Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des chartes aux constitutions

 | 
François Foronda
, 
Jean-Philippe Genet

Partie II. Laboratoires de constitutionnalité

La Bulle d’or de 1356, une « constitution » pour l’Empire ?

Pierre Monnet

Texte intégral

  • 1 Voir ce qu’en dit P. Boucheron : V. Casanova, « L’histoire pour espacer le temps. Entretien avec Pa (...)
  • 2 « Dans tous les cas cependant, l’essentiel est de rester conscient […] du caractère relationnel et (...)

1L’usage des guillemets, on le sait, n’est jamais très scientifique. Il signale toujours, au mieux une pudeur voire une humilité, au pire une honte, en tout état de cause un embarras : il est en l’occurrence pour l’historien l’indice d’une mise au présent en même temps que d’une mise à distance1. Tel est le cas, semble-t-il, avec ce terme de constitution, tant il est vrai que les concepteurs de la rencontre ont invité les participants à faire non pas l’histoire de cet objet, mais de la possibilité même de cet objet, une potentialité qu’il convient donc de situer à la fois dans le discours des contemporains, les médiévaux, et des contemporains que sont d’une autre manière les médiévistes. Si l’on a donc pris le risque des guillemets encadrant la notion de constitution, c’est donc moins par paresseux confort que par volonté de mise à l’épreuve : il convient en effet sans doute de faire le pari que les médiévaux (évidemment la partie sommitale et ultra-­minoritaire d’entre eux qui manient la pensée politique et théologique et s’intéressent à ce qui ordonne et stabilise la vie des hommes en société) ont conçu la notion de ce que devait et pouvait être une constitution. L’intérêt pour l’historien est dès lors de chercher en quel sens, à quelles conditions et à quel prix cet entendement était possible, ces indicateurs de l’usage historique devenant un biais de compréhension, d’intelligibilité relationnelle2, d’une société donnée.

  • 3 J. Miethke, « Die Anfänge des säkularisierten Staates in der politischen Theorie des späteren Mitte (...)
  • 4 U. Meier, Mensch und Bürger. Die Stadt im Denken spätmittelalterlicher Theologen, Philosophen und J (...)
  • 5 J.-P. Genet, La mutation de l’éducation et de la culture médiévales, Paris, Seli Arslan, 1999.
  • 6 J. H. Burns (dir.), Histoire de la pensée politique médiévale (350-1450), Paris, Presses universita (...)
  • 7 R. C. Schwinges, C. Hesse, P. Moraw (dir.), Europa im späten Mittelalter. Politik – Gesellschaft – (...)

2Qu’une telle conception était possible au Moyen Âge, l’existence même du mot en fait preuve (sous réserve d’une étude de sémantique historique générale de la notion et de son emploi), puisque l’on rencontre en effet le terme, la plupart du temps repris du latin, tant pour désigner un ensemble d’offices ou de fonctions centrales attachées à la cour, ainsi de la constitutio domus regis anglo-normande de 1135, que pour qualifier des dispositions d’allure générale réglant la vie et la paix communes, telle la constitutio de pace tenenda de Frédéric Ier Barberousse proclamée à la diète royale d’Ulm de 1152 ou la constitutio contra incendiarios adoptée sous le règne du même empereur lors de la diète de Nuremberg en 1186. Il est vrai cependant que le terme de constitutio dans l’un ou l’autre cas n’était pas la seule désignation usuelle d’un texte alternativement appelé edictum, decretatio, constitutum… Il serait dès lors intéressant de savoir à partir de quand le terme de constitutio est, seul et à l’exclusion de tout autre, employé pour désigner une disposition générale de gouvernement ou de pacification. Mais ce n’est pas là la seule question d’ordre linguistique que pose le terme, car le Moyen Âge connaît aussi son emploi au pluriel : Constitutiones, comme dans le cas de celles de Melfi proclamées par Frédéric II en 1231 pour son royaume de Sicile, cependant appelées davantage Liber Augustalis. Là encore, point de dénomination officielle et exclusive, conformément à un temps qui ne pense pas l’unicité de l’ordre, de la forme et du caractère étatiques et combine les traditions chrétienne, romaine, impériale, canonique, coutumière ainsi que l’enseigne très bien la lecture de la partie consacrée aux rois et princes dans le Polipticum d’Atton de Verceil ou celle du Policraticus de Jean de Salisbury, réflexions bientôt suivies et prolongées par les écrits de Gilles de Rome, puis de Marsile de Padoue, Nicole Oresme et Guillaume d’Ockham que d’aucuns n’hésitent pas à associer à une poussée « constitutionnaliste » du premier xive siècle3. Disons simplement que la fin du Moyen Âge, entre réception plus large du droit romain, travail des savants issus des nouvelles universités, traductions, essor des glossaires vernaculaires, ­maturation de la pensée communale4 et développement de la culture écrite5, met de l’ordre dans la pluralité des inspirations d’une pensée de l’ordre constitutionnel appliqué à la chose publique, ou mieux d’une vérification de constitutionnalité par des moyens juridiques (qu’ils relèvent du civil ou du canon) revendiquée tant dans la sphère communale que conciliaire6. C’est dans cette séquence chronologique que s’inscrit la Bulle de 13567.

Charles IV

  • 8 R. Schneider, « Karls IV. Auffassung vom Herrschersamt », dans T. Schieder (dir.), Beiträge zur Ges (...)
  • 9 P. Moraw, « Räte und Kanzlei », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, op. ci (...)
  • 10 M. Schubert, « Inszenierung und Repräsentation von Herrschaft. Karl IV. in der Literatur », dans U. (...)
  • 11 J. von Herzogenberg, « Die Bildnisse Kaiser Karls IV. », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staa (...)
  • 12 E. Schlotheuber, « Die Autobiographie Karls IV. und die mittelalterlichen Vorstellungen vom Mensche (...)
  • 13 H. Herkommer, « Kritik und Panegyrik. Zum literarischen Bild Karls IV. (1346-1378) », Rheinische Vi (...)
  • 14 K. Kubínová, « Karl IV. und die Tradition Konstantins des Grossen », dans J. Fajt, A. Langer (dir.) (...)
  • 15 H.-P. Hilger, « Der Weg nach Aachen », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, (...)
  • 16 R. Cazelles, Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg, roi de Bohême, Paris, Tardy, 1947 ; M. Margue (di (...)

3Peut-être n’est-il pas inutile de rappeler d’emblée que l’une des premières conditions de possibilité d’un geste ou d’un dessein constitutionnel au Moyen Âge réside dans le penchant affiché par tel roi ou tel empereur pour l’œuvre de législation. Or, de ce point de vue, Charles IV a bien tenu de son vivant à passer pour un rex constitutionis8. Il est entouré de conseillers qui dressent de lui ce portrait, entre son chancelier Johannes von Neumarkt (Jan ze Středy, vers 1310-1380), ses protonotaires Ernst von Pardubitz (Arnošt z Pardubic, vers 1300-1364), Johann Wolko (Jan Volek), Thimo von Colditz ou Johann von Vlasim (Jan Očko z Vlašimi, l’archevêque de Prague, successeur d’Ernst von Pardubitz, vers 1292-1380)9 ; tandis que les chroniqueurs allemands et tchèques des xive et xve siècles, Andreas von Regensburg (vers 1380-1442), Dietrich von Nieheim (vers 1345-1418), Thomas Ebendorfer (1388-1464), Mathias von Neuenburg (vers 1295-après 1364), Heinrich Truchsess von Diessenhofen (vers 1300-1376), Benesch von Weitmühl (Beneš Krabice z Veitmile, mort en 1375), Přibík Pulkava von Radenín (Přibík Pulkava z Radenína, mort en 1380), font de lui un roi du canon plus que des canons10. Il n’en va pas autrement de ses portraits11, car Charles IV est un amateur d’autoreprésentations (à commencer par sa propre « autobiographie », la Vita Karoli !)12 et l’un de ceux qui fit le plus en son temps pour être peint et imagé13. Or, que l’on regarde son célébrissime buste dans le triforium de la cathédrale Saint-Guy de Prague (1375-1385) ou sur les mosaïques du portail sud (vers 1370), ou bien la statue de la tour du pont de la vieille ville (après 1380), les peintures murales du château de Karlstein (vers 1360), les monnaies ou les sceaux, les enluminures ou les statues, qui tous témoignent d’une reprise active de la mémoire de Constantin14 d’une part et de la figure de Charlemagne en empereur de paix, de justice, auteur de cartulaires et de diplômes de l’autre15 ; tout montre un Charles IV roi de paix et non de guerre, prince des lettres et des lois (le créateur de l’université de Prague en 1348), amateur de reliques et de livres précieux et non de tournois et d’armes comme le fut son père Jean l’Aveugle, mort en héros chevalier sur le champ de bataille de Crécy16.

  • 17 B. Frey, Pater Bohemiae – Vitricus Imperii. Böhmens Vater, Stiefvater des Reichs. Kaiser Karl IV. i (...)
  • 18 Maiestas Carolina. Der Kodifikationsentwurf Kaiser Karls IV. für das Königreich Böhmen von 1355, éd (...)
  • 19 L. Bobková, « Die Goldene Bulle und die Rechtsverfügungen Karls IV. für das Königreich Böhmen in de (...)

4Jusqu’au xviiie siècle, Charles IV fait figure pour les juristes de Bohême, citons Christian von Koldin (1530-1589), Martin Bacharius (1583-1612) ou Bohuslav Balbin (1621-1688), de principal auteur des lois et constitutions du royaume en qualité de monarcha juris et de legalis princeps17. C’est d’ailleurs dans ce milieu qu’est forgée la légende suivant laquelle le grand Bartole (qui en vérité n’a rencontré Charles IV à Pise qu’une seule fois, peu après son couronnement impérial en 1355) aurait été appelé par le Luxembourg à Prague pour y fonder l’université en 1348 et y concevoir les articles de la Majestas Carolina de 1355 et de la Bulle de 1356. Quant à la « constitution » de 135518, repoussée par les états de Bohême, elle continuait jusque dans les années 1770-1780 à être enseignée à Prague à partir du Codex dit Majestatis Carolinae Bartolinus19.

  • 20 Vie de Charles IV de Luxembourg, op. cit., p. 10-11.
  • 21 Bulla aurea Karoli IV. Imperatoris anno MCCCLVI promulgata, éd. par W. D. Fritz, Leipzig, Böhlau, 1 (...)
  • 22 F. Seibt, « Zur Entwicklung der böhmischen Staatlichkeit 1212 bis 1471 », dans H. Patze (dir.), Der (...)

5Au-delà de la légende, on ne peut nier de fait l’activité législative de Charles IV qui, dans sa Vita, au chapitre II, se présente en roi idéal, citant le Psaume 98,4 : Et honor regis judicium diligit20. Il est en effet l’auteur partiel, ou l’initiateur de la Majestas de 1355, de la Bulle de 135621, de quatre grandes paix territoriales pour le Rhin supérieur, la Souabe, la Wetteravie et la Saxe, d’un nouveau droit territorial pour la marche de Brandebourg, et d’un Ordo ad coronandum regem Bohemorum ainsi que d’une série de codes cadastraux, fiscaux, criminels et échevinaux pour ses États de Bohême où il instaure une tchéquisation de la langue des actes officiels22.

  • 23 M. Bauch, « Wie ein zweiter Konstantin – Karl IV. und der Romzug 1368/69 », dans J. Fajt, M. Hörsch (...)
  • 24 P. Hilsch, « Die Krönungen Karls IV. », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…(...)
  • 25 Sur Charles IV : F. Seibt, Karl IV. Ein Kaiser in Europa 1346-1378, Munich, Deutscher Taschenbuch V (...)

6Charles IV rejoint donc la galerie des souverains médiévaux « constitutionophiles », sorte de nouveaux Constantins justement23, entre Alphonse X le Sage (qui fut d’ailleurs roi des Romains), saint Louis, Frédéric II ou Charles V. Ajoutons que Charles IV fut au total couronné six fois24 : deux fois roi des Romains en 1346 et 1349, roi de Bohême en 1347, roi des Lombards en 1355, empereur la même année et roi d’Arélat en 136525. Non seulement il s’agit là d’une accumulation de couronnes unique pour un roi ou empereur au Moyen Âge, mais ce phénomène ne paraît pas constituer là aussi une mauvaise prédisposition pour réfléchir à la pérennité de l’ordre royal et à la majesté attribuées à une constitution médiévale chargée en quelque sorte de rassembler, dans un même acte et dans un même geste, autorité et auctorialité.

  • 26 C’est peut-être pour cette raison aussi qu’elle fut inscrite en 2013 au registre documentaire du Pa (...)
  • 27 Sur la conception des lois fondamentales au royaume de France : C. Beaune, Naissance de la nation F (...)
  • 28 J. Blanchard (dir.), Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge, Paris, Picard, 1995, (...)

7Si, dans notre réflexion de large portée géographique et chronologique consacrée à l’idée constitutionnelle en Europe, la Bulle d’or proclamée en 1356 occupe une place quasiment réservée26, c’est sans doute parce qu’elle correspond le mieux à ce que Charles IV lui-même, ses contemporains, les princes de ­l’Empire et, après eux, les juristes modernes ont pu qualifier de « loi fondamentale27 », c’est-à-dire située au fondement d’un ordre nouveau ou déclaré tel28. N’est-elle pas en effet la disposition successorale écrite qui connaît la plus grande longévité en Europe puisqu’elle cesse seulement d’agir en même temps que disparaît en 1806 l’ordre impérial ancien qu’elle avait contribué à « constituer » ? N’est-elle pas appelée dès sa promulgation constitutum, lex, declaratio, liber, edictum, ordinatio, lex imperialis seu statutum et en allemand kaiserliches rechtsbuch ?

  • 29 J. K. Hoensch, Die Luxemburger. Eine spätmittelalterliche Dynastie gesamteuropäischer Bedeutung 130 (...)
  • 30 Manuscrit de Vienne : Codex Vindobonensis 338 de la Bibliothèque nationale d’Autriche. Édition par (...)

8La dénomination qui lie la Bulle au terme de constitution s’impose ensuite au tout début du xve siècle, cependant dans un contexte particulier, celui de la déposition au profit de Robert de Palatinat du roi Wenceslas29, le propre fils de Charles IV (1361-1419), élu roi de Bohême en 1363 puis roi des Romains en 1376 du vivant de son père (un cas rarissime pour l’Empire), mais renié par quatre électeurs déclarant ce dernier « inapte, faible et incapable », au mépris justement des dispositions de la Bulle dont l’objectif premier était de stabiliser la succession royale par l’élection et d’empêcher que ne se rouvre une phase de contre-élections ou d’anti-élections telles que l’Empire en avait connu entre 1250 et 1346. En effet, peu avant ou peu après ladite déposition, les avis divergent entre les spécialistes sur ce point et la datation du manuscrit ne permet pas de trancher, Wenceslas avait commandé une copie richement enluminée de la Bulle qui commence par un prologue dont les premiers mots sont ajoutés au texte initial et déclare : Incipit aurea bulla imperialium constitutionum, « Ici commence la Bulle d’or des constitutions impériales30 ». Un bon siècle plus tard, Charles Quint parle en 1519 à son propos du wichtigstes reichsgesetz, « de la loi d’Empire la plus importante », lui qui, en 1530, pour fixer et stabiliser le processus et les réunions des diètes en plein écartèlement confessionnel de l’Empire, avait formé le projet d’une Bulla Aurea Caroli Quinti sur le modèle de celle de 1356.

  • 31 M.-L. Heckmann, « Zeitnahe Wahrnehmung und internationale Ausstrahlung. Die Goldene Bulle Karls IV. (...)
  • 32 H. Boockmann, « Zu den Wirkungen der “Reform Kaiser Siegmunds” », Deutsches Archiv für Erforschung (...)
  • 33 K. Flasch, Nikolaus von Kues. Geschichte einer Entwicklung, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 199 (...)
  • 34 Kaiser und Reich. Libellus de Cesarea monarchia, éd. et trad. par R. A. Müller, Francfort-sur-le-Ma (...)

9La messe semble donc être dite ou peu s’en faut : aux yeux des contemporains, et en tout cas dès le début du xve siècle, la Bulle paraît avoir été perçue comme un texte « constitutionnel » et impérial, apte à recueillir ce surcroît de légitimité qui permet, en son nom, de régler et de normer le pouvoir royal et de s’y référer pour tenter de réformer l’Empire. À partir de là, en effet, les grands écrits de réforme du xve siècle y font référence de manière presque obligée et citent les leges imperiales ou constitutiones imperiales de 1356, ou bien en allemand la tutsche guldin bulla ou bulla keyser, kaiserlichen gesetz, keyserliche ordnung, buch ou traktat des keyserlichen rechts. Cette opération de citation bénéficie d’une diffusion assez remarquable du texte puisqu’on en recense 173 copies manuscrites puis incunables au xve siècle31, insérées dans tout type de littérature et pas seulement des traités juridiques, à savoir des collections de privilèges, des chroniques impériales ou urbaines, des paix territoriales, des traités de droit canon, conciliaire, civil ou coutumier. On ne s’étonne donc pas de voir les grands traités de réforme des institutions de l’Empire s’y référer : c’est le cas pour le texte connu sous le nom de Reformatio Sigismundi, traité anonyme vraisemblablement rédigé en 1439 pendant le concile de Bâle et publié pour la première fois en 147632 ; pour la Concordia catholica de 1433/1434 de Nicolas de Cues33 ; pour le Libellus de cesarea monarchia de Peter von Andlau de 146034. Il est intéressant de constater que, tout au long du xve siècle, se produit une sorte de « fabrique constitutionnelle » qui voit la Bulle de 1356 passer du statut d’un privilège accordé aux princes-électeurs à celui de disposition de l’empereur, puis de loi électorale, puis de loi fondamentale de l’Empire, par quoi elle revêt à la fin du xve siècle un caractère qui dépasse le simple cadre « national » de l’Empire et lui confère un degré d’internationalité qui correspond d’une part à la diffusion imprimée du texte au xvie siècle, mais aussi et peut-être surtout à la reconfiguration habsbourgeoise du pouvoir impérial sur la scène européenne, en qualité d’empereur universel de la paix, de la négociation et de la garantie du droit.

