Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Administrer par l’écrit au Moyen Âge

 | 
Harmony Dewez
, 
Lucie Tryoen

Introduction

Harmony Dewez

Texte intégral

  • 1 British Library, Harley MS 743. David Walker, « The Organization of Material in Medieval Cartularie (...)
  • 2 William H. Hart, Ponsonby A. Lyons (éd.), Cartularium Monasterii de Rameseia, t. 1, Londres, Longma (...)
  • 3 Michael T. Clanchy, From Memory to Written Record: England 1066-1307, Chichester, Wiley-Blackwell, (...)

1Lorsqu’en 1381, dans la tourmente de la révolte des Travailleurs, les habitants de Bury St Edmunds se soulèvent contre l’illustre abbaye bénédictine, ils s’en prennent non seulement aux archives de la seigneurie monastique, mais aussi au moine John de Lakenheath, custos de la baronnie monastique, qu’ils décapitent. Le crime de John, l’administrateur honni, était d’avoir réalisé en 1379 un cartulaire réorganisant avec trop d’efficacité les outils documentaires de l’abbaye : le Lakenheath Register, instrument de défense de leurs droits pour les uns, d’oppression pour les autres1. Dépassant le simple cartulaire, un grand nombre de ces livres d’administration destinés à défendre la seigneurie des derniers siècles du Moyen Âge sont encore conservés aujourd’hui : l’écrit, à condition qu’il soit bien maîtrisé, était devenu un instrument potentiellement très efficace dans les conflits de pouvoir et de domination. À l’opposé, lorsqu’au xive siècle un moine de l’abbaye voisine de Ramsey, dans le Cambridgeshire, collationne l’inventaire d’une partie des archives, il fait défiler sous nos yeux une longue énumération de documents administratifs conservés dans un certain désordre : les séries de comptes et autres documents annuels sont incomplètes, de nombreux écrits manquent à l’appel et l’un des sacs contient des baguettes de taille pourries2… L’instrument de contrôle qui a fait son temps est laissé à son sort, aux rats et aux moisissures. Du xiie au xve siècle, l’écrit d’administration prend sa place dans les pratiques quotidiennes du changement de paradigme que Michael Clanchy a si justement identifié comme le passage de la mémoire au document écrit, mais sa production, ses usages et sa conservation dépendent fondamentalement du contexte et des hommes qui l’encadrent3.

2Cela fait plusieurs années que la question de l’administration par l’écrit, c’est-à-dire de la place et du rôle de l’écrit dans les pratiques administratives, s’est constituée en domaine de recherches bien identifié dans le champ de l’étude des pratiques de l’écrit et de la communication écrite médiévales. Des générations d’étudiants ont été nourris des recherches en pragmatic literacy conduites par Michael Clanchy, Joseph Morsel, Paul Bertrand, Pierre Chastang, Laurent Feller et bien d’autres, en transposant ces méthodes innovantes dans leurs mémoires de master et de doctorat. Ce volume, issu de deux journées de recherches organisées en janvier 2015 sous le parrainage de Laurent Feller, Pierre Chastang et Étienne Anheim, rassemble huit études de jeunes chercheurs issus des laboratoires Dypac (université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Lamop (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Ces études sont liées par leur conception du rapport aux sources de l’histoire médiévale ; elles contribuent à expliciter les mécanismes par lesquels la production d’écrits a accompagné et transformé les pratiques administratives médiévales. Ce faisant, ces travaux s’inscrivent dans un courant désormais bien établi et nourrissent une réflexion historiographique riche et dynamique.

Qu’est-ce qu’administrer par l’écrit ?

  • 4 Sébastien Barret, Dominique Stutzmann, Georg Vogeler, « Introduction », dans Id. (dir.), Ruling the (...)

