Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Administrer par l’écrit au Moyen Âge

 | 
Harmony Dewez
, 
Lucie Tryoen

Troisième partie. L'administration de l'écrit

Des archives aux cartulaires

L’administration de l’écrit au chapitre de Notre-Dame de Paris (xiie-xiiie siècles)

Lucie Tryoen

Texte intégral

  • 1  La première date correspond à la réforme de Metz, la seconde au concile de la cathédrale Saint-Éti (...)
  • 2  52 canonicats pour Louis Tanon, Histoire des justices des anciennes églises et communautés monasti (...)
  • 3  Sicard, « Messieurs et Chapitre de Notre-Dame », art. cité, p. 391.

1Fondé entre 754 et 8291, le chapitre de Notre-Dame de Paris est au xiie siècle la première des communautés séculières de la ville de Paris avec 51 canonicats, dont huit dignités, chacun lié à une prébende, une demi-prébende ou une double prébende2. Relevant directement de la papauté du fait d’une exemption maintes fois confirmée3, le chapitre s’impose peu à peu aux xiie et xiiie siècles comme une institution indépendante de l’évêque, disposant de sa propre juridiction, de son propre patrimoine et de ses propres écrits. La politique scripturaire menée par le chapitre de Paris pendant ces deux siècles témoigne en effet d’une indépendance croissante face à la figure concurrente de l’évêque. De la gestion des originaux à la compilation de cartulaires, l’administration de l’écrit, indispensable pour le maintien et la défense des droits du chapitre, peut être analysée comme un outil d’affirmation institutionnelle.

  • 4  Tous trois sont conservés aux Archives nationales à Paris (désormais Paris, AN). Chronologiquement (...)
  • 5  Environ 1 700 actes originaux antérieurs à 1284, appartenant à l’ancien chartrier du chapitre, ont (...)
  • 6  Philippe Loupès, « Richesse des fonds capitulaires et possibilités d’exploitation » dans La France (...)
  • 7  Pour une étude précise des trois cartulaires, je me permets de renvoyer à mon mémoire : Lucie Tryo (...)

2Si l’on ignore aujourd’hui presque tout des modalités de conservation des archives à Notre-Dame de Paris aux siècles qui nous occupent, l’existence de trois cartulaires4 et la transmission de nombreux originaux jusqu’à notre époque5 témoignent de l’attention portée par le chapitre à leur conservation. Les cartulaires, en tant qu’outil majeur de mise en ordre et de réappropriation des fonds6, retiendront particulièrement notre attention ici, et plus spécifiquement les deux premiers cartulaires du chapitre : le Livre Noir et le Petit Pastoral, dont la rédaction nous permettra de mieux connaître deux périodes charnières dans la construction institutionnelle et symbolique du chapitre de Paris7.

  • 8  Sont exclus de ce compte les ajouts postérieurs.

3Le Livre Noir est le plus ancien ; c’est un manuscrit de 28,5 × 17,5 cm, écrit intégralement sur parchemin et comprenant 213 folios. Il se compose de 28 cahiers, qui sont majoritairement des quaternions réguliers. Il s’agit d’un manuscrit hétérogène, rédigé par plusieurs mains successives, en plusieurs campagnes, depuis la rédaction primaire des années 1120 jusqu’au début des années 1230. Des cahiers supplémentaires ont ainsi petit à petit été ajoutés au manuscrit initial. L’ensemble comprend environ 285 actes, exclusivement en latin8.

  • 9  Même remarque que pour le Livre Noir, les ajouts ont été exclus de ces remarques.

4Le deuxième cartulaire, connu sous le nom de Petit Pastoral, est un manuscrit d’environ 34 × 24 cm, lui aussi écrit intégralement sur parchemin. Il comporte 201 folios, répartis en 16 cahiers, pour l’essentiel des sénions. L’ensemble du cartulaire, très homogène, a été copié par une seule main en 1237. La présence d’initiales ornées, d’initiales filigranées de belle facture et de quelques éléments graphiques témoigne d’un soin particulier dans l’exécution. Le cartulaire contient environ 276 actes, à nouveau exclusivement en latin9.

5L’analyse de ces deux cartulaires et des pratiques documentaires qu’ils illustrent nous servira de support à l’exploration des enjeux institutionnels qu’affronte le chapitre au cours des xiie et xiiie siècles. Nous aborderons d’abord le xiie siècle, puis les années 1230, avant de nous intéresser dans une dernière partie aux outils archivistiques de gestion de l’écrit et à leur portée à la fois pragmatique et mémorielle.

Le xiie siècle : le chapitre face à l’évêque

6Pour le chapitre de Notre-Dame de Paris, le grand enjeu du xiie siècle est d’acquérir son autonomie vis-à-vis de la tutelle de l’évêque. C’est dans cette optique qu’il faut comprendre la rédaction du Livre Noir, qui s’accompagne d’un dédoublement de la documentation.

Un contexte institutionnel instable

  • 10  Sur le mouvement de régularisation des chapitres, voir la première synthèse de Dom Jean Becquet, « (...)
  • 11  Les éclaircissements sur ce contexte trouble nous ont été apportés par M. Atsushi Okazaki lors de (...)

7Les années 1120 sont un moment de forte tension dans l’histoire institutionnelle du chapitre. En 1124, face à l’avènement d’Étienne de Senlis, évêque réformateur, le chapitre se bat pour la conservation de son statut séculier. La disgrâce d’Étienne de Garlande, figure essentielle de la défense du sécularisme, et l’influence grandissante de Suger auprès du roi de France accroissent l’emprise du parti favorable à la régularisation des chapitres, position qui semble avoir connu de fortes oppositions au sein du chapitre de Paris10. L’évêque suivant, qui sera consacré en 1144, ne réduit pas la fracture entre évêque et chapitre : Thibault, ancien prieur de Saint-Martin-des-Champs, est très probablement imposé à l’Église de Paris par des influences extérieures11.

8Cette querelle est l’occasion d’une reconfiguration institutionnelle des droits du chapitre face à l’évêque. Plusieurs actes témoignent de ce renouveau et de l’affirmation du chapitre comme pouvoir indépendant.

  • 12  Guérard, Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, op. cit., t. I, p. 28, no 8.
  • 13  Acte 101 du Livre Noir et acte 112 du Petit Pastoral. Édition : ibid., t. I, p. 338-340, no 32.
  • 14  Plusieurs points sont abordés dans cette notice, notamment les modalités de punition des chanoines (...)

9En 1127, au moment où les conflits atteignent leur paroxysme, un accord entre l’évêque Étienne de Senlis et l’archidiacre Thibault est passé devant trois cardinaux délégués par le pape12 : le différend concerne le contrôle des églises paroissiales et la capacité de l’archidiacre de désigner des prêtres dans les abbayes du diocèse. L’accord tranche en faveur de l’évêque. Un autre acte, recopié dans le Livre Noir, puis dans le Petit Pastoral, relate le règlement d’un conflit entre l’évêque Étienne de Senlis et le chapitre de Paris vers 112713. La notice revient sur les attributions des chanoines, leurs droits et devoirs dans un souci de pacification des relations14.

  • 15  Guérard, Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, op. cit., t. I, p. 34, no 19.
  • 16  Ibid., t. I, p. 45, no 34.
  • 17  Ces bulles sont connues par leur copie dans le cartulaire de l’évêque (Paris, BnF, ms. lat. 5526, (...)

10Si l’élection en 1159 de Pierre de Lombard, chanoine théologien de l’Église de Paris, normalise les relations, la rupture est consommée et la même démarche de définition des droits de chacun des deux pouvoirs se poursuit jusqu’à la fin du xiie siècle. De multiples accords sont rédigés suite à des conflits entre évêque et chapitre : en 1170, une charte de Guillaume, archevêque de Sens, encadre la question des revenus du doyen de Paris, lorsque le siège est vacant15. En 1191, le chapitre reconnaît la tutelle de l’évêque sur l’église Saint-Éxupère de Corbeil16.La réaffirmation du pouvoir de l’évêque passe également par un ensemble de bulles confirmant les églises relevant de l’évêque de Paris en 1137, 1144, 1147, 1188 et 119617.

  • 18  Il est très intéressant de noter qu’elle va de pair avec le développement d’une diplomatique capit (...)
  • 19  La même logique de gestion canoniale du patrimoine est à l’œuvre dans l’administration de la mense (...)

11C’est dans ce contexte de reconfiguration des relations institutionnelles entre l’évêque et le chapitre que l’on assiste à la mise en place d’une gestion canoniale des archives18. Les patrimoines canoniaux, parmi lesquels le patrimoine écrit, sont de plus en plus gérés par le chapitre, indépendamment de celui de l’évêque19.

Figure 1 : Chronologie de rédaction du Livre Noir

Figure 1 : Chronologie de rédaction du Livre Noir

La rédaction du Livre Noir

12Comme on l’a précisé en introduction, la rédaction du Livre Noir a été commencée au début des années 1120, puis des actes ont été successivement ajoutés au cartulaire initial au fil des xiie et xiiie siècles, jusqu’au milieu des années 1230 environ.

  • 20  Changements de main, d’encre, de réglure, de rhétorique visuelle avec présence ou non d’initiales, (...)

13Une étude précise de la matérialité du volume permet de dégager cinq phases successives dans la conception du manuscrit20.

  • 21  Cette remarque a été formulée par tous ceux qui se sont penchés sur ce manuscrit, depuis Benjamin (...)
  • 22  On pourrait penser par exemple à une transcription qui suivrait une répartition matérielle des arc (...)
  • 23  C’est le cas par exemple avec le cahier qui porte la signature VII, qui réunit 14 actes, tous conc (...)

14Sur l’ensemble du manuscrit, il est aujourd’hui difficile de retrouver une logique d’ensemble qui aurait guidé la transcription21. Si un ordre particulier a été suivi22, il faut admettre qu’il nous échappe, en dehors de quelques regroupements parfois signifiants23.

  • 24  Je tiens à remercier une nouvelle fois M. Atsushi Okazaki de m’avoir transmis la version écrite de (...)
  • 25  Le premier cartulaire de l’évêque connu est commencé bien plus tard, la partie diplomatique de ce (...)
  • 26  D’après Atsushi Okazaki, il s’agirait d’un faux, fabriqué en empruntant des expressions d’un acte (...)
  • 27  Les huit actes du premier cahier sont des bulles pontificales ou royales confirmant des ordonnance (...)
  • 28  Listes de biens du chapitre, actes concernant l’administration du temporel ou la gestion des biens (...)

15En revanche, ce manuscrit doit être compris comme le cartulaire du chapitre24. On assiste ici, dans la cathédrale de Paris, à la première réunion d’actes en un corpus documentaire propre au chapitre et géré par lui, indépendamment de celui de l’évêque25. La première charte du Livre Noir est, de façon significative, une bulle de Benoît VII confirmant la mense capitulaire26. Elle est suivie d’autres actes, pontificaux ou royaux, accordant des biens ou des droits au chapitre27. La première phase de rédaction réunit la quasi-totalité des actes antérieurs à 1100. Un grand nombre de pièces concernent spécifiquement le chapitre et ses droits propres, à l’exclusion de l’évêque28.

  • 29 Cette intertextualité se manifeste de plusieurs manières, et d’abord par la continuité visuelle d’u (...)
  • 30  Je reprends l’expression « rhétorique visuelle » aux travaux de Peter Rück et de la diplomatische (...)
  • 31  L’expression « organisation spatiographique » est de Béatrice Fraenkel, La signature. Genèse d’un (...)
  • 32  Sur la notion d’original et les autres étapes de la tradition documentaire, voir Olivier Guyotjean (...)

16Après une première phase de rédaction dans laquelle les documents sont mis en série dans une intertextualité propre au codex29, le manuscrit délaisse peu à peu la rhétorique visuelle30 du codex au profit d’une copie individuelle des actes reproduisant leur organisation spatiographique31, ce qui renforce la puissance du Livre Noir comme corpus d’« originaux » dans les mains du chapitre32.

17Le cartulaire n’est de ce point de vue pas le seul témoin de la stratégie documentaire mise en œuvre par le chapitre dans ce moment de basculement institutionnel.

Constituer un chartrier capitulaire : pseudo-originaux et copies figurées

  • 33  Françoise Gasparri s’est intéressée dès 1991 à cette pratique de copie et de fabrication de nouvea (...)
  • 34  Voir annexe 1 pour le détail de ces pièces.
  • 35  Atsushi Okazaki, dans le même esprit, a déjà fait remarquer que, sur les 19 actes antérieurs à l’a (...)

18De l’époque précédant la rédaction du Livre Noir date un ensemble de pièces – copies figurées et pseudo-originaux – réalisées par le chapitre sans doute en vue d’être intégrées dans leur chartrier en cours de constitution33. Tous les actes qui relèvent de cette problématique34 sont inclus dans la première phase de rédaction du Livre Noir, la majorité étant antérieurs à l’an 100035.

  • 36  Au moment de la Révolution française, la mise à disposition de la Nation des biens du clergé entra (...)
  • 37  Une copie figurée est une « copie dont l’auteur s’efforce de reproduire matériellement l’écriture (...)
  • 38  À l’exception de K17 no 5B, qui ne comprend pas le terme exemplar. Cet acte, pourvu de deux sceaux (...)
  • 39  Sauf pour K8 no 1bis qui n’est pas repris dans le cartulaire.
  • 40  Toutes sauf K21B no 7B, S435 (sans numéro), par la suite (s. n.), et K17 no 5B.
  • 41  Seuls les actes K8 no 1bis et S435 (s. n.) n’ont pas été rédigés par ce scribe.
  • 42  Il s’agit des actes du groupe 6 pour Notre-Dame de Paris (écriture de gros module et de gros calib (...)
  • 43  À nouveau, l’acte S435 (s. n.) se démarque, dont la mention dorsale est d’ailleurs graphiquement d (...)
  • 44  De la part de rois de France pour la plupart, mais aussi d’évêques de Paris, et un acte d’Étienne, (...)
  • 45  Pour deux de ces copies, on conserve même plusieurs exemplaires. C’est le cas de la charte du comt (...)
  • 46  L’éclatement du chartrier entre différentes séries des Archives nationales à la Révolution rend di (...)

