Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Administrer par l’écrit au Moyen Âge

 | 
Harmony Dewez
, 
Lucie Tryoen

Deuxième partie. Outils et acteurs de l'administration par l'écrit

La transformation des pratiques administratives dans le Midi toulousain (années 1230-1250)

Gaël Chenard et Gabriel Poisson

Texte intégral

  • 1  Laurent Macé, Les comtes de Toulouse et leur entourage. Rivalités, alliances et jeux de pouvoir, x (...)

1L’histoire de Raimond VII de Toulouse, le « jeune comte », a été dominée par son affrontement avec les croisés de Simon de Montfort, puis avec le pouvoir royal incarné par Blanche de Castille et son fils Louis1. Il a dû, pour ce faire, tirer des ressources d’une principauté vaste et discontinue, dans laquelle les villes dotées d’un consulat ont pris une place importante. La gestion des domaines comtaux et les rapports avec les pouvoirs locaux ont été saisis à travers une administration aussi bien locale que faisant partie de l’entourage comtal. De cette administration, celle d’une principauté disparue avant le xive siècle, peu de traces subsistent. C’est donc principalement à travers la documentation diplomatique, les actes émanant du comte et de ses officiers ou reçus par eux, que l’on peut tenter de comprendre les logiques d’organisation de l’administration.

  • 2  Auguste Molinier, « Catalogue des actes de Simon et d’Amauri de Montfort », Bibliothèque de l’Écol (...)
  • 3  Aix-en-Provence, bibliothèque Méjanes, ms. 671.
  • 4  Eugène Martin-Chabot, Les archives de la cour des comptes, aides et finances de Montpellier avec u (...)
  • 5  Les archives de la sénéchaussée de Toulouse ont également souffert de l’incendie de 1407.

2Les travaux d’Auguste Molinier, d’Émile-Gilles Léonard et plus récemment de Laurent Macé ont mis en avant les difficultés de l’historien à comprendre l’organisation du chartrier des Raimondins2. L’intégration des États toulousains au domaine royal, les rassemblements et les dispersions archivistiques, les destructions et les pertes ont rendu peu lisible ce que pouvait être la structure de la documentation produite et reçue par l’administration comtale. Les Archives nationales, dans la série J, Trésor des Chartes, conservent un ensemble documentaire important. Il doit être complété par des documents présents dans d’autres dépôts d’archives, parmi lesquels nous distinguons la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, qui conserve un second cartulaire, dont l’importance surpasse peut-être celui de Paris3. Cette répartition des fonds entre Paris et la province évoque la conservation différenciée des documents par l’administration « centrale » du pouvoir comtal puis royal et par l’administration locale des sénéchaux. L’histoire moderne des fonds va contre cette première impression, car les archives domaniales des sénéchaussées du Midi, réunies à Montpellier en 1690, ont été en partie envoyées au dépôt de la tour ronde du château de Foix, l’essentiel des collections non transférées prenant la direction de la Chambre des comptes de Paris4. Un même destin attendait d’ailleurs les deux ensembles, ravagés par les incendies des deux dépôts, en 1737 et en 18065. D’autres pièces avaient été soustraites auparavant de ces fonds, trouvant leur place dans les bibliothèques de collectionneurs, voire au Trésor des Chartes lui-même. L’organisation des documents de l’administration toulousaine du xiiie siècle doit donc être recherchée à partir de traces plus discrètes, plus difficiles à interpréter aussi.

3Le gouvernement du dernier des raimondins est celui d’un prince confronté à la défaite, obligé de composer avec un nouveau pouvoir et d’affirmer les bases de sa puissance. Le comte doit tirer le meilleur parti des revenus de son domaine et de la fidélité de ses vassaux. C’est dans cette perspective, celle d’une compréhension des outils mis en place pour faire face à ces difficultés, que nous voudrions inscrire l’étude de l’administration comtale. Les questions de sources viennent limiter cette approche de l’administration : il ne reste aucun document de gestion, émanant des officiers du domaine ou de la cour du comte. Nous tentons donc ici de comprendre l’organisation de l’administration raimondine à partir d’une fonction d’administration, celle de l’écrit, comprenons l’écrit probatoire et non l’écrit de gestion : une écriture de cartulaire et non de registres. L’étude des hommes qui composent l’administration comtale, aussi bien au niveau du conseil du comte qu’à celui, plus humble, de la rédaction des actes, permet de pallier certains manques des sources et de comprendre les mécanismes mis en place par Raimond VII pour tenter de renforcer l’efficacité du pouvoir comtal toulousain dans le Midi.

Les officiers locaux

  • 6  Edgard Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers. Étude sur la réunion des provinces du Midi et (...)
  • 7  Macé, Les comtes de Toulouse…, op. cit., p. 164-170.
  • 8  Nous ne mentionnons pas les officiers de l’administration comtale en Venaissin et marquisat de Pro (...)

4L’administration du dernier comte raimondin a longtemps été perçue à travers ses rapports avec celle de son successeur immédiat, pour mieux marquer la rupture, attendue par l’historiographie ancienne, de l’intégration aux domaines capétiens6. Le comte Raimond VII est avant tout l’héritier des structures mises en place par la dynastie raimondine, écartelée entre les deux bases de sa principauté et pratiquant l’itinérance de la cour7. Le « jeune comte » est de plus contraint par les conditions de la guerre, puis du traité de paix, qui le placent dans une position difficile face aux pouvoirs locaux. Il peut toutefois s’appuyer sur un certain nombre d’officiers qui sont autant de relais de son administration8.

  • 9  John Hine Mundy, Liberty and Political Power in Toulouse, New York, Columbia University Press, 195 (...)
  • 10  Léonard a identifié trois notaires comtaux actifs dans le Toulousain : Pons Vidal (1149-1158), Pie (...)

