Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean de Berry et l’écrit

 | 
Olivier Guyotjeannin
, 
Olivier Mattéoni

Les éditions d’actes princiers (xiie-xve siècle) : bilan à l’heure du numérique

Olivier Canteaut et Jean-François Moufflet

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Oswald Redlich, « Die Privaturkunden des Mittelalters », dans Oswald Redlich, Wilh (...)
  • 2 Les actes princiers sont l’un des moyens par lesquels le prince exprime sa capacité à exercer une a (...)
  • 3 Une des réalisations pionnières en la matière est l’étude qu’a consacrée Franz Kürschner aux actes (...)
  • 4 Parmi les travaux monographiques les plus récents, citons Aurélie Stuckens, Les hommes de l’écrit. (...)
  • 5 Les actes de deux princes de Galles, Edouard de Carnavon et Edouard de Woodstock, ont également fai (...)
  • 6 Signalons en particulier l’édition conjointe des actes des comtes de Luxembourg et des ducs de Lorr (...)

1Les actes des princes laïques sont-ils le parent pauvre de la diplomatique ? Dès ses débuts, celle-ci a accordé une attention privilégiée aux actes pontificaux et aux actes royaux et a volontiers rabaissé leurs homologues princiers au rang d’« actes privés1 », alors même que les uns et les autres sont de même essence et participent de pratiques similaires2. Certes, les diplomatistes n’ont pas entièrement oublié les actes princiers : dès la fin du xixe siècle, des études d’envergure leur ont été consacrées, ainsi qu’aux chancelleries dont ils émanent3. Cet effort ne s’est pas démenti par la suite et les travaux sont aujourd’hui abondants4. Pourtant, les actes princiers eux-mêmes ont été souvent négligés par les éditeurs de textes : seuls ceux des ducs de Bretagne et des comtes de Provence, parmi tous les princes évoqués dans le présent volume, bénéficient à l’heure actuelle d’une édition scientifique5. Fort heureusement, de nouveaux projets se concrétisent aujourd’hui, le plus souvent sous forme numérique6 ; l’édition des actes de Jean de Berry en fournira un nouvel exemple. Le développement de l’édition électronique scientifique et, plus globalement, les perspectives offertes par les humanités numériques stimulent en effet depuis plus d’une décennie la réalisation d’amples corpus d’actes et la diplomatique princière laïque bénéficie de ce regain d’intérêt – quoique modestement. L’heure est donc propice pour esquisser un premier bilan des éditions d’actes princiers et du renouveau qu’elles connaissent aujourd’hui, à l’image du regain d’intérêt dont jouit l’édition des textes diplomatiques dans leur ensemble.

Les apports d’un siècle et demi d’érudition

  • 7 Sur les prémices de cette entreprise éditoriale, voir Henri d’Arbois de Jubainville, « Préface », d (...)
  • 8 Rapport d’Auguste Longnon à la commission des travaux littéraires, cité ibid., p. ix.
  • 9 Pour un bilan rapide des réalisations par l’éditeur des derniers volumes parus, voir Jean Dufour, « (...)
  • 10 Recueil des actes de Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, concernant les provinces franç (...)
  • 11 Ibid., t. 4, p. i-ii.
  • 12 À la fin des années 1970, les grands chantiers dédiés aux actes royaux jusqu’au xiie siècle paraiss (...)
  • 13 Recueil des actes d’Henri le Libéral, comte de Champagne (1152-1181), éd. par John F. Benton et Mic (...)

2Les grandes entreprises éditoriales du xixe siècle, attentives au premier chef aux actes royaux, n’ont souvent abouti qu’à des réalisations modestes dans le domaine de la diplomatique princière. Certes, dans le cadre des réflexions qui ont présidé à la naissance des Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France7, l’Académie des inscriptions et belles-lettres envisageait en 1894 de lancer, aux côtés de deux séries dédiées respectivement aux actes royaux et aux actes des prélats, une troisième série consacrée aux actes des « grands feudataires » de l’espace français8. Si la réalisation de la première de ces séries a été menée avec persévérance depuis plus d’un siècle, non sans obstacles9, si la deuxième n’a jamais vu le jour, la série destinée aux actes des princes laïques a été ouverte rapidement, dès 1909, par la troisième publication de la collection : l’édition des actes de Henri II Plantagenêt relatifs à la France10. En réalité, cette première réalisation – relevant tout autant de la diplomatique royale que de la diplomatique princière – avait été initiée par Léopold Delisle avant même la création des Chartes et diplômes11 ; elle n’eut pas de suite. La série entra alors en sommeil pour près d’un siècle, en dépit des tentatives pour l’en sortir12. Ce n’est que récemment qu’y fut publiée l’édition des actes du comte de Champagne Henri le Libéral, qu’avait lancée John Benton plusieurs décennies auparavant et que paracheva Michel Bur au terme d’un long parcours13.

  • 14 Rôles gascons, éd. par Francisque Michel, t. 1, 1242-1254, Paris, Impr. nationale (Collection de do (...)
  • 15 Correspondance administrative d’Alphonse de Poitiers, éd. par Auguste Molinier, Paris, Impr. nation (...)
  • 16 Voir Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1886, (...)
  • 17 Voir en annexe, p. 283.
  • 18 Voir en annexe, ibid.

3De son côté, le Comité des travaux historiques et scientifiques avait devancé l’Académie en accueillant dans la Collection des documents inédits sur l’histoire de France deux éditions d’actes princiers : la première, parue dès 1885, concernait les actes pour la Gascogne enregistrés par la chancellerie de Henri III ; elle était destinée à satisfaire le même intérêt pour les possessions continentales du roi d’Angleterre que celui qui animerait Léopold Delisle quelques années plus tard dans sa publication des actes de Henri II14. La seconde s’attachait aux registres d’Alphonse de Poitiers15. Néanmoins ces publications ne répondaient à aucun plan concerté : l’édition des rôles anglais relatifs à la Gascogne, dont le terme n’avait pas été fixé en 1885, fut poursuivie dans les années suivantes, au terme de quelques péripéties, jusqu’au règne d’Édouard Ier16, avant qu’Yves Renouard n’y ajoute en 1962 un dernier volume consacré à la première moitié du règne d’Édouard II17. L’édition des actes des comtes de Ponthieu par Clovis Brunel vint clore en 1930 les seules incursions de la collection dans le domaine de la diplomatique princière18.

  • 19 Les Regesta imperii consacrent par exemple un volume à Henri VII avant son avènement (Die Regesten (...)
  • 20 Edmund E. Stengel, « Reichsinstitut für ältere deutsche Geschichtskunde (Monumenta Germaniae histor (...)
  • 21 Die Urkunden Heinrichs des Löwen…, op. cit. Celui-ci avait été préparé avant les projets d’E. Steng (...)
  • 22 Theodor Mayer, « Reichsinstitut für ältere Geschichtskunde (Monumenta Germaniae historica). Jahresb (...)
  • 23 Horst Fuhrmann, « Monumenta Germaniae historica. Bericht für die Jahre 1987/88 », Deutsches Archiv (...)

4On aboutit à un constat similaire si l’on se tourne vers les principales entreprises éditoriales allemandes : toutes dévolues à la diplomatique impériale, elles ne s’attachent aux actes princiers que de manière incidente, lorsque ceux-ci émanent de prétendants à la dignité impériale ou de futurs détenteurs de celle-ci19. C’est tardivement, à la fin des années 1930, que les Monumenta Germaniae Historica créèrent, à l’initiative d’Edmund Stengel, une sous-série dédiée aux actes des princes laïques antérieurs aux années 123020 ; en 1941, paraissait son premier volume21. Sa réalisation fut toutefois remise en question dès que Stengel quitta la direction des Monumenta, et elle fut abandonnée après guerre22. Elle fut toutefois ressuscitée à la fin des années 1980 pour accueillir une édition initialement conçue en dehors d’elle23 ; ce renouveau est resté sans lendemain.

  • 24 Ernst Birk, « Verzeichniss der Urkunden zur Geschichte des Hauses Habsburg », dans Eduard von Lichn (...)
  • 25 Voir en annexe, p. 284.
  • 26 Voir en annexe, p. 285 et 279, et les introductions des travaux qui y sont cités.

5D’autres pays se sont engagés avec davantage de succès sur la voie du repérage et de l’édition d’actes princiers. Ainsi, dès 1836 était publié un recueil de regestes relatifs aux ducs d’Autriche de la famille de Habsbourg, suivant le modèle des Regesta imperii24, une œuvre entièrement refondue au début du xxe siècle sous l’égide de l’Institut für österreichische Geschichtsforchung25. Le même institut publia ultérieurement des regestes relatifs aux comtes de Gorice et de Tyrol, également ducs de Carinthie, ainsi que l’édition des actes des ducs d’Autriche de la dynastie Babenberg, sans pour autant que ces travaux aient répondu à un plan d’action concerté26.

  • 27 Arrêté royal du 18 avril 1846, publié dans Commission royale pour la publication des anciennes lois (...)
  • 28 Ibid., p. 4-5.
  • 29 Liste chronologique des édits et ordonnances de la principauté de Stavelot et de Malmédy de 650 à 1 (...)
  • 30 Charles Laurent, « Liste des ordonnances des xiiie, xive et xve siècles concernant la province de L (...)
  • 31 Ordonnances de Philippe le Hardi et de Marguerite de Male du 16 octobre 1381 au 25 février 1405, t. (...)
  • 32 Voir en annexe, p. 282.
  • 33 Rapport de Godefroid Kurth, dans Compte rendu des séances de la Commission royale d’histoire, ou Re (...)
  • 34 Bulletin de la Commission royale d’histoire, 93, 1929, p. ix et ibid., 98, 1934, p. 564.
  • 35 Pour les comtés de Namur et de Flandre, voir en annexe, p. 278-279 ; pour Liège, Actes des princes- (...)
  • 36 Voir Walter Prévenier, « La Commission royale d’histoire pendant les vingt-cinq dernières années (1 (...)
  • 37 « Instructions pour la publication de regestes des actes de princes belges », Bulletin de la Commis (...)
  • 38 Françoise Lecomte, Regestes des actes de Jean d’Eppes, prince-évêque de Liège, 1229-1238, Bruxelles (...)

6Autre entreprise précoce, celle qu’initièrent les érudits belges, attirés par des princes perçus comme précurseurs de la nation. Dès 1846, la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique reçut ainsi pour tâche de publier les actes législatifs émis dans les principautés formant le territoire belge27. Toutefois, guidée par des considérations juridiques autant qu’historiques, la Commission se fixa pour priorité la publication des lois les plus récentes, celles du xviiie siècle28. Pendant longtemps, elle ne s’aventura dans les fonds médiévaux que pour éditer quelques ordonnances des principautés ecclésiastiques de Liège, Bouillon et Stavelot29, et pour établir une liste préparatoire d’ordonnances pour le Luxembourg30. Les travaux relatifs aux actes des ducs de Bourgogne, plusieurs fois annoncés, se concrétisèrent finalement en 196531. L’entreprise a aujourd’hui abouti à la publication de six volumes, couvrant les principats de Philippe le Hardi, de Jean sans Peur et, pour une partie de ses États, celui de Philippe le Bon32. De son côté, la Commission royale d’histoire se fixa pour projet en 1899 de publier des catalogues d’actes princiers médiévaux, selon le modèle des Regesta imperii33 ; refondue en 1929 à l’initiative d’Henri Pirenne, l’entreprise aboutit à la création du Recueil des actes des princes belges34. Celui-ci fut mis en œuvre dès les années 1930 pour le comté de Namur, le comté de Flandre et l’évêché de Liège35 ; il n’a cependant pas été étendu au-delà de ces trois principautés, en dépit de divers projets formés dans les années 198036. Quant à la série des Regestes des actes des princes belges, créée en 1980 pour accueillir les actes du xiiie siècle et des siècles suivants37, elle n’accueille aujourd’hui qu’un volume consacré à l’évêché de Liège38.

  • 39 Voir en annexe, p. 277-279, 281 et 283. Remarquons également que le récent catalogue des actes des (...)
  • 40 Voir par exemple l’une des entreprises pionnières, au titre évocateur : Urkundenbuch für die Geschi (...)
  • 41 Nous n’avons répertorié en annexe que les Urkundenbücher plaçant explicitement un prince au centre (...)
  • 42 Le meilleur exemple français en est probablement la monumentale collection des Chartes du Forez ant (...)

7La carte des États-nations telle qu’elle s’est dessinée au cours des xixe et xxe siècles, n’a donc pas été sans influence sur la répartition géographique des éditions d’actes princiers. Les traditions historiographiques nationales, ainsi que leur rapport avec les identités régionales, ont eu elles aussi une influence notable. Ainsi, face à la prégnance de la documentation royale dans la production historiographique française, seules quelques régions ayant conservé une identité forte ont fait l’objet de travaux substantiels, Bretagne et Lorraine en tête39. De leur côté, les érudits allemands ont développé dès le début du xixe siècle le genre de l’Urkundenbuch dévolu à une ville, à une principauté ou à une région plus vaste encore40. Bien des Urkundenbücher recueillent ainsi un grand nombre d’actes princiers, sans pour autant leur être exclusivement dévolus, ce qui a pu contribuer à masquer la production diplomatique des princes d’empire41. Du reste, le genre n’est pas inconnu hors du monde germanique42.

  • 43 Tel est par exemple le cas de l’ambitieuse « préédition » des actes des princes lorrains, laïques t (...)
  • 44 Citons là le catalogue des registres de chancellerie du duc de Bretagne François II, réalisé dans l (...)

8Le bilan relativement maigre auquel ont abouti les grandes entreprises éditoriales lancées au xixe et au début du xxe siècle est ainsi en partie compensé par l’existence d’un nombre conséquent de publications dispersées, parfois confidentielles43, et les travaux demeurés inédits ne sont pas rares en la matière44. La grande diversité de cette production éditoriale témoigne des apports d’un siècle et demi d’érudition, mais le paysage très contrasté qu’elle dessine révèle bien des zones laissées dans l’ombre par les diplomatistes.

9Ces contrastes se manifestent non seulement dans la répartition géographique des réalisations, mais aussi dans leur distribution chronologique déséquilibrée. À un long xiie siècle, jusqu’au couronnement de Frédéric II et à la mort de Philippe Auguste, s’opposent les siècles suivants : plus les siècles passent, plus les éditions se raréfient, au point que, dans l’espace français actuel, le xve siècle est presque entièrement en jachère, à l’exception notable des cas bourguignon, breton et gascon (fig. 1).

