulaire de la Sainte-Chapelle de Paris », mais répondant dans la bibliographie à bien d’autres terminologies33, le manuscrit LL628 des Archives nationales nous permet d’aborder un autre aspect de l’utilisation de l’écrit à la Sainte-Chapelle comme outil de gestion à la fin du Moyen Âge.

  • 34  Il était également conseiller au Parlement de Paris et notaire et secrétaire du roi (Paris, AN, LL (...)
  • 35  Ces informations sont disponibles en recoupant le testament de Jean Mortis, BnF, nouv. acq. lat. 1(...)

25S’engager dans l’étude et la compréhension de ce codex ne peut se faire sans mettre en relation le contexte institutionnel de la Sainte-Chapelle et la figure de son auteur, Jean Mortis. Le xve siècle représente un moment charnière pour la Sainte-Chapelle, dont l’organisation passe de la gestion curiale qui faisait sa spécificité depuis sa fondation à une administration de plus en plus collégiale. Dans ce contexte, Jean Mortis, champenois d’origine très modeste, est reçu chanoine en 1438 puis chantre en 143934. Personnage d’une grande érudition, il incarne, avec d’autres membres de sa famille, une certaine réussite sociale. En effet, à sa mort en 1484, la plupart de ses frères, neveux ou beaux-frères, d’origine tout aussi modeste, sont parvenus à des charges plus ou moins importantes, principalement à la Sainte-Chapelle, mais également dans d’autres chapelles ou collégiales35.

  • 36 Il est d’ailleurs intéressant de ce point de vue de noter que ce manuscrit n’est pas référencé dans (...)
  • 37  L’importance de ce registre est manifeste au vu des multiples copies dont il a fait l’objet au fil (...)

26Jean Mortis rédige en 1457 ce qu’il convient d’appeler avec précaution le cartulaire de la Sainte-Chapelle. Le choix des actes compilés comme la manière dont ils sont présentés ne s’accordent en effet qu’imparfaitement avec la définition traditionnelle d’un cartulaire36. L’objectif de l’ouvrage n’est pas facile à circonscrire : tout à la fois travail archivistique, ouvrage historique et outil juridique, le registre est conçu et élaboré par un seul homme qui dévoua 46 ans de sa vie à son institution. L’œuvre de Mortis peut être étudiée sous plusieurs angles. La présentation de ce codex essentiel dans l’historiographie de la Sainte-Chapelle nous occupera dans un premier temps37. Le travail de compilation dont est issu le codex sera ensuite analysé plus précisément. Enfin, la figure de son auteur mérite une étude approfondie, liant son travail d’érudit et son action au sein de l’administration de la Sainte-Chapelle.

Présentation du cartulaire

27Le manuscrit LL628 est un livre de papier de 109 folios, de 200 mm de largeur pour 290 mm de hauteur. Il s’ouvre sur un sommaire qui l’introduit comme :

Repertoire ou declaration abrégée de tout l’estat de la Saincte-Chappelle du palais royal a Paris, tant en spirituel que en temporel depuis et des avant sa première constitution ou fondation jusque a l’an mil quatre cent cinquante et sept incluz. Reassemblé et composé le plus a la vérité que bonnement a esté possible pare Maistre Jehan Mortis, conseiller du Roy en parlement, chantre et chanoine de ladicte Sainte-Chappelle, et se divise en neuf parties.

28Il s’agit donc, d’après les termes de l’auteur lui-même, d’une tentative de reconstitution du patrimoine temporel et spirituel de l’institution.

  • 38  Acte de fondation de la toute première chapelle en 1154, acte de fondation de 1245, don des reliqu (...)

29Il détaille ensuite la structure générale du cartulaire. La première partie est consacrée aux temps de la fondation de la Sainte-Chapelle : on y trouve donc les actes les plus anciens, qui légitiment la Sainte-Chapelle en l’inscrivant dans une profondeur historique38. La deuxième partie regroupe les privilèges apostoliques et royaux qui fondent la juridiction temporelle et spirituelle de la Sainte-Chapelle. La troisième partie réunit les amortissements octroyés par les rois de France à la Sainte-Chapelle. La quatrième partie, plus comptable, dresse l’état des revenus du temporel pour l’année de rédaction, en 1457. La cinquième partie décrit l’activité de la Sainte-Chapelle et les responsabilités attribuées à son personnel, de la tenue du service divin aux messes et aumônes auxquels ils sont astreints. La sixième partie détaille les revenus et charges de chacun des membres de la Sainte-Chapelle et montre l’évolution des rôles attribués à chacun d’entre eux. Les septième et huitième parties se focalisent sur les droits et privilèges du trésorier d’abord, du chantre ensuite. Enfin, la neuvième partie contient les serments de réception des membres de la communauté, ainsi que les statuts et ordonnances de la Sainte-Chapelle.

30Le cartulaire aborde donc tant l’institution dans sa globalité, depuis sa fondation et la confirmation de ses droits et privilèges, que les rôles spécifiques de ses membres et sa gestion quotidienne. L’organisation du cartulaire est le résultat d’un travail archivistique de compilation qu’il est essentiel d’étudier pour comprendre la portée et l’intérêt du manuscrit.

Le travail de compilateur

31Les actes sont transcrits dans le cartulaire en longue ligne et précédés d’une rubrique à l’encre rouge qui en donne une brève analyse (figure 2).

  • 39  La transcription des originaux est ici reprise de l’édition de Morand, Histoire de la Sainte-Chape (...)

32Parler de transcription est ici problématique : si le travail de Jean Mortis s’est bien appuyé sur les originaux, il ne recopie jamais la teneur de l’acte à l’identique. Confronter les originaux aux versions copiées dans le cartulaire permet d’appréhender la manière dont il a conçu son registre39.

33L’acte original de 1270 relatif aux revenus du trésorier est copié dans la septième partie du cartulaire, au folio 59.

  • 40  Néanmoins, le Parlement de Paris reste jusqu’à l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 l’un des (...)

34Comme on le voit, l’acte est repris dans son entier, mais est en grande partie remanié. La différence la plus frappante est la langue utilisée : d’un acte initialement rédigé intégralement en latin, Mortis copie une version mélangeant latin et français. L’auteur du cartulaire prend quelques libertés dans la partie proposée en français mais retranscrit fidèlement le passage en latin. Cette pratique exprime peut-être une volonté d’actualiser le texte des actes en le traduisant dans une langue plus familière du rédacteur et des futurs lecteurs. Ce choix du bilinguisme est sans doute à mettre en relation avec la carrière de Jean Mortis, qui fréquentait les administrations royales, largement accoutumées au français à la fin du Moyen Âge40.

35Les passages en latin concernent le dispositif de l’acte, la partie principale donc. Ce maintien du latin pour la partie consacrée à l’action juridique souligne que, si la traduction permet une certaine appropriation de l’acte, ces derniers restent des instruments juridiques justifiant des droits dont bénéficie la Sainte-Chapelle, héritiers d’une tradition sur laquelle Jean Mortis appuie sa légitimité.

36Deuxième confrontation entre original et transcription, révélatrice d’un autre aspect du travail de compilation du chanoine, l’ordonnance de 1407 portant sur les distributions aux heures canoniales de la Sainte-Chapelle est recopiée dans la première partie du registre, au verso du folio 20.

37Le même bilinguisme caractérise la version du cartulaire. C’est à nouveau le dispositif de l’acte qui est recopié fidèlement en latin. Mais ici, le reste de l’acte est loin d’avoir été copié dans son intégralité. Jean Mortis en a dressé un très bref résumé qui lui permet, dans un souci d’efficacité, de donner accès aux données essentielles de l’acte sans s’encombrer de toute sa partie diplomatique. Le maintien du dispositif de l’acte en latin comme la réécriture abrégée du reste du formulaire concentrent l’attention sur la seule action juridique.

