Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Administrer par l’écrit au Moyen Âge

 | 
Harmony Dewez
, 
Lucie Tryoen

Première partie. L'écrit au service de la gestion d'un territoire

S’emparer du territoire dans la Terra Sancti Benedicti

Le castrum Cervarii sous les abbés Bernard et Thomas (fin du xiiie siècle)

Albane Schrimpf-Patey

Texte intégral

1La gloire de l’abbaye du Mont-Cassin, fondée par saint Benoît, est avant tout d’origine spirituelle, mais elle s’appuie également sur une vaste seigneurie appelée Terra Sancti Benedicti. Celle-ci forme une unité territoriale compacte qui s’étend sur les vallées du Liri, du Rapido, du Gari, du Garigliano et sur les massifs montagneux qu’elles bordent.

2La gestion d’une telle seigneurie a nécessité la mise sur pied d’une solide administration, fondée sur l’écrit. Ainsi, l’abbé Bernard Ier Ayglier (1263-1282), souhaitant remettre en vigueur les droits de l’abbaye sur les hommes et les terres, est à l’origine d’enquêtes et de la mise par écrit, dans des registres, d’un grand nombre de documents administratifs. La procédure commencée par Bernard est par la suite reprise par son successeur, l’abbé Thomas Ier (1285-1288).

  • 1  Luigi Fabiani, La Terra di San Benedetto. Studio storico-giuridico sull’Abbazia di Montecassino da (...)
  • 2  Jean-François Guiraud, Les enquêtes de l’abbé Thomas du Mont-Cassin, 1287-1288. Problèmes et métho (...)
  • 3  Jean-François Guiraud, Pierre Toubert, Économie et société autour du Mont-Cassin au xiiie siècle, (...)

3Parmi les études sur la Terra Sancti Benedicti et sa gestion par l’abbaye, il faut citer en particulier l’ouvrage de Luigi Fabiani, La Terra di San Benedetto1, qui fait une présentation historique de la formation de la Terra, puis en décrit l’organisation administrative, juridique, sociale et économique. Ces différents aspects ont par la suite été repris par Jean-François Guiraud, qui a concentré son étude sur le xiiie siècle dans sa thèse sur les enquêtes de l’abbé Thomas2, puis dans son ouvrage de synthèse économique et sociale de la seigneurie3.

  • 4  Montecassino, Archivio dell’Abbazia, caps. LXII, fasc. I, n. 1, édité par Luigi Fabiani dans La Te (...)

4Les documents conservés au sein de l’Archivio de l’abbaye du Mont-Cassin permettent d’étudier, à travers l’exemple du castrum Cervarii, comment les abbés Bernard et Thomas se sont réemparés de leurs droits sur la Terra et ses habitants. Parmi les villages de la Terra, le castrum Cervarii, ou Cervaro, est situé au pied du Monte Aquilone, au nord de la Via Casilina, sur la vallée du Rapido. Le castrum dispose d’un privilège datant de l’abbé Raynald II de Collemezzo (1137-1166), daté de mars 1142, consistant principalement en l’exemption ou la diminution des redevances et services variés dus par les habitants4.

  • 5  C’est ainsi le cas du frater Iacobus dans un acte daté du 6 avril 1269 (Registrum Primum Bernardi (...)

5Sur la Terra, l’administration locale a pour assise le réseau castral, et son organe de base est la curia. Celle-ci siège souvent dans un palais, parfois fortifié comme cela semblait être le cas à Cervaro. À sa tête se trouve le rector, en général un moine, nommé et suspendu par l’abbé. Les biens du couvent ayant été répartis entre les différents offices majeurs, qui doivent rendre compte chaque année de leur gestion au chapitre, le recteur de Cervaro se trouve ainsi être, depuis août 1197, l’infirmarius – ou infirmararius comme on le voit souvent dans les textes –, celui qui a la charge de l’infirmerie. Il est également le prévôt de l’ecclesia Sancti Michaelis de Monte qui a des liens étroits avec ce castrum, puisque les habitants de ce dernier tiennent de ce monastère une partie de leurs terres. C’est donc l’infirmarius qui concède les contrats en livello, ou à long terme, pour l’abbaye du Mont-Cassin et le monastère de San Michele del Monte, dans le territoire de Cervaro. Il est parfois remplacé dans cette fonction par un autre frère du Mont-Cassin, appelé procurator infirmarii5. Le recteur est en outre aidé, dans ses fonctions judiciaires et administratives, par des ministériaux laïques, parmi lesquels les iudicii, un certain nombre d’agents (terraticarii, decimarii, nuntii, etc.), et le baiulus.