  • 45 La période couverte par la série des actes royaux dans la collection des Chartes et diplômes avait (...)
  • 46 The Acts of Robert I, King of Scots, 1306-1329, éd. par Archibald A. M. Duncan, Édimbourg, Edinburg (...)
  • 47 Sur l’explosion de la production écrite à la fin du Moyen Âge, voir Paul Bertrand, « À propos de la (...)
  • 48 Voir P. Moraw, « Die Entfaltung der deutschen Territorien… », p. 87-89 et Hans Patze, « Landesgesch (...)
  • 49 Voir en annexe, p. 279.
  • 50 Tel est le cas pour les actes des rois d’Angleterre, ducs de Normandie et d’Aquitaine, mais aussi p (...)

10Ce constat vaut d’ailleurs tout autant pour les éditions d’actes souverains : pour le roi de France comme pour celui d’Angleterre ou pour l’empereur, les premières années du xiiie siècle marquent pour l’instant la fin des travaux de publication systématique45. Pour le xive siècle, seuls les actes des rois d’Écosse ont fait l’objet d’un travail éditorial d’envergure, couvrant soixante-cinq années ; il est vrai que l’on compte moins de mille actes produits durant cette période46. Cette exception écossaise montre clairement la raison première pour laquelle les actes de la fin du Moyen Âge sont tant négligés : la croissance exponentielle des productions de chancellerie à partir du début du xiiie siècle génère une masse documentaire de moins en moins maîtrisable pour l’éditeur, sauf pour des chancelleries à l’activité réduite47. Ajoutons que le développement de la scripturalité dans l’ensemble de la société a pour partie marginalisé les actes de chancellerie dans le paysage documentaire de la fin du Moyen Âge48. En conséquence, les princes dont les actes ont fait l’objet d’une édition sont souvent les plus anciens, ou bien les plus modestes. Ainsi, alors que l’entreprise d’édition des actes des princes lorrains initiée par Michel Parisse a permis la publication des actes des comtes de Bar, ceux des ducs de Lorraine sont restés inédits49. C’est donc sur ses marges que la diplomatique princière est souvent la mieux connue, d’une part lorsqu’elle touche à la diplomatique seigneuriale, d’autre part lorsque actes princiers et actes royaux se confondent50.

Figure 1 — Répartition chronologique des éditions et catalogues d’actes princiers produits (espace français actuel)

Figure 1 — Répartition chronologique des éditions et catalogues d’actes princiers produits (espace français actuel)
  • 51 Pour la chancellerie royale française, la réalisation la plus notable est constituée par les quelqu (...)
  • 52 Voir en annexe, p. 283.
  • 53 Chantal Reydellet-Guttinger, « La chancellerie d’Humbert II, dauphin de Viennois (1333-1349) », Arc (...)
  • 54 Michael Jones, « The Chancery of the Duchy of Brittany from Peter Mauclerc to Duchess Anne, 1213-15 (...)
  • 55 Voir en annexe, p. 286.

11N’échappent guère à ce constat que les princes dont les chancelleries ont tenu des registres : les diplomatistes y trouvent aisément des milliers d’actes, une matière abondante qu’ils n’ont pas manqué de mettre à profit dans le cas des registres royaux. Certes, ces derniers ont rarement été édités dans leur intégralité, car les éditeurs ont pu être rebutés par la masse d’actes ainsi rassemblés ; mais le produit de l’enregistrement a souvent donné lieu à des éditions sélectives51, ou a fait l’objet d’inventaires détaillés, qu’il s’agisse des rouleaux anglais, des premiers registres de chancellerie français ou des registres angevins de Naples peu à peu reconstitués depuis 1943. Certains registres princiers ont eux aussi bénéficié de telles entreprises. Ainsi en va-t-il des registres de la chancellerie du sceau privé de Jean de Gand ou de ceux de la chancellerie hollandaise au début du xive siècle, qui ont récemment été mis en lumière par une remarquable édition électronique52. Toutefois, les registres princiers sont, sauf exception, bien plus tardifs et plus rares que leurs homologues royaux : alors que l’enregistrement devient la norme dans les chancelleries souveraines à la fin du xiiie siècle ou, au plus tard, au début du xive siècle, il ne devient régulier dans bien des principautés que pendant le deuxième ou le troisième tiers du xive siècle, par exemple en Dauphiné ou en Bretagne53 ; encore, dans ce dernier cas, les registres ne sont-ils conservés qu’à partir du xve siècle, et de façon très fragmentaire54. Quant à la chancellerie de Jean de Berry, comme d’autres, elle n’a jamais eu recours à l’enregistrement. Des formulaires seraient susceptibles de compenser les faiblesses de l’enregistrement en condensant la diversité de la production de chancellerie en un nombre limité d’actes ; mais les chancelleries princières en ont rarement laissé et nous n’avons pu en identifier qu’un qui ait fait l’objet d’une édition, pour le duché de Milan55.

  • 56 En découle la nécessité de modifier, pour la fin du Moyen Âge, les logiques éditoriales traditionne (...)
  • 57 Sur l’histoire des regestes et sur la fondation des Regesta imperii, voir Alfred Hessel, « Zur Gesc (...)
  • 58 Sur son influence en France, voir Yann Potin, « Le dernier garde de la librairie du Louvre. 2e part (...)
  • 59 Nous avons systématiquement inclus dans notre annexe les recueils de regestes consacrés à des princ (...)

12L’explosion documentaire que connaît l’Occident à compter du xiiie siècle a eu une autre conséquence : les diplomatistes abordent plus souvent les actes de la fin du Moyen Âge par l’intermédiaire du catalogue d’actes que par celui de l’édition de texte, dans la mesure où cet usage les autorise à réunir des corpus bien plus vastes, pouvant embrasser plusieurs milliers d’actes56. Le recours à des regestes, en lieu et place de transcriptions in extenso des textes, a été inauguré par les érudits dès le xviie siècle, avant d’acquérir ses lettres de noblesse dans les années 1820 sous la plume de Johann Friedrich Böhmer dans ses Regesta imperii57. Toutefois les Regesta imperii ne se limitent pas à l’analyse des actes de chancellerie : ils visent à reconstituer, sous forme annalistique, l’histoire d’un souverain en recourant à toutes les sources disponibles, y compris narratives. Aussi les actes de chancellerie y occupent-ils une place variable, pas toujours majoritaire. Ce modèle a fortement imprégné la production érudite germanophone et rayonné bien au-delà, et ce de façon précoce58. Nombre de travaux menés à l’imitation des Regesta imperii fournissent ainsi un aperçu précieux de la production diplomatique princière, quoiqu’ils n’en facilitent pas toujours l’exploitation59.

  • 60 Michel Parisse qualifie par exemple l’édition des Actes des princes lorrains de « pré-édition », da (...)

13Quelle que soit la méthode choisie – édition, catalogue ou regestes sur le modèle de Böhmer –, l’entreprise demeure délicate et chronophage ; la durée de réalisation de bien des projets et les déboires rencontrés par certains d’entre eux en témoignent. L’importance de la tâche a même pu conduire certains diplomatistes à renoncer à une partie des exigences du travail d’édition de peur de ne pouvoir achever sa réalisation60. Cet obstacle peut désormais être levé en partie grâce à l’édition électronique qui permet, entre autres avantages, une publication progressive des travaux réalisés. C’est là un des atouts, mais pas le seul, du recours aux technologies numériques dans le domaine de la diplomatique.

Apports et promesses du numérique

  • 61 La Commission d’histoire de l’Académie royale de Belgique fait ici figure de pionnière, lançant dès (...)
  • 62 Des réflexions sur l’opportunité de l’édition des textes à l’heure du numérique sont notamment form (...)

14Les éditeurs d’actes médiévaux ont été prompts à percevoir tout l’intérêt qu’ils pouvaient tirer des outils informatiques61. Toutefois ce n’est qu’à compter de la fin des années 1990 et, plus encore, des années 2000 que l’édition électronique a pris son essor dans le domaine de la diplomatique. Si les réalisations sont toujours plus nombreuses aujourd’hui, le recul nécessaire à un bilan d’ensemble fait assurément défaut62. Il n’en est pas moins possible d’esquisser ici un état des apports que confère le numérique à l’édition, mais aussi des chantiers qui ont été ouverts et des champs qui, tels la diplomatique princière, demeurent en partie à défricher.

L’édition imprimée est-elle toujours pertinente ?

  • 63 Olivier Guyotjeannin, Gautier Poupeau, « Le projet d’édition électronique du Cartulaire blanc de l’ (...)
  • 64 Ibid.
  • 65 Benoît-Michel Tock, « La diplomatique numérique, une diplomatique magique ? », dans Ambrosio, Barre (...)

15S’attacher à comparer les avantages et inconvénients de l’édition électronique face à l’édition imprimée, c’est entrer dans un « débat un peu rhétorique63 ». Il est certain que l’on peut tomber rapidement dans des considérations faciles et réductrices : comme Olivier Guyotjeannin et Gautier Poupeau le signalaient dès 2003, « l’édition électronique change tout et rien64 ». En effet, aussi intéressantes que puissent être les solutions apportées par les outils numériques, il ne faut pas s’attendre à ce qu’ils facilitent le processus d’édition de manière « magique » pour paraphraser Benoît-Michel Tock65. Ils ne sauraient remplacer le temps passé à transcrire les documents et à élaborer leur tradition. L’intérêt immédiat d’une édition électronique réside d’une part dans les capacités de recherche qu’elle offre, d’autre part dans les interfaces de consultation qui peuvent mettre en valeur un certain nombre de caractéristiques qu’une édition imprimée ne peut restituer aussi aisément. Ainsi en va-t-il des caractères externes du document, de la structuration du discours de l’acte ou encore des liens qui peuvent unir le texte à d’autres déclinaisons de celui-ci.

  • 66 Recueil des actes de Philippe Auguste, roi de France, t. 5, Supplément d’actes, actes perdus, addit (...)
  • 67 Sur ces principes, voir Benoît-Michel Tock, Nathalie Barré, Jean-Pierre Gerzaguet et Jean-François (...)

16Du point de vue l’éditeur, le support numérique offre également un avantage indéniable : la souplesse de publication. La masse d’actes à traiter à compter du xiiie siècle accroît le risque de voir s’interrompre des entreprises étalées sur plusieurs décennies et il contraint souvent à produire des volumes complémentaires, à l’instar des abondants addenda et corrigenda publiés pour les actes de Philippe Auguste ou pour ceux du duc de Bretagne Jean IV66. Or le caractère figé des éditions imprimées ne permet pas de les mettre à jour, en particulier en complétant le tableau de la tradition de chaque acte ou en insérant de nouveaux items dans la liste chronologique des actes. Le mode d’enregistrement du numérique, qui permet à tout moment de modifier l’état d’une édition, remédie à cette insuffisance. L’électronique offre même l’opportunité d’ouvrir de vastes chantiers et d’en publier un premier état, quand bien même celui-ci serait imparfait ou inachevé. C’est dans cet esprit que le projet Chartae Galliae, sur lequel on reviendra plus loin, a été lancé, en acceptant de publier des éditions imprimées anciennes ou des éditions qui reposent sur un seul témoin au lieu de recourir à l’ensemble de la tradition67.

  • 68 L’édition des registres de la chancellerie des comtes de Hollande offre ainsi la possibilité de lir (...)
  • 69 Le Gascon Rolls Project a ainsi choisi de ne fournir que des analyses des actes enregistrés, l’accè (...)

17Autre inconvénient de l’édition imprimée, elle dispose les actes selon un classement figé – suivant soit l’ordre chronologique, soit l’ordre dans lequel ceux-ci figurent au sein d’un ensemble documentaire tel qu’un registre de chancellerie –, et elle n’offre d’ordre de lecture alternatif que par le truchement peu commode d’éventuelles tables. Au contraire, l’édition électronique permet de réorganiser à volonté le matériel publié, offrant ainsi des voies d’accès démultipliées68. L’adjonction d’une reproduction numérique offre également un moyen supplémentaire d’appréhender les documents, qu’il s’agisse de compléter ainsi le projet éditorial69 ou de fournir un accès direct aux caractères externes des actes. Le volume d’images produites par les institutions de conservation favorise d’ailleurs le développement des recueils de sources en ligne.

La convergence des technologies

18Depuis la fin des années 1990, les progrès informatiques (capacités de stockage, vitesse de traitement des données, qualité de l’imagerie numérique) ont favorisé la mise en place de vastes bases documentaires. Les acteurs de la conservation du patrimoine écrit et les structures de recherche ont développé des standards informatiques adaptés, conçus pour des besoins différents, mais qui se combinent dans des applications à même de pallier les inconvénients de l’édition imprimée.

  • 70 Par exemple, les manuscrits des archives départementales de Seine-et-Marne ont été numérisés par le (...)
  • 71 Le Trésor des chartes et les registres de chancellerie du duc de Bretagne sont à notre connaissance (...)

19Trois grands progrès caractérisent ces deux dernières décennies. Il s’agit en premier lieu de la reproduction par imagerie numérique des documents d’archives et des manuscrits. Apparue dès le début des années 1990, la numérisation par les services d’archives et les bibliothèques a été vivement encouragée par les pouvoirs publics, qui en ont financé une partie – notamment via le plan national de numérisation du ministère de la Culture. Certes les services d’archives ont commencé par reproduire les sources généalogiques, qui sont les documents les plus demandés, et ont laissé l’initiative de la numérisation des fonds anciens aux structures de recherche70 ; néanmoins, ils ont mené depuis quelques années des projets spécifiquement consacrés aux documents médiévaux – même si les fonds princiers demeurent encore sous-exploités71.

  • 72 Encoded Archival Description est une transposition en langage XML des concepts définis par la norme (...)

20Parallèlement à ce mouvement de numérisation, services d’archives et bibliothèques ont développé des langages permettant de structurer les informations descriptives des sources dont ils avaient la responsabilité. Il s’agissait de transposer dans un langage informatique les catégories d’informations définies par les normes de description. Utilisé massivement par les services d’archives mais aussi par la Bibliothèque nationale de France pour les collections du département des Manuscrits, EAD72, qui définit un ensemble de balises pour formaliser en XML les informations relatives aux fonds d’archives, permet aux chercheurs de retrouver les références et la description du contenu des documents ; il n’est toutefois pas adapté à une description très fine de leurs caractéristiques physiques. L’informatisation des inventaires, quel que soit le langage de structuration utilisé, est en tout cas le socle indispensable de ce que l’on nomme aujourd’hui une « bibliothèque numérique », associant une notice descriptive et des images pour chaque document.