Figure 2 : Exemple de la mise en page du cartulaire de Jean Mortis, Paris, Archives nationales, LL628, fol. 2v

Figure 2 : Exemple de la mise en page du cartulaire de Jean Mortis, Paris, Archives nationales, LL628, fol. 2v
  • 41  Dans son répertoire des sources de l’histoire de France, Auguste Molinier repère d’ailleurs le reg (...)
  • 42  Aucune trace de commanditaire n’a été trouvée.

38Moins qu’à la réunion d’un corpus documentaire, c’est donc à la compilation des informations fondant les droits de la Sainte-Chapelle à travers l’histoire que se livre Jean Mortis. Son travail a ainsi une portée à la fois archivistique, historique, juridique et administrative41. La rédaction du cartulaire naît peut-être de la propre initiative du chanoine42. Il est donc essentiel de se pencher maintenant sur le rôle de Jean Mortis dans l’histoire de l’institution pour comprendre les raisons qui ont motivé son entreprise.

Tableau 1 : Comparaison du texte de l’original de l’ordonnance de 1270 sur les revenus du trésorier avec la version copiée dans le cartulaire

Comment Monseigneur Sainct Loys estant a Aigues Mortes ordonna que le Maistre chappellain de ladicte saincte chappelle a present appellé tresorier prenist double en gros et en distributions et quinze livres parisis qu’il avoit accoustumé prendre avant les aultres en la prevosté de Paris. Et manda a trois ses conseilliers que on advisast comment il feroit assiette de sept cens livres chacun an a ladicte saincte chapelle.

Ludovicus, Dei gratia Francorum rex, dilectis fidelibus fuis Abbati sancti Dionisii, Magistro Henrico de Versiliaco Archidiacono in ecclesia Bajocensi, et Nicolao de Antolio Thesaurario sancti Frambaldi Sylvanectensis ; salutem et dilectionem. Sacra mac venerandam Basilicam a nobis Parisiis sumptu magno et sacro sanctæ coronæ, nec non crucis Dominicæ et aliarum pretiosarum reliquiarum ornatam præsentia, speciali favore et gratia prosequentes, ac honore debito cupientes inposterum frequentari, ac in ea ad Dei gloriam cultum augmentari Divinum olim in eadem servitores instituimus cappellanos, matricularios, et clericos, et de reditibus et distributionibus ministrorum ipsorum ordinavimus secundum quod in litteris nostris aliunde plenius continetur ; addimus insuper nunc et præcipimus

L’an deux cens soixante et dix. Monsieure sainct Loys estant a Aigues Mortes

quod Magister capellanus qui pro tempore ipsius capellæ reliquiarum et personarum omnium curam gerit seu geret inposterum, præ coeteris in omnibus ex nunc et deinceps duplum percipiat tam in distributionibus quam in grosso ; dignum est enim ut qui in sollicitudine præcedit, et onere, in emolumento coeteris præferatur et honore. Illas etiam quindecim libras quæ præ coeteris in præpositura nostra parisiensi consuevit percipere annuatim, volumus ut percipiat in dicta præpositura sicut a nobis alias extitit ordinatum ; verum quia variis impediti et distracti negotiis redditus ac distributiones prædictas nondum eis assignaverimus in certis rebus et locis percipiendos, ut expedit, et habendos, vobis et cuilibet vestrum de quorum fidelitate et discretione confidimus super hujusmodi reddituum et distributionum assignatione facienda a nobis in certis rebus et locis tam incapiendo de redditibus et possessionibus nostris quas ad præsens possidemus quam in acquirendo rationabiliter in feodis nostris seu alienis secundum quod melius videritis faciendum totaliter committemus vices nostras, ita quod assignation reddituum ac distributionum prædictarum valorem septingentarum librarum annuatim non excedat, et quod secundum quantitatem quæ taliter acquiri vel assignari contigerit, eisdem ceffet omnino solutio eorum, quæ prius percipiebant in in præpositura nostra parisiensi et in templo.

voult et ordonna que le maistre chappelain de ladicte Saincte-Chappelle qui est apresens appellé tresorier qui pro tempore ipsius sacre capelle reliquiarum et personarum omnium curam gerit seu geret imposterum pre ceteris in omnibus ex nunc et deinceps prenist double tant en distribution que en gros. Dignum est enim ut qui in sollicitudine precedit et onere in emolumento ceteris preferatur et honore. Et aussy les quinze livres parisis qu’il avoit acoustumé prendre et percevoir preceteris chacun an in prepositura parisiensis. Et voult qu’il les perceut en ladicte prevosté comme autreffois il avoit ordonné. Et manda et commist vices suas a ses conseillers l’abbé de sainct Denis, a l’archidiacre de Bayeux et au tresorier de sainct Franboure de Senlis pourra qu’il estoit lors occupé en plusieurs negoce et distraict et que encore il n’avoit assigné ausdictz de la Saincte-Chappelle leurs revenues et distributions en certaines choses et lieux comme il estoit expedient que sesdictz conseiller advisassent comment monseigneur saint Loys les pourroit seurement assigner desdictes revenues et distributions, mais que l’assignation ne excedast sept cens livres chacun an et que selon ce qui leur en serait assigné que de tant cessast du tout le payement de ce que paravant lesdicts de la Saincte-Chappelle percevoient en la prevosté de Paris et au temple.

De luminari autem in dicta capella assidue faciendo volumus, ut ordination dudum facta a nobis secundum quod continetur in nostris prædictis litteris observetur ; cum vero assignationem redituum ac distributionum prædictarum, ut dictum est, seceritis, eam nobis per vestras litteras rescribatis. Actum apud Aquas mortuas anno Domini 1270, mense Junio

Et que le luminaire d’icelle Saincte-Chappelle feust tousjoure entretenu et continus selon qu’il estois contenu en ses letres dessus transcriptes.

Tableau 2 : Comparaison du texte de l’original de l’ordonnance de 1407 sur les distributions aux heures canoniales avec la version copiée dans le cartulaire

Carolus Dei gratia Francorum rex. Notum facimus universis prasentibus pariter et futuris, quod cum certis et justis de causis nos ad hoc piè moventibus, ut in nostris litteris super fundatione horarum canonicarum sacrosancta capella nostri regalis palatii parisiensis per nos fundatarum, latius declaratis, non diu est per testamentum nostrum, quod deo nobis propitio adimplere vita nobis comite propnimus, inter cætera per nos ibidem ordinata voluerimus fundare, et jam de facto quinque horas diei fundaverimus antedictas, scilicet primam, tertiam, sextam, nonam ac completorium in eadem nostra capella sacra antea non fundatas, et horis eisdem dari distributiones personis de collegio tunc ibidem præsentibus, videlicet cuilibet canonico pro, qualibet hora duos denarios parisienses, capellano unum denarium, et clerico totidem. Ordinaverimusque per fundationem eandem, quod cantor atque capellani et clerici dicatæ capellæ a principio usque ad finem horis eisdem interesse teneantur, de canonicis nullam ibi mentionem facientes, nobis tamen, prout licet, facultate reservata, et præsertim cum illi cujus est condere,interpretari liceat statuendi, disponendi de et super modo interessendi et distribuendi dictis horis

