Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean de Berry et l’écrit

 | 
Olivier Guyotjeannin
, 
Olivier Mattéoni

Le corpus des actes de Jean de Berry dans le fonds de la Sainte-Chapelle de Bourges

Olivier Guyotjeannin, Olivier Mattéoni et Xavier Laurent

Texte intégral

1En 2016, pour les journées d’étude « Jean de Berry et l’écrit. Les pratiques documentaires d’un fils de roi de France », ont été mis en ligne sur le site des archives départementales du Cher quatorze dossiers paléographiques concernant des actes de Jean de Berry dans le fonds de la Sainte-Chapelle de Bourges (http://www.archives18.fr/​article.php?larub=369&titre=les-actes-de-jean-de-berry-dans-le-fonds-de-la-sainte-chapelle-de-bourges). Ce travail a été effectué dans le cadre du séminaire « Paléographie et éditions de textes : le corpus des actes de Jean de Berry », commun à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’École nationale des chartes. Le choix du fonds de la Sainte-Chapelle s’explique par le fait qu’il constitue sans doute l’un des plus riches en actes de Jean de Berry. Ces actes sont de surcroît de qualité, particulièrement soignés, et beaucoup sont encore munis de leurs sceaux. C’est pour les mettre en valeur que plusieurs ont été sélectionnés et présentés. À cette première salve sont venus s’ajouter quinze nouveaux dossiers à l’automne 2017. La lecture de ces dossiers, tous assortis d’un riche commentaire paléographique, diplomatique et historique, fait entrer au cœur même de la fabrique de l’acte princier, confirmant que la production scripturale à la chancellerie du duc de Berry était très imbue du style et des pratiques royales.

2Chaque dossier se décline en quatre parties : transcription paléographique, édition avec apparat critique, parties du discours, commentaire historique et diplomatique. Sur le plan technique, un système de visionneuse sur le site des archives départementales permet de zoomer sur la reproduction des actes, et de mettre en parallèle la transcription avec la reproduction. Nous proposons ci-dessous deux exemples de dossier, le premier concernant un acte en français, le second un acte en latin.

Modèles de dossier

I. AD du Cher, 8 G 1844 [TSC 236], fonds de la Sainte-Chapelle de Bourges, 1414

3Dossier préparé par Mélissa Barry, revu par Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni (http://www.archives18.fr/​article.php?larub=385&titre=donation-d-un-cens-de-40-sols-sur-une-maison-pour-la-sainte-chapelle-de-bourges-1414-)

1. Transcription paléographique

41414, juin. — Paris.

5Jean, fils de roi de France, duc de Berry et d’Auvergne, etc., augmente la dotation de la Sainte-Chapelle de Bourges en abandonnant à son trésorier et à son chapitre le cens de 40 s. p. que le duc percevait chaque année sur une maison de Bourges, sise à la Porte Tornoise, jadis propriété de feu Perrin Sadon, et dont ils avaient fait l’acquisition.

A. Original sur parchemin, scellé de cire verte sur lacs de soie verte. 450 × 340 mm. Arch. dép. du Cher, 8 G 1844 [TSC 236](a).

Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poictou, d’Estampes, de Boulongne et d’Auvergne. Savoir faisons a tous presens et a venir que nous, desirans a nostre povoir l’augmentacion de la dotacion de nostre Saincte Chapelle de Bourges par nous au plaisir de Dieu nagueres fondee, et afin que le service divin y soit mieulx et plus honnorablement fait et celebré, avons donné, cedé et transporté, donnons, cedons et transportons, de nostre certaine science et ferme propos, perpetuelment et a tousjours, a noz chiers et bien amez les tresorier et chapittre de nostredicte chapelle, quarante sols parisis de cens que nous avions et prenions chascun an sur la maison qui fut Perrin Sadon(1), assise a la Porte tornoise(2), et laquelle lesdiz tresorier et chapittre ont naguaires acquise ; et d’iceulx quarante sols parisis de cens nous dessaisissons et devestissons, et en saisissons et vestissons par la tradicion de ces presentes lettres lesdiz tresorier et chapitre, et voulons qu’ilz en joÿssent doresenavant perpetuelment et a tousjours sanz aucun contredit ou empeschement, comme de leur propre chose. Si donnons en mandement a noz amez et feaulx gens de noz comptes a Bourges que desdiz quarante sols parisis de cens chascun an ilz mettent ou facent mettre, reaulment et de fait, lesdiz tresorier et chapitre, ou leur procureur pour eulx, en bonne possession et saisine reelle et corporelle, et d’icelle les facent joïr et user plainement, paisiblement, perpetuelment et a tousjours, sanz les empeschier ne souffrir estre empeschiez aucunement au contraire. Mandons aussi a nostre receveur de nostre demaine de nostredit païs de Berry, present et a venir, que d’iceulx quarante sols parisis de cens chascun an doresenavant il ne face recepte ne mise en ses comptes. Et afin que ce soit ferme chose et estable a tousjours, nous avons fait mettre nostre seel a ces presentes lettres. Donné a Paris, ou mois de juing, l’an de grace mil quatre cens et quatorze.

(Sur le repli, à gauche :) Par monseigneur le duc.