19Parmi ces actes, onze, conservés sous forme de pièces isolées dans les séries L, K ou S des Archives nationales36, forment un ensemble homogène de copies figurées, caractérisées par l’emploi d’une écriture livresque37. Ces pièces ont été clairement identifiées comme des copies via l’apposition au dos du document d’une mention dorsale incluant le terme d’exemplar38. Cette identification des copies est reprise à l’identique dans les rubriques correspondantes du Livre Noir39, ce qui nous permet de rattacher à cet ensemble deux autres actes, dont la copie figurée est perdue aujourd’hui, mais qui ont été copiés dans le Livre Noir accompagnés de la mention d’exemplar. L’apposition de la mention dorsale est à n’en pas douter contemporaine de la copie de l’acte elle-même. Autant qu’il est possible d’en juger sur des échantillons aussi brefs, huit mentions dorsales semblent avoir été apposées par le même scribe40. Neuf des onze parchemins isolés ont été réalisés par le même scribe41. Celui-ci a déjà été identifié par Françoise Gasparri comme le rédacteur d’un petit groupe d’actes de Louis VI en faveur de Notre-Dame de Paris et d’un ensemble de documents intitulés du nom des évêques ou doyens de Paris, ce qui lui permet de rattacher ce scribe à la chancellerie capitulaire du xiie siècle42. Par ailleurs, à l’exception de l’un d’entre eux43, les actes qui voient la réalisation d’une copie figurée concernent des dons ou des confirmations pour l’Église de Paris44. Pour les douze copies identifiées et le néo-original, on conserve aujourd’hui dix des actes sur lesquels se sont appuyées ces copies45. Ces dix originaux paraissent bien avoir été conservés dans le chartrier capitulaire dès l’époque de la réalisation des exemplar46, y compris lorsque l’on est en présence d’exemplaires multiples avant le xiie siècle.

  • 47  Françoise Gasparri s’était déjà penchée sur cette pratique du dédoublement des actes. Elle disting (...)
  • 48  Cette distinction semble effective plus tard dans l’histoire archivistique du chapitre, comme je l (...)

20L’établissement d’une copie au début du xiie siècle pourrait ainsi se justifier par une séparation effective des actes entre chartrier capitulaire et chartrier épiscopal. Si l’hypothèse s’avère séduisante, rien ne permet de l’attester. L’hypothèse la plus crédible consiste dès lors à envisager ces copies figurées comme des exemplaires de conservation47. On assisterait peut-être à cette époque à un premier effort de distinction entre copie d’usage et copie de conservation qui pourrait correspondre à un dédoublement des lieux de stockage eux-mêmes entre archives courantes et futur « trésor » de la cathédrale48.

21Quoi qu’il en soit, le chapitre au début du xiie siècle fait réaliser des copies figurées des actes fondateurs de ses droits et de son patrimoine, ce qui témoigne du mécanisme de construction institutionnelle et mémorielle dans lequel il est alors engagé.

  • 49  Gasparri, « Remarques sur l’activité de la chancellerie… », art. cité, p. 250. Elle rattache néanm (...)
  • 50  On n’en retrouve nulle trace dans le chartrier de l’évêque, ni dans le cartulaire dont il se dote (...)
  • 51  Sauf L524 no 1, qui concerne néanmoins le chapitre puisque l’évêque de Paris, Énée, y concède une (...)
  • 52  Voir l’analyse de Gasparri, « Remarques sur l’activité de la chancellerie… », art. cité, p. 249, q (...)
  • 53  Sur le lien entre ces deux actes, voir le point 3 de la note 2 dans l’édition qu’en fait Robert de (...)
  • 54  Les diplomatistes qui se sont penchés sur ces chartes y voient au minimum des actes extrapolés, ré (...)

22Cette production de copies figurées est liée par ailleurs à la création de pseudo-originaux, par lesquels le chapitre assure également la défense de ses privilèges49. S’il est plus difficile de dater la réalisation de ces pseudo-originaux, ils devaient néanmoins être disponibles dans le chartrier capitulaire au début des années 1120, puisqu’ils ont été copiés dans la partie primitive du Livre Noir50. Là encore, tous concernent des donations ou confirmations de biens octroyés à l’Église de Paris51. Certains sont liés aux exemplaria : K19 no 2-7 concerne ainsi le don de l’autel de Larchant aux chanoines de la cathédrale, comme l’acte S305B no 1, copié par S302A no 452 ; la confirmation des biens et privilèges de l’Église de Paris par Louis le Pieux (K8 no 9) a sans doute été inspirée en partie par l’exemplar perdu copié dans le Livre Noir sous le numéro 4153. Enfin, deux des actes ayant fait l’objet d’une copie au début du xiie siècle sont suspects54.

23Le xiie siècle est donc incontestablement un moment clé dans la construction institutionnelle du chapitre. Dans ce contexte d’affirmation face à l’autorité épiscopale, les choix documentaires qui sont faits par le chapitre sont à la fois les outils et les témoins de son autonomisation. Rédaction d’un cartulaire, intégration de copies figurées et de pseudo-originaux dans un chartrier capitulaire probablement en cours de constitution sont autant de moyens pour construire une mémoire institutionnelle du chapitre, qui sert la défense de ses droits et de son patrimoine.

Les années 1230 : le chapitre face à ses archives

24Après ce premier siècle documentaire qui voit l’autonomisation du chapitre face à l’évêque, la fin des années 1230 représente un moment de basculement dans la gestion des archives. Le chapitre décide alors de la rédaction d’un second cartulaire que l’on connaît aujourd’hui sous l’appellation de Petit Pastoral. À travers un classement a priori assez traditionnel, le chapitre affirme ses droits face à la hiérarchie des autorités.

Au tournant des xiie et xiiie siècles : un âge d’or du chapitre

  • 55  On ne retrouve trace de conflits entre le chapitre et l’évêque qu’après l’avènement de l’évêque Ét (...)

25La fin du xiie siècle et le début du xiiie siècle correspondent à un moment de stabilité pour le chapitre de Paris. Après l’agitation du xiie siècle pendant laquelle le chapitre est parvenu à acquérir son indépendance, les relations avec l’évêque se normalisent55.

  • 56  On connaît ainsi la campagne menée par Pierre le Chantre contre la construction qui détourne l’Égl (...)
  • 57  À titre d’exemples : réglementation de l’office de chancelier en 1207 (Livre Noir, acte non numéro (...)

26Si la construction de la nouvelle cathédrale gothique a pu entraîner certaines tensions entre chapitre et évêque56, ces deux importants seigneurs ecclésiastiques défendent conjointement la place de l’Église de Paris dans le paysage parisien. Évêque et chapitre suscrivent ensemble des actes réglementant les fonctions du chancelier, instituant des fondations, encadrant l’espace cathédral ou réglant des conflits de juridiction avec d’autres institutions57.

  • 58  À la fin des années 1230, un conflit oppose le chapitre et le roi concernant la taille des sergent (...)
  • 59  Quelques exemples parmi bien d’autres : Pierre le Chantre est nommé par le pape Célestin III dans (...)
  • 60  Olivier Hanne, De Lothaire à Innocent III. L’ascension d’un clerc au xiie siècle, Aix-en-Provence, (...)

27Le chapitre est soutenu par la papauté dans la défense de ses droits58, une papauté qui recourt abondamment à des membres du chapitre comme juges délégués ou légats pontificaux59. Cette proximité pontificale avec la cathédrale s’explique en partie par la formation théologique dispensée au tournant de ces deux siècles à Paris, à laquelle le chapitre participe du fait des personnalités qui le composent. Lothaire de Segni, devenu pape sous le nom d’Innocent III en janvier 1198, a ainsi abondamment fréquenté le cloître de la cathédrale à la fin du xiie siècle pour suivre les enseignements de Pierre de Corbeil, chanoine de Paris. Il y côtoie sans doute également Pierre le Mangeur, chancelier de la cathédrale jusqu’en 1178, Pierre le Chantre, puis Pierre de Poitiers, chancelier entre 1193 et 120560.

  • 61  Néanmoins, après leur sacre à Reims, les rois rendent visite à Notre-Dame lors de leur première en (...)
  • 62  Notre-Dame de Paris accueille en revanche la veillée funèbre de saint Louis en 1271 avant son inhu (...)
  • 63  Victor Mortet, « Maurice de Sully, évêque de Paris (1160-1196). Étude sur l’administration épiscop (...)

28Enfin, ni cathédrale des sacres61, ni nécropole royale62, Notre-Dame de Paris jouit néanmoins d’une place particulière dans la vie des rois capétiens au tournant des xiie et xiiie siècles. C’est dans le nouveau palais épiscopal que Louis VII, malade, convoque l’assemblée générale des principaux seigneurs laïques et ecclésiastiques en 1179 pour associer au gouvernement le jeune prince Philippe, futur Philippe Auguste63.

  • 64  Sur l’enceinte de Philippe Auguste, voir Hélène Noizet, Étienne Lallau, « L’enceinte de Philippe A (...)
  • 65  Guérard, Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, op. cit., t. IV, p. 109-110.
  • 66  Voir également sur ces chapellenies ce qu’en dit Alain Erlande-Brandenburg, Le Roi est mort, op. c (...)
  • 67  Ces reliques furent déposées à l’église Saint-Étienne, puis portées à la nouvelle cathédrale le 4 (...)
  • 68  Gauvard et Laiter, Notre-Dame de Paris…, op. cit., p. 81.Cet attachement de Philippe Auguste à la (...)
  • 69  Chanoine du chapitre de Paris, élu évêque à la suite de Pierre de Nemours, il est déposé suite au (...)

29En ce début de siècle où Philippe Auguste entreprend de faire de Paris la capitale de son royaume, la ceignant d’imposantes murailles64, les libéralités de ce roi à l’égard de la cathédrale sont attestées par la notice qui lui est consacrée dans l’obituaire de l’Église de Paris65 : fondation de quatre chapellenies66, dotations pour des anniversaires, mais aussi don de reliques importantes (un fragment de la Vraie Croix, des cheveux de la Vierge, trois dents de saint Jean-Baptiste, un bras de saint André, des pierres de la lapidation de saint Étienne, un doigt de sainte Catherine, ainsi que la partie haute du chef de saint Denis67). Après le comte de Bretagne Geoffroi, fils du roi Henri II Plantagenêt, Philippe Auguste fait inhumer à Notre-Dame de Paris en 1189 sa première épouse, Isabelle de Hainaut68. Le chapitre cathédral a par ailleurs fourni à la royauté des conseillers tout au long des xiie et xiiie siècles parmi lesquels, à l’époque qui nous occupe ici, Gautier Cornut69.

  • 70  Des analyses approfondies de l’architecture de Notre-Dame ont permis de dégager les grandes phases (...)
  • 71  Les développements qui suivent sont tirés des travaux de Dany Sandron. Parmi ses contributions les (...)
  • 72  La question fait toujours débat. Il nous semble néanmoins légitime, à la suite de Dany Sandron, de (...)
  • 73  Dany Sandron en veut pour preuve la présence isolée d’un gable sur le portail nord, qui offre un s (...)
  • 74  Dany Sandron, « La maîtrise d’ouvrage… », art. cité, p. 37, qui cite à l’appui Marcel Aubert, La c (...)
  • 75  Ainsi, si certaines de ces interprétations sont sujettes à controverse, leur accumulation ne peut (...)
  • 76  Les statues originales avaient en effet disparu dans la tourmente révolutionnaire.
  • 77  Voir l’argumentation complète d’Odile Pinard, « Le portail du couronnement de la Vierge », dans No (...)
  • 78  Sur ce don de reliques par Philippe Auguste, voir supra. L’absence de représentation de sainte Cat (...)
  • 79  Un autre exemple de portail mentionné par Odile Pinard retrace l’invention de reliques : le portai (...)
  • 80  Odile Pinard en veut pour preuve le bas-relief situé à l’origine sous la niche de la statue royale (...)
  • 81  Le chœur est consacré le 19 mai 1182 par Henri de Château-Marçay, légat pontifical, assisté de l’é (...)

30Cette proximité de l’Église de Paris avec la royauté est lisible dans l’édifice même, dont le gros œuvre est construit sous les règnes de Louis VII et de Philippe Auguste et sous les épiscopats de Maurice de Sully, Eudes de Sully et Pierre de Nemours70. L’iconographie royale s’y développe avec une ampleur particulière71. Ainsi, ce n’est sans doute que dans un deuxième temps que la galerie des Rois, sans doute autant représentation des rois bibliques que des rois de France72, a été ajoutée au projet initial de la façade, probablement au début du xiiie siècle73, soulignant les liens entre l’Église de Paris et les rois de France. Philippe Auguste, dont on a souligné les relations privilégiées avec Notre-Dame de Paris, installe, sans doute après la victoire de Bouvines en 1214, une statue le représentant en pied dans le chœur, près de l’autel majeur, que l’on retrouva décapitée en 185774. Enfin, le portail du couronnement de la Vierge, réalisé dans les années 1210, nous offre une nouvelle association de la royauté française au monument gothique75. Les statues des ébrasements, identifiées par Odile Pinard aux saints Denis, Jean-Baptiste, Étienne, Geneviève et Germain, sont accompagnées d’un roi, restitué à tort par Viollet-le-Duc au xixe siècle comme l’empereur Constantin76. Cependant, la liste des saints représentés dans les ébrasements invite plutôt à considérer ces statues comme les saints dont la cathédrale possède des reliques77. Un certain nombre d’entre elles ayant été offertes à la cathédrale par Philippe Auguste78, ce don de grande portée a ainsi pu être mentionné dans l’iconographie de ce portail sculpté79. Il faudrait donc, au xiiie siècle, voir dans le roi représenté à l’extrémité gauche de l’ébrasement non pas Constantin, mais Philippe Auguste80. Au début des années 1230, le gros œuvre de la cathédrale gothique est achevé. Pour le chapitre, ce nouveau bâtiment a probablement impliqué, dès la fin du xiie siècle, l’installation dans de nouveaux lieux canoniaux, au premier rang desquels la salle capitulaire81. Cette redéfinition des espaces communs a peut-être été l’occasion d’une reconfiguration dans l’administration de l’écrit capitulaire. À une mise en ordre architecturale et spatiale correspondrait ainsi une mise en ordre documentaire. Après le xiie siècle qui voit une première accumulation d’archives, les années 1230 constituent en effet un second temps de valorisation de la documentation rassemblée, qui passe principalement par la rédaction d’un deuxième cartulaire : le Petit Pastoral.