L’an mil quatre cent et sept en juinct le Roy Charles sixieme de cet nom estant a Paris

præsentibus, quemadmodum hactenus nostri prædecessores, Francorum reges præsatæ capellæ sacræ primi fundatores fecerunt, qui per eorum fundationes ibi factas sii et suis successoribus plenam semper et liberam facultatem reservaverunt declarandi, abbendi, mutandi et disponendi tam in servitio quam aliis ordinationibus et ceremoniis sacræ capellæ prælibatæ. Nos idcirco super præmissis nostram intentionem atque voluntatem declarando, volumus et per modum statuti ordinamus ex nunc pro perpetuis et futuris temporibus, quod dictus cantor ejusdem sacræ capellæ, qui ex sui fundatione interesse tenetur omni servitio diurno pariter et nocturno a principio usque ad finem, et ad hoc astringitur juramento ; et quam dictæ cantoriæ fundationem in suis terminis, quoad dictum servitium, teneri volumus et servari, necnon et cæteri quicumque de dicto collegio inferiores canonicis soliti distributiones quotidianas percipere prædictis horis per nos, ut præmittitur, fundatis, a dicto principio usque in finem interesse teneantur, et introitum facere ad tardius ante gloria Patri primi psalmi cujuslibet horæ. Quos omnes et singulos in hoc deficientes commodo et distributione horæ in qua deficient privamus et privari volumus ipso facto. De canonicis autem qui omnium gestorum, causarum, processuum, reddituum, et cæterorum negotiorum temporalitatem et domanium dictæ

voult et ordonna par manière de statut perpetuis temporibus que le chantre et ceteri quicumque de dicto collegio inferiores canonicorum soliti cothidianæ distributiones percipere horis canonicis a principio usque in finem interesse teneantur. Et introitum facere ad tardius ante gloria patri primi psalmi cuiuslibet hore. Quos omnes et singulos deficientes in hoc. Commodo et distributione hore In qua defficient privas Rex et privari vult ipso facto. Et les chanoines d’icelle Saincte-Chappelle en faisant entrés en aucune partie de chascune d’icelle cinq heures, c’est assavoire avant la collecte parteuront et auront le prouffit d’icelles et semblablement des matines de Nostre-Dame.

sacræ capellæ concernentium, et quovis modo tanfentium sollicitudinem gerunt, quique eorum sumptibus et cum gravi onere capellanis et clericis suis cum eis pro divino servitio commorantibus victualia ministrare tenentur ; attendentes permaxime quod canonici præ cæteris eorum inferioribus in singulis tam cathedralibus quam collegiatis regni nostri Ecclesiis nonnullis gaudent, et nec immerito, honoribus et prærogativis sic proinde volumus et ordinamus, atque eisdem canonicis eorumque in dicta sacra capella successoribus concedimus, quod deinceps in prepetuum faciendo introitum in aliqua parte cujuslibet ipsarum quique horarum, videlicet ante collectam, commodum earumdem percipiant et habeant ; et hoc idem de matutinis beatæ Mariæ servari jubemus perpetuis temporibus inconcufse, statutis et ordinationibus super lucrandis distributionibus in horis principalibus, videlicet matutinis, magnis missis, et vesperis diei a primæva fundatione dictæ sacræ capellæ editi, vigiliis etiam et missis defunctorum, in fuis viribus et robore remanentibus, de quibus nostris statutis et ordinationibus superius declaratis, tenendis et firmiter perpetuo observandis cantorem prædictum et alios canonicis inferiores distributiones quotidianas in eadem sacra capella percipientes volumus et ordinamus in manibus dilecti et fidelis thesaurarii

dictæ sacræ capellæ loco nostri præstare juramentum. Dantes tenore præsentium in mandatis dicto thesaurario præsatæ sacræ capellæ morderno et futuro, ejusque successoribus, eis etiam committentes quatenus nostrum hujusmodi statutum et ordinationem modo et forma suprascriptis, et sub juramento quo nobis astringuntur et successoribus nostris, successore dicti thesaurarii astringantur, exequantur diligenter et taliter quod de negligentia super hoc ipsi redargui non possint in futurum. Quod ut firmum et stabile permaneat in futurum, nostrum sigillum præsentibus litteris apponi fecimus, salvo in aliis jure nostro et in omnibus quolibet alieno. Datum Parisiis mense Junii, anno Domini 1407, et regni nostri vicesimo septimo. Sic signatum per regem.

Écrire pour justifier

39Les querelles institutionnelles qui agitent la Sainte-Chapelle depuis sa fondation permettent d’éclairer la réalisation du cartulaire. Il faut donc revenir à leurs débuts avant de s’intéresser au rôle qu’y joue Jean Mortis.

  • 43  Paris, AN, LL628, fol. 79.
  • 44  L’attribution de l’office de chantre à un chanoine n’était alors pas obligatoire, aucun règlement (...)
  • 45  Paris, AN, LL630, Dongois, Mémoires pour servir à l’histoire de la Sainte-Chapelle, op. cit., p. 2 (...)

40Lorsqu’il fonde, en 1319, l’office de chantre de la Sainte-Chapelle, Philippe V insiste sur l’obligation de résidence à la Sainte-Chapelle à laquelle le chantre est soumis, censée assurer une présence de jour comme de nuit43. Gilles de Condé, le premier chantre institué, était déjà chanoine de la Sainte-Chapelle et possédait donc à ce titre une maison au sein du palais. Comme lui, ses successeurs furent tous pendant un siècle d’anciens chanoines, déjà logés au palais44. En 1403, la nomination par le roi Charles VI de Jean Chambon à l’office de chantre, alors qu’il n’était pas chanoine, se heurte au vif désaccord du trésorier et des autres membres du collège45. Après des échanges animés, le conflit est résolu par l’expédition de lettres patentes en 1405 qui rendent l’office de chantre électif et obligatoirement attribué à un chanoine. Chambon fut néanmoins maintenu dans ses fonctions, laissant le titre de premier chantre élu à son successeur : Jean Mortis.

  • 46  Ibid., p. 296-297.

41La réorganisation de l’office de chantre est l’un des premiers éléments d’explication de la rédaction d’un registre qui réunisse et actualise les statuts et règlements de l’institution. Bien plus, cette volonté de fonder en droit la place, le rôle, les droits et les devoirs des membres de la Sainte-Chapelle en les inscrivant par l’écrit dans une continuité historique trouve une résonance d’autant plus forte qu’en plein cœur du xve siècle l’institution connaît une période d’instabilité, face à laquelle Jean Mortis apparaît au contraire comme un élément de permanence. La charge de trésorier change ainsi huit fois de titulaire entre 1440 et 1476, dont cinq fois entre 1440 et 1452, juste après l’entrée en charge de Mortis comme chantre46.

42En 1452, Guy le Bel, aumônier du roi, est désigné trésorier alors qu’il n’est que simple clerc. Les chanoines refusent de le reconnaître et de lui attribuer les revenus liés à sa charge avant qu’il ne reçoive l’ordre de prêtrise en 1458. Entre 1452 et 1458, soit exactement la période où Jean Mortis exécute son répertoire, le poste le plus important du collège est donc contesté. Cette nouvelle remise en cause de l’administration de la Sainte-Chapelle a sans doute joué un rôle dans l’initiative de Jean Mortis qui conclut son travail en léguant son registre à la Sainte-Chapelle :

  • 47  Paris, AN, LL628, fol. 106.

Je, Jehan Mortis, conseiller du roy en parlement, chantre et chanoine de la Saincte-Chappelle du palais royal à Paris, donne des a present irrevocablement a la Saincte-Chapelle du palais Royal a Paris ce present livre contenant la fondation et l’estat de ladicte Saincte-Chappelle et des beneficiers et servans en icelle. Lequel livre j’ay reassemblé et composé le plus a la verité que bonnement possible ma esté au temps que a ce faire je me suis emploié. Et supplie a messeigneurs de la Saincte-Chappelle que cedit livre soit et demeure a tousjoure a icelle Saincte-Chapelle pour le bien de toute icelle eglise et de chascun des personnes d’icelle. Car a ceste fin et en celle entention je l’ay composé, et le donne comme dit est a ladicte Saincte-Chappelle. Dieu par sa grace le veuille prendre en gré et en remission de mes pechés. Et que plaise a messeigneurs que cedit livre soit et demeure attachié ou enchayné a une petite chayne de fer a la table ou comptoir du lieu de la paye qui est le lieu la ou medis seigneurs de ladicte Saincte-Chappelle tiennent leurs congregation. En tesmoing du quel present don j’ay icy mis mon seing manuel47.

  • 48  La question de l’auctoritas dans les cartulaires a été posée pour le haut Moyen Âge : Patrick J. G (...)

43La rédaction du cartulaire de Jean Mortis, portée par un individu pour servir à l’ensemble de l’institution48, est symptomatique de l’évolution du genre au xve siècle. Si le cartulaire – en réunissant en un même registre les actes que possède une même personne physique ou morale – a souvent une portée historique, le travail de Jean Mortis déborde le cadre traditionnel. Dans un contexte de fragilité institutionnelle, son livre réunit et renouvelle les statuts et règlements qui se sont succédé depuis la fondation de la Sainte-Chapelle, insiste sur les fondements juridiques des droits du collège et de ses membres et dresse un état des revenus de l’institution. Ce codex se situe donc à la croisée du cartulaire et des memoranda books étudiés dans ce volume.