5En Toulousain, les officiers comtaux sont principalement le sénéchal, dont les importantes fonctions s’exercent sur un territoire à l’échelle des diocèses, et le viguier de Toulouse, représentant du comte dans sa capitale, tête d’un tribunal dont la compétence est parfois contestée par les consuls de la ville, mais aussi gestionnaire du patrimoine urbain du comte9. Les viguiers de Toulouse ont fréquemment été choisis parmi l’élite de la ville, parmi les familles qui participent le plus régulièrement au chapitre consulaire, tout en figurant également dans l’entourage comtal. Les frères Peire [IV] et Macip [Ier] de Toulouse, respectivement viguier de Toulouse et sénéchal de Venaissin, illustrent, comme l’avait souligné Laurent Macé, la montée en puissance des Toulousains au sein de l’administration. On peut supposer que les pratiques documentaires de la ville de Toulouse, qui se concentrent autour du recours systématique à des notaires publics et à l’usage d’un « cartulaire-monument », sont également celles choisies par les officiers comtaux, qui ont généralement exercé des mandats consulaires avant d’appartenir à l’administration de Raimond VII. Ils ont pu jouer le rôle d’intermédiaires du point de vue des pratiques, aux côtés des praticiens de l’écrit toulousain, qui jouent souvent le rôle de notarius comitis tout en continuant à avoir une clientèle privée10.

6Les officiers locaux ont un rôle important dans l’administration comtale, mais l’absence de conservation différenciée de leurs archives par rapport aux archives comtales proprement dites empêche d’interroger spécifiquement leurs pratiques scripturaires.

Une administration centrale ?

  • 11  Macé, Les Comtes de Toulouse…, op. cit., p. 164-166.

7L’entourage de Raimond VII, étudié par Laurent Macé, comprend de nombreux personnages fonctionnant dans un système curial et itinérant11. Parmi ceux-ci, on peut s’interroger sur la part de l’administration, sur les personnes dont l’activité s’exerce principalement au sein des institutions mises en place par le comte. Au-delà des grands nobles de l’entourage de Raimond VII, comme le comte de Comminges, il nous semble que cette catégorie est dominée par deux hommes, Pons Astoaud et Sicard Alaman. Ces conseillers, représentants et donneurs d’ordres utilisent les services de praticiens de l’écrit. Ces derniers sont représentés sous le principat de Raimond VII par Joan Auriol et Bernat Aimeric.

  • 12  Ibid., p. 169 ; Clément Compayré, « Recherches historiques sur Sicard d’Alaman », Mémoires de la S (...)
  • 13  Guillaume de Puylaurens, Chronica, chap. XLV, éd. par Jean Duvernoy, Chronique. 1145-1275, Toulous (...)
  • 14  Dans la pratique méridionale, l’avant-nom de dominus est réservé aux évêques, abbés et comtes.
  • 15  Yves Dossat, Les crises de l’Inquisition toulousaine au xiiie siècle. 1233-1273, Bordeaux, Bière, (...)
  • 16  AN, J 320 éd. par Alexandre Teulet, Layettes du Trésor des Chartes, Paris, Plon, 1866, t. II, p. 4 (...)
  • 17  Par ailleurs, on connaît certains des bayles de Sicard dans ses seigneuries : David à Buzet en 123 (...)

8Sicard Alaman est le personnage-clef de l’administration de Raimond VII. Il est issu d’une famille de l’Albigeois, qui doit son importance à son père Doat. Ce dernier est l’un des fidèles de Raimond VI ; on le voit apparaître à de nombreuses occasions auprès du comte, par exemple comme témoin du testament de Raimond VI de 1209, avec le sénéchal Ramon de Ricaud et le châtelain Guilhem Calvera. Sicard est le second fils de Doat, héritier à ce titre de seigneuries dans l’Albigeois, connues par un acte de partage successoral de 1234. Sicard devient à partir de 1236 un homme de confiance de Raimond VII, qui en fait une sorte de lieutenant général, apte à exercer toute fonction, place qui lui confère son importance lors de la transition des régimes à la mort du comte12. Cette ascension dans le service du comte s’accompagne de l’accès à la chevalerie, qu’il reçoit en même temps que le comte de Comminges, le vicomte de Lautrec et Gui V de Séverac, à la cour de Noël 124413. Le titre militaire est absent des actes toulousains, selon la pratique courante, mais on le voit apparaître dans la correspondance d’Alphonse de Poitiers, accompagné le plus souvent de l’avant-nom de dominus, illustrant la position éminente de Sicard14. Il reçoit également des récompenses plus substantielles de la part de son seigneur, comme les biens d’Élie d’Aigrefeuille, d’Agen, condamné pour hérésie, comprenant les péages de Port-Sainte-Marie et de Thouars15. Sicard Alaman est l’héritier d’une partie du patrimoine paternel, qu’il cherche à agrandir et à aménager notamment en construisant des bastides et en concédant des chartes de franchises. La charte adressée à la communauté de Bouloc en 1242 illustre la manière dont Sicard Alaman se constitue un réseau en utilisant le propre réseau comtal qu’il vient dans une certaine mesure imiter et conformer16. En effet les témoins de l’acte, rédigé par Paul, un notaire toulousain, sont Guilhem [III] de Rouaix, cousin de l’ancien viguier de Toulouse, Arnaud Joan, fils de l’ancien viguier Uc Joan, Guilhem Bernard, bayle de Montgiscard et Arnaud de Lacu, ancien bayle de Puylaurens. En revanche, aucun seigneur local ou du réseau familial de Sicard n’est présent17. La réussite de Sicard Alaman s’observe également dans les alliances matrimoniales conclues par lui-même ou ses proches. Son premier mariage, aux alentours des années 1230, l’unit à une certaine Filipa, dont on ignore la famille. Après la fin de ce mariage qui lui donne deux filles, il épouse Beatriu de Lautrec, issue de cette importante famille albigeoise, alliance renforcée par le mariage de sa première fille avec le propre frère de sa seconde femme, le vicomte Amalric. L’héritier de Sicard est un second fils, aussi nommé Sicard, beaucoup plus jeune que son frère, puisqu’il est né probablement vers 1260.

  • 18  Thomas Gergen, « Els advocats i els mediadors al sud de França i Catalunya del segle xi al segle x (...)
  • 19  La carrière de Pons Astoaud est très longue, puisqu’elle s’étend jusqu’aux années 1270, mais aucun (...)
  • 20  Germain Butaud, « Aperçus sur la coseigneurie en Comtat Venaissin (xiie-xve siècles) », Mélanges d (...)
  • 21  Laurent Macé, « Le Prince et l’expert : les juristes à la cour rhodanienne du comte Raimond V de T (...)
  • 22  Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. VIII, col. 801 : Poncio etiam Astoaudo, fideli cancel (...)
  • 23  AN, J 311 ; ibid., col. 801-802.
  • 24  AN, J 311 ; ibid., col. 802-804.
  • 25  Les prologues des deux actes du 24 août 1244 incitent à penser que les rédacteurs ne sont pas les (...)
  • 26  AN, J 316, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. VIII, col. 934-938 : Que quidem omnia, ut (...)