3Administrer, c’est exercer des fonctions de contrôle de certaines activités, dont l’efficacité repose sur la gestion de l’information, à la fois pour connaître et pour communiquer. L’adoption progressive de l’écrit comme support de ces opérations, l’archivage d’une fraction de ces documents à des fins de construction d’une mémoire administrative, financière et juridique, n’est pas une opération neutre, on le sait : d’une part, la Verschriftlichung, l’opération de mise en écrit d’un contenu, transforme, formate, force la catégorisation de cette information ; d’autre part, ce processus fonctionne par cumul d’expériences qui donne naissance à des standardisations et à des innovations documentaires ; enfin, ces pratiques elles-mêmes formatent les relations administratives qu’elles sous-tendent et incarnent, contribuant à l’institutionnalisation des pratiques sociales. Ces dernières années ont été particulièrement fécondes en matière d’études sur les pratiques de l’écrit, notamment dans le milieu de la recherche francophone. Son historiographie n’est plus à faire : suffisamment de publications lui ont été consacrées et le récent bilan dressé par Sébastien Barret, Dominique Stutzmann et Georg Vogeler constitue une excellente synthèse qui éclaire la question du vocabulaire et de l’épistémologie à propos de la place de l’écrit dans les sociétés médiévales4. Pratiques de l’écrit, écrits pragmatiques et communication studies y sont définis, distingués, et leur genèse rétablie, ce qui permet aux auteurs de mettre en évidence la complémentarité de ces thèmes de recherche qui se chevauchent sans jamais tout à fait se superposer, ainsi que leurs liens profonds avec les sciences dites auxiliaires de l’histoire médiévale.

  • 5 Vincent Denis, Pierre-Yves Lacour, « La logistique des savoirs. Surabondance d’informations et tech (...)
  • 6 Richard Britnell (dir.), Pragmatic Literacy, East and West, 1200-1330, Woodbridge, Boydell Press, 1(...)
  • 7 Paul Bertrand, Les écritures ordinaires…, op. cit.
  • 8 Benoît Grévin, Aude Mairey (dir.), Le Moyen Âge dans le texte…, op. cit.
  • 9 Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier…, op. cit.

4L’administration dont il est ici question est autant celle des principautés et des royaumes que celle des monastères ou des individus ; c’est l’administration des hommes, des biens, des revenus, et jusqu’à celle de l’écrit lui-même. En tant que medium, l’écrit permet de dissocier une information de son porteur, devenant un vecteur de la dépersonnalisation du contrôle sur les activités humaines et jouant ainsi un rôle moteur dans la fixation des structures institutionnelles et gestionnaires, indissociable de l’explosion documentaire qui s’amorce à partir du dernier quart du xiie siècle : si Vincent Denis et Pierre-Yves Lacour font de l’administration, avec les sciences et les bibliothèques, l’un des principaux domaines confrontés au problème de la gestion de l’information au xviiie siècle, l’on peut avancer que c’est déjà le cas cinq siècles plus tôt5. La gestion de l’administration par l’écrit met les administrateurs au défi d’apporter des solutions pragmatiques aux difficultés matérielles et techniques qui se présentent à eux – c’est ce qu’avait commencé à étudier le groupe réuni autour de Richard Britnell au début des années 1990, dans la continuité des travaux de Michael Clanchy6. L’écrit administratif, comme le rappelle Paul Bertrand, n’est pas un, mais pluriel. Du rouleau au chirographe, en passant par le codex et la baguette de taille, les supports de l’écrit pragmatique créent une synergie plus ou moins efficace entre contenu et support7. L’utilisation de formes graphiques pour structurer et ordonner l’information lui confère son efficacité et sa dimension réellement pragmatique. Dans Le Moyen Âge dans le texte, Aude Mairey et Benoît Grévin interrogent plutôt la dichotomie entre texte et culture matérielle à travers la notion d’histoire textuelle, et rappellent l’importance des choix linguistiques dans l’interprétation des écritures pragmatiques8. « Administrer par l’écrit » peut donc faire l’objet d’une multitude d’approches méthodologiques, reflétant la complexité du thème envisagé, au croisement des communication studies, de l’histoire sociale et économique, de la codicologie, de la linguistique et d’autres domaines des sciences historiques. L’objectif avoué n’en reste pas moins une histoire sociale du Moyen Âge, méticuleusement construite à partir d’une approche originale des sources, telle que l’illustre l’étude magistrale de Pierre Chastang sur le gouvernement urbain à Montpellier9.

  • 10 John Sabapathy, Officers and Accountability in Medieval England, 1170-1300, Oxford, Oxford Universi (...)
  • 11 Voir également le compte-rendu de l’ouvrage par James Davis, The Economic History Review, 69/2, mai (...)
  • 12 Michael T. Clanchy, « A Medieval Realist: Interpreting the Rules at Barnwell Priory, Cambridge », d (...)

