Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Administrer par l’écrit au Moyen Âge

 | 
Harmony Dewez
, 
Lucie Tryoen

Première partie. L'écrit au service de la gestion d'un territoire

Administrer par l’écrit dans une grande abbaye de femmes anglo-normande

La Sainte-Trinité de Caen (xiie-xiiie siècles)

Catherine Letouzey-Réty

Note de l’éditeur

Cet article reprend quelques-unes des principales conclusions d’un travail de thèse soutenu en 2011 : Catherine Letouzey-Réty, Écrits et gestion du temporel dans une grande abbaye de femmes anglo-normande : la Sainte-Trinité de Caen (xie-xiiie siècle), thèse de doctorat dirigée par Laurent Feller et David Bates, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/université de Londres, 2011.

Texte intégral

  • 1  La date exacte de la fondation de l’abbaye demeure mal connue. Pour un état des lieux des données (...)
  • 2  Il faut souligner l’exception notable que constitue un article pionnier de J. Walsmley : John Walm (...)

1Les origines prestigieuses de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Caen – ou Abbaye-aux-Dames – sont bien connues dans le monde anglo-normand et au-delà : fondation conjointe par Guillaume, duc de Normandie, et son épouse Mathilde de Flandre vers 10591, grandiose cérémonie de dédicace en 1066 juste avant le départ de Guillaume et de son armée pour l’Angleterre ; enfin, présence de la sépulture de Mathilde, devenue reine, enterrée à sa mort en 1087 dans le chœur de l’impressionnante église abbatiale. Cette célébrité de l’abbaye s’arrête cependant aux portes du monastère : la question de l’action des religieuses, notamment en matière administrative, a été longtemps occultée2 – et ce malgré des archives particulièrement riches à cet égard.

  • 3  La plupart de ces enquêtes ont été éditées dans Marjorie Chibnall, John Walmsley (dir.), Charters (...)
  • 4 Ce recueil faisant figure d’hapax dans la documentation normande contemporaine, le terme de « cartu (...)
  • 5  Bibliothèque nationale de France (désormais BnF), ms. lat. 5650.
  • 6  Archives départementales du Calvados (désormais AD Calvados), série 2H.

2L’abondance des écrits de gestion produits et conservés avec soin dès les premiers temps du monastère témoigne en effet de l’attention que les abbesses et moniales de Caen accordaient à l’administration de leur patrimoine foncier. Cette documentation est caractérisée par un recours régulier à la pratique de l’enquête, menée sur l’ensemble du temporel anglo-normand de l’abbaye : une première série est produite dès les années 1106-1130 (série A), et quatre autres larges enquêtes sont réalisées jusqu’au milieu du xiiie siècle3. À la fin du xiie siècle, les religieuses prirent la décision de transcrire la plupart de ces enquêtes, ainsi que des documents de gestion plus anciens (certains remontant à la fin du xie siècle), dans un petit cartulaire4, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France5. Par ailleurs, jusqu’aux années 1260, les moniales ont préservé dans leur chartrier un grand nombre de documents « anglais », c’est-à-dire ayant trait au versant anglais du temporel6.

  • 7  Pour un état des lieux des censiers normands, voir Lucien Musset, « Les censiers du Mont-Saint-Mic (...)
  • 8  Les enquêtes de l’Abbaye-aux-Dames ont probablement servi de modèle pour la réalisation des plus a (...)
  • 9  Si l’abbaye de Fécamp a réalisé un cartulaire remarquablement ancien (aujourd’hui perdu), ses prem (...)
  • 10  Donald J. A. Matthew, The Norman Monasteries and their English Possessions, Londres, Oxford, 1962, (...)

3Les caractéristiques de cette documentation ne relèvent nullement de l’évidence pour la Normandie des xie-xiiie siècles. Il n’existe aucun autre cartulaire-censier aussi ancien, et la série des censiers normands conservés débute réellement à partir de la seconde moitié du xiiie siècle7, alors que la rédaction de tels documents relevait d’une pratique devenue courante depuis plus d’un siècle et demi à l’Abbaye-aux-Dames8. À titre d’exemple, de grandes abbayes normandes également liées au pouvoir royal, à l’instar de Fécamp ou de Saint-Étienne de Caen – l’abbaye « sœur » de l’Abbaye-aux-Dames – n’ont pas conservé de tels inventaires9. Par ailleurs, comme l’a souligné avec justesse Donald Matthew dans son étude pionnière sur les possessions anglaises des abbayes normandes, la richesse du chartrier de La Trinité de Caen en documents « anglais » est inaccoutumée : bien que la plupart des abbayes normandes aient également reçu des biens outre-Manche après la conquête de l’Angleterre, le fonds de l’Abbaye-aux-Dames est l’un des plus pourvus en archives « anglaises10 ».

  • 11  Sur la nécessaire prise en compte du choix des acteurs dans l’étude d’écrits administratifs, voir (...)

4Si l’on considère ces spécificités de la documentation de l’abbaye comme émanant de décisions propres aux religieuses de Caen11, quel sens donner à ces partis-pris ? Comment expliquer un recours aussi régulier et précoce à la pratique de l’enquête ? Pourquoi le monastère a-t-il décidé de conserver sur place, à Caen, l’ensemble de la documentation ayant trait aux biens anglais ? Enfin, que révèlent les choix opérés vis-à-vis de l’écrit quant aux pratiques de gestion concrètes adoptées par les moniales pour administrer leurs biens, séparés de part et d’autre de la Manche ?

  • 12  Pendant longtemps, cette démarche n’a pas relevé de l’évidence : la valeur de certains des documen (...)
  • 13  Encore au xiiie siècle, l’Abbaye-aux-Dames demeure l’un des établissements religieux les plus pros (...)
  • 14  L’acte dressé à cette occasion est le plus ancien document conservé de l’abbaye, sous forme de cop (...)
  • 15  Sur l’implication de la reine dans l’établissement du patrimoine foncier de l’abbaye, voir ibid. P (...)
  • 16  David Knowles, The Monastic Order in England: A History of its Development from the Times of St. D (...)
  • 17  BnF, ms. lat. 5650, fol. 24. Sur ce document, voir l’analyse éclairante d’Elisabeth Van Houts, Mem (...)

5Dans un premier temps, replacer cette documentation dans son contexte de production, celui d’une abbaye dirigée par de puissantes abbesses pleinement intégrées dans l’univers culturel du monde anglo-normand de cette époque, apporte un éclairage incontournable12. L’un des premiers éléments à prendre en compte est en effet le statut particulier de l’Abbaye-aux-Dames : il s’agit de l’un des tout premiers établissements de moniales dans le royaume anglo-normand en matière de prestige et de richesse13. Cette situation doit beaucoup à la proximité de l’abbaye avec le pouvoir ducal, puis royal. L’impressionnante cérémonie de dédicace de 1066, qui rassemble tous les grands dignitaires de la province avant le départ pour l’Angleterre, est emblématique des rapports étroits unissant le couple ducal à La Trinité de Caen14. La reine Mathilde témoigna d’une attention particulière pour l’abbaye qu’elle venait de fonder et à laquelle sa fille Cécile fut offerte le même jour en tant qu’oblate. Elle s’employa personnellement à assurer la pérennité économique de sa fondation, en œuvrant avec détermination à la constitution d’un patrimoine foncier cohérent et important, principalement centré sur la plaine de Caen15. Après 1066, l’action de la reine permet à l’abbaye d’obtenir de riches manoirs anglais, issus du domaine royal : en 1086, La Trinité de Caen est la seconde abbaye étrangère la plus richement possessionnée en Angleterre16. Avant de mourir, Mathilde lègue enfin à sa fondation une série d’objets précieux, parmi lesquels figurent – de façon très significative – ses regalia17.

  • 18  L’étude des plaques tombales présentes dans l’abbaye montre que La Trinité était également investi (...)