  • 6  Il s’agit de la copie sur parchemin de l’enquête effectuée à Cervaro par l’abbé Bernard. Elle est (...)

6Cervaro est un exemple relativement bien documenté. Le castrum est mentionné dans tous les grands registres composés sous les abbatiats de Bernard et de Thomas. Quatre d’entre eux, que nous présentons brièvement plus bas, ont été utilisés pour cette étude, à ceux-ci il faut ajouter une copie sur parchemin d’une enquête conservée à part6. Parmi ces sources nous avons quatre types de documents : 79 actes émanant des autorités, ou contrats passés entre particuliers, deux enquêtes, deux réglementations et deux listes de cens.

  • 7  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, en partie édité pa (...)
  • 8  Toutes les datations des registres utilisées proviennent des différents travaux de Tommaso Lecciso (...)
  • 9  Le dernier acte copié dans le registre est daté du 8 décembre 1275.
  • 10  C’est l’hypothèse de Jean-François Guiraud dans Les enquêtes de l’abbé Thomas du Mont-Cassin…, op. (...)
  • 11  Registrum Thomae Decani, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 10, édité par les moines sous l (...)
  • 12  Il s’agit de l’acte no 78, daté du 11 janvier 1269, et de l’acte no 94, daté du 24 janvier 1269.
  • 13  Il s’agit de 56 actes, insérés des fol. 87 à 103.

7Le Registre I de Bernard7 a été rédigé entre 1270 et 12788. Il contient 485 actes sur 290 folios. Il s’agit des actes émis par l’abbé et chaque officier majeur entre 1266 et juillet 1270. Puis, jusqu’en décembre 12759, n’y sont plus recopiés que les seuls actes de l’abbé, puisque chaque office semble dès lors posséder son propre registre10. Le seul registre de ce genre conservé, celui du conventus11, est postérieur, daté de 1279. L’ordre chronologique de copie des actes est rompu à deux reprises : tout d’abord par l’ajout de la copie des enquêtes de 1267 et 1270-1271, insérées entre deux actes de janvier 126912, puis, quelques dizaines de folios plus loin, par la copie des actes présentés par les habitants lors des enquêtes13.

  • 14  Registrum Primum Thomae Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 8.

8Le Registre I de Thomas14, rédigé entre 1285 et 1288, et contenant 200 folios, est composé sur le modèle de celui de Bernard : il s’agit d’y conserver les actes concernant le monastère, la Terra et ses habitants. Il contient, dans un ordre chronologique – à quelques exceptions près – les actes émis par l’abbé entre 1285 et avril-mai 1288. Les sections y sont beaucoup moins bien distinctes que dans le Registre I de Bernard. À partir du folio 32, sont recopiées les enquêtes de Thomas qui se déroulent de janvier 1287 à avril 1288.

  • 15  Registrum Secundum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 6. Il existe égalem (...)

9Le Registre II de Bernard15, rédigé à la fin de son abbatiat et au début de celui de Thomas, possède 83 folios. Il contient la réglementation issue des enquêtes menées par l’abbé Bernard, datées de 1273.

  • 16  Registrum Primum Thomae Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 9.
  • 17  Elles couvrent les folios 10 à 30. On en retrouve une autre partie, pour San Germano, des folios 4(...)
  • 18  Il couvre les folios 30 à 40v.

10Le Registre II de Thomas16, traditionnellement daté de 1291, est très hétérogène. On y trouve, entre autres, deux listes de cens17 et le résumé des enquêtes de Bernard de 1267 et 1270-127118.

11La rédaction et la conservation de ces différents types de documents, au sein des archives, nous renseignent sur les mesures mises en place et les moyens détenus par l’abbaye, l’abbé et le recteur pour administrer les habitants de Cervaro.

Enquêter

12Pour les abbés Bernard et Thomas, la reprise en main du patrimoine de l’abbaye passe par l’enquête. Bernard impose cette procédure à ses officiers et aux prévôtés dépendantes, mais n’hésite pas, en parallèle, à lancer de grandes enquêtes dans toute la Terra. Le procédé est repris par son successeur Thomas qui en adapte le questionnaire en fonction de ses propres préoccupations.

L’enquête de l’abbé Bernard à Cervaro (4 décembre 1270)

13En 1267 et 1270, l’abbé Bernard envoie l’économe du monastère du Mont-Cassin, ainsi que le juge et avoué du monastère et le notaire du monastère et de San Germano, enquêter dans les castra de la Terra sur les droits et possessions de l’abbaye.

  • 19  Laurent Feller, « Les enquêtes seigneuriales de Bernard Ier Ayglier, abbé du Mont-Cassin (1267-127 (...)
  • 20  Elles couvrent les folios 29 à 54v. Ils sont incomplets puisque le dernier témoignage du folio 54v (...)
  • 21  Il s’agit de la copie datée du 14 octobre 1278 de l’enquête à Cervaro du 4 décembre 1270 (Aula II, (...)

