Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marqueurs archéologiques du pouvoir

 | 
Olivier Brunet
, 
Charles-Édouard Sauvin

Introduction

François Villeneuve

Texte intégral

1Comme par une alternance délibérée, cette école doctorale, après avoir traité lors de ses deux premières journées annuelles Objets et symboles (2006) et Territoires et économies (2007), s’est tournée, pour un biennat, vers des thèmes culturels et politiques : Les images : Regards sur les sociétés en 2008, et maintenant ces Marqueurs archéologiques du pouvoir.

2La recherche de la diversité des angles d’approche, pour éviter à ces Journées et à la série Archéo.Doct de s’enfoncer dans la redondance, n’explique pas à elle seule le passage par cette étape : celle-ci exprime, surtout, le regain de vitalité de l’archéologie culturelle, qui n’est donc pas étouffée par les brillants succès de l’archéologie environnementale, de l’archéologie du settlement – si profondément renouvelée dans sa force de frappe par les systèmes d’information géographiques –, ou encore de l’archéologie de la production, épaulée par des archéosciences toujours plus performantes.

  • 1 À la charnière de l’histoire antique et de l’archéologie (épigraphie, architecture, iconographie), (...)

3Le fil directeur des interventions et des échanges, comme lors de la ­Journée de 2008 sur les images (Archéo.Doct 3), n’est pas si éloigné de ­l’histoire de l’art, ni évidemment de l’histoire tout court : l’archéologie est manifestement partie prenante d’un courant vigoureux dans les sciences humaines et qui se manifeste en histoire – notamment antique et médiévale – par la vogue d’une histoire politique et culturelle que, pendant des décennies, le règne sans partage de l’histoire économique et sociale avait fort occultée1.

  • 2 K. Trehuedic, Insignes et marqueurs du pouvoir hellénistique. Traditions et stratégies de la royaut (...)

4Si l’intérêt est commun aux sciences humaines, l’angle d’attaque est bien, ici, celui de l’archéologue. Le mot marqueurs l’atteste. Nos voisins les historiens d’art sans doute auraient titré : « Les attributs du pouvoir » et cette journée eût été pleine de foudres, aigles, griffons et Victoires stéphanéphores. Des doctorants historiens auraient, je pense, pour aborder le thème, tablé sur « Les insignes du pouvoir » ; ils auraient surtout causé licteurs, sceptres, sceaux, couronnes et proscynèses2.

5Certes, il est occasionnellement question dans ce volume, notamment dans la deuxième partie, de tels de ces objets, images ou pratiques : mais assez peu, une simple lecture du sommaire en convaincra le lecteur. C’est que l’archéologue a ses objets d’étude : plutôt ensemble de mobilier ou de matériel que peintures ou reliefs, plutôt site ou groupe de sites qu’archives, plutôt vestiges funéraires que testaments ou inventaires après décès. Le problème de l’interprétation, s’il cherche à identifier le groupe social, par exemple celui des puissants, se situe donc très en amont, très tôt dans la chaîne de procédures, et très au ras du sol, si l’on ose dire. Le terme de marqueur – on aurait pu penser à celui de symptôme, pour évoquer la recherche du médecin ou du biologiste, mais le pouvoir n’est pas nécessairement pathologique – traduit d’abord cette modestie de l’approche : entre le vestige d’arme du combattant ordinaire et celui du chef, quel est le critère de distinction ? Entre la tombe d’un individu simplement riche (la richesse n’est pas le pouvoir) et singeant les puissants et celle d’un vrai détenteur du pouvoir, comment éviter de se tromper ?

6C’est précisément ce comment qui nous a intéressés lors de cette journée, et qui, je l’espère, passionnera également nos lecteurs : archéologues, en décidant de parler de marqueurs du pouvoir, nous choisissons d’user d’un terme inélégant, consciemment emprunté aux sciences exactes. À l’instar du chimiste cherchant une molécule-trace, les jeunes auteurs des communications qu’on va lire s’astreignent à isoler, dans les ensembles qui leur sont confiés pour leur thèse, des éléments qui puissent être décrits sans contestation, que l’on puisse – parfois – quantifier, qui aient des chances sérieuses, argumentables, d’être caractéristiques d’un individu, d’un groupe, d’une classe, exerçant un pouvoir, ou d’un lieu d’exercice du pouvoir.

7Nous voici déjà loin, par le travail effectif, de ce que fait un doctorant en histoire ou histoire de l’art. Et si le lecteur veut bien revenir un instant au sommaire, il verra que le matériau où piochent nos doctorants pour dénicher les puissants, leurs réalisations et le siège de leur pouvoir est le robuste et lourd terreau qu’ont de tout temps travaillé les archéologues : tombes et pratiques funéraires, architecture (notamment domestique et militaire), collections de matériel métallique, étude hiérarchisante des sites. À chacun ses outils : sans négliger attributs et insignes, c’est par l’identification de séries d’anomalies dans des séries plus vastes, monotones, que l’archéologue met le pouvoir – ou tel de ses aspects – en évidence.