6Les trois premières abbesses sont directement liées à la reine. La première abbesse, Mathilde de Préaux, est soigneusement choisie par celle-ci puisqu’elle est chargée à la fois de faire prospérer la fondation caennaise du couple ducal et d’élever leur fille. Les liens avec la famille royale se renforcent avec l’arrivée au pouvoir de Cécile, qui commence à seconder l’abbesse Mathilde aux environs de 1100, c’est-à-dire au moment où l’un des fils de Guillaume et de Mathilde, Robert Courteheuse, dirige la Normandie et où un autre fils, Guillaume le Roux, est à la tête de l’Angleterre. L’abbatiat effectif de Cécile débute alors qu’Henri Ier Beauclerc, leur frère cadet, a réuni entre ses mains la Normandie et l’Angleterre. À la mort de Cécile, en 1127, lui succède immédiatement Isabelle, petite-fille d’Adèle de Blois et petite-nièce du roi au pouvoir. Jusqu’au premier quart du xiie siècle, l’Abbaye-aux-Dames fait ainsi figure d’abbaye familiale, étroitement liée à la dynastie anglo-normande18.

  • 19  Plus largement, sur la nature complexe du pouvoir détenu par les abbesses au Moyen Âge, voir Valer (...)
  • 20  Kimberly A. LoPrete, A Female Ruler in Feudal Society: Adela of Blois (ca. 1067-ca. 1137), thèse d (...)
  • 21  Gilbert, l’abbé en charge au moment de ce conflit, a été formé par Guillaume Bonne-Âme, lui-même é (...)
  • 22  Horstead (Norfolk) et Tilshead (Wiltshire) furent offerts respectivement par Guillaume le Roux et (...)
  • 23  BnF, ms. lat. 5650, fol. 34 ; Chibnall et Walmsley, Charters and Custumals…, op. cit., t. 2, doc.  (...)
  • 24  BnF, ms. lat. 5650, fol. 87v ; Chibnall et Walmsley, Charters and Custumals…,op. cit., doc. 18.
  • 25  Johnson, Equal in Monastic Profession…, op. cit., p. 168-169.

7L’autorité des abbesses de Caen découle en grande partie de ces liens qui les unissent à la famille royale19. Ce statut particulier s’affiche dans les actes par le recours habituel, à partir du règne abbatial de Cécile, à la titulature en Dei gratia abbatissa. À l’instar d’Adèle de Blois – la sœur de Cécile – sur ses terres20, ces femmes se comportent en grandes aristocrates, sûres de leurs droits et de leurs prérogatives, veillant avec détermination aux intérêts de l’institution qu’elles sont chargées de diriger. À titre d’exemple, en 1083, l’abbesse Mathilde, qui se trouve sans aucun doute derrière la réclamation des moniales, entre en conflit avec Saint-Étienne de Caen – monastère protégé par Guillaume le Conquérant et ayant à sa tête depuis sa fondation des abbés de grande stature intellectuelle, notamment dans le domaine juridique21. Quelques années plus tard, Cécile utilise certainement son statut de princesse royale pour obtenir de ses frères les deux derniers manoirs apportant la touche finale au temporel anglais22 ainsi que des terres permettant d’agrandir le bourg de l’abbaye à Caen23. Un siècle plus tard, en 1185, l’abbesse Jeanne n’hésite pas à comparaître devant l’Échiquier et à prendre elle-même la parole face à l’assemblée pour défendre les droits de l’abbaye. Le prestige de l’abbesse et le poids de sa parole lui permettent de l’emporter : le tenancier est condamné à payer une lourde amende pro falso clamore24. La détermination avec laquelle les abbesses de Caen gèrent leurs terres fait ainsi tout à fait écho à celle des puissantes supérieures de Notre-Dame de Saintes ou du Ronceray d’Angers25.

  • 26  C’est le cas pour Jeanne en 1204-1205 dans l’affaire l’opposant à Albéric de Vere, ou de Julienne (...)
  • 27  Les témoignages de ces voyages abondent : à l’instar de leurs homologues masculins, les abbesses d (...)
  • 28  La discrétion des officières, et notamment celle de la prieure, qui demeure inexistante dans les a (...)

8L’abbesse est le personnage incontournable en matière de gestion des terres. C’est elle qui prête serment auprès du roi pour les terres anglaises, et son incapacité à se rendre personnellement outre-Manche est susceptible de suspendre une procédure de justice26. Ce dernier point rappelle la fréquence des voyages des abbesses de Caen outre-Manche, malgré la distance, afin de régler les affaires courantes27. Durant la période étudiée, le monopole de l’abbesse dans la prise de décision se perçoit également par l’omniprésence de son nom dans les chartes, ce qui contraste avec la discrétion d’autres acteurs (religieuses, obédienciers ou chanoines attachés au service de l’abbaye)28.

  • 29  Ces caractéristiques s’estompent progressivement dans la seconde moitié du xiiie siècle. La fin de (...)
  • 30  Sur cette notion de prieurés non conventuels, c’est-à-dire dénués de réelle vie religieuse puisque (...)
  • 31  Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « La Manche : frontière, marché ou espace de production ? Fonction (...)
  • 32  Jean-Pierre Devroey, « Gérer et exploiter la distance. Pratiques de gestion et perception du monde (...)

9Cette structure du pouvoir particulière à l’Abbaye-aux-Dames, caractérisée par une focalisation sur la personne de l’abbesse, explique que l’ensemble des actes concernant les possessions – aussi bien normandes qu’anglaises – aient été conservés à l’abbaye, à Caen. La forte centralisation archivistique demeure très marquée jusqu’au milieu du xiiie siècle29. Comme souvent, il convient de prendre au sérieux cette logique d’archivage, qui est le reflet d’une structure administrative inaccoutumée : contrairement à la pratique répandue parmi les établissements religieux du continent ayant disposé de terres en Angleterre, la Trinité de Caen n’a pas fait le choix de fonder des prieurés – y compris au sens non conventuel du terme – pour faciliter la gestion des terres anglaises30. Si la Manche ne constitue certes pas une barrière31, l’absence de prieuré soulève un problème bien réel pour l’administration du temporel de la Trinité, très similaire à celui rencontré dans les grandes abbayes carolingiennes : la maîtrise de la distance32.

  • 33  Ce rapprochement n’est pas outre mesure surprenant. Comme le montre David Bates, les pratiques de (...)
  • 34  Comme le soulignent Ludolf Kuchenbuch et Jean-Pierre Devroey, l’étude des inventaires carolingiens (...)
  • 35  Le pessimisme quant aux compétences intellectuelles des moniales de Caen, et à leur capacité d’aut (...)
  • 36  Sancti Anselmi Cantuariensis Archiepiscopi. Opera Omnia, éd. par Franciscus Salesius Schmitt, Édim (...)
  • 37  Elisabeth Van Houts, « Latin Poetry and the Anglo-Norman Court 1066-1135: The Carmen de Hastingae (...)
  • 38  Monique Goullet, « Poésie et mémoire des morts : le rouleau funèbre de Mathilde, abbesse de la Sai (...)
  • 39  Les caractéristiques très particulières de ces sculptures ont de nombreux traits en commun avec le (...)
  • 40  G. Fedorenko, The Evidence of Cambridge University Library Manuscript II.6.24 for Perceptions of t (...)

10Il est significatif que figurent, parmi les solutions mises en place par les religieuses pour résoudre cette difficulté, des documents aux caractéristiques proches des polyptyques produits dans les grands monastères carolingiens33. Grâce à la richesse des informations recueillies, les enquêtes ont manifestement constitué des outils permettant aux abbesses d’appréhender leur vaste temporel et de l’administrer depuis Caen. Comme dans le monde carolingien, le fait que les abbesses aient eu recours à ce type particulier d’écrit administratif est en soi révélateur de la culture littéraire et savante de ces femmes34. Les doutes émis quant à la capacité des religieuses de Caen à accéder à l’univers de l’écrit35 sont entièrement invalidés par une prise en compte la plus large possible de la documentation produite par l’abbaye – au-delà des archives administratives. De nombreux indices montrent que ces femmes étaient à la pointe des modes intellectuelles du monde anglo-normand de leur temps. À titre d’exemple, on peut mentionner les lettres échangées par Mathilde, la première abbesse, avec saint Anselme36 ; la réputation intellectuelle de Cécile, princesse royale, capable de comprendre et d’apprécier la rhétorique latine élaborée des poètes en vue à la cour anglo-normande37 ; la participation des religieuses de Caen à la pratique des joutes littéraires dans les grands rouleaux mortuaires du début du xiie siècle38 ; la réalisation, lors de la reconstruction de l’abbatiale au début du xiie siècle, de chapiteaux à la symbolique complexe, inspirée des bestiaires antiques prisés parmi l’élite anglo-normande du temps39 ; ou encore l’intérêt précoce que les abbesses du xiiie siècle ont témoigné pour les chroniques en français vernaculaire40.

