Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Administrer par l’écrit au Moyen Âge

 | 
Harmony Dewez
, 
Lucie Tryoen

Deuxième partie. Outils et acteurs de l'administration par l'écrit

Administrer et gérer l’écrit et par l’écrit

Les pratiques scripturales de Jean Teisseire, petit entrepreneur du xive siècle

Mélanie Morestin-Dubois

Texte intégral

1Le travail d’écriture de Jean Teisseire, entrepreneur du xive siècle, est lié de manière fondamentale à la gestion de son activité par l’écrit, mais aussi à la gestion de l’écrit ainsi produit : l’administration s’effectue alors à un niveau double, qu’il sera primordial de prendre en compte de manière cohérente afin de mettre en lumière son organisation de la gestion par l’écrit. Cependant, afin de mieux comprendre la nécessité même de cette activité d’écriture chez cet homme, il faut replacer dans son contexte la figure et la posture de cet artisan, marchand et membre de l’administration publique de la ville d’Avignon à la fin du xive siècle.

  • 1  Voir l’analyse d’une pièce qui n’apparaît plus dans les Grandes Archives d’Avignon, mais qui est v (...)
  • 2  Voir Joseph Girard, « Un marchand avignonais au xive siècle », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, (...)

2Jean Teisseire est un artisan cordier, qui fabrique des cordes et un ensemble de productions annexes tirées des matières premières qu’il travaille de manière privilégiée : le chanvre et le jonc. Fils d’un chanvrier, Guillaume Teisseire, et frère d’un autre cordier, Bermond (ou Raymond) Teisseire, il contribue à un patrimoine familial qui, s’il n’est pas fait de possessions immobilières ou foncières, est constitué de savoir-faire, qu’il développe et transmet à son tour dans son atelier. Formé chez Pons de Marroco, son patron, dans les années 1340, il s’installe à son compte entre 1345 et 1347 et commence dès lors à mettre en œuvre la gestion de son affaire, telle qu’il avait déjà pu l’établir lorsqu’il était au service de son ancien maître, dont il tenait l’administration domestique et professionnelle en tant que facteur1. Si cette activité seule constituerait une raison suffisante à la nécessité d’écrire et de gérer, c’est en réalité parce qu’il endosse un nombre d’activités bien plus important que cet homme se doit de passer par l’écrit de manière constante. Il est en effet artisan et marchand, mais également propriétaire foncier et immobilier, ce qui l’amène à gérer des transactions financières, notamment liées à des locations, de manière fréquente et renouvelée. Il incarne, d’autre part, par les activités publiques qu’il exerce, une petite élite urbaine assez représentative de la ville d’Avignon. Sans prétendre ici à l’exhaustivité en ce qui concerne ces fonctions, qui sont nombreuses et s’échelonnent sur plusieurs dizaines d’années, il est intéressant d’en évoquer quelques-unes, qui se distinguent par l’importance des écrits qu’elles ont générés. Il est ainsi membre du conseil de la ville, en tant que syndic, entre 1367 et 1376 au moins, comme en témoignent les registres de délibération de la ville et des actes notariés conservés aux Grandes Archives d’Avignon. Il est, d’autre part, administrateur de l’œuvre de l’hôpital Saint-Bénezet entre 1372 et 1374, fonction pour laquelle il tient des comptabilités conservées dans des documents qui nous sont parvenus2.

  • 3  Archives départementales de Vaucluse (désormais AD Vaucluse), Dépôt Avignon, II330.
  • 4  Le manuscrit n’a pas été gratté par Jean Teisseire, mais uniquement réutilisé dans les pages laiss (...)
  • 5  AD Vaucluse, Grandes Archives, Boîte 96.

3C’est en raison de ces activités nombreuses et variées que Jean Teisseire se trouve amené à utiliser l’écriture de manière quotidienne : il est possible de préciser le type de documents qui permettent à la fois de connaître cet homme et d’en étudier les pratiques scripturales. Il s’agit principalement d’un manuscrit, classé II330 aux archives du Vaucluse3, qui rassemble plusieurs écrits de la main de Jean Teisseire, produits entre 1369 et 1376. On y trouve une liste de dettes rappelant les affaires en cours ou passées de Jean Teisseire, sur neuf folios, suivie des comptes précédemment évoqués de l’hôpital Saint-Bénezet sur trente-et-un folios. Vient ensuite un ensemble particulier, appelé « livre de raison » dans les études qui traitent de cet artisan, folioté par son auteur et qui retranscrit son activité quotidiennement ou presque, en mêlant des notices relevant de sa pratique professionnelle avec des notices contenant des informations personnelles. Il ne s’agit donc pas uniquement d’un livre de comptes, mais d’un ouvrage composite, qui tient la ratio, c’est-à-dire la gestion, d’une activité aux facettes variées (tableau 1). Ces trois pièces se trouvent rassemblées dans un manuscrit qui réutilise un manuel d’un marchand italien, des années 1365 et 1367, ce qui permet d’expliquer la présence de cahiers entièrement recouverts de l’écriture de ce précédent marchand et qui n’ont pas de rapport avec l’ouvrage de Jean Teisseire4. Ce manuscrit de plus de 200 folios offre un regard privilégié sur les affaires de cet artisan et prend une envergure encore plus ample lorsque l’on peut le comparer à des actes notariés concernant le même homme : c’est ce qui est possible grâce à plus de 200 actes conservés par Jean Teisseire et classés par lui avant d’être transmis à la ville, seule héritière de ses biens à sa mort5. À ces actes notariés conservés par leur destinataire s’ajoutent des actes repérés dans les registres des notaires eux-mêmes, en nombre peu important cependant, et des actes conservés dans d’autres boîtes des Grandes Archives, qui concernent Jean Teisseire mais sans que ce dernier n’ait jugé nécessaire de les obtenir ou de les conserver lui-même.