10Il fallait donc bien que, d’une manière ou d’une autre, le texte de 1356 comporte des dispositions et une signification qui expliquent sa montée en charge en termes de généralité, de symbolique, d’institutionnalité, de régularité, de limitation et d’autorité ; et mieux qu’il contribue aussi à une meilleure définition de ce qu’est l’Empire au milieu du xive siècle. Organisation et définition, voilà peut-être les deux maîtres mots d’un procès en constitution à la fin du Moyen Âge. Mais que peut-on entendre par là ? Regardons bien pour cela le contexte, la forme et le contenu de la Bulle.

Un contexte

  • 35 P. Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung. Das Reich im späten Mittelalter 1250-1 (...)

11Le choix de la date de 1356 pour convoquer une grande diète de réforme et de paix s’inscrit dans un contexte particulier, en Europe, dans l’Empire mais aussi pendant le règne de Charles IV35.

  • 36 P. Moraw, « Kaiser Karl IV. im deutschen Spätmittelalter », Historische Zeitschrift, 229, 1979, p.  (...)
  • 37 H. Thomas, Ludwig der Bayer (1282-1347). Kaiser und Ketzer, Graz, Styria, 1993. J.-M. Moeglin, « Da (...)
  • 38 A. Legner (dir.), Die Parler und der schöne Stil 1350-1400. Europäische Kunst unter den Luxemburger (...)
  • 39 H. Herkommer, « Kritik und Panegyrik. Zum literarischen Bild Karls IV. (1346-1378) », Rheinische Vi (...)
  • 40 J. Pavel, Karel IV. Vlastini zivotopis. Vita Karoli quarti, Prague, Odeon, 1978 ; E. Hillenbrand, « (...)
  • 41 U. Hohensee, « Herrschertreffen und Heiratspolitik. Karl IV., Ungarn und Polen », dans id. et al. ( (...)

12Pour Charles IV, il est permis de parler d’une décennie décisive entre 1346 et 1356, dont la Bulle semble constituer le point d’orgue36. En 1346 survient la mort de son père Jean l’Aveugle sur le champ de bataille de Crécy, mais c’est aussi l’année de son élection comme roi des Romains, contre Louis IV de Bavière37. Charles est ensuite élu roi de Bohême, en 1347, ce qui pose naturellement la question de l’articulation complexe entre la Bohême et la royauté de l’Empire, non sur le mode d’une double monarchie mais d’un roi portant deux couronnes dont la seconde est elle-même constituée en théorie des tria regna de Germanie, d’Italie et de Bourgogne. De là date, dans un premier temps, un vaste programme politique et idéologique qui, pour Charles IV, s’appuie sur trois colonnes. Tout d’abord une ville, sa capitale, Prague, qu’il dote d’une université et de nombreux monuments élevés à sa gloire38. Ensuite, la conquête d’une légitimité que lui confère la répétition de l’élection et du couronnement pour laver la procédure bancale de 1346 qui l’avait vu être élu et couronné au « mauvais » endroit, à Bonn. Le 26 mai 1349, il est enfin reconnu solennellement comme roi des Romains, et est réélu dans les formes à Francfort, au « bon » endroit, le 17 juin 1349. Le 25 juillet 1349 enfin il est couronné à Aix-la-Chapelle selon les rites idoines. En dernier lieu, ce programme s’appuie sur une œuvre écrite pensée et conçue selon un vaste plan qu’il tentera de poursuivre toute sa vie39, mêlant écrits théoriques, miroir royal, homélies, conseils de gouvernement et dont la Vita « autobiographique » constitue le premier élément40, ­vraisemblablement rédigée en 1350, au moment de la réception des insignes impériaux à Prague le 21 mars. La même année, à Bautzen, un compromis est trouvé avec la maison des Wittelsbach et vient apaiser le conflit ouvert par l’élection de Charles en 1346. En 1353, il marie l’une de ses filles au duc d’Autriche et épouse lui-même une princesse de Schweidnitz pour renforcer sa position dans la lutte d’influence qu’il mène en Pologne et en Hongrie41. Fort de cette légitimité, il peut aborder l’ultime étape du couronnement impérial, qui intervient en 1355 à Rome après que le roi a pris soin de ceindre la couronne des Lombards, et cela l’année où il tente de promulguer pour son royaume de Bohême une vaste réforme contenue dans la Majestas Carolina. Il s’agit bien là d’une « constitution » qui cependant échoue, invitant d’ailleurs à prendre en compte dans les réflexions en cours les échecs et les déboires constitutionnels au Moyen Âge. Cette Majestas prévoyait en 121 articles l’adoption d’un droit territorial unique, l’instauration d’un patrimoine royal inaliénable, l’interdiction des ligues et le renforcement du pouvoir royal. La Carolina fut certes repoussée par les états et la noblesse de son royaume, mais elle signale résolument une volonté, une politique, une méthode aussi car Charles IV sait qu’il lui faudra désormais négocier. Il a par ailleurs personnellement contribué à sa rédaction, comme il le fit pour sa Vita, et comme il le fit pour la « Bulle » qui, dix ans après 1346, vient en quelque sorte ancrer le programme mis en place : le renforcement de la royauté en Bohême et dans l’Empire sur la base d’une politique dynastique européenne des Luxembourg. Cette politique continentale est commandée par le contexte, tout aussi européen, qui prévaut en 1356, largement dominé par le tournant de la bataille de Poitiers et la capture du roi Jean par les Anglais, un événement qui inquiète autant l’empereur que le pape. C’est en empereur puissant et législateur, disposant de plusieurs ­couronnes, menant une vaste politique diplomatique et matrimoniale à l’échelle de tout l’Occident, face à un pape avignonnais et à un roi français emprisonné que Charles IV agit par l’acte de 1356.

  • 42 G. Pfeiffer, Nürnberg. Geschichte einer europäischen Stadt, Munich, Beck, 1971 ; G. Bräutigam, « Nü (...)
  • 43 B.-U. Hergemöller, Fürsten, Herren und Städte zu Nürnberg 1355/56. Die Entstehung der Goldenen Bull (...)
  • 44 M. A. Bojcov, « Elemente der akuten politischen Retrospektion in der Goldenen Bulle von 1356 », dan (...)
  • 45 F. Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994 ; B. Bove, Le temps de la guerre de Cent Ans, 1328-1453, (...)

13On sait que les invitations pour se rendre à la diète de Nuremberg42, une ville immédiate d’Empire (dont le roi est le seul seigneur), riche et proche des terres de Bohême, comportaient un programme de discussions qui devaient porter essentiellement sur la définition de l’élection royale et sur la ­proclamation d’une paix ­territoriale générale dans l’Empire43. Notons que, dans l’esprit même de Charles IV, les deux sujets étaient liés et devaient être réglés en même temps. Telles sont en tout cas les intentions rapportées dans la relation adressée par les envoyés de la ville de Strasbourg à leur Conseil. D’après ce récit, cinq points semblaient être inscrits à l’ordre du jour : le choix des électeurs ecclésiastiques, la monnaie, la question des douanes, la paix territoriale et l’élection royale selon le principe de la majorité. À Nuremberg, en l’absence d’une structure comparable à un parlement et de salles suffisamment grandes pour accueillir tous les états et les princes en même temps, ce sont plutôt des discussions informelles qui se tiennent et sont notées au jour le jour, sous l’étroit contrôle du chancelier de Charles IV, Johann von Neumarkt, auteur probable, à côté du roi, du prologue, avec l’aide du protonotaire Léopold von Bebenburg (1295-1363) qui, au titre d’évêque de Bamberg, exerçait la juridiction et l’autorité ecclésiastiques sur Nuremberg. L’essentiel des tractations se déroule avec les sept électeurs, dont les noms sont consignés dans la Bulle, auxquels l’empereur accorde de nombreux privilèges avant même ceux que la Bulle mentionnera plus généralement, selon une stratégie qui combine l’obtention de la neutralité des archevêques rhénans d’une part et, de l’autre, la conquête de l’accord des électeurs orientaux, Saxe et Brandebourg, qui se trouvent être aussi les plus proches des possessions patrimoniales de Charles en Bohême44. Il semble qu’après les 23 chapitres adoptés à Nuremberg le 10 janvier 1356, l’empereur n’ait pas voulu aller plus loin. Mais la conjugaison de demandes de confirmations supplémentaires de privilèges en faveur des électeurs et de précisions souhaitées de leur part sur leurs offices respectifs, ainsi que le nouveau contexte issu des événements de l’automne dans le royaume de France (défaite de Poitiers, capture du roi, réunion des états généraux), en liaison avec la demande du jeune Charles (le futur Charles V de France) sur le Dauphiné, ont conduit à la réunion d’une deuxième diète45. Celle-ci s’annonçait plus courte et mieux préparée, car la plupart des articles avaient déjà été rédigés en concertation avec les princes dès avant décembre.

Une forme

  • 46 M. Margue, M. Pauly, « Luxemburg, Metz und das Reich. Die Reichsstadt im Gesichtsfeld Karls IV. », (...)
  • 47 P. Monnet, « Le financement de l’indépendance urbaine par les élites argentées : l’exemple de Franc (...)
  • 48 M. Lindner, « Es war an die Zeit. Die Goldene Bulle in der politischen Praxis Kaiser Karls IV. », d (...)
  • 49 M. Boytsov, « Seeking for Harmony after Chaos. Political Ceremonies in the First “Ceremonial Sectio (...)

14Cet acte est à proprement parler un diplôme royal et impérial émis en chancellerie et bullé, pour authentification et manifestation de majesté, d’un sceau d’or. Un diplôme donc, mais qui toutefois reçoit une dénomination singulière et distinctive d’autres textes de cette nature puisque la Bulle scellée, c’est-à-dire l’acte et l’objet juridiques d’authentification, finit par désigner le contenu en quelque sorte pars pro toto, et qui plus est une pars extérieure au contenu même du diplôme. Cette opération, qui mérite toute l’attention car nous sommes là au cœur d’un processus d’institutionnalisation et de « constitutionnalisation » crucial pour la thématique évoquée dans le présent volume, semble s’opérer assez vite. En 1356 même, Charles IV qui avait promulgué et scellé le diplôme un 25 décembre (la constitutionnalité d’un acte tient aussi au calendrier de son adoption, hier comme aujourd’hui) à Metz46, ville ­d’Empire, se contente à l’issue de la diète, qui en avait arrêté les derniers articles, d’écrire sobrement : « En ce lieu nous avons proclamé publiquement plusieurs dispositions de loi [Gesetzerlasse], et après avoir ainsi réglé ce que commandait la pressante nécessité des circonstances, les princes-électeurs s’en retournèrent chez eux avec notre permission ». « Dispositions de loi » donc. Mais dès 1366, le commanditaire d’une copie de la Bulle de 1356 pour sa ville (une parmi les 7 copies officielles et les 70 autres copies du texte original latin réalisées entre 1356 et l’impression du texte sous forme d’incunable à partir de 1474), le tout nouvel écoutète impérial de Francfort, Siegfried zum Paradies, parle dans une lettre adressée au Conseil urbain du buch mit der guldinen bullen di he irwarb der stad von unserm herren der keiser, du « Livre contenant la Bulle d’or acquis par la ville de notre ­seigneur l’empereur47 ». Il semble donc qu’il se soit quand même passé quelque chose dans l’esprit des contemporains pour retenir ce texte en particulier, parmi d’autres dispositions, diplômes, privilèges, confirmations, etc., adoptés durant le long règne de Charles IV (1346-1378). L’histoire du nom comporte donc quelques précieux enseignements, puisque parmi les centaines de diplômes bullés émanant de la chancellerie impériale seul celui-ci, sous le nom de Bulle d’or, évoque sans ambiguïté ni confusion le célèbre texte de 1356. Dans ce cas précis, il convient en premier lieu de se garder d’une rétroprojection aussi anachronique que téléologique qui reviendrait à considérer que Charles IV aurait eu conscience, dès l’origine, de produire un texte important, quasiment définitif sur l’élection royale en Allemagne. Certes, c’est bien ce que fut ce texte en dernier lieu, puisqu’il a effectivement réglé la succession dans l’Empire jusqu’à sa disparition en 1806. Il serait cependant fautif et anachronique d’imaginer que les contemporains, au milieu du xive siècle, aient pu concevoir une telle anticipation. Cela ne veut pas dire que l’empereur n’entendait pas imprimer sa marque par un diplôme de grande portée48. Mais tout porte à croire qu’il avait davantage en vue la stabilisation d’une situation assez précaire, sous la forme d’un compromis trouvé avec les princes-électeurs dans le contexte territorial et politique du moment49. Son caractère inachevé, 31 articles sans autre forme de conclusion, permet cependant de penser qu’il était susceptible d’amendements et de compléments.

  • 50 W. Folkert, « Die Siegel Karls IV. », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, (...)
  • 51 E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit.
  • 52 R. Staats, Theologie der Reichskrone. Ottonische Renovatio Imperii im Spiegel einer Insignie, Stutt (...)

15La Bulle elle-même, qui garantit et authentifie le texte, et le fera passer pour tel à la postérité, comporte également des éléments qui parlent à la fois pour l’époque et pour la dimension que souhaitait lui conférer son auteur souverain50. Elle comporte, comme il se doit, deux faces d’une dimension de 6,4 cm, dont 6 cm pour l’image et l’inscription sur l’avers montrant l’empereur et 5,8 cm seulement pour le revers montrant Rome51. L’image impériale dépasse donc de peu, mais dépasse tout de même l’image romaine de la Ville. L’avers représente l’empereur en majesté, trônant, et portant couronne, sceptre et globe. Ces trois insignes, symboles de la sacralité et de la souveraineté royales, rappellent les chapitres XXVI et XXVII de la Bulle stipulant dans quel ordre et par quels électeurs ils doivent être portés, présentés et remis au roi élu, à savoir les trois archevêques électeurs ecclésiastiques de Trèves, Cologne et Mayence. À droite de l’empereur, on peut reconnaître l’écu impérial frappé de l’aigle à une tête et à sa gauche l’écu royal de Bohême portant un lion. Le texte de la légende dit : karolus quartus divina favente clemencia romanorum imperator semper augustus et boemie rex. Les premières lettres de l’inscription boe se situent au-dessus du lion de Bohême et la suite mie rex au-dessus de l’aigle impérial, à l’inverse des bulles royales émises jusqu’en 1355. La coupure du mot unit et articule davantage qu’elle ne sépare, étant donné que la conjonction entre la couronne de Bohême et celle des Romains joue un rôle central dans les dispositions de 1356. Quant au augustus, il touche le haut de la croix de la couronne impériale quand le rex effleure le sceptre. Les deux écus, pour leur part, tutoient les accoudoirs du trône représenté selon le modèle de la royauté davidienne que l’on retrouve sur l’une des huit plaques de la couronne impériale52.