  • 41  Ce point est approfondi dans Catherine Letouzey-Réty, « Le cartulaire de la Trinité de Caen », Tab (...)
  • 42  Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle, Michel Parisse (dir.), Les cartulaires, Actes de la table r (...)
  • 43  C’est l’hypothèse avancée par M. Chibnall et J. Walmsley, Charters and Custumals…, op. cit, t. 1, (...)

11Dans quelle mesure ces réflexions, loin de constituer un détour, peuvent-elles devenir le cœur même de l’analyse d’écrits de type administratif ? L’examen d’un document en particulier, le petit cartulaire conservé aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, montre tout le bénéfice que l’on peut tirer de cette ouverture des approches, prenant en compte d’une façon la plus large possible la culture de l’écrit du monastère qui a produit ce document. Il s’agit d’un manuscrit bien connu des chercheurs travaillant sur la Normandie médiévale, et son lien avec l’Abbaye-aux-Dames est établi depuis longtemps41. Cependant, à l’image du sort réservé au reste de la documentation de l’abbaye, et de façon classique pour un cartulaire, il n’a longtemps été employé que comme réservoir de données42 ; l’intérêt des documents transcrits dans ce petit volume pour l’histoire de la Normandie et de l’Angleterre a pris le pas sur le sens qu’il a pu revêtir au sein de l’institution qui l’a produit, à un moment donné. La date de sa confection est elle-même restée floue. Les chercheurs ont avancé l’hypothèse d’une datation à la fin du xiie siècle d’après l’écriture de la principale partie du volume, ou autour de 1204 afin d’établir un lien avec le contexte politique qui a conduit à la séparation de l’Angleterre et de la Normandie, avec pour conséquence a priori évidente une menace pour la pérennité du temporel anglo-normand de l’abbaye43. La seule certitude qui émergeait était le caractère « administratif » du document : un petit format, marqué par une certaine sobriété, et un volume occupé aux trois quarts par des séries d’enquêtes portant sur les possessions anglaises et normandes de l’abbaye.

  • 44  Pour une présentation et une analyse codicologique du mansucrit, se reporter à Letouzey-Réty, « Le (...)
  • 45  Sur l’identification de l’abbesse Jeanne et la date probable du début de son abbatiat, voir Daniel (...)

12Un indice fort méritait cependant d’être pris en compte : la très grande homogénéité paléographique du manuscrit et sa composition extrêmement unitaire44. Cette caractéristique suggère d’une part une confection dans un laps de temps bref, en fonction des préoccupations – notamment administratives – du moment, et, d’autre part, une réalisation dirigée par une unique personnalité, ayant un projet précis en tête. Comme on l’a vu, dans la structure fortement centralisée propre à l’Abbaye-aux-Dames, cette personnalité a toutes les chances d’être une abbesse. Restait à savoir de quelle abbesse il pouvait s’agir et surtout quelles étaient les motivations qui avaient pu la conduire à faire réaliser ce document. En l’absence de connaissances précises concernant les abbesses de la Trinité, tenter de donner sens à ce manuscrit supposait donc d’élargir la recherche au reste de la documentation produite par l’abbaye et aux stratégies gestionnaires se dessinant pour chacune de ces abbesses. Dans le cas du cartulaire de la BnF, c’est l’action énergique de Jeanne, élue vers 118245, qui fournit une clef d’interprétation solide.

  • 46  La fin de l’abbatiat de Jeanne se situe en 1229-1230 : Cambridge University Library, ms. II 6 24, (...)
  • 47  Cette transaction est à l’origine du dossier d’une dizaine de chartes dans le fonds de l’abbaye : (...)
  • 48  Sur Jean de Warlemont, premier procureur nommé par l’abbesse : ibid., t. 1, p. XLIV.
  • 49  Voir par exemple AD Calvados, 2H25/1, L 213.
  • 50  Il s’agit de Felsted (Essex), Minchinhampton et Avening (Gloucestershire) : Chibnall, Walmsley, Ch (...)

13Le long abbatiat de Jeanne46 a produit un nombre important de documents qui permettent de reconstituer l’essentiel de la politique administrative de cette abbesse. Son action témoigne d’une grande efficacité : elle déploie une inlassable activité des deux côtés de la Manche afin de réaffirmer les droits et les prérogatives de l’abbaye sur ses terres et de renforcer les bénéfices tirés de l’exploitation du temporel, en particulier en Angleterre. Malgré le contexte troublé après 1204, elle défend âprement les intérêts du monastère outre-Manche et fait le choix de continuer à y investir. Comme les abbesses qui l’ont précédée, elle se rend régulièrement en Angleterre et intervient elle-même dans un certain nombre d’affaires en justice. Elle décide d’acheter une maison à Londres pour renforcer la présence de l’abbaye en Angleterre47. Comme la plupart des grands seigneurs anglais de cette période, elle saisit la nécessité de faire appel à des professionnels de la gestion pour agir en son nom, et remplace en conséquence une famille de fermiers chargée jusque-là d’administrer la plus grande partie du temporel anglais par un procureur, formé en droit48. Ce dernier utilisait certainement la propriété de Londres comme base et était chargé de se déplacer régulièrement à Caen pour présenter à l’abbesse un compte-rendu détaillé de ses activités49. En parallèle, Jeanne modifie le mode d’administration des terres anglaises, reprenant en faire-valoir direct certains des manoirs de l’abbaye – manifestement les plus rentables50. Cette réforme sélective n’a pu s’opérer sans une connaissance fine, au préalable, de l’intérêt économique des différents manoirs pour l’abbaye.

  • 51  Certains de ces indices sont détaillés dans John Walmsley, « The Twelfth-Century Surveys of Holy T (...)
  • 52  BnF, ms. lat. 5650, actes nos 3 et 30.
  • 53  AD Calvados, 2H25/1, L4 ; The Acta of King Henry II (1154-1189), éd. par Nicholas Vincent et J. C. (...)

14Les enquêtes générales, menées sur la majeure partie du temporel anglo-normand et transcrites dans le manuscrit de la BnF ont pu précisément remplir cet objectif. Le recueil est occupé aux trois quarts par deux séries d’enquêtes (séries A et B/C) et un certain nombre d’indices suggèrent que l’enquête la plus exhaustive, composant la plus grande partie du volume (série B/C), a été menée, au moins dans sa partie normande, à l’instigation de l’abbesse Jeanne51. Par ailleurs, la partie principale du codex est encadrée par trois actes témoignant de l’implication directe de cette abbesse dans les affaires de l’abbaye, notamment en justice. Jeanne a en effet recours à plusieurs reprises, dès le début de son abbatiat, à l’Échiquier royal anglais pour défendre les intérêts de l’abbaye52. En 1185, comme on l’a déjà mentionné, l’abbesse fait le choix de ne pas recourir à un représentant en justice et parvient elle-même à emporter l’affaire grâce à sa connaissance fine des chartes les plus anciennes et les plus prestigieuses de l’abbaye – chartes qui se trouvent justement rassemblées à la même période pour être transcrites au début du cartulaire. Au tout début de l’année 1183, ces mêmes chartes avaient également été mobilisées par Jeanne pour l’obtention d’une grande charte confirmative d’Henri II53.

  • 54  En général, on ne connaît que peu de choses sur les familles dont sont issues les abbesses de Caen (...)
  • 55  Jocelinus de Brakelonda, Chronicle of the Abbey of Bury Saint Edmunds, éd. et trad. par Diana E. G (...)
  • 56  Cette abbesse a fait réaliser des transcriptions de chartes et d’enquêtes détaillées du temporel d (...)