(Signé :) J. Flamel(3).

a. Au dos, dans l’espace central, regeste du xvie siècle : « Lettres de don de quarente solz t. (sic) de rente faict par feu monsieur le duc Jean premier duc de Berry a sa Saincte Chapelle de Bourges. » À gauche de l’attache, cote du xve ou xvie siècle : « XIX ». À droite de l’attache, cotes des xviie et xviiie siècles : « XIX, nunc cotte 16 ; première layette des previlleiges ; nunc 1761, layette de la paroisse de Saint-Jean-le-Vieil, olim Saint-Hyppolite » ; plus bas, à hauteur du repli, regeste du xve ou xvie siècle : « Lettre de XL s. p. de rente que nostre sire de Berry premier duc prenoit sur la maison Perrin Sadon, assise a la pourte Tornaise de Bourges. »

(1) Perrin Sadon est sans doute parent du clerc Jocelin Sadon (Arch. dép. du Cher, 8 G 1173 [TSC 198]).

(2) La porte de Tours, porte ouest du rempart gallo-romain de Bourges.

(3) Jean Flamel est recensé comme secrétaire par Lacour de 1413 à 1416 (René Lacour, Le gouvernement de l’apanage de Jean, duc de Berry (1360-1416), Paris, Picard, 1934, p. xvi), mais aussi comme copiste de livres (en dernier lieu, François Avril, « Jean Flamel, copiste de manuscrits. À propos de deux copies des Sept articles de la Foi, poème attribué à Jean Chapuis », dans La rigueur et la passion. Mélanges en l’honneur de Pascale Bourgain, Cédric Giraud et Dominique Poirel [éd.], Turnhout, Brepols [Instrumenta patristica et mediaevalia, 71], 2016, p. 725-748). Il n’avait aucun lien de parenté avec l’écrivain public Nicolas Flamel, dont la légende s’est emparé.

2. Version paléographique avec abréviations

Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poictou, d’Estampes, de Boulongne et d’Auvergne. Savoir faisons a tous presens et a venir que nous, desirans a n(ost)re povoir l’augmentacion de la dotacion de n(ost)re Saincte Chapelle de Bourges par nous au plaisir de Dieu nagueres fondee, et afin que le service divin y soit mieulx (et) plus ho(n)norabl(ement) fait et celebré, avons donné, cedé (et) transporté, donnons, cedons et transportons, de n(ost)re certaine science et ferme propos, p(er)p(et)uelm(en)t et a tousjours, a noz chiers et b(ie)n amez les tresorier et chapittre de n(ost)redicte chapelle, quarante sols parisis de cens que nous avions et prenions ch(asc)un an sur la maison qui fut Perrin Sadon, assise a la Porte Tornoise, et laquelle lesdiz tresorier (et) chapittre ont naguaires acquise ; et d’iceulx quarante sols par(isis) de cens nous dessaisissons (et) devestissons, et en saisissons (et) vestissons par la tradicion de ces p(rese)ntes l(ett)res lesdiz tresorier et chapitre, et voulons qu’ilz en joÿssent doresenavant perpetuelment (et) a tousjours sans aucun contredit ou empeschement, co(m)me de leur p(ro)pre chose. Si donnons en mandement a noz amez et feaulx gens de noz comptes a Bourges que desdiz quarante sols parisis de cens ch(asc)un an ilz mettent ou facent mettre, reaulment et de fait, lesdiz tresorier et chapitre, ou leur procureur pour eulx, en bonne possession (et) saisine reelle (et) corporelle, et d’icelle les facent joïr (et) user plainement, paisiblement, perpetuelme(n)t et a tousjours, sanz les empeschier ne souffrir estre empeschiez aucunement au contraire. Mandons aussi a n(ost)re receveur de n(ost)re demaine de n(ost)redit païs de Berry, p(rese)nt et a venir, que d’iceulx quarante sols par(isis) de cens ch(asc)un an doresenava(n)t il ne face recepte ne mise en ses comptes. Et afin que ce soit ferme chose et estable a tousjours, nous avons fait mettre n(ost)re seel a ces p(rese)ntes lettres. Donné a Paris, ou mois de juing, l’an de grace mil quatre cens (et) quatorze.

Par mons(eigneur) le duc.

J. Flamel.

3. Parties du discours

Suscription

Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poictou, d’Estampes, de Boulongne et d’Auvergne (l. 1)

Notification universelle

Savoir faisons a tous presens et a venir que (l. 2)

Exposé

nous, desirans a nostre povoir l’augmentacion de la dotacion de nostre Saincte-Chapelle de Bourges par nous au plaisir de Dieu nagueres fondee, et afin que le service divin y soit mieulx et plus honnorablement fait et celebré (l. 2-4)

Dispositif intégrant une clause de tradition

avons donné, cedé et transporté, donnons, cedons et transportons, de nostre certaine science et ferme propos, perpetuelment et a tousjours, a noz chiers et bien amez les tresorier et chapittre de nostredicte chapelle, quarante sols parisis de cens que nous avions et prenions chascun an sur la maison qui fut Perrin Sadon, assise a la Porte tornoise(1), et laquelle lesdiz tresorier et chapittre ont naguaires acquise ; et d’iceulx quarante sols parisis de cens nous dessaisissons et devestissons, et en saisissons et vestissons par la tradicion de ces presentes lettres lesdiz tresorier et chapitre, et voulons qu’ilz en joÿssent doresenavant perpetuelment et a tousjours sans aucun contredit ou empeschement, comme de leur propre chose (l. 4-9)

Clause injonctive no 1 (chambre des comptes)

Si donnons en mandement a noz amez et feaulx gens de noz comptes a Bourges que desdiz quarante sols parisis de cens chascun an ilz mettent ou facent mettre, reaulment et de fait, lesdiz tresorier et chapitre, ou leur procureur pour eulx, en bonne possession et saisine reelle et corporelle, et d’icelle les facent joïr et user plainement, paisiblement, perpetuelment et a tousjours, sanz les empeschier ne souffrir estre empeschiez aucunement au contraire (l. 9-13)

Clause injonctive no 2 (reveceur de Berry)