14Notre hypothèse, reprise à Laurent Feller, est que « les procès-verbaux étaient écrits sur des rouleaux de papier qui furent par la suite transcrits sur des supports plus durables19 ». Ce sont ces procès-verbaux qui sont recopiés dans le Registre I de Bernard20. On n’a conservé aucun des procès-verbaux originaux, mais seulement trois copies sur parchemin qui en ont été faites en 127821.

  • 22  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, fol. 38-39v.

15Le Registre I de Bernard conserve donc la copie de l’enquête pour quinze localités, parmi lesquelles celle de Cervaro qui couvre deux folios22. Il s’agit bien d’une simple copie de l’enquête puisqu’elle est en tout point identique à la copie de 1278.

  • 23  Un doute subsiste concernant le témoin no 20 présenté comme presbiter Petrus Luponus alors qu’à de (...)
  • 24  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, fol. 29.

16Cervaro est le cinquième castrum visité par les enquêteurs et le deuxième en 1270. Vingt-quatre hommes y sont interrogés, parmi lesquels un ancien baiulus, deux notarii, trois presbyteri23, un diaconus et un magister. L’enquête vise à connaître les droits du monastère. Les enquêteurs recherchent les éléments constitutifs de la coutume et s’intéressent peu aux revenus, c’est pourquoi ils semblent avoir utilisé un questionnaire très simple, interrogeant les hommes sur les droits et possessions du monastère24.

17Le premier témoignage est recopié intégralement et tous les témoignages suivants sont copiés en prenant le premier pour modèle. Ils sont ainsi abrégés et plus courts. Cette méthode de copie permet une recherche plus rapide, notamment parce que les rubriques sont généralement évoquées dans le même ordre. En revanche, lorsque la chaîne des témoignages s’allonge, il devient fastidieux d’effectuer une recherche. Il s’agit donc d’un document difficile à utiliser pour une administration quotidienne, et donc probablement d’un document de transition, avant une possible mise au propre sous forme de résumé ou de réglementation.

Le résumé de l’enquête dans le Registre II de Thomas

  • 25  Lors de l’enquête à Cervaro, le témoignage du premier témoin, Leo de Abbate, concernant l’herbatic (...)

18Dans le Registre II de Thomas, a été copié un résumé des enquêtes de 1267 et 1270-1271, concernant vingt-quatre localités, et dont l’ordre reprend exactement celui des enquêtes. Les neuf localités supplémentaires correspondent à la partie manquante des enquêtes dans le Registre I de Bernard. Il ne s’agit que d’une mise au propre des résultats sous forme de résumé et non d’une réglementation tirée des enquêtes puisque les items y sont recopiés dans l’ordre des témoignages, en éliminant les redondances, mais en laissant cependant les réponses contradictoires et sans regroupement des témoignages concernant le même item, comme c’est le cas à Cervaro pour l’acquittement de l’herbaticum25. Toutefois, Thomas ne se contente pas de poursuivre le travail de son prédécesseur en faisant rédiger ce résumé, il se lance également dans de grandes enquêtes.

L’enquête de l’abbé Thomas à Cervaro (12 avril 1288)

  • 26  L’enquête à Cervaro couvre les folio 170 à 176 du Registrum Primum Thomae Abbatis. Elle comporte 3 (...)

19L’abbé Thomas a, en effet, parcouru la Terra en personne en 1288 pour y mener ses propres grandes enquêtes. Les résultats de ces enquêtes, copiés dans son registre, ne se présentent pas d’un seul bloc comme ceux de Bernard : on trouve en effet pour une localité un mélange de procès-verbaux, de notices d’actes présentés par les habitants et de copies d’actes émis par l’abbé à la même date26.

20Les procès-verbaux de l’enquête à Cervaro se présentent en trois parties :

    • 27  Registrum Primum Thomae Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 8, fol. 170.

    la première27 concerne les droits du monastère pour lesquels on interroge quatre hommes dont deux notaires ;

    • 28  Ibid.170v.

    la deuxième28, au cours de laquelle sont interrogés sept hommes, soit un notaire, deux archipresbyteri et quatre presbyteri, s’intéresse aux redevances dues par le clergé ;

    • 29  Ibid., fol. 171-173, 177.

    la troisième29 est une liste des redevances dues par cent soixante-deux hommes du castrum. Cependant, contrairement aux deux premières parties, la formulation ne nous permet pas de savoir si les hommes sont venus déposer ou s’il s’agit plutôt d’une liste établie à partir de quelques dépositions ou d’autres documents.