9Pons Astoaud est un juriste, originaire du Venaissin, sans doute même d’Avignon, où l’on connaît un autre Pons Astoaud, juge consulaire en 1189, et un Ramon Astoaud, probe homme de la ville au début du xiiie siècle18. Il s’attache d’ailleurs à acquérir les seigneuries de Velleron (1232), de La Fare (1246) et de Mazan (1248), toutes obtenues de Raimond VII. En parallèle de son service auprès du comte de Toulouse, il est également juge d’Avignon en 122719. Il est à l’origine d’une famille importante du Venaissin, détentrice de seigneuries et d’offices locaux au moins jusqu’au xviiie siècle20. Les connaissances juridiques de Pons, si elles ne sont probablement pas universitaires, l’inscrivent dans une lignée de juristes originaires du Bas-Rhône, qui se mettent au service des administrations princières ou municipales21. Lors de la première apparition de Pons Astoaud dans la documentation toulousaine, en 1224, il porte le titre de chancelier, cancellarius, avec la fonction d’apposer la bulle comtale sur un acte passé à Montpellier concédant à l’évêque de Nîmes le lieu de Millau22. Cet acte pose problème. L’original est perdu, il n’est connu que par une copie moderne, elle-même perdue mais conservée par son édition dans l’Histoire générale de Languedoc. Le Trésor des Chartes contient en revanche une copie d’un acte passé le même jour au bénéfice de l’évêque de Carpentras23. Dans ce second acte, Pons Astoaud n’apparaît pas, pas plus que dans l’acte du lendemain scellant la réconciliation de Raimond VII avec l’évêque d’Agde, accompagnée de la restitution de la chancellerie des comtes de Toulouse au prélat24. L’hapax que constitue la mention de Pons Astoaud comme chancelier en 1224 nous paraît pouvoir être résolue par l’étude du contexte de rédaction de l’acte mais aussi éventuellement par une interpolation lors de la copie25. Il faut attendre 1230 pour voir Pons Astoaud jouer un rôle dans l’administration comtale, et c’est alors en tant que juriste qu’il apparaît. Envoyé auprès des Marseillais pour régler l’accord avec le comte de Toulouse, il représente les intérêts de Raimond VII et les traduit en termes juridiques, qui sont ensuite portés sur le parchemin26. Émile-Gilles Léonard avait posé l’hypothèse qu’à partir de 1239, Pons Astoaud avait pris la tête d’une « chancellerie centrale » des comtes de Toulouse, un organisme de contrôle de l’écrit à l’échelle de la principauté, ce qui expliquerait la disparition des juges-chanceliers des raimondins en Venaissin. Ce n’est toutefois qu’à partir de 1245 que Pons est qualifié de « chancelier du seigneur comte », nouvelle titulature de l’Avignonnais qui est, pour Émile-Gilles Léonard, honorifique.

  • 27  Il est toutefois consul pour la cité de Toulouse lors de sa participation au chapitre de 1266, ce (...)
  • 28  En juillet 1225 et en octobre 1227, Bernat est souscripteur d’une copie réalisée par Bernat de Sam (...)
  • 29  AN, J 330.
  • 30  Pour en rester au principat de Raimond VII, Guilhem de Saint-Paul en 1223, Ramon Doat en 1226, Ber (...)
  • 31  Bernat Aimeric n’utilise cette formule que lorsque le comte agit dans l’acte. Dans les actes qu’il (...)
  • 32  Pour ne citer que quelques exemples, en mai 1236, Bernat instrumente pour Rogier, fils de Bernat R (...)
  • 33  Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. VIII, col. 1321.

10Le schéma général posé par Léonard reste pertinent, mais il pourrait être affiné par une attention plus grande portée à la chronologie des actes et à l’identité de leurs rédacteurs. Émile-Roger Léonard a fait la liste des différents scribes employés par le dernier représentant de la dynastie toulousaine. Raimond VII emploie, comme ses ancêtres, des individus porteurs du titre de « notaire du comte », notarius comitis ou scriptor comitis. Ces notaires comtaux tiennent la plume lors de la rédaction de nombreux actes du comte, souvent en présence de Pons Astoaud. En juillet 1224, on rencontre pour la première fois Joan Auriol, le notaire comtal le plus important, dans un acte dressé au castrum comtal de la Roque-Valzergue, en Rouergue. Il figure dans la liste des barons, milites, consuls et probes hommes de Toulouse prêtant serment à Alphonse en 1249, ce qui indique une probable résidence dans la ville à cette période. Joan Auriol joue un rôle auprès de Raimond VII qui ne se traduit pas pleinement dans sa production documentaire. En effet, Émile-Gilles Léonard a relevé quarante actes dans lesquels il est présent, même s’il n’en rédige qu’environ une moitié. Émile-Gilles Léonard avait lié la production de Joan Auriol à une certaine expertise pour les actes solennels, les « grandes lettres en forme de charte ». Il a probablement un rôle de proximité important, comme en témoigne le récit de la rédaction du testament du comte, que nous évoquons plus loin. C’est également en 1224 qu’apparaît dans la documentation Bernat Aimeric, l’autre notaire employé par Raimond VII. Joan Auriol est le notaire « du comte » ; Bernat Aimeric est, lui, un notaire de Toulouse, l’un des notaires publics institués par l’autorité de la ville et qui ont acquis depuis la fin du xiie siècle les prérogatives essentielles du notariat public. On ne connaît pas sa famille ni ses origines sociales27. C’est en août 1224 qu’il apparaît, instrumentant un acte pour le viguier de la ville, Uc Joan. Il apparaît donc au même moment dans la documentation que Joan Auriol. Si les deux notaires semblent avoir, dès l’origine, un lien privilégié avec l’administration comtale, une différence majeure est visible. Si Joan Auriol est le notaire du comte et de lui seul, pour Bernat Aimeric, dans les années 1220, l’administration comtale n’est qu’un client parmi d’autres28. Les deux notaires figurent dans le même acte du 10 octobre 1230, que rédige Bernat Aimeric, mais dans la liste des témoins duquel figure Joan Auriol, scriptor comitis. Cet acte est important car on y retrouve la première occurrence depuis les années 1190 de la caractéristique des actes « notariés-comtaux », la mention mandato comitis. La mention du mandamentum est en effet absente des actes privés toulousains, elle est par contre fréquente dans les actes dressés par les notaires de la ville pour les consuls, depuis la dernière partie du xiie siècle. L’usage de cette formule est alors courant dans la pratique notariale pour évoquer l’action d’une autorité au sein d’un instrumentum publicum notarié. C’est à ce titre qu’il est utilisé en 1194 par le notaire Guilhem pour un acte dressé mandato comitis29. Bernat Aimeric réinvestit cette formule que les notaires employés par le comte dans le premier tiers du xiiie siècle n’utilisaient pas30 et en fait un marqueur de la pratique notariale-comtale31. En tant que notaire public de Toulouse, il connaît les pratiques d’instrumentation et de perpétuation des actes nées autour des institutions municipales. Lors de son service auprès du comte, Bernat Aimeric rédige plus d’une centaine d’actes pour le comte, tout en instrumentant également pour des personnes privées32. La mort de Raimond VII ne semble pas clore la période de relations privilégiées entre Bernat Aimeric et l’administration comtale. Entre 1251 et 1253, il rédige plusieurs actes portant sur la monnaie de Toulouse, contestée aux monetarii par le sénéchal, actes où l’on retrouve Sicard Alaman comme témoin33. Peut-être est-il resté le notaire privilégié du sénéchal de Toulouse, en raison de sa connaissance de l’administration comtale. À partir de cette date, Bernat semble en retrait du métier de notaire et participe à la direction de la ville : en 1266, il est désigné consul.