15Dresser un lien entre cette abbesse dynamique et le cartulaire de la BnF est décisif pour comprendre les motivations qui ont pu conduire à la réalisation de ce document. La confection de ce codex, selon toute probabilité vers 1183-1184, est avant tout liée à un contexte interne à l’abbaye : l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle abbesse. Comme souvent pour les abbesses de la Trinité, les origines de Jeanne sont mal connues54. Cependant, l’analyse des documents produits sous son abbatiat permettent de faire émerger la figure d’une femme compétente, tout à fait insérée dans l’univers culturel de l’élite anglo-normande de la fin du règne d’Henri II. Pour tout grand seigneur ecclésiastique du temps, faire réaliser une enquête minutieuse du temporel de l’institution qu’il était chargé de diriger – et ce le plus tôt possible après son arrivée au pouvoir – était devenu une pratique courante. C’est le cas par exemple pour l’abbé Samson de Bury St Edmunds, élu presque au même moment que Jeanne, en 118255, ou encore pour l’abbesse Mary de Shaftesbury (v. 1159-1216) – probablement demi-sœur d’Henri II56. Pour des raisons pratiques, la plupart de ces enquêtes étaient ensuite transcrites dans un petit volume, manifestement destiné à l’usage du nouveau dirigeant monastique. À l’instar de Samson de Bury St Edmunds, ou de Mary, abbesse de Shaftesbury, l’abbesse Jeanne disposait donc, avec le cartulaire aujourd’hui conservé à la BnF, de son propre estate book, réalisé dès le début de son abbatiat et dont l’intérêt pratique, comme outil l’aidant dans ses prises de décision en matière de gestion, fait peu de doute.

  • 57  Suger, Œuvres, éd. et trad. par Françoise Gasparri, Paris, Les Belles Lettres, 1996, t. 1, p. 54-5 (...)
  • 58  Comme le rappelle Donald Matthew, 1204 ne constitue pas une menace sérieuse pour les monastères no (...)
  • 59  Sur les différentes options envisageables pour les seigneurs anglais en matière d’administration d (...)
  • 60  Paul Dean Adshead Harvey, Manorial Records, nouv. éd., Londres, London British Records Association (...)

16Le lien entre de fortes personnalités de dirigeants monastiques, par ailleurs très cultivés, et la pratique d’enquêtes approfondies sur un temporel n’est bien entendu pas propre au monde anglo-normand de la fin du xiie siècle : c’était également vrai pour les grands abbés carolingiens, ou encore pour Suger à Saint-Denis57, pour ne citer que les exemples les plus célèbres. En ce sens, l’abbesse Jeanne se situe dans le prolongement de cette tradition monastique. Néanmoins, la prise en compte d’un contexte spécifique au royaume d’Angleterre de la fin du xiie siècle demeure indispensable pour donner pleinement sens à la réalisation du cartulaire de la BnF. Au moment où l’abbesse Jeanne lance ce projet, la menace réelle pour la viabilité économique du temporel anglais de l’abbaye n’est pas liée au contexte politique qui aboutit en 1204 à la séparation entre la Normandie et l’Angleterre58, mais bien plus à l’inflation et à la croissance démographique des années 1180-1190 en Angleterre, ainsi qu’aux réformes juridiques du règne d’Henri II qui aboutissent à une redéfinition du statut des hommes. Dans ce contexte bien connu outre-Manche, les revenus seigneuriaux se trouvaient directement menacés et des choix épineux en termes de gestion devaient être faits59. Comme on l’a vu, le parti-pris adopté par l’abbesse de Caen, celui d’un retour sélectif au faire-valoir direct supposant davantage d’implication de la part du monastère dans la gestion au quotidien, montre qu’elle était bien au fait des nouveaux enjeux administratifs soulevés par ce contexte. La décision prise par Jeanne indique qu’elle se situait ainsi à la pointe des pratiques gestionnaires des grands seigneurs anglais de son temps – suivant en cela une stratégie qui faisait figure d’exception dans l’Europe de cette époque60.

  • 61  Sur ce contexte, voir notamment ibid., p. 5-6 ; Id., « The English Inflation of 1180-1220 », Past (...)

17De même, le fait que la seconde série d’enquêtes anglaises (série B/C) et le cartulaire aient été sans doute rédigés au début des années 1180 prend tout son sens dans le contexte qui voit la mise en place progressive de la common law : les années 1180-1190 correspondent au moment crucial où la Couronne d’Angleterre met en place une distinction nette entre paysans libres et non libres, affirmant son contrôle direct sur les tenanciers considérés comme libres61. Ces derniers échappent alors au pouvoir seigneurial pour les questions juridiques et se trouvent nettement moins chargés en corvées et en redevances diverses. En parallèle, les tenanciers non libres voient leur statut se dégrader : soumis à la domination pleine et entière de leur seigneur, ils sont quant à eux astreints à des corvées plus lourdes. La rédaction d’enquêtes détaillées, précisant les obligations dues par chaque tenancier, apparaît alors décisive pour déterminer le statut de chacun et asseoir les revendications du seigneur sur ses hommes. La réalisation du recueil de la Trinité dans ce contexte devient alors tout à fait significative.

  • 62  Voir à cet égard l’analyse de David Bates : Bates, Re-ordering the Past…, op. cit., p. 20. Sur Eve (...)

18Si la composition du cartulaire de l’Abbaye-aux-Dames constitue une exception parmi les archives normandes contemporaines, ses caractéristiques le rattachent ainsi à un univers et à un corpus documentaire plus large et bien connu outre-Manche. Dans certaines des grandes abbayes anglaises (Ely, Abingdon, Battle, Ramsey, Evesham, par exemple), la production de cartulaires contenant des enquêtes et des documents administratifs parfois anciens – rappelant tout à fait la composition du cartulaire de la Trinité de Caen – s’est répandue à la fin du xiie siècle afin de s’adapter à ce nouvel « ordre royal » imposé par Henri II62. À l’instar des cartulaires d’Ely, d’Abingdon ou de Battle – pour n’en citer que quelques-uns – le cartulaire de la Trinité de Caen apparaît comme un produit typique du monde de l’élite monastique de la fin du règne d’Henri II.

  • 63  Johnson, Equal in Monastic Profession…, op. cit., p. 177 ; Berenice M. Kerr, Religious Life for Wo (...)

19Reste cependant une interrogation : comment expliquer – autrement que par un simple hasard de la conservation – que le cartulaire de la Trinité n’ait aucun équivalent contemporain dans les archives normandes, alors même que la plupart des institutions ecclésiastiques normandes possédaient des terres outre-Manche et se trouvaient confrontées à un contexte similaire en ce qui concernait leurs possessions anglaises ? La réponse à cette interrogation finale suppose de prendre pleinement en considération les choix propres aux acteurs qu’ont pu être les abbesses et moniales de Caen, tout en insérant ces choix dans le contexte plus large exposé au début de notre propos. L’une des spécificités de la composition du cartulaire de la Trinité, l’imbrication étroite de documents et d’enquêtes ayant trait aussi bien aux versants anglais que normand du temporel, s’explique par une stratégie de gestion originale : comme on l’a vu, à l’inverse des autres monastères normands, les moniales et les abbesses de Caen ont choisi de ne pas recourir à des prieurés, et le cartulaire, tout comme le reste des archives de l’abbaye, reflète ce parti-pris de forte centralisation administrative. Ce choix apparaît tout à fait en cohérence avec le niveau social que l’on devine pour la plupart des abbesses de Caen : à l’instar des abbesses de Saintes, de Fontevraud ou de Shaftesbury, ces femmes se comportent en grandes dames, s’impliquant personnellement et n’hésitant pas à se déplacer elles-mêmes, auprès du roi ou sur leurs terres, afin de réaffirmer leur autorité et leur domination sur leurs tenanciers63.

  • 64  BnF, ms. lat. 5650, actes nos 12 et 9.