Tableau 1 : Chronologie du manuscrit II330

Année concernée

Année de rédaction

Liste de dettes

1367/1369

1370

Livre de raison

1370/1378

1370/1377

Comptabilités de l’hôpital

1372/1374

1372/1374

4Cette abondante documentation doit sa conservation surtout aux circonstances de sa mort : sans héritier direct, son atelier est géré pendant une période transitoire par son ancien associé, Peiret Guichart, ainsi que par son neveu Jacques Teisseire, mais la plupart de ses possessions et de ses écrits reviennent à la ville d’Avignon, instituée héritière universelle. Si Jean Teisseire n’est pas exceptionnel par sa posture économique dans la ville, puisqu’il est représentatif d’une petite élite urbaine aux comportements très similaires, c’est bien son dossier documentaire qui se démarque par sa conservation.

5Ainsi, c’est par un ensemble cohérent d’archives, sur plusieurs dizaines d’années, que l’on peut étudier la manière dont un homme à la carrure modeste – puisqu’il n’est pas un grand marchand équivalent aux hommes d’affaires italiens de la même période – a géré ses transactions, son patrimoine et plus généralement sa carrière. S’il n’est pas question d’étudier l’ensemble des éléments qui permettent de répondre à ces thématiques, il paraît pertinent d’analyser quelques exemples permettant de mieux appréhender les pratiques scripturales de cet homme. Celles-ci excèdent largement la simple notion comptable : gérer par l’écrit ne revient pas ici à gérer des comptes et de l’argent, mais bien plus à administrer et gérer des hommes, des pratiques et des relations sociales.

La gestion d’une entreprise6 par l’écrit

  • 6 Voir notamment l’utilisation de ce terme par Catherine Verna, dans L’industrie au village. Essai de (...)
  • 7  Sur les livres de raison, voir notamment : Christiane Klapisch-Zuber, « Comptes et mémoire : l’écr (...)

6Le propos est de comprendre la manière dont l’écrit permet à cet entrepreneur de tenir les comptes de son ouvroir et atelier, de gérer les contrats de travail, fournitures de marchandises et autres transactions quotidiennes. En effet, au-delà même de son entreprise de cordier, il gère par l’écrit l’ensemble de son patrimoine, comme nous l’avons évoqué. C’est donc moins un bilan comptable qu’une mise en ordre et un suivi de son patrimoine familial et professionnel qui se fait jour dans l’écriture. Et c’est bien là le sens premier du terme liber rationis, c’est à dire le livre de compte, mais aussi de gestion, de classement, de mémorisation, dans un processus consistant à se rendre raison à soi-même de son activité7.

L’écriture quotidienne, moyen de gestion efficace

7Le manuscrit II330 se présente comme un volume de format 20 x 30 cm, très maniable, ce qui est essentiel afin de comprendre son utilisation. Jean Teisseire y transcrit l’ensemble des transactions auxquelles il procède, dans un format résumé, que l’on peut appeler une notice. On y trouve ainsi la date, le lieu, la personne concernée et le motif principal de la transaction. Ces résumés des transactions font trois à quatre lignes la plupart du temps, parfois dix lignes pour des notices plus détaillées, mais aussi, de manière plus rare, une vingtaine de lignes, pour certains contrats plus complexes. Ces inscriptions sont réalisées quotidiennement. En effet, si l’on fait le suivi des transactions passées par écrit, les notices se suivent chronologiquement, de manière très minutieuse et sur des journées successives, sans césure. La chronologie est respectée de manière très précise, et le soin accordé à l’inscription des années est tout particulier : on trouve les années sur le verso des feuilles, sans exception, de manière à les repérer plus aisément, et dans un format distinct du reste de l’écriture. Elles sont parfois encadrées, ou marquées par des signes visuels qui ne se retrouvent que dans ces occasions (figure 1). Le cordier met donc un grand soin à utiliser des repères visuels et graphiques qui permettent de suivre la chronologie de ses affaires, aidé en cela par la foliotation qu’il réalise à l’avance sur l’ensemble des feuillets du volume, de façon à permettre des renvois et références internes.