11Le dernier comte raimondin rassemble autour de lui un petit groupe de fidèles, d’origines diverses, qui assurent auprès de lui les fonctions d’un conseil et d’une chancellerie. Si l’état de la documention ne nous permet pas de connaître l’organisation de la gestion des revenus princiers, l’entourage comtal assure en tous les cas de manière centralisée la conservation de la mémoire de l’action du comte. Ces archives comtales constituent l’une des ressources majeures du gouvernement raimondin.

Quelles archives après la mort du comte ?

12Raimond VII décède à Millau le 27 septembre 1249. Ses héritiers, sa fille Jeanne et son gendre Alphonse de Poitiers, entrent en possession de l’ensemble de ses domaines. Ils résident en région parisienne et ne viennent que rarement dans le Midi, ce qui pose la question de la continuité de l’administration comtale, qu’il s’agisse des hommes en place, mais aussi des documents qui attestent et fondent l’action comtale en Toulousain.

  • 34  Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (xiie-xive siècles). Essai d’h (...)
  • 35  Agassols, lieu-dit de la commune de Montlaur, à dix-sept kilomètres de Toulouse ? On connaît un Gé (...)

13La conservation des documents par les notaires semble être la norme à Toulouse au xiiie siècle, au point que les cartulaires réalisés dans la ville à cette période le sont par des notaires. Ces « cartulaires de notaires » sont copiés par des notaires publics et chaque copie est individuellement souscrite par plusieurs notaires témoins, constituant un authentique de substitution utilisable par la ville, ce qui illustre bien la primauté du « document-monument » dans la politique documentaire de la ville, similaire à celle que décrit Pierre Chastang à la même époque pour Montpellier34. L’emploi des notaires publics par l’administration comtale est probablement à l’origine de l’adoption des mêmes procédés. Le comte fait rédiger, par un notaire toulousain, un cartulaire de notaire – un cartulaire dans lequel chaque copie est individuellement effectuée et souscrite par des notaires – pour assurer la conservation des écrits diplomatiques, à visée probatoire. De ce cartulaire, nous n’avons que des restes, sous la forme d’un cahier de parchemin relié à la fin du manuscrit 671 de la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, contenant la copie de trois actes. Ces trois actes sont respectivement de novembre 1244 et de février 1248 et ont été copiés en novembre 1249, selon un délai relativement court, mais qui n’est pas celui d’un registre. En revanche, les originaux ont été instrumentés par le même notaire, Ramon Bertran, notaire public de Toulouse. Malgré les difficultés induites par la conservation minimale de ce cartulaire, on peut supposer que son organisation soit dictée par le rassemblement des copies présentes chez tel ou tel notaire. C’est cette organisation que l’on retrouve dans la continuation du cartulaire de Toulouse. L’entreprise de cartularisation est d’abord une réponse à un besoin pratique d’accès au document dans le respect des pratiques notariales toulousaines. Les notaires impliqués dans le cartulaire de Raimond VII sont d’abord le copiste, Peire Ramon dAgassollo35, notaire très peu connu, à l’exception d’une souscription d’une copie faite par Guilhem de Saint-Paul en juillet 1247. C’est peut-être par le biais de ce dernier notaire, qui est également soucripteur du cartulaire comtal avec Joan de Saint-Rome, qu’il a été chargé d’une telle entreprise. En effet, en raison probablement du travail que cela demande, les copistes des cartulaires sont généralement de jeunes notaires, alors que les souscripteurs sont des notaires établis. Guilhem de Saint-Paul et Joan de Saint-Rome sont des notaires connus depuis la fin des années 1220 et le début des années 1230. Guilhem de Saint-Paul a instrumenté pour le comte en 1223, avant l’« officialisation » de Bernat Aimeric et il reste le seul des notaires toulousains-comtaux de cette période encore en activité à la fin des années 1240.

  • 36  Paris, AN, J 311, éd. dans Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. viii, col. 1292-1294. Les (...)
  • 37  Paris, AN, J 1031 B, éd. dans Boutaric., Saint Louis et Alfonse de Poitiers, op. cit., p. 81-82.
  • 38  Gaël Chenard, « Hériter du Toulousain : Alphonse de Poitiers entre Capétiens et Raymonides », dans (...)