5Nos réflexions doivent englober le contexte dans lequel se développent ces pratiques administratives, entre histoire politique, juridique et culturelle : l’un des plus importants renouvellements de ces dernières années vient de John Sabapathy, dont l’ouvrage Officers and Accountability in Medieval England fait coïncider le pragmatic turn des années 1170-1330 avec la diffusion d’une nouvelle mentalité administrative10. Au-delà des formes matérielles permettant la réalisation de relations structurées, hiérarchisées et orientées entre les hommes, celui-ci interroge la notion d’administration à travers ce qu’il dénomme la new administrative history11. À travers les écritures pragmatiques, la relation administrative s’incarne souvent dans la définition et l’implémentation d’une responsabilité administrative, éventuellement associée à une responsabilité comptable : c’est la notion d’accountability dont John Sabapathy analyse le contexte de diffusion et d’élaboration normative, théorique et pratique dans l’Angleterre du large xiiie siècle. À travers l’exemple des évêques, des administrateurs des domaines seigneuriaux, des shérifs de l’administration royale, des custodes des fondations pieuses (wardens) et dans une moindre mesure des officiers urbains, Sabapathy détricote les édits, traités et pratiques qui encadrent et donnent leur tonalité à la mentalité qui se développe à cette époque et à sa chronologie. Pour compenser la vision trop souvent centrée sur les sphères supérieures du pouvoir, Michael Clanchy avait déjà proposé un déplacement méthodologique innovant, dont s’inspire Sabapathy : remettre au cœur de l’histoire administrative la pratique des médiocres, ces agents « moyens », ordinaires, intermédiaires, et de ce fait rouages essentiels de la machine bureaucratique – à l’image d’un juriste de la fin du xiiie siècle compilateur du codex administratif du prieuré de Barnwell dans le Cambridgeshire, que l’historien de From Memory to Written Record situe socialement et culturellement entre le « territoire mystérieux et hasardeux des juges du roi et de ses conseillers érudits » et les tenanciers et dépendants du prieuré12.

6La notion de responsabilité administrative, si elle ne concerne pas toutes les écritures pragmatiques, permet d’en affiner certains aspects, d’autant plus que ces logiques relèvent de circulations et d’emprunts. Sabapathy choisit, pour illustrer ce phénomène, l’appropriation par le chamberlain de Londres Andrew Horn, l’un des principaux officers financiers et judiciaires de la ville, de la pratique de la sindicatio des podestats florentins décrite dans le Livre du Trésor de Brunetto Latini : une version amendée et adaptée de cette œuvre destinée à instruire les futurs podestats florentins figure en effet dans l’un des ouvrages qu’Andrew Horn lègue, dans les années 1320, aux archives du gouvernement urbain qu’il vient de quitter. La sindicatio est une période de transition entre un podestat et le suivant, au cours de laquelle le sortant reste en ville, rend compte de ses actions et de celles de ses officiers et peut recevoir les plaintes des habitants auxquels cette procédure de sindicatio a été annoncée. Au terme de celle-ci, le podestat peut être absous (asolt) et acquitté de sa charge. Or, Latini nous présente cette étape parfois délicate à négocier par le podestat sortant non pas comme un acte de contrainte d’un officier récalcitrant, mais comme une opportunité pour celui-ci de montrer son éloquence et sa générosité. La version « anglaise » du Livre du Trésor recommande que le maire de Londres énumère lors de sa sortie de charge en quoi il a contribué au profit de la ville, s’excuse de ses erreurs et les répare.

  • 13 John Sabapathy, Officers and Accountability…, op. cit., p. 14-15.
  • 14 John Sabapathy, Officers and Accountability…, op. cit., p. 12 : « Administration is politics by rou (...)
  • 15 Thomas N. Bisson, Fiscal Accounts of Catalonia under the Early Count-Kings (1151-1213), Berkeley, U (...)

7L’ambition, réussie, de Sabapathy est de dépasser l’histoire constitutionnelle désincarnée héritée du xixe siècle et son culte du document-monument13. Sa New administrative history reprend ainsi à nouveaux frais la distinction proposée par Janet Nelson entre political thinking et political thought – entre l’histoire de la pensée politique en action et celle de la pensée politique théorique – appliquée au domaine de l’administration médiévale, partant du constat que, dans bien des cas, l’histoire de la pensée politique chevauche celle de l’administration, car « l’administration est la politique mise en œuvre à travers des pratiques routinières, souvent de nature juridique14 ». Par conséquent, la production d’écrit – de comptes, par exemple – n’est pas nécessairement associée à une recherche consciente d’efficacité institutionnelle, comme le montre par exemple Thomas Bisson pour la Catalogne15.