20Le fait qu’il s’agisse de femmes lettrées, entièrement insérées dans l’élite anglo-normande de leur temps, permet de donner sens à la présence, au cœur du projet de rédaction du cartulaire de la BnF, de séries d’enquêtes. Comme on l’a vu, le recours à ce type d’écrit administratif n’a rien d’anodin et montre que Jeanne, comme les abbesses qui l’ont précédée et qui ont été selon toute probabilité les instigatrices des premières séries d’enquêtes, savait mobiliser à des fins pratiques les compétences dont elle disposait vis-à-vis de l’écrit. Comme dans le cas des polyptyques carolingiens, l’exemple des enquêtes de l’Abbaye-aux-Dames confirme à quel point il peut être utile pour l’analyse de considérer ces écrits de type administratif comme l’une des facettes, parmi d’autres, de la culture écrite, entendue dans son sens le plus large, qui était celle des acteurs étudiés. Si la visée du cartulaire de la BnF était certainement en partie pratique, en tant qu’outil aidant à la défense du patrimoine et à la prise de décision dans un contexte spécifique, il a été amplement démontré que ce type de manuscrit dépasse presque toujours cette dimension. De fait, la décision prise par Jeanne de faire réaliser un cartulaire dès le début de son règne abbatial témoigne aussi de son attachement vis-à-vis des grandes figures d’abbesses qui l’ont précédée. Elle choisit de faire transcrire dans le cartulaire de nombreux documents des années 1059-1127, ce qui correspond à la fois aux premiers temps de l’abbaye et aux abbatiats décisifs de Mathilde et de Cécile, et, dans une moindre mesure, d’Isabelle de Blois. Au-delà de l’intérêt pratique de ces documents, il s’agit de textes qui témoignent d’une continuité avec l’œuvre de la fondatrice du monastère : comme on l’a vu, ces trois abbesses sont directement liées à la reine Mathilde. Par ailleurs, cette dernière est omniprésente dans les documents transcrits à travers son implication dans la dotation du monastère en biens fonciers et précieux (reliques, regalia et objets de prix)64.

  • 65  Comme le rappelle Pierre Chastang : « [L’]affirmation de l’identité et du pouvoir des monastères [ (...)
  • 66  Sur les rapports entre contexte politique et choix des acteurs ecclésiastiques après 1204, voir Jö (...)

21Au quotidien, l’action de la reine pour sa fondation monastique était d’ailleurs constamment rappelée à l’abbesse et aux moniales par la présence de la tombe de celle-ci dans le chœur de l’église abbatiale. Comme Jeanne, les abbesses à la tête de ce monastère féminin étroitement lié à la dynastie anglo-normande étaient donc investies d’un rôle tout à fait spécifique, celui de gérer au mieux les possessions de l’abbaye, ce qui relevait à la fois d’une exigence économique de premier plan – assurer l’ensemble des fonctions religieuses dévolues au monastère – mais aussi d’une nécessité en en matière d’identité de l’abbaye. En effet, la mobilisation par l’écrit, dans le cartulaire, de l’ensemble des biens sacrés et terrestres du monastère constituait un moyen pour affirmer la continuité du dominium de l’abbaye sur son temporel, tel que celui-ci lui avait été transmis par la fondatrice65. Les abbesses de Caen ont témoigné d’un attachement particulier à leur temporel anglais et ce bien au-delà des premières décennies du xiiie siècle, alors même que d’autres institutions religieuses normandes ont fait le choix de s’en séparer66. Ceci souligne l’impératif que constituait la préservation de l’œuvre de la reine et des premières abbesses de Caen pour la survie même du monastère. L’étude du cartulaire de la BnF met en lumière les implications pratiques, mais aussi symboliques, de ce qui ne peut finalement jamais être considéré comme un pur « écrit de gestion », et rappelle l’importance de la prise en compte des multiples motivations qui ont pu conduire des acteurs donnés, à un moment donné, à réaliser un tel recueil. En la matière, le fait qu’il s’agisse d’une abbaye de femmes n’est certes pas neutre pour l’analyse, mais ne doit nullement conduire à sous-estimer la capacité du monastère considéré à élaborer des stratégies de gestion originales – et ce en toute autonomie.

Notes

1  La date exacte de la fondation de l’abbaye demeure mal connue. Pour un état des lieux des données existantes, voir Maylis Baylé, La Trinité de Caen. Sa place dans l’histoire de l’architecture et du décor romans, Genève/Paris, Droz/Arts et métiers graphiques, 1979, notamment p. 11-18 ; Lucien Musset, « La reine Mathilde et la fondation de la Trinité de Caen », Mémoires de l’Académie de Caen, nouv. série, 21, 1984, p. 191-210.

2  Il faut souligner l’exception notable que constitue un article pionnier de J. Walsmley : John Walmsley, « The Early Abbesses, Nuns, and Female Tenants of the Abbey of Holy Trinity, Caen », Journal of Ecclesiastical History, 48/3, 1997, p. 425-444.

3  La plupart de ces enquêtes ont été éditées dans Marjorie Chibnall, John Walmsley (dir.), Charters and Custumals of the Abbey of Holy Trinity, Caen, Londres/New York, Oxford University Press, 1982-1994, 2 vol. Les lettres indiquées entre parenthèses pour désigner chaque série correspondent à celles attribuées par M. Chibnall et J. Walmsley.

4 Ce recueil faisant figure d’hapax dans la documentation normande contemporaine, le terme de « cartulaire » est ici employé selon l’usage britannique, qui inclut dans cette typologie documentaire des manuscrits composés à la fois de copies de chartes et d’enquêtes ou d’autres documents de type administratif (tels ceux produits à la même époque à Ely, Evesham, Burton, Shaftesbury, Glastonbury ou Ramsey, par exemple). Sur le caractère composite et les difficultés de nomenclature soulevées par les recueils anglais, voir Jean-Philippe Genet, « Cartulaires anglais du Moyen Âge », dans O. Guyotjeannin, L. Morelle, M. Parisse (dir.),Les Cartulaires, Actes de la Table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le G.D.R. 121 du CNRS (Paris, 5-7 décembre 1991), Paris, 1993, p. 343-361. Pour une discussion sur la question de la typologie à laquelle se rattachent le codex et les enquêtes de La Trinité, voir Letouzey, Écrits et gestion du temporel…, op. cit., p. 408-424. Plus largement, sur la nécessité de « traverser la Manche » et de réconcilier les traditions historiographiques britannique et française concernant la documentation des xie-xiie siècles, voir David Bates, « Re-Ordering the Past and Negotiating the Present in Stenton’s First Century », The Stenton Lecture 1999, University of Reading, 2000.

5  Bibliothèque nationale de France (désormais BnF), ms. lat. 5650.

6  Archives départementales du Calvados (désormais AD Calvados), série 2H.

7  Pour un état des lieux des censiers normands, voir Lucien Musset, « Les censiers du Mont-Saint-Michel. Essai de restitution d’une source historique perdue », Revue du département de la Manche, 2, 1960, p. 284-299, ici p. 288-289 ; Christophe Maneuvrier, « Le cueilloir de la terre de Montgommery et Vignats, outil d’une réorganisation seigneuriale à la fin du xivsiècle », dans Enquêtes rurales, 6, Autour de Camembert. De l’an mil à l’an 2000. Quatre années de recherches interdisciplinaires, Caen, Maison de la recherche en sciences humaines de Caen, 1999, p. 21-29.

8  Les enquêtes de l’Abbaye-aux-Dames ont probablement servi de modèle pour la réalisation des plus anciennes enquêtes laïques conservées pour la Normandie : John W. Baldwin, « La fortune foncière de Pierre du Thillay, bailli de Philippe Auguste », dans Anne-Marie Flambard-Héricher, Véronique Gazeau (dir.), 1204. La Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, Caen, Publications du CRAHM, 2007, p. 357-366, ici p. 364.

9  Si l’abbaye de Fécamp a réalisé un cartulaire remarquablement ancien (aujourd’hui perdu), ses premiers censiers remontent au milieu du xiiie siècle, comme ceux du Mont-Saint-Michel. Saint-Étienne de Caen a débuté un cartulaire dès le début du xiie siècle, mais qui ne contient aucune enquête du type de celles de La Trinité. Une seule enquête est conservée dans le fonds de Saint-Étienne, mais elle a des caractéristiques bien différentes de celles de La Trinité : Thomas Jarry, « Évaluer, inventorier, exploiter : le Rotulus de denariis de l’abbaye Saint-Étienne de Caen (xiiie siècle) », Tabularia [en ligne], Les sources comptables, méthodologie, critique et édition, avril 2006 (http://tabularia.revues.org/876, consulté le 22 mars 2017).