Mandons aussi a nostre receveur de nostre demaine de nostredit païs de Berry, present et a venir, que d’iceulx quarante sols parisis de cens chascun an doresenavant il ne face recepte ne mise en ses comptes (l. 13-15)

Corroboration perpétuelle et annonce du sceau

Et afin que ce soit ferme chose et estable a tousjours, nous avons fait mettre nostre seel a ces presentes lettres (l. 15-16)

Date de lieu et de temps

Donné a Paris, ou mois de juing, l’an de grace mil quatre cens et quatorze (l. 16)

Mention de commandement

Par monseigneur le duc (repli)

Signature du secrétaire ducal

J. Flamel (repli)

4. Commentaire

6On est ici en présence d’un acte à la réalisation soignée. En témoigne en premier lieu, parmi les caractères externes, la qualité de l’écriture. Le scribe, en conformité avec les usages contemporains, à commencer par ceux de la chancellerie royale, est bien plus parcimonieux en abréviations dans les textes français qu’en latin. Le respect des usages de la chancellerie est aussi manifesté par le refus de couper les mots en fin de ligne, dans le cadre d’une justification homogène, parfois approximative, ce qui à l’occasion oblige le scribe a en abréger rudement certains (voir « ho(n)norabl(ement) » et « p(er)p(et)uelm(en)t », l. 3 et 4).

7Malgré le traitement inégal des marges (généreuse à gauche, beaucoup moins large à droite), la mise en page est assez soignée, comme en atteste, entre autres, la hauteur du repli. Surtout, on remarque d’emblée le traitement graphique particulier réservé au nom du duc, la décoration du « h » mais surtout de l’initiale « J » qui, ornée de cadelures et se déployant largement dans la marge de gauche, constitue une preuve visuelle évidente du caractère solennel du document. De la même façon, on peut noter que la longue titulature ducale occupe la totalité de la première ligne, ce qui est peut-être destiné à la mettre en valeur. À ces éléments vient s’ajouter le soin que le scribe met à signaler l’ouverture et la fermeture du discours diplomatique au moyen de deux points, et plus particulièrement, à faire ressortir la scansion du discours au moyen de lettres grossies et allongées : « Jehan », « Savoir », « Si donnons », « Et afin », signalant respectivement le début de la suscription, de la notification, de la clause injonctive et de la corroboration (le procédé est rendu dans l’édition par des petites capitales).

8Surtout, la nature du sceau et de son attache, tous deux conservés, constituent la preuve la plus sûre du caractère solennel de l’acte, dans l’esprit des « chartes » royales à valeur perpétuelle. Comme pour celles-ci, il appelle un sceau de cire verte sur lacs de soie (mais verte ici, alors qu’elle est verte et rouge chez le roi). On peut au passage relever la présence d’oculi en forme de losange dessinés par le scribe afin d’indiquer où perforer le support pour passer les lacs au moment du scellement.

9Certains des caractères internes de l’acte, soient la suscription isolée suivie d’une notification universelle, posant le commanditaire en majesté, et la corroboration avec mention de perpétuité (« Et afin que ce soit ferme chose et estable a tousjours »), confirment l’appartenance du document au type de la charte. Enfin, son contenu, ainsi que la formule « avons donné, cedé et transporté, donnons, cedons et transportons » (l. 4), l’identifient comme une charte de donation.

10Cette charte est également intéressante d’un point de vue historique. En effet, sa rédaction se situe deux ans seulement avant la mort du duc (survenue en 1416). C’est ainsi que, sans surprise, la longue titulature ducale que l’on peut lire ici se retrouve trait pour trait dans le testament de Jean de Berry (Fr. Autrand, Jean de Berry, L’art et le pouvoir, Paris, 2000, p. 325).

11Surtout, l’exposé révèle que le duc poursuivit jusqu’à la fin de sa vie « l’augmentacion de la dotacion de [sa] Saincte Chapelle de Bourges ». De fait, après l’ouverture officielle du projet en 1392, et malgré le rapide avancement des travaux, la Sainte-Chapelle ne put être inaugurée qu’en 1405, en raison de la difficile constitution du patrimoine nécessaire à l’entretien des chanoines.

12De même, si l’autre motivation invoquée par le duc pour le don (dans les faits, l’abandon) de la redevance (un « cens » très générique) de quarante sous parisis à la Chapelle peut paraître bien traditionnelle (« afin que le service divin y soit mieulx et plus honnorablement fait et celebré »), elle peut être sincère de la part d’un prince alors âgé de soixante-quatorze ans, qui avait exprimé à partir de 1403-1404 sa volonté d’être enseveli dans sa fondation.

13La manière dont est présentée la donation nous renseigne sur l’organisation interne de la Sainte-Chapelle, dans la mesure où les bénéficiaires du transport sont désignés comme étant « noz chiers et bien amez les tresorier et chapittre de nostredicte chapelle ». De fait, le collège de la Sainte-Chapelle de Bourges, comme celui de la Sainte-Chapelle de Paris, formait un chapitre de treize chanoines dont le trésorier, chef de la communauté, un chiffre hautement symbolique pour l’écrin de reliques de la Passion.

II. AD du Cher, 8 G 1846, fonds de la Sainte-Chapelle de Bourges, 1402

14Dossier préparé par Pierre Pocard et Pierre-Henri Vey, revu par Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni

1. Transcription paléographique

151402 (n. st.), février. — Paris.