  • 16 Olivier Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger. Les chambres des comptes et le contrôle des officier (...)

8Une telle histoire de la pensée et de la pratique politique au prisme de la documentation administrative permet d’interroger la façon dont les institutions « pensent », « fonctionnent » et « ne fonctionnent pas » – démarche que l’on retrouve dans les travaux d’Olivier Mattéoni, par exemple16. C’est également l’ambition de ce volume, qui aborde différents types d’administration du xiie au xve siècle, des Abruzzes à la Normandie et du Toulousain à Paris. Trois problématiques sous-tendent les études rassemblées ici : le rôle de l’écrit dans le contrôle d’un territoire ; le développement d’outils documentaires adaptés et le rôle des acteurs de l’écrit ; la nécessité de gérer l’écrit lui-même et de faire face à l’accumulation documentaire.

Institutions et territoires

  • 17 Jack Goody, The Logic of Writing and the Organization of Society, Cambridge, Cambridge University P (...)
  • 18 Voir à ce sujet Thierry Pécout, « La visite est-elle une enquête et vice-versa ? Enquête générale e (...)

9La principale caractéristique de l’écrit est qu’il détache l’information de celui qui la porte, permettant à celle-ci d’être partagée avec un tiers, vérifiée par lui ou transférée à celui-ci. En cela, c’est un vecteur de dépersonnalisation, transformant radicalement la nature des relations sociales, par exemple à travers l’institutionnalisation de l’administration – un phénomène décrit par Jack Goody comme Max Weber17. Cette dimension fait de l’écrit un support privilégié du contrôle d’un territoire, dans la mesure où celui-ci passe par la « maîtrise de la distance », comme le montre très justement Catherine Letouzey dans son étude de l’Abbaye-aux-Dames de Caen, dont le temporel s’étend des deux côtés de la Manche. Cette maîtrise doit cependant reposer sur des pratiques adéquates, et s’il en est une où culture orale et culture écrite se mêlent pour produire l’un des plus importants leviers de gouvernement et d’administration du Moyen Âge central, c’est celle de l’enquête. Derrière une apparente similitude de forme, les enquêtes reposent sur des principes et des logiques variées18 : enquêtes de justice, visites pastorales et de monastères, calcul d’assiettes fiscales, enquêtes princières et seigneuriales sur les droits et les revenus de leur temporel. Ainsi Catherine Letouzey montre-t-elle comment les moniales de l’Abbaye-aux-Dames de Caen, grâce à la culture aristocratique et à la forte personnalité de leurs abbesses, produisent de façon précoce, dès la fin du xiie siècle, des cartulaires-censiers de leurs domaines. Dans ces processus de contrôle territorial, on reconnaît souvent l’impulsion d’une figure réformatrice qui préside à la rédaction de nouveaux outils administratifs : à l’Abbaye-aux-Dames, celle de l’abbesse Jeanne, élue en 1182, qui fait appel à des professionnels de la gestion et associe l’innovation documentaire à la maîtrise d’un certain niveau de culture aristocratique, allant jusqu’à défendre elle-même les droits de son abbaye devant l’Échiquier royal. L’Abbaye-aux-Dames se démarque par son choix de ne pas déléguer l’administration des domaines outre-Manche à des prieurés implantés sur le sol anglais, mais de contrôler ensemble les domaines monastiques de part et d’autre de la Manche, qui « n’est pas une barrière ».

10Ce sont des logiques similaires qu’Albane Schrimpf-Patey dégage de son étude de la documentation du Mont-Cassin dans la seconde moitié du xiiie siècle. L’auteure met à profit les campagnes d’enquêtes de l’abbé réformateur Bernard Ier Ayglier (1263-1282) et de ses successeurs pour analyser la documentation d’une administration locale, celle du castrum de Cervaro. Les quatre registres abbatiaux étudiés représentent un exemple de textualité administrative complexe qui permet à l’historienne de distinguer plusieurs niveaux de rédaction découlant du processus d’enquête, entre originaux et copies, et de mettre en évidence l’action des abbés dans la généralisation, l’uniformisation et l’actualisation de la norme. Les usages pragmatiques de l’écrit y sont révélateurs de la dialectique entre centre et périphérie.