La rédaction du Petit Pastoral : la mise en ordre de la documentation

  • 82  Il s’agit pour l’immense majorité d’actes postérieurs à 1200.

31Le Petit Pastoral doit être avant tout compris comme une entreprise de réorganisation de la masse documentaire du Livre Noir. Le contenu documentaire des deux cartulaires coïncide globalement. Sur les 278 actes du Petit Pastoral, 55 sont absents du Livre Noir82 et seuls 33 actes du Livre Noir ne sont pas repris dans le Petit Pastoral. En dehors des actes ajoutés, le nouveau cartulaire a été compilé d’après le Livre Noir directement, sans retour aux originaux.

  • 83  Une première analyse a permis en effet de dégager, semble-t-il, deux unités paléographiques nettes (...)
  • 84  L’enchevêtrement des mains à partir de l’acte 100 témoigne d’un changement de statut du cartulaire (...)
  • 85  Sauf bien sûr dans les cas où la rubrique était déjà présente.

32Cette mise en ordre de la documentation a pris appui sur un travail préalable, dans le Livre Noir, d’uniformisation de la rubrication et de numérotation des actes en vue de la rédaction d’une table. À l’exception du cahier 14 qui montre une rhétorique visuelle particulière, les rubriques du Livre Noir n’ont pas été insérées dans le cadre de texte. Elles sont présentes en marge et ont été ajoutées en plusieurs phases correspondant globalement aux phases de rédaction du cartulaire. Les rubriques des première et deuxième phases ont été composées, semble-t-il, par la même main que les actes eux-mêmes, probablement après la transcription des actes83. En revanche, à partir de la troisième phase de rédaction, la présence d’une rubrique est exceptionnelle au moment de la rédaction des actes84. Les rubriques ont été ajoutées en une seule campagne de rubrication par une nouvelle main pour les actes 100 à 22485. Ce même scribe est probablement à l’initiative de la numérotation des actes et de la rédaction d’une table reprenant l’ensemble des rubriques et de la numérotation et qui est insérée en tête du manuscrit.

33Cette phase d’harmonisation des rubriques et de numérotation est incontestablement liée à la préparation du Petit Pastoral, dont elle constitue une première étape. Le Petit Pastoral a ainsi repris intégralement les rubriques du Livre Noir, ne changeant qu’exceptionnellement les analyses.

  • 86  À l’exception de quelques cas mais qui peuvent se justifier facilement par une mise en valeur de l (...)

34La deuxième étape de la mise en ordre a consisté à répartir les actes dans les différentes sections prévues pour le nouveau cartulaire. En effet, ce manuscrit suit un classement par autorité, mêlant autorités ecclésiastiques et laïques, selon l’ordre suivant : actes des papes, des rois, des comtes, des évêques, des abbés, des doyens, des frères et enfin des officiaux. À l’intérieur de chaque section, les actes ont été recopiés dans l’ordre dans lequel ils apparaissent dans le Livre Noir, les actes supplémentaires du Petit Pastoral étant ajoutés à la fin de chacune des sections correspondantes86.

  • 87  En effet, les analyses de la table du Petit Pastoral reproduisent strictement les rubriques du Liv (...)
  • 88  Le manuscrit comportait en effet également une partie primitive, que l’on n’a pour l’instant pas r (...)

35Ce travail de répartition des actes du Livre Noir par autorité a probablement donné lieu à la rédaction d’un document intermédiaire sous forme de liste, dont la table présente en tête du Petit Pastoral est une sorte d’état final87. Après ce travail préparatoire a eu lieu la rédaction de la partie diplomatique du Petit Pastoral88.

Du cartulaire au corps écrit de l’institution : le Petit Pastoral comme livre des serments

  • 89  Déjà au xiie siècle, comme le faisait remarquer Françoise Gasparri, voir supra, note 33.
  • 90  Le terme de corpus apparaît d’ailleurs dans les préfaces de certains cartulaires pour désigner la (...)

36La mise en ordre de la documentation répond à une double vocation. Nécessité pratique d’abord, puisque la défense efficace d’un patrimoine passe par la maîtrise de la documentation qui l’atteste89. Cependant, à ce pragmatisme s’adjoint une dimension plus représentative : à travers la réunion raisonnée de la documentation du chapitre, l’institution construit un corpus, un corps écrit90 qui structure la communauté capitulaire, tant et si bien que le Petit Pastoral est conçu comme le manuscrit sur lequel chaque chanoine ou évêque nouvellement nommé doit prêter serment.

  • 91  Archives nationales, LL 79 ; actuellement conservé au Musée d’histoire de France, cote AE II 275. (...)
  • 92  Ces miniatures sont visibles sur la base Archim, dans la section Florilège, cote AE II 275. Sur ce (...)
  • 93  La foliotation fournit une confirmation définitive s’ajoutant à d’autres éléments : format, réglur (...)

37La formule du serment des chanoines est conservée dans un binion aujourd’hui intercalé au début du Livre des Serments, un manuscrit composite dont l’essentiel du contenu se compose de formules de serments des xive et xve siècles91. Figurent également dans ce binion les incipit des Quatre Évangiles et trois miniatures pleine page représentant la Vierge à l’Enfant, la Crucifixion et le Christ en gloire92. Une ancienne foliotation au verso des feuillets permet de rapprocher ce binion du Petit Pastoral dans lequel il était initialement contenu93.

  • 94  Michel François, « Les plus beaux manuscrits… », art. cité, p. 5. Sur la cérémonie d’investiture d (...)

38Les miniatures, et plus précisément celle de la Crucifixion, en regard de la Vierge à l’Enfant, avaient probablement vocation à être sous les yeux de celui qui prêtait serment94. On retrouve d’ailleurs dans la marge du folio 4 le fragment d’un signet de parchemin sans doute destiné à faciliter la recherche de ces deux miniatures dans le manuscrit.

  • 95  Cette interprétation est avancée par Michel François, qui s’appuie sur des éléments iconographique (...)

39La présence de la Vierge à l’Enfant en regard de la Crucifixion supplante dans ce manuscrit la traditionnelle combinaison de la Crucifixion et du Christ en Gloire. Il est dès lors tentant d’interpréter cette Vierge comme une incarnation de Notre-Dame de Paris, nouvelle cathédrale en voie d’achèvement, église que le nouvel évêque qui prêtait serment allait gouverner et que les nouveaux chanoines allaient servir95.

40Cette utilisation du cartulaire comme support juratoire octroie au manuscrit une monumentalité nouvelle. Si le Livre Noir est resté pendant plus d’un siècle le conservatoire des archives capitulaires, le chapitre décide avec le Petit Pastoral de se doter d’un monument de papier à la hauteur du monument de pierre qu’est la cathédrale. C’est à la défense de ce monument, incarnation écrite de l’institution capitulaire dans son ensemble, que s’engagent évêque et chanoines au moment de la prestation du serment.

L’administration de l’écrit : construction mémorielle et rapport à l’histoire

  • 96  L’analyse des rapports entre histoire et mémoire au Moyen Âge, qui s’insère plus largement dans le (...)

41Du Livre Noir au Petit Pastoral, l’administration de l’écrit répond à des logiques à la fois pragmatiques et symboliques, en lien avec un contexte historique qu’il a été essentiel de restituer. Le travail archivistique est également un vecteur de construction de la mémoire de l’institution. On l’a vu à travers la constitution du chartrier capitulaire au xiie siècle et, pour le xiiie siècle, via la réunion symbolique d’un corpus juratoire. Il reste enfin à étudier les rapports entre la mémoire institutionnelle activée par l’écrit et l’histoire telle qu’elle y est envisagée96.

Cartulaire et rapport à l’histoire : le cadre de classement du Petit Pastoral 

  • 97  Ce plan de classement est fréquent dans les cartulaires des xiie et xiiie siècles. Il se répartit (...)

42On a déjà souligné que le Petit Pastoral suivait une répartition des actes par autorité97. Ce plan de classement est assez pragmatique, puisqu’il permet de ressortir facilement des actes chargés d’authenticité. À cette structure ordinaire, le chapitre de Notre-Dame de Paris a ajouté une logique interne dans les sections des actes royaux, épiscopaux et décanaux, qui ne sont pas simplement copiés suivant l’ordre dans lequel ils se présentaient dans le Livre Noir.

  • 98  En dehors de quelques irrégularités : un acte de Louis VI le Gros est intercalé entre deux actes d (...)

43Les actes royaux sont réunis par noms de rois98. Un premier ensemble réunit l’ensemble des actes de rois Karolus, indifféremment des règnes. À un premier acte de Charlemagne succèdent, mêlés selon l’ordre du Livre Noir, des actes de Charles le Chauve et de Charles le Simple. Le deuxième ensemble suit la même logique pour les rois Ludovicus, réunissant pêle-mêle, suivant l’ordre du Livre Noir, onze actes de Louis VI le Gros, deux actes de Louis le Pieux, un acte de Louis II le Bègue et quatre actes de Louis VII le Jeune. Après un troisième ensemble plus hétérogène, réunissant deux actes d’Henri Ier puis deux actes, l’un de Lothaire et Louis V, l’autre de Childebert, le dernier ensemble revient à une logique nominale avec trois actes de Philippe Ier et sept actes de Philippe II.

  • 99  On peut sans doute interpréter certaines successions d’actes épiscopaux par le même phénomène d’at (...)

44La transcription des actes épiscopaux se divise en deux temps : jusqu’à l’acte 31, les actes sont recopiés en suivant l’ordre dans lequel ils apparaissent dans le Livre Noir. Après cet acte, on assiste à une réunion très imparfaite des actes par épiscopat. Ce n’est pas l’ordre chronologique qui été suivi pour ordonner la succession des épiscopats mais plutôt la recension sur le Livre Noir99. Quelques ensembles se dégagent ainsi, correspondant aux évêques du xiiie siècle : Eudes de Sully (actes 37 à 39), Pierre de Nemours (actes 43 et 44), Guillaume de Seignelay (acte 45), Guillaume d’Auvergne (actes 46 à 49) et Barthélémy (actes 50 à 54).

  • 100  À nouveau, on assiste à une attraction nominale dans le passage des actes du doyen Clément à ceux (...)

45Les actes des doyens du chapitre sont quant à eux réunis par décanats, de celui de Foulque à la fin du xie siècle à celui de Lucas de Laon à l’époque de la rédaction du Petit Pastoral. L’ordre de succession dans le Livre Noir a à nouveau été privilégié par rapport à l’ordre chronologique100.

  • 101  Les gesta se définissent en effet comme « un genre littéraire narratif constitué de séries de noti (...)
  • 102  Le classement adopté se singularise ainsi à nouveau des gesta du fait de ce but pratique, facilita (...)
  • 103 On retrouve un système de repérage semblable dans le cartulaire D de Cluny, dans lequel un annotate (...)
  • 104  Pousser plus loin l’argument supposerait de s’interroger sur la conscience historique du rédacteur (...)

46Les logiques de classement organisent donc la masse documentaire royale, épiscopale et décanale en s’appuyant sur la succession des noms. La proximité de cette construction avec les gesta se heurte néanmoins à l’abandon dans le Petit Pastoral de l’ordre chronologique, même si la rédaction progressive du Livre Noir sur un siècle entraîne inévitablement une orientation chronologique des actes recopiés101. La réunion des actes par épiscopat pour le xiiie siècle et par décanat, même sans suivre le temps linéaire de leur succession, manifeste de la part du chapitre une dimension autoréflexive sur l’histoire de l’Église de Paris. Ainsi, à la confusion historique des siècles précédents se substitue à partir de l’épiscopat d’Eudes de Sully une connaissance historique, qui prend la forme de cette réunion des actes par évêques et doyens. Elle aboutit, sinon à l’adoption d’un ordre chronologique, du moins à l’individualisation de leur production au sein du cartulaire. Ce classement pragmatique obéit sans doute avant tout à un but pratique, celui de faciliter la recherche d’un acte dans le volume102. En revanche, la section des actes royaux est plus problématique puisque, loin de singulariser les règnes, elle les confond103. L’assimilation nominale des différents rois pourrait s’expliquer par cette culture historique imparfaite du rédacteur du Petit Pastoral104.

47L’élaboration du Petit Pastoral, corps écrit de l’institution capitulaire, s’appuie sur la construction progressive d’une histoire collective, qui fait le lien entre l’histoire propre du chapitre, via ses doyens, et l’histoire royale et épiscopale.

48Plus encore que le classement des actes, deux listes, présentes à la fin du cartulaire, témoignent de cette dimension.

Écrire l’histoire : la liste comme outil pragmatique et réflexif

  • 105  Il s’agit d’un binion dont le dernier feuillet a été coupé.

49Le dernier cahier du Petit Pastoral105 comprend deux listes écrites de la même main que le reste du manuscrit. La première, sous la rubrique Hec sunt nomina Regum Francie, liste 39 rois de France, de Pharamond à Louis IX. La seconde liste, sous la rubrique Nomina episcoporum parisiensis donne les noms des 75 évêques de Paris, depuis saint Denis jusqu’à Guillaume d’Auvergne. Cette liste d’évêques a été complétée jusqu’à l’épiscopat de Jean de la Rochetaillée, évêque de 1421 à 1422. Après cet épiscopat, une nouvelle feuille de parchemin a été collée par-dessus les écritures antérieures, reprenant les ajouts, mais en reproduisant de manière assez grossière les choix graphiques de la liste initiale (alternance de couleur des initiales, reprise de la réglure) et en y ajoutant des éléments de datation. Un nouveau titre a également été collé sur l’ancienne marge supérieure du folio, recouvrant un titre antérieur.

  • 106  Léopold Génicot réfléchit également, dans le volume de la collection « Typologie des sources du Mo (...)
  • 107  Guenée, Histoire et culture historique…, op. cit., chap. 4, « La maîtrise du temps ».