21Ainsi, à Cervaro, l’enquête de Thomas diffère bien de celle de Bernard. En 1267 et 1270, en effet, l’objectif était de recouvrer les droits du monastère et de rétablir une norme. En 1288, la coutume ayant été restaurée, il s’agit de connaître précisément le montant et la nature des redevances prélevées chaque année sur chaque habitant. Cette liste de cens soulève toutefois un certain nombre de questions : pourquoi ne trouve-t-on pas de listes de nobles ou de personnes devant effectuer le service à cheval, comme c’est le cas pour d’autres castra ? Pourquoi les femmes sont-elles totalement absentes de cette liste ? Et enfin, à quoi correspond cette liste de cent soixante-deux hommes puisque l’on sait qu’elle ne couvre pas tous les hommes du castrum ?

22Ainsi, dans un premier temps, par l’enquête, les abbés Bernard et Thomas ont pris à nouveau connaissance des droits du monastère sur les terres et les hommes. Ils ont ensuite remanié les procès-verbaux des enquêtes pour établir des documents – comme le résumé – facilitant l’administration de la Terra et de ses habitants. Après avoir mis au jour les dysfonctionnements de la société et les délits favorisés par les années de vacance d’un pouvoir central fort, les abbés se doivent de faire appliquer dans la seigneurie la coutume retrouvée.

Juger et réprimer

23Durant les années d’occupation souabe, les habitants de la Terra ne manquèrent pas d’imagination pour se soustraire à leurs charges. Parmi les délits que l’abbé Bernard se fit fort d’extirper, deux concernent particulièrement Cervaro. Il s’agit de l’affranchissement par l’affiliatio et le refus de payer le terraticum. Il tenta d’y remédier par l’édiction de sentences.

Les sentences contre l’affiliatio (1271 et 1273)

  • 30  L’affiliatio a été présentée par Laurent Feller dans un article intitulé « Adoption et servage en (...)

24L’affiliatio est une technique d’affranchissement spontané sans décision seigneuriale, c’est une forme d’adoption d’adulte par le mariage en gendre : le nouveau fils qui entre dans la famille qui l’accueille passe du statut d’angararius – celui qui est soumis au servitium et aux salutes – au statut de francus – celui qui en est exempté30.

  • 31  Jean-François Guiraud, Économie et société…, op. cit., p. 55.

25Comme l’explique Jean-François Guiraud, concernant les sentences, « il s’agit au départ d’une procédure circonstancielle, mise au point à propos de la révolte de Sant’Elia, qui s’est transformée en procédure systématique31 ». À Cervaro, comme dans d’autres castra, l’abbé envoie un procureur, appelé provisor, pour y lire une lettre qui présente aux habitants la synthèse des enquêtes de 1270. Le procureur doit ensuite élire deux syndics qui se présenteront à l’abbé et lui feront leur soumission avant d’entendre la sentence pour leur castrum à la Curia maior.

  • 32  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, fol. 186-190.
  • 33  Ibid., fol. 183v-184.
  • 34  Ibid., fol. 189v.
  • 35  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia cod. 5, fol. 126v-127.
  • 36  Ibid., fol. 131.

26Dans la sentence émise le 7 septembre 1273 contre l’universitas Cervarii32, après enquête du provisor dans le castrum33, l’abbé Bernard casse les contrats d’affiliatio, qui sont contra Deum et iustitiam34, et condamne non seulement les hommes qui ont fraudé, mais également les notaires, les juges et les témoins des contrats. Les sentences montrent que l’abbé a une bonne connaissance des modalités de la fraude, et ce depuis 1271 au moins, puisque l’affiliatio est déjà interdite le 21 juin 1271 à Sant’Elia35, puis sur toute la Terra le 4 septembre36. Malgré la répétition des interdictions par l’abbé Bernard, les mauvaises habitudes semblent tenaces sur la Terra, puisque l’abbé Thomas est contraint de renouveler l’interdiction à de nombreuses reprises durant son abbatiat.

Les sentences contre l’affranchissement du terraticum (1273)

  • 37  Il réduit ainsi la redevance sur les fruits de la vigne d’un tiers à un septième, et sur ceux des (...)
  • 38  Jean-François Guiraud, Économie et société…, op. cit., p. 55.