L’obituaire, un document administratif ?

Vianney Petit49

  • 49  Vianney Petit, La documentation nécrologique de la Sainte-Chapelle de Paris (xive -xvie siècle). G (...)

44Source complexe et hybride, aux usages à la fois liturgiques, économiques et mémoriels, l’obituaire peut-il être inclus dans une réflexion sur l’administration par l’écrit ? Dans la typologie des sources de l’histoire médiévale, l’obituaire, bien distinct du nécrologe, est défini comme une :

  • 50  Nicolas Huyghebaert, Les documents nécrologiques, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moye (...)

liste de défunts établie en marge d’un calendrier romain pour rappeler aux responsables d’une communauté les services anniversaires fondés par quelques défunts et les œuvres de miséricorde qui accompagnent ces anniversaires. […] L’obituaire précise le plus souvent concrètement quels sont les revenus affectés à ces obits, leur mode de perception et de distribution50.

  • 51  Le terme « économie » est entendu ici comme l’ensemble des activités relatives aux échanges de ser (...)

45Il se dégage de cette citation trois axes sur lesquels s’appuiera ici la réflexion : premièrement, la liturgie du défunt ; deuxièmement, l’économie liée à la mort51 ; enfin, la compilation d’informations liées au défunt dans un registre.

  • 52  Mention dans l’obituaire conservé à la Bibliothèque nationale : Et le quel livre est double. Et es (...)

46Deux obituaires nous sont parvenus pour la Sainte-Chapelle de Paris. Le premier, daté du xve siècle, est conservé à la Bibliothèque nationale de France, sous la cote ms. lat. 17741. Le deuxième est daté du xvie siècle et est conservé à la Bibliothèque Mazarine, sous la cote ms. 3339. À noter que le volume du xve siècle était lui-même la copie d’un obituaire ayant remplacé un premier volume52. L’obituaire du xvie siècle a pris la suite logique dans la gestion de la pratique de l’obit à la Sainte-Chapelle.

47À partir des trois angles d’approche évoqués précédemment, peut-on rapprocher ces deux obituaires des pratiques administratives de la Sainte-Chapelle ?

L’obituaire : un document pour compiler

  • 53  Jacques Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la régio (...)

48Nous savons depuis les travaux de Jacques Chiffoleau, entre autres, comment les demandes de messes d’anniversaires se sont multipliées à partir du xiiie siècle dans une logique d’accumulation destinée au soin de l’âme des défunts53. C’est à cet essor que répondent les obituaires, essor qui se manifeste de deux manières : augmentation du nombre de demandes et diversification des œuvres.

  • 54  BnF, ms. lat. 17741.
  • 55  En moyenne 5 à 6 demandes par an d’obits venant de personnes différentes.
  • 56  BnF, ms. lat. 17741, fol. 2, 6, 10, 14, 18, 22, 26, 30, 34, 36, 38, 42, 46.

49Concernant d’abord la diversité des œuvres, nous pouvons citer dans l’obituaire du xve siècle : obitus (duplex, solennis, annualis, triplex), missa (duplex, triplex, annualis), anniversarium (triplex, anunalis), annuale fondatum, duplum fondatum54. Ces termes renvoient à des célébrations qui diffèrent dans leur contenu et/ou leur récurrence, et leur précision est cruciale pour bien identifier le service qui sera rendu pour la mémoire du défunt. S’il y a relativement peu de fondations à la Sainte-Chapelle pour la période considérée55, l’explosion du nombre se fait à l’échelle de l’individu, un fondateur pouvant demander plusieurs obits. Charles V fonde ainsi treize obits à des jours différents, un à la date de sa mort et douze autres à chaque premier jour du mois56.

50La Sainte-Chapelle a donc à gérer une demande nombreuse et variée. L’administration de la pratique de l’obit se fait par l’écrit qui sert à compiler les informations au fur et à mesure de la fondation des obits. Mais le but est aussi de pouvoir rendre ces informations intelligibles. Pour comprendre comment l’écrit s’organise, il faut en revenir à ce qu’il organise, c’est-à-dire l’obit.

51La forme matérielle de l’obituaire en tant que document écrit répond aux problématiques qui structurent l’administration de l’obit. L’intercession pour le mort répond à une logique de temps. Il s’agit en effet de connaître la date d’anniversaire – trouver dans l’année le jour précis où un obit doit être célébré et savoir pour combien d’années l’obit sera célébré. Le temps est aussi celui de l’obituaire en soi, un document qui a vocation à durer dans le futur. L’obituaire est construit pour accueillir les autres demandes d’obits qui seront formulées après la création du volume. C’est donc le calendrier annuel qui structure l’obituaire, avec des repères temporels connus et à valeur pérenne.

52Dans l’obituaire du xve siècle, le calendrier suit le modèle romain avec les calendes, les nones et les ides. Les autres éléments de repère temporels sont les fêtes du calendrier chrétien, les lettres dominicales et les épactes. Dans l’obituaire datant du xvie siècle, les éléments techniques de chronologie se sont adaptés, avec l’utilisation des chiffres de 1 à 28, 30 ou 31 pour suivre les jours de chaque mois. Les fêtes du calendrier chrétien et les lettres dominicales sont, elles, toujours présentes. Dans les deux volumes, une encre rouge est utilisée pour les éléments de temps tandis que le noir est utilisé pour les textes d’obits.

53Cette macrostructure calendaire des deux obituaires de la Sainte-Chapelle est complétée par la microstructure des textes d’obits. Les paragraphes décrivant les demandes formulées par les bienfaiteurs de la Sainte-Chapelle peuvent être décrits schématiquement de la manière suivante : [Libellé du type de fondation] + [Nom du fondateur] + [charge/titre du fondateur] + [détails de la fondation (pas systématique)] + [mention finale (pas systématique)]. Les scribes ayant effectué le travail de copie aux xve et xvie siècles suivent un modèle uniformisé qui structure volontairement la documentation et facilite ainsi l’administration de la pratique de l’obit.

  • 57  Comparés à d’autres obituaires, ceux de la Sainte-Chapelle ont, avec environ un siècle d’activité, (...)
  • 58  BnF, ms. lat. 17741, fol. 28v : texte de fondation d’obit par J. Belleau (mort en 1583).
  • 59  La dernière mention est pour l’obit de Bernard de Fortias, mort en 1695 (Bibliothèque Mazarine, m (...)
  • 60  La diminution du nombre d’inscriptions dans les deux obituaires au fil du temps s’explique par le (...)

54Dans les deux volumes, la gestion de la documentation a tendance à légèrement se détendre au fur et à mesure des ajouts postérieurs, bien que les obituaires aient une durée d’utilisation modérée après leur rédaction57. Dans l’obituaire rédigé au xve siècle, on décompte environ cinquante mentions postérieures dont la dernière est datée de 158358. L’obituaire du xvie siècle a quant à lui servi un peu plus d’un siècle, entre 1583 et 169559, mais avec des ajouts moins nombreux que son prédécesseur (environ 20 mentions postérieures)60.

  • 61  Exemple : BnF, ms. lat. 17741, fol. 13r : le jour du sept des calendes de mars a été décalé vers l (...)
  • 62  Pour l’obituaire de la Mazarine, une étude codicologique montre que les feuillets 13 à 16 ne sont (...)

55Les deux manuscrits témoignent d’une dégradation progressive de l’apparence : la règle d’utilisation des couleurs d’encre n’est plus tenue et le rouge fait son apparition dans le corps de l’obit pour certains des ajouts de l’obituaire de la BnF. La réglure n’est plus respectée et le parchemin est parfois même gratté pour modifier la position des jours et insérer des textes d’obits plus longs61. Des cahiers sont également rajoutés a posteriori62. En revanche, le corps des textes d’obits suit le même schéma que précédemment.