11L’étude de Charlotte Fain sur la chapelle canoniale de Saint-Piat, fondée en 1349 à la cathédrale de Chartres, interroge quant à elle la production d’écrit comme manifestation de l’autonomie d’une sous-entité : le livre administratif des chanoines est le premier à ne concerner que la chapelle, indépendamment de la cathédrale – une problématique que l’on retrouve, sous une autre forme, dans l’étude de Lucie Tryoen sur le chapitre de Notre-Dame de Paris. Il ne s’agit pas ici d’enquêtes, mais de titres qui reflètent la complexité et la diversité des types de possessions et de revenus. Comme au Mont-Cassin, on retrouve la mise en codex associée à un jeu de résumés des actes, illustrant ici encore l’adaptation de niveaux d’écriture aux enjeux de la gestion économique par les archives. Ces travaux montrent ainsi comment l’écrit bien construit et authentifié, cohérent dans sa forme et sa formulation, devient un levier efficace de perception des revenus et des redevances.

Acteurs et production d’écrits

  • 19 Pierre Chastang, La ville, le gouvernement…, op. cit., p. 55.

12Pour Pierre Chastang, « le champ de l’administration se constitue ainsi progressivement au cours de la fin du xiie siècle par la désignation d’officiers investis d’un pouvoir délégué dont l’exercice obéit à une éthique et à une ratio que l’usage croissant de l’écrit rend contrôlables19 ». Dans la continuité de cette idée, les travaux présentés ici s’intéressent à l’étude des acteurs de l’écrit administratif et des outils documentaires qu’ils produisent. De la communauté religieuse à l’individu, du prince au marchand, les enjeux de la domination des hommes, des domaines et des activités économiques reposent sur des configurations scripturales variées.

  • 20 John Sabapathy, Officers and accountability…, op. cit., p. 8, n. 43 ; Adrian Jobson, « John of Crak (...)

13Ainsi Gaël Chenard et Gabriel Poisson entrent-ils au cœur de la fabrique du gouvernement des comtes de Toulouse au xiiie siècle : la production du cartulaire, écrit probatoire et non écrit de gestion, s’inscrit dans l’action de Raimond VII pour le renforcement du pouvoir comtal dans le Midi toulousain et accompagne une conservation différenciée des archives entre l’administration centrale, comtale puis royale, et l’administration locale des sénéchaux. Leur analyse des hommes à l’œuvre dans ces processus explicite une distinction entre donneurs d’ordres – tels le juriste Pons Astoaud ou Sicard Alaman – et praticiens de l’écrit – Joan Auriol et Bernat Aimeric, par exemple. En retraçant leur origine sociale et leur carrière, les auteurs posent la question d’une « chancellerie centrale » qui aurait été dirigée par Pons Astoaud et celle des rapports entre notaires et administration comtale. Ici encore, l’importance de l’authentification et de la validité de l’écrit est fondamentale pour servir d’instrument de pouvoir, de même que le choix d’hommes capables de mettre en œuvre une politique documentaire construite – en l’occurrence, l’aristocratie seigneuriale, des notables toulousains et des juristes du Venaissin. Ces résultats sont à rapprocher d’un autre aspect de l’ouvrage de John Sabapathy, qui est de montrer que la distinction relativement stricte opérée par les dictatores – distinguant par l’ars dictaminis de leurs lettres les qualités des personnes auxquelles ils avaient affaire – entre officiers laïques et ecclésiastiques ou monastiques doit être dépassée dans la pratique, rappelant que les administrateurs cumulaient parfois plusieurs offices, dans des domaines différents, ou passaient avec aisance d’un monde à l’autre. Tel est le cas, par exemple, de John de Crakehall, sénéchal de l’évêque de Lincoln, Robert Grosseteste – l’universitaire réputé, traducteur d’Aristote –, mais également, de 1258 à 1260, trésorier du conseil des barons20.

  • 21 Franz-Josef Arlinghaus (dir.), Forms of Individuality and Literacy in the Medieval and Early Modern (...)