10  Donald J. A. Matthew, The Norman Monasteries and their English Possessions, Londres, Oxford, 1962, p. 8.

11  Sur la nécessaire prise en compte du choix des acteurs dans l’étude d’écrits administratifs, voir notamment James Campbell, « The Signifiance of the Anglo-Norman State in Administrative History of Western Europe », dans Id., Essays in Anglo-Saxon History, Londres/Ronceverte, Hambledon Press, 1986, p. 171-188, ici p. 175 ; Robert F. Berkhofer, « Inventaires de biens et proto-comptabilités dans le Nord de la France (xie-début du xiie siècle), Bibliothèque de l’École des chartes, 155/1, 1997, Pratiques de l’écrit documentaire au xie siècle, p. 339-349 ; Nicholas C. Vincent, « Why 1199? Bureaucracy and Enrolment under John and his Contemporaries », dans Adrian Jobson (dir.), English Government in the Thirteenth Century, Woodbridge/Londres, Boydell Press/National Archives, 2004, p. 17-48 ; David Stone, Decision-Making in Medieval Agriculture, Oxford, Oxford University Press, 2005.

12  Pendant longtemps, cette démarche n’a pas relevé de l’évidence : la valeur de certains des documents de La Trinité au sein des archives normandes est certes reconnue depuis le xixe siècle, mais les différents historiens qui se sont penchés sur ces sources les ont très rarement considérées dans leur contexte de production. Les archives de La Trinité de Caen constituent ainsi des sources essentielles pour ces classiques de l’histoire de la Normandie et de l’Angleterre médiévales : Léopold Delisle, Étude sur la condition de la classe agricole et l’état de l’agriculture en Normandie au Moyen Âge, Évreux, Hérissey, 1851 ; Charles Homer Haskins, Norman Institutions, 2e éd., Cambridge/Londres, Harvard University Press/Humphrey Milford/Oxford University Press, 1925, p. 63-64, p. 183 ; Michael Moissey Postan, « The Chronology of Labour Services », Transactions of the Royal Historical Society, 20, 1937, p. 169-193, ici p. 183. Par l’utilisation pionnière que M. Postan fit des enquêtes de La Trinité, celles-ci sont devenues un exemple connu, régulièrement cité dans les manuels d’histoire médiévale britanniques et français, au même titre que les enquêtes produites à la même époque par les grandes abbayes anglaises. Cependant, dans ces ouvrages, le fait que les enquêtes de La Trinité soient les seules à provenir d’une abbaye normande – de femmes, qui plus est – n’a guère attiré l’attention.

13  Encore au xiiie siècle, l’Abbaye-aux-Dames demeure l’un des établissements religieux les plus prospères de Normandie et le plus important monastère de femmes du duché : Eudes Rigaud, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis/Journal des visites pastorales d’Eude Rigaud, archevêque de Rouen, MCCXLVIII-MCCLXIX, Théodose Bonnin, Rouen, Auguste Le Brument,1852, p. 94, 261 et 575. Pour un tableau comparatif de la situation des abbayes normandes au milieu du xiiie siècle à partir des données issues du registre d’Eudes Rigaud, voir Penelope Delafield Johnson, Equal in Monastic Profession. Religious Women in Medieval France, Chicago/Londres, University of Chicago Press, 1991, p. 269-270.

14  L’acte dressé à cette occasion est le plus ancien document conservé de l’abbaye, sous forme de copie dans le cartulaire de la BnF (BnF, ms. lat. 5650, acte no 2). Pour un état des lieux très clair des premiers temps de l’abbaye, voir Baylé, La Trinité de Caen…, op. cit., p. 11-18 ; Musset, « La reine Mathilde… », art. cité, p. 191-210.

15  Sur l’implication de la reine dans l’établissement du patrimoine foncier de l’abbaye, voir ibid. Plus largement, le rôle culturel et politique de la reine Mathilde a été récemment réévalué : Laura L. Gathagan, Embodying Power: Gender and Authority in the Queenship of Mathilda of Flanders, thèse de doctorat (PhD), The City University of New York, 2002, p. 202-208.

16  David Knowles, The Monastic Order in England: A History of its Development from the Times of St. Dunstan to the Fourth Lateran Council 940-1216, Cambridge, The University Press, 1940, p. 703. Il s’agit des manoirs de Minchinhampton, Avening et Pinbury (Gloucestershire), Tarrant Launceston (Dorset), et Felsted (Essex). Sur l’identification de ces localités, voir Chibnall, Walmsley, Charters and Custumals…, op. cit., t. 1, p. 26.

17  BnF, ms. lat. 5650, fol. 24. Sur ce document, voir l’analyse éclairante d’Elisabeth Van Houts, Memory and Gender in Medieval Europe. 900-1200, Basingstoke/Londres, Macmillan, 1999, notamment les p. 111-112.

18  L’étude des plaques tombales présentes dans l’abbaye montre que La Trinité était également investie d’une fonction de mausolée de l’abbaye – mausolée spécifiquement orienté vers le versant féminin de la famille royale anglo-normande : en dehors de la reine Mathilde et de Cécile, étaient inhumées à l’abbaye : Mathilde, l’une des filles d’Henri Ier et sans doute Adelide, la fille aînée de Mathilde et Guillaume. Sur Adelide, voir Elisabeth Van Houts, « L’écho de la conquête dans les sources latines : la duchesse Mathilde, ses filles et l’énigme de l’enfant doré », dans Pierre Bouet, Brian Levy, François Neveux (dir.), La Tapisserie de Bayeux. L’art de broder l’Histoire, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (1999), Caen, Presses universitaires de Caen, 2004, p. 135-154, ici p. 141-145. Sur son inhumation probable à La Trinité, voir Baylé, La Trinité de Caen…, op. cit., p. 14-15. Au sujet de Mathilde, fille illégitime d’Henri Ier ayant épousé le duc Conan de Bretagne, voir Kathleen Hapgood Thompson, « Affairs of State: the Illegitimate Children of Henry I », Journal of Medieval History, 29, 2003, p. 129-151, ici p. 139 et 147.

19  Plus largement, sur la nature complexe du pouvoir détenu par les abbesses au Moyen Âge, voir Valerie G. Spear, Leadership in Medieval English Nunneries, Woodbridge/Rochester, Boydell Press, 2005.

20  Kimberly A. LoPrete, A Female Ruler in Feudal Society: Adela of Blois (ca. 1067-ca. 1137), thèse de doctorat (PhD), University of Chicago, 1992.

21  Gilbert, l’abbé en charge au moment de ce conflit, a été formé par Guillaume Bonne-Âme, lui-même élève de Lanfranc, le premier abbé de Caen, devenu archevêque de Canterbury en 1070 : Véronique Gazeau, Normannia monastica. Princes normands et abbés bénédictins (xie-xiie siècle), Caen, Publications du CRAHM, 2007, t. 1, p. 248 et suiv. Le conflit concerne les droits respectifs des moines et des moniales dans les bourgs des deux abbayes. Guillaume le Conquérant doit se poser en arbitre, et l’accord final aboutit à une clarification des délimitations du Bourg-l’Abbé et du Bourg-l’Abbesse (BnF, ms. lat. 5650, fol. 15-16v ; Lucien Musset (éd.), Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, Caen, Société des antiquaires de Normandie, 1967, actes no 17 ; n° 64.

22  Horstead (Norfolk) et Tilshead (Wiltshire) furent offerts respectivement par Guillaume le Roux et par Henri Ier. Au sujet de ces donations, voir Chibnall, Walmsley, Charters and Custumals…, op. cit., t. 1, p. XXVI-XXVII.

23  BnF, ms. lat. 5650, fol. 34 ; Chibnall et Walmsley, Charters and Custumals…, op. cit., t. 2, doc. n° 13.

24  BnF, ms. lat. 5650, fol. 87v ; Chibnall et Walmsley, Charters and Custumals…,op. cit., doc. 18.

25  Johnson, Equal in Monastic Profession…, op. cit., p. 168-169.

26  C’est le cas pour Jeanne en 1204-1205 dans l’affaire l’opposant à Albéric de Vere, ou de Julienne en 1238. Le jugement d’une affaire avec un tenancier d’Horstead est reporté car l’abbesse est malade et ne peut se rendre outre-Manche : Curia Regis Rolls Preserved in the Public Record Office (désormais Curia Regis Rolls), t. 3, 1203-1205, Curia Regis Rolls of the Reign of John (1203-1205). 5 to 7, Londres, H. M. Stationery Office, 1926, p. 213 ; Curia Regis Rolls, t. 4, 1205-1206, Curia Regis Rolls of the Reign of John (1205-1206). 7 and 8, Londres, H. M. Stationery Office, 1929, p. 3 ; Close Rolls of the Reign of Henry III (désormais Close Rolls). 4, A.D. 1237-1242, Nendeln/Liechtenstein, Kraus, p. 148.