16Le revers, qui porte l’inscription aurea roma au centre et, tout autour, roma caput mundi regit orbis frena rotundi, donne à voir une représentation de Rome selon un schéma connu et repris depuis les bulles de Konrad II (1024-1039). Ici, Charles IV renoue avec une tradition interrompue par son prédécesseur et compétiteur Louis IV de Bavière (1314-1347, empereur en 1328), qui avait placé sur ses bulles une autre image de Rome en opposition à celles utilisées sur les bulles pontificales, particulièrement depuis son excommunication en 1328. Le modèle exact de Rome repris en 1356 par Charles IV est celui d’une bulle de Frédéric II, Charles IV plaçant sa législation dans le droit fil de l’héritage des Staufen et plus spécialement de leur dernier souverain, grande figure de législateur si l’on songe aux constitutions de Melfi. Il n’est pas exagéré d’établir un parallèle intéressant entre les deux rois et empereurs qui ont régné très longtemps l’un et l’autre, respectivement 35 ans et 32 ans, seulement rejoints en cela par Louis de Bavière qui règne 33 ans. Tous deux furent tôt séparés de leurs parents par la distance ou la mort, tous deux entrèrent en compétition pour conquérir le trône des Romains depuis une royauté patrimoniale périphérique (Sicile d’un côté et Bohême de l’autre), qu’ils articuleront de manière étroite à l’Empire. Tous deux furent d’abord soutenus par le pape dans leur entreprise, tous deux accèdent à leur couronne germanique à la faveur des répercussions d’une bataille de dimension européenne (Bouvines dans un cas en 1215, et Crécy dans l’autre en 1346). Tous deux sont les auteurs de constitutions pour leur royaume patrimonial : Melfi pour la Sicile en 1231 et Majestas Carolina pour la Bohême en 1355, et parallèlement de constitutions pour l’Empire : privilèges aux princes d’Empire en 1221 et 1232 et Bulle de 1356. Tous deux sont obsédés par la symbolique impériale, en partie carolingienne, de leur pouvoir et par une entreprise de représentation de soi, de leur famille et de leur pouvoir à travers les livres (traité de fauconnerie pour Frédéric II, et Vita pour Charles IV), les monuments, les insignes, les bulles et les monnaies, les reliquaires et les trésors, les châteaux (Castello del Monte d’un côté, Karlstein de l’autre) et les portraits. Tous deux sont fondateurs d’université pour leur royaume : Naples en 1224, Prague en 1348. Tous deux furent mariés quatre fois, menant ce faisant une diplomatie des mariages, et tous deux parviennent à faire élire leur fils roi des Romains de leur vivant (Henri VII pour Frédéric II et Wenceslas pour Charles IV, le premier à y parvenir depuis le règne du dernier Staufen). Mais l’un et l’autre échouent cependant à combiner sur la longue durée pour leur propre maison l’élection royale et le principe dynastique de succession.

Des articles

17Ce que nous appellerons maintenant la Bulle comporte bien 31 articles et s’en tient là, en tout cas sans clause de garantie ni eschatocole au sens ­diplomatique classique du terme, comme en attente de compléments qui ne viendront jamais. Les 22 rois des Romains et empereurs qui succéderont à Charles IV jusqu’en 1806 ne l’ont en effet jamais réécrite, complétée ou remplacée.

  • 53 Nous suivons ici l’édition des Monumenta Germaniae Historica Fontes XI par W. D. Fritz (éd.), Bulla (...)
  • 54 W. E. Kellner, Das Reichsstift Sankt-Bartholomäus zu Frankfurt im Spätmittelalter, Francfort-sur-le (...)
  • 55 R. Folz, Études sur le culte liturgique de Charlemagne dans les églises de l’Empire, Paris, Les Bel (...)
  • 56 P.-J. Heinig, « Solides bases imperii et columpne immobiles ? Die geistlichen Kurfürsten und der Re (...)
  • 57 G. Annas, H. Müller, « Kaiser, Kurfürsten und Auswärtige Mächte. Zur Bedeutung der Goldenen Bulle i (...)
  • 58 J. Kunisch, « Formen symbolischen Handelns in der Goldenen Bulle von 1356 », dans B. Stollberg-Rili (...)

18Le texte commence par un prologue dont la phrase centrale, reprise de Matthieu, 12 et de Luc, 11 stipule : Omne regnum in se divisum desolabitur, « Tout royaume divisé en lui-même est promis à la désolation53 ». Charles IV affirme vouloir par son texte « Favoriser l’union entre les électeurs, aboutir à une élection unanime et fermer la porte à la détestable division ». Les articles proprement dits règlent le sauf-conduit des princes-électeurs traversant ­l’Empire pour se rendre à Francfort où ils ont été appelés à se rendre par lettres adressées par l’archevêque de Mayence dans un délai de trois mois précédant la rencontre afin d’y désigner un regem Romanorum in Caesarem promovendum, un « roi des Romains appelé à être élevé empereur ». Le prince-électeur ne doit pas apparaître à Francfort avec une troupe dépassant 200 cavaliers et, en cas d’empêchement, doit se faire représenter par un ambassadeur muni d’une procuration de plein pouvoir pour voter à sa place. Réunis dans l’église Saint-Barthélemy54, une collégiale impériale de fondation carolingienne et haut lieu de l’orchestration du souvenir et du culte de « saint » Charlemagne au xive siècle55, les princes-électeurs doivent d’abord entendre une messe puis jurer devant l’archevêque de Mayence, qui conduit la cérémonie, de désigner le meilleur candidat au trône. Ils s’enferment ensuite dans la chapelle latérale de l’église, à droite du chœur, et si aucun candidat n’est désigné au bout de 30 jours, ils sont réduits au pain et à l’eau comme pour l’élection pontificale. L’élection se fait à une voix de majorité, chaque électeur pouvant également se présenter et voter pour lui-même, et l’élu est proclamé ensuite comme ayant été désigné à l’unanimité. Notons bien que l’élection se fait à la majorité des sept voix obligatoirement exprimées et non pas des électeurs présents. Le roi élu doit aussitôt confirmer tous les privilèges, droits, libertés, coutumes et dignités dont dispose chaque prince-électeur, ces électeurs étant désignés au début de l’article 12 comme « les sept piliers et les sept branches du candélabre de l’Empire56 ». Suivent des dispositions très strictes de préséance entre les électeurs lors des diètes, banquets, processions, offices et cours : il en résulte que l’archevêque de Mayence, en tant qu’archichancelier de l’Empire en Germanie, reçoit presque toujours la préséance devant les autres électeurs ecclésiastiques de Trèves et de Cologne57, et le roi de Bohême cum sit princeps coronatus et unctus devant les autres électeurs laïcs, à savoir le comte palatin, le duc de Saxe et le margrave de Brandebourg58.

19Ces princes-électeurs laïcs reçoivent par la Bulle l’hérédité de la voix et des privilèges qui y sont attachés, au profit de leur premier-né, à condition que celui-ci n’embrasse pas la carrière ecclésiastique, ou bien du premier-né de ce premier-né, sous réserve d’une régence exercée par le frère le plus âgé de l’électeur jusqu’à la 18e année de l’héritier. Il ne peut y avoir déshérence de la voix (Kur), et si une branche dynastique remplace celle qui détenait la Kur, c’est à cette dernière qu’échoit la voix. Autrement dit, le texte de 1356 se contente de préciser que dans l’une des quatre principautés laïques, la voix appartient à la famille princière alors régnante, laissant la principauté et ses seigneurs régler leurs différends pour attribuer la Kur. La Bulle réaffirme l’inaliénabilité de la voix et de la principauté à laquelle elle est attachée, plaçant ainsi les électeurs sur un pied d’égalité et confirmant leur formation en un collège (congregatio). Chaque prince-électeur jouit des droits régaliens sur les mines d’or, d’argent et de tout autre métal, sur la frappe des monnaies d’or et d’argent, et bénéficie des privilèges judiciaires de non appellando et de non evocando dans sa principauté. Ces princes-électeurs, poursuit la Bulle, doivent tenir une diète annuelle dans un délai de quatre semaines après Pâques dans une ville de leur choix afin d’y discuter les affaires de leurs principautés et de l’Empire. Le texte d’autre part interdit l’accueil et la régularisation des Pfahlbüger, c’est-à-dire des bourgeois horsains, par les villes auxquelles par ailleurs est rappelée l’interdiction de former des ligues.

20Les deux derniers articles réaffirment que l’élection du regis Romanorum futuri imperatoris doit se produire à Francfort, le couronnement à Aix-la-Chapelle et la première diète royale à Nuremberg ; et que, compte tenu de la diversité des lois, des coutumes, des mœurs, des modes de vie et des langues en usage parmi les différentes nations de l’Empire, les fils des princes-­électeurs laïcs, à côté de leur langue maternelle allemande, doivent être instruits à compter de leur 7e année dans les langues latine, italienne et slave eo quod ille lingue ut plurimum ad usum et necessitatem sacri Romani imperii frequentari sint solite et in hiis plus ardua ipsius imperii negocia ventilentur.

Une élection

  • 59 O. B. Rader, Friedrich II., Munich, Beck, 2012.
  • 60 A. Wolf, Die Entstehung des Kurfürstenkollegs 1198-1298. Zur 700-jährigen Wiederkehr der ersten Ver (...)
  • 61 H. Thomas, Deutsche Geschichte des Spätmittelalters 1250-1500, Stuttgart, Kohlhammer, 1983.
  • 62 L. Weinrich (éd.), Quellen zur Verfassungsgeschichte des römisch-deutschen Reiches im Spätmittelalt (...)
  • 63 Ibid. (no 89), p. 290-293.

21Ni hérédité, ni approbation pontificale, une élection « allemande » : voilà bien l’essentiel à retenir dans ce texte qui combine l’électif et le dynastique, définit la reconnaissance et la distinction honorifique d’un groupe de sept grands électeurs, érigés en détenteurs de la plupart des droits et des attributs de la souveraineté dans leurs propres principautés, et dont le vote majoritaire suffit à faire le roi appelé à devenir empereur sans confirmation pontificale. Pour autant, cette dernière et fondamentale disposition ne tombe pas du ciel en 1356. La pratique d’un vote exprimé au sein d’un collège électoral restreint avait en effet débuté un siècle plus tôt, essentiellement à partir de 1250, à la mort de Frédéric II59, empereur excommunié, roi des Romains, de Sicile et de Jérusalem60. On peut considérer qu’à cette date, deux tentatives ont échoué : celle d’installer par l’hérédité une dynastie de père en fils à la tête d’une double monarchie d’une part, celle de s’affranchir du contrôle du pape de l’autre. Ces échecs sont d’autant plus amers pour les Staufen et pour le pouvoir royal plus généralement que la politique fridéricienne avait été payée au prix fort, par de larges concessions régaliennes accordées par les constitutions de 1220 et de 1232 aux princes laïcs et ecclésiastiques de l’Empire, dont on retrouve l’essentiel des dispositions dans le texte de 1356. C’est donc plus d’un siècle avant la Bulle que débutait en Allemagne la possibilité d’un développement de l’État particulier au sein des principautés, d’abord en concurrence avec le pouvoir royal, bientôt à son détriment61. Pour le dire un peu brutalement, là où en France et en Angleterre, en dépit des crises, des révoltes et des contestations, peut-être même à cause d’elles, les princes devaient finir par se mettre au service du roi ; en Allemagne, c’est d’abord en s’assurant le service des princes et de leurs États naissants que le roi pouvait envisager toute action, étant de surcroît entendu que le roi élu était lui-même un prince territorial et patrimonial de même nature. La nécessité d’une stabilisation de la désignation du roi, et donc de ce qui restait de son pouvoir, provient pour l’essentiel de l’essor concomitant mais aussi des dangers liés à cet essor des principautés contrôlant le roi allemand, car si l’équilibre entre ces deux pôles du roi et des princes territoriaux se rompait, c’était alors l’ensemble de l’Empire, et donc en dernier lieu les principautés elles-mêmes, qui se trouvaient en péril. Le siècle qui va de 1250 à 1350 le prouve assez, entre les élections successives de candidats de Hollande, de Cornouaille et de Castille sur le trône après 1250, entre les jeux d’élections et de doubles et contre-élections liées à la compétition que se livraient les Habsbourg, les Luxembourg et les Wittelsbach de 1273 à 1347 (ainsi de la double élection de Frédéric de Habsbourg et de Louis de Bavière en 1314, ou de la contre-­élection de Charles IV en personne en 1346…, qui se verra lui-même opposer un contre-roi en 1349 avec Günther de Schwarzbourg). La Bulle de 1356, qui entend asseoir l’élection sur le compromis obligé entre sept princes, provient bien, ne l’oublions pas, de l’instabilité née de l’échec staufien de 1250 et du contexte de compétition dynastique et princière ouvert après 1273. C’est en 1298, lors de l’élection d’Albert en remplacement du roi déchu Adolphe de Nassau, qu’apparaissent les notions de collegium et de Kurfürsten, dont l’existence est justement confortée par les élections doubles comme celle de 1314. Le jeu des princes, de leur concurrence et des élections/dépositions était évidemment dirigé hors de l’Empire par le pape, qui pouvait exercer sur ce processus de désignation un triple contrôle : d’abord par l’influence exercée sur les princes ecclésiastiques, au premier rang desquels les grands archevêques rhénans ; ensuite par un droit d’approbation du candidat à l’élection ; enfin par la transformation du roi élu en empereur par le biais du couronnement romain. Ne pouvant toucher, depuis la Querelle des Investitures, ni au pouvoir des archevêques ni à celui de l’Ecclesia dans son ensemble, et donc au lien entre le pape et ses évêques dans l’Empire, et ne pouvant pas davantage toucher au couronnement romain dont le principe et l’organisation lui échappaient, la royauté allemande, pour ce qui touchait l’élection, ne pouvait par conséquent que s’attacher à faire évoluer le deuxième contrôle évoqué, celui lié à l’approbation du candidat et/ou de l’élu par la papauté, une approbation fermement exprimée dans la décrétale Venerabilem d’Innocent III en 1202 et qui, si elle n’était pas accordée, condamnait le roi à n’être désigné par le pape que Rex Alamanniae ou Rex electus et non Rex Romanorum. La Bulle, comme les textes qui l’ont précédée, porte la trace visible de cette tension et constitue un point d’aboutissement. En effet, le 16 juillet 1338, par la déclaration de Rhens sur le Rhin, entre Boppard et Coblence, texte qualifié de Weistum, de « coutume », les six grands princes-électeurs (Cologne, Mayence, Trèves, Saxe, Brandebourg, Palatinat, donc sans le roi de Bohême), réunis en association ou collège sur la base de la pratique établie depuis le dernier tiers du xiiie siècle, proclament que le roi élu par la majorité d’entre eux pourra porter le titre royal, sans nécessaires approbation, confirmation et acceptation pontificales, et que le pape ne pourra pas refuser le choix des électeurs : Hoc esse de jure et antiqua consuetudine imperii approbata quod postquam aliquis a principibus imperii vel a majori parte numero eorundem principum etiam in discordia pro rege Romanorum electus est, non indiget nominatione, approbatione, confirmatione assensu vel auctoritate sedis apostolice62. Peu après, Louis de Bavière fit confirmer cette déclaration lors de la diète de Francfort du 6 août à travers un privilège intitulé Licet juris63, qui élargit encore le principe adopté à Rhens en affirmant que le roi élu est non seulement pleinement roi, mais dispose également de tous les droits et de toutes les dignités attachés au titre impérial dont il peut jouir plenaria potestate sans couronnement à Rome : quod postquam aliquis eligitur in imperatorem sive in regem ab electoribus imperii concorditer vel a majori parte eorundem statim ex sola electione est verus rex et imperator Romanorum censendus et nominandus. Le roi élu est donc, dès ses désignation et couronnement en Allemagne, « vrai roi et empereur des Romains », et toute contestation de ce droit doit être reconnue, poursuit le texte, comme un crimen laesae majestatis. La Bulle de 1356 s’inscrit bien dans cette tradition, sans que Charles IV ait besoin de recourir à la frontalité et à la combativité de Louis de Bavière : elle passe l’approbation pontificale sous silence et déclare que le roi des Romains l’est de plein droit après l’élection et le couronnement et doit être considéré comme celui appelé à être promu empereur.

  • 64 K. Herbers, H. Neuhaus, Das Heilige Römische Reich. Schauplätze einer tausendjährigen Geschichte (8 (...)
  • 65 Chapitre « Geistliche Kürfürsten und Liturgie », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaiserm (...)
  • 66 B. Schneidmüller, S. Weinfurter (dir.), Heilig – Römisch – Deutsch. Das Reich im mittelalter­lichen (...)
  • 67 H. Fillitz, Die Insignien und Kleinodien des Heiligen Römischen Reiches, Vienne/Munich, Schroll, 19 (...)
  • 68 P. Braunstein, « L’événement et la mémoire : regards privés, rapports officiels sur le couronnement (...)
  • 69 A. Schindling, Die Anfänge des Immerwährenden Reichstags zu Regensburg. Ständevertretung und Staats (...)
  • 70 M. Kramp (dir.), Krönungen. Könige in Aachen – Geschichte und Mythos, Mayence, Von Zabern, 2000, 2  (...)