21On peut enfin convertir au format numérique le texte même du document. Ainsi transformé, celui-ci peut ensuite être qualifié et structuré par des balises permettant de caractériser les informations utiles au chercheur (parties du discours diplomatiques, individus, lieux…). On entre là dans le champ de l’édition numérique proprement dite. TEI (Text Encoding Initiative), qui repose aussi sur le formalisme de XML, est le langage idoine pour ce faire : développé depuis 1987, lui seul permet aujourd’hui de satisfaire au niveau d’exigence d’une édition critique des sources, car il fournit un ensemble de balises pour qualifier non seulement la structure d’un texte, mais aussi tout un ensemble d’informations descriptives qui relèvent de l’identification, de la description matérielle ou encore de la tradition. Le but ultime est d’offrir au chercheur une meilleure appréhension des sources, à l’aide de moteurs de recherche qui permettent de les trier selon des critères précis ou encore de rechercher directement des termes dans leur contenu.

  • 73 Le projet est porté par Dominique Stutzmann, responsable de la section de paléographie. Pour plus d (...)
  • 74 Interface de démonstration expérimentale : http://prhlt-kws.prhlt.upv.es/himanis, consulté le 14 se (...)

22L’inconvénient de TEI est que sa mise en œuvre peut être longue, d’autant que persistent les contraintes d’établissement du texte édité. Se pose de nouveau ici la question de la faisabilité d’une édition dès que l’on aborde des périodes pour lesquelles les sources sont abondantes. De nouvelles perspectives s’esquissent cependant aujourd’hui grâce aux méthodes de reconnaissance automatisée de formes manuscrites. Ainsi le projet HIMANIS, mené sous l’égide de l’Institut de recherche et d’histoire des textes, a-t-il expérimenté entre 2015 et 2017 des technologies de reconnaissance des écritures médiévales à partir de la numérisation des registres de la chancellerie royale française des xive et xve siècles73. Celles-ci sont à présent capables de segmenter les lignes de texte, puis d’identifier lettres et abréviations et enfin de caractériser les écritures, à condition de fournir initialement à l’ordinateur un ensemble de transcriptions qui lui permette de se constituer un répertoire de formes. En résulte la possibilité de réaliser une transcription assistée par ordinateur et de rechercher en plein texte dans les actes numérisés74. La reconnaissance est imparfaite, notamment pour les registres du xve siècle dont les lignes sont difficiles à segmenter, et le résultat ne se substitue pas à une édition. Il prouve néanmoins le potentiel inédit de tels outils.

Les actes princiers dans le paysage de l’édition numérique

23Si l’on se risque à dresser un bilan des initiatives d’éditions en ligne de documents médiévaux, on établira deux constats : celles-ci reposent dans une large part sur les travaux érudits du xixe siècle, dont elles reproduisent les lignes de force et de faiblesse ; les publications sont effectuées selon des modalités très variées, qu’il s’agisse des exigences critiques de l’édition ou des fonctionnalités offertes au chercheur.

Le choix des sources éditées

  • 75 http://www.dmgh.de/, consulté le 14 septembre 2017.

24La place accordée aux productions diplomatiques princières parmi les sources éditées en ligne est assurément très réduite. C’est en grande partie la conséquence du caractère souvent épars des réalisations imprimées antérieures, dans la mesure où bon nombre d’éditions en ligne sont issues directement d’une rétroconversion systématique de travaux imprimés, une opération dont les Digitale Monumenta Germaniae Historica fournissent l’exemple le plus imposant75. Mais c’est aussi le fruit des principes de sélection qui ont présidé à de nombreuses réalisations.

  • 76 Voir la liste très fournie – incluant quelques cartulaires laïques et recueils de documents divers  (...)
  • 77 Gautier Poupeau, « Réflexions sur l’utilisation de la TEI pour coder les sources diplomatiques à pa (...)
  • 78 http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/, consulté le 14 septembre 2017.
  • 79 http://www.uni-muenster.de/Fruehmittelalter/Projekte/Cluny, consulté le 14 septembre 2017.

25Les cartulaires et chartriers ecclésiastiques paraissent à première vue privilégiés par la publication électronique76. Ainsi, dès 2004, était lancée à l’École des chartes l’édition du Cartulaire blanc de Saint-Denis – en faisant le choix de l’encodage en TEI77 –, bientôt suivie par une entreprise de rétroconversion d’éditions de cartulaires78. Sur le même principe, le projet mené par l’université de Münster autour de Cluny oriente le chercheur vers des numérisations de recueils anciens en mode image et en mode texte (Bullarium sacri ordinis Cluniacensis, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny de Bernard et Bruel…)79.

  • 80 http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/, consulté le 14 septembre 2017.
  • 81 http://www.unicaen.fr/scripta, consulté le 14 septembre 2017.
  • 82 http://www.cbma-project.eu, consulté le 14 septembre 2017.
  • 83 http://www.cn-telma.fr//chartae-galliae, consulté le 14 septembre 2017.
  • 84 http://www.cn-telma.fr//originaux2/, consulté le 14 septembre 2017.

26Toutefois, nombre d’éditions de cartulaires s’inscrivent dans un cadre plus vaste répondant au modèle de l’Urkundenbuch régional, qui prédomine aujourd’hui y compris en France, dont le paysage éditorial est ainsi transformé. Les possibilités de constitution de vastes corpus, par accumulation d’éditions antérieures rétroconverties, ont en effet abouti à la naissance de plusieurs ensembles régionaux : les Cartulaires numérisés d’Île-de-France pour le vieux domaine capétien80, Scripta pour la Normandie81, le Corpus Burgundiae Medii Aevi pour la Bourgogne82. Même les éditions qui s’attachent de façon exhaustive à une période chronologique tendent à s’inscrire dans de tels cadres régionaux. Ainsi le remarquable projet Chartae Galliae, hébergé sur le site TELMA, vise l’édition en ligne de tous les actes écrits relatifs à l’espace français actuel jusqu’à la fin du xiiie siècle ; mais pour répondre à cette ambition, il agrège essentiellement des réalisations de différents projets régionaux, qu’il s’agisse des deux derniers corpus cités ou d’un ensemble d’actes inédits du nord de la France83. Le même constat prévaut pour la récente base des Chartes originales (1121-1220) conservées en France, qui ne réunit pour l’heure que des actes en provenance des fonds lorrains84.

  • 85 Respectivement http://www.spaetmittelalter.uni-hamburg.de/Urkundenbuch et https://www.wubonline.de/ (...)
  • 86 http://www.dokpro.uio.no/dipl_norv/diplom_field_eng.html, consulté le 14 septembre 2017.
  • 87 http://www.lombardiabenicultural.it/cdlm, consulté le 14 septembre 2017.
  • 88 http://diplomata-belgica.be, consulté le 14 septembre 2017.

27Ce trait général se confirme hors de l’espace français, au premier chef dans l’espace germanique, où ont été transposés sous forme numérique de nombreux Urkundenbücher publiés au xixe siècle – parfois complétés de nouveaux travaux : par exemple le Preußiches Urkundenbuch ou le Württembergisches Urkundenbuch85. Dans la même perspective se placent le Diplomatarium Norvegicum, numérisation de l’édition en vingt-deux volumes imprimés de la totalité des actes relatifs à la Norvège de 1050 à 1590 (soit 20 000 références)86 ; le Codice diplomatico digitale della Lombardia medievale, qui réunit des éditions nativement numériques à travers une interface exploitant TEI et un moteur de recherche complet, offrant même l’opportunité de cibler une recherche au sein des différentes parties du discours diplomatique87 ; ou encore les Diplomata Belgica, héritiers de la Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l’histoire de la Belgique d’Alphonse Wauters, dont l’ambition est de livrer tous les actes écrits émis dans les Pays-Bas méridionaux au moins jusqu’à 125088.

  • 89 http://codex.isgv.de/, consulté le 14 septembre 2017. Le projet ne fournit cependant qu’une numéris (...)
  • 90 http://www.regesta-imperii.de/regesten, consulté le 14 septembre 2017. À ce sujet, voir Dieter Rübs (...)
  • 91 https://www.lagis-hessen.de/de/subjects/index/sn/lgr et https://www.lagis-hessen.de/de/subjects/ind (...)

28La diplomatique princière a pu profiter de ces nombreuses réalisations lorsque certains Urkundenbücher s’attachent à un prince et à sa principauté : tel est le cas du Codex diplomaticus Saxoniae regiae pour les margraves de Misnie et les landgraves de Thuringe89. Les Regesta imperii Online fournissent là la matière la plus riche, en offrant un accès électronique unifié aux regestes relatifs à quelques princes laïques et ecclésiastiques, qui vient compléter la monumentale transposition numérique des Regesta imperii eux-mêmes90. Dans ce paysage, il convient d’accorder enfin une place à part aux ambitieux projets de l’Historische Kommission für Hessen consacrés aux landgraves de Hesse et aux comtes de Ziegenhain, qui sont les seules réalisations de ce type à ne pas résulter de la dématérialisation de travaux antérieurs et qui réunissent déjà plus d’une dizaine de milliers d’analyses91.

  • 92 Pour un récent état du débat, voir Frédéric Duval, « Pour des éditions numériques critiques. L’exem (...)
  • 93 http://www.cn-telma.fr//originaux, consulté le 14 septembre 2017.
  • 94 Voir en annexe, p. 285.

29La plupart des réalisations nativement numériques répondent toutefois à d’autres logiques : sensibles aux préoccupations du material turn et suivant les principes de l’édition documentaire qui prévalent fréquemment dans le champ de la philologie, elles se consacrent à un document unique sans prendre en compte l’ensemble de la tradition du texte92. Trois types de documents diplomatiques retiennent alors l’attention : les cartulaires, déjà évoqués ; les originaux, mis notamment à l’honneur par l’édition des chartes originales conservées en France antérieures à 112193 ; et les produits des procédures d’enregistrement. C’est par l’intermédiaire de ces derniers que sont appréhendés le plus souvent les actes princiers : les registres des comtes de Hollande de 1299 à 1345 et les rôles de la chancellerie anglaise relatifs à la Gascogne entre 1317 et 1468 ont ainsi bénéficié de remarquables réalisations94.

Interfaces et fonctionnalités : quelques exemples

30Les opportunités nouvelles offertes par la numérisation des documents résultent d’une part d’une meilleure contextualisation permise par les interfaces de consultation, d’autre part des fonctionnalités de recherche permise par les moteurs accompagnant les éditions.

  • 95 http://thalamus.huma-num.fr/, consulté le 14 septembre 2017.

31Il est aujourd’hui possible d’élaborer des écrans de consultation complexes. Le standard METS permet d’embarquer et de publier sur une même page des informations structurées dans des schémas différents sans altérer cette structure. On peut bien entendu y adjoindre les images numériques du document, ce qui permet de livrer un ensemble plus complet que la plupart des éditions imprimées. Ce sont les éditions de sources narratives qui fournissent la meilleure démonstration des potentialités de cette technologie. L’édition des chroniques contenues dans le Petit Thalamus de Montpellier en est sans doute un des exemples les plus concluants95 : l’interface permet d’afficher, pour chaque témoin du texte, aussi bien sa reproduction numérique que son édition et sa traduction. La page est en outre structurée en quatre colonnes, donnant ainsi la possibilité de comparer côte à côte un même témoin sous différentes formes ou un même texte dans différents témoins. À cela s’ajoute la possibilité d’accéder aux contenus par une frise chronologique et par des index nominum et locorum, ce qui compense l’absence de moteur de recherche (fig. 2).

32La richesse des masques de recherche compte également dans l’intérêt d’une édition électronique. Un premier niveau consiste à retrouver une chaîne de caractères dans la transcription du texte. Cependant, ce mode de recherche est limité, car on ne recherche qu’une forme lexicale – au risque de passer à côté d’autres graphies – et non un concept. L’encodage permet de conférer une signification conceptuelle à une chaîne de caractères et de qualifier ainsi un personnage ou un lieu indépendamment de leur graphie, à la manière d’un index, ou encore des informations propres à la tradition du document. Parmi les interfaces de recherche les plus complètes que l’on puisse trouver, on signalera celle des regestes des landgraves de Hesse et, réalisation encore plus poussée, celle des Diplomata Belgica, dont le panel de champs interrogeables est extrêmement complet (fig. 3). Pour autant, la contrepartie de telles fonctionnalités est le temps consacré à caractériser chaque information lors de l’encodage.

Figure 2 — Interface synoptique de l’édition du Petit Thalamus de Montpellier

Figure 2 — Interface synoptique de l’édition du Petit Thalamus de Montpellier

Figure 3 — Champs de recherche des Diplomata Belgica

Figure 3 — Champs de recherche des Diplomata Belgica

33Les technologies numériques ont fait une irruption dans le champ des sciences humaines encore bien proche de nous au regard de la longue histoire de l’édition critique des sources. Néanmoins, elles sont parvenues à un niveau de maturité permettant de proposer des interfaces de consultation qui n’ont rien à envier aux éditions imprimées traditionnelles, qu’elles dépassent même sur certains points, accroissant notamment la vitesse et la précision des recherches, la souplesse de manipulation de l’information et la contextualisation des documents. Les progrès techniques et l’adoption de standards censés répondre aux besoins des institutions patrimoniales et scientifiques ont favorisé un vaste mouvement de rétroconversion d’éditions anciennes. Bon nombre de projets ont été animés par l’ambition de reprendre et d’améliorer l’existant. L’édition électronique n’a ainsi pas véritablement changé le paysage de l’édition diplomatique : les actes princiers continuent à y être réduits à la portion congrue, au profit de corpus régionaux de documents ; la période antérieure à la fin du xiiie siècle, voire à celle du xiie siècle, demeure amplement privilégiée. Pour autant, de nouveaux chantiers ont été ouverts, des projets ambitieux ont vu le jour, voire ont déjà été menés à terme avec succès. Le lancement de l’édition des actes de Jean de Berry s’y joint avec bonheur.