27  Les témoignages de ces voyages abondent : à l’instar de leurs homologues masculins, les abbesses de Caen se rendent régulièrement en Angleterre : en 1237, par exemple, un an avant son incapacité à se rendre en Angleterre évoquée dans la note précédente, Julienne était à York, pour prêter hommage au roi d’Angleterre : Close Rolls. 3, A.D. 1234-1237, p. 505. De même, les abbesses de Saint-Léger de Préaux n’hésitent pas à se rendre en Angleterre : Matthew, The Norman Monasteries…, op. cit., p. 78.

28  La discrétion des officières, et notamment celle de la prieure, qui demeure inexistante dans les actes durant l’ensemble de la période étudiée, ne constitue nullement une caractéristique commune à l’ensemble des monastères féminins : l’apparition des obédienciers à l’Abbaye-aux-Dames est tardive en comparaison de la situation rencontrée dans d’autres établissements féminins (voir l’exemple du Ronceray d’Angers : Johnson, Equal in Monastic Profession…, op. cit., p. 192). Le contraste est également net avec le système en place dans les grands monastères d’hommes de Normandie, où les obédienciers constituent des interlocuteurs à part entière pour Eudes Rigaud.

29  Ces caractéristiques s’estompent progressivement dans la seconde moitié du xiiie siècle. La fin des années 1260 a été choisie comme terminus ad quem pour cette étude car cette période correspond, d’une part, à la réalisation de la dernière grande enquête générale menée par le monastère, et, d’autre part, au tarissement net des actes « anglais » conservés en Normandie. Cette nouvelle logique documentaire est le reflet d’une évolution vers une structure de gestion moins centralisée : les archives anglaises, désormais conservées dans leur majorité sur place, voient apparaître les plus anciens account rolls et court rolls de l’abbaye, et témoignent de l’accroissement du rôle des acteurs locaux dans la prise de décision. Au sein du monastère, les obédienciers commencent progressivement à apparaître dans les actes, et des recueils spécifiquement dévolus à un office, sur le modèle des cartulaires des prébendes des chapitres cathédraux, remplacent les enquêtes générales, auparavant centrées sur les droits et prérogatives de l’abbesse. Le monopole d’action de l’abbesse s’atténue alors véritablement.

30  Sur cette notion de prieurés non conventuels, c’est-à-dire dénués de réelle vie religieuse puisque leur fonction était purement administrative, en tant que relais locaux chargés de la gestion des manoirs anglais, voir David Knowles, The Religious Houses of Medieval England, Londres, Sheed & Ward, 1940, p. 124 ; Marjorie Morgan, The English Lands of the Abbey of Bec, Londres, G. Cumberlege, 1946, p. 2 ; Matthew, The Norman Monasteries…, op. cit.

31  Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, « La Manche : frontière, marché ou espace de production ? Fonctions économiques et évolution d’un espace maritime (xive-xviie siècles) », dans Simonetta Cavaciocchi (dir.), Ricchezza del mare, ricchezza dal mare (secc. xiii-xviii). Atti della trentasettesima settimana di studi del’Istituto Datini, 11-15 aprile 2005, Florence, Le Monnier, 2006, p. 875-905.

32  Jean-Pierre Devroey, « Gérer et exploiter la distance. Pratiques de gestion et perception du monde dans les livres fonciers carolingiens », dans Philippe Depreux, François Bougard, Régine Le Jan (dir.), Les élites et leurs espaces. Mobilité, rayonnement, domination (du vie au xie siècle), Turnhout, Brepols, 2007, p. 49-65.

33  Ce rapprochement n’est pas outre mesure surprenant. Comme le montre David Bates, les pratiques de l’écrit du royaume anglo-normand aux xie et xiie siècles doivent être resituées dans un univers culturel commun à l’Angleterre et à toute la France du Nord – univers caractérisé par la prégnance des influences carolingiennes : David Bates, Re-Ordering the Past and Negotiating the Present in Stenton’s « First Century », University of Reading (The Stenton Lecture, 1999), 2000 ; Id., « 1066: does the Date still Matter? », Historical Research, 78, 2005, p. 443-465 ; Id., « Britain and France and the Year 1000 », Franco-British Studies, 28, 1999, p. 5-22.

34  Comme le soulignent Ludolf Kuchenbuch et Jean-Pierre Devroey, l’étude des inventaires carolingiens ne peut se concevoir sans la prise en compte des compétences intellectuelles et littéraires des grands ecclésiastiques qui sont à l’origine de leur production : Ludolf Kuchenbuch, « Écriture et oralité. Quelques compléments et approfondissements », dans Jean-Claude Schmitt, Otto Gerhard Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Actes des colloques de Sèvres (1997) et Göttingen (1998), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 143-167 ; Jean-Pierre Devroey, Puissants et misérables. Système social et monde paysan dans l’Europe des Francs, vie-ixe siècles, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2006, p. 597.

35  Le pessimisme quant aux compétences intellectuelles des moniales de Caen, et à leur capacité d’autonomie en matière de gestion, est récurrent dans l’historiographie normande. L’intervention des moines de Saint-Étienne, l’abbaye sœur de La Trinité, est régulièrement avancée comme hypothèse – sans qu’aucun élément solide ne vienne l’étayer : Musset (dir.), Les actes de Guillaume le Conquérant…, op. cit., p. 37 ; Id., « La Reine Mathilde… », art. cité, p. 203 ; Jean-Michel Bouvris, « À propos des échanges entre les “scriptoria” des abbayes caennaises au xie siècle. La “donation” de la dîme de Biéville par Renouf, vicomte de Bayeux », Cahiers des Annales de Normandie, 23, 1990, Recueil d’études en hommage à Lucien Musset, p. 203-214.

36  Sancti Anselmi Cantuariensis Archiepiscopi. Opera Omnia, éd. par Franciscus Salesius Schmitt, Édimbourg, Thomas Nelson et fils, 1946-1961, t. 4, p. 218-219 (lettre 298) ; Walter Fröhlich (éd.), The Letters of Saint Anselm of Canterbury, Kalamazoo, Cistercian Publications (Cistercian Studies Series), 1990-1994, t. 2, p. 316-317.

37  Elisabeth Van Houts, « Latin Poetry and the Anglo-Norman Court 1066-1135: The Carmen de Hastingae Proelio », Journal of Medieval History, 15, 1989, p. 39-62, ici p. 46-47.

38  Monique Goullet, « Poésie et mémoire des morts : le rouleau funèbre de Mathilde, abbesse de la Sainte-Trinité de Caen († 1113) », dans Jean-François Cottier, Martin Gravel, Sébastien Rossignol (dir.), Ad libros ! Mélanges d’études médiévales offerts à Denise Angers et Joseph-Claude Poulin, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 2010, p. 163-198 ; Daniel J. Sheerin, « Sisters in the Literary Agon: Texts from Communities of Women on the Mortuary Roll of the Abbess Matilda of La Trinité, Caen », dans Laurie J. Churchill, Phyllis R. Brown, Jane E. Jeffrey (dir.), Women Writing Latin from Roman Antiquity to Early Modern Europe, t. 2, Medieval Women Writing Latin, New York/Londres, Routledge, 2002, p. 93-132.

39  Les caractéristiques très particulières de ces sculptures ont de nombreux traits en commun avec les descriptions conctenues dans un traité de Philippe de Thaon, qui dédicace son travail à Adeliz de Louvain, la femme d’Henri Ier : Baylé, La Trinité de Caen…, op. cit., p. 121.