16Jean, fils du feu roi de France, duc de Berry et d’Auvergne, etc., pair de France et lieutenant du roi, donne, pour le logement du trésorier de la Sainte-Chapelle de Bourges, un hôtel proche de cette dernière que Jean a acheté à Louis de Sancerre, connétable de France, et confrontant l’hôtel ayant appartenu à feu Durand Capuche (Capucii) d’une part, et la rue Aux Larrons d’autre part ; il donne également pour le logement de deux chanoines un hôtel ayant appartenu à Jean d’Argenton, situé en face de l’église de l’abbaye de Moyenmoutier, et acheté à Thibaud Portier, chevalier et chambellan du duc ; le trésorier assignera à chaque chanoine l’espace qui lui revient. Ces biens ne viendront pas en déduction de la dotation de 3 000 livres parisis de revenu [annuel] que le duc entend constituer à sa chapelle, et sont amortis gracieusement en vertu des pouvoirs délégués au duc par ses lettres de lieutenance.

A. Original sur parchemin jadis scellé sur lacs de soie verte, larg. 705 mm × haut. 570/545 mm (dont repli 120 mm). Arch. dép. du Cher, 8 G 1846, nombreux passages partiellement effacés mais lisibles, sauf exceptions où la restitution est portée entre crochets carrés.

Johannes, regis quondam Francorum filius, dux Bituricensis et Alvernie, comes Pictavensis, Stamparum, Bolonie et Alvernie ac par Francie et locuntenens domini mei regis in nostris Biturie, Alvernie et Pictavie supradictis et in lingue occitane et ducatus Acquitanie patriis. Salvatoris nostri domus decorem cum prophete devocione nec immerito diligentes et laudum preconia, gratiarum acciones et precum infusiones humiliter et jugiter implorantibus et quibus potissime sumus obnixi, cupimus habitacula conferre domorum. Notum igitur facimus presentibus et futuris quod nos, premissorum et aliorum multiplicium consideracione commoti, sacrosancte cappelle nostre in nostro palacio Bituris sub prelibati almi vocabulo Salvatoris ad sui sanctissimeque Trinitatis, gloriosissime Virginis Marie et tocius curie celestis honorem per nos erecteque fundate, necnon thesaurario, capitulo, canonicis et personis ejusdem cappelle presentibus et posteris in augmentacionem patrimonii et decorem dotacionis ejusdem, ex nostris certis scientia meraque et libera voluntate, ultra summam trium milium librarum parisiencium(a) redditualium quibus ipsam capellam nostram proposuimus, peragente Domino, perdotare, in qua donacionem presentem nolumus quomodolibet comprehendi donavimus, assignavimus, deputavimus, cessimus, concessimus, transtulimus, quittavimus et dimisimus tenoreque presencium donamus, cedimus, concedimus, assignamus, transferimus et desemparamus penitus et imperpetuum donacione perpetua, pura, mera et irrevocabili, facta solenniter inter vivos, videlicet pro mansione et habitacione thesaurarii predicti domum et hospicium nostrum Bituris(1), situm prope palacium et cappellam nostram predictam, hospicio quondam Durandi Capucii ex una parte et carriere Aux Larrons vulgariter nuncupate ab alia parte contiguum, quod nuper acquisivimus a dilecto et fideli consanguineo nostro domino Ludovico de Sacrocezare, connestabulario Francie(2) ; et pro habitacione moraque et mensione(b) duorum canonicorum nostre cappelle prefate, domum et hospicium nostrum situm Bituris ante ecclesiam Monasterii medii, quod fuit quondam magistri Johannis de Argentonio(3) et quod nuper acquisivimus a dilecto et fideli milite et cambellano nostro domino Theobaldo Porterii(4), cum eorum domibus, mansionibus, virigultis(c), turribus, curtibus, parietibus, fundis, juribus, pertinenciis et appendiciis universis ; quodquidem ultimum hospicium volumus et ordinamus per dictum thesaurarium dividi et partiri duobus canonicis antedictis prout sibi videbitur [fore] opportunum et decens ad condecentem statum et disposicionem eorum, nullum in et super ipsis domibus sic donatis et translatis jus domanii, proprietatis, possessionis, census, redditus aut alterius cujuslibet retinentes. Quinymo volentes et ipsis thesaurario, cappitulo, canonicis et personis predictis concedentes quod ipsi seu eorum procurator vel ychonomus [premi]ssorum(d) sic eis donatorum et translatorum possessionem realem et corporalem eorum propria auctoritate plenarie apprehendereque nancisci(e). Eaque omnia sic donata, que nos habentes virtute litterarum regiarum nostre locuntenencie supradicte die nona mensis maii ultimi preteriti datarum(5) plenam et liberam potestatem admortizandi in nostris patriis antedictis regia atque nostra auctoritatibus vigoreque ipsius nostre locuntenencie et ex nostre potestatis plenitudine admor-tizavimus et serie presencium admortizamus tamquam rem propriam ecclesiasticam, sacris usibus deputatam et penitus admortizatam exnunc et imposterum perpetuo tenere, possidere et explectare quieteque pacifice valeant atque possint, absque eo quod ea vendere, distrahere, alienare vel extra manus suas ponere, dominoque meo regi et nobis aliqualem financiam, ydempnitatem(f) [vel] rachaptum solvere seu prestare ullathenus teneantur ; quasquidem financiam, ydemnitatem(f), rachaptum et jus rachapti aliaque jura et deveria, si que occasione premissorum debeantur, prefatis thesaurario, capitulo, canonicis et personis eorumque successoribus remisimus, quittavimus et donavimus, donamusque quittamus et remittimus totaliter per presentes. Quocirca dilectis nostris gentibus compotorum et thesaurariis necnon senescallis, baillivis, judicibus ceterisque justiciariis, commissariis et officiariis predicti domini mei regis et nostris, aut eorum locatenentibus pre-sentibus et futuris et eorum singulis prout pertinuerit ad eosdem damus serie presencium in mandatis quatinus jamdictos thesaurarium, cappitulum, canonicos et personas cappelle jamfate preinsertis sic eis donatis et translatis cumque possessionibus et saisinis nostrisque presentibus donacione, admortizacione, remissione et gracia amodo uti et gaudere pacifice faciant atque sinant, non permittendo eis exnunc nec imposterum fieri seu prestari impedimentum seu aliquod molestamen ; quod si quovismodo fieri contigerit – quod absit – illud exnunc prout extunc tollimus, irritamus, adnullamus totaliter per presentes ac premissa sic donata a cunctorum pressuris et molestacionibus illibata preservarique salvari ad nostri jamdicti precipimus fastigium Salvatoris. Et ut hec omnia fruantur perpetuo valida firmitate, nostrum presentibus fecimus apponi sigillum. Nostro in reliquis et alieno in omnibus jure salvo. Datum Parisius, mense februarii, anno Domini millesimo quadringentesimo primo.