14La rédaction du testament de Raimond VII nous est connue très précisément par la déposition sacramentelle des principaux acteurs et témoins. En effet, après la mort du comte, en 1251, Alphonse de Poitiers s’attache à faire casser le testament de son beau-père. Ayant réuni une commission comprenant des ecclésiastiques, éventuellement décrétistes, des notables toulousains et des juristes, parmi lesquels des notaires toulousains, Gui Foucois et Pons Astoaud lui-même, le nouveau comte obtient la cassation du testament mais le maintien du codicille36. Pons Astoaud dépose, comme Sicard Alaman et Joan Auriol, sur la rédaction du testament, probablement devant cette commission37. Il décrit le comte Raimond, malade, commencer un testament à Riom, le poursuivre près de Rodez à l’insistance de ses barons et l’achever à Millau en recourant à la plume de son scriptor, Joan Auriol. Pons, prévenu par Sicard Alaman, doit sceller l’acte. En 1251, il témoigne de sa réticence à sceller un acte qu’il estime trop peu solennel, mais les ordres du comte – avec qui Pons ne parle pas directement, toute communication passant par Sicard Alaman – sont formels. La charte rédigée par Joan Auriol auprès du comte, peut-être en présence de Sicard, est finalement scellée par le chancelier, qui y ajoute probablement, même si ce n’est pas dans sa déclaration de 1251, les sceaux de divers témoins. Le lendemain, Raimond VII ajoute un codicille à son testament, où il s’engage à partir pour la croisade s’il se remet. Le testament, comme nous l’avons dit, est cassé par la commission réunie à l’initiative d’Alphonse de Poitiers, en arguant de diverses causes : l’absence de lecture devant les témoins, l’absence des noms des témoins à qui les sceaux appartiennent et le non-respect d’une forma publica. Cette dernière assertion est d’autant plus forte que le codicille a, lui, été dressé par Bernat Aimeric selon une forma publica correspondant à l’usage courant des notaires toulousains instrumentant pour le comte. La datation est reportée à la fin de l’acte, elle comprend le lieu, et Bernat Aimeric fait état de sa qualité notariale, sans utiliser de seing. La composition de la commission, comportant de nombreux toulousains, correspond à l’intérêt politique du comte de Poitiers, car à l’engagement de croisade de Raimond VII correspondait une faveur royale, l’investiture du duché de Narbonne. Alphonse entend bien l’obtenir une fois parti en croisade, selon le « vœu » de son beau-père38. Toutefois l’argumentaire utilisé par les juristes réunis en 1251 renforce l’hypothèse selon laquelle le recours à un notaire public faisant rentrer les actes qui lui sont demandés dans une forma publica est désormais nécessaire à la réception des décisions comtales. Le testament scellé du comte, dressé par un scriptor comitis qui n’est pas un notarius publicus, n’est pas considéré comme un acte valide. À la suite d’Edgard Boutaric, on a longtemps vu dans cette cassation de 1251 la preuve d’une rupture entre les principats de Raimond et d’Alphonse. Elle peut aussi être considérée comme s’inscrivant dans une continuité des pratiques de l’écrit méridional depuis le début du xiiie siècle : pour les notables toulousains de 1251, l’instrument notarié est le seul écrit valide.

  • 39  Par exemple, dans un mandement de 1267 adressé à Pons Astoaud et Eudes de la Moutonnière : Et supe (...)
  • 40  Théodore Saint-Bris, « Lettre adressée en Égypte à Alphonse, comte de Poitiers, frère de saint Lou (...)
  • 41  Charles-Victor Langlois, « Une lettre adressée à Alfonse de Poitiers (24 mars 1251) », Bibliothèqu (...)

15Sicard Alaman joue un rôle de premier plan sous le principat de Raimond VII. Ce rôle ne cesse pas à la mort du comte ; il reste un conseiller recommandé par Alphonse à ses officiers envoyés dans le Midi39. L’une des raisons de cette importance est le contrôle des archives de l’administration de Raimond VII. Au début de 1250, Sicard remet au trésorier de Saint-Hilaire de Poitiers un escrit [de] la value de toute la terre40. En effet, en 1251, Thibaud d’Étampes, chapelain d’Alphonse, est envoyé dans les nouveaux domaines du comte de Poitiers pour récupérer les archives comtales. Accompagné de Pierre de Voisins, le sénéchal de Toulouse, Thibaud se rend auprès de Sicard, qui dispose de nombreux originaux ainsi que du « cartulaire de notaire » de Raimond VII41.

  • 42  Paris, AN, J 318 : Memoria quod liber seu registrum litterarum comitatus Tholose est Parisius apud (...)
  • 43  Patrice Cabau, « Deux chroniques composées à Toulouse dans la seconde moitié du xiiie siècle », (...)
  • 44  Paris, AN, JJ 19 : Anno Domini mocclxxo, obiit Sycardus Alamanni domicellus, filius domini Sycardi (...)
  • 45  Paris, AN JJ 19 : Anno Domini mocclxxo quinto, tercia die introitus mensis junii, obiit nobilis vi (...)
  • 46  Edmond Cabié, Louis Jean Mazens (éd.), Un cartulaire et divers actes des Alaman, des de Lautrec et (...)

16Ces archives sont très clairement celles de l’administration de Raimond VII, pas celles des officiers locaux. En effet, on compte parmi elles les bulles de Frédéric II concernant le Venaissin, qui impressionnent particulièrement le chapelain d’Alphonse de Poitiers, et qui n’ont aucune utilité pour le sénéchal de Toulouse. Sicard refuse de rendre les originaux aux envoyés du comte, mais accepte de fournir rapidement des copies. L’hypothèse traditionnelle est de placer à ce moment la rédaction du cartulaire dit de Raimond VII conservé aux Archives nationales. Pourtant la réalité est sans doute plus complexe. Un cartulaire est présent à Paris dans les années 1260, selon ce que l’on apprend par une mention marginale d’un compte alphonsin42. En effet, à la suite des 193 actes copiés dans le cartulaire figure une chronique rédigée en quatre phases, en occitan et en latin. Cette chronique, qui a déjà attiré l’attention des auteurs méridionaux, prête une attention particulière aux événements affectant le Midi et la maison de Toulouse43. Le premier rédacteur la fait débuter au commencement du monde pour s’arrêter à la mort de Raimond VII ; le deuxième ajoute la mort de Raimond VI et la naissance de Jeanne de Toulouse. C’est le troisième rédacteur qui, parmi les mentions de la croisade de Louis IX et la mort d’Alphonse de Poitiers et de sa femme, place la mention du décès de Sicard Alaman le Jeune, fils du lieutenant comtal de Raimond VII et Alphonse44. La dernière mention portée sur la chronique – et le cartulaire – est celle de la mort de Sicard Alaman, le 3 juin 1275. La mention des Alaman nous paraît à l’évidence suggérer que le cartulaire est à cette époque conservé par Sicard Alaman45. Il est même probable que le cartulaire a été commencé à l’initiative de Sicard, selon des modalités qui ne sont pas celles du cartulaire de notaire de Raimond VII. Le « cartulaire de Raimond VII » entretient peut-être un rapport d’origine technique avec les sept premiers folios du cartulaire des Alaman, dont l’essentiel remonte au xive siècle46.