27Le 19 août 1273, lorsque l’abbé Bernard envoie le provisor dans plusieurs castra, dont Cervaro, il déclare être prêt à condamner à des peines spirituelles et temporelles ceux qui, au prix de nombreuses machinations et fraudes, se sont abstenus depuis longtemps de payer le terraticum. Il enjoint également à ceux qui posséderaient une franchise de présenter leurs titres sous huit jours. Dans la sentence du 7 septembre pour Cervaro, il déclare avoir reçu les syndics choisis par l’universitas pour la représenter, et en leur présence, il statue sur la valeur des redevances à verser37. Ainsi, comme l’explique Jean-François Guiraud, en énonçant les principales dispositions des enquêtes de 1270 dans ses sentences, l’abbé « donne une forme publique et contraignante pour la communauté à ce qui n’était qu’un memento pour le monastère38 ».

28Les sujets évoqués dans la suite de la sentence nous indiquent que ce sont ces sentences de 1273 qui ont servi de base à l’élaboration de la réglementation que l’on trouve dans le Registre II de Bernard. Les enquêtes et les sentences, en effet, ne suffisent pas pour gérer un si vaste domaine. Les abbés, pour ne pas perdre les bénéfices de leurs actions, ont élaboré un certain nombre de documents leur facilitant l’administration de la Terra et de ses habitants.

Administrer grâce aux archives

29On trouve, dans les archives, trois types de documents, élaborés par les deux abbés et servant à l’administration de la seigneurie : des réglementations, des listes de cens et les registres eux-mêmes.

La réglementation issue des enquêtes des abbés Bernard et Thomas

  • 39  Registrum Secundum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 6, fol. 1-79.
  • 40  Pour les arguments qui étayent cette hypothèse, voir Jean-François Guiraud, Les enquêtes de l’abbé (...)

30La réglementation que l’on trouve dans le Registre II de Bernard39 semble avoir été compilée à partir des grandes enquêtes de 1267, 1270, des « enquêtes » menées dans divers castra par le provisor en 1273 et des enquêtes de Thomas40. Cette réglementation, qui se présente de la même façon que le résumé, en une suite d’items par localité, concerne quarante-trois localités, parmi lesquelles les vingt-quatre présentes dans le résumé. Le territoire décrit ici est donc beaucoup plus étendu et l’ordre retenu pour la mention des localités et des items diffère du précédent.

  • 41  Registrum Secundum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 6, fol. 4-6.

31En comparant le résumé des enquêtes de 1270 et la réglementation pour Cervaro41, on remarque que presque tous les items de 1270 se retrouvent dans la réglementation, mais que cette dernière est en revanche beaucoup plus longue, plus précise, et couvre plus d’aspects. Contrairement à ce que l’on trouve dans le résumé, toutes les informations sur un même sujet sont regroupées sous le même item ou se trouvent à la suite. Cela prouve qu’il s’agit bien d’une réorganisation rationnelle des informations à partir de plusieurs documents, pensée pour être facilement utilisable.

32Cette réglementation a donc très probablement été rédigée à partir des résultats des enquêtes de Bernard, modifiés et étoffés grâce aux sentences de 1273 et aux enquêtes de Thomas. C’est pourquoi le terraticum sur les vignes n’y est plus d’un tiers, comme dans le résumé des enquêtes de Bernard, mais bien d’un septième, comme dans la sentence de 1273. La réglementation ainsi obtenue uniformise la législation entre les castra, tout en maintenant quelques particularités locales.

  • 42  Pour les arguments qui étayent cette hypothèse, voir Jean-François Guiraud, Les enquêtes de l’abbé (...)

33Un problème demeure cependant : celui de la datation de ces documents. Si la réglementation se trouve dans un registre daté de 1282, pourquoi l’abbé Thomas a-t-il donc éprouvé le besoin de faire un résumé des enquêtes de Bernard dans un registre daté de 1291 ? Pour Jean-François Guiraud, la réglementation du Registre II de Bernard ne daterait pas de 1282, mais plutôt de la seconde moitié du xive siècle42. Ainsi, le résumé des enquêtes de Bernard aurait pu servi de document préparatoire à la rédaction de la réglementation, en plus d’être un moyen pour l’abbé Thomas de garder une trace plus maniable des enquêtes de son prédécesseur au cas où on aurait besoin de s’y référer.

La production de listes de cens

34Les listes de cens répondent aux mêmes besoins de connaître la réalité de l’occupation de la Terra pour mieux l’administrer. Il n’est pas étonnant de trouver dans le Registre II, composé sous l’abbatiat de Thomas, de tels documents, puisque, nous l’avons vu au moment des enquêtes, celui-ci était très attentif aux revenus qu’il pouvait escompter. Les listes de cens sont également rédigées par castrum. Il y a, semble-t-il, deux parties dans ce groupe de listes de cens, rédigées à partir de documents différents.

  • 43  Comme une main moderne l’a indiqué dans la marge de tête du fol. 10.
  • 44  Registrum Secundum Thomae Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia cod. 9, fol. 12v-13.