50La liste des rois mentionne systématiquement des considérations de filiation après chaque nom, mais aucun élément de datation. Cet accent mis sur la filiation rapproche cette liste des généalogies106. Si cette liste a pu avoir un but pragmatique, étant donné le classement nominal des actes royaux du Petit Pastoral, elle ne donne que des éléments de chronologie relative. Sans doute ne faut-il donc pas y voir un outil de comput servant à la résolution des dates, comme ont pu l’être les listes de rois étudiées par Bernard Guenée107. Il faut cependant bien rapprocher cette liste des catalogues dynastiques dressés par les chroniqueurs monastiques des abbayes royales, et donc du genre historiographique.

  • 108  Il s’agit des évêques Galon et Guillaume d’Auvergne. Pour Galon, la mention suit immédiatement le (...)

51La liste d’évêques fait uniquement figurer le nom et le statut d’évêque (episcopus sous forme abrégée). Seuls deux noms d’évêques reçoivent une mention supplémentaire à l’encre rouge, qui précise la date du début de leur épiscopat en année de l’incarnation, encore qu’il ne soit pas certain que ces mentions aient été rédigées par la main initiale108.

  • 109  Même si nos conceptions de l’histoire centrées sur la date ont du mal à la percevoir aujourd’hui, (...)
  • 110  Selon les termes mêmes de Michel Sot (Gesta episcoporum…, op. cit., p. 15).
  • 111  Voir par exemple Bernard Guenée, « Les généalogies entre l’histoire et la politique : la fierté d’ (...)

52S’il n’est pas exclu que ces listes aient eu une visée pragmatique109, elles participent en tout cas incontestablement à la projection de l’institution capitulaire dans l’histoire de la royauté française et de l’épiscopat parisien. La liste d’évêques, forme élémentaire de gesta110, compense l’absence de classement des actes épiscopaux antérieurs à Eudes de Sully. Quant à la monumentalisation de la royauté sous forme de liste, elle est d’autant plus importante pour la construction mémorielle du chapitre que ses liens avec la monarchie sont étroits. Le pouvoir politique de la liste, bien étudié par Bernard Guenée111, sert ici la légitimation de l’institution capitulaire qui y adosse son corpus documentaire, d’autant plus que celui-ci lui sert de support juratoire.

  • 112  On connaît l’existence de cette liste via sa copie au xiiie siècle sur un feuillet de parchemin in (...)
  • 113  La liste recopiée sur le feuillet volant est annoncée par la formule : Hec sunt nomina regum franc (...)
  • 114  En outre, rien ne permet de savoir si les numéros d’ordre étaient présents sur la liste écrite sur (...)
  • 115  Elles se terminent toutes les deux avec ce roi. Il est cependant difficile de dater la réalisation (...)
  • 116  Elle débute ainsi au roi Pharamond, fils de Marcomir, père de Clodion. La première mention de ce r (...)
  • 117  La question de l’inspiration de ces deux listes, trop chronophage, n’a pu être traitée ici.
  • 118  Au sens qu’Antonio Castillo Gómez donne de cette expression : « manifestations de l’écrit qui ont (...)
  • 119  Gόmez, « Entre public et privé… », art. cité, p. 806.
  • 120  Le choix des portes de la cathédrale pour afficher cette liste en témoigne. S’intéressant à la pub (...)

53La généalogie des rois de France du Petit Pastoral fait écho à une autre liste, que l’on sait avoir été présente sur les portes de Notre-Dame de Paris au xiiie siècle112, sans que l’on puisse se prononcer sur les modalités pratiques de son affichage113. Contrairement à la liste présente dans le Petit Pastoral, qui ajoute aux noms des rois des considérations généalogiques, ainsi que quelques informations historiques sur la transmission du pouvoir, la liste placardée est minimaliste, se contentant, sauf exception, d’un numéro d’ordre et du nom du roi114. La parenté entre les listes n’est pas avérée. Si toutes deux semblent dater du règne de Louis IX115, la liste inscrite sur la porte fait débuter la royauté au premier roi chrétien, là où la généalogie du Petit Pastoral remonte à des rois mythiques116. En outre, certains des noms ne se retrouvent pas d’une liste à l’autre et des variantes orthographiques les séparent117. L’inscription de la liste au sein de l’espace public en assure une publicité que n’a pas la généalogie du Petit Pastoral. Cet « écrit public118 », acte de communication différée119, témoigne de la volonté du chapitre d’assurer la notoriété du lien unissant la cathédrale à la royauté120.

54Enfin, l’existence de deux versions indépendantes d’une liste des rois de France à la cathédrale de Paris au xiiie siècle est d’autant plus significative d’une construction institutionnelle du chapitre qui prend appui sur la légitimité royale.

55Dans le contexte des suites de la réforme grégorienne au xiie siècle, la nécessité, pour les institutions ecclésiastiques, de bien connaître leur patrimoine afin de pouvoir le défendre entraîne une attention particulière au rassemblement de la documentation et à la valorisation des fonds d’archives. Ces problématiques ne sont pas absentes au chapitre de Notre-Dame de Paris, mais se doublent d’une forte dynamique d’autonomisation du chapitre face au pouvoir de l’évêque. À cette réorganisation institutionnelle correspond une logique documentaire, qui voit la construction progressive d’un chartrier et la réalisation d’un cartulaire. La gestion du passé de l’Église de Paris est prise en charge par le chapitre via la réalisation de pseudo-originaux et de copies figurées, qui, réunis dans le Livre Noir, constituent à la fois les outils de la défense du patrimoine canonial et les fondements de la mémoire institutionnelle. Le deuxième quart du xiiie siècle constitue un second moment dans l’histoire du chapitre de Paris : celui de la construction d’une identité institutionnelle. La mise en ordre de la documentation, lisible dans la compilation du Petit Pastoral en 1239, répond à la fois à un besoin pragmatique et à une mise en scène du corps institutionnel : hiérarchisée par autorités, la structuration des archives devient le support juratoire du serment des chanoines et des évêques. À travers une organisation de la documentation – qui traduit la genèse d’une conscience historique – et une mise en liste qui s’inscrit entre gesta episcoporum et généalogie royale, la mémoire capitulaire se construit dans un double rapport à l’histoire royale et à l’histoire épiscopale.

56À la fin du xiiie siècle, un troisième cartulaire est constitué qui met en œuvre une nouvelle logique : le classement topographique qui structure la documentation répond à des besoins pragmatiques face à une explosion documentaire. Les référents toponymiques choisis, qui correspondent aux échelons de l’administration du temporel du chapitre, témoignent néanmoins d’une structuration de l’espace fondée sur une géographie proprement capitulaire. À nouveau, l’administration de l’écrit s’affirme comme le lieu où se cristallisent les composantes structurelles de l’institution.

Notes

1  La première date correspond à la réforme de Metz, la seconde au concile de la cathédrale Saint-Étienne, l’une des deux cathédrales qui a donné naissance à la cathédrale gothique construite au xiie siècle. C’est de ce concile que date la première séparation des biens en deux menses, attestée par une charte de l’évêque Inchade qui cède aux clercs de sa cathédrale des terres et des villages du diocèse. Cette donation fournit les premières prébendes, qui sont réparties entre les clercs et permettent l’entretien des chanoines et de leurs bâtiments, notamment du cloître. Voir Jean Hubert, « Les origines de Notre-Dame de Paris », Revue d’histoire de l’Église de France, 50/147, 1964, p. 5-24 et Benjamin Guérard (éd.), Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, Paris, Imprimerie de Crapelet, 1850, 4 vol., ici t. I, p. LXIII-LXIV. L’acte d’instauration de la mense capitulaire est présent dans l’édition, t. I, p. 321-323, no 14, et traduit dans les pages de la préface mentionnées. L’acte original n’est pas parvenu jusqu’à nous.

2  52 canonicats pour Louis Tanon, Histoire des justices des anciennes églises et communautés monastiques de Paris, Paris, L. Larose et Forcel, 1883, p. 125 ; voir aussi Guérard, Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, op. cit., t. I, p. CIV. 51 canonicats pour Robert Gane, puis Patrice Sicard, voir Patrice Sicard, « Messieurs et chapitre de Notre-Dame », dans cardinal André Vingt-Trois et al. (dir.), Notre-Dame de Paris, Strasbourg/Paris, La Nuée Bleue/Place des Victoires (La grâce d’une cathédrale, 7), 2012, p. 391-407, ici p. 393, et Robert Gane, Le chapitre de Notre-Dame de Paris au xive siècle. Étude sociale d’un groupe canonial, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1999, p. 19. Les huit dignités sont les suivantes, par ordre d’importance : le doyen, le chantre, les trois archidiacres, le sous-chantre, le chancelier et le pénitencier.

3  Sicard, « Messieurs et Chapitre de Notre-Dame », art. cité, p. 391.

4  Tous trois sont conservés aux Archives nationales à Paris (désormais Paris, AN). Chronologiquement : Livre Noir (LL 78), Petit Pastoral (LL 77) et Grand Pastoral (LL 76).

5  Environ 1 700 actes originaux antérieurs à 1284, appartenant à l’ancien chartrier du chapitre, ont été retrouvés dans les séries S, L et K des Archives nationales. Ils feront l’objet d’une étude détaillée dans le cadre de ma thèse : « L’écrit au chapitre de Notre-Dame de Paris au xiiie siècle : chartes, cartulaires, registres », dirigée par Pierre Chastang, université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (en cours).

6  Philippe Loupès, « Richesse des fonds capitulaires et possibilités d’exploitation » dans La France d’Ancien Régime. Études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Toulouse, Privat, 1984, vol. 2, p 433-442. Sur les cartulaires, parmi une bibliographie devenue abondante, on retiendra ici le colloque de l’École des chartes dont l’importance a déjà été soulignée à maintes reprises : Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle, Michel Parisse (dir.), Les cartulaires, Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS, Paris, 5-7 décembre 1991, Paris (Mémoires et documents de l’École des chartes, 39), 1993 ; ainsi que la thèse de Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (xie-xiiie siècles), Paris, Éditions du CTHS, 2001. Plus récemment : Véronique Lamazou-Duplan, Eloísa Ramírez Vaquero (dir.), Les cartulaires médiévaux/Los cartularios medievales, Pau, Presses de l’université de Pau et des pays de l’Adour (Cultures, arts et sociétés, 3), 2013 ; Julio Escalona Monge, Hélène Sirantoine (dir.), Chartes et cartulaires comme instruments de pouvoir, Toulouse/Madrid, université Toulouse II/Consejo superior de investigaciones científicas (Méridiennes. Études médiévales ibériques), 2013.

7  Pour une étude précise des trois cartulaires, je me permets de renvoyer à mon mémoire : Lucie Tryoen, Les cartulaires du chapitre de Notre-Dame de Paris. Étude codicologique et généalogique, mémoire de master 2 dirigé par Bruno Laurioux, Pierre Chastang et Étienne Anheim, université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2013.

8  Sont exclus de ce compte les ajouts postérieurs.

9  Même remarque que pour le Livre Noir, les ajouts ont été exclus de ces remarques.

10  Sur le mouvement de régularisation des chapitres, voir la première synthèse de Dom Jean Becquet, « La réforme des chapitres cathédraux en France aux xie-xiie siècles », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques. Année 1975, Paris, 1977, p. 31-41, rééd. dans Jean Becquet, Vie canoniale en France aux xe-xiie siècles, Londres, Variorum Reprints, 1985, chap. X. Plus récemment, voir les actes du sixième colloque international du Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux : Michel Parisse (dir.), Les chanoines réguliers. Émergence et expansion, xie-xiiie siècles, Saint-Etienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2009.

11  Les éclaircissements sur ce contexte trouble nous ont été apportés par M. Atsushi Okazaki lors de son intervention au séminaire organisé par Laurent Morelle à l’École pratique des hautes études en mai 2015. Qu’il soit ici remercié du temps qu’il a bien voulu me consacrer après sa communication.

12  Guérard, Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, op. cit., t. I, p. 28, no 8.

13  Acte 101 du Livre Noir et acte 112 du Petit Pastoral. Édition : ibid., t. I, p. 338-340, no 32.

14  Plusieurs points sont abordés dans cette notice, notamment les modalités de punition des chanoines qui n’assurent pas correctement le service de l’église, la disposition des biens ecclésiastiques relevant de la manse canoniale, l’interdiction d’héberger des écoliers extérieurs dans certaines parties du cloître et le rôle des archidiacres et d’autres agents de l’évêque.

15  Guérard, Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, op. cit., t. I, p. 34, no 19.

16  Ibid., t. I, p. 45, no 34.

17  Ces bulles sont connues par leur copie dans le cartulaire de l’évêque (Paris, BnF, ms. lat. 5526, consultable sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8553002f, consulté le 15 mars 2017). Comme les cartulaires du chapitre, ce cartulaire est intégré à l’édition de Guérard, ibid., t. I, p. 1-214. Pour les bulles, voir les actes 1 à 5, en tête du cartulaire de l’évêque, p. 23-27. Cet effort de circonscription des droits de collation entre les différents établissements ecclésiastiques parisiens aboutit à la rédaction du premier pouillé du diocèse de Paris vers 1205, copié dans le cartulaire de l’évêque (fol. 8-11). Édition par Guérard, ibid., t. I, p. 12-19. Autre édition dans Auguste Longnon (éd.), Pouillés de la province de Sens, Paris, Imprimerie nationale (Recueil des historiens de la France. Pouillés, 4), 1904, p. 349-359. Voir ce qu’en dit cet auteur dans son introduction, p. XLII-XLIII.

18  Il est très intéressant de noter qu’elle va de pair avec le développement d’une diplomatique capitulaire propre. Le début du xiie siècle voit ainsi l’apparition du sceau capitulaire et d’actes rédigés au nom du chapitre.

19  La même logique de gestion canoniale du patrimoine est à l’œuvre dans l’administration de la mense canoniale au xiie siècle. Si la fixation de la mense sur le plan géographique se déroule entre 829 et le xie siècle, l’autonomisation dans la gestion de ces territoires est plus tardive. Au xie siècle, la libre disposition des prébendes est attestée. La première trace d’une partition des prébendes à proprement parler date du début du xiie siècle, et l’on trouve dans l’obituaire du xiiie siècle de nombreux indices des procédés de succession d’un chanoine à l’autre concernant les prébendes. Je remercie M. Atsushi Okazaki de m’avoir fourni ces renseignements, tirés de son mémoire de maîtrise sur la formation de la mense capitulaire au xiie siècle (en japonais).