Figure 1 : Début de l’année 1376, AD Vaucluse, ms. II330, fol. 128

Figure 1 : Début de l’année 1376, AD Vaucluse, ms. II330, fol. 128

8Cette écriture quotidienne est utilisée pour son activité de cordier : c’est avant tout pour les ventes à crédit, les comptes courants ou autres transactions commerciales qu’il établit ces résumés et notices de manière aussi minutieuse. Pour les contrats de travail, l’artisan procède de façon identique : il dresse un suivi chronologique, sur plusieurs années, des contrats de travail qu’il renouvelle ou des contrats d’apprentissage qu’il établit. L’étude des notices permet de constater que si le suivi chronologique est essentiel, c’est parce que l’écriture est véritablement quotidienne : Jean Teisseire inscrit tout ce qu’il traite immédiatement. Ainsi, l’étude des encres permet de constater les ajouts qui sont faits sur certaines notices, alors même que les deux entrées sont séparées de quelques jours, voire d’un jour seulement. C’est ainsi la preuve de cette activité d’écriture immédiate et sans délai.

9Si l’activité du cordier explique cette écriture quotidienne, son activité immobilière impose également ce recours à l’écriture de manière très fréquente pour garder la trace de ces transactions de location parfois complexes. On retrouve ainsi, d’année en année, des locations de maisons, tables de boucherie ou de boulangerie, faites aux mêmes personnes ou à des acteurs différents, selon les cas. L’écriture régulière et suivie lui permet de vérifier les paiements de loyers, qu’il note et ajoute aux contrats établis, et de faire les reports nécessaires sur des locations ultérieures, si besoin est. C’est le cas notamment pour Durant Vias, boucher auquel Jean Teisseire loue des tables pendant trois ans. Les locations sont renouvelées chaque année et sont l’objet de l’inscription de notices détaillées : la mise à jour et le suivi sont deux aspects essentiels des pratiques scripturales de l’artisan afin de permettre la réussite de ses affaires.

Listes et mémos

10La succession chronologique des notices peut être visuellement interrompue par d’autres types d’écritures, liées à la nécessité de mettre en place une gestion différenciée, en fonction des besoins et des activités professionnelles considérées. Ainsi, gérer par l’écrit, c’est aussi adapter les types d’inscription. Cela donne alors lieu à des listes ou mémos comprenant des marqueurs classificatoires particuliers, destinés à organiser visuellement la pensée.

11C’est le cas dans la liste des créances qui couvre les neuf premiers folios du manuscrit. Cette liste rappelle l’ensemble des dettes en cours, contenues dans les livres de raison précédant celui que nous possédons (figure 2). Le cordier reprend sous forme de liste les transactions non réglées qui doivent être gardées en mémoire, alors qu’il commence un nouveau livre. Cet outil a ainsi une fonction double : il permet d’éviter à l’artisan de revenir sur les livres de raison précédents, ce qui rendrait la gestion plus complexe et moins immédiate ; d’autre part, la liste établit un ensemble d’informations qui permettent à l’artisan de fonder son action future en évitant de commercer avec ceux qui se sont avérés mauvais payeurs. Il s’agit ainsi d’une gestion par un écrit qui a pour fonction de mémoriser et d’identifier les interlocuteurs du cordier.

12Ce type d’inscription se retrouve également à l’intérieur même de la partie foliotée du manuscrit II330 et appelée livre de raison. Ainsi, lorsqu’il est nécessaire pour le cordier d’établir un compte-rendu ou de faire le point sur un aspect de son activité, il procède par liste. C’est le cas pour son activité de tavernier – Jean Teisseire étant en effet entre autres choses propriétaire d’une taverne et se trouvant de facto marchand de vin – pour laquelle il établit des listes de prix du vin vendu annuellement. Cet outil de classement et de gestion crée donc une rupture visible dans le discours du livre, notamment par l’utilisation de titres, lettres et tirets. L’artisan s’approprie par les mots les biens et les chiffres ainsi inscrits.

Figure 2 : Liste de dettes, AD Vaucluse, ms. II330, fol. 2

Figure 2 : Liste de dettes, AD Vaucluse, ms. II330, fol. 2

Figure 3 : Comptes d’Olivier Amoros, AD Vaucluse, ms. II330, fol. 43

Figure 3 : Comptes d’Olivier Amoros, AD Vaucluse, ms. II330, fol. 43
  • 8  Olivier Amoros était le facteur de Jean Teisseire depuis de nombreuses années, au moins depuis les (...)

13De la même façon, alors que le discours habituel du livre de raison est principalement chronologique, on y trouve également des dossiers comptables particuliers, établis pour plus d’efficacité. Certains personnages, qui se démarquent par l’importance des sommes qu’ils engagent, font l’objet de comptabilités séparées et complètes, comme c’est le cas pour son ancien facteur, Olivier Amoros8, des folios 43 à 46. On trouve plusieurs pages qui ne concernent que cet interlocuteur, dans une comptabilité qui s’apparente à un compte final, dressé entre l’ancien maître et son facteur, alors établi à son compte (figure 3). La comptabilité comporte des repères visuels chiffrés et l’on trouve à la fin de chaque page la mention gira pagina. Malgré tout, là encore, il semble que l’ensemble de cette comptabilité, même si elle aboutit à un total chiffré explicitement donné, soit inscrite moins pour obtenir un bilan comptable que pour permettre de bonnes relations avec un partenaire en affaires.