35La première pourrait avoir été composée à partir du registre perdu de l’abbé Richard43, un prédécesseur de Bernard. Pour Cervaro, elle couvre deux pages44 sur deux colonnes. On y trouve des cens rattachés à des personnes ou à des biens. Les entrées de la liste sont précédées de numéros indiquant comment retrouver les actes correspondants dans le registre original.

  • 45  Ibid., fol. 25v-26.
  • 46  Grâce à la numérotation de cette liste, on peut calculer qu’il manque 9 folios au début du Registr (...)

36La deuxième liste pour Cervaro couvre également deux pages sur deux colonnes45. Elle a été composée à partir du Registre I de Bernard. Les cens sont également précédés d’un numéro, qui correspond au nombre de pages à tourner pour trouver l’acte. Par exemple, sous le numéro 15 on trouve la notice d’un acte copié au fol. 7 du Registre I, sous le numéro 16 la notice d’un acte copié au fol. 7v, et sous le numéro 17 celle d’un acte copié au fol. 8v46.

37Quelle était l’utilité de ces listes à long terme ? Elles permettent d’avoir une vue par castrum des revenus que l’on peut en attendre, mais lorsque les revenus restent attachés aux personnes et non aux biens, elles deviennent difficilement utilisables deux générations plus tard. D’ailleurs, les listes sont très peu modifiées : dans la première, certaines entrées sont cancellées et d’autres sont ajoutées dans les marges, mais la deuxième, en revanche, malgré de très rares ajouts probablement dus à des oublis, n’a pas subi de modification. Ces listes ne semblent donc avoir qu’une fonction d’utilisation à court terme, ce qui tranche avec la pérennité d’autres documents présents dans ces registres, comme les réglementations ou encore les copies d’actes.

La copie des actes dans les registres

  • 47  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, fol. 56v-57.
  • 48  Le dernier registre de ce genre date de l’abbatiat de Jean de Médicis.

38« Nous voulons que nos privilèges et ceux de nos prédécesseurs soient consignés dans ce Registre, afin qu’ils obtiennent la solidité qui leur est due », déclare l’abbé Bernard le 2 avril 126947. C’est cet acte qui marque le début de cette tradition cassinésienne du registre, commencée par Bernard et reprise par ses successeurs jusqu’au xvie siècle48. Les abbés y font donc recopier tous les documents qui semblent nécessaires à la bonne administration de la seigneurie.

  • 49  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia cod. 5, fol. 56 -57.

39La création des registres participe bien au processus de reprise en main de l’abbaye et de son patrimoine : il s’agit de réformer également la gestion des archives pour mieux administrer. C’est la raison pour laquelle l’apparition des registres s’accompagne de la création en 1269 d’un protonotaire qui supervise la transcription des actes dans les registres, a la mainmise sur les notaires de la Terra et reçoit la copie de leurs registres49.

  • 50  Ibid., fol. 103v.
  • 51  Ibid., fol. 148v.
  • 52  Ibid., fol. 96.

40Ainsi, afin d’éviter toute fraude future, par un statutum du 31 décembre 1270, l’abbé Bernard établit les registres comme preuve de l’authenticité des actes portant sa souscription ou son sceau50. C’est le cas pour les actes futurs, mais également pour les anciens. C’est pourquoi ils doivent être apportés au protonotaire afin d’être recopiés dans le registre. Pour mettre en pratique son injonction, l’abbé émet le 13 avril 1273 un bannum qui enjoint aux habitants de présenter leurs documents en rapport avec l’abbaye sous trois mois afin qu’ils soient recopiés51. Ainsi, juste avant le statutum, sont copiés, en intégralité ou sous forme de notice, cinquante-six actes présentés par les habitants, dont un seul pour Cervaro, la vente d’une maison en livellum le 25 août 125552. Il n’y a pas d’autre trace dans le Registre I de Bernard de documents apportés par les habitants. Il est probable que ces cinquante-six actes soient les seuls fournis en 1273.

41Grâce à cette mesure, les abbés tentent de réorganiser, et peut-être également de reconstituer leurs archives, ainsi que de contrôler le travail des notaires de la Terra et de connaître la teneur des contrats qu’ils rédigent entre particuliers.

  • 53  L’expression est employée par Jean-François Guiraud dans Les enquêtes de l’abbé Thomas…, op. cit., (...)

42L’abbé Bernard a ainsi cherché, dans ses enquêtes, à reconstituer une coutume de la Terra Sancti Benedicti, oubliée lors des troubles des décennies précédentes. À sa suite, l’abbé Thomas va s’attacher à exiger avec minutie tout ce qui lui est dû et se lancer lui aussi dans de longues enquêtes, qu’il va petit à petit perfectionner, pour atteindre la procédure que l’on observe à Cervaro : présentation des actes, renouvellement des livelli, enquête sur le clergé et enquêtes particulariter « dans laquelle chaque dépendant décrit en détail sa situation par rapport à l’abbé ou aux autres seigneurs53 ».