17Les archives de Raimond VII sont un enjeu dès la mort du comte. Ses décisions les plus immédiates, comme son testament, sont soumises pour des raisons politiques à un jugement qui porte sur la validité des actes et met l’accent sur l’autorité des actes notariés. Ces derniers, avec l’essentiel des actes comtaux et des documents de gestion, sont détenus par Sicard Alaman, qui produit des copies de la documentation diplomatique sous la forme compilée d’un cartulaire. L’administration comtale alphonsine, qui repose sur l’écrit par l’éloignement du prince, ne dispose donc pas, au moins pour un temps, des originaux du chartrier.

18L’administration comtale du Midi toulousain sous le principat de Raimond VII de Toulouse s’appuie sur un petit nombre d’individus, issus de trois milieux : la moyenne aristocratie seigneuriale, les juristes du Venaissin et les notables toulousains. Parmi ces officiers, certains membres de l’entourage comtal jouent un rôle de premier plan, comme le juriste Pons Astoaud et le noble Sicard Alaman. Leur place auprès du comte leur assure un rôle de conseil qui s’étend aux relations avec les administrateurs locaux, bien que les lacunes de la documentation ne permettent pas de définir précisement la nature de cette relation. Ils s’appuient sur des praticiens de l’écrit recrutés localement. Parmi ces derniers, les notaires toulousains dominent ; ils sont les plus nombreux, et l’un d’entre eux, Bernat Aimeric, finit par occuper une place prépondérante dans la production d’actes comtaux. L’influence pratique des Toulousains se marie dans le milieu du xiiie siècle avec la place grandissante réservée à l’écrit notarié dans la production d’actes authentiques. Elle débouche sur la réalisation de types documentaires répondant aux usages notariaux, comme le cartulaire de notaire, inventé au bénéfice de la ville de Toulouse quatre décennies plus tôt et désormais utilisé par les officiers comtaux. La mutation des pratiques administratives dans le domaine de l’écrit débouche sur une conservation centrale des actes comtaux, allant jusqu’à la forme d’un livre unique, assurant les mêmes fonctions probatoires que les actes eux-mêmes.

19La progression de l’influence toulousaine dans l’administration raimondine va ainsi de pair avec l’affirmation des pratiques notariales. Cette évolution n’est pourtant pas définitive. Après la mort du comte, c’est l’Albigeois Sicard Alaman qui garde le contrôle des archives comtales. Elles deviennent un instrument de pouvoir, permettant à Sicard de conserver sa place dans les rapports de pouvoir locaux, bien qu’il n’exerce aucun office comtal. Pour assurer la pérennité de leur conservation, il fait probablement rédiger un cartulaire, qui lui n’a aucun trait notarial.

20Si les premiers gestes du comte de Poitiers, devenu comte de Toulouse, sont avant tout politiques et marquent la continuité, ils sont très rapidement suivis de profondes transformations sur le plan administratif. Le prince capétien a hérité des pratiques de l’administration royale, qu’il a déjà déclinées en Poitou et qu’il importe dans le Midi, moyennant certaines adaptations. Il profite en cela de la légèreté des institutions raimondines : il est toujours plus facile de créer des échelons, des pratiques ou des procédures que d’en modifier selon ses besoins.

21Cette faiblesse est relative. Raimond VI et Raimond VII pouvaient compter sur une solide tradition écrite, notamment en Toulousain, et sur un réseau de notaires remplissant des fonctions proprement publiques. Mais l’usage de l’écrit ne suffit pas à définir une gestion par l’écrit. Toute administration recourt à l’écrit pour assurer son fonctionnement. Toute la difficulté consiste à comprendre l’équilibre entre l’oral et l’écrit dans la médiation entre le prince et ses domaines. Cet équilibre est instable et à géométrie variable : il penche d’autant plus en faveur de l’écrit que les domaines s’étendent ou s’éloignent du cœur du pouvoir. De ce point de vue, le rôle de l’écrit paraît plus important dans la gestion des terres méridionales du comte que dans celles du Poitou.

Notes

1  Laurent Macé, Les comtes de Toulouse et leur entourage. Rivalités, alliances et jeux de pouvoir, xiie-xiiie siècles, 2e éd., Toulouse, Privat, 2003 et Id., « Raimond VII of Toulouse. The Son of Queen Joanna, Young Count and Light of the World », dans Marcus Bull, Catherine Léglu (dir.), The World of Eleanor of Aquitaine: Literature and Society in Southern France between the Eleventh and Thirteenth Centuries, Woodbridge, Boydell Press, 2005, p. 137-156.

2  Auguste Molinier, « Catalogue des actes de Simon et d’Amauri de Montfort », Bibliothèque de l’École des chartes,34, 1873, p. 445-501 ; Émile-Guillaume Léonard « Chanceliers, notaires comtaux et notaires publics dans les actes des comtes de Toulouse », Bibliothèque de l’École des chartes, 113, 1955, p. 37-74 ; Laurent Macé, Catalogues raimondins. Actes des comtes de Toulouse, ducs de Narbonne et marquis de Provence (1112-1229), Toulouse, Archives municipales de Toulouse, 2008.

3  Aix-en-Provence, bibliothèque Méjanes, ms. 671.

4  Eugène Martin-Chabot, Les archives de la cour des comptes, aides et finances de Montpellier avec un essai de restitution des premiers registres de sénéchaussée, Paris, F. Alcan, 1907.

5  Les archives de la sénéchaussée de Toulouse ont également souffert de l’incendie de 1407.

6  Edgard Boutaric, Saint Louis et Alfonse de Poitiers. Étude sur la réunion des provinces du Midi et de l’Ouest à la Couronne et sur les origines de la centralisation administrative, Paris, Plon, 1870.

7  Macé, Les comtes de Toulouse…, op. cit., p. 164-170.

8  Nous ne mentionnons pas les officiers de l’administration comtale en Venaissin et marquisat de Provence. Le comte bénéficie dans cette région de l’existence d’un milieu de juristes formés au droit savant, qui peuvent occuper la fonction de juge et chancelier.