14Ainsi, l’inscription des transactions, par le biais d’une écriture quotidienne, suivie, qui mêle des notices de différentes natures et diverses présentations en fonction des besoins rencontrés, permet de réduire l’incertitude et de gérer plus efficacement une activité professionnelle et personnelle. Par l’écrit, Jean Teisseire maîtrise ses affaires, retient ce qui doit être traité, fait les comptes de ce qui est dû ou non. La gestion est celle des chiffres, mais aussi celle des hommes et des relations sociales : s’établit alors une carte des relations professionnelles et personnelles par l’écrit. La mémorisation des transactions et des interlocuteurs permet de construire une information qui réduit la part d’incertain dans l’espace économique qui est celui du cordier.

Figure 4 : Quittance, polisia (dos)

Figure 4 : Quittance, polisia (dos)

 Olivier Amoros était le facteur de Jean Teisseire depuis de nombreuses années, au moins depuis les années 1360. Il effectue pour son patron un voyage d’affaires à Barcelone en 1369, qui n’a semble-t-il pas fait l’objet d’un règlement avant l’année 1371. C’est de cette affaire qu’il est question dans les folios qui concernent cet ancien facteur, alors établi à son compte. Ce facteur devient un proche de Jean Teisseire, puisqu’il épouse la fille de son oncle, Alis, et entre ainsi dans les relations familiales de son ancien maître.

Figure 5 : Quittance, polisia (contenu)

Figure 5 : Quittance, polisia (contenu)

Une multiplication des écrits de gestion

  • 9 Voir à ce sujet Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle, Michel Parisse (dir.), Les cartulaires, acte (...)

15Le livre de raison est l’outil principal des archives de l’artisan, celui utilisé le plus régulièrement. Il en est le point centralisateur, comme nœud de la gestion. Le terme que Jean Teisseire utilise pour le désigner est à cet égard particulièrement intéressant puisqu’il le nomme cartularium, c’est-à-dire recueil d’actes9. Il ne contient bien entendu pas uniquement des notices résumant des actes notariés grossés par ailleurs, comme on l’a dit, mais Jean Teisseire le considère néanmoins comme l’équivalent des registres notariés, permettant de garder trace de l’ensemble des transactions passées. Cet ouvrage est pour l’historien un point d’entrée commode dans un ensemble plus complexe d’écrits et d’archives considérés comme essentiels par Jean Teisseire dans la maîtrise de ses biens et de ses affaires.

16Les actes notariés constituent le deuxième pôle de ces archives. Le cordier les conserve dans une boîte et des coffrets dans sa maison et dans son ouvroir. Ces documents sont rédigés et conservés pour tous les actes les plus importants, notamment ceux qui sont liés à des transactions foncières et immobilières. La grosse est demandée au notaire et stockée dans ses archives. Ces actes sont accompagnés et complétés de polisias, c’est-à-dire de quittances permettant de garder mémoire d’une transaction qui n’a souvent pas été inscrite par un notaire, et ce sous forme d’un petit feuillet remis à l’interlocuteur concerné, parfois rendu quand l’affaire est soldée (figures 4 et 5).

  • 10  Claudine Dardy, « De la paperasserie à l’archive… l’administration domestique », dans Daniel Fabre (...)

17Face à cette multiplication des écrits, il semble alors nécessaire de créer un système d’organisation permettant de faire fonctionner l’ensemble de manière cohérente. On passe donc de la gestion par l’écrit à la gestion de l’écrit ainsi produit. On pense ici aux mots de Claudine Dardy, dans un article consacré à l’administration domestique à l’époque contemporaine, qui s’appliquent étonnamment bien au cas de Jean Teisseire : « L’accumulation de paperasserie conduit à une obligation de gérer cette dernière, de l’organiser, de trouver un mode pratique d’utilisation, la simple accumulation ne pouvant guère suffire devant la masse produite10. » C’est bien ce mode pratique d’utilisation qui est à observer chez Jean Teisseire.

Production documentaire et gestion de l’écrit

18La gestion du patrimoine entraîne donc la production d’écrits nombreux, qu’il s’agit d’organiser et de gérer. Jean Teisseire développe ainsi des pratiques de gestion de l’écrit qui impliquent des mises à jour minutieuses et régulières, ainsi qu’un système d’archivage sophistiqué.

Mise à jour des écritures

  • 11  Voir Raul Mordenti, « Les livres de famille en Italie », Annales. Histoire, sciences sociales, 59/ (...)
  • 12  AD Vaucluse, Grandes Archives Avignon, Boîte 96, no 3270 et 3156. Douceline de Saze fait partie de (...)
  • 13  C’est en effet un fonctionnement que l’on retrouve couramment dans les livres de comptabilités pri (...)
  • 14 Voir Henri Bresc (éd.), Le livre de raison de Paul de Sade, Avignon (1390-1394), Paris, Éditions du (...)