14Si cette accountability est une nécessité pour assurer la cohérence et le bon fonctionnement d’une structure administrative féodale, elle se retrouve sous d’autres formes à des échelles plus locales et individuelles : dans le cadre des activités de l’artisan cordier d’Avignon étudié par Mélanie Morestin-Dubois, la responsabilité administrative et comptable est avant tout une discipline personnelle au service d’une entreprise commerciale. Il s’agit ici d’un écrit proprement gestionnaire, inscrit dans une pratique quotidienne productrice d’informations à classer et à organiser – ventes, contrats de travail, locations d’immeubles, recettes, dépenses, se retrouvent dans un cartularium marqué par la densité des mises à jour et des renvois. L’individualité de Jean Teisseire ressemble plus à ce que Niklas Luhmann a qualifié d’exclusion individuality, dans laquelle l’individu se définit par son appartenance à un ensemble de sous-systèmes fonctionnels différents – une qualité qui se répercute directement dans sa pratique administrative et sa production documentaire21 : l’auteure montre comment l’insertion de Jean Teisseire dans plusieurs cercles et activités – son statut d’artisan cordier, de syndic au conseil de la ville, d’administrateur de l’œuvre de l’hôpital du Pont Saint-Bénezet – à différents moments de son parcours enrichit sa pratique et sa gestion de l’écrit administratif. Entre quittances, actes notariés et autres, c’est la matérialité de l’écrit qu’il faut gérer, avec en tête la bonne transmission non seulement d’un patrimoine, mais également des outils et des techniques nécessaires pour en poursuivre l’exploitation.

15L’enjeu du codex comme outil d’administration a traversé la période médiévale, donnant lieu à un foisonnement de combinaisons, d’usages et de formes matérielles. À l’abbaye de Saint-Martin de Pontoise, Anne-Laure Alard-Bonhoure enquête sur un monumental registre qui peut être qualifié de « semi-livre vierge ». S’interrogeant sur sa finalité et sur ses stratégies de rédaction à travers une analyse codicologique fine, elle dégage plusieurs temporalités d’utilisation du registre en fonction de son usage, qui mettent en évidence l’identité typologique complexe de ce livre associé plutôt à l’administration interne de l’abbaye. À travers la constitution de dossiers thématiques plus ou moins conçus comme tels, à l’apparat formel inégal et à l’organisation interne irrégulière, l’auteure pose la question des logiques informationnelles, tandis que se dégage à nouveau une figure centrale à l’initiative de cette mise en écrit administrative : l’abbé Jehan de Brécourt.

16Princes, prélats, officiers ou particuliers : les nouvelles expressions de la responsabilité morale et financière des administrateurs reposent sur la production de documents adaptés, par des hommes qui en maîtrisent les codes et les techniques et sont souvent régis par le rôle moteur de certains individus dans la mise en place d’innovations documentaires, abbés et abbesses réformateurs, mais aussi des particuliers, tel Jean Teisseire, cordier d’Avignon.

Gérer l’écrit

17Administrer par l’écrit implique enfin de poser la question de l’administration de l’écrit lui-même. L’archivage progressif de certaines écritures pragmatiques entraîne des choix de conservation. Cependant, lorsqu’une production documentaire est pensée dans la perspective d’un archivage à moyen ou à long terme, elle participe de l’identité d’une institution et appelle une analyse de ses pratiques de conservation, que celles-ci passent par l’archivage ou par la confection de cartulaires ou d’autres types de recueils. La mise par écrit régulière de pratiques administratives périodiques introduit ainsi un processus cumulatif qui transforme à la fois les formes, les mots et les supports de l’écrit et les relations sociales qu’il sous-tend, résultant en une accumulation de savoir-faire qui favorise l’innovation documentaire. Le monde des bibliothèques, comme nous l’avons déjà souligné, est l’un des trois « espaces sociaux » identifiés par Vincent Denis et Pierre-Yves Lacour comme soumis à des logistiques de classement – génératrices d’écrits de gestion.

18En écho au registre des titres de la chapelle Saint-Piat de Chartres, les codices étudiés par Lucie Tryoen constituent eux aussi l’expression documentaire de l’individuation d’une institution : en l’occurrence, le chapitre de la cathédrale Notre-Dame de Paris, qui s’autonomise face à l’évêque par un « mécanisme de construction institutionnelle et mémorielle » qui s’incarne dans trois cartulaires successifs. Dans la première moitié du xiie siècle, le Livre Noir réunit pour la première fois les actes propres au chapitre, tandis que le Petit Pastoral est une réorganisation de cette masse documentaire effectuée dans les années 1230. Un troisième cartulaire composé à la fin du siècle adopte pour sa part un classement topologique. À cette mise en ordre documentaire s’associe une mise en ordre spatiale impliquant une redéfinition des espaces communs de la cathédrale et du chapitre : les interactions entre pouvoir, matérialité de l’écrit et espace concordent pour refléter des dynamiques institutionnelles sous-jacentes.