56Ainsi, en insérant les obits dans une structure écrite formalisée et en uniformisant leur énonciation, l’obituaire rend fonctionnelle et rationnelle la pratique de l’obit, en même temps qu’il en assure la continuité dans le temps.

L’obituaire : un document pour compter ?

  • 63  Jean-Loup Lemaître, « Liber capituli. Le livre du chapitre, des origines au xvie siècle. L’exemple (...)

57Jean-Loup Lemaître lie l’apparition des obituaires au remplacement de l’ancienne commémoration des défunts par la célébration d’anniversaires, dont l’aspect matériel primerait sur l’aspect spirituel et impliquerait avant tout la réalisation de documents comptables63.

  • 64  BnF, ms. lat. 17741.
  • 65  Exemple : Obitus triplex magistri Roberti Cordelle, sacre Capelle canonici qui legavit dicte sacre (...)

58La qualification des obituaires comme documents comptables semble néanmoins problématique si l’on considère l’exemple de l’obituaire de la Sainte-Chapelle du xve siècle. Les données d’ordre économique sont disparates : dans l’ensemble de l’obituaire, nous avons trouvé de telles informations dans 28 entrées64 sur un peu moins de 200 obits. Dans 23 cas, il est simplement fait mention d’une somme due, qui correspond à la valeur de la célébration demandée. Cette somme est toujours intégrée dans le paragraphe de texte décrivant l’obit et peut soit correspondre à un montant général, soit être répartie entre ce qui revient au trésorier, aux chanoines, aux chapelains, voire aux clercs en charge de la célébration. Chacun reçoit une part proportionnelle à son niveau hiérarchique dans l’organisation du collège. Dans les cinq autres cas, le texte donne plus de détails sur les modalités de paiement, en faisant mention de la maison ou de la terre sur laquelle sont assis les revenus de l’obit65.

  • 66  D’autres obituaires incluant des « livres de distribution » sont plus proches de documents comptab (...)

59La qualification de « documents comptables », comme le propose Jean-Loup Lemaitre, suppose également la mise en œuvre de techniques comptables spécifiques. Or, la manière dont est mis en forme l’obituaire ne laisse aucune place à la comptabilité dans les méthodes d’écriture. L’obituaire de la Sainte-Chapelle, tel qu’il a été conçu au xve siècle, n’a pas intégré d’espace témoignant d’une attention particulière aux données de gestion. L’objectif premier de cet obituaire n’est pas lié à l’encadrement gestionnaire de la pratique de l’obit66.

  • 67  Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà…, op. cit. Dans cet ouvrage, J. Chiffoleau n’accorde d’ai (...)

60Si l’obituaire de la Sainte-Chapelle contient bien des informations à caractère économique, s’il y est parfois fait état des dispositions particulières liées au paiement, si le versement est parfois détaillé, ce document n’apparaît pas comme pouvant être qualifié stricto sensu de « comptable ». Il est certes un témoin précieux d’une forme de « comptabilité de l’au-delà67 », mais pas un acteur du quotidien économique de la Sainte-Chapelle à la fin du Moyen Âge.

L’obituaire : un document pour prier ?

  • 68  Véronique Julerot, s. v. « Obituaires », site Ménestrel, 24 juillet 2013 (http://www.menestrel.fr/ (...)
  • 69  Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà…, op. cit., p. 339.
  • 70  Éric Palazzo, dans son Histoire des livres liturgiques. Le Moyen Âge, des origines au xiiie siècle(...)
  • 71  Lemaitre, « Liber capituli… », art. cité, p. 637.
  • 72  Les rouleaux des morts puis les nécrologes qui les ont suivis avaient leur place lors des célébrat (...)

61Sur le site Ménestrel, Véronique Julerot débute ainsi son article sur l’obituaire : « Un obituaire est un document liturgique68. » Jacques Chiffoleau, lui aussi, qualifie l’obituaire d’« instrument liturgique69 » et cette source a pu, avec le nécrologe, être incluse dans des études monographiques sur les livres liturgiques médiévaux70. Il n’y a donc à première vue que peu de doute sur la nature de ce type de document. Cependant, adoptant un autre point de vue, Jean-Loup Lemaitre fait de son côté de l’obituaire un document « au mieux régulièrement remis à jour et refait, mais qu’il était hors de propos de lire dans le cadre d’une célébration liturgique71 ». L’obituaire n’aurait donc pas sa place lors des cérémonies, il ne serait pas lu en public, ni ses informations récitées à voix haute comme cela pouvait être le cas pour les listes de morts72.

  • 73  BnF, ms. lat. 17741, fol. 8r : Obitus triplex annalis pro magistro Dyonisio de Collatoriis, quonda (...)
  • 74  BnF, ms. lat. 17741, fol. 16r : Fundavitque idem thesaurarius processiones que fiunt ad fontes In (...)

62Nous n’avons malheureusement pas, pour les obituaires de la Sainte-Chapelle, d’information exacte sur leur lieu de conservation dans l’édifice royal ni sur leur usage concret. Néanmoins, certains textes d’obits détaillent les modalités selon lesquelles les obits doivent être célébrés. C’est le cas par exemple de l’obit de Denis de Coulours, mort en 1383, aumônier de Charles VI et chanoine de la Sainte-Chapelle, qui précise vouloir une procession73. Un autre fondateur, Clément Parvi, mort en 1399 et trésorier de la Sainte-Chapelle, a fait une demande plus détaillée. Il souhaite que des processions se déroulent en son nom le jour de la vigile pascale et les huit jours qui suivent, aux matines et aux vêpres, et donne la liste des chants à entonner74.

63Ces éléments ne confèrent pas à l’obituaire un caractère à proprement parler liturgique, mais ils permettent aux chanoines de célébrer l’obit selon les vœux des fondateurs et l’inscrivent comme une source pour la connaissance des spécificités de certains rites. S’il ne faut pas considérer l’obituaire comme un livre au contenu liturgique dans le sens où il n’est pas lu lors des cérémonies, il semble qu’il se situe à la marge des cérémonies dédiées à la mémoire des morts. Il peut servir en certaines occasions comme support, nécessaire à l’organisation de cérémonies sortant de l’ordinaire, et participe indirectement à la liturgie des morts. S’il n’est pas lu en public, il est au moins consulté et reste le recueil des noms des personnes dont l’âme doit être célébrée. Par son intermédiaire, l’individu laisse son empreinte en faisant des demandes spécifiques pour la célébration, une procession, en y joignant ses parents, ses amis, etc. Comme pour les données d’ordre économique, les détails concernant la célébration sont très fragmentaires d’un texte d’obit à l’autre. L’obituaire est là encore le témoin plus que l’acteur d’une pratique.

64La mise en forme de l’obituaire ne laisse finalement que peu de place aux informations d’ordre comptable ou liturgique. Les méthodes d’écriture employées dans les obituaires de la Sainte-Chapelle montrent bien en revanche que leur objectif premier est de compiler, dans une même ossature constituée autour du calendrier, des informations variées dans leur contenu. De ce point de vue, la meilleure manière de catégoriser l’obituaire semble donc de le détacher des considérations économiques ou liturgiques pour le considérer comme un instrument d’administration mémorielle, écrit indispensable à l’organisation rationnelle de la pratique de l’obit dans le temps.

65Ces trois études de cas illustrent le rôle joué par l’écrit dans l’administration de la Sainte-Chapelle de Paris. Les pratiques documentaires y participent ainsi à l’appropriation du patrimoine institutionnel. La gestion des archives permet de structurer intellectuellement le patrimoine écrit et, à travers lui, le patrimoine foncier, tandis que la pratique des vidimus semble essentielle pour légitimer la propriété des biens auprès des différentes autorités. La rédaction du cartulaire de la Sainte-Chapelle par Jean Mortis accompagne l’encadrement d’une institution à une époque de forte instabilité. L’élaboration d’obituaires est indispensable à la rationalisation de la gestion des obits, en uniformisant leur énonciation et en les insérant dans un cadre temporel strict.