19Le manuscrit de Jean Teisseire fonctionne par le biais de retours réguliers sur l’écrit, qui permettent de tenir de manière rigoureuse le suivi des transactions passées. Ces va-et-vient sur l’écriture établissent un rapport au temps particulier, en amont comme en aval : le livre de raison, s’il est composé en un temps présent sans cesse multiplié, est avant tout l’outil qui permet de réunir l’ensemble des activités du cordier dans une unité temporelle cohérente, unissant passé et prévisions de l’avenir11. Les références et renvois internes rétablissent la cohérence d’un écrit composite. On trouve des mentions très explicites, qui disent « ceci a été réglé à la page… » ou « ceci a été commencé à la page… ». Il en est de même pour l’ensemble des écritures de Jean Teisseire, notamment les comptabilités tenues pour les tutelles dont il a la charge, liées à Douceline de Saze et Peiret Ortolan12. Dans les comptabilités de Douceline de Saze, il renvoie à l’ensemble des pages de débit, avant de passer aux entrées d’argent, afin d’établir un compte final. Ces renvois internes sont classiques dans les écritures marchandes et comptables, et a fortiori dans les écrits privés tels que les livres de raison13. Le même procédé est employé par Paul de Sade dans le livre qu’il a composé (entre autres écritures non conservées) dans les années 1390, de manière presque contemporaine de Jean Teisseire, également à Avignon et lui aussi en tant qu’artisan marchand14.

  • 15 Pour reprendre la terminologie de Jean Teisseire (recueil de carta des notaires), même si cela corr (...)

20Ce système de mise à jour ne pouvait pas être entièrement complet et opérationnel sans l’ajout de renvois et références externes. Nous entendons ainsi des renvois qui font écho à des écritures annexes au livre de raison, tenues dans le même temps que ce dernier, ou conservées de manière contemporaine. C’est le cas pour les actes notariés archivés par Jean Teisseire. La notice du livre de raison mentionne alors que la transaction a fait l’objet d’un instrument notarié et précise le nom du notaire qui a officié. La notice apparaît comme un doublon de l’acte notarié, venant résumer un acte qu’il n’est pas toujours possible d’avoir en main et en garder une trace simplifiée. Le livre de raison, au contraire, est l’outil manipulable et consultable quotidiennement : il est donc le réceptacle du résumé de l’ensemble des actes passés par le cordier. Ces références externes concernent aussi les autres écritures que tenait l’artisan, par exemple ses autres livres de raison. En effet, par le biais de l’inventaire après-décès de ses biens, ainsi que par les mentions parcourant le livre de raison des années 1370 à 1376, il est possible de reconstituer les archives du cordier et de préciser la teneur de son dossier documentaire. On repère en tout dix-neuf ouvrages de type cartulaire15, tenus par le cordier dans l’ensemble de sa vie. Sur la seule période allant de 1367 à 1378, on compte six livres de raison mentionnés dans le manuscrit II330. La liste des créances des neuf premiers folios, par exemple, est le résumé des dettes restant à payer contenues dans les deux précédents livres de raison, de l’année 1367 et 1369. Les livres sont toujours mentionnés par une référence à l’année à laquelle ils ont été commencés : par exemple, au folio 49, on trouve la phrase « à la page 184 du vieux cartulaire de l’année 1367 ». L’ensemble de ces livres forme un corpus très comparable au livre conservé, le manuscrit II330 : la taille semble être très similaire, autour de 200 folios, de même que la nature des notices (tableau 2).

  • 16  LR : Livre de raison/ LD : Liste de dettes. Il s’agit donc des numéros de pages tels que mentionné (...)

Tableau 2 : Format des livres de raison16

Année

Nombre minimum de feuillets

1356

192

1367

194 (LR) / 197 (LD)16

1369

196 (LR) / 200 (LD)

1376

133

1378

127

21Si les livres de raison sont les ouvrages centralisateurs de la gestion des affaires du cordier, il est également possible de repérer des ouvrages spécialisés, tenus pour gérer seulement une partie des activités professionnelles de l’artisan. Ainsi, un livre des cordes est mentionné, qui semble avoir été consacré exclusivement aux transactions commerciales de Jean Teisseire et probablement aux prix et caractéristiques des matières premières et productions de l’atelier. De la même façon, le patron confie à ses facteurs la tenue de la comptabilité spécifique à l’ouvroir, appelée la « raison » de l’atelier. Nous ne gardons pas trace de cette comptabilité qui n’a pas été transmise à la ville après la mort de Jean Teisseire, mais aux successeurs de ce dernier, notamment à Peiret Guichart, qui poursuit l’activité après 1384. L’administration de son atelier, si elle a été une réussite avec ce dernier facteur, avait cependant connu des difficultés dans les années 1374-1375, lorsqu’il confia la gestion des affaires à trois anciens facteurs, appelés alors associés. L’administration lui échappe précisément au moment où l’écrit n’est plus le sien : la réussite de son atelier semble donc bien dépendre de la bonne tenue d’écritures administratives et comptables.