20  Changements de main, d’encre, de réglure, de rhétorique visuelle avec présence ou non d’initiales, respect de la préparation de la page ou non sont les principaux éléments sur lesquels s’appuie cette analyse.

21  Cette remarque a été formulée par tous ceux qui se sont penchés sur ce manuscrit, depuis Benjamin Guérard et Henri Stein jusqu’à Atsushi Okazaki plus récemment.

22  On pourrait penser par exemple à une transcription qui suivrait une répartition matérielle des archives, par unité de rangement ou lieu de conservation.

23  C’est le cas par exemple avec le cahier qui porte la signature VII, qui réunit 14 actes, tous concernant le chapitre, dont neuf notices relatant des donations de laïcs.

24  Je tiens à remercier une nouvelle fois M. Atsushi Okazaki de m’avoir transmis la version écrite de la communication qu’il a donnée sur le Livre Noir à l’EPHE en 2009, sous le titre : « Gestion du passé et archives : à propos d’un cartulaire de l’Église de Paris au xiie siècle (Liber Niger) ». Ses analyses ont permis de confirmer mes hypothèses.

25  Le premier cartulaire de l’évêque connu est commencé bien plus tard, la partie diplomatique de ce manuscrit n’étant pas antérieure à la fin du xiie siècle. L’acte le plus tardif de la phase de rédaction initiale date de 1195 (Guérard, Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, op. cit., t. I, p. 53, n° 44). Une première inflexion est à faire dans la rédaction à partir du fol. 33v : les actes qui précèdent ce folio sont extrêmement abrégés, se limitant parfois aux premiers mots mais le plus souvent en omettant l’eschatocole – et donc la formule de datation. À partir du fol. 33v, les actes sont copiés dans leur intégralité. On trouve jusqu’au fol. 36v, moment d’une deuxième inflexion dans la rédaction avec un changement de main, des actes de la fin du xiie siècle, entre 1197 et 1200 principalement. Une étude plus précise de ce cartulaire s’impose pour confirmer ces premières hypothèses. À noter que l’acte édité par Guérard sous le numéro 26, p. 38, daté de 1207, a été ajouté dans la marge inférieure et n’appartient donc pas à la phase primaire de rédaction.

26  D’après Atsushi Okazaki, il s’agirait d’un faux, fabriqué en empruntant des expressions d’un acte royal sincère intitulé de Lothaire et Louis V (Paris, AN, K17 no 5A). Le pseudo-original est conservé à Paris, AN, sous la cote L220 no 5. Voir infra.

27  Les huit actes du premier cahier sont des bulles pontificales ou royales confirmant des ordonnances (élection de l’évêque, capacité des serfs du chapitre à prendre part aux procès) ou des biens.

28  Listes de biens du chapitre, actes concernant l’administration du temporel ou la gestion des biens, notices de conflits sur des droits paroissiaux contestés au chapitre…

29 Cette intertextualité se manifeste de plusieurs manières, et d’abord par la continuité visuelle d’un acte au suivant. L’initiale débutant un acte chevauche ainsi régulièrement plusieurs lignes de réglure, incluant la fin de l’acte précédent. Autre manifestation : aucune ligne de réglure n’est laissée vierge de texte, même en fin de page. Nombre d’actes débutent ainsi sur la dernière ligne de réglure d’une page, voire d’un cahier, là où, dans la dernière partie du manuscrit, le scribe préfère conserver l’unité de l’acte et le déporte en page suivante plutôt que de le commencer en fin de page.

30  Je reprends l’expression « rhétorique visuelle » aux travaux de Peter Rück et de la diplomatische Semiotik. Ce champ de recherche, qui utilise la sémiotique pour interroger la production écrite, s’attache principalement à l’étude de quatre éléments englobés sous le terme « rhétorique visuelle » : l’écriture, les symboles graphiques, la mise en page et le format. Sur le développement de la diplomatische Semiotik, voir Peter Rück, « Beiträge zur diplomatischen Semiotik », dans Id. (dir.), Graphische Symbole in mittelalterlichen Urkunden. Beiträge zur diplomatischen Semiotik, Sigmaringen, J. Thorbecke (Historische Hilfswissenschaften 3), 1996, p. 13-48. Sur la notion de « rhétorique visuelle » : Id., « Die Urkunde als Kunstwerk », dans Anton von Euw et Peter Schreiner (dir.), Kaiserin Theophanu. Begegnung des Ostens und Westens um die Wende des ersten Jahrtausends. Gedenkschrift des Kölner Schnütgen-Museums zum 1000. Todesjahr der Kaiserin, Cologne, Schnütgen-Museum, 1991, vol. 2, p. 311-333.

31  L’expression « organisation spatiographique » est de Béatrice Fraenkel, La signature. Genèse d’un signe, Paris, Gallimard,1992, p. 39. Elle désigne la façon dont les différents éléments écrits et graphiques de l’acte sont organisés sur le support. Sur ces questions d’« incodication » – selon la formulation de Laurent Morelle – voir la communication que j’ai donnée aux journées d’études organisées par Claire de Cazanove en juillet 2015 à l’Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales, à Francfort-sur-le-Main : Lucie Tryoen, « De l’original au cartulaire : reproduction graphique des monogrammes dans les pratiques scripturales du chapitre de Notre-Dame de Paris (xiie-xiiie siècles) », Actes des journées « Cartulaires : témoins et acteurs de “mises en ordre” (ixe-xive siècles) », (à paraître).

32  Sur la notion d’original et les autres étapes de la tradition documentaire, voir Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle, « Tradition et réception de l’acte médiéval. Jalons pour un bilan des recherches », Archiv für Diplomatik, 53, 2007, p. 367-403. Voir également les remarques de Laurent Morelle, « Pratiques médiévales de l’écrit documentaire », Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques. Résumés des conférences et travaux (2007-2008), 140, 2009, p. 164‑169.

33  Françoise Gasparri s’est intéressée dès 1991 à cette pratique de copie et de fabrication de nouveaux documents à la chancellerie de Notre-Dame de Paris au début du xiie siècle, à un moment où la puissance d’un établissement ecclésiastique se fonde, non plus sur la possession matérielle de biens, mais sur la possession de chartes et de titres qui l’attestent, garantissant ainsi le patrimoine de la communauté. Voir Françoise Gasparri, « Remarques sur l’activité de la chancellerie du chapitre cathédral de Paris au début du xiie siècle », dans Michel Parisse (dir.), À propos des actes d’évêques. Hommage à Lucie Fossier, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1991, p. 245-250 et ead., « Introduction », dans Françoise Gasparri (dir.), Le xiie siècle. Mutations et renouveau en France dans la première moitié du xiie siècle, Paris, Le Léopard d’or, 1994, p. 11-31.

34  Voir annexe 1 pour le détail de ces pièces.

35  Atsushi Okazaki, dans le même esprit, a déjà fait remarquer que, sur les 19 actes antérieurs à l’an mil que l’on connaisse en faveur de l’Église de Paris, 13 sont transmis sous forme de parchemins isolés ou de copies figurées.

36  Au moment de la Révolution française, la mise à disposition de la Nation des biens du clergé entraîne le versement obligatoire des titres à l’administration des archives nouvellement créée, qui opère des tris importants et répartit les documents restants dans les différentes séries du cadre de classement. Pour un point très clair sur le sort des archives du chapitre au moment de la période révolutionnaire, voir l’introduction de l’inventaire : Martine Le Roc’h-Morgère, Michèle Bimbenet-Privat, Le temporel du chapitre de Notre-Dame de Paris et de ses filles. Inventaire des archives S 1A à 942, Paris, Archives nationales, 1990, p. 9-20.

37  Une copie figurée est une « copie dont l’auteur s’efforce de reproduire matériellement l’écriture et (ou), en tout ou en partie, la disposition d’un original antérieur, notamment certains éléments de celui-ci (caractères spéciaux, souscriptions, éléments figurés tels que monogramme ou rota », María Milagros Cárcel Ortí (éd.), Vocabulaire international de la diplomatique, 2e éd., Valence, Universitat de València, 1997, p. 33. Les copies dont il est question ici répondent partiellement à cette définition. Si elles reproduisent les éléments graphiques des originaux, elles sont rédigées en écriture livresque et non en imitant l’écriture des originaux. Faute de meilleure désignation, j’utiliserai néanmoins ici le terme de copie figurée.

38  À l’exception de K17 no 5B, qui ne comprend pas le terme exemplar. Cet acte, pourvu de deux sceaux appendus aujourd’hui perdus, est davantage un néo-original qu’une copie. Néanmoins, la graphie de l’acte permet de le rattacher sans ambiguïté aux copies figurées.

39  Sauf pour K8 no 1bis qui n’est pas repris dans le cartulaire.

40  Toutes sauf K21B no 7B, S435 (sans numéro), par la suite (s. n.), et K17 no 5B.

41  Seuls les actes K8 no 1bis et S435 (s. n.) n’ont pas été rédigés par ce scribe.

42  Il s’agit des actes du groupe 6 pour Notre-Dame de Paris (écriture de gros module et de gros calibre, hastes montantes fourchues, hastes plongeantes verticales et effilées, lettres f et s ornées, queue du g en forme de vrille, s minuscule qui alterne avec S capital allongé, r sous la ligne ; lignes très espacées tracées à la pointe sèche, encre presque noire, marges latérales marquées par un trait vertical ; parchemins blancs, légèrement rugueux, de forme à peine rectangulaire, l’écriture courant dans le sens de la plus petite dimension) : Françoise Gasparri, L’écriture des actes de Louis VI, Louis VII et Philippe Auguste, Genève/Paris, Droz/Minard, 1973, p. 18 puis p. 20-21. Voir également ce qu’elle dit de ce scribe dans Gasparri, « Remarques sur l’activité de la chancellerie… », art. cité, notamment p. 247 à 249.

43  À nouveau, l’acte S435 (s. n.) se démarque, dont la mention dorsale est d’ailleurs graphiquement différente de celle apposée sur les autres copies figurées. L’acte concerne le règlement d’un contentieux entre le chapitre et son avoué de Viry devant l’évêque de Noyon.

44  De la part de rois de France pour la plupart, mais aussi d’évêques de Paris, et un acte d’Étienne, comte de Paris. Sur cet acte, voir Robert de Lasteyrie, « La charte de donation du domaine de Sucy à l’Église de Paris », Bibliothèque de l’École des chartes, 43/1, 1882, p. 60‑78 ; voir également la critique de cette critique par Léon Levillain, « Note critique sur la charte du comte Étienne et de la comtesse Amaltrude de 811 », Revue d’histoire de l’Église de France, 29/115, 1943, p. 54‑74. Il est édité sous le numéro 2002 dans Cédric Giraud, Jean-Baptiste Renault, Benoît-Michel Tock (éd.),Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France, Nancy/Orléans, Centre de Médiévistique Jean Schneider/Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 2010, en ligne (http://www.cn-telma.fr/originaux/charte2002/, consulté le 15 mars 2017). Les chartes de cette édition électronique seront référencées infra : Telma et forme abrégée de la référence.

45  Pour deux de ces copies, on conserve même plusieurs exemplaires. C’est le cas de la charte du comte de Paris Étienne, S388 no 2B, copiée d’après K7 no 17-2 (ancien S388B no 3) selon Robert de Lasteyrie, mais dont on conserve également deux autres exemplaires en S388 no 1 et S388 no 2A. Ces actes ont fait l’objet d’une analyse poussée de la part de Robert de Lasteyrie, « La charte de donation… », art. cité. C’est également le cas de K12 no 1Abis, qui copie l’un des trois originaux conservés sous les cotes K12 no 1A, no 1B et no 1C.

46  L’éclatement du chartrier entre différentes séries des Archives nationales à la Révolution rend difficile d’établir une certitude sur la présence ou non d’un document au sein du chartrier capitulaire, particulièrement dans la série K, constituée à partir du démembrement de fonds gouvernementaux, judiciaires et ecclésiastiques, dont les chartriers épiscopaux et capitulaires parisiens. Nous nous appuyons pour tenter de pallier cette difficulté sur les mentions dorsales, qui témoignent de l’activité archivistique du chapitre entre le xiie et xviiie siècle, avant les confiscations révolutionnaires. Ces mentions sont la plupart du temps faciles à différencier de celles du chartrier épiscopal. Ces campagnes de mentions dorsales seront analysées dans ma thèse en cours sur l’écrit au chapitre de Paris au xiiie siècle. Sur le traitement des fonds capitulaires à la Révolution, voir supra note 36.La mention la plus facile à reconnaître pour le chapitre est une analyse du xviiie siècle, sans doute légèrement antérieure aux confiscations révolutionnaires, comportant un renvoi aux liasses de l’Église de Paris. Malheureusement, elle n’est présente que sur l’un des exemplaires de chaque acte, les autres y étant sans doute associés avant l’éclatement des fonds suite aux tris révolutionnaires. Les possibles mouvements des documents entre les deux chartriers durant l’histoire de leur transmission ne permettent pas d’être catégoriques, mais l’absence de ces actes dans le cartulaire de l’évêque nous semble confirmer leur absence du chartrier épiscopal.

47  Françoise Gasparri s’était déjà penchée sur cette pratique du dédoublement des actes. Elle distingue l’original, de forme diplomatique, susceptible d’être communiqué à toute réquisition, et donc de se dégrader, et sa copie sous forme de page d’écriture plus ou moins livresque, copie plus ou moins figurée, non scellée, destinée à prendre place, pour mémoire, dans le chartrier. Gasparri, « Introduction », art. cité, p. 24-25 ; et Gasparri, « Remarques sur l’activité de la chancellerie… », art. cité, p. 249.

48  Cette distinction semble effective plus tard dans l’histoire archivistique du chapitre, comme je le montrerai dans ma thèse.

49  Gasparri, « Remarques sur l’activité de la chancellerie… », art. cité, p. 250. Elle rattache néanmoins à cette pratique au chapitre de Paris des actes qui ne le concernent pas et qui ne sont donc pas repris ici : K18 no 1-4A et sa copie no 1-4B, donation par l’évêque de Paris d’une terre à l’abbaye de Marmoutier et non au chapitre (Telma, « Charte Artem/CMJS no 2055 ») ; même chose pour L524 no 1, qui concerne Saint-Maur des Fossés.