Annexes

Essai de recensement des catalogues et des éditions d’actes princiers (xiie siècle-milieu du xve siècle)

Ce recensement relève, sans prétention à l’exhaustivité, les catalogues et les éditions d’actes émis par des princes laïques en Occident entre le xiie siècle et le milieu du xve siècle96.

N’ont été retenus que les travaux postérieurs à 1860 et publiés sous forme imprimée ou électronique. Ceux-ci ont été classés en deux sections chronologiques, avant et après les années 1220, puis en six ensembles géographiques : royaume de France, principautés romanophones et néerlandophones d’empire, pays germaniques, Italie, péninsule Ibérique et îles Britanniques. Au sein de chaque unité ainsi délimitée, les ouvrages sont classés par ordre alphabétique du nom de la principauté concernée, puis par ordre chronologique des actes étudiés. Lorsqu’un ouvrage traite des deux périodes considérées, il a été signalé dans chacune des sections chronologiques.

Les catalogues d’actes sont dans un corps inférieur. Les éditions ou inventaires de registres de chancellerie sont signalés par un astérisque. Les travaux qui ne se limitent pas aux actes émis au nom d’un prince sont placés entre soufflets (< >). Le nombre de documents édités ou catalogués est signalé entre crochets carrés à la fin de chaque référence ; ce nombre inclut les faux et les deperdita, lorsque ceux-ci ont été répertoriés, ainsi que les éventuels addenda. Les documents comptabilisés se rapportent à la période chronologique signalée dans le titre de l’ouvrage ou restituée par nos soins.

I. xiie siècle-premier quart du xiiie siècle

1. Royaume de France

Anjou : voir Normandie.

Aquitaine : voir Normandie.

Auvergne : Balouzat-Loubet Christelle, « Les chartes des comtes et dauphins d’Auvergne (fin xiie-fin xiiie siècle) », dans Xavier Hélary, Jean-François Nieus, Alain Provost et Marc Suttor (éd.), Les archives princières, xiie-xve siècles, Arras, Artois Presses université, 2016, p. 239-261, ici p. 254-261 [45 et 70 nos].

Bretagne : <Recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (xie, xiie, xiiie siècles), éd. par Arthur de La Borderie, Rennes, C. Catel, 1888 [188 nos]>.

Guillotel Hubert et al., Les actes des ducs de Bretagne (944-1148), Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne/Presses universitaires de Rennes (Sources médiévales de l’histoire de Bretagne, 3), 2014 [171 nos].

Everard Judith et Jones Michael, The Charters of Duchess Constance of Brittany and her Family, 1171-1221, Woodbridge, Boydell, 2000 [219 nos].

Champagne : Recueil des actes d’Henri le Libéral, comte de Champagne (1152-1181), éd. par John F. Benton et Michel Bur, collab. Michèle Courtois et al., Paris, Impr. nationale (Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France), 2009-2013, 2 vol. [549 nos].

<Arbois de Jubainville Henri d’, Histoire des ducs et des comtes de Champagne, t. 3, 5 et 6, Catalogue des actes des comtes de Champagne [1152-1285], Paris, A. Durand, 1861-1866 [3 871 nos]>.

Flandre : Actes des comtes de Flandre (1071-1128), éd. par Fernand Vercauteren, Bruxelles, Palais des académies (Publications de la Commission royale d’histoire. Recueil des actes des princes belges, 2), 1938 [130 nos].

De oorkonden der graven van Vlaanderen (juli 1128-september 1191), éd. par Thérèse de Hemptinne et Adriaan Verhulst, Bruxelles, Palais des académies (Publications de la Commission royale d’histoire. Recueil des actes des princes belges, 6), 1988-2009, 3 vol. [849 nos].

Coppieters Stochove Hubert, « Régestes de Thierri d’Alsace, comte de Flandre [1128-1168] », Handelingen der Maatschappij van geschied- en oudheidkunde te Gent/Annales de la Société d’histoire et d’archéologie de Gand, 5, 1901-1902, p. 209-324 ; tiré à part, Gand, V. Van Doosselaere, 1901 [168 nos, édition partielle en appendice].

Coppieters Stochove Hubert, « Regestes de Philippe d’Alsace, comte de Flandre [1168-1191] », Handelingen der Maatschappij van geschied- en oudheidkunde te Gent/Annales de la Société d’histoire et d’archéologie de Gand, 7, 1906-1907, p. i-xii et 1-177 ; tiré à part, Gand, Geirnaert-Vandesteene, 1906 [397 nos, édition partielle en appendice].

De oorkonden der graven van Vlaanderen (1191-aanvag 1206), éd. par Walter Prevenier, Bruxelles, Palais des académies (Publications de la Commission royale d’histoire. Recueil des actes des princes belges, 5), 1964-1971, 3 vol. [298 nos].

Limoges : Recueil des actes des vicomtes de Limoges, xe-xive siècle, éd. par Vincent Roblain, Genève, Droz (Hautes études médiévales et modernes, 95), 2009 [198 nos].

Normandie : Regesta regum Anglo-Normannorum, 1066-1154, t. 2, Regesta Henrici primi, 1100-1135, éd. par Charles Johnson et Henry Alfred Cronne, Oxford, 1956 [1 991 nos, édition partielle en appendice].

Regesta regum Anglo-Normannorum, 1066-1154, t. 3, Regesta regis Stephani ac Mathildis imperatricis ac Gaufridi et Henrici, ducum Normannorum, 1135-1154, éd. par Henry Alfred Cronne et Ralph Henry Carless Davis, Oxford, 1968 [1 009 nos].

Normandie, Anjou et Aquitaine : Recueil des actes de Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, concernant les provinces françaises et les affaires de France, éd. par Léopold Delisle et Élie Berger, Paris, Impr. nationale (Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France), 1909-1927, 4 vol. [805 nos].

Ponthieu : Recueil des actes des comtes de Pontieu (1026-1279), éd. par Clovis Brunel, Paris, Impr. nationale (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), 1930 [483 nos].

Saint-Pol : Les chartes des comtes de Saint-Pol (xie-xiiie siècle), éd. par Jean-François Nieus, Turnhout, Brepols, 2008 [384 nos].

Toulouse : Léonard Émile-G., Catalogue des actes des comtes de Toulouse. III : Raymond V (1149-1194), Paris, A. Privat, 1932 [158 nos].

Macé Laurent, Catalogues raimondins : actes des comtes de Toulouse, ducs de Narbonne et marquis de Provence (1112-1229), Toulouse, Archives municipales de Toulouse, 2008 [557 nos].

2. Principautés romanophones et néerlandophones d’empire

Bar : <Grosdidier de Matons Marcel, Catalogue des actes des comtes de Bar de 1022 à 1239, Paris, A. Picard, 1922 [567 nos]>.

Actes des comtes de Bar, t. 1, De Sophie à Henri Ier, 1033-1190, éd. par Michel Parisse, Nancy, Université de Nancy II (Actes des princes lorrains, 1re série, II, A), 1972 [62 nos].

Actes des comtes de Bar, t. 2, Thiébaut Ier, 1190-1214, éd. par Jacqueline Laplace, Nancy, Université de Nancy II (Actes des princes lorrains, 1re série, II, A), 1974 [101 nos].

Lorraine : <Duvernoy Émile, « Catalogue des actes des ducs de Lorraine de 1048 à 1139 », Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 62, 1912, p. 99-172 et 64, 1914, p. 259-264 [94 nos]>.

<Duvernoy Émile, Le duc Mathieu Ier, 1139-1176, Paris, 1904, p. 163-203 [additions : Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 64, 1914, p. 265-276] [90 et 16 nos]>.

<Duvernoy Émile, « Catalogue des actes des ducs de Lorraine de 1176 à 1220 », Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 64, 1914, p. 121-258 [339 nos]>.

Namur : Actes des comtes de Namur de la première race (946-1196), éd. par Félix Rousseau, Bruxelles, M. Hayez (Publications de la Commission royale d’histoire. Recueil des actes des princes belges, 1), 1936 [59 nos].

Actes de Philippe Ier, dit le Noble, comte et marquis de Namur (1196-1212), éd. par Marcel Walraet, Bruxelles, Palais des académies (Publications de la Commission royale d’histoire. Recueil des actes des princes belges, 2), 1949 [55 nos].

Provence : <Benoit Fernand, Recueil des actes des comtes de Provence appartenant à la maison de Barcelone. Alphonse II et Raymond-Bérenger V (1196-1245), Monaco/Paris, Impr. de Monaco/Picard (Collection de textes pour servir à l’histoire de Provence), 1925, 2 vol. [418 nos, édition partielle]>.

3. Pays germaniques

Autriche : Urkundenbuch zur Geschichte der Babenberger in Österreich, t. 1, Die Siegelurkunden der Babenberger bis 1215 et t. 2, Die Siegelurkunden der Babenberger und ihrer Nachkommer von 1216-1279, éd. par Oskar von Mitis, Heinrich Fichtenau et Erich Zöllner ; t. 4, 2e partie, Ergänzende Quellen, 1195-1287 [et addenda], éd. par Oskar von Mitis, Heide Dienst et Christian Lackner, Vienne, A. Holzhausens Nachf. (Publikationen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, III/1, 2 et 4/2), 1950, 1955 et 1997 [549 nos].

Bade : <Regesten der Markgrafen von Baden und Hachberg, 1050-1515, t. 1, Markgrafen von Baden, 1050-1431. Markgrafen von Hachberg, 1218-1428, éd. par Richard Fester, Heinrich Witte et Albert Krieger, Innsbruck, Wagner, 1900 ; éd. électronique, http://www.regesta-imperii.de/​regesten/​20-19-1-baden [5 032 nos]>.

Bavière : voir Saxe.

Brandebourg : <Regesten der Markgrafen von Brandenburg aus askanischem Hause, fasc. 1-2, [1100-1247], éd. par Hermann Krabbo, Leipzig/Munich/Berlin, Duncker & Humblot (Veröffentlichungen des Vereins für Geschichte der Mark Brandenburg), 1910-1911 [712 nos]>.

Misnie et Thuringe : <Codex diplomaticus Saxoniae regiae, 1re partie, Urkunden der Markgrafen von Meißen und Landgrafen von Thüringen, partie A, éd. par Otto Posse, t. 2, 1100-1195 et t. 3, 1196-1234, Leipzig, Giesecke & Devrient, 1889-1898 [600 et 525 nos]>.

Saxe et Bavière : Die Urkunden Heinrichs des Löwen, Herzogs von Sachsen und Bayern [1142-1195], éd. par Karl Jordan, Leipzig/Weimar, Karl W. Hierseman/H. Böhlau Nachf. (Monumenta Germaniae Historica, Diplomata, Laienfürsten- und Dynastenurkunden der Kaiserzeit, 1), 1941-1949, 2 vol. [138 nos].

Thuringe : voir Misnie.

Zähringen : Heyck Eduard, Urkunden, Siegel und Wappen der Herzoge von Zähringen [1072-1216], Fribourg-en-Brisgau, Mohr, 1892 [23 nos].

4. Italie

Montferrat : <Haberstumpf Walter, Regesti dei marchesi di Monferrato, secoli ix-xvi, Alessandria/Gênes, Circolo culturale I marchesi del Monferrato/San Giorgio (Studi sul Monferrato, 8), 2009 [1 527 nos]>.

<Haberstumpf Walter, Regesto dei marchesi di Monferrato di stirpe aleramica e paleologa per l’« Outremer » e l’Oriente (secoli xii-xv), Turin, Palazzo Carignano (Biblioteca storica subalpina, 205), 1989 [additions (1186-1595) : Monferrato: arte e storia, 19, 2007, p. 5-48] [215 et 159 nos]>.

Saluces : <Tallone Armando, Regesto dei marchesi di Saluzzo, 1091-1340, Pignerol, Chiantore-Mascarelli (Biblioteca della Società storica subalpina, 16), 1906 [1 016 nos, édition partielle en appendice]>.

Toscane : Die Urkunden und Briefe der Markgräfin Mathilde von Tuszien [1076-1115], éd. par Elke Goez et Werner Goez, Hanovre, Hahnsche (Monumenta Germaniae Historica, Diplomata, Laienfürsten- und Dynastenurkunden der Kaiserzeit, 2), 1998 [268 nos].

5. Îles Britanniques

Cheshire : The Charters of the Anglo-Norman Earls of Chester, c. 1071-1237, éd. par Geoffrey Barraclough, Preston/Gloucester, Record Society of Lancashire and Cheshire/A. Sutton (The Record Society of Lancashire and Cheshire, 126), 1988 [469 nos].

II. Deuxième quart du xiiie-milieu du xve siècle

1. Royaume de France

Anjou : *Actes et lettres de Charles Ier, roi de Sicile, concernant la France (1257-1284) extraits des registres angevins de Naples, éd. par Alain de Boüard, Paris, De Boccard, 1926 [1 139 nos, édition partielle]97.

Artois : <Loisne Auguste de, « Catalogue des actes de Robert Ier, comte d’Artois (1237-1250) », Bulletin philologique et historique jusqu’à 1715 du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1919, p. 133-206 [161 nos]>.

<Louise Gérard, « Domfront au xiiie siècle : catalogue des actes des comtes d’Artois pour le Domfrontais conservés aux archives départementales du Pas-de-Calais (1226-1318) », Le pays bas-normand, 83/2, 1990, p. 3-141 [235 nos]>.

Auvergne : Balouzat-Loubet Christelle, « Les chartes des comtes et dauphins d’Auvergne (fin xiie-fin xiiie siècle) », dans Xavier Hélary, Jean-François Nieus, Alain Provost et Marc Suttor (éd.), Les archives princières, xiie-xve siècles, Arras, Artois Presses université, 2016, p. 239-261, ici p. 254-261 [45 et 70 nos].

Bourgogne : voir États bourguignons.

Bretagne : <Recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (xie, xiie, xiiie siècles), éd. par Arthur de La Borderie, Rennes, C. Catel, 1888 [188 nos]>.

<Nouveau recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (xiiie et xive siècles), éd. par Arthur de La Borderie, Rennes, E. Prost, 1902 [49 nos]>.

<Actes de Pierre de Dreux, duc de Bretagne, 1213-1237, éd. par Marjolaine Lémeillat Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne/Presses universitaires de Rennes (Sources médiévales de l’histoire de Bretagne, 1), 2013 [120 nos]>.

