Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Administrer par l’écrit au Moyen Âge

 | 
Harmony Dewez
, 
Lucie Tryoen

Avant-propos

Étienne Anheim, Pierre Chastang et Laurent Feller

Texte intégral

  • 1 Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, UMR 8589, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/C (...)

1Le volume dirigé par Harmony Dewez et Lucie Tryoen est le fruit d’une collaboration engagée de longue date entre deux laboratoires1, le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (Lamop) et Dynamiques patrimoniales et culturelles (Dypac), qui ont tous deux inscrit la question de l’administration par l’écrit à l’époque médiévale dans leurs axes de recherche. Une table ronde de jeunes chercheurs réunie en janvier 2015 par Harmony Dewez, Lucie Tryoen, Emmanuelle Portugal et Mathilde Geley a été l’un des moments forts d’une collaboration poursuivie depuis de nombreuses années. Les textes présentés ici ont été préparés et écrits à cette occasion par les jeunes chercheurs inscrits dans le projet, docteurs, doctorants ou étudiants ayant produit un mémoire de master suffisamment intéressant pour que les méthodes de travail élaborées ainsi que les résultats obtenus fassent l’objet d’une mise en commun et d’une discussion publique. Ils travaillent à Versailles Saint-Quentin sous la direction d’Étienne Anheim et de Pierre Chastang ou à Paris 1 sous celle de Laurent Feller.

2Les auteurs appartiennent à deux institutions distinctes, ils ont des formations et des projets professionnels différents. Les uns se destinent à des carrières universitaires ou y sont déjà engagés tandis que les autres travaillent davantage dans le monde des archives ou du patrimoine. Ils proposent ici leur approche d’un même problème, à savoir les rapports entre l’écriture, l’administration des choses et le gouvernement des hommes. Ils le font avec savoir-faire et avec talent. Les articles sont parfois les premiers de leurs auteurs et, dans certains cas, ce seront peut-être les seuls. Il ne s’agit pas cependant de travaux d’écoliers, mais de ceux de jeunes savants déjà en pleine possession de leurs moyens. Les travaux scolaires que sont en effet les mémoires de master, parce qu’ils sont réalisés en deux ans, donnent souvent des résultats remarquables qu’il ne faut pas laisser perdre mais au contraire mettre en valeur par leur discussion publique comme par la publication des résultats auxquels leurs auteurs sont parvenus.

3La finalité des études, poursuivie à travers des masters et des doctorats, est cependant la même. L’enjeu est dans tous les cas d’approfondir notre compréhension des pratiques sociales, que l’on soit dans l’ordre du politique et de l’administratif ou dans celui des mécanismes de prise de décision économique. Dans tous les cas, l’historien est toujours confronté à des questions où l’écriture est essentielle, non pas tant parce qu’elle est une trace matérielle laissée par l’action des hommes du passé, mais parce que la mise par écrit, c’est-à-dire la sélection, la mise en ordre et l’inscription des informations sur un support matériel, fait partie des processus mêmes qui rendent possible la construction et la réalisation de l’action, que ce soit dans l’ordre économique ou dans l’ordre administratif ou politique.

4Le recours à l’écriture sous toutes ses formes met ainsi en cause des ressorts complexes. Harmony Dewez rappelle que celle-ci est une ressource pour l’administrateur ou le gestionnaire, et qu’elle lui permet de mémoriser l’information et de la transmettre, de la détacher de lui pour la mettre en circulation et lui donner ainsi une forme d’autonomie. L’utiliser dans la gestion suppose que des procédures de classement et de réaménagement des informations disponibles soient mises en œuvre.

  • 2 Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle, Michel Parisse (dir.), Les cartulaires. Actes de la table ro (...)

5Au point de départ des travaux et de ces recherches se trouve la problématique de la cartularisation, c’est-à-dire du changement de support et du réagencement des documents d’archives en fonction d’un but qui peut être judiciaire, mémoriel, gestionnaire ou de pure conservation. Elle a permis, depuis une table ronde fameuse réunie en 1991, d’étoffer notre réflexion sur le champ d’action des écritures médiévales, sur la signification de la copie et du remploi comme sur celle des différentes formes de la pensée2.

6Derrière la question de l’écriture se profile en effet celle des instruments cognitifs à la disposition des agents dans les processus de prise de décision et pour la définition des modalités de l’action. L’accumulation documentaire contraint les institutions de l’Église ou celles de l’État à penser la question de l’ordre des choses, à construire aussi des itinéraires mentaux qui permettent de se saisir des terres en les localisant d’abord, en gardant souvenir de leur dimension ensuite et en identifiant les ayants droit concernés par l’acte. Il y a de nombreuses techniques de rangement et de classement et toutes impliquent la manipulation des documents, l’inscription au dos du texte ou au sommet de la liasse de notes qui permettent aussi bien de prendre connaissance rapidement du contenu de l’acte que de savoir où celui-ci doit être placé dans le dépôt. Ces actes très simples en apparence posent des questions difficiles parce que mettant en cause les outils cognitifs maîtrisés par les bibliothécaires et les archivistes sur leur vision de l’espace qui les entoure, leur perception du paysage.