40  G. Fedorenko, The Evidence of Cambridge University Library Manuscript II.6.24 for Perceptions of the Recent Past in Normandy, c. 1215-1275, mémoire de MPhil dirigé par Elisabeth Van Houts, University of Cambridge, 2008 ; Paul Meyer, « Notice sur le manuscrit II 6 24 de la Bibliothèque de l’université de Cambridge », dans Notices et Extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, t. 32/2, Paris, Imprimerie nationale, 1888, p. 37-81 ; Daniel J. Power, « The Stripping of a Queen: Eleanor of Aquitaine in Thirteenth-Century Norman Tradition », dans Marcus Bull, Catherine Léglu (dir.), The World of Eleanor of Aquitaine: Literature and Society in Southern France between the Eleventh and Thirteenth Centuries, Woodbridge, Boydell Press, 2005, p. 115-135, ici p. 124-126.

41  Ce point est approfondi dans Catherine Letouzey-Réty, « Le cartulaire de la Trinité de Caen », Tabularia [en ligne], Les cartulaires normands. Bilan et perspectives de recherche, décembre 2009 (http://tabularia.revues.org/482, consulté le 23 mars 2017).

42  Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle, Michel Parisse (dir.), Les cartulaires, Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS, Paris, 5-7 décembre 1991, Paris, École des chartes (Mémoires et documents de l’École des chartes, 39), 1993. Voir notamment dans l’avant-propos, p. 8 ; Pierre Chastang, « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », Annales. Histoire, sciences sociales, 63/2, 2008, p. 245-270, à la p. 258.

43  C’est l’hypothèse avancée par M. Chibnall et J. Walmsley, Charters and Custumals…, op. cit, t. 1, p. XXII et t. 2, p. 2.

44  Pour une présentation et une analyse codicologique du mansucrit, se reporter à Letouzey-Réty, « Le cartulaire de la Trinité de Caen », art. cité.

45  Sur l’identification de l’abbesse Jeanne et la date probable du début de son abbatiat, voir Daniel J. Power, The Norman Frontier in the Twelfth and Early Thirteenth Centuries, Cambridge/New York/Melbourne, Cambridge University Press, 2004, p. 500-501.

46  La fin de l’abbatiat de Jeanne se situe en 1229-1230 : Cambridge University Library, ms. II 6 24, fol. 17v.

47  Cette transaction est à l’origine du dossier d’une dizaine de chartes dans le fonds de l’abbaye : AD Calvados, 2H25/1. Huit de ces chartes sont éditées : Chibnall, Walmsley, Charters and Custumals…, op. cit., t. 2, chartes nos 6 à 13.

48  Sur Jean de Warlemont, premier procureur nommé par l’abbesse : ibid., t. 1, p. XLIV.

49  Voir par exemple AD Calvados, 2H25/1, L 213.

50  Il s’agit de Felsted (Essex), Minchinhampton et Avening (Gloucestershire) : Chibnall, Walmsley, Charters and Custumals…, op. cit., t. 1, p. XLIV.

51  Certains de ces indices sont détaillés dans John Walmsley, « The Twelfth-Century Surveys of Holy Trinity, Caen: A Comparative Study of Peasant Conditions », Agricultural History, 65/3, 1991, p. 70-104, ici p. 71, n. 6. C’est une quasi-certitude au moins pour le versant normand de l’enquête, réalisé quelques années après la série anglaise. La première preuve directe de l’implication de l’une des abbesses de Caen dans la réalisation d’une enquête apparaît en 1257 avec l’abbesse Julienne. Cette enquête – ou jurée – transcrite sous forme de livre a été explicitement commanditée et payée par l’abbesse : jurée reconstituée de 1257, § 1 et 2 (Caen, musée des Beaux-Arts, Collection Mancel, ms. 74, fol. 144-150, et AD Calvados, 2H105, dossier Tassilly). Il y a toute raison de penser que cette pratique est cependant courante dès les premiers temps de l’abbaye.

52  BnF, ms. lat. 5650, actes nos 3 et 30.

53  AD Calvados, 2H25/1, L4 ; The Acta of King Henry II (1154-1189), éd. par Nicholas Vincent et J. C. Holt, no 401.

54  En général, on ne connaît que peu de choses sur les familles dont sont issues les abbesses de Caen, mais il s’agit le plus souvent (au moins jusqu’au début du xiiie siècle) de femmes issues de l’aristocratie anglo-normande. Dans le cas de Jeanne, il s’agit sans doute d’une famille de barons normands liée au comte d’Evreux. Voir à cet égard Power, The Norman Frontier…, op. cit., p. 500-501.

55  Jocelinus de Brakelonda, Chronicle of the Abbey of Bury Saint Edmunds, éd. et trad. par Diana E. Greenway, Jane Eleanor Sayers, Oxford, Oxford University Press, 1998, p. 27. Cet exemple a été largement diffusé par l’ouvrage de Michael T. Clanchy, From Memory to Written Record: England 1066-1307, Londres, Edward Arnold, 1979, p. 18.

56  Cette abbesse a fait réaliser des transcriptions de chartes et d’enquêtes détaillées du temporel de l’abbaye dans son landboc, aujourd’hui perdu, mais dont le contenu a survécu grâce à une copie dans un cartulaire du début du xve siècle : Neil E. Stacy (éd.), Charters and Custumals of Shaftesbury Abbey, 1089-1216, Oxford/New York, Oxford University Press (Records of Social and Economic History. New series, 39), 2006, p. 1-2.

57  Suger, Œuvres, éd. et trad. par Françoise Gasparri, Paris, Les Belles Lettres, 1996, t. 1, p. 54-57 ; Patrick J. Geary, « Entre gestion et gesta… », dans Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle, Michel Parisse (dir.), Les cartulaires…, op. cit., p. 13-26. Voir également à cet égard : Berkhofer, « Inventaires de biens et proto-comptabilités… », art. cité, p. 347 ; Mathieu Arnoux, Ghislain Brunel, « Réflexion sur les sources médiévales de l’histoire des campagnes. De l’intérêt de publier les sources, de les critiquer et de les lire », Histoire et sociétés rurales, 1, 1994, p. 11-35, notamment p. 28-31.

58  Comme le rappelle Donald Matthew, 1204 ne constitue pas une menace sérieuse pour les monastères normands, puisque les seigneurs ecclésiastiques ne sont pas concernés par l’obligation de choisir entre hommage au roi d’Angleterre ou au roi de France : Matthew, The Norman Monasteries and their English Possessions, op. cit., p. 72-75.

59  Sur les différentes options envisageables pour les seigneurs anglais en matière d’administration de leurs terres, voir notamment la synthèse de Christopher Dyer, Making a Living in the Middle Ages: The People of Britain, 850-1520, New Haven/Londres, Penguin, 2002, p. 119-137.

60  Paul Dean Adshead Harvey, Manorial Records, nouv. éd., Londres, London British Records Association (Archives and the User, 5) 1999, p. 5.

61  Sur ce contexte, voir notamment ibid., p. 5-6 ; Id., « The English Inflation of 1180-1220 », Past and Present, 61, 1973, p. 3-30 ; Richard Smith, Zvi Razi (dir.), Medieval Society and the Manor Court, Oxford/New York, Clarendon Press, 1996 ; Dyer, Making a Living in the Middle Ages…, op. cit., p. 119-137.

62  Voir à cet égard l’analyse de David Bates : Bates, Re-ordering the Past…, op. cit., p. 20. Sur Evesham, voir Howard B. Clarke, « Evesham J and Evesham L: Two Early Twelfth-Century Manorial Surveys », Anglo-Norman Studies, 30, 2007, p. 62-84.

63  Johnson, Equal in Monastic Profession…, op. cit., p. 177 ; Berenice M. Kerr, Religious Life for Women, c. 1100-c. 1350: Fontevraud in England, Oxford, Clarendon Press, 1999 ; Stacy (éd.), Charters and Custumals of Shaftesbury Abbey…, op. cit.

64  BnF, ms. lat. 5650, actes nos 12 et 9.

65  Comme le rappelle Pierre Chastang : « [L’]affirmation de l’identité et du pouvoir des monastères […] est en partie affaire de scribe et d’écriture » (Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc [xie-xiiie siècles], Paris, Éditions du CTHS, 2001, p. 23).

66  Sur les rapports entre contexte politique et choix des acteurs ecclésiastiques après 1204, voir Jörg Peltzer, « The Slow Death of the Angevin Empire », Historical Research, 81/214, novembre 2008, p. 553-584 ; Daniel J. Power, « The Norman Church and the Angevin and Capetian Kings », Journal of Ecclesiastical History, 56/2, avril 2005, p. 205-243.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540