<Levron Jacques, « Catalogue des actes de Pierre de Dreux, duc de Bretagne [1205-1296] », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 11, 1930, p. 173-266 [283 nos, édition partielle en appendice]>.

<Actes de Jean Ier, duc de Bretagne, 1237-1286, éd. par Marjolaine Lémeillat, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne/Presses universitaires de Rennes (Sources médiévales de l’histoire de Bretagne, 2), 2014 [176 nos]>.

Recueil des actes de Charles de Blois et de Jeanne de Penthièvre, duc et comtesse de Bretagne (1341-1364), suivi des actes de Jeanne de Penthièvre (1364-1384), éd. par Michael Jones, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996 ; rééd. électronique avec additions, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, http://books.openedition.org/​pur/​28420 [413 nos].

Maître Léon, « Répertoire analytique des actes du règne de Charles de Blois [1342-1364] », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure, 45, 1904, p. 247-273 [60 nos].

Recueil des actes de Jean IV [1357-1399], éd. par Michael Jones, Paris/Rennes, C. Klincksieck/Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1980-2001, 3 vol. [1 442 nos].

Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne [1402-1442], éd. par René Blanchard, Nantes, Société des bibliophiles bretons et de l’histoire de France (Archives de Bretagne, 4-8), 1889-1895, 5 vol. [2 695 nos].

Champagne : <Arbois de Jubainville Henri d’, Histoire des ducs et des comtes de Champagne, t. 3, 5 et 6, Catalogue des actes des comtes de Champagne [1152-1285], Paris, A. Durand, 1861-1866 [3 871 nos]>.

Dauphiné : Chevalier Ulysse, Documents historiques inédits sur le Dauphiné, t. 6, Ordonnances des rois de France et autres princes souverains relatives au Dauphiné [1244-1689], précédées d’un catalogue des registres de l’ancienne chambre des comptes de cette province, Colmar, Ch.-M. Hoffmann, 1871, p. 10-186 [1 446 nos].

<Pilot de Thorey Emmanuel, Catalogue des actes du dauphin Louis devenu le roi de France Louis XI relatif à l’administration du Dauphiné [1437-1483], Grenoble, Maisonville/V. Truc/Grands Établissements de l’Impr. générale, 1899-1911, 3 vol. [2 259 nos]>.

États bourguignons : Ordonnances de Philippe le Hardi et de Marguerite de Male du 16 octobre 1381 au 25 février 1405, éd. par Andrée Van Nieuwenhuysen et John Bartier, Bruxelles, STC/Ministère de la Justice (Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 1re série, 1/1 et 1/2), 1965-1974, 2 vol. [724 nos].

Ordonnances de Jean sans Peur, 1405-1419, éd. par Jean-Marie Cauchies, Bruxelles, Ministère de la Justice (Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 1re série, 1/3), 2001 [312 nos].

Ordonnances générales de Philippe le Bon, 1430-1467, éd. par Jean-Marie Cauchies, collab. Gilles Docquier, Bruxelles, Service public fédéral Justice (Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 1re série, 2/1), 2013 [50 nos].

Ordonnances de Philippe le Bon pour les duchés de Brabant et de Limbourg et les pays d’Outre-Meuse, 1430-1467, éd. par Philippe Godding, Bruxelles, Service public fédéral Justice (Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 1re série, 2/2), 2005 [351 nos].

Ordonnances de Philippe le Bon pour le comté de Hainaut, 1430-1467, éd. par Jean-Marie Cauchies, collab. Gilles Docquier, Bruxelles, Service public fédéral Justice (Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 1re série, 2/3), 2010 [265 nos].

Stein Henri, Catalogue des actes de Charles le Téméraire (1467-1477). Mit einem Anhang: Urkunden und Mandate Karls von Burgund, Grafen von Charolais (1433-1467), éd. par Sonja Dünnebeil, Sigmaringen, J. Thorbecke (Instrumenta, 3), 1999 [3 046 nos].

<Kruse Holger et Dünnebeil Sonja, Der Briefwechsel Karls des Kühnen (1433-1477), Inventar, Francfort-sur-le-Main/New York, P. Lang, 1995, 2 vol. [3 556 nos]98>.

Voir aussi Pays germaniques, Luxembourg.

Évreux : Charon Philippe, « Actes et mandements de Charles dit “le Mauvais”, comte d’Évreux et roi de Navarre, conservés dans les collections Clairambault et Pièces originales du cabinet des Manuscrits de la Bibliothèque nationale [1358-1378] », Cahiers Léopold Delisle, 44, 1995, Recueil d’études normandes offert en hommage à Michel Nortier, p. 31-47 [71 nos].

Flandre : Vandermaesen Maurice, De besluitvorming in het graafschap Vlaanderen tijdens de veertiende eeuw. Bijdrage tot en politieke sociologie van de Raad en van de Raadsheren achten de figuur van Lodewijk II van Nevers (1322-1346), t. 2, Regesten van Lodewijk II van Nevers, Bruxelles, Genootschap voor geschiedenis te Brugge (Bronnen en bijdragen tot de Vlaamse geschiedsvorsing, 6), 1999 [1 549 nos].

*Cartulaire de Louis de Male, comte de Flandre/Decreten van den grave Lodewyck van Vlaenderen, 1348-1358, éd. par Thierry de Limburg-Stirum, Bruges, L. de Plancke, 1898-1901, 2 vol. [1 490 nos].

Voir aussi États bourguignons.

Gascogne et Ponthieu : *Rôles gascons [1254-1317], éd. par Francisque Michel, Charles Bémont et Yves Renouard, Paris, Impr. nationale (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), 1885-1962, 4 t. en 5 vol. [4 680, 5 139 et 1 852 nos].

*The Gascon Rolls Project (1317-1468), édition électronique, http://www.gasconrolls.org [13 496 nos].

Limoges : Recueil des actes des vicomtes de Limoges, xe-xive siècle, éd. par Vincent Roblain, Genève, Droz (Hautes études médiévales et modernes, 95), 2009 [198 nos].

Normandie : *Vallée Aline et Viard Jules, Registres du Trésor des chartes. Inventaire analytique, 3e partie, Règne de Philippe de Valois, Paris, Archives nationales (Inventaires et documents), 1984, t. 3, p. 191-201 [inventaire du registre de la chancellerie de Jean, duc de Normandie (1347-1350)] [62 nos].

Poitou, Saintonge et Toulouse : *Correspondance administrative d’Alphonse de Poitiers [1267-1270], éd. par Auguste Molinier, Paris, Impr. nationale (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), 1894-1900, 2 vol. [2 121 nos].

Ponthieu : Recueil des actes des comtes de Pontieu (1026-1279), éd. par Clovis Brunel, Paris, Impr. nationale (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), 1930 [483 nos].

Voir aussi Gascogne.

Saint-Pol : Les chartes des comtes de Saint-Pol (xie-xiiie siècle), éd. par Jean-François Nieus, Turnhout, Brepols, 2008 [384 nos].

Saintonge : voir Poitou.

Toulouse : voir Poitou.

2. Principautés romanophones et néerlandophones d’empire

Bar : <Grosdidier de Matons Marcel, Catalogue des actes des comtes de Bar de 1022 à 1239, Paris, A. Picard, 1922 [567 nos]>.

Brabant : voir Royaume de France, États bourguignons.

Dauphiné : voir Royaume de France, Dauphiné.

Hainaut : voir Royaume de France, États bourguignons.

Hollande : *Burgers Jans W. J. (dir.), Registers van de Hollandse grafelijkheid, 1299-1345, édition électronique, http://resources.huygens.knaw.nl/​registershollandsegrafelijkheid [3 522 nos].

Lorraine : <Le Mercier de Morière Laurent, Catalogue des actes de Mathieu II, duc de Lorraine (1220-1251), Nancy, R. Wiener (Recueil de documents sur l’histoire de la Lorraine, 17), 1893 [additions d’Émile Duvernoy, Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 64, 1914, p. 277-297] [386 et 27 nos]>.

<Pange Jean de, « Catalogue des actes de Ferri III duc de Lorraine (1251-1303) », Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie lorraine, 34, 1925, p. 261-328 ; 35, 1926, p. 479-562 ; 36, 1927, p. 309-388 ; 38, p. 501-551 ; et 39, 1930, p. 473-501 ; tiré à part Paris, H. Champion, 1930 [1 464 nos]>.

Provence : <Benoit Fernand, Recueil des actes des comtes de Provence appartenant à la maison de Barcelone. Alphonse II et Raymond-Bérenger V (1196-1245), Monaco/Paris, Impr. de Monaco/Picard (Collection de textes pour servir à l’histoire de Provence), 1925, 2 vol. [418 nos, édition partielle]>.

*Actes et lettres de Charles Ier, roi de Sicile, concernant la France (1257-1284) extraits des registres angevins de Naples, éd. par Alain de Boüard, Paris, De Boccard, 1926 [1 139 nos, édition partielle]99.

3. Pays germaniques

Autriche : Urkundenbuch zur Geschichte der Babenberger in Österreich, t. 1, Die Siegelurkunden der Babenberger bis 1215 et t. 2, Die Siegelurkunden der Babenberger und ihrer Nachkommer von 1216-1279, éd. par Oskar von Mitis, Heinrich Fichtenau et Erich Zöllner ; t. 4, 2e partie, Ergänzende Quellen, 1195-1287 [et addenda], éd. par Oskar von Mitis, Heide Dienst et Christian Lackner, Vienne, A. Holzhausens Nachf. (Publikationen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, III/1, 2 et 4/2), 1950, 1955 et 1997 [549 nos].

<Regesta Habsburgica. Regesten der Grafen von Habsburg und der Herzoge von Österreich aus dem Hause Habsburg, 2e partie, Die Regesten der Herzoge von Österreich von 1281-1314, t. 1, Die Regesten Albrechts I., 1re livraison, [1281-1288], éd. par Harold Steinacker, Innsbruck, Wagner (Publikationen des Instituts für österreichische Geschichtsforchung), 1934 [377 nos]>.

<Regesta Habsburgica. Regesten der Grafen von Habsburg und der Herzoge von Österreich aus dem Hause Habsburg, 3e partie, Die Regesten der Herzoge von Österreich sowie Friedrichs des Schönen als deutschen Königs von 1314–1330, éd. par Lothar Groß, Innsbruck, Wagner (Publikationen des Instituts für österreichische Geschichtsforchung), 1924 ; édition électronique, http://www.regesta-imperii.de/​regesten/​friedrich-der-schoene [2 072 nos]>.

Lackner Christian (dir.), Regesta Habsburgica. Regesten der Grafen von Habsburg und der Herzoge von Österreich aus dem Hause Habsburg, 5e partie, Die Regesten der Herzoge von Österreich, 1364-1395, Vienne/Munich, Oldenbourg/Böhlau (Publikationen des Instituts für österreichische Geschichtsforchung), 2007-2010, 2 vol. parus [1365-1375] [1 345 nos].

Bade : <Regesten der Markgrafen von Baden und Hachberg, 1050-1515 [en réalité 1050-1475], éd. par Richard Fester, Heinrich Witte et Albert Krieger, Innsbruck, Wagner, 1900-1915, 4 vol. ; édition électronique partielle (t. 1-3, [1050-1453]), http://www.regesta-imperii.de/regesten/20-19-1-baden, http://www.regesta-imperii.de/regesten/20-19-5-baden, http://www.regesta-imperii.de/regesten/20-19-2-baden et http://www.regesta-imperii.de/​regesten/​20-19-3-baden [10 793 nos]>.

Brandebourg : <Regesten der Markgrafen von Brandenburg aus askanischem Hause [1100-1323], éd. par Hermann Krabbo et Georg Winter, Leipzig/Munich/Berlin, Duncker & Humblot/R. Oldenbourg/Vereins für Geschichte der Mark Brandeburg (Veröffentlichungen des Vereins für Geschichte der Mark Brandenburg), 1910-1955, 12 fasc. [2 947 nos]>.

Krabbo Hermann, « Ungedruckte Urkunden der Markgrafen von Brandenburg aus askanischem Hause [1225-1324] », Forschungen zur brandenburgischen und preußischen Geschichte, 25, 1912, p. 1-27 et 27, 1914, p. 391-430 [19 et 22 nos].

<Regesten der Markgrafen von Brandenburg aus dem Hause Luxemburg: Karl IV., Wenzel, Sigismund und Johann sowie deren Hauptmänner (1373-1415), éd. par Franziska Heidemann, Warendorf, Fahlbusch (Studien zu den Luxemburgern und ihrer Zeit, 13), 2016 [475 nos]>.

Carinthie : <Die Regesten der Grafen von Görz und Tirol, Pfalzgrafen in Kärnten, t. 1, 957-1295 et t. 2, Die Regesten Meinhards II. (I.), 1271-1295, éd. par Hermann Wiesflecker, Innsbruck, Wagner (Publikationen des Instituts für österreichische Geschichtsforchung), 1949-1952, 2 vol. [234 et 953 nos]>.

Hesse : <Regesten der Landgrafen von Hessen, t. 1, 1247-1328, éd. par Otto Grotefend et Felix Rosenfeld, Marbourg, Elwert (Veröffentlichungen der historischen Kommission für Hessen und Waldeck, 6), 1929 ; réimpr. Marbourg, Elwert, 1991 [800 nos]>.

<Regesten der Landgrafen von Hessen [1257-1509], éd. par Otto Volk, édition électronique, http://www.lagis-hessen.de/​de/​subjects/​index/​sn/​lgr [13 288 no, en cours]>.

Luxembourg : <Urkunden- und Quellenbuch zur Geschichte der Altluxemburgischen Territorien, t. 11 : Die Urkunden Graf Johanns des Blinden (1310-1346), éd. par Aloyse Estgen, Michel Pauly et Jean Schroeder, Luxembourg, CLUDEM/Université de Luxembourg, 1997-2009, 2 vol. [94 et 203 nos]>.

Laurent Charles, « Liste chronologique des ordonnances des xiiie, xive et xve siècles concernant la province de Luxembourg [1209-1465] », Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de la Belgique. Procès-verbaux des séances, 6, 1883, p. 377-391 [108 nos].

Voir aussi Royaume de France, États bourguignons.