  • 22 Vincent Denis, Pierre-Yves Lacour, « La logistique des savoirs… », art. cité.

19Enfin, les travaux d’Alisée Rosa, Christophe Boucheron et Vianney Petit sur l’écrit de la Sainte-Chapelle offrent un ensemble de pistes pour comprendre la place, tant idéologique que matérielle, que celui-ci occupait à la fin du Moyen Âge dans cette institution intimement associée au pouvoir royal. L’étude d’Alisée Rosa sur les chartes de la Sainte-Chapelle s’intéresse au premier enjeu de la conservation, c’est-à-dire le classement. Si l’on parle de l’époque moderne comme d’une époque qui a vu se développer le système du classement par fiches, il faut rappeler que nombre de documents médiévaux – rôles, cédules, chartes – permettent une relative immédiateté de l’accès aux données, tandis que d’autres – censiers, comptes, documents économiques ou fiscaux – adoptent une certaine standardisation de leur format et de leur agencement22. La question de l’accessibilité et de l’étiquetage de l’information est elle aussi prégnante, comme le montre Alisée Rosa dans son travail sur l’organisation du chartrier appréhendée à travers les cotes et l’étude des actes vidimés. Christophe Boucheron analyse quant à lui le cartulaire du chanoine Jean Mortis, que l’auteur décrit comme une « tentative de reconstitution du patrimoine temporel et spirituel de l’institution », et la frontière entre écrits pragmatiques et non pragmatiques est réévaluée par Vianney Petit à travers une critique pertinente de la dimension économique et liturgique des obituaires de la Sainte-Chapelle au xve et au xvie siècle. À travers cette série d’études croisées, c’est l’inscription scripturale des revenus canoniaux dans l’administration de la Sainte-Chapelle qui est analysée.

  • 23 Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier…, op. cit., p. 26.
  • 24 Paul Bertrand, Les écritures ordinaires…, op. cit., p. 15.

20Les travaux rassemblés ici proposent un ensemble d’approches originales de la documentation administrative occidentale entre le xiie et le xve siècle, interrogeant l’écrit pragmatique comme lieu privilégié de rencontre et de fusion entre pouvoir et administration, mêlant logiques juridiques, économiques et politiques. Beaucoup reposent sur une approche monographique qui permet d’interroger un système documentaire dans sa globalité – comme le rappelle Pierre Chastang, la monographie permet « une analyse précise des liens qui s’établissent entre l’ordre scriptural et documentaire et celui du gouvernement des hommes et des biens », avec pour résultat la mise en évidence du développement cumulatif de l’écrit administratif et le rôle relatif des individus, des transferts, des diffusions verticales et horizontales23. Enfin, pour résumer, ce que l’on cherche ici à appréhender, c’est – avec les mots de Paul Bertrand – plus que les « relations entre les hommes et les documents » : « la vie des documents dans leurs relations avec les hommes et inversement »24.

Notes

1 British Library, Harley MS 743. David Walker, « The Organization of Material in Medieval Cartularies », dans Donald A. Bullough, Robin L. Storey (dir.), The Study of Medieval Records: Essays in Honour of Kathleen Major, Oxford, Clarendon Press, 1971, p. 148 ; Andrew Dunning, British Library Medieval Manuscripts Blog, billet en ligne du 9 février 2017 : https://blogs.bl.uk/digitisedmanuscripts/2017/02/dying-to-archive-john-lakenheath-at-bury-st-edmunds-abbey.html.

2 William H. Hart, Ponsonby A. Lyons (éd.), Cartularium Monasterii de Rameseia, t. 1, Londres, Longman (Rerum Britannicarum Medii Aevi Scriptores, 79), 1884, p. 63-74.