50  On n’en retrouve nulle trace dans le chartrier de l’évêque, ni dans le cartulaire dont il se dote au xiiie siècle. Les mentions dorsales apposées sur ces actes témoignent en outre de leur présence dans le chartrier capitulaire avant leur dispersion dans les différentes séries des Archives nationales après la Révolution. Voir supra, note 46. Françoise Gasparri date la réalisation de certains de ces actes du début du xiie siècle : ibid., p. 250.

51  Sauf L524 no 1, qui concerne néanmoins le chapitre puisque l’évêque de Paris, Énée, y concède une prébende à l’abbaye de Saint-Maur des Fossés. Sur cet acte, voir Gasparri,« Remarques sur l’activité de la chancellerie… », art. cité, p. 249-250, qui y voit un faux du début du xiie siècle. En revanche, je ne suis pas d’accord pour lui associer K18 no 2ter, qui semble plutôt appartenir au chartrier de Saint-Maur des Fossés. Ce qui n’empêche pas K18 no 2ter d’être sans doute un faux, à comprendre en lien avec K18 no 2-9. Voir Jean Favier, « La fabrication d’un faux à Saint-Maur-des-Fossés vers la fin du xie siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 119, 1961, p. 233-241. La proximité des écritures est d’ailleurs plus flagrante entre les deux derniers qu’entre L524 no 1 et K18 no 2ter que Française Gasparri associe à tort. Jean Favier analyse cette proximité des écritures comme la tentative du faussaire de K18 no 2ter d’imiter l’écriture du chancelier de K18 no 2-9 (Favier, p. 235). Sur L524 no 1, voir également, Robert de Lasteyrie (éd.), Cartulaire général de Paris, Paris, Imprimerie nationale, 1887, p. 65-66, no 48 et la note 1 p. 65. Robert de Lasteyrie est moins catégorique, y voyant davantage un acte restitué ou interpolé à partir d’un original perdu qu’un faux.

52  Voir l’analyse de Gasparri, « Remarques sur l’activité de la chancellerie… », art. cité, p. 249, qui souligne d’ailleurs que l’archéologie n’a rien révélé d’une construction antérieure à l’édifice actuel à Larchant, qui remonte aux années 1175, ce qui contribue à rendre cet acte suspect. Voir également sur cet acte, ead., « Examen paléographique de l’acte de 1005 », Cahiers Saint-Mathurin, 1, 1989, p. 4-13.

53  Sur le lien entre ces deux actes, voir le point 3 de la note 2 dans l’édition qu’en fait Robert de Lasteyrie, Cartulaire général de Paris, op. cit., p. 43-44. Les deux actes sont édités sous les numéros 32 et 33.

54  Les diplomatistes qui se sont penchés sur ces chartes y voient au minimum des actes extrapolés, réécrits à partir d’un original aujourd’hui perdu. C’est par exemple le cas des exemplaires multiples de la charte du comte Étienne, dont aucun n’est l’original du ixe siècle. Robert de Lasteyrie y voir un acte apocryphe, recréé autour du xie siècle. Léon Levillain le juge antérieur. Françoise Gasparri estime qu’au moins l’une des copies, S388 no 2A, est un faux du début du xiie siècle, Gasparri, « Remarques sur l’activité de la chancellerie… », art. cité. Françoise Gasparri date également du début du xiie siècle la rédaction du pseudo-original S305B no 1, sur lequel est ensuite copié S302A no 4. Restent deux hypothèses : soit S305B no 1 a été fabriqué de toute pièce au début du xiie siècle et il s’agit d’un faux, soit il a été refait d’après un original en mauvais état aujourd’hui perdu et il est donc juridiquement authentique (ibid., p. 248). Elle ajoute à cette liste K18B no 8-2, acte de 1005 par lequel Renaud, évêque de Paris, donne au chapitre un autel dédié à Saint-Pierre et Saint-Merry situé dans le faubourg de Paris. Elle n’avance cependant pas d’argument justifiant sa suspicion sur l’authenticité du document. Nous avons donc préféré suivre Robert de Lasteyrie et considérer cet acte comme authentique, ce que reprend la base Artem (Telma, « Charte Artem/CMJS no 2062 »).

55  On ne retrouve trace de conflits entre le chapitre et l’évêque qu’après l’avènement de l’évêque Étienne Tempier dans les années 1270, puis avec Ranulphe de la Houblières dans les années 1280, sur des questions de juridiction. Voir ce qu’en disent Pierre-Clément Timbal, Josette Metman, « Évêque de Paris et chapitre de Notre-Dame : la juridiction dans la cathédrale au Moyen Âge », Revue d’histoire de l’Église de France, 50/147, 1964, p. 47-72. Sur le conflit avec l’évêque Ranulphe, voir également l’analyse d’Henri Lot, « Une querelle de l’évêque de Paris et du chapitre de Notre-Dame aux xiiie et xvsiècles. Extrait du catalogue d’une bibliothèque de cardinal au xve siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 26, 1865, p. 149-162.

56  On connaît ainsi la campagne menée par Pierre le Chantre contre la construction qui détourne l’Église des vrais buts de la religion, et spécifiquement contre l’acceptation de dons usuraires pour financer l’entreprise. John W. Baldwin, Masters, Princes and Merchants: The Social Views of Peter the Chanter and His Circle, Princeton (N. J.), Princeton University Press, 1970, p. 66-69, p. 135-136 et p. 309.

57  À titre d’exemples : réglementation de l’office de chancelier en 1207 (Livre Noir, acte non numéroté, entre les numéros 162 et 163), suivi par un statut sur le chancelier en 1215 (L463 no 17) ; fondation de quatre marguilliers prêtres en l’Église de Paris suite au don d’Adam de Montreuil, chanoine de Paris en 1204 (L463 no 10A et 10B) ; le fameux règlement sur la fête des fous de 1198 (L498 no 310) ; ratification de l’arbitrage conclu entre l’évêque et Saint-Germain des Prés sur leur juridiction respective en 1211 (L774 no 38) ; forma pacis réglementant les juridictions épiscopales et royales pour les xiiie et xive siècles en 1222 (on conserve les deux exemplaires établis au nom du roi pour l’évêque et le chapitre, S1120 n3 pour l’évêque, K28 no 17 pour le chapitre) ; l’acte correspondant établi au nom de l’évêque, du doyen et du chapitre est aujourd’hui perdu, mais a été copié dans le Registre E de Philippe Auguste, fol. 138v, voir les remarques des éditeurs des actes de Philippe Auguste : Henri-Charles Samaran (dir.), Michel Nortier (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, roi de France, Paris, Imprimerie nationale, 1979, t. IV, no 1805, n. 1 p. 486.

58  À la fin des années 1230, un conflit oppose le chapitre et le roi concernant la taille des sergents du chapitre par les officiers royaux dans les domaines capitulaires. Devant l’absence de réaction de l’évêque Guillaume d’Auvergne, le chapitre recourt à l’autorité pontificale. Grégoire IX écrit au roi, organise un arbitrage du conflit en 1239 et somme Guillaume d’Auvergne de ne pas déserter la cause de son Église : Noël Valois, Guillaume d’Auvergne, évêque de Paris (1228-1249). Sa vie et ses ouvrages, Paris, Picard, 1880, p. 74-79. À la suite de ce reproche pontifical, Guillaume d’Auvergne défend avec plus d’empressement les intérêts du chapitre : il excommunie ainsi en 1239 (n. st.), à la demande du chapitre, Simon de Cossigny, bailli du comte de Bretagne, pour avoir arrêté un homme sur les terres du chapitre et avoir refusé de le délivrer : éd. dans Guérard, Cartulaires de l’église Notre-Dame de Paris, op. cit., t. II, p. 262, no 27, cité par Valois, Guillaume d’Auvergne…, op. cit., p. 79.

59  Quelques exemples parmi bien d’autres : Pierre le Chantre est nommé par le pape Célestin III dans la commission de prélats chargés de juger la tentative du roi Philippe Auguste de se séparer de la reine Ingeburge de Danemark (John W. Baldwin, Paris, 1200, Paris, Aubier, 2006, p. 108). Robert de Courçon, chancelier de Paris, est nommé cardinal puis légat du pape. Eudes de Châteauroux, chancelier de l’Église de Paris, est nommé cardinal par Innocent IV en 1244, puis légat du pape entre 1248 et 1254 (Valois, Guillaume d’Auvergne…, op. cit., p. 82).

60  Olivier Hanne, De Lothaire à Innocent III. L’ascension d’un clerc au xiie siècle, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2014. Voir notamment le schéma 2, p. 278, qui figure les principales influences des maîtres des écoles de la fin du xiie siècle sur le futur pape. Sur tous ces personnages et leur relation avec Lothaire de Segni, ibid., p. 124-136. Des membres de sa famille ont détenu en outre des prébendes à la cathédrale : c’est le cas d’Étienne Conti, son neveu (ibid., p. 77), puis, plus tardivement, de Richard Annibaldi, neveu par une autre branche (p. 81). Jean Rupp, dans son Histoire de l’Église de Paris, Paris, Robert Laffont, 1948, fait d’Innocent III un ancien chanoine de Paris, p. 99. Il s’agit d’une erreur.

61  Néanmoins, après leur sacre à Reims, les rois rendent visite à Notre-Dame lors de leur première entrée à Paris et s’y engagent à respecter ses privilèges : Dany Sandron, « L’incarnation de l’architecture gothique », dans cardinal André Vingt-Trois et al. (dir.), Notre-Dame de Paris, op. cit., p. 15-16, ici p. 16. Répété plus loin dans le même volume : Sabine Berger, Dany Sandron, « La maîtrise d’ouvrage, xiie-xive siècle », p. 28-41, ici p. 35. Sur les entrées royales à Paris, voir Lawrence M. Bryant, « La cérémonie de l’entrée à Paris au Moyen Âge », Annales. Histoire, sciences sociales, 41/3, 1986, p. 513-542.

62  Notre-Dame de Paris accueille en revanche la veillée funèbre de saint Louis en 1271 avant son inhumation à Saint-Denis, puis les obsèques religieuses de Philippe le Bel en 1314. Sur les funérailles royales, voir l’étude d’Alain Erlande-Brandenburg, Le Roi est mort. Étude sur les funérailles, les sépultures et les tombeaux des rois de France jusqu’à la fin du xiiie siècle, Paris/Genève, Arts et métiers graphiques/Droz, 1975. Pour Louis IX, p. 20 ; pour Philippe le Bel, p. 22.

63  Victor Mortet, « Maurice de Sully, évêque de Paris (1160-1196). Étude sur l’administration épiscopale pendant la seconde moitié du xiie siècle », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 16, 1889, p. 105‑318, ici p. 157-158.

64  Sur l’enceinte de Philippe Auguste, voir Hélène Noizet, Étienne Lallau, « L’enceinte de Philippe Auguste : croiser la pierre et le papier grâce au SIG », dans Hélène Noizet, Boris Bove, Laurent Costa (dir.), Paris de parcelles en pixels. Analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne, Saint-Denis/Paris, Presses universitaires de Vincennes/Comité d’histoire de la Ville de Paris, 2013, p. 109-120 et sa représentation (figure 7 p. 115). Pour l’historiographie, voir surtout Alexandre Gady, « Retrouver l’enceinte de Philippe Auguste : archéologies de pierre et de papier », dans Béatrice de Andia (dir.), Les enceintes de Paris, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 2001, p. 73-79.

65  Guérard, Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, op. cit., t. IV, p. 109-110.

66  Voir également sur ces chapellenies ce qu’en dit Alain Erlande-Brandenburg, Le Roi est mort, op. cit., p. 100.

67  Ces reliques furent déposées à l’église Saint-Étienne, puis portées à la nouvelle cathédrale le 4 décembre 1218 : Jean Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, Paris, Féchoz et Letouzey, 1883 [1754], T. 1, p. 8. La présence parmi ces reliques du haut du chef de saint Denis fut la source d’un long conflit avec l’abbaye de Saint-Denis qui prétendait avoir la tête entière. Les chanoines de Paris affirmaient au contraire que le saint aurait été décalotté et non décapité et qu’il était donc impossible d’avoir la tête entière. Un procès eut lieu à ce sujet au xve siècle, dont on ne connaît malheureusement pas l’issue : Claude Gauvard, Joël Laiter, Notre-Dame de Paris, cathédrale médiévale, Paris, Éditions du Chêne, 2006, p. 217 et 219. Des pièces de ce procès ont été éditées et étudiées par Henri-François Delaborde, « Le procès du chef de saint Denis en 1410 », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 11, 1885, p. 297-409. Plus récemment, le dossier a été repris par Claude Gauvard, « Écrire l’histoire et restaurer l’honneur au Parlement de Paris. À propos de la relique du chef de saint Denis en 1410 », dans Magali Coumert et al. (dir.), Rerum gestarum scriptor. Histoire et historiographie au Moyen Âge. Mélanges Michel Sot, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2012, p. 509‑520.

68  Gauvard et Laiter, Notre-Dame de Paris…, op. cit., p. 81.Cet attachement de Philippe Auguste à la cathédrale doit néanmoins être relativisé. Aucune cérémonie n’a lieu à Notre-Dame à sa mort. En outre, il n’institue pas de fondation en son nom à Notre-Dame de Paris. Son testament de 1222 octroie une rente de 250 livres parisis à l’abbaye de la Victoire pour célébrer des offices divins pour son âme et fait don à Saint-Denis de tous les joyaux du roi pour que vingt moines prient quotidiennement pour son âme : Erlande-Brandenburg, Le Roi est mort…, op. cit., p. 101.

69  Chanoine du chapitre de Paris, élu évêque à la suite de Pierre de Nemours, il est déposé suite au transfert, depuis l’évêché d’Auxerre, de Guillaume de Seignelay qui bénéficie du choix pontifical. La défaite de Gautier Cornut entraîne une discorde entre la papauté et le roi de France qui appuyait Gautier Cornut. Gautier Cornut devient par la suite doyen du chapitre puis, en 1222-1223, archevêque de Sens. Cette figure encore trop évanescente de l’histoire conjointe de l’Église de Paris et de la cour royale a été étudiée par Fabrice Delivré lors d’une conférence qu’il a donnée dans le cadre du colloque « La France religieuse du jeune (saint) Louis » qui s’est tenu à Poissy les 14 et 15 mars 2014 pour les 800 ans de la naissance de Louis IX : Fabrice Delivré, « Science canonique et gouvernement pastoral : l’exemple de Gautier Cornut (v. 1200-v. 1240) ».