(Sur le repli, à gauche :) Per dominum ducem et locuntenentem.

(Signé :) Moriset(6).

(À droite :) Expedita in camera compotorum dicti domini ducis Parisius, in suo hospicio Nigelle(7), de ejus precepto et in ipsius dominorumque suorum compotorum presencia, ac in libro Memorialium ejusdem camere, folio IXXX IIIIto, registrata, die XVIII aprilis post Pasca, anno Domini Mo CCCC IIo.

(Signé :) Viaut(8).

17Mentions dorsales :

(xve siècle, effacée) Domus hospicii thesaurarii (…) februarii (…). – |2| Februarius IIIIC I.

(xviie siècle) Donation faicte par feu monsieur le duc Jehan au proffit de sa Saincte Chappelle de Bourges de la maison de la Thezaurerie. XX. Layette des fondations. (xviiie siècle) 1761. Nunc layette de la paroisse de Saint-Jean-le-Viel olim Saint-Hyppolite. Cotté 26.

(a) Sic A. – (b) Sic A, comprendre mansione. – (c) Sic A pour virgultis. – (d) Restitué d’après l’acte 8 G 1447 [D]. – (e) Il semble manquer un verbe comme possint. – (f) Sic A.

(1) Le logement du trésorier de la Sainte-Chapelle occupait l’emplacement de l’actuel hôtel de Panette, en face de l’ancien palais ducal.

(2) Louis de Sancerre (1342-1401), connétable de France de 1397 à 1402, élevé, après la mort de son père Louis II de Sancerre à la bataille de Crécy, avec les enfants du duc de Normandie, futur Jean le Bon. Sur Louis de Sancerre, Maurice de Benguy-Puyvallée, « Louis de Sancerre, connétable de France, 1340 ?-1403 », Positions des thèses de l’École des chartes, 1904, p. 5-9, et Valérie Jouet, « Louis de Sancerre, ses dernières volontés et le Religieux de Saint-Denis », dans Saint-Denis et la royauté. Études offertes en l’honneur de Bernard Guenée, travaux réunis par Françoise Autrand, Claude Gauvard et Jean-Marie Moeglin, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 197-212.

(3) Personnage non identifié ; sans doute Argenton-sur-Creuse, Indre, ch.-l. cant.

(4) Thibaud Portier. Homme de basse extraction, il s’élève par le service du duc, qui le fait seigneur de Sainte-Néomaye en Poitou. Relevé en 1387 comme valet de chambre du duc Jean par René Lacour (Le gouvernement de l’apanage de Jean, duc de Berry, Paris, 1934, p. ix), devenu chambellan par la suite. Il fut également sénéchal de Berry (1399), puis de Poitou (1400 à 1405).

(5) Les lettres du 9 mai 1401, par lesquelles Charles VI redonnait à son oncle la lieutenance de ses terres comme du Languedoc et de l’Aquitaine, sont éditées par G. Besse, Recueil de diverses pièces servant à l’histoire du roy Charles VI, Paris, 1660, p. 19-26.

(6) Érart Moriset, relevé par René Lacour (Le gouvernement de l’apanage de Jean, duc de Berry, Paris, 1934, p. xvi) comme secrétaire du duc entre 1397 et 1401.

(7) Hôtel de Nesle, résidence parisienne du duc de Berry, donnée par Charles V en 1380.

(8) Viaut, relevé par René Lacour (Le gouvernement de l’apanage de Jean, duc de Berry, Paris, 1934, p. xvi) comme secrétaire exerçant les fonctions de greffier à la chambre des comptes en 1402 et 1407.