22Quant à la liste des sept princes-électeurs retenus (Trèves, Cologne, Mayence, Saxe, Brandebourg, Palatinat et Bohême), elle signifie tout d’abord que, par rapport au xiiie siècle, le roi de Bohême y occupe pleinement une place que le Miroir aux Saxons (Sachsenspiegel, années 1230) et le Miroir aux Souabes (Schwabenspiegel, vers 1275) lui déniaient. Elle signifie également que les deux dynasties qui disputaient le trône aux Luxembourg, c’est-à-dire les Wittelsbach de Bavière d’un côté et les Habsbourg d’Autriche de l’autre, étaient exclues du jeu dans un premier temps. Cette mise à l’écart ne sera résolue qu’ensuite : d’abord en faveur des Habsbourg grâce, non point au faux privilegium majus de 1358/1359 prétendant accorder aux « archiducs » d’Autriche des privilèges comparables à ceux des princes-électeurs et vite dévoilé par Pétrarque, mais par l’accession au trône d’Albert II en 1438 ; ensuite en faveur des Wittelsbach du Palatinat qui obtiendront une voix électorale après la paix de Westphalie. En 1692, il conviendra d’ajouter à la liste le duc de Brunswick-Lunebourg, dont la dignité électorale est confirmée en 1708, donnant naissance à la Kurhannover64. Entre ces sept électeurs désignés en 1356, l’ordre de remise des voix est ensuite clairement déterminé par le texte : d’abord vient l’archevêque de Trèves, puis celui de Cologne, puis le roi de Bohême, le comte palatin, le duc de Saxe, le margrave de Brandebourg et l’archevêque de Mayence pour finir, qui pouvait ainsi éventuellement départager deux candidats arrivés à égalité. Quatre voix en effet suffisent à faire le roi, et si l’un des électeurs est lui-même candidat, il lui est permis de voter en sa faveur : le principe de l’unanimité est donc abandonné au profit de celui de la majorité, même si cette unanimité est ensuite rétablie puisque l’élection sera proclamée comme le résultat d’un vote rassemblant l’ensemble des voix. Le rôle des électeurs est d’autre part souligné par la concession de poids que la Bulle opère en leur faveur : les principautés des princes-électeurs laïcs sont inaliénables, la succession s’y fait par primogéniture et hérédité (donc exactement l’opposé de ce que la Bulle organise pour le roi) et la dignité électorale attachée à chaque électorat n’est ni cessible ni négociable65. On l’aura compris, le texte s’intéresse essentiellement aux privilèges, pouvoirs et dignités des électeurs : ce grand texte qui fixe l’accession de l’empereur à l’Empire à partir de 1356 traite donc à la marge du roi et de la royauté. Cependant, son principal acquis, outre de mettre de tels principes par écrit, réside dans la manière dont la Bulle lie les princes-électeurs au roi et à la royauté et répand de la royauté vers les territoires de l’Empire le principe fédératif (au sens médiéval de la foederatio latine)66. Les autres articles de la Bulle désignent Francfort comme lieu légitime de l’élection (une pratique inaugurée par l’élection, à Francfort, de Frédéric Barberousse en 1152), font d’Aix-la-Chapelle le lieu du couronnement et de Nuremberg le lieu de la réunion de la première diète royale après l’élection du roi des Romains. Quelques aménagements seront introduits au cours des siècles suivants. Nuremberg recevra ainsi en 1423, à côté puis à la place d’Aix-la-Chapelle, la garde des insignes impériaux (couronne, croix, épée et globe) avant que, bien plus tard, en 1800 et 1801, ceux-ci ne rejoignent Vienne où ils reposent toujours67. Le roi élu appelé à devenir empereur ne sera ensuite plus couronné à Rome après 145268, mais le couronnement royal deviendra impérial en 1612 et ce couronnement royal sera accompli non plus à Aix-la-Chapelle mais à Francfort à partir de 1562. Enfin Ratisbonne deviendra en 1663 le lieu de réunion fixe des diètes impériales perpétuelles (immerwährender Reichstag)69. Dans sa forme de 1356, ou bien aménagée ensuite, la pratique qui consiste à répartir sur plusieurs lieux les étapes de l’élection puis du couronnement et, partant, les fonctions royales et centrales, ne sera jamais remise en cause, d’autant que les rois et empereurs ainsi élus appartenant sans discontinuité depuis Albert II en 1438 à la ­dynastie des Habsbourg résident habituellement à Vienne. Notons le rythme assez régulier, de siècle en siècle, des évolutions liées aux dispositions de la Bulle : 1356 pour sa proclamation, 1452 pour le dernier voyage romain, Romzug, d’un roi, 1562 pour l’accomplissement de l’élection et du couronnement en un seul lieu, Francfort, et 1652 quand un seul couronnement impérial aura remplacé les deux précédents couronnements consécutifs comme roi et comme empereur70.

Un lieu

  • 71 K. Bund, « Frankfurt am Main im Spätmittelalter 1311-1519 », dans Frankfurt am Main. Die Geschichte (...)
  • 72 W. Paravicini (dir.), Nord und Süd in der deutschen Geschichte des Mittelalters, Sigmaringen, Thorb (...)
  • 73 P. Monnet, « Particularismes urbains et patriotisme local dans une ville allemande de la fin du Moy (...)
  • 74 794 – Karl der Grosse in Frankfurt am Main, Sigmaringen, Thorbecke, 1994.
  • 75 M. Rothmann, Die Frankfurter Messen im Mittelalter, Stuttgart, Steiner, 1998.
  • 76 G. Beckmann, « Das mittelalterliche Frankfurt als Schauplatz von Reichs- und Wahltagen », Archiv fü (...)
  • 77 M. Matthäus, « Das Frankfurter Exemplar der Goldenen Bulle », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.) (...)
  • 78 B. Stollberg-Rilinger, « Verfassungsakt oder Fest ? Die “solemnis curia” der Goldenen Bulle und ihr (...)

23Francfort, pourquoi ce choix71 ? On songera d’abord à la position géographique d’une ville à peu près équidistante des grandes principautés laïques désignées par la Bulle de 1356 et très proche des électorats ecclésiastiques rhénans. Ici, hier comme aujourd’hui, le Nord et le Sud peuvent se rencontrer au croisement des routes terrestres et fluviales72. Le souvenir carolingien, et partant impérial73, est fort dans cette ville dont le nom, Franconofurd ou gué des Francs, est mentionné pour décrire le synode qu’y a réuni Charlemagne en 79474, et que l’empereur a équipé d’un palais régulièrement visité et où sont venus mourir Louis II le Germanique et son fils Louis III le Jeune au ixe siècle, fréquentation qui vaut à la ville dès les années 900-910 dans le Chronicon de Réginon de Prüm l’appellation de principalis sedes orientalis regni. Dans cette specialis domus imperii, ainsi que le répète l’inscription du sceau de la ville apparu en 1219 et confirmé en 1253, les rois et l’Empire se sentent chez eux, à telle enseigne que 31 rois y seront élus de 1152 à 1806, et que Louis de Bavière, qui y séjourne 52 fois, accorde une seconde foire à la ville en 1330 après celle de 124075 et confirme les privilèges acquis depuis la fin du xiiie siècle. Entrées princières, diètes, séjours royaux, synodes, foires, Francfort est un lieu central de l’Empire depuis le Moyen Âge central et quand la Bulle désigne la cité comme le locum debitum de l’élection, cette expression sonne davantage comme une confirmation que comme une invention. Le premier de la longue liste des rituels qui doivent être accomplis selon la Bulle de 1356 est bien d’abord, pour les électeurs, celui de se rendre à Francfort, ce qui n’est pas sans poser au passage de sérieuses difficultés logistiques à la ville qui doit héberger et nourrir de nombreuses suites, suspendre le cours de sa justice, enfermer ses juifs et expulser horsains, vagabonds et mendiants, hormis les prostituées qui peuvent rester76. Francfort encore, rien n’indique mieux le lien entre la Bulle, l’élection et la ville que l’histoire de l’exemplaire du texte commandé et réalisé en 1366 au nom du Conseil de ville. Il s’agit là de l’un des sept exemplaires de la Bulle composés du vivant même de Charles IV, non pas pour les sept électeurs, mais pour cinq d’entre eux (Bohême, Cologne, Mayence, Trèves et Palatinat) et pour deux villes, Francfort et Nuremberg, cette dernière étant élevée en lieu de la première diète royale suivant le couronnement. Les électeurs de Brandebourg et Saxe n’en ont pas obtenu, ou bien n’en ont pas demandé, ou bien plus vraisemblablement ces copies ont été perdues. Seul l’exemplaire de Francfort, bullé d’or, est toujours demeuré sur place77. Commandée au moment où la ville, en 1366, était en proie à de violents troubles des métiers, et en signe d’alliance avec un empereur auquel, quelque vingt ans plus tôt, elle avait refusé l’accès pour héberger dans ses murs un anti-roi, Günther de Schwarzbourg qui avait eu la bonne idée d’y mourir de la peste en 1349, cette copie signale l’appropriation d’un texte par une cité jalouse de son statut de ville d’Empire qu’elle fonde précisément sur le souvenir carolingien et sur le privilège d’y accueillir l’élection du futur empereur. D’abord conservé avec les autres archives du Conseil depuis 1366, l’exemplaire est versé en 1438 dans la scriberij, en 1642 on lui confère un tiroir spécial où sont enfermées avec l’original les traductions allemandes réalisées en 1365-1371 et au début du xve siècle. En 1845, la Bulle fait son entrée dans les archives municipales et l’original est protégé hors de Francfort dès 1943, gage de sa sauvegarde tandis que les deux originaux des traductions allemandes du Moyen Âge vont brûler, l’une à Berlin (cadeau en avait été fait à Hitler en 1938 lorsque le dictateur s’était arrêté à Francfort après l’Anschluss de l’Autriche), l’autre sur place lors du grand bombardement de mars 1944. Cette longue conservation ainsi que le recours au texte original auquel on procédait à Francfort en cas de contestations ou d’incertitudes sur l’ordre des préséances ou la conformité des rituels78, ont valu à cet exemplaire la réputation usurpée de Reichsexemplar, d’exemplaire d’Empire, une forgerie moderne qui signale cependant le rôle précoce de référence qui lui fut attribué quand on se fonde sur son texte, par exemple, pour réaliser des copies authentiques, telles celles composées pour Worms en 1433 ou pour Mayence en 1444. L’histoire d’une constitution, et cela vaut donc dès le Moyen Âge, est inséparable de sa réception, de sa diffusion, de sa réputation et de ses dénominations, officielles, parallèles, inventées ou profanes.

  • 79 P. Boucheron, D. Menjot, P. Monnet, « Formes d’émergence, d’affirmation et de déclin des capitales  (...)

24Quoi qu’il en soit, la polysémie du texte, quand bien même il nomme quelques lieux fixes, coïncide avec une pluralité des électeurs, des territoires et des points centraux devenue réalité dans l’Empire du milieu du xive siècle. Elle inscrit le pouvoir de cette monarchie élective dans une histoire européenne de lieux encore nomades et changeants du pouvoir central, à la différence d’une concentration parisienne qui fait davantage figure d’exception que de règle, même si les xive et xve siècles signalent la volonté de fixer la cour et l’administration centrale dans un même endroit, à Prague, à Vienne79

Une représentation

  • 80 F. Pichiorri, « L’autobiographie de Charles IV… », art. cité.

25Un roi élu par sept électeurs, telle est l’incontournable réalité et telle est, en dernier lieu, l’essentielle définition de l’Empire lui-même après 1356, son principe organisateur et, par ce biais, fondamental si l’on retient de cet adjectif la notion de fondement. À partir de 1356, toute une partie de l’histoire de l’Empire (et donc de l’Allemagne) dépend désormais de quatre facteurs « remués » par le texte : le type de relations qu’entretient le roi (et éventuellement empereur) régnant avec les électeurs ; l’attitude des électeurs envers le roi/empereur ; l’entente des électeurs entre eux ; l’entente des électeurs avec les autres princes et seigneurs de l’Empire. La Bulle se présente donc comme un texte d’équilibre qui installe, de manière constitutionnelle car pérenne, un cadre défini au sein duquel se déploient les rapports de force entre le roi et empereur, qui est lui-même un prince-électeur de sa propre désignation, et les autres électeurs. C’est d’ailleurs ce que confirme l’étude sommaire du champ sémantique et des occurrences lexicales de la Bulle. Là où la Vita de Charles IV parlait de manière très déséquilibrée, à 12 reprises, de l’imperator, et d’ailleurs par la négative en désignant à 8 reprises son opposant et compétiteur Louis IV de Bavière, et au contraire employait 128 fois le mot de rex, et cela dans la moitié des cas en combinaison avec Karolus (donc Charles IV par lui-même) ou Johannes (son père)80, la Bulle trace un champ sémantique équilibré entre 114 occurrences réparties en 15 termes différents pour désigner la sphère et le pouvoir des princes-électeurs, d’une part, et 132 occurrences réparties en 28 termes différents pour désigner la sphère et le pouvoir de l’empereur de l’autre. Le champ royal se réduit à deux termes, « roi » et « royaume », employés à 35 reprises, un champ directement concurrencé par celui des simples princes de l’Empire qui avec 3 termes différents revient à 26 reprises. Si l’on s’en tient au descriptif détaillé des attributs d’étaticité et de souveraineté, c’est même en faveur du champ sémantique impérial que penche la balance puisque la sphère princière-électorale est composée de termes désignant les électeurs ou nommant leurs noms et leurs territoires, tandis que la sphère impériale est enrichie et détaillée par les co-occurrents de cour, de diète, de dignité, de trône, d’insignes, de couronne, de lignage, de majesté, de sceau, de ville, de conduit, de route, de caisse, de loi, de sacralité.

  • 81 E. Widder (dir.), avec la coll. de W. Krauth, Vom luxemburgischen Grafen zum europäischen Herrscher (...)
  • 82 M. Margue, M. Pauly, W. Schmid, Der Weg zur Kaiserkrone. Der Romzug Heinrichs VII. in der Darstellu (...)
  • 83 Fac-similé de la Weltchronik aux Éditions Taschen (Cologne, 2001) ; E. Rücker, Die Schedelsche Welt (...)
  • 84 P. Monnet, « De l’honneur de l’Empire à l’honneur urbain : la Bulle d’or de 1356 et les villes dans (...)

26Il n’est pas étonnant que, de cet état de fait et de droit, découle une nouvelle visualisation de l’Empire et de l’empereur dont le motif central, celui de la collégialité d’un roi entouré de ses électeurs, va se développer peu avant et surtout après 1356. La place manque pour en faire la recension ou même en dresser une typologie sommaire. Un tel inventaire commencerait à n’en pas douter par l’image célèbre extraite du Balduineum, manuscrit commandé vers 1330-1340 (aujourd’hui conservé à Coblence) par l’archevêque Baudouin de Trêves (1285-1354), le frère de l’empereur Henri VII (1308-1313)81, et le grand-oncle de Charles IV, qui avait véritablement fait l’élection du candidat luxembourgeois en 1308 (et fera en grande partie celle de Charles IV en 1346). Ce manuscrit, qui sert à illustrer le voyage entrepris par Henri VII pour son couronnement à Rome en 1312, contient la première représentation du collège des électeurs à l’œuvre pendant une élection : ici à Francfort dans le couvent des Dominicains, les six électeurs entourant le roi, toutefois sans le roi de Bohême82. L’iconographie réunirait ensuite assurément les illustrations des grands miroirs et traités de droit des xive et xve siècles, mais aussi les chroniques, à commencer par la Cronica cronicarum du médecin nurembergeois Hartmann Schedel imprimée en 1493, dont le folio 184, appartenant à la sixième partie du livre qui correspond au sixième âge du monde postérieur à la naissance du Christ (fol. 95-258), rassemble sur une même page et sur trois niveaux le collège électoral et les quaternions de l’Empire réunissant par groupes de quatre les ducs, margraves, landgraves, burgraves, libres seigneurs et chevaliers et les villes et villages qui forment l’Empire dans la diversité constitutionnelle et territoriale du souverain, des princes-électeurs, des seigneurs, des villes et des villages regroupés en états83. Cet exemple invite à ne pas écarter de la représentation de la collégialité électorale de l’Empire les représentations urbaines du collège électoral princier84. Les sept électeurs et l’empereur constituent ici un motif monumental de choix pour les villes et leur conseil soucieux de représenter une partie de l’Empire, de porter une idéologie élective et représentative et de fonder une partie de leur identité sur la référence à l’Empire et à son histoire. Le fait est patent dans les villes libres et d’Empire qui portent sur les façades de leur hôtel de ville ou sous la forme d’une statue ou d’une fontaine située sur la place centrale une figuration du roi et des électeurs : façade de la domus civium d’Aix-la-Chapelle, vers 1267, avec les statues des sept électeurs ; fresques peintes sur les murs de l’Hôtel du Conseil de Zurich vers 1300 ; groupe de sept statues placées sur la halle aux marchands (Kaufhaus) de Mayence, entre 1330-1340 ; poignée monumentale de la porte de l’Hôtel du Conseil de Lübeck réalisée vers 1350 ; fontaine de Nuremberg avec les sept électeurs, les huit prophètes et les neuf preux conçue vers 1361 (sous Charles IV) ; façade du Rathaus de Brême en 1405-1407 qui associe Charlemagne et les sept électeurs ; façade du Rathaus d’Ulm réalisée vers 1423-1427 avec cette fois six électeurs, l’autre mur montrant séparément un groupe d’empereurs avec Charlemagne flanqué des rois de Bohême et de Hongrie (alors en union personnelle sous le règne de Sigismond). Ce ne sont là que quelques exemples d’une quête inachevée de témoignages iconographiques nombreux qui ne montrent jamais le roi seul et renvoient selon des motifs spécifiques l’image d’un corps avec ses membres, d’un collectif, selon des variations dont il reste à écrire la grammaire, ainsi de celles qui touchent par exemple à la simple ou à la double représentation du roi de Bohême, alors en quelque sorte dédoublé ou au contraire redoublé, d’une part comme électeur, de l’autre comme roi et empereur.

Une postérité

  • 85 M. Matthäus, « “Reichsgrundgesetz” oder nur “ein nichtsnützig Stück Pergament” ? Die Rezeption der (...)
  • 86 Comme on le voit également dans la politique artistique et monumentale : R. Feuchtmüller, « Die “Im (...)
  • 87 La première occurrence apparaît dans l’édition abrégée de Francfort en 1680 : Heinrich Günther Thül (...)