66Le choix de l’écrit pour ces différentes opérations d’administration confirme le rôle stratégique de celui-ci. La force de l’écrit est de permettre l’inscription dans le temps pour rationaliser une pratique, définir des rôles, établir des droits. L’écrit est ainsi, à la Sainte-Chapelle de Paris comme dans d’autres établissements, l’élément essentiel de la construction institutionnelle et mémorielle. Le basculement de la place de la Sainte-Chapelle dans le paysage parisien au xve siècle, qui se manifeste notamment par sa perte d’influence dans la sphère royale, conduit à une reformulation de sa mémoire institutionnelle, qui a probablement conduit à la production de la documentation qui a été étudiée ici. À travers elle, la Sainte-Chapelle de Paris entendait ainsi se doter d’une mémoire renouvelée et réaffirmée.

Notes

1  François Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire entre les xiie et xiiie siècles », dans Natacha Coquery, François Menant, Florence Weber (dir.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2006, p. 33-50, ici p. 35.

2  Paris, Archives nationales (désormais AN), L618 no 2.

3  Paris, AN, L618 no 2 et 3. Alexandre Vidier, « Notes et documents sur le personnel, les biens et l’administration de la Sainte-Chapelle, du xiiie au xve siècle », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France, 28, 1901, p. 213-383, p. 221.

4  L’analogie entre la couronne du Christ et la couronne royale a fait l’objet d’une étude de Chiari Mercuri, Corona di Cristo, corona di re. La monarchia francese e la corona di spine nel Medioevo, Rome, Ed. di Storia e Letteratura, 2004.

5  Jean-Michel Leniaud, Françoise Perrot, La Sainte Chapelle, Paris, Nathan, 1991, p. 65.

6  Étienne Anheim, « La chapelle du roi de France du milieu du xiiie à la fin du xive siècle », dans Bruno Laurioux, Murielle Gaude-Ferragu, Jacques Paviot (dir.), La cour du prince. Cour de France, cours d’Europe, xiie-xve siècle, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 399-415.

7  Vidier, « Notes et documents sur le personnel… », art. cité ; Id., « Le trésor de la Sainte Chapelle. Inventaires », Mémoire de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile de France, 34, 1907, p. 199-324.

8  Citons par exemple les travaux de Claudine Billot, Les saintes chapelles royales et princières, Paris, Éditions du Patrimoine, 1998, et ead., « Le collège des chanoines de la Sainte-Chapelle de Paris (1248-1550) » dans Jean-Philippe Genet, Günther Lottes (dir.), L’État moderne et les élites. xiiie-xviiie siècle. Apports et limites de la méthode prosopographique, Actes du colloque international CNRS-Paris 1, 16-19 octobre 1991, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 291-307. Citons également Christine Hediger (dir.), La Sainte-Chapelle de Paris. Royaume de France ou Jérusalem céleste ? Actes du Colloque, Paris, Collège de France, 2001, Turnhout, Brepols, 2007.

9  Voir les travaux coordonnés par David Fiala, Vasco Zara et Étienne Anheim dans le cadre du projet ANR 2010-2012, « Musique et musiciens dans les saintes-chapelles ». C’est dans le cadre de ce projet que se situe la présente communication.

10  Séries H, KK, L, LL, S.

11  Cette partie est issue de mon mémoire de recherche : Alisée Rosa, La gestion du temporel de la Sainte-Chapelle de Paris à travers les archives de la série S des Archives nationales, mémoire de master 1 dirigé par Pierre Chastang et Étienne Anheim, université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2013.

12  Léopold Delisle, « Notice sur les biens de la Sainte-Chapelle en Normandie », Mémoires de la société des Antiquaires de Normandie, 2e sér., 7, 1847, p. 297-320.

13  Vidier, « Notes et documents sur le personnel… », art. cité.

14  Pour un bilan historiographique de ces renouvellements, voir par exemple Pierre Chastang, « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », Annales. Histoire, sciences sociales, 63/2, 2008, p. 245-270 ; et Id., « L’archéologie du texte médiéval : méthodes et enjeux pour l’historien », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, [en ligne], hors-série no 2, 2008 (http://cem.revues.org/8702, consulté le 16 mars 2017).

15  Actuellement Féricy, comm. du cant. de Nangis, Seine-et-Marne. La série S des Archives nationales, dite « Biens des établissements religieux supprimés », rassemble la partie domaniale des archives des établissements religieux supprimés à la Révolution française, d’où un cadre de classement majoritairement topographique.

16  La remarque, formulée par exemple par Françoise Gasparri pour le xiie siècle, est toujours valable à la fin du Moyen Âge : Françoise Gasparri, « Introduction », dans ead. (dir.), Le xiie siècle. Mutations et renouveau en France dans la première moitié du xiie siècle, Paris, Le Léopard d’or, 1994, p. 11-31.

17  Parmi les études qui se multiplient sur les chartriers ecclésiastiques, on peut citer : Emmanuel Poulle, « Classement et cotation des chartriers au Moyen Age », Scriptorium, 50, 1996, p. 345-355 ; Olivier Guyotjeannin, « La science des archives à Saint-Denis (fin xiiie-début xvie siècles) » dans Françoise Autrand, Claude Gauvard, Jean-Marie Moeglin (dir.), Saint Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 339-353 ; Paul Bertrand, « De l’art de plier les chartes en quatre. Pour une étude des pliages de chartes médiévales à des fins de conservation et de classement », Gazette du livre médiéval, 40, 2002, p. 25-35 ; Sébastien Barret, La mémoire et l’écrit. L’abbaye de Cluny et ses archives (xe-xviiie siècle), Münster, Lit, 2004, notamment p. 123 à 135.

18  Paris, AN S958 no 162/7 : […] pour la vente perpetuelle de neuf arpens de terre assises ou terroir dudit Fericy assez prés de l’ostel desdiz tresorier et chanoines, lequelx ledit escuyer […].

19  L’arrêt est édité par Sauveur-Jérôme Morand, Histoire de la Sainte-Chapelle royale du palais, Paris, Clousier, 1790, p. 231-232 : […]que les Archives de la Sainte-Chapelle seront fermées sous deux serrures et deux clefs différentes, dont l’une sera entre les mains du Trésorier, et l’autre entre les mains d’un Chanoine nommé, à la pluralité des voix, par les Trésorier et Chanoines, pour la garde des Archives ; […] que les Trésorier et Chanoine commis à la garde des Archives seront tenus de les ouvrir toutes les fois qu’ils en seront requis, en rapportant néanmoins par ceux qui le requéreront [sic] une permission de l’Assemblée des Trésorier et Chanoines […] ; que le Chanoine commis à la garde des Archives tiendra un registre exact […] sur lequel il inscrira tous les titres et papiers qui sont et seront mis dans lesdites Archives […].

20  Poulle, « Classement et cotation… », art. cité.

21  Henri-François Delaborde, « Étude sur la constitution du Trésor des chartes et sur les origines de la série des Sacs dite aujourd’hui Supplément du Trésor des chartes », dans Id. (dir.), Layettes du Trésor des chartes, t. V, Ancienne série des Sacs dite aujourd’hui Supplément, Paris, Plon-Nourrit, 1909, p. i-ccxxiv, voir p. LXXV. Voir aussi Olivier Guyotjeannin, « Les méthodes de travail des archivistes du roi de France (fin xiiie-début xvie siècle) », Archiv für Diplomatik, 42, 1996, p. 295-273.

22  À savoir les cartons S958 et S951A. Le carton S957B ne contenait pas de pièces cotées.

23  Une exception cependant : le vidimus S958 162/15, dont l’original est perdu et qui copie un titre d’achat de fief. L’original a pu être perdu très tôt ou endommagé, le vidimus prenant sa place, y compris dans le système de cotation.