9  John Hine Mundy, Liberty and Political Power in Toulouse, New York, Columbia University Press, 1954 et Id., Society and Government at Toulouse in the Age of the Cathars, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1997. Le seul acte s’apparentant à une nomination est la procuration de Raimond à Berenguer de Promilhac en 1243 : Plenam et liberam administrationem, licentiam, facultatem et potestatem petendi, requirendi, exigendi, recuperandi, solvendi, componendi et transactionem faciendi, donandi, vendendi, seu quolibet alio modo alienandi, omnes illas justicias incursus et alia omnia queratione, nomine vel occasione vicarie Tholose (Toulouse, Archives départementales de la Haute-Garonne, ci-après ADHG, 1 J 652, Cl. Devic, J. Vaissète et al., Histoire générale de Languedoc, 3e éd., Toulouse, Privat, 1879, t. VIII, col. 1123-1124).

10  Léonard a identifié trois notaires comtaux actifs dans le Toulousain : Pons Vidal (1149-1158), Pierre Arnaud (1206-1218) et Raymond Fabre (1216-1220). Pons Vidal et Pierre Arnaud ont une importante activité pour des personnes privées dans la même période, par exemple un acte de vente d’août 1151 (Paris, Archives nationales, ci-après AN, J 304) ou un acte d’inféodation du 27 octobre 1213 (Paris, Bibliothèque nationale de France, ci-après BnF, ms. lat. 9189, fol. 1481).

11  Macé, Les Comtes de Toulouse…, op. cit., p. 164-166.

12  Ibid., p. 169 ; Clément Compayré, « Recherches historiques sur Sicard d’Alaman », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 2e sér., 11, 1874-1879, p. 50-81 ; Charles Higounet, « Les Alaman seigneurs bastidors et péagers du xiiie siècle », Annales du Midi, 68/34-35, 1956, p. 227-253 ; ADHG,1 E 286, 14 mai 1251 : Sicardus Alamanni, gerens vices in toto comitatu Tolosano illustris domini Alfonsis, Dei Gracia ejusdem locis comitis.

13  Guillaume de Puylaurens, Chronica, chap. XLV, éd. par Jean Duvernoy, Chronique. 1145-1275, Toulouse, Le Pérégrinateur Éditions, 1996, p. 187.

14  Dans la pratique méridionale, l’avant-nom de dominus est réservé aux évêques, abbés et comtes.

15  Yves Dossat, Les crises de l’Inquisition toulousaine au xiiie siècle. 1233-1273, Bordeaux, Bière, 1959, p. 295 et 311.

16  AN, J 320 éd. par Alexandre Teulet, Layettes du Trésor des Chartes, Paris, Plon, 1866, t. II, p. 474-475. Bouloc, commune du canton de Fronton, Haute-Garonne.

17  Par ailleurs, on connaît certains des bayles de Sicard dans ses seigneuries : David à Buzet en 1236, Peire de Monteanholo à Sainte-Croix en 1242, Pons de Capdenier à Bouloc en 1243. Le premier et le dernier peuvent être membres de familles toulousaines, même si ce Pons de Capdenier n’est pas le même individu que le riche Toulousain, commanditaire d’un cartulaire et consul à de multiples reprises, qui est mort en 1230 sans descendance masculine.

18  Thomas Gergen, « Els advocats i els mediadors al sud de França i Catalunya del segle xi al segle xv », Revista de Dret Històric català, 11, 2011-2012, p. 33-53, ici p. 39.

19  La carrière de Pons Astoaud est très longue, puisqu’elle s’étend jusqu’aux années 1270, mais aucun indice dans la documentation ne permet de poser l’hypothèse de deux homonymes.

20  Germain Butaud, « Aperçus sur la coseigneurie en Comtat Venaissin (xiie-xve siècles) », Mélanges de l’École française de Rome-Moyen Âge, 122/1, 2010, La coseigneurie, p. 63-87, ici p. 61.

21  Laurent Macé, « Le Prince et l’expert : les juristes à la cour rhodanienne du comte Raimond V de Toulouse (1149-1194) », Annales du Midi, 276, 2011, p. 513-531. Pons ne porte jamais aucun avant-nom associé aux gradués, comme magister ou doctor, même si ceux-ci ne sont pas toujours l’indice d’une qualification universitaire.

22  Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. VIII, col. 801 : Poncio etiam Astoaudo, fideli cancellario nostro, mandamus et injungimus ut, ad perennem fîrmitatem, bulle nostre plumbee patrocinio hanc cartam non differat insigniri.

23  AN, J 311 ; ibid., col. 801-802.

24  AN, J 311 ; ibid., col. 802-804.

25  Les prologues des deux actes du 24 août 1244 incitent à penser que les rédacteurs ne sont pas les mêmes. L’acte au benefice de l’évêque de Nîmes commence par : In nomine Domini. Nos R. Dei gratia dux Narbonæ, comes Tolosæ, marchio Provinciæ, proclivi optantes desiderio juxta mandatum apostolicum et nostræ salutis incrementum restituere ecclesias in integrum… Alors que l’acte au bénéfice de l’évêque de Carpentras est d’une rédaction beaucoup plus sèche : Notum sit tam futuris quam presentibus quod nos R. Dei gratia dux Narbone, comes Tholose, marchio Provincie, restituimus vobis

26  AN, J 316, Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. VIII, col. 934-938 : Que quidem omnia, ut superius sunt expressa, dictata fuerunt ex parte dicti domini comitis per predictum Poncium Astoaudum et pro parte comunis Massilie per Guillelmum Narbertum et magistrum Bernardum Gairaudi, jurisperitos Massilie.

27  Il est toutefois consul pour la cité de Toulouse lors de sa participation au chapitre de 1266, ce qui indique sa résidence dans cette partie de la ville, la plus peuplée (Mundy, Society and Government…, op. cit., p. 411). Mais rien n’indique qu’il en soit originaire ou même qu’il soit Toulousain de naissance.

28  En juillet 1225 et en octobre 1227, Bernat est souscripteur d’une copie réalisée par Bernat de Samatan (ADHG, 1 E 506 et 1 E 579). En octobre 1225, il est à nouveau témoin d’une copie réalisée par Guilhem de Rayna (Toulouse, Archives municipales, II 51). En novembre 1226, Bernat Aimeric instrumente pour Englesa et Guilhem Sord, Ramon Caraborda et Peire de Prulhec, qui donnent quittance au prieur de l’Hôpital (ADHG, 1 E 504).