3 Michael T. Clanchy, From Memory to Written Record: England 1066-1307, Chichester, Wiley-Blackwell, 2013.

4 Sébastien Barret, Dominique Stutzmann, Georg Vogeler, « Introduction », dans Id. (dir.), Ruling the Script in the Middle Ages: Formal Aspects of Written Communication (Books, Charters, and Inscriptions), Turnhout, Brepols, 2016, p. 1-24. Voir également Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (xiie-xive siècles). Essai d’histoire sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013 ; Paul Bertrand, Les écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire (1250-1350), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015 ; Olivier Mattéoni, Patrice Beck (dir.), Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2015 ; Benoît Grévin, Aude Mairey (dir.), Le Moyen Âge dans le texte. Cinq ans d’histoire textuelle au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, Paris, Publications de la Sorbonne, 2016 ; Marco Mostert (dir.), Organising the Written Word. Scripts, Manuscripts, and Texts, Turnhout, Brepols, 2017 ; Joseph Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents de la Société des études médiévales du Québec, 4, 2000, p. 3-43 ; et enfin, le numéro 56 (printemps 2009) de la revue Médiévales et son dossier Pratiques de l’écrit.

5 Vincent Denis, Pierre-Yves Lacour, « La logistique des savoirs. Surabondance d’informations et technologies de papier au xviiie siècle », Genèses, 1/102, 2016, p. 107-122.

6 Richard Britnell (dir.), Pragmatic Literacy, East and West, 1200-1330, Woodbridge, Boydell Press, 1997.

7 Paul Bertrand, Les écritures ordinaires…, op. cit.

8 Benoît Grévin, Aude Mairey (dir.), Le Moyen Âge dans le texte…, op. cit.

9 Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier…, op. cit.

10 John Sabapathy, Officers and Accountability in Medieval England, 1170-1300, Oxford, Oxford University Press, 2014.

11 Voir également le compte-rendu de l’ouvrage par James Davis, The Economic History Review, 69/2, mai 2016, p. 705-706.

12 Michael T. Clanchy, « A Medieval Realist: Interpreting the Rules at Barnwell Priory, Cambridge », dans Elspeth Attwooll (dir.), Perspectives in Jurisprudence, Glasgow, University of Glasgow Press, 1977, p. 176-194, cité par John Sabapathy, Officers and Accountability…, op. cit., p. 13, n. 67.

13 John Sabapathy, Officers and Accountability…, op. cit., p. 14-15.

14 John Sabapathy, Officers and Accountability…, op. cit., p. 12 : « Administration is politics by routine means, often legal ones », qui renvoie à des travaux inédits de Janet Nelson.

15 Thomas N. Bisson, Fiscal Accounts of Catalonia under the Early Count-Kings (1151-1213), Berkeley, University of California Press, 1984, t. 1, p. 150, cité dans John Sabapathy, Officers and Accountability…, op. cit., p. 5, n. 28. Voir aussi Thomas N. Bisson, The Crisis of the Twelfth Century. Power, Lordship, and the Origins of European Government, Princeton, Princeton University Press, 2009.

16 Olivier Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger. Les chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, 641, 2007, p. 31-69 ; John Sabapathy, Officers and Accountability…, op. cit., p. 11, 17.

17 Jack Goody, The Logic of Writing and the Organization of Society, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

18 Voir à ce sujet Thierry Pécout, « La visite est-elle une enquête et vice-versa ? Enquête générale et visite, deux pratiques de la déambulation (xiie-xive siècle) », dans Gouverner les hommes, gouverner les âmes. XLVIe Congrès de la SHMESP (Montpellier, 28-31 mai 2015), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 265-280.

19 Pierre Chastang, La ville, le gouvernement…, op. cit., p. 55.

20 John Sabapathy, Officers and accountability…, op. cit., p. 8, n. 43 ; Adrian Jobson, « John of Crakehall: The “Forgotten” Baronial Treasurer, 1258-1260 », dans Janet Burton, Frédérique Lachaud, Phillipp Schofield (dir.), Thirteenth Century England XIII. Proceedings of the Paris Conference, 2009, Woodbridge, Boydell Press, 2011, p. 83-99.

21 Franz-Josef Arlinghaus (dir.), Forms of Individuality and Literacy in the Medieval and Early Modern Periods, Turnhout, Brepols, 2015.

22 Vincent Denis, Pierre-Yves Lacour, « La logistique des savoirs… », art. cité.

23 Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier…, op. cit., p. 26.

24 Paul Bertrand, Les écritures ordinaires…, op. cit., p. 15.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540