2. Version paléographique avec abréviations

Johannes, regis quondam Francorum filius, dux Bituricen(sis) et Alvernie, comes Pictaven(sis), Stamparum, Bolonie (et) Alvernie ac par Francie et locuntenens domini mei regis in n(ost)ris Biturie, Alvernie et Pictavie supradictis et in lingue occitane et ducatus Acquitanie patriis. Salvatoris n(ost)ri domus decorem cum prophete devocione nec immerito diligentes et laudum preconia, gratiarum actiones et precum infusiones humiliter et jugiter implorantib(us) et quibus potissime sumus obnixi, cupimus habitacula conferre domorum. Notum igitur facimus p(rese)ntibus (et) futuris q(uod) nos, premissorum (et) aliorum multiplicium consideracione commoti, sacrosancte cappelle n(ost)re in n(ost)ro palacio Bituris sub prelibati almi vocabulo Salvatoris ad sui sanctissimeq(ue) Trinitatis, gloriosissime Virginis Marie et tocius curie celestis honore(m) per nos erecteq(ue) fundate, necnon thesaurario, capitulo, canonicis et personis ejusdem cappelle p(rese)ntibus et posteris in augmentacionem patrimonii et decorem dotacionis ejusdem, ex n(ost)ris certis scientia, meraq(ue) et libera voluntate, ultra summam trium milium librarum parisiencium redditualium quibus ipsam cappellam n(ost)ram proposuimus, peragente Domino, perdotare in qua donacionem p(rese)ntem nolumus quomodolibet comprehendi, donavimus, assignavimus, deputavimus, cessimus, concessimus, transtulimus, quittavimus et dimisimus tenoreq(ue) p(rese)ncium donamus, cedimus, concedimus, assignamus, transferimus (et) desemparamus penitus (et) imperpetuum donacione perpetua, pura, mera et irrevocabili, facta solenniter inter vivos, videlicet pro mansione (et) habitacione thesaurarii predicti domum (et) hospicium n(ost)rum Bituris situm prope palacium et cappellam n(ost)ram predictam, hospicio quondam Durandi Capucii ex una parte et carriere Aux Larrons vulgariter nuncupate ab alia parte contiguum, quod nuper acquisivimus a dilecto (et) fideli consanguineo n(ost)ro domino Ludovico de Sacrocezare, connestabulario Francie ; et pro habitacione moraq(ue) (et) mensione duorum canonicorum n(ost)re cappelle prefate, domum (et) hospicium n(ost)r(u)m situm Bituris ante eccl(es)iam Monasterii medii, quod fuit quondam mag(ist)ri Johannis de Argentonio (et) quod nuper acquisivimus a dilecto (et) fideli milite (et) cambellano n(ost)ro domino Theobaldo Porterii, cum eorum domibus, mansionibus, virigultis, turribus, curtibus, parietib(us), fundis, juribus, pertinenciis (et) appendiciis universis ; quodquidem ultimum hospicium volumus (et) ordinamus per dictum thesaurarium dividi (et) partiri duobus canonicis antedictis prout sibi videbitur [fore] opportunum (et) decens ad condecentem statum et disposicionem eorum, nullum in et super ip(s)is domibus sic donatis (et) translatis jus domanii, proprietatis, possessionis, census, redditus aut alterius cujuslibet retinentes. Quinymo volentes et ip(s)is thesaurario, cappitulo, canonicis (et) personis predictis concedentes q(uod) ip(s)i seu eorum procurator vel ychonomus [premi]ssorum sic eis donatorum (et) translatorum possessionem realem et corporalem eorum propria auctoritate plenarie apprehendereque nancisci. Eaq(ue) o(mn)ia sic donata, que nos habentes virtute litterarum regiarum n(ost)re locuntenencie supradicte die nona maii ultimi preteriti datarum plenam et liberam potestatem admortizandi in nostris patriis antedictis regia atque nostra auctoritatibus vigoreque ip(s)ius nostre locuntenencie et ex n(ost)re potestatis plenitudine admortizavimus (et) serie p(rese)ncium admortizamus tamq(ua)m rem propriam ecclesiasticam, sacris usibus deputatam (et) penitus admortizatam exnunc (et) imposterum perpetuo tenere, possidere (et) explectare quieteq(ue) pacifice valeant atq(ue) possint, absq(ue) eo qu(od) ea vendere, distrahere, alienare, vel extra manus suas ponere, dominoq(ue) meo regi et nobis aliqualem financiam, ydempnitatem [vel] rachaptum solvere seu prestare ullathenus teneantur ; quasquidem financiam, ydemnitatem, rachaptum et jus rachapti aliaq(ue) jura et deveria, si que occasione premissorum debeantur, prefatis thesaurario, capitulo, canonicis et personis eorumq(ue) successoribus remisimus, quittavimus (et) donavimus, donamusq(ue) quittamus (et) remittimus totaliter per p(rese)ntes. Quocirca dilectis nostris gentibus compotorum et thesaurariis necnon senescallis, baillivis, judicibus ceterisq(ue) justiciariis, commissariis et officiariis predicti domini mei regis et nostris, aut eorum locatenentibus p(rese)ntibus et futuris et eorum singulis prout pertinuerit ad eosdem damus serie p(resen)cium in mandatis quatinus jamdictos thesaurarium, cappitulum, canonicos (et) personas cappelle jamfate preinsertis sic eis donatis et translatis cumq(ue) possessionibus (et) saisinis n(ost)risq(ue) p(rese)ntibus donacione, admortizacione, remissione (et) gracia amodo uti et gaudere pacifice faciant atq(ue) sinant, non permittendo eis exnunc nec imposterum fieri seu prestari impedimentum seu aliquod molestamen ; quod si quovismodo fieri contigerit – quod absit – illud exnunc prout extunc tollimus, irritam(us), adnullam(us) total(ite)r p(er) p(rese)ntes ac p(re)missa sic donata a cunctorum pressuris et molestacionibus illibata preservariq(ue) salvari ad n(ost)ri jamdicti precipimus fastigium Salvatoris. Et ut hec omnia fruantur perpetuo valida firmitate n(ostru)m p(rese)ntibus fecimus apponi sigillum. Nostro in reliquis (et) alieno in omnibus jure salvo. Datum Parisius, mense februarii, anno Domini millesimo quadringentesimo primo.

Per dominum ducem et locunten(entem).

Moriset.

Expedita in cam(er)a comp(oto)r(um) d(i)c(t)i d(omi)ni ducis Parisius, in suo hospicio Nigelle, de ejus p(re)cepto et in ip(s)ius d(omi)nor(um)q(ue) suor(um) comp(oto)r(um) p(rese)ncia, ac in libro Memorialiu(m) ejusd(em) cam(er)e, folio IXXX IIIIto, reg(istra)ta, die XVIII ap(r)ilis post Pasca, anno Do(mi)ni Mo CCCC IIo.