27Ce recensement d’images n’est qu’une partie de l’histoire plus large, qui reste encore à écrire, de la réception de la Bulle considérée sous un angle politique, juridique, constitutionnel et cela, à l’échelle de l’Allemagne et de l’Empire, donc à l’échelle européenne, sur une durée qui inclut l’époque contemporaine. On imagine en effet sans peine l’importance et la portée symbolique, et partant l’instrumentalisation possible dont pouvait faire l’objet un texte touchant à la désignation de l’un des deux pouvoirs universels de la Chrétienté et valide jusqu’à ce que Napoléon mette fin en 1806 à la construction à laquelle la Bulle présidait85. On a vu combien, à travers les copies réalisées dans les décennies suivant 1356, des stratégies d’affirmation et d’identité pouvaient être déployées par les bénéficiaires du diplôme, électeurs d’un côté, villes de l’autre. Une autre démonstration politique, comme on l’a également mentionné, a suivi de peu à travers le manuscrit commandé par Wenceslas en réponse à la déposition qui l’avait frappé le 20 août 1400 : la magnifique copie enluminée fit alors partie d’un ensemble de signes censés légitimer la conservation de son titre qu’il revendiqua et porta jusqu’à sa mort en 1419. Chaque élection a ensuite reposé la question de l’emploi et de la reproduction de la Bulle, y compris et peut-être surtout chez les Habsbourg86, qui ont su installer dans la durée, en combinant principauté patrimoniale et dignité royale et impériale, une succession dynastique sur la base d’un ­principe ­électif. Le premier exemplaire imprimé en latin puis en allemand de la Bulle date de 1474, à Nuremberg, cité de la diète où les milieux humanistes se sont emparés du texte pour réfléchir sur la meilleure constitution possible pour l’Empire. En 1485 paraît à Strasbourg le premier exemplaire illustré de la Bulle en allemand, sans doute en préparation de l’élection de Maximilien en 1486. En 1531 paraît un exemplaire chez le grand éditeur francfortois Christian Egenolff, à l’occasion de l’élection de Ferdinand Ier (1556-1564), désigné non à Francfort alors en proie aux troubles de la Réforme, mais à Cologne, par conséquent en contradiction avec les dispositions de la Bulle. En 1575, Caspar Behaim de Mayence édite un magnifique exemplaire latin et allemand de la Bulle, un an avant la fin du règne de Maximilien II (1564-1576). En 1612, l’élection de Mathias (1612-1619), et en 1658 l’élection de Léopold Ier (1658-1705) fournissent également l’occasion de nouvelles éditions accompagnées de commentaires et de remarques historiques fondées sur la comparaison des diverses copies de la Bulle du xive siècle. À partir du règne de Léopold Ier, les éditions paraissant chez les grands imprimeurs et libraires allemands de Francfort ou de Leipzig comportent systématiquement le texte latin et sa traduction en regard. Quand en 1742 l’élection de Charles VII de Bavière (1742-1745) ne survint que plus d’un an après la mort de Charles VI (1711-1740), cette période de vacance vit la parution d’une édition trilingue en latin, ancien allemand et nouvel allemand, dont le frontispice montre la difficile situation dans laquelle se trouve l’Empire tandis que l’empereur, assis, tient dans la main un exemplaire ouvert de la Bulle. Parallèlement, un énorme travail de commentaire, de dissertation et d’exégèse juridiques du texte démarre au début du xviie siècle, quand l’école allemande réfléchit de plus en plus au parallèle entre l’Empire électif et la monarchie absolutiste française. Entre 1611 et 1700, ce ne sont pas moins de 23 traités exclusivement consacrés à la Bulle qui paraissent et sont sans cesse utilisés dans les facultés de droit. On dénombre parmi eux, entre autres, les traités de Melchior Goldast von Haiminsfeld (1578-1635), de Johann Peter von Ludewig (1668-1743), de Nicolaus Hieronymus Gundling (1671-1729), ou celui de Heinrich Günter Thülemeyer (1642-1714), paru en 1682 à Heidelberg, dans lequel il déclare que le sceau de l’exemplaire de Francfort est bien en or massif, raison pour laquelle, dit-il, les Français l’appellent « Bulle d’or » et non « Bulle dorée87 ». S’y ajoutent 14 autres sommes au xviiie siècle, notamment celle de Johann Daniel von Ohlenschlager (1711-1778).

  • 88 U. Daher, Die Staats- und Gesellschaftsauffassung von Joseph Görres im Kontext von Revolution und R (...)
  • 89 P. C. Hartmann, Kulturgeschichte des Heiligen Römischen Reiches 1648-1806. Verfassung. Religion. Ku (...)
  • 90 Joseph Görres, Gesammelte Schriften, éd. par la Görres-Gesellschaft, dir. par W. Schellberg, A. Dyr (...)

28La Bulle, son édition, ses commentaires deviennent ainsi l’un des marqueurs politiques de la vie de l’Empire au moment des changements de règne et des crises majeures. Pour ne citer qu’un exemple final et parlant, regardons ce que Joseph Görres (1776-1848)88 en 1797 déclare à la diète perpétuelle (immerwährender Reichstag)89 de Ratisbonne quand les états apprennent les dispositions de la paix de Campo Formio signée entre la République française, disons plus brutalement Napoléon Bonaparte, et le dernier empereur François II (1792-1806), dispositions parmi lesquelles figure la confirmation de la cession des territoires situés sur la rive gauche du Rhin, partant la cession de Mayence. À cette occasion, le 30 décembre 1797, neuf ans avant 1806, Görres prononce l’éloge funèbre de l’Empire au nom même de la Bulle vidée de sa substance par le traité : « Ce jour, date de la cession de Mayence trépassa le saint Empire romain, de longue et pesante mémoire, à l’âge de 955 ans, 5 mois et 28 jours, vidé de sa substance et perclus de vieillesse90 ».

  • 91 Copie de la missive conservée aux archives de Francfort, Reichssachen III, no 516, 1-2. Cité par M. (...)
  • 92 Ibid., p. 174, notes 76 à 78.
  • 93 Ibid., p. 179, note 104.

29Dans cette histoire, encore à écrire, des réceptions et interprétations multiples de la Bulle, l’exemplaire de Francfort joue un rôle considérable dans la mesure où, devenant peu à peu la seule copie qui n’ait pas bougé du lieu originel de sa commande et de sa conservation, il s’installa progressivement comme l’exemplaire officiel auquel juristes et princes eurent recours en cas de contestation et de vérification. Dès 1612, la duchesse Dorothea-Maria de Saxe-Weimar adresse au conseil de Francfort une demande formelle de consultation de la Bulle conservée sur place afin de trancher une dispute entre la branche albertine et la branche ernestine de la maison des Wettin, car « il est avéré que le véritable et incontestable exemplaire en latin et en allemand est conservé dans vos archives au nom de l’Empire romain91 ». Dès le premier tiers du xviie siècle, semble-t-il, s’impose l’idée selon laquelle l’exemplaire francfortois serait l’exemplaire d’Empire, le Reichsexemplar, faisant foi pour la consultation, pour l’étude des juristes et pour l’édition du texte. Cette conception est si bien ancrée qu’en 1747 le Reichshofrat Heinrich Christian Senckenberg (1704-1768) se doit de rappeler que, effectuée en 1366, cette copie francfortoise ne saurait être tenue pour l’original du texte92. Il est vrai que, parallèlement aux traités des juristes, les œuvres littéraires avaient contribué à établir un lien indissoluble entre la Bulle et la ville de l’élection, non seulement à travers les éloges urbains mais aussi à travers les récits de voyage, tant allemands que français et anglais qui installent la visite de Francfort, essentiellement en raison de la présence de la Bulle, parmi les étapes classiques du grand tour d’Europe. Certaines relations comportent des extraits de la Bulle dont la restitution plus ou moins fidèle parle en faveur des attentes et de la pensée politiques contemporaines de l’auteur de tels récits. Ainsi en est-il du Picard protestant Jean de Blainville qui, visitant Francfort en 1705, écrit dans son journal de voyage que la Bulle commande au candidat à l’Empire de parler latin, italien, français et allemand, soit une interprétation très éloignée du chapitre XXXI qui demande aux fils des électeurs laïcs de manier, en dehors de leur langue maternelle, le latin, l’italien et « le slave ». L’oubli du slave et l’ajout du français sous la plume du voyageur ne sont pas les seuls points notables car l’auteur ajoute, dans le droit fil d’une critique protestante de la monarchie absolutiste française d’un Louis XIV vieillissant et coupable de la révocation de l’édit de Nantes, que la Bulle garantit l’expression plurielle des cultures et des confessions. Plus remarquable encore est sa critique de la pratique du pouvoir impérial des Habsbourg, car il indique que le principe électif garanti par la Bulle a été dévoyé par la succession dynastique des Autrichiens et que seule l’intervention suédoise pendant la guerre de Trente Ans a permis à l’Allemagne de ne pas devenir, en dépit de la Bulle, l’esclave d’une seule famille93.

  • 94 I. Blumenthal Jaffe, John Trumbull. Patriot-Artist of the American Revolution, Boston, New York Gra (...)
  • 95 A. Dumas, Excursions sur les bords du Rhin, 1re éd. Paris, Dumont, 1841, ici édition avec introduct (...)
  • 96 Id., La terreur prussienne – Épisodes de la guerre de 1866, texte établi et présenté par A. Chardon (...)

30Il existe par ailleurs une littérature satirique allemande qui, certes, prend acte de l’intérêt renouvelé des Anglais pour la Bulle au xviiie siècle, preuve à leurs yeux qu’il existe sur le continent des alternatives à l’absolutisme anti-parlementaire de Versailles ou à la dérive habsbourgeoise tendant à ­étrangler la démocratie des villes libres de Hambourg, Augsbourg et Francfort ; mais cette même littérature se moque du voyage entrepris par ces Anglais pour aller admirer à Francfort un grand taureau d’or (Bull, Bulle !) et qui s’en retournent déçus d’avoir été trompés sur la marchandise. Après les Anglais, il faut aussi signaler l’intérêt présenté par la Bulle pour les Américains. Deux ans avant la constitution de 1787, le peintre et poète John Trumbull (1756-1843) entreprend un voyage en Europe pour y rassembler les exemples de la liberté et du ­fédéralisme : de passage à Francfort, il y rapporte l’existence de la Bulle qu’il intitule Magna Carta of Germany and constitution of the empire94. Ce n’est pas évidemment en pensant à la Magna Carta que le Directoire, pour des raisons intéressantes à comprendre, adresse en 1796 à Francfort une demande de cession de la Bulle, demande à laquelle le Conseil de ville opposa une fin de non-recevoir, mais qui le conduisit à la protéger en l’expédiant à Leipzig de 1799 à 1801. Napoléon, dont le rêve d’Empire n’avait décidément rien d’électif, ne s’y intéressa pas davantage. Il faudrait faire l’inventaire complet de ces témoignages européens du voyage d’initiation et de formation qui, au xviiie siècle, inscrit la Bulle dans un itinéraire politique et poétique préparant le voyage romantique qui, depuis le Rhin, conduit à Francfort. Ainsi en va-t-il pour Goethe et Heine. Par exemple, l’évocation du texte ne fait point défaut dans Le Rhin de Victor Hugo publié en 1842, ni dans le récit de voyage d’Alexandre Dumas de 1838 dont les feuilles paraissent d’abord dans la Revue de Paris et Le Siècle, où l’on peut lire, pour Francfort : « Du reste, depuis 1152, c’était à Francfort que l’on élisait les empereurs romains, lorsqu’en 1556 [sic !] parut la bulle d’or donnée par Charles IV et qui devint la loi fondamentale de l’empire95 ». Quelque 30 ans plus tard, lors d’un second séjour à Francfort en 1867, Dumas rédige un pamphlet anti-prussien censé dénoncer le danger pour l’Allemagne et pour l’Europe des annexions de 186696. On y trouve une anecdote remarquable rapportant le séjour de Napoléon lors de la diète des princes d’Erfurt de 1808, au cours de laquelle l’archevêque de Mayence, prince-électeur, archichancelier de l’Empire et primat de l’Église romaine d’Allemagne, Karl Theodor Anton Maria von Dalberg (1744-1817), aurait dit à l’empereur que la Bulle d’or daterait de 1409 (il s’agissait en vérité de la première traduction allemande du texte), erreur immédiatement ­corrigée par Napoléon lui expliquant que pendant ses trois années de formation de sous-lieutenant à Valence il n’avait pris part à aucune mondanité mais au contraire dévoré les livres d’un libraire chez qui il logeait, parmi lesquels il avait trouvé un traité sur la Bulle et comme il retenait tout ce qu’il lisait, il savait de mémoire la date exacte du diplôme de Charles IV…

  • 97 W. Schulze, O. G. Oexle (dir.), Deutsche Historiker im Nationalsozialismus, Francfort-sur-le-Main, (...)

31La voie était donc préparée, dès avant 1806, pour une réappropriation plurielle et changeante, tantôt nationale, tantôt parlementaire, tantôt fédérale, tantôt petite-allemande, tantôt grande-allemande de la Bulle au cours des xixe et xxe siècles. Les nazis ne furent pas en reste dans cette quête et l’on sait combien le Moyen Âge a constitué pour ce régime un réservoir inépuisable de symboles, de rites et de dénominations propres à appuyer l’idéologie du (troisième) Reich millénaire97. Lors de sa visite à Francfort, le 31 mars 1938, Hitler se fit remettre l’exemplaire de la deuxième traduction en allemand de la Bulle datée du début du xve siècle (elle disparut avec lui dans la chancellerie de Berlin). Il s’agissait, soulignons-le, de sa première visite d’une grande ville allemande après l’Anschluss de l’Autriche proclamé le 13 mars : le Grossreich millénaire avait été ressuscité, la parenthèse ouverte en 1806 avait été refermée, et la Bulle faisait naturellement partie de cette version de l’histoire.

Des performances

32Pour Charles IV tout d’abord, le bénéfice de la Bulle n’est pas mince : le cordon est rompu avec la papauté, la possibilité d’une politique dynastique et patrimoniale est préservée, l’articulation est réalisée entre la Bohême et l’Empire. En qualité de roi de Bohême il obtient le premier rang parmi les princes-électeurs laïcs en chassant le comte palatin de cette place capitale, parce qu’il est le seul à être roi couronné et oint parmi eux (cum sit princeps coronatus et unctus, chap. XXI). À ce titre, il n’a d’ailleurs pas à porter l’un des insignes impériaux. Il récupère d’ailleurs par ce biais une partie du prestige et des prérogatives perdus dans ses propres États par le rejet de la Carolina en 1355. L’empereur sait en 1356 qu’il ne pourra s’imposer dans l’Empire contre les princes, mais la Bulle limite à sept le nombre de ceux qui importent : il suffit tout compte fait que l’opposition résolue d’une partie d’entre eux ne dépasse jamais le chiffre de trois. La Bulle consolide donc bien l’ancrage de la Bohême dans l’Empire, ne serait-ce qu’en confirmant le droit à l’élection du roi de Bohême alors que celui-ci était contesté par le Sachsenspiegel et cela sans que le royaume perde sa souveraineté. Le roi de Bohême reçoit parmi les électeurs laïcs le plus de privilèges. C’est lui qui vote en premier parmi les laïcs. Cette intégration du roi (et donc du royaume) de Bohême dans le dispositif explique toutefois que la Bulle, à la différence d’autres « constitutions » nationales en Europe, n’ait pas pu déboucher ou seulement très tardivement sur la constitution d’une assemblée propre aux pays allemands de l’Empire. La Bulle enregistre par ailleurs le déplacement du centre de gravité de l’Empire de l’ouest vers l’est : trois des électeurs laïcs ont leurs possessions patrimoniales à l’est et les trois dynasties qui se disputent le trône des Romains aux xive et xve siècles, les Luxembourg, les Wittelsbach et les Habsbourg, regardent vers les territoires, les royaumes et les frontières septentrionaux et orientaux de l’Empire.

  • 98 M. Parisse (dir.), De la Meuse à l’Oder. L’Allemagne au xiiie siècle, Paris, Picard, 1994.

33La Bulle ensuite n’est pas à proprement parler un « compromis » avec les électeurs, elle est accordée par l’empereur qui les lie à une règle, faisant d’eux l’incarnation même de la formule Kaiser und Reich, variante impériale du Quod omnes tangit. Seul le sceau impérial est porté sur la Bulle de 1356, et non pas ceux des électeurs eux-mêmes qui l’apposeront seulement sur l’acte résultant du premier, c’est-à-dire l’élection à proprement parler. C’est dans cette tradition que les juristes à compter du xvie siècle désigneront les sept électeurs comme le cardo imperii, les Vordersten Glieder des Reiches ou colonnes de l’Empire. Quoi qu’il en soit, les acteurs du jeu politique impérial, royal et princier n’ont pas refusé le caractère normatif, pérenne, garant et fondamental à ce texte, principalement au xve siècle : il faut donc l’épreuve du temps pour faire une constitution, l’épreuve de sa tradition et de son interprétation. Le texte permet aussi de sortir par le haut de l’articulation toujours problématique (c’est là sans doute sa spécificité au cœur des constructions étatiques et politiques de l’Europe du temps) entre plusieurs royaumes, un Empire, des principautés en voie de quasi-souveraineté depuis la confederatio cum principibus ecclesiasticis de 1220 et le statutum in favorem principum de 123298, textes dont rien n’interdit de voir qu’ils présentent aussi tous les caractères d’une constitution au sens tardo-médiéval du terme. C’est d’ailleurs sur les bases de cette participation des princes redéfinis par les deux actes de 1220 et 1232 que se fonde l’acte de 1356, sans quoi il eût été refusé par les princes-électeurs.