29  AN, J 330.

30  Pour en rester au principat de Raimond VII, Guilhem de Saint-Paul en 1223, Ramon Doat en 1226, Bernat de Samatan en 1227, instrumentent pour le comte sans autre formules que celles utilisées pour un particulier (Paris AN, J 304 et 330).

31  Bernat Aimeric n’utilise cette formule que lorsque le comte agit dans l’acte. Dans les actes qu’il dresse en qualité de notaire du comte, mais où ce dernier n’est que bénéficiaire, comme en 1239 à Saint-Porcer, il ne fait aucune mention d’un mandamentum.

32  Pour ne citer que quelques exemples, en mai 1236, Bernat instrumente pour Rogier, fils de Bernat Rogier, qui vend un bien au prieur de l’Hôpital (ADHG, H Malte, éd. par V. Fons). En juillet 1236, il instrumente pour la vente d’une maison par Guilhem de Brassac et sa femme à Bertran de Montlaur (BnF, ms. lat. 9189, dans Paul Ourliac, Anne-Marie Maynou [éd.], Cartulaire de l’abbaye de Lézat, Paris, Éditions du CTHS, 1987, t. II, no 1450).

33  Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. VIII, col. 1321.

34  Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (xiie-xive siècles). Essai d’histoire sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 229-232.

35  Agassols, lieu-dit de la commune de Montlaur, à dix-sept kilomètres de Toulouse ? On connaît un Géraud d’Agassol, cité en 1205 et un Guilhem d’Agassolo, forgeron en 1243 (Paris, AN, J 321 et 324).

36  Paris, AN, J 311, éd. dans Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. viii, col. 1292-1294. Les Toulousains présents sont Ramon Rois, Pons Berengier, Arnaud et Guilhem d’Escalquens, Ramon Capellarius, Ramon Joan, tous consuls ou anciens consuls, Rogier de Palais, Ramonde Sauzet, maître Guilhem de Lavaur, Bernat Gelabert, le notaire Guilhem de Rayna. Les juristes sont dominus Gui de Regio, doctor legum, maître Ramonde Millau, archidiacre d’Agen, maître Gyraud d’Andirano, doctor in decretis, maître Esteve de Biderri, chanoine de Narbonne, maître Bonet, chanoine d’Agen, ainsi que les jurisperiti Pons Astoaud et Gui Fouquoi – dont le titre de docteur n’apparaît pas. Un petit nombre de personnes n’ont pas de titre universitaire et n’appartiennent pas aux élites toulousaines : Guilhem Arnaud, dit legista en 1264, Peire de Lerens et Bernat de Verfeil.

37  Paris, AN, J 1031 B, éd. dans Boutaric., Saint Louis et Alfonse de Poitiers, op. cit., p. 81-82.

38  Gaël Chenard, « Hériter du Toulousain : Alphonse de Poitiers entre Capétiens et Raymonides », dans Claudine Pailhès (dir.), 1209-1309. Un siècle intense au pied des Pyrénées, actes du colloque tenu à Foix les 23, 24 et 25 octobre 2009 dans le cadre du 800e anniversaire de la croisade contre les Albigeois, Foix, Conseil général de l’Ariège/Archives départementales de l’Ariège, 2010, p. 125-139.

39  Par exemple, dans un mandement de 1267 adressé à Pons Astoaud et Eudes de la Moutonnière : Et super hiis cum senescallo nostro Tholosano et Sicardo Alemanni, milite, et aliis quibus videritis expedire colloquium habeatis. Auguste Molinier (éd.), Correspondance administrative d’Alfonse de Poitiers, Paris, Imprimerie nationale, 1894, t. I, n o 266, p. 165-166.

40  Théodore Saint-Bris, « Lettre adressée en Égypte à Alphonse, comte de Poitiers, frère de saint Louis. », Bibliothèque de l’École des chartes, 1, 1840, p. 389-403, ici p. 399. La value au sens de l’administration capétienne est un compte synthétique triannuel des revenus attendus (Gaël Chenard, L’administration d’Alphonse de Poitiers en Poitou et en Saintonge [1241-1271], thèse de doctorat dirigée par Martin Aurell, université de Poitiers, 2014, p. 362-364 et 431-433).

41  Charles-Victor Langlois, « Une lettre adressée à Alfonse de Poitiers (24 mars 1251) », Bibliothèque de l’École des chartes, 46, 1885, p. 589-593, p. 592 pour la citation : Item dominus Segardus ostendit P. de Vicinis, senescallo vestro, et michi tres cartas de imperatore et unam de pie recordationis domino rege Francorum Philippo, in auro sigillatas ; item aliquas alias in cero sigillatas et multas alias astractas de cartulario tabellionum et publicorum notariorum, dicens quod eas litteras omnino nemini daret sine vestri litteris patentibus ; tamen, transcriptum earum debet senescallo Tholose unum et michi alium exhibere infra octo dies. Il nous semble clair que ce cartularium tabellionum est le cartulaire de notaire de Raimond VII et non un cartulaire « simple » ou un registre de minutes de notaires, en raison du pluriel des notaires rédacteurs.

42  Paris, AN, J 318 : Memoria quod liber seu registrum litterarum comitatus Tholose est Parisius apud Hospitale cum coopertura rubea

43  Patrice Cabau, « Deux chroniques composées à Toulouse dans la seconde moitié du xiiie siècle », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 56, 1996, p. 75-120.

44  Paris, AN, JJ 19 : Anno Domini mocclxxo, obiit Sycardus Alamanni domicellus, filius domini Sycardi Alamanni, apud Thuniensium. Voir supra. Il ne faut pas confondre ce Sicard avec son jeune frère, qui porte le même nom.

45  Paris, AN JJ 19 : Anno Domini mocclxxo quinto, tercia die introitus mensis junii, obiit nobilis vir dominus Sycardus Alamanni, cujus anima requiescat in pace.

46  Edmond Cabié, Louis Jean Mazens (éd.), Un cartulaire et divers actes des Alaman, des de Lautrec et des de Lévis, Seigneurs de Castelnau de Bonafous, Villeneuve-sur-Vere, Labastide de Lévis, Graulhet, Puybegon, Rabastens, en Albigeois ; Saint-Sulpice, Azas, Montastruc, Corbarieu, en Toulousain, et Lafox en Agenais, xiiie et xive siècles, Toulouse, Imprimerie A. Chauvin et fils, 1882.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540