Viaut.

3. Parties du discours

Suscription

Johannes, regis quondam Francorum filius, dux Bituricensis et Alvernie, comes Pictavensis, Stamparum, Bolonie et Alvernie ac par Francie et locuntenens domini mei regis in nostris Biturie, Alvernie et Pictavie supradictis et in lingue occitane et ducatus Acquitanie patriis (l. 1-2)

Préambule

Salvatoris nostri domus decorem cum prophete devocione nec immerito diligentes et laudum preconia, gratiarum acciones et precum infusiones humiliter et jugiter implorantibus et quibus potissime sumus obnixi, cupimus habitacula conferre domorum (l. 2-4)

Notification universelle

Notum igitur facimus presentibus et futuris quod (l. 4)

Dispositif (avec exposé des motifs)

nos, premissorum et aliorum multiplicium consideracione commoti, sacrosancte cappelle nostre in nostro palacio Bituris sub prelibati almi vocabulo Salvatoris ad sui sanctissimeque Trinitatis, gloriosissime Virginis Marie et tocius curie celestis honorem per nos erecteque fundate, necnon thesaurario, capitulo, canonicis et personis ejusdem cappelle presentibus et posteris in augmentacionem patrimonii et decorem dotacionis ejusdem, ex nostris certis scientia meraque et libera voluntate, ultra summam trium milium librarum parisiencium redditualium quibus ipsam capellam nostram proposuimus, peragente Domino, perdotare, in qua donacionem presentem nolumus quomodolibet comprehendi donavimus, assignavimus, deputavimus, cessimus, concessimus, transtulimus, quittavimus et dimisimus tenoreque presencium donamus, cedimus, concedimus, assignamus, transferimus et desemparamus penitus et imperpetuum donacione perpetua, pura, mera et irrevocabili, facta solenniter inter vivos, videlicet pro mansione et habitacione thesaurarii predicti domum et hospicium nostrum Bituris, situm prope palacium et cappellam nostram predictam, hospicio quondam Durandi Capucii ex una parte et carriere Aux Larrons vulgariter nuncupate ab alia parte contiguum, quod nuper acquisivimus a dilecto et fideli consanguineo nostro domino Ludovico de Sacrocezare, connestabulario Francie ; et pro habitacione moraque et mensione duorum canonicorum nostre cappelle prefate, domum et hospicium nostrum situm Bituris ante ecclesiam Monasterii medii, quod fuit quondam magistri Johannis de Argentonio et quod nuper acquisivimus a dilecto et fideli milite et cambellano nostro domino Theobaldo Porterii, cum eorum domibus, mansionibus, virigultis, turribus, curtibus, parietibus, fundis, juribus, pertinenciis et appendiciis universis ; quodquidem ultimum hospicium volumus et ordinamus per dictum thesaurarium dividi et partiri duobus canonicis antedictis prout sibi videbitur [fore] opportunum et decens ad condecentem statum et disposicionem eorum, nullum in et super ipsis domibus sic donatis et translatis jus domanii, proprietatis, possessionis, census, redditus aut alterius cujuslibet retinentes. Quinymo volentes et ipsis thesaurario, cappitulo, canonicis et personis predictis concedentes quod ipsi seu eorum procurator vel ychonomus [premi]ssorum sic eis donatorum et translatorum possessionem realem et corporalem eorum propria auctoritate plenarie apprehendereque nancisci. Eaque omnia sic donata, que nos habentes virtute litterarum regiarum nostre locuntenencie supradicte die nona mensis maii ultimi preteriti datarum plenam et liberam potestatem admortizandi in nostris patriis antedictis regia atque nostra auctoritatibus vigoreque ipsius nostre locuntenencie et ex nostre potestatis plenitudine admortizavimus et serie presencium admortizamus tamquam rem propriam ecclesiasticam, sacris usibus deputatam et penitus admortizatam exnunc et imposterum perpetuo tenere, possidere et explectare quieteque pacifice valeant atque possint, absque eo quod ea vendere, distrahere, alienare vel extra manus suas ponere, dominoque meo regi et nobis aliqualem financiam, ydempnitatem [vel] rachaptum solvere seu prestare ullathenus teneantur ; quasquidem financiam, ydemnitatem, rachaptum et jus rachapti aliaque jura et deveria, si que occasione premissorum debeantur, prefatis thesaurario, capitulo, canonicis et personis eorumque successoribus remisimus, quittavimus et donavimus, donamusque quittamus et remittimus totaliter per presentes (l. 4-23)

Clause injonctive

Quocirca dilectis nostris gentibus compotorum et thesaurariis necnon senescallis, baillivis, judicibus ceterisque justiciariis, commissariis et officiariis predicti domini mei regis et nostris, aut eorum locatenentibus presentibus et futuris et eorum singulis prout pertinuerit ad eosdem damus serie presencium in mandatis quatinus jamdictos thesaurarium, cappitulum, canonicos et personas cappelle jamfate preinsertis sic eis donatis et translatis cumque possessionibus et saisinis nostrisque presentibus donacione, admortizacione, remissione et gracia amodo uti et gaudere pacifice faciant atque sinant (l. 23-27)

Clause prohibitive

non permittendo eis exnunc nec imposterum fieri seu prestari impedimentum seu aliquod molestamen ; quod si quovismodo fieri contigerit – quod absit – illud exnunc prout extunc tollimus, irritamus, adnullamus totaliter per presentes ac premissa sic donata a cunctorum pressuris et molestacionibus illibata preservarique salvari ad nostri jamdicti precipimus fastigium Salvatoris (l. 27-29)