24  Poulle, « Classement et cotation des chartriers au Moyen Âge », art. cité.

25  On estime pour l’instant cette cotation de la fin du xive siècle.

26  Comme dans d’autres institutions, les chanoines récupèrent, en même temps que le bien, la documentation antérieure le concernant, ce qui leur permet, en gardant les traces de l’historique du bien, de confirmer juridiquement leurs droits. Voir les remarques de Paul Bertrand sur la formation des chartriers des mendiants : Paul Bertrand, Commerce avec dame Pauvreté. Structures et fonctions des couvents mendiants à Liège (xiiie-xive siècles), Liège, Droz, 2004, surtout p. 394 et suiv.

27  Un vidimus est un « acte par lequel une autorité atteste sous son sceau avoir vu un acte antérieur ayant tous les caractères de l’authenticité, en décrit éventuellement les caractères externes (et notamment le sceau et ses attaches) et en reproduit intégralement le texte sans en rien modifier afin de donner authenticité au document ainsi transcrit », María Milagros Cárcel Ortí (éd.), Vocabulaire international de la diplomatique, 2e éd., Valence, Universitat de València, 1997, p. 34. Voir également la version en ligne : http://www.cei.lmu.de/VID/.

28  Paris, AN, S958 no 162/8, no 162/15, no 164/15, no 164/25, no 164/30 et no 166/3.

29  Il s’agit de prévôtés de la Brie, territoire dans lequel se situe Féricy.

30  Le document S958 no 164/15 a été rédigé en 1477 et vidimé en 1496, le S958 no 164/30 en 1496 et vidimé en 1500.

31  Vidimus en 1496 de la constitution de rente de 1477 (S958 no 164/15), puis vidimus en 1500 de l’acte d’échange de 1496 (S958 no 164/30).

32  Christophe Boucheron, Pratiques de l’écrit à la fin du Moyen Âge, étude du cartulaire de la Sainte-Chapelle rédigée en 1457 par le chanoine Jean Mortis, mémoire de master 2 dirigé par Pierre Chastang, Étienne Anheim, université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2011.

33  Le premier à en éditer des extraits, Jacques Du Breul, le présente comme l’« abrégé de tout l’état de la Sainte-Chapelle » (Jacques Du Breul, Le théâtre des antiquitez de Paris où est traicté de la fondation des églises et chapelles de la cité, université, ville, et diocèse de Paris, comme aussi de l’institution du Parlement, fondation de l’université, et collèges, et autres choses remarquables, Paris, Pierre Chevalier, 1612, p. 139 et suiv.). Il reprend ainsi partiellement le titre qui est donné par Mortis lui-même en tête de son registre (voir infra). On le retrouve comme « répertoire de l’an 1457 et déclaration abrégée de tout l’état de la Sainte-Chapelle » en 1680 (Extraits fidels et authentiques des plusieurs chartres, titres, et arrests, dont messire Claude Auvry conseiller du roi en ses conseils, et ancien eveque de Constance, se sert pour faire voir en sa qualité de tresorier de la Sainte-Chapelle de Paris, les Droits de Superiorité, d’Authorité, et la pleine et entiere juridiction qu’il a dans la Sainte-Chapelle Royale du Palais a Paris et dependances, Paris, J. Langlois, 1680) ou encore, de manière encore plus concise comme un estat fort instructif dans Michel Félibien, Histoire de la ville de Paris, composée par D. Michel Félibien et revue, augmentée et mise au jour par D. Guy-Alexis Lobineau, Paris, G. Desprez et J. Dessessartz, 1725, vol. 1, p. 308. Marie Bobillier, sous le pseudonyme de Michel Brenet, le désigne comme « mémoire du chanoine Jean Mortis » (Les musiciens de la Sainte-Chapelle du Palais. Documents inédits, recueillis et annotés par Michel Brenet, Paris, A. Picard et fils, 1910, p. 7).

34  Il était également conseiller au Parlement de Paris et notaire et secrétaire du roi (Paris, AN, LL630, Gilles Dongois, Mémoires pour servir à l’histoire de la Sainte-Chapelle du palais royal à Paris, revus et mis en ordre par l’abbé du Tronchay, xviiie siècle. Pour une étude prosopographique des membres du collège de la Sainte-Chapelle, voir Billot, « Le collège des chanoines… », art. cité.

35  Ces informations sont disponibles en recoupant le testament de Jean Mortis, BnF, nouv. acq. lat. 184 avec des éléments contenus dans le registre étudié ici, Paris, AN, LL628.

36 Il est d’ailleurs intéressant de ce point de vue de noter que ce manuscrit n’est pas référencé dans la base CartulR de l’IRHT. Un cartulaire est un « recueil de copies de ses propres documents établi par une personne physique ou morale, qui, dans un volume ou plus rarement dans un rouleau, transcrit ou fait transcrire intégralement ou parfois en extraits, des titres relatifs à ses biens et à ses droits et des documents concernant son histoire ou son administration, pour en assurer la conservation et en faciliter la consultation » (Cárcel Ortí [éd.], Vocabulaire international de diplomatique, op. cit., p. 36).

37  L’importance de ce registre est manifeste au vu des multiples copies dont il a fait l’objet au fil des siècles, copies dont il nous reste quelques exemplaires. Le manuscrit LL627, actuellement conservé au musée de l’Histoire de France sous la cote AE II 513, est une copie contemporaine de LL628, désignée comme « livre et double original » conservé par la communauté des six chapelains perpétuels de la Sainte-Chapelle de Paris. Il y est précisé que ce sont les trésorier et chanoines de la Sainte-Chapelle qui ont « par devers eux et en leur possession l’original écrit en parchemin du présent livre et répertoire ». C’est sans doute à Pierre Mortis, chapelain perpétuel de la chapelle de Saint-Jean l’Évangéliste au xve siècle et frère de Jean Mortis, que l’on doit cette copie. Dans ce manuscrit sont également mentionnées deux copies du xviie siècle, possédée l’une par le trésorier Claude Auvry, l’autre par le chanoine du Tronchay en 1675. Ce dernier remet sa copie aux archives de la Sainte-Chapelle ; elle est aujourd’hui conservée aux Archives nationales, sous la cote S972* 1. Cette copie avait été produite par le chantre Louis Delahaye après son élection à la chantrerie en 1624. Premier chapelain perpétuel à être élu chantre au lieu d’un chanoine – alors que depuis 1405, seul un chanoine pouvait être élu chantre –, sa possession d’un tel registre sert à l’évidence à renforcer ses droits et sa légitimité face à la communauté. On conserve enfin une copie du xviiie siècle, anciennement LL629 des Archives nationales, aujourd’hui à la BnF sous la cote nouv. acq. fr. 2049. Dans Les musiciens de la Sainte-Chapelle du Palais, Marie Bobillier signale également une copie du xixe siècle, conservée à la Bibliothèque historique de la ville de Paris sous la cote ms. 26828 (Brenet, Les musiciens de la Sainte-Chapelle, op. cit., p. 7). Cette cote est cependant actuellement introuvable dans cette bibliothèque. Ces différentes versions du registre ont été abondamment utilisées dans l’historiographie moderne sur la Sainte-Chapelle, dans le travail de Jacques du Breul (Le théâtre des antiquitez, op. cit., p. 139 et suiv.), dans celui du trésorier Auvry en conflit avec le chantre en 1680 (Extraits fidels et authentiques, op. cit.) ou encore plus tardivement dans l’Histoire de la Sainte-Chapelle royale du palais de Sauveur-Jérôme Morand (op. cit.).

38  Acte de fondation de la toute première chapelle en 1154, acte de fondation de 1245, don des reliques de la sainte Croix et de la Couronne d’épines par l’empereur de Constantinople Baudouin au roi de France en 1247 pour les plus importants. On y trouve également un certain nombre d’actes fondant le temporel de l’institution par rapport à celui d’autres institutions.

39  La transcription des originaux est ici reprise de l’édition de Morand, Histoire de la Sainte-Chapelle, op. cit., p. 14-15 pour l’acte de 1270 et p. 72-74 pour l’acte de 1407.