70  Des analyses approfondies de l’architecture de Notre-Dame ont permis de dégager les grandes phases du chantier, liées à des changements de maître d’œuvre par ailleurs anonymes. Pour un rappel bref de la chronologie de la construction de la cathédrale gothique, voir Dany Sandron, « La maîtrise d’œuvre, xiie-xvie siècle », Notre-Dame de Paris, op. cit., p. 41-45. Pour une chronologie plus détaillée du chantier, voir Marcel Aubert, Notre-Dame de Paris. Sa place dans l’histoire de l’architecture du xiie au xive siècle, Paris, H. Laurens, 1920.

71  Les développements qui suivent sont tirés des travaux de Dany Sandron. Parmi ses contributions les plus récentes à ce sujet, voir Dany Sandron, « Les rois s’invitent à Notre-Dame : la mise en place du décor sculpté de la façade de la cathédrale de Paris (portail nord et galerie des rois) », dans Iliana Kasarska (dir.), Mise en oeuvre des portails gothiques. Architecture et sculpture, Actes du colloque tenu au musée de Picardie, Amiens, le 19 janvier 2009, Paris, Picard, 2011, p. 11‑28 ; « Notre-Dame, une architecture diocésaine et royale », dans Cédric Giraud (dir.), Notre-Dame de Paris 1163-2013, Actes du colloque scientifique tenu au collège des Bernardins, à Paris, du 12 au 15 décembre 2012, Turnhout, Brepols, 2013, p. 29‑36 ; « La cathédrale et les rois : Notre-Dame de Paris (xiie-xiiie siecles) », dans Katja Schröck, Bruno Klein, Stefan Bürger (dir.), Kirche als Baustelle. Große Sakralbauten des Mittelalters, Cologne/Weimar/Vienne, Bölhau, 2013, p. 260‑270.

72  La question fait toujours débat. Il nous semble néanmoins légitime, à la suite de Dany Sandron, de considérer la fameuse anecdote des curieux se pressant en touristes sur le parvis à la fin du xiiie siècle pour reconnaître qui Pépin, qui Charlemagne parmi les statues, justifie au moins la possibilité d’une ambiguïté intrinsèque et donc d’une double lecture de cette galerie, y compris à l’époque médiévale. Le passage en question, tiré d’un récit satirique daté de 1284, intitulé « les XXIII manieres de vilains », est contenu dans Paris, BnF, ms. fr. 1553, fol. 514 : Li vilains babouins est cil ka va devant Nostre Dame à Paris et regarde les rois et dit : Ves la Pepin, ves la Charle Magne et on li coupe sa borse par derriere… (cité par Sandron, « La cathédrale et les rois », art. cité, n. 22 p. 265). Pour un rappel sur les polémiques entourant l’interprétation des galeries des rois, voir l’introduction historiographique de l’article de Claudine Lautier, « Les deux galeries des rois de la cathédrale de Chartres », Bulletin monumental, 169/1, 2011, p. 41‑64.

73  Dany Sandron en veut pour preuve la présence isolée d’un gable sur le portail nord, qui offre un surcroît d’épaisseur à la façade. Les deux autres portails de la façade sont quant à eux coiffés d’une archivolte en saillie reposant sur deux consoles figurées. Cet épaississement des trois portails est pour lui directement lié à la galerie des Rois qui repose en partie sur cette saillie. Il résulterait donc de l’ajout postérieur de la galerie des Rois au projet initial. Voir Dany Sandron, « Le projet du xiie siècle », dans Notre-Dame de Paris, op. cit., p. 67-93, ici p. 90. La thèse est controversée mais mérite d’être examinée et défendue.

74  Dany Sandron, « La maîtrise d’ouvrage… », art. cité, p. 37, qui cite à l’appui Marcel Aubert, La cathédrale Notre-Dame de Paris. Notice historique et archéologique, Paris, Firmin-Didot, 1950 [1909], p. 17, renvoyant à Viollet-le-Duc.

75  Ainsi, si certaines de ces interprétations sont sujettes à controverse, leur accumulation ne peut traduire une simple coïncidence.

76  Les statues originales avaient en effet disparu dans la tourmente révolutionnaire.

77  Voir l’argumentation complète d’Odile Pinard, « Le portail du couronnement de la Vierge », dans Notre-Dame de Paris, op. cit., p. 180-187.

78  Sur ce don de reliques par Philippe Auguste, voir supra. L’absence de représentation de sainte Catherine sur ce portail, pourtant présente dans les reliques offertes par le roi, s’expliquerait par le décalage de ce don par rapport aux autres, ainsi qu’il apparaît clairement dans l’obit. Voir l’argumentation de Delaborde dans « Le procès du chef de saint Denis en 1410 », art. cité, p. 365.

79  Un autre exemple de portail mentionné par Odile Pinard retrace l’invention de reliques : le portail nord de la façade de la cathédrale de Sens, achevé autour de 1210, consacré à saint Jean-Baptiste, et dont les huit scènes de la voussure externe représentent l’histoire de l’invention des reliques du Baptiste de la cathédrale de Sébaste, découvertes en 1145 (Pinard, « Le portail du couronnement… », art. cité, p. 186). On y trouve successivement la narration de l’exhumation et de la crémation des reliques par Julien l’Apostat, l’invention faite à Sébaste, la présentation des reliques aux chevaliers croisés, puis à un donateur agenouillé, enfin, la construction de la cathédrale de Sébaste. Voir Léon Pressouyre, « Reliques et cathédrales gothiques, le cas de la France », dans Catherine Arminjon, Denis Lavalle (dir.), Vingt siècles en cathédrales, Paris, Monum/Éditions du Patrimoine, 2001, p. 182-183. Pour une analyse plus complète de ce portail, voir les travaux de Nurith Kenaan-Kedar, « The Cathedral of Sebaste: Its Western Donors and Models », dans Benjamin Z. Kedar (dir.), The Horns of Hattin, Jérusalem, Yad Izhak Ben-Zvi,1992, p. 99‑120 et ead., « La cathédrale de Sens », dans Pèlerinages et croisades, Paris, Éditions du CTHS, 1995, p. 315‑320. Voir également Annabelle Martin, « Nouvelles observations sur le portail Saint-Jean de la cathédrale Saint-Étienne de Sens », Bulletin monumental, 163/4, 2005, p. 315‑327.

80  Odile Pinard en veut pour preuve le bas-relief situé à l’origine sous la niche de la statue royale, qui figure effectivement un homme couronné déroulant une longue banderole s’agenouillant devant une reine nimbée : le roi Philippe Auguste donc, présentant l’acte de donation des reliques à la Vierge (Pinard : « Le portail du couronnement… », art. cité, p. 186). Les bas-reliefs sont supposés montrer un épisode de la vie du personnage représenté plus haut. Claude Gauvard et Joël Laiter adoptent la même interprétation dans leur livre déjà cité : Notre-Dame de Paris…, op. cit., p. 220. Le bas-relief en question est reproduit à la p. 221, et sert actuellement de socle à la statue de Saint-André, au portail du Jugement. Son déplacement n’est pas expliqué. Il faut mentionner également, pour défendre la théorie de la représentation de Philippe Auguste dans le portail de la Vierge, un texte de 1410, extrait du mémoire du chapitre de Notre-Dame de Paris lors du procès qui l’oppose à l’abbaye de Saint-Denis au sujet de la relique du chef de saint Denis (voir supra note 67). Ce document, conservé aux Archives nationales dans le fonds de l’abbaye de Saint-Denis, sous la cote LL 1326, a été commenté et édité par Henri-François Delaborde, dans l’article déjà cité, « Le procès du chef de saint Denis en 1410 ». Les chanoines appuient la défense de l’authenticité de leur relique sur plusieurs types de preuves, dont les représentations figurées de saint Denis. L’extrait qui nous intéresse s’inscrit dans ce contexte. Nous en reprenons la transcription de Delaborde : … que la porcion du chief monsiegneur saint Denis qui est en l’eglise de Paris soit du chief monseigneur saint Denis, apostre de France et premier evesque de Paris, il appert par le portail senestre de l’eglise de Paris, vers saint Jehan le Rond, ou quel, en grans et anciens ymages de pierre eslevez, est l’ymage du roy Philippe le Conquerant, figuré en jeune aage pour ce qu’il fut couronné ou xiiije an de son aage ; lequel mostre l’imaige de monseigneur saint Denis portant son chief demi trenchié, et aussi les ymages de notre Dame, de saint Estienne, de saint Jehan Baptiste, etc., en demonstrant que les reliques dessus dictes qu’il avoit donné a la dicte eglise de Paris estoient des sains dont il monstre les ymages. […] Et est certain que ledit portail ne fut pas ainsi fait et devisé sans grande et meure deliberacion, affin qu’il fust perpetuel memoire que les dessus dites reliques avoient esté donnees a l’eglise de Paris par ledit roy Philippe le Conquerant. (LL 1326, fol. 4rv, Delaborde, p. 363-364). Voir néanmoins la critique de cette interprétation au xve siècle de l’iconographie du xiiie siècle dans Émile Mâle, L’art religieux du xiiie siècle en France, 10e éd., Paris, Armand Colin, 1986, n. 52 p. 335. Pour Émile Mâle, il ne faut pas accorder trop de crédit à ce témoignage, puisqu’au xve siècle, les traditions du grand art religieux commençaient à se perdre, les contemporains pouvant donc se méprendre sur une œuvre du xiiie siècle. Cependant, Émile Mâle souligne la possibilité pour les rois, barons ou évêques du xiiie siècle de figurer dans l’iconographie cathédrale en qualité de donateurs. La représentation de Philippe Auguste pose ici problème puisque son attitude ne permet pas de le distinguer des bienheureux (p. 330). La question ne se pose pas pour le bas-relief, Philippe Auguste y étant bien figuré en position de donateur, agenouillé face à la Vierge. Quoi qu’il en soit de la statue en pied, une représentation du roi s’impose bien sur le monument gothique au début du xiiie siècle.

81  Le chœur est consacré le 19 mai 1182 par Henri de Château-Marçay, légat pontifical, assisté de l’évêque Maurice de Sully. Les trois dernières travées de la nef, les bas-côtés et les tribunes sont achevés autour de 1200. Les travaux des assises de la façade et du reste de la nef se poursuivent jusqu’à la fin du règne de Philippe Auguste. Les tours de la façade sont achevées vers 1240. Sur la chronologie du chantier, voir Marcel Aubert, Notre-Dame de Paris…, op. cit.

82  Il s’agit pour l’immense majorité d’actes postérieurs à 1200.

83  Une première analyse a permis en effet de dégager, semble-t-il, deux unités paléographiques nettes pour les deux premières phases de rédaction. On aurait donc là deux scribes successifs, ce qui est cohérent avec l’unité graphique et la conception intellectuelle de ces deux premières phases. Une étude plus poussée mériterait cependant d’être menée.

84  L’enchevêtrement des mains à partir de l’acte 100 témoigne d’un changement de statut du cartulaire, beaucoup moins homogène et formé d’ajouts successifs.

85  Sauf bien sûr dans les cas où la rubrique était déjà présente.

86  À l’exception de quelques cas mais qui peuvent se justifier facilement par une mise en valeur de l’acte (report de l’acte en tête du cartulaire ou de la section, par exemple) ou par un oubli réinséré après coup. Si le schéma global est valable pour toutes les sections, celles des actes royaux, épiscopaux et décanaux ont fait l’objet d’un travail supplémentaire. Voir infra.

87  En effet, les analyses de la table du Petit Pastoral reproduisent strictement les rubriques du Livre Noir, alors que dans le corps du nouveau cartulaire, elles ont subi de légères modifications. La table du Petit Pastoral a donc la caractéristique d’être un préliminaire à la rédaction, là où celle du Livre Noir en était un aboutissement.

88  Le manuscrit comportait en effet également une partie primitive, que l’on n’a pour l’instant pas retrouvée.

89  Déjà au xiie siècle, comme le faisait remarquer Françoise Gasparri, voir supra, note 33.

90  Le terme de corpus apparaît d’ailleurs dans les préfaces de certains cartulaires pour désigner la réunion des textes dans le codex. Voir les remarques de Pierre Chastang, « Des archives au codex : les enjeux de la rédaction des cartulaires (xie-xive siècle) », Cahiers électroniques d’histoire textuelle du Lamop, 1, 2008, Les regroupements textuels au Moyen Âge (https://lamop.univ-paris1.fr/fileadmin/lamop/publications/Cahiers_Histoire_Textuelle/CEHTL__1__2008_/Pierre__Chastang.pdf, consulté le 15 mars 2017).

91  Archives nationales, LL 79 ; actuellement conservé au Musée d’histoire de France, cote AE II 275. Par ce serment, les chanoines juraient au doyen et au chapitre obéissance et respect. Ils promettaient de servir les droits et libertés de l’Église de Paris, d’observer ses statuts, coutumes et usages, spécifiquement l’immunité du cloître, et de garder les secrets du chapitre. En outre, ils devaient certifier être nés de légitime mariage et libres et exempts de toute servitude.

92  Ces miniatures sont visibles sur la base Archim, dans la section Florilège, cote AE II 275. Sur ces miniatures, voir François Avril, L’enluminure à l’époque gothique, 1200-1420, 2e éd., Paris, Bibliothèque de l’image, 1995 ; Alison Stones, « Questions of Style and Provenance in the Morgan Picture Bible », dans Colum Hourihane (dir.), Between the Picture and the Word: Manuscript studies from the Index of Christian Art, Princeton, Princeton University, 2005, p. 112-121, pour les miniatures du Livre des Serments, p. 112 ; Michel François, Les plus beaux manuscrits à peintures conservés aux Archives nationales, Paris (extrait des Trésors des bibliothèques de France, 24), 1938, pour le Livre des Serments, p. 4-7.