8Monotonie du référentiel de base, oui, mais fort heureusement pour l’agrément de notre lecture, la plus grande diversité est cultivée ici. D’abord dans l’espace, du Michoacan au Japon via le Kent et les environs de Pétra, et dans le temps, du iiie millénaire à la fin du Moyen Âge, ensuite quant aux corpus traités – des miroirs japonais à l’éclairage des grandes demeures antiques tardives. C’est là le reflet des activités d’une école doctorale qui aimerait caresser l’ambition d’une archéologie presque universelle. Dualité, fondamentale, ensuite, entre deux grands types d’approches : les marqueurs quantitatifs (la taille des sites, la dimension des tombes, le nombre d’objets déposés) et les qualitatifs (le matériau, le style, la lumière). Mais diversité, aussi, inhérente au sujet traité – ou plutôt poursuivi, recherché, parfois sans doute expérimentalement construit : ce « pouvoir », en effet, est tout sauf quelque chose d’univoque, simple et constant. Quel pouvoir ? Le pouvoir de qui ? Les variantes qu’on découvre ici au fil des approches sont nombreuses : pouvoir d’un individu (sur un état, une localité, un groupe quelconque), plus largement pouvoir d’une famille, voire d’une dynastie. Mais aussi pouvoir d’un groupe sur d’autres ; ici l’on sait que la domination se marque souvent par le symbole : l’armement de parure, les remparts de prestige, sans qu’on doive pour autant négliger, sous le symbole, l’instrument bien concret de la domination ou de l’autoprotection.

9L’énumération pourrait continuer longtemps, mais le lecteur nous aura compris : les jeunes organisateurs de la journée ont bien choisi de nous réunir autour des marqueurs, non des marques ; autour d’une démarche épistémologique, non d’une description positiviste. Le choix des marqueurs conditionne, forge en bonne partie, la conception, l’image – le sens même – du pouvoir, des rapports sociaux, que nos jeunes savants vont proposer d’extraire de leurs terrains et de leurs collections. La question commune à tous les exposés qui suivent me semble être celle-ci : « Par quel raisonnement, comparatif ou à base d’arguments internes à l’ensemble fouillé ou étudié, décidons-nous que tel trait, tel dispositif, tel objet, tel attribut, etc., est un marqueur c’est-à-dire doit être interprété comme une marque de pouvoir, et de quelle sorte de pouvoir ? » Le pouvoir alors décrit n’est pas une fabrication arbitraire ni artificielle, mais c’est bel et bien une forme d’approximation, d’essai, d’expérimentation scientifique, toujours à valider ensuite par la confrontation à d’autres approches, à d’autres échantillons.

  • 3 À l’exception de l’intéressante communication de D. Seigneuret.

10À propos d’échantillons, gardons-nous de croire que celui que nous présentons ici est complet, ou même représentatif des travaux de cette école doctorale : tant s’en faut. Tout d’abord, nous déplorons, dans cette livraison d’Archéo.Doct encore, l’absence des préhistoriens, qui ont tant à dire sur toute matière archéologique. Une autre quasi-absente de marque3, transpériodes celle-là, est l’archéologie monumentale : sur un pareil thème, on aurait volontiers espéré des analyses portant sur les grands monuments du pouvoir hellénistique, romain, byzantin, abbasside ou maya, par exemple. Sans doute faut-il attendre que l’archéologie du bâti ait fini de redonner ses lettres de noblesse à cette étude des grands monuments, dont on ne saurait sérieusement se passer. Le lecteur à l’esprit curieux ou sourcilleux trouvera ici bien des lacunes encore : l’Afrique ou l’Océanie, autres fleurons de notre école doctorale, ne sont pas les moindres. Mais une journée doctorale et le petit livre qui en rend compte ne peuvent tout passer en revue. La collection ici rassemblée est riche et dense ; elle privilégie quelques thèmes, abordés chacun par deux ou trois communications. L’objectif est atteint : à partir d’un sujet d’historiens et d’une question d’historiens d’art, nos doctorants – pour plusieurs d’entre eux docteurs, désormais – exposent démarches, découvertes et propositions d’archéologues.

11Je rends grâce ici, au nom de notre école doctorale, aux organisateurs de la journée et éditeurs scientifiques de cette livraison d’Archéo.Doct, Olivier Brunet et Charles-Édouard Sauvin ; à mon prédécesseur Gilles Touchais, qui dirigeait encore cette école doctorale lors de cette journée de mai 2009 ; à Taisir Al Halabi, coéditeur et secrétaire de l’école doctorale, et à l’équipe des Publications de la Sorbonne, pour la mise en forme finale du présent volume.

Paris, le 9 mai 2012

Notes

1 À la charnière de l’histoire antique et de l’archéologie (épigraphie, architecture, iconographie), ­l’ouvrage collectif édité par M. Christol et D. Darde, L’expression du pouvoir au début de l’empire. Autour de la Maison Carrée à Nîmes, Paris, Errance, 2009, fournit un bon exemple de ce que peut produire, dans un registre au demeurant fort classique, l’alliance des disciplines pour observer les manifestations, voire cerner les desseins, d’un pouvoir.

2 K. Trehuedic, Insignes et marqueurs du pouvoir hellénistique. Traditions et stratégies de la royauté d’Alexandre et de l’Orient hellénistique, thèse de doctorat dirigée par M.-F. Baslez, université Paris XII, 2008.

3 À l’exception de l’intéressante communication de D. Seigneuret.

Auteur

Professeur d’archéologie de la Méditerranée et du Proche-Orient hellénistiques et romains, modérateur de la journée et directeur de l’ED 112 (depuis 2010).

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540