Misnie et Thuringe : <Codex diplomaticus Saxoniae regiae, 1re partie, Urkunden der Markgrafen von Meißen und Landgrafen von Thüringen, partie A, éd. par Otto Posse, t. 3, 1196-1234, Leipzig, Giesecke & Devrient, 1898 [525 nos]>.

<Codex diplomaticus Saxoniae regiae, 1re partie, Urkunden der Markgrafen von Meißen und Landgrafen von Thüringen, partie B, [1381-1427], éd. par Hubert Ermisch, Leipzig, Giesecke & Devrient, 1899-1941, 4 vol. [2 538 nos]>.

Palatinat du Rhin : <Regesten der Pfalzgrafen am Rhein, 1214-1508, t. 1, 1214-1400, éd. par Adolf Koch et Jakob Wille, Innsbruck, Wagner, 1894 et t. 2, 1400-1410, éd. par Lambert von Oberndorff et Manfred Krebs, Innsbruck, Wagner, 1939 ; édition électronique, http://www.regesta-imperii.de/​regesten/​20-14-1-pfalzgrafen [6 823 nos]>.

Thuringe : voir Misnie.

Wurtemberg : <Schuler Peter-Johannes, Regesten zur Herrschaft der Grafen von Württemberg, 1325-1378, Paderborn/Munich/Vienne, Schöningh (Quellen und Forschungen aus dem Gebiet der Geschichte, NF, 8), 1998 [1 508 nos]>.

4. Italie

Mantoue : *<Copialettere e corrispondenza gonzaghesca da Mantova e paesi (28 novembre 1340-24 dicembre 1401), éd. par Giuseppe Coniglio, Leonardo Mazzoldi et Giovanni Praticò, Rome, s. n. (Pubblicazioni degli archivi di Stato, 59), 1969 [2 392 nos]100>.

Milan : <Repertorio diplomatico visconteo. Documenti dal 1263 al 1402 [en réalité 1263-1385] raccolti e pubblicati in forma di regesto, éd. par Elia Lattes, Milan, U. Hoepli, 1911-1938, 3 vol. [3 532 nos]>.

*Registri dell’Ufficio di provvisione e dell’Ufficio dei sindaci sotto la dominazione viscontea [1385-1449], éd. par Caterina Santoro, Milan, Castello Sforzesco (Comune di Milano, Inventari e regesti dell’Archivio civico, 1), 1929, 1re partie : I registri delle lettere ducali, p. 1-434 [2 611 nos].

Stilus cancellariae. Formulario visconteo-sforzesco [c. 1450], éd. par Alfio Rosario Natale, Milan, A. Giuffrè (Acta italica), 1979 [231 nos].

Montferrat : <Haberstumpf Walter, Regesti dei marchesi di Monferrato, secoli ix-xvi, Alessandria/Gênes, Circolo culturale I marchesi del Monferrato/San Giorgio (Studi sul Monferrato, 8), 2009 [1 527 nos]>.

<Haberstumpf Walter, Regesto dei marchesi di Monferrato di stirpe aleramica e paleologa per l’« Outremer » e l’Oriente (secoli xii-xv), Turin, Palazzo Carignano (Biblioteca storica subalpina, 205), 1989 [additions (1186-1595) : Monferrato: arte e storia, 19, 2007, p. 5-48] [215 et 159 nos]>.

Saluces : <Tallone Armando, Regesto dei marchesi di Saluzzo, 1091-1340, Pignerol, Chiantore-Mascarelli (Biblioteca della Società storica subalpina, 16), 1906 [1016 nos, édition partielle en appendice]>.

5. Péninsule Ibérique

Infant de Castille : Pardo Rodríguez Maria Luisa, La cancillería de don Fernando de la Cerda, infante de Castilla y Léon (1255-1275), León, Universidad de León, Área de publicaciones, 2009 [53 nos].

6. Îles Britanniques

Galles : *Letters of Edward Prince of Wales, 1304-1305, éd. par Hilda Johnstone, Cambridge, The Roxburghe Club, 1931 [sine numero].

*Register of the Black Prince Preserved in the Public Record Office [1346-1365], Londres, H. M. Stationery Office, 1930-1933, 4 vol. [sine numero].

Lancastre : *John of Gaunt’s Register [1372-1375], éd. par Sydney Armitage-Smith, Londres, Offices of the Royal Historical Society (Camden Society, Third Series, 20 et 21), 1911, 2 vol. [1 797 nos].

*John of Gaunt’s Register, 1379-1383, éd. par Eleanor C. Lodge et Robert Somerville, Londres, Royal Historical Society (Camden Society, Third Series, 56 et 57), 1937, 2 vol. [1 245 nos, édition partielle].

Notes

1 Voir par exemple Oswald Redlich, « Die Privaturkunden des Mittelalters », dans Oswald Redlich, Wilhem Erben et Ludwig Schmitz-Kallenberg, Urkundenlehre, Munich/Berlin, R. Oldenbourg (Handbuch der mittelalterlichen und neueren Geschichte), 1907-1911, 3 vol., t. 2, p. 1-233. Cette définition reste canonique dans la diplomatique allemande (voir par exemple Michael Hochedlinger, Aktenkunde. Urkunden- und Aktenlehre der Neuzeit, Vienne/Munich, Böhlau/Oldenbourg, 2009, p. 25). Elle est toutefois largement critiquée depuis plusieurs décennies (voir par exemple Carlrichard Brühl, « Derzeitige Lage und künftige Aufgaben der Diplomatik », dans Gabriel Silagi (éd.), Landesherrliche Kanzleien im Spätmittelalter. Referate zum VI. internationalen Kongreß für Diplomatik, München, 1983, Munich, Arbeo-Gesellchaft (Münchener Beiträge zur Mediävistik und Renaissance-Forschung, 35), 1984, 2 vol., t. 1, p. 37-47, ici p. 44).

2 Les actes princiers sont l’un des moyens par lesquels le prince exprime sa capacité à exercer une autorité régalienne, ou du moins son aspiration à exercer une telle autorité. Dans les faits, les modes d’expression de cette autorité diffèrent profondément selon les époques et les espaces considérés (voir entre autres Les principautés au Moyen Âge. Communications du congrès de Bordeaux, 1973, Paris, Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 1979, notamment les remarques introductives de Bernard Guillemain, p. 5-8). Ces différences sont accrues encore par l’historiographie, particulièrement fournie dans le monde germanique depuis les travaux de Julius Ficker (Julius Ficker et Paul Puntschart, Vom Reichsfürstenstande: Forschungen zur Geschichte der Reichsverfassung zunächst im xii. und xiii. Jahrhunderte, 2 t. en 4 vol., Innsbruck/Leipzig, Wagner/Graz, 1861-1923 ; réimpr. Aalen, Scientia, 1984). Dans le cadre de cette étude et dans le recensement des éditions et catalogues d’actes princiers qui figure en annexe (p. 277-286) nous avons donc choisi de retenir une définition de la notion de prince plus ou moins extensive selon les espaces. Dans l’empire, nous avons pris en compte uniquement les Reichsfürsten de la fin du Moyen Âge – anticipant de ce fait la date à laquelle furent élevés à cette dignité les margraves de Bade, les ducs de Bar, les ducs de Luxembourg, les marquis de Mantoue, les ducs de Milan et les ducs de Würtemberg – ; ont aussi été pris en considération trois comtes qui possèdent une autorité indépendante sur de vastes territoires, les comtes de Hainaut, de Hollande et de Provence. En France, nous avons retenu l’ensemble des détenteurs d’un titre ducal, comtal ou même vicomtal. Enfin, dans la péninsule Ibérique et dans le royaume d’Angleterre, où la notion de prince territorial ne fait guère sens, nous n’avons accordé d’attention qu’aux princes du sang et aux palatinats anglais de Chester et de Lancastre.

3 Une des réalisations pionnières en la matière est l’étude qu’a consacrée Franz Kürschner aux actes du duc d’Autriche Rodolphe IV (« Die Urkunden Herzog Rudolphs IV. von Österreich (1358-1365). Ein Beitrag zur speciellen Diplomatik », Archiv für österreichische Geschichte, 49, 1872, p. 1-88).

4 Parmi les travaux monographiques les plus récents, citons Aurélie Stuckens, Les hommes de l’écrit. Agents princiers, pratiques documentaires et développement administratif dans le comté de Flandre (1244-1305), thèse de doctorat dirigée par Jean-François Nieus, université de Namur, 2016 ; Ellen Widder, Kanzler und Kanzleien. Eine Histoire croisée fürstlicher Administration im Südwesten des Reiches, Stuttgart, W. Kohlhammer (Veröffentlichungen der Kommission für geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg, B, 204), 2016 ; et Gaël Chenard, L’administration d’Alphonse de Poitiers (1241-1271), Paris, Classiques Garnier (Bibliothèque d’histoire médiévale, 18), 2017. Pour les principautés d’empire, on consultera notamment la bibliographie fournie par Peter Moraw, « Die Entfaltung der deutschen Territorien im 14. und 15. Jahrhundert », dans Silagi (éd.), Landesherrliche Kanzleien…, t. 1, p. 61-108, ici p. 83-85, n. 56.

5 Les actes de deux princes de Galles, Edouard de Carnavon et Edouard de Woodstock, ont également fait l’objet, pour les premiers d’une édition partielle, pour les seconds d’un inventaire d’après les registres de chancellerie (voir en annexe p. 277-279, 281-282, 284 et 286).

6 Signalons en particulier l’édition conjointe des actes des comtes de Luxembourg et des ducs de Lorraine du milieu du xiiie au milieu du xive siècle, menée dans le cadre du projet Transscript par le Centre de recherche universitaire lorraine d’histoire et l’Institut d’histoire de l’université de Luxembourg, sous la direction d’Isabelle Guyot-Bachy et de Michel Margue. Les premiers résultats du projet sont disponibles en ligne à l’adresse http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/transscript-project (consulté le 31 octobre 2018).

7 Sur les prémices de cette entreprise éditoriale, voir Henri d’Arbois de Jubainville, « Préface », dans Recueil des actes de Philippe Ier, roi de France (1059-1108), éd. par Maurice Prou, Paris, Impr. nationale (Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France), 1908, p. i-xiv.

8 Rapport d’Auguste Longnon à la commission des travaux littéraires, cité ibid., p. ix.

9 Pour un bilan rapide des réalisations par l’éditeur des derniers volumes parus, voir Jean Dufour, « L’édition d’actes médiévaux », Discussions, 9, 2014, Pourquoi éditer des textes médiévaux au xxie siècle ? (http://www.perspectivia.net/publikationen/discussions/9-2014/dufour_edition, consulté le 14 septembre 2017).

10 Recueil des actes de Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, concernant les provinces françaises et les affaires de France, éd. par Léopold Delisle et Élie Berger, Paris, Impr. nationale (Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France), 1909-1927, 4 vol.

11 Ibid., t. 4, p. i-ii.

12 À la fin des années 1970, les grands chantiers dédiés aux actes royaux jusqu’au xiie siècle paraissant alors en voie d’achèvement, Robert-Henri Bautier a tenté de remettre en chantier les séries relatives aux actes d’évêques et aux actes princiers laïques projetées par l’Académie en 1894 (André Dupont-Sommer, « Rapport sur l’état des publications de l’Académie pendant le premier semestre 1979 », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1979, p. 382-386, ici p. 385). En résulta notamment un projet d’édition des actes des ducs de Bretagne par Hubert Guillotel (id., « Rapport sur l’état des publications de l’Académie pendant le second semestre 1976 », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1977, p. 64-67, ici p. 65), projet qui ne s’est concrétisé que récemment, en dehors des collections de l’Académie (Hubert Guillotel, Les actes des ducs de Bretagne [944-1148], Rennes, Presses universitaires de Rennes/Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne [Sources médiévales de l’histoire de Bretagne, 3], 2014). Voir également Michel Bur, « Note d’information. L’édition des chartes d’Henri le Libéral, comte de Champagne (1152-1181) », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2003, p. 933-938, ici p. 933.

13 Recueil des actes d’Henri le Libéral, comte de Champagne (1152-1181), éd. par John F. Benton et Michel Bur, collab. Michèle Courtois et al., Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres (Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France), 2009-2013, 2 vol. Cette édition, entamée dès la fin des années 1950, a rejoint la collection des Chartes et diplômes au début des années 1980 (André Dupont-Sommer, « Rapport sur l’état des publications de l’Académie pendant le second semestre 1980 », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1981, p. 32-36, ici p. 35). Sur les étapes de cette entreprise de longue haleine, voir Bur, « Note d’information… », art. cité.

14 Rôles gascons, éd. par Francisque Michel, t. 1, 1242-1254, Paris, Impr. nationale (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), 1885. Francisque Michel inscrivait avant tout son travail dans la lignée des nombreux projets formés depuis le xviiie siècle pour publier les sources anglaises relatives à l’histoire de France (ibid., p. ii-viii).

15 Correspondance administrative d’Alphonse de Poitiers, éd. par Auguste Molinier, Paris, Impr. nationale (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), 1894-1900, 2 vol. Comme le signale Auguste Molinier dans son introduction, ce projet avait été lancé par Edgar Boutaric pour le Comité des travaux historiques bien avant la création des Chartes et diplômes (ibid., p. v).

16 Voir Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1886, p. 62, qui acte la fin du projet de publication, et ibid., 1891, p. 87-88, qui relance celui-ci.

17 Voir en annexe, p. 283.

18 Voir en annexe, ibid.

19 Les Regesta imperii consacrent par exemple un volume à Henri VII avant son avènement (Die Regesten des Kaiserreichs unter Rudolf, Adolf, Albrecht, Heinrich VII., 1273-1313, 4e partie, Heinrich VII., 1288/1308-1313, t. 1, 1288/1308-August 1309, éd. par Kurt-Ulrich Jäschke, Peter Thorau, Vienne/Cologne/Weimar, Böhlau (J. F. Böhmer, Regesta imperii, 6), 2006 ; de même, une partie du volume dédié à Charles IV concerne son principat en Moravie (Alfons Huber, Die Regesten des Kaiserreichs unter Karl IV., 1346-1378, Innsbruck, Wagner (J. F. Böhmer, Regesta imperii, 6), 1877-1889, 2 vol., t. 1, p. 1-22 et t. 2, p. 681-686). Nous n’avons pas tenu compte dans notre annexe de ces cas d’ampleur volumétrique très variable. Signalons par ailleurs que Böhmer, étendant le périmètre de son travail au-delà des empereurs ou des futurs empereurs, a dressé les regestes de Jean de Luxembourg et de quelques princes en parallèle à ceux de Louis de Bavière (Johann Friedrich Böhmer, Regesta imperii inde ab anno 1314 usque ad annum 1347. Die Urkunden Kaiser Ludwigs des Baiern, König Friedrichs des Schönen und König Johanns von Böhmen [], Francfort-sur-le-Main, S. Schmerber, 1839, p. 180-214 et 247-255).