43Les enquêtes, les sentences émises à l’égard des castra et de leurs habitants, et la documentation rassemblée par les abbés dans leurs registres leur permettent donc de rétablir une domination seigneuriale sur les communautés castrales. Au-delà de cette volonté de produire une norme, les actes recopiés dans les registres – apportés par les habitants ou émis par l’abbaye – traduisent bien une reprise en main concrète de l’administration de la seigneurie.

  • 54  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, fol. 143-144.

44Nous sommes cependant vite confrontés aux limites de ce type documentaire. Les registres du Mont-Cassin n’ont en effet pas la même force que les comptabilités pour saisir le réel, en raison de la sélection qui y est opérée. Bien qu’il ait existé des comptabilités pour notre époque – puisque l’on a mention d’une quittance de réception de compte dans le Registre I de Bernard54 –, celles-ci semblaient avoir trop peu d’utilité aux yeux des gestionnaires pour être aussi précieusement conservées que les autres documents.

45Les registres, malgré l’innovation qu’ils apportent par rapport au cartulaire, témoignent donc, par leur caractère hétérogène, de la progressive maturation de la pensée dans la mise en place d’une certaine rationalité gestionnaire ; par leur structure fortement chronologique, d’une logique de recherche d’optimisation pour le renouvellement des contrats ; et par leur conservation au détriment d’autres documents de gestion, de la survivance de l’intérêt patrimonial dans les choix archivistiques.

Figure 1 : Les enquêtes et leur utilisation postérieure

Figure 1 : Les enquêtes et leur utilisation postérieure

Notes

1  Luigi Fabiani, La Terra di San Benedetto. Studio storico-giuridico sull’Abbazia di Montecassino dall’viii al xiii secolo, Mont-Cassin, Badia di Montecassino, 1968-1980, 3 vol.

2  Jean-François Guiraud, Les enquêtes de l’abbé Thomas du Mont-Cassin, 1287-1288. Problèmes et méthode de gestion d’un patrimoine monastique en Italie du Sud à la fin du xiiie siècle, thèse de 3e cycle dirigée par Pierre Toubert, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 1983, p. XXVIII.

3  Jean-François Guiraud, Pierre Toubert, Économie et société autour du Mont-Cassin au xiiie siècle, Mont-Cassin, Pubblicazioni cassinesi, 1999.

4  Montecassino, Archivio dell’Abbazia, caps. LXII, fasc. I, n. 1, édité par Luigi Fabiani dans La Terra di San Benedetto…, op. cit., vol. I, p. 424-425.

5  C’est ainsi le cas du frater Iacobus dans un acte daté du 6 avril 1269 (Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, fol. 57rv).

6  Il s’agit de la copie sur parchemin de l’enquête effectuée à Cervaro par l’abbé Bernard. Elle est datée du 14 octobre 1278. Montecassino, Archivio dell’Abbazia, caps. LXII, fasc. I, n. 7.

7  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, en partie édité par Anselme Marie Caplet, Regesti Bernardi I, abbatis Casinensis, fragmenta ex archivio Casinensi, Rome, ex. Typ. Vaticana, 1890.

8  Toutes les datations des registres utilisées proviennent des différents travaux de Tommaso Leccisotti et de Jean-François Guiraud.

9  Le dernier acte copié dans le registre est daté du 8 décembre 1275.

10  C’est l’hypothèse de Jean-François Guiraud dans Les enquêtes de l’abbé Thomas du Mont-Cassin…, op. cit., p. XXVIII.

11  Registrum Thomae Decani, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 10, édité par les moines sous le titre de Regesto di Tommaso Decano o Cartolario del convento cassinese (1178-1280), Mont-Cassin, Badia di Montecassino,1915.

12  Il s’agit de l’acte no 78, daté du 11 janvier 1269, et de l’acte no 94, daté du 24 janvier 1269.

13  Il s’agit de 56 actes, insérés des fol. 87 à 103.

14  Registrum Primum Thomae Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 8.

15  Registrum Secundum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 6. Il existe également à l’Archivio deux copies postérieures de ce registre qui contiennent plus de folios.

16  Registrum Primum Thomae Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 9.

17  Elles couvrent les folios 10 à 30. On en retrouve une autre partie, pour San Germano, des folios 41 à 42v.

18  Il couvre les folios 30 à 40v.

19  Laurent Feller, « Les enquêtes seigneuriales de Bernard Ier Ayglier, abbé du Mont-Cassin (1267-1270) », dans Julie Claustre, Olivier Mattéoni, Nicolas Offenstadt (dir.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 326-338.