Clause de corroboration perpétuelle avec annonce du sceau

Et ut hec omnia fruantur perpetuo valida firmitate, nostrum presentibus fecimus apponi sigillum (l. 29)

Clause de réserve

Nostro in reliquis et alieno in omnibus jure salvo (l. 29)

Date de lieu et de temps

Datum Parisius, mense februarii, anno Domini millesimo quadringentesimo primo (l. 30)

Mention de commandement

Per dominum ducem et locuntenentem

Signature du secrétaire

Moriset

Apostille : mention de publication et d’enregistrement par la chambre des comptes

Expedita in camera compotorum dicti domini ducis Parisius, in suo hospicio Nigelle, de ejus precepto et in ipsius dominorumque suorum compotorum presencia, ac in libro Memorialium ejusdem camere, folio IXXX IIIIto, registrata, die XVIII aprilis post Pasca, anno Domini Mo CCCC IIo

Signature du greffier de la chambre

Viaut.

4. Commentaire

Commentaire diplomatique

18Tout contribue à rendre manifeste la solennité d’un acte qui affiche une volonté de validité perpétuelle, tout à fait au rebours des mandements sur simple queue, et reprend le modèle de la charte royale : écriture soignée, marges généreuses, justification du texte, absence d’adresse et de salut, notification universelle et perpétuelle (« notum igitur facimus universis presentibus et futuris »), exposé minimal. Le scellement est à ce titre révélateur : si le sceau a été perdu, des lacs de soie verte demeurent, qui évoquent les lacs de soie rouge et verte des chartes des rois de France, marqueurs de perpétuité. Jean de Berry semble donc imiter les pratiques de chancellerie du roi, tout en restant respectueux de la différence qui demeure entre son pouvoir et le pouvoir royal. De même, la suscription insiste sur les fonctions de lieutenant général, mettant sa puissance en avant tout en rappelant l’origine de celle-ci. L’ornementation est également travaillée : l’initiale est ornée et certains mots, d’un module grossi, sont mis en valeur et font ressortir l’ossature du discours diplomatique. On note aussi la présence d’un préambule, en tête de l’acte. Cet exercice de style, très rare dans les actes de Jean de Berry, montre que cette charte est d’une solennité particulière, tout comme l’exposé des motifs, coulé dans le dispositif, qui reste très général. La complexité de la syntaxe, tel usage étonnant de l’enclitique -que employé avec insistance avec la valeur de et, la présence d’un vocabulaire précis et parfois précieux ne font que renforcer l’idée de puissance qui se dégage de cet acte.

19La volonté de rendre l’acte infrangible est patente : tous les agents ducaux sont mentionnés dans la clause injonctive ; on multiplie les verbes introducteurs du dispositif, dédoublés, comme à la chancellerie royale, au parfait et au présent ; la liste de pertinences est étoffée ; la clause prohibitive énumère tous les droits dans une recherche d’exhaustivité ; la valeur perpétuelle de la clause de corroboration (« perpetuo valida firmitate ») est confirmée par les lacs de soie verte, qui supportaient probablement un sceau de cire verte. Tous ces éléments tendent à souligner la proximité de l’acte avec un testament.

Commentaire historique

20Vieillissant et affligé par la mort de son dernier fils, Jean de Montmorency (1363-1397), avec qui disparurent ses espoirs de fonder une dynastie princière, Jean de Berry reporta toute son attention sur l’achèvement de la Sainte-Chapelle de Bourges, dont il avait entamé la construction dès 1392. Ce projet, qui se voulait l’aboutissement du processus d’imitation du faste du pouvoir royal à l’échelle d’une principauté apanagiste, devenait ainsi l’ultime témoignage des rêves de grandeur du duc, en même temps que l’objet d’une dévotion personnelle sans doute accrue par la perspective de la mort. En 1403, le duc fit donc savoir qu’il désirait être inhumé dans la Sainte-Chapelle en cours de constitution. La Sainte-Chapelle ne fut finalement investie et consacrée qu’en 1405, soit treize ans après que le pape Clément VII ont donné à Jean de Berry l’autorisation d’installer un tel établissement dans sa capitale.

21C’est dans le contexte de l’institution de la Sainte-Chapelle que se situe la présente donation, qui marque une accélération notable du processus de constitution du patrimoine du collège chargé d’y assurer le culte. En effet, la Sainte-Chapelle n’est pas un simple écrin monumental des reliques de la Passion, mais bien une institution religieuse très prestigieuse, dont les caractéristiques sont calquées sur le modèle de la Sainte-Chapelle de Paris. La Sainte-Chapelle de Bourges, d’après l’autorisation de Clément VII adressée à Jean de Berry, devait être desservie par quarante-cinq clercs, dont treize chanoines séculiers organisés en collège, chargés du culte, treize chapelains pour les assister, treize vicaires pour les remplacer le cas échéant et six clercs de chœur pour chanter les messes (voir Béatrice de Chancel-Bardelot et Clémence Raynaud [dir.], Une fondation disparue de Jean de France, duc de Berry. La Sainte-Chapelle de Bourges, Paris/Bourges, Somogy Éditions d’art/Musée du Berry, 2004). Tous ces desservants devaient être logés au plus près de la chapelle et entretenus pour que le culte, rendu aux heures de Paris, fût perpétuellement garanti. De fait, en plus de l’édifice, Jean de Berry se devait de constituer un patrimoine capable d’accueillir et de soutenir autant d’hommes. D’où l’importance de la présente donation, datée de février 1402, et plus encore du revenu annuel de 3 000 livres parisis promis par le duc.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540