  • 99 G. Annas, Hoftag – Gemeiner Tag – Reichstag. Studien zur strukturellen Entwicklung deutscher Reichs (...)

34Les dispositions de la Bulle, sa réception et sa diffusion montrent combien l’élection est située au cœur de l’institutionnalité et du pouvoir en Occident, d’autant qu’elle se trouve ici combinée avec un titre impérial qui lui-même ne se confond pas avec le titre royal. Si le document règle bien la question de l’élection, il n’est pas pour autant une réforme de l’Empire : le chapitre XII prévoyait certes une rencontre annuelle des électeurs quatre semaines après Pâques pour régler les affaires de l’Empire (et à cette occasion les princes devaient apparaître en personne et non par délégation comme la Bulle de 1356 en laisse la possibilité pour l’élection royale elle-même…), mais la disposition n’aboutit à aucune assemblée générale ou régulière. Seule subsiste la diète royale, devenant peu à peu impériale99. La Bulle n’instaure donc pas d’intégration de l’Empire par une politique de coopération, autrement dit elle n’installe pas de Reichspolitik capable de seconder une Reichsregierung. La Bulle, au total, ne peut pas aller plus loin que la situation de 1356 reposant sur une construction à faible médiation.

  • 100 A. Büttner, Der Weg zur Krone. Rituale der Herrschererhebung im spätmittelalterlichen Reich, Ostfil (...)
  • 101 Chapitre « Symbolische Formen », dans G. Melville, M. Staub (dir.), Enzyklopädie des Mittelalters, (...)
  • 102 J. A. Fühner, « Kaiserinnenkrönungen in Frankfurt am Main », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), (...)
  • 103 M. Niedermeier, « Goethe und die Goldene Bulle », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle (...)

35C’est essentiellement le caractère solennel souligné par la Bulle qui donne au texte son importance : le contenu n’est pas neuf mais le rassemblement dans une seule constitution de cette nature l’est bien davantage. Certes, comme il vient d’être rappelé, ce que règle avant tout la Bulle, ce n’est pas le fonctionnement organique ou étatique de l’Empire : il n’y est pas question d’impôt, ni de parlement, ni d’armée, ni de capitale, ni de gouvernement, ni d’État quelconque, ni même de réforme légère de l’Empire. En revanche, c’est en matière de rituels que le texte est le plus novateur car on ne disposait pas avant elle de forme fixée aussi précisément par écrit (9 des 31 articles concernent exclusivement les rituels) : place des sièges, entrée, repas, offices, préséance100. Il serait inexact d’y voir un effort de rationalisation, c’est au contraire à un imaginaire renouvelé des signes du pouvoir que conduit la Bulle : à nouvel ordre, nouveaux rituels et nouvelle image, comme dans tout le reste de la société médiévale et ainsi que l’avait bien compris le fils de Charles, Wenceslas, en produisant le magnifique exemplaire enluminé de la Bulle comme un acte de pouvoir, d’ordre et de légitimité. La souveraineté médiévale, on le sait, se manifeste et se définit entre autres par le rituel, le festif et le symbolique, qui ne sont pas une gêne à la compréhension du politique ou un complément folklorique et superflu, mais constituent la ­condition même de son existence et de son intelligibilité101. Il ne s’agit pas seulement d’éviter les querelles de préséance, mais d’édicter des règles qui, rappelons-le, ne seront ni oubliées, ni supprimées, ni remplacées. C’est aussi à la naissance d’un nouvel ordre visuel à laquelle on assiste, par l’imposition du motif du roi entouré d’un collège de princes, et par le rejet de la reine à la dernière place de la procession du couronnement puisque ce n’est pas elle qui fait l’héritier dans une monarchie élective102. Surtout, c’est aussi et sans doute en premier lieu grâce aux rituels de la Bulle que l’on peut désormais mieux répondre, après 1356, à la question de savoir ce qu’était l’Empire. C’est quand le sens de ces rituels sera perdu, comme l’a bien senti Goethe décrivant l’état de l’Empire et les couronnements francfortois (notamment celui de Joseph II en 1764) dans Dichtung und Wahrheit103, quand on les prendra pour des obligations ­démodées, que le sens même de l’Empire sera perdu, à savoir celui d’une construction indissoluble d’un roi et de ses princes-électeurs, celui d’une interaction des électeurs représentant le tout par la partie, comme d’ailleurs la Bulle même de l’empereur s’incarnait dans le tout du texte par la partie du sceau.

  • 104 F. Bretschneider, C. Duhamelle (dir.), Le Saint-Empire. Histoire sociale (xvie-xviiie siècle), Pari (...)
  • 105 P. Monnet, « Nation et nations au Moyen Âge : introductions », dans Nation et nations au Moyen Âge, (...)
  • 106 B. Schneidmüller, Grenzerfahrung und monarchische Ordnung. Europa 1200-1500, Munich, Beck, 2011.
  • 107 M. Borgolte et al. (dir.), Mittelalter im Labor. Die Mediävistik testet Wege zu einer transkulturel (...)

36Malgré ces réels acquis, ceux d’une élection codifiée, d’un arrangement stabilisé de la succession, d’un équilibre entre l’empereur et les électeurs, et en dépit de la longévité de son application, cette Bulle a longtemps été regardée à la lumière de ses paradoxes et de ses manques, interprétés par les historiens, à commencer par les historiens allemands eux-mêmes, comme le signe et la cause de l’inachèvement, de l’incomplétude du Saint-Empire dont au fond la faiblesse et l’archaïque complexité seraient en quelque sorte inscrites dans le texte lui-même, jugé responsable, parmi d’autres facteurs, du « retard » étatique et national allemand, de son Sonderweg, de sa « voie particulière » historique. C’est seulement assez récemment qu’une entreprise, non pas de réhabilitation, mais de relecture est à l’œuvre104 : elle repose sur le desserrement conceptuel entre État et nation dans la longue durée européenne105, elle s’appuie sur la prise en compte de l’exceptionnalité du cas français (dont la monarchie ne peut pas non plus produire des tomes entiers de « constitution »), elle considère la pluralité des voies d’entrée dans la modernité et dans l’étaticité en Europe, elle compare avec les autres expériences monarchiques fondées elles aussi sur l’élection tant en Scandinavie qu’en Europe centrale et orientale. L’originalité de la Bulle, son sens du compromis et de l’efficacité, sa longévité permettent de réintroduire l’Empire dans une longue histoire européenne de la construction de l’État moderne dont il a longtemps été exclu (pour des raisons intéressantes à explorer, qui proviennent en grande partie de l’historiographie allemande elle-même), comme furent écartées en règle générale les monarchies du nord et de l’est de l’Europe au profit d’une concentration du regard sur les cas français, anglais et espagnols auxquels on a ajouté les cités-États d’Italie106. Ce rééquilibrage doit se faire au prix d’une meilleure prise en compte du consensus, de la norme, du rituel et de la négociation dans le contrat politique et dans la définition d’une société politique fondée sur l’échange entre gouvernants et gouvernés, dans le droit fil de l’argumentaire du colloque nous invitant à envisager la « constitution » comme la traduction de l’« état d’un échange politique ». Autrement dit, ce texte appartient à plusieurs histoires, celle de l’Allemagne, celle de la Bohême, mais plus généralement celle de l’Europe où ont cohabité plusieurs modèles de construction territoriale et de légitimation politique aussi variés qu’une élection royale puis impériale ou le sacre d’un roi thaumaturge de père en fils, pour prendre deux cas opposés107. Parallèlement, la Bulle appartient aussi à l’histoire européenne des théories politiques et juridiques qui ont présidé à sa naissance et à sa rédaction.

37Au total, comme toute constitution, et la remarque vaut pour les dispositions actuelles de nos régimes contemporains, la Bulle de 1356 répond à un problème général précis de fonctionnement des institutions et ne règle pas seulement des rapports de domination à un moment daté entre des personnes particulières. Elle établit, comme d’autres textes de cette nature avant et après elle, songeons à la Magna Carta, une « communauté » de l’ensemble politique, ou disons un « lieu commun », un point de référence qui dure et auquel on retourne à des moments clés de crise ou de transition. Voilà peut-être ce qui distingue, même si le mot n’existe pas encore dans son acception moderne, une « constitution » d’un privilège, d’une charte, d’un diplôme, d’une ordonnance. Pour ce faire, elle consolide et invente, elle tient compte du contexte (celui de 1356 étant marqué par l’éloignement du pouvoir pontifical, le recentrement germanique, l’ajustement des relations entre le roi et les princes, la pluralité territoriale), elle navigue entre pratique et représentation, l’une et l’autre définissant conjointement ce que peut être le pouvoir. Mais la première spécificité médiévale de ce type ­d’arrangement destiné in fine à souligner ou à définir la majesté royale explique l’indivision entre le droit et le sacré qui s’y opère. La seconde spécificité médiévale tient au fait que les relations qui s’établissent, à travers le texte de 1356, entre le roi et les princes qui l’élisent s’inscrivent certes dans un champ de forces politiques mais ne sont pas exclusivement structurées politiquement. Il s’agit bien dans ce cadre de fonder une légitimité, une tradition, un principe de contrôle, une distribution des procédures et des compétences (par le rituel, comment en serait-il autrement), bref de forcer un respect, de prétendre encadrer l’avenir et d’instaurer une forme de supériorité. Dans le cas du texte de 1356, tout cela a fini par fonctionner sans grande révolution, jusqu’en 1806, c’est-à-dire après les révolutions « constitutionnalisantes » américaine et française.

  • 108 M. Borgolte, « Die Goldene Bulle als europäisches Grundgesetz », dans U. Hohensee et al. (dir.), Di (...)
  • 109 B. Dölemeyer, K. Härter, « Die historische Verfassungslandschaft Mitteleuropas : Ein Verfassungsgar (...)
  • 110 F. Tinnefeld, « Mehrer des Reiches oder Verwalter des Niederganges ? Ein Vergleich kaiserlicher Mac (...)
  • 111 F. Pichiorri, « Die Rekrutierung diplomatischen Personals unter Karl IV. Zeitphasen und Verfahrensw (...)
  • 112 Staat und Verfassung – Gesammelte Abhandlungen zur allgemeinen Verfassungsgeschichte, éd. par G. Oe (...)

38À cette aune, une comparaison de dimension et de longue durée européennes de la Bulle avec d’autres textes reste à mener108. Un tel exercice inciterait à prendre en considération, comme point de départ médiéval, les textes qui exercèrent une influence durable, c’est-à-dire au-delà du Moyen Âge académique, sur la construction politique et territoriale d’une entité. Cette recension impliquerait non seulement de retenir la Magna Carta de 1215, mais aussi la Bulle d’or hongroise d’André II de 1222, les dispositions du droit territorial de Suède reposant sur les privilèges de 1319 et ceux du Danemark de 1282, la « Joyeuse entrée » néerlandaise de 1356, le privilège de Kaschau de 1374, et plusieurs autres « lois fondamentales » françaises depuis 1316/1328 ou espagnoles à partir des Cortes de León de 1188 ou d’Aragon de 1283… Quoi qu’il en soit, la position du curseur désignerait un temps fort médiéval de la mise en place constitutionnelle de longue durée situé entre les xiiie et xive siècles109. Dans ce balayage, il apparaît clairement que la Bulle de 1356 est le seul dispositif de stabilisation postérieur à la déflagration de la pandémie de 1348-1350, synonyme, à tout le moins sur le plan de l’organisation de la chose publique (et nonobstant la prise en compte d’un dessein punitif divin), d’insécurité, de perplexité, d’incertitude et d’irrésolution. Or, au regard de la guerre franco-anglaise d’un côté (en 1356 Jean II le Bon est non seulement un roi défait mais prisonnier), des éparpillements italien et espagnol, d’un Portugal déjà tourné vers la conquête maritime, d’une papauté qui n’est plus dans Rome, de la fin d’anciennes dynasties en Hongrie (1306), en Bohême (1306) et plus tard en Pologne (1370), sans même parler des difficultés grandissantes et angoissantes de l’Empire byzantin110 que ni les tentatives de rassemblement serbe ou bulgare ne peuvent contrebalancer, le môle central du Saint-Empire apparaît plutôt comme un espace large de stabilisation et de continuité. Il faudra au total toute la puissance symbolique et historiographique des conteurs du roman national français pour faire, pendant l’époque moderne, de l’Empire tardo-médiéval un élément faible, dépassé, éclaté… Tel n’est pas le regard des contemporains porté au milieu du xive siècle sur cet ensemble, sans quoi on ne comprend d’ailleurs pas l’activité et l’ampleur de la diplomatie caroline au xive siècle111. Or, c’est bien en son cœur que Charles IV entend par l’acte de 1356 introduire un ordre durable et fixe. Et il le fait au sein d’un organisme dualiste, entre principe royal d’un côté et principe territorialo-féodal de l’autre. Le partage entre roi et princes issu des dispositions de 1356 en prend acte, comme un état de fait normal, d’autant que le principe même de la dualité (entre roi et noblesse ou entre roi et états) est la règle pour toutes les constructions des xive et xve siècles, en sorte que si État moderne il y a, il ne peut se construire que dans et sur cette dualité, comme l’avait bien reconnu Otto Hintze dans Staat und Verfassung112.

  • 113 E. Isenmann, « König oder Monarch ? Aspekte der Regierung und Verfassung des römisch-deutschen Reic (...)
  • 114 C. Péneau (dir.), Élections et pouvoirs politiques du viie au xviie siècle, Pompignac, Bière, 2008  (...)
  • 115 J. Blanchard (dir.), Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge, Paris, Picard, 1995  (...)

39Une telle thèse a pour conséquence que la dualité se trouve dès lors au principe même de la pensée contractuelle sans laquelle il n’est pas de ­pensée ­constitutionnelle dans la tradition historique occidentale. Comment dès lors ne pas reconnaître à cette aune le caractère profondément hybride de la Bulle113 ? Elle équilibre et contractualise par l’élection114, qui est un échange et un contrat, tant il est vrai que la question de la constitution s’ancre dans celle du contrat115, lequel se situe sans doute au cœur de la formation d’une société politique qui se reconnaît comme telle.

Notes

1 Voir ce qu’en dit P. Boucheron : V. Casanova, « L’histoire pour espacer le temps. Entretien avec Patrick Boucheron », Écrire l’histoire, 11, 2013, p. 75-86, ici p. 78 : « Or, d’une certaine manière, le discours de l’historien “comprend son autre”, pour l’exprimer comme Michel de Certeau, c’est-à-dire qu’il cite pour isoler du passé, pour mettre au présent un fragment du passé qu’il excipe. Mais en l’exhibant, on l’explique, on le reformule, on le comprend dans une prose qui l’enrobe, le protège et le dépasse. C’est tout cela “comprendre” : c’est à la fois très délicat et très brutal, prendre avec soi et dominer. Cela a une existence concrète, qu’on pourrait dire typographique, que ce soit en bas de la page, où fourmillent les notes, ou en haut, au fil du texte, où se hérissent les guillemets… ».

2 « Dans tous les cas cependant, l’essentiel est de rester conscient […] du caractère relationnel et non pas substantialiste du concept » : J. Morsel, « De l’usage des concepts en histoire médiévale », Ménestrel, 2011, en ligne à l’adresse suivante : http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique1551&lang=fr.

3 J. Miethke, « Die Anfänge des säkularisierten Staates in der politischen Theorie des späteren Mittelalters », Der Staat, 11, 1996, p. 7-43.

4 U. Meier, Mensch und Bürger. Die Stadt im Denken spätmittelalterlicher Theologen, Philosophen und Juristen, Munich, Oldenbourg, 1994.

5 J.-P. Genet, La mutation de l’éducation et de la culture médiévales, Paris, Seli Arslan, 1999.

6 J. H. Burns (dir.), Histoire de la pensée politique médiévale (350-1450), Paris, Presses universitaires de France, 1993 ; H. Boockmann et al. (dir.), Recht und Verfassung im Übergang vom Mittelalter zur Neuzeit, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1998-2001, 2 vol. ; J. Canning, Histoire de la pensée politique médiévale (300-1450), Fribourg/Paris, Éd. universitaires/Cerf, 2003.

7 R. C. Schwinges, C. Hesse, P. Moraw (dir.), Europa im späten Mittelalter. Politik – Gesellschaft – Kultur, Munich, Oldenbourg, 2006.