20 Edmund E. Stengel, « Reichsinstitut für ältere deutsche Geschichtskunde (Monumenta Germaniae historica). Jahresbericht 1938 », dans Deutsches Archiv für Geschichte des Mittelalters, 3, 1939, p. vii-xxii, ici p. xv-xvi et id., « Vorwort », dans Die Urkunden Heinrichs des Löwen, Herzogs von Sachsen und Bayern, éd. par Karl Jordan, Leipzig/Weimar, Karl W. Hierseman/H. Böhlau Nachf. (Monumenta Germaniae Historica, Diplomata, Laienfürsten- und Dynastenurkunden der Kaiserzeit, 1), 1941-1949, 2 vol., t. 1, p. vii-xiv, ici p. vii-xii. Pour une description des travaux envisagés, voir id., « Reichsinstitut für ältere deutsche Geschichtskunde (Monumenta Germaniae historica). Jahresbericht 1939 », dans Deutsches Archiv für Geschichte des Mittelalters, 4, 1941, p. vii-xxv, ici p. xvi et id., « Reichsinstitut für ältere deutsche Geschichtskunde (Monumenta Germaniae historica). Jahresbericht 1940 », dans Deutsches Archiv für Geschichte des Mittelalters, 5, 1942, p. vii-xxii, ici p. xvi-xvii.

21 Die Urkunden Heinrichs des Löwen…, op. cit. Celui-ci avait été préparé avant les projets d’E. Stengel (ibid., p. xii-xiii).

22 Theodor Mayer, « Reichsinstitut für ältere Geschichtskunde (Monumenta Germaniae historica). Jahresbericht 1942 », Deutsches Archiv für Geschichte des Mittelalters, 6, 1943, p. ix-xvi, ici p. xiv ; Friedrich Baethgen, « Monumenta Germaniae historica. Bericht für die Jahre 1943-1948 », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 8, 1951, p. 1-25, ici p. 17. L’un des volumes programmés par E. Stengel, l’édition des actes des Babenberg, sera néanmoins mené à bonne fin après la guerre, désormais sous l’égide de l’Institut für österreichische Geschichtsforschung (voir en annexe, p. 279).

23 Horst Fuhrmann, « Monumenta Germaniae historica. Bericht für die Jahre 1987/88 », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 44, 1988, p. i-xvii, ici p. iv et Die Urkunden und Briefe der Markgräfin Mathilde von Tuszien, éd. par Elke Goez et Werner Goez, Hanovre, Hahnsche (Monumenta Germaniae Historica, Diplomata, Laienfürsten- und Dynastenurkunden der Kaiserzeit, 2), 1998, p. v-vi.

24 Ernst Birk, « Verzeichniss der Urkunden zur Geschichte des Hauses Habsburg », dans Eduard von Lichnowsky, Geschichte des Hauses Habsburg, Vienne, Schaumburg, 1836-1844, 8 vol., annexe.

25 Voir en annexe, p. 284.

26 Voir en annexe, p. 285 et 279, et les introductions des travaux qui y sont cités.

27 Arrêté royal du 18 avril 1846, publié dans Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de la Belgique. Procès-verbaux des séances, 1, 1848, p. ii.

28 Ibid., p. 4-5.

29 Liste chronologique des édits et ordonnances de la principauté de Stavelot et de Malmédy de 650 à 1793, Bruxelles, E. Devroye, 1852 ; Recueil des ordonnances de la principauté de Stavelot, 648-1794, éd. par Mathieu Polain, Bruxelles, E. Devroye, 1864 ; Liste chronologique des édits et ordonnances de l’ancien duché de Bouillon de 1240 à 1795, Bruxelles, E. Devroye, 1865 ; Recueil des ordonnances du duché de Bouillon, 1240-1795, éd. par Mathieu Polain, Bruxelles, Fr. Gobbaerts, 1868 ; Liste chronologique des édits et ordonnances de la principauté de Liège de 974 à 1505, Bruxelles, Fr. Gobbaerts, 1873 ; Recueil des ordonnances de la principauté de Liège, 1re série : 974-1506, éd. par Stanislas Bormans, Bruxelles, Fr. Gobbaerts, 1878.

30 Charles Laurent, « Liste des ordonnances des xiiie, xive et xve siècles concernant la province de Luxembourg », Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de la Belgique. Procès-verbaux des séances, 6, 1883, p. 377-391.

31 Ordonnances de Philippe le Hardi et de Marguerite de Male du 16 octobre 1381 au 25 février 1405, t. 1, éd. par Andrée Van Nieuwenhuysen et John Bartier, Bruxelles, STC (Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 1re série, 1/1), 1965. Pour un historique du projet, voir ibid., p. v-vi et Paul Bonenfant, « Rapport sur la publication de la liste chronologique des ordonnances bourguignonnes (première série des ordonnances des Pays-Bas) », Bulletin de la Commission royale des anciennes lois et ordonnances de Belgique, 16, 1949, p. 3-16, part. p. 3-5.

32 Voir en annexe, p. 282.

33 Rapport de Godefroid Kurth, dans Compte rendu des séances de la Commission royale d’histoire, ou Recueil de ses bulletins, 5/9, 1899, p. xxv-xxvi.

34 Bulletin de la Commission royale d’histoire, 93, 1929, p. ix et ibid., 98, 1934, p. 564.

35 Pour les comtés de Namur et de Flandre, voir en annexe, p. 278-279 ; pour Liège, Actes des princes-évêques de Liège. Hugues de Pierrepont, 1200-1229, éd. par Édouard Poncelet, Bruxelles, Palais des académies (Publications de la Commission royale d’histoire. Recueil des actes des princes belges, 3), 1941.

36 Voir Walter Prévenier, « La Commission royale d’histoire pendant les vingt-cinq dernières années (1959-1984) », Bulletin de la Commission royale d’histoire, 150, 1984, p. 41-71, ici p. 55.

37 « Instructions pour la publication de regestes des actes de princes belges », Bulletin de la Commission royale d’histoire, 146, 1980, p. lvi-lxv.

38 Françoise Lecomte, Regestes des actes de Jean d’Eppes, prince-évêque de Liège, 1229-1238, Bruxelles, Palais des académies (Regestes des actes des princes belges, 1), 1991. Des projets relatifs au Brabant et à la Flandre annoncés en 1984 (Prévenier, « La Commission… », art. cité, p. 56), seul le deuxième a vu le jour, en dehors de la collection de la Commission (voir en annexe, p. 282).

39 Voir en annexe, p. 277-279, 281 et 283. Remarquons également que le récent catalogue des actes des comtes de Toulouse, au lieu de traiter de la totalité du principat de Raymond VII, prend volontairement comme terminus ad quem 1229, dans la mesure où le traité de Meaux-Paris consacrerait la fin de l’indépendance du comté (Laurent Macé, Catalogues raimondins : actes des comtes de Toulouse, ducs de Narbonne et marquis de Provence [1112-1229], Toulouse, Archives municipales de Toulouse, 2008).

40 Voir par exemple l’une des entreprises pionnières, au titre évocateur : Urkundenbuch für die Geschichte des Niederrheins oder des Erzstifts Cöln, der Fürstenthümer Jülich und Berg, Geldern, Meurs, Cleve und Mark und der Reichsstifte Elten, Essen und Werden, éd. par Theodor Joseph Lacomblet, Düsseldorf, Schönian/H. Voss/Schaub, 1840-1858, 4 vol. Sur cette tradition de la diplomatique allemande, voir Dietrich Lohrmann, « Évolution et organisation interne des cartulaires rhénans du Moyen Âge », dans Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle, Michel Parisse (éd.), Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS (Paris, 5-7 décembre 1991), Paris, École des chartes (Mémoires et documents de l’École des chartes, 39), 1993, p. 79-90, ici p. 79-81. Sur la vivacité de cette pratique aujourd’hui encore, voir les projets récents d’Urkundenbücher – au sens très large de ce terme – présentés dans Theo Kölzer, Willibald Rosner, Roman Zehetmayer (éd.), Regionale Urkundenbücher: die Vorträge der 12. Tagung der Commission internationale de diplomatique, St. Pölten, 23. bis 25. September 2009, St. Pölten, Amt der niederösterreichischen Landesregierung (Mitteilungen aus dem niederösterreichischen Landesarchiv, 14), 2010.

41 Nous n’avons répertorié en annexe que les Urkundenbücher plaçant explicitement un prince au centre du projet éditorial.

42 Le meilleur exemple français en est probablement la monumentale collection des Chartes du Forez antérieures au xive siècle, qui fournit une édition systématique des actes du comte de Forez, mêlés à l’ensemble des productions diplomatiques foréziennes (Georges Guichard, comte de Neufbourg, Édouard Perroy et al. (dir.), Chartes du Forez antérieures au xive siècle, Mâcon/Lyon/Paris, Protat frères/Audin/C. Klincksieck, 1933-1980, 31 vol.). Le genre est également répandu en Europe de l’Est (voir, par exemple, Codex diplomaticus et epistolaris Moraviae / Urkunden-Sammlung zur Geschichte Mährens, éd. par Anton Boczek et al., Olomouc/Brno, A. Skarnitzl et al., 1836-1903, 15 vol.).

43 Tel est par exemple le cas de l’ambitieuse « préédition » des actes des princes lorrains, laïques tant qu’ecclésiastiques, parue sous forme multigraphiée à l’initiative de Michel Parisse : elle a permis la publication complète des actes des comtes de Bar jusqu’en 1214 (voir en annexe, p. 279), de ceux des évêques de Metz et de Verdun au xiie siècle, de ceux des comtes de Salm et de ceux des seigneurs de Clefmont (Actes des princes lorrains. Les évêques de Metz, éd. par Michel Parisse, [Nancy], université Nancy II [Actes des princes lorrains, 2e série, I], s. d., 2 vol. ; Actes des princes lorrains. Les évêques de Verdun, éd. par Jean-Pol Évrard, Nancy, université Nancy II [Actes des princes lorrains, 2e série, III], 1977-1982, 2 vol. ; Actes des comtes de Salm, éd. par Danièle Erpelding, Nancy, université Nancy II [Actes des princes lorrains, 1re série, II, B], 1979 ; Actes des princes lorrains. Les seigneurs de Clefmont [xie-xiiie s.], éd. par Hubert Flammarion, Nancy, université Nancy II [Actes des princes lorrains, 1re série, III, B], 1976).

44 Citons là le catalogue des registres de chancellerie du duc de Bretagne François II, réalisé dans les années 1960 par des étudiants de l’université de Nantes sous la direction d’Henri Touchard, puis la transcription de ces mêmes registres accomplie dans les années 1980 par des étudiants de l’université de Bretagne occidentale sous la direction de Jean Kerhervé (Jean Kerhervé, « Les registres de lettres scellées à la chancellerie de Bretagne sous le règne du duc François II (1458-1488) », dans Kouky Fianu et DeLloyd J. Guth (éd.), Écrit et pouvoir dans les chancelleries médiévales : espace français, espace anglais. Actes du colloque international de Montréal, 7-9 septembre 1995, Louvain-la-Neuve, FIDEM [Textes et études du Moyen Âge, 6], 1997, p. 153-203, ici p. 154, n. 4). Les travaux universitaires inédits ont été exclus du recensement figurant en annexe.

45 La période couverte par la série des actes royaux dans la collection des Chartes et diplômes avait initialement pour terme l’année 1108 ; elle fut étendue quelques années plus tard jusqu’en 1223 (Arbois de Jubainville, « Préface », art. cité, p. xii). Les règnes de Louis VIII et Louis IX y ont été formellement inclus en 1980 (André Dupont-Sommer, « Rapport sur l’état des publications de l’Académie pendant le premier semestre 1980 », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1980, p. 471-475, ici p. 474), mais aucun des volumes envisagés n’est aujourd’hui publié. De leur côté, les Monumenta Germaniae historica œuvrent à la publication des actes de Frédéric II, actuellement réalisée jusqu’en 1226 ; seuls trois volumes dépassent ce terminus, celui consacré au court règne de Henri Raspe et au début de celui de Guillaume de Hollande, le très récent volume consacré aux actes d’Alphonse de Castille comme roi des Romains et un volume dédié aux actes de Manfred en Sicile (Die Urkunden Heinrich Raspes und Wilhems von Holland, t. 1, 1246-1252, éd. par Dietrich Hägermann et Jaap G. Kruisheer, collab. Alfred Gawlik, Hanovre, Hahnsche [Monumenta Germaniae historica, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 18], 1989 ; Die Urkunden Alfons’ von Kastilien und Richards von Cornwall, t. 1, Die Urkunden Alfons’ von Kastilien, éd. par Ingo Schwab, collab. Alfred Gawlik, Wiesbaden, Harrassowitz [Monumenta Germaniae historica, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 19], 2016 ; Die Urkunden Manfreds, éd. par Christian Friedl, Wiesbaden, Harrassowitz [Monumenta Germaniae historica, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 17], 2013). Quant aux actes du roi d’Angleterre, ils font actuellement l’objet d’une édition critique pour le règne de Henri II (Letters and Charters of Henry II, King of England 1154-1189, éd. par Nicholas Vincent et al., Oxford, à paraître) ; celle-ci fera suite au recensement des originaux conservés déjà effectué pour les règnes de Henri II et de Richard Ier (James C. Holt, Richard Mortimer, Acta of Henry II and Richard I: A Handlist of Documents Surviving in the Original in Repositories in the United Kingdom, Richmond [List and Index Society Special Series, 21], 1986 ; Nicholas Vincent, Acta of Henry II and Richard I: A Supplementary Handlist of Documents Surviving in the Original in Repositories in the United Kingdom, France, Ireland, Belgium and the USA, Richmond [List and Index Society Special Series, 27], 1996). Un recensement similaire est en préparation pour le règne de Jean (Nicholas Vincent, Acta of King John: A Handlist of Surviving Originals, Richmond [List and Index Society Special Series], à paraître).