Figure 6 : Note dorsale, AD Vaucluse, Boîte 96 Pintat, acte no 3276

Figure 6 : Note dorsale, AD Vaucluse, Boîte 96 Pintat, acte no 3276

De la gestion à l’archivage

  • 17 AD Vaucluse, Grandes Archives, Boîte 96.

22Produire des écrits et les mettre à jour fait partie de l’administration domestique de Jean Teisseire, mais cette gestion ne serait pas entièrement opérante sans un système d’archivage particulièrement soigné. Ce système concerne principalement les actes notariés de la boîte 9617. On trouve au dos de ces actes un certain nombre d’informations particulièrement intéressantes. Ces notes dorsales contiennent des résumés des actes notariés, permettant ainsi, à la seule lecture de ces notes, le tri, la sélection et le classement des écritures (figure 6).

23Les notes contiennent la date, le sujet principal et les interlocuteurs impliqués. On peut y lire, en fonction de la nature de la notice, le prix de la transaction, s’il y a lieu, mais aussi, de manière plus exceptionnelle, une cote chiffrée. Cette dernière ne peut donner lieu à aucune conclusion claire. Elle ne correspond pas à un ordre chronologique établi sur l’ensemble de la documentation de Jean Teisseire, ni à un ordre thématique. Il faut plutôt envisager la volonté du cordier de trier les actes, bien après leur conservation, en les numérotant caisse par caisse, coffret par coffret. Ainsi, de manière rapide et efficace, en cherchant dans ses archives, le cordier était-il capable de retrouver les actes permettant de prouver tel ou tel fait ou de préciser les clauses d’un contrat ou d’une vente. Ceci lui permet, lors de la requête déposée contre ses associés lors de l’échec de leur administration en 1374-1375, d’évoquer les « preuves » qu’il est en mesure de présenter si nécessaire.

24S’établit alors, dans cette boulimie documentaire de l’artisan, un triple niveau d’information pour certaines transactions : l’acte du notaire, la note dorsale et la notice inscrite dans le livre de raison. Il est particulièrement rare de pouvoir comparer les trois inscriptions, pour des raisons tenant à la conservation hétérogène des écritures, mais quelques notices sont présentes sous les trois formes. Ces différents niveaux documentaires ne sont pas de simples doublons, mais répondent bien à des besoins de gestion et d’administration particuliers : il s’agit à la fois d’administrer les affaires professionnelles et personnelles, mais aussi de gérer les écrits.

Vers de véritables archives privées ?

  • 18 Et qui se distinguent des pratiques archivistiques plus sophistiquées plus tardives, qui mettent en (...)
  • 19  Cette notion a été particulièrement reprise ces dernières années. Voir notamment Claude Denjean, L (...)
  • 20  Il fait également référence à ces boîtes et caisses dans le livre de raison.

25Il est possible de parler, pour Jean Teisseire, de pratiques pré-archivistiques18 qui peuvent être comprises si l’on prend en compte le fait que ce cordier soit par ailleurs un membre important de la ville d’Avignon et un administrateur de l’hôpital Saint-Bénezet pendant plusieurs années. Ainsi, au contact des écritures marchandes, notariales et administratives, il développe des compétences qui lui donnent une certaine expertise19 dans ses pratiques scripturales gestionnaires. C’est parce qu’il est à l’aise avec l’ensemble de ces typologies documentaires qu’il est capable de mettre en place un système archivistique cohérent et sophistiqué, mêlant des écritures privées, professionnelles, comptables et épistolaires, le menant à une certaine réussite sociale. L’archivage des documents n’est en effet pas seulement lié à des cotations mais également à un classement matériel par le biais de boîtes, coffrets et caisses, dans sa maison et dans son ouvroir20.

  • 21  Nous reprenons ici la classification de Claudine Dardy, « De la paperasserie à l’archive… », art.  (...)
  • 22  Voir le folio 34 du manuscrit II330.
  • 23  Voir le folio 35v du manuscrit II330.
  • 24  Mais lieu d’archivage temporaire, outil de classement des affaires en cours.
  • 25  On trouve en effet un certain nombre de notices insérées au cœur des pages du livre, et conservées (...)
  • 26  Voir notamment le folio 58, où l’on trouve la mention suivante : Aisi con apar en CXLIX cartas del (...)