8 R. Schneider, « Karls IV. Auffassung vom Herrschersamt », dans T. Schieder (dir.), Beiträge zur Geschichte des mittelalterlichen deutschen Königtums, Munich, s. n., 1973, p. 122-150 ; W. Hanisch, « Staat und Reich », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen. Katalog der Ausstellungen Nürnberg und Köln 1978-1979, Munich, Prestel, 1978, p. 30-39, et F. Merzbacher, « Karl IV. und das Recht », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, op. cit., p. 146-152 ; E. Schlotheuber, « Die Rolle des Rechts in der Herrschaftsauffassung Kaiser Karls IV. », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle. Politik – Wahrnehmung – Rezeption, Berlin, Akademie Verlag, 2009, p. 141-160.

9 P. Moraw, « Räte und Kanzlei », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, op. cit., p. 285-293 ; J. Fajt, R. Suckale, « Der Kreis der Räte », dans J. Fajt, M. Hörsch, A. Langer (dir.), Karl IV., Kaiser von Gottes Gnaden. Kunst und Repräsentation des Hauses Luxemburg 1310-1437, Munich/Berlin, Deutscher Kunstverlag, 2006, p. 172-196.

10 M. Schubert, « Inszenierung und Repräsentation von Herrschaft. Karl IV. in der Literatur », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 493-516.

11 J. von Herzogenberg, « Die Bildnisse Kaiser Karls IV. », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, op. cit., p. 324-334 ; M. Bogade, Karl IV. Ikonographie une Ikonologie, Stuttgart, Ibidem-Verlag, 2005.

12 E. Schlotheuber, « Die Autobiographie Karls IV. und die mittelalterlichen Vorstellungen vom Menschen am Scheideweg », Historische Zeitschrift, 281, 2005, p. 561-591 ; Vie de Charles IV de Luxembourg, éd., trad. et comm. par P. Monnet et J.-C. Schmitt, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

13 H. Herkommer, « Kritik und Panegyrik. Zum literarischen Bild Karls IV. (1346-1378) », Rheinische Vierteljahrsblätter, 44, 1980, p. 68-116 ; H.-J. Behr, « Herrschaftsverständnis im Spiegel der Literatur : Die Vita Caroli Quarti », dans J. Heinzle, P. Johnson, G. Vollmann-Profe (dir.), Literatur im Umkreis des Prager Hofs der Luxemburger, Berlin, Erich Schmidt, 1994, p. 81-91 ; H. Stoob, Kaiser Karl IV. und seine Zeit, Graz/Vienne/Cologne, Styria, 1990 ; R. Suckale, « Die Porträts Kaiser Karl IV. als Bedeutungsträger », dans M. Büchsel, P. Schmidt (dir.), Das Porträt vor der Erfindung des Porträts, Mayence, Von Zabern, 2003, p. 191-204 ; id., « Zur Ikonografie der deutschen Herrscher des 14. Jahrhunderts. Rudolf I. – Ludwig IV. – Karl IV. », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 327-347 ; J. Fajt, M. Hörsch, A. Langer (dir.), Karl IV., Kaiser von Gottes Gnaden…, op. cit. ; P. Monnet, « Charles IV de Luxembourg en ses portraits », dans G. Annas, J. Nowak (dir.), Et l’homme dans tout cela ? Von Menschen, Mächten und Motiven. Festschrift für Heribert Müller zum 70. Geburtstag, Stuttgart, Steiner, 2017, p. 351-378.

14 K. Kubínová, « Karl IV. und die Tradition Konstantins des Grossen », dans J. Fajt, A. Langer (dir.), Kunst als Herrschaftsinstrument. Böhmen und das heilige römische Reich unter den Luxemburgern im europäischen Kontext, Berlin/Munich, Deutscher Kunstverlag, 2006, p. 320-328 ; E. Schlotheuber, « Karl als Autor – Der “weise Herrscher” », dans J. Fajt, M. Hörsch (dir.), Kaiser Karl IV. 1316-2016, Prague/Nuremberg, Národní Galerie von Praze, 2016, p. 69-78.

15 H.-P. Hilger, « Der Weg nach Aachen », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, op. cit., p. 344-356 ; F. Machilek, « Karl IV. und Karl der Grosse », Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins, 104/105, 2002/2003, p. 113-145.

16 R. Cazelles, Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg, roi de Bohême, Paris, Tardy, 1947 ; M. Margue (dir.), Un itinéraire européen. Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohême (1296-1346), Bruxelles, Cludem, 1996 ; M. Pauly (dir.), Johann der Blinde. Graf von Luxemburg, König von Böhmen 1296-1346, Luxembourg, Section historique de l’Institut grand-ducal de Luxembourg, 1997.

17 B. Frey, Pater Bohemiae – Vitricus Imperii. Böhmens Vater, Stiefvater des Reichs. Kaiser Karl IV. in der Geschichtsschreibung, Berne, s. n., 1978 ; ead., « Karl IV. in der älteren Historiographie », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, op. cit., p. 399-404.

18 Maiestas Carolina. Der Kodifikationsentwurf Kaiser Karls IV. für das Königreich Böhmen von 1355, éd. par B.-U. Hergemöller, Munich, Oldenbourg, 1995.

19 L. Bobková, « Die Goldene Bulle und die Rechtsverfügungen Karls IV. für das Königreich Böhmen in den Jahren 1346-1356 », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 713-736.

20 Vie de Charles IV de Luxembourg, op. cit., p. 10-11.

21 Bulla aurea Karoli IV. Imperatoris anno MCCCLVI promulgata, éd. par W. D. Fritz, Leipzig, Böhlau, 1972 ; Quellen zur Verfassungsgeschichte des Römisch-Deutschen Reiches im Spätmittelalter (1250-1500), éd. par L. Weinrich, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1983, p. 315-395.

22 F. Seibt, « Zur Entwicklung der böhmischen Staatlichkeit 1212 bis 1471 », dans H. Patze (dir.), Der deutsche Territorialstaat im 14. Jahrhundert, Sigmaringen, Thorbecke, 1971, p. 463-483.

23 M. Bauch, « Wie ein zweiter Konstantin – Karl IV. und der Romzug 1368/69 », dans J. Fajt, M. Hörsch (dir.), Kaiser Karl IV. 1316-2016, op. cit., p. 203-207.

24 P. Hilsch, « Die Krönungen Karls IV. », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, op. cit., p. 108-115 ; O. Bader, « Collector coronarum – Karl IV. als Kronensammler », dans J. Fajt, M. Hörsch (dir.), Kaiser Karl IV. 1316-2016, op. cit., p. 86-94.

25 Sur Charles IV : F. Seibt, Karl IV. Ein Kaiser in Europa 1346-1378, Munich, Deutscher Taschenbuch Verlag, 1978 ; id. (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, op. cit. ; H. Patze (dir.), Kaiser Karl IV. 1316-1378. Forschungen über Kaiser und Reich, Neustadt an der Aisch, Schmidt, 1978 ; E. Engel (dir.), Karl IV. Politik und Ideologie im 14. Jahrhundert, Weimar, Böhlau, 1982 ; J. Spěváček, Karl IV. Sein Leben und seine staatsmännische Leistung, Vienne, s. n., 1978 ; H. Stoob, Kaiser Karl IV. und seine Zeit, op. cit. ; M. Kintzinger, « Karl IV. », dans B. Schneidmüller, S. Weinfurter (dir.), Die deutschen Herrscher des Mittelalters, Munich, Beck, 2003, p. 408-432 ; J. Fajt, M. Hörsch, A. Langer (dir.), Karl IV., Kaiser von Gottes Gnaden…, op. cit. ; J. Fajt, B. Drake Boehm (dir.), Karel IV. Císař z boží milosti : kultura a umění za vlády Lucemburků, 1310-1437, Prague, Academia, 2006 ; J. Fajt, M. Hörsch (dir.), Kaiser Karl IV. 1316-2016, op. cit.

26 C’est peut-être pour cette raison aussi qu’elle fut inscrite en 2013 au registre documentaire du Patrimoine mondial de l’humanité au titre de « Mémoire du monde » de l’Unesco, où elle figure aux côtés de la Magna Carta de 1215 (inscrite en 2009) et des decreta des Cortes de León de 1188 (inscrits en 2013). Seules 3 « constitutions » historiques figurent parmi les 200 textes du patrimoine mémoriel mondial recensé en 2013.

27 Sur la conception des lois fondamentales au royaume de France : C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985 ; J. Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France, xiiie-xve siècle, Paris, Gallimard, 1993.

28 J. Blanchard (dir.), Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge, Paris, Picard, 1995, dans la mouvance des travaux menés dans le cadre du programme de la genèse de l’État moderne.

29 J. K. Hoensch, Die Luxemburger. Eine spätmittelalterliche Dynastie gesamteuropäischer Bedeutung 1308-1437, Stuttgart, Kohlhammer, 2000 ; J. Fajt, B. Drake Boehm, « Wenzel IV. 1361-1419. Herrscherrepräsentation in den Fussstapfen des Vaters », dans J. Fajt, M. Hörsch, A. Langer (dir.), Karl IV., Kaiser von Gottes Gnaden…, op. cit., p. 460-540.

30 Manuscrit de Vienne : Codex Vindobonensis 338 de la Bibliothèque nationale d’Autriche. Édition par A. Wolf, Die Goldene Bulle, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2002.

31 M.-L. Heckmann, « Zeitnahe Wahrnehmung und internationale Ausstrahlung. Die Goldene Bulle Karls IV. im ausgehenden Mittelalter mit einem Ausblick auf die frühe Neuzeit », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 933-1042.

32 H. Boockmann, « Zu den Wirkungen der “Reform Kaiser Siegmunds” », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 35, 1979, p. 514-541 ; H. Angermeier, Die Reichsreform 1410-1555. Die Staatsproblematik in Deutschland zwischen Mittelalter und Gegenwart, Munich, Beck, 1984 ; K.-F. Krieger, König, Reich und Reichsreform, Munich, Oldenbourg, 1992 ; E. Holtz, « Die Goldene Bulle Karls IV. im Politikverständnis von Kaiser und Kurfürsten während der Regierungszeit Friedrichs III. (1440-1493) », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 1043-1070.

33 K. Flasch, Nikolaus von Kues. Geschichte einer Entwicklung, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 1998.

34 Kaiser und Reich. Libellus de Cesarea monarchia, éd. et trad. par R. A. Müller, Francfort-sur-le-Main, Insel, 1998.

35 P. Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung. Das Reich im späten Mittelalter 1250-1490, Berlin, Ullstein, 1985 ; H. Boockmann, Stauferzeit und spätes Mittelalter. Deutschland ­1125-1517, Berlin, Siedler, 1987 ; F. Rapp, Les origines médiévales de l’Allemagne moderne. De Charles IV à Charles Quint (1378-1519), Paris, Aubier, 1989 ; U. Dirlmeier, G. Fouquet, B. Fuhrmann, Europa im Spätmittelalter 1215-1378, Munich, Oldenbourg, 2003 ; M. Prietzel, Das Heilige Römische Reich im Spätmittelalter, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2004.

36 P. Moraw, « Kaiser Karl IV. im deutschen Spätmittelalter », Historische Zeitschrift, 229, 1979, p. 1-24. Sur Charles IV, voir la bibliographie fournie en note 20. Voir aussi M.-M. de Cevins, L’Europe centrale au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

37 H. Thomas, Ludwig der Bayer (1282-1347). Kaiser und Ketzer, Graz, Styria, 1993. J.-M. Moeglin, « Das Erbe Ludwigs des Bayern », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 17-38.

38 A. Legner (dir.), Die Parler und der schöne Stil 1350-1400. Europäische Kunst unter den Luxemburgern, Cologne, Museen der Stadt Köln, 1978, 5 vol. ; W. Brosche, « Zu einem Modell der Prager Neustadt », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, op. cit., p. 242-249 ; B. Drake Boehm, J. Fajt (dir.), Prague. The Crown of Bohemia 1347-1437, New York/Londres, Yale University Press, 2005 ; chapitre « Prag », dans J. Fajt, M. Hörsch, A. Langer (dir.), Karl IV., Kaiser von Gottes Gnaden…, op. cit., p. 196-290 ; chapitre « Prag », dans J. Fajt, A. Langer (dir.), Kunst als Herrschaftsinstrument…, op. cit., p. 117-193.

39 H. Herkommer, « Kritik und Panegyrik. Zum literarischen Bild Karls IV. (1346-1378) », Rheinische Vierteljahrsblätter, 44, 1980, p. 68-116 ; B.-U. Hergemöller, Cogor adversum te. Drei Studien zum literarisch-theologischen Profil Karls IV. und seiner Kanzlei, Warendorf, Fahlbusch, 1999.

40 J. Pavel, Karel IV. Vlastini zivotopis. Vita Karoli quarti, Prague, Odeon, 1978 ; E. Hillenbrand, « Die Autobiographie Karls IV. Entstehung und Funktion », Blätter für deutsche Landesgeschichte, 114, 1978, p. 39-72 ; B. Ryba, Vita Karoli IV., Hanau, Dausien, 1979 ; H.-J. Behr, « Herrschaftsverständnis im Spiegel der Literatur… », art. cité, p. 81-91 ; F. Pichiorri, « L’autobiographie de Charles IV. Essai d’analyse lexicale », Histoire & Mesure, 18, 2003, p. 335-374 ; A. Paravicini-Ebel, « Die Vita Karls IV., ein “Ego-Dokument” ? », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 63, 2007, p. 101-109 ; Vie de Charles IV de Luxembourg, op. cit.

41 U. Hohensee, « Herrschertreffen und Heiratspolitik. Karl IV., Ungarn und Polen », dans id. et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 639-665 ; V. Zurek, « Die Heiratspolitik Karls IV. », dans J. Fajt, M. Hörsch (dir.), Kaiser Karl IV. 1316-2016, op. cit., p. 189-194.

42 G. Pfeiffer, Nürnberg. Geschichte einer europäischen Stadt, Munich, Beck, 1971 ; G. Bräutigam, « Nürnberg als Kaiserstadt », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, op. cit., p. 242-249 ; chapitre « Nürnberg », dans J. Fajt, A. Langer (dir.), Kunst als Herrschaftsinstrument…, op. cit., p. 193-247 ; B. Baumhauer, J. Fajt, « Nürnberg. Die Metropole wird karolinisch », dans J. Fajt, M. Hörsch (dir.), Kaiser Karl IV. 1316-2016, op. cit., p. 111-122.

43 B.-U. Hergemöller, Fürsten, Herren und Städte zu Nürnberg 1355/56. Die Entstehung der Goldenen Bulle Karls IV., Cologne/Vienne, Böhlau, 1983.

44 M. A. Bojcov, « Elemente der akuten politischen Retrospektion in der Goldenen Bulle von 1356 », dans C. Reinle (dir.), Stand und Perspektiven der Sozial- und Verfassungsgeschichte zum römisch-deutschen Reich, Affalterbach, Didymos, 2016, p. 79-95.

45 F. Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994 ; B. Bove, Le temps de la guerre de Cent Ans, 1328-1453, Paris, Belin, 2009.

46 M. Margue, M. Pauly, « Luxemburg, Metz und das Reich. Die Reichsstadt im Gesichtsfeld Karls IV. », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 869-917 ; B.-U. Hergemöller, « Die Entstehung der Goldenen Bulle zu Nürnberg und Metz 1355 bis 1357 », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher. Frankfurt am Main und die Goldene Bulle 1356-1806, Francfort-sur-le-Main, Societäts-Verlag, 2006, p. 26-40.

47 P. Monnet, « Le financement de l’indépendance urbaine par les élites argentées : l’exemple de Francfort au xive siècle », dans L’argent au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 187-207.

48 M. Lindner, « Es war an die Zeit. Die Goldene Bulle in der politischen Praxis Kaiser Karls IV. », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 93-141.

49 M. Boytsov, « Seeking for Harmony after Chaos. Political Ceremonies in the First “Ceremonial Section” of the Golden Bull of 1356 », Micrologus, 25, 2017, p. 335-354.

50 W. Folkert, « Die Siegel Karls IV. », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, op. cit., p. 308-312 ; M. Matthäus, « Die Kaisergoldbulle Karls IV. im Kontext der Entwicklung deutscher Herrschersiegel im Mittelalter », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit., p. 64-76.

51 E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit.

52 R. Staats, Theologie der Reichskrone. Ottonische Renovatio Imperii im Spiegel einer Insignie, Stuttgart, Hiersemann, 1976 ; id., Die Reichskrone. Geschichte und Bedeutung eines europäischen Symbols, Göttingen, Vandeneck, 1991 ; M. Schulze-Dörrlamm, Die Kaiserkrone Konrads II. (1024-1039). Eine Archäologische Untersuchung zu Alter und Herkunft der Reichskrone, Sigmaringen, Thorbecke, 1992.

53 Nous suivons ici l’édition des Monumenta Germaniae Historica Fontes XI par W. D. Fritz (éd.), Bulla aurea Karoli IV. Imperatoris anno MCCCLVI promulgata, Leipzig, Böhlau, 1972.

54 W. E. Kellner, Das Reichsstift Sankt-Bartholomäus zu Frankfurt im Spätmittelalter, Francfort-sur-le-Main, Kramer, 1962.