46 The Acts of Robert I, King of Scots, 1306-1329, éd. par Archibald A. M. Duncan, Édimbourg, Edinburgh University Press (Regesta regum Scottorum, 5), 1988 et The Acts of David II, King of the Scots, 1329-1371, éd. par Bruce Webster, Édimbourg, Edinburgh University Press (Regesta regum Scottorum, 6), 1982.

47 Sur l’explosion de la production écrite à la fin du Moyen Âge, voir Paul Bertrand, « À propos de la révolution de l’écrit (xe-xiiie siècle). Considérations inactuelles », Médiévales, 56, 2009, p. 75-92. Pour une étude de cas dédiée aux actes d’une principauté entre le début du xiie siècle et le début du xive siècle, voir Godefried Croenen, « Governing Brabant in the Twelfth Century: The Duke, His Household and the Nobility », dans Wim Blockmans, Marc Boone, Thérèse de Hemptinne (éd.), Secretum scriptorum. Liber alumnorum Walter Prevenier, Louvain/Apeldoorn, Garant, 2000, p. 39-76, ici p. 47-49.

48 Voir P. Moraw, « Die Entfaltung der deutschen Territorien… », p. 87-89 et Hans Patze, « Landesgeschichte », Jahrbuch für historische Forschung, 1980, p. 15-40 et 1981, p. 11-31, ici 1980, p. 24 ; réimpr. dans id., Ausgewählte Aufsätze, Stuttgart, Jan Thorbecke (Vorträge und Forschungen, Konstanzer Arbeitskreis für mittelalterliche Geschichte, 50), 2002, p. 21-80, ici p. 32.

49 Voir en annexe, p. 279.

50 Tel est le cas pour les actes des rois d’Angleterre, ducs de Normandie et d’Aquitaine, mais aussi pour ceux de Jean l’Aveugle, roi de Bohême et duc de Luxembourg, ou encore de Charles II, roi de Navarre et comte d’Évreux.

51 Pour la chancellerie royale française, la réalisation la plus notable est constituée par les quelque deux mille actes du Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la chancellerie de France, éd. par Paul Guérin et Léonce Celier, Poitiers, Société des archives historiques du Poitou (Archives historiques du Poitou, 11, 13, 17, 19, 21, 24, 26, 29, 32, 35, 38, 41, 50 et 56), 1881-1958, 14 vol.

52 Voir en annexe, p. 283.

53 Chantal Reydellet-Guttinger, « La chancellerie d’Humbert II, dauphin de Viennois (1333-1349) », Archiv für Diplomatik, Schriftgeschichte, Siegel- und Wappenkunde, 20, 1974, p. 241-383, ici p. 337-343, et Recueil des actes de Jean IV [1357-1399], éd. par Michael Jones, Paris/Rennes, C. Klincksieck/Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1980-2001, 3 vol., t. 1, p. 34.

54 Michael Jones, « The Chancery of the Duchy of Brittany from Peter Mauclerc to Duchess Anne, 1213-1514 », dans Silagi (éd.), Landesherrliche Kanzleien…, op. cit., t. 2, p. 681-727, ici p. 684 ; rééd. dans id., The Creation of Brittany: A Late Medieval State, Londres/Ronceverte, The Hambledon Press, 1988, p. 111-158, ici p. 114. Les fragments de registres conservés pour le début du xve siècle ont notamment alimenté l’édition des actes de Jean V (voir en annexe, p. 282).

55 Voir en annexe, p. 286.

56 En découle la nécessité de modifier, pour la fin du Moyen Âge, les logiques éditoriales traditionnelles. Voir notamment Robert-Henri Bautier, « Propositions méthodologiques pour la diplomatique du bas Moyen Âge et des débuts des Temps modernes », dans Silagi (éd.), Landesherrliche Kanzleien…, op. cit., t. 1, p. 49-59, part. p. 51-52 et 56-58.

57 Sur l’histoire des regestes et sur la fondation des Regesta imperii, voir Alfred Hessel, « Zur Geschichte der Regesten », Archiv für Urkundenforschung, 10, 1928, p. 217-225, rééd. dans Harald Zimmermann (dir.), Die Regesta Imperii im Fortschreiten und Fortschritt, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau (Forschungen zur Kaiser- und Papstgeschichte des Mittelalters, 20), 2000, p. 63-71 ; et Harald Zimmermann, « Verschiedene Versuche, Vergangenheit vollständig zu vermitteln », ibid., p. 1-17.

58 Sur son influence en France, voir Yann Potin, « Le dernier garde de la librairie du Louvre. 2e partie : édition de catalogues et publication de sources au xixe siècle », Gazette du livre médiéval, 37, 2000, p. 1-8, ici p. 6-7 ; Yann Potin n’opère toutefois pas de distinction entre catalogues d’actes et regestes à la manière de Böhmer. Voir également le cas du projet de catalogues d’actes princiers belges formé par la Commission royale d’histoire, évoqué en note 33.

59 Nous avons systématiquement inclus dans notre annexe les recueils de regestes consacrés à des princes, en précisant s’ils incluent des regestes issus d’autres documents que des actes princiers. Dans ce cas, il a malheureusement été impossible de comptabiliser séparément les actes princiers analysés.

60 Michel Parisse qualifie par exemple l’édition des Actes des princes lorrains de « pré-édition », dans la mesure où l’apparat critique y demeure partiel (Actes des comtes de Bar, t. 1, De Sophie à Henri Ier, 1033-1190, éd. par Michel Parisse, Nancy, université de Nancy II [Actes des princes lorrains, 1re série, II A], 1972, p. 2). Pour autant, la publication d’une version revue de ces travaux ne semble jamais avoir été envisagée.

61 La Commission d’histoire de l’Académie royale de Belgique fait ici figure de pionnière, lançant dès les années 1980 ce qui deviendra les Diplomata belgica (voir notamment Georges Declercq, Philippe Demonty, Katrien Naessens, Guy Trifin, « L’informatisation de la Table chronologique d’A. Wauters. Méthodologie du nouveau répertoire des documents diplomatiques belges antérieurs à 1200 », Bulletin de la Commission royale d’histoire, 153, 1987, p. 223-302). Plus modestement, des éditeurs tels que Jean Dufour ou John Benton ont eu recours à l’informatique dès les années 1980 pour mener à bien leurs travaux d’édition (Dufour, « L’édition d’actes médiévaux », art. cité et Bur, « Notice d’information… », art. cité).

62 Des réflexions sur l’opportunité de l’édition des textes à l’heure du numérique sont notamment formulées dans les actes de la 8e table ronde de la Gallia pontificia : Discussions, 9, 2014, Pourquoi éditer des textes médiévaux au xxie siècle ? (http://www.perspectivia.net/publikationen/discussions/9-2014, consulté le 14 septembre 2017). Voir également Antonella Ambrosio, Sébastien Barret, Georg Vogeler (éd.), Digital Diplomatics. The Computer as a Tool for the Diplomatist?, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau (Archiv für Diplomatik, Schriftgeschichte, Siegel- und Wappenkunde. Beihefte, 14), 2014.

63 Olivier Guyotjeannin, Gautier Poupeau, « Le projet d’édition électronique du Cartulaire blanc de l’abbaye de Saint-Denis et les projets électroniques de l’École nationale des chartes », Le médiéviste et l’ordinateur, 42, 2003 (http://lemo.irht.cnrs.fr/42/mo42_12.htm, consulté le 14 septembre 2017).

64 Ibid.

65 Benoît-Michel Tock, « La diplomatique numérique, une diplomatique magique ? », dans Ambrosio, Barret, Vogeler (éd.), Digital Diplomatics…, op. cit., p. 15-21.

66 Recueil des actes de Philippe Auguste, roi de France, t. 5, Supplément d’actes, actes perdus, additions et corrections aux précédents volumes, éd. par Michel Nortier, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres (Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France), 2004 ; Recueil des actes de Jean IV…, t. 2, p. 703-708 et t. 3.

67 Sur ces principes, voir Benoît-Michel Tock, Nathalie Barré, Jean-Pierre Gerzaguet et Jean-François Nieus, « La publication des chartes du Nord/Pas-de-Calais », Revue du Nord, 371, 2007, p. 481-493, ici p. 488-490.

68 L’édition des registres de la chancellerie des comtes de Hollande offre ainsi la possibilité de lire les actes soit en feuilletant les registres, soit en suivant l’ordre chronologique ; s’y ajoute la possibilité d’une recherche par mots-clés ou plein texte (http://resources.huygens.knaw.nl/registershollandsegrafelijkheid, consulté le 14 septembre 2017).

69 Le Gascon Rolls Project a ainsi choisi de ne fournir que des analyses des actes enregistrés, l’accès au texte étant fourni au chercheur grâce à leur reproduction numérique (http://www.gasconrolls.org/, consulté le 14 septembre 2017).

70 Par exemple, les manuscrits des archives départementales de Seine-et-Marne ont été numérisés par le CNRS pour alimenter la Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux gérée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (http://bvmm.irht.cnrs.fr/, consulté le 14 septembre 2017).

71 Le Trésor des chartes et les registres de chancellerie du duc de Bretagne sont à notre connaissance le seul fonds princier français qui ait fait l’objet d’une numérisation globale (https://archives.loire-atlantique.fr/, rubrique Archives numérisées, Actes et délibérations, consulté le 14 septembre 2017). Des campagnes de numérisation sont actuellement en cours pour les épaves du chartrier des ducs de Lorraine dans le cadre du projet Transscript (voir n. 6).

72 Encoded Archival Description est une transposition en langage XML des concepts définis par la norme ISAD(G) pour décrire les fonds d’archives.

73 Le projet est porté par Dominique Stutzmann, responsable de la section de paléographie. Pour plus de détails, voir le carnet de recherche dédié à HIMANIS (http://himanis.hypotheses.org/, consulté le 14 septembre 2017), ainsi que Sébastien Hamel, Jean-François Moufflet, Dominique Stutzmann, « La recherche en plein texte dans les sources manuscrites médiévales : enjeux et perspectives du projet HIMANIS pour l’édition électronique », Médiévales, 73, 2017, Le texte à l’épreuve du numérique, p. 67-96.

74 Interface de démonstration expérimentale : http://prhlt-kws.prhlt.upv.es/himanis, consulté le 14 septembre 2017.

75 http://www.dmgh.de/, consulté le 14 septembre 2017.

76 Voir la liste très fournie – incluant quelques cartulaires laïques et recueils de documents divers – dressée par Michael Gervers dans le cadre du projet DEEDS (https://deeds.library.utoronto.ca/cartularies, consulté le 14 septembre 2017).

77 Gautier Poupeau, « Réflexions sur l’utilisation de la TEI pour coder les sources diplomatiques à partir de l’exemple du Cartulaire blanc de l’abbaye de Saint-Denis », Le médiéviste et l’ordinateur, 43, 2004 (http://lemo.irht.cnrs.fr/43/43-12.htm, consulté le 14 septembre 2017).

78 http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/, consulté le 14 septembre 2017.

79 http://www.uni-muenster.de/Fruehmittelalter/Projekte/Cluny, consulté le 14 septembre 2017.

80 http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/, consulté le 14 septembre 2017.

81 http://www.unicaen.fr/scripta, consulté le 14 septembre 2017.

82 http://www.cbma-project.eu, consulté le 14 septembre 2017.

83 http://www.cn-telma.fr//chartae-galliae, consulté le 14 septembre 2017.

84 http://www.cn-telma.fr//originaux2/, consulté le 14 septembre 2017.

85 Respectivement http://www.spaetmittelalter.uni-hamburg.de/Urkundenbuch et https://www.wubonline.de/, consultés le 14 septembre 2017.

86 http://www.dokpro.uio.no/dipl_norv/diplom_field_eng.html, consulté le 14 septembre 2017.

87 http://www.lombardiabenicultural.it/cdlm, consulté le 14 septembre 2017.

88 http://diplomata-belgica.be, consulté le 14 septembre 2017.

89 http://codex.isgv.de/, consulté le 14 septembre 2017. Le projet ne fournit cependant qu’une numérisation image des volumes imprimés.

90 http://www.regesta-imperii.de/regesten, consulté le 14 septembre 2017. À ce sujet, voir Dieter Rübsamen, Andreas Kuczera, « Verborgen, vergessen, verloren? Perspektiven der Quellenerschließung durch die digitalen Regesta imperii », dans Rainer Hering, Jürgen Sarnowsky, Christoph Schäfer, Udo Schäfer (dir.), Forschung in der digitalen Welt. Sicherung, Erschließung und Aufbereitung von Wissenbeständen, Hambourg, Hamburg University Press (Veröffentlichungen aus dem Staatsarchiv der Freien und Hansestadt Hamburg, 20), 2006, p. 109-123.

91 https://www.lagis-hessen.de/de/subjects/index/sn/lgr et https://www.lagis-hessen.de/de/subjects/index/sn/zig, consultés le 14 septembre 2017.

92 Pour un récent état du débat, voir Frédéric Duval, « Pour des éditions numériques critiques. L’exemple des textes français », Médiévales, 73, 2017, Le texte à l’épreuve du numérique, p. 13-29, part. p. 16-18.

93 http://www.cn-telma.fr//originaux, consulté le 14 septembre 2017.

94 Voir en annexe, p. 285.

95 http://thalamus.huma-num.fr/, consulté le 14 septembre 2017.

96 Sur la délimitation de la catégorie de « prince », voir n. 2. Sur les catégories de recueils pris en compte, voir n. 19, 41 et 44. Nous avons exclu la Scandinavie et les principautés latines d’Europe centrale et d’Orient.

97 Actes relatifs à l’administration de l’Anjou, de la Provence et à l’ensemble des intérêts de Charles Ier en France.

98 Lettres envoyées ou reçues par Charles le Téméraire.

99 Actes relatifs à l’administration de l’Anjou, de la Provence et à l’ensemble des intérêts de Charles Ier en France.

100 Inventaire sommaire des registres de chancellerie ; seuls l’auteur, le destinataire et la date de chaque acte sont indiqués.

Table des illustrations

Titre Figure 1 — Répartition chronologique des éditions et catalogues d’actes princiers produits (espace français actuel)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
Titre Figure 2 — Interface synoptique de l’édition du Petit Thalamus de Montpellier
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54243/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Titre Figure 3 — Champs de recherche des Diplomata Belgica
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/54243/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540