7Les écritures produites et conservées donnent aussi des informations sur les institutions en jeu. Elles décrivent le fonctionnement de celles-ci et en donnent une vision tout à la fois pragmatique et réflexive qui nous permet de comprendre comment le savoir disponible à un certain moment est mobilisé, alors même qu’il demeure tacite, non exposé de façon formelle : une part de l’écriture est action performative, mais en même temps, une autre part est réflexion sur l’institution qu’elle écrit et décrit d’un même mouvement. Réfléchir à l’administration des choses à travers l’écriture revient ainsi à s’interroger sur la façon dont les savoirs tacites entrent dans la pratique. Il n’y a peut-être pas de pensée économique médiévale autonomisée, pourrait-on dire en suivant Giacomo Todeschini, du moins pas avant le xiiie siècle, mais il y a des pratiques qui impliquent des raisonnements complexes, qui passent par le maniement des chiffres autant que par la mobilisation des mots et qui sous-entendent une capacité à calculer et à anticiper afin d’éloigner le plus possible l’incertitude. C’est ici sans doute que se trouve une flexure et que se situe la différence non pas entre les deux groupes constitués dans les deux équipes mais entre les problématiques et les objets scientifiques construits par les uns et les autres en fonction des documentations maniées. Une direction est constituée par l’étude de l’économie. Elle se pose la question de la légitimité de la mise en série et s’articule, par conséquent, autour de la question du quantitatif ou plutôt autour des conditions de possibilité d’une histoire quantitative. Les historiens économistes des années 1960-1970 ont en effet élaboré des statistiques, étudié des tendances, construit des périodisations en considérant les chiffres contenus dans les sources comme autant de données que l’on pouvait traiter directement. Or, ce qui est inscrit dans un compte ou dans un cartulaire ne l’est pas nécessairement dans un but parfaitement stable ou même aisément identifiable par le lecteur. Avant même de songer à mobiliser les chiffres dans un but descriptif il est indispensable de s’interroger sur la raison de leur sélection et de leur inscription dans un document. Cette approche donne une autre vision des logiques qui président à la gestion des patrimoines, à leur organisation spatiale comme à celle des prélèvements opérés. La structuration de la documentation et la circulation de l’information à l’intérieur des institutions qui les recueillent, les élaborent, les classent et s’en servent nous donnent des informations d’un autre ordre que des courbes de tendance mais tout aussi indispensables à la compréhension des phénomènes économiques. Une autre direction est constituée par les questions de gestion, même quotidienne, des affaires de tout niveau et de toute nature, qu’elles soient traitées par des artisans, des administrateurs de grands patrimoines ou des gestionnaires de la chose publique. L’interrogation se déplace ici vers les conditions de production, de conservation et de transmission des documents. Les pratiques élaborées par les notaires, par les cartularistes ou par les simples scribes à l’œuvre dans les administrations communales font s’accumuler une expérience pratique et la constitution de dossiers servant à la prise de décision et rendant possible la mobilisation à tout moment des éléments qui l’ont justifiée. Ces formes du travail administratif, qu’elles se déroulent dans le huis clos du scriptorium ou dans l’espace public des délibérations communales, sont à l’origine de la constitution d’une culture gestionnaire commune. Un même personnel devant à la fois gérer des affaires privées et des institutions politiques, les méthodes de travail ne sont pas séparées, mais au contraire en osmose.

8Ce livre se présente aussi, enfin, comme une réflexion sur les logiques qui président à la manipulation et à la description des objets meubles. L’administration d’une bibliothèque ou d’archives, par exemple, passe par la compilation de listes qui précisent implicitement le rapport entretenu par les auteurs avec les objets qu’ils décrivent et pour lesquels ils établissent un ordre qui peut être un ordre de classement ou la simple description du rangement. Insistant souvent sur la matérialité des objets dont il est question, registres, rouleaux, feuillets de parchemin séparés, cet ouvrage s’intéresse tout particulièrement à l’histoire de leur construction, les considérant comme des artefacts qui doivent être étudiés de façon quasi archéologique, parce que les procédures de fabrication donnent des indications sur ce que les auteurs avaient dans l’esprit et sur l’évolution dans le temps de leurs intentions.

  • 3 Les universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, l’École national (...)

9La journée d’études de 2015 n’a pas marqué la clôture d’un cycle d’études et de réflexions, il s’en faut. Plusieurs thèmes abordés par les auteurs servent de toile de fond à deux programmes, dont l’un, portant sur l’histoire des listes, financé par un programme ANR (Polima, Pouvoir des listes au Moyen Âge). Le second est un séminaire intitulé précisément « Administrer par l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne » qui réunit à Paris les membres d’institutions parisiennes ou Île-de-France3. La richesse et la fécondité de cette thématique au point de convergence de la diplomatique, de l’histoire culturelle et de l’histoire économique s’en trouvent renforcées, de même que sont approfondies et diversifiées les thématiques qui y sont traitées.

Notes

1 Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, UMR 8589, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CNRS et Dynamiques patrimoniales et culturelles, EA2449, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines/université Paris Saclay.

2 Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle, Michel Parisse (dir.), Les cartulaires. Actes de la table ronde des 5-7décembre 1991, Paris, École nationale des chartes, 1993. 

3 Les universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, l’École nationale des chartes, les Archives nationales et l’Institut de recherche et d’histoire des textes.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540