26Ces archives privées permettent alors à l’artisan de faire la distinction entre les papiers à gérer dans l’immédiat – les notices rédigées au jour le jour –, les papiers qui font trace (les grosses des notaires) et les papiers mémoire, organisables en dossier, éventuellement par le biais de mémos21. Les trois types de documents sont classés dans des lieux différents. Les actes notariés sont dans une caisse qui est systématiquement qualifiée de grosse : aquesta carta es en ma caisa grosada22. Les quittances sous seing privé, sous forme de feuillets volants et conservées de manière transitoire, sont quant à elles classées en lo coffret en que yeu tene mas polisias denfra la mieua caisa, c’est-à-dire « dans le coffret dans lequel je mets mes quittances, dans ma caisse23 ». Pour ces quittances, il ne faut pas oublier un autre lieu de conservation24 qui est le livre de raison lui-même, réceptacle et outil centralisateur de l’ensemble de la gestion25. Si l’archivage est minutieux, les lieux sont cependant répartis dans plusieurs habitations de Jean Teisseire, sans que l’on puisse déterminer la logique de répartition des documents, entre sa maison, son ouvroir et son atelier : il manque en effet pour cela la connaissance exacte du contenu des documents évoqués dans l’inventaire des biens après-décès26.

27D’une manière générale, c’est donc un classement qui, s’il reste obscur par bien des aspects, traduit la nécessité de mémorisation, d’organisation et de gestion des écrits administratifs produits. Ce souci du classement apparaît dans une mention faite dans les comptes tenus pour Douceline de Saze : il dit ainsi, à propos d’une transaction, qu’il en a conservé à la fois l’acte notarié et la notice, rangés ensemble et sous la même cote, dans une caissette, elle-même placée dans un autre coffre. L’efficacité administrative est recherchée, de même que la réussite économique générale des affaires menées.

28Les pratiques scripturales traduisent des stratégies économiques qui ont pour objectif la gestion et la réussite professionnelles. Par l’écrit, c’est l’administration des hommes, des biens et des relations sociales qui se met en place dans les pages du livre de raison de Jean Teisseire. De manière fondamentale, l’écriture est un acte de nature économique, au sens premier du terme, c’est-à-dire comme pratique d’administration d’une maisonnée. Classer, penser, administrer non seulement une activité, mais aussi les écrits produits pour gérer cette dernière, tels sont les processus à l’œuvre dans les documents mis en place par Jean Teisseire. L’administration domestique prend ici un sens double : le livre de raison incarne bien sa double fonction professionnelle et privée. L’administration de l’écrit et par l’écrit ne doit pas être envisagée sans prendre en compte la volonté de transmission. Les archives privées, certes simples, mais pensées comme un tout cohérent, permettent déjà à Jean Teisseire de transmettre un savoir et un savoir-faire technique, au sein de l’atelier mais aussi au sein de la famille. Ce sont ainsi ses facteurs, et notamment Peyret Guichard, son dernier associé, mais également des membres de sa famille, tels que Jaumet Teisseire, son neveu, qui se retrouvent héritiers d’une entreprise, même si les documents d’administration sont transmis à la ville.

Notes

1  Voir l’analyse d’une pièce qui n’apparaît plus dans les Grandes Archives d’Avignon, mais qui est visible dans l’inventaire des archives de la ville, bibliothèque Ceccano, ms. 2833, fol. 101vo : Item aliud instrumentum quictationis facte per Pontium de Marroco, olim canabasserium, Iohanni Textoris, eius factori, de gestis et administratis per eum, sumptum per Jacobum Chalon, MCCCXL septimo et die XXIV aprilis.

2  Voir Joseph Girard, « Un marchand avignonais au xive siècle », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 2e sér., 10, 1910, p. 1-32.

3  Archives départementales de Vaucluse (désormais AD Vaucluse), Dépôt Avignon, II330.

4  Le manuscrit n’a pas été gratté par Jean Teisseire, mais uniquement réutilisé dans les pages laissées vierges par le précédent marchand.

5  AD Vaucluse, Grandes Archives, Boîte 96.

6 Voir notamment l’utilisation de ce terme par Catherine Verna, dans L’industrie au village. Essai de micro-histoire (Arles-sur-Tech, xive et xve siècles), Paris, Les Belles Lettres, 2017. Il s’agit dans cette étude d’envisager la manière dont la vallée du Vallespir est un véritable district industriel, dans lequel des entreprises et des entrepeneurs sont à l’œuvre.

7  Sur les livres de raison, voir notamment : Christiane Klapisch-Zuber, « Comptes et mémoire : l’écriture des livres de famille florentins », dans Caroline Bourlet, Annie Dufour (dir.), L’écrit dans la société médiévale. Divers aspects de sa pratique du xie siècle au xve siècle. Textes en hommage à Lucie Fossier, Paris, éditions du CNRS, 1991, p. 251-258 ; Jean Tricard, Livres de raison, chroniques, terriers… Les passions d’un médiéviste, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2007. Pour la brève synthèse historiographique pour la Provence, consulter notamment Noël Coulet, « Les livres de raison provençaux du Moyen Âge », Provence historique, 54/217, 2004, p. 293-305. On peut également consulter avec profit la synthèse produite pour l’époque moderne : Sylvie Mouysset, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France, xve-xixe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007. Voir également, de manière plus générale, autour des écrits du for privé, Jacqueline Ursch, « Livre de comptes, livres de raison, livres de vie », dans Michel Cassan, Jean-Pierre Bardet, François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé. Objets matériels, objets édités. Actes du colloque de Limoges, 17-18 novembre 2005, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2007, p. 115-131.