20  Elles couvrent les folios 29 à 54v. Ils sont incomplets puisque le dernier témoignage du folio 54v s’arrête au milieu d’une phrase. Il n’y a pas de coupure dans la foliotation qui est donc postérieure à la perte des derniers folios de l’enquête.

21  Il s’agit de la copie datée du 14 octobre 1278 de l’enquête à Cervaro du 4 décembre 1270 (Aula II, Caps. LXII, fasc. I, n. 7), de la copie datée du 14 octobre 1278 de l’enquête à Fratte effectuée le 10 janvier 1271 (Aula II, Caps. LXVIII, n. 17), et de la copie datée du 15 octobre 1278 de l’enquête à Sant’Andrea effectuée le 20 décembre 1270 (Aula II, Caps. XXXI, n. 3).

22  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, fol. 38-39v.

23  Un doute subsiste concernant le témoin no 20 présenté comme presbiter Petrus Luponus alors qu’à de nombreux autres endroits dans les sources il apparaît en tant que notarius Petrus Luponus.

24  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, fol. 29.

25  Lors de l’enquête à Cervaro, le témoignage du premier témoin, Leo de Abbate, concernant l’herbaticum (cod. 5, fol. 38) est ainsi précisé et contredit par celui du troisième témoin, Paulus de Tholomeo (fol. 8v). Dans le résumé, les réponses n’ont pas été remaniées, elles se trouvent toutes les deux intégralement copiées sous les items 6 et 12.

26  L’enquête à Cervaro couvre les folio 170 à 176 du Registrum Primum Thomae Abbatis. Elle comporte 3 procès-verbaux, 24 notices d’actes présentés et 19 copies d’actes émis par l’abbé.

27  Registrum Primum Thomae Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 8, fol. 170.

28  Ibid.170v.

29  Ibid., fol. 171-173, 177.

30  L’affiliatio a été présentée par Laurent Feller dans un article intitulé « Adoption et servage en Italie centrale au xiiie siècle. L’exemple de la seigneurie du Mont-Cassin », dans Errico Cuozzo et al. (dir.), Puer Apuliae. Mélanges offerts à Jean-Marie Martin, Paris, ACHCByz, 2008, p. 277-290. C’est « un contrat qui permet la constitution d’un groupement entre adultes qui règle ou permet de régler la question de l’héritage. Il consiste en effet à inscrire un individu parmi les héritiers d’un couple, voire d’en faire l’héritier exclusif au cas où il en serait totalement dépourvu. Le lien constitué est analogue au lien de filiation dans ses effets affectifs et dans certaines de ses obligations ».

31  Jean-François Guiraud, Économie et société…, op. cit., p. 55.

32  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, fol. 186-190.

33  Ibid., fol. 183v-184.

34  Ibid., fol. 189v.

35  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia cod. 5, fol. 126v-127.

36  Ibid., fol. 131.

37  Il réduit ainsi la redevance sur les fruits de la vigne d’un tiers à un septième, et sur ceux des jardins d’un dixième à un quinzième.

38  Jean-François Guiraud, Économie et société…, op. cit., p. 55.

39  Registrum Secundum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 6, fol. 1-79.

40  Pour les arguments qui étayent cette hypothèse, voir Jean-François Guiraud, Les enquêtes de l’abbé Thomas…, op. cit, p. LXXX.

41  Registrum Secundum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 6, fol. 4-6.

42  Pour les arguments qui étayent cette hypothèse, voir Jean-François Guiraud, Les enquêtes de l’abbé Thomas…, op. cit., p. LXXX-LXXXI.

43  Comme une main moderne l’a indiqué dans la marge de tête du fol. 10.

44  Registrum Secundum Thomae Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia cod. 9, fol. 12v-13.

45  Ibid., fol. 25v-26.

46  Grâce à la numérotation de cette liste, on peut calculer qu’il manque 9 folios au début du Registre I de Bernard et au moins 13 folios à la fin.

47  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, fol. 56v-57.

48  Le dernier registre de ce genre date de l’abbatiat de Jean de Médicis.

49  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia cod. 5, fol. 56 -57.

50  Ibid., fol. 103v.

51  Ibid., fol. 148v.

52  Ibid., fol. 96.

53  L’expression est employée par Jean-François Guiraud dans Les enquêtes de l’abbé Thomas…, op. cit., p. LI.

54  Registrum Primum Bernardi Abbatis, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, cod. 5, fol. 143-144.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les enquêtes et leur utilisation postérieure
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540