93  La foliotation fournit une confirmation définitive s’ajoutant à d’autres éléments : format, réglure de la page, type des initiales notamment. Enfin, les deux premiers actes du Petit Pastoral, tous deux du doyen du chapitre, introduisent des compléments à cette formule de serment. Le premier acte, daté de 1128, sous la rubrique De sacramentis canonicorum, enregistre l’engagement pris par le doyen Bernier et le chapitre de protéger le patrimoine ecclésiastique, de prêter serment sous peine d’être exclus de la communion et atteste que les biens des prébendes appartiennent à l’Église de Paris. L’eschatocole précise que l’acte est approuvé par le roi et par l’évêque. Le second acte, sous le sceau du doyen Clément cette fois, renforce la juridiction du chapitre, établissant que quiconque serait coupable de meurtre sur un justiciable du chapitre serait privé des biens qu’il possède dans la terre de l’Église, jusqu’à ce qu’il accepte le jugement du chapitre. Il est précisé dans l’acte que cette ordonnance devait être ratifiée par tous les chanoines nouvellement nommés. Voir sur ce deuxième acte le commentaire de Guérard, Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, op. cit., t. I, p. CXXIV.

94  Michel François, « Les plus beaux manuscrits… », art. cité, p. 5. Sur la cérémonie d’investiture de l’évêque et sur le serment prêté sur les miniatures, voir aussi Notre-Dame de Paris, 1163-1963. Exposition du Huitième Centenaire organisée par la Direction des Archives de France à la Sainte-Chapelle, juin-octobre 1963, Paris, Les Presses artistiques, 1963.

95  Cette interprétation est avancée par Michel François, qui s’appuie sur des éléments iconographiques : l’hostie que la Vierge tient dans sa main droite et l’autel sur lequel la Vierge est assise, remplaçant ici le traditionnel banc de pierre. Michel François, « Les plus beaux manuscrits… », art. cité, p. 6-7.

96  L’analyse des rapports entre histoire et mémoire au Moyen Âge, qui s’insère plus largement dans le champ de l’histoire de l’historiographie cher à Bernard Guenée, a vu fleurir nombre d’études ces dernières décennies, en lien avec l’essor de l’histoire des mentalités des années 1970. Les travaux les plus récents renouvellent les perspectives en réinvestissant les questionnements de Guenée sur la culture historique et la notion de « mémoire collective » d’Halbwachs dans différents espaces, différentes époques et différentes sources. De Bernard Guenée, voir la synthèse magistrale Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, 2e éd., Paris, Aubier-Montaigne, 1991. Sur l’essor des études consacrées aux usages du passé au Moyen Âge, lire Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt, « L’histoire médiévale », Cahiers de civilisation médiévale, 39, 1996, p. 9‑25, surtout p. 19. Parmi les publications récentes les plus intéressantes dans la perspective où je m’inscris modestement ici, voir Coumert et al., Rerum gestarum scriptor…, op. cit., surtout part. 1, « Écriture de l’histoire et communauté de mémoire ». Voir également Jacques Verger, « Mémoire et histoire dans la conscience universitaire au Moyen Âge », dans Andreas Sohn (dir.), Memoria: Kultur, Stadt, Museum/Mémoire: Culture, ville, musée, Bochum, Dr. D. Winkler, 2006, p. 125‑134 ; dans le même volume Julian Führer, « Le souvenir des rois de France dans les chapitres parisiens », p. 81-91 ; Olivier de Laborderie, Histoire, mémoire et pouvoir. Les généalogies en rouleau des rois d’Angleterre (1250-1422), Paris, Classiques Garnier, 2013 ; Hanno Brand, Pierre Monnet, Martial Staub (dir.), Memoria, Communitas, Civitas. Mémoire et conscience urbaines en Occident à la fin du Moyen Âge, Ostfildern, J. Thorbecke, 2003, notamment dans ce volume Anne-Laure Van Bruaene, « S’imaginer le passé et le présent : conscience historique et identité urbaine en Flandre à la fin du Moyen Âge », p. 167-180. Et, partant d’une analyse littéraire, Pierre A. Burton, « L’histoire comme « acte de mémoire », « porte de la sagesse » et « chemin de sanctification ». Introduction à La généalogie des rois d’Angleterre d’Ælred de Rievaulx », Cîteaux, 65, 2014, p. 5‑81, suivi de l’édition de La Généalogie, p. 83-159.

97  Ce plan de classement est fréquent dans les cartulaires des xiie et xiiie siècles. Il se répartit en deux groupes : 1) ecclésiastiques puis laïques ; ou 2) ordre juxtaposant les ecclésiastiques et laïques de même niveau, comme c’est le cas ici.

98  En dehors de quelques irrégularités : un acte de Louis VI le Gros est intercalé entre deux actes de rois Charles, et un acte de Philippe Ier entre deux actes de rois Louis.

99  On peut sans doute interpréter certaines successions d’actes épiscopaux par le même phénomène d’attraction nominale effectif dans les actes royaux. On passe ainsi d’un acte de Guillaume de Seignelay à Guillaume d’Auvergne, alors que chronologiquement, c’est Barthélémy qui succède à Guillaume de Seignelay.

100  À nouveau, on assiste à une attraction nominale dans le passage des actes du doyen Clément à ceux d’Hugues Clément (H. Clementus dans les sources), puis à ceux d’Hervé de Montmorency (H. dans les sources).

101  Les gesta se définissent en effet comme « un genre littéraire narratif constitué de séries de notices consacrées aux évêques successifs d’une cité ou aux abbés successifs d’un monastère ». La série chronologique continue des évêques ou abbés depuis les origines de l’église ou du monastère jusqu’au temps de la rédaction est donc l’un des fondements du genre. Voir Michel Sot, Gesta episcoporum, gesta abbatum, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 37), 1981, dont est extraite la définition ci-dessus, p. 13. Pour quelques exemples d’études sur les gesta episcoporum, voir par exemple le volume dirigé par François Bougard et Michel Sot, Liber, Gesta, histoire. Écrire l’histoire des évêques et des papes, de l’Antiquité au xxie siècle, Turnhout, Brepols, 2009.

102  Le classement adopté se singularise ainsi à nouveau des gesta du fait de ce but pratique, facilitant le repérage des actes et donc la recherche, là où les gesta, en mettant en avant la chronologie, construisent la légitimité d’une lignée épiscopale et élaborent une histoire collective. Sot, Gesta episcoporum…, op. cit., p. 16. Elles entretiennent de ce point de vue des liens ténus avec l’hagiographie et la liturgie. Ibid., p. 17-19.

103 On retrouve un système de repérage semblable dans le cartulaire D de Cluny, dans lequel un annotateur a numéroté en marge les documents sur le modèle prima carta [talis] regis, en confondant tous les souverains dotés du même nom (Sébastien Barret, La mémoire et l’écrit. L’abbaye de Cluny et ses archives [xe-xviiie siècle], Münster, Lit, 2004, p. 257).

104  Pousser plus loin l’argument supposerait de s’interroger sur la conscience historique du rédacteur, dont on ne sait rien par ailleurs, ou plus largement sur celle des chanoines de la cathédrale au xiiie siècle, comme a pu le faire brièvement Jacques Verger pour le monde universitaire, dans son article déjà cité (Verger, « Mémoire et histoire… », art. cité.). Ce n’est pas le lieu pour une telle recherche d’anthropologie politique.

105  Il s’agit d’un binion dont le dernier feuillet a été coupé.

106  Léopold Génicot réfléchit également, dans le volume de la collection « Typologie des sources du Moyen Âge occidental » qu’il consacre aux généalogies, sur cette proximité entre listes ou catalogues de rois et généalogies. Léopold Génicot, Les généalogies, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 15), 1975, p. 12-13.

107  Guenée, Histoire et culture historique…, op. cit., chap. 4, « La maîtrise du temps ».

108  Il s’agit des évêques Galon et Guillaume d’Auvergne. Pour Galon, la mention suit immédiatement le nom et le statut : Anno domini m c iiii tunc incepit eius episcopatus. Pour Guillaume d’Auvergne, le dernier évêque de la liste initiale, à la première main Guillelmus episcopus a été adjointe son identification par son origine alvernensis. Cette identification est ajoutée au prénom à partir de l’évêque Pierre Lombard, mais ne semble pas de la main initiale. Ce n’est qu’après cet ajout qu’est mentionné à l’encre rouge le début de son épiscopat, de la même main que la mention apposée à l’évêque Galon : mccxxviii incepit primo eius episcopatus. L’agencement des différentes écritures semble plaider pour un ajout postérieur de ces datations à l’encre rouge, mais l’analyse paléographique plaide plutôt pour une identification à la main initiale.

109  Même si nos conceptions de l’histoire centrées sur la date ont du mal à la percevoir aujourd’hui, d’autant plus que les homonymies fréquentes des rois et des évêques rendent les identifications compliquées.

110  Selon les termes mêmes de Michel Sot (Gesta episcoporum…, op. cit., p. 15).

111  Voir par exemple Bernard Guenée, « Les généalogies entre l’histoire et la politique : la fierté d’être Capétien, en France, au Moyen Âge », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 33/3, 1978, p. 450-477.

112  On connaît l’existence de cette liste via sa copie au xiiie siècle sur un feuillet de parchemin inclus par la suite, dans des circonstances qui nous échappent aujourd’hui, à un manuscrit d’une écriture du xie siècle contenant une partie des Histoires de Grégoire de Tours et la chronique de Frédégaire. Le manuscrit est conservé aujourd’hui à la BnF sous la cote ms. lat. 5921 (anc. Colbert 701). La liste est au fol. 47v. Elle est citée et éditée par Jean Lebeuf, Dissertations sur l’histoire ecclésiastique et civile de Paris, Paris, Lambert et Durand, 1739, t. 1, p. 101-102. Elle est reprise dans Guérard, Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, op. cit., t. I, p. CLXIX, puis étudiée par Louis Bréhier dans « Les galeries des rois et les catalogues officiels des rois de France », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 60/1, 1916, p. 61-66. Si l’on conserve des traces de listes de biens, notamment en Italie, la liste des noms de rois est, dans l’état de mes connaissances sur la question, un hapax dans la bibliographie. L’exemple le plus connu pour les listes de biens est celui du Mont Cassin, sur lequel on peut lire l’étude de Herbert Bloch dans son ouvrage Monte Cassino in the Middle Ages, Cambridge (Mass.)/Rome, Harvard University Press/Ed. di storia e letteratura, 1986, vol. 1, p. 167-464 pour la partie sur la liste (édition et commentaire). Plus largement, même s’il n’évoque pas de liste, voir l’article de Robert Favreau, qui donne de multiples exemples de cas de mise en scène, sur la façade des églises, de textes de commémoration historique ou de donations : Robert Favreau, « La notification d’actes publics ou privés par des inscriptions », dans Claude Arrignon et al. (dir.), Cinquante années d’études médiévales. À la confluence de nos disciplines. Actes du colloque organisé à l’occasion du Cinquantenaire du CESCM, Poitiers, 1er-4 septembre 2003, Turnhout, Brepols, 2005, p. 637‑664.

113  La liste recopiée sur le feuillet volant est annoncée par la formule : Hec sunt nomina regum francorum in porta beate Marie parisiensis scripta. Robert Favreau souligne la multiplicité des supports possibles des inscriptions à destination du public : inscriptions proprement lapidaires gravées dans la pierre, ou au contraire sur des plaques de plomb ou de cuivre, voire peintes… Ibid., p. 641.

114  En outre, rien ne permet de savoir si les numéros d’ordre étaient présents sur la liste écrite sur les portes ou si c’est le scribe de la copie qui les a ajoutés dans un souci de repérage, puisqu’il ne semble pas avoir recopié la mise en forme de la liste. La liste actuelle est en effet à longue ligne.

115  Elles se terminent toutes les deux avec ce roi. Il est cependant difficile de dater la réalisation de la liste monumentale sans indice sur son état matériel.

116  Elle débute ainsi au roi Pharamond, fils de Marcomir, père de Clodion. La première mention de ce roi semble dater du Liber Historia Francorum, vers 752. Sur ce roi, voir par exemple Jelle Koopmans, « Pharamond, premier roi de France », Rapports-Het Franse Boek, 69, 1999, p. 86-95.

117  La question de l’inspiration de ces deux listes, trop chronophage, n’a pu être traitée ici.

118  Au sens qu’Antonio Castillo Gómez donne de cette expression : « manifestations de l’écrit qui ont pour but de construire et de donner du sens par leur insertion linguistique dans l’espace public ». Antonio Castillo Gόmez, « Entre public et privé. Stratégies de l’écrit dans l’Espagne du Siècle d’Or », trad. par Cécile d’Albis, Annales. Histoire, sciences sociales, 56/4, 2001, p. 803‑829, ici p. 805. Sur l’impact de ces écrits publics dans une société de restricted literacy, principalement dans une utilisation politique ou morale de l’écrit, voir les remarques d’Élodie Lecuppre-Desjardin, « Des portes qui parlent : placards, feuilles volantes et communication politique dans les villes des Pays-Bas à la fin du Moyen Âge », Bibliothèque de l’École des chartes, 168, 2010, p. 151173 ; Claire Billen, « Dire le bien commun dans l’espace public. Matérialité épigraphique et monumentale du bien commun dans les villes des Pays-Bas, à la fin du Moyen Âge », dans Élodie Lecuppre-Desjardin, Anne-Laure Van Bruaene (dir.), De bono communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City/Discours et pratique du Bien Commun dans les villes d’Europe (xiiie au xvie siècle), Turnhout, Brepols, 2010, p. 71‑88.

119  Gόmez, « Entre public et privé… », art. cité, p. 806.

120  Le choix des portes de la cathédrale pour afficher cette liste en témoigne. S’intéressant à la publicité des actes via les inscriptions, Robert Favreau souligne ainsi l’importance du lieu d’affichage : « Les textes dont on veut ainsi assurer la notoriété ont été logiquement placés à l’endroit où ils pourront être lus – et même simplement vus pour ceux qui ne pourront les lire mais sauront de quoi il s’agit – le plus facilement », Favreau, « La notification d’actes publics… », art. cité, p. 641.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Chronologie de rédaction du Livre Noir
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 819k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 843k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54522/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 750k

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540