55 R. Folz, Études sur le culte liturgique de Charlemagne dans les églises de l’Empire, Paris, Les Belles Lettres, 1951 ; L. E. Saurma-Jeltsch (dir.), Karl der Große als vielberufener Vorfahr, Sigmaringen, Thorbecke, 1994 ; A. Heuser, M. Kloft (dir.), Karlsverehrung in Frankfurt am Main, Francfort-sur-le-Main, Dommuseum/Historisches Museum, 2000.

56 P.-J. Heinig, « Solides bases imperii et columpne immobiles ? Die geistlichen Kurfürsten und der Reichsepiskopat um die Mitte des 14. Jahrhunderts », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 65-92 ; A. Gotthard, « Cardo Imperii. Das Kurfürstenkollegium im spätmittelalterlichen und frühneuzeitlichen Reichsverband », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit., p. 130-140.

57 G. Annas, H. Müller, « Kaiser, Kurfürsten und Auswärtige Mächte. Zur Bedeutung der Goldenen Bulle im Rahmen von Rangstreitigkeiten auf Reichsversammlungen und Konzilien des 15. Jahrhunderts », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit., p. 106-130.

58 J. Kunisch, « Formen symbolischen Handelns in der Goldenen Bulle von 1356 », dans B. Stollberg-Rilinger (dir.), Vormoderne politische Verfahren, Berlin, Duncker & Humblot, 2001, p. 263-280 ; G. Schwedler, « Dienen muss man dürfen oder : Die Zeremonialvorschriften der Goldenen Bulle zum Krönungsmahl des römisch-deutschen Herrschers », dans C. Ambos et al. (dir.), Die Welt der Rituale. Von der Antike bis heute, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2005, p. 156-166 ; B. Schneidmüller, « Das spätmittelalterliche Imperium als lebendes Bild : Ritualentwürfe der Goldenen Bulle von 1356 », dans C. Ambos, P. Rösch (dir.), Bild und Ritual. Visuelle Kulturen in historischer Perspektive, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2010, p. 210-230 ; id., « Die Aufführung des Reichs. Zeremoniell, Ritual und Performanz in der Goldenen Bulle von 1356 », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit., p. 76-94.

59 O. B. Rader, Friedrich II., Munich, Beck, 2012.

60 A. Wolf, Die Entstehung des Kurfürstenkollegs 1198-1298. Zur 700-jährigen Wiederkehr der ersten Vereinigung der sieben Kurfürsten, Idstein, Schulz-Kirchner, 2000 ; F.-R. Erkens, Kurfürsten und Königswahl. Zu neuen Theorien über den Königswahlparagraphen im Sachsenspiegel und die Entstehung des Kurfürstenkollegiums, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 2002 ; M. Lenz, Konsens und Dissens. Deutsche Königswahl (1273-1349) und zeitgenössische Geschichtsschreibung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002 ; A. Wolf (dir.), Königliche Tochterstämme, Königswähler und Kurfürsten, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 2002 ; A. Begert, Die Entstehung und Entwicklung des Kurkollegs. Von den Anfängen bis zum frühen 15. Jahrhundert, Berlin, Duncker & Humblot, 2010.

61 H. Thomas, Deutsche Geschichte des Spätmittelalters 1250-1500, Stuttgart, Kohlhammer, 1983.

62 L. Weinrich (éd.), Quellen zur Verfassungsgeschichte des römisch-deutschen Reiches im Spätmittelalter (1250-1500), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1983. Kurverein von Rense (no 88), p. 286-290, ici p. 288. Cette disposition coutumière électorale adoptée en 1338 à Rhens/Rense a été éditée par K. Zeumer, Quellensammlung zur Geschichte der Deutschen Reichsverfassung in Mittelalter und Neuzeit, Tübingen, Mohr, 1913, vol. 1, p. 181 et suiv.

63 Ibid. (no 89), p. 290-293.

64 K. Herbers, H. Neuhaus, Das Heilige Römische Reich. Schauplätze einer tausendjährigen Geschichte (843-1806), Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau, 2006.

65 Chapitre « Geistliche Kürfürsten und Liturgie », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit., p. 308-378.

66 B. Schneidmüller, S. Weinfurter (dir.), Heilig – Römisch – Deutsch. Das Reich im mittelalter­lichen Europa, Dresde, Sandstein, 2006.

67 H. Fillitz, Die Insignien und Kleinodien des Heiligen Römischen Reiches, Vienne/Munich, Schroll, 1954 ; P. E. Schramm, Herrschaftszeichen und Staatssymbolik, Stuttgart, Hiersemann, 1955.

68 P. Braunstein, « L’événement et la mémoire : regards privés, rapports officiels sur le couronnement romain de Frédéric III », dans La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris/Rome, Publications de la Sorbonne/École française de Rome, 1994, p. 218-229 ; P. Monnet, « 1452. Le dernier couronnement d’un empereur à Rome », dans P. Boucheron (dir.), Histoire du monde au xve siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 363-367.

69 A. Schindling, Die Anfänge des Immerwährenden Reichstags zu Regensburg. Ständevertretung und Staatskunst nach dem Westfälischen Frieden, Mayence, Von Zabern, 1991.

70 M. Kramp (dir.), Krönungen. Könige in Aachen – Geschichte und Mythos, Mayence, Von Zabern, 2000, 2 vol.

71 K. Bund, « Frankfurt am Main im Spätmittelalter 1311-1519 », dans Frankfurt am Main. Die Geschichte der Stadt in neun Beiträgen, Sigmaringen, Thorbecke, 1991, p. 53-151.

72 W. Paravicini (dir.), Nord und Süd in der deutschen Geschichte des Mittelalters, Sigmaringen, Thorbecke, 1991.

73 P. Monnet, « Particularismes urbains et patriotisme local dans une ville allemande de la fin du Moyen Âge : Francfort et ses chroniques », dans R. Babel, J.-M. Moeglin (dir.), Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Âge à l’époque moderne, Sigmaringen, Thorbecke, 1997, p. 389-400.

74 794 – Karl der Grosse in Frankfurt am Main, Sigmaringen, Thorbecke, 1994.

75 M. Rothmann, Die Frankfurter Messen im Mittelalter, Stuttgart, Steiner, 1998.

76 G. Beckmann, « Das mittelalterliche Frankfurt als Schauplatz von Reichs- und Wahltagen », Archiv für Frankfurts Geschichte und Kunst, 3/2, 1889, p. 1-140.

77 M. Matthäus, « Das Frankfurter Exemplar der Goldenen Bulle », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit., p. 40-64.

78 B. Stollberg-Rilinger, « Verfassungsakt oder Fest ? Die “solemnis curia” der Goldenen Bulle und ihr Fortleben in der Frühen Neuzeit », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit., p. 94-106.

79 P. Boucheron, D. Menjot, P. Monnet, « Formes d’émergence, d’affirmation et de déclin des capitales : rapport introductif », dans Les villes capitales au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 13-56.

80 F. Pichiorri, « L’autobiographie de Charles IV… », art. cité.

81 E. Widder (dir.), avec la coll. de W. Krauth, Vom luxemburgischen Grafen zum europäischen Herrscher. Neue Forschungen zu Heinrich VII., Luxembourg, Cludem, 2008.

82 M. Margue, M. Pauly, W. Schmid, Der Weg zur Kaiserkrone. Der Romzug Heinrichs VII. in der Darstellung Erzbischofs Balduins von Trier, Trèves, Kliomedia, 2009 ; ici fol. 3 ro du manuscrit 1 C 1 du Landeshauptarchiv de Coblence.

83 Fac-similé de la Weltchronik aux Éditions Taschen (Cologne, 2001) ; E. Rücker, Die Schedelsche Weltchronik, Munich, Prestel, 1973 ; S. Füssel, Die Welt im Buch. Buchkünstlerischer und humanistischer Kontext der Schedelschen Weltchronik von 1493, Mayence, Gutenberg-Gesellschaft, 1996 ; C. Reske, Die Produktion der Schedelschen Weltchronik in Nürnberg, Wiesbaden, Harrassowitz, 2000.

84 P. Monnet, « De l’honneur de l’Empire à l’honneur urbain : la Bulle d’or de 1356 et les villes dans l’Empire médiéval et moderne », dans J. Claustre, O. Mattéoni, N. Offenstadt (dir.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 152-160 ; id., « La Bulle d’or de 1356, un texte dans la longue durée allemande et européenne », Bulletin de l’Institut historique allemand de Paris, 15, 2010, p. 29-51.

85 M. Matthäus, « “Reichsgrundgesetz” oder nur “ein nichtsnützig Stück Pergament” ? Die Rezeption der Frankfurter Goldenen Bulle in Wissenschaft und Literatur », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit., p. 170-200 ; A. Buschmann, « Die Rezeption der Goldenen Bulle in der Reichspublizistik des Alten Reiches », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 1071-1121.

86 Comme on le voit également dans la politique artistique et monumentale : R. Feuchtmüller, « Die “Imitatio” Karls IV. in den Stiftungen der Habsburger », dans F. Seibt (dir.), Kaiser Karl IV. Staatsmann und Mäzen…, op. cit., p. 378-387.

87 La première occurrence apparaît dans l’édition abrégée de Francfort en 1680 : Heinrich Günther Thülemeyer, De Aurea Bulla Caroli Quarti Imp. Schediasma Epistolicum ad V. Celeberrimum D. Claud. Galdesium, Polyhistorem incomparabilem, Francfort-sur-le-Main, Bencard, 1680, ici p. 20.

88 U. Daher, Die Staats- und Gesellschaftsauffassung von Joseph Görres im Kontext von Revolution und Restauration, Munich, GRIN, 2007 ; M. Fink-Lang, Joseph Görres. Die Biografie, Paderborn/Munich/Vienne/Zurich, Schöningh, 2013.

89 P. C. Hartmann, Kulturgeschichte des Heiligen Römischen Reiches 1648-1806. Verfassung. Religion. Kultur, Vienne, Böhlau, 2011.

90 Joseph Görres, Gesammelte Schriften, éd. par la Görres-Gesellschaft, dir. par W. Schellberg, A. Dyroff et L. Just, Cologne, Gilde-Verlag, 1926-1939, vol. 1-16, continuation par H. Raab, vol. 17 et 2 vol. d’annexes (Paderborn, Schöningh, 1985-2006). Cité par K. O. Freiherr von Aretin, Vom deutschen Reich zum deutschen Bund, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1980, p. 84. Voir aussi : J. Arndt, « Das Ende des Reiches », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit., p. 152-161, ici p. 155.

91 Copie de la missive conservée aux archives de Francfort, Reichssachen III, no 516, 1-2. Cité par M. Matthäus, « “Reichsgrundgesetz” oder nur “ein nichtsnützig Stück Pergament” ? Die Rezeption… », art. cité, p. 171, notes 18 et 19.

92 Ibid., p. 174, notes 76 à 78.

93 Ibid., p. 179, note 104.

94 I. Blumenthal Jaffe, John Trumbull. Patriot-Artist of the American Revolution, Boston, New York Graphic Society, 1975 ; H. A. Cooper, John Trumbull : the Hand and Spirit of a Painter, New Haven, Yale University Press, 1983.

95 A. Dumas, Excursions sur les bords du Rhin, 1re éd. Paris, Dumont, 1841, ici édition avec introduction de D. Fernandez, postface de C. Schopp, Paris, Flammarion, 1991, p. 339.

96 Id., La terreur prussienne – Épisodes de la guerre de 1866, texte établi et présenté par A. Chardonnens, Paris, L’Harmattan, 2012.

97 W. Schulze, O. G. Oexle (dir.), Deutsche Historiker im Nationalsozialismus, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1999 ; W. Gordon, Mittelalter und NS-Propaganda. Mittelalterbilder in den Print-, Ton- und Bildmedien des Dritten Reiches, Münster, Lit, 2004.

98 M. Parisse (dir.), De la Meuse à l’Oder. L’Allemagne au xiiie siècle, Paris, Picard, 1994.

99 G. Annas, Hoftag – Gemeiner Tag – Reichstag. Studien zur strukturellen Entwicklung deutscher Reichsversammlungen des späten Mittelalters (1349-1471), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2004 ; J. Dücker, Reichsversammlungen im Spätmittelalter. Politische Willensbildung in Polen, Ungarn und Deutschland, Ostfildern, Thorbecke, 2011.

100 A. Büttner, Der Weg zur Krone. Rituale der Herrschererhebung im spätmittelalterlichen Reich, Ostfildern, Thorbecke, 2012.

101 Chapitre « Symbolische Formen », dans G. Melville, M. Staub (dir.), Enzyklopädie des Mittelalters, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2008, 2 vol., ici vol. 1, p. 248-256 ; chapitre « Nonverbale Kommunikation, Symbolik, Ritualität », dans H.-W. Goetz, Moderne Mediävistik. Stand und Perspektiven der Mittelalterforschung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1999, p. 362 et suiv. ; chapitre « Rituels et institutions », dans J.-C. Schmitt, O. G. Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 231-283 ; H. Duchhardt, G. Melville (dir.), Im Spannungsfeld von Recht und Ritual. Soziale Kommunikation in Mittelalter und früher Neuzeit, Cologne, Böhlau, 1997 ; G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter. Kommunikation in Frieden und Fehde, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1997 ; id., Inszenierte Herrschaft, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003 ; id., Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft im Mittelalter, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003 ; P. Buc, Dangereux rituels. De l’histoire médiévale aux sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, 2003 ; J. Martschukat, S. Patzold (dir.), Geschichtswissenschaft und « Performative Turn ». Ritual, Inszenierung und Performanz vom Mittelalter bis zur Neuzeit, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau, 2003 ; M. Kintzinger, « Zeichen und Imaginationen des Reiches », dans B. Schneidmüller, S. Weinfurter (dir.), Heilig – Römisch – Deutsch…, op. cit., p. 345-371 ; B. Stollberg-Rilinger et al., Spektakel der Macht. Rituale im alten Europa 800-1800, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2008.

102 J. A. Fühner, « Kaiserinnenkrönungen in Frankfurt am Main », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit., p. 294-308 ; A. Fössel, Die Königin im mittelalterlichen Reich, Stuttgart, Thorbecke, 2000.

103 M. Niedermeier, « Goethe und die Goldene Bulle », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 1121-1135.

104 F. Bretschneider, C. Duhamelle (dir.), Le Saint-Empire. Histoire sociale (xvie-xviiie siècle), Paris, Maison des sciences de l’homme, 2018, notamment le chapitre « La société politique de ­l’Empire : communication et système impérial », p. 29-94.

105 P. Monnet, « Nation et nations au Moyen Âge : introductions », dans Nation et nations au Moyen Âge, Actes du XLIVe Congrès de la SHMESP (Prague, 23-26 mai 2013), Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 9-34.

106 B. Schneidmüller, Grenzerfahrung und monarchische Ordnung. Europa 1200-1500, Munich, Beck, 2011.

107 M. Borgolte et al. (dir.), Mittelalter im Labor. Die Mediävistik testet Wege zu einer transkulturellen Europawissenschaft, Berlin, Akademie Verlag, 2008 ; id., B. Schneidmüller (dir.), Hybride Kulturen im mittelalterlichen Europa. Vorträge und Workshops einer internationalen Frühlingsschule. Hybrides Cultures in Medieval Europa. Papers and Workshops of an International Spring School, Berlin, Akademie Verlag, 2010.

108 M. Borgolte, « Die Goldene Bulle als europäisches Grundgesetz », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 599-618.

109 B. Dölemeyer, K. Härter, « Die historische Verfassungslandschaft Mitteleuropas : Ein Verfassungsgarten », dans E. Brockhoff, M. Matthäus (dir.), Die Kaisermacher…, op. cit., p. 360-378.

110 F. Tinnefeld, « Mehrer des Reiches oder Verwalter des Niederganges ? Ein Vergleich kaiserlicher Macht zur Zeit Karls IV. im Abendland und in Byzanz », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 619-639.

111 F. Pichiorri, « Die Rekrutierung diplomatischen Personals unter Karl IV. Zeitphasen und Verfahrensweisen », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 835-869 ; S. Weiss, « Das Papsttum, Frankreich und das Reich. Die Goldene Bulle und die Aussenpolitik Karls IV. », dans U. Hohensee et al. (dir.), Die Goldene Bulle…, op. cit., p. 917-933.

112 Staat und Verfassung – Gesammelte Abhandlungen zur allgemeinen Verfassungsgeschichte, éd. par G. Oestreich, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1962.

113 E. Isenmann, « König oder Monarch ? Aspekte der Regierung und Verfassung des römisch-deutschen Reichs um die Mitte des 15. Jahrhunderts », dans R. C. Schwinges, C. Hesse, P. Moraw (dir.), Europa im späten Mittelalter…, op. cit., p. 71-99 ; P. Monnet, « Le Saint-Empire entre regnum et imperium », dans F. Hurlet (dir.), Les Empires. Antiquité et Moyen Âge. Analyse comparée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 155-180.

114 C. Péneau (dir.), Élections et pouvoirs politiques du viie au xviie siècle, Pompignac, Bière, 2008 ; ead. (dir.), « Élections et pouvoirs politiques II », dossier des Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 20, 2010, p. 125-219.

115 J. Blanchard (dir.), Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge, Paris, Picard, 1995 ; P. Blickle (dir.), Résistance, représentation et communauté, Paris, Presses universitaires de France, 1998.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540