40  Néanmoins, le Parlement de Paris reste jusqu’à l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 l’un des bastions du latin au sein de l’administration royale parisienne. Les arrêts jugés sont intégralement rédigés en latin, le français étant réservé aux plaidoiries et aux comptes-rendus des réunions du Parlement en conseil. Serge Lusignan, « La résistible ascension du vulgaire : persistance du latin et latinisation du français dans les chancelleries de France et d’Angleterre à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 117, 2005, p. 471-508. Sur le Parlement, p. 478.

41  Dans son répertoire des sources de l’histoire de France, Auguste Molinier repère d’ailleurs le registre de Jean Mortis sous le titre « Histoire de la Sainte-Chapelle des origines à 1457 ». Auguste Molinier, Les sources de l’histoire de France. Des origines aux guerres d’Italie (1494), t. II, Époque féodale, les Capétiens jusqu’en 1180, Paris, A. Picard et fils, 1902, p. 25.

42  Aucune trace de commanditaire n’a été trouvée.

43  Paris, AN, LL628, fol. 79.

44  L’attribution de l’office de chantre à un chanoine n’était alors pas obligatoire, aucun règlement n’en ayant établi la nécessité.

45  Paris, AN, LL630, Dongois, Mémoires pour servir à l’histoire de la Sainte-Chapelle, op. cit., p. 294-295.

46  Ibid., p. 296-297.

47  Paris, AN, LL628, fol. 106.

48  La question de l’auctoritas dans les cartulaires a été posée pour le haut Moyen Âge : Patrick J. Geary, « Auctor et auctoritas dans les cartulaires du haut Moyen Âge », dans Michel Zimmermann (dir.),Auctor et Auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, Actes du colloque tenu à l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (14-16 juin 1999), Paris, École des chartes, 2001, p. 61-71. Elle se pose avec plus d’acuité encore dans le cadre du travail de Mortis, à une époque d’émergence de formes d’individualités nouvelles. Sur cette question, voir Brigitte Bedos-Rezak, Dominique Iogna-Prat (dir.), L’individu au Moyen Âge. Individuation et individualisation avant la modernité, Paris, Aubier, 2005.

49  Vianney Petit, La documentation nécrologique de la Sainte-Chapelle de Paris (xive -xvie siècle). Gestion et structuration du salut : écrit, personnes, institutions, mémoire de master 2 dirigé par Pierre Chastang et Étienne Anheim, université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2014.

50  Nicolas Huyghebaert, Les documents nécrologiques, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Age occidental, 4), 1972.

51  Le terme « économie » est entendu ici comme l’ensemble des activités relatives aux échanges de services mortuaires avec contrepartie financière et la pratique comptable associée.

52  Mention dans l’obituaire conservé à la Bibliothèque nationale : Et le quel livre est double. Et est ce present livre le double du nouvel livre des obits ou anniversaires de ceste Saincte Chapelle seulement. Et [non pas] le double de l’ancien livre des obits ou anniversaires d’icelle Saincte Chapelle (ms. lat. 17741, feuillet no 1).

53  Jacques Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 1980.

54  BnF, ms. lat. 17741.

55  En moyenne 5 à 6 demandes par an d’obits venant de personnes différentes.

56  BnF, ms. lat. 17741, fol. 2, 6, 10, 14, 18, 22, 26, 30, 34, 36, 38, 42, 46.

57  Comparés à d’autres obituaires, ceux de la Sainte-Chapelle ont, avec environ un siècle d’activité, des durées d’utilisation assez courtes. Par exemple, l’obituaire de la collégiale Notre-Dame de Roncevaux, commencé au milieu du xiiieet utilisé jusqu’au milieu du xixe siècle, a eu une période d’utilisation bien plus longue (Jean-Loup Lemaitre, Répertoire des documents nécrologiques français. Supplément, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 1987, p. 136-137, no 3294).

58  BnF, ms. lat. 17741, fol. 28v : texte de fondation d’obit par J. Belleau (mort en 1583).

59  La dernière mention est pour l’obit de Bernard de Fortias, mort en 1695 (Bibliothèque Mazarine, ms. 3339, fol. 45v).

60  La diminution du nombre d’inscriptions dans les deux obituaires au fil du temps s’explique par le recul généralisé de la pratique de l’obit durant la période moderne.

61  Exemple : BnF, ms. lat. 17741, fol. 13r : le jour du sept des calendes de mars a été décalé vers le bas pour laisser place au texte d’obit de Jean Fournier (ajout du xvie siècle).

62  Pour l’obituaire de la Mazarine, une étude codicologique montre que les feuillets 13 à 16 ne sont pas d’origine. Ils constituent un binion dans lequel est décrite la célébration pascale.

63  Jean-Loup Lemaître, « Liber capituli. Le livre du chapitre, des origines au xvie siècle. L’exemple français », dans Karl Schmid, Joachim Wollasch (dir.), Memoria. Der geschichtliche Zeugniswert des liturgischen Gedenkens im Mittelalter, Munich, W. Fink (Münstersche Mittelalter-Schriften, 48), 1984, p. 625-648, ici p. 637.

64  BnF, ms. lat. 17741.

65  Exemple : Obitus triplex magistri Roberti Cordelle, sacre Capelle canonici qui legavit dicte sacre Capelle quandam domam, quam noviter fecerat edificari in Sancto Germano de Pratis prope Parisius, cum uno parvo orto satis prope illam domum situato, non erat tamen domus ista tota perfecta, BnF, ms. lat. 17741, fol. 15v.

66  D’autres obituaires incluant des « livres de distribution » sont plus proches de documents comptables. Par exemple : Obituaire et livre de distribution de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges (xve siècle), recensé p. 1051-1052 dans Jean-Loup Lemaître, Répertoire des documents nécrologiques français, Paris, Imprimerie nationale/Klincksieck, 1980, t. 2.

67  Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà…, op. cit. Dans cet ouvrage, J. Chiffoleau n’accorde d’ailleurs que peu de place aux obituaires pour étudier le caractère économique de la mort. Il privilégie pour ce faire les sources testamentaires.

68  Véronique Julerot, s. v. « Obituaires », site Ménestrel, 24 juillet 2013 (http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique1709&lang=fr, consulté le 16 mars 2017).

69  Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà…, op. cit., p. 339.

70  Éric Palazzo, dans son Histoire des livres liturgiques. Le Moyen Âge, des origines au xiiie siècle, Paris, Beauchesne, 1993, consacre une partie aux livres de l’office de prime au chapitre (p. 173-179, dont p. 178-179 sur le nécrologe et l’obituaire).

71  Lemaitre, « Liber capituli… », art. cité, p. 637.

72  Les rouleaux des morts puis les nécrologes qui les ont suivis avaient leur place lors des célébrations liturgiques. Ils étaient liés à la célébration de l’office de prime durant lequel étaient lues les listes de morts dans le cadre de la commémoration des défunts. C’est avec la fondation de messes que ces lectures disparaissent puisque, au lieu de commémorer le défunt au moment des lectures à l’office de prime, on célèbre une messe pour le défunt à sa seule intention (Palazzo, Histoire des livres liturgiques…, op. cit., p. 178-179).

73  BnF, ms. lat. 17741, fol. 8r : Obitus triplex annalis pro magistro Dyonisio de Collatoriis, quondam regis Karoli sexti elemosinario istiusque sacre Capelle canonico, qui fundavit duodecim anniversaria dupplicia que fiunt et signantur in presenti martirologio circa medium cujuslibet mensis, una cum xxiiii processionibus festivitatum solennium.

74  BnF, ms. lat. 17741, fol. 16r : Fundavitque idem thesaurarius processiones que fiunt ad fontes In vigila pasche, et per octo dies sequentes una cum matutinis et vesperis […]. Et clericus totidem. pro quo fundatore eiusque benefactoribus et amicis in ipsarum matutinarum et vesperarum fine dicetur voce submissa. ps. de profundis. cum orationibus. Deus qui inter apostolicos et. fidelium.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Cote médiévale de l’acte S958 no 162/15 (1400)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Figure 2 : Exemple de la mise en page du cartulaire de Jean Mortis, Paris, Archives nationales, LL628, fol. 2v
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 713k

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540