8  Olivier Amoros était le facteur de Jean Teisseire depuis de nombreuses années, au moins depuis les années 1360. Il effectue pour son patron un voyage d’affaires à Barcelone en 1369, qui n’a semble-t-il pas fait l’objet d’un règlement avant l’année 1371. C’est de cette affaire qu’il est question dans les folios qui concernent cet ancien facteur, alors établi à son compte. Ce facteur devient un proche de Jean Teisseire, puisqu’il épouse la fille de son oncle, Alis, et entre ainsi dans les relations familiales de son ancien maître.

9 Voir à ce sujet Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle, Michel Parisse (dir.), Les cartulaires, actes de la Table ronde des 5-7 décembre 1991, Paris, 1993.

10  Claudine Dardy, « De la paperasserie à l’archive… l’administration domestique », dans Daniel Fabre (dir.), Par écrit, ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997, p. 190.

11  Voir Raul Mordenti, « Les livres de famille en Italie », Annales. Histoire, sciences sociales, 59/4, 2004, p. 785-804.

12  AD Vaucluse, Grandes Archives Avignon, Boîte 96, no 3270 et 3156. Douceline de Saze fait partie de la famille des Sade, grande famille de chanvriers et notables de la ville ; Peiret Ortolan quant à lui est le petit-fils de Guillaume Ortolan, chanvrier reconnu d’Avignon, et en relation très fréquente avec Jean Teisseire et sa famille.

13  C’est en effet un fonctionnement que l’on retrouve couramment dans les livres de comptabilités privés des marchands de la fin du Moyen Âge, notamment en Provence, comme Paul de Sade. Voir note suivante.

14 Voir Henri Bresc (éd.), Le livre de raison de Paul de Sade, Avignon (1390-1394), Paris, Éditions du CTHS, 2013. Il s’agit de l’édition de la transcription du livre effectuée dans un travail de maîtrise en 1962. Il est intéressant que l’auteur soit passé de l’appellation « livre de comptes » à celle de « livre de raison », montrant l’évolution de la réflexion autour des écrits du for privé.

15 Pour reprendre la terminologie de Jean Teisseire (recueil de carta des notaires), même si cela correspond pour nous à ce que nous avons nommé livre de raison.

16  LR : Livre de raison/ LD : Liste de dettes. Il s’agit donc des numéros de pages tels que mentionnés dans l’un ou l’autre des types d’écrits.

17 AD Vaucluse, Grandes Archives, Boîte 96.

18 Et qui se distinguent des pratiques archivistiques plus sophistiquées plus tardives, qui mettent en place notamment des systèmes de cotations plus aboutis, souvent soutenus par des index.

19  Cette notion a été particulièrement reprise ces dernières années. Voir notamment Claude Denjean, Laurent Feller (dir.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge, t. 1, Le besoin d’expertise, Madrid, Casa de Velázquez, 2013.

20  Il fait également référence à ces boîtes et caisses dans le livre de raison.

21  Nous reprenons ici la classification de Claudine Dardy, « De la paperasserie à l’archive… », art. cité.

22  Voir le folio 34 du manuscrit II330.

23  Voir le folio 35v du manuscrit II330.

24  Mais lieu d’archivage temporaire, outil de classement des affaires en cours.

25  On trouve en effet un certain nombre de notices insérées au cœur des pages du livre, et conservées pour certaines dans une enveloppe établie par les services d’archives, placée à la fin du manuscrit II330.

26  Voir notamment le folio 58, où l’on trouve la mention suivante : Aisi con apar en CXLIX cartas del cartolari que si manera en mon obrador, c’est-à-dire « comme il apparaît à la page 149 du cartulaire qui reste dans mon ouvroir ». Ce cartulaire n’est pas conservé et il n’est pas possible de connaître son contenu pour déterminer la logique de répartition des écritures privées dans l’ensemble des possessions immobilières du cordier.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Début de l’année 1376, AD Vaucluse, ms. II330, fol. 128
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 2 : Liste de dettes, AD Vaucluse, ms. II330, fol. 2
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54502/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Figure 3 : Comptes d’Olivier Amoros, AD Vaucluse, ms. II330, fol. 43
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54502/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 4 : Quittance, polisia (dos)
Légende  Olivier Amoros était le facteur de Jean Teisseire depuis de nombreuses années, au moins depuis les années 1360. Il effectue pour son patron un voyage d’affaires à Barcelone en 1369, qui n’a semble-t-il pas fait l’objet d’un règlement avant l’année 1371. C’est de cette affaire qu’il est question dans les folios qui concernent cet ancien facteur, alors établi à son compte. Ce facteur devient un proche de Jean Teisseire, puisqu’il épouse la fille de son oncle, Alis, et entre ainsi dans les relations familiales de son ancien maître.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54502/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Figure 5 : Quittance, polisia (contenu)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54502/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Figure 6 : Note dorsale, AD Vaucluse, Boîte 96 Pintat, acte no 3276
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54502/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540